Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Sam 20 Aoû - 15:50
S'étirer à l'ombre d'un Pilier et être libre de ses mouvements n'avait pas de prix.

Le Sanctuaire...allait peut-être bien devenir son passé. Ariane pouvait enfin humer l'air qu'elle attendait depuis cinq bonnes années de captivité, une espérance qu'elle avait bien crû s'éteindre à petit feu ; il n'y avait pas eu de combat, ni même d'avancée. Le temps s'était comme arrêté dans sa prison dorée. Et voilà qu'elle se retrouvait face à d'autres généraux, comme à l'époque. Comme lorsque la jeune femme avait été fraîchement nommée dans leur rang. La promesse en avait été presque oubliée après toutes ces années, dont celle à endurer les prémices d'une vision effrayante; presque vivante mais pourtant si éloignée. Une simple illusion crée par des remords effacées.

Et aujourd'hui, elle était là. Une ombre s'était détachée dans les champs d'algues qui composaient les arches d'Orichalque. Amusée, la générale des Lyumnades en avait perçu sa fragrance et reconnut l'auteur. Arellys, récemment rencontrée lors de leur réunion, semblait s'y être dirigée pour une raison inconnue ; la blonde défilait là depuis son Pilier, et s'était rendue à la sortie du Sanctuaire Sous-Marin.

Dans son ennui, Ariane avait été intriguée, suffisamment pour sortir de son Pilier poussiéreux dans lequel elle s'était tapie. Ses jambes avançaient instinctivement en direction de la générale, dépassant alors les coraux aux milles couleurs. Après tout, la Sirène Maléfique était devenue aussi intrigante que douloureuse pour elle ; c'était un instant attendu et en même temps, évité.

Les Lyumnades signalèrent leur présence, ou tout du moins n'essayaient-elles pas de se cacher aux yeux de la jeune femme. Ah, voilà qu'on la percevait enfin. Au loin, Ariane la salua d'un geste de la main ni méchant, ni gentille, puis s'approcha. Une réunion n'était pas suffisante pour faire connaissance et déjà, elle observait les cheveux blonds dorés de la jeune femme et distinguait sûrement mieux les formes de sa silhouette féminine.

« Je pensais que j'aurai eu le droit à une visite d'ici peu, mais visiblement ça se fera peut-être bien dans un champ d'algues. » Un petit rire avait suivi ses paroles toutes sommaires. Inutile de redemander son nom, les deux jeunes femmes s'étaient croisées à la réunion des généraux. Lentement, Ariane s'était assise sur une pierre surélevée, le temps de récupérer une petite bête rougeâtre qui tentait de la suivre. Qui avait peiné à maintenir son rythme. Ô, elle reprendrait ses forces à ainsi zigzaguer autour de son bras pour finalement s'y accrocher, aider par les extrémités d'Orichalque de son Ecaille. Une fidèle salamandre. « Pas trop fatiguée de ton voyage à Rome ? Je suppose que non...»

Une question comme une autre, ironique également de la voir ainsi sortir au quart de tour. Arellys devait avoir de l'énergie à revendre après tout ce bout de chemin. Un sourire continuait à planer sur le visage d'Ariane. La petite brune était jeune, mais soudainement, elle percevait que ses pensées étaient peut-être dignes de ceux d'une vieille femme. Allons bon...

« Mais le temps reprend son cours, avec son lot de nouveautés, n'est-ce pas?»

Il y avait un double sens à ce sujet. Ariane avait là devant elle une nouvelle génération. Une nouvelle Sirène Maléfique, probablement un nouveau Légat également, avec de nouveaux événements à rattraper. Et puis, la jeune femme était inquiète pour Hassan, "un vieux" qu'elle avait longtemps considéré comme une figure paternelle, aujourd'hui une personnalité "absente". Tout s'était envolée pour lui conférer une "seconde chance".

Bien sûr, Ariane était encore générale des Lyumnades. Quelque part, alors que son regard turquoise croisait le sien, bleu océan cassé par une ou deux mèches dorées, la gardienne de l'Antarctique se demandait ce que serait la réaction de sa vis-à-vis; juger les cœurs et les pousser dans leurs pires retranchements était une technique habituelle qui amenait le plus souvent à se méfier de l'ancien tribut. Mais l'atlante était habituée à ce genre de craintes, peut-être bien justifiée d'une façon.

Elle n'aurait su dire.




Dernière édition par Ariane le Dim 6 Nov - 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 21 Aoû - 0:28
Tu avais quitté le temple de Poséidon après la fin de la réunion. Toi qui était restée à l'écart tout en dévoilant tes informations. Rome avait été un chamboulement pour toi. Tu ne t'étais pas assez préparer et tu en avais un peu regretté l'affaire classée sans suite pour toi finalement. Enfin, toujours était-il que tu avais pu te reposer. Et tu n'avais jamais aussi bien dormi. Tu avais eu besoin de décompresser en arrivant à ton pilier. Alors tu avais pris ta petite habitude et t'étais couché sur ton lit.

Au bout d'un petit moment, tu fus réveillée par l'air marin, et les rayons de lumière. Tu ne savais pas quoi faire à cette heure là du coup. Tu bailles d'une grande force, et puis tu avances. Encore, et encore. Ton esprit finit par se perdre dans le néant des tourments. Toi qui avais toujours été dans ses contrées depuis 545. Tu n'avais jamais vraiment pris le temps de t'arrêter et d'en profiter. Inconsciemment depuis la mort de Celsio tu t'étais renfermée dans ta tour d'Ivoire.

Alors pour une fois que tu avais le temps, tu t'arrêtes, là au milieu de ce champ d'algues. Les cheveux aux vents tu prends tour à tour ta respiration. Tu n'avais pas remarquer tout de suite la présence d'une autre générale à tes côtés. Toi qui observais ce champ d'Algues près des barrières d'Orichalques et du champ de Corail qui protégeait Atlantis. Cette citée sous-marine, vos chez vous.

« Eh bien... en réalité figurez vous que je me suis endormie, c'est pas souvent pourtant, mon pilier reste ouvert et je ne suis jamais loin » Fis-tu avec un clin d’œil à la Générale en signe amicale de taquinerie. Ce qui te fis sourire et rire, ce fut la petite salamandre, qui grimpait en tourbillonnant légèrement autour du bras d'Ariane. Inutile de se présenter de nouveau.. Vous vous connaissiez déjà depuis la réunion. Tu lèves la tête puis la dirige vers la petite brune :

« Effectivement... c'est étrange, c'est passé rapidement... peut-être un peu trop depuis la dernière génération... »

En pensant cela, tu pensais à Celsio, et à ce que tu avais vécu avec lui jusqu'à ce moment. Ou la mort vint le frapper en 545 lors de la guerre éclair contre les saints. A vrai dire, tu ne savais pas trop quoi faire alors tu te rapprochas de la brune, avec les bras croisés comme à ton habitude. Tu sortais un peu de ta tour d'Ivoire. Elle t'intriguait à parler comme cela. Elle n'était pas... enfin, elle n'avait pas agis de la même manière que durant la réunion. Et cela t'intriguais beaucoup. Elle était la première à oser vraiment t'adresser la parole ici. Depuis 545.

« Et toi tu es bien sur ton rocher ? La liberté c'est ce que j'aime ici Et puis on est au calme, on est rarement dérangé » Fis-tu comme si tu réussissais enfin à ouvrir ton cœur et à te confier à quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Mer 24 Aoû - 11:08
L'explication de la Sirène Maléfique se tenait, en quelque sorte. Il eut au moins le mérite de faire pétiller dans les yeux d'Ariane, une malice naturelle. Et alors, son sourire s'était étiré, un peu plus savant que la dernière fois.

« Effectivement... c'est étrange, c'est passé rapidement... peut-être un peu trop depuis la dernière génération... »

Ce genre de réplique ne sortait pas de la bouche de tous les nouveaux. Et cela, Ariane pouvait y placer l'une des plus honnêtes émotions qui soient. De son œil prêt à en découdre, l'atlante tentait d'analyser les propos de la Sirène, chargée de brefs souvenirs tous plus évocateurs les uns que les autres. Ô, se montrer aussi conciliante avait généralement un prix avec les Lyumnades. Mais Arellys était une atlante ; ainsi la dite atlante bénéficiait, en quelque sorte, d'un laxisme que la jeune femme concédait volontiers, nullement affectée par le fait de créer un semblant de lien avec la Sirène Maléfique.

« C'est toujours ainsi malheureusement. Ai-je affaire à une ancienne Marinas ? » Très certainement. Son identité lui était étrangement inconnue pour une personne arrivée avant la grande tragédie, mais elle était évidente tout de même. « Ah, excuses moi. J'ai été absente pendant cinq longues années alors...Voilà. J'ai oublié, ou raté pas mal d'événements.»

Quelque peu gênée, Ariane pensait prendre sur le fait une Marina un peu trop intrépide. Son visage aux joues pleines, sorti tout droit de l'enfance affichait une moue et un regard fuyant. Sur son rocher, elle pouvait contempler avec un peu plus de hauteur les environs mais rien de véritablement convaincant. En vérité, la jeune femme avait simplement voulu s'asseoir pour ne pas user de ses forces.

« Mon rocher ? Bah ! C'est toujours mieux que rien mais...Ca fait tellement longtemps que je ne suis pas passée par ici que ça me change de mon quotidien. Et des mes troncs d'arbre, à Rodorio. C'est facile de rouiller là-bas, j'ai souvent eu l'impression de faire la même chose. »

Prestement, la jeune femme se leva et atterri dans le champ de coraux. Voilà qu'elle était désormais à quelques pas de la grande blonde, à détailler avec une grande curiosité son Ecaille.

« ..Ce champ de coraux est chargé de souvenirs pour une générale de la Sirène...Tu le savais?... »

D'une main frêle, la jeune femme brisa une branche de corail qui flottaient dans le champ, comme immunisée par la sécheresse de l'atmosphère dans laquelle les Marinas se mouvaient tout naturellement. Un fin sourire qu'on n'aurait su déchiffrer s'esquissait lentement sur son visage.

Oui, cet endroit avait été le théâtre d'un meurtre. Pourtant, voilà qu'elle tendait à Arellys cette branche rouge, une couleur qu'Ariane commençait à affectionner et à détester. Une couleur qui l'avait suivi après cette guerre.

« Je suis désolée. Ca me fait juste bizarre de voir cette Ecaille sur...Quelqu'un d'autre. Ne le prends pas à mal, j'aimais finalement beaucoup l'ancienne Sirène. Malgré nos différences. »

A dire vrai, après cinq années passées en tant que tribut, il y avait tout un monde à refaire et la jeune femme entendait bien s'adapter de nouveau à son environnement, et ce, même après plusieurs années d'entraînement poursuivies dans le but de ne pas réellement s'attacher. Certes, elle pouvait connaître Arellys en baissant ces maigres frontières pour atteindre son esprit ; mais à quoi bon ? Généralement, cette pratique n'inspirait guère moins, guère plus qu'un mépris peut-être bien mérité.

« Enfin, tout le monde a connu ses pertes et un moment de deuil, ici. Je suis heureuse de voir qu'Atlantis se porte mieux.»

Oui, pour l'heure, Ariane observait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Jeu 25 Aoû - 16:43
Tu étais maintenant les bras croisés au milieu des champs d'algues, tu inspirais et expiais l'air marin, un peu trop frais. Il te fit même frissonner. Tu tournes le regard vers la demoiselle sur son rocher. Ainsi elle connaissait donc l'ancienne Sirène avant toi ? Tiens donc, voilà une partie intéressant à développer. Tu la regardes silencieusement avancer en prenant une algue rouge sang, et la briser de milles éclats. Cette action eut pour effet de te faire gratter la gorge. Tu la regardais de haut sans pour autant qu'il y est de la provocation dans tes pupilles.

La curiosité en toi devenait de plus en plus grande, cet endroit cachait-il donc un mystère oublié ? Un compatriote oublié ? Tant de questions se bousculaient dans ta tête. Comment était cette ancienne générale ? quel lien avait-elle avec Ariane des Lyumnades ? Tu pensais comme elle, peut-être la vie était passée un peu trop rapidement. C'était peut-être pour cela, que tu n'avais jamais pris le temps de faire ton deuil... il faudra que tu en prennes donc le temps un jour. Si ça se trouve, ta rancune ne partirais pas avant cela.

Tu fis un long sourire, et puis tu étiras tes bras :

"Oh... oui, je suis arrivée peu de temps avant la guerre éclair avec les Saints, je n'étais qu'une apprentie qui devint lieutenant lorsqu'elle nous frappa" Expliqua-tu avec quelque intonations de frustrations et de regrets. Tu n'arriverais donc jamais à oublier ? Allait-tu réussir à fermer les yeux un jour ? Il faudrait bien pour évoluer... Tant de souvenirs remontaient, des nostalgiques comme des négatifs. Mais bon, d'un autre côté, ce fut ce qui remplissait ta vie de l'époque. Ce qui te rendait différente des autres.


"Ne t'inquiète pas va, lorsqu'on est absent c'est normal... et puis j'ai beau être là depuis... longtemps..."


Tu ne finis pas ta phrase, tu te contentas de lever les yeux vers le ciel, et de sourire.

"Finalement je n'ai pas trop connu l'ancienne Génération" Fis-tu avec un sourire comme si tu avais pensé à quelque chose d'autre avant de finir ta phrase. Cependant, non. Ce n'était pas le cas, enfin, normalement, après cela pouvait paraître un peu égoïste de ta part. Enfin bon, tu n'y pouvais rien, tu avais toujours autant de mal à t'exprimer ouvertement et sincèrement avec les autres. Puis bon, tu restais une Wisigoth dans l'âme ! Ha ha. Guerrière avant tout.

Tu fis un petit rire :

"ha bah ça ! La vie avec les petits poissons, ce n'est pas pareil que la vie avec les animaux de la surface ! "

C'était une petite pensée qui était sortie toute seule, tu te sentais mieux, un peu plus détendu. Cette générale en face de toi, te donnait une étrange sensation. Comme si quelque chose était entrain de se créer entre vous deux. Sans savoir vraiment que c'était un semblant d'amitié et d'affection. Et puis ton sourire disparu pour laissez place à l'interrogation :


"Dis-moi... tu veux bien me parler un peu plus des anciens ? Je n'ai pas tellement de souvenirs de ceux de 545...après tout je n'étais que lieutenant et de l'ancienne Sirène Maléfique ? Comment était-elle ?"
Demanda-tu en relevant le menton tristement et tendrement. Un peu gênée par cette demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Lun 29 Aoû - 10:50
"Le rouge te va bien. Il y a des tempéraments que l'on rehausse de cette manière afin de trouver un équilibre. Et...Je pense oui, qu'elle t'irait bien."

La générale des Lyumnades observait la jeune femme se mouvoir dans les coraux, regarder avec curiosité les éclats d'un corail qui n'était plus. Pressentant bien que cette conversation inspirait à la fois nostalgie et peine pour la jeune générale, l'atlante écoutait sagement ce qu'elle avait à dire. De toute évidence, le temps ne pressait pas. Que ce soit pour un entraînement qui tournerait moyennement bien, ou une vaine taquinerie. Et puis, mieux valait connaître ses collègues plutôt que de se battre aux côtés d'inconnus, dans une éternelle recherche identitaire.

Ce qui l'interpella fut le passé probablement chargé de la jeune femme en tant qu'atlante. Cette découverte étira un maigre sourire sur les lèvres, alors même que le sujet était prêt à dévier sur une comparaison plus légère au lieu de ces douloureux souvenirs; Arellys comprendrait très certainement. Ariane sentait largement que la jeune femme réfléchissait sur ces souvenirs; ceux-ci l'attiraient presque indéniablement à rechercher plus loin dans l'esprit de la Sirène, comme un appel lointain mais rassurant.

La brune se retint pourtant. Ce n'était ni le moment, ni même la bonne personne.

"Oh, lieutenant donc...Comme Liao donc! Je m'excuse de ne pas être passée te voir...Ne pas connaître les autres Marinas lorsque l'on est général, c'est un peu triste...Mais je suis ravie de parler à un vétéran. Je pense...Que tu "sais" ce que c'est..."

Un soupir s'évapora dans les airs sous forme de buée. Ils n'étaient plus là, d'ailleurs. Liao aussi. Parti, chez les Saints à ce qu'il avait dit, et ce muni de plusieurs cartes à la main. Ariane ne le savait que trop bien pour partager ce petit secret avec lui. Il y en avait toujours. Oui, l'atlante se souvenait du jeune homme qui avait, autrefois, eu du mal à parler leur première langue. Il parlait "chinois", à ce qu'on lui avait dit, du temps où elle avait été Capitaine, mais il avait depuis été pourvu au rang de général. "Chef" après Hassan, en quelque sorte.

"Même eux. Ils ont tellement changé..."

Alors, Ariane tentait d'observer cette jeune femme avec d'autant plus d'attention; plus qu'elle n'aurait pu le croire. Cette dernière était jolie et enthousiaste; c'était là presque la première fois qu'elle reconsidérait la vision "d'un atlante" depuis ses années de tribut, et sa conclusion n'allait guère plus loin que ces échanges qu'elle avait pu avoir avant l'heure. L'accueil avait été chaleureux, bon enfant. Peut-être un peu court: la faute aux différentes mauvaises nouvelles et à leurs échéances. Pourtant, il n'y avait eu que des chamailleries touchantes, et de l'ingéniosité à revendre pour certains d'entre eux. Elle regardait la femme s'étirer les bras, lui demander de plus amples détails sur leur passé; normal. Elle aussi, l'avait vu et avait participé à cette guerre fratricide.

Tout le monde y avait perdu quelque chose et pourtant, la jeune femme ne put s'empêcher de rire légèrement, doucement, à force de parler de ses événements. De ce qu'il y avait eu "avant". Son regard amusé reposait toujours sur la jeune femme.

"Tu vas me faire passer pour une vieille personne si tu continues, tu sais?"


Les taquineries n'attendirent pas plus longtemps pour se mettre en marche. Ariane n'irait pas dans les détails, mais savait qu'un successeur cherchait toujours à trouver certaines réponses en ces expériences contées par autrui. Elle posa un index interrogateur sur ses lèvres, et se mot à réfléchir; ni trop longtemps, ni trop rapidement.

Comment était-elle...?

"Stricte. Sans réelle faiblesse, elle exigeait presque la perfection pour elle-même et pour les autres, c'est elle qui m'entraînait parfois mais...Eh bien, je pense que je l'idéalisais un peu trop. Ses conseils étaient presque légitimes, même s'ils étaient décourageants."

Après, cela n'en restait pas moins l'une de ses généraux de Poséidon, les meilleurs représentations de la garde atlante. Aujourd'hui pourtant, la nuance était aisément faisable et les idées reçues, bien moindres. Oui, elle se demandait quel genre de Sirène se tenait désormais fièrement dans ces champs de coraux. Pesant ses paroles avec minutie, la jeune femme continua dans sa lancer.

"C'était quelqu'un de proche de moi. Je suis là grâce à elle...Enfin, on est tous là pour une conviction particulière ou pour quelqu'un, non?"
Une façon de rendre la question. La pensée qui suivie fut plus révélatrice de ce qui s'était passée. "C'est comme cela que nous alimentons notre colère à leur égard, aux Saints...Pourtant...Nous aussi, nous avons détruit."

L'atlante aux cheveux d'ébène comprenait pourtant ce genre d'attachement pour les leurs. Son objectif premier avait été de se libérer de la mort, puis de retrouver quelqu'un en qui elle aurait tenu. Ô, Ariane était jeune à cette époque, et retrouver sa sœur eut été certainement une bénédiction pour s'attacher à ce passé révolu. Oui, une bénédiction qui avait fait son temps, lui qui avait exigé en contrepartie sa dose de sacrifice. Les choses avaient évolué petit à petit, la menant indéniablement vers un chemin où Ariane avait tenté de prendre des décisions sages et "durables". Du moins pour Atlantis. Elle pouvait se tromper toutefois, et seul l'avenir le lui dirait.

Sceptique, elle croyait toutefois déjà un peu en cette génération qui dissociait leur vie de celle des autres. La générale des Lyumnades n'y avait pas répondu mais percevait cela d'un œil intéressé. Sa curiosité parlait pour elle-même après tout.

"Enfin, ça ne t'empêche pas de certainement mieux connaître les alentours que moi désormais...Du moins, depuis certaines reconstructions!"
Elle invita la jeune femme à se lever à son tour, ravie de pouvoir redécouvrir un peu le Sanctuaire Sous-Marin et la ville. "Un endroit à me conseiller parmi les petits poissons?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 4 Sep - 19:11
Tu arrivais à te détendre et à profiter de la belle vue qu'offraient les différents coraux. Tu sentais que cette jeune femme pourrait être une amie précieuse. L'une des rares que tu pouvais considéré comme une alliée. Une amie. Une camarade. La seule avec qui jusqu'à présent tu avais tenté d'engager un semblant de conversation et avec qui le feeling semblait bien passer. Tu la sentais un peu différente des autres. Et puis, elle était une vétérante comme toi. Tu n'avais aucune raison de ne pas lui faire confiance si on omettait le fait qu'elle est été tribut des Saints. Mais l'avait-elle seulement choisie ? Aucune idée. Tu note ce détail dans ta tête pour plus tard.

Tu lèves les yeux vers le fond marin puis vers Ariane. La couleur rouge... Tu l'avais en mémoire, cette magnifique couleur. Un symbole de mort pouvait pourtant être beau dans des instants... étrange. Mais tu comprenais à peu près ou elle voulait en venir. Le rouge... paradoxalement en langage des fleurs cela voulait dire aimer. Alors que cela signifiait la mort. M'a fois... elle n'avait pas tord. Une couleur paradoxale pour un être comme toi qui avais aimer mais hais profondément... Oui. C'était une bonne correspondance. C'était vrai, tu avais connu Liao dans le passé... par le biais de Celsio... Deux lieutenants au même moments puis généraux.

Liao fut un ami précieux pendant un temps lui aussi, seulement vous n'aviez plus trop eu l'occasion de parler comme avant en simple ami puisqu'il était monté en grade plus vite que prévu. Légat. Tu te mises à faire un petit rire et puis à mettre tes doigts devant tes lèvres comme pour bredonner quelque chose, un murmure :


"Oh la la, et moi alors que devrais-je dire ? Si tu savais l'âge que j'ai tu ne dirais pas ça ma petite dame !"


C'était une petite taquinerie sans plus ni moins. Mais il était vrai que tu avais besoin d'informations sur elle, son lien avec l'ancienne sirène. Pour savoir comment mieux réagir. Et puis vous aviez vécue des choses en commun alors...

"Mais sinon, oui j'étais Lieutenant de la Sirène en 545 ! J'ai connu Liao par le biais d'un ami précieux qui n'est plus aujourd'hui et toi ? Tu semble bien le connaître ?"

Tu te taisais écoutant la suite de la conversation avec une réelle intrigue. Tu fus surprise de voir à quel point vous aviez des points communs. Si elle avait été l'élève en quelque sorte de l'ancienne Sirène, si elle était encore là grâce à elle, elle avait du connaître ces sentiments d'amertume et de faiblesse que l'on ressent à la perte de quelqu'un qu'on aimait profondément. Et puis cet esprit de vengeance... que l'on pouvait acquérir parfois au détriment des ordres...

Et visiblement, cela se confirmait. Elle était ici grâce à elle, elle avait vécu pour elle comme toi tu avais vécu pour Celsio. Alors lorsqu'elle demanda si tu comprenais... pas directement, mais tu compris le sous-entendu du "Enfin, on est tous là pour une conviction particulière ou pour quelqu'un, non?" pour reprendre ces paroles. Tu fis un large sourire, et puis un regard triste. Tu répondis pourtant avec de la conviction et sur une réponse ouverte qui en disait long sur ce que tu pensais :

"Je vois, la Sirène Maléfique était donc importante... et j'en conclu que c'était un peu une relation maître-élève ? ou frère et sœur ? A vrai dire, je ne sais pas vraiment pourquoi j'ai été élue par cette écaille... Ne t'en fais pas va... je comprends, ça a du être une période difficile pour toi aussi... la captivité chez les saints... la séparation"

Tu coupas toi-même la fin de ta phrase comme si tu hésitais à t'approcher de ce chemin du passé.

"Nous changeons tous avec le temps je pense... avec l'apprentissage de la vie que ce soit de bons ou de mauvais moments" Fis-tu en prenant dans ta main une feuille de corail qui volait autour de toi. Tu levas les yeux au ciel pour réfléchir un instant... un endroit à conseiller à part Alexandrie voyons voir... hm... hm... voulait-elle allez faire une balade pour faire plus ample connaissance ? Était-ce une question piège ? méfiance.

"Nous avons détruit, l'homme détruit, sommes nous fait uniquement pour faire la guerre ? Je ne crois pas... ce sont nos convictions qui nous mènent sur cette voie, le but que nous acquérons... alimenté par la colère et la haine, nous agissons sans cesses comme des bêtes sans réfléchir à une autre solution pour aller de l'avant... c'est bête mais c'est ainsi... les saints ne sont pas étrangers, ils ont détruits pour la conquête... mais je ne suis pas certaines qu'ils soient des exceptions, après tout Athéna présent défendre la paix... mais regarde plus près ses méthodes... ne sont-elles pas proches de celle des autres dieux avant elle ? Sinon pour le coin, il y a les airs au centre des piliers, notre citée qui est bien. L'Arche d'Orichalque, et les terrains d’entraînements !"

Tu concluais un peu tes paroles dans un mélange mélancolique, et philosophique, mais il était vrai que vous aviez autant détruit que les saints à différentes époques. Au final, tout les camps se ressemblaient... la conquête et le pouvoir... l'avarice de l'humanité comme l'argent. Tu fis un soupire à ses pensées. Attendant la suite, tu sentais l'envie du teste chez la jeune femme, c'était pour cela que tu avais donc proposé les terrains d'entraînements. Quoi de mieux qu'un petit entraînement pour se détendre et profiter ? Ce n'était qu'une supposition, un pressentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 11 Sep - 1:12
Ariane sourit presque suspicieusement lorsque la blonde évoqua son âge, brisant alors le silence invoqué auparavant, au conseil donné par la générale des Lyumnades. Le rouge. Une couleur qui évoquait de toute évidence le sang aux guerriers, mais également la passion aux plus poètes d'entre eux. Elle ne s'était pas attendue à ce que la jeune femme plaisante au sujet de son âge...Un rire manqua de franchir ses lèvres, avant que la générale prit le moment pour répondre plus volontiers à sa vis-à-vis, avec clarté.

"Promis, je ne te demanderai pas ton âge par politesse! Toutefois, tu ne dois pas être si âgée"


Ses yeux rieurs l'observaient avec douceur, maintenue par une retenue si caractéristique de la jeune femme. Un moyen de survie comme un autre. Pourtant le reste fut bien plus étonnant; il lui semblait que ce fut la première fois qu'une personne évoquasse aussi facilement les liens qui l'unissaient à la précédente Sirène. Les yeux plissés par la nostalgie, la générale marqua une pause, interdite, pour finalement prononcer son premier aveu. Arellys était une générale très intelligente, et elle venait de le prouver sans même aller fouiller plus loin dans son esprit.

"Tu es plus perspicace que les autres..." A cette déduction, la gardienne de l'Océan Antarctique baissa légèrement la tête. A dire vrai, ce geste marqua même le début de la recherche. De sa recherche. Pourtant, Arellys avait faux sur un certain point. Cette quête de connaissance était étrangère et légitime, bel et bien visible au regard de chacun des atlantes qui l'avaient accueilli avec attention, reconnaissant là un petit brin de femme qui avait peut-être bien un peu vieilli depuis son départ. Moins qu'ils ne se l'étaient imaginés en revanche. Après tout, son Ecaille aimait autant tromper autrui que torturer ses adversaires par la laideur. Toutefois, sa séparation, elle, s'était atténuée dans les prémices de sa tristesse. Une mélancolie qui s'était aussitôt envolée une fois Alexandrie atteint; on n'oubliait jamais les morts quand on ne leur disait pas au moins un simple "au revoir". C'était ce sentiment qui avait compliqué son séjour, rien d'autre. Pas même la faim ou la soif s'étaient faits sentir à Rodorio. Voilà pourquoi s'était manifesté parfois le problème comme un mal qui lui avait rongé les veines."...C'était difficile au début. A la fin, je ne savais plus honnêtement."

Et même maintenant, la brune ne savait plus. C'était qu'elle restait là, à observer sa petite salamandre sur son bras, comme possédée par la pensée de sa dompteuse. Atlantis était une vérité, et elle, ancienne général, était revenue ici-même pour retrouver son ancien habitat. Mais dans un mauvais timing. Les paroles du Chevalier des Poissons étaient-il une réalité? En pleine forme le mois précédent d'après ses dires, il avait fini par abandonner la conscience quelques mois plus tard. A lui non plus, elle ne lui avait pas dit "au revoir".

"Et je suis revenue oui, mais pas assez tôt pour dire au revoir au Légat Hassan."
Très certainement. "Je suis heureuse de voir Liao sain et sauf, j'ignorai qu'il était l'une de tes anciennes connaissances. Je l'ai connu quand il n'avait pas encore acquis notre langue: C'était si étrange et à la fois si drôle! J'ai eu du mal à me faire comprendre, mais j'ai fini par le faire. A l'époque, il était lieutenant et moi, Capitaine. Mais entre nous, je n'étais pas une combattante assidue à cette époque!"

Une époque rêvée, où la jeune femme avait été parfaitement heureuse. Ô, elle ne doutait pas que certains atlantes sauraient éveiller en elle le même esprit de famille qu'une petite fille avait gardé jalousement contre son cœur, autrefois.

"Changer, n'est-ce pas?"
C'était un verbe auquel elle ne croyait que très peu. Dans le fond, les gens ne changeaient pas véritablement. Ils évoluaient et vieillissaient simplement avec humilité. Et pourtant, cela ne l'empêchait de réfléchir là-dessus; le pouce contre ses dents, Ariane tentait de comprendre les réflexions de la jeune femme, tout en terminant par souffler une espérance. "J'aimerai acquérir ce genre de pensées à l'instant de ces mauvais moments."
Bien sûr, cela n'effaçait pas sa colère, non. Et tout comme sa vis-à-vis semblait se murer dans son monde, Ariane gardait une rancœur incertaine envers divers choses, plus souvent dirigée contre elle-même. La tournure de la conversation eut pourtant le mérite de la sortir de ses chimères, prenant alors ses airs de philosophie qui avaient pour habitude de l'amuser. Pour autant, la surprise l'accueillit plus volontiers en considérant enfin une personne partageant ses convictions. Arellys pensait comme elle, comme ses guerriers de ces années-là.

"Je pense que tu n'as pas tord. On tend à juger directement ce qui nous semble être criminel, sans penser un seul instant à nos propres mauvaises actions. Rien n'est parfait, notre idylle est une utopie pour laquelle, toutefois, je préfère me battre en considérant ses faiblesses, si tant est que je puisse être utile évidemment. Je sais qu'Athéna et ses chevaliers nous ont fait du mal, pourtant nous avons fait autant de mal au nom de notre eugénisme. Cela dit, mon Ecaille m'amène à voir ce qui est mauvais et en chaque être, et ce qui est à l'origine beau devient laideur sans mon jeu. Oui nous sommes à égalité là-dessus, sur notre propre violence, et même si cela peut faire tiquer certains, je n'hésite pas à le penser fortement." Lentement, elle intima en un signe de main expressif de continuer à la suivre, pressentant qu'elles prendraient toutes deux un chemin qui leur était destinée."Evidemment, je me battrai d'une façon bien orchestrée!"

De préférence, dans un rôle bien ficelé tout du moins. C'était son souhait. Un hochement de tête de la jeune gallo-romaine finit par accueillir sa proposition dissimulée. Les terrains d'entraînement? C'était une très bonne idée. Pourtant, Ariane ne s'était pas entraînée contre un atlante depuis des années. Sa bonne humeur ne partait pas de rien: l'ironie résidait quelque part à ce que la brune soit amenée à retrouver et à partager ce genre de moments avec une Sirène Maléfique. Alors, ses pas se décidaient à prendre une route plus logique.

Sorties de l'Arche d'Orichalque, le temps était passée très vite pour les deux Marinas. Rejoindre le terrain n'avait pas pris plus de quinze minutes à marche soutenue, révélant alors l'étendu d'un sol sableux, pas véritablement poussiéreux ni même désertique, préparé à l'effet des Marinas. Il était sommaire quoiqu'entretenu, mais il ferait l'affaire, en particulier pour les deux jeunes femmes. L'heure ne semblait pas prêter à ce que des soldats aux ordres de Poséidon viennent s'y entraîner: Arellys et Ariane y étaient presque seules, à l'exception d'un ou deux atlantes visiblement assidues dans leur entraînement. La gardienne de l'Antarctique termina par prendre quelques pas d'avance sur Arellys, puis se retournant, lui fit face comme à un adversaire que l'on osait affronter. Il y avait cette humeur plus taquine qui illuminait ses pupilles turquoises, provoquant presque la jeune femme au-delà d'une simple taquinerie amicale.

"J'espère que tu n'es pas aussi fragile qu'un coquelicot, rouge et délicat, ma chère Arellys."

Elle prendrait peur, elle aussi. Comme beaucoup de personnes. Après tout...Les Lyumnades relevaient toujours des cauchemars des guerriers, les inspirant dans leurs secrets inavoués, les dévorant lors de leur contemplation. Quelque part, Ariane appréhendait cet instant, et pourtant, elle s'était mise en garde, questionnant la jeune femme d'un regard qui signifiait tant et rien à la fois.

Etait-elle prête? Peu lui importait. Ariane la laissait mener la danse pour l'instant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 25 Sep - 11:50
La petite remarque que tu avais faite eut pour effet de détendre l'ambiance.Tu ne pensais pas réussir aussi facilement à t'entendre avec une autre générale. Malgré la différence d'âge en plus. Sa réponse te fit esquisser un sourire également. Tu mis ta main sur ton menton, faisant mine de réfléchir. Les cheveux aux vents, tu fixais Ariane, la petite brune, la jeunette.

« Oh tu sais tu pourrais me demander, l'âge ne me gêne pas vraiment ! Ha, Ha ! »

Tu fis plisser tes sourcils, en premier lieu, tu ne compris pas vraiment en quoi tu fus plus perspicace que les autres ? Pourquoi, toi ? Peut-être parce que tu n'avais cherché plus loin. Plus compliqué. En fait, tu avais juste les informations et tu avais juste résumé ce qu'elle t'avais apprise. Tu en avais aussi appris sur l'ancienne porteuse de ton écaille. Cette écaille dont les chants porteurs attiraient les marins, et les étrangers vers le fonds.

Cette écaille fidèle, jouant avec les autres, jouant avec les sons sur l'environnement. Tu lèves les yeux vers la générale qui semblait entamer un début de confidence. Une confidence minime, peut-être insignifiante aux yeux des autres, mais qui pour toi avait toute son importance, car il était rare que tu te lie facilement avec les gens. Cette jeune femme. Cette ancienne tribut, était une exception parmi ton camp. Tu arrivais à comprendre un peu la douleur, enfin, un peu beaucoup, la douleur de ne pouvoir dire au-revoir à quelqu'un que l'on aime.

Tu observais la générale du piliers de l'océan Atlantique, toi la sirène de l'atlantique sud, étrange sentiment de coïncidence se noyait dans ton cœur. Cette vieille époque évoquée par Ariane provoquait une étrange nostalgie, un sentiment de bien être et pourtant... Tu savais, que tu ne pourrais plus revenir en arrière. Lorsqu'elle évoqua sa rencontre avec Liao, tu ne pu t'empêcher d'émettre un petit rire. C'était vrai qu'il était d'origine chinoises, le petit Liao. Enfin petit, il faisait la même taille que toi, bien que mesurant quelque centimètres de plus au passage.

« Liao, a toujours été quelqu'un de très gentil même s'il ne le montrait pas forcément... je l'ai connu par le biais de mon maître, j'ai été lieutenant dans le même temps... je crois... changer... est un magnifique verbe du moment que l'on l'utilise correctement, je pense, avec de la patience. Tu verras, tu seras capable de prendre les bonnes décisions au bon moment, rien ne sert de presser le temps, et puis... profite de ta liberté maintenant ! »

Tu fis un mouvement de tête face aux pensées des Lyumnades. Elle et toi pensiez pareil, cela se voyait d'une certaine manière, même si sur certains points, cela divaguait. Tu suivis la générale, accélérant le pas lorsqu'elle te fit signe de la suivre pour arriver à ses côtés. A sa hauteur, tu remarquas un petit animal de compagnie.

« Comment il/elle s'appelle cette petite compagnie sur ton épaule ?» Soufflas-tu, en marchant à ses côtés visiblement vers une des zones que tu avais indiqué précédemment. « Pour moi le savoir c'est le pouvoir, mais la manière dont on l'utilise détermine si notre utopie est bonne ou mauvaise, si notre idéal vaut le coup de se battre ou pas, je pense que nous avons tous une raison de naître, à nous de choisir la suite, pour changer, évoluer, ne pas rester au même stade, apprendre de nos erreurs » Déclaras-tu avec une pause.

« Rien n'est tout blanc ou tout noir, et lorsqu'un chapitre de l'histoire devient négatif, ce n'est pas pour cela que nosu devons renoncer à nos convictions n'est-ce pas ? »

Un sourire et tu t'écartes de la Générale, les mains derrières le dos, tu danses sur toi-même comme le ferait une vraie sirène parmi la fin du champ de corail que l'on pouvait apercevoir à l'horizon depuis notre position. Nous quittions progressivement, petit à petit, ce champ aux milles et unes couleurs du passé. Les arches d'Orichalques étaient loin derrières vous. Le temps passait vraiment trop vite... En temps que Wisigoth, tu aimais prendre ton temps... Un sol sableux se présenta devant nous.

Un environnement presque lunaire se cachait au creux de ce monde marin dans lequel vous vous apprêtiez à vous affronter en combat amical. Rien ne te faisait plus plaisir actuellement. Une fois en position, et mise en garde, tu salua ton adversaire. Levant ton bras vers le haut, commençant à tournoyer sur toi-même comme une sirène jouant dans la mer, tu arrivais vers Ariane, en voulant lui asséner des coups physiques pour commencer l'hostilité du combat. Contrecarrant sa petite vanne au passage.

« Oh, ne t'inquiète pas, je n'ai plus pris l'habitude de me défiler au combat depuis 545 ! » Fis-tu sur un mode plutôt sérieux, mais sincère. Une ambiance sincère émanait de ton cosmos qui commençait petit à petit à s'éveiller.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 25 Sep - 22:58
"Ne te fais pas prier alors, même si dans le fond...Ca ne changera pas grand chose, hein. Je dois avoir maintenant...Le début de la vingtaine. Je n'en dis pas plus!"

Ariane laissa échapper un léger rire, percevant bien que la nouvelle Sirène la prenait toujours pour une enfant. Ô, certains chevaliers du Sanctuaire l'avaient déjà traité ainsi durant ses jeunes années. Une enfant-soldat. Le ton ne changeait visiblement pas face à Arellys, et elle se demandait bien pourquoi...Ou non d'ailleurs. L'Ecaille des Lyumnades avait un certain goût pour ce qui était atypique. La laideur ou la beauté, la vieillesse ou la jeunesse...Quelle importance, si ce n'était qu'il y avait toujours un rôle préféré à garder?

Ce fut arrivée au terrain d'entraînement que la générale des Lyumnades repensa fortement à leurs conversations. A Liao. Aux autres. Restée silencieuse durant tout ce temps, son retour à Alexandrie n'avait pas été de ton repos. Il n'y avait eu aucune concession, du moins ne s'était-elle pas donné le temps de souffler qu'Ariane s'était déjà portée volontaire pour Avalon. Peu importait les cicatrices de sa captivité, il n'y avait qu'une seule vérité parmi tout les regards croisés dans les rues atlantes: elle ne devait pas faiblir. Pas au moment-même où elle venait de revenir de ce long périple, plus éprouvant qu'elle ne le laissait supposer. Ariane n'était pas véritablement démonstrative de ces quatre longues années.

Changer...

Avait-elle "changer"? Peut-être bien. Physiquement parlant, oui. Mentalement...Elle en doutait. Le temps s'était arrêté là-bas sur des questions éternellement fixes, sans réelles réponses. Les "erreurs" n'existaient que dans le passé, très peu dans le présent. Les mots s'échappèrent à l'instant où elle attendait le premier mouvement de la blonde sur le sol sableux du terrain d'entraînement.

"Peut-on réellement apprendre de nos erreurs Arellys? Ce n'est pas à la portée de tout le monde, les habitudes peuvent trahir beaucoup de personnes. Je ne pense pas que nous soyons tous capables d'une telle prouesse."
Puis, son corps se décontracta au moment même où elle repensa à sa liberté. Quelque chose qui lui avait fait défaut et qui, dès à présent, lui semblait illimité. Petit rêve enfantin... Une utopie."Oh, mais maintenant que je suis libre, je compte bien en profiter, de cette liberté! J'ai beaucoup de chose à rattraper...Tout un vécu, à dire vrai."

Et un entraînement plus varié, aussi. "Le coquelicot" n'avait pas fait mouche à sa petite provocation. Etrangement, la jeune Marina se sentait bien plus concernée par une faiblesse d'aptitude que la jeune femme qui se dressait devant elle, mais la voir ainsi réagir lui redonnait le goût du défi. La nouvelle Sirène devait certainement être talentueuse à sa façon. Après tout, elle connaissait Liao. Mains levés, pieds bien placés dans sa posture de garde, Ariane lui devait bien cela.

"C'est une bonne chose, alors. Et puis...Qui sait? T'étais peut-être déjà méritante depuis le début. Tu as une belle Ecaille...Et...Elle symbolise, en quelque sorte, beaucoup pour moi."


Un sourire fin ornait les lèvres de la jeune femme qui appela la petite bête sur son bras, comme pour répondre à la question de la jeune femme. "Teigne. Elle a mauvais caractère depuis mon retour." La belliqueuse. Et Teigne, elle, n'avait pas attendu plus longtemps pour se faufiler sous l'Ecaille, lorsque Arellys frappait de ses poings sa cible humaine. Sa dompteuse était menacée, et la menacé, la salamandre défendait.

Tandis qu'Ariane tentait de parer quelques uns de ses coups, la petite bête crocha la chair de la Sirène de ses petites aiguilles, délaissant son venin légèrement paralysant. Subtilement, l'atlante aux cheveux d'ébène suivit le ballet pour lequel la Sirène, hypnotique et gracieuse, l'emmenait petit à petit dans un monde plus mesquin qu'il ne se devait de l'être. Quelques coups physiques étaient échangés, mais ce n'était pas véritablement ce que les Lyumnades appréciaient en réalité.

Arellys ne serait pas la seule à augmenter son cosmos, ô que non...Et si la sincérité émanait jusque dans la plus petite once de cosmos de la blonde, ce n'était pas véritablement le cas pour la jolie brune. Du moins, ses techniques n'étaient en rien basées sur cette vertu.

Déjà, la main droite de la jeune femme s'était tendue vers les cieux, faisant apparaître de maigres flammes bleues, inoffensives en apparence, mais qui pourtant, créèrent bien vite une buée très épaisse dans laquelle se repérer devenait un jeu d'aveugle. Le corps à corps avait alors cessé ses violences, que la jeune femme n'appréciait toujours pas, s'y sentant bien moins aise d'agir que parmi le petit théâtre qu'elle préparait. Un subterfuge pour mieux attaquer. Encore, toujours. Et ce fut dans la pénombre que sa voix s'éleva, révélant quelques doutes au passage.

"Je ne sais pas Arellys. A-t-on réellement besoin d'un idéal pour se battre et protéger ce qui nous est cher? Plusieurs fois au Sanctuaire, j'ai douté. Peut-être même n'avais-je plus grand chose pour croire. Et pourtant...Me voici. Je ne pourrais que te rejoindre sur un seul point...Nous faisons partie d'un tout où douter est normale, un tout où les caractères sont aussi nombreux que les espèces qui peuplent les Océans. Un tout qui se complète et qui ne saurait survivre sans cette différence." Combien de fois avait-elle répété cette phrase? De très nombreuses fois, comme une conviction qui l'incitait toujours plus à se lever pour les atlantes malgré les obstacles. Pour cette famille en qui elle avait placé sa foi et sacrifié son enfance. "Le bon ou le mauvais...Nous en sommes tous capables. Depuis le début de notre vie, en enfant toujours plus avide, en survivant, nous sommes voués à cela."

Déjà, Ariane s'approcha de la blonde, puis d'une fine lame psychique, vint une fine taillade lorsque la générale s'approcha de son compère, pour aussitôt s'évanouir de nouveau dans la brume instaurée par des flammes bleues toujours présentes ça et là.

"Je me suis permise de créer un peu le cadre de notre entraînement. Enfin...Dansons tant que tu le peux encore."

Pas une goutte de sang, la technique n'avait rien de dangereuse en soi. Pourtant, l'attaque fatiguait sa proie et la jeune femme le savait. Mais peut-être ne l'avait-elle pas touché?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 9 Oct - 20:16
Le combat avait commencé depuis quelque minutes, et déjà les premiers coups furent échangés avec quelque piques de courtoisies entre vous. Tu fis un sourire aux paroles de ta congénère que tu observais avec attention. Toujours sur ta garde. Prête à te défendre. Tu te mords les lèvres, réfléchissant à ce qu'elle t'apprenait. Cette Ariane, avait du vivre assez longtemps avec les Saints, et du coup, elle avait un raisonnement différent du tient. Ce qui ne te dérangeait pas plus que cela finalement. Rien n'était jamais incertain et définit d'avance. Après tout, un Empire était fait d'ombre et de lumière.

Tu fixes Ariane de ton regard bleu azur profond. Tu observes la petite compagne d'Ariane, la petite Teigne avec un sourire malicieux. Tu comprends qu'elle est importante pour elle, mais jusqu'à quel point ? Tu n’allais surement plus tarder à le découvrir. Un idéal, pour toi c'était la clé qui te gardait encore en vie. Avoir quelque chose à protéger, à aimer, malgré la douleur. Des flammes bleues se mirent à arriver les unes après les autres. Une lueur épaisse se dissimula dans l'atmosphère marine. Le combat était lancée. Cela faisait bien longtemps que toi la Sirène n'avait combattu l'un des tiens. Un peu d'exercice ne pouvait pas te faire de mal.

Tu fis un sourire, elle attaquait, en camouflage. Dans la brume. Elle attaquait avec une fine lame, sauf que tu ne la voyais pas. Une fine lame faisant une entaille. Une entaille, petite, mais profonde. Peut-être pas physiquement ? Car rien ne distinguait. Le faux du réel. Cette brume était étrange. Elle n'était à pas prendre à la légère. Il fallait que tu reste sur tes gardes. Pour l'heure, tu allais néanmoins contre-attaquer. Prudemment, mais surement.

"Eh bien dansons dans ce cas ! ... " Répondis-tu avec toujours ce même sourire. Dansez. Dansez, encore et encore, jusqu'à l'infinie. Jusqu'à ce l'une d'entre vous ne puisse plus se relever. "Allons-y !".

Tu esquivais les flammes bleus du décors, tu ne ferais pas machine arrière. Pas maintenant. Tu tenais à te mesurer à elle. Cette nouvelle amie. Elle était précieuse à tes yeux désormais. Mais avait-elle de la valeur en tant que combattante ? C'était ce que tu allais chercher à déterminer désormais. D'autant plus que son lien avec l'ancienne Sirène piquait ta curiosité. Tu espérais qu'aucune ne puisses t'atteindre, et pourtant... la dernière flamme qui s'approcha de toi réussie. Tu ne savais pas quels effets cela provoquerait sur toi, mais tu devais contre-attaquer maintenant.

Alors c'est ce que tu fis sans attendre une minute de plus !

"Palma del Atlántico meridional !"Murmuras-Tu avant de concentrer ton cosmos dans dans tes poings et de le libérer sous formes de bulles d'eau qu'elle va ensuite projeter sur l'adversaire afin de faire voler, reculer, projeter la cible sur plusieurs mètres. Tu te contentas ainsi d'attendre la suite avec impatience ! Tu voulais en apprendre plus sur les techniques de la Lynmuade avant de foncer tête baisser dans cette bataille.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Lun 10 Oct - 13:00
L'eau. Un élément fourbe, à double facette. Qu'importait les obstacles, cette dernière savait toujours se frayer un chemin. Concentrée, une gerbe froide d'eau à haute pression était projetée en sa direction avec précision et justesse, avec fourberie et clairvoyance. Une bonne solution. Il en fallait dans cette brume si fragile et trompeuse à la fois, maintien d'un seul équilibre que la brune instaurait entre les conditions de l'atmosphère et les flammes qui jonchaient à même le sol, de leur brillance azur et presque spectrale.

Toute proche, elle avait pressenti la palme tenter de lui asséner un coup fatal. Fort heureusement, un sifflement retentit; la petite Teigne entra en action. Oh, Ariane ne doutait pas que sa compagne connaissait les malaises d'enfance de la jeune fille face aux techniques aquatiques, aussi sourit-elle à l'initiative de la bête. Une délicate attention, quoique le problème ne se posait dorénavant plus.

"Pas mal. Je vois que tu n'as pas eu de mal à te frayer un chemin. J'ignorai que tu m'attaquerais ainsi, je m'attendais davantage à un chant pour une Sirène, à dire vrai."

Enfin, cela l'arrangeait d'une certaine manière. Reculant de deux bons pas, Ariane en avait profité pour se tapir de nouveau dans les ombres de la brume chaude, brûlante. Les yeux rivés sur la jeune femme, elle tentait de saisir le fil des pensées d'Arellys. Ou plutôt de ses souvenirs. Difficile d'être réellement efficace face à un Marina du même rang, mais fair-play, Ariane savait pertinemment que le savoir lui viendrait au cours de ce combat.

Ce n'était qu'une question de temps, quand bien même...Les lèvres pincées mais amusées au plus haut point, l'atlante aux cheveux d'ébène savait qu'Arellys la haïrait. Que son regard allait changer.

"Tu m'excuseras"

Le ton avait été bref, monotone, mais nul mensonge ne venait pour l'heure tarir cette pensée véridique. Ariane détestait utiliser ce genre de techniques sur les atlantes, par respect et responsabilité. Résorber les blessures psychologiques n'étaient certainement pas une mince affaire. Tapie dans la buée bleutée, des flammes bleues finirent par recouvrir le corps de la protectrice de l'Océan en une illusion, ou une métamorphose de la première tête venue. L'image d'un maître avait attiré sa curiosité.

La gardienne de l'Océan Atlantique Sud avait devant elle nulle autre personne que son précédent maître.

"Arellys..."

L'homme avait un regard fier et accueillant. Un regard qui invitait son apprentie à s'approcher de lui. La buée, quant à elle, s'était dissipée sous les ordres silencieux de la jeune femme. Une scène était jouée, un rôle était désormais le sien.

Et Ariane comptait bien le jouer pleinement.

"Que vas-tu faire, comment vas-tu réagir jeune fille?", pensa-t-elle à demi mot.

Lorsque l'on ne connaissait guère les tours de passe-passe de la jeune femme, il était aisé d'être dupé par cette vraisemblance. Un jeu presque parfait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Sam 15 Oct - 20:54
Eh oui, tes attaques n'agissaient non pas par les champs de ta voix, mais belle et bien par l'eau et tes poings. Parfait pour attaquer à distance comme au corps à corps. Ariane semblait être une camarade douée au combat. Et redoutable. Tu aimais vraiment observé les flammes bleues qu'elle envoyait, on aurait dit de petites âmes spectrales. Des âmes vagabondes qui s'entrechoquaient. Un petit son strident vint te faire mal aux oreilles. Ainsi que te faire plisser les sourcils, tu fus surprise. Tu ne t'attendais pas à ce que la petite créature sur l'épaule d'Ariane s'en mêle. Au début tu avais seulement pensé à un animal de compagnie. Un animal domestiqué aimant Ariane.

La fourberie semblait être le maître mot d'Ariane en combat. Quoi de plus normal pour quelqu'un ayant vécut avec les saints et ayant dût apprendre à se cacher, à faire attention à ce qu'elle disait... enfin, tu l'imaginais ainsi, peut-être que la réalité en était toute autre ? Peut-être que les saints ne lui avait pas fait de mal ? En tout cas, cela te faisait sourire. Tu ne pensais pas Ariane si à l'aise en combat singulier. Tu prends la parole pour lui répondre par une petite voix sérieuse :

"En tout cas, tu n'auras pas mal aux oreilles, c'est vrai que sa surprends mais n'est-ce pas idéal pour une sirène ? pour nager dedans ?" Demanda-tu avec un sourire. Elle voulait jouer à ce petit jeu de cache cache ? parfait ! Alors toi aussi tu allais te fondre dans la brume aquatique. Tu te mises à serrer les poings devant cette fourberie de la part d'Ariane. Devant cette illusion macabre, tu ne put que rester de marbre. Stoïque. Ta colère ravivait, montait. En voyant arriver ton ancien maître sur la personne d'Ariane. C'était fouiller dans ton passé. ET tu n'aimais pas qu'on enquête sur toi pour l'utiliser ainsi, cependant, tu t'y attendais au vue de la précédente technique utilisée par la Brune.

Tu ne pouvais lui en tenir vigueur ! Et puis après tout, elle n'était pas ton ennemie à part entière, sinon les choses auraient été très différentes...Tu lui aurais sans doute envoyer tout ton cosmos d'un coup en pleine figure. Et on n'aurait non plus parlé de respect. Tu aurais laissé ta colère prendre le dessus facilement. Tu n'allais pas te laisser faire comme ça. Il fallait que tu réplique, que tu sois plus forte qu'elle. Tu fis augmenter ton cosmos, tout en restant cacher dans la brume. Bientôt entourée d'une aura bleutée, argentée.

"Campo Protector Acuático ..."

Un léger tourbillon d'air se créa autour d'elle dont les mouvements d'air volèrent toucher et couper plus ou moins gravement la peau de l'adversaire aléatoirement afin de ralentir le lancement de ses attaques vers la générale ce qui lui permet alors de réduire les effets de l'adversaire sur elle. Permettant ainsi de dissiper à moitié l'illusion, mais pas complètement. Il n'y avait même presque pas de différence. Le léger tourbillon d'air soulevé par ton cosmos se dirigea lentement vers Ariane, cette attaque était bien plus puissante. Tu répondais par une attaque qui te protégeait également des tentatives d'attaques du Général des Lyumnades. Tu ne pouvais pas rester là, comme ça. Il fallait agir plus en profondeur, taper là ou cela faisait mal.

Tu te mise à avancer rapidement vers ton ancien maître. Infusant au passage ton cosmos au sein d'une épée à la ceinture. Une arme blanche sous forme d'épée de soixante six centimètres que tu brandis sans hésitation. Tu voulais en finir avec cette illusion, cependant, les effets de l'attaque d'Ariane se faisait sentir sur toi. Tu devais pourtant continuer à avancer coûte que coûte...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Jeu 20 Oct - 20:58
Ainsi, les oscillations de l'air importaient peu pour la jeune femme, préférant se mouvoir dans les ondulations plus matérielles. La voix de cette Sirène passait par le chant léger de l'eau et c'était en réalité bien assez pour crisper la générale des Lyumnades. L'eau était redoutée par le feu, mais fort heureusement, la brune avait appris à passer outre ce genre de faiblesses.

"Oh, oui. Sûrement que c'est un endroit idéal pour toi. Moins pour moi, après tout, Teigne n'est pas une salamandre des Océans. D'autres, oui, elle non."


Le museau de la bête dépassa légèrement entre deux pièces de son Ecaille à l'écoute de son prénom, peu rassurée, avant de revenir se blottir dessous. Mais Ariane elle, avait une autre sorte de liturgie.

Son visage perdit petit à petit son peu de joues rondes pour ne plus laisser place qu'au plus parfait reflet du maître de la gardienne. La stoïcité de la jeune femme aurait pu lui ouvrir quelques brèches, après tout, une hésitation en plein combat était souvent les causes de nombreux échecs. Et peu de gens appréciait entrevoir une personne du passé. A voir la moue de sa compère, Arellys n'était pas une exception. Alors, la Lyumnade sourit à l'instant où le vent s'élevait, comme les bourrasques que l'on retrouvait près des plages sauvages.

Pourquoi tout le monde réagissait avec tant de violences pour une simple apparition?

"Oh mais Arellys, je n'ai rien fait encore." Et ce vent élevé dans les airs l'amusait plus que de coutumes. Il élèverait les flammes de ses passions, les illusions de ses regrets. "Pas encore..."

Dans le coin de l'arène, des flammes s'élevaient tandis qu'Ariane, applaudissant mentalement le courage de la jeune femme, voyait les forces et les convictions de la blonde faiblir en puissance. Souriante, elle l'était, bien malgré cette épée si brillante, cette épée si choquante qui la faisait peut-être bien légèrement pâlir; l'arme blanche lui rappelait d'une certaine manière la guerre et les cadavres des Marinas qui en étaient experts.

"Tu ne devrais pas tenter de me faire autant de mal. Ce n'est pas ce que tu veux."
La blonde s'approchait, et Ariane devait redoubler en vitesse et en esquive pour ne pas se voir découper en petits morceaux. La Sirène y allait à fond pour un entraînement, et cela la laissait toujours perplexe. "Ce n'est pas ce que je veux..."

Quand elle vint suffisamment près, le sang de la jeune femme bouillonna, son cosmos bleuté redoubla d'intensité: derrière elle, vint se développer une salamandre, bête protectrice de la jeune femme. Mais pas n'importe quelle salamandre: les Lyumnades sous leur aspect le plus bestial.

"Salamander Shock"

Le regard illusoire de l'Urodèle se fit éclatant et malveillant, souhaitant de toutes ses forces paralyser la jeune femme qui lui faisait face. La corps à corps n'était pas ce que la jeune femme préférait; toutefois, elle savait s'y montrer efficace, comme l'en attestait ce masque d'homme qui tombait pour rétablir le vrai visage d'Ariane.

"Arellys, avant de continuer ce petit jeu, tu peux m'expliquer comment tu es devenue atlante?"


Oh, la générale aurait pu fouiller ses souvenirs en continuant ce jeu d'apparences, qu'elle appréciait fortement. Mais était-ce une solution d'utiliser la force, nécessairement?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Lun 24 Oct - 18:07
Le légé tourbillon d'air continuait à osciller autour de toi, la brise se fit de plus en plus intense, comme la lueur sur l'épée que tu brandissais. Tu n'hésitais pas à avancer comme elle n'hésitait pas à se servir des illusions de ton passé pour t'affaiblir. Eh bien brandir cette épée était ta voix. Ta force. Le regard déterminé vers Ariane, tu regardais la petite teigne sortir un instant la tête d'entre les écailles de la générale des Lyumnades qui semblait crispée.

Parfait, cela t'arrangeait dans un sens, car tu pourrais en jouer plus tard. Voulait-elle dire qu'elle possédait d'autre petites créatures comme celle-ci ? Et que ces petites bestioles de compagnies l'aidait d'une quelconque manière ? Si oui, tu allais avoir des difficultés dans cet entrainement. Au sein de cet affrontement que tu trouvais très intéressant. Il te permettait également d'en savoir plus sur cette compère qui fut absente durant ces cinq dernières longues années. Rattraper le temps perdu...

Tu prenais peut-être trop à cœur cet affrontement, cependant, elle t'avait cherché en prenant l'image de ce défunt amour perdu. Cet homme... pour qui tu avais accepté de tout sacrifié pour le rejoindre, cet homme qui t'avais permis de survivre, qui t'avais donné l'espoir. Au du moins, assez pour continuer à vivre. Le voir ici alors que tu le savais déchu était la pire des blessures qui refaisait surface. Elle ne pouvait sans doute pas comprendre...

Pour toi, ce n'était pas qu'une simple apparition spectrale, fantomatique... non. C'était bien plus que cela. C'était ta vocation qui apparaissait sous tes yeux.

"Alors que veux-tu ?" Soufflait-tu en regardant Ariane faire ces esquives et manipuler ses flammes fantômes. Tu tends le bras vers le haut, pointant ton épée en direction de la brune. Tu aperçus une Salamandre apparaître derrière ce puissant halo lumineux, derrière Ariane, ce pouvait-il que ses salamandres lui servent à la fois d'attaques et de défenses ? Tu fronçais les sourcils comme pour réfléchir. Cette proposition de tactique semblait correspondre avec l'idée qu'il s'agissait de pures illusions crées par la Générale. Faiblesse. Le masque tomba. Ariane se trouvait devant toi qui était figée sur place. Tu ne pouvais presque plus bouger. Ne rien pouvoir faire dans cette situation te rendait malade.

Tu tentais d'avancer, de lever ton bras, mais rien à faire. Tu étais condamné à être à sa merci quelque instant. Comme un sursaut d'orgueil, tu trouvas cependant la force de te redresser de cette paralysie.


"Tu ne devrais pas fouiller dans le passé des autres, tu finirais par te brûler, petite teigne, je suis devenue une Atlante par la force des sentiments, c'est tout ce que je te dirais !"


Résister. Encore un peu à cette envahisseuse, en relâchant ton cosmos de l'épée pour le concentrer autre-part. Un petit ocarina se mit à voler autour de ton cou. Celui confectionner par Celsio lui-même. Par ce maître et cet amant que tu avais tant apprécié... Il fallait réussir à chanter entraver. C'était la seule chose qui pourrait te tirer de là...






Dernière édition par Arellys le Mar 1 Nov - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Jeu 27 Oct - 0:42
Salamandre dissimulée, difficile de faire l'impasse sur le goût prononcé qu'avait Ariane pour la manipulation bestiale. Toutes avaient leurs faiblesses et leurs atouts, mais la petite Teigne exécrait le trop plein d'eau, ressortant au moment propice le petit museau pour tâter le terrain. Mauvaise idée. L'urodèle en reçut quelques gouttes d'eau et pesta contre le tourbillon évité de justesse par sa maîtresse. Amusant et fou, pour une bête aquatique.

Mais le tour de passe-passe ne fut guère plaisant. Souvent de mauvais goût, la colère d'Arellys se faisait sentir. A juste titre. Ariane ferma alors les yeux, plaçant un simple sourire pour en découdre. Oui, c'était fourbe. On lui avait appris à être ainsi. Oui, c'était trop efficace. Surtout pour les blessés de guerre ou de la vie. Car rien n'était agréable, si ce n'était les excès de la vie quotidienne. Pas même un amour défunt, qu'était le maître d'Arellys, n'aurait su briser le charme de l'existence. Les yeux couleur océan de la magnifique blonde, douée d'une lueur furibonde et décidée, en attestaient pleinement.

Une petite teigne...

"Teigne..."
Comme l'animal? Oh, elle qui pensait pourtant en faire une différence...Dans son esprit, la jeune femme se referma aussitôt. "Ce n'est pas plus mal. Ces mots suffisent..."

Pour une personne paralysée, tout du moins. La blonde était à sa merci, mordue par la salamandre au venin paralysant et brûlant. L'initiative était sienne. Un doux air fut pourtant joué par les lèvres de la prisonnière, depuis une Ocarina que la brune devinait être un objet de valeur. Pour elle. Pour quelqu'un d'autre de son passé, aussi. Et alors qu'il sifflait, Ariane commençait à considérer les paroles à venir de sa vis-à-vis.

"Crois-le ou non, il y a longtemps que j'ai failli me brûler. Ou peut-être même que je me les suis déjà brulées...Ces ailes imaginaires. Comme Icare, hm?" Le silence qui suivit marqua un moment de réflexion profonde, tandis que les flammes bleutées dansaient avec légèreté au rythme de la brise, sur le sol sableux de leur terrain. Ne mordant pas. Ne léchant pas non plus avec avidité. Rien de tout cela, si ce n'était un profond mutisme doué d'un répit à la limite d'une insolente ignorance. Tant de dureté en cette jeune femme, soudainement...Le manque de goût face au rejet parlait de lui-même mais n'osait être avoué. "Brûlées...Je n'en sais rien, et je m'en fiche. Le champ de bataille m'a prouvé à plusieurs reprises que l'inverse en valait parfois la peine. Pas que j'ai le choix. Et mon adversaire non plus d'ailleurs. C'est un arbitrage avant la mort, le rôle qu'on me confère, beau de préférence. Mais, ce n'est rien qu'un entraînement n'est-ce pas?"

Ses yeux prirent une teinte plus habituelle, du moins pour la tribut d'antan: ils ne désiraient plus grand chose, si ce n'était un peu de liberté de mouvement et du volontarisme à reprendre après toutes ses années d'obscurité. Oui, les orbes turquoises de l'atlante aux cheveux d'ébène étaient distants. Ariane s'avançait, prête à finalement asséner une paume de main depuis les ombres les plus profondes. Son corps s'était habilement faufilé par derrière, prête à reprendre de ces apparences si caractéristiques à son jeu de théâtre qui serait peut-être moins intense en cette situation. Elle comprenait bien que sa façon de faire était controversée. Mais voilà que la Sirène avait craché sa réponse.

La force des sentiments.
Une notion à la fois belle et obscure, profonde et vive en dépit d'un passé humain, tout comme l'avait été la plupart de ses analyses finalement. Intérieurement, un sursaut dans sa poitrine avait soudainement fendu son cœur, de ce type de sensation qui lui donnait la gorge sèche, toutes nouvelles qu'elles étaient depuis sa libération. En vérité, elle lui avait rappelé sa condition. Générale des Lyumnades. Le Général de la crainte. Aux techniques bien lointaines de celles des autres, coincé éternellement dans un élément ou dans un autre, mais surtout dans celui des souvenirs d'autrui dans lesquels il était simple, si simple de s'y perdre. D'une façon, la brune s'était attendue à ce regard-ci, comme l'un de ces innombrables surnoms que l'on avait adressé à sa petite forme depuis l'élévation. Une petite malédiction lors des entraînements trop fâcheux, elle le savait.

Alors, sa paume s'était abaissée, marquant la fin de leur échange. Son cosmos reprit une allure normale afin de le signaler.

"Oui, j'ai eu ma réponse." Laconique. Elle-même avait résonné profondément dans l'esprit d'Arellys jusque dans les ondes de l'air. Un fait d'amour...Ô, elle connaissait cela, les amours déçus et irrécupérables. Ceux qui rendent le cœur dur et un peu moins atteignable qu'en apparence. Ca n'écartait toutefois toujours pas la compréhension et l'empathie de certaines choses. "Et c'est bien assez...Mais tu n'as pas à t'inquiéter. Je n'ai pas besoin de fouiller plus loin que ce que j'ai vu, surtout sur une atlante. J'aimerai m'excuser, mais je ne peux pas le faire. C'est ma nature que tu critiques, qui te repousse, comme beaucoup de gens. Alors réagis comme tu veux, je ne suis pas faite pour les jeux tendres."

Que cela la touche ou non, Ariane n'avait pas besoin de ce genre de frein. Elle l'avait su, avait échoué, et le savait toujours désormais. L'attachement était peut-être bien un poison, bien qu'elle le considérait davantage comme une maladie. Progressive, et gloutonne. Peu importait, c'était Arellys qui était touchée, et pas elle."N'est-ce pas?"

Ce fut sur cette pensée que son regard dévia sur l'objet de la dite maladie de la gardienne de l'Océan Atlantique Sud. L'ocarina que portait la ravissante blonde autour du cou était plaisante à l'œil et son histoire, peut-être bien toute aussi intéressante. Ariane aimait les tragédies, tout comme elle n'y percevait qu'un semblant de fabulations. Mais tout le monde possédait ses tares, et certains en étaient plus ou moins réceptifs...Le courage d'Arellys marquait pourtant les efforts qu'elle pourraient faire à l'avenir. Une jeune pousse pas si éloignée de la prisonnière. En cela, disposait-elle du respect de la générale des Lyumnades, si difficilement accessible.

"Ca doit être quelque chose, de continuer à se battre avec autant de conviction sur une musique."

Pensif, elle abaissa toute tension de combat, hésita un instant à écouter les paroles sèches à venir de la Sirène avec un calme glaçant, précédent éventuellement une tempête plus caractérielle. Un peu comme à la réunion au Temple de Poséidon. Quelques Marinas arrivés depuis peu observaient au loin -et avec curiosité- la scène.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 6 Nov - 0:16

Le cosmos cessait de se concentrer dans ton épée, seul ton petit ocarina brillait désormais. Ta longue chevelure blonde volait au dessus de toi. Tes yeux azures plongèrent dans ceux de la brune lorsqu'elle prit la parole. Teigne, oui, cela correspondait plutôt bien à sa compagne d'entraînement. La petite Ariane... elle était fourbe oui, mais on lui avait appris à être comme ça ? Comme toi, on t'avais appris qu'il fallait mieux être seule que mal accompagnée... Des souvenirs du passé resurgissaient au sein de cette minuscule bataille.

Tu t'étais décidée à enfin être sérieuse, enfin montrer de quoi tu étais capable, cependant, tu fus vite prise de court. Prise au piège incapable de bouger, uniquement autrement que par la force des sentiments que tu voulais mettre dans cette musique. Cette musique qui était ton chant, ton salut, tu l'avais rarement utilisé au sein d'un entraînement. Mais là, tu n'avais pas eu le choix. Comme ton épée d'ailleurs, il était rare la fois, ou tu l'a sortait. Tu ne la sortais que pour un adversaire digne de valeur, ou dans des cas extrêmes.

Comme ici, ou tu étais paralysé, et brûlée par le venin de la salamandre qui se répandait dangereusement dans ton corps. Tu avais choisis de prendre l'ocarina pour te libéré. Cependant, tu n'en avais pas eu besoin. Non... Elle te libéra d'elle-même quand bien même, la jeune Générale aurait voulu continuer, il semblerait que son cœur, ou sa raison l'est remporté. Tu ne savais pas pourquoi elle s'était brusquement arrêtée. En revanche, se comparer à Icare de la sorte... ce n'était pas ce que tu avais imaginé en premier comme réaction. Tu restas alors stoïque quelque minute, la fixant dans les yeux.

"Rien de plus qu'un simple entraînement effectivement... mais rien ne nous obligeais à nous retenir" Fis-tu avec un sourire, en levant lentement mais surement, les bras vers ton ocarina. Tu ne comptais pas t'en servir à des fins de guerrier, non, mais plutôt à des fins guérisseurs. Puisque de toute façon, le combat n'était plus utile. D'une certaine manière, tu en étais rassurée, et tu te dis qu'en combat réel Ariane était une excellente adversaire. Et bientôt elle serait une excellente amie. Tu jouais pour apaiser l'atmosphère. Pour faire en sorte de vous rendre votre énergie à toute les deux.

Pour lui faire comprendre que ton regard haineux avait vite disparue depuis qu'elle avait fait disparaître l'illusion, et fait abaissé sa paume de main. La mélodie concluait sur les paroles d'Ariane comme une Symphonie. Tu t'arrête de jouer un moment. La phrase d'Ariane fit un bug dans ton esprit. Quand soudain, tu compris ou elle voulait en venir, cela te fit mal au cœur. Mais tu comprenais, enfin, tu pensais comprendre en partie les intentions -si il y en avait-. Fouiller le passer n'était pas en soit, quelque chose de mauvais si cela permettait d'enrailler une soif de connaissance, pour mieux apprendre de ses camarades... mais tu doutais de l'efficacité de cette technique éphémère, et illusoire.

Tu regardais les marinas qui arrivaient au loin, tu souris, puis rangeas ton ocarina. Et c'est ainsi que la bataille cessa. Tu tendis la main à Ariane, essoufflée, tu fis rabaissée ton énergie. Redevenue calme tu pris la parole :

"Je me bats par convictions mais pas que... le reste ça me regarde, je suis désolée... et puis un conseil... ne joue pas avec le passé des autres... si tu ne veux pas te perdre " Soufflas-tu. Tu fis un sourire, et tu t'avanças vers elle, "que faisons-nous maintenant que nous avons de la compagnie ?" Fis-tu en montrant les marinas arrivant au lointain.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   Dim 6 Nov - 12:54
Apaiser la scène n'était pas chose aisée. Ariane ne pouvait véritablement combattre autrement que par les illusions qui berçaient l'esprit de la Sirène, qui ondulait dans son esprit comme des fragments d'algues sur la surface de l'eau. Légèrement silencieuse, la générale savait que la technique en rebutait plus d'un mais ce fut en lui accordant un léger sourire que la Lyumnade la remercia de ne pas la repousser pour autant. L'Ocarina et sa douce musique était une douce promesse, une promesse de quelque chose peut-être bien plus fort, alors que les deux guerrières avaient cessé leurs affrontements. Arellys ne voulait pas parler d'elle? Eh bien, elle comprenait bien.

"Non, non je comprends bien. Comme dit précédemment, je ne combats qu'ainsi."
Ariane baissa la tête, réfléchissant à ce qu'elle devait véritablement dire. "Les illusions sont mon mal actuellement, et ce qui me permet en même temps de ne pas me faire avoir en retour. En outre, une nécessité que je ne repousse pas, mais que je tente déjà de maîtriser...Pas simple."

Lentement, son corps s'était redressé pour entamer ses premiers pas libres sur le terrain, en pensant fermement au passé. Celui des autres, surtout. Il n'y avait qu'une seule réponse à cette réflexion: le Sanctuaire l'avait prouvé. Combien de fois avait-elle berné un garde ou un soldat en prenant la forme d'un habitant de Rodorio? En jouant avec lui? Oh, ce n'était pas tué. Non, elle ne tuait pas, dans la prison dorée. Et surtout, la sentence était déjà, dans le fond, bien suffisant pour le tribut légèrement perdu. Il lui avait paru inutile d'amplifier le sien, quand la discrétion d'un meurtre, sans trace ni même saleté, lui était préférable.

"Parfois, j'ai l'impression de ne pas m'y retrouver, oui. Mais plus...Penses-tu que l'on doive véritablement haïr les Saints? Les autres factions? Que l'on puisse faire confiance aux autres factions, voire même à ceux qui pourraient disparaître du jour au lendemain? J'ai tendance à penser que oui...Puis non."


Tendue, la générale l'était, en débitant tous les doutes qui constellaient ses peurs comme des pierres chatoyantes, un peu trop voyantes. Défaut de guerre. Pourtant, elle se reprit, en considérant les Marinas qui les entouraient dès lors. Les soldats atlantes les observaient, devaient apprécier le chant de l'Ocarina et sentir remuer leurs épaules sous le rythme doux et amical imposé. Une enchanteresse, Arellys. Un fin sourire s'esquissa sur ses lèvres roses.

"Eh bien, amusons-nous toujours ma chère Sirène. Je doute que ce soit la présence de deux autres atlantes qui te freinent dans tes mouvements."


S'éloignant du terrain, Ariane indiquait d'un index démonstratif le chemin à emprunter.

"A Atlantis. Tu me dois toujours une visite même si je ne pense pas qu'elle ait tellement changé."

Si la gallo-romaine ne doutait pas de l'ambiance, de la magie et des mauvais trafics de son quartier -qu'elle appréciait vivement au demeurant, était pris celui qui voulait prendre-, on ne savait jamais pour les autres morceaux protégées par les gardiens, comme des pièces de viande que l'on aurait offert à des charognards patients.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
Contenu sponsorisé
Message Re: [début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[début juin 550 - entraînement]Sans oublier la Sirène [PV Arellys]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: