Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 6 Juil - 0:09
Machinations







« Réfléchis John ! Qu'est-ce qu'elle pourrait bien dire ? Ah, oui. Hm, non, pas comme ça. Plus incisif. Mieux. »

Le jeune homme que l'on surnommait « Old John » semblait assez satisfait de lui et de sa petite manœuvre. Oh il ne faisait pas ça que pour lui-même ou pour la jeune femme, non ! De nouvelles directives lui étaient parvenues le matin même, le poussant à agir de la sorte. Il souffla sur l'encre pour la faire sécher sur le parchemin comme il le put avant d'allumer une bougie et faire fondre une seconde. Goutte après goutte la cire s'écoula et le sceau de la pirate O'Bannon fut apposé. Une tête de mort où s'enroulaient nombres de roses et tiges épineuses surmonté d'un « J.O » entrelacés. En mémoire à l'ancien titre qu'on lui octroyait encore : « Le pirate à la rose. »

Il confia la lettre à un membre de l'équipage en qui il avait une entière confiance et se garda bien de donner les détails. Elle devait simplement être remise au Légat. Au nouveau Légat. Cinead. Le meilleur ami de Nimuë avait aussitôt apprécié cet homme, au moins dénotait-il avec les autres, ceux que la jeune femme côtoyait. Il pensait surtout à Endymion pour qui sa haine et son dégoût ne faisait que grandir chaque jour et l'aveugler.

Cette solution « qu'il » lui offrait était assez séduisante en définitive. Bien qu'elle lui faisait mal au cœur. Une nouvelle machination ? La fille O'Bannon ne devrait pas en avoir vent. John devait donc se montrer discret. Mais il ne pouvait s'empêcher de se complaire dans cette pensée : « c'était pour son bien. ». Ainsi serait-elle peut-être enfin heureuse et elle se détournerait des ténèbres !

Une belle revanche sur le Dragon des Mers. Il frappa à la porte de la jeune femme. Quand il ouvrit il sentit un vent frais lui chatouiller le visage. La cabine de la capitaine était toujours plongée dans cette semi-pénombre mais au moins contemplait-elle autre chose que ses cartes ou sa bouteille de vin. Elle paraissait absorbée par les remous de l'eau contre la baignoire.

« Toujours en mer capitaine ? »

Fit Old John avec un sourire aux lèvres tandis qu'il s'approchait de la jeune femme occupée à laver sa chevelure de feu.

« Eh bien à défaut d'un bain de mer je profite de ceux que tu me prépares chaque soir, John. Tu devrais perdre cette habitude. »

Au moins paraissait-elle de meilleure humeur que d'habitude. Tant mieux. Une donnée qui rendait l'homme un peu plus serein quand il songea à ses plans.

« Je vais te préparer des habits Nimuë. »

Il entendit un vague marmonnement et se pressa alors de fouiller dans les placards. Sans un autre mot John s'en alla, laissant le vêtement de la belle sur son lit encore défait. Quand elle sortit de son bain, la jeune femme s'avança vers la fenêtre laissée ouverte pour contempler les cieux assombrit. La nuit était noire mais piquetée d'innombrables étoiles et d'un beau croissant de lune qui se reflétait dans la mer. Elle n'avait pas pris la peine de se sécher, laissant la légère brise sécher sa peau de nacre. Mais avant de passer sa mise, la rousse secoua sa chevelure pour la débarrasser des dernières perles d'eau.

« John ... »

Avait-elle soupiré en voyant ce que son ami avait choisi pour elle dans ses affaires. Sa robe bleue-nuit en soie brodée de fils d'or et d'argent. C'était un peu trop habillé à son goût et la jeune atlante se demanda quelle mouche avait piqué son Second. Que mijotait-il ? Un haussement d'épaules plus tard et elle disparut derrière son paravent.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 6 Juil - 14:00
Une lettre

Ses pas étant pressants, il venait de franchir le portail des Arches d'Orichalque en direction d'Alexandrie car c'était là bas qu'il devait se rendre. Où d'autre ? Il n'avait pas ressenti la présence de son écaille une seule fois depuis qu'il était rentré, alors non, c'était évident : elle n'était pas à son Pilier, n’était pas en Atlantis. Cela ne l'étonnait pas après tout. Il arriva donc rapidement dans la cité portuaire et après quelques pas il était là, présent au cœur de la nuit délicatement éclairée par quelques astres et la majestueuse lune courbée. Il inspira un bon coup, appréciant l’odeur de la chaleur gardées par les pierres autour de lui qui se diffusait lentement autour d'elles, chargées d'une journée chaude et ensoleillée. Son baluchon, son sac même, sur le dos il reprit sa route vers le port, habillé d'une manière bien différente qu'à son arrivée à dire vrai. De grand vêtements amples mais légers, blancs et teintés de rouge sur les côtés, quelques broches, par-ci par-là pour tenir le tout, appartenant à son père. Pas de cape noire et rouge cette soirée, non, il faisait bien trop chaud ici. Douce chaleur... Qu'elle avait pu lui manquer.

Au fur et à mesure qu'il se rapprochait du port il sentait sur sa peau l'humidité agréable du port, cette proximité avec la mer et cette légère effluve iodée... Il marchait sans ralentir son rythme, passa une main dans une de ses large ceinture de tissu où était gardée cette lettre frappée d'un sceau qu'il ne connaissait que trop peu encore...

* * *

Il descendait les marches du temple lentement, la journée fut longue et fastidieuse, tant de chose à découvrir et de décisions à prendre... Oui, il s’apprêtait à rejoindre la demeure de sa famille, sa petite sœur et son grand-père qui ne l'attendaient certainement pas... Après tout sa vie était mouvementée depuis son arrivée, il les avait prévenu. Mais c'était là l'occasion de parler, encore, avec eux. Cela leur ferait plaisir, à coup sûr. Et à lui aussi. Pourtant il se fit interpeller par une personne familière. Si la voix ne lui dit rien, ce fut son visage qui raviva de récents souvenirs : le jeune matelot, celui là même qui avait offert ses vêtements à Cinead lorsqu'ils revenaient de Blue Graad. Il lui remit une lettre frappé d'un sceau raffiné, le Légat invita alors le pauvre homme, exténué car il semblait avoir couru jusqu'ici, à rejoindre le Temple en son nom pour s'y restaurer un peu et peut être passer la nuit. Le Cinabre lavait ainsi sa dette. Il laissa le jeune pirate s'éloigner un peu avant de s'asseoir sur les marches et défaire la cire pour lire le contenu de la lettre qui émanait certainement de John. Après tout, les deux hommes devaient parler.

"Légat,

Rends moi ma couverture.

Nimuë O'Bannon."

Il ne put s'empêcher de rire avant de soupirer... Cette femme, aussi surprenante qu'il l’imaginait alors depuis des années. Sans gêne, aucune, directe. Il en avait eu la preuve, de toute manière, par leur mince rencontre lors du retour. Il se releva, pliant le papier et le rangeant entre deux morceaux de tissus qui tenaient son haut. Il fit alors demi-tour, rentrant au temple pour récupérer l'objet de son larcin... Au moins espérait-il, cette fois, qu'elle serait plus apte à la discussion. Il avait hâte et cette occasion lui semblait parfaite.

* * *

Il put retrouver le navire sans aucun mal, ce dernier n'avait pas bougé après tout. Une fois à bord il fut salué, presque respectueusement, par les membres de l'équipage. Il le le leur rendit, à tous, et avança un peu plus avec un certain sourire. Il aimait bien ce bateau, ses occupants... Après tout c'était grâce à eux qu'aujourd'hui il était de retour, à chacun d'eux et leurs petits actes, à leur niveau. Il commençait à s'enfoncer dans les entrailles quand il croisa une tête des plus amicales, une personne qu'il appréciait déjà alors qu'il ne se connaissaient que peu. Bien agréable qu'il était. Old John.

    - Ah Cinead ! Bienvenue à bord ! Qu'elle magnifique soirée n'est-ce pas ? Oh mais j'y pense, la Capitaine vous attend dans sa cabine, entrez-y directement !
    - Bonsoir à toi aussi John, merci pour les renseignements ! Je passerais te voir après avoir discuté avec Nimuë si tu as le temps.

Cela tout en s'empoignant les avant-bras pour se saluer, une légère étreinte chaleureuse digne de pirates ! Le Second acquiesça, puis disparut plus en profondeur, certainement occupé par bien des chose. Le Légat ne put remarquer alors que son large sourire était teinté de malice.. Il n'osait imaginer tout le travail qu'il pouvait avoir sur ses épaules. Le Purificateur continua donc, prêt à affronter Nimuë une nouvelle fois non sans espérer que cela se passe un peu mieux... Qu'ils pourraient avoir un échange, un vrai. Il se trouva donc devant cette porte à moitié ouverte, il hésita un instant puis se souvint des mots d'Old John. Dubitatif. Il poussa la porte donc, tout en la frappant de ses doigts pour prévenir de son entrée.

    - Nimuë ?

Il ne vit personne, d'où son appel. Pourtant elle était là, la cabine était emplie d'une doux parfum semblable à celui qu'il avait pu sentir sur la couverture que lui avait prêté John. Il se laissa enivrer un instant. Nimuë était là, oui, il porta ses yeux instinctivement sur le paravent derrière lequel elle était cachée la dernière fois, dans son bain à se réchauffer suite à leur mésaventure... Il espérait, oh oui. Peut être rêvait encore, même.




Dernière édition par Cinead le Mer 6 Juil - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 6 Juil - 16:40
Machinations






Un peu intriguée, dissimulée dans les ombres, la jeune femme écoutait quelqu'un s'approcher de la porte de sa cabine, y marquer un léger temps d'arrêt avant de frapper et d'entrer. Nimuë n'avait pas reconnu le bruit de ces pas, pas plus, sur l'instant, que la voix qui souffla son prénom. En plissant des yeux pour vaincre la pénombre et regarder au travers les croisillons de son paravent qui la cachait aux yeux de tous, la belle reconnu l'éclat d'une chevelure. Le Légat ? Que faisait-il ici ? Les sourcils un peu froncés, la jeune femme ouvrit la bouche mais la referma presque aussitôt. Elle ne cilla pas, laissa quelques secondes filer. Un sourire s'épanouir en pensant à John. Ainsi donc, il avait organisé cette petite mise en scène ? Pourquoi ?

La jeune femme avait quelques soupçons et connaissait suffisamment son ami pour comprendre certaines choses. Ces choses dont elle ne désirait pas entendre parler. À cette pensée, la pirate s'était rembrunie. Cinead avait-il conscience de la machination dans laquelle il s'était plongé ? Nouveau Légat, il était peut-être temps de mettre de l'eau dans son vin.

« Capitaine Nimuë O'Bannon ! »

Fit-elle en le reprenant, mimant une voix se voulant autoritaire. Ils voulaient jouer ? Très bien, elle était douée là-dedans.

« C'est bien, au moins cette fois tu as frappé à la porte. »

Un léger rire moqueur, ponctué par le froissement du tissus foulant le sol en bois. Quelques doigts se nouèrent sur le rebord du paravent, d'autres se glissèrent entre les interstices. Deux grands yeux d'un bleu tirant sur le turquoise détaillaient le jeune homme perdu au milieu de cette lumière argentée, non loin de la fenêtre ouverte d'où s'engouffrait une légère brise.

« Bon, viens un peu par là. »

Elle l'invitait à la rejoindre dans les ténèbres. En se détournant, elle attendit qu'il fasse les quelques pas qui pouvaient bien les séparer. Il n'y avait pas de bougies pour évincer le noir, mais la clarté des bras de la lune suffisait pour que la nouvelle Voix de Poséidon entrevoit l'immaculé de son dos offert à sa vue. Sa robe de soie se nouait dans le dos et il lui était impossible de la lacer seule et comme John ne s'était évidemment pas présenté pour l'aider … Nimuë avait sauté sur l'occasion pour tester un peu ce Cinead. Découvrir de quel bois il était fait et le malmener un peu. Comme elle l'avait déjà fait, et pas qu'avec le Purificateur.

« Tu vas savoir te débrouiller avec tes dix doigts ? Je doute que dans ton trou paumé, pardon « tes confins » tu ais pu apprendre à aider à habiller une dame mais … tu pourrais me surprendre. »

D'un geste lent, la belle ramena sur son épaule sa longue chevelure de feu, ne détourna pas la tête pour le regarder pour autant. Ce serait trahir son sourire mutin, l'éclat farouche qui brûlait dans son regard.

« Je suppose que tu sais déjà où tu vas m'emmener manger, je meurs de faim. »

Garder son sérieux en cet instant relevait de l'exploit. Tant et si bien qu'elle laissa échapper quelques notes de son rire cristallin. Mélodieux, comme le début d'une chanson. Sirène ! Ne pousserais-tu pas les choses un peu trop loin dès le prélude ? La beauté d'une œuvre résidait dans les variations. Elle le savait.

« Sinon je connais un endroit très plaisant qui pourrait te plaire. »

Ce qu'elle ignorait c'était que dans cette partition qu'elle composait à l'aveugle, il ne s'agissait que d'une couverture …





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 6 Juil - 19:46
Une Couverture

Capitaine un jour, Capitaine toujours. Se fichant bien de qui était face à elle l'O'Bannon s'exprimait de manière autoritaire et pour cause : elle était sur SON navire et devait être appelée avec justesse. Cinead devrait peut être prendre exemple sur elle sur ce point... Se fichant des titres et de ce qui allait avec il ne remarquait pas souvent la manière dont on pouvait l'appeler. Sauf une fois, face à elle. Blessante. Elle enchaina alors sur une deuxième remarque, constatation à laquelle il ne put rien dire réellement car elle n'avait pas tort. Il avait les choses correctement, pour une fois. Pourtant il ne prit rien mal, non, car sa voix était différente, n'avait pas ressenti chaque mot comme une lame acérée tailladant sa peau. Elle semblait de bonne humeur chose qui le mit en confiance, remontant son torse légèrement.

L'invitation le surprit légèrement, pas au point que son visage s'en déforme mais il mit une bonne seconde avant de faire le premier pas pour passer de l'autre côté de ce qui le séparait d'elle. Ses pas étaient lents cette fois, veillant à ne rien renverser tant il voyait mal autour de lui. Pièce peu éclairée. Lorsqu'il passa la petite palissade l'astre lunaire dévoila bien des choses, comme si tout était placé derrière le paravent de la Sirène Maléfique. Il déposa le sac au sol, puis relevant la tête son cœur s’accéléra légèrement lorsqu'il aperçut son dos nu, éclairée par la lumière blanche qui faisait aussi briller sa belle chevelure de feu. Reflets de nacre. Sa robe, à moitié mise, elle semblait refléter la nuit, décorée par quelques filaments brillants. Beaucoup de questions se bousculaient dans son esprit alors qu'elle l'invitait, gracieusement, à l'aider à terminer le travail. Pourquoi une telle robe ? John avait bel et bien dit que la Capitaine l'attendait lui. Ainsi elle se parait de la sorte pour le Cinabre ? Le Légat. Ses lèvres dessinèrent alors un soupçon de fierté, d'honneur sur l'instant. Flatté.

    - Je pense qu'il y a beaucoup de choses qui pourraient te surprendre, en effet.

Pas la peine de soulever la pique évidente, la manière dont elle avait appuyé le mot reflétait tant du dédain que de la rancune, mais ce n'était pas grave. Elle faisait l'effort d'être aimable et surtout de se présenter au mieux pour le Purificateur, charge à lui de le lui rendre convenablement après tout. Bien qu'il ne s'attendait pas, mais alors pas du tout à cela. Oh non... Pas avec la lettre qu'il avait reçu. Surprenante oui, elle l'était encore mieux que dans ses songes.

Saisissant les lacets par les deux bouts il observant un instant les contours de la robe qui dessinaient son dos ainsi en "V", fixant tant la pureté de sa peau que les petits demi-cercles bordant le tissu pour accueillir ce qui allait resserrer l'habit bleu nuit. Une rapide réflexion et il comprit que tout allait devoir se croiser pour tenir au mieux. Il commença donc par le haut de ses reins, là où la robe finissait, passant chaque fil dans chaque encoche sans jamais lâcher les fines lanière d'une manière assez aisée, frôlant juste la peau de la jeune femme du bout des doigts à chaque fois. Premier étage terminé. Elle continuait alors à lui parler naturellement, replaçant sa chevelure sur un côté pour dévoiler ainsi une partie de sa nuque et son épaule. Il fut fasciné sur l’instant, captivé par la forme dévoilée.

    - Euh.. Je... C'est que je suis venu car tu m'as demandé de te ramener ta couverture en fait.

Il ne s'était pas arrêté pour autant, pas même lorsqu'il guettait les gestes de la Capitaine du navire. Continuant sa mission envers et contre tout. Deuxième étage terminé. Plus il remontait plus il tirait délicatement, prenant la peine de ne pas trop serrer pour qu'elle ne soit pas étouffée. Il continuait donc à croiser et décroiser les bras, observant toujours le dos nu qui semblait se cacher petit à petit. Sensation agréable et à la fois perturbante. Troublante. Ce n'était pas la première fois pour lui, non, le Purificateur avait de nombreuses fois aidé sa Gardienne, oui, et pour autant jamais il n'avait trouvé cela aussi plaisant. Grisant peut être même, légèrement. Troisième étage terminé. Amusé alors, comprenant petit à petit ce qui pouvait se tramer sur ce bateau, il s'exprima d'un ton léger.

    - M'enfin, il serait dommage de gâcher une si belle robe non ? Fais moi donc découvrir cet endroit plaisant, je t'y suivrais avec plaisir.

Il arrivait à la fin, préparait déjà le nœud qui allait sceller le tout et permettre à la demoiselle de se retourner, enfin, pour se laisser découvrir aux yeux de Cinead. Il voulait participer à ce jeu oui, n'était pas encore sûr de tout ce qui se passait. La couverture n'était donc qu'un prétexte pour l'amener ici et qu'ils puissent diner ensemble ? Probable mais dans ce quoi pourquoi avait-elle supposé que c'était LUI qui allait l'emmener ? Il avait bien une idée, au fond, mais préférais ne pas y penser, plus sûr d'apprécier l'instant sans. Ce qui était vrai, ce qui ne l'était pas ? Peu lui importait. Il recula d'un pas pour ne pas être totalement collé à elle lorsqu'elle se retournera, situation qui pourrait être gênante tant pour elle que pour lui. Il se contenta de tendre sa main en avant, l’appelant ainsi à prendre son bras pour l'emmener, ou plutôt se faire guider, vers ce fameux lieu où ils pourraient ravir leur appétit.

    - C'est terminé, je pense que ça ne doit pas être trop serré. Nous y allons ?

Il n'attendait plus qu'une chose, comme la dernière fois : une réaction. Une mouvement. Un mot. Un geste... Qu'elle se dévoile parée ainsi, honorant cette manœuvre d'Old John ou la sienne il ne savait pas vraiment, bien que son esprit semblait s'être aiguillé seul. Qu'allait-elle être cette soirée ?




Dernière édition par Cinead le Jeu 28 Juil - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 6 Juil - 20:48
Machinations







Il avait du répondant et ce n'était pas plus mal. Cela ne lui aurait donné ni l'envie, ni l'opportunité de continuer son petit manège. Son jeu dont elle n'était même pas l'instigatrice. Ainsi donc eut-elle la surprise de constater qu'il était loin d'être un empoté, bien au contraire. L'aisance avec laquelle il noua son habit la faisait sourire de plus en plus et elle ne put s'empêcher de lui dire, une fois qu'il eut terminé :

« Tu verras, elle est plus facile à dénouer. »

Un nouveau rire, masqué par une main devant sa bouche. L'histoire de la couverture ne lui avait pas échappé et elle s'amusa du prétexte trouvé par Old John. Un simple morceau d'étoffe dont elle n'avait pas noté la disparition et pourtant … le nouveau Légat avait pris le temps de se déplacer pour le lui rendre. C'en était assez amusant, à la réflexion. Cocasse. Quel drôle de personnage, vraiment. Et cette chaleur vaguement ressentie quand il avait effleuré sa peau de ses doigts n'était pas sans lui rappeler l'épisode du lac gelé. Un léger frisson parcouru son corps en même temps qu'elle commençait à se retourner, laissant ses mains glisser le long de sa taille enserrée dans ce tissu soyeux.

« Tu es aventureux et tu n'as pas froid aux yeux, tant mieux. Oui, allons-y alors. »

Pourtant elle marqua un temps d'arrêt quand elle fut complètement tournée vers lui, vers la lumière blafarde de la lune qui ne faisait que rehausser la flamboyance de leurs chevelures. Si semblables, deux feu inextinguibles. Dévoilée tout à fait pour la première fois à lui, alors que jusqu'ici, sciemment ou non, elle s'était refusée de se montrer. L'illusion était terminée ? Elle en tout cas prit le temps de l'observer avec attention, outrepassant sans doute ces règles de bienséance. Une notion totalement étrangère pour elle. Et dont elle ne prêtait guère de crédit. À ses yeux, il était en effet sur son territoire, qu'importe le nom, qu'importe le titre. Il restait néanmoins son « invité ». Ou celui de Old John, qu'importe.

Elle regarda la main tendue, eut un petit sourire en coin. Nimuë, doucement glissa jusqu'à lui mais au lieu de se saisir de son bras, elle continua son chemin non sans se pencher légèrement vers lui pour lui murmurer avant de se défiler, hilare :

« Oh ne sois pas si empressé de m'avoir à ton bras cher Légat. Je ne suis pas une vulgaire catin, même si j'ai l'impression d'être l'une de ces poules que l'on exhibe pour pavaner. Et puis, je ne suis pas de celle que l'on peut dresser. »

C'était grossier et déplacé mais la belle n'en avait cure. Elle n'attendit pas de réponse, ni une quelconque réaction de sa part. Non, au lieu de cela la jeune femme gravit les marches menant au pont, releva fièrement la tête devant son équipage émerveillé par l'apparition et se dirigea vers la ville pour longer le port. Old John, occupé à discuter avec un quidam tout en sirotant un peu d'alcool de prune, fut frappé par cette vision de la Sirène Maléfique. Il avala de travers, manqua de s'étouffer et suivit des yeux la progression de la jeune femme jusqu'à ce qu'elle eut disparue.

« … Faite attention à vous Cinead. »

L'avait-il prévenu en se remettant de sa surprise. Sa voix sonnait étrangement sérieuse, pourquoi ? Le Purificateur le découvrirait bien assez tôt tandis que la jeune femme le guidait à travers les rues sinueuses d'Alexandrie. Sombres et malodorantes. Où pouvait-elle bien l'entraîner ? À mesure qu'ils évoluaient, la population se fit plus rare, différente. Ils étaient loin d'observer des dames et des hommes habillés richement, des habitations propres et chaleureuses ! Ici, régnait une puanteur de celle que le Légat n'avait sans doute jamais sentie. De celle de la plus débauchée des ouailles de la belle Alexandrie. Marchands suspects qui traînaient des marchandises toutes aussi douteuses, prostituées déambulant lascivement devant les bordels à la recherche de clients disposés à céder leurs dernières pièces … elle était loin, la cité au Phare !

« C'est ici. »

Annonça t-elle en désignant un établissement d'aspect étrangement correct à première vue où l'enseigne se balançait paresseusement au bout de ses chaînes : « La belle endormie. » Même le nom dénotait avec le reste. Et le brouhaha à l'intérieur était des plus entraînants ! Pourtant en entrant, ce fut une fort belle jolie brune qui se présenta à eux, la poitrine à moitié dénudée, le sourire aguicheur en voyant le visage de l'homme qui se tenait aux côtés de Nimuë. Elle minauda tout en les faisant asseoir dans un coin sombre et reculé de l'auberge, pas trop loin de la scène où se jouait une représentation artistique de danse orientale. Cinq magnifiques créatures rivalisaient de charme et de sensualité dans leurs mouvements parfaitement orchestrés et synchrones. Avant que la serveuse ne s'en aille, Nimuë l'attrapa audacieusement par le poignet, la colla à elle pour lui susurrer quelques mots à son oreille. La jeune fille gloussa tout en dévisageant le Légat, acquiesça une fois que la Sirène eut terminé son discours.

« Tu as compris ? Brave fille. »

En capturant son visage entre ses doigts, la fille O'Bannon, malicieusement alla cueillir un baiser sur les lèvres de la brune, la libéra avec un sourire enjôleur. Un peu décontenancée et rougissante, celle-ci s’éclipsa , laissa Nimuë s'installer à son tour à la table. Posant un coude sur un recoin de leur table, elle plaça sa main de façon à soutenir son menton et regarda attentivement une nouvelle fois Cinead.

« Alors l'endroit te plaît ? Je me suis dis que ça te changerais du Palais et … de Blue Graad. C'est un peu plus chaleureux, j'y passe pas mal de temps pour les affaires. Pas la peine de me remercier. Tu le feras demain matin. »

Elle eut l'audace de lui adresser un petit clin d’œil puis se tourna vers les danseuses.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Jeu 7 Juil - 10:06
Decouverte

Encore plus directe qu'il ne le pensait, sa remarque ne put que le faire sourire, bien amusé par sa manière de jouer à elle. Techniquement, oui, elle jouait avec le feu. Et semblait aimer ça d'ailleurs, peut être même un peu trop à s'en souvenir leur aventure dans les terres glacées. L'invitation était des plus tentante et pourtant seul son sourire serait la réponse. Il n'était pas ce genre d'homme, ce genre de personne même... Et il ne doutait pas que derrière cette taquinerie la pirate lui semblait semblable. Seul l'avenir et peut être même la soirée lui en dirait plus. Lui chuchoterait, ou non, cette vérité en laquelle il semblait croire.

Il apprécia cet instant, court, durant lequel elle laissa tomber ses bras lentement. Froid aux yeux ? Avec de telles pupilles ? Jamais. Pourtant son esprit et son corps durent réagir face à ce qui se déroulait, ce rapide mouvement qu'elle fit pour lui faire face. Il savait que cela allait arriver et pourtant.. Il ne ne bougea, pas gardant son bras semi-tendu prêt à l'accueillir d'une manière assez distinguée, digne de ce qu'elle lui offrait. Rien de plus ne changea si ce n'est son rythme cardiaque s’accélérant et ses yeux qui s'ouvrirent un peu plus, teintés d'une légère fascination. Il y avait songé, à elle, cette jeune fille, cette adolescente, cette femme dont lui avait parlé l'ancien Général, son père. Ces exploits, ses malheurs quelques uns, les grandes lignes. Sa manière d'être à savoir assez différente, surprenante et fonceuse. Directe. Tout cela lui avait donné une image, une sorte de conte pour qu'il puisse laisser son esprit imaginer les choses, l’apercevoir, mettre un visage et un corps sur une des seule personne de l'extérieur dont il avait pu entendre parler. Au final très peu certes il ne savait quasiment rien, des détails fugaces et quelques lignes... Et aujourd'hui elle était là, réelle. Plus d'image figée dans les cieux glacés et illuminés.

Sa chevelure de flammes, ô oui, teintés de quelques reflets lunaires, elle semblait presque vivante, longues ondulations... Un feu doux. Agréable. Son visage lui parut tout aussi doux, étrange d'ailleurs là où lui avait pensé à voir quelque chose de plus carré, de plus fermé. Peut être même dur. Oh il l'avait toujours imaginée belle oui, mais pas de la sorte. Pas autant non. Son regard était étrange, teinté différemment de ce qu'il avait pu voir par le passé... Comme s'il n'était pas naturel, quelque chose se mêlait à se dernier. Le moment pouvait sembler gênant et pourtant non, tous deux se fixaient en cet instant, figés là. Se détaillant. Son regard passa sur ses lèvres rosacées, sur son nez et ses pommettes légèrement décorées de petites tâches presque invisible. Il apprécia un instant ce qu'il voyait, ce dessin que la lune claire lui offrait en cet instant... Puis tout se brisa, ce moment de stase lorsqu'elle vint vers lui, lé dépassant même en ignorant son bras totalement inutile. Puis les mots, choquants peut être oui. Était-ce vraiment ce qu'elle pensait de lui ?

    - Pardon ? Te dresser ? Ha..

Mais déjà elle avait disparu, avait quitté ce lieu mangé par la pénombre et péniblement sauvé par quelques rayons éclairés. Farouche, volatile et libre. Fascinante oui. Le mouvement de ses flammes qui disparaissaient l'attiraient tel un papillon de nuit guidé par la lumière... Allait-il lui aussi jouer avec le feu ? Il le faisait déjà mais réellement oui, pas de la sorte. Il avança à son tour, quittant cette cabine et montant vers le pont, croisant au passage John qui l'interpella en lui demande de faire attention à lui... Mais pourquoi , que craignait-il ? Le Légat haussa des épaules brièvement, lui même ne comprenait pas tout mais se laisser porter, pour l'instant, par cette machination dont il était la source. Sans le vouloir. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour la rattraper, difficile de la lâcher des yeux de toute manière tant elle dénotait avec le reste de la plèbe ici bas, dans cette ville. L'Oriflamme de la nuit. Marchant à ses côté il distingua avec facilité le ton dégradant, progressif, de la cité. Plus sombre, moins peuplé... Moins accueillant en un sens. Moins agréable... Une odeur qui l'interpella même comme pour le prévenir. Instinctivement il monta sa main à ses narines comme pour atténuer le tout... Où m’emmènes-tu..? Les gens du coin étaient étrangement vides, trouvait-il, déambulait presque sans but... Des femmes, des hommes, tous semblaient être lassés de tous, touchés par de nombreuses choses...perdus peut être, dans leurs âmes... Nimuë.. es-tu..? La question se posait à lui oui... Était-elle comme eux, à l'intérieur ?

La Belle Endormie, l'établissement semblait être une taverne pleine vie, voilà qui changeait de l'ambiance des dernières rues au moins. En pénétrant Cinead fut agréable surpris par ce qu'il put apercevoir : sa première vision fut celle de cette femme, brune aux cheveux mi-long s'arrêtant aux épaules et parfaitement ondulés, quoi pas aussi bien que ce de la Sirène à dire vrai, et qui était pour ainsi dire assez peu vêtue. Le légat laissa ses yeux défiler, tant sur le décor, les autres femmes et hommes que sur elle, accueillante aux formes généreuses et presque visibles. Il sourit alors, comme s'il était heureux de découvrir ces choses là, de nouvelles choses à dire vrai. Découvrir un monde qu'il ne connaissait pas... c'est à dire presque le monde entier. Pour sûr il appréciait ce qu'il voyait là, il aimait les jolies choses et était relativement bien servi ici, pourtant ses yeux se reportèrent rapidement sur la rousse qui était, à ses yeux, bien plus intéressante... Classieuse certes par son accoutrement, mais intrigante surtout par son comportement. Il souhaitait en savoir plus sur elle et en cet instant voulait comprendre. Que cherchait-elle à faire en l'emmenant ici ?

Il s'installa à la table que la jolie brune leur montra, les ayant même accompagnés jusque là. Nimuë ne la laissa cependant pas partir et avant de s'asseoir l'attrapa pas le bras pour la rapprocher d'elle. Cinead ne put s'empêcher de rire légèrement face à cela, voir la Belle dans sa robe magnifique se coller de la sorte à une femme presque nue... Oui, cela l'amusa un peu, sans comprendre réellement. La suite le surprit légèrement plus, cet instant où elle attrapa son visage pour déposer sur ses lèvres un baiser. Il fut aussi surprit que la serveuse à dire à vrai vu son expression, mais pas que... Il semblait avoir apprécié ce qu'il avait vu, laissant son corps parler lui par les sensation qu'il ressentait. Chaleur. Cette scène, cet acte sensuel l'avait marqué oui, alors qu'au fond il y avait bien pire aux tables alentours, il l'avait déjà noté. Nimuë... Plus il la découvrait moins il comprenait... Plus il semblait attiré par cette complexité certaine. Elle revint à la table en prenant ses aises alors, questionnant la Légat sur le lieu avant de reporter son regard vers les cinq danseuses qui mouvaient leurs corps d'une manière qui aurait fait entrer n'importe quel homme dans un état proche de l'extase... C'était beau oui, sensuellement et musicalement. Leurs corps bougeaient avec une certaine fluidité. Cinead laisser ses yeux vagabonder une nouvelle fois avant de se reporter sur Nimuë qu'il voyait de profil désormais, notant au passage la forme gracieuse de son nez... Il continuait alors de la fixer.. Que lui arrivait-il u fond ?

    - L'endroit..? Pas particulièrement non, ce que j'y vois par contre... C'est agréable pour les yeux oui. Tu as bien fait, découvrir le monde en dehors de ce que je connais est intéressant, mais toutes ces beautés là ne valent pas la raison de ma présence ici honnêtement. Je pense. Bien ! Et si nous commandions...

Mais il fut pris de court car déjà la brune revenait avec deux pintes bien remplies. L'Oriflamme semblait avoir prévu bien des choses... Il remercia la serveuse qui reparti avec son plateau non sans tourner le dos aux deux Marinas... Encore moins vêtue à l'arrière se dit alors le Purificateur. Mais il reporta vite ses yeux sur Nimuë qui avait déjà pris sa boisson en main tout en continuant à savourer le spectacle que lui offrait l'orient. Cinead la suivit alors en prenant une bonne gorgée, agréable, quoi qu'un peu amer... Mais il avait connu pire, même s'il aurait préféré la même chose que dans le bateau.

    - Eh bien, que tu lui as-tu susurré d'autre à cette femme qui ne te laisse pas indifférente ? Qu'as-tu préparé pour moi, Nimuë ?

Il n'eut comme réponse rien de plus qu'un jeu de regard et un petit rire envolé et mélodieux... Pourquoi ? Car la réponse était là pourtant. Il n'avait pas fait attention qu'elle était encore revenue vers eux, s'était même assise à côté de Cinead... Ce qu'il ne remarqua pas avant qu'elle ne glisse sa petite main dans son haut, caressant au passage son torse. Il sursauta légèrement, surpris d'une telle proximité d'un coup, de tels gestes... Voir Nimuë embrasser une femme était une chose, laisser cette dernière agir de la sorte. Oh il appréciait oui, c'était assez nouveau et particulièrement agréable, il sourit alors, de nouveau. Elle le chevaucha alors, son entre-jambe frôlant presque le sien, Le Purificateur avala alors avec difficulté sa salive. Que se passait-il ? Son cœur battait plus fort encore, il ressentait une chaleur agréable en son être, en bas de son ventre. Des petits picotement au bout des doigts. Pourtant son regard ne fixait pas celle qui était sur lui non, il cherchait à apercevoir l'Oriflamme.. Mais elle l'en empêcha, saisissant son visage entre ses doigts graciles pour le recentrer sur sur elle. Rieuse. Elle approcha son visage du sien, lentement, avec une certaine sensualité comme pour faire durer le moment, l'attente. Le tenter. Leurs lèvres étaient presque en contact quand il interposa son index entre leurs deux bouches. Surprise elle ouvrit les yeux alors qu'il repoussait avec douceur son visage vers l'arrière, gardant le doigt posé sur les lèvres encore humide de la belle brune.

    - Désolé mais je pense qu'on ne se connait pas assez pour ça.

Il soupira alors légèrement, aidant la jeune femme à se dégager de cette position gentiment, sans la brusquer, sans manquer de lui sourire. Restait poli. Encore dérangé par tout ce qui venait de se passer... Non il ne voyait pas les choses du corps ainsi. Avait une certaine idée, plus "traditionnelle"... Il comprenait alors ce que cherchait Nimuë en un sens. Il se releva, passa derrière sa chaise à elle, belle rousse, puis se pencha jusqu'à son oreille tout en déposant ses mains sur ses épaules.

    - Je ne sais pas ce que tu cherches à faire, mais je suis venu pour apprendre à te connaitre toi. Je pense qu'aucune autre femme ici ne vaille cet intérêt.

Puis il recula, laissant ses mains glisser sur le tissu, puis sa peau, sa senestre frôlant légèrement son cou et se perdant un instant dans ses cheveux. Agréable sensation, un frisson lui parcourut le bras alors. Il se dirigea vers la sortie, était-il déçu de tout cela ? Non, ce n'était pas ça, il avait apprécié ce qu'il avait vu et ressenti, cette sensation étrange, cette manière d'être poussé près du vide par la Générale... Oh oui, elle l'avait finement joué, son coup... Seulement lui ne voulait pas cela, pas ainsi en tout cas. Pourtant quelque chose le retint. Une main agrippa son poignet alors qui était proche de la porte menant à l'extérieur. Etait-ce là là belle brune, avait elle des consignes données par Nimuë qui avait prévu son départ..? Ou était-ce ce qu'il attendait lui, au fond ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Jeu 7 Juil - 12:06
Machinations







Pourquoi lui répondre ? Il allait avoir les réponses à ses questions plus rapidement qu'il l'imaginait. Alors la jeune femme n'avait pas bougé d'un iota, s'était contentée de sourire légèrement et d'une manière un peu inquiétante. Oui, que lui réservait-elle au juste ? Emmener son Légat dans un bordel était déjà beaucoup trop en soit. En outrepassant les règles la jeune femme cherchait à faire quelque chose. Cela était évident et n'avait pas échappé à ce jeune homme qu'elle n'avait pourtant pas quitté des yeux. Nimuë observait ses réactions sous cape, faisant mine de s'intéresser aux alentours alors qu'elle connaissait les lieux par cœur. Ici tout se répétait, il n'y avait pas de nouveauté. Toute cette pièce se jouait d'une manière machinale, dérisoire. Les gestes restaient beaux mais sans saveur à force d'en connaître tous les aspects. La Sirène avait voulu voir autre chose et perturber un peu l'engrenage minutieux de ce quotidien barbant. Le sien ? Aussi. Un grain de sable, rien qu'un pour ébranler le cours des choses.

Et le grain de sable approcha pour se glisser subtilement jusqu'au Purificateur, s'immiscer dans ses rouages. L'oeil pers de la belle rouquine s'alluma d'un nouvel éclat, d'un intérêt renouvelé. Oh Sirène ! Comme tu étais bien cruelle de jouer ainsi aux dépends des autres. De celui à qui tu devrais porter allégeance, comme pour Liao. Cette pensée assombrit son regard et très vite elle parut se désintéresser de la scène qui se déroulait entre la serveuse et la Voix de Poséidon. Pourtant la pirate fut étonnée par la réaction du jeune homme. Ou son évolution.

D'abord la surprise qu'il avait tenté de camoufler, de ravaler, pour mieux se laisser glisser dans cet état que l'on avait souvent du mal à appréhender. Désir et envie, l'ivresse d'une caresse et d'un parfum, l'attrait certain entre deux corps, un frisson même léger. Frayer avec le vide et danser encore et encore. Était-ce cela qu'elle avait voulu voir ? Oui et non. Dans tous les cas la jeune femme le laissa dire et s'en aller, sans rien faire, sans rien dire. Un soupir s'extirpa d'entre ses lèvres quand il fut avalé par la foule qui s'amassait. Déjà quelques personnes venaient vers elle pour s’amasser, la presser. Une sorte de fièvre grimpait. Nimuë perdit Cinead de vue et se redressa pour aller dans la direction opposée. Elle porta sa main contre son cou, là où le Légat l'avait frôlé. Un nouveau frisson.

Moi non plus je ne sais pas ce que je cherche à faire ... réellement.

Une main s'était refermée sur le Purificateur. Pas douce, mais ferme. S'il s'attendait à la douceur de la serveuse, il serait bien déçu. Non, un grand homme à l'air peu avenant se pencha dans sa direction, le ramena sans ménagement à l'intérieur pour qu'il soit à portée d'oreille.

« Eh mon gars tu sais que ce n'est pas trop poli de laisser dame Nimuë alors qu'elle t'offre un bien beau cadeau ? Dépêches toi de retourner la voir ou je m'occupe de ton cas. »

De quoi parlait cet homme ? Quoiqu'il en soit il se plaça devant la porte, bras croisé, l'air menaçant. Nul doute que le cerbère de la porte ne l'entendait pas de cette oreille. Il désigna du menton l'autre côté de la pièce, là où la scène avait été levée pour les artistes. Les danseuses se retiraient justement avec force de frou-frou et commentaires grivois tandis qu'une ombre bleue émergeait des ténèbres pour faire son apparition. En apercevant la flamboyance de cette chevelure tous firent silence, s'installèrent rapidement. Un simple regard vers l'assemblée avait suffit pour enchanter son auditoire. Faire naître des souffles empressés aux bouches des hommes comme des femmes.

Nimuë prit place sans se hâter, offrait déjà une première représentation tant son corps se mouvait avec grâce et lenteur alors qu'elle se contentait d'avancer, de se saisir d'un instrument à corde et de s'asseoir. Ses doigts rapidement pincèrent les cordes pour s'assurer de leur belle et bonne résonance. La mélodie s'envola, suivie par la voix enchanteresse de la Sirène Maléfique.

Si il y avait pu avoir quelques murmures, ceux-là s'étaient très vite taris tant l'assemblée fut subjuguée par le chant de la jeune femme. Dans les regards flottait nombres de sentiments. Surprise, mélancolie, tristesse et le début de cette ivresse qu'elle avait commencé à faire naître chez Cinead. Un instant ses prunelles se posèrent sur lui. Le charme opérerait-il de la même manière que chez les autres ? Lui était un éveillé, le Légat … Il était possible qu'il ne soit pas séduit. Ou à l'inverse, qu'il plonge comme tous les autres dans son piège. Un à un les paupières frémirent, se fermèrent au monde … Et elle, au milieu des endormis, elle cessa sa chanson pour se relever, maîtresse incontestée des lieux pour s'avancer vers Cinead.

« Tu sais très bien ce que je cherche à faire, Légat. »

Siffla t-elle, le regard plongé dans celui du Purificateur. Mutine et maléfique.

Fourbe créature ondulant jusqu'à la Voix de l'Empereur des Mers.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Jeu 7 Juil - 22:49
trop de questions

La main n'était pas celle d'une femme, exit donc la serveuse ou celle qu'il espérait.. Non, la suite allait être désagréable. Tiré par le grand type pour être ramené à l'intérieur Cinead se retourna tout en ramenant brusquement son bras contre pour se dégager de l'étreinte. L'acte de cet homme eut le mérite de l'irriter, légèrement, teintant ses prunelles rouges d'une certaine vivacité. Le menaça face à son acte envers Nimuë... Ainsi elle avait prévu bien plus que ce qu'il pensait, mais que souhaitait-elle vraiment ? Le voir sur une de ses banquettes, affalé, chevauché par une femme qu'il ne connaissait pas ? Dans quel but, tout cela n'avait aucun sens réel. La Sirène poussait le Légat hors de son confort, hors de sa zone.

    - Bien beau cadeau ouais, tu te f...

Mais alors qu'il comptait se décharger, à tort, sur le pauvre homme et lui exprimer sa colère sur l'instant, le menacer pour l'avoir touché il aperçu la belle rousse avancer sur la scène alors que tous s'écartaient, tous prenaient place comme si la chose qui allait suivre était importante... Et elle était, avait interrompu le Légat dans son sermon. Tu fais ça pour moi ? Mais pourquoi ? Face à l'incompréhension et la fascination de sa prestance, celle la même qui avait su faire taire le brouhaha et calmé les ardeurs, il s'avança jusqu'à poser son épaule contre une poutre en bois. Un endroit parfait où il pourrait observer et écouter la Sirène qui était prête à commencer. Il ne comprenait pas encore le jeu, pourquoi ce lieu, pourquoi cette mise en scène... cette mise en avant même.

Quelques accords de cordes et elle débuta, instaurant le silence parfait sans même le demander. Jamais le Légat n'avait entendu pareille voix, pareil chant. A dire vrai il ne prêtait même pas d'attention aux sons de l'instrument, nullement utile tant la mélodie se construisait seule à la sortie de ses lèvres. Il quitta son attitude lascive en se détachant du poteau, gardant cependant les bras toujours croisés mais sans cesser de fixer la belle qui laissait les notes s’envoler, les sons le toucher lui comme les autres. Sentiments... Non, il y avait plus... Elle y insufflait d'elle même directement, oui, si bien que les gens autour de lui semblaient soit s'affaiblir, soit laisser parler leurs cœurs en pleurant, se serrant les un les autres. C'était là plus qu'une simple voix mais une âme qui parlait, touchait de l'intérieur ceux qui pouvaient y recevoir la douce étreinte d'un fuseau..

Les yeux se fermaient les uns après les autres, les corps s'effondrait non sans exprimer leur fatigue avant... Cinead lui restait captivé par les sonorités, profitait alors de ce spectacle sans prêter attention à la foule, ne la voyant, Nimuë, comme si il n'y avait qu'elle simplement. Elle le fixa quelques instant, lui, avant de s'arrêter, de mettre fin à ce spectacle enchanteur qui n'avait d'autre but que de la servir. Le Légat revint alors à la réalité, quittant l'Oriflamme des yeux pour constater que tous somnolaient alors... Sirène Maléfique. Elle les avait tous charmés, envoutés de sa voix pour ne les laisser qu'eux. Il décroisa ses bras, alors qu'elle se rapprochait de lui.. Oh il commençait à comprendre, oui... Mais pourquoi maintenant, pourquoi toute cette mise en scène, cette lettre, cette robe... Que me prépares-tu ?

Face à face elle le taillada alors, de la même manière que les premiers mots dans sa cabine. Légat. Oh oui, il n'était rien à ses yeux, personne. Un titre, rien de plus. Mais au moins cela suffit à le faire réfléchir, tant les mots que la manière... Il entrevoyait bien la finalité de tout cela sans en comprendre l'essence une seule seconde. Tellement de données manquantes, après tout n'était-ce pas pour cela qu'il s'était prêté au jeu à la base ? Avait espéré en savoir plus... Il s'était trompé, les rêves amenaient encore une fois de plus aux regrets... Oh oui, il regrettait en cet instant, de ne voir un Oriflamme Onirique... Ce même rêve qui aurait put être plus doux, il n'en doutait toujours pas.

    - Je commence à comprendre oui, Nimuë... Et alors ? Qu'elle est la suite à ton jeu, quelles sont les règles ? Hein ? Tu ne veux pas ma place, toi la libre pirate alors pourquoi me pousses-tu ainsi ? Tu veux m'affronter dans cette robe ?

Sa douceur naturelle s'envolait sans pour autant laisser place à la colère. Non, c'était l'incompréhension. Pourtant il avait pris la peine d'appuyer sur son prénom, pour la ramener. Il tombait là au milieu de tumultes dont il ne connaissait rien mais devinait pourtant, et lui cet idiot n'aspirait qu'à les appréhender pour les calmer. Il fit un pas de plus vers elle tout en fixant ses yeux pers, notant que son regard avait changé, comme si l'instant où ils seraient seuls face à l'étendu de son pouvoir, sur ses propres terres était ce qu'elle attendait.

    - Ton navire, tes terres, tes lieux... Oui, j'ai bien compris être sur ton territoire, mais n'oublie pas que je le protège aussi des Dieux désormais. Alors pourquoi ? Tu cherches à jouer avec le feu ?
    A cet instant ses pupilles se mirent à briller, à vaciller tels deux petites flammes. Tu veux savoir de quoi je suis fait hein, au fond ?

Cette question était relative, rhétorique, Nimuë ne désirait pas savoir pourquoi ou comment il était devenu Légat, elle était libre et aimait cela il le savait. Elle se fichait certainement même des Dieux, aussi le Légat ne devait rien représenter pour elle... Pas celui auquel elle faisait face en tout cas. L'abandon de Liao l'avait marqué, impossible de rater cette donnée... Souhaitait elle savoir si lui aussi partirait, avant tout, avant même de savoir qui il était ? Il écarta les deux pans de tissu qui fermant son haut, dévoilant le haut de son torse à la jeune femme alors que l'instant d'après il se pencha pour attraper une de ses fines main et la plaquer contre son cœur. Qu'elle le sente battre.

    - Je suis pas si différent de toi... Pourtant il y a une chose qui change. Je suis le Feu.

Ses yeux s'allumèrent de la même manière alors qu'elle pouvait déjà ressentir contre sa paume la chaleur qui émanait de sa peau, à lui, le Purificateur. Si elle possédait de bons souvenirs elle pourrait s'en rappeler, la même que lorsqu'il la tira de l'eau, cherchant à la sauver. Cette chaleur naturelle qui était sienne, mais pas que. Comprendrait-elle le sens de cette phrase ? Lui, cette lumière qui brillait comme le phare de cette cité. Le guide, le Berger. Il ne la lâchait pas du regard, n'osait même pas fixer autre chose que ses yeux intrigants.

Quelle est la suite de ton jeu ?




Dernière édition par Cinead le Mar 19 Juil - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mar 19 Juil - 11:47
Machinations







Dans son jeu il n'y avait qu'une seule règle. Il n'y en avait aucune. Tout était permis, jusqu'aux plus sombres et odieuses bassesses. Car ils étaient ainsi faits, hommes, femmes … ne restait que l'innocence relative des enfants. Celle-là même dont on avait privé Nimuë. Comment pouvait-elle agir autrement que de la sorte dans ce cas ? Libre, se dresser face aux injustices ? Quitte à abandonner cette once d'humanité qui la définissait ? Nimuë. Prononcer son prénom faisait tordre son sourire enjôleur en un rictus irrité. Mais elle continuait d'avancer sans montrer le moindre signe de faiblesse ou d'hésitation. Comment pouvait-elle flancher devant lui ? La jeune femme se l'était interdit. Feu. Elle était l'indomptable et fourbe créature. Même le nouveau Légat l'avait compris tant il l'avait souligné, avant de soulever une réalité. Une vérité qui fit rire légèrement la pirate.

Vie. Celle qui annonce la Mort est toute proche de toi désormais, elle n'avait pu qu'à lever la main pour …

« T'affronter dans cette robe ? C'est cela qui t'inquiète ? Oh mais ne t'en fais pas pour elle … Je pourrais te tuer sans avoir à lever le petit doigt. »

Bien sûr qu'elle cherchait à jouer avec le feu. Danser avec … S'émouvoir et s'émerveiller de sa chaleur, constater de sa brûlure, l'éprouver pour oublier. L'affronter oui. La vaincre ou la nuire. L'évincer ? Nimuë se redressa de toute sa hauteur, fière et effrontée comme elle l'était drapée dans sa somptueuse robe, l’écheveau de sa chevelure de feu soudainement agité par une main invisible. Le regard plongé dans celui de l'homme qui lui faisait face. Ardents. Inextinguibles.

Se faisant la Vie n'avait même pas encore conscience qu'elle venait de tomber dans Son piège.

Mais soudain, la Vie à un sursaut. Un battement, deux battements suivis de centaines d'autres. Quelle drôle d'impression sous sa paume. C'était chaud et agréable, presque rassurant. Les sensations qui l'assaillent lui font esquisser un mouvement de recul. Elle s'en abstint, préfère l'affronter plus farouchement, crisper ses doigts dans cette chair offerte. Capturer ce cœur serait si facile. Si simple. Mais ce n'était pas cela qui l'intéressait en cet instant. Cette brusque proximité qu'il avait fini d'instaurer, elle la réduit encore et encore, se cala étroitement contre lui. Feu.

« Oh je sais qui tu es ... »

Elle semblait perdue dans ses songes. Ses iris happés par celles iridescentes de la Voix de Poséidon.

« Mais je n’obéis qu'à Lui. C'est à Poséidon que je dois ma nouvelle vie … à lui que je dois ma renaissance, à lui que j'ai prêté allégeance. À lui que j'ai offert … ce que j'avais à offrir. Et pourtant … il sait. Il connaît ma nature. Pas toi. Je ne veux pas de ton Feu. »

La Mort face à la Vie. Elle continuait de le repousser contre le pilier en bois soutenant les fondations de l'auberge. Ne le quittant pas des yeux, ne détachant pas sa main de son torse. Sur ce cœur. Cette flamboyance presque douloureuse. D'entre ses lippes un autre chant. Bien différent du premier. Froid et mélancolique. À l'instar d'un requiem qui devait imposer son silence. La Vie face à la Mort. L’atmosphère devint pesante, presque irrespirable. Le noir s'impose alors que les flammes vacillent. Les émotions se confondent. Nimuë se pencha vers lui pour lui susurrer à l'oreille :

« Je suis Celle-qui-annonce-la-Mort ... Continue de me regarder… De m'écouter. Obéis-moi. »

Te voici sous le pouvoir de la Sirène Maléfique. Son maléfice s'insinue en toi tel un Poison. As-tu seulement les moyens de t'échapper ? Comme les malheureux marins embarqués sur frêle esquif, te voici à la merci d'une créature dépassant toute raison. Cœur affligé, cœur malmené. Qu'il danse et se meurt ! Que par sa volonté, il lui obéisse !

« La suite de mon jeu hm ? Il est très simple … » Venait-elle de lire dans ses pensées ? « Lâche ma main, pose-la sur mon cœur. Ensuite … je veux que tu remontes doucement … Enroule tes doigts contre ma gorge. Et brise-moi. »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 20 Juil - 15:50
Contre la paume

Encore et toujours la même chose. La provocation, pure et dure. Elle semblait aimer ça, comme si elle souhaitait constamment se mettre sur la pointe des pieds face au vide. Comme pour l'appeler, le tenter. Lui ne semblait pas affecté, ne rentrait pas dans ce jeu là... Après tout ce n'était pas celui-ci, le vrai. Là n'était que sa façade à elle, ce qu'elle voulait laisser paraître. A n'en pas douter qu'elle ne mentait pas, ne semblait pas du genre à le faire, non. Pourtant elle jouait sans cesse avec les mots, leurs effets et leurs impacts, là encore elle cherchait à creuser, à le pousser plus encore. S'attendait-il à cela, lui, pauvre hère qui été venu à sa rencontre pour accorder sa requête ? Non, même si au fond de lui il savait qu'il tenait là une réponse à ses envies : Tu souhaitais la connaître, Légat ? Eh bien te voilà servi.

Pourtant point de goût amer ici, non, car il comprenait au fil de ses mots et de ses actes... Il s'était attendu à ce qu'elle retire sa main, mais avait espéré qu'elle y reste un peu plus... Surprise pour lui, elle le fit et bien plus encore, il ressentit même une étreinte, comme si elle cherchait à plonger ses doigts dans son torse, à la limite de faire craquer sa peau. Elle le poussait encore oui, mais contre une poutre cette fois. Sensation agréable, limite de la douleur et toujours ils se fixaient, ne se lâchaient pas. Nul défi pourtant ici, non. Alors elle se rapprocha de lui, brisant la distance qu'il y avait entre eux définitivement, à l'instar de cet instant où il l'avait étreint... Sauf que seuls leurs mains liés sur son cœur étaient réellement en contact au delà de la portée physique. Alors ils étaient là, leurs visages proches, lui la tête légèrement penchée vers le bas et elle le toisant vers le haut avant qu'elle ne recommence encore à le titiller, sans relâcher la pression. Sentirait-elle le palpitant battre plus fort encore ? Etait-ce le geste de ses doigts qui agissaient ? Ou bien cette proximité ? Lui en tout cas ne lâchait rien, ni la tension des regards ni cette main nichée là contre sa propre vie. Non, tu ne sais pas...

Il ne parla pas cependant, la laisser s'exprimer car c'était là ce qu'il souhaitait après tout. Il apprit donc au moins qu'elle était une personne fidèle même si il n'en avait jamais douté. Libre oui, après tout elle restait celle qu'elle était, sa nature comme elle l'appelait. Mais aussi droite. Il gardait ces mots en son esprit alors que l'instant d'après il n'allait plus en avoir réellement... Car la Sirène, elle, se mettait à chanter de nouveau... Différemment. Que cherchait-elle à faire, alors que petit à petit seule la pénombre les entourait, effaçant toute trace de vie si ce n'est cette voix et cette chaleur contre son cœur, tout autour. Lui semblait ne plus être maître de rien, s'était laissé prendre... Par cette proximité ? Peut être oui, mais aussi car il le souhaitait. Il n'avait pas peur, non... pas peur d'elle. Les mots de John lui revirent rapidement, peut être était-ce là sa mise en garde ? Peu importait, il s'en fichait, ne la craignait pas même s'il ne savait pas où tout cela aller les mener. Où elle allait l'emmener. Celle qui annonce la mort... Pourtant il ne sentait pas qu'elle voulait le tuer.

Alors elle prit le contrôle de son corps, lui susurra ses ordres et elle put lire, à peine ses quelques mots prononcés, l'étonnement dans les yeux de Cinead. Jamais il ne se serait attendu à ça... Enfin, réellement ? Non, il le savait au fond de lui, ce n'était là que la suite logique à tout ce qu'il avait vu et entendu. Blue Graad, cette colère, cette mise en scène et maintenant ça... NON ! lui avait-il hurlé, incapable de bouger ses lèvres ou sa langue.

Sa main quitte alors son poignet lentement, vient se plaquer contre sa poitrine un instant. Un soupir, le sien ? Un battement ou deux. Puis elle remonte délicatement, envoûtée par une certaine tendresse. Ironie. Ce n'est plus sa paume mais le bout de ses doigts désormais qui frôle sa douce peau blanche, jusqu'à ce qu'ils touchent son cou. La ils glissent alors, entourant son cou sans aucune pression, il sent contre sa peau les pulsassions, son regard pourtant ne la quitte, elle.

Plus rien, là dans le silence, dans l'obscurité. Ils ne bougeaient plus, possédant chacun d'eux en cet instant la vie de l'autre au contre leurs paumes. Elle n'avait qu'à plonger plus encore et lui arracher le cœur avant de l'écraser. Il n'avait qu'à resserrer son étreinte pour l'étouffer avant de briser ce cou frêle. Ils n'en étaient pas loin, tous deux devaient certainement ressentir une pulsion, contrôlée ou non, sans forcément vouloir la mort. Différente de tout ça. Grisante ? Une certaine tension montait dans le corps du Purificateur jusqu'à son bras alors que ses doigts commençaient déjà à appuyer. Il ressentait chaque coup de sang plus fort, alors.

    - Tu ne me connais pas.

Sans relâcher la pression de ses doigts, pas assez forte pour l'inquiéter, à peine puissante et ne la retiendrait pas réellement, il laissa parler son propre être. L'instant d'après ils furent happé dans de grandes flammes bleues, eux deux, collés l'un à l'autre. Un profond soulagement saisit alors Cinead lorsqu'il reprit le contrôle de son corps, se pressant de relâcher la gorge de Nimuë pour glisser jusqu'à sa nuque avant de la plaquer contre lui. Sa main libre, elle, vint retenir celle qui était encore contre son cœur. Il la gardait là contre lui, un instant, juste un instant alors que lui semblait déjà s’apaiser par la force du feu qui le dévorait.

    - Ne bouge pas. Reste et apprécie un instant, ressens sur ta peau et en ton âme, laisse ces flammes couler sur ton corps... Je ne suis pas n'importe quel Feu.

Purificateur. Elle ne semblait être être blessée mais si elle l'avait été ses injuries se seraient effacées lentement. Les troubles de ses pensées pouvaient eux aussi s’apaiser tout comme toute sortes de douleurs, physiques ou mentales. Là étaient leurs pouvoirs aux flammes bleutées. Contrairement au corps de Cinead elles ne dégageaient nulle chaleur, semblait même être humides, douces. Elles dansaient autour d'eux, semblait les mordre mais sans les dents, sans les toucher. Douce lueur dans la pénombre, détaillant les deux corps l'un contre l'autre au milieu du vide. Un soupir, plus long... plus doux. Plus de tension.

Il relâcha son étreinte sans quitter pour autant sa peau, gardait le contact avec elle d'une certaine manière. Elle pouvait fuir si cela lui chantait, elle pouvait pousser sa main encore plus loin et en terminer. Cela n'importait pas en cet instant, lui appréciait la caresse des flammes et leur absence face à sa présence à elle. Il la fixait toujours, laissa la main derrière la nuque se perdre un instant dans la chevelure Oriflamme qui se mouvait en même tant que le Feu Purificateur.

    - Mais je ne te retiens pas. Encore une fois tu es libre oui, tu n'est pas attachée à moi... Je te le répète, je ne suis là que pour te connaitre, te découvrir. Pas t’enchaîner à ma volonté ou à mon titre. Seulement je n'abandonne personne, même si toi tu sembles le vouloir. Je suis le Berger, ma masse n'est qu'une torche pour vous guider, tous, selon sa volonté à Lui.

Les flammes restaient alors encore, comme si elles semblaient avoir encore à se nourrir...Une douleur, une crainte, une malédiction, une pensée... Elles ne soignaient pas, non, ne guérissaient pas tous les mots. Elles purifiaient simplement, lentement... Et si Nimuë reculait nul doute que ces dernières s'éteindraient...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 20 Juil - 17:21
Machinations







Qu'attends-tu pour obéir à ma volonté ? Oh ! Lutter oui, tu es la nouvelle Voix après tout, pourquoi serais-je surprise de te voir hésiter ? Pourtant l'assaut sur ton esprit est bien plus puissant. Résiste oui, résiste-moi encore un peu. J'entrevois dans tes yeux l'ombre d'une surprise. Déconcertante, je le suis. Je suis la Sirène Maléfique. Celle qui annonce la Mort. Comprends-tu seulement ce que cela implique ?

Elle savait qu'en cet instant, elle avait le contrôle absolu sur sa personne. Tel un pantin, il lui était si facile maintenant de tirer les ficelles. Redoutable démiurge, fourbe créature ! La jeune femme esquissa un vague sourire en sentant cette caresse, cette étreinte de plus en plus prometteuse. Pourtant, et cela l'agaça un court instant, elle n'avait pu s'empêcher de frissonner. De vaciller. Seulement, l'avait-il senti ainsi muselé de la sorte ? C'était elle qui avait le contrôle ! Et elle seule ! D'un regard plus appuyé, Nimuë intensifia son emprise sur sa personne, l'encouragea à passer à l'acte. Ses lèvres s’entrouvrirent quand les doigts du jeune homme se posèrent contre son cou, son visage se leva vers le sien et ses yeux se fermèrent. Pour apprécier tout le poids du monde dans cette main prête à éteindre sa Vie. Son Feu.

Quelle perfidie de la part de cette jeune atlante entourée de noirceur et des corps endormis de ses « victimes ». Que cherchait-elle à faire au juste ? À se prouver ? À lui prouver ? On aurait pu penser que c'était la folie qui guidait ses pas. Danser au bord du gouffre, voir et se contempler dans l'image que renvoyait les abysses. Oh, il y avait tant de choses qui filaient dans son esprit. Or rien qui ne la satisfasse.

Non, bien sûr que je ne te connais pas. Comment le pourrais-je ? En avais-je seulement envie ? Une autre chose imposée. Libre oui. C'est cela que je désirais affronter plus que tout autre chose. Laisse moi te regarder, alors.

Ses paupières tressaillirent avant qu'elle ne le contemple avec gravité. Presque déçue, oui mais de quoi ? L'instant d'après sa tête se retrouva calée contre ce torse découvert dont elle sentait les moindres changements. Les battements furieux d'un cœur qui ne comprenait pas et se découvrait … quelque chose. Une surprise, qu'elle partagea quand il l'avait attiré à lui sans autre forme de procès. Briser son sortilège si aisément … Un petit rire faillit bien s'extraire de sa gorge qui ne souffrait même pas de l'étau qu'elle lui avait commandé. Elle se maudissait intérieurement quand, d'un coup, la danse de quelques flammes bleues la prit par surprise. Aussitôt la rousse s'était nichée plus étroitement entre ces bras, cette pression sur sa nuque. Oh, oui, elle aurait pu fuir. Nimuë ne le pouvait tout simplement pas.

La peur s'immisçait dans ses yeux bleus, un écho sinistre et lointain dans sa tête. Les cris d'hommes, de femmes et d'enfants offerts en sacrifice. Pour la sauvegarde d'une multitude. Un mal nécessaire. Cette vision la fit trembler d'effroi. À un tel point que les mots du Légats eurent du mal à trouver un chemin jusqu'à elle. Se faisant, elle s'abandonna tout à fait. Inerte et pâle. Le regard voilé qu'elle tenait farouchement baissé. Il n'était pas n'importe quel Feu. Celui d'Asclépios non plus et pourtant … les vagues morsures qu'elle pouvait ressentir ne lui faisait pas du mal. Elles n'étaient pas brûlantes. Elles étaient si belles qu'elle ne pouvait plus détourner son regard.

Hypnotisée. La gorge prise dans un nouvel étau.

Il m'est impossible de lutter. Purificateur hein ? J'ai déjà ressentis cela avant. Avant que l'on me débarrasse de …

« Le Seigneur est mon Berger, je ne manque de rien. Les Chrétiens n'ont jamais été si proches de la vérité. L'assouvissement des hommes sous le regard des Dieux. Un aveuglement. L'es-tu ? À ce point aveugle pour t'enchaîner à ce Destin ? Poséidon est venu te chercher, t'as choisi comme moi ? Et tu ne dis rien ? Tu acceptes comme un chien qui a peur des coups de son Maître autoritaire ? Je ne suivrais jamais un tel homme. Mais tu sembles m'avoir déjà bien cerné. Il est inutile d'en savoir davantage, pas vrai ? Je suis libre. J'aime le croire. Cela me suffit. »

Qu'est-ce que je raconte ? Qu'est-ce que je déblatère ? C'est bien un cœur qui bat que je sens sous ma paume crispée ? Un homme, pas uniquement un phare. Mais qui es-tu ?

« Tu es faible, bien trop faible pour être notre Légat. Ton esprit est un livre ouvert. Je pourrais te briser si facilement … alors … pourquoi suivrai-je un homme tel que toi ? Tu m'as sauvé cette fois-là. Alors que je ne le voulais pas. Tu n'as pas hésité une seule seconde à t'interposer entre moi et ma Mort. Pourquoi ? Tu sais, si tu penses que j'ai une dette envers toi … tu te trompes lourdement. Et je sais que tôt ou tard, tu partiras toi aussi. Moi pas. »

Destin.

« Retire ces flammes, je ne les aime pas … »

Elle n'avait pas bougé d'un iota. Par peur oui. Le Feu, le moindre mal. Nimuë se mit sur la pointe des pieds pour arriver à hauteur de regard. Yeux dans les yeux, elle le contempla un moment sans dire un mot.

« Dis moi ... Comment connaissais-tu déjà mon prénom sans m'avoir jamais rencontré, Légat ? »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Jeu 21 Juil - 17:49
libre

Elle n'était pas partie, bien au contraire, s'était posée un peu plus contre lui à sa grande surprise. Sans s'en rendre compte ses mains se reposèrent sur sa nuque et son poignet, avec plus de douceur cette fois. Relaxé. Elle quitta son regard du sien alors, regardait les flammes danser sur leurs peaux, sur leurs corps et leurs vêtements sans pour autant les dévorer. Puis elle lui adressa la parole à nouveau ce qui l'étonna un peu. A dire vrai lui s'attendait à ce qu'elle parte, au moins qu'elle s'éloigne. Il ne comprit pas réellement sur l'instant, se contenta de profiter. Mais de quoi ?

Alors il l'écoutait, elle qui lui expliquait sa vision des choses, la manière dont le Légat faisait si mal les choses à avoir accepté d'être ce qu'il est aujourd'hui. Il eut un rire, nerveux, étouffé face à ses paroles. Un signe de déception à dire vrai... Pourtant il ne lui en voulait pas. Tu ne m'as pas écouté, hein ? C'était certainement vrai, peut être sa faute aussi, lui qui avait voulu prendre un instant avec légèreté alors qu'il se doutait bien que derrière la palissade rien ne parviendrait réellement jusqu'à elle. La rancune n'était pas son domaine, pas pour si peu en tout cas... Inutile ici. Et toi, pourquoi l'as tu accepté hein ? Non, je ne te cerne pas. Je veux savoir... laisse moi savoir... Mais non, elle ne comprenait pas. Lui non plus, pas totalement, pas la réalité en tout cas. Il comprenait ce qu'il pensait, avec certitude, mais pas ce qu'il ressentait là maintenant. Ce qu'il avait ressenti plus tôt alors que leurs vies étaient entre leurs mains... et même avant.

Il voulut lui répondre alors, le lui dire. Tu ne comprends pas, hein ? Ces pensées étaient-elles pour le Purificateur où l'Oriflamme Onirique qui dansait là, encore, sous le feu azuré ? Les deux peut être. Mais elle continua, cherchant à l'écraser, à lui montrer encore une fois. Faible. Le mot était blessant oui, surtout pour lui. Combien de fois s'était-il traité de la sorte. Jusqu'à ce qu'elle ne meure, la seule personne qu'il avait, il n'avait cessé de se le répéter. Parfois pour s'insulter oui, d'autres pour se motiver encore et encore. Il s'était renforcé de cela, de son ancienne faiblesse, du départ de Satine. Si cela ne l'avait pas atteint dans son statu, dans son rôle et ce qu'il était aujourd'hui, dans son cœur il avait ressenti une pression, une pointe acérée. Perçante. Il n'en montrerait rien, ce n'était pas le moment, ce n'était pas à lui de se découvrir, pas maintenant... Contrairement à ce qu'elle pensait. Heureusement sa question le fit sourire, bêtement, sans qu'il ne s'en rende compte. A dire vrai la réponse lui semblait tellement évidente. Il s'en souvint alors, de ce moment...

    - Pourquoi ? Ha... Je m'attendais pas à ça. Laisse moi te poser une question pour te répondre. Pourquoi ne t'aurais-je pas sauvé ? Pourquoi t'aurais-je laissé mourir, me crois-tu égoiste et sans coeur à se point... Désolé mais tu te trompes Nimuë, mon esprit n'est pas tiens, sans quoi tu saurais que je ne pense pas ainsi. Une dette... J'en serais presque blessé que tu penses ça, à dire vrai j'avais presque oublié ce moment. Tu ne me dois rien. Tu l'as dit toi même non ? Tu es libre. Seulement lorsque l'on est seul, on ne l'est pas réellement, crois moi.

Il soupira alors... Pourquoi s'évertuait-elle à penser ainsi. Il avait une sensation étrange, elle semblait tout dire pour le repousser, ne plus lui parler, ne plus se dévoiler à lui et pourtant elle continuait. Elle restait contre lui. Etait-elle perdue ? Peut être, mais pourquoi... Elle le lui dit alors, d'une certaine manière et à peine l'eut-elle demandé que les flammes disparurent alors. Idiot... Il n'aurait pas du les laisser agir, il y fut obligé pour éviter de la tuer oui, mais aurait du les faire disparaître... Peut être les craignait-elle, il ne savait pas ce qu'elle avait vécu et le feu était Destructeur, il ne le savait que trop bien, lui. Et pourtant il en revenait au même point. La comprendre, la connaitre. C'était un pas de plus...

Le silence alors un long moment, leurs yeux s’habituaient de nouveau aux faibles lueurs et il put apercevoir alors que nouveau deux yeux brillaient face à lui. S'était-elle montée pour lui faire face ainsi ? Il étaient proche oui, se toisaient alors, il voulut parler mais rien. Elle aussi apparemment... Et pourtant de nouveau elle avança vers lui, sans bouger. Un pas. Il lui sourit alors. Légat, hein... Encore une fois il n'était personne face à elle... Et pourtant son titre exprimait le contraire des ces mots violents qui furent prononcés plus tôt. Il souriait, oui.

    - Je pense que tu as dit le mot qu'il fallait. Je suis le Légat. Ariane, Lytès, Nimuë... je connais vos noms oui... Mais ton cas est légèrement différent. Avant cela permet moi de revenir sur une chose que tu as dite. Tu ne t'en souviens pas, ne m'a certainement pas écouté mais je t'ai parlé dans ton navire. Je t'ai dit être un Atlante qui souhaitait retourner en ses Terres pour faire ce qu'il avait toujours souhaité faire. Pas être sa Voix, non. Protéger les miens.. Oui. Il m'a offert la possibilité de rentrer et m'a donné les moyen de faire ce que je voulais. Et je te l'ai dit, si jamais il venait à m'enlever ça, je m'opposerai à lui quitte à en mourir. Je n'ai pas peur, non. Je resterais.

A cet instant, alors qu'il cherchait à en lire plus en ses yeux pers, eux qui le détaillaient encore il remarqua le silence, et la chaleur de son corps à elle, toujours contre lui... Ce n'étaient plus ses flammes dont il avait la seule sensation, mais celle de sa proximité. Cette main toujours sur son cœur battant, plus fort par moment où il s'exprimait. L'instrument de vie, toujours aussi chaud, parlait pour lui elle aussi. Il surprit bien à apprécier de plus en plus cela, rester ainsi dans la pénombre, coincé entre le bois et cette personne qui l'intriguait depuis bien longtemps. Qu'il découvrait non pas avec plaisir, mais avec soif. Désir. C'était ce qu'il voulait oui... Même si jamais il n'avait pensé les choses ainsi... Si difficiles. Ne la lâchant pas sans pour autant maintenant une pression il restait là. il espérait qu'elle aussi, elle resterait vraiment... Comme elle l'avait dit.

    - Ton prénom sans te connaître oui... Hum... Un homme m'a prévenu de ton arrivée, je ne le connais presque pas. Je ne pense pas que tu le connaisse non plus et même si c'était le cas je ne saurai t'en dire plus... Il avait toujours le visage masqué et je ne connais même pas son nom. D'ailleurs en parlant de prénom, j'aimerai que tu m'app...

Il ne put terminer sa phrase, une violente douleur à la tête se fit ressentir alors pour lui. Contre coup de la Sirène combiné à l'effort pour s'en défaire ? Les Flammes Purificatrices dévoraient oui, le mal certes, mais aussi son énergie, grandement... Et elles avaient trouvé de quoi se nourrir ici, indirectement. Elles n'étaient plus mais ses forces étaient belles et bien parties, elles. La douleur fut si vive que s'il n'avait pas été plaqué là, coincé entre cette poutre et la jeune femme il aurait chancelé, se serait peut être même écroulé. Suis-je faible..? Tout ceci avait été éprouvant. Mais il ne tomberait pas, son corps n'avait pas bougé, lui, seul son bras, sa main pour tenir sa tête. Le penserait-elle... elle ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Jeu 21 Juil - 18:31
Machinations






Il ne pouvait pas le savoir mais en plus d'écouter ses mots, elle sondait ses pensées, se les appropriaient. Lire dans son esprit était chose aisée et elle ne comprit pas pourquoi il n'avait pas dressé des barrières. Surtout après ce qu'elle lui avait lancé. Non, elle ne comprenait pas et si Nimuë ne comprenait pas c'était parce qu'elle ne le voulait tout simplement pas. Alors elle se prit à lui sourire, mutine et pleine de mystère.

Savoir, c'est pouvoir et je ne veux pas … oui je ne veux personne capable d'avoir une quelconque emprise sur moi.

Ce qu'elle ignorait, c'était qu'il était déjà trop tard et que la Rose Noire était toujours à l’œuvre, attendant son heure.

« Oui, je sais. »

Je te testais après tout. Mais ça ne change rien au fait que je ne voulais pas de ton aide. De ton Feu ou tout autre chose.

Il avait au moins eu le mérite de répondre d'une manière assez claire et directe à ses interrogations. Une chose que la pirate appréciait à sa juste valeur. Là où l'ancien Légat aimait répondre de manière détournée pour ne pas se laisser surprendre à se dévoiler, le nouveau, lui, tenait un tout autre discours. Libre. L'homme ne s'enchaînait pas totalement mais il resterait. Et les flammes se retirèrent, cessèrent leur danse pour son plus grand soulagement. À son tour elle soupira, avant de le sentir défaillir. Vivement sa tête se releva vers le visage de Cinead qu'elle vit tordu dans un rictus de douleur. Après une brève hésitation, ne comprenant pas sur l'instant se qui se passait, Nimuë poussa un juron et frappa le Légat de sa main libre contre son épaule.

« Oui tu es un idiot ! »

Avait-elle clamé pour ensuite passer un bras sous le sien et l'entraîner doucement là où ils s'étaient assis tout à l'heure. Un à un les hommes et les femmes encore endormis s'éveillèrent, reprirent leur vie là où ils l'avaient laissé comme si rien ne s'était passé. Très vite un brouhaha de tous les diables s'éleva pour évincer le silence s'étant imposé depuis leur échange. Nimuë aida le Purificateur à s'asseoir, leva son visage vers le sien d'une main sous son menton. De là elle se pencha légèrement vers lui pour étudier ses yeux, la pâleur de sa peau. Un index levé dans sa direction elle l'exhorta à quelques exercices.

« Regarde le bout de mon doigt et suis-le du regard. Bien. Ouvre grand les yeux. »

Elle avait demandé à la petite serveuse brune de lui apporté une bougie et, la manipulant rapidement elle la fit danser devant les iris du Légat. Il n'y avait rien d'alarmant. Pour autant la jeune femme continua plus avant son auscultation. Ses doigts jugèrent de la température de son front avant de se porter contre son cou, là où elle pourrait mesurer les pulsations de son cœur. Une petite moue trahit son irritation.

« Tu es épuisé. Tu devrais te ménager un peu plus. Et arrêter de me courir après. Tu sais, ce n'est pas moi qui t'ai invité, mais John. Si il croit que je suis dupe celui-là … Bien, bois ça, d'accord ? Et arrête tes conneries. Tu n'es pas si faible que ça. Je ferai en sorte que tu tiennes un peu plus la route. Tu vas venir avec moi et te reposer sur mon navire. Demain matin je te montrerai deux trois petites choses pour te défendre. Crois-le ou non, je peux lire très facilement dans tes pensées. »

Son visage était fermé et grave, preuve évidente qu'elle ne plaisantait pas. Au delà de tout ce qu'elle avait pu dire, elle comprenait.

« Pour te répondre … non, je ne connais pas cet homme mais … je sais qui il est. Mais c'est bien ce que je pensais … »

Elle laissa sa phrase en suspend, l’œil brusquement allumé d'un feu menaçant. La colère semblait vouloir rejaillir seulement, la pirate préféra la faire taire une fois encore. L'homme qui avait arrêté Cinead tout à l'heure approcha quand Nimuë lui fit signe d'approcher.

« Aide-le, nous rentrons. »

La jeune O'Bannon n'attendit pas davantage, elle se redressa et quitta les lieux sans se retourner. Qu'ils soient sur ses talons ou pas, elle, se pressait pour regagner le port, son bateau et le silence de sa cabine.

Au petit matin elle était déjà sur le pont, seule, à contempler l'immensité de la mer qui se confondait avec celle du ciel. Habillée de sa tenue traditionnelle d'homme-pirate, éclairée par la lumière timide d'un soleil qui se réveillait, elle attendait, Needle à son côté.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Ven 22 Juil - 8:09
Rien que le debut

Idiot. Oh oui, bien souvent il se nommait ainsi lui même dans ses pensées, n'avait jamais cessé de le faire lorsqu'il semblait être maladroit... Et cela lui arrivait souvent oui. Cette tape sur l'épaule le ramena brusquement en ce lieu, cette taverne ou auberge peu importait... Puis les mots. Malgré la vive douleur il se prit à sourire et étouffé un court rire, voilà bien longtemps qu'il n'avait pas entendu ce mot prononcé par une autre personne... Seule Satine l'appelait ainsi, oui, alors cela le fit rire comme à chaque fois. Puis une fois ce moment passé, quelque chose le frappa. Comment ça oui ?! Elle acquiesçait mais à quoi ? Alors il la regardait s'affairer sans un mot, l'aider à marcher et l'asseoir jusqu'où ils étaient à la base alors qu'autour d'eux la vie reprenait.

Une fois allongé, face à un tel changement, il avait l'impression de voir trouble même si ce n'était pas le cas. C'était l'inverse même, ce genre de moment où tout vous parait extrêmement clair, où chaque détail semble resurgir... Il se laissait faire, cette main sous sa tête puis ce doigt face à ses yeux, il s'exécutait, la suivait du regard sans réellement comprendre. Puis ce fut une flamme qu'elle agita devant ses iris rouges, ils s'y accrochait alors machinalement, ici nul besoin d'aide. Nul besoin d'ordre. Voir danser le feu. Cela sembla le faire aller mieux, un peu, aussi il tenta de se lever avant d'être plaqué à nouveau contre le dossier par la jeune femme, la main sur son épaule. Impassible alors qu'elle commençait à poser ses doigts un peu partout sur sa tête. Sur son cou. Apaisant, nulles caresses ici pourtant, juste quelques attentions pour s'enquérir de son état.... Mais des attentions quand même. Depuis combien de temps..? Peu importait. Il se calmait, oui. Juste après avoir bu une gorgée d'il ne savait quoi, pas très bon mais assez fort, il se mit alors rire légèrement alors qu'elle parlait, amusé par ses paroles oui, un peu porté aussi.

    - Haha, je te crois oui... Tu veux bien arrêter d'ailleurs ?

Oh elle n'allait pas le faire non. Pas tant qu'il ne saurait pas s'en défendre, elle allait en profiter toujours plus pour lui faire comprendre. Elle était comme ça. Utilisait ses propres mots morceaux par morceaux pour le lui faire comprendre. Oui, il la croyait et comprenait même. Alors il lui souriait, bêtement, entre douleur et sincérité. Pourtant, naïvement il espérait qu'en cet instant elle eut arrêter... Mais qu'elle le fasse où non n'était pas important. Je sais que ce n'est pas toi... Mais je ne regrette rien, bien au contraire.

Alors qu'il se laissait être épaulé par le molosse, il songeait aux derniers mots prononcés par la pirate, un brin satisfait... Elle avait comprit oui et même s'il était un peu étonné, il était soulagé. C'est mieux ainsi. Oui, il redoutait cet instant, lui qui telle les flammes qu'il avait sous sa volonté aimait être clair, et éclairer. Oh le feu créait des ombres aussi, oui, évidement, mais lui aimait les dissiper. Il était ainsi, l'idiot. Idéaliste peut être ? Le regard perdu dans ses songes il se laissait guider sans même remarquer si elle était présente ou non. Ce n'était pas important maintenant... Il l'avait fait, avait fait bien plus qu'il ne l'espérait. Non, plus compliqué que cela. Il en avait fait moins qu'il le voulait en fait, mais bien plus que ce qu'il espérait réellement en la connaissant. Un soupir, profond... Soulagement oui. Son crâne le lancinait encore.

Arrivé sur le bateau il fut posé dans une cabine, cette fois. Pas dans une cuisine non. Pas non plus celle de Nimuë, bien plus petite, sombre et moins luxueuse. Chaleureuse. Pourtant il put y voir quelque chose d'appréciable, un visage souriant qui l'y attendait, apparemment. Oh il n'avait pas l'air frais non plus, légèrement éméché par l'alcool à première vue. Old John soupira alors en apercevant le Légat, prit le relais face au précédent porteur et l'aida à s'asseoir sur le lit. Son lit ? Le lui prêtait-il ? Oh connaissant John c'était probable et pourtant cela gênait le Cinabre. Un peu.

    - Ne vous avais-je pas dit de faire attention à vous, Cinead ?

Cela eut le mérite de le faire sourire. Oui peut être, il aurait du... Mais il ne l'avait pas fait. A aucun moment. Pourquoi ? La raison était évidente. Et il recommencerait, oui. Encore et encore. Pour seule réponse, John eu d'abord une main sur son épaule, amicale, puis un sourire franc, bienheureux.

    - Merci pour tout John. Vraiment. Ce fut... une magnifique soirée.

Il n'eut réellement le temps d'observer la réaction du second, mais Cinead était sincère... Il avait apprécié le geste de l'homme face à lui et ne regrettait rien. Rien de rien. Ce qu'il avait fait. Oui, c'était parfait. Alors il s'allongea en fermant les yeux, enfin. Soulagea son esprit trop chargé tant par les informations visuelles que le reste, cette soirée. Puis il songea à quelque chose, il sentait que le Second était toujours près de lui. Le Bateleur, hein... Il eut un rire nerveux à nouveau, croyait-il réellement à tout cela ? Peut être oui, une part de lui même en tout cas, il en avait la preuve. Sa garde rapprochée... Un ami..? Peut être, mais la frontière, oui la frontière...

    - John ? Nimuë... Elle sait que je le connais. C'est mieux ainsi. Et avant que tu partes, s'il te plait... tutoies moi.

Le sourire aux lèvres et l'esprit, presque, apaisé. Il ne mit pas longtemps à s'endormir. Il fut éveillé assez tôt, tant par le bruit que... Non, par le bruit oui. Le temps s'écoulait rapidement et il savait que déjà elle l'attendait alors il se dépêchait. Arriva sur le pont, l'esprit encore un peu embrumé mais prêt, en état pour ce qu'elle voulait lui faire faire. Il la vit alors, là, seule. Contempler le jour et non plus la nuit. Cela le fit sourire, un peu, bizarrement. Alors il s'approcha d'elle. Il était temps pour lui de se renforcer oui... Même si déjà, il l'était plus qu'hier. Fort.

    - J'ai une question qui me trotte dans l'esprit... J'imagine bien que tu n'as pas besoin que je te la pose mais tout de même. Tu es ma Générale, et pourtant te voilà Capitaine de ton navire et de ma flotte. Comment dois-je t'appeler alors ici, Nimuë ?

Il connaissait la réponse, le soir d'avant elle y avait répondu sans le vouloir, mais lui voulait savoir, ce matin. Oh oui, il semblait heureux tout en sachant que la suite n'allait pas être des plus simples. Et pourtant, il commençait cette journée avec le sourire oui, et une certaine envie. Joyeux. Il était ainsi fait. Est-ce qu'elle aussi serait amusée de ce jeu qu'ils se faisaient alors ? Malheureusement il ne le savait pas, car malgré tout ce qu'il avait appris... Il ne la connaissait pas encore, pas assez en tout cas. Après tout, ce n'était là que le début. Mais peu importait, il resterait. Tant ici, que lui même.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Ven 22 Juil - 11:06
Machinations






Quittant la contemplation des nuées, la jeune femme se tourna à demi vers le Légat. L'ombre d'un sourire flottait sur ses lèvres en le voyant ainsi arriver dans sa direction, l'air encore un peu endormi. Il devait se demander à quelle sauce il allait être mangé et cette simple idée la ravissait. Non pas qu'elle aimait avoir un coup d'avance sur lui mais … si, quelque part elle aimait cette idée d'apprendre quelque chose à un « supérieur ». Bien que pour elle, cela ne signifiait pas grand-chose. Nimuë avait été plus que limpide sur le sujet. Poséidon était son seul véritable maître et encore ! Elle ne voulait pas être harnachée à qui que ce soit.

Les feux du soleil projetèrent leur halo tout autour de la silhouette de la pirate, allumant le rouge de sa chevelure laissée libre dans son dos, l'immaculée de sa chemise trop ample pour elle et qu'elle aimait porter. Plus pratique que la robe d'hier soir et qui comprimait ses mouvements. Elle aimait s'habiller comme un homme, une habitude qu'elle tenait depuis fort longtemps, au temps où elle avait dû se créer un personnage. Jack O'Bannon, le pirate à la rose. Oh comme il était loin à présent et si proche ! Jack. Son joli minois se rembrunit quelque peu.

« Hm ? « Ta » Générale, « ta » flotte ? Je ne savais pas que je t'appartenais déjà … » En insistant bien sur ces mots la jeune femme mima une expression sévère pour mieux éclater de rire, la seconde suivante. « Respire, je plaisante. Tu m'appelles déjà par mon prénom, je suppose que je pourrais rien t'imposer. Et c'est pas plus mal. »

Qu'entendait-elle par là ? L'oeil allumé d'un air taquin, la belle invita Cinead à s'asseoir à même le sol. Prenant place en face de lui, Nimuë, lentement, se pencha en avant, vers lui pour l'observer. Avec une certaine gravité et intensité. Toute trace d'hilarité envolée, la guérisseuse avait pris la place et s'évertuait à desceller la moindre trace de fatigue ou de faiblesse. L'examen d'hier soir se répétait avec les mêmes gestes machinaux, les mêmes demandes froides et détachées. Une fois assurée qu'il allait bien, son sourire revint. Sa main, qui avait parcouru son front pour dégager quelques mèches carmines importunes, s'était glissée sur sa joue jusqu'à se perdre dans sa chevelure, se caler derrière sa nuque qu'elle emprisonna, sans douceur aucune. Comme pour le ramener à la réalité. Ses yeux pers plongés dans les siens la pirate lui lança un avertissement.

« Tu as tout intérêt à te ménager, Légat. »

Sous le regard un peu inquiet de Old John qui venait de grimper les dernières marches le menant sur le pont, Nimuë s'installa en tailleur et tendit ses mains vers le Purificateur.

« Que fais-tu, Nimuë ? »

S'interrogeait-il en hésitant sur la marche à suivre. Alors il resta planté là, à ne pas savoir quoi faire. Les autres hommes quant à eux ne prêtèrent pas plus attention à ce qu'ils pouvaient bien faire. Par égard et parce qu'ils craignaient la réplique de leur Capitaine.

« Pose tes doigts contre les miens et ferme les yeux. Bien. Maintenant visualise … hm … Blue Grad ? Ou tout endroit qui t'es familier et que tu aimes. Maintenant je vais essayer de me glisser dans ton esprit et tu devras lutter de toutes tes forces. Qu'importe le moyen, je ne te donnerais pas la réponse. Pas tout de suite, je veux voir comment tu te débrouilles face à ça. »

Son cosmos se manifesta avec douceur, les entoura tous les deux dans un cocon réconfortant, le premier piège qu'il allait devoir écarter. Cette sensation de bien-être feinte pour faire tomber ses défenses.

« Empêche-moi d'apparaître dans ton image mentale. Dans ton paysage, dans ta tête. Dans tes pensées … Concentre-toi. »

Pourtant elle sentait qu'il serait aisé de s'y faufiler … ouvrant brusquement les yeux, elle lui octroya un petit coup sur la tête sous le regard médusé de Old John qui ouvrit grand la bouche, béat. Nimuë venait de lever la main sur le Légat, là, non ?

« C'est vrai que t'es un idiot. Satine à raison. »

Son regard s'était durcit. En cet instant la jeune femme paraissait bien sombre … à la limite de se lever et de le planter là. Pourtant elle renoua ses doigts aux siens, les écrasant presque. Sèchement elle lui lança.

« Recommence ! »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Dim 24 Juil - 11:07
La lecon

Oh. Joli ! Plus ou moins de bonne humeur ce matin suite à la soirée du jour d'avant il accompagna Nimuë dans son éclat de rire. Moins fort certes mais il fut amusé, tant par la justesse de son contre, bien amené, que par ce changement de ton. Peut être que la voir rire lui faisait du bien aussi. Il s'assit alors en tailleur après qu'elle l'y ai invité avant de lever la tête vers elle, attendant la suite. Il la suivit donc lorsqu'elle se pencha vers lui, observa le changement dans ses yeux, sur son visage... Une impression de déjà vu ? Peut être bien oui, étant donné qu'il était arrivé la même chose le jour d'avant. Le Cinabre sourit alors, sans savoir pourquoi alors que déjà elle bougeait ses doigts face à lui. S'il n'aimait pas quand elle se plongeait dans le sarcasme, ces instant eux lui semblaient agréable. Une attention. Son visage s'éclaira alors qu'elle posait la main sur son front, glissa sur sa joue et derrière sa tête. Un frisson rapidement brisé par une poigne inattendue, il sursauta presque. Oui elle le ramenait là, et le prévenait de se ménager. Était-ce une indication pour la suite, ou bien en général ?

Elle s'assit elle aussi, femme pirate, professeure en cet instant. Etait-il privilégié en cet instant ? Bizarrement il sentait que oui. Appréciait la démarche pour sûr. A partir de maintenant tout commençait alors le Légat écoutait avec attention, prenant un air plus sérieux. Il commença par poser sa main contre la sienne et fermer les yeux tout en expirant un grand coup. Imaginer un lieu, rassurant, un lieu aimer... En avait-il seulement un. Difficile à dire. Blue Graad ? Non, il n'y retournerait pas... Sa demeure, celle de sa famille ? Non elle n'était pas sienne, pas rassurante. Il ne voyait là que le marche menant au temple de Poséidon, étrangement. Voici donc dans son esprit les marches, le temple en fond, la cité autour. Là était son lieu oui. La suite allait être dure, elle le prévenait sans pour autant lui donner un indice, aucun. Juste quelques secondes avant son assaut, c'était tout ce qu'il avait. Alors il se laissait bercer par son cosmos, lentement, il se sentit apaisé... Grossière erreur.

Il le comprit lorsqu'il aperçut la silhouette de la jeune femme apparaitre sur les marches... Fourbe Créature, comme dans cette auberge elle tentait de l'endormir. Alors il contra cela, fit brûler son propre Cosmos au sens propre du terme. Chaud, puissant, il s'en entourait lui et lui seul avant d'apparaitre face à la Nimuë spectrale. Quel idiot. Là était la base pourtant, elle ne lui avait rien dit de plus que de visualiser un lieu, lui n'avait pas pensé à s'y placer réellement, pour le défendre. Il restait là en observateur jusqu'à maintenant. Mais il lui faisait face, alors, prêt à défendre ce lieu. A défendre son esprit... Pourtant elle disparut, s'effaça face à lui alors qu'il la ressentait toujours, sa présence. Ce fut une tape sur sa tête qui lui fit ouvrir les yeux et casser cette image. Surpris, il afficha un sourcil relevé sans piper mot, observant les billes de Nimuë grande ouvertes, presque de la surprise qu'il pouvait y lire avant de les voir s'aggraver et d'entendre quelque chose qu'il n'aurait pas put penser un seul instant. Satine a raison. Ses yeux s’obscurcirent alors, rapidement et il commençait à vouloir se relever, à quitter la main de la Générale et partir. Il ne savait pas qu'elle aussi souhaitait faire même, quelle scène étrange il y aurait put avoir là, les voir se quitter dans des directions opposées d'un coup, d'un seul... Pour des raisons différentes, oui, mais pourtant si proches....

Mais non, à sa grande surprise l'Oriflamme, presque en colère, serra sa main et ses doigts, raffermissant la prise qu'elle avait sur lui, l'obligeant à rester et lui ordonnant, verbalement, de recommencer. Alors il se stoppa, non pas par peur non, mais car il venait de comprendre. Satine a raison... Oui, "a" raison... Elle avait fouillé dans son esprit sans remord mais n'y avait pas tout vu, seulement ce qu'il pensait fréquemment. Elle ne savait pas encore que ce n'était pas "a", mais "avait". Alors il ferma les yeux à nouveau, un peu plus décidé, et recommença. Oui. Mais cette fois pas de lieu aimé, rassurant où autre... Non. Une simple étendue blanche, sans forme, plate, froide... Infinie. Pas de lieux particulier non, il venait d'en imaginer un simple. Pas de lieu où elle pourrait avoir une emprise sur lui. Pourtant il avait pensé à imaginer le navire, le sien, mais il lui aurait donné là des cartes que lui même, n'imaginait même pas. Pas de lien donc, rien. Il n'arrivait pas à stopper ses pensées certes, mais visualisait quelque chose de plus détaché désormais. Alors il la sentit approcher un instant et cette fois ce fut lui qui tenta de les envelopper tous deux de son cosmos. Un brasier apparut tout autour de lui dans cette étendue de neige, l'entourant, épais, dansant avec une beauté déconcertante et une chaleur presque réelle... Il s'entourait de flammes pour ne pas être approché. Oui. Mais pourtant il entendait quelque chose au loin. Très lointain, oui. Satine a raison. Satine a raison. Satine a raison. Satine a raison. En boucle, différentes voix qu'il ne reconnaissait pas mais qui lui semblaient familières. Était-ce là son propre esprit qui le troublait, se sentait en danger. Était-ce là l'acte de la Sirène Maléfique insinuant des choses, susurrant pour le rendre fou, le forcer à plier ? Son image de lui même tomba alors à genoux sans qu'il ne comprenne pourquoi, laissant les flammes choir légèrement elles aussi. S'amoindrir sans pour autant disparaitre...

    - Que..?

Ses yeux se rouvrirent alors qu'il ressentit un coup dans sa poitrine sans pour autant être capable de dire s'il était réel ou non. Se souvenant d'une forme traversant les flammes et son propre être... Esprit rouge, de sang. Oh il se doutait qu'il avait su faire quelque chose de bien oui, mais peut être pas assez et elle venait de le punir en un sens. Avait-elle creusé alors, plus encore ? Allait-elle lui ressortir quelque chose de frappant ou bien avait-il su la limiter, ne serait-ce qu'un peu. Le souffle court il la regardait, une incertitude certaine noyait ses yeux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Dim 24 Juil - 21:24
Machinations






Je n'aimais pas ces flammes. Je n'aimais pas les voir danser, s'agiter comme ça. Pour autant je ne les regardais même pas. J'avais fermé les yeux pour m'extraire hors de ce monde, de cette réalité qui me rongeais petit à petit. Je me sentais de plus en plus irrité. Comme je sentais cette irritation s'étendre à Cinead. Mes doigts accrochés aux siens, un imbécile n'aurait pas remarqué ces quelques signes, autant de preuves qui montraient qu'il n'appréciait guère mes méthodes peu orthodoxes. Après tout était-ce surprenant ? Le contraire aurait été étonnant, personne n'aimait se livrer de la sorte, encore moins se faire voler des souvenirs. Des pensées.

Nimuë, tout le long du processus, n'avait pas cillé. Transformée en statue de sel, sa respiration lente et mesurée, même John qui continuait de les observer ne pouvait se douter de la tempête qui faisait rage en son sein. Un véritable maelstrom s'était levé. Le vent s'était levé pour tout balayer. Et face à l'incompréhension du Légat, elle, ne fit rien pour le rassurer. Le visage sévère, impassible, Nimuë ne laissait transparaître qu'une attitude froide qu'on lui connaissait que trop bien. Ses doigts crispés aux siens se dénouèrent lentement pour les abandonner. Paupières closes, un soupir s'envola d'entre ses lippes vermeilles. Lassitude. La jeune pirate se laissa basculer en arrière, poser un bras en travers ses yeux.

« C'est mieux. »

Dit-elle après un temps qui pouvait sembler être toute une éternité aux yeux du jeune homme tout enveloppé dans son incertitude. À la commissure de sa bouche, un filet de sang s'échappa, fila pour glisser et glisser encore. Souiller les planches et abreuver le bois. Comme autrefois avec le corps de ses ennemis. Sa chevelure, telle une corolle ondulait tout autour de sa tête et la jeune femme resta ainsi de longues secondes, de longues minutes. En entendant vaguement un bruit elle leva une main autoritaire vers l'impudent ayant osé s'approcher d'un peu trop près. Par pur réflexe.

N'oublie pas que tu demeures un Poison, Nimuë.

Toute songeuse, la belle se laissa glisser dans un mutisme inquiétant. Old John avait proposé quelque chose à manger à Cinead ou même à boire. Quelque chose de plus « fort » si le Purificateur se sentait l'âme aventurière. Il s'était penché vers lui pour lui glisser.

« Ne t'en fais pas, elle va bien. »

C'était un odieux mensonge et nul doute que le Légat lui-même saurait voir que tel n'était pas le cas. Seulement, comme ça à l'observer, on aurait pu penser que la jeune femme était sereine. Paisiblement allongée tandis que les rayons du soleil couchait ses feux sur sa personne. Accrochait des reflets cuivrés dans sa flamboyante crinière.

« Profite des talents d'Old John en matière de cuisine et repose toi autant que tu le désires, Légat. J'ai à faire. »

Sur ces paroles Nimuë se redressa pour se diriger vers Alexandrie. Se perdre dans les ténèbres de la ville, son bruit, sa musique. Elle avait besoin de songer à autre chose. Il y avait un tel chaos dans son esprit. L'écho de cris, de pleurs et une flamme.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   Mer 27 Juil - 9:57
Solitude

Combien de temps cela avait duré ? Une éternité, le voilà là, désormais immobile, cherchant du regard celle qui était face à lui. Qu'attendait-il ? Un mot, ses yeux, peu importait... un mouvement. Mais rien, ils étaient restés ainsi dans une faille, les doigts noués sans qu'aucun d'eux ne fasse quoi que ce soit. Un instant dérangeant, tout comme l'expérience qu'ils venaient de vivre. Aucun d'eux ne s'y étaient plus et chacun pour des raisons qui leurs étaient propres. Pourtant le Cinabre ne ressentait pas vraiment de la rancœur non, cela s'approchait plus du malaise. Mais pourquoi ?

Alors il sentit l’étreinte s’essouffler, vit la couleur de leur doigts mêlés changer. C'était la fin il l'avait comprit pas son comportement, elle terminait cela ici et maintenant. Leurs mains se quittèrent alors qu'elle soupira, laissant son corps se poser contre le bois lentement et passa son bras au travers de son visage. Repos ? Masque ? Peu importait, le fait était là, elle se cachait de lui indirectement. Le Cinabre posa alors ses mains dans le creux formé par ses jambes en tailleur, il se surprit alors à soupirer comme s'il avait retenu son souffle depuis bien trop longtemps, laissant même son dos se voûter légèrement. Alors il attendait une réaction, désormais, le mouvement était arrivé oui, mais aucun mot. Aucune réprimande, aucun conseil, rien. Il sentait alors au fond de lui une gêne entourant son cœur, le malaise s'était mué petit à petit en appréhension. Il ferma les yeux.

C'est mieux. Ce ne furent là que de simples mot alors qu'il s'apprêtait à se relever, n'ayant encore point bougé mais était décidé à le faire. Soulagement pour autant ? Pas vraiment non, car il sentait que ce n'était pas tout mais de là à être capable de mettre le doigt sur la bonne chose... Il avait mieux fait oui, n'avait pas ressenti les même choses, le sentait, pourtant cela ne l'empêchait pas de ressentir encore et encore cette sensation étrange. Il ouvrit les yeux pour la voir, de nouveau immobile et allongé, pour sûr qu'elle n'avait pas bougé d'un pouce, était restée là. Que dire ? Que faire ? Rien ne venait.

Ce fut alors John qui fut le sauveur, autant qu'il pouvait l'être, Nimuë le repoussa d'un geste de la main comme pour lui dire de ne pas approcher. Cela n'étonna guère le Purificateur, encore et toujours capable de la voir éloigner les choses. Il ne pouvait encore saisir toute la portée de ce geste, ses implications et surtout le pourquoi, mais il commençait, lentement oui. Le Second arriva alors vers Cinead pour lui susurrer qu'il ne devait s'inquiéter tout en lui proposant de quoi boire et manger. Il reconnu alors les biscuits de la dernière fois et les refusa poliment avant de jeter son dévolu sur la bouteille contenant ambré. Comme ce parfait liquide qu'il avait su goûter dans la cabine de Nimuë. Secrètement il espérait que ce soit le même, dommage pour lui ce ne fut pas le cas... Sans pour autant être mauvais, la boisson vint lui caresser les gorge avec un certain soulagement. Elle se releva alors, lui adressa la parole sans pour autant le regarder et disparut aussi vite qu'il l'avait imaginé. Oriflamme Onirique, dansant, éclatant et fugace. Un bref instant il laissa son visage parler pour lui alors qu'il la regardait s'éloigner au loin vers la vile, fixant cette chevelure qui se mouvait à chaque pas. Son regard ne se porta sur rien d'autre jusqu'à ce que le rêve ne s'estompe. Triste soupir alors que John lui tendait de nouveau un plateau de biscuits.

    - Sans vouloir t'offenser John, ces biscuits sont vraiment... Tu sais j'ai passé plus de vingt ans à Blue Graad à manger des plantes, des algues et des poissons sans goût, je suis pas difficile pourtant hein. Mais, oui, tu devrais changer quelque chose je pense.

Il se releva et tapota l’épaule du second en riant légèrement, essayant lui même de se convaincre, de se changer les idées en laissant place à une pointe d'humour. Il repartit alors vers les entrailles du navire, la cabine du Capitaine pour être précis. Il n'y resta qu'un court instant avant de ressortir et de prendre lui aussi le ponton pour regagner la ville et puis peu après Atlantis. La tête pleine de réponses, oui, d'une vision nouvelle. Mais bourrée de questions aussi, plus retords que les premières, les anciennes... Les choses avançaient, au moins.

Sur le bureau de la cabine du Capitaine du Blodyn a'r Ddraenen se dressait alors un papier qui n'y était pas le soir d'avant, non. Une lettre frappée d'un sceau brisé, déjà ouverte et lue donc. De belles lettres, étaient griffonné sur le côté où il y avait les restes de cire, sur la face ne contenant pas de message normalement donc. Peu importe la personne qui allait le lire, l'un y reconnaîtrait son message. L'autre découvrirait le début d'un jeu. Dans les deux cas, le message s'appliquait.

"Merci.
Cinead."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
Contenu sponsorisé
Message Re: [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fin Juillet] De nouvelles machinations. [Entraînement Cinead]
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Alexandrie-
Sauter vers: