Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HeedavatarArmure :
Licorne

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
165/165  (165/165)
Message [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Sam 1 Oct - 20:04
Sa capuche enfoncée sur la tête, Heed parcourait le Rodorio. On pourrait penser que le saint effectuait une surveillance, mais il n'en était rien. D'ailleurs, le Breton ne portait pas son armure. Il n'y avait donc rien d'officiel concernant sa venue au village.

Bien sûr, le porteur de l'armure de la Licorne croisait bien des gardes en patrouille. Ces derniers le saluaient avec respect et suivant le protocole mais il n'éveillait pas leur soupçon. De toute façon, les agissements du natif de Cornouaille n'avaient rien de bien surprenant. Il pourrait passer tout simplement pour une personne désireuse de boire une bonne pinte après une longue journée. Quoi qu'il en soit, un garde n'irait jamais questionner un saint sur ses agissements. Chez les saints, la hiérarchie était respectée. C'était sans doute aussi le cas dans les autres camps.

Cela faisait maintenant deux ou trois heures qu'il parcourait les ruelles du village blanc de long en large. Il prenait par contre bien soin de ne jamais croiser deux fois la même patrouille car là, il éveillerait des questionnements. Que faisait donc le saint ? Pourquoi autant de mystère ?

Le saint de la Licorne cherchait quelqu'un. Le problème, c'était qu'il ne savait pas qui exactement. il avait eu une vague description et sa tache se révélait donc ardue. Pourtant, cet obstacle ne l'effrayait guère. Il était déterminé et même s'il devait y passer la nuit, il retrouvera la trace de celui qui l'intéressait au plus au point.

Voilà maintenant environ un an qu'il avait perdu son maître Osias. Les autorités du sanctuaire l'avaient déclaré présumé mort. Effectivement, son corps n'a jamais été retrouvé. Le manque de transparence et l'absence de corps empêchaient Heed de faire son deuil. C'était comme une obsession, un cauchemar lancinant. Il gardait ce pervers espoir de le retrouver vivant un jour. Tant que le contraire ne lui était pas démontré, le saint le croyait encore vivant. Il ne passait pas un jour sans que ce dernier ne tente pas d'obtenir une piste. C'était enfin la vieille qu'il avait eu sa plus probante information.

Il lui a été reporté qu'un petit trafiquant du village avait entendu des choses concernant Osias. Le Rodorio était certes d'un domaine sacré pour autant, le vice y était présent. Le village n'était en aucun cas protégé des petits trafics. Son informateur n'avait mentionné aucun nom mais on lui avait parlé d'un homme, originaire du village, totalement chauve. D'un physique somme toute assez banal, on lui avait tout de même indiqué que l'homme était balafré sur la joue droite. Mince description. Voilà sans doute pourquoi, je jeune homme tournait en rond. On lui avait pourtant précisé que la personne recherchée arpentait les ruelles du village en quête de sa clientèle fidèle ou en devenir.

Soudain un bruit. Heed tourna brusquement la tête. Etait-ce une voix ? En cette nuit noire, il n'était pas aisé de distinguer les personnes. Alors, Heed alla dans la direction dans laquelle, il avait entendu quelque chose.


Couleur: #10684
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t988-heed-bronze-saint-de-l
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Ven 7 Oct - 2:31
Un certain temps avait précédé sa dernière visite des abords du Sanctuaire. En effet, Esther avait eu à souffrir de quelques contrariétés entravant sa mission originelle de surveillance. Bonne petite fille faisant ce qu'on lui demande, jusqu'au jour où lui est enlevée sa tutelle dans un ultime soupir maternel ; livrée à elle-même. Un événement brusquant sa raison d'être et mettant en exergue la vanité de sa mission au service d'une Citadelle bonne qu'à ronger l'humanité de ses résidents. Là est sa faiblesse, car sa voracité lui fait perdre l'amour de ses enfants ; esseulés. Là est sa force, car l'esprit craint le vide et lutte à le combler ; résigné. C'était bien là l'essence du Dédale de chair que de dévorer l'humanité de ses convives et ce, au service de son dessein : la destruction de toute chose dans ce monde corrompu.

L'homme de rien se repaît du sens, et cette recherche désespérée confine l'esprit au plus cruel conditionnement. Une malédiction, c'était bien là le mot. Un enfer recevant en son sein la frange de l'humanité, et sélectionnant parmi elle les élus à sa cause. Dans un tel cadre, il ne s'agit pas de choisir mais de survivre. Esther avait rejoint depuis peu le rang des survivants, son dernier soupçon d'innocence s'étant cristallisé dans le regard glacial d'Arachné. À présent, elle comptait parmi les monstres désinhibés du Dédale, et ses prunelles d'émeraude toisaient froidement l'individu sorti de son havre de paix.

Son corps astral apparaissait et disparaissait au gré des mouvements de tête de sa cible, tapie dans son angle mort. Elle était une ombre aux intentions ambigus. Ces dernières allaient dépendre de ce que lui donnerait à voir sa cible. Simple sortie de routine ? Telles étaient les apparences, si bien que la Tarentule n'avait pas été loin de se chercher un autre centre d'intérêt. Cependant, ledit intérêt devait jaillir du fond de ses pupilles quand le comportement du jeune homme trahit une détermination autre que l'ennuyeux flânage. Son champ d'action était contraint, s'évitant des choix qui risquaient de trop l'exposer aux yeux de ses semblables. Non plus ritualisé, son cheminement suivait un schéma intéressé. Esther dut attendre de sonder les esprits des interlocuteurs de ce jeune Saint après son départ pour préciser ses objectifs. La recherche vraisemblable d'un dénommé Osias.

Dubitative, l'araignée pouvait s'étonner qu'il se cache ainsi de ses congénères, sauf à ressusciter une affaire malheureuse qu'aucun ne voulait se rappeler. Cela était suffisant pour attiser sa curiosité, et s'exposer aux perceptions de sa proie. En effet, après plusieurs heures d'observation, Esther consentait enfin à lever l'arcane pour attirer à lui l'objet de son intérêt. Cette fois, elle ne s'embarrassait pas d'emprunter l'enveloppe charnelle d'un anonyme, demeurant dans l'ombre d'une ruelle ; au point qu'il était difficile de bien discerner son visage. Le village était endormi, à l'instar de ses habitants. Aucune lumière, sinon très peu, n'éclairait les veines de ce microcosme. Au moins son vis-à-vis pouvait-il se rendre compte d'une silhouette féminine, celle d'une enfant. Elle ne le laisserait assurément pas s'approcher de trop, prête à intervenir si cela devait arriver.

-Qui va là ?

Sur la défensive, l'intonation montrait une forme de surprise mêlée à de la méfiance. Il était l'étranger ; la menace. Un ennemi ou un ami, les premières secondes seraient cruciales.



Citation :
Le vrai corps se trouve à Jamir, dans le campement des berserkers.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.


Dernière édition par Esther le Lun 10 Oct - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
HeedavatarArmure :
Licorne

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
165/165  (165/165)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Dim 9 Oct - 19:39
Heed avait bien entendu une voix. Il suivit la direction d'où elle avait surgi. A mesure qu'il s'approchait, il distinguait une forme. Il ralentit son pas. Il se méfiait. Il n'avait peut-être aucune raison d'être méfiant, mais le jeune homme avait appris à faire confiance à son instinct même si ce dernier lui avait parfois fait défaut.

C'était surtout sa rencontre avec Orion qui l'avait poussé à se faire plus confiance. Se laissant submerger par les rumeurs et les peurs des gens ainsi que la méfiance des autres chevaliers envers le saint d'or, il l'avait défié et finalement combattu. Pourtant au fond de lui, une part de lui-même essayait de lui faire comprendre qu'il se trompait lourdement. Il occulta cette partie de son esprit et avait foncé tête baissée sur le chevalier d'or du Sagittaire. Résultat, il aurait pu perdre la vie si l'ex juge avait lâché ses coups.

Il s'était maintenant arrêté. Il ne voulait vraiment pas effrayer celui ou celle qui venait de prononcer ses paroles. Ces dernières laissaient clairement transparaitre la méfiance ainsi que la surprise. Etait-ce la personne dont on lui avait parlé ? Rien n'était moins sûr. Quoiqu'il en soit, Heed serait bien embêté si l'individu cherchait à fuir. Il était certain qu'il recherchait la discrétion aussi, Heed décida de garder ses distances.

D'autre part, le jeune Breton ne souhaitait attirer lui aussi l'attention sur lui. Il agissait en son nom et il n'avait aucune envie de rendre des comptes à qui que ce soit. Pas même au Grand Pope ! Il savait pourtant qu'il était difficile de cacher des choses au Pope Akrites. Le représentant de la déesse Athéna semblait avoir des yeux et des oreilles partout. Au final, très peu de choses se passant dans et alentour du sanctuaire lui échappait.

Le garçon se dit aussi qu'un jour, il faudrait qu'il prenne son courage à deux mains, et aille directement questionner le Grand Pope. Si ce dernier avait un certain contrôle, il devait savoir pas mal de choses. Ainsi, il devait détenir des informations sur la supposée mort de son maître. Malheureusement, il s'était toujours refusé de franchir ce pas. Pourquoi ? Peut-être avait-il un peu peur des conséquences, mais c'était surtout l'enseignement d'Osias qui l'en empêchait. Ce dernier lui avait enseigné le respect de ses aînés et de l'ordre établi. Il pensait sans doute à tort que ses questions risqueraient de déranger Akrites.

Le saint ne bougeait plus d'un poil, mais comment savoir ? Il devait retrouver ce mystérieux homme. Il se décida à prendre la parole. Il avait peut-être une piste. Il se devait de la creuser. Il prit la parole et chuchota presque.

- Pardonne-moi ! Qui que tu sois, je ne souhaite pas te déranger. Je recherche quelqu'un. Se pourrait-il que tu puisses m'aider ? Je peux m'approcher ?

Heed prenait ses précautions. Il désirait mettre en confiance celui ou celle qui lui faisait face à quelques mètres. C'était donc pour cela qu'il opta pour une approche douce.


Couleur: #10684
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t988-heed-bronze-saint-de-l
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Lun 10 Oct - 12:41
Un long silence succédait les mots de ce jeune Saint. Il ne pouvait le voir, mais la posture et l'expression de la Tarentule se faisaient à présent plus détendues, comme rassurée. De toute évidence, elle ne s'était pas trompée sur cet ennemi, digne d'une conversation en dépit de leur attachement respectif à des factions ennemies. Ces dernières ne conditionnaient l'action de leurs ouailles qu'en deux circonstances : par l'attribution d'une mission et par l'efficience de leur vision. La première ne laissait aucune place au choix. Le libre arbitre ne devait décider que de la manière par laquelle les objectifs imposés seraient atteints. La seconde en revanche faisait appel directement au principe de loyauté, appelant lui-même celui de consentement.

Esther jouissait de ce privilège d'agir en marge du regard des siens, réduisant le concept d'ordre à une réalité des plus floues. En effet, la surveillance n'était pas pour contraindre les moyens de parvenir à cette fin, d'autant plus qu'il n'y avait bien que Zvezdan pour s'intéresser à ses rapports... et leur dernière entrevue avait laissé planer le doute sur l'entretien de son devoir. Au final, l'araignée était revenue sur place de son propre chef, et n'avait à répondre d'aucun impératif de résultat. Enfin, l'unique avantage à tirer de son appartenance à l'armée d'Arès était bien qu'aucune doctrine n'accompagnait l'élan de Destruction motivant leurs mouvements. Ses soldats n'avaient à répondre d'aucune idéologie. Chacun se caractérisait par sa marginalité, et celle d'Esther se démarquait par la distance opposée à la violence, pourtant essentielle aux siens. Aussi regardait-elle son vis-à-vis non pas pour ce qu'il représentait mais pour ce qu'il était, s'intéressant à la personne en premier lieu.

Le jaugeant un long moment, la question était maintenant de savoir si un Saint était capable d'un tel détachement à l'égard des siens. Dans tous les cas, l'opportunité de s'en rendre compte venait de se présenter ; pour le moment, malgré lui. De l'aide ? La possibilité de cette association circonstancielle avec une personne formatée à détruire les siens n'était pas sans lui inspirer un sourire ironique.

-Cela dépend.

Ses prunelles d'émeraude cherchent celles de son interlocuteur, que l'obscurité obstrue. Aussi allait-elle se décider à se dégager de l'ombre du bâtiment pour s'exposer au clair de lune. De quelques pas, elle s'approchait de ce Saint. Assez pour qu'il puisse se rendre compte de son apparence. Une enfant semblant avoir seulement atteint l'âge de raison, habillée d'une unique robe noire de mauvaise qualité. Les pieds nus, elle pouvait être une habitante de ce village, tant sa condition apparaissait modeste. Seule pouvait désappointer son interlocuteur l'évidence d'une énergie cosmique en son sein, devenue perceptible dès le moment où elle avait commencé à s'exprimer. Comme lui, elle était une éveillée. Hélas, le cosmos était inhérent à tout être, sans spécificité, et pouvant ainsi être l'apanage de n'importe quel rang ou camp. Esther n'avait à contrôler que le rayonnement de cette énergie, pour qu'elle apparaisse la plus infime aux perceptions de son opposant.

-Qui es-tu pour Osias et qu'est-ce que tu lui veux ?

S'arrêtant à quelques mètres de cette sorte d'enquêteur, Esther pouvait dorénavant mieux évaluer son expression ainsi que ses réactions. Son sourire quant à lui s'était estompé, pour ne plus laisser voir que sa placidité.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
HeedavatarArmure :
Licorne

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
165/165  (165/165)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Jeu 13 Oct - 4:46
L'individu avait accepté de lui répondre et le moins que l'on puisse dire, c'était qui en fut troublé. Pour plusieurs raisons, le garçon s'était paré d'une mine interloquée. Sur le moment, il avait du mal à comprendre. La voix tout d'abord, le troubla. Avait-il bien entendu ? Ou bien ses oreilles s'étaient mises à lui jouer un tour plein de malice. Il crut en effet entendre la phonation produite par un enfant. En l'occurrence, une enfant, car les paroles semblaient émises par une voix féminine.

Ensuite, Heed perçut distinctement des ondes cosmiques. Elles étaient certes non-agressives et à peine perceptibles, mais sa mystérieuse interlocutrice était une éveillée. Tout comme lui, elle avait en elle cette capacité à faire appel à une énergie formidable. En était-elle seulement consciente ?

Après l'ouïe, après avoir ressenti le cosmos, le sens de la Licorne qui fut mis à contribution était la vue. Là, son impression se vérifia. Son étonnement, lui, était encore plus grand. Tout doucement, se dégageant de l'ombre d'un des bâtiments de la ruelle, une jeune fille se présenta à lui. Les mots manquèrent à Heed et il ne faisait que la dévisager. Ses grands yeux couleurs émeraudes presque fluorescents captivaient toute son attention.

Pieds nus, ses longs cheveux noirs lâchés, l'enfant s'avançaient droit vers lui pour s'arrêter à quelques mètres de sa personne. Il la distinguait maintenant parfaitement. Elle ressemblait à ses petites filles du village qui arpentaient les ruelles la journée en quête d'une petite pièce ou d'un fruit ou alors courant afin d'échapper à une bête imaginaire et se réfugiant près des adultes sous les rires amusés et moqueurs des malicieux garçons.

Pourtant, en l'observant, Heed devinait qu'elle était bien plus que ça. Son regard calme cachait mal une certaine maturité. Sa remarque ne laissa au jeune homme aucun doute sur ce fait. Il lui donnait pourtant environ une dizaine d'années tout au plus. Sereine, elle donnait la nette impression d'être en contrôle.

- Mais que ... ?

Heed abaissa sa capuche pour lui aussi bien se faire voir par l'apparente gamine. Il fit un pas en sa direction et regarda autour d'eux. Ils étaient désormais complètement seuls.

- Etonnant ! J'avoue que je m'attendais à tout sauf à rencontrer ... une enfant !?

Il eut un rire forcé. De toute évidence, le chevalier de bronze était gêné.

- Je m'appelle Heed. Je suis un chevalier d'Athéna. J'imagine que tu as dû ressentir mon cosmos, non ? Toi, qui es-tu ? Il est vrai que je ne peux connaître toutes personnes au village blanc, mais je l'arpente souvent dans le cadre de mes patrouilles. Tout visage ne me dit rien et comment pourrait-on oublier des yeux comme ça ?

Le saint était tout de même un peu méfiant. Même s'il n'y avait rien d'agressif dans l'attitude de celle qui se trouvait face à lui, il préférait s'attendre au pire. Ceci était la façon de voir les choses pour Heed. Envisager le pire pour ne pas se faire surprendre. Vision négative, mais prudente.

- Tu as mentionné le nom d'Osias, comment le connais-tu ? Comment sais-tu que je suis à sa recherche. Tu m'intrigues jeune fille ! Es-tu vraiment une enfant où s'agit-il d'une façon de cacher ta vraie personnalité ?

Que de questions, mais l'enfant avait prononcé le nom d'Osias alors qu'il n'avait dévoilé mot sur sa présence dans les ruelles déserte du Rodorio.


Couleur: #10684
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t988-heed-bronze-saint-de-l
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Jeu 13 Oct - 17:21
Silencieuse pour la durée où s'exprimait son interlocuteur, Esther demeurait placide ; attentive aux émotions que voulait bien partager son vis-à-vis. Il transparaissait de lui une certaine innocence, sinon de l'authenticité. Simple, il semblait peu coutumier des faux-semblants et ainsi transparent aux yeux de la petite Tarentule. Simple, mais non pas simplet, comme en témoignait la pertinence de ses réflexions. De toute évidence, si l'appât était reçu, elle n'en retirerait pas de suite l'usufruit. En effet, il saisissait à raison sa marginalité. Mais un début de contrariété allait se révéler sur le visage de l'enfant à la dernière question de ce Heed. Très vite, cet affect évoluait en une colère sourde, empreint sur ses prunelles tremblotantes. L'espace d'un instant, il pouvait ressentir un malaise qui lui était étranger. Ce dernier lui venait de celle-là même qui la fusillait du regard, avant de recouvrir artificiellement son calme.

Artificielle... Cet étranger l'accusait de mentir, non simplement par les mots ; un mensonge sur sa nature propre. Celui-là même qui était le premier des Saints à la voir sous sa véritable apparence, départie de tout artifice. Une question que l'on ne lui avait jamais posé malgré toutes les fois où elle empruntait les traits et la psyché d'un autre. Et l'entendre à ce moment précis où elle se découvrait à autrui dans sa plus juste nature... Le trouble suivait le sentiment d'injustice venant de la traverser.

-Pourquoi dis tu des choses si cruelles...

Détournant les yeux de celui du chevalier d'Athéna, Esther se grattait nerveusement la tempe ; les lèvres inférieures étaient prises de tremblements. Elle forçait la reprise de sa contenance, ce qui prendrait de longues secondes. Après un profond soupir et les paupières closes, la jeune Berserker retrouvait le contact visuel avec le Saint ; la respiration stabilisée.

-La surface de ton esprit m'est limpide. Peut-être trop...

Manifestement, l'envie de construire quelque chose avec la Licorne s'était estompée, sinon amoindrie. En ce sens, n'était-il pas mieux de disparaître dès à présent ? Une note dissonante venait de désordonner la mélopée et instillait le malaise parmi ses affects. Son air se faisait maintenant plus circonspect, veillant à jauger la situation en vue d'une décision. Cela valait-il le coup de rétablir l'envie ?

-Mon nom, je ne saurais dire quand il m'a été pris... et pourtant, la blessure m'est encore vive.

Cet éveillé possédait des repères. Il était un chevalier d'Athéna animé par un but. À l'inverse, la Tarentule se trouvait à la frange de ce monde, égarée dans des limbes nébuleuses d'où il était difficile de seulement constituer une bribe de sens ; friable. Elle l'enviait, sans l'ombre d'un doute. Cette opposition faisait qu'ils ne se comprendraient sans doute jamais. Et pourtant, d'essayer tout de même.

-Je pensais que tu cherchais de l'aide.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
HeedavatarArmure :
Licorne

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
165/165  (165/165)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Sam 22 Oct - 6:28
Face à l'apparente jeune fille, Heed éprouvait un mélange de sensations bizarres. Méfiant, il l'était à coup sûr. Mais il y avait autre chose qu'il avait du mal à déterminer. Du regard, de l'attitude et l'aura de l'inconnue émanait une impression sur laquelle il n'arrivait pas à mettre des mots. Un malaise s'empara alors de sa personne. Une certaine gêne qu'il éprouvait pour la première fois.

- Tu... Tu es bizarre !

Le jeune homme ne se voulait aucunement vexant, mais il s'agissait là de son ressenti. Une pensée qu'il laissa s'échapper à voix haute. Déjà, l'énigmatique enfant lisait en lui comme dans un livre ouvert si en plus, il pensait tout haut, elle n'aurait plus grand chose à découvrir de lui !

- Excuse-moi. Je ne veux pas me montrer blessant, mais essaye de te mettre à ma place. Franchement, si je n'avais pas été un saint et donc vue des choses extraordinaire, je crois que j'aurai pris mes jambes à mon coup.

Le saint partait alors dans un rire qui le caractérisait si bien et qui démontrait une certaine familiarité. Sa nature faisait qu'il avait d'une manière générale le contact facile et qu'une fois ce dernier établit, il s'accommodait peu des protocoles ou autres règles de bienséance.

- Je serai tenté de t'appeler jeune fille, mais je doute enfin, je sens que tu possèdes plus d'expérience que moi.

Le regard de la jeune éveillée ne trompait pas. Elle était tout en maîtrise. Elle se dominait et Heed eut l'impression qu'elle tentait de le dominer. Du moins, elle essayait d'orienter la discussion. Il semblerait que l'étrangère n'aime pas que l'on s'attarde sur elle.

- D'après ce que tu me dis, tu as l'air aussi perdu que moi ! A croire que les détenteurs de cosmos sont voués à une certaine souffrance !

Il souriait de nouveau. Ce dernier s'effaça aussitôt lors de la dernière remarque de son interlocutrice. De l'aide ? Oui, il en cherchait. Quiconque souhaitait l'aider dans ses recherches était le bienvenu. Que savait cette jeune fille ? Connaissait-elle réellement Osias ? Ou alors tentait-elle de le manipuler comme il en eut l'impression ? Il décida qu'il valait la peine de prendre un risque. Il n'était plus à une déception près. Au mieux, il obtenait un espoir, au pire, une énième porte se refermait.

- Oui. Tu as raison sur ce point. J'ai besoin d'aide, car je cherche désespérément à en apprendre plus sur la disparition de mon maître, Osias. Seulement, je m'attendais à rencontrer quelqu'un d'autre. J'étais loin d'imaginer rencontrer une... Une petite fille !


Couleur: #10684
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t988-heed-bronze-saint-de-l
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Sam 22 Oct - 13:49
La tarentule demeurait impassible tandis que tentait de se justifier son interlocuteur. Insondable, toutes les pensées pouvaient la traverser. Une seule évidence : elle l'analysait avec une grande minutie, donnant l'impression de le jauger. Pas même son rire ne ferait vaciller sa placidité, glaciale. L'amertume d'être rappelée à sa nature incertaine dominait de trop sa psyché, pour en sortir si légèrement. Se mettre à sa place... certaines choses devaient être mises au clair avant de retourner à cette empathie.

Aussi, l'araignée s'approche-t-elle de son vis-à-vis, pour ne laisser qu'un petit mètre de distance entre eux. Ses prunelles d'émeraude s'ancrent dans les siennes, plus communes. Moins... bizarres, pour reprendre son expression. En effet, cet homme se caractérise par sa normalité en dépit de sa spécificité d'éveillé, ce pour quoi il avait attiré son attention. Figée, son expression est froide, voire hostile.

-Tu n'as pas foncièrement tort. En certains aspects, tu es même proche de la vérité. Mais retiens une chose : tous n'ont pas le choix de leur condition. De choix qui m'amène à toi, je n'en ai fait qu'un : et c'est précisément de n'user d'aucun artifice.

Sur ces mots, son interlocuteur pouvait à raison douter de sa bonne foi, en sa qualité d'étrangère. Son visage en tout cas semblait sincère, mais il n'était pas difficile à la maîtresse des mensonges d'instiller ce faux-semblant. Il n'empêche, derrière ces mots non très éloignés de menaces tacites, une démonstration. Cet homme devait l'entendre... Ou plus exactement, elle avait besoin de lui dire. Cette chose faite, ses traits pouvaient s'adoucir de nouveau, esquissant un léger sourire.

-La contre-partie de cette sincérité, c'est que tu n'obtiendras aucune réponse qui se détourne de ton désir originel. Et je doute d'en être.

L'espace d'un instant, son air se faisait plus ironique. Une bribe d'humour, quoi qu'il soit difficile de l'identifier comme tel. Jetant à un moment un regard alentour, Esther retrouvait celui du jeune Saint.

-À ton contraire, je n'ai pas d'ancrage dans ce monde. Là est ma souffrance... Mais en ce cas, elle est un atout. Il m'est aisé d'accéder à l'information, et c'est l'aide que je te propose. Le prix dépendra de ma réussite. En attendant, je ne te demande rien, si ce n'est une garantie. En effet... je ne tiens pas à perdre mon temps sans en savoir plus sur l'homme que tu recherches... si tu es d'accord ?

La messe était dite. Il ne restait plus qu'à voir si pour Heed, le jeu en valait la chandelle.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
HeedavatarArmure :
Licorne

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
165/165  (165/165)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Mer 26 Oct - 4:58
L'étrange fillette se rapprochait encore un peu plus de lui. Heed demeura sur ses gardes prêt à s'écarter prestement au moindre geste suspect. Pourtant, il ne ressentait toujours rien d'agressif émanant de celle-ci. Il avait plutôt l'impression qu'il était à ses yeux une sorte d'objet de curiosité.

Lui-même devait se l'avouer. Il était aussi très intrigué par l'enfant sans nom. Il éprouvait l'envie d'en savoir plus et surtout, elle était en capacité de l'aider sur la disparition d'Osias. Il eut même l'impression que cette dernière tentait d'établir un contact serein. Elle laissait en effet comprendre qu'elle apparaissait aux yeux de la Licorne telle qu'elle était vraiment. Voulait-elle signifier qu'elle était capable de manipuler son apparence ? Ou alors était-il possible pour elle de tromper l'esprit de ceux qui la regardait afin de leur faire voir autre chose ? Quoiqu'il en soit, Heed se demanda si cela était une bonne chose.

- Franchement, je me demande si le fait que tu te présentes à moi son ta véritable apparence est une bonne chose. Par bonne chose, j'entends par là, si tu me fais confiance. Bizarre, pourquoi ? Pourquoi avec moi ?

Bizarre, la saint avait encore utiliser ce mot. Il était vrai que pour lui, celui-ci était le seul mot qui résumait cette rencontre. Pourtant, il avait du mal à détacher son regard des yeux quasi-translucides de la jeune fille. Elle l'avait captivé et il ne ferait plus marche arrière. C'était comme s'il était prisonnier de la toile qu'elle avait tissée en douceur.

D'ailleurs, l'apparente jeune éveillée lui expliquait déjà que sa démarche n'était pas gratuite. Heed s'en doutait. Il s'était préparé à payer une dette. Seulement, que demanderait-elle ? Possédant un cosmos, elle devait forcément dépendre d'un dieu. Il ne semblait pas l'avoir rencontré au sanctuaire. Il en était certain. Alors qui servait-elle ? Poséidon, Hades, Ares, Apollon ou un de ces dieux exotiques ?

Heed hésitait. Ce qu'elle proposer le tentait pourtant. Elle affirmait pouvoir trouver des informations. Loin de se vanter, elle offrait d'être "récompensée" que si elle répondait aux attentes du chevalier de bronze. Cette précision lui donnait du crédit. Le jeune Breton se pinça les lèvres avant de lui répondre.

- Saches que si tu me demandes de trahir les miens, ma réponse sera négative. Peu importe le dieu qui a tes faveurs, je refuses de renier Athéna. Maintenant, j'avoue que tu as attisé ma curiosité et mon envie. Je recherche des informations depuis si longtemps que je pense accepter ta proposition.

Le ton se voulait ferme afin de clarifier la situation. Sans agressivité, Heed montrait qu'il n'était pas prêt à faire n'importe lequel des sacrifices.

- Tu souhaitais en savoir plus sur Osias ? Au-delà d'être mon maitre, il était un homme d'exception. C'est lui qui a fait de moi un saint. Il en était un lui-même. Son rang était celui de chevalier d'argent. Sa constellation protectrice était celle du Cerbère. Cela fait désormais trop longtemps qu'il a disparu alors qu'il était en mission à Constantinople. Voilà, je t'ai tout résumé. A toi de voir si je peux t'aider en retour, mais n'oublies pas ce que je t'ai dit.


Couleur: #10684
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t988-heed-bronze-saint-de-l
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Jeu 27 Oct - 16:52
Que s'exprime son interlocuteur, la Tarentule allait froncer ses sourcils pendant un instant. Ce jeune homme, il passait à côté de certaines subtilités relationnelles. Qu'elle en soit consciente à son contraire disait l'écart d'expérience. Un nouveau constat pour le moins déplaisant, mais cette irritation ne devait être que passagère ; sa patience restaurée.

-De la confiance ? Ce n'en est pas. Mais cela pourrait le devenir. Tu comprends ?

Marquant un silence durant un bref instant, Esther songeait à la raison motivant son action. Cela posait question, son vis-à-vis avait raison de le relever. Mais ils n'en étaient pas encore au stade où chacun s'exposait assez pour parler de confiance. Tout au plus le faisaient-ils un peu, mais la réalité tenait davantage d'une phase d'observation de l'autre. Douter de l'autre pour le comprendre, plutôt que de renoncer directement par une confiance trop hâtive. De toute évidence, la Tarentule n'était pas de ceux-là. Ce vers quoi elle tendait n'avait d'ailleurs qu'une vague ressemblance avec la confiance. En effet, il était plutôt question d'identifier les désirs de l'autre et ses interdits, pour vérifier la compatibilité de certaines de leurs causes.

Qu'il parle de son allégeance à la déesse Athéna, cette condition faisait s'esquisser un sourire amusé sur son visage enfantin. Une évidence, à ses yeux, car si elle avait bien cerné une chose de sa psyché, c'était son attachement au Sanctuaire. Lui n'était pas maudit, et avait toutes les raisons du monde de chérir son si confortable cocon. Leur plus grande dissemblance, à n'en point douter. En tous les cas, la petite fille se montrait des plus attentives tandis que son vis-à-vis acceptait d'en dire plus sur son maître à présent disparu.

-Il a disparu à Constantinople, et c'est ici que tu le cherches ?

Un brin de scepticisme sur son expression, avant de se révéler plus introspective, se pinçant la lèvre supérieure. Pendant un moment s'installait un nouveau silence depuis lequel la Tarentule réfléchissait aux pistes qui lui étaient laissés. Selon toute vraisemblance, il lui faudrait quelques précisions.

-Tu peux me dire ce qu'il était venu y faire ? Enfin, si déjà tu me le décrivais physiquement, cela me serait d'une grande aide...

Un nouveau coup d’œil jeté alentours, ces questions formelles allaient céder leur place à d'autres plus intimes, plus... dérangeantes.

-Quel genre d'homme était il ? Je me demande bien quel pouvait être son but. Peut-être même a-t-il trahi sa déesse pour s'en approcher. Après tout... tous ne tiennent pas sur des desseins supérieurs qui leur sont étrangers... J'en sais quelque chose... N'y as tu jamais songé ?




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
HeedavatarArmure :
Licorne

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
165/165  (165/165)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Mer 2 Nov - 18:25
La gamine le prenait-il de haut ? Il semblerait que nous. Sa remarque était sincère et dénuée d'ironie. Elle était, par contre, septique sur la présence du saint en ces lieux. Il était vrai que ses recherches s'étaient concentrées sur le village blanc alors que son maître avait disparu à Constantinople. Ça c'était ce qu'expliquait la version officielle. Si Heed pouvait passer pour un simplet, il n'en était pas un. Il savait très bien que parfois, pour ne pas dire souvent, les versions officielles étaient arrangées afin de masquer bien des faits.

- Tu as bien raison. Je recherche effectivement mon maître loin de Constantinople, mais on m'a dit que je trouverai des informations ici et ce soir. En un sens, ce n'est pas faux vue que tu te proposes de m'aider.

Il adressait un clin d'oeil plein de malice à son interlocutrice, tout en sachant très bien que cette dernière ne s'embêterait pas à lui répondre. Il se remémora ce qui l'avait amené jusqu'ici par cette nuit noire.

- Pour ta gouverne, je loue une chambre dans la taverne du village. Tu dois sans doute le savoir, les tavernes sont des endroits, on l'on eu apprendre beaucoup de choses. Ainsi, des types m'ont par lé d'un petit trafiquant qui aurait des informations concernant Osias. Le hic, c'est que je n'ai pas de nom. Juste une vague description. Au début, je t'avais pris pour lui.

Par réflexe, le saint tourna la tête. Qui sait, il pourrait poser ses yeux sur lui au bon moment. Raté, il reporta alors son regard sur la fillette qui semblait en pleine réflexion. Elle enchaîna rapidement sur une autre question. Savoir ce qu'il y faisait ? Heed n'en avait strictement aucune idée.

- Je n'en sais rien ! J'étais absent du sanctuaire à moment là. Je gagnais mon armure à Carthage et y restais afin de me perfectionner. Ce n'est qu'à mon retour que j'appris sa mort. Dès lors, je n'ai jamais cessé de douter. Tu pourrais me dire que je m'accroche à un souvenir pourtant, je sens qu'on ne m'a pas dit toute la vérité.

La première image d'Osias qui vint à l'esprit du chevalier de bronze fut ses yeux. Jamais il n'oublierait ce regard bienveillant.

- Je vais te le décrire. Osias était un peu plus grand que moi. Je dirais d'au moins cinq centimètres. Il était trapu. Il est grec et possède les attributs qui vont avec. La peau mate, le nez aquilin, des cheveux mi-longs bruns. Il a de grands yeux vert émeraude exprimant la bonté et la sérénité. Que pourrais-je te dire de plus ? Il ne possédait pas de signe distinctif particulier. Dit-il en haussant les épaules.

Il attendait de nouveau les remarques ou les questions de l'inconnue, mais ce qu'elle laissa supposer fit bouillonner son sang. Il fit un pas en avant et pointa le doigt dans sa direction.

- Comment oses-tu ? Je ne te permets pas d'insi...

Devant le regard calme de la jeune fille, il reprit son calme et adopta une posture moins agressive. Il croisa les bras signe que ces dernières questions l'avaient braqué.

- Pardon, je suis plutôt impulsif. Même si tes questions me mettent hors de moi, il est important de tout envisager. Je ne crois pas cela possible une seule seconde, mais tu as raison de poser la question. Non, je ne pense pas Osias capable de cela. Bien entendu, la dimension affective qui nous lie a pu altérer mon jugement.

Il mit les mains sur le côté et se pencha vers l'avant pour se rapprocher un peu plus de l'éveillée.

- Quant à moi, je n'ai jamais souhaité agir en mon nom. Je ne désire pas la gloire ou la richesse. Tout au plus, je peux être animé d'un esprit de vengeance et c'est sans doute déjà trop. Mais non, rien de ce que tu insinues ne me tente. Ni avant, ni aujourd'hui, ni demain. Jamais !


Couleur: #10684
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t988-heed-bronze-saint-de-l
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Jeu 3 Nov - 13:12
Un maigre sourire se dessinait sur son visage tandis que le jeune chevalier la rapprochait de ce chauve. En effet, il en obtiendrait le concours. Un retournement a priori imprévisible, car qui aurait pu prévoir qu'une gamine se mettrait en tête de l'aider ? Au moins le prenait-il avec un certain amusement. La vie réservait de nombreuses surprises. Elle espérait qu'il n'en rencontre que des bonnes, comme ce soir. Car s'il demeurait un étranger, cet homme lui était sympathique. En tous points différents aux siens, mais pas moins rafraîchissant en bien des aspects. Aussi le laissait-elle expliquer sa méthode, des plus recevables. Feignant de les découvrir, elle faisait mentir la longue période par laquelle son ombre se confondait dans la sienne, suivant ses faits et gestes. En revanche, il était dommageable qu'il en sache si peu sur la nature de cette mission. Tristement, sur ces mots, il semblait des plus sincères.

Subrepticement, la tenue de son regard allait vaciller. Mort ? Il cherchait un mort ? Les yeux légèrement plissés, elle écoutait ses paroles avec une attention augmentée, visant à mieux comprendre sa version et ses intentions. Ses yeux s'écarquillaient une nouvelle fois à la mention de Carthage, réprimant bien vite ces petites perturbations faciales. Son expérience de cette cité était encore fraîche, et guère heureuse. Esther en retirait un souvenir déplaisant, d'où elle avait été laissée dans le flou. Selon toute évidence, Carthage était la terre des mystères et la Tarentule ferait montre de méfiance en apprenant que son vis-à-vis avait obtenu là-bas son armure. Sans doute cela ne signifiait rien, mais la possibilité inverse ne devait pas être négligée. Au moins Heed redonnait-il de la cohérence à son propos, prétendant n'en rien croire à la version officielle. Ainsi il ne croyait pas en la mort de son maître et redonnait plus de légitimité à sa présente démarche. Au fond, d'espérer qu'il ait raison. Une pensée des plus étranges, de sa part, car elle ne le connaissait pas assez pour s'attacher au moindre sentiment. Se trompait-elle sur cette conviction ?

La description physique du disparu lui donnait le temps de reposer un peu son esprit, visualisant l'individu pour ensuite en retenir l'apparence. Les descriptions étaient riches et l'Araignée pouvait s'en ravir. Toutefois, la conversation allait se tendre après qu'elle lui ait retourné la possibilité d'une trahison. Pour la première fois, son air se faisait menaçant. Quand bien même, la petite fille ne perdait pas sa contenance. Son interlocuteur ne lui en donnerait pas le temps – de toute façon –, se reprenant assez rapidement. Il envisageait même la possibilité que venait de lui soumettre la jeune Berserker, de quoi la surprendre un peu. Selon toute vraisemblance, Heed était perdu et cherchait désespérément des réponses. Mais ce désespoir trouvait ses limites, comme le montrait son attitude alors défiante à son adresse. Pour une raison qui l'échappait, il prenait pour lui la remarque. Au moins était-il plus clair que jamais, mais cela le conduisait vers un regard qu'elle aurait aimé ne pas observer. Un regard teinté de mépris, d'après ce qu'elle en percevait. En outre, de quoi lui donner un goût amère dans la bouche.

-Tu aurais tort de prendre ces insinuations pour des invitations. J'émettais une simple hypothèse, ni plus ni moins. Et pour porter de tels jugements... tu me sembles bien étranger de l'oppression... Qu'il semble bon de se tenir de ton côté de la rive...

Son sourire avait disparu et le ton était sec. En l'occurrence, il lui avait été difficile de dissimuler son énervement, visiblement touchée par des insinuations dont cette fois, elle faisait l'objet. Ainsi, de son point de vue, elle se détournait de son dieu pour la gloire et la richesse ? Cet homme sous-estimait les entraves dont la plupart faisaient l'objet. Le désir de liberté pouvait recouvrir des intentions bien plus humbles que l'élévation sociale. Cela n'avait jamais été sa visée, plus intéressée par la résurgence de sa vie passée, en tant qu'humaine. L'image de sa famille lui revenait. La paix qui y était associée accompagnait cette image comme un lointain souvenir. Il s'y superposait les visions de ses familles successives, toutes détruites. Les pupilles tremblotantes, la Tarentule se contenait pour ne pas agresser ce chevalier. Peu importe que son regard présent lui soit insupportable. Faire montre de violence n'était pas dans sa nature. Lentement, sa respiration retrouvait un rythme normal, plus apaisé.

-Il me reste une dernière question : quand est-il parti ?




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
HeedavatarArmure :
Licorne

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
165/165  (165/165)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Mer 16 Nov - 6:57
Spoiler:
 

Une légère variation dans la voix de l'étrangère fit penser à Heed qu'il avait généré en elle des émotions négatives. La fillette était toujours en contrôle total, mais il sembla un instant au sein qu'elle fut emprunt à l'énervement. Au fond de lui, le chevalier de bronze jubilait. Quelques secondes plutôt, il s'énervait lui-même et voir qu'il pouvait provoquer la même chose en cette énigmatique fillette au visage placide, quelque part, le rassurait. Si elle n'était pas complètement humaine, elle gardait en elle une part d'humanité.

D'un coup, sa voix retrouva son neutre. Décidément, elle n'était pas n'importe qui, car se maîtriser de la sorte devait demander un vrai savoir et une expérience. Heed, lui, avait du mal encore à obtenir un tel sang froid. Son récent emportement le montrait bien. En combat, cette fille, devait être redoutable.

Il lui restait une dernière question et à partir de ce moment-là, elle tenterait de délivrer les informations qu'attendait depuis longtemps le disciple d'Osias. Cette petite fille aux étranges capacités se moquait-elle de lui ? Il l'apprendrait bientôt. Que se passerait-il alors si s'était le cas ? Et si effectivement ses informations se révèlaient être vraies ? A vrai dire, le garçon ne pensait pas vraiment aux conséquences liées à cet entretien. Il était comme ces gens avides de plaisir immédiat et qui seraient frustrés de ne pas avoir ce qu'ils désiraient à l'instant. Encore une fois, son côté impulsif reprenait le dessus.

- Depuis quand est-il parti ? Depuis trop longtemps... Pour être plus précis cela fait maintenant plus d'un an que mon maître a disparu. Difficile d'avoir de te donner une date précise, car j'étais absent du sanctuaire à ce moment. Je pense que son départ pour Constantinople, s'il est vraiment allé là-bas, remonte entre les mois de juin et juillet de l'année 549. Cela coïncide à peu près au moment où j'ai obtenu mon armure et mon rang de chevalier de bronze.

Il expira un bon coup avant de regarder son interlocutrice attendant d'elle un miracle. Était-il si désespéré au point de se fier à n'importe qui attendant de cette personne monts et merveilles ? Heed essaya quand même de rester lucide histoire de ne pas se faire manipuler facilement. Il était peut-être déjà trop tard...

- Alors ? Quand dis-tu ?


Couleur: #10684
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t988-heed-bronze-saint-de-l
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   Ven 18 Nov - 13:59
Attentive aux dernières bribes d'indication que pouvait bien lui concéder son interlocuteur, la Tarentule ne saurait que regretter le caractère lacunaire de ses informations. Le regardant placide, elle comprenait mieux ses difficultés à retrouver son maître, disparu tandis qu'il passait une étape importante de son existence à mille lieux de là. Ressentait-elle de la compassion à son adresse ? Leur expérience respective s'éloignait de trop pour que ce soit le cas. Au fond, l'Araignée se contentait de forcer l'intérêt, pour un dessein échappant à sa propre raison. Quand bien même elle parviendrait à exaucer le souhait de ce jeune homme, pourrait-elle fructifier assez ce lien pour justifier l'investissement qui aurait été le sien ? La jeune fille ne pouvait le savoir, et était bien obligée de laisser une part au hasard, dans ce calcul pour le moins approximatif.

Voilà presque une décennie que cet Osias ne comptait plus parmi les siens. Assez longtemps pour que la mémoire des hommes l'ait oublié. À n'en point douter, il serait difficile de trouver ses ancres à Constantinople. Peut-être même étaient-elles déjà devenues inexploitables. Jetant un regard derrière l'épaule du chevalier, en direction du sanctuaire, son expression devenait songeuse. Sans doute aurait-elle à s'y rendre, pour préciser la nature de cette mission. Mais le jeu en valait-il la chandelle ? Sa seule certitude était que cette recherche serait longue et laborieuse. Revenant aux prunelles de son vis-à-vis, Esther crut distinguer un moment une attente immédiate. Avait-il oublié la nature de sa proposition ? Fronçant les sourcils, la Berserker espérait que sa réponse ne serait pas reçue de la mauvaise manière.

-Tu me sembles sincère dans ta quête. Je respecte ça. Ta perdition m'est également plus claire. Tu en sais peu, et obtenir plus d'informations me prendra du temps... à supposer que j'en obtienne.

Ces derniers mots étaient murmurés et témoignaient son peu de conviction. Elle ne désirait pas donner de trop hauts espoir à cet homme. Quoiqu'il en soit, sa décision était prise, déterminée à trouver des réponses si de telles opportunités se présentaient. Il ne restait plus qu'à s'assurer une prochaine rencontre. Une question délicate, considérant la nature de leur pacte.

-Continue d'arpenter ces rues comme tu le fais. Un soir, avec de la chance, tu me trouveras au même endroit. En attendant, passe une bonne soirée, Heed.

Un sourire amical se dessinait sur son expression. Sincère ou non, son interlocuteur ne le connaissait encore que trop peu pour le déterminer. Et pourtant, de cette conversation, l'Araignée en retirait beaucoup, à commencer par une promesse. Disparaissant de sa vue, il ne tenait qu'au chevalier de considérer cette rencontre de façon similaire.

Citation :
Fin du RP pour moi !




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Début août 550] Au détour d'une ruelle [Esther]
» Au détour d'une Ruelle [Pv : Hana Takumi]
» Au détour d'une ruelle [PV Elsa & Icare]
» Au détour d'une ruelle [Livre II - Terminé]
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Rodorio-
Sauter vers: