Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [547] Always here for you [PV Calista]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message [547] Always here for you [PV Calista]   Mer 7 Sep - 22:11
Presque une année s'était écoulée depuis leur rencontre, une année emplie d'enseignements. Ce temps, il ne l'avait guère vu filer. Grâce à son nouveau poste, à savoir garde du corps de l'héritière de la famille Atlas, Nereus s'affirmait de jour en jour. Calista n'était bien entendu pas étrangère à l'évolution du futur général, littéralement, elle avait usé de son influence pour offrir une nouvelle vie au jeune homme. Il était maintenant quelqu'un de différent, de plus assuré, outre les capacités physiques que le soldat avait pu développer. Car il prenait son rôle à coeur, très à coeur même ! Non seulement, la belle lui avait accordé la chance d'être son protecteur, mais elle prenait soin d'entretenir cette amitié naquise de cette rencontre à l'orphelinat d'Alexandrie.

Pour preuve de sa dévotion, même en ce jour de congé, Nere n'avait aucune intention de le passer à ses propres activités. Non, il le passerait comme chaque jour de service, avec la belle Atlas. Parce que sa sécurité n'était guère à négliger, ne serait-ce que durant une journée. Car il était son gardien et jamais il ne pourrait se le pardonner s'il arrivait malheur à son amie alors que lui prenait du bon temps.

Ses nouvelles attributions lui avaient donné droit à une chambre au sein de la villa Atlas. Certes celle-ci était modeste et quelque peu impersonnel, mais elle était plutôt confortable, surtout pour un ex-esclave habitué à dormir enchainé dehors par tous les temps ou dans une cage. Avoir un endroit où logé était presque un privilège pour le jeune homme à la tignasse émeraude.

Ainsi, en ce jour de "repos", après avoir accompli ses rituels matinaux habituels, le borgne se rendit dans les appartements de Calista. Il devinait déjà ce sourire amusé qui apparaitrait sur son visage lorsqu'elle le verrait arriver, ce sourire de complicité. Mais après avoir toqué plusieurs fois à sa porte, le garde n'entendit guère la voix cristalline de la fille d'améthyste. Surpris, il fronça les sourcils, se permettant de tourner la poignée et d'ouvrir la porte de sa chambre. Hésitant, il fit quelques pas dans la pièce, la cherchant du regard.

"Cali ? Tu es là ?"

Toujours pas de réponse ... Nereus en fut quelque peu inquiet. Un certain désordre sur le bureau de la demoiselle attira son attention. Il s'avança vers le meuble, scrutant les objets le recouvrant. Sa main se ballada sur ce qui semblait être une carte qu'il leva pour lui donner le loisir de l'analyser. Dessus, une zone entourée à l'encre, affublée de cette même marque qui trônait toujours sur son bras, dissimulé par le bracelet de cuir. Son coeur loupa un battement, elle n'aurait tout de même pas été assez sotte pour s'aventurer sur ce terrain ? Serrant le poing quelque peu tremblant, son coeur s'emballa. Bien sûr que si, Nereus ne la connaissait que trop bien, Calista en était parfaitement capable. Il serra les dents, la colère mêlée d'inquiétude bouillonnant en lui. Sans pouvoir se retenir, il poussa un juron. "Merde !" Puis d'un pas pressé et décidé, le parchemin en main, il quitta la pièce claquant la porte avec fureur.

La jeune femme avait osé... elle l'avait fait... bordel ! Calista avait parfaitement mémorisé la marque maudite sur son avant bras et avait sans doute pris l'initiative de s'y rendre. Nereus sombrait petit à petit dans une colère noire comme ce jour où il avait été emprisonné et fouetté dans une des geoles d'Alexandrie. Dévalant les escaliers rapidement, le garde du corps cria en direction de la première personne qu'il croisa, Aleyna.

"Aleyna ! Allez tout de suite au sein de la caserne la plus proche et demandez leur dix meilleurs soldats ! Dites que c'est pour l'héritière de la famille Atlas et qu'ils me rejoignent armés au port d'Alexandrie !"

La nourice, fidèle confidente de Calista ne se fit pas prier pour éxécuter les ordres de Nere, le ton du soldat ne laissant place à aucune forme de contestation quelle qu'elle soit. Bien entendu, celle-ci commençait à connaître le futur général et avait parfaitement conscience qu'il ne se mettait guère dans de tels états pour rien. Quant à lui, Nereus se hâta de prendre la direction du port, espérant que ses hommes ne tarderaient pas à se présenter à lui. Bien qu'étant un homme extrêmement bon, dans cette circonstance d'urgence, il n'hésiterait guère à passer un savon au moindre retardataire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 8 Sep - 0:40


Calista avait enquêté depuis des mois et des mois. En fait, une année entière. La vision de la marque qui ornait l'avant-bras de son ami, n'avait jamais cessé de lui tarauder l'esprit, tout comme son histoire. Esclave de pirates, luttant pour sa vie dans des combats à mort, Nereus avait été mis plus bas que terre. Oh bien sûr, la Nymphe avait bien noté que la galère sur laquelle il se trouvait avait été coulé par le Kraken. Mais si lui était en vie, pourquoi d'autres n'auraient-ils pas réussi à s'en tirer? Elle s'était d'abord dit qu'elle se faisait des idées, qu'il avait sûrement raison. Jusqu'au jour où elle avait vu sur un marché, ce même symbole qui hantait le futur Général de l'Antarctique.

Alors, elle avait entamé des recherches, tout en étant certaine que si elle en avait parlé à son ami, il aurait cherché à l'aider, si ce n'était à la dissuader. Et puis, l'Atlas ne voulait pas que ses tortionnaires le retrouvent et lui mettent la main dessus. Elle le protégerait, quoiqu'il advienne, aussi avait-elle donc décidé d'agir seule. Certains verraient là un acte de folie. Pour sa part, il s'agissait surtout d'une vendetta. Oui la Nymphe voulait venger ceux qui avaient souffert de cette barbarie, et délivrer ceux qui se trouvaient encore sous le joug de celle-ci. Mais pas que. Non ce que Calista cherchait surtout à faire, relevait tout simplement d'une affaire qu'elle jugeait à présent personnelle.

Après un travail de longue haleine, elle était parvenue à approcher ces hommes, se faisant passer pour ce qu'elle était: une noble, tout en leur faisant croire qu'elle avait besoin de quelques esclaves. L’appât avait fonctionné, ils avaient mordu à l’hameçon. Avant de relâcher les êtres torturés qu'elle avait acheté, la Demoiselle avait réussi à obtenir quelques informations sur l'endroit où ces hommes se terraient pour commettre leurs abjectes méfaits. Tout n'étaient pas précis, ce qu'elle savait c'était que le repère se trouvait à l'Ouest d'Alexandrie. Alors elle avait passé la zone au peigne fin, guettant, jusqu'à ce qu'elle parvienne à cette grotte naturelle dont la seule issue, pour entrer et sortir, était de passer par la voie marine.

Elle avait donc plongé sans la moindre hésitation. L'eau était son élément, et la Belle parvint au ponton sans le moindre mal. Là elle se hissa avec prudence, examinant à gauche et à droite afin de s'assurer que la voie était libre, tout en prenant soin de se dissimuler dans les ombres. Un navire se trouvait là, et Calista pouvait entendre les cris des détenus. Des geôles de fortune se trouvaient non loin, gardées par quelques hommes vraisemblablement ivres. Elle aurait pu venir à bout d'eux en une fraction de seconde grâce au cosmos, mais il lui était parfaitement interdit d'user de son pouvoir devant des gens. Tant pis, la Belle compterait sur son habitude du combat au corps à corps.

Mais pour éviter de donner l'alarme, il allait lui falloir user de sa tête. Sortant des ombres, elle approcha simplement des geôliers. S'il y avait une chose qu'elle savait, c'est que sa beauté faisait tourner la tête à bien des hommes, et des hommes privés de femmes depuis un moment, ne manqueraient pas de s'extasier devant pareil bijou. Comme elle s'y était attendue, ils ne mirent guère longtemps à réagir. Déjà, certains se prenaient à rêver à voix haute, d'autres émettant des sifflements d'admiration, alors que la Demoiselle leur offrait un sourire aguicheur et envoûtant.

Lorsque le premier d'entre eux s'approcha et posa sa grosse patte sur son bras, la Nymphe réagit au quart de tour. Virevoltant sur elle-même, le coude de la jeune femme viendra se perdre dans les côtes du goujat, l'instant suivant, elle viendra voler l'épée de celui-ci, profitant de sa confusion pour venir la lui planter en plein cœur. Des cris de rage s'élevèrent, alors que la Nymphe vengeresse commettait son office ravageur, sur chacun de ses adversaires. Vive, habile, elle louvoyait entre eux avec une agilité et une grâce toute animale.

L'alerte fut donnée, et le flot de ses ennemis se fit plus conséquent. Mais Calista n'avait plus conscience de rien. Ses mains étaient recouvertes de sang, quelques éclaboussures vermeilles teintaient son faciès de porcelaine, alors que tout son être bouillonnait de rage. Vengeance pour ces vies brisées. Vengeance pour ces vies volées. Vengeance pour ces destins anéantis. Oh oui, la Belle était bien toute prête à commettre un véritable bain de sang. Mais, trop obnubilée par sa vendetta, la jeune fille ne vit pas venir le coup en traître, et un voile d'ombre vint obscurcir les prunelles améthystes, un éclair de douleur lui vrillant le flanc.

Elle ne sut ce qui l'avait réveillé: le seau d'eau qui venait de lui être envoyé à la tête, ou cette douleur cuisante et lancinante sur le côté droit. Une douleur que rien ne pouvait soulager compte tenu de sa position inconfortable. Ses bras tendus au dessus de sa tête, la demoiselle se trouvait suspendue dans le vide, ses poignets ferrés. Une main viendra frôler sa joue, causant un brusque mouvement de recul de sa part:

"- Voyons voir, qu'avons-nous là? Une bien ravissante créature que voilà. Ravissante et sauvage qui plus est." La seconde suivante le dos d'une dextre vint rencontrer sa joue avec une certaine violence. Mais ce geste eut pour seule conséquence d'arracher un regard chargé de haine à son interlocuteur, qui déjà, revenait maintenir sa tête en arrière en lui tirant les cheveux sans ménagement: " Tu as massacré la moitié de mes hommes espèce de putain. Ne crois pas t'en tirer à si bon compte. Pour qui travailles-tu?"

Un rictus viendra orner les lèvres de la jeune femme. Les conseils de son père lors de leur entraînement lui revenaient. Ne jamais dévoiler sa faiblesse, toujours demeurer fier. Elle restait une Atlas après tout:

"- Pour le compte de tous ces innocents que tu as tué et à qui tu as offert une vie de misère."

Elle conclut sa phrase par un crachat en plein visage de son ennemi.

"- Te fous pas de ma gueule!!!"

Cette fois le poing de ce dernier s'abattit sur la plaie qui ornait son flanc. A ce contact, un gémissement sourd et douloureux lui échappa, tandis que son rire sadique lui emplissait les oreilles. Son geôlier continuait à s'acharner sur elle, sans qu'elle ne lui offre le plaisir d'entendre ne serait-ce qu'un autre cri de souffrance. Au bout du combientième coup, la Nymphe coriace perdit-elle à nouveau connaissance? Bien trop longtemps à son goût. Tout ce qu'elle savait c'est qu'en ces instants, elle ne cessait de penser à ce frère et à cette sœur qu'elle ne connaissait pas. Mais pas que non. Elle songea à ces enfants, à qui elle voulait offrir une vie meilleure, ou encore à son grand-père, et à Aleyna. Mais surtout, il y avait un visage parmi tout ceux qu'elle chérissait qui ne cessait de lui revenir à l'esprit: Nereus. A cette heure, il devait avoir découvert sa disparition, elle en était certaine. Oui, il viendrait la chercher, tout comme elle l'avait fait pour lui il y avait tout juste un an de cela. Ce fut sa dernière pensée avant qu'elle ne s'évanouisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 8 Sep - 14:53
Il n’y avait pas de cri, rien, sauf les végétations qui fouettaient leurs feuilles selon le bon vouloir du vent. De petites vagues s’écrasaient lourdement sur la coque du bateau à voile faisant remonter par la même occasion cette odeur si particulière propre au sel matin. Les passagers du bateau flottant sur l’eau pouvaient sentir un brin d’air, une brise légère, agréable air frais apporté par la mer. Mais aucun d’eux n’osait pleinement profiter de cet instant d’accalmie avant la bataille à venir car, à l’avant de l’embarcation, se tenait le garde du corps de Calista d’Atlas, droit, scrutant l’horizon, la fameuse carte maritime ornait d’une croix à la main…. Nereus n’était pas d’humeur et bien que cette attitude s’avérait être exceptionnelle pour le borgne, ses hommes avaient bien conscience qu’aucun d’entre eux ne pouvaient se permettre le moindre écart de conduite et que de contester ses décisions serait grandement préjudiciable. Le futur général de Poséidon bouillonnait intérieurement passant par d’innombrables sentiments mais deux seuls prédominaient véritablement : la colère et la peur. Bien que le soldat ne doutait pas des intentions louables de son amie, il se sentait trahi, lésé et ce pour plusieurs raisons. Très très peu de personnes avaient pu voir cette marque gravée au fer rouge sur sa peau et Calista s’était permise d’enquêter sur le sujet à l’insu du balafré. Ensuite, Cali allait sans doute mettre sa vie en danger et Nere ne le permettrait pas une seule seconde. Pour finir, et cela le jeune homme ne l’admettrait sans doute jamais, mais le fait de revoir cette marque, de s’approcher de ce lieu maudit était en train de raviver des souvenirs particulièrement douloureux.

Pour ne rien arranger, son œil lui faisait affreusement mal depuis son réveil avec cette impression de brulure quasi-permanente qui aurait donné à n’importe quelle personne normalement constituée l’envie de hurler. L’air autour du Marina se faisait de plus en plus glacial au fur et à mesure que son embarcation approchait du quartier général des trafiquants d’esclaves. Nereus était en train de se remémorer chaque cicatrice, chaque brulure, chaque blessure parsemée sur son corps, l’odeur si particulière de pourriture et de mort qui régnait sur leur bateau, la cruauté, la violence… tout, tout remontait à la surface comme un vieux cadavre que l’on venait de déterrer. Il y avait aussi ce grincement symptomatique d’une porte en fer qui se ferme lentement mais surement qui trottait dans son esprit, sans oublier le cliquetis des fers… et les plaintes aussi ! Les plaintes des esclaves, les gémissements de ces hommes et femmes oubliés de tous rappelant à chacun qu’aucune fin heureuse n’est envisageable.

La grotte apparaissait enfin à la vue de tous. Nereus en avait le cœur gros, les souvenirs se pressant un peu plus dans sa tête, se mêlant à cette crainte de ce qui avait pu arriver à son amie. Imperceptiblement, il inspira profondément, fermant l’ombre d’un instant ses paupières avant d’expirer longuement. Il était le cerveau de l’opération, le pilier de tous ces hommes autour de lui. Une seule erreur pourrait bien être fatale à la belle d’améthyste et il ne pourrait jamais se le pardonner. Mais au lieu de s’emporter dans l’angoisse qui se serait sans doute emparé de lui une année plus tôt, il décida d’écarter des craintes, se vidant l’esprit pour être plus efficace. Mais au fond de lui, il savait que si Calista se trouvait en mauvaise posture, la rage s’emparerait certainement de lui. D’un ton solennel et sérieux, il s’adressa à son armée :

« Aujourd’hui ce n’est pas pour moi que vous allez vous battre, mais pour l’unique héritière de la famille Atlas, pour Poséidon ! » Nereus s’avança regardant de son unique œil chacun des dix soldats composant sa petite escouade. « La survie de Dame Calista est l’unique priorité. Peu importe ce qu’il nous attend une fois là-bas, nous donnerons notre vie pour elle ! » Le garde du corps de l’héritière avait prononcé ces quelques mots avec conviction car oui il n’hésiterait pas à sacrifier sa vie pour elle.

D’un geste de la main, Nereus donna l’ordre de mettre les barques à l’eau, moyen de locomotion le plus discret à disposition. Une fois tout ce petit monde installé, le borgne prit naturellement place à l’avant, son regard ne quittant pas une seule seconde l’entrée de la grotte. « Marinas, tant que l’héritière n’est pas localisée soyez le plus discret possible. » Et d’un nouveau geste du bras, cette fois vers l’avant, Nere donna l’ordre d’avancer.

Une chose était cependant certaine pour Nere, aujourd’hui ses vieux tourments allaient prendre fin. C’était eux ou lui, mais définitivement la page allait se tourner. On pouvait s’en prendre à lui, le maltraiter ou encore le violenter mais ELLE, personne n’en avait le droit, quand bien même les Dieux en décideraient ainsi, Nereus se muerait en déicide pour la sauver. C’était aussi grâce à elle que le jeune homme s’affirmait jour après jour et aujourd’hui Nere allait le démontrer !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 8 Sep - 19:13

L'odeur de la Mort lui semblait être partout. Perdue dans les méandres de l'inconscience, Calista ne parvenait plus à déceler la moindre chose. Là, l'esprit en déroute semblait particulièrement perdu, misérable petite chose recroquevillée sur elle-même. Elle préférait tout que de réintégrer ce corps qui ne semblait même plus lui appartenir. Eteinte. Brisée. Le feu-follet insouciant semblait s'en être allé, pour ne laisser place qu'à une coquille vide. Ainsi c'était donc cela que l'on ressentait? Comment retrouver la force? Comment parvenir à regagner la foi? Là, elle était tout simplement seule et il n'y avait que le silence qui répondait à ses interrogations.

"- Réveille-la!"

Non, elle ne le voulait pas. Elle désirait simplement qu'on la laisse. Que tout s'arrête. Le corps suspendu s'agita dans le vide, lorsqu'à nouveau l'eau entra en contact avec lui. Respirer était une chose difficile tant cela lui était douloureux. Ses flancs avaient été roué de coups, et le souffle se fit sifflant. Sa blessure ne cessait de saigner. Lentement, les paupières se soulevèrent. Ses doigts s'agitèrent doucement. Un gémissement lui échappa à ce geste. Elle pouvait le sentir, cette douleur n'était pas anodine. Penchant la tête en arrière, elle eut alors la vision de certains de ses doigts déformés. Inertes. On les lui avait brisé. La scène lui revint en mémoire. La Belle avait nargué son geôlier, et cela ne lui avait pas plu, alors il s'était vengé de la sorte, arrachant des hurlements de douleur à sa prisonnière. La première idée qui lui vint à l'esprit, fut celle qu'elle ne pourrait certainement plus jamais jouer de la lyre. Des doigts se refermèrent sur son faciès, la forçant à refaire face à son tortionnaire. Elle eut un fin sourire narquois. Elle ne flancherait pas dans l'adversité. Elle n'oubliait pas qu'elle était et demeurait une Atlas. Fière et noble.

"- Quoi encore?"

"- Tu es décidée à me dire qui t'as envoyé?"

"- J'ai déjà répondu à cette question me semble-t-il."

"- Tu ne me laisses pas le choix."

Un geste de la main fut fait en direction de l'homme qui l'assistait. Ce dernier semblait hésiter:

"- Hassan...tu es sûr? Tu pourrais la revendre à un très bon prix si seulement tu arrêtais de t'acharner sur elle."

"- Ne discute pas! Fais ce que je te dis où tu finis à sa place!"

Le bruit d'une barre d'acier que l'on plongeait dans la braise, attira l'attention de la future Scylla. Immédiatement, la douce comprit. Lorsque les deux hommes s'approchèrent d'elle, elle fit fi de sa douleur, et obtint pour seule réponse un nouveau coup de poing dans le ventre qui la fit se plier en deux et tousser violemment. La seconde suivante, l'Atlante put entendre le craquement sinistre du tissu de sa chemise qui se déchirait. Ce dernier glissa le long de ses épaules et de ses bras, révélant son dos et sa peau de porcelaine. Un frisson de pur dégoût la saisie au moment où les doigts de son geôlier vinrent à errer sur la douceur satinée.

"- Une vraie beauté. Peut-être vais-je t'ajouter à ma collection après tout."

Un murmure prononcé au creux de l'oreille de la jeune femme, qui détourna vivement la tête dégoûtée.

"- Tu peux toujours rêver."

"- Sauf que tu n'as pas ton mot à dire chienne."

Mais elle ne l'écoutait pas. Il y avait quelque chose de différent dans l'air. Il lui semblait que celui-ci c'était quelque peu rafraîchi. Etait-ce le fruit de son imagination? Non, ce flux cosmique, la Belle le ressentait et ne le connaissait que trop bien. Il l'avait trouvé. Il était là, elle en était sûre. A nouveau, elle fut giflée à toute volée.

"- Réponds quand je te parle tu m'entends?!"

Quoi? Que venait-il de lui dire? Un claquement de langue agacé, et il fit signe à son comparse d'approcher afin de commettre son office. Déjà la Belle pouvait sentir la chaleur du tison s'approcher de sa peau. Alors, faisant abstraction de toutes ses douleurs, le corps se tendit pour échapper à ce traitement infâme qui la révulsait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 8 Sep - 21:17
Devenir une ombre... non, devenir encore plus inquiétant et étrange qu'une ombre, devenir un être insaisissable capable d'inspirer la crainte rien que dans leurs esprits. Nereus allait devenir cette ombre pour la première fois, pour la sauver elle et à partir de ce jour les ombres n'allaient plus le lâcher, pour faire partie intégrante de lui même. Depuis la véritable prise de conscience de son cosmos, Nere avait appris à manipuler l'eau et la glace, perfectionnant jour après jour ses techniques, réussissant à influer directement sur le climat mais il y avait également ces ténèbres, ces ombres qui ne demandaient qu'à grandir dans son coeur. Les émotions humaines étaient son combustible, la colère source quasiment inépuisable chez le borgne était bien présente alors qu'il venait de grimper subtilement sur le ponton d'amarrage, première étape vers sa protégée. D'un seul geste de la main, des ombres vinrent subtilement rejoindre les torches allumées pour en éteindre quelques unes, très discretement, à l'abri des regards. Nereus prit soin de ne pas toutes les éteindre afin de ne pas éveiller les soupçons et déjà le premier être infâme se dressait devant lui, un être bedonnnant simplement capable de faire le guet... sans grande réussite.

Le chef d'escouade se tenait désormais derrière lui alors que le regard de sa future victime se posait plus loin, en profondeur de la grotte. L'avant bras du soldat vint passer devant le regard du pirate pour venir obstruer sa bouche l'empechant ainsi d'émettre tout bruit suspect puis à l'aide de son autre main pour contre balancer le geste, Nere lui brisa la nuque d'un coup sec. L'ancien esclave aurait voulu prendre son temps, les faire souffrir comme il avait pu souffrir par le passé mais l'extreme situation dans laquelle la nymphe d'Améthyste devait se trouver l'empechait d'avoir recours à ses pulsions vengeresses. L'ombre qu'il était devenu constata également qu'un grand nombre de mercenaires avaient été tués récemment, les corps reposant les uns sur les autres dans une barque amarrée non loin, un sourire s'étira sur le coin de ses lèvres... Calista.... D'un nouveau geste silencieux, Nereus donna l'ordre à ses hommes de débarquer, leur faisant bien comprendre d'un simple regard que le silence était encore de mise.

Après deux nouveaux cadavres rapidement exécutés, toujours aussi proprement, Nereus se figea devant la vision d'horreur sous ses yeux. Elle était là à moitié découverte, sa peau de porcelaine à nu par endroits en compagnie de deux monstres, l'un l'empechant de bouger en plus des fers qui entravaient la belle tandis que le second tenait dans ses mains ce fer si rouge qui hantait toujours les nuits du jeune homme. Ce fer qui avait fait basculer sa vie dans les ténèbres, cet objet si rougeoyant après le contact des braises qui allait de nouveau servir à marquer un être vivant comme du bétail, non Nere ne le laisserait pas faire, surtout pas sur elle, jamais ! Une vague de froid aussi rapide que brutale s'abattit dans les environs, malgré la colère qui s'éveillait et devenait de plus en plus virulente, Nere s'employait à ne pas étaler son cosmos sans réfléchir malgré l'envie viscérale qui le tiraillait de les transformer en statue de glace pour l'éternité. Devant l'urgence de la situation, le garde du corps ne se permit qu'une seule chose, une légère vague de froid en direction de l'objet maudit ayant simplement pour objectif d'anihiler le chaud, rendant ainsi toute marque impossible ce que le bourreau n'eut pas le temps de constater car un poignard Alexandrin vint se figer dans sa trachée. Nereus, lui, n'avait pas hésité à dégainer l'arme d'un de ses soldats avant de fondre sur le deuxième monstre un dénommé Hassan. Son poing protégé d'un simple bandage de lin vint percuter la cage thoracique du pirate dont la carcasse se retrouva propulsée sur plusieurs mètres avant de finir encastrée dans une des cages à esclave, le comble de l'ironie pour un trafiquant d'hommes. Rapidement, Nereus vint soutenir Calista, sa Calista. Il l'avait enfin retrouvée, mais dans quel état ? L'héritière de la plus grande famille d'Atlantis avait subi une multitude de sévices inqualifiables. Alors que deux des soldats vinrent détacher Cali, Nereus la reposa délicatement sur le sol de bois. Le ballafré ne la regardait plus, trop de rancoeur en lui. Dégrafant sa cape, Nere la plaça sur les épaules de Calista avant de se retourner vers ses Hommes.

"Vous deux, restez avec elle, si jamais il venait à lui arriver quoi que ce soit d'autres, vous en répondrez de votre vie." Nereus grinça alors des dents "Quant aux autres, je ne veux aucun survivant, soyez sans pitié, libérez les esclaves, offrez leur la liberté à laquelle nous aspirons tous !" Passant devant Calista, il adressa quelques mots en sa direction tout en prenant soin de ne pas la regarder : "Ne regardes pas."

Incontestablement, Nere avait ressenti au tout début un certain plaisir dans cette montée d'énergie, plaisir d'autant plus vif que le Marina était face à ses anciens bourreaux. Se laissant envahir par sa colère, Nereus se sentit presque ... vivant. Bien évidemment au début il n'en était pas certain puis au fil des ans, des épreuves qu'il avait dû traverser Nere avait dû l'admettre. Mais comment décemment y résister ? Cette puissance était si profonde que lorsqu'elle surgissait, elle vous hypnotise, vous empêchant tout acte de rationalité ? Il s'y était adonné, bien aidé par ses soldats. Durant un court laps de temps il n'avait pas hésité à tuer.

L'odeur métallique du sang prédominait maintenant dans l'atmosphère, cette odeur de mort qu'il n'avait que trop connue. Le fer s'entrechoquait, un bruit presque assourdissant, étouffant les craquements d'os sous les coups. Le sol se jonchait petit à petit de corps, le corps de ses anciens bourreaux. Pourtant, Nereus n'afficha aucun sourire, car au fond de lui il se savait cruel en cet instant. N'avait-il pas le droit ? Le droit de se venger ? Pour lui ? Pour elle ? Il participait à ce bain de sang, guider ce ballet sanglant tel un chef d'orchestre guidant les instruments.

Juste durant ce laps de temps, il ne se reconnaissait tout simplement pas, mais il l'avait bien dit : aucun survivant ...

Les tortionnaires n'étaient plus, peu à peu les esclaves pauvres marchandises vivantes étaient évacués sous les ordres de Nereus, tandis que la grotte se vidait peu à peu, le borgne se retrouva devant sa protégée, l'air grave, il dit simplement : "As-tu quelque chose à dire ?" Il était à deux doigts d'exploser, la rage au ventre....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 8 Sep - 22:43
Elle se débattait avec toute l'énergie du désespoir, voulait hurler, alors que pour la première fois de sa vie, ses prunelles exprimaient un effroi réel et certain. Oui, s'il y avait une chose que Calista n'avait jamais réellement côtoyait, c'était bel et bien la peur. Non, ce qu'ils comptaient lui faire, jamais elle ne pourrait l'accepter. C'était pour cette raison que même affaiblie, même à deux doigts de sombrer, l'Atlas poursuivait son combat.

"- C'est pas possible qu'elle parvienne encore autant à se débattre, habituellement, ils sont déjà tous brisés. Tiens là fermement si tu veux que je puisse la marquer."

Hassan viendra alors immobiliser la demoiselle, lui attrapant les cheveux, avant de tirer vers l'arrière pour la forcer à se cambrer. Elle pouvait ressentir la chaleur du tison qui approchait. Déjà, elle était prête à se mordre les lèvres afin de réprimer le cri de douleur qui ne manquerait pas de monter à ses lèvres. Lentement les paupières s'abaissèrent, et c'est alors qu'elle le vit. Un bruit de gargarisme alors que le premier de ses tortionnaires tombait lourdement à terre, mort. Un poignard était logé dans son cou. Surpris, Hassan relâcha l’Atlante, mais il n'eut guère le temps de s'exprimer que son corps fut catapulter, venant s'échouer sur une cage en fer, la violence du choc le faisant s'empaler dessus.

Son calvaire était terminé, elle le savait, et en fut soulagée au point qu'elle pouvait sentir ses nerfs commencer à lâcher. Elle sentit l'étreinte des bras de Nereus autour d'elle pour la soutenir. Elle nota bien la présence des deux gardes qui la détachèrent délicatement, alors que le futur Kraken venait la déposer à terre doucement, se séparant de sa cape pour venir lui recouvrir les épaules. En cet instant, Calista n'osait prendre la parole, et cherchait simplement à croiser le regard de son ami, mais celui-ci se faisait fuyant. Elle murmura alors dans un souffle:

"- Nere..."

Son bras se tendit lorsqu'il s'éloigna, comme pour le retenir. Elle mourait d'envie de lui dire de rester là, auprès d'elle. En cet instant, tout ce dont l'Atlas avait besoin, était du soutien de son protecteur. Mais il lui avait tourné dos. *Regarde moi je t'en prie...* mais rien. Il s'en fut tout simplement en lui demandant de ne pas regarder. Pourquoi? Croyait-il qu'elle avait peur de lui? Jamais! Le bras tendu retomba inerte le long de son corps, alors qu'elle se lovait dans la chaleur de cette cape, tentant de calmer les battements affolés de son cœur. Respirant calmement, elle se laissa bercer par la douce odeur qui imprégnait le tissu. Néanmoins les douleurs à ces flancs lui semblaient insupportables. Dans le regard déjà gagné par la fièvre, on pouvait lire l'inquiétude. C'était cela qui lui donnait la force de ne pas sombre. Elle voulait le revoir entier. S'assurer qu'il n'avait rien.

Les secondes lui parurent des minutes, et les minutes des heures. Combien de temps s'était écoulé depuis qu'il l'avait quitté? Les combats étaient terminés, elle le savait, alors que les cris de joie des nouveaux libérés résonnaient dans toute la grotte. Las, épuisée, Calista était sur le point de sombrer lorsqu'enfin il fit son retour. Un de ses gardiens voulut prévenir le futur Kraken de la faiblesse de la Demoiselle, mais le regard de ce dernier l'en dissuada. En un mouvement, elle fut sur ses jambes prête à aller vers lui, mais quelque chose dans l'oeil du borgne suspendit son geste. Il lui suffit de prendre la parole pour que la Belle comprenne.

Vivement elle baissa puis détourna la tête. Pour la première fois depuis qu'ils se connaissaient, elle pouvait sentir que Nereus était en colère après elle. Elle comprenait pourquoi, mais elle avait simplement voulu le protéger de ses démons, l'empêcher de retomber dans cette mélancolie qui était sienne lorsqu'ils s'étaient connus. Elle eut alors la désagréable sensation que la tête lui tournait. Titubante, elle s'approcha, venant glisser sa main aux doigts brisés sur la manche de son compagnon. Epuisée, sa tête ne cessait de bourdonner. Elle eut juste assez de temps pour murmurer:

"- Pardonne moi...Je voulais simplement...te protéger...et te venger."

La seconde d'après, Calista s'effondrait inconsciente. Dans ce mouvement, le pan de la cape s'écarta et révéla sa chemise tâchée de sang sur son flanc, les hématomes violacés qui recouvraient ses côtes. Mais la vision certainement la plus dure à supporter fut celle de ces doigts rendus difformes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Ven 9 Sep - 11:46
Il faut parfois aller jusqu’au chaos pour retrouver la force de nous relever, de recommencer à vivre et malgré toute la colère que le marina portait en lui, il devait bien reconnaitre que grâce à l’intervention de Calista il était à un tournant de sa vie. Pourtant, le futur général n’avait qu’une seule envie, crier, même hurler encore et toujours sa colère, sa frustration et même sa rage. A cet instant Nereus voulait continuer à se battre, évacuer ce trop plein d’adrénaline encore bien présent dans son corps mais il n’y avait plus personne, ils avaient tous été tués, aucune exception à la règle. Ce qu’on lui avait fait, Nere s’en fichait, tout cela passait au second plan mais elle, personne n’avait le droit, personne. Le garde du corps était là, debout face à la jeune femme, le regard sévère, attendant des explications, une raison logique à ses actes et alors que la nymphe était de nouveau sur ses deux jambes Nere la fixait de son œil unique. Le borgne ne bronchait pas alors que son amie s’avançait vers lui, titubante et proche de la chute, comportement qu’il n’aurait jamais adopté si la colère n’avait pas pris le dessus sur sa raison. Cette situation lui déchirait le cœur mais il fallait bien que Cali comprenne toute l’étendue de sa bêtise. En plus de raviver des souvenirs très douloureux pour le jeune homme, elle avait osé mettre sa vie en danger et par la force des choses la vie des soldats que Nere avait dépêché sur les lieux.

Une expression de surprise apparut sur son visage lorsqu’elle avoua que c’était pour lui, pour sa vengeance personnelle. Bien évidemment, le borgne s’en doutait mais l’entendre de vive voix provoqua un certain choc et déjà il commençait à redescendre en pression.

« Cali… je… »

La fille à la chevelure couleur lilas s’effondra alors qu’elle avait à peine effleurer le Marina, dans un réflexe Nereus la rattrapa passant son bras derrière son dos pour l’amener doucement contre lui. Nere positionna sa main sur la blessure au flan de son ami et ferma les yeux se concentrant pour y appliquer une fine couche de glace arrêtant l’hémorragie et pour la soulager par la même occasion. La belle avait dû vivre un véritable calvaire et ce même s’il n’avait duré très peu de temps en comparaison au sien mais le soldat aurait volontiers donné sa vie pour que son amie n’endure pas pareil supplice. Il hésita même à la soulager au niveau de ses cotes mais devant la semi-nudité de Cali, Nere se contenta de refermer la cape, enveloppant la belle avant de la prendre dans ses bras. Portant ainsi son amie, Nere observait son visage même blessée Calista était vraiment magnifique et le futur Kraken ne put s’empêcher de verser une larme, une seule qui perla le long de sa joue avant de tomber sur celle de Calista. Il glissa un simple : « Merci… » Avant de prendre la direction de la sortie, portant dans ses bras la personne qui comptait le plus pour lui dans ce monde si injuste et violent.

Le garde du corps arriva finalement au ponton, déposant la belle dans la barque, aidé par un soldat d’Atlantis. Posant la main sur l’épaule du soldat, Nereus lui dit : « Brulez tout et demain vous reviendrez pour voir si jamais d’autres pirates ne seraient pas dans les parages. » Le soldat acquiesça d’un signe de tête alors que la barque avançait lentement vers le bateau principal. Aux côtés du navire, un autre plus petit que les soldats avaient « emprunté » aux pirates pour permettre l’évacuation des esclaves, une bonne initiative selon Nereus. Une fois arrivé au bateau, il prit de nouveau l’Atlas dans ses bras, l’emmenant dans sa propre cabine pour la déposer sur le lit. Il tâta son front, la fièvre s’emparant d’elle. Il interpela un soldat qui passait par là.

« Ramenez-moi de l’eau tiède et des linges propres s’il vous plait … Vite ! »

Son œil d’azur se fixa sur le visage pâle de Calista avant de se poser sur sa main qu’il souhaitait serrer dans la sienne. Mais il ne put lorsqu’il vit l’état de ses doigts. Ses phalanges fines et parfaites étaient devenues difformes. Nereus savait qu’elle ne pourrait jouer de sa harpe avec une telle blessure. Serrant les dents, il se releva énergiquement, serrant les poings sous cette rage montante qu’il ne put contenir. Son cosmos brûlant instantanément, il lança son poing dans un meuble de bois, le brisant au passage. Il s’en voulait de ne pas être arrivé à temps pour lui empêcher cette torture, il s’en voulait de ne pas avoir deviné ses intentions … D’autres objets du mobilier subirent son courroux incontrôlable, ne se calmant que lorsque le soldat revint avec ce qu’il avait demandé. Il haleta quelques secondes, ne voulant se montrer dans un tel état aux hommes sous ses ordres.

« Merci, vous pouvez disposer … »

Les mains encore tremblantes, il imbiba un linge d’eau tiède, l’essorant avant de le poser sur le front de la belle. Sa main bifurqua sur sa joue démunie de couleur, la caressant presque avec tendresse. Ne sachant pas réellement si elle l’entendrait, il s’adressa tout de même à elle.

« Je t’en prie, ne refais plus jamais ça … J’ai eu si peur Cali …»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Ven 9 Sep - 18:45
Calista ne sut qu'elle fut la réaction de Nereus, car déjà les ténèbres la happait. L'esprit de la Nymphe était en parfaite déroute. Son corps n'était plus que douleur et fièvre. Délirait-elle? Possiblement oui. Elle avait l'impression d'être poursuivie par de vieux fantômes de son passé. Elle sentait la panique la gagner, lorsqu'elle aperçut une lueur dans le lointain. Il lui semblait même qu'elle l'appelait, et l'invitait à venir à elle. Guidée, la Douce s'approchait alors que la lueur lui paraissait de plus en plus conséquente, devenant un Feu éblouissant. Pourtant, elle ne se sentait pas en danger. Non cette présence la rassurait, l'apaisait. Ce Feu n'était pas ravageur, ni même destructeur. Ce Feu était de ceux fait pour réchauffer les âmes.

La Nymphe se laissait bercer par la bienfaisante présence, qui, par son éclat, chassait les ombres qui voulaient la dévorer. Elle eut la sensation de se lover en son cœur, de s'y nicher, pauvre petite chose meurtrie recherchant un peu de douceur. Et pourtant, il lui semblait toujours entendre ce:

"- Calista...Calista..."

Il lui semblait qu'on lui intimait de retourner là où elle devait être. Non, elle ne voulait pas. La douleur serait à nouveau là, elle n'était pas certaine de pouvoir la supporter. D'une petite voix presque craintive, elle murmura alors:

"- Resteras-tu auprès de moi?"

"- Toujours."

Rassurée, elle se laissa alors porter. Un vacarme assourdissant autour d'elle, avant qu'un linge ne lui soit posé sur le front et que la douceur d'une main effleurait sa joue. Et puis ces mots. Ceux d'un homme meurtri qui la suppliait. Ainsi, il avait donc eu peur pour elle, tout comme elle avait eu peur pour lui un an plus tôt. Alors, lentement les paupières de la Demoiselle s'ouvrirent. Comme elle l'avait pensé, les douleurs étaient encore et toujours là, et un râle s'échappa de ses lèvres. Lentement, elle tourna la tête en direction de l'homme à la chevelure émeraude, lui offrant un sourire espiègle, malgré la faiblesse et la fatigue qui se lisaient en elle:

"- Tu fais un raffut à réveiller un mort Nere."

Elle voulut tendre sa main vers lui et s’aperçut alors de l'état pitoyable de celle-ci. Une plainte d'animal blessé s'échappa de ses lèvres alors qu'elle prenait conscience que compte-tenu des dégâts, il lui faudrait un miracle pour qu'elle puisse à nouveau s'en resservir correctement un jour. Et puis, il y avait toujours cette douleur lancinante qui lui battaient les côtes.

"- Je te promets de ne plus recommencer, je pense que ça m'a servi de leçon. Mais je voulais tellement te protéger."

L'Atlas ferma un instant les yeux, réfléchissant à ce qu'il convenait de faire. Il fallait d'abord soigner ses mains, qu'elle fixait avec une certaine angoisse. Elle ne s'imaginait pas en perdre l'usage, cela la priverait de tant de choses! Et principalement de sa lyre, or il aimait tant l'entendre en jouer:

"- Nere...Tu ne peux pas me laisser les mains ainsi. J'en ai besoin...Pour mon avenir en tant que Marina. Et puis je veux pouvoir rejouer de la lyre. Il faut replacer les doigts correctement et les bander. Je sais que ce sera douloureux, mais je ne veux pas que ce soit un autre qui le fasse." Elle fit une courte pause, cherchant son souffle. " Et il faudra me bander les côtes, je crois que j'en ai quelques unes de cassées."

Elle allait souffrir, elle le savait, était lucide, mais il y avait une dernière chose:

"- Promets-moi que personne d'autre que toi, grand père ou Aleyna ne me touchera. Vous êtes les seuls en qui j'ai confiance...S'il te plaît."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Dim 11 Sep - 10:06
Nere ne savait pas vraiment quel était ce sentiment si particulier qu'il venait de ressentir. Etait-ce du bonheur ? Voir que sa protégée était sauve, que de nouveau elle ouvrait les yeux dévoilant ses prunelles améthystes, d'entendre cette voix si particulière pour lui capable de l'empécher de sombrer totalement dans la folie ? Oui c'était du bonheur, une simple petite touche suffisante à arracher à ce visage défiguré un sourire. Il est vrai que durant l'ensemble de sa vie, le futur général du Kraken n'avait jamais vraiment gouté à une telle sensation. Nereus n'était pas vraiment satisfait à ce moment précis mais plutôt rassuré que la belle se réveille. Calista malgré son état encore précaire affichait un sourire taquin, c'était habituel chez elle, un trait de caractère qui avait toujours plu au soldat, c'était sa petite marque de fabrique en quelque sorte. Le pire c'était qu'elle avait une fois de plus raison, Nereus avait passé sa frustration sur le petit mobilier de la cabine, quasiment tous les meubles y étaient passés.

Sa plainte lorsqu'elle avait tenté d'étendre son bras en la direction du borgne arracha ce petit moment de bonheur, trop vite au gout du Marina mais l'état de Cali était toujours préoccupant.

"Ne bouges pas, je suis là..." Sur le coup, Nere ne savait pas quoi dire, n'ayant jamais eu à vivre une situation pareille. Calista était la seule personne proche du soldat et ce dernier ne savait pas toujours quelle attitude adopter vis à vis de certaines situations. La nymphe s'excusa pour tout ce qu'il venait d'arriver. Nereus soupira, Cali pensait toujours à lui c'était à cause de lui qu'elle s'était retrouvée dans cet état. Etait-il maudit ? Le jeune homme chercherait des réponses plus tard, pour l'instant il devait s'employer à soutenir son amie et étouffer cette colère qui pourrait lui faire encore plus mal que les hématomes parsemant son corps.

"Chut, je sais. Nous en parlerons plus tard, tu dois te reposer Calista. Je te ramène à la maison." Par maison il entendait la Villa des Atlas à Alexandrie car comme lui une année plus tôt elle ne pouvait pas se rendre en Atlantis. En regardant la belle à la chevelure lilas, Nereus comprit aussitôt, les deux jeunes gens pensaient à la même chose, les doigts. Par expérience le borgne savait très bien qu'il fallait remettre les doigts en place très rapidement pour éviter une malformation à vie. Il était en quelque sorte un expert dans ce domaine car il avait eu le droit à ce même traitement des années plus tôts. Nere avait même appris à se les remettre seul faisant face à la douleur mais est-ce que Calista pourrait la supporter.

Le temps ne jouait pas en leur faveur c'était certain, cependant Nere prit le temps d'analyser toutes les solutions qui s'offraient à lui, attendre le retour en Alexandrie ? Voir un médecin malgré la demande de Cali ? Ou les remettre lui même en place ? Volontairement, le marina était resté silencieux ne répondant à son amie, ayant besoin de faire le vide avant de prendre la bonne décision. "Cali... personne ne te touchera si tu ne le veux pas. Par contre pour tes doigts... fais moi confiance..."

Le soldat se leva pour se positionner sur le bord du lit, plongeant son oeil unique dans le regard de l'Atlas. "A l'époque je n'avais personne pour surmonter la douleur, aujourd'hui laisses moi la surmonter pour toi..." Bien sûr ce n'était que des mots, mais des mots pour réconforter son amie, des mots pour lui montrer que malgré les obstacles il serait toujours là. Nere se saisit alors d'un des linges propres restants qu'il mit avec l'accord de Cali dans sa bouche. "Mords le plus fort possible, ne te retiens surtout pas et restes consciente. Je m'occupe de ta douleur." Nereus avait un autre atout dans sa manche, son cosmos de glace ! L'aura glaciale qu'il pouvait dégager serait idéale pour lui permettre de diminuer les douleurs. Tendrement, le marina attrapa le bras de la future Scylla avant de le bloquer sous le sien pour l'empecher de bouger si la douleur se faisait trop vive. L'arme à l'oeil à l'idée d'infliger un tel calvaire à l'Atlas, il dut néanmoins s'y résoudre à contre coeur et... crack... le premier doigt fut remis en place, puis le deuxième, troisième et ainsi de suite jusqu'à la fin. Il fallut une grande dose de concentration au garde du corps pour appliquer la meilleure dose cosmique possible pour soulager un maximum la jeune femme, jusqu'à présent il s'était toujours servi de son cosmos pour détruire ou geler certaines choses mais pour soulager des douleurs c'était une grande première ! Nere s'appliqua ensuite à panser les doigts blessés de Calista, n'étant pas un grand expert dans ce domaine par contre, il se promit de demander à Aleyna de les refaire histoire de ne négliger aucun paramètre de sa rééducation.

Nereus positionna par la suite son bras le long du corps de l'Atlas avec la plus grande prudence mais il se souvint qu'elle avait mentionné les cotes.... "N'en prends pas ombrage Calista, c'est pour toi." Glissant alors ses doigts sous le vetement de la nymphe, Nere positionna sa main à l'emplacement des cotes et comme pour le flanc ou les doigts intensifia sa cosmo-énergie afin de libérer une légère aura glaciale espérant ainsi la soulager du mieux possible. Par contre, il ne fit aucun bandage, ayant trop (beaucoup trop) de respect pour la demoiselle et ne pourrait décemment voir plus que ce que sa semi-nudité laissait apercevoir, la douleur étant soulagée partiellement, le marina estima qu'il vaudrait mieux laisser cette tache à la nourrice de l'Atlas.

Le garde du corps refermait les pans de sa cape sur le corps de son amie lorsque trois coups secs, ceux d'un de ses hommes sur la porte de la cabine lui signifia qu'ils étaient enfin en Alexandrie. Avec précaution, le soldat porta de nouveau sa protégée pour se diriger vers la Villa familiale, Aleyna ouvrant la porte de la demeure, ayant été prévenue de leur arrivée. Une fois Calista allongée dans son lit, Nereus sortit un instant de la pièce pour s'entrenir avec la nourrice.

"Allez quérir son grand père, Dame Calista l'a réclamé sur le chemin du retour. Dites lui aussi que tout est de ma faute, ne parlez surtout pas de son initiative maladroite. J'assumerais seul ce qu'il s'est passé..."

Nereus entra de nouveau dans la pièce, s'asseyant sur le fauteuil le plus proche tout en portant son regard sur la fameuse lyre posée sur la table de chevet. Après quelques secondes à fixer l'instrument, Nere croisa ses doigts avant de baisser la tête fixant le sol et attendant....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Dim 11 Sep - 23:30
Calista ne bougeait pas. Il était là pour elle, et malgré sa malencontreuse aventure, la Demoiselle gardait toujours sa confiance envers lui. Nereus était venu pour elle, l'avait sauvé d'une mort certaine et probablement douloureuse. Un an qu'ils se connaissaient. Un an qu'elle l'avait prise sous son aile, lui offrant une vie bien meilleure que tout ce qu'il avait pu connaître jusque là. Depuis qu'elle l'avait engagé en tant que garde du corps, le futur Kraken s'était toujours parfaitement bien acquitté de sa tâche. Il veillait sur elle avec la plus grande attention, et une amitié profonde et sincère les liait tous les deux. Ils avaient fini par apprendre à se connaître, et la présence de son protecteur ne dérangeait nullement de la jeune femme, qui lui remettait les yeux fermés sa vie entre ses mains.

Alors oui, en ces instants particulièrement difficiles pour la blessée, s'il y avait bien une personne sur qui elle savait pouvoir compter, c'était bien lui. Elle avait noté son silence à sa requête, pouvait lire dans son œil unique la crainte qui était la sienne à l'idée de lui faire mal, avant d'y voir l'assentiment. Alors elle fut soulagée, lui adressant un pâle sourire, lorsqu'il vint prendre place au bord du lit. La Demoiselle fut touchée par chacune de ses paroles, avant de murmurer dans un souffle:

"- Merci."

Un simple mot, mais qui voulait tout dire. Oui, en cet instant, l'Atlante remerciait son ami non pas seulement pour son aide, mais également pour le soutien qu'il lui offrait. Elle aurait voulu se laisser aller contre lui, se laisser envelopper par sa bienveillante présence. Mais elle ne le pouvait pas. Non pas pour le moment. Pas encore. Non pour le moment, elle allait devoir vivre un autre supplice. Quand Nereus lui offrit le morceau de tissu à mordre, elle ne se fit pas prier. Ses mâchoires s'étaient resserrées dessus , alors qu'elle s'imposait à inspirer profondément, cherchant à masquer son appréhension plus que certaine. Elle avait confiance en lui. au moment où il emprisonna son bras, elle sut qu'elle ne pouvait plus faire marche arrière, déjà son souffle s'accélérait, quand elle ressentit une légère vague de froid qui lui fit un bien fou. Lorsque le premier doigt fut remit en place, le corps de l'Atlas se raidit. Au second, la Belle laissa échapper un gémissement. A la fin, elle ne pouvait empêcher ses larmes de couler. Elle avait conscience que sa douleur aurait été bien plus insoutenable sans l'intervention de Nere. Epuisée, elle se laissa retomber contre l'oreiller, fermant les yeux.

Calista se sentait fatiguée, réagissant à peine lorsque les doigts de son protecteur vinrent effleurer la douceur satinée de sa peau. Elle roula doucement la tête en sa direction, esquissant un doux sourire:

"- Je n'en prends pas ombrage, je t'assure."

Un léger sursaut à la sensation de froid provenant du cosmos de son ami, avant qu'elle ne soit saisie par un frisson. Délicatement il venait recouvrir sa semi nudité, alors qu'on les informait de leur arrivée à Alexandrie. Lorsqu'il vint glisser ses bras sous elle pour la soulever, l'Atlante nicha le plus naturellement du monde son faciès contre l'épaule du jeune homme:

"- Je suis désolée de t'avoir donné tout ces soucis Nereus."

En chemin, elle se mit tout simplement à somnoler, se laissant bercer par la rassurante présence de son ami. Elle entendit à peine les ordres qu'il donna dans sa demeure, tout ce dont elle se souvint, fut la douce et agréable sensation du moelleux de son lit, ce sentiment d'abandon lorsqu'il la quitta, avant qu'elle ne sombre dans les bras de Morphée. A sa surprise, elle retrouva ce Feu ardent. "Toujours." avait-il dit. Alors, rassurée, elle était tout simplement revenue se lover dans sa chaleur, lui murmurant:

"- Merci d'avoir tenu parole."

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, ce fut pour constater la présence d'Evaimon à ses côtés. Le regard améthyste chercha Nereus, mais ne le vit pas. Sentiment de tristesse alors que son grand père prenait la parole, venant passer une main sur sa joue avec affection.

"- Comment te sens-tu ma chérie?"

Elle eut un sourire tendre, alors qu'elle notait les traits tirés de son aïeul:

"- Mieux, ne t'en fais pas. J'ai dû te donner bien du tracas. Depuis combien de jours..."

"- Trois jours, et tu n'as pas idée à quel point je me suis inquiétée. J'ai pris des années supplémentaires."

Elle se retint de rire à cette remarque, craignant la douleur que lui causerait ce simple geste.

"- Grand-père...Où est Nereus?"

"- Ton dragon? Je l'ai forcé à aller se reposer, il y a quelques heures, il ne voulait pas te quitter. Sans oublier le fait qu'il a cherchait à prendre l'ensemble de ton action sur lui. Mais malheureusement pour lui, je te connais trop bien ma Cali."Une courte pause avant qu'il ne poursuive: "En tout cas, ne recommence plus jamais cela. Je sais pourquoi tu l'as fais, et je le comprends, mais tu ne dois pas oublier qui tu es. Tu es l'unique héritière de notre famille, alors ne commets plus d'actes inconsidérés de la sorte."

Elle acquiesça, Evaimon lui serrant doucement le bras en signe d'affection avant de s'éloigner.

"- Je vais aller faire prévenir Nereus que tu es réveillée, je ne voudrais pas finir transformé en glaçon."

Calista observa son aïeul quitter sa chambre. Une fois seule, elle baissa le drap sur ses hanches, regardant ses doigts bandés avec soin, avant de venir passer ses paumes sous sa chemise propre. Des bandages l'enveloppaient. La douleur était toujours là, mais elle était moins présente. Satisfaite de son examen, la Belle se rajusta avant de venir s'adosser aux coussins. Lentement, elle tourna la tête en direction des fenêtres, appréciant la douceur du vent qui faisait jouer les voiles qui les ornaient, tout en attendant avec impatience l'arrivée de celui à qui elle devait la vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Lun 12 Sep - 16:31
S’il se sentait coupable ? Oui, affreusement. Si Nereus n’était pas entré dans la vie de l’Atlas, elle n’aurait sans doute jamais eu connaissance de ce trafic d’hommes et elle n’aurait jamais risqué sa vie en essayant d’y remédier. D’une façon ou d’une autre, le futur Kraken était le premier responsable de la décision de Calista. Incapable de dormir, il cogita plusieurs heures, allongé dans son lit, observant le plafond si peu intéressant. Entre temps, il lui arrivait de se lever pour faire les cent pas. Nere n’avait qu’une chose en tête : son amie. Il la savait entre les mains de son grand-père, mais pourtant, le jeune borgne ressentait le besoin de rester à ses côtés. Le jeune homme avait veillé la belle pendant trois jours mais à l’aube du troisième, Evaimon lui avait donné l’ordre de regagner ses quartiers pour se reposer à son tour. Nere savait qu’il n’avait pas le droit de contester cet ordre mais il aurait tellement voulu continuer à rester auprès d’elle. Il était son garde du corps, son ami, son protecteur et suite à cet incident, il était prêt à la veille jour et nuit s’il le fallait.

La simple pensée de l’avoir trouvée dans une telle position, semi-nue et mal en point suffisait à faire renaitre une étincelle de colère, qui avait tendance à s’embraser un peu plus en pensant à l’état de ses fines phalanges. Pour être honnête, Nereus appréciait plus qu’autre chose la douce mélodie qu’elle était capable de jouer avec sa harpe, concordant avec la douceur de la musicienne. La voir priver de ce plaisir le rendait malade et il ne pouvait s’empêcher de se sentir un peu plus coupable à chaque fois qu’il y pensait.

Evaimon revint à lui pour l’informer du réveil de la belle. Enfin, le Marina pouvait retourner auprès de sa petite protégée. Le grand père de l’Atlas était un homme sage et avisé et il avait tout de suite compris que l’état de sa petite fille n’était pas réellement le fait de Nere. Après un remerciement poli empreint d’un profond respect, il se mit en chemin vers la chambre de Cali, certes quelque peu stressé, sans trop savoir pourquoi. Le soldat toqua doucement à la porte avant d’entrer, un sourire soulagé plaqué sur ses lèvres en la voyant éveillée. Doucement, Nere s’approcha d’elle, s’asseyant au bord de son lit. Il n’osa pas s’emparer de sa main de peur de lui faire plus de mal qu’elle n’en avait déjà. Il se contenta de l’observer d’un regard compatissant.

« Comment tu te sens ? »

Paradoxalement, il crevait d’envie de la voir, mais pourtant, une fois face à elle, il ne savait pas quoi lui dire. Nereus ne voulait pas remuer le couteau dans la plaie en abordant de nouveau le sujet de l’excursion… pour l’instant ! Toute cette violence, cette vision d’horreur en la personne de son amie prête à se faire marquer comme du bétail, cette colère qui montait en lui… le borgne voulait passer à autre chose et ça passait par être là pour l’Atlas. A la place, il emplit le silence de la pièce par quelques banalités que l’on adressait à une personne malade ou blessée.

« Tu as besoin de quelque chose ? Un autre coussin ? Une autre couverture ? Un verre d’eau ? » Il marqua une pause. « Ah oui saches aussi que toutes les personnes ont été accueillies en Alexandrie, j’ai donné des directives en ton nom, j’espère que ça ne te dérange pas ? » Le garde du corps connaissait très bien la réponse à venir de son amie mais par politesse il préférait être honnête, n’ayant plus aucun secret pour elle. Calista était la seule personne qui connaissait Nereus dans son intégralité et cette épreuve venait sans doute de les rapprocher encore un peu plus. Maintenant elle avait vu, elle avait su de ce qu’il avait enduré, pendant des jours, des mois, des années…. De plus, le marina connaissait très bien les séquelles psychologiques que pourrait ressentir son amie et il voulait être présent, si elle voulait se confier.

Avec délicatesse, hésitant comme si elle manquerait de se briser à la moindre brusquerie, il passa le dos de sa main sur son front pour jauger sa température. Son front n’était plus aussi brûlant que la veille, la belle semblait relativement bien se remettre de ses blessures. L’héritière des Atlas était vraiment exceptionnelle, d’autres seraient encore inconscients ou même pires. Il lui lança un sourire rassurant.

« Tu n’as plus de fièvre, c’est une bonne chose … » Il hésita un instant. « Veux-tu un peu de … froid … pour tes côtes et tes doigts ? » Malgré sa fatigue, Nereus n’hésiterait à faire tout ce qui était en son pouvoir pour soulager son amie. C’était pour des moments comme celui-là qu’il s’était entrainé aussi longuement et il espérait bien être encore utile. A cet instant, elle pourrait lui demander n’importe quoi, il ferait tout son possible pour le lui donner. Doucement, il s’entreprit finalement à poser sa main sur son poignet à défaut de pouvoir prendre sa main dans la sienne, le caressant doucement de son pouce.

« Je reste avec toi, autant que tu le souhaites. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Lun 12 Sep - 18:34
Elle entendit ces quelques coups frappés à sa porte, avant que celle-ci ne s'ouvre. Doucement, elle avait tourné la tête en sa direction pour voir cette chevelure émeraude si familière passer l'encadrement. Un fin sourire vint alors étirer les lèvres de la convalescente. Visiblement, il semblait tout aussi satisfait de la voir éveillée, qu'elle de le voir. Son regard améthyste suivait ses déplacements dans la pièce, et apprécia de sentir le lit s'affaisser sous son poids. Sa présence rassurante lui ferait le plus grand bien.

"- Je dirai que ça va mieux. Enfin, c'est encore douloureux, mais moins qu'il y a trois jours. Tu as vraiment une sale tête tu sais?"

L'Atlante avait dit cela sur le ton de la plaisanterie, lui offrant un sourire bienveillant. En effet, elle notait les cernes qui creusaient son visage, signe qu'il n'avait guère beaucoup dormi ces derniers jours. Elle en était certaine, et Evaimon le lui avait confirmé un peu plus tôt, Nereus avait gardé son chevet pendant tout ce temps. On ne pouvait guère dire du jeune homme qu'il n'était pas prévenant et bienveillant. Déjà, il lui demandait si elle avait besoin de quelque chose. Ce à quoi la douce répondit en secouant doucement la tête.

"- Ca ira, je te remercie. Je désire simplement que tu restes là s'il te plaît. quant à tes actions en mon nom, tu as bien fait, merci. C'est exactement ce que je comptais faire si j'avais réussi cette mission seule au départ."

Elle ferma un instant les yeux sous la douceur de cette main posée sur front et qui jugeait de sa température. Visiblement son état semblait s'être amélioré car le futur Kraken avait l'air satisfait. Elle se demandait comment il était parvenu à faire face à toutes ces épreuves dans sa vie sans jamais céder à la noirceur avec laquelle il avait été traité. Elle frémit en repensant au calvaire qui avait été le sien durant ces quelques heures, alors que lui avait connu cela des années durant. Sans qu'elle ne comprenne pourquoi ni comment, les prunelles améthystes se remplirent de larmes. Calista en cet instant pleurait non pas seulement sur son propre sort, mais également sur la terrible vie qu'avait été celle de son ami. Elle s'était tellement sentie impuissante lorsqu'on l'avait soumise à la torture. des images lui revenaient, celle des ses bourreaux qui s'acharnaient sur ses côtes, ou encore le sourire sadique qui se lisait sur leur faciès lorsqu'ils lui avaient brisé les doigts.

La caresse accordée à son poignet la tira de ses sombres pensées. Douce, elle contrastait avec la violence avec laquelle on l'avait traité. Délicatement elle vint essuyer ses larmes comme elle le pouvait.

"- Nere...C'est peut-être trop demandé, mais tu voudrais t'allonger à côté de moi s'il te plaît? Si ça te gêne et que tu ne veux pas, je le comprendrais. C'est juste que je veux ressentir une présence amie."

Oh, elle était certaine que ce geste, qui n'était pas anodin elle en convenait, pouvait mettre mal à l'aise le jeune homme. Mais elle ressentait le besoin d'être rassurée, d'être certaine que tout allait bien, et peu de personnes étaient susceptibles de lui apporter cette confiance dont elle avait besoin. Quelque chose s'était brisée en elle. Elle qui avait toujours veillé et protégé, avait été souillée et traînée dans la boue par des êtres de la pire espace, et qui n'avaient d'humain que le nom, à ses yeux.

"- S'il te plaît."

Déjà, elle se redressait doucement en prenant appui sur ses avants-bras afin de se décaler et de permettre au jeune homme de la rejoindre, tout en guettant avec une certaine appréhension la réponse qui serait la sienne. Soudain, une question lui vint à l'esprit:

"- Est-ce que tu es toujours autant en colère après moi?"

Déjà, elle baissait la tête, contrite, joignant ses mains sur ses cuisses. Délicatement, une mèche de cheveux lilas glissa le long de sa joue, alors que l'Atlas appréhendait la réponse qui lui serait faite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Sam 17 Sep - 13:55
Durant trois jours, le Marina s'était fait un véritable sang d'encre et pour cause son amie était toujours inconsciente. Durant trois jours, le futur Kraken n'avait pas mangé, bu, ni même dormi se contentant d'être là, aux cotés de l'Atlas. Le borgne n'avait quitté la pièce que deux fois, la première fois lorsque la nourice de Calista, Aleyna s'était attelée à bander le corps de porcelaine et la seconde sur ordre direct du doyen de la famille, Evaimon le grand père de son amie. Nereus avait voulu endosser la responsabilité totale de ce qu'il était arrivé à Calista, étant prêt à donner sa vie si Evaimon l'exigeait mais il n'en fut rien. Le vieil homme était sage et il connaissait très bien sa petite fille. Il n'était pas dupe et n'avait rien voulu entendre, se contentant de remercier le jeune homme à la chevelure emeraude d'avoir sauver sa petite fille ainsi que les autres esclaves. Pourtant Nereus était persuadé que c'était de sa faute, si la belle à la peau d'albatre n'avait pas vu ce signe d'infamie gravé au fer rouge sur son avant bras jamais elle n'aurait tenté une expédition aussi perilleuse. Sur le coup, Nereus lui en voulait vraiment mais maintenant avec le recul c'est à lui qu'il en voulait.

Mais pour l'instant il avait beaucoup mieux à faire que de trouver un responsable ou des causes, Nere était en face de son amie et malgré les évènements, le marina devait la réconforter et s'occuper d'elle. En plus de ses fonctions de garde du corps, il se considérait comme son ami et les amis devaient être présents les uns pour les autres. Content de la revoir, le ballafré avait entamé la conversation par une simple banalité ce à quoi la belle répondit en disant qu'il avait une mine affreuse, bien malgré lui Nere lui répondit par un simple sourire. La répartie que Cali affichait régulièrement lui avait toujours plu et la voir en user encore ne pouvait signifier qu'elle allait mieux. Chose qu'il espérait du fond du coeur car se remettre d'une telle épreuve était très difficile et Nereus en savait quelque chose. Sans attendre, Nere demanda à son amie si elle avait besoin de quelque chose et lui avoua par la même occasion qu'il s'était permis quelques petites "largesses" en son nom pour les esclaves. Comme il s'y attendait, Calista ne lui en tenait pas rigueur avouant même que c'est ce qu'elle comptait faire si sa mission avait réussi. "Une mission vraiment ?" Le futur gardien de l'Arctique n'avait pas pu s'en empecher, cette petite interrogation lui sortit de la bouche sans crier gare.

Ce n'était pas vraiment un reproche, il avait dit cela plutôt sous le coup de l'interrogation voire même de la surprise sans doute. La belle avait dû partir pour cette "mission" sous le coup de l'impulsivité et n'avait sans doute pas préparé son entreprise comme elle l'aurait dû. Mais encore fois l'heure n'était pas au jugement, les deux jeunes gens auraient tout le loisir sur cet épisode sombre de leur passé désormais. En quelque sorte cet épreuve rapprocherait sans doute les deux futurs généraux.... Alors que l'Atlas pleurait silencieusement, Nere vint sécher l'une de ses larmes avant de lui répondre par l'affirmative et s'installer aux cotés de son amie. Elle en avait besoin et lui même ne dirait pas non à un peu de repos après ses quelques jours de folie. En plus de la fatigue grandissante, sa cosmo-énergie et ses nerfs avaient été mis à rude épreuve et depuis ce fameux jour où il était entré à son service, la présence de l'héritière l'apasait.

Nereus soupira quand Calista lui demanda si il était toujours en colère après elle. Que pouvait-il bien lui dire ? Oui... non ? En fait, lui même ne savait pas vraiment. Il y a trois jours il lui aurait dit oui sans hésiter mais aujourd'hui le kraken n'en était plus certain. L'élement déclencheur était cette marque donc lui... oui il était en colère après lui...

"Non... j'aimerais juste que tu ne t'embarques plus dans de telles entreprises sans en aviser ton garde du corps. Car niveau crédibilité c'est un zéro pointéLe borgne avait joué la carte de l'humour pour détendre l'atmosphère puis il vint soulever la fameuse mèche de cheveux pour la repositionner derrière son oreille, rien ne devait entacher ce visage si magnifique....

"Calista... promets moi de ne jamais recommencer veux-tu ? Je... c'est ma faute, je n'aurai pas du me confier sur mon passé, pardonnes moi." Lentement, le garde du corps passa son bras derrière la nuque de sa protégée, se collant un peu contre elle pour la réconforter. Pour lui, il avait déjà influé sur trop de vie... sa mère, la petite Elyn et maintenant Calista, est-ce qu'un jour cela changerait ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Lun 19 Sep - 23:21
A sa grande surprise, le Marina accéda à sa requête, essuyant doucement une des larmes qui glissait le long de sa joue. Elle s'était attendue à le voir refuser purement et simplement celle-ci. Mais visiblement, il semblait comprendre qu'en cet instant, la Nymphe avait besoin d'une présence amie. Doucement, la Belle se rapprocha alors de lui. fermant les yeux, elle apprécia le contact et la présence réconfortante de son garde du corps. Doucement, elle vint se lover contre lui, grimaçant sous la douleur que lui causait ce simple effort. En cet instant, elle maudissait ses côtes, mais été certaine que le cosmos l'aiderait à se rétablir plus vite que n'importe quel individu lambda.

Les paupières se fermèrent un instant, savourant simplement la chaleur qui émanait du corps de son ami. Présence apaisante. Elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire à sa petite remarque. Lentement, la Douce rouvrit les yeux pour darder ses prunelles améthystes dans l'unique œil de son ami. Et tandis qu'une main venait remettre délicatement une de ses longues mèches lilas, la Demoiselle ne put s'empêcher de répondre:

"- Ca n'entache en rien ta réputation. Tu n'es pas responsable de ce qui m'est arrivé que je sache. Même si te connaissant, tu dois croire que c'est de ta faute n'est-ce pas? Ne nie pas je le sais, grand-père me l'a dit. Pourquoi as-tu voulu porter le chapeau?"

Sa main bandée vint se poser sur le cuir qui recouvrait son avant-bras et masquait la marque qu'on lui avait faite.

"- Tu es un idiot Nereus si tu penses que ce qui s'est passé là-bas était ton oeuvre. Depuis le jour où j'ai vu cette marque sur ton bras, je me suis fais la promesse que plus jamais tu ne subirais pareil traitement. Quand sur ce marché, j'ai vu ces esclaves avec des marques identiques aux tiennes, mon sang n'a fait qu'un tour. J'ai eu peur. Je craignais qu'un jour, ces hommes ne te reconnaissent, et ne t’enlèvent à moi. Je ne voulais pas que tu connaisses à nouveau tout ce mal. Je ne pouvais pas l'accepter. Et si je t'en avais parlé, je suis certaine que tu aurais foncé tête baissée. Alors j'ai préparé mon assaut des mois durant. Libérant des esclaves, obtenant des informations de leur part pour trouver leur repère. J'aurais pu les massacrer tous autant qu'ils étaient, si cet enfoiré ne m'avait pas blessée. Je ne peux pas te promettre que je ne recommencerai pas, car si c'était à refaire je le referais sans hésitation aucune. Mais je peux te promettre une chose: cette fois-ci, je t'en ferai part."

Elle lui adressa un sourire, espérant que ses mots l'avaient apaisé. Un moment, un silence s'installa entre eux. L'esprit de l'Atlas replongeait déjà dans ses sombres pensées. Sans cesse les images de ses tortionnaires lui revenaient en mémoire. Elle ferma les yeux, comme pour effacer leur atrocité.

"- Nere? Comment as-tu fais pour vivre avec ces images? Moi, elles ne cessent de me hanter. Je ressens encore le froid de la lame traverser mon corps, celui des coups que l'on m'a infligé, la chaleur du tison qui se rapproche de ma peau. Je voudrais pouvoir oublier, mais je sais que c'est impossible. Ce sera toujours là."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Mar 20 Sep - 14:36
Le garde du corps de l’unique héritière de la famille Atlas avait l’impression de ne pas vraiment être à sa place sur ce lit en compagnie de sa protégée. Rien de malsain à l’esprit, juste qu’un garde du corps bien qu’ami, il ne devrait sans doute pas se comporter aussi amicalement. Pourtant, Nereus se voyait plus comme un ami proche qu’un garde du corps et Calista avait besoin de lui c’était plus qu’évident. C’était cette aide que le natif de Constantinople aurait aimé avoir pour l’aider à oublier et se réinsérer et c’était cette aide qu’il fournirait à l’Atlas. En qualité de soldat, il obéirait à toutes les demandes de la belle et en qualité d’ami il serait là pour l’écouter et la conseiller. Même si Calista le savait sans doute, Nere voulait qu’elle sache qu’il serait là pour l’épauler et la guider. Pour ce faire et afin de lui éviter des tracas inutiles, le borgne avait pris sur lui d’endosser l’entière responsabilité de l’expédition quitte à en payer le prix. Mais c’était sans compter sur l’intelligence de l’aïeul de la nymphe qui avait vu clair dans son jeu. Le jeune homme avait réussi à détendre l’atmosphère avant que son amie ne lui réponde en étant un peu plus sérieux. Cali avait des questions sur l’attitude du jeune homme et il était naturel qu’il lui réponde. Passant une main à l’arrière de son crâne ébouriffant ainsi ses propres cheveux, le jeune homme semblait chercher ses mots.

« Ma réputation ? Tu me connais pourtant assez pour savoir que je m’en moque non ? » Un sourire terminant sa phrase, il reprit un visage sérieux avant d’aborder la seconde partie de sa réponse. « Tu auras beau dire le contraire mais ce qui est arrivé est ma faute, si il y a un an tu ne m’aurais pas rencontré, jamais tu ne serais partie pour une expédition aussi périlleuse Calista et tu le sais. Quant au fait de porter la responsabilité sur mes épaules je sais par expérience que tu dois avoir autre chose à penser que de te faire remonter les bretelles par Evaimon non ? » Fidèle à lui-même, Nere avait été le plus sincère possible tout en évitant d’être trop brute avec son amie. Il le savait mieux que quiconque, la nymphe aux yeux d’améthystes devra faire un énorme travail sur elle-même pour continuer à avancer et ne pas ressasser le passé comme il avait pu le faire lui-même auparavant. A rester trop en arrière on n’avance pas et Alexandrie ainsi que le royaume sous-marin auraient besoin de l’héritière Atlas dans les années à venir.

Le cœur de Nereus se serra lorsqu’il apprit les motivations de Calista. Certes il s’en doutait et il faudrait être un idiot pour ne pas comprendre mais l’entendre de vive voix c’était vraiment autre chose. L’Atlas avait appris par un heureux hasard que certains pirates avaient survécu au Kraken et avaient continué leur funeste trafic et de peur de le perdre, lui le simple garde du corps qu’il était, elle avait entrepris de le délivrer de son passé. L’ancien esclave ferma les yeux, collant son front sur celui de son amie avant de chuchoter un simple « Merci » . Ce mot venait directement de son cœur et Nere le pensait vraiment. Cali était vraiment une personne à part pour le jeune homme, hormis sa mère et la petite Elyn, personne n’avait jamais rien fait lui et cet acte bien qu’incensé revêtait une grande importance pour le Marina. Même si elle refusait de lui promettre de ne pas recommencer au moins la prochaine fois, elle lui en parlerait avant d’agir et le balafré pourrait faire tout son possible pour la protéger.

Naturellement, un silence s’installa dans la chambre de l’Atlas, un silence durant lequel Nereus repensait à toutes ces années de sévices gratuites, de os cassés et autres actes de maltraitance. Désormais le jeune homme en était certain, il serait là pour elle et ce aussi longtemps qu’elle le lui permettrait. Bien malgré lui, Nereus sourit quand la belle lui demanda comment il faisait pour vivre malgré toutes ces images, tous ces souvenirs. Loin de lui l’idée de minimiser ce qu’elle avait vécu, mais Cali devait s’estimer heureuse de n’avoir passé qu’un court moment avec les pirates, au contraire du garde du corps qui avait perdu quelques années de son existence.

« C’est difficile à dire… au début j’y pensais sans cesse, je ruminais, ressassai,s quitte à m’isoler des autres. Je me demandais ce que j’avais pu faire aux Dieux pour qu’ils m’imposent pareils tourments puis… » Ses joues s’empourprèrent avant de continuer. « Je t’ai rencontrée, Calista d’Atlas. Cette rencontre m’a permis de passer à autre chose, d’avoir un but et tu m’as permis de regarder avec autre chose que cette rancœur qui me rongeait de l’intérieur. Tu as la chance d’avoir ce que je n’avais pas. Tu es entouré, ton grand père, ta nourrice… et moi. » L’ancien esclave se redressa légèrement pour fixer de son unique œil azur la jeune femme. « Je te jure sur ma vie que je serais toujours là pour toi, ne penses pas à ce qu’il s’est passé, regarde vers l’avenir et tu verras tu ne pourras qu’en ressortir plus forte ! »

Sur ce ton solennel, Nere ponctua d’une petite grimace en ajoutant « Mais ne deviens pas trop forte sinon ton serviteur ne servira plus à grand-chose. » Un sourire flottant sur ses lèvres, il baissa les yeux. « Tu devrais peut être essayer de dormir un peu … Je ne voudrais pas que ton grand-père pense que je te harcèle ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Mer 21 Sep - 11:54
Au contact du front apposé contre le sien, la Demoiselle ferma un instant les yeux, savourant le murmure de ce simple mot qui voulait tout dire. Oui Nereus avait bien conscience que les risques qu'elle avait prit étaient pour lui. Pour le soustraire de cette infernale étreinte qu'était son passé, afin de l'aider à tourner cette page de vie cruelle et inhumaine que personne ne méritait de connaître. Oh bien sûr l'Atlas ne rejetait nullement la faute sur le jeune homme. Bien au contraire, elle en assumait la pleine responsabilité, même si ce dernier ne semblait pas vraiment d'accord sur ce point. Elle n'insisterait pas, ni ne relèverait. Elle n'avait pas la force de protester en cet instant, même si elle mourait d'envie de lui crier dessus pour lui faire entendre raison. Pour qu'il comprenne que tôt ou tard, elle aurait fini par l'apprendre. Que tôt ou tard, elle l'aurait vengé.

Avec attention, elle l'écouta. En ces instants, la Demoiselle profitait de l'expérience du Marina. Oh ce qu'elle avait vécu n'était rien en comparaison de ce qu'il avait subi. Elle n'était restée que quelques heures entre les mains de ses tortionnaires, alors que lui avait dû vivre avec des années durant. Comment avait-il fait pour ne pas sombrer davantage? Pour ne pas perdre toute humanité et devenir une de ses brutes épaisses? Nul doute que la force de caractère du futur Kraken était puissante. Si elle en avait douté jusque là, elle ne pouvait qu'en être convaincue à présent. Toutefois, elle fut touchée par les mots qu'il eut pour elle. Faire son entrée dans sa vie avait quelque peu perturbé celle-ci, et à vrai dire, elle ne lui avait guère laissé le choix, s'était imposée dans celle-ci sans qu'il puisse ne serait-ce que protester.

Il avait cependant raison. Cali disposait du soutien et de l'amour des siens. Pour preuve, ils avaient tous veillé sur elle au cours des trois derniers jours, se relayant à son chevet. Oui, il lui serait plus facile de tourner cette page. Plus facile d'oublier. Elle espérait qu'avec le temps, celui-ci parviendrait à dissiper ces souvenirs douloureux. C'étaient particulièrement son ego et sa fierté qui étaient meurtris. Elle, l'Atlas, qui avait été bafoué et mise à terre, mais elle avait résisté. Les iris améthystes plongèrent dans le regard azuré du borgne, alors qu'elle tendait sa main bandée pour venir la poser sur sa joue. Douce caresse.

"- Tu sais à quoi je pensais pendant ces quelques heures où j'ai été prisonnière? Je me disais que tôt ou tard tu viendrais. Que tôt ou tard, tu retrouverais ma trace et que tu finirais ce que j'avais commencé. Finalement, je suis contente, tu as pu mener ta propre vendetta, et ainsi, tu vas pouvoir définitivement fermer cette page de ta vie. Oublier au fil du temps et te reconstruire pleinement. C'est tout ce que je voulais pour toi Nere: t'aider à tourner la page et à te reconstruire. Tu le mérites."

Lentement son bras retomba le long de son corps alors que la petite remarque de son ami la fit rire. Petite sonorité cristalline, qui semblait ne pas avoir résonné depuis bien trop longtemps. Mais bien vite, elle vint se tenir les côtes sous le mal qu'elle ressentit, et son sourire devint une moitié de grimace. Quelques secondes, laissant le temps à la douleur de s'estomper avant qu'elle ne reprenne, la voix se faisant amusée:

"- Ne me fais pas rire! Je vais finir par croire que mon garde du corps me veut du mal. Mais, je suis désolée, il se trouve que je n'ai pas sommeil. J'ai passé trois jours endormie, je pense que ça suffira. Par contre toi, tu ferais bien de te reposer."

Oui vraiment, il semblait particulièrement épuisé. En temps normal, elle lui aurait sûrement joué de la lyre, sachant combien il aimait cela, mais elle ne le pouvait pas. Par contre, rien ne l'empêchait de chanter ou de fredonner. Alors la Nymphe, tourna son faciès en direction de Nereus, le timbre de voix se fit plus doux, et alors, la Belle se mit à chanter une ode calme et apaisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Mer 21 Sep - 14:08
Tourner la page et se reconstruire, Nereus avait tellement de fois envisagé cette possibilité qu’il ne pourrait plus mentionner aucun nombre. Jamais le marina n’avait eu le courage de tourner la page pour aller de l’avant. Il ne s’en estimait pas digne, tout simplement. Après tout à chaque fois, Nere ne devait son salut qu’à une intervention extérieure, Silas l’avait aidé, puis ce fut au tour d’Elyn et le Kraken et maintenant Calista. Serait-il capable un jour de se battre seul ? Mais là n’était pas la question maintenant il était encore plus redevable à l’Atlas qu’il ne l’était déjà auparavant. Grâce à son intervention, le borgne avait pu se soulever contre ses anciens tortionnaires, terminer ce qu’il avait commencé quelques années plus tôt. Jours après jours qui composaient de son existence depuis lors Nereus se remémorait cette scène, lui se réveillant au fond de la cale avant de se relever pour se diriger au pont supérieur. Ces ombres enveloppant la main du pirate puis les grondements provenant des abysses, le Kraken lui-même était venu pour lui prêter main forte mais la nymphe aux yeux d’améthyste avait plus forte que la créature marine, elle lui avait permis de se battre de lui-même, de mériter cette liberté si longtemps arrachée !

Le futur porteur de l’écaille du Kraken en avait la certitude à présent. Pour son honneur et pour tout ce qui allait avec, il serait à vie le serviteur de la cause Atlante et de ses héritiers, il se battrait pour la famille Atlas, pour Atlantis et pour Poséidon lui-même. Pour la première fois, c’était avec plaisir que le jeune homme laisserait sa vie entre les mains d’autrui. A partir de cet instant, Nere se fit la promesse de devenir encore plus fort pour ses idéaux, ses nouveaux objectifs qui en résultaient mais aussi et surtout pour elle. Nere rougit lorsque son amie lui prit la main, pourtant les deux jeunes gens avaient été encore plus proches comme par exemple lorsqu’il avait collé son front au sien mais à cet instant c’était différent. Le borgne pouvait voir dans le regard de la belle une intensité et une force de caractère exemplaire et alors qu’elle se mit à lui caresser la joue, il l’écouta sans rien dire. Nereus ne voulait pas la couper, surtout pas. Le duo entrait sans aucun doute dans une nouvelle dimension de leur relation, ils se faisaient mutuellement confiance, se parlaient aussi. Calista était persuadée que Nereus allait venir la sauver et lui malgré le sang d’encre qu’il s’était fait, était persuadé de la retrouver.

Le Marina ne dit rien sur le coup, sa remarque ayant provoqué un léger rire chez son ami, il s’empressa de poser sa main sur ses cotes afin de prodiguer de nouveau un léger froid cosmique pour la soulager. En voulant jouer la carte de l’humour il n’avait pas prévu cette réaction et s’en voulait, comme à son habitude. « Pardon je ne voulais pas te faire mal… » Mais déjà la belle rebondissait comme elle avait toujours su le faire en taquinant son garde du corps, signe qu’elle allait tout de même mieux. Cependant Nereus n’était pas encore prêt à dormir, voulant profiter du maximum de temps possible en compagnie de sa protégée. Il ne lui répondit simplement pas, préférant revenir sur un autre sujet.

« Cali… je n’ai pas mené ma vendetta mais notre vendetta. Ils ont appris à leurs dépens que l’on ne touche pas une Atlas impunément et grâce à toi on a pu leur envoyer un message. Dorénavant, ces êtres innommables sauront que partout sur les mers et Océans ils devront avoir peur. Maintenant ils savent que nous sommes là et jamais ils n’auront l’esprit tranquille. Et c’est grâce à toi. » Il marqua une courte pause, la gorge serrée par l’émotion. « Je viens de prendre conscience qu’en fait, cette page qu’il fallait que je tourne, je l’ai déjà tournée, ce jour où nous nous sommes rencontrés, ce jour où j’ai vu la vie à travers le regard de ces enfants à l’orphelinat. C’est pour eux et pour toi que je veux construire un monde meilleur »

L’héritière de la plus grande et respectée des familles Atlantes se mit par la suite à chanter. Sa voix avait toujours plu au jeune homme qui admirait la belle pour sa palette artistique si développée et il espérait vraiment qu’elle puisse un jour rejouer de sa lyre. Chose plus que probable si des soins adaptés étaient prodigués et avec le cosmos tout était possible. Une fois qu’elle eut terminé sa merveilleuse mélodie, Nere lui dit :

« C’était très beau Cali … » Nereus hésita un instant. « Dis-moi, est-ce que tu accepterais de me parler un peu plus de ta famille ? De ton frère ? » Il rougissait. « Je veux en apprendre plus sur toi… enfin si tu es d’accord bien sûr. » Nere se sentait proche de Calista mais pour l’être encore plus il voulait vraiment tout connaître d’elle, des Atlas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 22 Sep - 14:30
Tout en chantant, la Demoiselle repensait aux paroles de son amis. Il en avait parcouru du chemin depuis leur rencontre. Lui, l'introverti, était parvenu à lui accorder sa confiance. L'Atlas avait réussi à apprivoiser l'ancien esclave, à lui offrir une nouvelle chance dans la vie. Elle eut un sourire, visiblement satisfaite de ce qui s'était déroulé au cours de cette dernière année et des progrès qu'il avait accompli. Il était vrai que les orphelins l'adoraient, et il le leur rendait bien. Lorsque les dernières notes de sa chanson se terminèrent, la jeune femme resta un instant silencieuse. Elle espérait être parvenue à apaiser le futur Kraken.

Un sourire éclaira son visage lorsqu'il la félicita. Elle savait combien ses chants ou sa musique avaient le pouvoir de l'apaiser. Et en cet instant c'était exactement ce qu'elle voulait. Lui apporter le calme et sérénité qui lui avaient manqué au cours des derniers jours. Elle s'en voulait de l'avoir autant inquiété, mais après tout, elle ne pouvait lui en vouloir. N'avait-elle pas fait de même l'an passé lorsqu'elle l'avait retrouvé blessé et torturé? Elle fut toutefois surprise par la question qu'il lui posa. C'était la première fois qu'il lui demandait de parler de sa famille, pour en apprendre plus sur elle.

Elle s'installa donc confortablement, sa tête reposant contre les coussins alors qu'elle réfléchissait par où commencer. Rêveusement, ses doigts se perdirent dans sa chevelure lilas pour y trouver le bijou qui ne la quittait jamais. Un instant de panique lorsqu'elle s'aperçut que ce dernier ne se trouvait plus là, alors elle se redressa vivement, oubliant la douleur qui la traversait, son regard prenant une teinte quelque peu paniquée.

"- Où est-ce qu'il est?"

Déjà, elle rejetait les draps qui la recouvrait pour se mettre assise au bord du lit. Ses pieds touchèrent le sol et les iris améthystes se portèrent sur sa table de chevet. Alors, elle laissa échapper un soupir de soulagement, tendant le bras pour chercher à se saisir de l'objet qui reposait là. Malheureusement, ses mains bandées ne le lui permettaient pas. Elle en aurait hurlé de frustration, mais se contenta de rester là à contempler l'oeuvre de son frère:

"- J'ai une sœur aînée qui répond au prénom de Satine, et un frère: Cinead. Je ne les ai jamais connu. Ils ont quitté Atlantis le jour où je suis née. Ce bijou, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux. C'est un présent que Nea m'a fait. La seule chose que j'ai de lui. Alors, je le porte tout le temps. C'est un peu comme si j'avais un peu de sa présence avec moi. Le seul lien entre lui et moi."

Doucement, l'Atlante se rallongea, tournant la tête en direction du Marina:

"- Ma mère, ancienne porteuse de l'Ecaille de la Sirène, est morte quelques jours après ma naissance. Visiblement l'accouchement avait été particulièrement difficile, et le fait que Satine et Cinead soient partis n'a pas aidé à améliorer sa santé. Je n'ai donc aucun souvenir d'elle. Tout ce que je sais, c'est que selon grand-père, je lui ressemble beaucoup. Aleyna a été ma nourrice, et un petit peu comme une mère pour moi. J'avais bien besoin d'une figure maternelle, après tout, je n'avais plus que Père et grand-père."

Un instant la Demoiselle ferma les yeux avant de fixer le plafond de la pièce:

"- Père était particulièrement dur et intransigeant avec moi. Mon rôle d'héritière de la famille Atlas, mais également future guerrière de Poséidon, tu comprends. Il attendait beaucoup de moi. Nos rapports étaient particulièrement houleux, mais nous nous aimions. Je n'ai jamais vraiment eu d'amis, n'ayant que peu de temps pour moi. Mes rares instants de loisirs, je les ai passé auprès des Néréides."

Lentement, la tête de Calista roula sur le côté pour fixer son ami:

"- Si tu as d'autres questions n'hésites pas. Mais peut-être que tu voudras te reposer."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 22 Sep - 17:03
S’il y avait bien une chose qui avait évolué chez Nereus depuis son entrée au service de la famille Atlas c’était son goût pour l’art. A vrai dire, le borgne n’avait jamais pu vraiment explorer ce domaine par le passé. C’est aussi sans doute à cause de cela qu’au départ de leur amitié le jeune homme avait longtemps jalousé son ami, Silas. Il avait eu ce que Nere aurait voulu avoir : Une enfance aisée, une éducation, une famille. Après effectivement, il y avait le revers de sa médaille, un manque d’affection plus qu’évident. Parfois le futur général s’en voulait d’être parti sur un coup de tête, de ne pas avoir prévenu son ami de ces intentions de quitter la région pour voyager mais ainsi va la vie. Il y avait aussi ces chants pirates qui en dehors du contexte restaient très beau mais tout cela n’étaient en aucun cas comparable avec la magnifique fois de Calista. Et que dire des douces mélodies que la jeune femme jouait à l’aide de sa lyre ? L’ancien esclave en était tout simplement fan. On dit que la musique adoucit les mœurs et ce n’est pas Nereus qui dira le contraire. Lui l’éternel tourmenté avait trouvé dans l’art de son amie une sorte d’échappatoire et il espérait vraiment que la nymphe pourrait en rejouer à nouveau.

Le jeune homme fronça les sourcils quand Cali s’agita. Avait-elle perdu la raison ? Elle risquait d’aggraver ses blessures et ça en tant que garde du corps et ami il ne pouvait pas le tolérer. Le borgne s’apprêtait à rattraper la jeune femme quand finalement elle se stoppa, étant au bord du lit. « Cali… » dit-il simplement alors qu’il quittait le lit pour en faire le tour et se saisir du précieux objet. Nere n’avait pas mis longtemps à comprendre, Aleyna lui ayant déjà fait un petit topo sur le sujet et surtout sur la valeur qu’avait le bijou aux yeux de l’Atlas. Quelque part, le Marina l’a comprenait, lui aussi avait un objet fétiche depuis quelques temps, le pendentif que la jeune femme lui avait remis une année plus tôt. Nereus le chérissait plus que tout, on peut même dire que le pendentif représentant les Atlas était son seul bien dans ce bas-monde. Calmement, le futur protecteur de l’Arctique s’approcha de Calista pour attacher l’objet tant aimé à la chevelure lilas de son amie. « Voilà, il est de nouveau à sa place. »

S’asseyant à son tour sur le bord du lit, Nereus écoutait avec attention Calista sur sa famille. Certes il avait été indiscret à lui demander de telles informations mais l’ancien esclave en ressentait le besoin. Ainsi en la comprenant mieux, le balafré estimait qu’il serait plus à même de la protéger efficacement. Lui avait dit qu’il ne fallait pas ressasser le passé mais il restait sur un échec avec cette dernière aventure et il ne laisserait pas pareille chose se reproduire. Effectivement, il eut la confirmation que l’objet était très précieux pour elle et qu’il s’agissait là d’un cadeau de son frère, parti depuis déjà trop longtemps. Alors que Cali se rallongea doucement, Nereus lui restait toujours assis sur le bord du lit, songeur se rappelant à quel point il avait pu juger un peu trop vite la jeune femme lors de leur première rencontre. L’ancien esclave se croyait malheureux, ayant eu un passé beaucoup plus triste que l’Atlas mais il n’en était rien. Il avait sombré dans des préjugés classiques concernant les classes sociales et ce n’était pas bien. Pour ainsi dire, Calista n’avait plus de famille, il ne restait que le sage Evaimon, fidèle au poste et sa nourrice. Alors qu’elle avait perdu sa sœur, son frère, sa mère ainsi que son père. Toutes les personnes proches d’elle en somme.

« J’ai un aveux à te faire Cali… Je me sens idiot. J’ai toujours cru que le fait de faire partir d’une bonne famille était important mais il n’en est rien. Que l’on soit riche, pauvre, libre ou esclave les malheurs de ce monde peuvent toucher n’importe qui. Et la personne qui pense le contraire est bête ! »

Nereus repensait alors à Silas et comprenait mieux. Il était riche oui, mais il n’avait rien de plus. L’Atlas avait désormais terminé de répondre aux questions du borgne, enfin de parler d’elle et de sa famille plutôt. Bien qu’il aurait aimé posé d’autres questions pour en apprendre plus sur elle et ses origines, Nere se dit que les deux jeunes auraient tout le loisir d’en reparler plus tard, lorsqu’elle irait mieux. Par contre, le soldat pouvait rebondir sur une autre chose qui ne forcerait pas la belle à ressasser des souvenirs douloureux.

« Elles existent ? Tu sais que je suis aussi lié aux Néréides ? C’est une histoire que je tiens de ma mère. Mon prénom Néreus est tiré de Néré le père des Néréides. Cette légende fascinait maman et elle m’en parlait régulièrement. Il est dit qu’elles sont au nombre de cinquante et qu’elles ressemblent à des sirènes ou encore qu’elles chevauchent des dauphins et hippocampes. Dis est-ce vrai ? Sont-elles aussi belles que dans les récits ? »

Le ton que le jeune homme avait employé se faisait plus enjoué malgré le fait qu’il avait involontairement fait référence à sa défunte mère. Les histoires des Néréides avaient longtemps bercé son enfance et rien qu’à y repenser il avait l’impression de revivre ces quelques moments en compagnie de la femme qui l’avait mis au monde.

« Dis, tu crois que je pourrais les voir ? Je… enfin ça me ferait tellement plaisir de les voir, c’est tout bonnement incroyable d’apprendre leur existence. » Après réflexion, ça ne le perturbait pas plus que cela de voir que les Néréides existaient vraiment puisqu’il avait vu le Kraken de ses propres yeux et Atlantis existait aussi et Poséidon par la même occasion alors pourquoi pas les nymphes ? Par cette nouvelle si soudaine qu’excitante, il n’avait même pas relevé l’invitation à se reposer de son amie et il passa nerveusement une main dans sa chevelure nerveusement.

« Ah je suis désolé, tu veux sans doute te reposer maintenant ? Excuses moi encore, c’est juste que pendant trois jours » Il hésitait à poursuivre « Pendant trois jours je n’ai pas pu profité de mon amie alors j’essaie un peu égoïstement de rattraper le temps perdu. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Jeu 22 Sep - 17:47
Ses tourments et ses craintes face à l'absence de l'objet qui comptait le plus à ses yeux prirent fin lorsque le soldat eut la gentillesse de revenir en parer la chevelure de la Douce. Rassurée, elle remercia d'un sourire son ami pour sa prévenance. Alors, Calista écouta attentivement l'aveu que venait de lui confier le Marina.

Quelque part, la Demoiselle n'était nullement étonnée. Cette idée préconçue, tout le monde l'avait. Penser que le fait de naître dans une famille riche et aisée faisait de vous une personne qui ne manquait de rien. Certes, elle n'avait pas connu la faim, ou la soif. On lui avait offert ce qu'elle avait toujours voulu, Pourtant il y avait une chose dont la Demoiselle avait cruellement souffert: l'absence des siens. Elle avait perdu sa mère, son père. Ses aînés, étaient quant à eux, portés disparus, et personne ne savait rien sur leur compte. Pourtant, au lieu d'en vouloir à son ami d'avoir eu de telles pensées à son égard, elle ne put que tourner la tête vers lui. Ses prunelles améthystes n'exprimaient en rien la colère ou la déception.

"- Tu n'as pas à t'excuser. Nombreux sont ceux à penser cela. Tu n'as fais que suivre une idée préconçue, et je suis contente que mon histoire t'ait fait changer d'opinion sur la question."

A l'évocation des Néréides, la Demoiselle ne put s'empêcher de sourire plus largement face à l'engouement et l'empressement dont faisait preuve de son confident. Elle se retint de rire afin de ne pas avoir de douleur aux côtes, et pour se faire, elle dut mordiller ses lèvres, mais elle eut du mal à se contenir, se contentant alors uniquement de pouffer. C'était la première fois qu'elle le voyait ainsi, et elle devait admettre que le voir tout sourire lui allait nettement mieux que sa mine sérieuse et par moment taciturne.

"- Ah bon? Alors là pour une surprise! Si je m'y étais attendue! Oh je ne m'en serai à peine pas doutée que ton prénom avait un lien quelconque avec elles."

Répondit-elle avec malice, en lui adressant un petit clin d’œil enjoué et espiègle, se retenant pour ne pas lui tirer la langue. Après tout, cela n'aurait pas été digne d'une jeune fille de bonne famille, avant de poursuivre en acquiesçant.

"- Pourquoi n'existeraient-elles pas? Les sirènes sont réelles, tout comme le Kraken, alors pourquoi pas les Néréides? Elles sont d'une beautés époustouflantes, mais très farouches. Rares sont les humains à pouvoir s'en approcher. J'ai eu cette chance depuis que je suis enfant."

Cela faisait un moment pourtant que l'Atlante ne s'était pas rendue en ce lieu que peu connaissaient. Elle devait avouer que la présence légère et bienfaisante des créatures lui manquait. Peut-être était-ce là l'occasion d'y retourner après tout.

"- Il m'arrive parfois d'aller les voir. Même si cela fait bien longtemps que je n'ai pas eu cette occasion je dois bien l'admettre. Je ne te garantis pas qu'elles se laisseront approcher par toi, mais peut-être voudrais-tu m'accompagner dans cette crique où j'avais l'habitude de les retrouver? Je ne te garantis pas qu'elles seront là, mais on pourrait toujours essayer. Du moins, quand je serai en plus grande forme."

Elle eut un sourire avant de secouer doucement la tête en signe de dénégation. Elle n'avait pas sommeil. Cali ne voulait pas retrouver les Ténèbres. Doucement, elle tendit sa main pour venir glisser celle-ci dans celle du futur Kraken. Elle nota la légère rougeur qui parait ses joues se demandant ce qui pouvait bien en être la cause. Sûrement des effets de son excitation suite à toutes ces questions posées sur les filles de Néré.

"- Je t'ai déjà dis que je n'avais pas sommeil Nere. Tu veux bien revenir à côté de moi s'il te plaît? Et puis, mon ami m'a également manqué. Même si je suis profondément désolée de lui avoir causé tous ces tourments."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Ven 23 Sep - 11:58
L'évocation des Néréides avait provoqué chez Nereus une sorte de mini-euphorie. Jamais le jeune homme n'avait évoqué sa mère jusqu'à présent et là, sans qu'il ne s'en rende compte, il venait d'en parler un peu à son amie. Durant ces quelques années où Nere avait vécu avec sa mère chez de hauts responsables de l'Empire, le gamin avait eu régulièrement le droit d'entendre des histoires sur les Néreides, mythes qu'il adorait. Ces histoires lui permettaient de s'évader ne serait-ce qu'un peu de son quotidien monotone de l'époque. Même si c'était évident, Nereus n'avait jamais parlé à quiconque de cette anecdote et encore moins que la personne à l'origine était sa génitrice. Et lorsque son amie le moqua légèrement suite à cette "révélation" son visage se ferma, l'excitation l'avait abandonné. Le Marina se sentait légèrement blessé mais il ne dit rien, Cali n'avait pas besoin de se tracasser pour une petite boutade.

L'héritière de la plus grande famille d'Atlantis aborda ensuite les mêmes évidences qui avaient traversé l'esprit du borgne lorsque ce dernier avait posé cette question inutile. Oui par le passé Nere avait eu le privilège de voir le fameux Kraken en action il était donc logique de penser que les autres monstres de la mythologie existaient eux aussi. Il en existait tellement, si cela se trouvait Atlantis regroupait la plupart d'entre eux, Charybe, Scylla, le Léviathan même. "Scylla... tu l'as déjà vu ? C'est logique qu'ils existent tous, c'est plus que probable même mais si c’est incroyable. Je veux dire j'ai grandi avec ces histoires et jamais avant que le Kraken me sauve la vie je n'aurais pensé qu'ils existaient vraiment." Nereus était en train de se livrer à nouveau, espérant que son ami ne se moque pas une nouvelle fois. Ce lien qui était en train de se créer, le borgne y tenait vraiment beaucoup.

Nereus apprit ensuite que cela faisait quelques temps que Calista n'avait pas été rendre visite aux créatures marines. Le garde du corps ne pouvait pas la contredire sur ce point, en un an de temps au service de la jeune femme jamais le duo n'avait rencontré les Néréides. Était-ce de sa faute ? Était-ce à cause de lui qu’elle n’avait pas été leur rendre visite ? Non, la nymphe avait pas mal de chose à faire entre la gestion familiale et son entrainement, c’était sans doute à cause du manque de temps et rien d’autre. Et lorsque que l’héritière lui proposa de rendre visite aux Néréides, Nereus se tourna vers son amie avec le même regard pétillant qu’un enfant pourrait arborer. « C’est vrai ? Tu ferais ça pour moi ? » C’était limite un rêve que de voir les Néréides pour le garde du corps alors avoir la possibilité de le réaliser c’était juste enthousiasmant pour lui, un enthousiasme si rare pour l’ancien esclave…. Bien sûr rien n’était fait et il y avait ce risque de ne pas les voir, que les créatures prennent peurs en voyant Nereus. Puis son visage abimé par la guerre allait s’en doute faire son effet et effrayer les Néréides. Après quelques secondes de réflexion il déclara : « Je veux tenter le coup, on verra bien si je les effraie ou non après tout les enfants de l’orphelinat n’ont pas peur de moi alors ça pourrait le faire. »

Cali déclara ensuite qu’elle n’avait pas sommeil et qu’elle le lui avait déjà dit mais Nere s’inquiétait vraiment pour elle et il continuerait à s’inquiéter aussi longtemps qu’il le faudrait ! Suite à sa demande, le garde du corps refit le tour du lit pour reprendre sa position initiale dans le lit, amenant lentement et avec douceur la belle aux yeux d’améthystes contre lui. Sans s’en rendre compte, il jouait avec les cheveux lilas, une autre question lui taraudant l’esprit.

« Dis-moi, ce n’est pas trop dur d’être l’héritière de la famille Atlas ? Je veux dire, toute cette pression en plus de ton entrainement quotidien, comment fais-tu ? » L’attitude de l’Atlas forçait l’admiration pour Nereus et ce dernier devait bien le reconnaitre. Même actuellement alors qu’elle était blessée, elle montrait une sacrée force de caractère chaque jours durant alors qu’elle était la dernière de la famille la plus importante d’Atlantis. Sa seconde main se posait sur le médaillon que son amie lui avait offert quelques temps plus tôt.

« Tu crois que tu porteras une scale un jour ? » Ce n’était sans doute pas le moment pour poser une telle question mais Nere ressentait le besoin de continuer à parler à son amie. Alors que d’habitude il était si discret, il était en ce moment un vrai moulin à parole.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Ven 23 Sep - 14:35
Elle avait voulu le taquiner, en parlant de l'origine du prénom de son ami, histoire de voir ses traits se parer d'un sourire, et se détendre, après ces journées angoissantes qui avaient dû être les siennes lorsqu'il avait veillé sur elle. Elle n'avait pas fait mouche. Bien au contraire, son visage c'était à nouveau fermé, et son euphorie, envolée. Intérieurement, elle se traita d'idiote, et ne put s'empêcher de mordiller ses lèvres. A aucun moment la Nymphe n'avait voulu le blesser. Alors, elle se promit de ne pas répéter la même erreur. Aussi lorsqu'il lui demanda si elle avait déjà vu Scylla, la Demoiselle secoua doucement la tête en signe de dénégation.

"- Non, jamais. Mais je ne désespère de la voir un jour tu sais. Je ne crains pas de la rencontrer, J'espère même avoir cette chance un jour. Et toi? Quand le Kraken a coulé le navire, est-ce que tu l'as vu?"

Sa réponse et sa question étaient sérieuses. Il n'y avait pas la moindre once de moquerie dans la voix de la jeune femme, pas plus qu'il n'y en eut lorsqu'il lui demanda pour les Néréides. Seul un doux sourire vint étirer les lèvres de l'Atlas avant qu'elle ne réponde.

"- Bien entendu puisque je te le dis. Ai-je déjà prononcé des paroles en l'air depuis que tu me connais? Par contre, je ne peux te garantir leur réaction. Ce ne sont malheureusement pas des enfants. Elles sont du genre craintives. Il n'est pas aisé de les approcher. J'irai d'abord et tu me rejoindras quand je te ferai signe. Mais pas avant. Je ne suis déjà pas très sûre qu'elles acceptent ma présence après cette longue absence, alors celle d'un étranger..."

Cali suivait le moindre mouvement de Nereus. Heureuse de voir ce dernier accéder à sa requête, la Belle sentit à nouveau son matelas s'affaisser légèrement sous le poids du Marina. La seconde suivante, il eut un geste tendre à son encontre, la ramenant doucement contre lui, comme si elle était la chose plus fragile et précieuse au monde. Elle ne dira mot, quelque peu surprise de sentir ses doigts se perdre dans les mèches de sa longue chevelure. Pourtant ce contact n'avait rien de désagréable à ses yeux. Bien au contraire, il eut le don de l'apaiser, même si une légère rougeur teintait ses joues. Alors, lentement, elle ferma les yeux, venant simplement passer un bras autour de la taille du soldat. Sa question lui amena un doux sourire. C'était la première fois qu'elle le voyait s’inquiéter de son rôle d'héritière:

"- Je ne cache pas qu'il m'est déjà arrivé de maudire mon rang et mon titre. Surtout lorsque j'étais petite fille. Enfant, nous pensons simplement à nous amuser, moi je ne le pouvais pas. Parvenir à concilier les deux est une simple question d'organisation. Ni plus ni moins. D'ailleurs, si je vais mieux dans les jours à venir, j'aimerais au moins gérer les affaires familiales. Je n'aime guère accumuler trop de retard. Et grand-père a dû être bien trop occupé les derniers jours pour gérer celles-ci. "

Elle pensait avoir répondu à ses questions, mais il semblerait que le futur Kraken était soudainement prit de cette envie de lui en poser tout un tas d'autre. Bien qu'elle trouvait cela surprenant, il n'en demeurait pas moins que Calista appréciait. Si elle espérait revêtir une écaille un jour? C'était là le but qu'elle poursuivait depuis sa plus tendre enfance.

"- Je l'espère en tout cas. Je m'y entraîne depuis l'âge de six ans. Jour après jour. En fait, je le désire plus que tout autre chose. Je me dois devenir forte, pour être en mesure de protéger Cinead et Satine le jour où ils reviendront. Je serai leur Gardienne."

Doucement, elle releva son visage en direction du Marina:

"- Nere...je suis désolée pour toute à l'heure. Je voulais simplement plaisanter et te revoir avec ce sourire qui t'allait si bien. Je te demande pardon si je t'ai blessé. C'est la première fois que tu me parlais de ta mère. Tu veux bien m'en dire plus sur elle? Je suis certaine qu'elle devait être une femme merveilleuse."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Ven 23 Sep - 17:25
S’il avait vu le Kraken ? Plutôt oui ! Tout ce que Nereus avait vu ce jour-là resterait à jamais gravé dans sa mémoire. Le soldat n’oublierait jamais. Il n’oublierait jamais les immenses tentacules sortant de l’eau venant s’abattre avec fracas sur le bateau pirate ou encore lorsqu’elles attrapèrent certains mercenaires pour les entrainer au fond mais aussi ce grondement si particulier s’élevant du fin fond des abysses. L’ancien esclave revoyait parfaitement les tourbillons aquatiques qui semblaient creuser la mer mais ce qui l’avait le plus intrigué c’était pourquoi lui et pas un autre ? Pourquoi la créature lui avait sauvé la vie ? ET pas les autres ? Etait-ce un fait de l’empereur des mers ou un caprice du Kraken ? Forcément il y avait un but caché sinon il ne se serait jamais réveillé sur une plage non loin d’Alexandrie qui comme par hasard était en théorie le territoire des Marinas.

« Le Kraken… je pense mais je ne sais pas trop à vrai dire. C’était le jour où j’avais décidé de me rebeller, de ne plus être esclave. J’étais prêt à mourir, j’avais accepté mon sort lorsqu’un monstre marin a fait son apparition. C’est un peu théâtral dit comme ça mais avec le temps je me dis que son arrivée n’est pas due au hasard mais surtout la question que je me pose c’est pourquoi ? Pourquoi moi ? » Nere marqua une pause, réfléchissant : « Enfin… mais bon pour te répondre clairement je n’ai vu que des tentacules assez grandes capables d’emporter le plus gros navire de guerre que tu n’aies jamais vu ! » Nereus espérait tout comme Calista le voulait avec Scylla rencontrer le Kraken ne serait-ce que pour comprendre. On pourrait dire qu’il s’agissait là de son second objectif après la protection de son amie et des Atlantes en général.

Il écoutait Calista qui lui confirmait qu’elle ne donnait jamais de parole qu’elle ne pourrait tenir et Nereus n’en fut que plus excité. Voir les Néréides, vraiment c’était si impensable il y a encore quelques temps que cela en était presque irréel. Cali était également franche sur les chances du garde du corps quant à les approcher ou même les voir ce qui n’était pas très étonnant pour Nere, il s’agissait là quand même de créatures mythiques s’il était si facile que ça de les rencontrer leur mythe s’effondrerait comme un château de cartes. « Je comprends, j’avoue que je serais déçu si jamais on ne pourrait pas les voir mais rien que le fait que tu me proposes d’essayer et que tu acceptes de partager ce secret avec moi est déjà une grande satisfaction en soit. » C’était l’évidence même, Cali allait partager un secret avec le jeune homme, secret que peu de personnes ne devaient connaitre en dehors des Atlas et encore ! Et le borgne était très touché de cette délicate attention.

Le futur général du Kraken obtempéra à la demande de son amie quant à la rejoindre comme un peu plus tôt dans le lit. Lui-même devait l’admettre, il était assez fatigué et s’installer confortablement avec Calista pour discuter ne serait pas du luxe. Un petit rictus apparut sur son visage quand la belle lui raconta comment elle avait pu maudire son statut durant son enfance, y voyant là une nouvelle similitude avec leurs passés respectifs. Par contre il était à deux doigts de bondir du lit quand Cali mentionna la possibilité de reprendre les affaires familiales. « Tu t’occuperas des affaires uniquement quand ton état te le permettra, Evaimon s’en occupe alors reposes toi. » Sa voix bien que douce ne laissait pas de place à la contradiction, Nere serait intransigeant la dessus et il était certain que l’entourage de Calista le soutiendrait dans cette décision.

Puis le garçon à la chevelure émeraude se crispa devant la réponse de son amie sur ses rêves d’écaille. Oui elle voulait bien en revêtir une pour se battre. Mais était-ce vraiment raisonnable qu’elle se mette ainsi en danger ? Nere ne dit rien, jugeant simplement qu’il avait encore le temps de voir venir d’ici que cet évènement ne se produise, mais combien de temps lui restait-il vraiment ? L’Atlas s’entrainait depuis des années, son cosmos était largement supérieur au sien alors…. « Et moi ton gardien… » Ces quelques mots sortirent naturellement lorsque Cali mentionna son souhait de protéger sa sœur et son frère. Il venait d’exprimer le sien, sans vraiment y penser.

Puis alors que le balafré ne s’y attendait absolument pas, la nymphe présenta ses excuses. Ainsi elle avait remarqué avoir touché un point sensible. Nereus savait qu’il n’y avait rien de méchant mais il n’avait pas pu s’empêcher d’avoir mal au cœur, c’était la première fois qu’il parlait de sa mère. « Ce n’est rien, c’est moi enfin c’est un sujet douloureux et je l’ai abordé sans même m’en rendre compte. Ce nom qu’elle m’a donné et sa signification, c’est la seule chose qui me rattache encore à elle. » L’ancien esclave se stoppa, fixant de son œil unique son amie. « C’est idiot non ? Pourtant je me rappelle tant de choses à son sujet. Sa belle et longue chevelure d’ébène, ses yeux aussi bleus que l’océan, les histoires sur les créatures mythologiques qu’elle me contait pour m’endormir mais pas que… » Le garde du corps se stoppa, bêtement il avait peur qu’elle ne le juge alors qu’au fond de lui-même il savait que Cali n’était pas de ce genre de personne qui jugerait un homme pour une telle chose. Mais la honte prédominait à ce moment même. Devait-il aller jusqu’au bout ?

« Je n’ai jamais connu mon père, ma mère a été très discrète sur ce sujet. Quant à elle, tout se passait très bien même si la vie ne nous a pas fait de cadeau jusqu’au jour où pour moi elle a du… faire le commerce de ses charmes… pour notre survie. Quelque part c’est moi qui l’ai tuée, elle n’aurait jamais fait de telles choses si je n’étais pas là ... Tout cela, elle l’a fait pour moi et uniquement pour moi … » Les propos du jeune homme étaient flous et Cali ne comprendrait sans pas tout pour le moment mais Nereus ne savait pas vraiment comment abordé le sujet, étant en proie à ses émotions les plus secrètes, les plus sombres en ce moment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Ven 23 Sep - 19:47
Elle l'avait écouté lui narrer son histoire. C'était la première fois qu'il se livrait autant sur sa personne, et quelque part, Cali était heureuse d'être celle à qui il racontait tout cela. Il lui ouvrait une partie de son cœur et cela la touchait beaucoup. Tel un enfant à qui l'on racontait un conte, l'Atlante buvait ses paroles quand il lui parla du jour de sa délivrance de son ancienne vie. Elle avait l'impression de vivre celle-ci comme si elle y était. Une part d'elle remercia intérieurement la mythique créature pour avoir sauvé la vie de son ami ce jour là. Et en tout cas, la Demoiselle voyait en cela un signe. A nouveau, elle le sentit s'enthousiasmer au sujet des Néréides. Elle espérait sincèrement ne pas le décevoir, elle voulait tellement lui accorder ce plaisir.

Lorsqu'elle avait évoqué de travailler, elle ne s'était nullement attendue à une telle réaction au point qu'elle en sursauta légèrement, de surprise et de stupeur. C'était la première fois qu'il lui parlait de la sorte: froidement et qui ne laissait aucune place à la discussion. Un instant, la fière Atlas fronça les sourcils, alors qu'une moue boudeuse s'affichait sur son visage. Croisant les bras, détournant la tête crânement, la Belle semblait particulièrement mécontente, tandis qu'elle grommelait:

"- C'est facile à dire, c'est pas toi qui va tout te taper le retard après. Et puis j'aurais rien de mieux à faire. C'est particulièrement chiant d'être étendue toute la journée à attendre que le temps passe. Et grand-père doit se reposer aussi."

Néanmoins, elle l'avait senti se crisper légèrement, presque imperceptiblement contre elle quand elle avait évoqué son désir d'écaille. Elle lâcha alors un soupir. Pourquoi? Elle voulait simplement suivre son rêve d'enfance. Le toucher du bout des doigts ne lui suffisait pas. Elle voulait l'embrasser et le vivre pleinement. Protéger Atlantis était une mission que tout Sang-Pur digne de ce nom rêvait d'accomplir, d'autant plus lorsque l'on naît Atlas. C'était une vocation pour ainsi dire. Elle arqua un sourcil interrogateur à ses paroles à peine murmurées. Son gardien. Comptait-il veiller toujours veiller sur elle, même une fois qu'elle aurait son écaille? A n'en pas douter la réponse était oui. Calista fut touchée, cela était certain, mais avec une scale, elle serait bien plus puissante qu'elle ne l'était à présent, elle en avait parfaitement conscience. Aussi garda-t-elle le silence, ne voulant pas le blesser, faisant comme si de rien était.

Alors, elle l'écouta simplement lui parler de sa mère. Le sujet semblait particulièrement épineux et délicat. Après tout, en un an, c'était la première fois qu'il lui parlait d'elle. Mais elle n'était nullement vexée. Elle était du genre patiente. Elle lui offrit un sourire tendre, venant poser une main sur sa joue pour plonger son regard dans le sien.

"- Je sais à qui tu dois la couleur de tes yeux alors. Moi je trouve ça très beau que tu chérisses ses souvenirs de la sorte. Quelque part, c'est comme si une part d'elle vivait toujours en toi."

Elle l'écouta lui narrer la suite qui était nettement moins joyeuse. Ce qui la peinait le plus dans l'histoire, c'était le fait qu'il se sentait coupable de quelque chose qui ne l'était en aucun cas. un soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle venait délicatement poser celles-ci sur le front de son ami avant de l'observer, laissant ses doigts fins caresser avec tendresse sa joue:

"- Nere...Tu n'as pas à t'en vouloir. Ce n'était pas ta faute. Ta mère a fait ce choix parce qu'elle voulait te permettre de vivre. C'était un acte d'amour d'une mère pour son fils. Le plus beau qu'elle pouvait t'offrir. Je suis certaine qu'elle ne voudrait pas voir son fils se morfondre de la sorte. Deviens ce dont elle aurait pu être le plus fier. Alors s'il te plaît, ne te reproche pas cela. Ne te reproche pas d'être en vie."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   Sam 24 Sep - 9:06
Calista ne semblait pas d'accord avec Nereus lorsque ce dernier lui donna l'ordre de se reposer et de ne pas s'occuper des affaires familiales pour l'instant. Le borgne ne savait pas si elle jouait la comédie ou non mais la petite mine boudeuse qu'elle affichait à ce moment avait la particularité de toujours arracher un sourire au soldat et cette fois ce n'était pas différent. Nere se rendait bien compte que la jeune femme avait beaucoup à faire mais elle devait pour une fois s'occuper d'elle, les affaires familiales pourraient attendre et il était certain qu'Evaimon allait parfaitement tenir le choc encore quelques jours. L'Atlas avait beau être âgé il n'en demeurait pas moins qu'il était très important pour Atlantis. Nere savait que pour l'instant elle baissait le pavillon mais dans quelques jours voire peut-être demain il faudrait se battre à nouveau avec la jeune femme pour qu'elle reste tranquille. Le ballafré le savait d'avance, les prochains jours allaient être particulièrement difficile à gérer. Levant lentement sa main il déposa une pichenette sur le bout du nez de l'Atlas avec un petit sourire en coin pensant avoir trouvé un argument imparable.

"Tu te rappelles l'année dernière ? Notre seconde rencontre où j'étais moi même dans ce lit bien amoché ? Je n'ai pas pu bouger durant des semaines parce qu'une certaine personne l'avait décrété, alors c'est le moment de me rendre la pareil ! Quant à ton grand-père j'irai le voir, peut-être que je pourrais assurer quelques taches subalternes."

Nereus n'avait pas la prétention de gérer les affaires de la plus grande des familles mais peut-être qu'il pourrait exceptionnellement seconder Evaimon histoire qu'il ne se fatigue pas trop et ainsi son amie pourrait se reposer plus longtemps. Même si tous le monde ne le voyait pas de cet oeil, Nere était le serviteur de la famille il est donc logique qu'il serve les Atlas de son mieux.

Par la suite Nereus parla de sa mère pour la première fois à quelqu'un. Personne n'avait jamais entendu parler de cette femme qui lui avait donné la vie. Plusieurs fois ses compagnons d'infortune sur ce maudit bateau d'esclave parlaient de leurs vies passées mais jamais Nereus, jamais il ne s'était autorisé à en parler et là pour la première fois il se livrait sans retenu. Nere parlait beaucoup, peut-être même un peu trop pour l'Atlas mais le jeune homme ne s'en rendait pas compte. C'était comme si après toutes ces années le borgne avait besoin d'expulser toutes ces paroles, de se confesser sur son ressenti. Pour lui c'était comme si l'avait tué, c'était de sa faute si elle a dû faire toutes ces choses qui avilissantes pour une femme. D'ailleurs il s'était bien gardé de lui dire que vers la fin, sa mère le lui reprochait sans cesse, son attitude bien éveillante ayant laissé place à la haine envers lui et les hommes en particulier.

Mais entre-temps l'Atlas venait d'énoncer une vérité que le jeune homme n'avait jamais pensé auparavant. Il avait cette même couleur azurée qui teintait les yeux de sa mère. Ce petit plus qui faisait du regard de sa mère un regard merveilleux il l'avait aussi.... Il y a de ces moments où on se retrouve idiot devant une chose qui paraissait évidente mais que l'on ne savait. Ce moment en était un pour le futur général. A chaque fois qu'il revoyait sa mère dans sa tête c'était ce regard, ces yeux qu'il se rappelait le plus malgré les années et en fait il possèdait les mêmes.... Puis la future Scylla déposa un baiser sur son front comme il l'avait fait auparavant et elle continua, disant au futur Kraken qu'il ne devait pas s'en vouloir que c'était un choix de sa part pour lui permettre de vivre. Mais était-ce bien de vivre au dépend d'autrui ? Petit à petit, le Marina adhérait de plus en plus à la vision de Poséidon : Engloutir ce monde pourri par les vices des Hommes et le purifier une bonne fois pour toute.

"Est-ce que j'ai le droit aussi ? De vivre au dépend d'une autre personne ? Ce choix lui a été imposé Cali. Il n'y avait pas d'autre choix possible. Le véritable problème c'est ce monde dans lequel on vit."

Nereus fixait à présent le plafond de la chambre ne pouvant soutenir le regard de son amie, trop d'émotions prenant le dessus. Il s'était fait prendre à son propre piège, en voulant en apprendre plus sur la jeune femme Nereus venait de se dévoiler un peu plus réveillant un de ses souvenirs les plus douloureux.

"C'était un choix erroné... Non c'est ce monde qui est erroné... Parfois tu n'as pas envie d'en vouloir à la terre entière, aux dieux pour ton destin ? Tes parents, ton frère et ta soeur ? C'est ce monde qui les a englouti ..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
Contenu sponsorisé
Message Re: [547] Always here for you [PV Calista]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[547] Always here for you [PV Calista]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Liens improbables [PV : Calista Manticore]
» Sauvetage raté (Alwin, Keylo, Lisa, Ilialis, Calista)
» Idryl T'allen
» [Undertaker] Le fossoyeur et la fille au coeur par trois fois brisé [PV: Undertaker & Calista Moon]
» [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: