Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Ven 14 Oct - 0:39
Chemin

Il oscillait entre sommeil et réalité, avachi sur son bureau, peinant à travailler, peinant à se reposer. Tellement de questions, de doutes et de craintes. Calista était elle aussi partie accomplir une mission qu'elle seule pouvait mener à bien, elle, Etoile au sang de feu, Atlas. Oh il ne doutait pas d'elle, non, pas un seul instant, mais le protecteur en lui aurait préféré à ce qu'elle reste ici, en Atlantis, en sécurité. A la manière de la réaction de son ami, Nereus du Kraken... Seulement cela il ne le fallait pas. Le Légat le savait mieux que quiconque.

Pourtant il eut un sursaut, soudain, éveillé par une force qui se dégageait subitement près de lui. Surprenant, oui, il ne s'y attendait pas. Le totem de la Sirène Maléfique s'était mis à vibrer, lui qui était là, dans la salle de travail du Légat, présence rassurante comme pour se prouver que, oui, Nimuë tenait sa promesse malgré tout... Mais ce son, ce signe, cet état dans lequel se trouvait l'armure d'orichalque ne voulait dire qu'une seule et unique chose : le Cosmos de Nimuë n'était plus réprimé. La Garde Oriflamme était libre. Brusquement alors il se leva, enfilant sa veste, ordonnant à la Sirène maléfique de revenir dans son urne. Il attrapa l'objet, le plaça sur son dos, prêt à filer comme une étoile vers le portail du Cap Sounion. Pourtant en passant la porte il s'arrêta brusquement, jetant un dernier regard derrière lui. Au mur, tenue par deux crochets, siégeait Celtos. Un petit retour en arrière pour la saisir, la placer à sa taille coincée par sa ceinture et le voilà réellement parti.

Il ne mit pas longtemps avant d'atteindre le portail en question, les murs étant tombés il était bien plus simple de gagner les bouts de la Citée Engloutie. Il ne guettait pas en arrière, Endymion saurait tenir Atlantis et de toute manière, dans quelques heures, ils seraient trois à pouvoir protéger leurs demeures, leurs Piliers et Temples. Oui, elle allait revenir et avec elle le lot d'implication : questions bien-sûr, une alliance aussi, mais surtout, oui, la confirmation de leur promesse. Être là.

Voilà donc le Légat arrivé au Cap Sounion, déjà il faisait nuit alors qu'il se dirigeait vers le port, hâtif de regagner le pont de "la Rose Sanglante". Un détail le fit tiquer en route cependant : Old John. Leur dernière discussion n'avait pas été des plus calmes et nul doute que la colère du Second n'avait pas du se tarir. Envers le Légat ? Peut être, oui, après tout il n'avait pas vu d'un bon œil cette mission qui impliquait un danger certain pour son amie, sa Capitaine... Et l'histoire lui avait donné raison, en un sens. Pourtant, le Cinabre s'approchait du navire. Il grimpa sur le pont par la planche, saluant les quelques matelots assis ça et là avec des bouteilles. Le temps avait dût être long pour eux aussi. Il soupira. Ne mit pas longtemps à trouver le Second, le visage de John trahissait son inquiétude.. Ils ne s'échangèrent qu'un seul regard et déjà le voilà hurlant ses ordres sur les hommes pour préparer le retour. Cinead descendit alors, se reposant sur le ponton, puis fit quelques pas pour en venir jusqu'au début du chemin qu'il avait emprunté alors il y a quelques semaines. Il fermait les yeux, inspirant lentement, se concentrant... Elle approchait oui, il la sentait alors, son aura... Sa force.

A ses côtés l'urne de la Sirène Maléfique. A sa taille la lame forgée, Celtos, sur laquelle il avait la main posée en bout de garde. Les yeux Cinabre se rouvrirent alors... Elle arrivait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Sam 15 Oct - 12:08
Retour







La nuit faisait tomber son voile obscur sur le Monde. Et elle accueillait les Ténèbres avec un certain soulagement. Ainsi pourrait-elle s'y fondre sans le moindre mal, empruntant le chemin qu'elle avait suivit lors de cette course entre elle et Orion. La cavalcade lui procura un sentiment de liberté, un soulagement tel que le tissu qui dissimulait ses traits et l'Oriflamme de sa chevelure rousse, s'envola. Qu'importe, cela n'avait pas vraiment d'importance. Elle poussa sa monture à la robe toute aussi enténébrée, à forcer l'allure. Partie dans un grand galop, Nimuë déboucha rapidement sur le chemin la menant au port. En vue du Cap Sounion, la belle se hissa quelque peu pour percer l'obscurité, entrevoir les pourtours de la « Rose Sanglante ».

Elle ne put s'empêcher de pousser son cri, celui qu'elle poussait avant l'abordage d'un autre navire. Très vite, la Sirène Maléfique capta du mouvement sur le pont. Tous se pressaient pour l’apercevoir, répondre à son appel avec force de hurlements, vivats et rires. Son œil s'était un instant attardé sur la forme qui se découpait tout en haut de l'embarcation et qui lui offrait de grands gestes. John. Son sourire se fit éclatant. Alors elle le vit. Le Cinabre.

Ne ralentissant pas l'allure, la pirate lâcha les rênes de son cheval pour se mettre debout, tenir en équilibre sur la selle. Sa cape se décrocha et elle rit, enivrée par cette douce sensation le spectacle joyeux qu'elle voulait offrir à son équipage. Leur capitaine était de retour. La Générale revenait chez elle. Drapée du haut blanc et rouge du Légat, celui-ci camouflait en bonne partie la robe dont elle s'était habillée, ou plutôt que la vieille Prêtresse l'avait enjoint à enfiler. Inconsciente du danger, son écaille, pourtant, se disloqua pour aller la recouvrir, lui rappeler que de telles acrobaties étaient désormais proscrites. Les ailes de son armure s'ouvrirent en grand et Nimuë quitta le dos de son hongre pour se poser, avec douceur et grâce, devant la Voix de Poséidon.

« Piou, je devrais avoir passé l'âge pour ces conneries, mais c'était trop tentant. Et puis, ils ont l'air si heureux ! »

Fit-elle après son entrée, tout sourire en désignant le bateau derrière eux. Une main reconnaissante et bienveillante se posa sur l'épaule de l'Atlas.

« Je suis contente de te revoir, que tu sois là, mais je ne doutais pas un seul instant de toi, Légat. »
La jeune femme l'observa un bon moment. « Tu as meilleure mine. »

Son œil de guérisseuse s'attarda encore un peu avant de se détourner, le porter partout, inspirant à pleins poumons l'air du soir.

« Allez viens, je suis attendue semblerait-il. Je ne voudrais pas les faire attendre. »

Sans y réfléchir la belle passa son bras sous celui du Légat, l'entraînant dans son sillage en se présentant à ses hommes parée de son armure toute étincelante sous la lumière blafarde de la lune. Radieuse Oriflamme. Qu'il était bon de sentir la présence du jeune futur Roi et de la Sirène Maléfique. De voir la joie sur les visages de ses pirates. Elle quitta son étreinte pour se jeter dans les bras que lui ouvrait son Second. John la souleva hors de terre pour la faire tourner, sous les yeux rieurs de tous.

« Emprisonner la princesse pirate ! Quel affront ! Heureusement que Cinead a trouvé les mots justes, sinon on prenait d'assaut le Sanctuaire ! »

Nimuë ne put s'empêcher de rire. Très vite elle fut entraînée par ses hommes qui la harassèrent de questions, de petites attentions aussi. Et elle s'y perdait au moins pendant un temps, glissa dans l'ignorance tranquille de cette double vie qu'elle menait. Avait mené. Capitaine, Générale. Et très rapidement elle fendit la foule qu'elle dispersa avec une promesse d'alcool, pour rejoindre Cinead. Un peu essoufflée, elle l'invita à l'écart du brouhaha naissant, s'éloignant pour prendre place à l'avant du bateau. Elle s'assit sur la proue de son navire, pencha la tête en arrière pour regarder les étoiles.

« Oh je dois te rendre ça ! »


Sortant de sa rêverie, la jeune femme quitta l'habit du Purificateur qu'elle tendit ensuite dans sa direction. Révélant dans sa totalité la robe en soie noire, la Sirène Maléfique se regarda un bref instant, pour rire.

« Hm, à croire qu'on complote contre moi pour être vraiment présentable face à la Voix des atlantes ! Merci, encore, pour tout ça. »






© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Mar 18 Oct - 21:03
Fete

Une folle cavalcade, farouche, telle la pirate qu'elle était, cheveux au vent. Le visage du Cinabre semblait alors s'illuminer et les cris derrière lui lui communiquaient un enthousiasme certain : la Capitaine était de retour. Et comme pour répondre au fait que l'on scandait son titre, la jolie rousse se mit alors à grimper pieds sur la selle de son canasson en équilibre. L'écaille eut alors une réaction étrange à côté du Purificateur, étant sortie de son urne sans que ni lui, ni la jeune pirate n'en ait émis le souhait. Avait agit seule, de sa propre initiative pour venir recouvrir sa porteuse en un instant. Allait-elle tomber ? Le Cinabre n'en eut pas l'impression. Avait seulement ressenti un besoin protecteur à ses côtés. Fait étrange s'il en était.

Après une courte, quoi que très gracieuse, envolée, la Générale vint poser pied à terre face au légat, affichant un grand sourire de satisfaction. Fière de son petit tour qui, il fallait l'avouer, avait fait son petit effet pour tout ceux sur le navire. Et le Légat aussi, un peu. Elle semblait avoir retrouvé vie, son Feu éclatant comme jamais. Puis elle posa sa main sur son épaule, sans coup cette fois, reconnaissante de la présence... Du fait qu'il l'avait attendue, simplement. Il ne put que lui répondre par un large sourire.

    - Toi aussi. Bon retour parmi nous, Générale.


Un peu de soulagement, il voyait qu'elle avait récupéré des couleurs, les joues moins creuses et les yeux plus vifs, toujours aussi intéressés lorsqu'il s'agissait de la santé d'autrui. Un regard bienveillant et agréable, ce n'était pas la première fois et ne serait surement pas la dernière. Tu n'as pas abandonné... Je n'ai pas douté un seul instant de toi non plus. Non, il n'avait fait qu'attendre son retour, préparer la défense de la Cité et... S'était quelque peu maudit de son impuissance, de n'avoir pu faire plus. Mais désormais, tout allait mieux. Déjà elle capturait son bras, comme elle l'eut fait en bas des marches, mais cette fois pour partir, pour regagner son navire et à terme Atlantis. Ils regagnaient ainsi le pont de "La Rose Sanglante", acclamés par tout l'équipage. Enfin, surtout elle. Car c'était là leur Capitaine, de retour, et tous semblaient l'apprécier, aimer être sous ses ordres. Suivre ses pas... Le Purificateur ressentait cela lui aussi, mais d'une manière plus directe. Être à ses côtés, en confiance.

John l'accueillit alors, la faisant tourner dans les air, il semblait être heureux en cet instant, comme si tout c'était effacé en lui. Ses ressentiments. Cinead observait la scène d'un œil intéressé joyeux. Rassurant. Il était bon d'être au milieu d'une telle tumulte, seulement de la joie, intense, tous ici étaient exprimaient leur joie. Tous riaient, un brouhaha régnait en plus du reste. Pourtant il n'en faisait réellement partie... Cette grande famille était la sienne, à elle. La leur. Oh il les respectait, chacun d'eux ! Et l'inverse était réciproque, mais jamais il n'aurait un tel contact avec eux... Une grande famille oui, alors il souriait, croisant les bras et se posant contre une rambarde de bois. Jusqu'à ce que Nimuë se sépare du groupe qui commençait déjà à faire un semblant de fête, il pouvait voir ses joues rougies par les attentions, par la joie aussi, et ce sourire qui ne voulait quitter son beau visage en cet instant. Tout était si différent de leur dernière rencontre... Tellement agréable, de la voir ainsi. Il se demanda, seulement, si tout ceci n'était pas simulé ou exagéré... Pour les siens, justement, ne pas les inquiéter. Il la suivait alors vers la proue, elle semblait vouloir discuter avec lui et il la suivit donc avec plaisir, constatant que l'écaille la quittait déjà, dévoilant une jolie robe robe noire qu'il avait entraperçue et surtout un vêtement sur ses épaules. Le sien... Elle l'avait gardé jusqu'ici ? Le Cinabre en était surpris, étonné vraiment, n'y avait pas plus pensé que cela... Mais elle oui. Une attention.

Tout en attrapant son vêtement, semblable à celui qu'il arborait en cette soirée, il l'observait rêveuse, regarder les étoiles... Puis elle même, Cinead put alors observer la beauté de son corps enfermé dans un vêtement des plus agréable à la vue. Ouvert ça et là, dévoilant sa peau blanche sans trop en montrer cependant.

    - Le complot marche à chaque fois j'ai l'impression. Tu es superbe...
    Quelques secondes et un léger sourire. Qui est le coupable ? Ce bon John n'a pu faire le coup cette fois hum... Non. La Mamie ?!

Il avait porté sa main devant ses lèvres durant sa réflexion, avant d'éclater de rire devant l'évidence de la réponse. Qui d'autre à dire vrai ? Cette vieille dame avait été des plus sympathique, tout du long et nul doute que ses longs soupirs manquaient déjà au Légat. Attachante et généreuses, une personne l'ayant marquée et lui ayant montré une voie plus sage en un sens. Lorsque, enfin, il arrêta de rire, non sans porter un regard complice à la jeune femme, il tapota le bout de la garde de l'arme qui était attachée à sa ceinture, non sans bomber le torse fièrement.

    - Avant que je ne te rendre ce qui est à toi, j'ai deux questions à te poser Nimuë. La première... hum. Est-ce que... t'ont-ils fait du mal ? De quelque manière que ce soit ?
    La pirate Atlante pourrait lire sans aucun mal, tant dans son esprit que des ses yeux, l'inquiétude profonde de son Légat. Et la deuxième, as-tu réfléchis à l'idée que je t'ai soumise ? Es-tu d'accord ?

Pourtant, malgré sa question, le soucis qu'il se faisait par rapport à elle, au fait de n'avoir put-être là... Il arborait de nouveau un large sourire, confiant à l'idée de sa deuxième question, annonciatrice de choses bien plus positives... S'en doutait-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Jeu 20 Oct - 16:22
Honneur







À mesure de ses réflexions, la belle souriait de plus en plus, amusée par tout ceci, libre, enfin, de s'envoler si elle le désirait. Nimuë fit mine d'être gênée par le compliment, mimant une posture embarrassée, allant jusqu'à parer ses joues d'un peu de rouge. Avant de lui lancer, taquine :

« Eh bien Légat comme tu y vas ! Je ne savais pas que mes robes te plaisaient à ce point ! Heureusement qu'il y a de bons comploteurs, parce que les occasions seront rares. Du moins, je l'espère. Non, mais, sérieusement, tu n'imagines pas à quel point ces choses sont peu pratiques, tu sais ? » Un clin d’œil. « La Mamie, oui comme tu dis si bien. Et pour te répondre, j'ai été très bien traitée. Rassure-toi. »

Elle voulait calmer cette inquiétude grandissante chez lui, présente, trop souvent à son goût dans ses prunelles. Le futur Roi était toujours très inquiet pour ses sujets, mais elle avait peur qu'un jour ou l'autre, cela le desserve. Et puis, il y avait l'idée qu'il lui avait soumise en plein cœur de sa cellule. Une garde Oriflamme. La jeune femme avait effectivement pris le temps de considérer la question sous tous ses aspects, et pour celle qu'elle venait de poser, encore en sentant cette « fragilité », la belle ne put que lui répondre :

« J'accepte. »

Pas besoin de réflexion, malgré tout ça, malgré le fait qu'elle soit à présent celle qui allait annoncer la Vie. Après tout, elle était soldat et elle lui avait promis de veiller sur Atlantis, de protéger sa famille. C'était tout ce qui importait. Le reste… Elle allait le taire pour l'heure. Éluder la vérité pour aider celui qui croyait en elle. Pourquoi risquerait-elle de le décevoir ? Cette option n'était pas envisageable pour la pirate et fière O'Bannon.

« J'en serai honorée, Légat. Je pourrais ainsi te maltraiter à ma guise, j'espère que tu en as conscience ? Tu ne changes pas d'avis ? Bien ! Parce que c'est trop tard de toute façon. »


Fit-elle en riant, trompant son appréhension derrière un masque goguenard. Et comme la Générale était habituée à en porter ! D'ailleurs, elle devait bien se l'avouer, parfois, le sien lui manquait. Il était plus simple et évident de jouer un rôle, parfois. Tant pis, elle saurait composer sans.

« Je serai digne de Celtos et de l'honneur que tu me fais. »

Elle était sincère, comme toujours.

« Hm… mais à quoi consisterait mon rôle très exactement ? Je vais devoir jouer les gardes du corps, ni plus ni moins, c'est ça ? Par contre, s'il te plaît, évite de m'embarquer dans des aventures « diplomatique » à l'avenir. Hm ? »

John s'approcha d'eux pour leur offrir une coupe de vin. D'un sourire elle remercia son second et attendit qu'il soit partit pour abandonner son verre sur la rambarde. Cela lui ressemblait peu de ne pas faire un sort à toute boisson alcoolisée mais Cinead remarquerait-il ce détail ?




© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Sam 29 Oct - 1:42
Fier

Il répondit alors à ses joues rouges, son air discret et sa phrase par une réaction similaire, détournant brièvement le regard avant qu'elle ne vienne à plaisanter quant au fait que porter de telles mises était assez contraignant. Il voulait bien le croire surtout pour les serviteurs d'un Dieu, combattants pour lui. Satine lui avait dit la même chose, oui... Pourtant il ne pouvait nier qu'habillée d'une telle manière une femme était réellement ravissante, agréable au regard. Puis le soulagement... Tout s'était bien passé, au final, relativement... Tout aurait été mieux sans cela, oui, mais aucun mal ne lui avait été fait et là résidait le plus important, il soupira un instant en fermant les yeux... Avant d'éclairer son visage à nouveau. Elle acceptait son offre. Sa garde. Le sourire du Légat fut lourd de sens tout comme la flamme dans ses yeux, légère et fine.

Alors Nimuë lui prêtait un genre de serment à sa manière, digne de ce qu'il connaissait d'elle : pleine de moqueries agréable et de jeux. Il la retrouvait alors, cette jeune femme pétillante. Le maltraiter à sa guise ? A quel épisode faisait-elle allusion ? Les coups qu'elle lui mettait fréquemment ? Cette petite sortie dans cette auberge ? Lui faire fermer sa robe chatoyante ? Il esquissa un non de la tête à sa question, savoir s'il ne changeait d'avis, sans lâcher son sourire. Lui aussi avait murement réfléchi pendant ces longues nuits et journées. Ce qu'il appréciait en cet instant, c'était le regard que lui portait la jeune Atlante. Sincère, alors qu'elle affirmait qu'elle serait digne de Celtos et de l'honneur du Légat. Cela il n'en doutait pas un seul instant. Une femme étrange que la Sirène Maléfique, ses actes étaient impulsifs, propres à elle, frivoles, libres tout simplement. Il était aisé de penser qu'aucune confiance ne pourrait lui être portée, plus encore si on observait les récents évènement de l'extérieur. Pourtant le Purificateur croyait en elle, avait su lire une fidélité sans faille, une parole unique et véritable. Par des gestes, une main tendue, une acceptation de lui, cet inconnu venu du nord qui se disait être un fils d'Atlas. Elle l'avait cru, l'avait accepter simplement... A sa manière oui. Et puis, dans cette cellule... Elle avait prononcé son prénom.

    - Je n'en doute pas, Nimuë. Ton rôle sera simple : me protéger, me conseiller, me seconder même parfois... Tu as dit que tu serais toujours là, je t'ai pris au mot. Je crois en toi, énormément, et sais que tu ne me décevras pas.


Qui d'autre qu'elle pour être aux côtés du futur Roi ? De le défendre et le préserver de l'extérieur ? A vrai dire il n'aimait pas cela de base, ce postulat d'être une personne "au dessus" des autres... Cependant il avait compris que de sa vie en dépendait bien des autres. Si lui n'était plus là, qui reprendrait son flambeau, qui serait assez juste pour guider son peuple ? Alors, il avait accepté le fait qu'il lui fallait de l'aide, une protection, et pour cela il ne voyait personne d'autre que celle qui l'avait accepté en faisant fi de son statu, lui avait tendu la main pour l'aider à progresser, à devenir plus fort. Seconder oui, c'était le mot. Il attendait d'elle des enseignements encore, reproduire tout cela. Une relation de confiance dans laquelle il savait qu'il pouvait y poser sa vie et son avenir. Car elle ne le traiterait pas comme un supérieur, mais un égal. Cela était important aux yeux du Cinabre. Les Hommes sont égaux devant les Dieux. Alors il était satisfait. Ils échangèrent un regard au moment où John leur apporta un verre de vin, attentionné comme toujours et il possédait un air ravi sur son visage. Nimuë remerciait John brièvement et alors que Cinead s’apprêtait à lever ton verre en regardant la belle droit dans les yeux, il la vit poser le sien.

    - C'est d'accord ! Mais tu n'aimes pas le vin ? Bizarre, j'ai découvert ça y'a pas longtemps et...
    Il porta le verre à ses lèvres avant d'en avaler une bonne gorgée, semblait ravi par cela. Puis le déposa, ne souhaitant pas boire cela seul, si elle n'aimait pas. ... et j'adore ça ! Celui-ci est assez bon oui ! Bref ! Maintenant Générale... Et tout en l'appelant il commençait à dégainer lentement Celtos de sa ceinture. ...J'aimerai que tu poses un genou à terre. Fais moi confiance, une vieille tradition Atlante.

Il ne doutait pas du fait qu'elle s’exécuterait, non sans se poser des questions pour sur ce qu'il lui demandait là. Oh il ne douterait pas qu'elle allait les lui poser, mais il la regardait avec une certaine bienveillance et son sourire habituel. Il tourna le visage un court instant vers la foule qui commençait à festoyer. Le Légat éleva alors son cosmos chaleureux tout en levant la main et élevant la voix.

    - Messieurs ! Messieurs ! Je vous demande quelques secondes d'attention et de calme pour votre Capitaine. Merci.
    Le calme se fit alors, intrigués par ce qui allait se passer. Au final que la belle soit à genou ou non ne changeait pas grand chose à cette cérémonie improvisée, alors il commençait. Moi, Cinead Atlas, Voix de Poséidon en ce monde, futur Roi d'Atlantis, te nomme, Nimuë O'Bannon, premier membre de la Garde Oriflamme. Par ces gestes, et de cette cette lame, je te remets ce titre et ce rôle qui est désormais le tiens. Tu feras tienne cette épée, symbole de ton appartenance à notre peuple et à ma protection.

Il avait alors frôlé ses épaules l'une après l'autre de la lame de Celtos, avant de se pencher vers elle et de la lui remettre à l'horizontale, face à elle, paumes ouverte et sans la tenir pour qu'elle puisse enfin la prendre en main. Cette œuvre faite pour elle, ce présent qui était, désormais, plus que justifié. Il lui souffla alors, sans qu'aucun ne puisse l'entendre, face à elle. Aucun bruit alors en cet instant pour le moment.

    - Merci, Nimuë.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Sam 29 Oct - 11:42
Père







Il lui avait répondu que son rôle serait simple. Or d'expérience la Capitaine pirate savait que rien n'était jamais aisé en ce monde. Une réalité que le Légat allait devoir garder en mémoire. Le protéger, le conseiller et parfois même le seconder ? En voilà des tâches bien ardues, était-il convaincu de son choix ? L'Atlas paraissait voir des choses chez elle qu'elle ne suspectait pas. Une loyauté sans borne, une force et un courage que la belle, bien que consciente d'en être tout à fait capable, tout soldat qu'elle était, il y avait un petit quelque chose qui la faisait vaguement douter. Pour autant, Nimuë O'Bannon n'avait qu'une seule et unique parole que jamais, elle ne saurait transgresser. Un code d'honneur étendu jusqu'à sa troupe de bandits des mers. Et au moindre manquement…

Ses yeux quittèrent la robe carmine qui dansait dans le verre qu'elle venait de poser pour croiser ceux du représentant de Poséidon. La question la rendit vaguement mal à l'aise, une impression qu'elle effaça très rapidement derrière une expression enjouée. Que le port du masque lui manquait en cet instant ! Intriguée, la jeune femme observait la lame être peu à peu dégainée jusqu'à ce que Cinead lui demande de poser un genou au sol. Sa tête rousse se pencha sur le côté, une vieille tradition atlante ?

« Pour quoi fou... » la belle fit mourir sa question dans l’œuf, captant aussitôt la bienveillance dans le regard du jeune homme à la longue chevelure de feu. « Bien, Légat. »

Accompagnée par le cosmos aux effluves si particulières de la Voix des atlantes, Nimuë, surprise par l'éclat qu'il faisait pour elle, baissa humblement le regard. Plia son genoux pour lui obéir. Soldat. Oh elle songea à Childéric, au Lion d'Or qui serait vraisemblablement curieux de la voir obtenir pareil titre, un autre, encore parmi ceux qu'elle avait su acquérir, seule.

« C'est pas un poil exagéré Légat ? » ne put-elle s'empêcher de murmurer à son adresse, pas certaine d'être entendue.

La mise en scène n'était pas pour lui déplaire, quand bien même la belle ne s'était pas attendue à pareille distinction. Généralement l'ancienne Sainte des Poissons préférait évoluer dans l'ombre sans jamais être trop remarquée. Pour le coup, c'était raté mais les hommes, curieux, entraient dans le jeu avec quelques acclamations à la fin du petit manège du Cinabre. Des ovations qui se muèrent en parfait silence quand, puissant et imposant, une autre énergie explosa. La masse s'écarta à l'approche d'une unique personne qui la fendait, comme un navire fauchant une vague. Et cette ombre -depuis quand était-elle dissimulée dans les ténèbres ? Personne ne saurait le dire- applaudissait, perturbant ce glorieux silence imposé.

Un être tout encapuchonné, d'un pas conquérant, approchait. Nimuë, se saisissant avec rapidité de Celtos, s'interposa devant le Légat. Ses mains ressentirent alors une intense et agréable chaleur qui entra en résonance avec sa propre essence, la laissant toute pantoise. D'un geste, en se ressaisissant, elle commanda à Cinead de reculer.

« Putain, qu'est-ce que tu ressembles à ta mère. Bon, t'as hérité de ma crinière et de la couleur de mes yeux, et sans doute de mon caractère de merde, mais pour le reste… ah… »

Elle l'interrompit, sèchement.

« T'es qui connard ? »


L'autre, hilare :

« Tu vois, qu'est-ce que je te disais Cinabre ! Une vraie O'Bannon ! »

Il esquissa une révérence tandis que d'un geste lent, il découvrit son visage. Immédiatement, la belle fut happée par la profondeur de ses iris. Qu'il en imposait, cet homme-là, avec sa longue chevelure attachée en catogan dans son dos, sa mâchoire volontaire mangée par une barbe épaisse mais bien taillée, l'éclat et l'attrait qu'il produisait chez elle, s'étendant au reste de son équipage. Un respect profond que la jeune femme balaya très vite.

« Te voilà enfin ! T'es mon enculé de père! »
Un ricanement pour toute réponse : « Aoden O'Bannon, ton enculé de père oui, ma fille et... »

L'ancien porteur de la Sirène Maléfique n'eut le temps d'achever sa phrase qu'une tempête carmine se rua sur lui. Un sourire s'esquissa sur ses lèvres et une drôle de danse débuta…




© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
CineadavatarArmure :
Scale de Polyphème

Statistiques
HP:
220/200  (220/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Jeu 1 Déc - 0:06
Pere


    - Les traditions Générale. Les traditions.


Avait-il soufflé en réponse, un poil las mais en affichant un large sourire satisfait. Il était content de lui, de voir qu'elle s'était prêté au jeu et avait accepté son présent, tant honorifique que physique. Celtos était désormais sienne, tout comme la charge de protéger le Légat désormais... Comme il le lui avait expliqué plus tôt d'ailleurs à dire vrai. Cinead se releva alors lentement non sans regarder fièrement sa Générale toujours agenouillée. Il semblait satisfait, allait tourner son regard vers les hommes de cette dernière pour observer leur enthousiasme et ne plus l'entendre seulement. Ce fut à cet instant qu'une énergie que l'Atlas reconnu en un instant... Son regard se fit alors bien plus sérieux, moins détendu. La foule se divisait en deux pour le laisser apparaitre et venir. Plus un bruit si ce n'était celui de ses pas, des cliquetis de son accoutrement si particulier. Homme imposant, non pas par sa taille mais par sa simple présence. Il dégageait quelque chose de puissant. Le respect. Oui, le Légat respectait cet homme bien que sa présence ici lui semblait bien étrange.

Nimuë s'activa alors presque instinctivement, saisissant son arme et se relevant, d'un pas rapide se plaça devant le Cinabre en lui faisant signe de rester à l'écart. Le Légat soupira alors sans bouger, conscient de ce que cette rencontre représentait et de l'état de méfiance certain dans lequel se trouvait la Sirène Maléfique. Inutile de dire quoi que ce soit, l'homme encapuchonné allait s'en charger bien assez tôt il n'en doutait pas un seul instant. Et il attaquait fort, si fort que Cinead écarquilla les yeux : il y allait directement, comparant la jeune femme à sa mère. La réponse de la Générale fut... à peu près celle qu'il avait imaginé à dire vrai, fidèle à elle même et à son franc parler. Nul doute que la suite allait être mouvementée. Aoden désigna alors le Cinabre sur la nature même de Nimuë, ce à quoi le Légat répondit en plaçant son poing devant sa bouche, son coude appuyé sur son autre bras plaqué sur son ventre... En effet, oui, il existait bel et bien une ressemblance entre eux quand bien même ils ne s'étaient jamais rencontrés. Troublant en un sens, pas étonnant pour un sous lorsqu'on connaissait un tant soit peu des deux individus.

La Générale bondit alors sur son père, ayant rapidement déduit son identité et n'en semblait pas réellement ravie. C'était à prévoir, tout autant que ses insultes. Le franc parlé délicat des O'Bannon... Cinead commençait à s'y faire avec le temps, pourtant il n'était pas d'humeur à rire en voyage la rage dans les coups de sa Garde Oriflamme. Ils commençait alors à danser, le père esquivant avec fluidité les coups pourtant rapides et précis de la fille. Voilà un spectacle qu'il aurait été intéressant de regarder en d'autres circonstance, seulement la présence du Grand Amiral ici même voulait dire une chose simple : quelque chose, encore, avait bougé. Et s'il se dévoilait à sa fille, en cette nuit, ce n'était pas sans but. Rien n'était laissé au hasard avec cet homme. Un ami digne de confiance aux yeux du Cinabre, oui, et extrêmement prévoyant. Cinead profita d'un moment d'écart ou chacun préparait un nouvel assaut, la lame cachée d'Aoden laissait refléter la lune sur sa tranche dévoilée tandis que l'arme dorée de Nimuë commençait à se parer de flammes bleutées, levée au ciel prête à s'abattre sur "Nhaerys".

    - Il suffit !


Acompagnée de cette phrase prononcée d'une voix forte s'était rajouté le Cosmos de Feu du Légat qui venait d'éclater comme pour souligner son ordre. Il avait alors bondit entre les deux O'Bannon, prêt à recevoir leurs coups s'il le fallait. Nuls doute qu'aucun des deux ne l'aurait fait... Ou alors seulement Aoden peut être, mais pas maintenant. Il commença par regardé la Générale qui semblait animée d'une certaine rage. Saurait-elle comprendre le regard du Légat en cet instant ?

    - Nimuë... attends.
    Il tourna son regard vers le Grand Amiral en levant ses deux mains paumes ouvertes vers le père et la fille. Aoden ? Nhaerys ? Tu débarques il y a quelques jours en te présentant comme tel et aujourd'hui tu dévoiles un autre nom... Quel est la vérité au final et qu'est-ce que tu fais ici ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t945-cinead-atlas-de-polyph
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   Sam 3 Déc - 11:17
Vérités







Tous les deux se stoppèrent face à l'ordre du Cinabre, obéissant sans réfléchir. Pour autant la fille continuait de regarder son père avec un regard noir qui en disait long sur ses prochaines attentions. Mais le Légat lui demanda d'attendre, sous entendant par là qu'elle devait calmer son cœur. Son feu l'y aida sans qu'elle le comprenne d'abord. Celtos brillait dans sa paume, irradiait d'une douce chaleur pour toute réponse à l'éveil du cosmos de son créateur. Alors, doucement, Nimuë abaissa sa lame. Cinead et elle paraissait être placé sous la même enseigne avec ce menteur : homme fourbe et calculateur qui ne put s'empêcher d'avoir un sourire, même dans cette circonstance.

« Il est peut-être temps que la vérité éclate en effet. C'est pour cette raison que je me dévoile ce soir. Même si cela fait un moment que je vous suis. Toi plus encore ma fille. » Il marqua une courte pause en allant s'adosser à une poutre de bois. « La vérité ? Elle est toute simple. Je suis en quelque sorte l’Église et l’État, Cinabre. Mais je suis bien plus de choses encore. Le légendaire Nhaerys, Grand Amiral de Poséidon. Aoden O'Bannon qui l'est tout autant mais pour d'autres raisons. Ils ne sont qu'une seule et même personne. Je suis l'oreille de notre Dieu. Son bras armé, quand il le désire. L'Ombre d'Atlantis. »

S'ils percevaient une once de fierté dans sa voix, c'était effectivement le cas. Aoden ne cachait en rien ses nombreux titres, s'apprêta à continuer lorsque Nimuë l'interrompit en lui riant au nez.

« L'homme qui a abandonné sa fille à son triste sort et qui l'a visiblement regardé se débattre contre un Destin qu'il aurait pu lui éviter. »
Le vieux forban accusa le coup sans ciller. Pourtant au fond, l'homme s'y était préparé et en souffrait. « Oui, oui je suis ton enculé de père, cela, nous l'avons bien saisi, jeune fille. Il n'en demeure pas moins que j'avais mes raisons. Je regrette tout cela, vraiment et... »

Nimuë rit plus fort, prit à partie la Voix de Poséidon en désignant son père d'un index inquisiteur.

« Tu as entendu ça Légat ? Il regrette ! Quelle chance, je suis tellement soulagée de savoir qu'au fond de ce connard réside un cœur. Je serai presque soulagée d'appartenir à une famille si haut placée, manipulatrice et orgueilleuse, n'hésitant pas à évincer sa propre progéniture pour s'élever plus encore ! »


Ils se taisaient, au moins pour un temps. Plus loin la fête battait son plein, ignorants tout de cette discussion houleuse qui prenait un bien effroyable tournant. D'une inspiration, la fille d'Aoden continua son récit :

« Il savait donc depuis le début. M'a regardé me perdre sur un chemin fait de noirceur et de sang. De roses empoisonnées ! M'a laissé être désabusée par la Vie, devenir une Bête de Sang, un Poison, un Ermite. Une Sainte alors que ma place n'était pas auprès d'Athéna. Par ta faute j'ai été marquée par la Rose noire. »

L'air sombre qui s'installait chez Aoden était criant d'une vérité douloureuse.

« Les Roisin Dubh… Je ne pouvais pas savoir que Mebd parviendrait à te... » Ses poings se crispèrent. « Tout m'a échappé, Nimuë. Comme toi en voulant sauver ce que tu voulais sauver. À croire que les O'Bannon sont dotés eux aussi d'une malédiction. Mais j'ai promis à ta mère de t'éloigner d'Atlantis. De te garder de ce qu'il se préparait à l'époque, la guerre avec les Saints, les complots au sein des Familles. D'une révolution toujours en marche, tu dois le sentir toi aussi Légat, non ? Ou Poséidon ne t'as t-il pas informé de la lutte des Sang-Pur ? »

Il s'était tourné vers le jeune homme, revint vers Nimuë.

« Cela n'excuse rien, mais j'étais sous serment. Le suis encore. Je me devais de te protéger et se faisant je t'ai précipité dans des maux bien plus durs à supporter. Mais si, ta place était avec Athéna, pendant toutes ces années. Si elle t'a accordé sa protection, ce n'est pas pour rien. Et j'ai une dette envers la Dame aux yeux Pers. C'est pour cette raison que je suis venu te trouver, Cinabre, à Rodorio, avec le Grand Pope. Qui est un ami de longue date. »

Un soupir.

« Tu résumes cela à un mal nécessaire, alors ? Que je dois accepter sans sourciller ? » L'homme baissa la tête. « J'ai bien peur que oui. Mais Nimuë, regarde où tu en es aujourd'hui. Ce que tu as dans la main. Où tu es. Ce que tu vas devenir bientôt. »

Les sourcils de la belle se rejoignirent au milieu de son front. Cela faisait beaucoup de choses, bien trop, pour elle.

« Bientôt Amphitrite va t'appeler, comme ta mère avant toi. Pour devenir sa Sorcière Bleue. La Gardienne de la Stella Rubius. C'est pour cette étoile que j'ai œuvré pendant toutes ces années. Ce trésors qui appartient à notre famille, et qui par sa faute nous attire toute la convoitise des Autres Sans Purs. Et de la Sorcière Noire... »

Pour une étoile scindée en deux et qu'il sortit sous les yeux du Légat et de Nimuë.




© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mi-Août 550] Voyage d'une promesse (Nimuë)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du voyage
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Reste du Monde-
Sauter vers: