Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Mer 28 Sep - 21:34

Scène 1: L'entrée du Val Sans Retour.

Guidée par un instinct nullement hasardeux, une silhouette foulait pour la première fois ces lieux enchantés, inspirant dans les airs une force colossale, imprégnés de plusieurs parfums magiques et envoûtants. Quelques rares conifères chuchotaient entre eux par une connexion que l'on devinait à la fois forte et mystique. Peut-être trop pour la brune, qui devait dès à présent communier humblement de ses liturgies afin de faire passer ce mal si impropre, cette malédiction qui la troublait toujours un peu plus par ces souvenirs agaçants. Il commençait par une violente impression, si douce impression, d'une pointe qui s'enfonçait dans son esprit, et qui terminait par sonner le tocsin en un cri strident. Et ce son, cette douleur portait son nom: Lyumnades. Confusion.

Condamnée par son abandon, le sommeil lui manquait; cela creusait le manque sur son visage pâle. Passant une main dans ses cheveux, elle calmait les picotements toujours plus forts de son crâne par ces plus fines actions et pensées éclairées. Si Mélusine ne mentait pas, la solution résidait dans cette forêt interminable.

Cette belle créature des terres, l'ancienne générale devait la retrouver et c'était avec volonté qu'elle continuait à enfiler les pas. Après tout, le devoir avait toujours été une motivation, autant que la jeune femme avait souvent tentée d'endosser ses responsabilités sans faillir par le passé.

"J'y suis presque. Tout ne sera peut-être pas vain...Je peux les retrouver, j'en suis certaine."

Ainsi continua-t-elle sa route dans la nature bretonne, cueillant tantôt quelques petites baies qu'elle connaissait déjà bien, toute "princesse gallo-romaine" qu'elle aurait peut-être été sans la Défaite, dans ses rêves ignorants, tantôt les mûres au goût si fruité qui comblaient sa faim. Ses doigts, eux, jouaient parfois avec cet anneau gagné à Avalon, qu'elle avait décidé de porter autour de son cou par précaution. Une maigre protection de ces étranges mages qu'Ariane n'aurait sû affronter à l'instant. Arrivée à une pseudo-impasse, les sourcils froncés et en pleine réflexion, la générale repensait aux convictions du présent.

Ô, si peu de choses. Mais avec le mal qui la frappait, la renégat devait se redresser malgré elle. Sans Armure. Sans cosmos, seule et presque folle au beau milieu d'un chemin qui se séparait en deux allées. Une mauvaise direction, et une bonne pour se diriger au Miroir aux Fées. Toutefois, Ariane était là et c'était déjà un exploit. Ou une bénédiction.

La route n'avait pas été simple. A plusieurs reprises, elle avait bien failli se perdre, assaillie par un instinct "paternel" incongru. Un souvenir d'une âme égarée. La tentation avait été trop forte, l'envie trop enivrante, aussi. Si bien que certains voyageurs avaient eu vent de cet enfant perdu et avait présenté leurs excuses et leurs peines par empathie; ils savaient que la jeune brune ne lâcherait pas l'affaire. Arrivée dans une ville croisée en chemin, ni familiers ni inconnus, les vestiges d'une petit poupée retrouvée par terre lui avait fait reprendre ses esprits. Un temps de repos avait été le bienvenu mais la sensation de se tromper et de s'accrocher à ce mensonge était mentalement exténuant, et compliquée à gérer. Elle le comprit en ramassant le jouet dans le creux de ses mains. Car jamais elle n'avait eu d'enfants, et pourtant, elle ressentait toute la mélancolie d'un père attristé la poignarder de pleins fouets. Mais il n'y avait pas que lui, d'autres souvenirs évaporés par la mort des salamandres revenaient aussitôt la hanter.

Une folie.

La première direction ressemblait en tout point à celle ignorée dans le songe. Ariane était seule dans le plus grand des silences, dans une nuit complète qui inspirait son règne cyclique. Alors, faisant appel à cette force qui l'intriguait tant et se manifestait imperceptiblement pour contrôler ses décisions, l'ex-atlante avait préféré le chemin sinueux et la descente d'une petite pente à cette allée plus sombre et dangereuse, ce que l'on appellerait plus tard les profondeurs du Val Sans Retour.

Dévalant la pente à pas calculés, elle était enfin arrivée à destination. Toutefois, dans cette obscurité aussi profonde que les abysses, il n'y avait personne. Contourner le lac dans l'espoir d'apercevoir la créature des terres avait été bien vain, alors Ariane s'était assis contre un tronc d'arbre, sans prendre en compte ce sommeil qui avait fini par la gagner. Et lorsqu'elle ouvrit de nouveau ses paupières, le soleil irradiait presque victorieusement de ses rayons écarlates et orangers les nuages, comme un bal que l'on instaurait dans les cieux pour célébrer le retour du jour.

L'aube l'avait accueilli. Des rires cristallins avaient tout d'abord résonné, avant de se transformer en hurlement d'horreur.





Dernière édition par Ariane le Mer 12 Oct - 14:59, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Jeu 29 Sep - 1:01
Elles sont heureuses...
Un temps...
Mais le bonheur, ça ne peut que se flétrir. Comme une fleur.

Scène 2: Vision du passé

L'aube. L'aube n'était pas encore tout à fait là, hésitant encore entre les rayons rouges et la pleine lune, faisant sursauter chaque être par les hurlements de rage, de douleur qui perçaient le silence et la paix infinie de ces lieux. Et ces mots qui troublaient l'équilibre se faisaient désormais plus compréhensibles que d'autres, guère plus rassurants, guère moins pacifiques, maintenant que son cerveau endolori parvenait à comprendre les tenants et aboutissants d'une dispute.

"VOUS! Vous l'avez tué! Vous avez osé!" , grondait de nouveau une voix au timbre pourtant si doux et mélodieux. Toujours assise contre l'arbre, Ariane contemplait le tragique de la scène, profitant de passer inaperçue dans l'émeraude des feuilles semi-illuminées. Immobile parmi une réalité floue. Une fée morose tenait dans ses bras un homme qui ne bougeait plus, la peau blanche, mort. Les larmes aux yeux, pressentant la fin d'un amour impossible qu'elle avait pourtant tenu dans ses bras, elle observait avec mépris le reste de ses sœurs acculées, toutes plus magnifiques les unes que les autres, bien loin de ce que pouvait offrir le commun des mortels. Et pourtant, la dernière de la fratrie n'en restait pas moins infiniment plus expressive et impressionnante dans chacune de ses paroles effrénées. "Vous m'avez endormi, et vous en avez profité pour...me trahir! Me tuer! Longtemps. Je suis restée si longtemps à vos côtés, si longtemps à oublier l'humanité et à envier leur liberté et leurs restrictions, pour des règles que vous n'avez fait que m'imposer..."

Elle était terrible, cette femme surnaturelle. Le regard d'Ariane avait terminé par déceler quelques formes dans l'eau, au nombre de trois. Des jeunes femmes. Egorgées, par la fautive qui hurlait son désespoir. Un triste et macabre dénouement pour la somptueuse créature qui s'ennuyait quelques semaines plus tôt dans les rêves d'Ariane...L'une de ces aînées, plus courageuse que les autres, avait répliqué derechef.

"C'est contrenature! On ne pouvait le laisser vivre alors qu'il t'avait vu! Pourquoi tu ne peux le comprendre?"


L'humanité ne pouvait côtoyer ces êtres qui vivaient en autarcie, encore moins les sortir de ces mythes auxquels ils n'avaient qu'une demi-croyance. Les choses se passaient pourtant si vites sous les yeux d'Ariane. A peine la phrase prononcée, qu'une gorge avait été lacérée, le sang coulant dans le lac à flot. Un quatrième ingrédient. Restée quelques secondes debout sous quelques regards ébahis, le corps de la victime avait rejoint ses trois autres compères inanimées. Par un hoquet d'une pure surprise, l'ancienne générale avait réagi au dernier râle d'une fée. A ses pieds, il y avait un fragment de miroir.

"Je préfère encore vivre avec eux, oui, vivre et mourir parmi les humains, plutôt que de rester éternellement auprès de vous, aveuglées par votre condition et par notre bonheur factice. Le temps passe, rien ne change, nous n'aidons même pas ce qui peut être sauvée... Mais j'ai mon idée, je sais que je peux...Contribuer. Que je peux réparer le mal qu'on leur a causé."


Tétanisée, les mots de la fée lui rappelaient ce qu'elle avait vécu. Cet être surnaturel...Allait-il commettre une erreur et connaître les contrecoups d'une trahison? Perdue, là, dans une forêt?

Non. Parce qu'elle avait une cause, et que cet objectif précis se ressentait dans sa fureur, dans sa folie et dans sa passion meurtrière. Dans tout ce qu'elle était. Elle avait foi en l'humanité, là où même Ariane n'en avait eu guère, se souciant bien plus des sombres pensées humaines par ses habitudes de générale des Lyumnades. Les deux dernières sœurs restantes avaient bien tenté de se défendre, mais quelqu'un était déterminé. Les tuer, les sacrifier par amour. Il n'y avait plus que cet objectif en tête, un interdit.

A cet instant, la brune avait crû sentir une vibration. Un début de quelque chose qui résonnait alors que les étoiles laissaient complètement place à l'aube. La sensation avait été brève, incomplète en revanche. L'ancienne atlante la connaissait, l'avait parfois regrettée au cours de ses périples. La symbiose lui avait filé du bout des doigts. Elle aurait pu maudire sa faiblesse, ce fut toutefois un autre détail avait retenu son attention, son observation.

Au soupir de la dernière victime, l'eau du lac, pur reflet, était devenue complètement écarlate.




Dernière édition par Ariane le Mer 12 Oct - 15:01, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Jeu 29 Sep - 19:36

Scène 3 : L'agonie des fées


Jamais elle n'avait vu une eau si rouge, et si attractive à la fois. Cachée, Ariane peinait à réaliser la scène qui se tenait devant elle. Elle aurait voulu se lever pour, peut-être, faire partie du théâtre, avoir des explications, demander l'aide de Melizenn, la femme-serpent qui n'était pas encore présente. Ou femme-dragon. Mais il n'y avait là devant elle qu'une jeune et jolie Créature qui continuait à caresser les cheveux de son aimé défunt, avec amour et conviction.

Après un long moment à demeurer statiquement assise, la sublime femme s'était levée une dernière fois pour fouler l'herbe froide qui cintrait le lac. Hésitante, elle avait fini par y entrer, là même où ses sœurs avaient agonisé. L'air ni mélancolique, ni véritablement fière. Ses mains tremblaient encore du terrible acte qu'elle venait d'assumer, auquel un témoin trop curieux s'y rajoutait incognito. Car Ariane, curieuse, continuait à observer d'une œillade peu assurée.

La dernière sœur avait un meilleur objectif que de faire attention à son entourage: Réveiller l'être égaré.

Munie une petite fiole, son "remède" avait été prélevé directement dans l'eau ensanglanté d'un geste habile et assuré. Avec élégance, la cadette avait retrouvé de nouveau les côtés du mort allongé sur le sol, laissant derrière elle les traces de son passage; les bas de l'immortelle étaient encore trempés de sa dernière baignade sanglante.

La suite lui parut beaucoup plus floue, ne serait-ce parce qu'Ariane ne voyait que le dos de la "fée". Quelques gouttes de l'eau écarlate s'étaient échappées pour teindre deux, ou trois brins d'herbe de leur couleur vermeille. Etait-ce l'eau du lac? Ou un autre sang? Peu lui importait, car quelques secondes après, la victime commença à bouger de nouveau. Son corps tressautait encore sous plusieurs toussotements, puis il avait fini par se calmer et reprendre ses esprits lorsqu'il aperçut son amour devant lui. D'une âme perdue, il était désormais un homme comblé.

Bouche bée, la conclusion ne mit pas longtemps à émerger dans l'esprit de la maudite. Un mort revenu à la vie grâce à cette eau...Capable de guérir. Etait-ce là également cette chance que Mélusine lui avait accordé? L'engouement était si fort!

Malheureusement, rien n'était gratuit.

Les amoureux s'étaient échangés quelques doux mots, reprenaient leurs attitudes pacifiques tandis qu'ils s'éloignaient vers la sortie du Val. Il était étrange que l'homme n'est pas remarqué l'écarlate du Lac. Etait-ce un sortilège de la part de la fée? Ariane secoua la tête, se releva, prête à cesser de jouer aux dissimulations hasardeuses.

Quel ne fut pas sa surprise de voir la protagoniste lui accorder son attention au loin aussitôt qu'elle était entrée dans la lumière.

Mais comme à cette époque où les salamandres rouges attiraient les attentions, le regard de la fée avait croisé celui d'Ariane. Et ce fut le choc. Long, ses yeux s'étaient rapetissés l'espace d'un moment, doutant de ces anciennes lois qui l'auraient condamné à mort. Tuer selon les règles, ou...? Un sourire avait remplacé cette réflexion. Rien n'était plus de cet ordre injuste désormais. L'humaine l'avait vu mais elle n'était que la première parmi tant d'autres à venir. Alors, motivée par le chemin qu'elle venait de se créer, elle avait repris sa route. Au diable cette ancienne vie!

Second soubresaut pour Ariane. Encore effleurée seulement, cette étrange sensation....

La plus petite des fées avait laissé volontairement derrière elle une fleur rouge, et quelques fragments de miroir à son passage.







Dernière édition par Ariane le Sam 8 Oct - 1:34, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Jeu 29 Sep - 23:39

Scène 4: Confusion

Condamnée, âme perdue. Bien nombreuses avaient été ses appellations, ses malédictions et insultes internes que l'espoir reniait avec un peu plus de force désormais. Et pourtant, peu certaine, elle avançait en direction du Lac, sans grande assurance.

Où était Melizenn?

Déglutissant, la brune s'était à son tour approchée du lac, nullement plus curieuse à l'idée d'observer le reste des fées agoniser, ou mourir sous l'eau. Ses chaussures enlevés, pénétrer dans le Miroir aux fées lui donnait des frissons incontrôlables, lui intimait d'une mauvaise décision. Précédentes, et aussi à venir. Mais Ariane n'avait pas le choix. Sa malédiction n'attendait pas. Et elle non plus, ne saurait attendre plus longtemps.

Combattre ses propres peurs n'avait rien d'inconnu, mais l'idée de le faire sans son cosmos l'intimidait. Sur le sol, Ariane y avait déposé un sac rempli de plusieurs objets. De voyage principalement, elle savait qu'elle en aurait besoin. Secs, de préférence.

L'eau lui arrivait jusqu'à ses genoux, mais cela suffisait probablement pour arriver à une hauteur où chacun des ingrédients du remède de la vengeresse se mêlait en une décoction miraculeuse et complètement écarlate.

Les six sœurs égorgées...

Il y avait un temps où les pensées n'étaient que secondaires. Et à dire vrai, quoiqu'hésitante, l'ancienne générale des Lyumnades avait atteint ce stade. Ses mains crispées et endolories étaient venues capturées la solution vermeille en une petite flaque coincée dans le creux de ses paumes, miroitant et faisait apparaître un portrait beau, mais lugubre. Lentement, ses paupières s'étaient affaissées, presque soulagées, Ariane le percevait dans cette réflexion. Enfin. Enfin, elle avait atteint son objectif, enfin peut-être, ses tourments cesseraient de la condamner à l'oubli.

"Ne la bois pas. Pas encore."

Ariane haussa des sourcils, hésita une seconde de plus. Et elle aurait pu hésiter plus longtemps, si de nouveau, un mal de crâne familier ne commençait pas à émerger. Encore lucide, elle revoyait des souvenirs étrangers, sa vie s'effacer sous une image informe. Son cœur s'emballa.

"Ne la bois pas.",
hurlait à nouveau son instinct, conscient des corps étalés dans l'eau, mais peu concernée par ce détail.

Il y avait tellement plus inquiétant...Cette douleur! Etait-elle liée à cela?

La panique s'emparait progressivement d'elle, la grimace qui se formait sur son visage en attestait merveilleusement bien, détruisant l'espoir qui y avait régner de nouveau quelques minutes auparavant. Et comme pour contredire et faire taire cet instinct, oublier les souvenirs qui s'emparait de son esprit, ses lèvres s'étaient approchés de la source interdite. Et elle l'avait bu.




Dernière édition par Ariane le Sam 8 Oct - 1:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Jeu 29 Sep - 23:54
Mais deux secondes, déjà, c’'est bien plus long...
Et les jours
Les mois
Et le venin qui coule intarissable...



Scène 5: Présent


Son mal de crâne s'estompait petit à petit, sa vie reprenait tout un sens. Ensanglantée, elle était Ariane. Rien qu'Ariane. Un sourire naquit brièvement sur son visage, avant de s'estomper tout aussi furtivement qu'il n'était apparu. Sa main s'était portée prestement sur son cœur, cette sensation de chaleur qui se diffusait jusqu'à son cerveau comme quelque chose de trop chaud! D'acide, d'étouffant! Ses yeux commençaient déjà à la brûler de cet interdit qu'elle venait de commettre.

Dans l'incompréhension, Ariane s'apprêtait à rejoindre la terre ferme, lorsqu'une main vint prendre une de ses chevilles depuis les profondeurs; un regard tentait de percer le brouillard écarlate du Miroir. Une fée continuait à agoniser au fond du lac, à garder cet endroit secret, aussi. Nul doute que cette emprise ferme et encore puissante ne lui voulait pas du bien, et la jeune femme aux cheveux d'ébène avait tôt fait d'insister avec plus de force sur sa jambe. En s'exécutant, elle dérapa pourtant dans l'eau.

Et tandis que le froid aquatique l'accueillait de ses mains acérés, ce qu'elle vit ne lui fit guère plus plaisir que cette chaleur qui se répandait déjà dans tout son être. L'agonisante clamait en même temps sa vie et son âme, au prix de la sienne, pour la jeune humaine qui commençait à se noyer, à perdre de ses forces par une double situation meurtrière. Encore une fois, le regret l'emportait, ancienne générale assidue qu'elle avait été.

Car à cette lutte pour la vie et la Mort, la puissance lui manquait, au moment même où elle s'était peut-être résolue à ne pas se laisser emporter par la fatalité imposée à tout être humain. Pas encore, presque libérée de ses chaînes...De ses véritables chaînes...Ses bras continuaient à fouetter le courant, à se débattre pour la vie.

La fée...Le remède...Elle...A qui était-ce la faute?

Une seule parole faisait écho dans le fil de ses pensées presque éteintes, comme une prière, une envie toute trouvée.

« Si je ne mérite pas d'exister, laissez moi voir ce qui peut l'être. Je n'ai pas été nécessairement votre préférée à lutter aveuglement, à explorer les souvenirs des combattants jusqu'à en oublier l'essentiel, mais s'il vous plait, laissez-moi seulement voir le chemin avant ma mort... »


Ce furent les étoiles qui lui sourirent. Sa dernière volonté et son dernier combat également.

Alors une ultime fois, le cosmos de la jeune femme lui était revenu, différemment toutefois. L'énergie était venu l'envelopper de sa couleur dorée et rassurante, afin d'apaiser ses craintes et de braver ses faiblesses avant la prochaine étape de sa vie. Ou de sa mort. Son corps se refroidissait, mais son cosmos brûlait de nouveau jusqu'à en endormir son agresseur. Le sang qui coulait le long de ses veines était marqué par l'agonie des fées.

Si elle avait observé attentivement les feuilles, si elle avait interpellé la fée, les choses se seraient-elles passées autrement ?




Dernière édition par Ariane le Sam 8 Oct - 1:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Sam 1 Oct - 1:34
Lorsque la jeune femme aux cheveux d'ébène atterrit dans son nouvel environnement, ce ne fut pas dans l'eau du lac ni même dans le Royaume des morts qu'elle prit de nouveau ses appuis, mais logée parmi les hautes et fines herbes vertes, où elle étouffa un baillement. Que s'était-il passé? La question n'avait même pas eu le temps d'être posée qu'elle aperçut deux yeux émeraudes mais fendus l'observer, parfaitement inquisiteurs.

L'instinct ne trompait pas. La brune s'était aussitôt redressée pour se tenir sur ses deux jambes encore tremblantes. Mélizenn!

Cette sensation...Elle sut qu'elle rêvait de nouveau, comme lorsqu'elle était au Temple du Lion.

Une voix troubla ce silence de considérations.

"Ah."
Sa langue fourchant avec élégance, la femme l'observait longuement et parlait enfin mentalement de sa voix féminine, rauque, parfois cristalline toutefois. Mélusine. Pourquoi n'apparaissait-elle pas cette fois-ci en tant que Vouivre? Les questions n'eurent pas à profiler plus longtemps, qu'elle commençait à s'enquérir de son état. "J'ai bien crû que tu allais mourir... Eveillée de nouveau, à ce que je vois?"

Eveillée? Le mot avait fait écho dans l'esprit d'Ariane, comme un ancien savoir émergeant de nouveau depuis des abysses, pourtant pas si lointaines en y réfléchissant bien. Et alors, la conscience la regagna. Eveillée. En frôlant la mort, la sensation et la force de ces années passées en tant que générale lui étaient revenues. Etait-ce du fait du remède? Secouant la tête et surtout levée du mauvais pied, le tournis l'avait gagné l'espace de quelques secondes.

"Eveillée...De nouveau? Oui...J'en ai fait la demande lorsque..."
La fée avait voulu la noyer, et qu'elle avait plus ou moins riposté à son tour. Le reste était encore flou, aussi flou que les souvenirs qui n'étaient désormais plus dans son esprit. Les yeux fermés, Ariane s'était concentrée sur la douce énergie qu'elle avait atteinte. "Enfin, je ne ressens plus aucune douleur ni la pression des souvenirs, maintenant que je maîtrise de nouveau mon cosmos. Grâce à l'eau vermeille. Je suppose que je dois peut-être vous remercier pour cela. Après tout, vous m'avez guidé, en quelque sorte."

Qu'elle se sentait encore un peu plus affaiblie de ces expériences! Affaiblie oui, mais libérée du règne des pensées étrangères. Libérée de la fatalité des Lyumnades. Alors pourquoi se sentait-elle aussi..."différente"? Quelque chose pendait à son cou, et lorsque le goût de l'observation se manifesta, une magnifique pierre écarlate scintillait terriblement de son éclat impérial. Un envoûtement. Silencieusement, hébétée et ses orbes élargies, Ariane questionnait du regard sa vis-à-vis. La femme n'avait pas changé, continuant à l'observer dans les yeux.

"...Changé." La voix de la Fée dans son esprit se faisait froide mais légèrement moqueuse, ou peut-être bien réjouie ce qui n'était pas pour plaire à la brune. "Enfin, si cela peut te rassurer, tu n'es pas la première dans l'histoire à détenir un tel dénouement, cela dit je ne compte plus les centenaires passées sans voir un tel éveil. Tant mieux remarque."

L'incompréhension gagnait à petit feu Ariane. De quoi parlait-elle? Tandis que ses doigts se portaient tour à tour entre l'anneau des Roisin et l'étrange rubis, la jolie brune serrait des poings. Cette attente était incroyablement longue, insoutenable, sans compter le ton faussement détaché de la blonde, se voulant à la fois rassurante et légère. Bien en vain, malheureusement.

L'ancienne générale avait également remarqué que l'anneau autour de son cou se faisait déjà plus présent maintenant qu'elle pouvait de nouveau sentir le flux cosmique l'envahir. Oh, l'œil de la femme-dragon n'avait pas manqué cette information. Qu'est-ce que cet étrange anneau pouvait bien révéler du reste de la vie de la jeune femme? Peu lui importait, tant que "la moitié du remède" -ou du moins son incarnation- restait ici pour l'heure

Ariane n'en puit finalement plus et termina par poser la seule question qui lui venait à l'esprit. La discussion n'avait pour elle aucun sens, si ce n'est qu'elle avait changé.

"De quoi parlez-vous?"


Il y eut une brève pause.

"De toi."
Une nouvelle réponse bien brève. Autant y riposter de la même façon. Le ton n'était pas véritablement impoli mais il se voulait pressé, peu inquiète à l'idée d'avoir en face d'elle une créature aussi belle qu'effrayante.

"Je vous le répète donc. En quoi ai-je changé?"

Peu importait les informations qu'elle lui donnerait. Ariane préférait y voir en l'instant de la franchise. Elle n'eut pourtant pas le temps d'en savoir plus qu'elle s'était réveillée dans une forêt.

Il lui semblait bien être seule, mais ce n'était pas le cas.

La Vouivre approcha sa grosse tête de la femme au sang de fées. Oh, elle ferait la distinction entre la Mélusine des rêves et la Vouivre de la réalité. Plus bestiale, elle se montrait de temps à autre comme pour veiller sur chacun des mouvements d'Ariane à Brocéliande.





Dernière édition par Ariane le Mar 11 Oct - 21:08, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Sam 1 Oct - 1:35

Scène 7 : Dernier Pacte


"Toi. Tu as commis une volonté irréparable en buvant leur sang et en même temps, tu t'es éveillée dans notre forêt. Je l'ai lu dans les étoiles."


S'attendant à percevoir la Vouivre qui l'accompagnait parfois avec trop d'insistance, comme pour la surveiller à Brocéliande, Ariane vit pourtant son ancienne protectrice. Combien de nuits avait-elle attendu avant d'avoir une réponse? Un rêve n'était pas si simple à percevoir. Dans les étoiles? Cela voulait-il dire qu'elle avait encore autre chose à faire? A vivre? Au service d'une quelconque autre personne? Divinité? Créature? Croisant les bras, Ariane attendit le reste des explications, interpelée toutefois par un éclat lumineux. Au loin, les fragments de miroir de la septième fée rayonnaient de leur sagesse.

"...Tu as dû le voir depuis le temps. Ton visage est marqué de l'interdit. Au moment où tu as bu l'eau sans véritablement savoir ce que tu faisais, tu t'es condamnée. J'ai pu te sauver grâce à ce que tu portes encore autour du cou, grâce à la Vouivre, ainsi que par ton éveil au cosmos. Cela dit, je n'ai pas pu enlever l'effet ni même l'influence de leurs sangs. A dire vrai, l'escarboucle que tu as tenu n'a fait qu'atténuer son maléfice." Première vérité, une forme de regret avait chargé les dires de Mélusine. Elle patientait, savait pertinemment que de toute évidence, elle n'aurait pas tenté d'effacer les traces d'un remède incomplet. D'autant plus s'il avait survécu. Toutefois, elle reprit ses explications avec plus de franchise. " Vois cela comme une balance, je ne connais pas encore totalement les contraintes de ta condition en revanche. Toutefois, c'est à moi de répondre à tes questions."

Pas un mot n'avait filtré les lèvres de la brune. Une mélancolie passa rapidement salir les traits de la jeune femme, avant qu'elle ne daignasse s'approcher de plus près des lumières qui scintillaient. Un fragment de ces miroirs trônait dans sa main, là où elle put mieux contempler les dégâts du sang des fées.

L'ancienne générale peinait à se reconnaître. Oh, elle était toujours brune, toujours Ariane, mais où était passé ce visage légèrement poupin qui avait toujours qualifié la malice des Lyumnades?

Il n'y avait là devant elle qu'une belle femme, qui conférait toutefois son charme très étrange et des caractéristiques que l'ancienne atlante connaîtrait plus tard. Avec plus ou moins d'intérêt. Mais il y avait sur ce visage une marque indélébile, une marque autrement plus intrigante et belle. Si l'un de ses yeux gardait de nouveau cette fière couleur turquoise, le second était écarlate, frappé de l'interdit. Du sang dont elle venait de se gorger par ignorance, de cette fée maudite qui hantait ses rêves et qui l'avait mis en contact avec la Vouivre, le maléfice des Lyumnades s'était évanoui au profit d'un autre. Un échec dont Ariane tenait à comprendre les raisons, aussi multiples soient-elles...

Des murmures, une évidence vint l'aider dans son raisonnement...

"Non. Cela aurait pu marcher...Mais il manquait quelque chose. Quelque chose d'essentiel, quelque chose qui faisait de cette eau une forme de remède. Une guérison, au lieu d'une autre malédiction. Il manquait...la goutte de sang de la plus petite des fées, leur plus jeune sœur, n'est-ce pas?"

...Non, c'était une intuition, le savoir de ses victimes à ce moment précis où elle n'avait pas joué. La question n'était que rhétorique, et à cet instant, Mélusine en avait fait ses déductions: retourner dans la civilisation lui serait délicat pour la jeune femme qui était accompagnée de la Vouivre. Une sorte de..."soldat". Ou "protecteur", pour les humains qui tanguaient toujours entre la guerre et la paix.

Sous l'incompréhension, le verre avait coupé cette peau albâtre. Le sang qui commençait à perler du bout de ses doigts avait finir par salir la rose que la jeune fée avait laissé sur son passage, elle-même enduite de la goutte manquante. Trop tard.

Trop tard...




Dernière édition par Ariane le Dim 9 Oct - 18:39, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Sam 1 Oct - 18:21


Des jours...
Le temps paraissait s'écouler si rapidement et à la fois, si lentement dans cette forêt...


Scène 8 : Prise de conscience et cage dorée.


L'agonie demeurait, la vérité s'estompait dans sa tragédie. L'échec était une chose peu appréciable, mais son goût amer avait le plaisir de disparaître petit à petit face à une habitude, un quotidien, une acceptation. Oh, le maléfice qui avait touché la jeune femme n'était qu'à moitié tolérée, mais plus elle y réfléchissait, plus les hypothèses se multipliaient, et se confirmaient en certains cas. Lorsqu'elle était revenue près du Lac, les corps des fées n'étaient plus là pour souiller l'eau cristalline...Comme volatilisés, inexistantes.

Mais Ariane était là, à réfléchir sur ses anciennes ambitions. Qu'aurait-elle fait en tant que non éveillée parmi les humains? Sans maison, sans rien d'autre qu'un nom peut-être un peu plus prestigieux que les autres en Francie? Ah! Catin? Une douce blague. Ses doigts faisaient tournoyer une étrange fleur dont la corolle blanche se convertissait lentement mais sûrement vers un ton sanglant. Toutefois cette dernière ne supporta pas le sang étranger: irrémédiablement, elle se fana, prit l'une couleur sombre, trop sombre pour être appréciable pour la vue... Un bruit rauque se fit attendre dans les forêt, puis un cri strident; la Vouivre approchait.

Ariane aurait toujours du mal à s'habituer à sa présence, il fallait dire que cette dernière ne lui inspirait pas la plus grande sympathie, ni même la plus grande douceur, malgré que la Bête semblait s'être littéralement entichée d'elle d'une façon qui lui semblait fort dangereuse à l'avenir. Elle avait crû au départ que la Vouivre était Mélusine, mais la réalité semblait lui montrer que la tête reptilienne qui s'approchait d'elle n'avait qu'un simple lien avec la fée, ce que le rêve le lui avait montré au départ.

Après tout, elle devait en quelque sorte sa vie à la Vouivre, alors il lui arrivait parfois de parler à la créature. A la voir, elle semblait comprendre l'ancienne générale, mais elle n'en était pas sûr. Un mystère pourtant accordé au bénéfice du grand reptile.

"C'était une Datura. Je n'en avais jamais vu jusque-là, ni même entendue parler. L'herbe aux sorciers, la pomme épineuse, la trompette des anges pour les plus optimistes...Enfin, regarde-la, cette plante n'est plus rien du tout maintenant."

Lassée, elle jeta la fleur par dessus son épaule, tandis que la Vouivre aux écailles sombres et à l'aura surnaturelle suivit du regard la fleur suspicieusement avant de reporter son attention sur la femme qui détenait son escarboucle, et qu'elle ne lâcherait pas si facilement. Allongée dans l'herbe, ne tiqua pas, et reprit ses habitudes.

D'un petit geste de la main, l'ancienne générale déposa la fleur d'un blanc immaculé sur le côté et tourna avec souplesse une page d'un vieux bouquin, qui recensait pourtant avec peu, si peu de précisions le savoir des lieux. L'ouvrage était probablement ce qu'il restait d'un homme trop curieux qui avait fini par ce perdre -seul ou à l'aide des créatures qui y vivaient d'ailleurs, peu importait dans cette forêt aux milles secrets qui ne tolérait que moyennement les présences humaines-. Puis il avait sans doute finis par passer l'arme à gauche. Oh, mais ce qu'il y avait écrit n'en restait pas moins évasif mais correct. "Ne pas manger un met proposé à Brocéliande. Ne pas y boire non plus."

Leur monde était puissant, mais trop prudent pour leur propre bien. Il tuait souvent ses visiteurs.

"Pourquoi es-tu là?"

Aucune réponse. Mais sa seule compagnie pouvait-elle seulement parler? Alors Ariane se contenta de deviner.

"Si c'est pour mon état, je m'en remets. Il faut bien après tout."

La brune souffle au répit, au purgatoire après les moments les plus difficiles, et hésitait entre sa seule lecture et autre chose. Lytès et Râhi étaient mort, Liao et Thalès avaient disparu, et Orpheus et Ephtal avaient gagné leur pari. Il ne restait plus rien de son ancien monde. Ariane n'avait pas su les protéger mais continuait malgré tout à vivre. Pouvait-elle seulement se le pardonner? Une seconde chance lui avait été donnée dans cet environnement à la fois si dangereux pour certains, et si paisibles pour d'autres. Frappée d'une malédiction, disposant désormais d'un certain savoir. C'était utopique, voire charmant, peut-être bien que les plaisirs de la vie obscurcissait son nouveau jugement. S'amuser dans les champs et découvrir des connaissances uniques étaient une source de divertissement à n'en pas douter.

"La vie ici n'est pas si dramatique...Si paisible...Sans désordre, sans oppression. Un instant de paix. Je me demande...Pourquoi rechercher l'harmonie et à la fois, l'autarcie avec ces humains qu'elle méprise? Et surtout, pourquoi veilles-tu sur moi, quitte à m'empêcher d'en sortir?"


Aucune réponse encore, si ce n'était un grognement. Elle s'était mise à rire, en apercevant le museau de la Vouivre reniflé un bref instant l'air et se montrer désapprobateur l'instant suivant, relevant prestement sa tête. Il n'y avait pourtant rien de bien drôle, ni même de quoi se montrer des plus enjoués, mais sa situation était telle qu'elle avait de nouveau l'impression de jouer un rôle. Une réminiscence des Lyumnades, dirait-elle.

"Me considères-tu comme l'une de ces princesses coincées dans leur tour d'ivoire? Eh bien...Tu n'es pas si loin de la vérité d'une façon, ça serait la deuxième fois que l'on me confond comme tel."


Après tout, le Serpent ailé lui barrait toujours le chemin lorsque l'envie lui prenait de s'éloigner...Elle s'énervait, en devenait dangereuse pour elle comme pour les bois. Au moins, ne prenait-elle pas peur de son regard hétérochrome. Alors, la jolie brune riait de sa propre condition.




Dernière édition par Ariane le Mar 11 Oct - 0:52, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Sam 1 Oct - 18:23

Scène 9: Dernier rêve


Pas une réponse. Etait-ce ce qu'elle avait toujours recherché? Son regard s'était fermé sur Mélusine, tandis que le vent venait souffler et caresser la plaine de sa brise, portant avec elle les pensées de la femme. Tout comme elle, Ariane partageait en partie la même condition que sa vis-à-vis. Mais de cette expérience, le flou était si intense qu'elle gagnait forcément à l'observation de la forêt.

"Si nous sommes liés, qui es-tu donc?"


Le partage avait été inconscient. La vouivre avait esquissé l'ombre d'un sourire, mais n'avait pourtant prononcé aucun mot, se contentant de répondre mentalement à sa protégée. Après tout, elle était pour l'heure l'éveillée de la femme-serpente, sa nouvelle et future protectrice, ses yeux dans ce jeu à venir.

"Peut-être bien un peu de tout, Ariane..."

Ondulante, la fée maudite alla cueillir quelques roses qui bordait des petites sculptures en pierre. Comme de petits dolmens. Mélusine resta interdite très longtemps. Elle repensait brièvement à sa mère, Persine, et à Avalon qu'elle n'avait plus revu, et qu'elle ne reverrait plus finalement. A cause d'une précédente volonté...Oh, Ariane lui avait raconté son aventure en ces terres sacrées. Une fois, et voir la façon dont bougeait le monde en dehors de ce cocon la surprenait et l'intriguait énormément à la fois. Ses sens étaient titillés, et le fait de s'occuper d'Ariane mettait et rappelait le piment que le monde pouvait conférer à ses habitants. La septième gardienne des environs du Miroir l'avait bien compris avant de partir, il y a plusieurs années de cela...

Mais là n'était pas l'objectif de la gallo-romaine. Ou franque, selon les souvenirs d'Eva.

"La jeune sœur que tu as vu durant ton Eveil montre nos différences. Nos intentions sont diverses à leur égard, cela reste un choix personnel. Pour ma part, je ne les méprise pas, mais mon heure pour les aimer et être appréciée d'eux en retour n'est pas encore venue."
Oui, depuis la fontaine de Barenton jusqu'au Miroir des Fées, il y avait de bonnes résolutions, mais il y en avait aussi des décisions mal-intentionnés. Son regard s'était porté au seul objet réellement terrestre dans ce milieu: un sac. Avait-elle oublié son contenu? Tu viens apporter un peu de sang neuf ici-même, je doute que ces lieux s'en prennent à toi physiquement tant que tu sais ce que tu fais. Mais j'ai une question..." Elle prit une pause, puis, soufflant légèrement, la femme-serpente se prononça. "Penses-tu seulement rester ici, toi aussi? Que ton destin est d'être éternellement raccroché au mien et à cette Vouivre?"

Oh, Ariane faisait d'énormes progrès et continuerait à en faire, elle n'en avait nul doute. Quelques jours auparavant, l'image d'une guerrière autrefois effacée venait d'apparaître sous une toute nouvelle facette. Parfois associée aux Parques, Mélusine connaissait la réponse pour la jeune femme qu'elle protégeait et élevait à la fois à sa manière, mais laissait le temps agir à sa guise, mettre en avant ses propres lumières. Contrairement à la Vouivre, son avis était mitigé.

Fallait-il laisser la jeune femme sortir de ce domaine?




Dernière édition par Ariane le Dim 9 Oct - 19:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Lun 3 Oct - 18:17
Attendre la permission des étoiles. Les paroles lui intimaient que la femme-serpent devrait patienter encore longtemps avant de voir son souhait exaucé. Quel avait été son crime? Pourquoi n'avait-elle tout simplement aucune émotion en parlant des humains, mais commençait à voir en elle, Marina renégate, une alliée? En outre, Mélusine n'était pas prête à retourner de sitôt en terre civilisée, contrairement à la jeune gallo-romaine qu'elle observait cette fois-ci avec sagesse. L'abandon, la malédiction, l'air bref...Aucun doute à ce sujet-ci, Ariane était toujours une femme quelque peu peinée, humant la brise bretonne qui ne troublait pourtant nullement les lieux. Bois. Feuilles.

Oh, la forêt l'aidait grandement à aller au-delà de ses soucis, peut-être trop parfois.

"Ne pense pas trop à l'abandon et aux promesses déçues, cela ne t'aide pas. Alors?"


Le ton de la fée n'avait pas fait mouche, si bien qu'un fin sourire était venu se dessiner sur les lèvres d'Ariane, et l'éclat de son œil s'était fait curieux. Sèchement, le livre se refermait tandis que ses pieds avaient retrouvé le contact au sol. Mélusine était son réconfort, mais il lui arrivait bien trop de fois de jouer avec le mythe de son prénom. Comment pouvait-elle lui avouer que malgré tout, elle peinait à croire qu'elle resterait ici plus longtemps?

"Non. Je ne peux pas rester ici. Pas pour l'instant, pas plus qu'au fond de moi-même, j'en ai réellement l'envie." Elle en avait conscience mais la tristesse était toujours là, quelque part, à l'empêcher de partir. Tout comme la Vouivre. Pourtant, elle ne cessait de penser à ce qu'elle avait vécu au Temple du Lion, avant son départ et à l'éveil de sa précédente malédiction. A l'oubli et au chagrin précédent, une sorte de "Thésée" qui l'avait frappé. Peut-être était-ce pire que la mort. La destinée pouvait être cruelle avec les histoires humaines... Sa main s'était avancée vers un brin d'herbe qui alla se dessécher aussitôt qu'il y eu contact. Triste condition, mais peu valable en ces lieux de la Fontaine Magique. Et pourtant, même si elle n'était pas dangereuse ici-même, à porter seule compagnie à une Vouivre, même si l'idée d'avoir perdu une partie de son humanité avec pour seule compensation une étrange beauté...Elle n'en restait pas moins concernée par ce nouveau mal qui la touchait.

"Je veux découvrir...Avoir un but de nouveau." Et cette vie-ci, bien que plaisante, n'était pas "vivre" en totalité.

Son regard s'illumina soudainement, comme inspiré de nouveau par les étoiles qui bordaient le ciel dans son plus grand silence. Comment avait-elle pu oublier cela pendant ces quelques semaines?

"Brocéliande est-elle mon épreuve?" Toujours allongée, Ariane avait posé sa question laconiquement. Cette attraction pour le Miroir, ces oublis, tout cela n'était pas anodin. Approchant son sac d'elle, sa voix claire et posée reprit la parole. "Je ne parle pas que du "remède". L'endroit m'attire et m'enivre sans nulle technique employée, il trompe mes sens autant qu'il m'incite à rester ici, comme l'un des plus puissants sortilèges auquel j'ai l'impression que vous me soumettez. Comme une deuxième prison dorée où le temps n'a plus aucune importance, les liens avec le monde non plus. Sans vous, j'aurais perdu à tout jamais une partie de moi que j'ai fini par omettre. Et je la paye encore, cette omission..."

Sa main s'était portée sur cet œil gauche, qui avait été touchée par le sang de six créatures sacrifiées froidement. Mais il n'y avait pas que cela. Pourquoi la fée l'avait-elle aidé et la Vouivre, isolée? Pourquoi avait-elle consentie à lui donner cette brève piste quelques secondes plus tôt? Ses pensées s'étaient tournées vers cette jeune fée qui avait voulu, elle aussi, vivre par amour.

"Si Brocéliande vit en retrait, elle évoque encore le désir et l'envie. Elle m'a offert pourtant l'une des plus belles illusions souhaitées et je l'en remercie. Une paix, comme un fragment de miroir poussiéreux. Mais je ne veux pas... ou plutôt je ne veux plus connaître cela pour l'heure. J'ai fait une promesse." A Thalès, qui n'était pas mort mais porté disparu. Pouvait-elle vraiment l'oublier? Et puis finalement, cette promesse valait pour elle-même, à rendre justice à celui qui avait péri à Asgard. A tout le monde, finalement.

La jeune femme repensa au parchemin. "La dispute...Etait-elle même une illusion? Une vision du passé? Ou alors...Une sorte d'hallucination?" Silence. Un soupir médusé retentit. Elle le savait...Ses mains sentaient encore le sang, mais les femmes des lacs, bien qu'agonisantes, ne mourraient pas et apparaissaient dans leur agonie, parfois. Le fragment de miroir, l'appel et sa folie...Tout coïncidait. Quel homme sain d'esprit boirait une eau ensanglantée? Les fées avaient-elles été les illusions arrogantes d'un simple Lac-miroir déjà maudit? Les gestes effectuées par la jeune femme se transformait en écho. Les strangulations, les gorges volontairement coupées, nombreuses, oh oui, au nombre de six! Et de ce crime, soudainement tremblante, Ariane en avait été la seule fautive dans son ancien malheur, libre et à la fois prisonnière d'un destin qu'on venait de lui dicter. Et pourtant...Il y avait encore, toujours le choix à contredire ce soudain ressentiment. "Probablement qu'un jour, je reviendrai ici-même, que ce soit en tant que deuxième femme maudite ou autre chose, d'ailleurs."

Cette promesse avait été prononcée comme un pari. Comme un jeu dangereux. Et alors elle s'était réveillée près de la rivière. Sitôt relevée et consciente, un rire s'était échappé de ses lèvres rouges. En dépit de ses dires, elle partirait une fois sa situation stabilisée, dans un délai raisonnable. Assise, sa main alla retrouver le flanc de la bête, affectueusement, mais résignée par ce nouveau compte à rebours qu'elle se donnait.

Le temps s'était peut-être bien remis en marche...Et il lui faudrait échapper à l'attention de la bête qu'elle caressait et qui -Ariane ne le doutait pas-, ne lui voulait certes pas de mal mais ferait tout pour l'empêcher de sortir de ce pseudo-coma. Ce séjour pour lequel elle n'avançait plus.

Oh, avec un peu d'imagination, l'ex-atlante aurait pu voir Teigne à la place de la Vouivre. Exceptée que Teigne ne l'associait pas simplement à une escarboucle à protéger. Quitte à faire couler le sang.

"Merci."


Brocéliande était une prison, plus ou moins puissante selon les individus...





Dernière édition par Ariane le Mer 12 Oct - 16:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Mar 11 Oct - 20:51


Scène 10 : Le temps d'un soupir



Parchemin ouvert, son caractère solennel continuait à délaisser la jolie dame dans sa perplexité. Troué, elle devait une partie de son intégrité physique à ce morceau de papier mais jamais elle ne saurait complètement les paroles de la missive. Quelques mots demeuraient. "Sanctuaire". Guère plus significatif. Un soupir s'était dégagé de ses lèvres rosées, toutefois ce fut le sceau d'Athéna qui l'avait involontairement protégé.

L'ongle du pouce coincé entre ses dents, Ariane réfléchissait, poursuivait son chemin à pas rapides, entendant au loin le cri d'une Vouivre enragée, certainement prisonnière du piège que la renégat lui avait tendu. Mais à victoire, sacrifice consentie. La brune avait laissé derrière elle la rose d'antan, la septième goutte pour se défaire d'un combat pour lequel elle ne connaissait pas encore ses limites, ni même entièrement la nature de son cosmos. Alors, la ruse avait été de mise. L'amadouement aurait-il marcher sur la Bête?

Oh, rien à voir avec Bélisaire...Une Vouivre, contrite? Ariane en doutait fortement, et les vibrations de l'air attestaient bien volontiers ses prédictions. Une conclusion pour laquelle quelques roses s'étaient manifestées inconsciemment de leur couleur carmine, aux gouttes de sang d'une peau éraflée durant la grande fugue. L'escarboucle, bijou volé, demeurait encore en broche sur sa poitrine, encadré par quelques entrelacs de végétaux séchés mais finement tressés sur une peau de serpent.

Mélusine ne s'était plus manifestée depuis la vérité soufflée à demi-mot.

Déjà, Ariane venait de dépasser les premiers arbres avec une facilité qui la décontenançait désormais. L'autre partie du remède derrière elle désormais, le danger guetterait à l'avenir, mais l'ancienne Salamandre devrait vivre avec.

Oui, avec elle-même.

Entre la malédiction et la bénédiction, successeur d'une folie. Toutefois, quitter Brocéliande revenait à s'échapper d'un monde infernal. Un séjour qui avait été étrangement plaisant tout à la fois... Décidée et la tête haute, le vent la menait à reprendre vie sous les cris d'une bête emprisonnée.

Deux jours s'étaient écoulés avant qu'elle ne croise le premier marchand, lequel l'avait salué tout d'abord timidement, le rouge aux joues, avant de s'enfuir prestement dans les abysses du bosquet. Perturbé et blême. Depuis, quelques bandages mangeaient provisoirement une partie du visage de la jeune femme, et sitôt la première ville perçue, il n'y eut plus que le bref écho d'une silhouette encapuchonnée. Une discrétion qui s'était soldée en réussite. L'ancienne générale commençait à comprendre l'origine de son mal, pour en avoir eu une brève démonstration il y a longtemps, plus les démonstrations s'enchainaient, plus elle comprenait.

Tout cela avait un lien avec le Sanctuaire.

De toute évidence, sans dieux, elle n'aurait pas survécu. Cette conviction était bien suffisante pour se montrer doublement curieuse. Après tout, Ariane n'était que la moitié d'un remède vivant, devenu toxique, l'un de ces voyageurs que la forêt n'avait su garder pour elle.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
Le ConteuravatarArmure :
Inconnue
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   Mer 12 Oct - 22:57
Changement de camp validé.

Notons qu'il te faudra faire un RP avec le Pope pour l'obtention de l'armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Message Re: [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [mi/fin août 550] Pour une eau écarlate [solo]
» Pour des herbes ... [Rang C solo]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Francia-
Sauter vers: