Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Mar 26 Juil - 16:28

Plus qu’un pas à franchir pour rejoindre sa prison. Telle était la pensée de la Hyène en arpentant les derniers kilomètres qui la séparaient encore du Dédale, alors qu’un des villages daces alentours apparaissaient désormais dans son champ de vision. Sous son lourd manteau crissait également la cuirasse qu’elle avait pris soin de revêtir une fois son entrée dans le domaine impie d’Arès, se souciant bien peu de faire de « mauvaises rencontres » en un tel lieu. Ici, le grabuge était toléré, et l’apparition d’un ennemi potentiel n’aurait pu qu’ensoleiller le quotidien morne qu’elle s’apprêtait à retrouver via son retour au bercail. Quel dommage de ne pas avoir pu obtenir la moindre information utile de la part de cette oracle… Ludmila n’aurait pas craché sur un petit coup de pouce du destin pour tirer ses épingles du jeu, assurément. Hélas même cela les cieux semblaient le lui refuser. Peut-être s’apitoyait-elle trop sur son sort ? Mais il y avait de quoi, après tout.
Encore un trajet sans encombre, donc. Si certains natifs des environs croisés un peu plus tôt s’étaient bien fait quelques idées au sujet de la vandale comme plat d’entrée et plus si affinité, ils avaient eu l’heureuse attention d’apercevoir la cuirasse symbolique de l’inquiétante forteresse, coupant ainsi court à tout projet de leur part. Ils craignaient ce lieu et ses ressortissants, à juste titre, et la berserker s’en amusait intérieurement. Ce monde d’hommes mouftait moins face à une femme, lorsqu’elle ne portait pas que de vulgaires haillons.

Par ailleurs, ce foyer tombait à pic. Même s’il ne restait plus une très grande distance avant d’atteindre le Dédale la fatigue commençait à la tirailler, faute au cheval qui suite à un mauvais caractère évident l’avait fait basculer à terre avant de filer tel le coupable qu’il était. Une mauvaise bête ! Résultat elle y avait perdu du temps et un brin d’énergie.

Elle balayait l’enceinte du village du regard, y cherchant la première taverne venue et accordant quelques regards noirs à ceux qui la dévisageaient au passage. Même ici elle ne se sentait pas à sa place. Ces gens l’énervaient. Elle n’était de toute manière plus comme eux. Comme l’Oracle croisée à Rome, ils la jugeaient sans même la connaître, faisant fi de son passé ou de ses méthodes de survie actuelle. Reconnaître ces jugements était pourtant la seule réponse correcte à ce maudit jeu, ne serait-ce que pour satisfaire Arès à défaut des autres. Et ainsi tracer sa route. La Hyène repensa d’ailleurs plus longuement à cette interlocutrice muette dont elle avait abusivement lacéré le corps par le passé ; outre son sens étonnant de la survie ou encore de la « miséricorde », elle semblait tristement enchaînée à son dieu, subjuguée par une croyance sans compromis. Comme si son Plan était parfait et fonctionnerait contre vents et marées. Pourtant tout le monde devait faire avec les compromis, la Guerre était là pour le rappeler, accordant à tour de rôle victoire ou défaite ainsi que les conséquences associées aux tierces protagonistes. Cette fidèle d’Apollon comprendra certainement à quel point sa foi s’avère faillible le jour où les siens encaisseront la pire des défaites…

Pour la vandale, la guerre ne se terminerait jamais. Le nier lui paraissait inconcevable tant les dieux l’entretenait de manière plus féroce encore que les mortels. Ce qui importait ? Sauver sa peau. Arpenter cette voie toute tracée qui, bien qu’aux allures immorales, restait nécessaire dans la compréhension de ce monde. L’arpenter et y gagner une place qui lui redonnerait les pleins pouvoirs sur son destin.

Elle esquissa un sourire suite à ces pensées, avant bien sûr de se rendre compte que son manque d’attention ne lui avait pas permis de trouver la moindre auberge dans laquelle entrer. A la place, elle demeurait au milieu d’une place centrale du village, à peine perturbée par l’activité ambiante qui n’était pas la même qu’à Ostie.
Bien. Une taverne, donc.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Dim 31 Juil - 15:10
Ce rp se passe quelques temps après celui-ci. Rhiannon étant désireuse de mettre ses proches à l'abri quand elle doit s'absenter.

Je viens d'ici

Loin au-dessus de sa tête, les innombrables frondaisons de chênes quasi millénaires filtraient les rayons d'un soleil ardent. C'était un bien beau spectacle que cette fine pluie de lumière, à peine une bruine, qui tombait sur le sol frais de la forêt. Une forêt dense qu'elle venait de parcourir en long et en large. Savoir que cette terre allait lui appartenir sous peu était une joie certaine. Cette zone riche, entrecoupées de prés et clairières où passaient quelques troupeaux de moutons auxquels s'ajoutaient de splendides chevaux avait un petit quelque chose de sa Neustrie natale. Un simple soupçon mais c'était déjà mieux que rien.

L'or qu'elle avait recueilli au fil de ses rencontres avait largement suffi à lui offrir cette terre et la forêt alentours avec la bénédiction du chef. Après tout, elle avait réduit à néant les bandes de maraudeurs qui avaient pris la détestable habitude de venir traîner dans le coin. Y ajouter en plus les talents d'orateurs d'un Matthias en complément de ses propres dons de persuasion et tout s'était passé pour le mieux. La modeste terre qu'on lui avait concédée en paiement avait apporté le petit coin de route dont elle avait besoin pour faire venir ses proches en cas d'absence prolongée.

Rhiannon était ainsi. Tendre, aimante et infiniment protectrice avec ces deux personnes qui avaient pu toucher son cœur. Berserker, la rousse franque avait tout d'une combattante sans merci quand il le fallait mais pour le reste et surtout ces deux êtres si précieux, elle pouvait se muer en véritable ange. Un ange qui s'inquiétait pour les siens si la fantaisie prenait Arès à l'envoyer au loin et puis, il y avait aussi le seigneur César qu'elle avait croisé dans le Dédale avant que leurs routes ne s'enchaînent.

Ce César, s'il croit que sa prophétie va se réaliser, il rêve.

A son souvenir, le goût du sang du vagabond du Dédale lui revient en bouche. Délectable, d'une rare saveur, il avait eu de quoi marquer le souvenir de la belle rousse au teint d'albâtre nacré. Mais il n'y avait pas que cela. La menace qu'il n'avait eu de cesse à faire planer sur la tête de Matthias et Basine, son fiancé et sa sœur de cœur avait fini par l'atteindre. Et en son plus profond intérieur, la franque s'était juré de faire mentir ses prédictions. Pour elle, c'était certain, César irait en enfer bien avant ses deux compagnons. De sa propre main s'il le fallait mais il partirait avant eux.

En proie à ces pensées qui se faisaient par instants quelque peu plaisantes, la jeune guerrière parvint à l'entrée d'un village voisin. Le décor n'avait rien d'extraordinaire. Toujours les mêmes maisons entassées les unes contre les autres, solides, bien entretenues voire pourvues d'une certaine riches et toujours les mêmes regards qui la détaillaient comme une étrangère venue d'une contrée plus que lointaine. Fallait reconnaître qu'avec sa monture, sa vêture, ses armes et surtout la fierté qu'elle dégageait, elle n'avait rien de commun avec une pauvre vagabonde. Aussi, ce fut sans surprise qu'elle atteignit la place du village dans un silence pesant, surveillée avec plus d'attention encore que le lait sur le feu.

Place qui semblait déjà contenir une autre attraction aux regards de tous ses braves villageois. Poussant quelque peu sa monture, elle alla se placer à hauteur de la jeune femme. Une berserker comme elle si elle se fiait à la cuirasse qu'elle portait.

~ Bonjour, ma dame. Si j'en crois ce que vous portez sous votre manteau, nous sommes de la même espèce. Permettez que je me présente, je suis Rhiannon de la Chauve-souris Vampire mais vous pouvez dire de la Vampire tout court si cela vous semble trop long.

Et laissant apparaître les seuls morceaux de sa cuirasse qu'elle portait en permanence, le collier et la ceinture, elle poursuivit.

~ A moins que vous ne teniez à passer un peu de temps en cette taverne, j'ai bien mieux à vous proposer comme halte.



- ~ Paroles - Pensées - " transmissions de Pensées " -

- ~ Matthias, Basine et co - ~ Le Cavalier -



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Dim 31 Juil - 19:36


A peine s’était-elle approchée de l’entrée d’une auberge, Ludmila remarqua avant même de passer le pas de la porte que les regards s’étaient détournés d’elle pour mieux se focaliser en un autre point ; les trots d’un cheval en approche et des relents de cosmos méconnus confirmaient par ailleurs l’intrigue, amenant la vandale à se retourner de manière à mieux faire face à l’individu. Ses yeux s’écarquillèrent brièvement pendant qu’elle dévisageait pour la première fois cette cavalière jusqu’alors jamais rencontrée. Il s’agissait d’une très belle femme à la silhouette gracile mais sûre, sa peau de lait ressortait davantage de par sa chevelure rousse et on pouvait lui reconnaître une certaine rigueur en ce qui concernait son sens de l’apparat.
Elle n’eut pas le réflexe pourtant coutumier de glisser ses doigts le long du manche de sa hache, ne lisant aucune agressivité dans cet échange visuel. Au contraire, elle semblait plutôt réceptive, persuadée à l’avance qu’il ne pouvait s’agir que d’une alliée. Après tout, pour foncer vers une berserker si proche du Dédale, il ne valait mieux pas être un ennemi, aussi la conclusion se montrait donc des plus probables.
Cette femme l’apostropha rapidement, arrachant un petit rire à la Hyène au cours de cette présentation pour le moins bien attentionnée. La réponse parvint aussitôt, amusée et avenante. Visiblement.

    Je dirai plutôt Rhiannon si ça ne vous fait rien… quant à moi, c’est Ludmila de la Hyène, du régiment des flammes. C’est… toujours un plaisir de rencontrer quelqu’un « de la même espèce » mais, je peux en savoir plus sur cette soudaine proposition ?

Croisant les bras, elle défia son interlocutrice d’une mine malicieuse. Elle ne manqua pas non plus de la scruter du regard, cherchant à confirmer plus précisément de quelle espèce exacte cette berserker parlait-elle. Car si elles pensaient toutes deux à la même, il y avait de forte chance pour que le mot « Halte » ne soit qu’un synonyme de « Guet-apens », et ce pour d’obscures raisons. Certains cuirassés d’Arès ne se privaient généralement pas de s’entrainer dans des conditions très proches du réel, par l’intermédiaire de leurs confrères avec ou sans leur consentement. Cette Chauve-Souris Vampire pouvait très bien être l’un d’eux malgré sa courtoisie apparente. Depuis que Ludmila comprenait cette logique, elle la soupçonnait de plus en plus chez les autres… qu’en serait-il aujourd’hui ?

    Je préfère que les choses soient claires avant de me laisser alpaguer, vous comprenez.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Dim 7 Aoû - 16:24
D'un regard amusé, Rhiannon avait fait comprendre à cette sœur d'armes nouvellement rencontrée qu'elle acceptait sa proposition. Après tout, rien n'obligeait les deux berserkers à s'encombrer d'un pseudo-protocole quand elles se trouvaient entre-elles. En imposer aux autres faisait partie du jeu mais ici, en ce village, elles étaient chez elles, dégageant de par leurs seules présences une aura qui faisait se courber les habitants même les plus éloignés. Puis, apprenant enfin le nom de son interlocutrice, elle descendit de cheval avant de prendre la parole.

~ Et bien ravie de faire votre connaissance, Ludmila. Et oui, autant faire simple, entre nous, nos seuls prénoms suffisent. Ne sommes-nous pas les membres d'une grande et belle famille ?

Sans réel besoin, la jeune franque s'était répétée suivant une vieille habitude acquise depuis des années. Il fallait reconnaître que certaines personnes en son ancienne demeure avaient le don d'ignorer tout ce qui leur déplaisait, le rappel devant parfois se faire bien plus énergique qu'une simple hausse de ton. Ce que son ancienne vie lui semblait loin à présent. Pourtant si peu de temps s'était écoulé depuis son éveil, si peu et quasi une éternité...

Puis, revenant soudain au présent, elle se retint de d'éclater de rire. Décidément, l'attitude de Ludmila lui plaisait. Entre la méfiance qu'elle lui jetait en pleine face sans la moindre gêne et la franchise de ses mots, elle se montrait directe et sensée. De quoi attiser encore plus l'intérêt de la Vampire.

~ Je vois...

Un instant son regard brilla d'un éclat indéfinissable sous l'effet de son cosmos.

~ Et j'apprécie cela. Et bien, disons que certains lieux conviennent davantage pour se parler que le plein vent, l'auberge ou pire la taverne pour parler de faits qui n'intéressent que nous et notre seigneur Arès. Et puis...

Elle balaya l'ensemble des personnes se tenant à distance respectable d'elles.

~ Nous risquerions de semer trop de remous chez ces braves témoins. Autant joindre les terres que j'ai acquises en vue d'en faire mon domaine pour faire plus amples connaissances, nous y serions au calme et personne n'oserait venir nous déranger. Quant à vous attaquer par surprise, soyez assurée que je ne tiens pas à détruire aussi stupidement ce que je viens juste de créer.

En ce lieu, vous serez mon invitée et il est hors de question de le souiller avec votre sang ou tout autre chose que vous pourriez offrir. C'est une règle sacrée pour moi, je ne souille pas ma propre demeure et encore moins ma propre couche. Et puis, si j'avais du m'en prendre à vous, je serai déjà en train de vous frapper sans le moindre scrupule...


Puis, lui tournant sciemment le dos pour lui montrer le chemin.

~ Mais merci pour votre proposition, ce sera un plaisir de tâter de votre force. N'y a-t-il pas moyen d'apprendre à se connaître que de croiser le fer ou autre entre nous ? Je demande juste que vous respectiez les règles de l'hospitalité tout comme je les respecte.

Et sur ses mots, elles esquissa un pas, attendant la décision de celle qu'elle venait de rencontrer.


- ~ Paroles - Pensées - " transmissions de Pensées " -

- ~ Matthias, Basine et co - ~ Le Cavalier -



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Lun 8 Aoû - 11:17

Une soudaine effusion de rire étrangla un moment la Hyène à l’écoute de cette audacieuse description des serviteurs d’Arès ; élevant une main en l’air comme pour signaler qu’elle ne souhaitait pas se moquer, elle rétorqua au tac au tac dès qu’elle avait fini de s’esclaffer.

    Teh! Une grande et belle famille oui, certainement ! C‘est un point de vu comme un autre en tout cas…

Elle ne s’expliqua pas plus, se contentant de réprimer cette envie de rire qui continuait de la prendre aux tripes. Son interlocutrice versait-elle dans l’ironie ? Pour Ludmila il n’y avait aucune famille qui tenait au Dédale, d’ailleurs l’idée ne lui avait jamais véritablement traversée l’esprit puisque depuis ses débuts elle ne s’était jamais investie dans une relation de groupe dans cette communauté pour le moins sauvage et lunatique. Cela ne lui empêchait pas d’entretenir quelques liens forts, mais de là à remplacer la famille qu’un serviteur d’Arès lui avait originellement privé… Il ne fallait pas plaisanter. Si c’était la vision de la rouquine alors autant la le lui laisser jusqu’à ce qu’elle réalise par soi-même ce qu’étaient les berserkers.

Mais la suite fût plus intrigante encore, et la vandale ne manqua pas le moindre mot à son attention. Sa mine enjouée toujours teintée d’un zeste de suspicion.

Une invitation ? Vraiment ? Décidément la Vampire ne manquait pas de savoir-vivre pour proposer ainsi à une inconnue potentiellement dangereuse de découvrir son domaine personnel. D’ailleurs, Ludmila continua de douter au sujet d’une potentielle arnaque jusqu’à ce que cette dernière lui affirme le contraire. Mais elle paraissait honnête, ou tout du moins le feeling passait suffisamment pour amener cette impression de confiance.

    Je suis d’accord - Je vous suis.
    … Me battre avec « la famille » m’importe peu à dire vrai, alors n’y voyez pas une proposition de ma part. J’en ai simplement assez vu comme ça pour savoir ce qui m’attend lorsque je me laisse guider par un frère ou une sœur d’arme vers une destination inconnue. Les bons sentiments sont plus des outils qu’autre chose par ici, vous devriez le savoir.

    Mais ne vous en faîtes pas pour votre demeure. Moi, je sais me tenir, et je préfère ça à cet endroit trop fréquenté à mon goût.

Elle se mit donc en marche, emboitant le pas de sa comparse en laquelle elle plaçait les premières bribes de confiance.

    Vous êtes plutôt directe, tout de même. Je n‘ai pas encore entendu parler de vous au Dédale, c‘est parce que vous vivez hors de nos murs ou bien parce que vous êtes fraichement recrutée ?

De nombreux questionnements fourmillaient dans la tête de la Hyène, aussi elle se décida à faire plus ample connaissance en toute innocence. Si une interrogation risquait fort de déboucher sur deux autres, elle comptait procéder doucement afin de se faire un avis plus précis au sujet de cette nouvelle rencontre.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Dim 14 Aoû - 17:10
Il avait fallu peu de temps pour que la rousse franque reçoive la réponse tant attendue sur un ton quelque peu désabusé voire ironique. Fait que Rhiannon ne savait trop comment interpréter pour l'instant. Cette jeune femme, Ludmila, devait avoir déjà traversé bien des écueils et des trahisons pour parler de la sorte. Seule une personne ayant pâti au plus profond d'elle de la versatilité voire la duplicité des siens pouvait tenir de tels propos. Réprimant un soupir, elle baissa la tête, cherchant une réponse à cette singulière remarque avant de la redresser. Puis, les mots sortirent sur un ton qu'elle souhaitait neutre.

~ Je dois vous paraître bien idéaliste...

Ce n'était pas un reproche juste une constatation avant qu'elle ne reprenne sur un sourire.

~ Ce qui est normal au fond. Je suis toute jeune éveillée et encore pétrie de tous les idéaux et valeurs de mon ancien peuple. Une part de moi est franque et le restera toujours. Je ne pense pas qu'on puisse totalement oublié son passé. C'est ancré en nous.

Puis, remontant en selle, elle termina d'une voix plus qu'enthousiaste.

~ Puisque tout est clair entre nous, qu'attendons-nous pour nous mettre en route...

~ ° ~ ° ~ ° ~ ° ~


Une ou deux heures de route suffirent pour atteindre que la rousse franque avait choisie pour s'installer en paix avec les siens. Tout le trajet durant, elle avait ouvert le passage, se mettant d'office en situation de vulnérabilité vis-à-vis de Ludmila. C'était important pour elle de montrer à quel point, elle lui faisait confiance pour s'exposer ainsi au plus petit de ses coups. Ainsi se passa la route, rythmée par les pas de chevaux, sous les jeux de lumière du soleil au travers des frondaisons. L'air était frais, parfumé d'essences et d'odeurs fruitées cachant le plus souvent la fragrance plus désagréable de l'humus voire de la charogne. La forêt était vivante, immense et ancienne. Un splendide rempart en plus d'une source de bois et de vivres non négligeable. Puis, la route, le chemin de terre pour être plus précis s'était élargie laissant la place à une vaste clairière où s'épanouissait d'innombrables fleurs en plus d'herbages propice à l'élevage de quelques troupeaux.

~ Voilà, nous sommes presque arrivées, Ludmila. Si tu veux te donner la peine. Nous en avons plus que pour quelques foulées.

La porte se dessina ensuite avant de s'ouvrir laissant apparaître une Basine joyeuse quoique surprise de voir une nouvelle venue en ce qui était leur retraite à tous trois.

~ Basine, je te présente Ludmila, berserker de la Hyène, une sœur d'armes.

Et remarquant le petit geste de sa sœur de cœur, elle s'empressa d'ajouter avec amusement.

~ Elle n'a rien de commun avec César !!! Avant de rire franchement. Tu peux rentrer ta méfiance. Je te garantis qu'elle sera une invitée de premier ordre.

Et tournant la tête dans tous les sens, Rhiannon demanda.

~ Et Matthias ?
~ Il est parti régler certains arrangements avec les villageois. Il est très demandé. Enfin, son savoir surtout et tu le connais, le public ne peut que tomber sous son charme.
~ Bien...

Puis, se laissant glisser au bas de sa monture, elle s'adressa à la blonde vandale.

~ Ludmila, je te présente ma jeune sœur Basine. Et baissant ensuite la voix de sorte à ce que seule la hyène l'entende, Rhiannon poursuivit. Je n'ai pu me résoudre à laisser ma famille au loin et je ne peux accepter de les laisser exposer au danger que représente le Dédale pour eux en mon absence. Aussi, c'est avant tout pour eux que j'ai décidé de prendre cette demeure à l'écart du monde. Ici, ils seront en sécurité à chacune de mes missions.


Sur cette confidence, elle redressa la tête, plongeant son regard droit dans celui de son consœur.

~ Ludmila, si tout est clair, nous pouvons entrer et discuter de tout ce qu'il y a à savoir pour le bien du seigneur Arès et de son armée. Comme tu t'en doutais déjà, je suis une toute nouvelle venue et je ne sais quasiment rien de l'armée du maître de la Guerre.

Elle avait parlé sans la plus petite pointe de charme ou d'enchantement, laissant cette vision d'elle de côté pour l'instant. Rhiannon était directe et ne souhaitait nullement séduire ou ensorceler Ludmila. Elles étaient égales dans sa tête, son interlocutrice étant juste plus expérimentée et endurcie qu'elle par le rude contact de la réalité des champs de batailles. Sa réalité aussi à présent.


- ~ Paroles - Pensées - " transmissions de Pensées " -

- ~ Matthias, Basine et co - ~ Le Cavalier -



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Dim 14 Aoû - 22:06

La mine rieuse de la Hyène s’éteignit doucement lorsque son interlocutrice déjoua l’énigmatique sarcasme en y opposant une réflexion pour le moins personnelle. A dire vrai, cela la renvoya même à sa propre introspection ; bien qu’il ne restait rien de son passé dont elle souhaitait ardemment se souvenir. La fierté ne lui était pas étrangère loin de là, mais pouvait-elle encore s’affirmer en tant que vandale ? Non, en y réfléchissant tout ceci demeurait bien trop lointain. Dans cette nouvelle existence, tourner la page sur certains aspects du passé semblait définitivement nécessaire à ses yeux. Mais elle ne répondit rien, cette fois-ci peu encline à s‘opposer aux propos correctement assumés par la Vampire.

A la place, elle acquiesça plutôt lorsque cette dernière déclarait leur départ, la retenant juste un instant d’un geste de la main avant de tourner les talons. Elle rejoignit alors trois chevaux en compagnie de quelques hommes s’apprêtant à gagner l’auberge, décochant un regard mauvais à l’un d’eux. Puis elle sortit une bourse, y préleva une poignée conséquente de pièces puis les lui jeta au torse sans plus de considération avant de saisir les rênes de son destrier. Après tout il lui en fallait un nouveau si elle voulait suivre le rythme de sa nouvelle connaissance.
Elle jeta un regard à droite puis à gauche, hésitante. Puis escalada la bête en tâchant de ne pas trop la contrarier et assurer son contrôle. Succès. Heureusement. Ludmila manquait affreusement de pratique dans le domaine équestre, et se ridiculiser ici aurait été assurément regrettable.

Un coup de pied sec, et la voilà en route. Feignant la neutralité, elle hocha la tête pour signifier à sa partenaire qu’elle était fin prête.

~ ~ ~ ~ ~

Rhiannon menait la course, évidemment. Ce n’était pourtant pas faute d’essayer de se maintenir à son flanc… Cette dernière avait d’ailleurs probablement remarqué quelle piètre cavalière elle constituait - Ou était-ce ce canasson qui ne valait pas mieux que l’autre ? Férocement accrochée à la bête, elle tâcha de ne pas perdre la face en lui administrant des frappes régulières d’une part ou en lui tirant la crinière d’une autre. Peu importait en réalité : Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle faisait.

En dehors de ces quelques difficultés, elle parvint tout de même à destination, se laissant allègrement guidée à travers un domaine des plus séduisants, ou en tout cas incomparable avec la laideur évidence du Dédale. Cette berserker savait se faire plaisir, en plus d’avoir du goût. Mais la surprise qui l’attendait été d’une autre nature : En cette enceinte se trouvait une autre personne, plus jeune. La vandale haussa un sourcil, s’interrogeant de plus belle quant à la nature de cette invitation. Mais les questions ne restèrent pas longtemps sans réponses puisque les présentations tombaient au plus vite, éliminant les doutes et les remplaçant par une certaine stupeur. Sa famille ? Elle n’avait pas non plus froid aux yeux, visiblement.

Les yeux d’abord écarquillés, Ludmila salua l’inconnue, se demandant un instant ce qu’elle faisait là. Désorientée était le mot. Se retrouver en un tel lieu et en telle compagnie plutôt que le bastion d’Arès où elle aurait déjà pu être en ce moment même… La différence était notable. Bizarrement, c’était le contexte actuel qui lui paraissait le plus surnaturel. Elle ne savait quoi dire, quoi faire. Ce climat semblait si… sain. Joyeux, même. Et surtout sans zones d’ombre.

    Hrm… C’est une bonne idée. Se contentait-elle de souffler à demi-mot, n‘osant pas même jouer d‘ironies face à tant de visibilités de la part de sa comparse cuirassée, qui lui avait d‘ailleurs dressé le portrait d‘une bien belle façon. Elles ne se connaissaient même pas ! Quelque chose clochait forcément, mais quoi ? Elle tâcha de se ressaisir, lançant un regard en coin en direction de cette Basine. J‘aimerai à boire.
    Je vous prie.

Bizarrement cette jeune sœur la dérangeait. Mitigée, la Hyène avait tout à coup l’impression d’être contrainte à bien se tenir ; ce qui n’aurait pas été le cas si elle n’était pas aussi intriguée par ce décors et cette femme qui venait de l’attirer en jouant les unes après les autres cartes sur table. Peut-être que la métissée n’y était simplement pas habituée - Perdre contenance maintenant risquait de faire mauvaise impression, surtout que ce n’était pas son genre d’être si impressionnable. Normalement. Fronçant naturellement les sourcils, elle saisit la perche tendue par son interlocutrice pour rebondir sur ses interrogations et enfin pouvoir s’exprimer sur un thème qui lui était familier. Un thème où il n’y avait pas de place pour les Basine, Matthias, César et compagnie.

    Que veux-tu savoir au juste ? Le Dédale est en plein essor, si on peut dire. Depuis que « Son Altesse Arès » est de retour il semblerait qu’on ait de beaux jours devant nous. Pour ma part je fais partie du régiment des Flammes, sous le commandement du Cardinal Zvezdan. Tu en as sans doute entendue parler.

    Je peux sans doute t’informer sur un certain nombre de choses, même si je ne suis pas vraiment dans les secrets de la hiérarchie, hin.

Ah, voilà qu’une petite pointe de rancœur refaisait surface. Elle retrouvait peu à peu son ton naturel. Quoiqu’il en soit, elle n’en dit pas plus pour le moment. Palabrer sur le sujet était une chose, puisqu’en dix ans de service elle avait de la matière, mais monologuer sans fin ne lui plaisait pas plus que cela. Des questions concises se révéleraient plus à sa convenance.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Lun 15 Aoû - 17:59
~ Oui, bien sûr, avec le plus grand plaisir...

S'était empressée de répondre Basine à la demande de la berserker de la Hyène. C'était un bien singulier échange que celui se déroulant entre ces deux femmes, l'une vêtue comme toutes les autres jeunes filles franques et l'autre parée d'une cuirasse qui la rendait plus qu'impressionnante. Et pourtant, c'était la voix de Ludmila qui avait marqué un temps d'hésitation avant de baisser de ton. De quoi mettre mal à l'aise la sœur de Rhiannon. Elle qui espérait tant pouvoir demeurer auprès de la berserker de la Vampire se devait de respecter au plus haut point ses frères et sœurs d'armes et davantage encore ses supérieurs. Après tout, elle n'était qu'une simple fille comme ils devaient en faucher par dizaines lors de conflits en autant de dégâts collatéraux.

Une réalité qu'elle ne pouvait ignorer. Le peuple franc connaissait la Guerre. Au milieu de la tourmente, du carnage et de la mêlée, il survenait toujours des instants où plus personne ne savait qui était qui. Et en ces fameux instants, on se tailladait, se frapper sans plus savoir où l'on en était. La folie furieuse au fond de l'Enfer. Basine savait ce que c'était et que seule la fuite ou la meilleure des cachettes lui avaient apporté son salut jusqu'à ce que ce soit Rhiannon en personne qui se dressât en véritable rempart devant elle.

L'Ange de la Guerre, Auréolée d'une couronne rouge et or...

C'était sa réalité, la Guerre pouvait frapper aveuglément même au sein de ses propres rangs. Elle le savait, elle l'avait déjà plus que contemplé. Aussi, elle se devait de ne pas nuire d'aucune façon à son aînée. Rhiannon ne les avait pas obligés à la suivre. Ils l'avaient fait d'eux-mêmes, plongeant en un monde aussi incroyable que nouveau et ils devaient s'y adapter. C'était aussi cela leur nouvelle réalité. Et reprenant doucement la parole, Basine s'inclina avec le même respect qu'elle devait à Rhiannon.

~ Je suis désolée si mes manières vous choquent ou autres. Cette terre et ses habitants sont une grande découverte pour moi. Je ne sais encore rien de vos coutumes. N'y voyez aucune offense si j'agis encore en jeune fille franque libre. Sachez juste que les invitées de Rhiannon sont aussi les miennes. Cette demeure est autant la mienne que la sienne et vous est entièrement ouverte.

Sur ce, elle s'éclipsa, les joues légèrement rosées contrairement à ses yeux qui pétillaient. Elle devait admettre que cette guerrière l'impressionnait. Ceci étant réglé, Rhiannon toussota quelque peu pour capter de nouveau l'attention de Ludmila.

~ Ce qu'elle ne t'a pas dit, c'est qu'elle a failli périr lors de mon éveil. Elle sait quel monstre je suis quand l'ivresse du combat prend le dessus sur la raison. C'est en toute sincérité et en toute connaissance de cause qu'elle t'a dit ces mots. L'hospitalité est sacrée pour nous. Comme je te l'ai dit, personne ne te nuira ici. C'est un peu notre havre à moi et ma famille.

Ceci dit, Rhiannon entra, laissant son invitée découvrir la maison qui était encore plus que modestement meublée. Une table se trouvait près de l'âtre avec quelques chaises. Le sol était carrelé mais pas trop froid grâce aux peaux de bêtes que le trio s'était empressé à jeté dessus pour apporter un semblant de chaleur à l'ensemble. Quelques bouquets de fleurs apportaient une note de gaieté même si elles n'étaient pas que purement décoratives. Enfin sur la table se trouvait justement deux gobelets et un pichet d'eau en plus d'une corbeille contenant du pain, un peu de fromage à côté d'une autre débordante de fruits frais.

~ Cela doit te sembler modeste mais avec le temps, cela changera. N'hésite pas à te servir et ne t'en fais pas pour ton cheval. Basine va se charger de nos deux montures.

Cette nouvelle invitation faite, Rhiannon marqua un temps d'arrêt, le temps de déguster quelques gorgées en plus des baies plus que sucrées avant de répondre enfin à Ludmila.

~ Oui, Arès est de retour. Cela je le tiens de la bouche du Cardinal Oropher. C'est le premier berserker que j'ai rencontré avant que nous ne soyons séparés. Pour ce qu'il en est du Dédale, je ne suis pas allée au-delà de la porte des Crânes. C'est d'ailleurs là que j'ai croisé César...

Puis, reprenant une gorgée d'eau, elle acheva.

~ Et c'est tout ce que je sais sur le Dédale. Lorsque j'ai enfin retrouvé mon chemin en l'ensemble des couloirs boyaux, c'était pour me retrouver purement et simplement à la case départ. Le temps que j'apprenne que personne n'était disponible pour me recevoir dans l'immédiat, ma décision était prise. Il fallait que je mette à profit le temps que la situation se débloque pour devenir plus puissante et surtout mettre les miens à l'abri. J'ai trouvé ce lieu après bien des recherches et il nous a paru parfait pour nous établir lorsque nous ne sommes pas au Dédale.

Donc oui, je ne sais quasi rien du Dédale au-delà de la Porte des Crânes ou des autres berserkers. Tu es la première que je rencontre depuis ma sortie de la forteresse. Aussi, oui, cela m'aiderait que tu m'en apprennes plus.


- ~ Paroles - Pensées - " transmissions de Pensées " -

- ~ Matthias, Basine et co - ~ Le Cavalier -



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Lun 15 Aoû - 22:50

Le respect dont faisait preuve Basine ne manqua pas de faire mouche. En terme général, caresser la Hyène dans le sens du poil fonctionnait toujours et avait le don de faire appel à sa tempérance, elle qui se laissait naturellement aller aux sarcasmes et aux taillades verbales lorsqu’elles n’étaient pas plus simplement physiques - Une vie entière à se sentir acculée par des forces qui la dépassaient l’avait conduite à privilégier l’attaque pour mieux se défendre, rien d‘illogique en soi.
Quoiqu’il en soit elle n’eut pas le temps de lui répondre plus qu’un hochement de tête convenu, celle-ci était déjà repartie, privilégiant sans doute son sens de l’hospitalité. Rhiannon explicita aussitôt les confidences de sa sœur, toujours sans détours. Ce flot de révélations anodines forçait de plus belle la vandale à se maintenir dans son rôle de spectatrice. Mais comment s’en plaindre, elle se sentait comme une reine envers laquelle la moindre contrariété s’avérerait intolérable, alors qu’elle n’en demandait pas tant, habituée à un rythme de vie largement plus rudimentaire. Aussi lorsque son interlocutrice décréta tout ceci comme étant « modeste », elle ne pu retenir de nouveaux rires, brisant quelque peu le recul précédemment instauré. Un regard insistant en direction de cette dernière, une brève pause, puis elle ajouta en guise de justification :

    C’est bien une plaisanterie ? Tout ceci me paraît déjà très complet…

En fait, elle se sentait presque ridicule de ne pas en avoir fait autant depuis tout ce temps. Presque, car en réalité elle en aurait été incapable. Même avec la meilleure volonté du monde, son domaine fantasmé aurait fini par se transformer en un sombre donjon déserté, seulement rempli par les angoisses et la poussière. Assurément, elle aurait été incapable de créer une telle atmosphère… la seule forme de créativité dévoilée par son âme était une hache dentelée aux teintes purpurines qui quant elle marquait la chair adverse ne demandait qu’à conclure son appel au meurtre dans l‘excès et la vélocité. Plutôt incomparable avec ce à quoi elle assistait actuellement.

Mais la Vampire n’en avait pas fini avec son discours, amenant dans l‘équation quelques formules qui ne manquaient pas non plus de faire tiquer narquoisement Ludmila. En effet, il lui fallait apprendre certaines choses. Mais par quoi commencer ? Il y avait tant à dire. Mais d’abord, elle se désaltéra copieusement puis rompit un morceau de pain.

    Te recevoir ? Teh! Oui, des fois c’est le cas. Le reste du temps tu ne devrais pas en attendre tant, en dehors des escarmouches on ne nous claque pas vraiment des doigts. Surtout si tu t’es déjà entretenue avec un Cardinal, encore que… A ce que j’en sais, la Famine n’a plus de porteur. Chez nous le chaos est une loi à laquelle on ne peut que se soumettre… En dehors des ordres clairs, il faut soit être sur ses gardes ou alors prendre les devants.

    Quant aux portes, j‘en suis la gardienne. Enfin… Sauf quand on m‘envoie ailleurs. Tu n‘aurais pas eu de mal à me trouver tôt ou tard.

Elle mâchouilla le pain, se donnant un temps de réflexion avant de le gober, son regard se baladant ici et là. Quant elle se tourna à nouveau vers son interlocutrice, se fût pour trancher le sujet, le regard sévère ; elle le fit toutefois en aparté un ton plus bas, comme si elle ne souhaitait pas que cela tombe aussitôt dans les oreilles de Basine qui pouvait très bien se retrouver dans le coin.

    Dis moi.
    Pourquoi m’as-tu amené ici ? Tu ne connais pas le Dédale mais tu sais ce dont toi tu es capable, puisque ta sœur a failli en faire les frais. Tu souhaites la protéger en dressant ce domaine, et la première chose que tu fais est de prendre le risque de le voir corrompu par l‘un de nous autres. Est-ce parce que je suis une femme que tu as cru judicieux de te permettre cet écart ?…

    Tu ne connais ni la force de tes semblables ni leurs caractères. Ton accueil en lui-même donnerait une raison à la folie de pointer le bout de son nez… J‘ai connu un frère d‘arme qui aurait pu réduire tout ton travail à néant et s‘en prendre à ta sœur pendant ton absence simplement parce qu‘elle lui aurait tapé dans l‘œil en se montrant si serviable. Je le soupçonnais aussi d‘être cannibale - Mais ça, c‘était avant qu‘il ne cherche à dévorer les murs organiques de notre bastion et se fasse avaler en retour pour son affront. Comme quoi les soupçons deviennent parfois la réalité.

Borya du Tigre, ne repose pas en paix, vulgaire cinglé. Suite à cette anecdote, la Hyène approcha doucement de sa comparse, sans la moindre animosité. Elle ne cherchait pas à la menacer, simplement à l’instruire comme demandé. Et ce sans lui épargner la moindre théorie, aussi dure soit-elle.

    Si ton hospitalité est sacrée sache tout de même que le domaine d’Arès est impie. Alors dis-moi, qui te dit que tu n’as pas commis une erreur en m’invitant ?


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   Lun 29 Aoû - 17:57
~ Vraiment... ?

Le ton doux de Rhiannon ne trahissait aucune ironie malsaine. Visiblement la splendide rousse était tout aussi surprise que son invitée. Il fallait reconnaître que leurs passés respectifs les avaient forgées comme autant d'armes aussi efficaces qu'éloignées. Deux forces vives de l'armée d'Arès qui ne demandaient qu'à mieux se connaître. Aussi, face au silence léger guère perturbée par les allées et venues de Basine, la Vampire poursuivit.

~ Pourtant, ce n'est pas grand chose pour moi qui fut des années durant une simple orpheline sans nom ne sachant si elle était une servante ou une fille de la famille qui l'avait recueillie. Une famille assez aisée sur les lointaine terres de Neustrie qui s'efforçait de ne pas trop me maltraiter. J'étais souvent seule et sans avenir avant que le regard d'un homme ne se posât sur moi...

Une note de mélancolie vint ponctuer ces mots sortis avec la douceur d'une mélodie ancienne. Jugeant en avoir assez dit sur son passé, elle laissa ses paroles revenir vers le présent et les questions qui la taraudaient. Tant de choses l'avaient surprise au Dédale et si personne ne l'avait remarqué, c'est grâce à la maîtrise qu'elle avait appris à afficher. Les années de labeur étaient encore si vivaces en elle...

La Famine est donc sans porteur. A croire que les berserkers vivent sur le fil du rasoir, comme des chiens fous capables de basculer en un état proche de la rage meurtrière. Face à une telle réalité, je commence à comprendre ta réaction...

~ Le Chaos comme maître...

Seulement, le chaos tel que tu le nommes ne peut-être un état perpétuel. A un moment, l'ordre doit apparaître tôt ou tard. Les collisions entre berserkers sont probablement une sorte de manifestation de ce désir. A quoi bon s'en prendre aux siens en pure perte si ce n'est pour s'imposer à eux. Prendre le pouvoir, les écraser, les soumettre et finalement imposer sa vision, cela vient à réduire le désordre. Maintenant, ce n'est qu'une simple vision. Je me suis éloignée du Dédale et je sais maintenant que nous étions destinées à nous rencontrer...

Tôt ou tard...


Puis prenant à son tour une pomme merveilleusement écarlate entre ses mains avant de la croquer sans la moindre méfiance, elle contempla sa compagne en pleine dégustation.

Le temps passa encore avant que d'autres points intéressants ne viennent en surface.

~ Pourquoi ?

Elle déposa ce qu'il restait de son fruit sur l'une des assiettes qui finirait par agrémenter la nourriture des poules qui se faisaient de temps à autre entendre à l'extérieur.

~ Pourquoi... Judicieuse question. Dois-je me fier aux autres femmes ? J'ai été élevée dans plusieurs demeures avant d'arriver dans celle de la dame qui m'a enseignées ces manières que t'étonnent tant. Elle a pris soin de moi malgré le mépris que je devais lui inspirer. Simplement par égard pour un certain prêtre...

Sa phrase resta en suspend avant qu'elle ne poursuive, le regard plongé dans celui de la Hyène.

~ Plusieurs demeures avec leurs lots de petites femelles remuant de la croupe devant les plus prestigieux, riches ou robustes francs. Ceux qui attisaient toutes leurs jalousies, toutes leurs colères, leurs perfidies. J'ai pu voir ce qu'elles étaient capables de faire, ces catins, pour parvenir à leurs fins. L'ignominie féminine m'est autant connue que celle des hommes. Mais je sais aussi qu'elles n'étaient qu'en nombre infime en regard des autres, de toutes les autres femmes...

Aussi, je peux dire que je connais la noirceur de certaines mais que tu n'as rien de commun avec celles dont je t'ai parlées. Ce serait une insulte grave que je ne tolérerai jamais sous ce toit.


Et souriant, elle reprit, un sourire énigmatique sur les lèvres.

~ Cette demeure est la mienne. Elle est aussi celle de Basine et Matthias et notre havre commun. Son atmosphère est si rare, si apaisante, sereine en comparaison de la folie que j'ai pu contempler au Dédale. Elle ne te laisse pas indifférente, je l'ai bien senti. La détruire sur un coup de tête ne ferait que vous priver à jamais ce qu'elle pourrait vous faire entrevoir.

Tu étais sur tes gardes en venant tout comme j'étais sur les miennes en te découvrant sur cette place de village mais j'ai senti que tu étais une véritable guerrière, droite et forte et non une fourbe qui frapperait en traître. Je t'ai accordé ma confiance en me mettant en danger sur toute la route, en t'exposant mon dos.


Lentement, elle prit une longue rasage du jus de fruits de venait de lui porter Basine. Le regard de la bonde jeune fille se posa soudain sur la hyène, sans la moindre animosité, dégageant une sérénité telle qu'elle avait le don d'apaiser. Non, c'était encore plus que cela, un talent certain qui s'exerçait autant sur les deux berserkers présentes que sur la pièce.

~ Une erreur, qui de nous deux n'en a jamais commise...

Mais du risque peut naître les plus belles choses, les plus précieuses amitiés. Cette demeure est la mienne et ceux qui partagent ma vie sont les êtres les plus précieux à mon cœur. Les frapper est me frapper et dans ma fureur, ma nature berserker est à la hauteur de ce que ma douceur offre à ce lieu...


Une douceur dont le charme agissait encore plus que celui de Basine.

~ Tu as de l'audace mais aussi une vive intelligence. Je suis certaine qu'un jour tu prendras la pleine mesure de ce qu'une amitié entre nous pourrait donner. Qu'un jour, tout comme moi, tu aspireras à retrouver cette paix...


- ~ Paroles - Pensées - " transmissions de Pensées " -

- ~ Matthias, Basine et co - ~ Le Cavalier -



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
Contenu sponsorisé
Message Re: De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]   
Revenir en haut Aller en bas
 
De plus belle au dédale des pensées [Pv: Rhiannon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inauguration [MJ Dédale]
» BELLE TAPISSERIE
» MJ Dédale[Groupe Matt]
» Seul et sage pensée!
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Villages Daces-
Sauter vers: