Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Airôth - Chevalier d'Or du Taureau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AirôthavatarArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
300/300  (300/300)
CC:
305/305  (305/305)
Message Airôth - Chevalier d'Or du Taureau   Mer 21 Sep - 10:24
Airôth
Qui est-il ?


    Nom : Kaor'Khan (surnommé Airôth)
    Date de naissance : Début Mai 525.
    Âge : 25 ans.
    Sexe : Masculin.
    Armure demandée : Armure d'Or du Taureau.


Comment est-il ?

Airôth est le fruit d'un mélange entre une esclave égyptienne et d'un marchant scandinave, ce dernier étant arrivé en Egypte pour affaire et avait acheté puis affranchi sa femme avant de le faire un enfant. Chose qu'il s'empressa de défaire quelques années plus tard lorsque, ruiné, il vendit sa femme et son fils en tant qu'esclave avant de disparaître. Nous avons donc un grand gaillard au teint mat avec des cheveux platine, presque blancs, un contraste qui en plus d'être surprenant et inhabituel, était pourtant assez harmonieux. C'était là la première chose qui le démarquait des autres, le pur mélange des terres glacées et du désert. La deuxième chose qui le rend exceptionnel visuellement est sa taille, il frôle les deux mètres sans pour autant les atteindre et possède une carrure qui, sans être monstrueuse, n'est pas non plus anodine. Son corps a été forgé par ses années d'esclave et mercenaire, renforçant ses muscles et son caractère. Aujourd'hui il porte fièrement son armure, ses cheveux son courts. A l'arrière et l'avant de son crane il a laissé pousser ses cheveux légèrement, quelques mèches décorant son visage et venant caresser ses épaules. Ses yeux quant à eux sont aussi dorés que son armure.

Airôth n'est pas quelqu'un de mauvais, il est très influençable et a juste pris des chemins peu glorieux pour survivre. Il ne cherche qu'à vivre assez paisiblement profiter de ce qu'il a et ce peu importe le moyen. Depuis qu'il a rejoint les rangs des chevaliers sacrés d'Athéna il a trouvé une certaine sérénité, la vie est agréable dans son temple et les personnes qui l'entourent sont sympathiques, serviteurs (surtout des femmes) comme ses apprentis. Souvent le sourire aux lèvres, débordant de bonne humeur il se plait à être celui qu'il veut être : un Preux Chevalier comme certains s'étaient évertués à le définir.

(Il s'agit de la description de ma première présentation, s'agissant d'un personnage déjà joué mais d'un nouveau compte j'ai eu l'autorisation d'utiliser mon ancienne description que j'ai un peu adapté, Airôth s'étant laissé pousser les cheveux un peu depuis le temps...)

Son Histoire

Khaaaaan...

Encore ce son lugubre, comme venant des profondeurs même de la terre, soufflé d'une manière putride et assourdissante. Un appel lointain et pourtant si proche qu'il ne cessait de l'assaillir depuis plusieurs jours désormais, a dire vrai il ne les entendait que depuis qu'il eut voyagé avec la Sainte du Cancer et leur rencontre improbable avec un des Guerrier Sacré d'Odin. Mais pouvait-on seulement parler d'entendre ? Il était le seul à les percevoir, à les ressentir car là était le terme le plus approprié. Une sensation plus qu'un son, seulement matérialisée de la sorte. Pourtant l’Éthérée, son amie la plus proche, avait su lui expliquer par de brefs mots qu'il se devait de les suivre, qu'elle avait accompli sa mission auprès de lui celle, celle pour laquelle ils avaient traversé une partie du monde. Ce regard court et qui pourtant sembla lui paraître long, une éternité, avait plus parlé que tout autre chose. Une sévérité certaine, pleine de douceur cependant. Celle d'un foyer.

Il avançait alors, avait traversé bien des terres et affronté la mer à nouveau pour son plus grand malheur, lui qui ne supportait pas les voyages de la sorte. Le voilà en Egypte, berceau de celui qui fut Taureau Blanc, Saint d'Athéna placé sous l'étoile d'Aldébaran. Il se trouvait au milieu de nulle part, dans le sable et le vent, le visage masqué par des tissus qui le protégeait des assaut du sable, fouet presque invisible qui marquait la peau autant que le soleil de plomb. Bien différent du temps qu'il avait quitté lorsque Sunilda et lui s'étaient aventurés sur les terres des nordiques. Machinalement il passa ses doigts sur sa joue, douce caresse en se remémorant celle des lèvres de l'ancienne esclave pour leurs adieux. Il eut un sourire, léger, souvenir agréable. Une force.

Khaaaan...

Toujours guidé par le mystère, par l'inconnu, il avait l'impression d'être appelé, d'être aspiré vers une force qu'il n'appréhendait pas encore, presque pourtant. Au moins il avait que ce que Sunilda avait fait pour lui sauver la vie face à l'Ase avait fait plus. Bien plus. Ses enseignements étaient au final bénéfiques, il commençait à comprendre ce monde qu s’était imposé à lui et savait donc que le voyage, court, vers l'autre monde avait éveillé quelque chose en lui. Pour lui. Seulement il ne savait pas quoi même si l'espoir qu était le sien avait su lui faire croire que, oui, il saurait redevenir celui qu'il avait appris à être. Ce Preux Chevalier.

Ce fut non loin de Thèbes, devant une bâtisse sans prétention perdue entre deux collines, seule rescapée d'une successions de ruines plus ou moins ensevelies sous le sable. Le murmure qui était désormais sien semblait vibrer à l'approche du lieu, alors qu'Airôth, lui, regardait les terres l'entourant avec désolation. Guerre. Passé. Fin de tout. Il avait quitté le tissu qui ornait sa tête et masqué son visage, protégé par la géographie de lieux, de toute manière dans quelques instants il allait pénétrer dans ce qu'il pensait être un tombeau. Avait-il tort ?

Khaaan...

Cette fois il fut presque physique, il eut l'impression que ce bruit lui avait caressé la peau à l'instant où il eut pénétré cette enceinte vers laquelle il était aimanté. Son cœur commençait à battre alors, plus fort, au rythme de ses pas, au rythme de cette sonorité lointaine qui lui semblait pourtant si proche. Alors il s'enfonçait, des marches creusaient la terre pour laisser place, en contrebas à une grande pièce vide de laquelle émanait une odeur forte, celle de la mort. Alors il plaça son écharpe devant sa bouche et son nez, lentement, regardant autour de lui guidé par une simple torche dans cette obscurité. Il put apprivoisée ça et là des troches murales qu'il s'empressa d'allumer une à une, étant désormais au cœur de ce qui semblait être son but. Pourtant plus de bruit si ce n'est celui des flammes dansant lentement. Ce sentiment qui oppressait son esprit, ses sens n'était plus et pourtant il était toujours attiré ici. Alors il cherchait. Il aperçu une mince ouverture dans laquelle un enfant voir un petit adulte aurait pu se glisser cependant, bien trop petite pour lui.

Khaan...

Un dernier souffle, plus fort, lui parvint de cette ouverture à l’instant où ses doigts frôlèrent la pierre. Il semblait d'un coup emporté par une force nouvelle alors, grattant la roche, cherchant a déloger ses morceaux pour en agrandir l'espace et se diriger de l'autre côté là où il ne pouvait aller encore. Peut être qu'en cet instant il ne se contrôlait plus, si bien que le sang commençait à se rependre sur le mur, ses mains écorchées, sa peau déchirer au bout des doigts. Pourtant il ne s'arrêtait pas, faisait fit de la douleur, son cœur battait à rythme qui n'était le sien, claqué sur ce souffle désormais si proche.

Puis une nouvelle fois, plus rien, le son, le souffle, le battement profond s'étaient éteint et lui se senti alors comme vidé d'une énergie qu'il savait ne pas être la sienne. Alors il plaqua ses mains à terre pour se soutenir, ayant l'impression pour quelques instants de ne plus avoir de forces. Il reprit son souffle, ressentait les grains sur ses blessures qui commençaient doucement à le piquer au bout des doigts. Il ne comprenait pas, plus en tout cas. Que faisait-il ici, au fond ? Quelle était ce lieu, cette pièce et que pouvait bien se cacher derrière ce mur qui, quelques secondes auparavant, semblait vouloir tomber pour révéler ses secrets. Puis il y eu un souffle sans bruit, aucun, semblant émaner de nul part mais puissant qui souleva la poussière tout autour de lui et fit s'éteindre les quelques torches, toutes. Alors après la disparition des sons et et de cette sensation il restait là, immobile, dans la pénombre totale, seule la douleur au bout de ses mains lui permettait de se repérer au moins un peu.

    - Khan.

Brusquement il se releva, s'aidant du mur à côté de lui, tournant la tête pour chercher la source de cette voix. Car cette fois, oui, il l'avait senti, une voix, pas un souffle, pas un appel. Non. Le son avait vibré sur sa peau, était sourd et puissant. Quelqu'un était là avec lui.

    - Qui est là ? Qui êtes vous ? Pourquoi m'avez-vous amené ici ?!

Bien trop de questions pour lui, pauvre être qui s'était vu privé d'une force qu'il ne comprenait pas. Qu'il commençait à peine à appréhender. A apprécier... Cette force qui avait su le rapprocher de personnes, lui donner un espoir, le lier à des choses, des valeurs importantes. Tout cela avait été balayé et ne restait plus que de lui un fantôme sans pouvoir, aucun, et même au delà des dons des Chevaliers. La voix se fit alors plus douce, moins tremblante, moins profonde, presque humaine à dire vrai... Oui, mais presque seulement.

    - Nous sommes toi, une partie de toi, Khan.

    - Khan..?! Qu'est-ce que c'est ?! Voilà des jours que j'entends ce mot au fond de mon esprit, que voulez-vous ?! Une partie de moi, je ne comprends pas...

    - Calme ton cœur. Nous ne te voulons pas de mal. Nous sommes là pour t'ouvrir la voie obscurcie. Khan, nous sommes Khan, Airôth, Apis, Boukhis, Mnévis, Khanoutef... Un et à la fois multiples.

    - Mais je ne comprends pas j'ai dit !

    - Tu es né sous une étoile particulière, Khan, ta mère t'as porté et a prié pour toi chaque jour jusqu'à ta venu au monde. L'Aldébaran brillait cette nuit là, et nous avons entendu son appel. Avons cédé à ses demandes premières. Celles de faire de toi un homme fort et courageux, de te donner ces avantages.

    - Ma mère...

En cet instant lui revint un court souvenir, le seul qu'il avait d'elle à dire vrai. Il n'avait que cinq ans à cette époque. Le soleil irradiait ce qui semblait être la cour d'une maison, et elle était là au dessus de lui, souriait et riait en recoiffant sa chevelure d'ébène. Deux points d'or l'attiraient, ses yeux. Seuls souvenirs de cette mère dont même le nom lui était inconnu. Mère...

    - Kaor, oui. Tu ne le savais plus n'est-ce pas ? Tu ne sais rien de toi au fond. De nous.

    - Kaor... non, je ne me rappelais pas de son nom. Je l'appelais mère, simplement, dans mes songes.

    - Nous savons.

    - Je sais que vous savez, j'ai compris c'est bon ! Vous êtes moi... Enfin, non, j'ai compris mais j'ai compris... Rah... Qu'est-ce que je fais là.

    - Tu es dans un temple, Khan, ou ce qu'il en reste. Khanoutef est son protecteur. Était. Tu lui dois ton nom, tu viens d'ici, de ce village qui n'en est plus un. Tu es chez toi.

    - Chez moi... je suis né ici donc... C'est pour cela que vous m'avez appelé ? Pour que je vienne. Enfin... Vous ne m'avez pas appelé en fait, je suis venu tout seul... c'est ça ?

    - Le voile qui entoure ton étoile s'amincit lentement, Khan. Tu es revenu ici comme t'as mère l'a fait lorsqu'elle est venue ici, s'est fermée dans le temple, dans cette salle derrière et nous a prié, encore et encore, jusqu'à la mort. Pour toi. Encore. Alors nous lui avons accordé son souhait, t'avais offert la Protection de l'Aldébaran et sa Force. Et...

    - Mère est morte ici... Là bas derrière ?! C'est cela qui m'appelait ?! Sa mort ? Mais des mois... cela fait des mois... Pourquoi maintenant ?! Pourqu... Je... Oh... Sunilda...

    - La Louve Immaculée t'as fait traverser les mondes oui. T'as ouvert à ce que tu ne voulais pas savoir, ne pas connaître. Elle a déchiré ce voile qui obscurcissait ton âme et ton cœur. Ton étoile. Ce n'est pas cette explosion qui t'as diminué, t'as masqué aux yeux Divins. Elle ne fut que la touche finale de tes doutes et de ton refus d'ouvrir les yeux. N'as tu pas écouté ?

    - Je le croyais pourtant... Je... Vous êtes... Une partie de moi donc. M mère m'a protégé toutes ces années... M'a fait devenir un Chevalier... Je ne sais pas... Que va-t-il se passer maintenant alors ?

    - Même dans la mort elle continue, Khan, nous supplie encore. Nous sommes intervenus deux fois, déjà. Cette fois-ci sera la dernière. Tu es Kaor'Khan, en toi résident les forces d'Apis, Boukhis, Mnévis et Khanoutef, nos forces. Tu es le Taureau Blanc de ce monde, le rempart protégé par l'étoile d'Aldébaran. Ouvre tes yeux, tend l'oreille. Il est temps pour toi de revenir. Nous, nous ne reviendrons plus.

Alors dans cette obscurité, ce dialogue entre Airôth et ce qui semblait être lui, une lumière dorée se mit à luire lentement. Presque imperceptible au départ il la voyait cependait s'agrandir, s’intensifier face à lui, commençant à percer les ténèbres comme pour l'atteindre lui. C'est alors qu'il reconnut cette forme et par la suite les gravures. L'urne du Taureau était à nouveau là, face à lui, luisante, vibrante. Il le ressentait cette fois, ce doux chant sans son. L'instant d'après le voilà revêtu de son habit d'or, rutilant comme jamais, éclairant cette pièce si sombre il y a quelques secondes. Et lui souriait, ressentait à nouveau cette force en lui, cet appel si proche et lointain, rassurant, ce monde qui était le sien, intérieur, amas de galaxies qui le constituaient.

Alors il brisa les roches le séparant de cette salle où Kaor s'était glissée pour y mourir. S'étant échappée de chez son maître, ayant regagné sa terre et n'avait cessé durant toutes ces années de penser à sa chair, à son fils. A prier pour lui. L'odeur ne le gênait plus, il avança toujours éclairé par son Cosmos retrouvé, s'approcha du cadavre desséché qui était là. Ce ne furent que des larmes qui s'exprimèrent alors. Merci, Kaor... Oui. Sa mère.

Le voilà de nouveau sur le monde, un drap blanc enveloppant sa défunte portée à bout de bras. Il resta ici, dans ce village en ruine durant des heures, ayant pris soin de donner une sépulture descente à celle qui avait tout sacrifié pour lui. Lui avait offert l'amour, la vie, la force, des liens forts et uniques. Éternels.

Puis, dans un puissant éclair d'or, à la vitesse de la lumière il disparut pour revenir à sa demeure, sa maison. Le Sanctuaire d'Athéna, lieu qu'il avait cessé de protéger et avait connu des morts nombreuses. Le Deuxième Temple retrouvait son mur, son protecteur dévoué. Taureau blanc.

Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 25.
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]MAGI : THE LABYRINTH OF MAGIC[/b] → [i]Sharrkan[/i] est [b]Airôth[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Diverse et variée.
    Comment avez-vous connu le forum : Avec mes autres comptes ?



Dernière édition par Airôth le Mer 21 Sep - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1179-airoth-chevalier-d-or
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: Airôth - Chevalier d'Or du Taureau   Mer 21 Sep - 10:41
Re-bienvenue !!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
AirôthavatarArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
300/300  (300/300)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: Airôth - Chevalier d'Or du Taureau   Mer 21 Sep - 16:57
Merci ! =)

Présentation, enfin retour... enfin... C'est terminé quoi !

Merci par avance ! ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1179-airoth-chevalier-d-or
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: Airôth - Chevalier d'Or du Taureau   Mer 21 Sep - 17:53
lolwat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: Airôth - Chevalier d'Or du Taureau   Mer 21 Sep - 18:54
Hoyo !

On va la faire courte, tu es donc validé avec 5 en Eveil et 18 PC.

Have fun !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
Contenu sponsorisé
Message Re: Airôth - Chevalier d'Or du Taureau   
Revenir en haut Aller en bas
 
Airôth - Chevalier d'Or du Taureau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vasco EX-Chevalier d'Or du Taureau
» [Validée]Gingi yamada
» Un honorable chevalier
» La gardiane de taureau
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: