Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mi Aout 550] Quand les roses se fânent (Nimue)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message [Mi Aout 550] Quand les roses se fânent (Nimue)   Ven 7 Oct - 10:32
Oedip


Glissant entre les gardes endormis, une ombre se faufilait sans rien dire. Ignorant qu'ils étaient face à celui pour qui ils devaient ce poste. Dans la solitude de ces coursives, de ces cris du coeur qui ravageaient l'âme. Le Pope s'avançait et passait à chaque côté des cellules en pensant au passé, à ces moments de solitude que les hommes connaissaient pour des fautes ou des erreurs commises contre la Déesse. Soudain, une ombre bougea dans une des cellules, un peu plus gardée que la normale. D'un signe de la tête, il invitait les deux gardes à se retirer et à donner les clés. Un bruit métallique. La porte s'ouvrit et il entrait à l'intérieur. Posant son postérieur sur le dallage froid des lieux, il grimaça un instant et posait devant lui une bouteille et deux verres en étain.

Son regard se levait vers la jeune femme.

Elle n'était plus rien. Enfin aux yeux des uns et des autres, elle était toujours Nimue des Poissons ou Nimue de la Sirène Maléfique. Pour Akritès, elle était simplement Nimue. Il attendit qu'elle se rendisse compte de sa présence et versait du vin dans chaque gobelet avec un sourire entendu.

- Orion... enfin Arbhaal... est vivant. Rassure toi. Tu ne l'as pas tué, tu n'as rien fait mais ton arme oui. C'est la raison pour laquelle la Déesse t'a délivré de la dernière épine qui fendait ton âme. Tu es maintenant face à toi même...

Aucune compassion dans ces mots pourtant chaleureux, Akritès connaissait plus que quiconque la douleur de perdre la personne que l'on aime. On entrait dans l'histoire en se cachant derrière un phare de lumière en espérant que cela l'illumine toute sa vie, puis, le noir, plus de lumière... On apprenait à en vivre et à rester debout mais on ne pouvait briser cette douleur. C'était l'hallali de la vie, de l'amour perdu... Nimue n'avait pas fini son chemin et Akritès le savait. Elle le savait. Mais elle était dans l'allégorie de la détresse en ce moment et personne ne pourrait l'en sortir par quelques mots simples. Il fallait simplement attendre l'embellie d'une nouvelle lumière et ce n'était pas au Sanctuaire qu'elle pourrait en profiter.

- La porte est ouverte derrière moi. Tu peux t'en aller. La Déesse estime désormais que nos derniers liens sont rompus à ce niveau là... Mais, elle te garde son affection. Aimer... Voilà un sillage dont tu dois te préserver, car c'est la douleur est la plus vive si l'eau qui en découle gèle pour toujours...

Il tendit alors le verre de vin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Mi Aout 550] Quand les roses se fânent (Nimue)   Sam 8 Oct - 15:00
L'Héautontimorouménos







Concentrée dans sa tâche Nimuë n'avait pas remarqué le grincement de la porte. Habituée à cette musique, elle n'y prêtait plus attention, tant et si bien qu'elle ne réagit que lorsqu'une voix familière et masculine la tira de son travail. Drapée dans un parfait immobilisme, plongée une nouvelle fois dans son monde silencieux, la belle redressa sa tête, cessa de moudre les plantes qui dégageaient une forte odeur caractéristique. Préparation destinée à calmer ses nausées. Essuyant son front d'un revers de la main, chassant les quelques mèches carmines devant ses yeux clairs, elle observa tranquillement le Grand Pope, ne l'interrompant pas alors qu'il énonçait une vérité déjà connue. Orion était vivant, il était venu la voir. En était née une nouvelle confrontation entre ces deux être éperdument blessés. Mais le lien était toujours là. Satine.

« Je le sais oui, il s'est présenté à moi il y a peu. » Fit-elle laconiquement tout en prenant place d'une manière plus confortable, notant avec un bref amusement, qu'enfin, quelqu'un songeait à lui apporter du vin. Le plus drôle étant que ce soit la Voix d'Athéna qui y ait pensé. « Son affection ? Je pense comprendre pourquoi. Toi aussi. »

Tutoyer cet homme pouvait démontrer une certaine note d'irrespect voire de défiance. Pourtant la O'Bannon n'entrait en rien dans un tel jeu, elle n'était pas suicidaire pas plus qu'elle était stupide : ils avaient une conversation à terminer. Il lui ouvrait bien des portes, captait son attention avec des sous-entendus qu'il était facile pour elle, d'appréhender. À moins qu'elle se fasse des idées ? Oh, la jeune femme n'était pas du genre à tourner autour du pot. Une « qualité » qu'elle partageait avec quelqu'un, une ombre, qui ne s'était pas encore manifesté pour elle. Et dont elle ignorait jusqu'à l'existence même.

« À ce niveau là ? Son Affection ? Aimer ? Drôle de conseil Grand Pope. Mais… j'entrevois ce que tu cherches à me faire comprendre. J'ai bien peur qu'il soit trop tard. L'eau gèle déjà. Est-ce si dramatique ? Peut-être, tant pis, je vais cesser de faire preuve de fatalisme. Comme toi, peut-être ? »


Une pause durant laquelle ses prunelles s'étaient plongées dans celle d'Akritès, résolue.

« Merci, ça va se mélanger parfaitement au tanin. »

Avec lenteur et précaution, la belle rousse acheva sa préparation qu'elle versa ensuite dans son verre. Dont elle fit un sort rapide. Elle retendit sa main pour être resservie.

« Il est très bon. Mais je ne mérite pas un si bon cru, sauf si tu attends quelque chose de moi et essaye de me mettre dans de meilleurs dispositions, chose que je soupçonne assez fortement. Mais je peux me tromper, Grand Pope. In vino veritas ! »






© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
 
[Mi Aout 550] Quand les roses se fânent (Nimue)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Quand on vit au milieu des roses, on en prend malgré soi le parfum. » (ft. Lucas&Ivy)
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» Les Roses De Versailles
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Prison du Sanctuaire-
Sauter vers: