Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Ven 30 Sep - 19:22
    - Je ne comprends pas, Grand Prêtre. Je connais déjà les différences entre cette plante et celle-ci. Depuis le début de mon apprentissage, j'ai passé mon temps à étudier la flore de ces différentes nations. Nous possédons des ouvrages détaillés, ce qui nous permet d'éviter de prendre des risques inconsidérés. Alors pourquoi ?

Le jeune homme était assis au bord du fleuve, face à lui se trouvait un large tapis de feuilles sur lequel étaient disposées des plantes de plusieurs variétés différentes. Pour un érudit tel que lui, il n'était en rien difficile de les identifier et d'en connaître les vertus. Depuis son plus jeune âge, il passait son temps à étudier. A apprendre. A employer ces connaissances pour aider et guérir les autres. Il était rare pour lui de quitter son temple. Protéger, on ne le laissait jamais seul. Mais lorsque le grand Prêtre de leur ordre était venu à lui pour lui parler de ce voyage en Britannia, il en avait eu le souffle coupé. Ils étaient ici seulement depuis quelques jours mais l'excitation avait rapidement laissé place à l'ennui. Ici ou dans son temple, c'était toujours la même chose : il étudiait.

Le vieil homme lui adressa un regard sévère. Généralement, il ne discutait pas ses ordres. Mais là, il était véritablement agacé. Si travailler ne lui posait pas de problème, il ne parvenait pas à comprendre l'utilité d'avoir été si loin de chez eux. Alors même que jamais ils ne sortaient. Le Prêtre poussa finalement un long soupir exaspéré. La patience était innée chez lui. Et ce jeune homme était un élément trop important pour le tenir écarté de la vie en elle-même.
    - Réfléchis donc, Esculape. Lire est évidemment indispensable mais la pratique est plus importante encore. Venir ici te permettra de comprendre et de saisir l'art druidique. Sans doute l'un des plus difficile à saisir. Même nos ouvrages ne sont pas suffisants. Travaille donc encore sur ces plantes, le temps que l'on parvienne à mettre la main sur un de ces druides.

Il se levait, laissant le jeune homme face à ses questions. Il resta ainsi quelques heures lorsqu'il ressentit le besoin de se bouger un peu. Mais une fois n'est pas coutume, deux prêtres le suivaient comme son ombre... Poussé par un "je-ne-sais-quoi", il frappa du pied sur un tronc d'arbres, de colère. Il poussa un râle de douleurs alors qu'il se laissait tomber au sol. La route près d'eux était un point de passage régulier. Pouvoir échapper quelques heures à ses gardiens... Il n'osait même pas en rêver.
    - Maudite destinée !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 0:20
Cela faisait des jours à présent que l'ordre des Druides avait été prévenu de l'arrivée du protégé de Rome. Visiblement, cela semblait être quelqu'un d'important, et on demandait même à ce qu'il soit formé aux arts druidiques. Une chose qui était particulièrement étrange. Pourquoi un étranger devait-il suivre cette formation? Après tout, ce savoir ancestral ne se transmettait pas à n'importe qui. Alors qu'avait-il donc de plus pour que le Conseil accède à sa requête, et ce malgré la réticence de Cardeyrn, le grand-père de la Demoiselle. Réticence d'autant plus grande lorsqu'elle fut choisi pour être celle qui irait à sa rencontre. Autant dire que ce choix avait quelque peu surpris la Belle. Après tout pourquoi elle? Elle comprit parmi les grognements de son aïeul complètement défait, les termes de "plus jeune" "plus pédagogue."

Etant donné que c'était là ce que le Conseil avait décidé, Cadeyrn n'avait guère d'autres choix que de s'y plier. Aussi fut-il plein de recommandations pour sa petite fille. Demeurer prudente. Ne pas se faire remarquer. Blablabla. Elle le rassura en venant lui déposer un baiser sur la joue et s'en fut, certaine que de toute façon, il allait très certainement la faire suivre par un de ses corbeaux. Un croassement dans son dos indiqua à la jeune fille qu'elle avait vu juste. Ce qui lui fit lever les yeux au ciel. Elle finit par rejoindre les deux hommes qui seraient ses guides. Elle n'en avait pas vraiment besoin, mais bon soit. Après tout, elle était certaine que les prêtres ne s'attendraient pas à voir une druidesse débarquer au lieu d'un druide. Déjà, l'idée d'entendre leurs jérémiades stupides risquait fort de l'amuser.

Après deux bonnes heures de route, ils parvinrent au lieu de rencontre. Comme elle s'y était attendue, elle avait pu entendre la stupéfaction dans la voix des prêtres:

"- Vous nous ramenez une femme? Qui plus est aveugle? Vous moqueriez-vous de nous par hasard?"

Ses deux gardiens s'apprêtaient à prendre la parole mais elle s’avança de quelques pas, prenant appui sur son bâton pour se guider, alors qu'elle les fixait tour à tour de son regard vide. Du moins, était-ce ce qu'ils semblaient croire. Un sourire charmant ourla ses lèvres:

"- Messieurs, croyez bien que vous n'avez pas à douter mes compétences. Ma cécité n'est pas un handicap, je vois bien mieux que chacun d'entre vous ici. De plus, je suis formée aux arts druidiques depuis mon plus jeune âge. Je vous demanderai donc de me faire confiance. A présent, si vous voulez bien m'excuser, j'aimerai me rendre à la rencontre de mon "élève"."

Sans même attendre leur réponse, la demoiselle à la chevelure aile de corbeau virevolta sur elle-même, dans un bruissement de tissu, avant de s'élancer. Il semblerait qu'en effet, malgré son aveuglement, elle ne disposait d'aucun mal à se repérer. Ses pas la conduisirent sur la route. Alors, seulement, elle se mit à ralentir, s'immobilisant un instant pour respirer profondément, avant de se remettre en chemin, pour s'arrêter plusieurs mètres plus loin en entendant ce juron. Elle ne put s'empêcher de partir dans un petit éclat de rire, avant d'avancer dans la direction d'où le son lui provenait. La Demoiselle ressentait sa présence. Cela devait être lui. Sûrement. Alors elle s'arrêta à quelques pas de lui.

"- Maudite destinée? Et pour quoi donc? Pour s'être fait mal en donnant un coup de pied dans un tronc d'arbre? Que vous avait-il donc fait de mal hum? En même temps, vous conviendrez que votre pied avait peu de chance de le fracasser."

Dira-t-elle sur un ton légèrement taquin et enjoué, avant de s'accroupir pour lui faire face. Oh nul doute que le jeune homme ne manquerait pas remarquer la fixité du regard émeraude de la Celte. Elle leva la main lorsque les prêtres se mirent en mouvement pour venir les entourer.

"- Ca va rentrez vos crocs, je ne vais pas faire de mal à votre petit protégé. Je voulais juste rencontrer mon élève."

Oh elle était certaine que sa dernière remarque ferait l'effet d'une bombe. Déjà, elle se relevait pour faire face avec sérieux aux deux cerbères:

"- Pourriez-vous nous laisser seuls messires? Je vous donne ma parole qu'il ne lui arrivera rien. Je sais que les apparences sont contre moi, mais je saurai le défendre si nécessaire. A présent, retournez profiter, que sais-je moi, de cette magnifique journée ensoleillée? Profitez-en, elles ne sont que bien trop rares dans ces contrées."

Ce n'était que trop vrai, après tout, ils ne devaient pas oublier où ils se trouvaient. Le temps en Britannia était particulièrement capricieux et changeant. A l'instar de ses habitants? Peut être après tout. Mais en tout cas la jeune fille n'avait guère l'air d'être capricieuse. Déjà, elle se retournait à nouveau vers lui, tendant sa main afin de l'aider à se relever, un sourire bienveillant ourlant ses lèvres.

"- Un coup de main?"



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 9:06
Il leva le regard vers la jeune femme. En un instant il perçut sa cécité. Mais plus étonnant encore, il ne perçut pas le flux de ses émotions. Bien que ne maîtrisant pas encore totalement son énergie, Esculape avait développé avec les années une capacité accrue à percevoir les émotions en substance de ceux qu'il croisait. Une sensibilité qui lui permettait de créer des liens d'empathie. Un don des dieux s'il en croyait les paroles du Grand Prêtre. Les propos de la femme ne le marquèrent pas autant que les prêtres autour de lui. Il connaissait l'avis de ses paires à l'encontre du sexe opposé et il s'amusait clairement de voir les mines déconfites de ses formateurs. Néanmoins, même s'il n'était pas choqué, il n'en restait pas moins étonné d'apprendre qu'elle serait sa formatrice. Il se mit à sourire. De sa propre stupidité. Il est vrai qu'il n'avait aucune chance face à l'arbre. La douleur qui irradiait dans sa jambe était là pour le lui rappeler.

En tout cas, à en croire les visages fermés et sévères des prêtres, eux n'appréciaient que très moyennement l'arrivée de cette dernière. Alors qu'elle venait de lui tendre la main, il l'a prit pour se relever, s'époussetant au passage de la terre qui s'y était déposée. Il prit plus de temps que précédemment pour étudier les traits de celle-ci. Et ne put s'empêcher de rougir. Il n'avait que peu l'habitude de côtoyer les jeunes filles et celle-ci était particulièrement jolie selon ses critères. Cela lui coupa momentanément la parole. Sa chevelure noire soulignait des traits fins et magnifiques. Le charme opérait. Mais il revint vite à la réalité car il était désormais évident que les choses risquaient de s'envenimer. Jamais ses gardiens ne le laissaient. Ils n'apprécieraient pas la remarque de l'inconnue. Il fallait désamorcer la situation et vite. Ce pourquoi il s'avança entre elle et eux. Levant les mains, il rassembla ses forces pour reprendre la parole et pour dissimuler son trouble.
    - Ils n'ont pas pour habitude d'être ainsi commandé. Moins encore par une femme. Je suis navré mais je crains qu'ils n'acceptent pas facilement de vous laisser seule avec moi. J'ai néanmoins une proposition à faire.

Son visage se tournait vers les prêtres. Il n'espérait pas les voir partir. A dire vrai, il craignait même de rester seul à seul avec la druidesse. Mais si sa timidité était grande, plus grande encore était son envie d'apprendre, de parfaire ses connaissances. Il en allait de son avenir. De l'avenir de sa propre nation. Un lourd fardeau qu'il avait accepté depuis bien longtemps.
    - Il est évident que le Père de notre ordre n'aurait jamais laissé approcher quelqu'un de nous sans sa permission. Voici donc ce que je propose. Pendant que l'un de vous ira s'enquérir de la vérité, l'autre nous gardera à l'œil. Nous ne nous éloignerons pas. Mais je dois acquérir les connaissances qui me manquent. Je doute qu'un échec soit accepté "en haut" et le prétexte du sexe de mon professeur ne devrait pas entrer en ligne de compte. Ni son âge. N'est-ce pas ?

Le malaise était visible. Apollon était le Seigneur de leur peuple. Et ces prêtres œuvraient en son nom. Il était celui que l'on préparait pour une réincarnation d'un de ses fils divins. Et la question de l'âge n'était en rien un argument. D'autant qu'elle semblait aussi âgée que lui même. Ils se consultèrent un instant et finirent par accepter. Le premier fit demi-tour pour aller retrouver le premier groupe. L'autre dardait sur les deux jeunes gens un regard sévère mais fit tout de même la concession de reculer de plusieurs mètres afin de les laisser à une paix somme toute relative. Mais au moins ils acceptaient. Cela eut pour effet de détendre le jeune homme qui put enfin se tourner complétement vers l'étrangère.
    - Vous serez donc mon professeur ? Sous quel titre souhaitez-vous que je vous appelle ? Moi, je suis Esculape. Et je suis ravi de pouvoir faire votre connaissance. Vous savez, ils ne sont pas si mauvais. Cependant ils prennent leur mission plus à cœur que leur propre vie. Une dévotion qui peut parfois se montrer intrusive.

Il se concentrait en même temps pour tenter de "lire" les émotions que portaient la jeune femme. Peu habitué à l'échec, ses traits se crispaient sous l'effort. Elle portait une véritable carapace mentale. Cela le rassura un peu quant aux capacités de la druidesse. L'on disait d'eux qu'ils possédaient une maîtrise de leur environnement et de leur corps plus poussée que la plupart des autres cultes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 10:10
Oh la Demoiselle devinait que ses remarques ne seraient nullement bien prises par les deux Prêtres. Mais elle s'en moquait. Pour elle, tout ce qui lui importait, c'était de faire connaissance avec celui auprès de qui elle allait passer quelques semaines pour lui enseigner son Art. Elle ne savait combien de temps cela prendrait, ni combien de temps ils avaient devant eux. Elle s'était promis de faire au mieux. Elle s'amusa intérieurement en devinant le trouble qu'elle causait en lui, mais elle espérait sincèrement que la magie opérerait. Après tout, elle passait plutôt bien auprès des enfants. Pourquoi celui-ci serait-il différent des autres?

La surprise vint fissurer le masque dont elle s'était parée lorsqu'elle sentit sa main se refermer sur la sienne. Cela n'avait rien à voir avec une main d'enfant. Elle n'était nullement petite et fragile. Bien au contraire, elle semblait plus forte. Une main d'homme. Etait-il possible qu'elle se soit fourvoyée? Avait-elle fait erreur sur la personne? Elle rougit presque de sa propre stupidité, se disant qu'il avait dû la trouver bien présomptueuse. La Demoiselle détourna légèrement la tête pour masquer sa gène, car son élève venait de se placer entre elle et ses gardiens, pour prendre la parole. Une attitude quelque peu protectrice en son encontre, qu'elle apprécia. Ce n'était en rien un gamin, mais bel et bien un jeune homme. Elle aurait presque eu envie de rire, mordant ses joues pour ne pas s'esclaffer car nul doute qu'elle ne ferait que jeter de l'huile sur le feu, au lieu de calmer la tension déjà bien trop palpable.

Pourtant, elle s'inclina sur le côté, mains derrière le dos, elle aurait pu passer pour l'innocence incarnée. Un sourire bienveillant étirait ses lèvres alors qu'elle prenait la parole, son faciès se baissant en guise de contrition:

"- Je suis désolée si je vous ai offensé messieurs. Ce n'était nullement mon attention. J'avais juste hâte de rencontrer celui que je pensais être, à tort, un enfant."

Vivement, elle relevait déjà la tête en direction du prodigue, craignant cette fois, de le vexer, lui.

"- C'est vrai, on ne m'a jamais dit qui vous étiez réellement, alors je me suis imaginée des choses. Complètement fausses, et aussi stupides que de taper du pied dans un tronc d'arbre." Visiblement, la jeune femme avait l'humour facile, mais elle se dit que ce n'était peut-être pas le cas de son élève. Elle ne tenait pas à partir sur de mauvaises bases. Aussi s'empressa-t-elle d'ajouter: "N'en prenez pas ombrage s'il vous plaît."

La Druidesse eut alors le plaisir de sentir le départ d'un des prêtres, mais il lui semblait que le second la foudroyait du regard. Venant se placer aux côtés de son compagnon, la Belle se pencha en sa direction, et lança, sur le ton de la confidence:

"- Je crois qu'il ne m'apprécie pas beaucoup."

Un sourire espiègle illuminait son minois, avant qu'elle ne redevienne sérieuse. Esculape, puisque c'était ainsi qu'il se nommait, venait de se placer face à elle.

"- Je m'appelle Aisleen, ce qui signifie dans ma langue rêve ou encore vision. Est-ce que cela vous convient si l'on s'appelle par nos prénoms respectifs? Peut-être même se tutoyer? Il semblerait que nous ayons à peu près le même âge. Je ne trouverais pas cela choquant. Nous autres Celtes, nous ne sommes pas très portés sur le vouvoiement. En tout cas, je suis heureuse de faire votre connaissance. Vous savez, peu m'importe que les prêtres ne m'apprécient pas. Cela m'embêterait un peu plus si vous, vous me détestiez. Ce serait nettement moins pratique pour vous enseigner mon art, n'est-ce pas?"

Elle l'observait avec le sourire, avant de reprendre:

"- Etes-vous toujours suivi ainsi? Je veux dire que je trouve cela triste de ne pas profiter d'un peu de liberté. Vous devez être une personne importante pour être surveillé et protégé de la sorte."

Elle finit toutefois par lever doucement ses mains en direction du visage du jeune homme. Néanmoins, elle ne le toucherait pas sans son consentement. Un simple geste qui pourtant, lui révélerait ses traits.

"- Puis-je? C'est ma manière à moi de voir. Si vous ne le voulez pas, je comprendrai, et sachez que je ne serai pas vexée."



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 10:59
    - Vous... Pardon. Tu le peux, oui.

Passer au tutoiement l'arrangeait aussi même si son éducation première le forçait à user de l'autre genre. Il comprenait l'envie de la jeune femme de mieux cerner son élève et pour une aveugle, le sens du toucher avait sans doute de l'importance. Il savait que la plupart des gens atteint de cécité développaient à l'extrême leurs autres sens. Il n'avait pas été blessé que la druidesse le prenne pour un enfant. Il est vrai qu'elle ne devait pas être habitué à enseigner à de plus vieilles âmes et que le secret l'entourant était bien protégé. Le contact le fit toutefois sursauter. Et il rougit derechef. Sa gêne était grande et il remerciait les cieux qu'elle fut aveugle, l'empêchant de percevoir son trouble. Du moins l'espérait-il.

Finalement, elle termina son inspection. Il avait gardé le silence sur plusieurs de ses questions précédentes, se demandant s'il devait se montrer parfaitement honnête ou non. On ne lui avait laissé aucune consigne en ce sens et il estimait donc que la décision lui revenait. La peur de passer pour un fou était toujours présente. Après tout, on n'annonçait pas être potentiellement le réceptacle d'une âme divine à la légère. Peu le croirait. Il prit quelques instants pour réfléchir. Elle ne le brusquait pas, il lui en était reconnaissant. Aisleen. Même son prénom était charmant. Vision. Etrange comme le destin pouvait se montrer retord. Porter un tel nom alors qu'elle était privée de sa vue.
    - Je suis toujours suivi de la sorte, oui. Du moins quand nous sommes en dehors de nos terres. Ce qui n'arrive pratiquement jamais d'ailleurs. Une personne importante ? Pas tant que cela. Disons seulement que certains ont en quelque sorte "rêvés" de mon avenir. Je crois qu'une femme qui porte un nom comme le tien peut comprendre cela. C'est pourquoi je t'en parle. Mais... Je ne suis qu'une enveloppe mortelle.

Il hésitait à en dire plus. Il hésitait car il avait parfois lui-même du mal à y croire. Il n'était finalement qu'une boîte vide que l'on s'évertuait à remplir de connaissances et de pratiques pour préparer la venue d'un être d'exception. Et s'il l'avait accepté, il en éprouvait parfois du chagrin. Sa vie ne lui appartenait pas. Il savait qu'il était promis à de grandes choses. Que le bien de l'humanité pouvait en dépendre. Mais à dire vrai, il avait du mal à s'en rendre véritablement compte. Une épée de Damoclès pesante au dessus de sa tête. Il sourit. La discussion prenait une tournure qui le gênait.
    - Si tu le veux bien, je préfère taire leurs visions pour le moment. Je suis plutôt quelqu'un de pragmatique. J'ai du mal à croire que l'on puisse rêver de l'avenir d'un autre. Les plantes, la médecine, la chirurgie. Voilà autant de choses concrètes que je maîtrise. Mais le reste...

Il savait pourtant que l'art des druides reposait aussi en partie sur la divination. Tout comme son Dieu, Apollon, était à l'origine des Augures.
    - Je suis désolé si je te donne l'impression de ne pas croire en cela. Ton art m'est pour l'heure complètement inconnu. Je suis au fait de la flore qui pousse dans le coin mais je ne sais rien de vos méthode pour soigner les vôtres. Ni sur les croyances qui sont les tiennes. Mais j'apprends vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 12:11
Elle appréciait. Oui vraiment. Aisleen était reconnaissante au jeune homme d'accéder à ses requêtes qui auraient pu passer pour farfelues aux yeux d'un inconnu étranger aux coutumes de son peuple. Peut-être qu'après tout, il se sentait soulagé qu'elle se montre du genre plus familière. Elle ne le savait pas. Mais ainsi était la Druidesse. Son sourire en cet instant était particulièrement bienveillant:

"- Merci."

Mot simple, mais non moins dépourvu de puissance. Lentement, ses mains fines vinrent encadrer le visage de son élève. Délicatement elle laissa la pulpe de ses doigts redessiner le faciès de celui qui lui faisait face. Là une joue. Ici l'arête du nez. La douceur du grain de peau, ses lèvres. Oh elle avait perçu son sursaut. S'était immobilisée, craignant de lui avoir fait du mal. Mais elle comprit que ce n'était nullement le cas. Oh bien sûr, elle ressentit la chaleur sous le couvert des joues. Pourtant, afin de ne pas l’embarrasser davantage, la demoiselle à la chevelure d'ébène ne fit pas le moindre commentaire. Encore quelques secondes de son inspection, et elle fut en mesure de visualiser son visage. Il était particulièrement beau. Angélique presque.

Ne voulant pas le gêner outre mesure, la Douce créature recula de quelques pas, la chaleur de ses mains quittant le visage de son élève. Elle accepta son silence. Peut-être éprouvait-il le besoin de ne répondre qu'à ce qu'elle était en droit de savoir. Alors, elle profita du passage de cet ange pour laisser ses sens s'éveiller et s'accroître. Il lui semblait percevoir le moindre le son, des battements du cœur d'Esculape au moindre bruissement d'herbe. Elle pouvait le sentir. Son désarroi. Sa tristesse. C'était comme s'il s'attendait à disparaître. Etre englouti. Mais par quoi? Par qui? Lentement, le sourire de la jeune fille s’effaçait. Un réceptacle? Oh oui, elle comprenait ce qu'il voulait dire. Ne pouvait qu'imaginer ce qu'il ressentait. Alors, à sa requête de ne pas aborder ce sujet, elle acquiesça. C'était le moins qu'elle pouvait faire après tout. Mais pas avant d'avoir prononcé ces mots.

"- Vois-tu, je vais t'enseigner notre premier précepte. Nous autres, Celtes, considérons que l'âme est immortelle."

Elle se dit que la vie qu'il menait devait être bien morose. Constamment entouré. Veillé. Protégé. Privé de liberté. Un oiseau en cage en quelque sorte. Alors, intérieurement, la Demoiselle se fit la promesse de lui offrir un moyen de s'évader de cette monotonie. Et elle l'honorerait. A nouveau, son faciès se fit doucement souriant, alors qu'elle virevoltait sur elle-même pour s'enfoncer légèrement dans les bois, lui faisant signe de la suivre.

"- Tu n'as pas à t'excuser. Nous avons chacun nos croyances. Qui sait, peut-être que si tu me montrais des choses de la tienne, il se pourrait que moi aussi je me montre sceptique. C'est ainsi. Pourtant, ni toi ni moi ne demeurons fermés à ce qui peut nous aider à aiguiser ou à parfaire notre savoir. pour commencer, il te faut savoir ce que sont les druides. Druides veut dire très sage, très voyant." Elle eut un petit sourire espiègle. "Très ironique en ce qui me concerne, j'en conviens. Nous sommes les détenteurs du savoir et de la connaissance. Pour ce qui est de notre approche de la médecine, elle se caractérise en trois points. Nous avons deux points en communs: la thérapie par les plantes, ou encore la chirurgie. Par contre, il se trouve que nous utilisons aussi les incantations. Je pense que c'est sur point que tu as le plus de doutes. Ce sera alors à moi de t'enseigner et de te montrer. Est-ce que ça te convient Esculape?"

Malgré sa cécité, la Demoiselle évoluait particulièrement bien. Elle ne buttait contre rien, comme si elle parvenait à voir. La forêt semblait être son domaine, et quelque part, c'était un peu le cas. un croassement se fit entendre, et la Douce laissa échapper un sourire, alors qu'elle s'immobilisait pour se tourner en direction du volatile:

"- Tu vois, il semblerait que moi aussi j'ai mon gardien après tout."




Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 14:42
L'âme est immortelle... Voilà un principe qu'il connaissait bien. C'était précisément ce principe qui conduirait à l'anéantissement de la sienne. Une âme plus puissante prendrait sans doute un jour sa place. Il n'était pas aisé d'accepter cela mais il était né pour cette unique raison. Le Seigneur Apollon veillait sur les siens. Il savait servir le bien. Et n'avait à ce jour jamais refusé d'aller au bout du chemin qui serait le sien. Pas même lorsqu'il éprouvait de la peine pour sa condition, comme c'était le cas aujourd'hui. Aisleen ne facilitait pas les choses, il devait bien l'admettre. Sa beauté, sa candeur, sa force. En quelques minutes, elle avait su captiver son attention.

Ils s'enfonçait peu à peu dans le bois. Esculape prêtait autant d'attention à son guide qu'à l'environnement. Pouvoir se repérer faisait parti des préceptes qu'il étudiait depuis longtemps. La faune, la flore, voilà des éléments qui faisaient partis d'un tout. D'un cycle. Un simple maillon d'une chaîne à l'échelle planétaire. Tout comme eux.

Le croassement le surprit. La jeune femme percevait nettement mieux son environnement que lui alors qu'il possédait ses pupilles. Certes, elle connaissait ces bois comme sa poche. Cela n'atténuait en rien la performance. Les gardiens. Il lui semblait que les druides avaient un rapport privilégié avec les animaux. Ils vivaient en dehors de la réalité selon lui. Mais plus il écoutait, plus il observait, et plus il se disait que 'était finalement peut-être lui qui ne voyait pas bien.
    - Des incantations ?

Il était sceptique. Mais ce n'était pas la première fois qu'il entendait cela. Les prêtres faisaient de même. Cette notion était malheureusement aux antipodes de ses propres connaissances, il ne pouvait donc y prêter que peu de foi. Toutefois, comme il le lui avait dit, il était un élève studieux. Qui avait soif d'apprendre. Il n'était donc pas réfractaire à poursuivre son éducation sur ce thème, même s'il ne le comprenait pas. Alors qu'ils poursuivaient leur promenade, un sentiment le prit aux tripes. Il s'arrêta, fouillant du regard la place. L'oiseau s'était tût. Il remarqua alors le terrier. Un trou creusé à même la terre. Il ferma les yeux alors qu'il s'adressait à la jeune femme qui s'était également arrêté.
    - Cela me convient. Je dois passer par là pour mieux saisir mon environnement. Je ressens d'étranges sensations parfois. Comme maintenant.

Sa main passa près de l'entrée. Il entendait - non, c'était plus complexe que cela - il percevait la présence. Une présence reptilienne. Qui le suivait où qu'il aille. Il ne l'avait jamais réellement aperçu. Sauf en rêve. Et ne s'en était confié à personne. Mais il savait que cet animal était présent dans sa vie. Et que la créature était également là. Dans ce terrier. Il le sentait. Deux pupilles rougeâtres l'observaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 16:38
Elle n'avait pas conscience qu'elle venait d'ajouter à sa tristesse, avait pensé que ses paroles lui permettraient d'aller de l'avant. Tout ce qu'elle avait voulu dire, c'est qu'il demeurerait, même si son envelopper charnelle n'était plus. La Belle mordit sa joue, se contraignant au silence. Elle ne voulait pas parler. Pas pour ajouter à cette détresse qu'elle percevait non. Pourtant, elle mourait d'envie de lui dire que tout irait bien. Mais à quoi bon. Ne sachant ce qui l'attendait réellement, elle ne pouvait lui tenir un tel langage. Alors oui, il y aurait cette promesse qu'elle s'était faite. Elle ferait de ces quelques jours passés en sa compagnie un merveilleux souvenir.

Pour l'heure, elle était toute captivée par le noir volatile. Un soupir s'échappa de ses lèvres, et déjà, la Demoiselle tendait le bras. Comme s'il avait attendu ce simple geste, l'animal prit son envol pour venir se poser sur son avant bras. Alors qu'il s'apprêtait à émettre un nouveau croassement, la jeune fille vint gentiment lui clouer le bec, en attrapant ce dernier délicatement entre le pouce et l'index:

"- T'as fini ton vacarme oui? Tu m'empêches de deviser avec mon ami. C'est assez désagréable tu sais. A présent tais-toi et sois gentil s'il te plaît."

Elle pouvait sentir sur elle le regard intrigué de son élève. Elle devinait qu'il suivait le moindre de ses gestes. L'animal sauta le long de son bras pour venir se poser sur son épaule, arrachant une légèrement grimace douloureuse à la jeune fille lorsque ses serres passèrent à travers le bleu tissu de sa robe pour s'enfoncer dans la chaire meurtrie de son épaule. Elle ne lui en voulait pas, sa peau était tout simplement plus fragile à cet endroit. une caresse de sa part, et l'animal devint parfaitement silencieux. Elle se tourna en direction du futur Oracle, avec un sourire bienveillant:

"- Je te prie de m'excuser. Des histoires de familles. Alors, les incantations... je sais que dis comme ça, ça peut paraître un peu farfelu. J'en conviens bien. Mais nous avons une connexion avec tout ce qui est. Grâce à ma cécité, je parviens à capter des choses que d'autres ne verraient pas. Je pense que c'est aussi pour cela que c'est moi que l'on a choisi pour te former."

La Belle tourna la tête en direction d'Esculape en sentant son mouvement. Enfin, il la ressentait cette présence qu'elle avait capté pour sa part depuis un moment. Elle demeura parfaitement immobile, c'était à lui de créer ce lien qui allait exister entre lui et l'animal. Alors, elle guetta et attendit, lançant simplement un:

"- Je me demandais quand est-ce que tu allais enfin le remarquer. Peux-tu juste me dire ce que tu ressens? Quelles sont tes impressions sur ces sensations? Enfin si tu veux bien me le dire bien entendu."




Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 18:26
Il avait du mal à s'exprimer sur ses sentiments pour le moment. C'était flou, il ne maîtrisait rien et il détestait ça. Pire encore, il avait peur. Peur de ressentir cette présence. Peur car il venait de comprendre qu'elle le suivait. Ce qui ne lui paraissait pas plausible. S'il avait raison, ce n'était rien d'autre qu'un simple serpent. Comment une telle créature pouvait-elle le suivre ? Le poursuivre même. Aisleen paraissait si sûre d'elle. Et ses capacités dépassaient de loin ce qu'il avait pu croire initialement. Elle percevait les âmes alentours presque sans effort. Un tel don aurait été apprécié parmi son propre peuple, il le devinait.
    - Cela me fait peur, pour être franc. Je perçois cette chose mais elle ne vient pas à moi. Comme si elle m'observait. Je ne saurais dire comment mais j'ai le sentiment qu'il s'agit d'un reptile. Un serpent. Je rêve de cette créature de temps à autre mais c'est toujours flou. Et perturbant. Des images s'imposent à moi. Des images que je ne comprends pas.

Il avait un jour parlé de ses rêves au Grand Prêtre. Ce dernier avait balayé les explications d'une pirouette mais avait semblé heureux d'apprendre l'existence de ces songes. L'image la plus marquante était précisément celle d'un serpent blanc. Aux yeux de braises. Perché sur un bâton. Il reconnaissait le symbole, une sommité dans le domaine médical. Mais n'était pas encore prêt à y croire véritablement. Une douleur lui vrilla les tympans. Depuis peu, les douleurs revenaient de plus en plus régulièrement. Des migraines que rien ne faisait partir. Il se redressa, se massant partiellement le crâne, avant de se rapprocher de la jeune femme.
    - Et j'ai l'impression que cela impacte sur moi. J'ai remarqué le lien entre toi et cet oiseau. Tu as parlé d'histoires familiales. Tu as pu communiquer avec lui ? Le comprendre ?

Il s'agissait réellement d'un concept qui lui était parfaitement étranger. Mais avoir vu de ses yeux le comportement de la druidesse l'avait presque rassuré. S'il parvenait à faire de même, alors pourrait-il se débarrasser de cette créature ? Par réflexe, il regardait autour de lui pour s'assurer que les prêtres n'écoutaient pas. Ils étaient déjà trop protecteurs à son égard, il n'osait donc s'imaginer leur comportement s'ils apprenaient que sa santé mentale déclinait.
    - Peux-tu me montrer ? Je ne sais pas si je saurais faire mais savoir que tu as perçu toi aussi cette présence me rassure. Je ne suis pas aussi fou que je le craignais.

Ce regard qu'il avait senti, il l'avait toujours à l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Sam 1 Oct - 20:41
La druidesse fut touchée par le fait qu'il se décidait à lui faire part de ce qu'il avait sur le cœur. La peur... Elle comprenait cela. S'il ne l'était pas, elle se serait un peu inquiétée. Qui n'avait pas peur de ce qu'il ne comprenait pas. Ne percevait pas. L'inconnu était souvent accompagné par ce sentiment. Ne pas savoir où on mettait les pieds pouvait être source d'appréhension et de crainte. C'était là un sentiment humain, et la demoiselle ne pouvait l'en blâmer. Elle l'écouta lui faire part de ses doutes, de ses craintes. Alors lentement, elle s'approcha de l'endroit où il se trouvait pour venir lui faire face. Là, elle se contenta simplement de tendre le bras pour venir poser une main sur sa joue, comme si par ce geste doux et tendre à la fois, elle espérait chasser ses peurs.

"- C'est humain que de ressentir la peur face à un élément que l'on ne maîtrise ou ne connait pas. Peut-être qu'elle t'empêche justement de comprendre ce qu'il essaie de te montrer par le biais de ces images. Je pourrai peut être t'aider à cela. Quand tu te sentiras prêt. Pas avant."

Aisleen se disait que l'on attendait beaucoup de choses de lui. Peut-être qu'on lui en demandait trop même. Elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine admiration pour lui. Elle le trouvait tout simplement digne. Acceptant ce destin que d'autres avaient tracé pour lui. N'avait-il pas envie de se rebeller contre ce sort? A la mention de son lien avec le corbeau, la jeune fille eut un sourire.

"- Il me suit depuis que je suis partie de chez moi. Oh, je sais qu'il ne l'aurait pas fait si on ne lui en avait pas donné l'ordre. Mon grand-père. Il a toujours été très protecteur avec moi. Ca l'inquiète de me savoir seule parmi vous. Je ne lui en veux pas, après tout, je suis le dernier membre de sa famille. "

Elle se livrait un peu sur elle. Estimant qu'il n'y avait pas de raisons pour que tout fonctionne dans un sens. Si elle en apprenait plus sur Esculape, peut-être que lui aussi aimerait en apprendre davantage sur elle. Le sentant légèrement sur la défensive, la voila qui s'incline en sa direction, affichant un petit sourire malicieux, alors qu'elle murmurait:

"- Mais pour répondre à ta question, je ne suis pas encore capable de comprendre, mais je m'y entraîne. Tu vois, moi aussi il me reste encore des choses à apprendre. Si tu veux, je pourrai t'expliquer comment je fonctionne, et peut être que du coup, on pourrait s'exercer tous les deux ensemble? Qu'en dis-tu? Par contre je peux t'apprendre à percevoir les présences. Et ne t'inquiète pas, ils ne nous entendent pas."

La seconde suivante, la jeune femme se mettait à genoux face au terrier. Ses paupières s'abaissèrent. En un instant, elle fit le vide en elle, restant seulement concentrée sur tout se qui se passait autour d'eux et plus particulièrement sur l'animal qui se trouvait dans ce trou. Alors, elle chercha à connecter son esprit au sien, l'apaisant par une caresse invisible.



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Dim 2 Oct - 0:19
Dans les profondeurs de la terre, la créature perçut le contact. Plutôt que de le fuir, curieuse, elle projeta elle-aussi sa propre volonté à l'assaut des barrières mentales qui se dressèrent immédiatement. Peut-être qu'un simple mortel aurait cherché à comprendre la raison de cette barrière. Peut-être aurait-il cherché à contourner ces défenses. Pas la créature. Pas cette étrange couleuvre qui était tapis dans les ténèbres. Son pouvoir lui permettait de déborder ces défenses sans le moindre mal. Qu'était-ce cela face au pouvoir divin qui lui avait été conféré ? N'était-elle pas ici pour veiller sur le jeune Esculape ? La caresse mentale passa inaperçue. Elle ne comprenait pas ces sentiments. Trop humains à son goût. Mais elle percevait la curiosité de la druidesse. Aucune mauvaise volonté à son égard. Seulement l'envie d'apprendre. Alors le reptile lui ouvrit son esprit. Surchargeant ses pensées par les siennes. Des pensées contenues. Nul besoin de lui en apprendre plus. Juste assez pour qu'elle saisisse l'importance de sa présence. Et l'importance qu'il y avait à ne pas l'exposer.

Je sais qui tu es, Aisleen. Les animaux de ce bois respectent ta famille. Je suis enclin à les croire sur parole. Il est cependant trop tôt pour que je prenne contact avec lui, Druidesse. Son âme n'est pas encore prête à l'accueillir. Ohhh je perçois le flux de tes pensées. Je ressens ta curiosité. Tes questions. Mais je ne peux me dévoiler pour l'heure.

Le reptile ne mentait pas. D'esprit à esprit, il n'était pratiquement pas possible de mentir. Il était déjà suffisamment difficile de maintenir le contact. Mais la druidesse était entraînée même si elle-aussi n'en était qu'aux balbutiements. La couleuvre le sentait clairement. Afin de se faire comprendre, elle imposa seulement une image dans l'esprit d'Aisleen. Celle du caducée de la médecine. Un symbole de la connaissance médicale. Le plus grand d'entre eux.

Voilà tout ce que je peux te montrer pour le moment. Le Dieu Soleil n'est pas ton protecteur, je ne puis donc t'en dire plus. Mais je ressens une grande bonté en toi. Forme le. Veille sur lui tant qu'il sera sur tes terres. Et ne dévoile rien de moi... Je vais rompre ce lien. Sache que c'est la seule et unique fois que je permettrais un tel contact d'esprit à esprit. Adieu, Druidesse. N'oublie pas... Je ne suis jamais loin même si l'on ne me voit pas.

Elle la libéra. Sans sortir pour autant de sa tanière. Curieuse désormais de voir l'évolution de cet enseignement.


    - Aisleen ? Aisleen ? M'entends-tu ? Tout va bien ?

La voix d'Esculape se voulut plus insistante. Aisleen était immobile, murée dans son silence, depuis maintenant plusieurs longues minutes. Dans une sorte de transe, il n'avait pas osé la bousculer pour l'en sortir. Mais ses appels essayaient de la sortir de ses songes. Enfin le visage de la belle se décrispa. Pour du mieux espérait-il. De sa ceinture, il sortit une petite gourde emplie d'eau et la lui tendit. De la sueur perlait du front de cette dernière, comme si elle venait de lutter contre une quelconque force invisible. Esculape était évidemment loin de se douter de ce qui venait de se passer.
    - Tiens, bois un peu d'eau.

Lui aussi avait les mains moites. Même s'il n'était pas encore expert dans l'art sensitif, il avait perçu un changement pendant ce laps de temps. De plus, il semblait évident qu'elle n'avait en rien entendu ses réponses précédentes. C'était son absence de réaction qui avait mit la puce à l'oreille du jeune Romain.
    - Tu es sûr que ça va bien ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Je venais de te confirmer que j'acceptais ta proposition d'entre-aide lorsque tu t'es figé. Tu... Tu as réussi à prendre contact avec cette chose qui se trouve dans ce trou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Dim 2 Oct - 1:21
Elle sentait les barrières qui se dressaient autour de l'esprit de la bête. C'était la première fois qu'elle rencontrait ce genre de chose, surtout chez un animal. Habituellement, elle parvenait sans le moindre mal à toucher leur esprit. Alors sa curiosité ne put qu'en être attisée davantage. Néanmoins, la Druidesse se protégea en dressant ses propres défenses. Pourtant, celles-ci volèrent en éclat comme rien, la laissant nue sous le regard de braises qui la couvait. Elle aurait pu trembler, mais il n'en fut rien. Elle se contenta d'être observée. Elle n'avait rien à cacher après tout.

Peut-être était-ce pour cela que l'animal finit par la laisser pénétrer son esprit. Enfin une partie de celui-ci. Elle comprenait les motifs après tout. Esculape devait être un jeune homme promis à un grand avenir, de cela, elle ne doutait plus le moins du monde. Alors elle écouta les bribes d'explications qu'on voulait bien lui donner. Oh bien sûr, elle avait une foule de questions, mais il y avait cette vision. Elle ne reconnaissait que trop bien ce que la couleuvre lui montrait. Un symbole que les guérisseurs ne pouvaient que connaître. Pourtant, elle s'inquiétait pour lui. Pour son avenir, et ce qui adviendrait de lui après:

*- Vous avez ma parole que je le formerai et le protégerai tant qu'il sera dans mon pays. Mais je vous en prie, veillez sur lui plus tard! Je veux dire... lorsque tout sera fini. Ne le laissez pas disparaître. S'il vous plaît.*

Elle avait presque murmuré, supplié les derniers mots avec tristesse, pourtant, elle était certaine que l'animal l'avait entendu. Mais elle n'eut nulle réponse. Ses yeux s'ouvrirent brutalement, alors qu'elle prenait conscience qu'on l'appelait, sans compter les croassements incessants du corbeau qui se trouvait toujours juché sur son épaule. Elle prit une grande inspiration. Une bouffée d'air frais qui lui fit le plus grand bien. Déjà, elle tournait son faciès en direction du jeune homme. Sa main se tendit vers lui, alors ses doigts se resserrèrent sur la flasque d'eau qu'il lui offrit. Elle porta celle-ci à ses lèvres, se désaltérant, avant de renverser un peu d'eau dans le creux de sa paume pour venir rafraîchir son visage qui reprenait doucement des couleurs. Amusée, elle lança sur un ton affectueux au noir volatile:

"- Mais veux-tu te taire oui? Tu me casses les oreilles maudit oiseau."

A présent, elle allait devoir le rassurer, lui. Une chose qui ne serait pas aisée. Pas après ce qu'elle venait d'apprendre. Mais elle n'oubliait pas la mise en garde de la couleuvre. Elle devait demeurer silencieuse à son sujet. Il n'était pas encore prêt. Alors, la Belle para ses lèvres d'un sourire rassurant, masquant son trouble:

"- Je te remercie Esculape, je vais bien. J'ai essayé, mais sans succès. Alors j'ai voulu forcer un peu plus sur ma transe, en espérant découvrir quelque chose, mais je n'ai rien pu voir. Je te demande pardon de t'avoir inquiété. Je suis heureuse que tu acceptes ma proposition de se former ensemble. Sincèrement."

Lentement, la jeune fille se relevait, vacillant légèrement un instant. Ce n'était qu'un demi mensonge, elle avait réellement forcé en cherchant à percer les barrières qui lui avaient été opposées.

"- Veux-tu que nous marchions encore un peu? J'avoue que cette expérience m'a un peu fatiguée, mais si tu désires poursuivre notre route, je te suivrai avec plaisir."



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Dim 2 Oct - 11:46
    - Non, non. Arrêtons-nous un instant. Cela te permettra de te reposer. Attends une seconde.

Esculape goba les paroles de la druidesse sans sourciller. Après tout, il n'avait aucune raison de contester ces dires. Et elle paraissait réellement éprouvée. Il s'éloigna pour chercher l'endroit idéal où ils pourraient se reposer. Il trouva et demanda finalement à la jeune femme de le rejoindre. En s'enfonçant dans les bois, ils s'étaient quelque peu éloigné du fleuve qui se trouvait à proximité. Pour autant, au travers de la végétation, on pouvait clairement entendre l'eau s'écouler. Les chants des oiseaux. De là où ils se tenaient désormais, ils pouvaient entendre ces sols enchanteurs sans problème. Ce qui eut pour effet immédiat d'apaiser le jeune homme.
    - Ces bois sont très différents de ce qui se trouve par chez moi. Il y a quelque chose que je n'explique pas ici. Comme si les arbres eux-mêmes étaient dotés de leur propre volonté. J'aimerai posséder ton don. Comment fais-tu pour percevoir ces présences ? Pour capter ces essences ?

Par réflexe, comme un automatisme, il avait attrapé quelques-unes des fleurs qui se trouvaient près de lui. Il les avait sélectionné pour leur vertu apaisante. Sortant de sa veste une sorte de serviette en cuir qu'il déplia devant lui, il laissa apparaître son contenu. Quelques outils. Des contenants. Des attaches. Il posa les fleurs dans un mortier de terre et commença à piler ces dernières. Il était concentré sur son action mais parlait en même temps. Son petit manège ne dura qu'un instant. Il dégagea alors les fleurs écrasées et attrapa un morceau de tissu propre. Il y déversa alors le liquide qu'il venait d'extraire. Le tissu absorba l'ensemble et il le replia en morceau. Qu'il tendit à la jeune femme.
    - La nature nous donne tout ce dont nous avons besoin. Il suffit de savoir regarder. De savoir en tirer profit. Sans détruire. Les effluves qui émanent maintenant de ce mouchoir ont des propriétés apaisantes. Très limitées, je l'admets. Mais ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Voici mon domaine de compétence. Je saurai empêcher une infection. Soigner des blessures. Opérer. Et en me servant de la flore, je serais aussi capable d'endiguer bien des maux. Mais la perception... Je ne suis pas versé dans cet art. Tu parlais d'incantation également. Cela renforce vos remèdes ? Est-ce que cela agit indépendamment ?

Son naturel reprenait le dessus. Apprendre. Se perfectionner. Cela lui permettait aussi d'ignorer son trouble. Car Aisleen était vraiment très belle. Il était véritablement captivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Dim 2 Oct - 12:38
La Druidesse lui était reconnaissante de lui accorder un peu de repos. Cette expérience avec la couleuvre l'avait bien plus affectée qu'elle ne l'aurait pensé. Elle remercia les Dieux, car le jeune homme la croyait sur parole. Pourtant, elle s'en voulait de lui avoir menti de la sorte. Vraiment. Elle semblait soudainement las. Réellement. Un instant, ses paupières se fermèrent. Se reposer. Juste un instant. Après, tout irait pour le mieux. Alors, elle inspira profondément, désireuse de se gorger de cette force qu'elle pouvait ressentir partout autour d'elle.

Lorsqu'il lui demanda de venir, elle se laissa guider par le son de sa voix, laissant ses autres sens percevoir et voir pour elle. Elle finit par venir à lui. Délicatement, elle vint glisser son bras sous le sien, posant sa main sur son avant bras. Les sons qui lui parvenaient étaient particulièrement calmes et apaisants. La Demoiselle se décontractait petit à petit. Pas à pas. Elle sourit aux paroles d'Esculape, avant de s'asseoir doucement sur la tapis mousseux, repliant ses jambes sous elle.

"- Bienvenu dans mon Pays dans ce cas. Beaucoup disent que c'est un pays rempli de magie. Peut-être est-cela après tout qui fait la différence avec ton propre pays. Tu veux bien me parler de lui? Je suis curieuse de savoir à quoi il ressemble. Il paraît que Rome la grande est magnifique. Je n'y suis jamais allée."

Un moment de pause, avant qu'elle ne lève la tête en direction de la cime des arbres.

"- Tu le sais n'est-ce pas, que les personnes privées d'un sens parviennent à développer les autres de façon plus aiguisée pour compenser la perte de l'un d'eux. Je pense que mon don vient de là. Mais ça a été un dur labeur, et ça a demandé beaucoup de méditation. Est-ce que tu voudras que l'on fasse un essai toi et moi? Cet endroit est parfait pour méditer, alors les prochains jours, nous pourrions venir ici. Il faudra juste prendre de quoi bander tes yeux. Et on essaiera alors de te faire percevoir ces présences alentour. Est-ce que ça te dit?"

Le jeune homme à ses côtés venait de sortir quelque chose. Son sourire s'élargit lorsqu'elle comprit ce qu'il était entrain de faire, avant qu'elle ne soit surprise. Une douce fragrance s'élevait dans les airs. Calme. Apaisante. Tendant la main, elle tâtonna un instant avant que ses doigts ne finissent par trouver la douceur du tissu. Alors, Aisleen s'en empara avant de venir porter celui-ci à quelques centimètres de son nez. Elle respira l'odeur délicate et subtile.

"- C'est la Nature qui nous offre tout ce que nous possédons. C'est d'elle que nous devons tirer notre savoir. Je te remercie beaucoup, je me sens déjà mieux. Je suis certaine que tu seras un merveilleux médecin. Tu sais déjà énormément de choses, je serai juste là pour t'apporter le petit coup de pouce qui te rendra encore meilleur. Pour ce qui est des incantations, disons que cela renforce les remèdes oui. Si tu veux, cela permet de reconnecter ce qui ne l'est plus. Je ne dis pas que cela fonctionne toujours. Parfois, cela est tout simplement impossible. Mais si quelque chose vaut la peine d'être essayée, alors nous tentons. Car c'est notre rôle après tout, non?"

Elle espérait répondre au mieux aux questions qui lui étaient posées, elle pouvait comprendre que les incantations pouvaient passer pour inutiles:

"- Certains voient cela comme de la magie. Moi je ne vois qu'un savoir. Je pense que l'on me prendrait aisément pour une hérétique ou une folle si je venais par chez toi."

Elle eut un petit éclat de rire cristallin à cette idée. Il suffisait déjà de voir comment les Prêtres avaient agi avec elle pour qu'elle comprenne qu'elle n'était pas loin de la vérité.



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Lun 3 Oct - 19:40
Son pays ? Il se mit à rire doucement. On sentait clairement que ce n'était pas de la moquerie. Il riait de lui en réalité. Car de son pays, il ne connaissait que les contrées proche de son propre Sanctuaire. Devait-il le dire ? L'admettre ? Et montrer une fois de plus comme il était reclus d'ordinaire ? Il n'avait pas à avoir honte évidemment. Ce n'était pas de sa faute à dire vrai. Pourtant, il ne pouvait pas dire détester son existence. Même s'il n'avait en rien la vie d'un jeune homme de son âge. Tout comme il n'avait pas eu d'enfance réelle.
    - Je peux te parler de Rome oui. De sa région proche. Mais pour le reste, je n'ai presque jamais eu l'occasion de visiter réellement mon pays. Ce qui est important de savoir, c'est que la culture y est omniprésente. L'art est au centre de bien des activités et sous toutes ses formes. C'est un ravissement. L'on vient de bien des contrées pour apprendre. Nos bibliothèques.... Ahhhh, je pourrais t'en parler des heures si tu m'en laissais l'occasion.

Il se tut quelques instants, se rendant compte qu'il lui faudrait effectivement consacrer du temps à la description de sa nation. Il le ferait avec joie mais pas de suite. Après tout, ils auraient du temps et les études ne seraient pas toujours au centre de leurs discussions. Du moins l'espérait-il sincèrement. Elle venait de lui donner un indice quant aux raisons potentielles qui lui avaient permises de développer ainsi ses sens. Sa proposition pour lui faire comprendre le procédé lui plaisait même s'il appréhendait : elle avait eu une vie pour s'habituer à son handicap. Il n'aurait que quelques jours pour faire de même. En sachant que son propre état ne serait jamais aussi définitif que celui de la jeune femme. Son esprit aurait-il la faculté d'intégrer cela ?

Quant aux incantations, il commençait à saisir. Mais elle avait clairement raison : les médecins de son propre peuple ne voyaient pas d'un très bon œil ce genre de méthodes. Pour sa part, il n'était pas aussi tranchant dans ses convictions : pour apprendre et consolider ses connaissances, il se devait de tout assimiler et de tirer ses propres conclusions de ce qu'il apprenait. Il en serait de même pour l'art druidique.
    - Je crois aussi que cet endroit sera parfait. J'espère seulement que je ne serais pas un poids si j'ai les yeux bandés. Nous comptons tellement sur ce sens qu'il est parfois facile de perdre pied lorsqu'on nous l'enlève. Tu le sais mieux que quiconque je présume. Je ferai de mon mieux en tout cas, cela je peux te l'assurer.

Il avait récupéré son mouchoir et l'avait déposé sur la toile tirée précédemment. Il n'arrivait pas à imaginer comment elle percevait le monde. Il comprenait aussi pourquoi elle demandait qu'il lui détaille son pays.
    - Puisque tu désires en apprendre plus sur Rome, nous en parlerons plus longuement un autre jour. Je te noierais sous les informations et les détails. Je crains que tu me haïsses après.

Il continuait son rangement, tranquillement. Un coup de vents ébouriffa les cheveux de la demoiselle. Il était réellement captivé par la scène. Quel bel idiot faisait-il.
    - La magie a toujours été étroitement liée à la médecine. Souvent pointée du doigt. Mais tu as raison... Par chez moi, tu ne serais pas prise au sérieux. Puis-je en savoir plus sur celle qui sera mon professeur ?

Il laissait la porte ouverte aux informations qu'elle lui fournirait. Il ne demandait pas quelque chose de précis. Seulement la connaître un peu plus. La confiance commençait par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Lun 3 Oct - 22:53
Un sourire, rêveur, vint à flotter sur ses lèvres pendant que la Druidesse écoutait la description d'Esculape sur son pays. Le ton était enjoué, emporté. Oui, elle ressentait à travers ses mots, l'intonation de sa voix, l'amour qu'il portait à ses terres. Alors, Aisleen l'écoutait avec attention parler avec passion de Rome, notant tout de même au passage le fait que le pauvre ne devait pas trop avoir l'esprit d'aventure comme elle-même pouvait l'avoir. Lui laisser l'occasion de parler des bibliothèques? Oh oui, elle la lui donnerait. En cet instant, elle aurait tout donné pour voir son visage s'illuminer. Elle percevait, au son de sa voix, la joie qui était la sienne de lui faire partager sa vision de Rome. Alors elle l'écoutait, tout simplement, fermant les yeux, tout en essayant de s'imaginer les milliers de parchemins dont devaient regorger les bibliothèques qui l'extasiaient tant.

La Druidesse reconnaissait que la soif de savoir de son élève semblait inépuisable. A nouveau, il acceptait sa proposition d'exercice. Pourtant il y avait quelque chose. Une sorte de crainte. Avait-il peur de ne pas réussir? Elle pouvait le comprendre, pourtant, elle ne doutait pas qu'il réussirait. Il avait un tel besoin de connaissance. C'était là son moteur. Les mots du jeune homme ne purent que confirmer ses pensées. Alors elle voulut le rassurer, prenant la parole tout en lui rendant le mouchoir qu'il lui avait prêté:

"- Certes, je ne te dis pas que ce sera facile. J'ai eu beaucoup de mal à m'y faire après l'accident. Je me suis pris de jolies gamelles aussi." Elle eut un sourire en se remémorant ces moments de son enfance. " Mais je suis certaine que tu réussiras. Et puis si tu ne parviens pas à maîtriser complètement cette technique ici, tu pourras toujours poursuivre cet entraînement chez toi. Il te suffira de trouver ton endroit. A la bibliothèque peut-être?"

Elle lui adressa un petit clin d’œil espiègle et taquin. Une petite boutade gentille. Affectueuse même. Avant de se taire pour l'écouter à nouveau

"- Ce sera avec grand plaisir Esculape. J'ai hâte d'en apprendre plus sur les bibliothèques de Rome, et je doute fortement qu'elles parviendront à me faire te haïr. Au contraire, je les aime déjà, car je peux deviner le sourire qui se dessine sur ton visage lorsque tu parles d'elles. J'ai l'impression qu'elles te permettent de t'évader."

Une douce brise vint à jouer dans la cime des arbres. Elle aimait entendre ce son, celui du vent jouant dans les feuilles. Quelques mèches de sa noire chevelure se soulevaient sous le jeu de l’Eole, alors, elle viendra simplement replacer celles-ci derrière son oreille, nullement consciente que ce simple geste semblait charmer son interlocuteur.

"- Arrête moi si je me trompe, mais il me semble que certains prient dans l'espoir d'une guérison, et pourtant, on ne trouve pas ça stupide. Moi-même je respecte cela. Alors pourquoi ma méthode serait-elle moins parfaite qu'une autre? Je trouve que c'est faire preuve d'étroitesse d'esprit."

Une petite moue avant qu'elle ne chasse ses pensées, arquant un sourcil étonné face à la question qui venait de lui être posée. Elle ne pensait pas que sa vie l'intéresserait, mais quelque part, elle en fut heureuse. Par la notion de partage, celle de la confiance allait s'instaurer, et elle ne voulait surtout pas manquer cela. Elle réfléchit alors à ce qu'elle pouvait lui dire:

"- Hé bien, par où commencer? Hum. Mère, d'aussi loin que je m'en rappelle, disait toujours que Carwyn -mon frère- et moi étions le fruit de l'amour. Et je la crois. Vraiment. Je n'ai guère trop de souvenir de mon père, un baron. Malheureusement, nous étions le fruit d'un amour illégitime, puisqu'il était déjà marié. Et tu te doutes bien que sa femme ne fut guère ravie d'apprendre notre existence." Une pause, avant qu'elle ne poursuive. " Alors, elle a cherché à nous éliminer. J'avais quatre ans lorsque c'est arrivé. Je me souviens encore de tout, et je doute de pouvoir l'oublier un jour, cette peur qui a été la mienne lorsque mère est partie pour chercher de l'aide. J'entends encore le rire glacial des gardes qui nous ont enfermé Carwyn et moi dans notre maison avant d'y mettre le feu sans le moindre remords. Une poutre m'est tombée dessus, a heurté ma tempe et la nuit est devenue mon quotidien. J'ai survécu, mais ma mère et mon frère non. C'est grand-père qui m'a sauvé. C'est lui qui m'a élevé. Il m'a enseigné tout ce que je sais du druidisme. Je suis certaine que tu l'apprécierais beaucoup, c'est une personne sage et avisée. Un véritable puits de science."

Elle avait conclu avec un sourire, peu désireuse de le rendre triste à cause de son histoire.

"- Ne sois pas désolé s'il te plaît. Tu voulais savoir, alors je tenais à ce que tu saches. Voilà, tu en sais un peu plus sur moi. Je suis peut-être une bâtarde aveugle, mais je n'ai pas à rougir de ce que je suis. J'aime la vie que je mène et je suis même reconnue parmi les druides, sans quoi je ne serai pas avec toi aujourd'hui. Tu sais, j'appréhendais un peu cette rencontre. Je me suis imaginée un enfant tout le long du trajet pour venir à toi. J'avais peur d'avoir à faire à un enfant gâté. Et puis, je me suis retrouvée face à toi, un homme ayant soif de savoir et de connaissance. Je suis sincèrement heureuse, que nos chemins se soient croisés aujourd'hui Esculape."



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Ven 7 Oct - 21:54
Suivre son entraînement même en regagnant ses terres ? Oui, il le ferait. De toute évidence, il n'allait pas acquérir cette technique si aisément et Esculape était suffisamment studieux pour rester sérieux même sans son professeur derrière le dos. Il aimait discuter avec cette femme et sentait qu'avec elle, il réussirait à progresser malgré le domaine qu'il ne maîtrisait pas encore. Alors qu'elle replaçait ses mèches, le cœur du jeune homme manqua un battement. Il ne pouvait rester là, à contempler la belle. Mentalement, il se mit une belle gifle, cherchant à rassembler ses pensées. La suite de la discussion eut raison de son désir. L'histoire lui remit les pieds sur terres.

Il comprit la raison de sa cécité. Il comprit aussi comment une femme si jeune pouvait faire preuve de tant de sagesse. Bien que d'une tristesse absolue, son histoire lui permettait de mieux comprendre le personnage. Le passé d'une personne pouvait influer grandement sur son avenir. En dépit de sa peur, de sa peine, elle était parvenue à se hisser au dessus de la masse. Contrairement à ce que pouvait croire Aisleen, il n'était pas désolé. Pas parce qu'il ne compatissait pas, mais plutôt parce que l'admiration qu'il lui portait venait de gravir plusieurs échelon. Il n'allait donc certainement pas faire preuve de pitié. Hors de question.

Par ailleurs, alors que lui-même n'aimait pas se confier, quelque chose se déverrouilla dans son esprit. Le secret qu'il abritait ne lui permettait pas de vivre comme tout le monde. Un poids qu'il devait porter. Mais en écoutant l'histoire de la druidesse, le jeune homme ne pouvait plus garder le silence sur sa propre vie. Après tout, il n'y avait rien d'aussi grave dans sa propre existence.
    - Je suis heureux aussi. Sache que j'ai eu de nombreux professeurs par le passé. Aucun n'avait ton approche. Ni ta passion. Je suis sûr de pouvoir progresser à ton contact.

Qu'elle se soit imaginée faire cours à un enfant l'amusait. Le vent tombait un peu, ce qui n'était pas un mal. Il ferma les yeux un instant, essayant de rassembler son courage pour s'exprimer à son tour. Un prêté pour un rendu. Celui qui donne, reçoit. Il l'avait souvent entendu, cela faisait même parti de la base de son apprentissage. De fait, il se devait de lui rendre la pareille. Ce n'était pas tant lui dire qui posait problème. Mais les prêtres le lui reprocheraient. Pire. Elle pourrait ne pas le croire. Le prendre pour un fou. Il ne voulait pas de ça. Il rouvrit les yeux. Elle attendait. Ne faisait pas preuve d'impatience. Alors il poussa un long soupir qui en disait long sur son état d'esprit.
    - J'aimerai que tu écoutes. Afin que tu comprennes l'importance pour moi que revêt l'apprentissage. Je te demanderais seulement de taire ce que je vais te dire. Personne ne doit savoir... Au même titre que tu es une druide reconnue, je suis moi-même une sorte de référence parmi les miens.

Il entortillait ses doigts. Il n'aimait pas parler de lui ainsi. Comme s'il était exceptionnel. Alors qu'il n'était qu'un "manteau", une "peau".
    - Sais-tu qui est Asclépios ? Je ne sais pas si son nom est connu en ces terres. Il est le véritable Père de la Médecine. Une entité bénéfique, qui a beaucoup apporté en son temps à l'Humanité. Un précurseur, le symbole de la médecine. Une certaine prophétie a été énoncée à son sujet il y a quelques années de cela. Celle-ci dit qu'Asclépios serait amené à revenir à la vie pour servir son Père, le Seigneur Apollon. Il est dit qu'il réintégrerait alors le corps d'un humain, afin de prêter sa force et son savoir à ceux qui en auraient besoin. Afin d'accompagner le cycle qui doit recommencer. Selon les légendes, un Dieu ne peut pas posséder n'importe quel corps car sa puissance ou ses connaissances pourraient consumer l'être en question. Il faut donc que l'enveloppe soit préparée en conséquence. Cela prend du temps. Des années, pour que sa conscience puisse accepter un tel don.

Sa voix tremblait. Il se reprit. Il avait accepté il y a bien longtemps sa destinée.
    - Je suis cette enveloppe. Je suis le futur réceptacle du Seigneur Asclépios. Ce pourquoi l'on m'a donné le nom d'Esculape. Il s'agit de l'une de ses représentations. Alors que je n'étais encore qu'un nourrisson, j'ai été découvert par les prêtres servant le culte d'Apollon. Un serpent blanc semblait veiller sur moi. Une couleuvre très particulière. Alors qu'ils tentaient de le faire fuir, un autre présage a eu lieu. Ils en sont tous arrivés à la même conclusion.

Il avait levé les yeux au ciel, contemplant le paysage. Elle ne pouvait voir ce qu'il faisait. Il en était heureux pour le coup. Il était idiot. Elle avait vécu un vrai traumatisme. Lui paraissait être un jeune homme trop gâté.
    - J'ai été couvé. Instruit. Entraîné. Qui d'autre peut prétendre avoir eu autant de chance ? Et pourtant... Je suis voué à disparaître. Je n'en suis pas malheureux. Il est gratifiant de savoir que l'on a été choisi pour être l'incarnation du Dieu de la Médecine. Ce qu'il peut apporter à ce monde vaut ce sacrifice. Mais parfois, j'ai peur. Peur de ne pas être à la hauteur de cette tâche.

Il reporta son attention sur la druidesse, très attentive. Au même titre qu'elle lui avait demandé de ne pas éprouver de la pitié, il espérait qu'elle agirait de même avec lui. Chacun son fardeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   Ven 7 Oct - 23:38
Elle s'était ouverte, avait parlé de son enfance. Bien entendu sa vie n'avait pas été particulièrement rose. Mais elle ne s'en plaignait pas. Elle avait eu de la chance et s'en était particulièrement bien sortie. Lui l'avait écouté, silencieux et pourtant si attentif. Elle n'avait pas besoin de voir pour en être sûre. Aisleen le ressentait, et c'était là tout ce qui lui importait. Oh elle lui était reconnaissante de ne pas se désoler sur son sort. Elle n'aurait pas aimé inspirer de la pitié, ou tout autre sentiment similaire. Elle n'avait jamais voulu de la pitié de qui que ce soit, et ce n'était pas maintenant que ça allait commencer. Oui vraiment, elle était soulagée. Soulagée de constater qu'il la traitait comme une égale, et que le courant passait aussi bien entre eux.

"- J'estime que la passion est un véritable moteur. Dans tous les domaines. Sans elle, tout semble plus terne. Plus morne. Si la passion ne t'anime pas lorsque tu enseignes, comment veux-tu être capable de satisfaire la soif de savoir de l'élève? Lui transmettre cette envie de connaissance? C'est là une chose impossible, ne crois-tu pas?"

La Druidesse avait tourné son faciès vers lui, lui offrant un sourire prévenant et avenant, avant qu'elle ne perçoive une légère hésitation. Pourtant, elle demeura silencieuse. Guettant. Attendant la suite. Patiente. Une des vertus nécessaire pour la chasse. Activité à laquelle il lui arrivait de s'adonner. Puis vint ce soupir. Profond. Qui semblait tout indiquer sur les tourments qui étaient ceux du jeune homme. Alors lorsqu'il s'exprima à nouveau, elle acquiesça à sa requête. Bien sûr qu'elle l'écouterait. Bien sûr qu'elle se tairait. Elle voulait créer une relation de confiance entre eux, et ne ferait rien pour briser celle-ci.

Si elle connaissait Asclépios? Evidemment, son grand-père lui avait parlé du Dieu de la Médecine, foudroyé par Zeus, pour avoir enfreint le cycle de vie en ressuscitant les morts. Une prophétie disant que le dit Dieu serait ramené à la vie, et que pour cela, il lui faudrait intégrer un corps. Au fur et à mesure des mots, la Druidesse comprenait. Oui il était cet être, cela ne faisait aucun doute. Si elle n'était pas rentrée en contact avec l'esprit de la couleuvre, peut-être aurait-elle pu en douter. Mais à présent, elle savait quel destin l'attendait. En cet instant, elle trouvait les Dieux bien cruels. Voilà tout ce que représentaient les Humains à leurs yeux. De simples pions qu'ils pouvaient manipuler à leur guise. Pourtant, elle ne put s'empêcher d'admirer son élève. Il savait le sort qui lui était réservé. Et pourtant, il faisait tout pour parfaire ses connaissances, ne se rebiffant pas contre cette destinée qu'elle jugeait trop injuste.

Lorsqu'il eut terminé, elle demeura muette. Cherchant les mots. Cherchant à étouffer sa colère contre cet avenir. Alors, la Belle se laissa simplement aller en arrière pour s'étendre sur le tapis mousseux, sa longue et sombre chevelure auréolant son faciès dont l'expression indiquait qu'elle était perdue. Ses prunelles émeraudes étaient portées en direction du ciel, fixes. Un profond soupir lui échappa à son tour. Puis vinrent les mots.

"- Tout d'abord, je tiens à te rassurer sur un point Esculape. Je ne te prends pas pour un fou. Pas plus que je ne doute de tes paroles. Je te crois. Depuis le début, je ressens quelque chose de différent chez toi. Pourtant, je ne peux m'empêcher de maudire cette prédiction, car même si tu l'acceptes, même si tu trouves cela gratifiant, moi je n'accepte pas que tu puisses être amené à disparaître. Pourtant..."

Elle se remit en position assise. Dans un doux bruissement de tissu, la Druidesse vint se placer à genoux devant le jeune homme. Déjà ses mains se tendirent, cherchant à venir s'emparer avec douceur des siennes. Et voilà que la Douce inclina la tête, jusqu'à laisser son front venir reposer contre celui de l'Elu. Alors lentement, ses paupières se fermèrent:

"- ...Il est normal d'avoir peur. Si nos rôles étaient inversés, j'aurais tout aussi peur que toi. Pourtant, il y a une chose de laquelle je suis sûre: tu seras on ne peut plus à la hauteur. Tes connaissances et ton savoir sont là. Je suis certaine que le moment venu, Asclepios sera honoré d'être réincarné dans ton corps. Ta confiance en moi m'honore. Tu as ma parole que jamais je ne parlerai de cela à personne."

Oui, elle tiendrait parole et ne trahirait jamais cette confiance qu'il avait placé en elle, car après tout, Aisleen se surprit à la chérir. Bien précieux. Prenant conscience de la proximité qu'elle avait établi et qui pouvait effaroucher le jeune homme, elle finit simplement par reculer son front, remettant cette légère distance entre eux. Nul doute que si les Prêtres avaient vent de cela, ils jugeraient cet acte d'un très mauvais œil, et qu'elle passerait pour une vile créature hérétique tentatrice. Cette simple pensée suffit à la faire sourire. Toutefois, il lui restait une chose sur le cœur:

"- Je peux te faire une autre confidence? Mon grand-père n'est pas un druide comme les autres. C'est un Saint. Il est le porteur de l'armure du Corbeau. Il n'a pas fait que m'apprendre l'art druidique. Il m'a enseigné la maîtrise du Cosmos. Néanmoins, je ne suis pas encore une Elue, mais j'espère bien le devenir un jour."

Un prêté pour un rendu. Tout les opposait, et pourtant, ils semblaient parfaitement bien se comprendre. A présent, avec cette nouvelle, deux choix s'offraient à eux. Soit il l'acceptait telle qu'elle était, soit il lui demanderait de partir. Mais bien entendu, il y en avait qui avait sa faveur bien plus que l'autre.



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
Contenu sponsorisé
Message Re: [Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Juin 547 - Aisleen/Asclépios] Britannia - Etudes complexes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Asclépios, dieu de la médecine et de la guérison.
» De bon Augure ! [Adalrik - Asclépios]
» Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]
» [Fin Septembre 550] La Vie face à la Mort, une nouvelle fois [PV Asclépios]
» Carmilla Marks, fille d'Asclépios.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: