Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Nereus du Kraken [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Nereus du Kraken [Terminée]   Jeu 25 Aoû - 20:03
Nereus
Qui est-il ?


    Nom : Nereus
    Date de naissance : La date de naissance de votre personnage.
    Âge : 24 ans
    Sexe : Masculin
    Armure demandée : Scale du Kraken


Comment est-il ?

    Apparence et Psychologie : 20 lignes complètes minimum.


On entend souvent qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture, mais que voulez-vous, parfois, on ne peut pas s’en empêcher malheureusement.

Au premier abord, ce que l’on perçoit immédiatement chez Nereus n’est autre que sa cicatrice barrant son œil gauche, balafrant définitivement son visage. L’aspect de celle-ci en est plutôt effrayant et attire la plupart du temps le regard des curieux. Le jeune homme a tendance à penser que les gens n’osent pas l’approcher en grande partie à cause de cette ancienne blessure, mais pourtant son aura rassurante et sa gentillesse apparente contraste avec la première impression que l’on peut se faire de lui. Peut-être pourrait-on simplement penser qu’il n’a pas eu la vie facile plutôt que de la catégoriser en monstre ? Il ne passe pas non plus inaperçu avec ce visage encadré d’une tignasse qu’il n’a jamais su dompter, d’une couleur émeraude relativement peu conventionnelle dans les rues de Constantinople et même certainement dans le monde entier. Malgré le fait que sa balafre puisse durcir ses traits fins, son expression est radoucie par l’azur de sa pupille unique.

Au niveau de sa corpulence, le jeune homme mesure entre le mètre soixante-quinze et quatre-vingt, arborant une carrure plutôt musclée, mais sans aller à l’excès. On n’irait pas jusqu’à dire qu’il est impressionnant, simplement un homme de bon gabarit mais que l’on ne provoquerait certainement pas des plus facilement. Sous le tissu, on ne peut deviner les nombreuses cicatrices des blessures d’antan, pourtant, elles sont bien présentes, se répartissant sur plusieurs parties de son corps, chacune représentant sa propre histoire. Bien sûr, quelques-unes sont bien visibles à l’œil et peuvent susciter l’intérêt d’autrui, mais il est bien rare que les gens ne s’attardent sur celles-ci.

Loin de lui l’idée de se sentir supérieur aux autres de par son statut de général, bien au contraire, celui-ci reste toujours humble dans n’importe quelles circonstances. Secrètement, la peur de ne pas être à la hauteur reste bien présente au fond de lui, chose qu’il n’avouera bien entendu à personne. Ceci s’explique par la simple et bonne raison que Nereus n’a pas oublié ses origines, et il ne les oubliera certainement jamais. Mais cette crainte bien enfouie ne fait aucunement le poids face à l’ambition du jeune homme, cherchant toujours à se perfectionner, à faire de son mieux, voire se surpasser.

Sa loyauté envers le Dieu des Mers et Océans est sans faille, la trahison ne fait pas partie de ses principes. Il n’hésitera pas à y laisser sa propre peau pour servir fidèlement sa divinité. Courageux, en plus de sa loyauté envers Poséidon, il en est de même pour Atlantis. N’est-ce pas ce qui est demandé à un porteur d’écaille ? Sans aucun doute est-il un adversaire redoutable à éviter si possible.

Le général reste d’un naturel calme et discret, préférant rester de côté, sûrement à cause de son tempérament solitaire qu’il a développé durant son enfance et son adolescence. Pourtant, si l’on creuse un peu plus, il est bien possible de briser cette carapace qu’il s’est créée pour y dévoiler la bonté et la gentillesse qui le caractérisent si bien. Vous ne trouverez pas plus gentil que lui, même s’il le cache bien dans certaines situations.




Son Histoire



    « La vie est, en quelque sorte, un pèlerinage. » Platon …


    Ce fut le 23 mars, à l’aube du printemps de l’année 526 que naquit Nereus, fils d’une jeune servante et d’un haut politicien de Constantinople. Le « batard », comme on aimait l’appeler, grandit à la « dur » devant assister sa mère, une jeune femme magnifique au passage, dans les tâches ménagères de la propriété où elle travaillait. Par chance, la famille monoparentale était tombée sur de bons maîtres, eux aussi des personnalités de la haute société organisant bon nombre d’évènements. Ce fut d’ailleurs lors d’un de ces « évènement » où la mère et le père de Nereus se rencontrèrent. Le jour de ses dix ans, une terrible nouvelle tomba, laissant à penser que l'univers entier était contre le jeune garçon. Les employeurs de la mère du petit garçon fraichement déchus de leur statut social ne pouvaient plus assumer le maigre salaire d’une servante et de son enfant, ainsi elle fut renvoyée sans plus de cérémonie. Voulant se faire rassurante auprès de son jeune enfant à qui la vie ne faisait aucun cadeau, elle dut se résoudre à travailler au bordel local. Avec sa magnifique peau lisse, ses yeux cristallins et ses longs cheveux verts elle n’eut aucun mal à se faire embaucher mais ce qui semblait être le début d’une vie un peu moins compliquée pour la mère et l’enfant prit une tournure beaucoup moins joyeuse. Certes, au début, la jeune mère ramenait de quoi faire vivre Nereus mais l’argent et les clients se faisaient de plus en plus rares, tandis que l’état de santé de la fille de joie déclinait de plus en plus. Ce fut le visage fatigué, les traits tirés, des hématomes parsemant les avant-bras que la mère seule rentrait à la maison. Sa voix devenait plus rugueuse, sa peau également et les étreintes des bras de sa mère devenaient inexistantes au fur et à mesure que les jours passaient. Elle semblait, sans doute à cause de son métier, entretenir une haine farouche envers les Hommes et même son propre fils. Par la suite, son état de santé se dégradait tellement qu’elle n’était plus en mesure de ramener de l’argent et que son fils dut se débrouiller de son mieux … se lançant dans divers larcins. Pour le garçon, la fin justifiait les moyens et il n’hésiterait pas à braver les lois pour aider sa mère. Bien que jeune, il n’en demeurait pas moins bête pour autant et Nereus avait parfaitement compris que l’unique source de revenu de sa mère était des plus dégradantes pour elle.

    Ce fut en 537 que le garçon âgé de 11 ans se fit prendre pour la première fois. Après une énième bagarre ponctuée par le KO technique de son adversaire, un « sale » gamin de riche pour ne pas changer, Nere (surnom donné par sa mère) s’apprêtait à sortir de la ruelle quand plusieurs soldats l’encerclèrent sans même qu’il ne s’en rende compte. Boucliers et glaives à la main, ils étaient prêts à passer le garnement à tabac sans aucune once de pitié.

    « Te voilà enfin ! Cela fait maintenant plusieurs semaines que nous recherchions le détrousseur d’enfants de nos hauts dignitaires. A nous la récompense !»

    Serrant la bourse contenant les précieuses pièces d’or contre sa poitrine, Nereus ferma les yeux lorsqu’un des soldats s’avança sur lui. Etant dans une impasse, presque acculé au mur, il était improbable qu’il s’en sorte. Ayant analysé rapidement la situation, il était certain de ne pas s’en sortir, en plus d’avoir l’avantage du nombre, l’enfant à la chevelure verte faisait face à quatre hommes entrainés à la guerre. Il était pour ainsi dire dans de beaux draps ... Une chose était sûre, jamais il ne les supplierait, hors de question de leur donner satisfaction. Puis une voix ... Une voix qui, avec le temps, s’effaçait progressivement dans l’esprit du Général. Etait-ce une voix grave ou aigue ? Une voix masculine ou féminine ? Quoi qu’il en soit, grâce à cette intervention, il put s'en sortir indemne. Il ou elle avait déclaré qu’il s’occupait personnellement du voleur et qu’il était dans l’intérêt des soldats de déguerpir rapidement. Fermant les yeux car il s’attendait à passer un très mauvais quart d’heure, il entendit que les soldats obéissaient sans broncher. Nereus fut étonné de constater que rien ne se passa, rien, les secondes défilèrent, créant un sentiment d’angoisse dans tout son être, mais rien. Lorsqu’il ouvrit les yeux, une bourse contenant d’autres pièces d’or était posée à ses pieds. Se précipitant à l’entrée de la ruelle pour connaitre l’identité de son bienfaiteur, Nere ne put apercevoir qu’une silhouette au loin qui, d’après lui, portait une armure…. Un des fameux chevaliers protégeant la cité ? Le garçon se promit alors de tout faire pour devenir commel' un de ces guerriers et protéger les gens autour de lui, qu’il ferait son possible pour ne plus nuire aux autres comme il le faisait si régulièrement ces derniers temps !


    « La nature fait les Hommes semblables, la vie les rend différents. » Confucius


    Fort de ses nouvelles résolutions et après un détour sur le marché pour du pain, Nereus pénétra dans le débarras qui leur servait de maison pour tout raconter à sa mère, le chevalier, la bourse pleine d’or et ses nouvelles résolutions. Poussant le voile qui séparait la chambre de sa mère à l’autre et unique pièce de la maison, il grimpa sur le lit pour se positionner à ses cotés.

    « Mère, vous ne devinerez jamais ce que j’ai vu aujourd’hui ! Un chevalier un vrai ! …. Mère ? Mère ! »

    Secouant la malheureuse de toutes ses forces, croyant qu’elle s’était simplement assoupie, le jeune garçon ne pouvait que pleurer sur le corps sans vie de sa génitrice. Ce ne fut seulement qu'au bout de deux jours que Nereus prit une décision qui allait changer toute sa vie. Il allait partir à l’aventure pour devenir plus fort et espérer devenir un chevalier protégeant les plus faibles. Comme un symbole, alors qu’il n’avait rien mis à part quelques babioles dans un sac de toile, il déposa la miche de pain aux pieds d’un mendiant avant de partir en direction du port de Constantinople.

    Droit comme I, sur de lui, Nereus ne metta pas longtemps à se faire accepter au sein d'un équipage. Nombreux étaient les bâtiments cherchant de jeunes marins pouvant assurer les basses besognes d'entretien. Ce n'était pas un problème pour le natif de Constantinople, voyageant ainsi gratuitement. Il aurait pu aller plus bas vers Millet ou Ephese pour se rendre en Alexandrie mais un sentiment étrange le poussa à choisir l'équipage se rendant plus au Nord traversant le Pont-Euxin pour faire escale à Khersôn, ville toujours sous le contrôle de Justinien.

    Les tâches qu’on lui confiait n’étaient pas des plus glorieuses, consistant essentiellement au nettoyage, mais Nereus les accomplissait sans rechigner et même avec minutie. A l’aube d’un nouveau jour qui se profilait, le garçon put voir non loin un immense bateau orné d’un drapeau n’étant pas des plus rassurants. Le navire s’approchait étrangement de leur position. Pourquoi naviguaient-ils si près d’eux ? Alors que la coque du bateau n’était plus qu’à quelques mètres, des cordes d’abordage plurent sur le pont fraichement nettoyé par la nouvelle recrue, loin de se douter que celui-ci s’imbiberait bientôt de sang. Tout se passa si vite, les marins courant autour de lui, armes en main pour défendre au mieux leur embarcation. Les pirates en ces mars étaient redoutables, teintant de sang chacun de leurs assaillants. En première intention, face à la bataille faisant rage, aux corps inertes et sanglants tombant au sol, le jeune Nere tenta de se cacher, entrant dans une petite cabine réservée au capitaine priant pour que personne ne le retrouve. Non pas qu’il manquait de courage mais il ne possédait aucune arme et de toute façon ne savait en manier. Recroquevillé dans un coin, un bruit sourd suivi d’un autre l’alerta, la porte verrouillée était mis à rude épreuve sous les coups incessants des bandits. En quelques minutes, Nereus devint leur proie, ne pouvant éviter son propre enlèvement.


    "Être libre, c'est vouloir que les choses arrivent, non comme il te plaît, mais comme elles arrivent"
    Épictète



    Nereus se débattait comme un diable, ignorant son calme olympien habituel. Il n’était encore qu’un enfant après tout. Ces maudits pirates le maintenaient fermement pour prendre possession de la liberté du gamin. A cet instant, il était sans défense face à eux. Il pouvait voir s’approcher dangereusement le fer rouge, sans aucune possibilité d’évasion. Il aurait mal, il le savait … Mais il ne voulait pas qu’on lui inflige cette souffrance, il n’appartenait à personne ! Enfin pour l’instant. L’adrénaline s’emparait peu à peu de son être, remontant ses veines à une vitesse folle, mais pourtant, ils étaient bien trop forts pour lui. Lors que le métal brûlant vint à la rencontre de son épiderme, il serra les dents. Hors de question pour lui de leur donner la satisfaction des hurlements. Il ne bougeait plus, conscient que cela ne ferait qu’empirer la situation. Et il serrait les dents, encore et encore, tandis que la douleur devenait insupportable, le faisant pousser des gémissements incontrôlés. Les larmes lui montaient aux yeux, mais il s’efforça de les empêcher de couler. Pas de cri, pas de larme, il n’était pas un faible. La manipulation ne dura que quelques secondes, mais pour lui, une impression d’éternité. Le garçon resta haletant lorsque le fer quitta sa peau, lui laissant une sensation de brûlure incontournable. Sa tête commençait à tourner, mais il ne s’évanouirait pas, il tiendrait bon et ses pupilles d’azur se posèrent avec horreur sur la peau brûlée, marquée à vie.

    Cinq années passèrent où les actes de maltraitance et d’humiliation étaient monnaies courantes pour Nereus. Ce sceau maudit apposé sur son avant-bras régentait toute sa vie. Avec lui, impossible de s’enfuir à moins de la cacher à vie ou de se mutiler, il serait toujours un simple esclave. Lui qui avait des rêves de grandeur, de chevalerie pour protéger les faibles, il faisait moins le malin ! Les seuls moments où il pouvait légèrement sortir de sa condition d’esclave étaient lorsqu’il prenait part aux combats clandestins. Là-bas, en plus de jouer son repas il mettait également sa vie en jeu. Quand il était en face d’un adversaire, l’adolescent si timoré se retrouvait doté d’une force et d’un acharnement que personne ne pouvait soupçonner, faisant ainsi le bonheur des parieurs et de ses pirates de propriétaires. Nereus commençait à se faire une réputation dans le milieu, et sans vraiment savoir pourquoi il était capable d’anticiper quelques fractions secondes à l’avance les gestes de son adversaire, pouvant agir en conséquence. Il avait remarqué une autre chose aussi, une étrange aura brillait de temps à autre lorsqu’il était vraiment en colère ou sous l’adrénaline. Sa vie prit une nouvelle tournure un soir lorsqu’après un combat éprouvant, les pirates en route vers Alexandrie s’en prirent une nouvelle fois au jeune homme. Las des coups de fouets et autres sévices, Nere explosa, une aura blanchâtre l’entourant. L’esclave s’apprêtait à se rebeller lorsque plusieurs tentacules géantes sortirent de l’eau provoquant un vacarme assourdissant. Certains pirates, essentiellement les plus vieux se mirent à crier en vociférant : « Le Kraken ! Le Kraken ! » Certaines des tentacules emportèrent des pirates tandis que d’autres s’abattaient avec force sur le bateau le détruisant petit à petit. Nereus perdit connaissance, quelque chose heurtant l’arrière de son crâne.

    Le jeune adolescent se réveilla plus tard, sur une plage pas très loin d’Alexandrie, la ville de ses rêves….

    Passant les portes de la ville, Nereus ne pouvait s’empêcher de repenser à la bête mythologique à qui il devait la vie. Cette nuit-là, il n’aurait jamais été capable de battre tout un bataillon de pirates à lui seul et son acte de protestation lui aurait couté la vie. Il ne pourrait pas retourner à Constantinople avec cette maudite marque sur le bras et même vivre ici était risqué. Le jeune homme, libre par la force des choses décida donc de cacher à jamais son avant-bras. Pour ce faire il avait réussi à dégoter une sorte de poignet en cuir s’adaptant à merveille avec son bras. Jugeant ces capacités à devenir un guerrier émérite et respecté nulles, Nereus réussit à se faire engager en qualité d’apprenti chez un marchand d’Alexandrie. Apprenant quelques temps plus tard qu’il était en fait sur le territoire des Marinas et du Dieu de la mer, Nere ne fit rien pour tenter de réaliser ses anciens rêves estimant qu’un esclave et un fils illégitime ne pourrait prétendre à pareil prestige.

    Les journées passèrent et se ressemblèrent provoquant chez le jeune homme désormais âgé de 19 ans une certaine lassitude. Pourtant son destin allait prendre encore un nouveau virage quand en 545, il vit une armée entière venant tout droit de Constantinople s’amarrer en Alexandrie. D’autres guerriers, les marinas de Poséidon vinrent à leur rencontre et une bataille sans précédent débuta. Alors que pourtant, les Chevaliers étaient originaires de sa patrie d’origine, Nereus ne pouvait s’empêcher de les haïr car dans leurs combats ils ne faisaient aucunement attention aux habitants d’Alexandrie, tout le contraire des Marinas qui tentaient de les protéger. Nere dut cependant se battre lorsque de simples soldats tentèrent de s’en prendre à des habitants et à son grand étonnement il s’en débarrassa sans grande difficulté. Lui qui avait commencé sa vie en tant que fils de prostituée, pour devenir esclave, était maintenant au plein milieu d’une guerre plus meurtrière que jamais. C’est aussi lors de cette période qu’après avoir mis en déroute pas moins de six soldats, qu’il mit enfin un nom sur cette fameuse aura qui l’entourait pendant ses combats : Le Cosmos ! D’autres guerriers un peu plus en retrait que les soldats, protégés par des armures étincelantes produisaient le même type d’aura, en plus de les apercevoir, il arrivait à les ressentir. Galvanisé par cette découverte et sans doute beaucoup trop confiant, Nereus attendit patiemment que le plus gros des troupes passe pour défier en combat singulier un chevalier. Il ne fit pas vraiment attention au détail concernant l’armure de son adversaire mais Nere subit ce jour-là la plus cuisante et humiliante des défaites, n’arrivant que de rares moments à faire jeu égal avec le combattant du Sanctuaire. Défait facilement, il perdit par la suite son œil gauche avant de sombrer dans l’inconscience.

    Réveil difficile pour Nereus, se retrouvant dans un lieu jusqu’à maintenant inconnu. Il n’ouvrit pas tout de suite les yeux, restant un instant plongé dans le noir totale, mais lorsqu’il le fit, il ressentit une douleur lancinante au niveau de son œil gauche. Il ne voyait plus de cet œil mais pourquoi donc ? Plaquant une main sur le bandage recouvrant son orbite, il se souvint alors du combat et de sa blessure. Celui-ci lui avait couté beaucoup, la perte d’un œil n’était clairement pas négligeable, tout autant que la douleur. Une femme vint à son chevet, lui expliquant ce qui lui était arrivé.

    Ainsi, le jeune homme se trouvait au Sanctuaire sous-marin. Plus tard, après s’être remis sur pieds, il put intégrer la garde de Poséidon, le peuple d’Alexandrie et le Dieu lui-même ayant reconnu la bravoure dont il avait fait preuve. Ce fut à cet instant que chaque jour, lorsque son temps le lui permettait, il s’entrainait, d’arrache-pied, pour devenir plus fort, plus rapide, apprendre à compenser son sens de la vue réduit maintenant de moitié. Son cosmos ne faisait que grandir, se développer, jusqu’à atteindre une puissance qu’il n’aurait jamais pensé décupler, il n’en était point peu fier. En plus de se perfectionner à ce niveau, il apprit la maitrise de la glace, toujours avec minutie comme chaque tâche qu’il avait accomplie dans sa vie.

    Ses efforts furent amplement récompensés en ce matin chaud de juillet 550. Ressentant une force inconnue, si attirante, le jeune borgne se rendit au pilier de l’Arctique. Bien que celui-ci semblait totalement désert, il ressentait comme un appel au plus profond de lui-même. S’approchant de l’immense structure de pierre, son aura l’enveloppa soudainement. A sa grande surprise, une armure vint se reconstituer autour de lui. L’écaille du Kraken … Elle l’avait choisie en tant que combattant du pilier de l’Arctique. Levant le visage vers le ciel, il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire, car malgré toutes les embûches, il était enfin parvenu à son but et désormais il s’emploierait à servir Poséidon de son mieux !





Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 26 ans
    Avatar :
    Code:
    [b]Saint Seiya[/b] → [i]Isaac[/i] est [b]Nereus[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : 4/5 ans
    Comment avez-vous connu le forum : Fonda



Pseudo
La suite de son histoire

    Si l'histoire de votre personnage est trop longue pour tenir sur un seul post, vous pouvez la continuez ici.



Dernière édition par Nereus le Ven 26 Aoû - 14:34, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: Nereus du Kraken [Terminée]   Ven 26 Aoû - 9:38
Yoh !

Bienvenue à toi futur Kraken !

Je te souhaite bon courage sur cette présentation !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: Nereus du Kraken [Terminée]   Ven 26 Aoû - 14:37
Merci futur patron ^^

J'en profite pour signaler que ma présentation est terminée. N'étant pas très fan des paroles pour une présentation il y en a très peu mais je peux en ajouter si il faut. Pour ce qui est de la guerre et de l'expédition punitive sur Alexandrie (combat et perte de l'œil) ainsi que mon entrainement je suis resté assez succin car j'aurais bon espoir de pouvoir le développer en chronique à l'aide d'ancien marina de l'époque pourquoi pas.

Je m'en remets au jugement du staff.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Nereus du Kraken [Terminée]   Ven 26 Aoû - 15:08
Bienvenue à toi et bon courage pour la validation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: Nereus du Kraken [Terminée]   Ven 26 Aoû - 20:01
Hello !

Bienvenue ! commençons par ce qui va t'intéresser en premier lieu, tu es validé au Rang 5 d'Eveil avec 18 PC.

Ensuite, IRP, il faut savoir que les Généraux du Kraken ont un lien idoine avec la magie des ombres et de la glace. La cause de cela en est le premier Général qui a porté cette armure, Lucian. Le reste se découvrira en RP mais je préférais t'en aviser car ton personnage pouvait être au courant.

Bon jeu sur AoG !

Akrites



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
Contenu sponsorisé
Message Re: Nereus du Kraken [Terminée]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Nereus du Kraken [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: