Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Mer 20 Juil - 22:21
Silhouette silencieuse, aussi furtif qu'une ombre, je bondissais de toit en toit, profitant de l'obscurité nocturne qui régnait sur la ville endormie.
Malgré la douce chaleur ambiante, je ne regrettais pas le port de mon ample cape blanche qui flottait dans mon sillage. Un seul objectif : le port.
Les filles O'Bannon étaient délicieusement prévisibles, et Nimue ne ferait probablement pas exception à la règle. Pour m'être déjà trouvé sur son navire, j'aurais pu le reconnaitre entre mille. Et lorsque sa sombre silhouette se dessina sur la mer, je restais figé quelques instants, dévoré à la fois par l'hésitation et une terrible nostalgie. Ma Satine retrouverait-elle un jour un tel foyer ? Pourra-t-elle parcourir les flots librement de nouveau ?
Repoussant finalement ces moroses pensées, je bondis sans peur dans les flots, me laissant flotter à sa surface. Témoin de l'usage pratique et discret de mon cosmos, quelques plumes de lumière filèrent dans mon sillage avant de terminer leur danse dans l'écume.
J'avançais ainsi, jusqu'à parvenir à saisir la corde de l'ancre du navire de l'ancienne sainte. Je savais son équipage compétent, et en tenant compte de la vigilance probable de ses matelots, malgré l'heure tardive, je fis preuve de la plus grande prudence.
D'un bond agile, sans bruit, je grimpais sur le pont avant de me servir des ombres pour gagner la porte qui allait me mener aux appartements du capitaine. Je ne m'étais pas trompé. Quelques hommes de Nimue montaient la garde, le regard rivé sur la ville, mais mes talents de chevalier d'or suffirent à ne pas attirer leur attention.
Déambulant dans les couloirs, à l'affut du moindre bruit pouvant annoncer l'irruption d'un tiers, j'avançais directement vers la cabine visée. Quel serait l’accueil à mon intrusion ? Violence ? Amitié ? Tout était possible.
Arbhaal se serait faufiler dans les appartements de la maitresse des lieux, en espérant la surprendre. Mais je n'étais plus cet homme. Une fois parvenu devant la porte, je levais la main avant de toquer quelques coups discrets. Je ne tenais pas à déclencher une légendaire colère O'Bannon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Mer 20 Juil - 22:53
Avenir inéluctable







Ses doigts froissèrent le tissu de ses draps qui glissèrent sur son corps, dévoilant une silhouette endormie, mais agitée. Nimuë ne parvenait plus à trouver le repos. Chaque fois qu'elle arpentait le royaume des songes, des spectres venaient l'assaillir. Des formes tordues et affreuses de femmes, d'enfants ou d'homme malades, atteints par une maladie qui les rongeaient de l'intérieur, la harassait. Ils s'accrochaient à elle dans un ultime élan de désespoir, lui suppliant d'épargner leurs vies. Mais à chaque fois qu'elle tentait de changer le cours des choses, le feu venait tout détruire, tout avaler. Le moindre mal. Pour en sauver des milliers d'autres. Un feu ardent qui prenait une teinte bleutée. Alors il ne lui restait rien. Plus aucuns choix. Nimuë ne pouvait que regarder cette scène se jouer encore et encore sans pouvoir faire quoi que ce soit. Simple spectatrice. Pourtant, cette scène s'était déjà déroulée et le feu avait alors tout dévoré. Quoiqu'on ait pu lui dire, l'ancienne Sainte des Poissons ne parvenait pas à se dire qu'elle avait fait le bon choix. Si impuissante. Depuis lors elle n'avait eu de cesse de s'enfoncer dans la noirceur aux côtés du Diable. Oh, il y avait bien eu quelques mains tendues pour l'aider et sans elles, la jeune femme était intimement persuadée qu'elle aurait totalement sombré.

Ses paupières tressaillirent avant qu'elle n'ouvre les yeux d'un seul coup, frappée par une vision d'horreur qui la fit se redresser brusquement sur sa couche. Le cœur battant, un cri au bord des lèvres, Nimuë s'efforçait de rassembler le fil de ses pensées mais n'y parvenait pas. Ses bras enroulés autour de sa personne, elle tentait de brider les tremblements de son corps, les maîtriser. Se sentir si faible la plongeait davantage dans ce mutisme dont elle se drapait très souvent. Trop souvent. Comme lorsqu'elle se réfugiait avec une bouteille de vin. L'ivresse aidant …

Chassant les quelques larmes qui commençaient à naître au coin de ses yeux, la belle tourna vivement la tête vers la porte. On venait de frapper. Elle attendit quelques secondes pensant que c'était Old John qui venait s'enquérir de son état. Mais il n'entrait pas. Intriguée la jeune femme s'extirpa de ses couvertures et alla entrebâiller la porte. Un silence s'instaura entre les deux protagonistes. L'oeil de la jeune femme s'était allumé, enfin, en reconnaissant l'homme qui lui faisait face.

« Oh bon sang Arbhaal ? C'est toi ? J'ai bien faillis ne pas te reconnaître ! »

Elle ouvrit complètement la porte qui grinça sur ses gonds, se dévoilant tout à fait. Habillée d'une simple chemise d'homme, sa chevelure de feu en bataille, elle donnait l'impression d'être tombée du lit. Ce qui était effectivement le cas. Son regard pers tomba sur sa mise et elle s'esclaffa, lui fit un signe pour qu'il entre. À la faveur de cette chiche lumière argentée peut-être remarquerait-il la cicatrice qu'elle portait à son œil ? Comme Satine … Satine qui était à l'origine de cette blessure. Pour le coup les deux O'Bannon auraient pu passer pour de vraies jumelles tant la ressemblance était frappante. À défaut que Satine portait sa propre séquelle sur l'autre œil. Un détail qu'Arbhaal ne manquerait pas de remarquer.

« Qu'est-ce que tu fiches ici à Alexandrie ? Tu es venu pour me voir ? Satine a des problèmes ? »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Mer 20 Juil - 23:11
Lorsque la porte s'ouvrir enfin, mon coeur manqua un battement. Puis un second à la vue brève de cette cicatrice.
Satine... Non. Mais une ressemblance si touchante que j'étouffais un sanglot. Oh Nimue... Je crus voir le rouge de ses prunelles et hésitais entre larmes ou fatigue. Ne venais-je pas de la tirer du lit ?
Arbhaal ? Ce nom suffit à faire s'envoler mon sourire amical. Pourtant l'entendre était normal, logique. Pourrais-je un jour me séparer du lourd fardeau qu'impliquant ce patronyme ?
J'entrai donc sur son invitation, le visage fermé, soucieux. Puis interloqué avant d'exprimer un clair soulagement.

Non.. Satine va bien. Enfin je crois... Je n'ai même pas eu le temps d'aller la trouver mais j'en toute confiance en Lesath.

La rassurer avant tout. Savoir que sa première inquiétude fut au sujet de sa petite-fille me toucha plus que je ne saurais le dire. Malgré ce départ du Sanctuaire qui m'avait tant ébranlé, Nimue semblait bel et bien fidèle à elle même.

Je suis venu te voir, Nimue.

Que pouvais-je dire ? Toute autre parole aurait pu paraitre accusation. Je l'observais donc sans retenue. Remarquerait-elle le changement dans mon expression ? La paix dans mon âme, désormais pleinement éveillée à la lumière ? Par réflexe, je saisis ses mains avec tendresse, soulagement.

Tu vas bien ? Je suis rassuré, si tu savais. Lorsque je suis revenu au Sanctuaire, Childéric m'a dit que tu n'étais plus... Ce qui dans son langage ne veut dire qu'une chose. Un sort pire que la mort pour lui. Est-ce ma faute ?

J'exprimais enfin ce qui me rongeais depuis que j'avais appris la nouvelle. Nimue avait renoncée à son armure d'or et à son allégeance envers Athéna, nul doute ne semblait permis. Mais pourquoi ? La déception que je lui avais fait ressentir avait-elle été un déclencheur ? Je me souvenais encore de sa colère à mon arrivée au temple du Bélier... Le bilan du tribunal avait-il ébranler sa foi au point de lui faire renoncer à ses frères d'armes ? Tout était possible, et une part de moi se sentait coupable sans que je parvienne à en expliquer la raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Mer 20 Juil - 23:51
Avenir inéluctable






Le voir soucieux à son endroit eut de quoi l'interroger et l'émouvoir. Il se souciait vraiment de son état et de ce qu'elle avait bien pu devenir. Cela l'avait touché bien plus qu'elle pouvait se l'avouer. Or l'esquisse d'un sourire vint la trahir. Par fierté, peut-être comme tout bon O'Bannon, la belle se détourna un instant pour aller farfouiller dans les tiroirs de son bureau, détachant ses mains des siennes. Elle en ressorti une bouteille à moitié vidée de son contenu qu'elle débouchonna sans attendre. À l'entente de ses paroles la jeune femme bu directement au goulot, à grands traits. Lesath, Childéric. Autant de noms qui soulevaient sa mélancolie, une ombre sur son cœur et sur son esprit.

Satine allait bien, c'était déjà une bonne nouvelle en soi. Qu'aurait-elle fait dans le cas contraire ? Nimuë s'interrogeait. Elle qui désirait lutter contre son Destin coûte que coûte, la voici face à lui, presque à nue. Cette pensée la fit rire. Un rire désabusé. Alors elle bu encore, ne songea pas à partager sa boisson avec Arbhaal.

« Ah tu es venu pour savoir ce qui s'est passé hm ? »

Une pause, elle alla s'asseoir au bord de son lit, évitant soigneusement son regard.

« Je pensais que tu connaissais ma … vie, enfin, mon avenir. Tu as été étonné de me voir quitter mon armure et les Saints ? N'était-ce pas écrit pour moi, moi la Sorcière Bleue ? Tu me connais mieux que moi-même, Arbhaal. »

Pensivement elle fit danser le liquide rougeâtre dans la bouteille.

« Un sort pire que la mort pour lui. Alors vous avez parlé de mon … départ. Je suis d'ailleurs surprise, tu es la première personne à venir me voir. Tu n'es pas là pour me tuer au moins ? Ah ah ! »

Ce n'était pas une véritable question, elle savait pertinemment qu'il ne ferait rien contre elle. Sauf si … Ses yeux clairs se prirent à le détailler avec plus d'attention. Il avait changé.

« Rassuré ? Oui, je suis encore en vie. Je suppose que c'est déjà ça de prit. Ta faute ? Disons que Satine et toi … Oh, et même sans vous, est-ce que cela aurait changé quelque chose ? Je ne sais pas, je ne sais plus. »

Nimuë déposa la bouteille à ses pieds avant de prendre sa tête entre ses mains. Tout était confus, surtout après un réveil si brutal. En fermant les yeux elle pouvait encore voir les visages déformés par la douleur et qu'elle avait tué … de sang froid avec Asclépios.

« Est-ce que c'est important ? Je suis là où j'aurais dû être depuis le début, non ? Avec les Marinas. Je suis la Sirène Maléfique. Mais … je ne t'apprends rien, non ? Et toi Arbhaal ? Qu'est-ce qui s'est passé … là-bas ? »

Ainsi pouvait-elle éviter de parler d'elle. Cela l'arrangeait mais elle savait pertinemment que le nouveau Saint du Sagittaire ne saurait se contenter de ces réponses. Un soupir, la rousse se laissa tomber en arrière pour regarder le plafond de sa cabine, s'emmailloter dans ses draps dans l'espoir de s'extraire du monde.

Éviter l'inévitable.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Jeu 21 Juil - 12:48
Ma présence ou mes paroles l'avaient-elles perturber à ce point ?
S'extirpant de ma poigne affectueuse, Nimue s'éloigna pour engloutir une bonne rasade d'alcool, sans m'en proposer, ce qui dénotait avec son comportement habituel, avant de retrouver la protection de son lit.
Venir pour la tuer ? Malgré son rire, j'eus le sentiment que le fond de sa question était réellement sérieux. Je hochais donc la tête en signe de dénégation tout en réfléchissant non à ses paroles mais à ses non-dits.
Dans l'avenir qui était le mien, Nimue était la sorcière des mers. J'avais donc toujours su qu'elle finirait tôt au tard par quitter Athéna pour regagner le giron de Poséidon, embrassant ainsi sa destinée. Mais cela n'enlevait en rien les causes et leur importance.
Son hésitation me glaça les sangs. Serait-il possible que les actions de Satine et les miennes aient précipitées Nimue vers l'un de ses destins possibles, la privant d'une certaine façon de son libre arbitre ? Cette époque n'était pas la notre et pourtant nous venions apparemment d'en influer dangereusement la trame.

Tu ne me dis pas tout... Tu étais destinée à devenir le sorcière des mers, c'est un fait. Mais pourquoi ? Quel a été le déclencheur ? Tu sais, il est possible que notre venue à Satine et à moi suffise à modifier l'avenir que je connais. Je n'ose penser aux conséquences.

Toujours debout, les bras croisés désormais, je la dévisageais en hésitant sur ma réponse. Sans connaitre les raisons de son départ du Sanctuaire, pouvais-je être franc sur l'homme que j'étais devenu ? Question stupide, je lui devais bien cela.

Je...

Hésitation, anxiété. Que dire ? Tout ? Je fermais les yeux un instant avant de les rouvrir pour mieux les plonger dans le regard de Nimue avant qu'elle ne se mette à fixer le plafond de sa cabine, symbole d'une seconde fuite.

Arbhaal n'est plus. Il appartient à une autre époque et c'est mieux ainsi. Tu as devant toi, le nouveau chevalier d'or du Sagittaire, Orion. Chiron m'a offert sa sagesse et Hélène de Jamir a extirpé la noirceur de mes étoiles pour en révéler tout l'éclat. Cela n'aurait jamais été possible sans toi, et je t'en remercie du fond du coeur.

Une armure orpheline pour une autre adoptée. Cruelle ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Jeu 21 Juil - 13:26
Avenir inéluctable






Non, elle ne lui disait pas tout. Pourquoi le ferait-elle ? Le simple fait qu'il soit lié à elle, à son futur, lui accordait-il le droit à des réponses ? Réponses qu'elle ne parvenait même pas à obtenir. Nimuë s'y refusait. Par peur, parce qu'il était plus simple de regarder devant soi, au jour le jour, tant pis si se faisant, elle s'aveuglait. Le passé était derrière elle et la jeune femme savait qu'un regard porté en arrière suffirait à la faire sombrer encore. Quant à demain. Non, elle avait dit des choses à Childéric. Des choses auxquelles elle voulait s'accrocher. De toutes ses forces, tant pis si c'était douloureux. Tant pis si elle ne restait que l'Ermite. L'âme éternellement solitaire. Seulement la jeune pirate allait devoir un jour ou l'autre ouvrir les yeux.

Son Destin était là, à quelques pas d'elle, s'interrogeant sur lui. Sur ce qu'ils avaient déclenchés, lui et Satine en venant ici, dans cette époque.

« Mais n'est-ce pas moi qui vous … C'est moi qui vous ai fait venir ici. Non ? » Souffla t-elle en serrant son poing contre son cœur qui battait de manière erratique. « Mon moi futur. »

C'était elle qui avait permis tout ceci. Elle qui faisait qu'à présent … ils étaient ici. Ensemble. Mais la révélation qu'il lui fit la fit se redresser d'un seul coup. Les yeux écarquillés, la surprise s'était glissé sur son masque de stoïcisme. Si elle s'était attendue à cela. Et il la remerciait ? Toute pantoise, la jeune O'Bannon hésitait encore entre les rires et les pleurs. Nimuë écarta alors les bras, mimant une révérence pleine d'ironie.

« Y a pas de quoi. Je suppose. C'était peut-être ce qui était écrit ? Est-ce une mauvaise chose au fond ? Chacun est à sa place, j'imagine ? Satine doit être heureuse ahaha ... »

Finalement elle s'esclaffa, imaginant la réaction de sa sulfureuse petite-fille. Si elle se souvenait bien de son discours, cette dernière n'appréciait que moyenne la compagnie des Saints.

« Elle m'a parlé de Celsius, tu sais. Chevalier des Poissons … Putain. Décidément. J'ai l'impression que bah ! Les Dieux se foutent de ma gueule. Et je les emmerde. »

Attrapant la bouteille de vin, la jeune femme fit un sort au reste de sa boisson avant de la relâcher. Elle chuta dans un bruit sourd , roula, roula jusqu'aux pieds du nouveau Saint.

« Le Sagittaire, rien que ça. Orion … je dois avouer que ça sonne plutôt bien. Connaissant les autres ça ne doit pas être facile. Surtout si ils connaissent mon lien avec toi. Ou Satine. Je dois t'avouer que Childéric est au courant pour nous deux. Enfin, au sujet de Satine, ce qu'elle est pour moi. »

Nimuë se redressa pour faire face à Arbhaal. Elle souriait, vaguement.

« L'élément déclencheur hein ? Je ne le sais pas vraiment moi-même. Mais je crois que c'est Satine. Ou le réveil de Poséidon. Tu sais à quel point … « Ils » peuvent se montrer … Bah ! Qu'est-ce que ça peut faire, hein ? C'est fait, je ne peux rien y changer et ça me va très bien. Je crois. »

Une pause.

« Je vais bien. Tu n'as rien à regretter, à te reprocher. Je dois juste … faire un pas devant l'autre. »

Elle eut un nouveau rire désabusé tout en marchant de nouveau vers son bureau comme pour illustrer ses propos. De là, elle chercha une nouvelle bouteille. Par Poséidon qu'elle avait soif !





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Jeu 21 Juil - 14:17
Elle allait bien ?
Le répéter tant de fois en si peu de temps, appuyer sur ce qui devrait paraitre évident.. Et se noyer dans la bouteille, signifiait tout le contraire.
Sans attendre, je m'avançais rapidement et retins son poignet avec douceur mais force.

Arrête. Tu n'as pas besoin de cela.

Lentement j'éloignais sa main e son bureau pour lui éviter de succomber davantage au démon de l'ivresse. Une personne sereine dans son esprit n'aurait pas eu besoin d'une telle béquille.

Oui, ton "toi" futur est responsable de notre venue, et même si mon coeur veut croire qu'elle cherchait le bonheur de sa petite-fille en accomplissant un tel acte, ma raison me souffle qu'une autre raison se cache sous cet évènement.

Entre ma recherche effrénée de Satine et mes épreuves, je n'avais pas vraiment eu l'occasion de faire un point sur les volontés de l'autre Nimue. Mais quelque chose clochait... A mon bénéfice, je ne tressaillis même pas en entendant un nom revenu d'un lointain passé/futur. Celsius, mon plus grand rival, mon ennemi juré. Perdu à des centaines d'années de nous. J'avais haï cet homme plus que de raison mais aujourd'hui, il me semblait trop éloigné pour aviver ce funestes sentiment. Mais Nimue touchait un point sensible. Que penserait Satine de mon évolution ? Perdrais-je son amour ?
La mâchoire serrée, l'oeil triste et sombre, j'évaluais Nimue sans parvenir à imaginer ce quelle avait traversée. Que cette femme était différente de la rayonnante Sainte dont j'avais croisé la route dans la salle d trône du Légat de Poséidon !

Pour l'instant, je ne suis rien de plus qu'un vulgaire Paria... Une âme solitaire. Childéric n'est pas vraiment facile... Mais je finirais bien par gagner ma place auprès d'eux. Comme tu dis un pas après l'autre.

Le ton évasif, voire distrait, je repris une intonation sérieuse dans un murmure.

Nimue... Tu ne sais pas tout de ton futur. Peut être nous as-tu envoyé ici pour changer des choses te concernant. Pour éviter que tu finisses... Seule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Jeu 21 Juil - 14:42
Avenir inéluctable






« Arrête ! L-lâche-moi ! »

Pour autant, elle n'avait rien fait pour se défaire de cette emprise. Cette poigne à la fois douce et volontaire. Peut-être qu'au fond, c'était cela qu'elle recherchait. Quelqu'un pour la retenir. Quelqu'un pour l'empêcher de sombrer dans ses démons. Ses pensées s'envolaient vers le Lion d'Or, ses mots, sa propre étreinte quand il avait voulu la soustraire au monde. Au moins un peu, sous le regard de la lune et des étoiles. Ne lui avait-elle pas fait une promesse ? Mais même cela … ce n'était pas ce qu'elle avait vraiment voulu. Celle-qui-apporte-la-Mort ne voulait pas laisser chaos et désolation sur son passage. La Vie face à la Mort. Le Feu, mais pas n'importe lequel. Quelqu'un. Elle ne voulait pas être une âme triste et solitaire perdue son son île, dans son rôle de sorcière bleue, à jamais, des centaines d'années d'errance …

Ses yeux pleins de larmes farouchement détournés d'Arbhaal, elle abandonna toute résistance et essuya une goutte d'eau qui était en train de naître. Sa mine était sombre et renfrognée, de celle qu'arborait Satine dans ses moments d'égarement et où la fierté propre des O'Bannon faisait surface. Une tempête en devenir. Mais Nimuë n'était pas comme sa petite fille. Pas sur tous les points. Elle préférait se renfermer davantage et ne rien montrer. L'ancienne Sainte des Poissons excellait dans ce domaine. Pas besoin de porter l'un de ces masques que devait porter les élues de la Déesse ! Respirant à plein poumon pour se reprendre, la pirate redressa la tête dans la direction du Sagittaire. Fièrement, presque avec effronterie.

« Parce que tu penses vraiment que j'ai besoin de quelqu'un ? »

Bien sûr, idiote.

Soufflait une voix dans son esprit. Ses yeux s'esquivèrent encore.

« Je … Dans le futur, je serai … seule ? »

Elle secoua la tête, faisant danser sa chevelure en bataille. Serra les poings. Qu'elle importance ?

« Si j'ai fais cela que pour moi alors je suis bien égoïste, Arbhaal. Changer votre Destin, changer le mien. C'est un jeu bien dangereux et je ne le veux pas. Ça m'effraie tant. Tu comprends ? Je ne voulais rien savoir ! Rien ! » Elle haussait légèrement le ton, s'efforçant de son contrôler. Or elle ne contrôlait rien et en avoir conscience … « Tu n'es pas la première personne à me dire que je serai toujours seule. Seule … avec le Diable. »

Nimuë étouffa un rire derrière sa main libre, quant à l'autre, elle l'enroula autour du poignet du Saint.

« Et puis … il y a Jack, non ? Je ne serai pas toujours toute seule. Peut-être. Oh … je n'en sais rien. Et Satine ne m'a rien dit. Toi, tu le sais ? »

Ses yeux pers s'accrochèrent à ceux d'Orion. Proche du désespoir, ou de l'espoir.

« … Qu'il … y aura bien quelqu'un pour moi. Pour l'Ermite que je suis ? »

Connait-tu le père de mon futur enfant ? Non ! Pourquoi lui avoir demandé cela ? Tu ne voulais pas ...





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Jeu 21 Juil - 22:23
Complice

Il était venu le trouver en pleine nuit, fidèle à lui même et l'image dont le Légat avait de lui. Seigneur des Mers et des Océans, vivant en marge des autres, au rythme de ses pulsions et ses désirs tout en étant à la fois sage et avisé. Oh oui, même si il le savait surprenant et unique, jamais il n'aurait pensé le voir là, en pleine nuit dans sa chambre. Mais de toute manière il ne dormait pas, comme bien souvent en fait... Cette fois la raison était différente des autres cependant, point de peur, de cauchemars ou de pensées gênantes non. La journée avait longue, épuisante et surtout dure... L'armure du Kraken était revenue au Sanctuaire seule. Lytès... Il ne le connaissait pas, pas plus qu'Ariane à vrai dire mais à part Nimuë ils étaient les seuls dont il avait entendu parler. Tous deux n'étaient pas là, Ariane avait défendu Alexandrie contre des assaillants puis disparut en même temps que l'Hippocampe qu'il ne connaissait pas non plus. Lytès avait disparut en même temps qu'eux. Mais seule son armure était rentrée à lui...

Il était donc parti s'enquérir de cette dernière une fois qu'il fut averti par des gardes de son retour... Il avait donc filé, l'âme de cette dernière lui donnerait des informations sur ce qui avait put se passer avec le Général. De tout son cœur, réellement, et sans même le connaître il espérait que le pire n'était pas arrivé et pourtant il le ressentait. Essayait de s'en cacher. Une fois face à elle il s'empressa de poser sa main sur cette dernière. Elle ne semblait pas abimée, par récemment en tout cas. Quelques fissures oui, des impacts, rien de bien grave... Un mois tout au plus. Rien de réellement proche. Pas de combat... pas avec elle tout cas. Il n'eut que très peu de sensations émises par cette âme qui était troublée... de la noirceur oui, profonde et un froid surtout, glacial... Il le ressentait plus intense qu'à Blue Graad même. Lytès où es-tu parti.... Liao t'a-t-il parlé du... métal ? L'ancien Légat ne lui avait rien dit de tel. Mais Asgard. Était-ce là qu'il était parti donc ? Difficile de savoir, mais ses sens ne le trompaient pas. Une force divine et du froid, le doute n'était pas permis. Il allait falloir tirer cette affaire au clair, et profiter de cette occasion, oui.

Alors il était drôle qu'en cette nuitée Poséidon vienne trouver sa Voix pour une raison similaire... Les Saints... Le Dieu avait décidé d'agir plus ou moins, de tâter le terrain au moins et surtout de se montrer suite à sa libération envers ceux qui étaient encore en non agression officielle avec eux. IL devaient aller plus loin, alors il confiait la tâche au Légat de décider et lui repartait au Pilier Principal; Certainement pour dormir ou s'amuser avec ses Prêtresses... Il souligna une dernière chose cependant, une tension que Cinead se devait d'effacer au plus vite. Alors oui, il ne dormait pas, tout cela tournait dans son esprit alors qu'il tentait d'y voir clair. De prendre des décision, c'était là son devoir aujourd'hui... et il allait agir. Maintenant.

Sans attendre plus il quitta sa chambre, non sans enfiler ses larges habits blanc et rouge, serra sa ceinture rapidement sans y apposer d'ornements cette fois et fila dans la nuit Atlante, magnifique et douce... Mais pas pour ce soir, ce dit-il, le temps lui faisait défaut. Il quitta la vile pour se retrouver rapidement à Alexandrie, le port pour être précis. Eh oui, c'était elle qu'il allait voir. En pleine nuit ? Oui, il devait prendre sa décision rapidement. Devait avoir sa réponse au plus vite pour savoir s'il pourrait agir comme il le voulait, à savoir au mieux, pour tout le monde. Pour elle aussi bien évidemment, c'était peut être bête de penser ainsi, mais il avait son idée en tête. Il espérait qu'elle comprendrait, se doutait bien qu'une nouvelle colère de sa part tomberait... Peu importait.

Il arriva jusqu'au navire, pénétra sur le pont et salua les quelques marins de garde qui le reconnurent et le laissèrent passer sans encombre. Dans la cité le Légat n'était qu'un homme comme les autres, mis à part sur ce navire où les hommes savaient, plus ou moins. Pourtant son Cosmos n'était pas, non, jamais ici, pas sans raison. Alors il plongeait dans le bateau, se dirigeait vers la cabine de la Capitaine, prêt à frapper la porte avant d'attendre l'autorisation d'entrée, vue l'heure... Pourtant il entendait des voix, déjà. Elle ne dormait donc pas, n'était seule ? John ? Eh bien non. Il l'entendait s'exprimer, elle parlait d'avoir besoin de quelqu'un. Il allait frapper alors, intrigué mais il fut stoppé, sa main arrêtée et son poignet enlacé par une main. Une seconde vint se plaquer sur sa bouche alors. Surprit il se détourna vers l'homme qui venait de le surprendre ainsi, et fut soulagé d'y voir un visage amical... Bien que curieusement grave et sérieux. John... Soulagement oui, le Second lâche la main du Légat pour lui mimer, en montrant son oreille, d'écouter. Alors le Légat s'exécuta.

Elle parlait de son futur, pleine de question... S'adressait à un certain Arbhaal. Encore des histoire de Destin, ce n'était pas la première fois qu'il entendait ce mot dans sa bouche... Et après encore la solitude, toujours ce sujet avec elle. Elle la voulait, cette solitude oui, mais son ton, ses questions... tout poussait au contraire. Il regardait John, intrigué, ce dernier tourna la tête comme pour lui dire non. Alors elle parla du Diable... Il avait déjà entendu parlé de cela oui,... était-ce la même chose ? Trop de question dans sa tête, il essayait de tout comprendre mais se sentait gêné... l'impression d'être glissé dans une intimité dont il n'était pas convié. John le soutenait du regard, toujours la main sur sa bouche. Oh pourtant il en avait des question. Qui étaient cet Arbhaal, ce Jack, ce Diable ? Pourquoi parlait elle ainsi, paraissait-elle en détresse et surtout pourquoi John ne faisait rien à part le retenir. Mais un nom le fit sursauter, plus que les autre oui, sa tête de tourna alors vers la porte ne regardant plus le Second. Comment ?! Il écouta la suite sans réellement comprendre. Trop de questions encore. Mais comprendre quoi ? Le geste de John qui venait à l'instant de le pousser contre la porte, non sans un impact bruyant, alors que Nimuë terminait sa phrase. Il porta un regard envers son "complice", presque furieux de la situation dans laquelle il était désormais. Il se retourna alors, pris de court et frappa à la porte comme si tout était normal. Il l'ouvrit lentement et y passa sa tête, alors, puis son corps.

    - Nimuë ? Je ne te dérange pas ?

Oh oui, encore cette scène... Mais cette fois au moins, ce n'était pas sa faute. Pas réellement. Les yeux du Cinabre se posèrent alors sur l'homme près de la jeune femme. Cet inconnu. Puis vers elle, à nouveau... C'était étrange mais il ne pouvait attendre de lui parler, là maintenant. Même dans cette situation. Il avait besoin d'elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Ven 22 Juil - 17:26
Des profondeurs puantes du minuscule recoin qui me servait de repère sur le navire de Nimue, je cherchais le sommeil depuis d'interminables heures. Diable, que je haïssais ce bateau, son équipage et Alexandrie toute entière ! Mais la lassitude m'avait empêcher de me rendre au Sanctuaire sous-marin pour gagner mes appartements de général des mers, bien plus confortables que ce réduit misérable !
Maudissait ma flemme pour la énième fois, mon humeur s'assombrit davantage en sentant l'une de mes âmes damnée tentait de communiquer avec moi. Toutes les forces combinées de l'univers s'étaient-elles données le mot pour troubler ma quiétude ?!
La curiosité toutefois piquée au vif, je sortis la carte correspondant à l'esprit et en scrutait la surface. J'aperçus alors la cabine de Nimue, jusque là rien d'inhabituel... Mais ma chère Ermite semblait avoir une visite. Quoique incapable d'entendre la discussion, je tressaillis lorsque l'inconnu osa saisir les mains de Nimue, avec une familiarité désarmante. Non mais pour qui se prenait ce bellâtre d'opérette ?!
Agacé et avide d'en savoir plus, je me ruais hors de la cale pour prendre la direction de la cabine du capitaine. Et qu'elle ne fut pas ma surprise en voyant que Old John et Cinead m'avaient devancés !
Bon sang, mais que fichait le Légat de Poséidon, l'oreille contre la porte de Nimue à une heure aussi tardive ? Je n'eus pas le temps de me poser davantage la question.
John poussa Cinead contre la porte pour donner l'apparence d'un toc un brin exagéré. Le Légat ouvrit alors la porte et y passa la tête. La scène aurait pu être comique, si elle n'avait pas été si étrange...
Bien décidé à mettre ma patte, je passais devant Old John en lâchant un magnifique et tout à fait audible.

John voyons ! Cela ne se fait pas d'écouter aux portes ! Il est pourtant rare que Nimue te refuse l'accès à sa cabine. Quoique...

Pique à double-sens insultante au possible, surtout au vu du sourire diabolique que j'adressais à mon ennemi de toujours. Sans stopper mon pas vif, je poussais Cinead dans la pièce avant de refermer la porte au nez et à la barbe du second du navire.

Par Poséidon, navré d'interrompre un échange privé, mais J'ai senti un cosmos étranger à bord et j'ai eu peur pour ta sécurité.

Sans aucune gêne, je vins me placer contre un mur dans une posture nonchalante et dévisageait le nouveau venu.

Endymion, homme de main et loyal ami de Nimue. Qui es-tu donc étranger pour posséder une telle aura ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Ven 22 Juil - 17:48
Nous avons tous besoin de quelqu'un, Nimue. Sans l'amour de Satine, que crois-tu que je serais devenu ?

Rappeler une telle évidence me brisa le cœur. Personne, non personne ne méritait de finir seul, sans trouver son âme sœur. Quelles épreuves la jeune femme avait-elle traversé pour perdre cela de vue ?
Je m'en voulais de lui faire une telle révélation sur son futur, mais vu son état de perdition, au diable les pincettes ! A la limite de l'alcoolique, les yeux embués de larmes de détresse, sa fierté restait son seul rempart. Je comprenais cela mais je ne pouvais l'abandonner ainsi.
La malheureuse était perdue entre son envie d'ignorance et son besoin de savoir. Elle me suppliait de lui offrir un peu d'espoir, tout en faisait mine de se rabrouer elle même dans le futur. Mais moi, je comprenais son désir. En la voyant aujourd'hui, je souffrais de l'imaginer dans un état pire au fil des siècles... J'avais tant haï cette malheureuse pour nous avoir envoyer ici. Et pourtant, maintenant je la comprenais. Personne ne devrait avoir le droit de tant souffrir. Je posais une main emplie d'affection sur son épaule, plongeant un regard tendre dans le sien. Pour l'apaiser, pour l'abreuver d'un espoir dont elle pouvait enfin se nourrir.

Si Jack est né, c'est que tu as su transmettre le sang des O'Bannon. Je n'en sais pas davantage mais Satine pourrait... Je lui demanderais, je te le promets.

Qui pouvait donc être le Père d'un individu aussi retors, manipulateur, fourbe que Jack O'Bannon ? Je n'en savais rien, certes, mais j'enquêterais du mieux possible. Je ne pouvais pas davantage pour elle.

L'Ermite ? De quoi parles-tu ?

Nimue tenait des propos bien étranges. Seule avec le Diable ? Je ne comprenais pas. Malheureusement un coup donné à la porte me coupa dans mon élan. Le visage d'un inconnu apparut dans l'embrasure, vite suivit par son corps tout entier, poussé sans ménagement par un tiers au sourire empli de morgue.
A la vue de ces deux hommes, je retirais ma main de l'épaule de Nimue, adoptant par réflexe une attitude réservée et observatrice.
Endymion ? Un ami de Nimue ? Un simple membre d'équipage ou ... ? Je n'aimais absolument pas le sourire de cet homme et je sentis mon poing se serrer avant que je n'exige de mon corps qu'il se détente. Pour avoir senti ma faible aura, cet individu devait posséder des perceptions affutées... Un Général des mers ?

Je m'appelle Orion, et je suis moi même un ami de Nimue. Je suis simplement venu lui rendre visite, profitant de mon passage à Alexandrie.

Il n'avait pas besoin d'en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Ven 22 Juil - 18:29
Avenir inéluctable






Quelque chose à quoi se raccrocher. Une lumière dans la nuit la plus noire. Il lui semblait qu'elle était perpétuelle, pour elle, cette nuit. Il y avait pourtant des moments où elle y voyait plus clair, plus distinctement et dans ces moments de lucidités, il lui était difficile de ne pas voir déjà tout ceci. L'Ermite. Le Feu qui vacille. La Rose Noire qui s'épanouissait à la faveur de cette obscurité dont elle n'avait de cesse de se draper. Sciemment ou non. Pourtant en cette douce soirée, elle entrevoyait autre chose. Un écho, peut-être. Une main sur son épaule. Un petit rien qui faisait un tout. Nimuë souriait sincèrement, faillit lui répondre avec un peu moins de difficulté quand, d'un coup un boucan infernal s'éleva de derrière la porte de sa cabine.

Orion saurait-il voir l'éclat de tristesse qui gravita dans ses prunelles en cet instant avant qu'elle ne replace le masque sur ses traits ?

Quelle ne fut pas sa surprise de reconnaître la voix d'Endymion malmenant ce pauvre Old John qui ne put rien faire pour l'arrêter. Rageusement, son second serra les poings, abandonnant là Cinead qui allait s'embourber dans une drôle de situation. Maudit Diable ! Quelle serait la réaction de la jeune femme ? Pour le moment elle ne pipa mot, se contenta de croiser les bras sous sa poitrine pour adopter une attitude presque autoritaire. Peu vêtue, les yeux rougis par les larmes brûlantes qui la harassaient, la jeune femme usait de sa fierté légendaire pour masquer tout son mal être.

En premier lieu son regard inquisiteur se porta sur le Purificateur.

« Bien sûr que tu me déranges, Légat. Que viens-tu faire ici sur MON navire en pleine nuit ? »

Cela lui avait échappé bien malgré elle tant la colère l'avait laissé toute vibrante d'indignation. Puis elle ajouta sur un ton radoucit.

« Trois hommes dans ma cabine rien que pour moi. C'est bien trop d'honneur messieurs, mais je ne suis pas d'humeur ce soir. »

Voir la tête des différents hommes finit par la faire s'esclaffer. Vraiment, la situation lui échappait mais pourquoi ne pas en rire ? Surtout en sachant qu'au moins trois personnes s'étaient prêtés à un jeu … d'enfant. Écouter aux portes ? Sacré John. Essuyant un œil d'un revers de la main une fois son hilarité passée, la belle se ressaisit. Observa Endymion un instant, un sourire flottant toujours sur ses lèvres.

« Fidèle au poste hein ! Endy … Je suis une grande fille voyons. Et si il était mon amant ? Tu te serais joint à nous peut-être ? Par inquiétude ? »

Elle étouffa un rire derrière sa main, se prit à chercher de nouveau dans son bureau pour trouver cette fameuse bouteille qu'Orion lui avait refusé.

« Tu vois Orion, finalement, j'en ai besoin ! »

Son air changea brusquement, plus froid et lugubre que jamais. Une sorte d'avertissement pour le Saint si il voulait se laisser aller à son petit commentaire. Elle était une grande fille ! Tout en s'activant à sa tâche, la Générale continua d'une voix blanche.

« Puisque nous sommes entre amis … hein. Bref, qu'est-ce qui t'amène sur MON humble rafiot, Légat ? Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? Si tu es venu ici ce n'est sans doute pas pour une visite de courtoisie. Quoique, tu aimerais peut-être me rendre la politesse de l'autre fois en m'invitant à dîner ? Il est un peu tard, tu ne crois pas ? Ah, la voilà ! »

En signe de victoire la marina brandit sa bouteille au dessus de sa tête, se hâta d'enlever l'entrave pour porter le goulot à sa bouche. Après avoir bu à grands traits, jusqu'à vider presque la moitié du breuvage, la belle, les iris brillantes, confia le reste à Orion.

« J'ai eu ma part. »

Ce fut en titubant légèrement qu'elle prit place sur son bureau, croisant les jambes, esquissant une attitude provocatrice. Pourquoi ne s'amuserait-elle pas un peu, elle aussi ? Oh elle savait bien que ce petit jeu là n’embarrasserait pas Endymion … en revanche pour les autres … La pirate réservait autre chose à son… comment avait-il dit ? Homme de main, oui, c'était cela.

« Je t'écoute. »

Son navire, son équipage, ses règles.

Je suis tellement fatiguée ...





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Sam 23 Juil - 10:03
Confiance

Grande surprise, il n'eut le temps de rien que déjà il se sentait mouvoir vers l'avant, comme propulsé à l’intérieur de la cabine. John ?! Oh non, car une fois l'étonnement passé il ne put qu’apercevoir un sourire qu'il connaissait et surtout une voix. Oh oui, il arrivait, lui aussi, mais pourquoi ? Cinead était donc là, au milieu d'un chaos qu'il ne comprenait pas réellement entre les mots qu'ils avait entendu et ce qu'il se passait réellement. Trop de questions, oui. Pourtant, il laissa passer Endymion devant lui, son esprit semblait ailleurs essayant de mettre de l'ordre dans tout ça.

Alors au fil des paroles de chacun, de cette mascarade absurde le Légat commençait à se fermer. Son visage, d'ordinaire chaleureux et souriant, laissa place à un regard sérieux, des sourcils légèrement froncés et une expression qu'il n'aimait pas. Autoritaire oui. Mimant presque Nimuë à l'instant où, elle croisa les bras sous sa poitrine, lui le fit sur son torse. Il les écoutait encore et encore. Le théâtre d'abord avec avec ce cher Endymion, Diable qui ne cessait de s'amusait de tels moment. Oh oui, il se plaisait et complaisait dans cet environnement. Le sarcasme ensuite, étrange, étonnant ? Non, absolument pas, Nimuë lui paraissait à nouveau être celle qu'il avait eu face à lui, celle qu'il... n'aimait pas ? Pas vraiment, ce n'était pas cela, il préférait seulement ce qu'il avait su voir et entendre. La Vraie... A l'image de ce qu'il avait entendu, plus tôt. De ce qu'il avait entrevu dans cette auberge. Ici elle s'était changée, braquée, avait remit un masque qui dans certaines situation devait lui seoir avec beauté oui. Mais pas avec lui. Et enfin l'inconnu, la présentation... Quelle homme était-il vraiment, un cosmos oui... Mais il n'était pas un Marina.Cinead ne ressentait aucun lien entre une écaille et cette personne. Peu importait. Il la laissait alors y aller de sa touche d'humour, boire, se renfoncer encore et encore... Il n'aimait pas cela, non. Il n'aimait pas ce qu'il voyait. Alors il devenait plus froid, la chaleur de son Cosmos n'était plus en cet instant. Nulle colère pourtant, non...

    - Tsss...

Il n'écoutait qu'à demi-mot, histoire de ne pas paraitre impoli, mais il n'avait qu'une envie en cet instant. Partir. Quitter SON navire, et partir seul là bas, oui. Sans son aide. Les laisser jouer à leurs jeux qu'ils semblaient tous aimer, à s'embourber dedans, se cacher. C'était si facile, oui, il comprenait dans un sens. Lui aussi l'avait fait durant des années pour ne pas affronter la réalité. Se cacher, derrière un masque, des mots, des actes. Peu importait. Alors il soupira. Il était le Légat, les abandonner là lui était impossible, lui même n'était pas ainsi... Trop d'enjeux, il partirait dans tous les cas, mais il regretterait de n'avoir rien demandé. Alors il fit quelque pas pour se placer aux côtés d'Endymion, résigné ? Il était drôle de voir que le Pendu agissait, oui, même si lui n'y pensait pas. Il fixa Nimuë avec sévérité, comme jamais il ne l'avait fait, sans pour autant rentrer dans un défi quelconque. Bien évidement que j'ai une bonne raison de venir. J'ai besoin de ton aide... Déception de son comportement ? Difficile à savoir...

    - Bien, j'attendrais quelques minutes que tu ais terminé. Endymion tu viens avec moi, j'ai à te parler.

Il ignorait Orion, presque volontairement oui... Et cela le gênait, pourtant il ne pouvait faire autrement désormais. Peut être se parleraient-ils plus tard. Impossible de savoir maintenant. Il attrapa le bras du Dragon des Mers alors et le tira jusqu'à lui pour qu'ensemble ils prennent la direction de la porte. Porte que le Légat fit claquer, passablement irrité par tout ça. Une fois à l'extérieur de la cabine il se retourna vers le Diable et le lâcha. Lui non plus, n'avait pas vu Cinead aussi sérieux. Pas le temps d'être celui qu'ils connaissaient, celui qu'il était vraiment, pas maintenant. Encore moins maintenant !

    - On va faire comme si tu ne m'avais pas bousculé, ce sera plus simple. Je n'ai pas le temps de jouer à vos jeux, ni à l'un ni à l'autre. Je suis venu ici en pleine nuit car la situation l'impose. Nous avons un devoir. Je ne sais pas si tu es au courant, si tu es rentré en Atlantis depuis notre retour mais trois Généraux ont disparu sans presque aucun signe. Les Lyumnades ont affronté un ennemi ici, à Alexandrie, l'Hippocampe a disparu en même temps qu'elle et le Kraken aussi. Il y a du nouveau, l'écaille de ce dernier est revenue, seule. Je m'attends au pire, je peux te dire qu'elle n'a pas combattu et que Lytès, son propriétaire, ne l'a pas porté avant sa disparition. Tout porte à croire qu'elle venait de la région d'Asgard... Je veux que tu ailles là bas, pour enquêter, peut être même rencontrer les Ases s'ils n'ont rien à voir dans cette histoire... Il y avait une énergie sombre sur l'écaille.

Sans qu'il ne le remarque vraiment, au moment où il lui demanda d'y aller, Cinead avait placé une main sur l'épaule du Général. Instinctivement. Sans le lâcher des yeux. L'inquiétude, un peu. Les questions surtout. Il ne voyait personne d'autre pour mener une telle mission, tant par ses talents que son comportement il pourrait s'en sortir sans provoquer de catastrophe, il le ressentait. Était-ce là de la confiance ? Peut-être... En quelque sorte oui.

    - J'attends ta réponse pour t'en dire plus, mais tu devras partir au plus vite, d'ici demain matin. Tu pourras prendre le portail de l'arche menant directement à Asgard. Alors ?

Il était temps de voir si les mots du Général dans la cuisine du bateau étaient vrais, si cette fois encore il ne lui avait pas menti. Garde rapprochée. Diable. Ami. Frontière... Ai-je raison de porter une partie de ma confiance en toi ?




Dernière édition par Cinead le Dim 24 Juil - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Sam 23 Juil - 13:14
Magnifique prestations de tant de savoureux acteurs réunis par le fruit d'un hasard taquin.
Je dévorais du regard les expressions, les postures, provocations des uns comme des autres. Orion ?... Cela ne me disait rien, hormis le célèbre chasseur de la mythologie. Un nom aussi symbolique que l'était le mien, à n'en point douter.
Mais l'effet que ma seule présence, et probablement celle de Cinead, eut sur Nimue coupa court à ma curiosité envers cet étranger. Ô belle ermite, qu'il est doux de te voir si vite embrasser les ténèbres lorsqu'elles se présentent à ta porte. Voilà pourquoi, mon sourire de prédateur sournois s'étira de plus belle.

Mon dieu non, pas par inquiétude ! Mais pour lui donner quelques leçons de pratiques. Je ne tiens pas à ce qu'un amant maladroit ne ternisse ton humeur, Capitaine.

Savourer les têtes de Cinead et du nouveau avait de quoi décupler mon hilarité mais le Légat ne me laissa pas me régaler davantage du spectacle et me tira dehors avec un autoritarisme jusqu'alors inconnu. Tant de signes d'irritation... C'était là une faiblesse évidente cher Légat d'exposer ainsi votre humeur cher Légat ! Mais pour une fois, je constatais sans piper mot, l'écoutant dans sa diatribe avec attention, mais toujours paré d'un mystérieux rictus.
Après l'avoir écouté, je m’apprêtais à lui faire remarquer qu'écouter aux portes n'était pas plus mesquin que de l'avoir bousculé mais sa main sur mon épaule me retins. Trêve de jeux pour une fois... Je repris mon habit de général des mers et réfléchit rapidement à la situation. Une chose était évidente : je me devais d'accepter la mission, non par obéissance servile mais car une menace capable de faire disparaitre trois généraux de mon rang nécessitait qu'on y prête attention.
Au final, au delà de mes facéties sadiques, je restais bel et bien fidèle à Poséidon et son représentant car leur nuire sciemment ou non reviendrait à mettre à mal mes ambitions.
En outre, je devais bien admettre que mon égo et ma curiosité étaient piqués. Réussir là où trois autres avaient lamentablement échoués... J'en frétillais intérieurement. Je posais alors ma main sur celle du Légat.

Bien évidemment que j'accepte cette mission. Même j'exècre le froid, je ne peux rester insensible à... un tel mystère.

Malgré des sous-entendus qu'il ne détecterait probablement pas, j'offrais donc la réponse attendue à Cinead. A lui de me donner tous les détails avant mon départ, mais déjà je commençais à échafauder maintes théories.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Sam 23 Juil - 13:39
Quel affligeant spectacle...
Il avait suffit que ces deux hommes pénètrent dans la cabine pour que Nimue ne révèle la pire partie d'elle même. Sa corruption, sa déchéance. Pourquoi ? Je n'y comprenais rien !
Même si j'étais loin d'être un damoiseau prude et chaste, ses propos outranciers fermèrent mon visage. Nimue, penses-tu réellement que ce masque te protège réellement ?
Ainsi donc je me retrouvais face au nouveau Légat de Poséidon ? Ce n'était pas vraiment prévu au programme. Fort heureusement l'échange fut bref, et la tension palpable entre la capitaine et son supérieur. C'est alors que Nimue me tendit la bouteille à moitié vide. De dépit, j'en avalais moi même une gorgée avant de la poser sur un recoin du bureau.
La froideur du Légat à mon égard ne m'étonna pas au vu des problématiques présentes, car même le dénommé Endymion fut trainé de force en dehors de la cabine, à mon grand soulagement.
J'attendis quelques instants que le duo s'éloigne pour reprendre la parole, d'un ton plus bas.

Je suis désolé, je ne voulais pas te causer de problèmes. Je vais rentrer au Sanctuaire, pour ne pas faire attendre le Légat.

Fais-je preuve de lâcheté ? Non, mais comment lui présenter mon aide autrement que je ne l'avais déjà fait ? Une idée me vint alors.

Et si tu venais avec moi pour voir Satine ? Peut être aura t-elle des réponses à t'apporter, et je suis certain qu'elle sera heureuse de te voir.

Si je ne pouvais pas faire grand chose, peut être que la famille serait le seul rempart pour empêcher Nimue de sombrer corps et bien dans les ténèbres. Je ne tenais plus à revoir la femme qui venait de s'adresser au Légat de Poséidon.
Je m'approchais d'elle de nouveau pour l'obliger à croiser mon regard, sans fuir pour une fois.

Si tu as si peur de finir seule, alors cesser de repousser ceux qui veulent te venir en aide ou juste se rapprocher de toi. Tu n'es pas la grand-mère de Satine pour rien, tu sais. Mais elle a su prendre sur elle pour faire confiance et aujourd'hui elle a enfin une chance de vivre pleinement son existence en toute liberté et auprès d'un homme qui l'aime de toute son âme.

Le choix n'était pas simple, j'en avais bien conscience pour avoir moi même jadis été dévorer par le Mal et ses subtiles tentations. Nimue aurait-elle la force de se redresser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Sam 23 Juil - 14:15
Avenir inéluctable






Il avait besoin de son aide. Cette simple phrase eut l'effet d'un électrochoc tant et si bien qu'elle dévisagea le Légat, abandonnant tout à fait son petit jeu ridicule. Même les effets abrutissants de l'alcool semblèrent s'effacer et elle hocha simplement la tête à son adresse, avant qu'il ne quitte sa cabine en empoignant Endymion. Leur sortie arracha un soupir de lassitude et de soulagement mêlés à la jeune femme qui se détendit. Elle tourna son faciès encore inexpressif vers le Sagittaire. Oh bien sûr qu'elle comprenait sa déception. Leur déception. Seul Endymion, ce beau Diable, paraissant la comprendre et se délecter de ses ténèbres. Les sentir pour s'en abreuver. Détresse et désespoir.

Un « non » de la tête fut esquissé pour toute réponse à sa première réplique. Il n'y avait rien à pardonner, c'était elle qui lui devait des excuses. Se comporter de la sorte n'était pas vraiment digne, mais c'était la seule chose qu'elle savait faire dans ces cas là. L'indifférence froide et silencieuse, couvée par un mutisme songeur ou à l'inverse, une vivre vulgarité provocatrice, pourvu que l'un dans l'autre … elle puisse blesser. Le reste de son discours l'étonna, la faisant se redresser d'un seul bloc. Étonnée d'une telle proposition, la jeune femme se prit à réfléchir. Se serait imprudent. Assurément elle se jetterait dans la gueule du loup. Ce n'était pas une bonne idée et pourtant … Peut-être … oui peut-être que ses pas devaient l'emporter à nouveau jusqu'aux portes de la Déesse sage ? Non, c'était absurde ! Et pourtant … oui pourtant il avait fait germer une graine dans son esprit retord. Perdu.

« Revenir au Sanctuaire ? En voilà une très bonne idée. » Fit-elle d'abord, sur le ton de l'ironie pour reprendre, avec un sourire aux lèvres. « Peut-être oui. Peut-être irai-je vous voir un jour. La famille … le sang de mon sang. Oui, peut-être pourrait-elle m'apporter de nouvelles réponses. Ou bien terminerai-je dans une geôle. N'oublie pas … que je suis partie. Revenir comme une fleur … je ne pense pas que ce sera au goût de tout le monde et tu oublies quelque chose. Je suis une Générale atlante. J'ai … quelques devoirs envers Atlantis. Envers … « Lui ». Le Légat à besoin de mon aide. Les autres Saints ... me verront comme une ennemie. »

Acheva t-elle tout en disparaissant derrière le paravent, attrapant les quelques habits qui étaient suspendus à son sommet. Elle ressortit de l'ombre une fois habillée.

« Satine à de la chance de t'avoir. Elle a su trouver une chose dépassant tout entendement. J'ai encore un long chemin à faire. Mais tu as raison. Vous avez tous raison, je le sais. »


Une pause.

« Je viendrais vous voir, tu as ma parole. Tu devrais partir maintenant, je n'aimerais pas qu'il t'arrive quoi que ce soit. Sois prudent, d'accord et … désolée pour tout ça. »

Déclara t-elle en ayant un geste large de la main pour désigner … tout et rien. Cette mise en scène grotesque qui s'était jouée sous ses yeux.

« Je vais te raccompagner, suis-moi. »

Nimuë ouvrit le chemin jusqu'au pont, dépassa Old John qui l'observait dans un profond silence. Non loin, Endymion et Cinead paraissaient être en pleine discussion. Elle ne fit pas attention à eux, continua de guider Orion jusqu'à s'arrêter, face à la planche qui le mènerait jusqu'à la terre ferme. Quand elle regarda l'ancien Juge dans les yeux ce dernier put y lire tout un mélange d'émotions contradictoires : reconnaissance, peine, espoir, détermination et une note d'ivresse aussi.

« J'ai l'impression que la Lumière d'Athéna continue d'être avec moi, parfois. À croire que je resterai liée à elle, d'une certaine façon. »

Elle le prit alors dans ses bras, spontanément et sans hésiter, le serrant avec la force du désespoir. La future sorcière bleue lui murmura.

« Je ne suis pas Satine, mais je reste une O'Bannon ... »

Bien vite la jeune femme se détourna pour rejoindre le Diable et le Purificateur …

« Que puis-je faire pour t'aider, Légat ? »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Dim 24 Juil - 14:25
Raisons

Son visage avait su laisser place au sérieux ce qui rassura rapidement le Légat. Oh non, il n'était pas un dirigeant froid et distant, bien au contraire et bon nombre de personne prendraient cela pour de la faiblesse. Lui y voyait une force. Et cela payait, en voici la preuve. Pourtant il ne pouvait s'empêcher d'être gênée par cette main posée sur la sienne. Qu'essayait-il de faire à l'instant ? Prendre le dessus sur lui, l'amadouer dans un sens ? Faire comme lui peut être, un miroir lui fit retirer cette main alors.

    - Notre plus gros problème vient du manque d'information dont nous disposons... Le départ de Liao, le départ des trois Généraux... Tout cela en même temps sans qu'aucune information ne nous soit laissée. Non, ne vous soit laissée. Cependant concernant Asgard j'ai quelques pistes. Je ne connais pas tous les détails mais l'ancien Légat, Général de l'Hippocampe encore à ce moment, a affronté un ennemi en compagnie des Ases et les a laissé là bas en emportant un morceau de métal rare et unique. Les raisons m'échappent totalement, mais sache que je l'ai en ma possession désormais et je suis quasiment sûr qu'ils souhaitent mettre la main dessus. Mais de là à éliminer un Marina qui n'avait même pas son armure sur lui... J'ai bien des doutes. Ta mission est simple oui, en apprendre plus sur Lytès, et rencontrer les Ases pour connaitre leurs intentions si tu es sûr qu'ils n'ont rien à voir dans sa disparition. Le cas contraire... Nous n'en sommes pas encore là. Mais avant tout, je veux une chose, une seule Endymion : que tu reviennes.

A dire vrai, si il faisait bien confiance au Dragon des Mers pour une chose c'était cela, ce dernier : il reviendrait. Ne se laisserait pas avoir, lui plus quiconque ne se laisserait pas berner ou abuser. Atlantis n'était pas au meilleur de sa forme, engendrer un conflit contre l'armée du nord serait une erreur et c'était pour cela que le Légat se fixait comme premier objectif de renforcer la cité et l'armée... Cependant cela ne signifiait nullement restait inactif et encore moins face à de tels éléments. Nul autre que lui ne saurait mener une telle mission à bien. Nimuë s'approcha d'eux alors, interpelant le Légat non sans user, une fois encore, de certains mots. Elle l'avait entendu oui, encore, mais il l'avait voulu cette fois. Orion devait être parti, du coup, cet inconnu. Il n'allait pas la questionner sur cet homme car cela ne le regardait pas, tout comme cette conversation qu'il avait pu entendre, oui... Et pourtant il ne se doutait pas un seul instant qu'il était plus que lié à ce dont il allait parler. Il fit un signe de tête à Endymion avant de regarder Nimuë un instant puis de se diriger vers sa cabine. Sans un mot, il n'avait pas envie de parler, n'y arrivait pas trop occupée à pensé. De toute manière il allait parler, oh oui... L'amener, là bas, dans son lieu de sécurité pour la rassurer peut être... Qu'elle accepte mieux ses mots.

Il arriva devant la porte qu'il poussa légèrement avant de la tenir, laissant passer la Capitaine du navire avant de rentrer lui même dans la cabine. Là il posa son dos sur la porte une fois cette dernière fermée avant de croiser les bras et fermer les yeux un instant. Respirer. Nimuë allait certainement se poser sur son lit ou même son bureau, peu importait à dire vrai, pour l'instant il ne la regardait pas. Il se détacha du bois pour aller se poser contre le bureau, si elle s'y était assise elle pourrait ainsi le voir de dos, toujours les bras croisés. Ne voulait-il pas l'affronter en cet instant ? Peut être, mais pas que... Il ne voulait pas voir sa réaction aussi. Après tout...

    - Avant tout j'aimerai que tu me laisses parler jusqu'au bout. Je sens que ce que je vais dire ne va pas te plaire, alors, s'il te plait... Oui, écoute moi jusqu'à la fin. Déjà je m'excuse pour ce qu'il s'est passé, là, Je suis venu te voir en pleine nuit pour ce dont je vais te parler, j'allais rentrer et John m'a surpris... bref, j'aurai du rentrer directement. Je suis désolé.

Peu importait qu'elle lui en veuille ou non, il était important pour lui qu'elle sache les choses telles qu'elles pouvaient l'être, le reste bien sûr ils en parleraient, plus tard. Mais là n'était pas le moment, il voulait juste clarifier une chose avant de rentrer dans le cœur du sujet, la mission qu'il allait devoir faire. Une légère pause après un soupir, difficile de trouver un début, maintenant. Il se retourna alors, se penchant pour poser ses deux mains sur le bureau. Plus d'hésitations désormais

    - Poséidon est venu me trouver il y a une heure à peu près. Je dois partir au Sanctuaire pour discuter de l'armistice. Au vu de ce qu'il se passe tant chez nous qu'ailleurs et de ce que nous avons appris sur Avalon... Nous devons renforcer les liens avec les Saints, dans un but commun et pour nous même bien évidement. Je pense que tu comprends maintenant pourquoi j'ai besoin de ton aide. Écoute je ne sais pas grand chose d'autre que ce qu'on a bien voulu me dire et pour être honnête je ne veux rien savoir de plus de personne d'autre que toi. Je sais seulement que tu étais mourante et que Poséidon t'a sauvé. Mais je sais une chose, tu ne veux pas de conflits avec les Saints, tu n'as pas fait ça pour leur causer du tort. C'est évident, tu n'es pas comme ça. Alors oui, viens avec moi, montrons leur que ce n'est pas pour leur mal que tu as fait ça, peu importe les raisons. Eux voudrons des explications que seul je ne pourrais leur apporter. Ces explications, de toute façon, je n'en veux pas, pas tant que tu ne voudras pas m'en faire part. Moi je crois en toi, je ne serais pas venu te demander ton aide sinon..

Étrange manière pour un leader, demander et non ordonner mais il était ainsi, ne se considérait pas au dessus d'eux. Il comprenait, tout simplement. C'était ce qu'il pensait du fond du cœur oui, il avait même réfléchi à bien des choses, à bien des cas possible. Il ne permettrait rien envers elle lors de ce voyage ou des rencontres. Les Saints n'étaient pas ainsi, il le croyait, mais pourtant il prévoyait que le contraire soit possible. Aussi il savait comment faire, oui. Il en était persuadé que peu importe le ton où la manière dont cela se terminerait, rien ne lui serait fait ni à lui, ni à elle. Il était prêt à sacrifier une chose pour cela. Pour cette croyance un rêve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Dim 24 Juil - 16:29
Redevenu sérieux, chose inhabituelle chez moi, j'écoutais avec attention chaque syllabe, chaque intonation pour mieux apréhender la situation.
Ma première réaction fut de penser "tout ça pour un bout de quincaille ?". Mais mes expériences m'avaient appris l'importance des détails. Et si pas moins de 3 généraux des mers avaient disparus dans cette affaire, nul doute qu'elle n'était pas à prendre à la légère.
Me rendre en Asgard ne me convenait pas vraiment, tant le froid pouvait blesser ma peau de velours. Mais ma foi, une fois de retour à Alexandrie j'aurais bien l'occasion de corriger les affres polaires par des bains d'eau chaude et de vapeur aromatisée.
Au final, même si ce petit voyage s'orientait vers une enquête en bonne et due forme, la possibilité de devoir m'enfuir en traçant un sillon de sang n'était pas totalement à exclure. Bien, de toute manière je n'étais pas du genre à me sacrifier.
La grande questions au final était : les Ases étaient-ils responsables de la disparition des nôtres, ou quelqu'un essayait-il de la faire croire ? Monter deux camps l'un contre l'aurait n'était-il pas un moyen sur d'affaiblir deux proies pour mieux fondre dessus le moment venu ?
Mais sans preuves tangibles, je me contentais de ranger cette théorie dans un recoin de mon esprit.

N'ai aucune crainte, mon bon Légat. J'arrive toujours à me sortir des pires situations. Même si tout porte à croire que tu m'envoies directement dans la gueule du loup du nord, ahah.

Un simple regard suffit à faire comprendre à Cinead la plaisanterie au delà du reproche apparent. Je me dirigeais donc vers la planche qui reliait le navire à la terre ferme et adressait au passage un bon mot à ma tendre Nimue.

Bonne ou mauvaise nouvelle, ton beau diable se retire quelques jours de ton épaule. Cinead m'expédie à Asgard. Je penserais à te ramener un peu d'alcool local.

Passant la main dans ma somptueuse chevelure pour masquer à demi un sourire mordant, je m'avançais donc dans l'obscurité des ruelles, déjà pleinement concentrer sur ma mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Dim 24 Juil - 20:10
Oui, je savais bel et bien que si Nimue revenait au Sanctuaire d'Athéna, les problèmes seraient légions... Et alors ? J'étais moi même loin d'être en odeur de sainteté, et pour l'heure je n'en avais cure. Je voulais croire que si Chiron et Athéna m'avaient offert mon armure c'était pour apporter un brin d'humanité dans ce camp parfois si froid.
Nimue ne comptait pas beaucoup de moyens de se raccrocher à la lumière. Et ce que j'avais vu ce soir me laissait plus inquiet que jamais à son sujet. Peut être que Satine et moi pourrions l'aider. La famille n'est-elle pas l'un des liens les plus sacrés ?
J'acceptais de bon coeur son accolade et la serrait fort en réponse, avec affection.

N'oublie pas une chose, Nimue. Si Athéna a su t'offrir sa confiance, elle ne te la retira pas car aimer l'humanité, avec ses forces et ses errements, est son fardeau. Si la déesse aux yeux pers a su tendre la main à un ancien juge d'Hadès, crois-tu qu'elle se détournerait de toi ?

Alors que nous nous séparions, je l'embrassais sur le front comme je l'aurais fait d'une soeur. Bon gré, mal gré, je restais lié aux O'Bannon, et Nimue demeurait importante à nos yeux à moi et à ma promise.
Je continuais à l'observer quelques instants de mon regard tendre, fort et essayant d'exprimer le courage. Ce courage que je tenais absolument à lui communiquer.

Lorsque tu viendras au Sanctuaire, attends moi. Je descendrais de mon temple pour venir t'accueillir et te mener auprès de Satine. Tu as ma parole qu'aucun Saint ne te fera de mal.

Cruelle ironie que ces paroles. Il n'y a pas si longtemps, la situation était complétement inversée. Qui aurait pu prédire un tel revirement ?
Encore inquiet pour mon amie, mais ayant accompli ma mission personnelle, j'entamais la descente du pont pour trouver un endroit où finir ma nuit avant de regagner la Grèce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   Dim 24 Juil - 20:53
Avenir inéluctable






La jeune femme avait tourné son regard en arrière pour voir Orion emprunter le chemin de la sortie, le voir disparaître peu à peu, suivit d'Endymion qui avait sa propre mission. La présence du Légat était par conséquent … formelle. Le visage fermé, n'ayant qu'un bref sourire pour le Dragon des Mers, son « beau Diable » comme il aimait à se faire appeler, elle finit par suivre Cinead qui avait ouvert la marche. La guidant jusqu'à sa cabine. Une fois la porte close, la Capitaine du navire alla ouvrir la seule fenêtre pour laisser un vent frais s'engouffrer à l'intérieur. Appuyée contre le bois, Nimuë écouta d'une oreille distraite les explications maladroites de son Légat. Elle songeait aux paroles d'Orion.

Se pourrait-il que la Déesse Sage ne lui en tienne pas rigueur ? Qu'elle ait toujours un regard posé sur elle ? Pourquoi pensait-elle que la Dame à la Chouette était une rancunière ? Pourtant elle ne pouvait s'empêcher d'être méfiante. Perdue dans ses pensées, elle revint brusquement à elle quand le Purificateur en vint aux faits.

« Pardon ?! »

Déclara t-elle, abasourdie en faisant volte face. Incrédule, les sourcils froncés, quelques forces invisibles semblaient se disputer en elle. Tant et si bien qu'un pesant silence s'instaura entre eux. La situation l'exigeait-elle vraiment ? Poséidon lui-même désirait cela ? Orion. Revenir au Sanctuaire. Alors elle ne put s'empêcher de rire. De rire sincèrement sans pouvoir s'arrêter. Un nouveau éclat du Destin ?

« Non excuse-moi, ce n'est pas … enfin c'est juste que … mon ami Orion … ahaha bon sang … C'est le Saint du Sagittaire.»

Elle souffla un bon coup pour essayer de se redonner de la contenance. Son hilarité passée, la pirate commença à se concentrer, à fermer les yeux. Sa voix s'éleva une nouvelle fois, plus sérieusement.

« Tu peux compter sur moi … De toute façon ce n'est pas la première fois que l'on me propose de revenir au Sanctuaire … à croire que je n'ai pas le choix ! » Une pause. « Il m'a proposé de venir voir … enfin … hm … Je reviens ! Il fera la route avec nous ! »

Et sans demander son reste la belle, au lieu de passer par les escaliers, grimpa sur le rebord de la fenêtre et se laissa tomber. En quelques secondes son écaille alla la draper et ses ailes, immenses et dorées, portèrent la rousse jusqu'au Saint qu'elle héla, un grand sourire aux lèvres.

Direction le Sanctuaire d'Athéna. Pour un retour aux sources.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
Contenu sponsorisé
Message Re: [Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Derniers jours de juillet 550] Un avenir inéluctable (Nimue-Orion)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES DERNIERS JOURS DE POMPEI (1984)
» ~ Les derniers jours avant la pleine lune sont les plus difficiles ~
» Waterloo en juin
» Les derniers jours du 1er Léger
» probleme Freebox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Alexandrie-
Sauter vers: