Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Jeu 11 Aoû - 11:53

Sunilda pourrait être surnommée la « vagabonde ». Après un séjour à Rome, la belle s'était mis en tête de gagner les terres du Nord avec le Taureau Blanc. Il était temps pour lui de retrouver son essence. C'était la raison pour laquelle la jeune femme était allée le trouver, une nuit, pour l'éveiller, convaincue que le moment était enfin venu. Persuadée de pouvoir l'aider, la jeune femme l'avait entraîné à sa suite, se faisant plus insistante qu'à l’accoutumé. Si bien qu'Airôth n'avait eu pas d'autre choix que celui de la suivre. Oh mais la Sainte du Cancer sentait aussi son cœur plus allégé depuis la venue de l'ancien Poison Rouge. Il avait eu le mérite de faire renaître l'étincelle qui, jusqu'ici, lui avait manqué.

En route pour Lubeck, les deux voyageurs évoluaient à leur rythme, sans trop se presser. Comme d'habitude c'était son ami qui s'était proposé de porter son armure qui reposait dans sa boîte. Elle, se chargeait du reste sous le regard attentif de l'ancien Taureau d'Or. Pour elle, il l'était toujours. Toujours et le resterait à jamais. Taureau Blanc. Tout le long du trajet, Sunilda n'avait pas cessé de l'interroger encore et encore sur les détails des événements. Inlassablement au point où la patience de ce pauvre Airôth était mise à lourde épreuve. Mais elle voulait avoir tout en tête, tout. Et chaque détail, même le plus insignifiant, avait son importance pour la petite brune.

Quand ils retrouvèrent la neige, Sunilda semblait être … différente. Ce brusque changement chez elle s'expliquait aisément : les souvenirs la ramenaient sur Terre. Dans le royaume des vivants. Taureau Blanc semblait s'en étonner mais s'abstenait de tout commentaire. Sa tête dodelinait moins, ses yeux améthystes paraissaient plus se perdre dans l'immensité du ciel et elle répondait plus franchement aux questions qu'on lui posait. Présente.

Pendant une halte à l'orée d'un bois, Sunilda fouilla dans leurs sacs pour ressortir leurs manteaux de fourrures. Dont elle alla draper l'homme aux cheveux blancs dans un geste doux, maternel. Comme si la Louve veillait sur ses petits.

« On va s'arrêter pour la nuit, je pense que nous sommes suffisamment à l'abri. Je vais aller chasser et toi je te charge de trouver du bois pour le feu ! »

Très vite la jeune Sunilda s'éloigna, sa silhouette élancée se fondant dans les ténèbres offertes par les frondaisons des arbres. Sa louve éthérée ne tarda pas à la rejoindre pour la traque d'un cerf. Une odeur de sang flottait dans l'air et attira la jeune femme. D'autres loups semblaient avoir été plus rapides qu'elles. Elles suivirent leur trace et découvrirent en effet toute une meute occupée à dévorer la carcasse de l'animal qu'elles avaient pris en chasser. En sentant leurs présences, les bêtes grognèrent, agressives. Sunilda se retira sans jamais les quitter des yeux, ne ployant pas pour autant l'échine.

Je te trouve bien audacieuse petite Louve …

Soudain, Sunilda se figea, fronça des sourcils.

« Airôth ! »

Usant de sa vitesse hors du commun la belle fit volte-face. Un pressentiment la gagnait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Ven 12 Aoû - 10:53

Bien qu'il faisait toujours froid dans cette partie du monde, la sortie de l'hiver rendait le tout plus vivable, moins agressif. Le voile blanc était toujours présent, saisissant à l'image de l'air sec, mais les nordiques, eux, trouvaient le temps bien plus clément. L'immortel lui n'était vêtu que d'une cape légère pour recouvrir son armure qu'il ne quittait que rarement, près de son repère principalement. Il traversait donc les couches enneigées des terres du nord en quête d'un lieu précis, une ville où le drame c'était produit, où la Prêtresse avait été agressée sous couvert de la paix. Le Royaume s'était endurci, nombre de Guerrier étaient prêts à le défendre désormais et Andhrimnir avait saisi cette occasion d'un Asgard puissant pour s'éloigner un temps, juste une journée, sans pour autant quitter les terres bénies par le Dieu des Dieux.

Il pénétra rapidement dans une petite forêt sans pour autant en emprunter le sentier principal. La ville n'était plus très loin une fois l'amas d'arbres traversé, pourtant il lui restait encore un bout de chemin. Il appréciait les forêts en général, aimait y ressentir les différentes formes de vies des plus petites des animaux aux arbres immenses qui, pour certains étaient plus vieux que lui. A l'image de cet arbre qui n'était qu'une jeune pousse contre laquelle il s'était exercé et qui aujourd'hui était si haut et large qu'il semblait avoir vécu des centaines et des centaines d'années... Utilisant la force qu'Eldh et Andhrimnir avaient utilisé sur lui. La nature était appréciable dans ce genre de lieu, presque ressourçant pour l'Immortel qui se complaisait à évoluer aux milieux des flux légers mais présents. Le désavantage d'un tel endroit, cependant, était la difficulté a différencier les flux, a les séparer les uns des autres tant tout était proches. Sans se concentrer réellement, il était impossible de distinguer clairement les sources.

Suivant un mince cours d'eau il avançait bras croisés et yeux clos, se laissant guider par les mouvements presque imperceptibles des vies habitants les grands arbres et celles des êtres occupant cette terre riche. Il n'était pas réellement pressé, lui qui vivait au delà du temps, alors il profitait de moments calmes, si lointains de celui habitant sa demeure cachée derrière la cascade. Il lui arrivait parfois de s'étonner de le pas entendre le fracas de l'eau autour de lui tant ce son emplissait sa vie, mais il revenait rapidement sur ce qui l'entourait alors. Un voix, un mot crié vint perturber tout cela, cette tranquillité si bien que le silence s'installa autour de lui. Andhrimnir stoppa sa marche et se retourna brusquement, la voix entendue venait de l'arrière et déjà il ressentait une puissante aura fondre vers lui. Mais ce n'était pas cela qui l'étonnait en l'instant, mais plus ce qu'il avait pu entendre. "Airôth..." Oh ce nom il l'avait enregistré, l'avait gravé dans sa mémoire suite au récit conté par la Prêtresse de Polaris. Le Chevalier d'Or du Taureau qui l'avait lâchement agressée et l'avait regretté. Une coïncidence d'entendre ce nom ici ? Impossible. En un éclair il disparut alors, sa célérité étant telle qu'il ne mit pas longtemps à rejoindre la source de cette énergie flamboyante qui dévorait la forêt pour le rejoindre. Il la percuta alors, observant une femme à la longue chevelure être repoussée par son coup d'épaule. Ce n'était donc pas lui... Pas un homme. Il toisa rapidement la jeune femme, agile, qui était retombée sur ses deux pâtes dans une posture agressive.

    - OU EST... Oh... Là-bas hein ?

Tout en s’apprêtant à lui hurler dessus, lui sommant de lui en dire plus, il avait commencé à chercher une force plus importante et l'avait trouvé. Alors, tout en désignant du menton la position d'où s'élevait un mince filet de fumée, il sourit alors en tournant à nouveau son visage vers elle, affichant un regard grave mais amusé. Il disparut à nouveau, fondant vers le feu de camp et la source de vie qui en était proche... Il se doutait qu'elle tenterait de l'en empêchait mais s'estimait plus rapide qu'elle. Affronter deux Chevaliers ne l'effrayaient pas. Pas pour le moment en tout cas, trop emporté par son sang bouillant et la rage qui lui montait à la tête. Il voulait juste le tuer lui.



Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Ven 12 Aoû - 11:36

L'impact fut rude, violent, soulevant la neige qui s'envola en autant de petits grains de poussière scintillants dans les airs. Au milieu du nuage immaculé, Sunilda qui s'était aussitôt rétablie avec l'agilité d'un chat. Farouche, la Sainte avait soutenu le regard de l'homme aux cheveux blancs, prise d'un odieux sentiment. Oh Sunilda avait compris bien vite ce que signifiait cette injonction, ces mots sous le couvert d'une colère qu'elle ne comprenait pas encore. Pourtant la chasseresse savait qu'elle faisait face à un chasseur. Un ennemi. Elle gronda à la manière d'une bête quand, se défilant, l'inconnu fila comme une étoile dans le ciel dans la direction d'Airôth. Sunilda n'avait pas réfléchit, s'était élancée à son tour à sa suite, vite, bien trop vite. Ses pieds ne touchaient pratiquement pas le sol et, une fois qu'elle eut quitté son manteau de fourrures, la jeune femme paraissait distordre l'air, se mouvoir comme sa louve éthérée qui venait de faire son apparition à ses côtés.

Elles disparurent dans les ténèbres, à la vue de l'ennemi. Qui approchait à une vitesse vertigineuse de Taureau Blanc. Son ami. Celui qui lui avait retiré ses chaînes.

Le hurlement d'un loup éclata tout près. Prélude à une lutte sans merci qui n'allait pas tarder à s'ouvrir. Proche d'être acculé, le géant à la peau mordorée s'était levé précipitamment, interloqué de voir un homme faire son apparition, tout drapé dans sa rage et son envie de vengeance. Mais sa première pensée fut pour Sunilda. Son cœur se serra dans sa poitrine tandis qu'il levait, vainement, ses bras autour de sa personne. Comme il l'aurait fait en tant que Taureau. Mais nul cosmos alla l'auréoler. Un autre, par contre, ne tarda pas à exploser, à l'envelopper. Une fragrance morbide, le chant de quelques esprits qui accompagnèrent l'apparition soudaine de la Sainte du Cancer. Celle-ci sauta lestement devant les deux colosses, montrant les crocs, dans une posture toute animale.

Non loin, l'armure de la belle vibra avant de se sortir de sa boîte, se disloquer, se poser sur le corps de sa porteuse. Elle se redressa, des pans de tissus fantomatique s'envolant tout autour d'elle, la lieuse d'esprit. Dans sa main reposait un petit coutelas. Dans son œil devenu écarlate, une lueur dangereuse.

« Sunilda ! »

Sans se retourner, la jeune femme s'écria :

« Recule ! »

Puis, vers l'ennemi.

« Je ne te laisserai pas approcher ! Ni lui faire du mal ! Qu'est-ce que tu veux à Taureau Blanc ?! »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Dim 14 Aoû - 10:02
Course folle. Etait-ce le rugissement de cette femme ou bien la manière dont il déchirait le voile du son qui avait retenti dans cette forêt ? Certainement les deux, mais le cri de la jeune femme excita le sang de l'Immortel qui se sentait alors prit d'une sensation qu'il n'avait pas connu depuis des années, libéré de son calme habituel et son ignorance. Oh oui, l'odeur du sang était proche, celle de la poussière aussi. Il allait se battre. Contre elle. Contre lui. Peu importait. Son sang s'était glacé un instant en entendant le nom de celui qu'il souhait mort. Par sa main. Les arbres défilaient et il sentait derrière lui qu'elle le suivait alors. Sourire amusé, presque sadique. Il ne mit pas longtemps pour arriver devant lui, alors, colosse aux cheveux blancs. Ce dernier semblait l'avoir attendu et s'était mis alors droit comme un i, les bras croisés sur son torse. Andhrimnir était donc face à lui, ses yeux bleus irradiaient alors d'un plaisir malsain, ses poings se crispèrent à l'unisson.

Mais déjà elle arriva les deux eurent alors un court échange alors que la femme se voyait recouverte d'or. Macabre et funeste. Un animal de la mort, agressive, puissante. Un frisson caressa l'echine du Guerrier de Nu jusqu'à en faire trembler ses bras légèrement. Ses mains s'ouvrirent alors, laissant apparaître ses doigts en forme de griffes. Lentement il son dos se voûta, rapprochant sa tête pour mieux croiser du regard celle qui le défiait. son pied glissa sur la terre de quelques centimètres, pliant légèrement le genoux. Adoptant lui aussi une poste sauvage.

    - Écarte-toi ! Et toi, Taureau, enfile ton armure et viens te battre !

Il le détailla alors, lisant sur son visage une colère profonde. Pourtant il semblait avoir répondu à l'appel de la louve qui siégeait devant lui, impassible. Airôth avait reculé, avait même laissé ses bras retomber alors, comme s'il eut été vaincu en cette instant. Pourtant il ne regardait pas une seule seconde l'assaillant, non. Ses yeux étaient rivés sur elle. Ses poings tremblaient. En le sondant un peu plus, l'Immortel saisit alors.

    - Tu... peux pas hein..? HAHAHA... Sérieusement, toi qu'a défié la Prêtresse, toi qu'à été mis à terre par elle... T'es plus rien ?! Pathétique. Mais la mort semble être de ton côté on dirait, pour l'instant.

Il la désigna alors, sentant l'essence du mal qui tournoyait autour d'elle. Oh oui, il n'aimait pas ça, tout comme il n'aimait pas la tournure que prenaient les choses. Elle ne le laisserait pas approcher de lui. Elle allait être celle qu'il allait devoir combattre pour prendre la vie de celui qui avait osé s'en prendre à celle qui lui avait offert un semblant de vie, réel. Jamais il ne le pardonnerait, était venu à Lubëck pour comprendre ce qui s'était réellement passé... Le destin avait choisi d'être clément et lui avait épargné le voyage jusqu'en Grêce. Le Taureau allait être sien.

Les bras de l'Immortel se placèrent alors en arrière et derrière lui deux arbres semblaient se comprimer lentement. Une liquide s'extirpa d'eux et vint recouvrir ses mains, celui de la vie. Il leva le pied, ensuite, avant de le plaquer fermement à terre, tout en rugissant, provocant au passage une explosion dont il était le centre, soufflant le foyer qui disparut alors et couvant les arbres les entourant. Oh il ne doutait pas d'une chose : le Cancer ne laisserait pas cette attaque atteindre son protégé, tous deux allaient être percuté par cette émission d'énergie pure et allaient revigorer le corps de Nu.

    - Oppslukende Flom !




Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 


Dernière édition par Andhrimnir le Mar 23 Aoû - 9:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Lun 15 Aoû - 14:52


Elle ne bougea pas, pas plus quand il comprit que Taureau Blanc avait été abandonné par ses étoiles. Il pouvait le railler autant qu’il le souhaitait cela ne changeait rien. Sunilda n’était pas prête de s’écarter. Ni maintenant, ni jamais. Dans son hilarité le guerrier avait laissé échapper des bribes d’informations qui trouvèrent écho dans les esprits de Sunilda et Airôth. Un léger regard pour lui, nul mot mais ses yeux traduisaient tout autant ce qu’elle voulait lui dire : Il a tort. Il n’avait rien de pathétique. Pourquoi se permettait-il de le juger ainsi ? Il ne savait rien. Son attention se reporta vers l’ennemi. Oui, la mort était à ses côtés. Et allait le rester.

La Vie face à la Mort. Pourtant il ne semblait pas apprécier son essence. La façon dont il avait à l’observer … Sunilda comprit très vite à quel genre de personne elle allait devoir faire face.

« L’Aveuglé. »


Un murmure et c’était tout. Ainsi était celle qui arpentait les Mondes. Son aura commença à se manifester pour faire écho à celle de l’homme aux cheveux blancs. Encore, un grondement s’extirpa de sa gorge, avertissement menaçant. La jeune fille de Jarl connaissait ce genre de magie pour l’avoir appréhendé auprès du sorcier de son village et enfin sa maîtresse, Bara, qui lui avait montré tous les pans de la Vie et la non-Vie. Le tout, dans un ballet harmonieux, toujours harmonie. Mais ce que l’Aveuglé démontrait n’était pas ce qui devait être. Il n’existait plus que la bestialité et ce côté sauvage et destructeur de la nature. Il dénaturait ce qu’elle connaissait et déjà, le détestait pour ça. Au moment où le vent emporta la neige, elle ferma ses yeux. Et répondit à son hurlement par le sien.

Un bouclier d’airain. Son éclat supplanta l’immaculé des environs, de sa chevelure devenue aussi blanche que celle du Taureau Blanc qui ne fut nullement inquiété par la première slave ennemie. L’étonnement se lisait dans les prunelles d’Airôth. La Louve présentait l’un des deux objets les plus précieux qu’elle possédait encore de sa vie passée. Une protection toute tribale où l’on pouvait deviner, en entrelacs de peinture d’or et d’argent, une tête de loup. Les yeux de l’animal se gorgèrent d’énergie et, cachée derrière la muraille, la belle se redressa pour renvoyer l’attaque. La Vie.

Autour de Sunilda, l’air commençait à onduler.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Ven 19 Aoû - 9:26
Alors que la force de la Vie, pleine de rage soufflait le manteau neigeux et abattait les arbres sous le sourire affirmé d'Heidrun, la Sainte d'Or se para d'une étrange objet que l'Ase eut le loisir d'observer. Oh cet objet ne lui était pas inconnu, pas directement certes, mais les motifs gravés et paints à sa surface eurent le mérite d’atrier son attention, à lui, l'Immortel. Il lui semblait là reconnaitre une tête lupine entremêlée de cercles typiquement nordiques... Et puis ce bouclier émétait quelque chose d'unique, semblait avoir été bénit par Odin lui même et c'était en ça qu'il l'intriguait. Mais ce n'était tout, non, il y avait autre chose avec cet objet qu'Andhrimnir ne parvenait pas à identifier... De toute manière là n'était pas la question. Il laissa son regard azuré se porter sur la jeune femme avant qu'elle ne se cache derrière sa protection... Ce n'était pas le genre d'objet que l'on pouvait manier comme cela.

Le bouclier semblait alors prendre vie au moment ou l'attaque d'Heirdun vint à son contact. C'est alors qu'il comprit son pouvoir, réel. D'instinct l'Ase plaça ses bras devant son visage, sa rapidité ne serait pas suffisante pour contrer sa propre charge il le savait, alors il se laissa percuter par l'onde vitale qui alla le projeter contre un tronc en arrière, non sans douleur. Déjà l'armure d'Heirdun s'activait, commençait à briller pour contrer le coup reçu en aborbant les essances vitales autour d'elle. Malheureusement pour l'Ase les douleurs, elles, restaient présentes. Il se releva rapidement, faisant craquer sa nuque avant de se jeter brusquement sur le Cancer. Dans sa main droite flottait alors une langue d'eau assez longue qu'il lança d'un coup sec sur la Sainte, la fouettant d'un seul coup, unique... Oh Andhrimnir n'était pas le genre à laisser des marques sur les corps, ni même à faire verser le sang, non, il tuait ses ennemis de l'intérieur, leur arrachant leur vie lentement. Pourtant il puisa dans toutes ses ressources cette fois pour que pour le claquement de l'eau percute avec force la jeune femme. Ce combat était différents. Oh oui, combien il pouvait haïr les Saints, les trouver là non loin des terres sacrées d'Asgard... Et lui, surtout, qui avait osé porter la main sur la Prêtresse. Andhrimnir était empli de rage, oui, ses traits d'habitudes marqués par le calme et l’indifférence laissaient place au côté le plus sombre d'un homme. Les traits tirés, dents presque apparentes, le regard furieux et quelques veines... Oh oui, le petit couple face à lui l'énervait au plus haut point et pas seulement par leur allégeance, non...

    - Beau bouclier qu't'as là... Alors t'es née sous la protection d'Odin toi aussi hein. Tu m'dégoûtes !

Il l'avait vu dans sa chevelure, dans son regard intrigué quoi qu'auréolé de mystère. Sa peau blanche. Son nom... Sa protection, son essence. La Sainte du Cancer dominait autrefois les terres enneigées, avait peut être même été placée sous la confiance du Dieu des Dieux à en croire son puissant attribut. Et pourtant elle portait là une armure d'or. Une traitresse. Andhrimnir ne les supportait plus, voulait les voir à terre et même s'il ne souhaitait à la base que la mort du Taureau, ou ce qu'il en restait, désormais il apprenait avec joie que son opposante méritait le même sort. La tâche ne serait pas simple, car l'odeur de la mort rodait sur elle. Il saurait la contrer, oui, la repousser comme toujours... Mais il n'y avait pas que cela, il allait l'apprendre rapidement.




Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 


Dernière édition par Andhrimnir le Mar 23 Aoû - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Ven 19 Aoû - 13:03

Le bouclier de son père, auréolé d’une puissance froide et sauvage, à l’image même de Sunilda, finit par perdre son éclat pour finalement disparaître dans une gerbe étoilée. Le loup sur l’écu nordique s’était extirpé avant la disparition, paraissant prendre vie devant sa maîtresse. L’animal fantomatique poussa un hurlement à la face du ciel avant de s’élancer, évitant de justesse le fouet aqueux du guerrier divin. Sunilda serra les dents, toujours aussi concentrée, le regard farouchement accroché à son adversaire. Sa volonté et sa concentration étaient inébranlables et à voir la Vie agir ainsi, la Mort se para d’une aura violacée tandis que ses cheveux d’un blanc aussi pur que la neige qui volait dans tous les sens, s’agitaient aussi.

Sunilda luttait contre Elle mais voyait à quel point ses efforts étaient vains : Elle lui glissait entre les doigts pour l’abreuver, lui, l’Aveuglé. Et sa Louve déjà, se portait au contact pour harasser son odieux adversaire. Tant de haine que la jeune femme ne comprenait pas. Pas plus que les mots qu’il lui avait lancés. Oh, oui, mais il ne comprenait pas, il jugeait sans savoir. L’air se raréfia davantage, celle que l’on nommait autrefois Lilith, mère démone, leva ses mains libres vers les nuées grises où nul soleil ne viendrait illuminer ce combat irraisonné. La Vie face à la Mort.

Alors des voix se firent entendre, des chants d’enfants, de femmes et d’hommes. Des silhouettes incertaines s’extirpèrent de sous le couvert des derniers arbres encore debout ou des troncs déchiquetés. Ils se pressèrent autour de la Sainte du Cancer, se joignirent à elle dans cette obscure litanie. Mais la Mort n’était pas aussi effrayante, n’était pas aussi injuste et horrible que l’on pensait. Une douce chaleur s’envola alors que Sunilda ouvrait ses prunelles écarlates pour leur ouvrir la Porte des Esprits. Pour les libérer.

« C’est toi qui dénature ces lieux l’Aveuglé. Tu ne vois pas que ta Vie les blesse … »

Sa gardienne lupine revint vers la passeuse d’âme. Les esprits souriaient tout en lui accordant leurs bénédictions, la remerciait de les libérer de leurs chaînes. Des caresses sur ses bras que l’ancienne fille de Jarl pouvait sentir. Un sourire maternel aux lèvres, elle les invita à passer de l’autre côté, désignant une faille invisible, une porte qui s’était ouverte entre les deux guerriers. Aussitôt l’Ase dut ressentir comme un vide dans son esprit et dans son cœur. Car les fantômes l’effleuraient, lui murmuraient des choses à l’oreille :

Honte sur toi ! Toi qui blesse notre Mère, Celle-qui-garde-la-Porte !

Les enfants furent les premiers à entrer, ils n’étaient pas autorisés à prendre part à ce combat qui ne trouvait toujours aucun sens dans l’esprit de Sunilda.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Mar 23 Aoû - 9:40

Alors qu'il portait son coup, le bouclier disparut dans un scintillement magnifique, digne de la divinité ayant béni l'objet. L'instant d'après, le loup présent sur ce dernier sembla naître de cette poussière d'étoile pour venir attaquer, sans semonce, le Guerrier de Nu. Son fouet aqueux avait bel et bien mordu la Sainte et commençait déjà à l'abreuver de son essence vitale. Il sourit alors que la louve le percuta violemment, l'obligeant à reculer de quelques mètres. Il ne put que s'étonner, ne comprenait pas réellement. Ce loup spectral était spécial, il s'attendait à un coup oui, avait su augmenter ses défenses s'attendant à un coup "mystique" mais non, il se retrouvait à terre, dominé par la bête qui grognait et claquait sa mâchoire au dessus de son visage. D'un coup sec il la projeter en arrière, la laissant s'échouer contre un arbre avant de se relever brusquement et de porter ses yeux d'azur vers celle qui commençait alors à l'intriguer. Sainte aux pouvoirs étranges, appelants des forces dignes d'Odin. "Tu t'es trompée de voie, défends le, oui. Tu s'ras punies grâce à ça."

La Mort. C'était là ce qu'elle incarnait. Et puis il y avait ce changement. Ses yeux inspirant le sang, sa chevelure immaculée et luisante... Il crut un instant y voir une belle chose, pourtant à ses côtés déjà se pressaient de nombreux esprits qu'elle semblait invoquer, ouvrant un monde entre eux qu'il ne pouvait pas voir. Pas avec ses yeux en tout cas. Tout cela le dépassait et déjà il sentait en son être quelque chose de trouble. Des songes et murmures alors que le froid glaçait sa peau contre son armure... Des âmes le punissaient de s'en prendre à elle. Elle qui protégeait le monde de la Mort, la rendait appréciable. Délivrance. Il se figeait alors, comme si à force d'être traversé par ces êtres il semblait possédé. Immobile. Vive douleur en son âme, ils le harassaient. La colère montait en lui alors, perdre le contrôle de son corps à nouveau... Inacceptable. Ses yeux devinrent alors plus grave et sa peaux tirée, mâchoires crispée et poings fermés.

    - Ils servent ma Vie ! La nourrissent tout comme la tienne viendra me nourrir ! Et peu après, celle de celui qu'est plus rien, celui qu'a osé poser une main sur MA Prêtresse ! Tu vas mourir, Airôth du Taureau, j'prendrais ta vie au prix d'la mienne s'il le faut !

Bête sauvage qui aboyait, déversant sa haine par les mots puisque les âmes l'empêchaient de bouger alors. Mais plus pour longtemps. Son armure agissait déjà, luisait de nouveau, éclairant le lieux assombris comme une nouvelle lune. Lui se laissait porté par la rage, s'enfonçait encore et encore plus profondément dans le ressentiment de cette guerre. ëtre bloqué là lui faisait sentir les coups passés, ses cicatrices qui mordaient encore sa peau, ses muscles écrasés, ses os brisés. Eux : Les Saints. Elle : La Mort. Il les haïssait. Eirwen avait raison, nulle paix n'était possible. Pas pour l'Immortel. Pas aujourd'hui. Il trmblait alors que son Cosmos s'accumulait. Puis d'un coup.

    - RAAAAAAAAAAAAAH !

Un puissant cri de rage suivi d'une nouvelle explosion dont il était le centre, un souffle puissant qui allait alors percuter de nouveaux ceux qui s'ooposaient à lui, ravager un peu plus cette fôret devenue macabre, place laissée pour une lutte entre le Vie et la Mort.




Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Dim 28 Aoû - 14:21


Abomination, le Tueur de Vie. Les chuchotis des esprits qui l'entouraient la mettait en garde contre l'Aveuglé. Et elle commençait à glisser lentement dans son monde d'Obscurité, appelée par eux, par lui, l'Alpha des Loups. Le monde n'allait pas tarder à se déchirer par leur faute, à cause de la confrontation de leur deux essences. La Vie face à la Mort, la Mort face à la Vie, mais qui, des deux, aurait le bon rôle ? Une Sainte contre un Ase en colère, insurgé contre Airôth qui ne comprenait pas plus que Sunilda les mots de leur ennemi. Ivre de rage, sa Prêtresse blessée par la main du Saint d'or. Impensable, surtout pour elle qui voyait en lui un protecteur infaillible, pur, un Taureau Blanc, un briseur de chaînes.

En réponse aux propos de l'Aveuglé, la Sainte du Cancer se ramassa sur elle-même, telle une bête sauvage prête à répliquer et montrer les crocs.

« Tu mens ! Taureau Blanc serait incapable de lever la main sur qui que ce soit ! »

Odieux mensonge qui la faisait revenir sur ce plan-ci, l’œil allumé d'une farouche énergie sauvage. Indignée elle aussi. Cependant la belle brune sentait son énergie s'accumuler autour de sa personne, comme la dernière fois. Airôth risquait d'être touché ! Le coeur battant à tout rompre dans sa poitrine, Sunilda faisait déjà volte-face pour courir vers le Taureau, lui ouvrir ses bras, prendre une forme de plus en plus aérienne pour fondre sur lui, l'enlacer et… disparaître avec les fantômes.

Ne restait plus que le silence. Total, pesant. Et le vent qui soufflait dans les ramures brisées des arbres. Vie emportée, défigurée par la main de cet homme, cet Aveuglé. Quelle tristesse. Le chant des morts était mélancolique et s'éleva d'un coup pour évincer le calme. Quelque part, dans les ténèbres, ils étaient réapparus. Elle avait le regard rivé dans le vide, le corps encore à moitié ici et ailleurs. Il lui semblait entrevoir des pans d'un passé pas si lointain, aux côtés de Bara et Aran. Tous deux avaient touché son esprit. Sa louve, gardienne, veillait sur elle, son cœur, son esprit qui se gorgeaient d'une énergie nouvelle, des cosmos qui n'étaient pas le sien. Longtemps elle sembla se perdre sous les yeux inquiets d'Airôth. Les souvenirs s'entremêlaient. Elle finit par ouvrir la bouche. Ressourcée.

« Reste ici Taureau Blanc… je ne veux pas te perdre. »

L'exhorta t-elle en se détournant déjà, évitant soigneusement de lever ses prunelles écarlates remplies de larmes sur lui. Il ne devait pas voir les sentiments qui se bousculait en elle. Le doute, ses faiblesses. La Louve Immaculée fila comme une étoile filante dans la poudreuse, soulevant des myriades de petites étoiles scintillantes sur son passage. Mêlées à des larmes argentées.

« Tu devras me tuer d'abord, Aveuglé ! Jamais je ne te laisserai le toucher ! Je vais t'emporter dans mon Monde… tu n'as pas ta place ici. »

Elle était devant lui, la tête haute, le menton fièrement levé vers l'homme à la chevelure immaculée. Altière, fière. Une louve protégeant sa progéniture.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Lun 29 Aoû - 18:01
Sunilda avait bondi sur lui alors qu'il ne fixait qu'elle, perdu entre les paroles de l'Ase et combat dans lequel la Sainte s'était lancée pour lui. Pour sa vie. Pour le défendre. Oh oui, en cet instant l'Egyptien maudissait le sort qui était sien, cette impuissance, les étoiles qui l'avaient abandonné ici même, à quelques kilomètres de là. Il voyait l'être qu'il chérissait le plus au monde sous un nouvel apparat : guerrière puissante, bestiale, manipulant la mort et soulageant les défunts. Il n'avait pas peur d'elle, non, mais se sentait juste microscopique, lui, le géant.

Elle heurta son corps en ayant ouvert ses bras d'or, ce qui suivit il ne put le comprendre réellement sur l'instant. D'abord il y eut les ténèbres, noirs, sourds, inquiétants. Puis des bruits lointains, des pleurs, lamentations, des cris... Le froid dans son dos, la chaleur contre son buste. Sunilda le tenait fermement alors qu'il avait l'impression de se perdre lui même, de ne plus être. Abandon total... Impossible de savoir combien de temps cela avait pu durer, mais il retrouvait brusquement la vue, observant cette forée et la lueur dorée contre lui. Perdu, inquiet pour celle qui se démenait à sa place il cherchait, sa tête se mouvait brusquement autour de lui.

- Que..?!

L'ancienne esclave lui demanda alors de ne pas bouger d'ici, le toucha en plein cœur en lui murmurant qu'elle ne voulait pas le perdre. Oh il le savait, l'avait compris depuis longtemps et plus encore face à cet être qui l'affublait de mensonges. Cette manière d'agir, cette bestialité rassurante : elle le voulait en vie, Airôth, le protégerait coûte que coûte. Puis elle disparut alors dans un mélange de poussière blanche. Si l'instant n'avait pas été dramatique il aurait pu trouver cela beau, attirant. Presque merveilleux. Il était seul alors que le Cancer était reparti se battre. Lui, impuissant, à genoux entre les arbres, encore secoué de ce qu'il venait de se passer... Il pensait comprendre, après tout Sunilda et lui avaient eu le temps de parler, elle avait su trouver les mots parfois pour lui faire comprendre son monde à elle... Elle l'y avait emmené, là bas... Qu'as-tu fait Sunilda... Il savait aussi que ce n'était pas sans risque pour elle, même s'il ne pouvait pas tout comprendre. C'est alors que...

Sunilda...

Un echo lointain et pourtant il lui semblait être susurré à son oreille. Brusquement il se releva, se retourna poings fermés prêt à défier cette menace, ne sachant pas à quoi s'attendre. Il observait alors autour de lui frénétiquement, put apercevoir les loups, trois, qui les accompagnaient depuis un moment sur ce voyage. Compagnons de Sunilda, ils le surveillaient, le gardaient. Mais cela ne venait pas d'eux, non.

Sunilda...

Encore une fois, murmure lointain, provenant des nuées. Il entendait... Il comprit alors que ce voyage avait été perturbant pour tous, lui, elle, les esprits. Leurs âmes s'étaient mêlées un instant, aussi était-il capable de les entendre. Pour un court instant. Le savaient-ils, ces esprits ? A chaque fois Airôth tournait la tête, fixant le lointain, se perdant même pour quelques secondes.

Retiens-la, Taureau Blanc...

Il sembla alors sortir d'une certaine torpeur, brusquement éveillé par un songe qui lui était destiné. Ils s’adressaient à lui ? Impossible, il n'était plus rien, sa constellation avait été masqué et il ne pouvait rien faire si ce n'est être présent pour elle au quotidien. Et cette fois, pour qu'elle le protège, elle s'était éloignée de lui alors qu'elle avait plongé là bas, où elle ne devait pas, avec lui. Il le savait oui.

- Je ne peux pas !!! Je ne dois pas l'approcher elle... elle risquerait de... Non... NON NON NON NOOON !!!

La confusion était totale en son esprit, perdu entre ce monde et l'autre, ces chchottement et ce qui se déroulait non loin d'ici. Il devait la retrouver, être là pour elle... Mais si il s'approchait du combat elle serait forcée de le protéger, de ne pas songer qu'à elle. Elle serait blessée... Si il restait elle s'en irait. Il le savait, le ressentait.

Retiens-la...

Son cœur était au bord de l'explosion, il tomba à genoux au sol en se tenant la tête, avant frapper du poing dans la neige jusqu'à la terre, faisant voler cette pureté blanche autour de lui. Cette dernière devenait peu à peu carmine alors que ses poings, eux, durs comme des pierres, étaient ouverts ça et là, sous cette rage, cette impuissance. Des larmes virent clore ce spectacle, coulant sur ses joues. Je ne te laisserais pas partir Sunilda... Je ne veux pas... Je ne peux pas te perdre ! Alors il se releva lentement, inspira jusqu'à gonfler son torse comme jamais, les poumons plein à craquer. La seconde d'après il hurla de sa voix grave, aussi fort qu'il le put jusqu'à s'en briser les cordes vocales s'il aurait pu.

- SUNILDAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!

Il était loin, mais serait là. Il ne pouvait rien faire d'autre. Là était sa seule arme désormais. Présence lointaine... Que ce cri lui parvienne, qu'il l'accroche un peu plus. Il ne la laisserait pas partir, recommencerait, encore. Autant de fois qu'il le faudrait.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Son souffle était rapide, se libérer des esprits de la sorte fut épuisant pour un court instant alors qu'Heirdun continuait à l'abreuver, lentement. Il porta son regard autour de lui, ne voyant ni l'un ni l'autre... Avaient-ils fuit ? Non, car déjà il sentait la tempête approcher, flux de vie empli de colère propulsé à toute vitesse dans sa direction. Le Cancer approchait, avait éloigné le Taureau du combat. Sage décision tactique, ainsi elle saurait se battre sans retenue et n'aurait plus à s'inquiéter du sort de celui qui ne pouvait plus rien. En un sens Andhrimnir approuvait, mais cela n'allait pas pour l'aider. Peu importait la distance qu'elle mettait entre lui et sa proie, son flux était gravé dans sa mémoire et après avoir fait goûter la neige à la nordique il s'en irait arracher le cœur du Taureau. Elle apparut alors devant lui, semblait plus agressive, comme portée par un nouveau souffle. Elle était changée il le sentait. En elle...

    - Oh... des larmes hein. D'la colère. Tu me plairais presque comm'ça ! Tu veux m'tuer maintenant hein. Bien, j'reconnais là ton cœur du nord qui parle ! Mais t'en fais pas, j'vais te tuer, et après oui, j'irai le trouver !

Il disparut, soulevant la neige derrière lui et se retrouvait face à elle, poign fermé et armé, prêt à lui décrocher ce dernier directement dans son visage. Qu'elle eut été une femme ne changeait rien, surtout en cet instant. L'être sauvage, bestiale se fichait de toute raison, toute logique, ressentait encore les frissons du aux âmes l'ayant entravé, ayant goûté à son essence. Cela ne lui avait pas plu et c'était sa faute à elle... Oh il n'était pas physique, mais ses poings étaient encore gorgés d'eau et il allait lui extirper un peu de son essence pour l'affaiblir, comme les autres. Elle serait à sa merci et il la tuerait. Simplement, froidement... Non, avec plaisir peut être. En cet instant il ne pensait qu'à l'autre, pas à elle. qui pourtant avait su lui prouver que la mort était sienne.

A cet instant, au loin, un cri leur parvint alors...




Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Lun 29 Aoû - 20:12


Soudain, elle s'immobilisa, captant un hurlement dans le lointain. Taureau Blanc… ses yeux s'écarquillaient, ses pieds s'ancrèrent plus puissamment dans le sol enneigé. Bientôt ce manteau immaculé serait teinté de de vermeil et de gris. Et puis…

"Des hurlements. Comme un écho à celui que venait de pousser l'humain. Comme si les bêtes qui venaient de l'émettre partageaient la peine de l'ancien Chevalier d'Or. Mais ceux-ci ne furent pas émis par ses trois compagnons. Du couvert des bois deux silhouettes à quatre pattes venaient de faire leur apparition. L'un blanc comme la neige, et l'autre noir comme l'ébène, leur taille plutôt conséquente. Lentement, les voilà qui approchent du Géant, plongeant leurs prunelles ambrées dans les siennes, ne dégageant pas la moindre once d'agressivité. Nul doute qu'il reconnaîtrait là les compagnons de la Prêtresse.

Immobiles l'espace de quelques instants, les deux compères firent demi tour avant de s'éloigner en direction des cosmos qu'ils sentaient s'entrechoquer, hurlant une nouvelle fois à la Lune, comme pour indiquer leur approche à la Sainte et à l'Asgardien. Un combat inutile. Un combat qui ne manquerait pas de détruire ce que leur maîtresse avait cherché à construire si jamais il devait s'achever. Elle était différente à présent, avait besoin d'aide. Ses Gardiens entendaient les cris de son âme emprisonnée, torturée. Ressentaient son désespoir."


Sunilda avait encaissé comme elle le pouvait, puisant dans ses ressources et dans cette colère qui l'habillait depuis quelques instants. Oui, il venait de réveiller la guerrière venue du Nord, celle qui s’exerçait avec ses nombreux frères, seule fille de cette fratrie mais aussi solide et redoutable que chacun d'entre eux. Les coups pouvaient continuer de pleuvoir. Les âmes continuaient de la protéger pour l'heure. Le poing du guerrier rencontra sa mâchoire et elle chuta sur le sol sous la violence du coup. Déjà prête à se redresser, un autre cri la figea. Elle gronda à son tour en sentant d'autres loups approcher. Ils n'étaient pas de sa meute. Alors Sunilda se drapa d'une énergie sombre pour se lancer dans un ultime assaut, se perdant un instant.

Sunilda…

Ô Taureau Blanc…


"Leurs pas les conduisirent sur le lieu du combat, alors dans un ultime bond puissant et majestueux, les deux comparses vinrent se placer entre les deux adversaires, comme pour les séparer et les empêcher de commettre une quelconque folie irrémédiable. Etait-il possible d'apaiser la rage et la colère de l'Aveuglé? Allait-il reconnaître ceux qui, il y avait un mois de cela avaient pénétré dans son antre en compagnie d'une Demoiselle à la chevelure immaculée transie de froid? Et l'arrivée de deux corbeaux aideraient plus encore à raviver ce souvenir si particulier, et si cher à ce coeur qu'Eirwen était parvenue à sortir de l'Hiver."

Alors la Sainte du Cancer, avec lenteur, se redressa, jaugeant la scène de son œil vermeil.

Spoiler:
 









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Jeu 1 Sep - 14:04

La voir ployer sous son coup le fit sourire augmentant son plaisir, plus encore en observant son regard empli de rage. Une femme admirable, oui, comme il les aimait : farouches, combattant sans relâche car déjà elle se relevait, prête à mordre farouchement celui qui lui faisait face et menaçait son protégé. Une colère sourde pour elle aussi, mais bien plus belle que celle de l'Ase, empêtré dans des ressentiments obscurs et voilés. Ne souhaitant que le sang, et la vie par le sang. Déjà elle contre-attaquait, poussant son Cosmos par sa voix qui vint percuter de plein fouet l'Immortel, entouré une nouvelle fois d'esprits désireux, eux aussi, de protéger celle qui les aidait. Les aimait en un sens.

Andhrimnir fut alors projeté en arrière, les bras devant son visage pour se protéger... Oh cette force qui venait de l'atteindre n'avait pas pour but de le blesser mais de l'épuiser, lui saper ses forces... Manipuler les esprits, les morts de la sorte ne lui plaisait pas. Mais au moins, oui, elle ne lui faisait ressentir aucune douleur cette fois, n’aggravait pas sa rage qui le consumait déjà de trop. Chaque fois qu'il tentait de se résonnait les images du Taureau et de la Prêtresse au sol lui revenaient, lui interdisant d'être calme et raisonné. Il aurait fallut un miracle durant cet affrontement pour qu'Andhrimnir puisse, enfin, ouvrir les yeux... Un miracle, comme cette lueur blanche à la longue chevelure et immaculée qui avait pénétré son âme il y a quelques semaines.

Il n'avait su entendre les hurlements lupins, enfin les ignorait tant ils étaient nombreux depuis début de leur affrontement, pourtant cette fois, devant ces yeux il ne put s'empêcher de constater une chose : intrus. Andhrimnir s'était voûté sur lui même, les doigts placés tels des griffes, prêts à expulser une nouvelle fois son énergie pour ravager les lieux et le joli visage de la nordique, pourtant il n'en fit rien, interrompu par... Odin ?! Deux bêtes majestueuses, l'une noire et l'autre blanche, toutes deux massives, oh oui il les reconnaissait, pas seulement physiquement mais par ce qu'elles dégageaient. Leurs flux de vie aussi. Les compagnons d'Eirwen. "Bordel mais qu'est-c'que...?!" Il fixait alors Sunilda, sur ses gardes alors que déjà il poussait ses sens au plus loin, cherchant la présence, ou non, de la Prêtresse. Que faisaient-ils ici... A Lübeck, comme lui ?

Quelques secondes après deux oiseaux virent les rejoindre. Les yeux d'Odin à nouveau se posaient sur lui qui ne comprenait pas, plus. Il grogna alors brièvement tout en fixant le loup noir, celui là même sur lequel il s'était appuyé par une fois. Ce dernier lui répondit alors par un grognement, plus long, claquant même sa mâchoire après avoir retroussé ses babines... Il n'approuvait donc pas. Mais pourquoi ? Que faisaient-ils là sans Eirwen ?

    - Dégage ! Retourne voir Eirwen, va à Asgard ! Pourquoi tu m'as suivi moi ?!

Perdu en cet instant, reportant son regard sur la Sainte tout aussi agressive que les loups, il semblait perdu. C'est alors que ses propres mots lui revirent. Retourne voir Eirwen. Pourquoi étaient ils si loin d'Asgard ? Est-ce qu'il avait réellement été suivi par eux ? La Prêtresse leur avait demandé de ne pas quitter le Guerrier Divin ? Etrange, alors qu'il ne l'apercevait que rarement depuis presque plus d'un mois... Et puis pourquoi les corbaux ? Que pouvaient-ils faire ? Non. Il y avait autre chose. "Quant à mes compères les loups, ils ne sont pas toujours avec moi tu sais. Pas plus que les corbeaux. J'ai le droit, comme tout un chacun à mes moments à moi. Je n'ai pas toujours envie qu'Odin puisse voir et surveiller tout ce que je fais." Ce furent là ses mots, oui, à elle qui avait été troublée non loin d'ici et pourtant, alors qu'il se perdait entre méfiance et souvenirs, d'autres mots lui parvinrent. "Ils me suivent comme mon ombre." Encore une fois ceux de la Prêtresse, et cela il l'avait oublié plus tôt, face à elle, déstabilisé par... autre chose de plus passionnant pour l'Immortel. Excitant.

Pourquoi n'étaient-ils pas avec elle ? Pourquoi étaient-ils ici, à Lübeck, alors que leur Prêtresse était à Asgard ? Et puis... pourquoi lui avoir dit ne pas les vouloir près d'elle alors qu'ils ne s'éloignaient pas ? Trop de question, l'idée même qu'elle les ai reniés et renvoyé lui traversa l'esprit. Mais pourquoi ? Alors il aboya une nouvelle fois, ne prêtant presque plus attention à la Sainte derrière eux.

    - POURQUOI ?!




Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Jeu 1 Sep - 20:17

Le Destin était capricieux, changeant et toujours surprenant. Mais Sunilda n'y croyait pas. Elle, se contentait de regarder les choses suivre leur cours d'une manière toujours plus détachée, adoptant une posture nonchalante, abandonnant complètement sa posture agressive. Ses yeux étaient redevenus deux améthystes. Curieux, vagabonds. Simple observatrice d'une scène qui lui échappait.

Vérité.

"L'incompréhension qui se lisait sur le faciès de l'Immortel fut perçue par les quatre comparses. A ce cri perçant, à ce cri du cœur, les corbeaux quittèrent leurs branches pour venir se poser sur les épaules d'Heidrun, sans que leurs serres ne se plantent dans ses chairs. La caresse d'une aile, si légère et comparable à ce toucher qui le hantait. Une aura pleine de douceur nimbaient les deux volatiles, si similaire à celle de cette silhouette à la chevelure immaculée qui s'était si souvent lovée contre lui, comme pour mieux s'ancrer dans son cœur. Oui, si en cet instant le guerrier fermait les yeux, il aurait presque pu voir celle qu'il cherchait si chèrement à venger, d'un crime qui n'avait pas été commis."

La tête de Sunilda dodelina de droite à gauche, intriguée par la présence de telles créatures.

"Pensée. Mémoire. "Au fait, Andhrimnir, tu sais, si je t'ai réveillé, c'est parce que j'ai besoin de toi."..."Tu as toute ma confiance." ... " Andhri...Regarde moi. Calme toi. " Ces mots, cette voix, sauraient sans nul doute toucher l'âme du Guerrier. L'apaiser. La seconde suivante, un flot d'images apparut en l'esprit du combattant d'Odin et de chacun des protagonistes. Un voyage paisible jusqu'à Lübeck, et soudain, ils furent plongés au coeur de cette auberge qui avait abrité les négociations. Une vision fugace de Delta remettant un quelconque objet à un Saint, ce même chevalier arrêtant sa Douce, sa valeureuse Panthère, digne et magnifique, pour lui remettre quelque chose, légèrement réticent. Et puis, vint cette vision fatidique. Une discussion entâmée entre le Deuxième Gardien et sa Prêtresse. En cet instant, Eirwen semblait calme et sereine, avant que ne survienne cette explosion d'une violence inouïe, sans qu'Airôth n'ait levé le moindre petit doigt. Et puis plus rien. Juste ces mots, ces pensées de la Demoiselle lors de leur première rencontre "Je t'en prie, ne te détourne pas de moi. Ne m'abandonne pas." Un appel, une prière, avant que l'aura des corbeaux ne se dissipe doucement, et qu'ils n'émettent un doux croassement, comme pour ramener tout ce petit monde à la réalité."

Sunilda semblait s'être muée en une statue de marbre. Il y avait un attroupement d'esprits bien trop important. Maintenant qu'elle s'en rendait compte, la jeune femme commença à se mettre en mouvement et à danser. Comme elle l'avait fait il y a des années en arrière. La ronde des fantômes. Une once de mélancolie pouvait se lire dans son regard ; Loup Gris n'était pas là. Loin. Bien trop loin pour qu'il puisse de nouveau l'accompagner.

Taureau Blanc…

Se lamentait-elle en laissant des larmes amères dégringoler de ses yeux. Elle avait bien failli se rendre dans l'autre royaume pour ne plus jamais y revenir. Quitte celui d'Airôth et se détourner. Ne plus avoir de chaîne ou d'émeraude pour que son cœur ne soit pas aussi léger qu'une plume, qu'il s'envole. Qu'on ne puisse plus la rattraper.


Spoiler:
 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Ven 9 Sep - 15:48

Alors que le loup et la chèvre s'affrontaient du regard, crocs sortis, se défiaient sans ménagement l'un des deux corbeau vint se placer sur une des épaulière d'Andhrimnir, la droite, d'une envolée silencieuse. Le deuxième ne tarda pas non plus alors que déjà le premier dégageait une aura qu'Heidrun n'eut aucun mal à reconnaître, commençait déjà à agir presque instinctivement sur lui, desserrant sa mâchoire sans pour autant arrêter de passer du loup noir à la Sainte, immobile, dont la chevelure et le regard semblaient être changés.

Lentement ses paupières se fermèrent sur son regard azur, comme poussées par cette énergie salvatrice que lui faisaient parvenir les oiseaux d'Odin. A cet instant, alors, il put l'entendre. Elle. Sa douce voix, soufflée dans le vent comme des souvenirs fugaces, un frisson caressa son échine alors, il eut l'impression qu'elle lui susurrait ces mots à son oreille tant cela semblait réel... Et ces paroles... Oh oui. Leur échange du passé. Son souffle se fit alors plus lent quand elle lui intima indirectement de ce calmer, cette petite lueur immaculée avait le Don de pouvoir saisir les émotions du Guerrier Sacré dans sa main et de les attendrir, lentement. A chaque fois. Pourtant il ne put s'empêcher de serrer les poings, cette voix lui manquait cruellement, cette douceur... Depuis combien de temps ne l'avait-il vue ? Entendue ? Elle semblait l'éviter depuis leur dernier échange, depuis cette fois sur le lac où une fois encore ils avaient tant échangés.

L'instant d'après, comme en réponse à ce regain de rage soudain, une image vint se glisser en son esprit, des bribes, des flashs enchaînés. Il y avait Eirwen toute drapée d'un habit magnifique aux yeux de l'Heidrun accompagné de Bêta et Delta. L'instant suivant il y eut un plus grand groupe. Des Chevaliers d'Or face à eux dont un qu'il ne put que clairement reconnaître. Son Cosmos s'éleva alors, resserrant ses poings et crispant ses muscles de plus belle... Oh la suite il la connaissait et déjà elle ne lui plaisait pas. Les images qu'il s'était construites revenaient alors, rapidement masquée par celles insérées par l'oiseau de la mémoire... Un bâtiment ensuite et le Delta discutant avec un des Saints, celui n'ayant pas d'armure d'or. Il lui remettait quelque chose sans qu'il ne put voir. Ce même chevalier qui un flash plus tard remettait maladroitement quelque chose maladroitement qu'elle sembla accepter. Andhrimnir ne put le distinguer ma la mise en scène de l'animal lui laissait penser que ce qu'avait remit Delta au Saint était ce même objet... Étrange. L'instant d'après, nouveau flash, Eirwen était seule face au Taureau paré de son armure d'or, il pouvait lire encore les sourires presque amicaux sur les deux visages. Ainsi avait-t-il fait pour la duper avant de l'attaquer ? Pourtant rien, si ce n'est cette explosion puissante naissant de sous la cape de la Prêtresse... Puis plus rien. Un murmure... Je t'en prie, ne te détourne pas de moi. Ne m'abandonne pas.

Andhrimnir rouvrit lentement les yeux, comme s'il sortait à nouveau d'un de ses longs éveil, ayant vogué dans des songes qui cette fois n'étaient pas les siens... La parole d'Odin eut été dictée, se confrontait à sa Voix. "Eirwen... tu m'aurais... menti..?" C'était impossible, il n'y croyait pas et ses deux compagnons toujours perchés sur ses épaules ne semblaient y croire non plus... Il y avait autre chose, oui. Ce qu'ils lui avaient montré... Andhrimnir porta son regard autour de lui, observant la danse des âmes menée par Sunilda qui semblait purifier les lieux. Leur affrontement avait causé bien des dégâts. La nature. La Vie. La Mort. Il l'observait alors, soupirant, presque totalement apaisé... envers elle et le taureau. Mais pourquoi ? Car au fond il grondait toujours en lui cette rage, profonde, déportée seulement. Alors il s'assit en tailleur, attendant que la Sainte ne termine son manège, Heirdun en comprenait l'utilité, lui aussi possédait des dont, le contraires des siens... Les enseignement d'Eldh avaient été clairs sur l'équilibre des choses. Alors il attendait.

Lorsqu'elle eut terminée, certainement épuisée, il se releva, quittant son armure tout en avançant vers Sunilda, laissant Heidrun se reformer derrière lui. Pas après pas dans la neige il vint jusqu'à elle, qui semblait tout aussi "calme" que lui. Ce revirement de comportement était assez étrange en soi, chacun d'eux avait su s'apaiser d'une certaine manière... Nul doute que le Cancer avait ressenti cela, elle aussi.

    - Hé, va m'chercher le Taureau. Quoi ? T'préfères que j'aille le chercher moi ? J'veux juste lui parler.





Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Dim 11 Sep - 15:29


Alors elle dansait, portée par la voix des esprits qui l'entouraient. Ses pieds s'enfonçaient dans la neige et la boue, les quelques gouttes écarlates qui avaient trouvés le chemin jusqu'à la commissure de ses lèvres et avaient chutés, inexorablement. Sa peau avait pris une teinte plus laiteuse, se confondant avec l'immaculé du manteau recouvrant les terres du Nord. Le cliquetis de son armure finit par s'interrompre, comme le ballet frénétique des fantômes qui s'en étaient retournés de l'Autre-Côté. Elle s'était immobilisée comme une statue de marbre, comme perdue, le regard dans le vague.

Ses yeux papillonnèrent quand le jeune homme à la longue chevelure blanche s''était approché et exprimé. Sa tête se pencha sur le côté, laissant ses propres cheveux sombres glisser sur son épaule. L'une de ses mains s'était levée pour effacer la trace sanguinolente à côté de sa bouche. Elle n'appréciait pas ce goût métallique contre son palais. Sunilda affichait une tranquillité un calme assez surprenant compte tenu de ce qui venait de se passer. Pourtant elle agissait comme si de rien n'était, fronçant légèrement des sourcils face à la demande d'Andhrimnir. Hésitation et incompréhension se lisaient dans ses prunelles améthystes.

Quand enfin elle réagit, ce fut pour se mettre en mouvement et faire volte-face , commencer à disparaître dans ce champ de ruine composé d'arbres déracinés et d'une terre blessée à maintes endroits de larges blessures.

La belle progressait lentement, suffisamment lentement pour permettre au guerrier d'Odin de la rattraper. Elle le conduisait jusqu'à Taureau Blanc sans un mot, drapée dans son mutisme. Sa louve éthérée, à ses côtés, la suivait telle son ombre. Avisant froidement de temps à autre celui qui avait levé la main sur elle.

« Taureau Blanc ? »

Finit-elle par appeler en s'arrêtant devant un bosquet, noir , sombre. Son cœur se serrait d'une appréhension qu'elle ne s'expliquait pas. Sunilda s'enfonça parmi les feuilles et les branches qui écorchèrent un peu sa peau d'albâtre.

« Airôth ? »

Souffla la petite jeune femme du bout des lèvres avant de deviner l'imposante silhouette de l'ancien Taureau. Dos à elle, elle ne distinguait pas grand-chose mais ressentait bien plus. Alors elle alla enrouler ses bras autour de lui, dans une étreinte à la fois douce et désespérée.

« Tu es là… Reste-là s'il te plaît... »

En silence elle pleurait.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Jeu 15 Sep - 23:27

Il n'y eut aucun mot de cette personne spéciale, tant par ses capacités que son comportement. Elle se retourna comme si de rien n'était, comme si le champ de ruine qui les entourait, ne laissant que Mort et Vie faible, presque inexistante. Ni l'un ni l'autre ne s'étaient retenus et avaient ravagé l'endroit, surtout le Guerrier Sacré qui s'était emporté, ne laissant que rage et mépris autour de lui. Pourtant la done avait changé et il suivait désormais une Sainte, presque apaisé à dire vrai. Etait-ce la présence des compagnons d'Eirwen qui le suivaient désormais ? Probable, mais il y avait autre chose : la vérité.

Sunilda appela le Taureau, plusieurs fois jusqu'à ce qu'elle le trouve, le retrouve même en l'enlaçant, pleurant avec légèreté. L'Egyptien se retourna alors pour la prendre dans ses bras à lui, la soulever même, heureux de la voir ici, contre lui, presque intacte, la reposant ensuite tout en plaçant sa grande main dans sa chevelure à l'arrière de son crâne, protecteur alors que déjà il fixait avec gravité l'Ase qui les regardait d'un air distrait, presque impatient.

    - Tout va bien Sunilda, toi tu n'as rien ? Qu'est-ce qui se passe ?

    - On a pas l'temps et on s'en fout. Ecoute, j'sais que t'as pas touché à la Prêtresse, c'bon. Qu'est-c'qui s'est passé là bas ?

Airôth plongea son regard empli d'inquiétude dans les yeux presque perdus de Sunilda un instant, avant de briser leur étreinte dans pour autant lâcher une des mains de la belle en armure, avança d'un pas comme pour la protéger de cet être en qui il n'avait pas confiance... Il avait vu les marques qu'elle portait, son Ethérée... Alors le regard grave, bien que l'or de ses yeux semblait tenir, il défiait Andhrimnir.

    - Toi... tu ne manques pas d'audace, je ne t'aime pas, Ase, tu as porté la main sur elle et ça...
    Son autre poing se serrait alors, de la colère oui, envers celui qui avait blessée la femme qui comptait le plus pour l'ancien Saint. Mais elle t'a amené ici. Alors parlons, oui. Que veux-tu savoir exactement.

    - Tes cornes sont brisés mais pas ton courage hein... J'te l'ai dit, tout c'qui s'est passé dans la ville, là bas. Pourquoi ma Prêtresse est revenue changée, pourquoi elle m'a menti ?!

L'Ase commençait à répondre à la colère de l'ancien chevalier d'or, agacé et souhaitant obtenir des réponses au plus vite. Le flou de ses visions, les paroles d'Eirwen, ses pensées voguaient dans toutes les directions, perdues entre vérités et mensonges. Airôth souffla alors, portant son regard sur les animaux placés derrière l'Ase, il les reconnus alors.

    - Je ne me souviens pas de grand chose. Nous sommes entrés dans cette auberge après que le Guerrier Asher soit parti précipitamment... Un comportement étrange que même la Grande Prêtresse avait trouvé étrange. Nous nous sommes installés et là... Je ne me souviens que m'être réveillé auprès des miens, blessés, loin de Lübeck.

    - T'as été soufflé par un genre d'explosion, toi et les autres, qui v'nait d'un truc que le petit Saint a filé à Ei... la Prêtresse.

    - Le petit Saint ? Xanathos... Hum... Oui, il a offert un anneau à la Prêtresse c'est vrai, je ne sais pas pourquoi il ne m'avait rien dit. J'avais oublié ce détail.

Un anneau... Etait-ce cela ? Le Saint s'était allié au Delta pour qu'il puisse agir sur la Prêtresse ? Difficile à dire. Mais le Sanctuaire ne semblait pas blanc aux yeux de l'Ase, loin de là, pourtant la menace semblait poindre de l'intérieur d'Asgard aussi. Un travail combiné.

    - T'ssss. C'bien les Saints ça, pourris jusqu'à la moelle. Tu sais peut être rien, t'as pas l'air du genre à mentir, alors par respect j'te préviens : Les tiens en veulent aux miens et veulent qu'on tombe. J'laisserais pas ça arriver. Remercie les messagers d'Odin, ils t'ont sauvé la vie.

Puis dans un éclat de neige, soulevant cette poussière blanche, il disparut, rapidement suivi par les animaux de la Prêtresse. Andhrimnir avait eut ce qu'il voulait en venant ici : des réponses. Il aurait pu accomplir une vengeance qu'il avait promis mais son esprit restait focalisé sur le fait que la Douce lui avait menti, n'était plus la même et était sûr que le Delta n'était pas innocent. Peut être même qu'il contrôlait la Prêtresse, lui faisant prononcer des mots absurdes pour la mener à sa perte. Voulait-il sa place ? Le pouvoir ? Les réponses viendraient une fois de retour à Asgard, oui, il allait devoir agir, mais pas seul.

Et déjà, pour les deux autres, pour le géant aux yeux d'or, un murmure se faisait entendre, lointain.

Khaaaaaan...



Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   Ven 16 Sep - 19:40


Sunilda ne réagissait plus vraiment à ce qui se disait. Les deux hommes parlaient entre eux, paraissaient trouver des réponses aux interrogations qu'ils se posaient. Elle, se laissait faire sans dire un mot, essuyant de temps à autre sans s'en rendre compte une larme prête à chuter. Sans jamais toutefois saisir le sens des propos des deux autres. Elle ne s'y intéressait pas, tant son esprit vagabondait, s'éloignait encore un peu plus à chaque seconde passée. Le temps était précieux et l'Ase était pressé de les quitter. De repartir dans ses contrées.

Une voix dans le lointain la fit dresser l'oreille, revenir à la réalité. Sunilda secoua sa chevelure sombre, avisant de la main qui enserrait la sienne. Andhrimnir repartait.

« Taureau Blanc, tu dois y aller. Je dois le suivre. »


Annonça t-elle tout à coup en dégageant doucement ses doigts de ceux d'Airôth. Face à son incompréhension ou incrédulité, la belle s'expliqua, avec ses mots à elle. Drapée dans son mystère.

« J'ai quelque chose à accomplir moi aussi, ici, avec lui. »

Pourquoi tant d'assurance et de conviction ? Elle le savait, voilà tout ce qu'il y avait à en redire. Rien à comprendre. C'était un fait, un ordre silencieux que son cœur lui clamait et qu'elle seule avait pu entendre. Puis elle se mis sur la pointe des pieds pour aller déposer un léger baiser sur la joue de son ami. Un vague au-revoir puisqu'elle s'envolait rapidement vers l'Asgardien qu'elle venait de combattre. Il ne fut pas très difficile pour elle de suivre ses pas dans la neige.

Mais avant cela son œil améthyste s'était détourné une ultime fois pour regarder la haute silhouette du Taureau Blanc. Un regard qui en disait long. De ceux qui commandaient aux être aimés de s'affranchir de tous dangers et de revenir à la maison. Au Sanctuaire, où ils pourraient se retrouver.

Sans un mot, la douce jeune femme cheminait aux côtés du Nordique aux cheveux blancs, calquant son allure, n'ouvrant jamais la bouche qu'importe le nombre de fois où il s'était adressé à elle. Désormais elle était telle une ombre accrochée à la sienne. Presque invisible puisque insignifiante, si vite oubliée.

Son esprit se plaisait à penser qu'elle était parvenue à accrocher l'étoile d'Airôth là où elle devait être et n'aurait jamais dû choir. Replacé sur le chemin qui devait être le sien, il était temps pour elle d'arpenter sa propre voie.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mi-Août 550 - Combat] Le temps est venu Taureau Blanc [PV Andhrimnir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le temps est venu ~ Kappa
» Le temps est venu d'affronter la réalité feat Lissyana Whirl
» LE COMBAT AU BATON MEDIEVAL
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Germania :: Tribus barbares-
Sauter vers: