Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Jeu 22 Sep - 15:06
Marche de la mort

La marche fut longue, douloureuse aussi pour son esprit qui n'avait cesser de penser, ruminer encore et encore. Fatigante physiquement, porter le corps du Chevalier du Sagittaire jusqu'ici, ce village où Akrites se trouvait, il le sentait. Les Flammes Purificatrices ne tarissaient pas, toujours présentes, dévorant le mal d'Orion, lui donnant de la force dans cette épreuve qui était sienne. Une âme puissante oui, comme Cinead n'en avait appréhendé jusqu'ici... Les Temples se succédaient, vides. Il avait bien croisé quelques personnes, des serviteurs oui. Un grand homme aussi au teint halé et au cheveux blancs, bien battit qui l'avait regardé droit dans les yeux sans lui adresser la parole dans le Troisième Temple. Mais rien de plus. Personne. La Mort. Le Silence. Chant de gloire pour ceux tombés aujourd'hui, car il le sentait, oui, Orion n'était pas le seul.

Il s'approchait alors d'un taverne, là était la présence du Grand Pope. Le village était parsemé de ronce, différent de ce qu'il avait pu appercevoir à son arrivée... Un combat terrible avait du se dérouler ici, Rodorio la Ville Blanche. Le Légat resta là un moment, portant le seul Chevalier d'Or qu'il estimait. Il avait quitté son écaille mais n'avait osé retirer l'armure du sacrifié. Honneur. Soldat. Les flammes dansaient toujours alors, et le Cinabre se doutait bien qu'il ne pouvait rentrer en ce lieu ainsi, en portant un mort. Quel image aurait-il donné aux habitants, cela ne se faisait pas non. Mais qui d'autre que lui aurait pu s'occuper d'Orion, si même son frère d'arme l'avait laissé derrière lui ? Orion n'était pas apprécié, il l'avait compris, de par son passif. Cinead non plus ne l'était pas, de part le passif de ses prédécesseurs... Une certaine similitude, oui. Triste.

    - Akrites ! Rejoins-moi s'il te plait !


Il en appelait alors au Grand Pope, aucun ordre ici non, juste un appel à voix haute, mais triste. Oui, il était désemparé, était venu ici pour la paix et se retrouvait avec le cadavre d'un des acteurs de cette dernière. Alors il espérait, oh oui, que la bienveillance qu'il avait vu, la confiance qu'il avait placé en la Voix d'Athéna ne serait pas vaine. Qu'il comprendrait, serait juste... Le visage de Cinead n'était plus celui qu'il affichait dans la salle face à son homologue, non. Son regard était ampli de tristesse, son sourire disparu. Affliction, seul état qui était sien désormais... Il était temps pour l'alliance de faire son premier pas, son premier acte. Soutient.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Sam 1 Oct - 13:43
Pertes et sentiments


Après avoir laisser Heed récupérer, Akritès buvait un peu de son vin en étant un égal parmi les hommes. Il aimait cette sensation de ne pas avoir de responsabilités pendant un bref instant, trop bref instant selon lui quand le Cinabre l'interpellait pour lui demander de venir en dehors de la taverne. Las, il se relevait pour s'approcher sous les regards amusés des autres clients. Il était vrai que le Pope était devenu populaire en venant ici de temps en temps afin de s'amuser un peu en dehors de ses charges dans son palais. Après tout, il aimait à penser qu'il était un homme du peuple, né dans le ventre d'une pauvre hère lors d'une longue nuit d'hiver.

Sortant de la taverne, ses yeux tombèrent sur le corps du Sagittaire. D'une main tendre, Akritès la posait sur l'épaule du Représentant de Poséidon avec douce. Il n'avait pas grand chose à lui dire de toute façon et les raisons de tout cela n'étaient pas encore venues. Il l'avait senti. Athéna avait pris déjà sa décision et lui même ne pouvait aller contre cela. Pourtant, quelque chose se matérialisait entre les deux hommes. Plantée sur la poitrine du chevalier du Sagittaire, une orbe bleutée venait de revenir en compagnie d'un Faerie. Un battement. Un souffle dans l'air frais.

- Décidément, c'est la journée, les Enfers ont fait les soldes ou quoi ?

Un rire se dégageait du Pope alors que la tête du Légat devait être sur le coup de la surprise. Toutefois, ce rire détonnant cachait une angoisse qu'il ne voulait pas communiquer à son interlocuteur. Pourquoi ? Encore ? Les Enfers ne libéraient jamais leurs proies sans une contrepartie pour le moins perverse. Il gardait cela dans un coin de son esprit et espérait qu'un jour tout cela ne serait pas payer pour l'ensemble des membres présents. Silencieux, il n'avait eu que cette réaction humaine, simple, sans une once de perversité.

- Pose le ici Cinabre. Attendons que l'oisillon nous conte son voyage en dehors de son nid !

Il était temps d'en savoir plus. Radhamanthis était il aussi responsable de cette libération ? Si oui, que recherchait le Juge ? Encore des questions dans un flot ininterrompu qu'il gardait pour lui.





Dernière édition par Akrites le Sam 1 Oct - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Sam 1 Oct - 15:37
J'avançais le long d'un chemin nébuleux, pleinement conscient des sensations connues.
L'impression éveilla des souvenirs de mon ancienne condition d'immortel, tout en pointant du doigt ma différence. Je ne devais plus à Hadès ma faculté à me tirer des griffes de la mort, mais à la maîtrise même de mon essence, de mon cosmos. Je sentais également un appui réel, chaleureux et bienveillant qui me guidait tel un phare vers la lumière. Mais aussi vers la dureté de la vie, la tristesse, le malheur, la tragédie.
Une part de moi hésitait, lasse, épuisée par tant de drames consécutifs, mais une implacable conviction me poussait en avant, en criant que ma tâche n'était pas encore menée à bien.
Lorsque j'ouvris les yeux, la violence de mes sensations fut l'une des pires douleurs jamais ressentie. Tel un poisson hors de l'eau, je restais incapable de respirer, hagard, avant que le souvenir de ma mort ne revienne me frapper sournoisement l'esprit.
Nimue...
Je m'étais presque attendu à la trouver devant moi. Mais au lieu de la plantureuse meurtrière, seuls le bon Cinead et le Grand Pope étaient présents.
Quelques clignements de paupières et je compris que nous n'étions plus dans ma demeure, mais à l'air libre. Où donc ? Qu'importe pour l'heure.

Ci... nead ? M'as tu porter secours aux enfers ou était-ce un rêve ?

Non que je doutais qu'un tel acte serait en adéquation avec la nature de cet homme noble, mais une part d'amertume et de tristesse me submergea soudain lorsque je réalisais pleinement que si le secours du Légat était vrai, alors je devais la facilité de mon salut à un non saint. Sans autre source d'informations, je préférais taire l'écho des sentiments négatifs qui commençaient à ronger mon âme repentie.
Pâle comme la mort, je tournais le regard vers Akrites.

Grand Pope ? Où suis-je ? Que s'est-il passé ? Je me souviens uniquement d'avoir combattu Nimue de la Sirène maléfique, possédée par une étrange épée, puis le néant... Je suppose que je suis... mort dans l'affrontement car j'ai atterri devant la porte des Enfers.

Epuisé, je reposais ma tête sur le sol pour tenter de reprendre le contrôle de mes pensées quand soudain un cri m'échappa à l'adresse de mes deux interlocuteurs.

Et Satine ?! Qu'est devenue ma femme ?!

Submergé par l'inquiétude, je tentais de me relever en m'appuyant sur mon coude tremblant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Mer 5 Oct - 8:10
Ouvrir la voie

Nule colère dans les yeux du l'homme aux roses, il s'était approché du Légat et avait posé sa main sur son épaule. Compassion. Nul mot. Juste un échange de regard... Le Purificateur était aussi désolé que lui, qui aurait pu prédire ce fléau après tout ? Qui était à blâmer ? La réponse était évidente, oui, cet esprit vengeur et frappeur qui s'était envolé. Il ne fallait chercher plus loin. Difficile de comprendre les choses pour lui, le cheminement qui avait mené jusqu'à cet instant... Disciple. Akrites devait vivre des tourments certains en cet instant, il n'en doutait pas. La compréhension des âmes était du fait du Cinabre pourtant... Seulement il y avait un Mais. Il acquiesça alors, venant poser le corps d'Orion sur lequel dansait toujours quelques flammèches bleues, il revenait, son âme approchait. Et pendant qu'il revenait à lui, lentement, le temps que son esprit s'active, le Cinabre prit le temps de reposer son regard sur le Grand Pope. Ayant du mal à se lancer.

    - C'est... hum... l'épée de Nimuë a... Athéna l'a détruite, et Childéric du Lion a conduit ma Générale jusque dans vos geôles pendant que je m'occupais de maintenir Orion.


Que dire de plus, au fond Akrites avait deviné tout ça. Il savait pour la lame, il savait pour Athéna, pour Nimuë... Serait-il compréhensif ? Cela la Légat en doutait. Le Purificateur avait prit le temps de réfléchir durant sa descente, usant de ses capacités particulières pour aider le Chevalier d'Or qu'il estimait le plus. Passablement accablé en cet instant, il avait avancé dans un trouble certain quant à l'avenir, la suite directe de tout cela. Akrites avait libéré son disciple du corps de Nimuë et la suite en était là... Au fond de lui, Cinead ressentait un appel qu'il s'efforçait de repousser. Puis il y avait eut ce surnom qu'une seule personne jusqu'ici lui avait donné. Tout devenait étrange et ce fut à cet instant que l'oisillon fut revenu parmi les siens. Le Légat vint se placer à ses côtés rapidement, accroupi, posant une main sur son épaule, effaçant un temps ses pensées.

    - Doucement Orion, ne bouge pas, tu es encore blessé et ton voyage a du être des plus compliqué, éprouvant pour ton âme et ton corps. Je t'ai ouvert la voie oui, tout comme tu l'as fait pour moi en m'amenant ici, c'était la moindre des choses.


Il tenta tant bien que mal de lui offrir un sourire rassurant, tout en prenant soin de le maintenir ainsi, ayant capté son soubresaut quand à la question de sa femme. Les sentiments les plus forts étaient ceux qui s'exprimaient de la plus puissante des manières, défiants les limites physiques parfois. Seulement, là, le bon Chevalier devait rester allongé. Son regard se reporta vers Akrites alors, plein d’interrogations, tant celles d'Orion que les siennes.

    - Quelle est la suite Akrites ? Nous avons tous notre part de responsabilité aujourd'hui, seulement notre alliance ne peux voir le jour ainsi je suis sûr que tu en es conscient...


Nule menace dans son ton, il établissait juste les fait et lançait le sujet qui, certainement, lui brûlait les lèvres à lui aussi... Pourtant, au fond de lui, Cinead ressentait une proximité étrange avec ce leader, charismatique mais proche pourtant, du commun des hommes. Ce que Cinead souhaitait était la discussion avant tout, trouver des terrains d'entente, comme lorsqu'il avait eut cette folle idée de fouler le sol du Sanctuaire avec la Sirène Maléfique, autrefois Chevalier d'Or des Poissons... Tout n'était pas perdu, il en était persuadé. Alors à la manière de ce qu'il avait fait pour Orion, il ouvrait la voie à Akrites. Prendrait-il le chemin de la paix ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
Aoden O'BannonavatarArmure :
Je suis plus fort que toi à l'épée !

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
280/280  (280/280)
CC:
366/366  (366/366)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Mer 5 Oct - 10:18

Un rire narquois s'échappa d'entre les ombres de ce grand capuchon gris-bleu, en plus d'une volute blanchâtre qui s'envola dans les airs. La remarque sur l'alcool – immonde – l'avait fait rire. Il était pas loin de la vérité et le Grand Amiral avait vraiment hâte de quitter ce lieu maudit, gangrené dans le froid et la glace éternelle. Il le laissa se ressaisir, se remettre sur pied pour finalement l'approcher, se présenter et lui tendre une main amicale qu'il observa quelques secondes sans rien faire. Comme s'il réfléchissait. Pour finir sa grande main gantée de cuir sombre alla s'écraser contre l'épaulière d'Or des Gémeaux.

« Ouais, j'ai croisé quelques unes de vos armures dorées. » Une courte pause en suivant le regard de Silas. Un soupir, il n'avait pas vraiment envie de répondre à toutes ces interrogations dans ces lieux où l'Hiver était toujours présent. « Ouais, ouais je sais. Désolé de couper court mais on peut discuter plus tard ? Pas que je veuille pas répondre mais… merde, qu'est-ce qu'on se les gèle ici. On serait mieux chez vous avec un peu de vin byzantin et une jolie femme sous la main. »

Alors Nhaerys s'engouffra, sans se faire prier, dans la faille dimensionnelle, y gravita sans le moindre problème comme s'il était habitué à la chose. Ils s'extirpèrent rapidement de là et aussitôt la chaleur le frappa, si bien que l'homme poussa une exclamation d'aise. Avant de s'immobiliser. Il fronça les sourcils sous sa capuche.

« Qu'est-ce qui s'est passé ici, bordel... »

Sans attendre le Saint, Nhaerys marcha dans une direction, bifurqua à un moment dans les ombres pour disparaître comme par enchantement et revenir dans la lumière, face à une petite assemblée devant une taverne qu'il connaissait bien. Il s'adressa au Grand Pope dans une familiarité assez déconcertante :

« Eh beh bravo, toujours en train de picoler toi ! Et après les chevaliers au bistro, c'est le déshonneur. Je t'en foutrais moi ! Oh bah merde le Cinabre ! Salut gamin, t'as une sale mine. »

Surpris de le trouver là, l'Atlante se mura dans un petit silence. Sentant les Gémeaux arriver il le désigna d'un pouce vers l'arrière, sans même le regarder.

« J'ai trouvé un de tes oisillons tombé bien loin du nid, tu ferais mieux de les tenir un peu plus, sérieux. Il s'est retrouvé devant cette salope de Mebd, ce con. Tu cherchais à faire quoi au juste, gamin ? J'ai pas tout suivi. »

Un instant, son œil tomba sur Orion.

« Toi t'as vraiment une sale gueule, t'as morflé dis donc, j'aimerais pas être à ta place. »

Puis, à l'assemblé :

« J'sais pas ce qui s'est passé ici mais vous feriez mieux d'aller vous reposer un peu. On va discuter Akritès et moi. Entre grandes personnes. Ah mais ouais t'es Légat toi maintenant, j'avais oublié. Bon bah… casses toi quand même. »

Après un temps à ne rien dire, il finit par éclater de rire face à l'expression qu'affichait la Voix de Poséidon.

« Putain tu verrais ta gueule là maintenant. Détends-toi, je plaisante, mais j'ai pas besoin de plus de péquenauds pour discuter politique tu vois. Donc… machin, euh, Silas ramasse ton copain là et tirez-vous où vous voulez, y a une autre taverne pas loin, dites que vous venez de la part de Nhaerys, la belle Daphné s'occupera bien de vous. Profitez ! C'est au frais du Grand Amiral ! »

Il esquissa un vague salut de la main et passa la porte de l'auberge. Presque immédiatement, tous les soiffards du coin sortaient de l'établissement, la tête rentrée dans les épaules, filant comme des souris chassées par un chat. Aoden prit place à une table plongée dans la semi-pénombre où il prit ses aises, porta une cervoise à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Mer 5 Oct - 11:55


Le voyage inter-dimensionnel ne fut pas long, juste le temps de faire quelques pas et le Gold Saint et son invité Marina touchait à nouveau la terre ferme. La chaleur du mois d'aout lui balaya le visage tel un seau d'eau bouillante, le contraste avec l'air glacial cinglant était terrible. Il n'eut même le temps de répondre à l'homme à la barbe rousse qu'il avait déjà déguerpi dans les rues de Rodorio. Il aurait attendu, il aurait pu lui parler de l'attaque de l'autre rousse jumelle de Nimué. Il suivit l'étranger à la trace en courant dans les rues du village et le retrouva dans une taverne avec Akritès, Cinead et Orion. La scène était vraiment inhabituelle...

L'Amiral dit alors à Akritès qu'il avait retrouvé Silas mais il cita une personne qu'il ne connaissait pas. Il s'avança jusqu'au nouveau groupe de quatre, devenant donc un groupe de cinq. Un léger salut de la tête avec un air bien interrogatif.

_ Mebd? Je ne sais pas de qui vous parlait Amiral. Je ne... Je n'ai...

Il marqua un arrêt, oui il lui manquait quelque chose, un léger passage dans sa mémoire. Il se voyait entrain de courir dans l’inter-dimension noir à la poursuite de la femme rousse habillée de noir puis le froid, lui à genoux et Nhaerys l'apostrophant.

_ Je ne me souviens pas d'avoir rencontré quelqu'un d'autre que vous Amiral. Je poursuivais la femme rousse qui avait battue la Licorne à travers son portail noir puis... Rien... Je vous rencontre dans ce lieu glacé...

Il regarda le Pope interrogateur puis la pensée de Heed à terre lui traversa l'esprit.

_ Comment va le chevalier de Bronze? Est-il...

Silas ne finit pas sa phrase de peur d'en entendre la conclusion de la mort d'un autre camarade. Le Gold Saint avait obéi aux ordres du Pope, stopper l'ennemi était plus important que tout même si Heed en mourrait mais au final, il n'avait même pas pu la rattraper et Heed était surement mort à cause de cela... L'amiral bravait ouvertement l'autorité et la position du Légat, chose qui aurait grandement fait sourire Silas en d'autres circonstances. L'Amiral voulait rester seul avec Akritès mais il ne bougea pas quand ce dernier lui demanda. Il n'obéirait qu'au Grand Pope et seulement à lui. Il attendait de plus ses réponses... Il regarda alors Orion, il se demandait bien ce qui s'était passé avec lui, il lui semblait pourtant qu'il avait senti son cosmos disparaitre...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.




Dernière édition par Silas le Mer 5 Oct - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
Le ConteuravatarArmure :
Inconnue
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Mer 5 Oct - 13:32
Silas, tu joues un Gold. À ce titre, il est attendu de toi une certaine application en matière de qualité RP. Veille à corriger ce point à l'avenir, car il y a du laisser-aller là !

~ Esther
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Ven 7 Oct - 11:26
Rappel du passé


Sans un mot de plus, Akritès avait laissé le Légat répondre en partie aux questions du Chevalier du Sagittaire. Il n'avait pas grand chose à dire de plus à vrai dire. S'approchant à son tour, il posait sur les lèvres d'Orion les bords d'un verre de vin pour le remettre un peu plus d'aplomb. Dans un sens, il vivait, Satine aussi d'une certaine manière mais le destin se montrait joueur comme à son habitude. C'était dans un soupir que le Pope entendit les questions d'Orion et du jeune Légat.

- Je vais vous répondre point par point. Satine est plus elle même, Lucius a pris possession d'elle et Heed de la Licorne l'a payé temporairement de sa vie. Si j'avais seulement anticipé que le pouvoir de mon ancien disciple était toujours aussi vivace... Enfin c'est le jeu, on ne gagne pas à tous les coups. Se tournant vers Orion. On la retrouvera mais tu dois déjà prendre sur toi. Le miel de la perte peut se montrer amer si on n'y prends pas garde. Elle te reviendra je te le promets, je ferais en sorte que cela soit fait mais ne te consume pas dans le désespoir, ca va pas la ramener comme cela ! Puis se tournant vers Cinead. La Déesse m'a déjà prévenu. Mais pourquoi notre Alliance serait remise en cause pour un problème qui mettait en danger nos deux patries ? En un sens, par ce rouge carmin dans ce village, nous venons de nouer une alliance dans le fer et le sang.

Soudain, plusieurs explosions de cosmos éveillèrent l'attention du Pope qui se relevait rapidement. Qui arrivait ici de la sorte ? Il croyait bien reconnaître le cosmos de Silas mais autre chose le perturbait. Fronçant les sourcils, il vit arrivé une ancienne connaissance. Il se permettait une certaine vulgarité qui détournait les gens de ses véritables mots, comme à son habitude. Aoden O'Bannon. Il n'avait pas changé lui non plus mais il avait quelque chose de plus et la question était simple : Que fout-il avec Silas ?

(Toussant) - Nhaerys... Puisque c'est ainsi que tu te fais appeler maintenant... Sache que tu n'as pas à commander mes troupes ici même, vil forban ! Le Pope éclata alors de rires. Non mais tu te crois où ? Je te revois pas pendant un siècle et tu penses que tu peux venir ici, commander qu'on cause et renvoyer ton Légat dans.... Enfin je sais pas où. Tu viens d'où ?

Le regard d'Akritès allait vers le chevalier des Gémeaux avec une certaine animosité. Il pouvait sentir que quelque chose ne lui avait pas plu et d'un trait des pupilles vers le village en indiquait la raison. Qu'on obéisse était une chose mais qu'on laisse des villageois mourir et en plus un frère d'armes... C'était une chose que le Pope ne pouvait pas comprendre. Ils régleraient cela en temps utile en tout cas. Puis, les propos de Silas étaient en soit une bonne nouvelle. Akritès se tourna alors avec un grand sourire vers une personne derrière lui.

- Tu vois Orion, elle est encore en vie. L'espoir est de notre côté et elle sera de retour je peux te l'assurer.

Une fois dit, il fit signe à Silas de se rapprocher.

- Chevalier, nous parlerons plus tard. En attendant, ramène Orion dans son temple et donne lui les soins nécessaires. Revenir du monde des morts est une chose éprouvante, je sais de quoi je cause. Quand à Heed, il est vivant mais je pense que tu lui devras quelques explications et pas qu'à lui...

Puis, il en vint à la raison de la présence d'Aoden ici même. Il le vit aller dans la taverne et se mettre à son aise, comme à son habitude. Un sourire aux lèvres, le Pope allait dans cette direction en invitant le Légat à le suivre. Arrivés devant la table de leur "hôte", le Persan prit la parole.

- Ton Légat est ici. Pourquoi lui demander de quitter les lieux ? A moins que tu es des choses à cacher au Représentant de Poséidon ? A moins que tu estimes qu'il n'a pas les couilles nécessaires pour son poste ?

A ce jeu de dupes, l'Amiral avait oublié à qui il s'adressait. Ce dernier allait devoir jouer en finesse pour virer celui qui parlait et entendait pour Poséidon en ce monde... Akritès restait tout sourire devant la gueule que devait faire son vieux complice. Cela rappelait le bon temps !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Lun 10 Oct - 18:32
Ancien General

Le Légat se relevait alors en soupirant. Ecoutant les paroles du Grand Pope qui résumait la situation au Chevalier du Sagittaire qui se remettait péniblement de sa traversée des mondes, encore blessée par la force implacable de sa Générale. Cinead observait un instant ses blessures, closes pour l'instant, mais constatait les dégats. Une lame, celle qu'Athéna avait réduite en poussière pour délivrer la jeune Atlante avant de demander son emprisonnement. Il fronça les sourcils à cette pensée. Oui, il aurait fallu anticiper, lui, son disciple... Le Légat inspirait alors, calmant ses pensant, cherchant la compréhension avant tout, pourtant il était las, épuisé par avance face à ce qui se tenait devant lui : l'avenir. Il reporta son regard sur le Grand Pope, toujours sérieux contrairement à lui.

    - Tu sais très bien de quoi je parle Akrites. L'Alliance du Fer et du Sang ne prendra effet que lorsque ma Générale sera libre. Pas avant.


Oh le Légat n'était pas dupe, le Lion avait raison au final. La Déesse avait sauvé Nimuë sans la détruire et les dessins des Dieux étaient clairs : Nimuë lui était utile. En quoi ? Cela il ne le savait pas. Peut être comprendrait-il avec le temps. Pourtant il se doutait aussi qu'Akrites était plus que conscient que le rôle de l'Oriflamme dans cette tragédie n'avait été que celui d'un pantin. Seulement, Athéna avait parlé... Jusqu'à quand, là était la question qu'il lui posait de manière implicite. Peut être n'avait-il pas la réponse au fond, mais il lui fallait au moins une certitude.

A cet instant deux nouvelles personnes firent leur apparition dans le village blanc, et se rapprochaient du groupe assez étrange. Quelle ne fut pas la surprise du Légat que de reconnaître là le Cosmos de l'Ancien Général de la Sirène Maléfique... Le père de Nimuë. Il ne cacha pas sa surprise non plus, tout était bien trop étrange pour que lui décide d'apparaître maintenant, à cet instant précis où ses deux filles venaient de subir un assaut terrible. Etait-il au courant, avaoit-il veillé au loin, comme toujours ? Mais surtout, oui, pourquoi agir ? Le Chevalier des Gémeaux l'accompagnait, étaient-ils venus ensemble ? C'était ce que leurs paroles semblaient dire, par les dimensions, dans la neige... Aoden était-il à Blue Graad ? Bien trop de questions et de coïncidences. AInsi, pour la première fois depuis des années, Il entendait son nom. Nhaerys... Naerys se dit-il alors ? Le Grand Amiral ?! Impossible... Pourquoi ne le lui avait-il pas dit ? A sa remarque sur son visage et sur son ordre de partir, lui le légat, Cinead ne fit que lever la main, l'air épuisé.

    - Ce n'est pas le moment, Nhaerys...


Et son rire franc ne fit que confirmer ses dires, l'Amiral semblait s'amuser. Comme toujours. Cinead restait alors muet un instant, comprenant un peu plus les choses... Ainsi c'était lui, le deuxième homme, le bras de Poséidon. L'Ombre. Tout prenait place lentement, jusqu'à quel point cet homme avait-il prévu les choses ? Cinead avançait alors vers Akrites, les suivant dans cette demeure où ils allaient discuter.

    - Ne prends pas cela ainsi Akrites. Nhaerys et moi nous connaissons depuis quelques années... Et je n'ai aucun ordre à recevoir de lui et la réciproque est tout aussi valable. Il n'est pas là pour représenter notre Dieu. Que fais-tu ici d'ailleurs, Grand Amiral ?


Le Cinabre appuyait volontairement sur certains mots, rappelant à cet ami de longue date les choses qu'il lui avait caché. Oh nul doute qu'il avait une raison. Tout comme celle de ne pas donner son vrai nom, semblait-il selon les dires d'Akrites. Et puis les registres d'Atlantis ne faisaient état d'aucun Nhaerys O'Bannon... Non. Juste, Nhaerys. Nul doute que la raison de sa présence allait être de la plus haute importance. Alors il prit place aux côtés du Grand Amiral, posant ses coudes sur la table et laissant une main devant ses lèvres, attendant les paroles de son confrère. Les Deux Mains de Poséidon face à la Voix d'Athéna.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Sam 15 Oct - 22:33
J'étais perdu. Totalement perdu.
Le retour en ce monde constituait déjà un traumatisme en soi, mais les flots de paroles de tous bords qui tournaient autour de moi manquèrent de me faire m'évanouir. Tout ce que je voulais à l'instant, c'était le silence. Me relever et courir chercher ma femme. Le reste n'existait pas.
L'oeil hagard, j'entendis vaguement le Grand Pope s'adressait à moi, tentant de me redonner espoir. Je comprenais le sens de ces mots, mais j'étais bien trop épuisé pour en tirer un quelconque sentiment. Je voulais mourir, dormir peut être. Y a t-il une réelle différence entre les deux ?
Juste un remède pour sombrer dans le néant et arrêter de souffrir.
Satine était loin désormais. Inatteignable.
Et moi bien trop faible, pathétique pour aller la sauver. Le juge des enfers y serait-il parvenu ? Une voix amère dans mon esprit me susurra que c'était une évidence. Mais je n'étais plus cet homme, et en l'instant, j'eus le sentiment qu'avec la perte de cette identité, mes forces s'étaient également enfuies.
J'étais donc là, allongé à proximité d'hommes de cette ère occupaient à deviser, manigancer, échanger des propos qui ne pouvaient m'atteindre. Que ne donnerais-je pas pour quitter ce lieu ?
Akritès donna l'ordre à Silas de me soutenir pour me ramener à mon temple. Une demande généreuse, bienveillante, mais que je pris comme une humiliation. Non de la part du Grand pope mais de la réalité. J'étais si faible que j'avais besoin d'une canne pour me relever.
Quel beau chevalier d'or je faisais !
Dans un élan de volonté, ou d'entêtement, je fis mine de me relever mais le monde se mit à tourner. Maudissant mon état, je retombais au sol, les yeux dans le vague, à moitié inconscient.
Satine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
Aoden O'BannonavatarArmure :
Je suis plus fort que toi à l'épée !

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
280/280  (280/280)
CC:
366/366  (366/366)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Jeu 20 Oct - 11:14

Aoden fit un sort rapide à sa boisson, laissant ses deux amis approcher de sa table. Avisant d'un œil matois Akritès toujours debout, il tira une chaise à ses côtés et en tapotant le dossier avec ses doigts gantés, invita la Voix d'Athéna à prendre place. Les remarques des deux fit naître une belle mélodie à ses lèvres, ne pouvant s'empêcher de rire de la situation et des impressions distillées.

« Le Cinabre à raison, tu crois vraiment que je pourrais congédier le Légat ? Qui se trouve être un Atlas, hein, je te le rappelle. C'est que monsieur à un cul royal et toi, de Grand Pope. Grand Pope. Sérieusement… allez, posez vos pétards osseux un peu et buvons un coup. »

L'invitation était lancée et l'homme encapuchonné ne se fit pas prier pour commencer, hélant la serveuse – hélas pas du tout à son goût – pour qu'il soit resservit.

« La même chose pour mes copains, en plus d'une miche de pain, du fromage et un poulet, tient. C'est que ça fait un moment que je vadrouille et que j'ai pas bouffé. »
Une pause durant laquelle sa dextre disparue dans l'ombre de son capuchon pour se gratter la barbe qui lui mangeait les joues. « Disons que j'étais en affaire quand ton p'tit oiseau là, Akritès, s'est retrouvé en très mauvaise posture. Des Roisin Dubh et Mebd, devant Blue Graad. Méfie-toi, l'autre connasse à pas été tendre avec ton Gémeaux. »

Il lança un regard appuyé dans la direction de Cinead, qui, dans les ténèbres, put percevoir l'éclat de ses yeux pers, forts d'une vive inquiétude et de mots silencieux qu'il pourrait capter. La situation était préoccupante, il devait le comprendre rapidement.

« Et ici, il s'est passé quoi au juste ? Et respire Cinabre, je suis pas là en tant que « Grand Amiral », désolé pour la surprise d'ailleurs, mais y a des choses que tu dois comprendre par toi-même et si je te donne toutes les cartes, y a plus rien de marrant ! »


Aoden s'amusait de son propre petit jeu. Mais s'il était ici, avait pris la décision de venir aux portes du Sanctuaire pour aider Silas, ce n'était pas pour rien. Quelque chose l'avait interpellé, au-delà de l'apparition de Pandore. Et voir son vieil ami en ces lieux était une aubaine, vraiment.

« Y a un truc qui pue. Et il serait sans doute temps de s'affoler un peu. Y a des choses très anciennes qui commencent à s'éveiller, des échos en Orient, là où nous nous sommes rencontrés, vieux brigand. Et si la Pute se manifeste aussi souvent… va vraiment falloir se serrer les coudes. »

Un soupir. Leur commande arrivait.

« L'Alliance de fer et de Sang est de nouveau effective ? »

Hasarda t-il sur un ton faussement innocent alors qu'il mettait le nez dans sa coupe, faisant mine d'avaler quelques lampées tout en avisant des différentes réactions de ses comparses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   Dim 25 Déc - 15:29
Alors que la bière commençait à couler, le Persan avait l'impression de relire des pages anciennes de sa vie. Aoden O'Bannon. Comme un songe venant du passé, il revenait comme une fleur et entrait dans le jeu de la politique avec une allégresse qui ne plaisait pas plus que cela au Grand Pope. Levant les yeux vers celui qui se disait Grand Amiral de la flotte, Akritès entendait une question qui avait déjà de facto sa réponse.

- Oui je sais pour l'Orient. Hadès est aux grandes manoeuvres désormais et on doit s'attendre à une attaque sous peu. Il est indéniable que les choses ne font que commencer... Merci pour les informations au sujet de Blue Graad, je donnerais les ordres adéquats pour cela si le temps me le permet.

Observant l'assemblée, le Pope avait l'impression qu'une vieille bande d'amis venait de se rassembler pour festoyer. Mais était ce encore le cas ? Sensiblement, l'ordre nouveau qui était en train de naître n'était pas pour le réjouir, il lui manquait encore pas mal de cartes entre ses mains pour agir comme il le voulait. De plus, les agissements des autres Factions étaient aussi à prendre en compte dans les années à venir. Pourquoi. C'était la base même de pas mal de théories qui s'entrelaçaient dans l'esprit ancien du nouveau Grand Pope. Les yeux brillant, il observait l'amiral et le Légat avec un soupçon de gourmandise. Il aimait ce genre de joutes oratoires et mystérieuses où chacun avançait ses pions sans le dire aux autres.

- La question vaut sa réponse.

Du tac au tac, Akritès répondait à Aoden sur la question de l'Alliance. Il connaissait la réponse et il était inutile d'aller dans des discussions inutiles sur le sujet. Puis, se tournant vers Cinead.

- Tu peux aller dans la prison sacrée d'Athéna, je t'y autorise mais je souhaite que tu parles bien avec elle des conséquences de ses paroles ou de ses actes dans l'avenir. Rien n'est acté pour le futur pour toujours. Il faudra qu'elle apprenne à ne pas intervenir là où rien ne lui ait demandé, ce qui est, excuse moi, son pêché mignon à cette petite ...

Il explosait de rire en terminant sa phrase, vrai que l'ancien chevalier des Poissons avait un don pour se mettre dans des situations inextricables. Il était donc temps de la matter un peu et le Pope était heureux qu'il n'en ait pas la charge, car pourrait le faire ? Pas évident la réponse, surtout quand on voyait Aoden présentement. Cette famille détestait qu'on lui dictasse des ordres d'une manière ou d'une autre. En soit, c'était là la volonté des dieux après tout.

Citation :
Reprise du RP, désolé si c'est court Mad


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début Août 550] Thanatopracteurs (Akrites)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Rodorio-
Sauter vers: