Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 ▬ Chemin voilé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AedanavatarArmure :
Oracle du Merle

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
244/244  (244/244)
Message ▬ Chemin voilé   Ven 16 Sep - 14:49
Mes doigts glissent sur le voile d’eau invisible du commun, incapable d’en saisir le lourd pan. Aucune sollicitation de mon cosmos ne parvient à ôter cette barrière apposée. Rien. Nulle incantation. Nul appel. Pas plus que les prières. Inaccessible. Je ne peux plus rejoindre le Sidh. Je sais pourtant que cet essai est vain, pourtant, chaque jour, je m’y applique, encore et encore avec un espoir qui se fait de plus en plus mince. Est-ce seulement moi ? Ma main retombe mollement le long de mon corps. Tremblante. Jusque là, je n’avais pas pris garde à ce sombre brouillard qui s’était levé en mon cœur. Il avait la couleur du regret, de celui qui m’étreint encore un peu malgré moi lorsque mes pensées vagabondes et s’attardent sur cet instant. Sur cette guerre. Sur ce carnage. Accepter est une leçon difficile à appréhender. Pourtant, à la lumière de cette sinistre constatation, je comprends maintenant que cette brume d’angoisse tapie n’est pas que lié à cet évènement. Ma gorge se serre. Je ne peux plus parcourir les plaines du Sidh. Cette conclusion m’effraie. Me terrorise même. Le Sidh est une terre sacrée, primordiale pour nous, pourtant, ce n’est qu’aujourd’hui, alors que mes appels demeurent vains, que j’en ressens l’impact. L’importance. Une partie de moi. C’était comme si une parcelle de moi m’était inaccessible, se dérobant à moi, comme si... j’avais été amputé d’une part de mon essence. Un vide.

Et moi qui croyais juste que c’était là un effet de ma convalescence... De ma faiblesse. De mon trouble. Un soupire vient s’échapper de mes lèvres. Lentement, je viens m’asseoir contre cet arbre massif qui peuple cette forêt de pin à l’écart de Rome. Le chien blanc vient se glisser contre moi, m’offrant une chaleur dont j’ai l’impression de manquer cruellement. Pourtant, le soleil est encore haut, bien que déclinant, et en cette saison, la chaleur est écrasante. Mais... j’ai froid. J’offre à mon compagnon de tous les instants, un sourire reconnaissant en enfouissant mes mains dans son pelage dru. Lui, il doit avoir si chaud. « Merci Setanta. » Son gémissement en réponse me fait mal au cœur. Il s’inquiète. Il s’inquiète pour moi. Il ne devrait pas. « Ça va. Ça va, ne t’inquiète pas. Je me sens juste un peu...» Un peu quoi ? Ma voix se meurt. Mon regard se trouble. Mes doigts viennent lentement glisser sur mes paupières pour en ôter le voile. Mes yeux se sont rétablis bien qu’il demeure parfois sur eux une brume légère qui s’estompe bien vite. C’est plaisant de pouvoir revoir comme avant. Oui. C’est plaisant...

« Perdu. »


Le mot s’échappe et s’envole. Oui. Perdu. Je ne l’ai jamais vraiment été jusque là. Je n’ai jamais vraiment eu de chemin à parcourir, de sentier à arpenter, avançant au gré de mes envies et des paroles chantantes du Merle. Avancer sans rien attendre, juste découvrir, c’est... bien différent. C’est une étrange sensation. « J’ai l’impression d’être encore un enfant. » Je marmonne, laissant mon regard embraser les cieux. Je ne dois pas me laisser aller à la morosité, ça ne me ressemble pas. Vraiment pas. Mes doigts viennent enserrer le triskel à mon cou, en caresse les motifs avec distraction. J’aimerai qu’il soit là. Pour m’expliquer au moins ce qu’il se passe et comprendre... Un rire vient secouer mes épaules. Un rire dans lequel la joie n’est que peu présente. Un rire amer et un sourire semblable. « Quel guide pitoyable je fais. » Un guide perdu. Quelle ironie. Ma main vient glisser dans ma chevelure de feu, mon regard s’échappant à l’horizon. Perdu. Mais... « Je dois faire quelque chose. » Un murmure. Agir. Mais que faire ? J'ai passé ces dernières semaines à ruminer en silence, sentant en mon âme ce déchirement que je ne comprends pas, attendant que mon corps ne récupère... Pas seulement mon corps cela dit. Pas juste lui... Pourtant...

Je dois trouver.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t269-aedan-l-oracle-du-merl
 
▬ Chemin voilé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh ! Les voilà ...
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]
» Quand on est perdu, on demande son chemin. [TERMINE]
» louis chedid voilà pourquoi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Italia :: Principautés italiennes-
Sauter vers: