Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mi août 550] Vers une demeure d'éternité ~ Alentours de Constantinople [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AnamayaavatarArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message [Mi août 550] Vers une demeure d'éternité ~ Alentours de Constantinople [Libre]   Sam 23 Juil - 11:03
Ce rp suit directement celui la rencontre avec Narsès

L'aube fut lente à venir tout comme l'envie de s'éveiller en cette terre qui n'avait rien de commun avec tout ce qu'elle avait connu. Philae, le désert, l'Egypte, ses proches qu'elle avait laissés derrière elle lui manquaient. C'était un sentiment si fort qu'au plus profond d'elle, Anamaya se sentait vide. Vide autant dans son cœur que dans sa tête. Depuis son arrivée, pas une seule mission ne lui avait été confiée. Dans le désert au moins, elle pouvait s'entraîner, se déplacer comme bon lui semblait. Ici, il fallait étouffer son cosmos, s'abaisser si l'on ne voulait pas s'attirer les foudres de leurs maîtres.

~ Étouffer son cosmos et porter ce masque... ~

L'inaction lui pesait tant et tant qu'elle tournait presque comme une lionne en cage. Ces chevaliers, ces saints n'étaient encore que des ombres sans visages, des noms qui résonnaient au loin, si souvent déformés. Même le Grand Pope qu'elle avait le devoir de protéger était au loin.

L'ennui, l'ennui était comme un poison pour qui avait une vie aussi intense qu'elle.

~ Dans le désert au moins... ~

L'étendue inhospitalière traversa son esprit ainsi que les murs de Philae, les eaux miroitantes du fleuve sous les rayons d'Amon-Rê. L'égyptienne en était là à ses réflexions lorsque des cris se firent entendre.

~ Des cris d'enfants... ~

A ces pleurs désespérés, son sang de femme ne fit qu'un tour. Quelle femme digne de ce nom ne réagirait pas. D'un bond trop vif pour toute humaine normale, elle se redressa et fila droit vers l'origine de ces appels déchirants.

" Mais ? "

Ce qu'elle découvrit alors l'horrifia. Un homme se tenait avec des jeunes enfants face à ce qui semblait n'être à sa plus grande horreur un marchand d'esclaves lequel était en train d'examiner sans la moindre retenue une fille qui ne devait pas avoir plus de dix ans. Le voir ainsi arracher la tunique de la petite fille qui se débattait fut la vision de trop. Sans prendre le temps de réfléchir davantage, elle se porta entre les deux infâmes individus, se plaçant entre eux.

" Arrêtez !!! De si jeunes enfants ne sont pas... "
" Quoi ? Elles ne sont pas quoi. "


Le ton du vendeur était froid, dénué de plus petite émotion et son sourire avait de quoi mettre les plus endurcis mal à l'aise. Quand à son regard porcin, il brillait de convoitise, de désir malsain. Anamaya n'avait pas son masque et sa tenue d'égyptienne en laissait voir plus qu'il n'aurait pu le rêver.

~ Ce ton... Sale lubrique, s'il n'en tenait qu'à moi, tu n'oserais jamais plus me regarder avec de tels yeux libidineux. ~

Des yeux qu'elle lui aurait arrachés pour toutes les autres pensées qu'elle devinait en lui. Son visage était si expressif qu'elle déchiffrait sans problème la plus infime de ses mimiques. Il la prenait pour une prostituée. Elle qui portait une robe de lin classique en plus d'un châle de la même matière qui s'était échoué sur le sol ne pouvait croire qu'on la prenait pour une pensionnaire de maison de bière. Et puis, pour ce qu'elle en avait vu, les filles de maison de bière étaient autrement mieux traitées que ces deux petites. Elles étaient libres de partir quand elles le voulaient une fois qu'elle avait amassé assez de richesse ou s'étaient trouvées un époux. Quant au premier qui oserait porter la main sur l'une d'elles, le bâton lui ferait comprendre que ce genre de choses était plus qu'intolérable. Un autre regard oblique lui révéla sans trop de surprise que l'autre était particulièrement en formes. Le dégoût qui l'envahit était tel qu'il fallait qu'elle mette un terme rapide à tous cela sinon le cimetière de Constantinople accueillerait deux pensionnaires de plus.

D'un geste rageur, elle arracha l'un de ses bracelets d'or et le tendit au vendeur puisqu'il fallait l'appeler ainsi.

" Prenez, il y a largement assez pour les deux petites, je les emmène. "

Son ton était sans réplique éveillant encore plus le désir de l'homme.

" Oui la belle. Dis-moi dans quel lupanar... "

Un poing le fit taire avant qu'elle ne se retourne vers l'autre tout en soulevant la plus jeune dans ses bras. L'aînée quand à elle, courut se cacher dans son ombre.

" Je te les laisse. Je suis certain qu'elles sont entre de bonnes mains avec toi, des mains expertes. "

Le regard d'Anamaya le fit aussitôt taire. Il était temps qu'elle parte. Grand temps avant que la noirceur qu'elle n'avait fait que croisé le peu d'instants qu'elle avait passés en cette ville ne cache définitivement à son regard la beauté et la lumière qui pouvaient être les siennes.

~ Non, Isis-Athéna ne pourrait nous demander de protéger une ville qui n'est gouvernée que par le fer, l'or et le vice. Elle ne le peut. A moi de découvrir la bonté et la lumière qu'elle renferme. ~

Pour cela, il lui fallait s'éloigner quelque peu. Le temps de mettre un peu d'ordre dans ses pensées et recevoir enfin un ordre d'Akritès ou de Narsès. Puis, sentant les pleurs de la plus petites des fillettes contre le tissu couvrant son sein, elle sortit enfin de la rage qui l'avait prise. Une lionne, elle avait en cet instant tout d'une lionne. Et scrutant les environs, elle s'empressa de disparaître dans l'ombre d'une ruelle. Personne ne l'avait vu user de son cosmos. Quant aux deux enfants, elles ne la quitteraient plus. Autant dire qu'elles deviendraient sans nulle doute ses futures apprenties.


Dernière édition par Anamaya le Dim 31 Juil - 20:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
AnamayaavatarArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi août 550] Vers une demeure d'éternité ~ Alentours de Constantinople [Libre]   Sam 30 Juil - 12:19
[ HRP : Bon, personne ne répondant scratch , je vais poursuivre.]

Passer ainsi de la cité aux terres l'encerclant s'était avéré simple, si simple qu'Anamaya en eut presque le vertige. Une autre façon d'alerter ses sens et d'éveiller la méfiance toute naturelle sommeillant le plus souvent en elle. Après tout, la sainte de la Chevelure de Bérénice venait d'une contrée lointaine et ce qu'il se passait ente les murs de Constantinople n'avait rien d'innocent même si tout n'était pas mauvais en soi, loin de là. Seulement, la jeune égyptienne avait le cœur encore trop meurtri pour voir les choses sous leur meilleur jour. La plaie ouverte faite en son âme et son cœur ne ferait qu'empirer si rien ne venait jamais l'apaiser tout comme la Soif de justice qui croissait encore et encore. Jusqu'ici, Anamaya avait pu la contrôler pour qu'elle n'évolue pas en irrépressible désir de vengeance. Éventualité qui ne pourrait que déboucher sur d'infinies violences et bains de sang. La douleur, sa douleur devait être apaisée d'une façon ou d'une autre, la porteuse de la Couronne de Bérénice le savait. Plus que cela encore, elle en était parfaitement consciente si consciente après en avoir vu les effets dévastateurs.

~ Akhtar... ~

Le sang de son frère était sur ses mains tout comme les mains de son frère étaient souillées à jamais du sien. Leur combat aux alentours de Philae avait laissé ses traces. Un fer rouge n'aurait pas fait pire, pas fait pire...

Un vent chaud se leva doucement, caressant les corps épuisés des deux enfants qu'elle avait entraînés dans son sillage, portant la plus petite, tirant la plus âgée. C'était ainsi qu'elle les avait soustraites au regard de tous, à l'enfer qu'allait leur faire vivre Constantinople la Juste, la Pure mais cela était déjà le passé, ne comptait plus maintenant que le présent et l'avenir que la guerrière allait leur offrir au nom de la merveilleuse Isis-Athéna.

Forte de cette résolution qui comblait une faille ouverte en elle tout en sauvant deux âmes encore si pures, elle s'immobilisa avant de déposer la plus jeune. Quelques instants s'écoulèrent ainsi sans que rien en se passa, la jeune femme semblant se plonger en une intense communion avec la nature environnante, offrant son corps parfait au soleil sous sa fine étoffe de lin rehaussée d'innombrables parures. Ainsi, lentement, imperceptiblement, ses yeux se fermèrent, laissant ses autres sens prendre le relais.

De son odorat si fin, elle savoura les parfums entremêlés que lui portait le souffle divin. Tantôt léger, tantôt capiteux ou encore entêtant, ils l'aidaient à retrouver l'apaisement dont la lionne avait tant besoin. Aussi finit-elle par se figer encore plus, telle une cariatide, réveillant soudain la peur des petites qui se mirent à remuer tout contre elle. Pas encore assez toutefois puisque la seule réaction de la Chevelure de Bérénice fut de souffler doucement sur une mèche de cheveux échappée de sa coiffe. De quoi surprendre la plus âgée des petites filles qui posa un regard intense sur sa sauveuse avant de s'accrocher au bas de sa robe, tirant de toutes ses forces sur le tissu dans l'espoir de captiver enfin son attention. Avec succès puisque ses petites mains crispées sur la fine étoffe végétale finirent par faire pencher le visage maquillé de la sainte vers elle. Fardée comme l'étaient toutes les femmes de Philae, Anamaya devait sans le moindre doute détonner au milieu des femmes de Constantinople. Aussi quand son regard croisa celui de l'enfant, elle ne put retenir un sourire satisfait. Plus que la lueur qu'elle avait vue en ses longs yeux verts, c'était l'énergie résiduelle reposant encore profondément en une si jeune existence qui avait captivée l'attention de l'égyptienne.

~ Elle est si loin en toi, si loin que seule une mort imminente aurait pu la pousser à s'éveiller. Exactement comme moi face aux loups du désert... ~

L'image de sa pas si lointaine petite enfance passa. Anamaya se revit un instant tenant Akthar tout contre elle pour repousser les prédateurs de sa seule force.

Puis, sentant la main tirer sur sa robe à l'en plaquer contre son sein nu, elle réagit enfin.

" Nous sommes chez nous... "

Fut ses premiers mots, faisant se lever cette fois deux petites têtes, l'une rousse l'autre blonde.

" Oui, nous sommes chez nous à moins que vous vouliez que je vous dépose à l'orphelinat ou à l'église... "
" Non !!! Non, on veut rester avec vous, belle dame. On veut pas aller chez les méchantes sœurs !!! "

Le cri du cœur était tel qu'Anamaya s'agenouilla pour se mettre à la hauteur des deux petites filles.

" En ce cas, il vous faudra travailler et apprendre à développer la force de votre corps autant que celle de votre âme. La voie que je suis est celle de la grande Isis-Athéna. Une fois qu'on s'engage sur les pas de la merveilleuse déesse, on ne peut s'en écarter. Sachez que votre vie sera dédiée à son idéal tout comme la force qui sommeille au plus profond de tout être. Une force que je peux vous aider à réveiller et faire croître... "

Appuyant, ses dires, elle enflamma soudain son cosmos. Elles étaient assez loin de tout pour espérer que personne ne les surprennent. Puis, l'augmentant encore, elle commença à le faire peser sur tout ce qui les entourait. Il était encore un peu trop tôt pour frapper et modeler le sol comme elle le souhaitait, certaines choses devant être accomplies avant.

" Ce que vous voyez est la puissance qui dort en vous mais que j'ai appris à maîtriser avec le temps et à faire surgir de par ma seule volonté. Il n'y a rien en ce lieu que je ne puisse atteindre mais avant qu'on aille plus loin, j'aimerais qu'on puisse au moins se présenter. Je suis la sainte de la Chevelure de Bérénice, au service d'Isis-Athéna et protectrice de son représentant sur terre, le grand pope... "

~ Et accessoirement de Constantinople. ~ Acheva-t-elle pour elle seule. Elle aurait encore bien du mal à apprécier cette ville qu'elle ne rejoindrait que pour faire affranchir les deux enfants.

Puis, hésitant, elle finit par dire.

" Mon vrai prénom est Anamaya mais pour mon ancien maître m'avait appelée Néféret. J'aimerais en son honneur que vous m'appeliez aussi ainsi. Maintenant, j'aimerais savoir quelles sont vos noms ? "

Fascinées par le spectacle du cosmos se déployant devant elles, sublimant la sainte au point de la faire passer pour une divine apparition, les deux enfants finirent par répondre.

" Je m'appelle Lydia. " dit la rousse avant que la blonde ne réponde sans la moindre crainte. " Et moi Alaïs. "

Puis, la plus âgée reprit la parole.

" Nous sommes sœurs. Notre mère est morte à la naissance d'Alaïs puis papa nous a élevées avant qu'il ne meure à son tour. Ensuite... "

Elle se tut et Anamaya n'insista pas.

" Maintenant, plus personne ne pourra vous faire de mal. Jamais, je ne laisserai faire et mieux encore, je vous donnerai les moyens de lutter et réduire le mal à néant. "

Sur ces paroles, Néféret Anamaya, caressa les chevelures des deux petites, loin de se douter du nom complet des deux enfants et de la lignée qui était la leur. L'instant était à d'autres préoccupations et d'ici peu le cosmos s'imposerait avec tout sa puissance et son éclat sur la matière.

Un spectacle qui éblouirait les témoins pour toute leur vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
AnamayaavatarArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi août 550] Vers une demeure d'éternité ~ Alentours de Constantinople [Libre]   Dim 21 Aoû - 13:42
[HRP : même chose, sans la moindre réponse depuis le dernier post, je poursuis]

Un spectacle qui n'allait plus tarder à éclater dans toute sa beauté. Ouvrant les bras comme pour les présenter au dieu soleil, Anamaya ferma lentement les yeux tout en psalmodiant une prière dont elle était désormais l'une des ultimes dépositaires. Face à un tel enchantement, Lydia et Alaïs demeuraient sans voix, entièrement captivées par ce qu'elles découvraient. La puissance du cosmos, de l'énergie à l'état pur, une puissance dont la beauté montait en flèche à mesure que des vagues d'illusions se succédaient, offrant à leurs yeux enfantins les splendeurs des légendes d'Egypte, du Nil immortel entrecoupés de l'immensité de la mer de sable.

Puis, soudain, ce fut l'évocation d'une reine qui se découpa sur l'horizon avant que d'un seul bond, la sainte ne s'élance vers le ciel comme l'aurait fait un ange. A cet instant, le temps sembla se figer, laissant l'égyptienne comme en suspend sur un fond azuré. Un moment où les deux enfants retinrent leurs souffles, fascinées par ce qu'elles découvraient. Leur cœur manqua presque un battement quand la jeune femme fondit aussitôt droit vers le sol. L'impact fut si éblouissant que les deux fillettes détournèrent les yeux mais cela ne s'arrêtait pas là. La lumière se mêlait au tonnerre assourdissant d'une pluie de roches frappant une terre déjà plus que malmenée. Une véritable tempête qui plongea le temps de quelques secondes l'ensemble dans une nuit en plein jour avant de disparaître aussi soudainement qu'elle était apparue.

Sous le coup de la lumière et du silence revenus, les deux sœurs rouvrirent un œil effaré. Face à elles, se dressait maintenant une colline rocheuse transpercée, fendue d'une manière quasi artistique. Mais cela ne s'arrêtait pas là. Le sol n'était pas le fracas qu'elles s'étaient attendues à découvrir. Loin de là, aucune roche, aucun débris ne traînait. Juste un monticule qui ne tarderait pas à se fondre dans le reste du décor. S'il n'y avait cette preuve droit devant elles, elles auraient bien cru avoir rêvé.

" Lydia... "

La voix devenue si douce d'Anamaya la tira de son étonnement. D'un geste, la sainte lui caressait la joue.

" Et toi, Alaïs... " Ajouta-t-elle en agissant de la même façon. " Il est temps de revenir sur terre. Le spectacle est terminé. Le cosmos immense a creusé ce qui sera une demeure d'éternité. Cette puissance qui dort en tout être humain peut devenir la vôtre si tel est votre destin. "

Puis, sentant les les bras de la plus jeune lui enserrer la taille, elle baissa davantage la tête, laissant apparaître ce visage qu'elle devait à tout prix cacher.

" Acquérir la puissance du cosmos et la mettre au service de la grande déesse, l'immense Isis-Athéna. "

Un sourire se dessina sur ses lèvres avant qu'elle ne finisse par soulever Alaïs dans ses bras.

" Mais je pense que vous avez eu votre lot d'émotions pour cette journée. "

Sur ce, elle s'avança vers la maison qu'elle s'était choisie à un peu moins d'un quart de lieue de la singulière cavité qu'elle venait de se créer. Portant sa cadette, elle ne s'aperçue pas de suite de la fascination que cette entrée béante exerçait sur Lydia.

~ Lydia Lucrézia... ~

Elle l'entendait cette voix ancienne comme elle pouvait voir à nouveau la silhouette royale se dressait au fond de la grotte.

~ La demeure d'éternité... ~

Les dessins couvraient ses parois. Des dessins de la main même de Néféret.

~ Oui, je sais ce qu'est la demeure d'éternité... ~

N'y comprenant encore rien, l'enfant secoua la tête, faisant briller un instant sa chevelure rousse avant de s'élancer joyeusement droit vers la femme chevalier.

" Dame Néféret, attendez-moi. "


Fin du rp

=> La Reine de Lumière et la fille du crépuscule...



Aucun détail sur le physique d'Anamaya n'apparaît dans ses rps. Sa véritable apparence est inconnue de tous.

- " Paroles " - ~ Pensées ~ - * transmissions de Pensées * -

- " Lydia et Alaïs " - ~ Pensées Lydia et Alaïs ~ -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mi août 550] Vers une demeure d'éternité ~ Alentours de Constantinople [Libre]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mi août 550] Vers une demeure d'éternité ~ Alentours de Constantinople [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti
» Retour vers son coeur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Constantinople-
Sauter vers: