Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuroraavatarArmure :
Marina de Circé

Statistiques
HP:
180/180  (180/180)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
244/244  (244/244)
Message [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Mer 19 Oct - 13:50
Cet endroit était réellement magnifique. Et ces Atlantes étaient véritablement en avance sur leur temps. Aurora ne pouvait pas nier être impressionnée. Son Général avait en charge la protection du Pilier de l'Atlantique Sud et elle avait donc eu le loisir de prendre ses quartiers à proximité de ce dernier. Après tout, en sa qualité de Capitaine des armées de Poséidon, il était de sa responsabilité de prêter sa force en cas d'attaque. La sauvegarde de ces piliers était la priorité absolue des Généraux. Eux qui supportaient ce ciel gigantesque au dessus de leur tête.

Ces deux dernières années avaient été difficiles. Mais elle avait fait le plus dur, elle en était convaincue. Après tout, son objectif se rapprochait peu à peu. Elle avait intégré l'armée de son Seigneur et maître. Elle avait rencontré son Général. Et même s'il lui faudrait encore pas mal de patience avant d'entreprendre son projet, elle n'en était que plus motivée. Les forces qu'elle avait perçue ça et là étaient toutes terrifiantes. Il fallait au moins ça pour résister aux ennemis de leur dieu. Mais elle ne craignait pas ces puissances. Elle atteindrait rapidement leur niveau. Elle les dépasserait. Poséidon méritait d'avoir la meilleure à ses côtés et elle ne doutait pas un seul instant d'être celle qu'il lui fallait. Ambitieuse, elle n'abandonnerait pas ce projet.
    - Nous sommes sur le territoire du Général de Chrysaor. Pilier de L'indien. Sur ces terres se trouvent les forges nécessaires à l'élaboration des armes d'Atlantis. Je ne connais pas l'actuel possesseur de la Scale, néanmoins.

La voix de Miria fit sortir Aurora de ses songes. Elle levait les yeux pour contempler cet autre pilier qui se dressait au loin. Ils n'étaient pas encore proche de ce dernier mais quelque chose d'autre attira son attention. Les jardins étaient magnifiques ici. La jeune femme s'approcha de la fontaine la plus proche d'elle, effleurant la surface de l'eau de ses doigts. Les ondes parcoururent la surface du bassin. Elle ne put réprimer un sourire. Elle se sentait apaisée en ce lieu. Il y avait longtemps que sa conscience n'avait pas été ainsi en paix.
    - Il y a ici des jardins et des fontaines magnifiques et toi tu ne parles que de forges et d'armes ? Pauvre Miria. Ne profites-tu jamais des bienfaits de cette vie ? Tu es si triste. Presque pathétique. Heureusement, maintenant je suis là. Pauvre chérie.

Elle extirpa ses doigts de l'eau afin de les essuyer avec nonchalance sur les vêtements de son ancien maître. Aurora n'était pas énervée, pourtant son ton était tout à fait condescendant. Presque insultant. Et Miria ne pouvait rien dire. Bien qu'elle soit l'ancienne porteuse de la Scale de Circé, elle n'avait pas eu la puissance nécessaire pour résister à l'âme de l'antique sorcière. Elle avait prit en main l'entraînement d'Aurora mais s'était rapidement aperçue que cette dernière dépassait de loin son niveau. Et depuis leur retour ici, elle avait été dans l'obligation de regagner l'armée régulière d'Atlantis. Elle qui avait été Capitaine par le passé. Elle était repassée simple soldat.

Elle éprouvait une grande honte. Ainsi gardait-elle le silence. Surtout qu'elle avait appris à connaître son élève. Son caractère. Sa façon d'être. Sa véritable personnalité. Pas celle qu'elle montrait à tous, qui n'était que de la poudre aux yeux. Miria savait que cette femme était un véritable démon. Et elle en avait peur. Parfois, elle regrettait de ne pas l'avoir abattue quand l'occasion lui avait été donné. Il était trop tard aujourd'hui. Aurora le savait, elle connaissait le fond de sa pensée. Elle s'amusait clairement de la situation.
    - Va, maintenant ! Laisse-moi profiter de ce moment seule.

Elle s'assit sur le rebord du bassin. Miria ravala sa colère puis fit demi-tour. Qu'il était bon de profiter de ce moment de quiétude. Cet endroit était proprement merveilleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1321-aurora-marina-de-circ
JelanavatarArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Jeu 20 Oct - 13:20
Un murmure chantonnant. Un air qui encore et encore, venait glisser hors de sa gorge telle une mélopée réconfortante. Délicate. Nul mot à proprement parlé venait s'échapper de ses lippes, seulement cette mélodie qu'il connaissait par cœur et dont il appréciait l'écho. D'un pas presque dansant, l'enfant parcourait son domaine, observant les passants, les activités dont chacun s’acquittait par habitude. Par nécessité. Les forgerons qui martelaient leur précieux métaux, les soldats qui s’entraînaient, gardaient, surveillaient. Devant lui, certains s'inclinèrent, se souvenant que cet étrange enfant à l'allure solaire était aujourd'hui leur seigneur. Et lui leur souriait simplement, leur offrant parfois un signe de main ou un éclat de rire. Quelques paroles de temps à autre. Il ne se lassait guère des regards ahuris, surpris ou troublé lorsque certain apprenait qui il était. Ce qu'il était aujourd'hui. Et il s'en amusait chaque jour au plus grand désarrois de certain de ces soldats dont il avait la charge. Mais pas tout de suite. Là, il voulait profiter de son domaine. Et pourquoi pas... trouver quelque chose d'intéressant. De divertissant.

Un éclat de cosmos. Ô, ils étaient nombreux par ici. Des éclats de différentes intensités, de différentes envergures. Des souffles ou des brises, des murmures ou de véritable chant s'élevant plus clairement dans les cieux azurés. Une mélopée. Son sourire se fit plus prégnant alors que ses lèvres laissaient s'échapper quelques mots. Les premières paroles de cette chanson ancienne. D'enfance. « Yurari Yureri... » Ses pas assurés le menèrent jusqu'à une calme place dans laquelle la verdure demeurait première. Au centre de cette dernière, une fontaine magnifique trônait, l'eau coulant à flot dans son bassin de marbre. Il ne lui faudrait que quelques mètres supplémentaires pour atteindre les thermes. L'adolescent aimait son domaine. Sa beauté, son utilité, son calme et sa créativité. Des artisans, des forgerons, des simples badauds... et des soldats. La guerre côtoyait son art le plus précieux, se mélangeait même... presque sans heurt. Alors qu'il s'approchait, des paroles s'envolèrent jusqu'à lui. Des mots de femme. Ses doigts glissèrent dans l'eau alors qu'il contournait la construction Atlante, s'amusant des mots utilisés.

Une femme en laissa une autre seule, sous son commandement. Une relation qui lui parut intéressante mais qui s'échappait de son regard qui bien vite, vint glisser sur la silhouette demeurant solitaire. Une femme qui possédait un charme certain, mais ce fut plutôt son regard qui attira le sien. Vert comme l'émeraude. Pétillant. Amusant comme l'éclat de ses prunelles lui était presque familier. Une ressemblance fortuite. L'adolescent d'un bond agile vint se poser sur le rebord de la fontaine, s'avançant vers la dame. Guilleret. Tel l'enfant que tous voyait en lui. « Tu n'aimes pas les armes ? » Demanda t-il avec innocence, sa tête s'inclinant sur le côté alors qu'il la toisait de toute sa hauteur - il pouvait se le permettre. « Nous avons pourtant ici les plus grands artisans forgerons d'Atlantis. » Il souriait, les mains jointes derrière son dos. Tranquille. « Tu devrais voir certaines de leurs créations, elles sont magnifiques. Au moins autant que cette fontaine et ces magnifiques jardins. » Il se détourna sur les volutes d'eau cascadant harmonieusement de la statue de leur Empereur sur son char tiré par des dauphins. Des créations toutes aussi belles. Délicatement ouvragées. Ses iris écarlates vinrent de nouveau se poser sur la dame. Pétillantes.« Autant donner la mort avec une belle arme, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chry
AuroraavatarArmure :
Marina de Circé

Statistiques
HP:
180/180  (180/180)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
244/244  (244/244)
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Sam 22 Oct - 12:48
Elle observait le nouvel arrivant, s'amusant de sa manière de bouger en permanence. Encore un qui ne savait pas profiter d'un moment de calme ? Ils étaient légion au sein de cette armée. A moins que ce ne soit tout simplement dans les gênes des hommes. Qu'importe, il était quoi qu'il en soit plus agréable que ne l'était Miria et cela lui suffisait. Sensible aux présences des autres, la belle ne put s'empêcher de remarquer que celle de l'inconnu était plus conséquente que celles qu'elle avait jusque là ressentie. Alors même qu'il ressemblait à un enfant. Mais si son expérience lui avait appris une chose, c'était de ne jamais se fier aux apparences. Elles étaient trompeuses la plupart du temps. Surtout lorsque l'on s'en amusait. Elle était précisément dans ce cas de figure. Ainsi ne porterait-elle aucun jugement hâtif.

Ses remarques étaient d'ailleurs autant d'avertissements. Qui pouvait donc avancer qu'il était préférable d'avoir une belle arme pour apporter la mort à part un tueur chevronné ? Contrairement au monde qu'elle avait côtoyé des années durant, elle ne devait surtout pas oublier qu'ici, chaque soldat était entraîné à tuer. Elle souriait. Et se redressa complétement, remettant dans le même temps certaines de ses mèches qui lui étaient tombés sur les épaules. On ne pouvait retirer à ce jeune homme une certaine agilité.

Malheureusement, il semblait posséder le même raisonnement que la plupart des soldats de basse exaction. Pour tuer, il fallait une arme. Qu'il était dommage d'être si catégorique. Car là encore, la belle savait qu'il existait tellement de façon d'apporter la mort. Et certaines étaient si parfaites, si magnifiques, qu'il s'agissait tout simplement d'art. Un instant, elle fixa les iris écarlates du garçon. Son visage se détendit. Elle paraissait si sereine.
    - Disons que je ne suis effectivement pas une adepte des armes, aussi belles soient-elles. Je préfère de loin ces bassins et ces ornements.

Elle s'approcha de son vis à vis. Qui était-il ? Il semblait connaître à la perfection ce territoire et défendait à sa manière les forgerons d'Atlantis. Elle ne mettait absolument pas en cause la compétence de ces derniers. Pour autant, ce n'était pas pour elle suffisant. Et les bagues qu'elle portait à la main gauche étaient précisément les raisons essentielles de son manque d'intérêt pour les armes traditionnelles. Le poison. L'intelligence. La stratégie. Non pas qu'il n'y ait aucune stratégie dans le combat classique, toutefois elle n'avait jamais été attirée par cette méthode.
    - La mort est la mort, qu'importe la beauté de l'arme employée. Un simple objet, voilà tout. On ne se souvient que du type de l'arme utilisée, pas de son apparence réelle. Mais si vous voulez mon avis, je crois que la mort n'est jamais aussi magnifique que lorsqu'elle est la finalité d'un cycle précis. Le résultat du plan parfait.

Elle se mit à rire, doucement. Tel le chant de l'oiseau, sa voix s'éleva dans les airs, cristalline. Envoutante. Elle comprenait que l'on puisse trouver une arme belle, évidemment. Après tout, par extension, elle était une arme.
    - Mais j'aimerai bien voir ces chefs-d'œuvre dont vous me parlez. Peut-être que cela me ferait changer d'avis, après tout.

Pourquoi pas, après tout ? Et puis cela pourrait surtout lui permettre de mieux connaître l'inconnu. Car au delà de la beauté des armes, c'était surtout la nature des autres qu'elle souhaitait appréhender. Là étaient les munitions qu'elle employait. Là était son arme absolu à elle. Le mental. La psyché. La connaissance de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1321-aurora-marina-de-circ
JelanavatarArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Dim 23 Oct - 22:52
Il l'observait. Sans mépris. Sans jugement, se contentant simplement de son seul regard pour détailler la belle. La toisant. La plupart des gens n'aimaient guère se sentir inférieur à leur interlocuteur, quand bien même n'était ce qu'une question de hauteur. Un malaise s'installait, les obligeant à réduire l'écart, à le combler autant qu'il le pouvait, voir, à l'inverser totalement. Jelan aimait être en hauteur. Se percher ainsi l'amusait. Et puis, s'était bien pour lui la seule manière de toiser les autres. Ce n'était pas comme si il allait tout à coup grandir. Cette pensée l'amusa. Non. Il ne le pouvait. L'adolescent contempla la dame se redresser et lui faire face, dégageant calmement ses cheveux de ses épaules. Dame. Le terme convenait. Il se dégageait d'elle, une tranquille sérénité, sans surprise, sans agacement. Son sourire se fit plus prégnant. Elle s'était redressée. Peu de personne aimait se faire ainsi toiser, non ? Ses prunelles vinrent embraser les lieux, son domaine alors que la belle lui répondait. Sincèrement semblait-il. Elle n'aimait guère les armes selon ses propres mots. Devait-il s'en étonner ? Non, évidemment. Rares étaient les femmes qui en appréciait la beauté. Néanmoins les armes n'étaient pas les seules beautés de son domaine. Ici, les forgerons n'étaient pas uniques, d'autres artisans étaient tout aussi doués et offrait à l'Indien, un cadre de vie exceptionnel. Florissant. « C'est dommage. » Commenta t-il sobrement mais n'en étant nullement affecté. Son sourire demeurait sur ses lèvres, égale à lui même.

Un rire léger vint s’extraire de ses lèvres lorsqu'elle reprit. Voilà une personne intrigante, songea t-il en détaillant le visage de la belle. « Ce n'est pas faux. Je dirais alors que ce doit être une satisfaction personnelle de celui qui l'utilise. Néanmoins, tout le monde ne mérite pas une telle prévenance. » Un sourire ponctua sa phrase alors que ses paroles lui revenait en tête. L'accompagnait. La mort comme la finalité d'un plan parfait. Amusant, oui. Et un rire délicat, gracile, qui ne fit que renforcer son propre sourire. « Lorsque le piège se referme et que la victime ne peut plus que contempler l'inéluctable arriver ? » Une question qui à vrai dire, n'en était pas vraiment une... pas plus qu'une confirmation à vrai dire. Il voyait très bien ce qu'elle voulait dire. Surprenant venant d'une femme sans doute. Ou pas du tout. Il avait cotoyé durant sa vie plus longue que les apparences le laissaient supposer, nombre d'individu, tous bien différents les uns des autres. C'était ce qui rendait ce monde si intéressant à ses yeux, cette pluralité d'avis, de questions et de comportements... Qui tôt ou tard, finissaient par s'affronter. Et lui se plaisait en spectateur attentif.

Son sourire se fit plus prégnant à sa demande, l'enfant inclinant doucement de la tête tel un félin amusé. « Mais ce serait avec plaisir, Ma Dame. » Le jeune homme inclina légèrement son buste face à la belle avant de sauter au bas de son promontoire. Un petit jeu. Il s'avança, laissant à la dame tout le temps de le suivre et d'observer ce qui l'entourait. Son domaine ne manquait pas de richesse. « Je suppose que vous venez d'un autre domaine si vous n'avez jamais eu la curiosité de venir voir nos forgerons. » avança t-il d'une voix tranquille - sûr de lui. Ici, ils demeuraient incontournables bien que cela ne signifiait pas grand chose, évidemment... Cependant, ce n'était pas la seule raison pour laquelle il supposait cela. Nul besoin de le signifier à voix haute. Le quartier des artisans jouxtaient celui qui, petit à petit, était devenu celui des forgerons. Des étalages divers, de forme et de couleurs différentes, l'animation ici était omniprésente mais loin de la crier du marché. Tout y semblait plus serein.

Le pas sûr, l'enfant entra dans un bâtiment ouvert, plutôt modeste en apparence mais qui dissimulait en son sein, nombre de trésors. Un homme d'une presque cinquantaine d'année - un peu moins peut-être ? - a l'apparence trapu fut premier à l'apercevoir. La surprise vint marquer ses traits. « Seigneur ? » L'enfant glissa un doigt devant ses lèvres avant que la dame n'entre à son tour dans la chiche boutique. Des étalages longeaient les murs, cependant, il n'y avait pas énormément d'arme ici, l'homme forgeant surtout sur commande. Il était l'un des meilleurs à sa connaissance. Le forgeron contempla cette dernière en haussant un sourcil, avant d'observer de nouveau le jeune homme. Interrogatif. « Peux tu montrer à cette dame tes plus belles armes Gerolt. Elle n'est pas une adepte des armes, mais je suis sûr que tes créations sauront attirer son regard. » Surpris, l'homme contempla la belle avant d'adresser à l'enfant, une mine circonspect. « Et bien, en voilà une demande surprenante. » Un sourire lui répondit. Éclatant. Le forgeron commençait à connaitre le caractère pour le moins particulier du gardien de l'Indien, néanmoins, il continuait de s'en étonner régulièrement. La main puissante de l'homme vint se glisser sur sa nuque avant qu'il ne soupire finalement d'un air désabusé - bien qu'un peu amusé. « Puisque vous le demandez. » Satisfait, l'adolescent reprit. « Tu as terminé la dague de la dernière fois ? » L'homme acquiesça, pas peu fier de sa visible réussite. « Elle m'a donné bien du travail mais oui, je l'ai achevée. Vous voulez la voir ? » Le sourire du jeune général s'agrandit. « Evidemment. »

Le forgeron s'échappa de la pièce principale, les laissant seuls quelques instants avant de revenir, tenant entre ses mains un tissu dans lequel reposait cette fameuse dague. Il la présenta au jeune homme qui la récupéra avec un intérêt certain. Délicatement ouvragée, l'arme était très légèrement courbée au niveau de la garde. Sur sa lame se dessinait des arabesques formant une langue que certain avait oubliée. Un travail d'orfèvre. Minutieux. « Elle est superbe. » Complimenta l'alchimiste en pesant l'arme. Légère. Fine et discrète. Elle était aussi élégante que parfaitement proportionnée... mais néanmoins mortel. Il récupéra l'arme par la lame pour tendre la garde à la dame. « N'est ce pas là une arme qui pourrait vous convenir ? » Un sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chry
AuroraavatarArmure :
Marina de Circé

Statistiques
HP:
180/180  (180/180)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
244/244  (244/244)
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Ven 28 Oct - 18:39
Il est vrai que tout le monde ne méritait pas un traitement de ce type. Néanmoins Aurora était plus terre à terre que cela. Quel que soit le contrat, elle le prenait toujours avec le même sérieux, la même démarche. Et s'il est vrai que certaines de ses victimes n'avaient pas toutes été exécutées de manière parfaitement artistique, il n'en restait pas moins qu'elle leur avait toujours offert une fin digne de ce nom. Et cette satisfaction personnelle dont parlait le jeune homme avait toujours été présente.

Il était joueur. Et semblait lui aussi s'amuser de cette rencontre fortuite. Elle ne prit pas la peine de répondre à cette question purement rhétorique, préférant largement minauder et jouer avec son regard, l'air contrit. Il saurait. Il saurait qu'il avait vu juste. Aurora était ainsi. Alors qu'il décidait enfin de regagner la terre ferme, il l'invita à le suivre. Ce qu'elle fit sans une once d'hésitation. En réalité, elle était intriguée. Ce territoire lui plaisait, il est vrai, mais plus que la beauté des lieux c'était surtout la personnalité de l'homme qui poussait la belle à le suivre. Et puis il n'avait fait que rebondir à sa propre proposition, il aurait alors été très impoli de le laisser en plan.
    - Vous êtes très intuitifs, mon cher. En effet, je viens d'un tout autre domaine que celui-ci. Un territoire qui ne possède pas la beauté ou la quiétude de ces lieux mais qui recèle bien d'autres aventures, vous pouvez me croire. Un domaine bercé par les chants des sirènes. Peut-on espérer plus enchanteur que ça ?

S'il était ici depuis un moment, sans doute devinerait-il du territoire dont il parlait. Le domaine de l'Atlantique Sud était réputé pour deux points principaux. Et l'un d'eux concernait les sirènes en charge de la protection des lieux. En quelque sorte. L'enfant prit les devants alors qu'ils arrivaient à proximité d'un bâtiment, pénétrant à l'intérieur et laissant la jeune femme le suivre de près. A peine entrait-elle que déjà ses yeux passaient d'un coin à un autre. L'homme qui se tenait à proximité de son jeune guide était bien plus trapus, plus âgé. Pour autant, il n'y avait pas là les armes si belles dont le garçon avait parlé. La seule information notable qu'elle prit le soin de noter fut la réaction de celui qui portait le nom de Gerolt. Il semblait intrigué. S'il y a une chose que la belle avait appris à décrypter avec l'expérience, c'était la gestuelle des autres. Un corps donnait tellement plus d'information que de simples mots. Et cet homme, ce forgeron, était clairement étonné d'entendre ces mots de la bouche même de son guide. Les raisons lui échappaient néanmoins. Et ça l'intéressait d'autant plus.
    - Appelez-moi Aurora, je vous en prie.

Elle avait opéré une petite révérence en se présentant officiellement à ces deux-là. Par pure politesse. Son regard passait de l'un à l'autre alors que le plus massif des deux semblait perplexe. Il était aisé de voir la déférence qu'il portait à son guide, ce qui accentuait plus encore ses interrogations le concernant. Un homme de son âge et de sa corpulence n'étaient généralement pas enclin à céder aux caprices d'un jeune coq. Elle adressa à Gerolt un sourire sincère lorsqu'il accepta enfin. "Puisque vous le demandez". Voilà une tournure qui n'était pas anodine. Les pièces du puzzle s'amoncelaient dans son esprit. L'homme quitta la pièce un instant.
    - Vous êtes un bien étrange personnage. Mais je dois admettre que cet endroit possède un charme certain. Et quel respect ce forgeron vous porte. J'en suis pantoise.

Elle se tut alors que l'homme revenait. L'inspection de la lame prit quelques instants à l'inconnu avant qu'il ne présente cette dernière à Aurora. Elle l'attrapa à son tour et prit le temps d'étudier la pièce. Elle en resta sans voix. A dire vrai, l'arme était aussi authentique que magnifique et elle ne pouvait renier l'attrait qu'elle lui portait. Elle redressa son regard pour le plonger dans celui de son vis à vis.
    - Elle pourrait en effet parfaitement me convenir. Elle est époustouflante.

Elle pivota légèrement son corps pour faire face à Gerolt.
    - Vous êtes un véritable artiste, monsieur Gerolt. Une telle œuvre serait digne d'être contemplée des heures durant. Reprenez-là, je vous en prie. Je ne suis pas digne de porter un tel bijou.

Elle rendit l'arme à son guide puis se reculer de quelques pas.
    - Puis-je vous montrer à mon tour une arme que je trouve véritablement parfaite ? Pour cela, je dois faire appel à la Scale qui est la mienne.

Elle n'avait jusque-là pas dévoilé son rang mais les deux hommes le devineraient désormais. Son aura se renforça tandis qu'en elle se libérait l'appel, muet mais puissant. Il ne fallut alors que quelque instant pour que la belle Circé regagne sa maîtresse, sortant de sa box qui se trouvait sur son domaine. Les pièces s'agencèrent parfaitement. Et lorsque ce fut fait, elle s'approcha du jeune garçon. D'un geste, elle sortit la dague en argent qui se trouvait à sa ceinture. Afin qu'il puisse la contempler à son tour.
    - Je vous présente Cyanure. Allez-y, prenez-là. J'adorerai connaître l'avis de tels connaisseurs.

De nouveau elle fit une petite révérence. Elle pensait chaque mot prononcé. Et n'était pas peu fier de la forme de sa lame. Bien que peu enclin à utiliser des armes, il n'en restait pas moins utile d'en posséder une. Et quitte à en porter une à sa ceinture, autant qu'elle soit parfaite.


Citation :
Description de la Scale: Celle-ci est en parfaite adéquation avec sa propre philosophie de vie. Robuste mais légère, elle se compose de plusieurs plaques d'armures qui s'emboîtent sur l'ensemble de son corps, laissant toutefois de nombreux interstices afin de laisser apparaître quelques parties de son être. Des drapés complètes la Scale, lui donnant cette impression de flottement. Une cape est également présente dans le dos de la jeune femme. Pour finir, des motifs d'animaux semblent être gravés à même son casque, ce dernier étant assez léger, laissant les cheveux d'Aurora apparent.

Un ornement frontal complète le casque de guerrière. Et à sa ceinture se trouve une dague en argent, finement ciselée et parfaitement équilibrée. Le manche de l'arme semble se terminer par une petite fiole emplie d'un liquide verdâtre. Un liquide qui ne fait que renforcer la beauté de l'œuvre. Une arme aussi belle que l'armure qu'elle a appelé Cyanure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1321-aurora-marina-de-circ
JelanavatarArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Ven 4 Nov - 11:52
Intuitif. Sans nul doute. Son sourire demeura sur ses lèvres. Elle venait d'un autre domaine, il n'avait aucune raison d'en douter, pas plus qu'il ne s'étonna de celui dans lequel elle vivait. Un domaine de circonstance songea t-il en jetant un coup d’œil à la belle qui continuait de le suivre auréolée de son calme tranquille. Le chant des sirènes. Les apparences bien trompeuses de ces dernières. « C'est là une toute autre beauté en effet, mais qui n'a pas forcément à en envier à ces lieux. » Un chant envoûteur. Destructeur. L'Atlantique Sud n'était pas vraiment un domaine dans lequel l'adolescent s'était excessivement rendu, mais il le connaissait pour l'avoir parcouru de temps à autre. Atlantis demeurait sa patrie. La parcourir faisait parti de ses petits plaisirs... Et il lui faudrait par ailleurs renouer avec cette habitude, voir ce qui avait changé en ces lieux depuis son départ. Certainement aurait-il droit à d'agréable surprise, comme ce fut le cas lorsqu'il s'était rendu dans le domaine de l'Arctique. « Le chant des sirènes, voilà longtemps que je ne l'ai pas entendu. » Les sirènes ne s'en prenaient guère aux Atlantes. En tout cas, pas à ceux qui servaient l'Empereur des Mers... Les traites n'avaient pas le droit à ce traitement de faveurs. Une parole qui, contrairement aux autres, semblaient plus pensives. A tord ou à raison ? Ils jouaient tout deux après tout.

Nullement troublé par la mine du forgeron, l'adolescent, malgré ses mots et ses demandes, n'en était pas moins attentif au faciès de la dame. De la surprise ? De l'intrigue ? De l'intérêt ou bien de la curiosité ? Elle paraissait lui ressembler. En partie au moins. « Aurora. L'enfant du Levant. » L'Aube. Un sourire de circonstance vint glisser sur ses lèvres. « Tu peux m'appeler Jelan. » La politesse voulait qu'il se présente, quand bien même le faisait il en dernier. Cela lui importait en réalité bien peu. Un rire glissa hors de ses lèvres aux paroles de la belle lorsque Gerolt s'échappa récupérer son oeuvre - car il ne doutait nullement du travail de ce dernier. Un étrange personnage. Il ne pouvait le nier, et devait avouer s'en amuser à chaque instant. Jouer sur les apparences était un véritable passe temps, plus encore depuis quelque temps. Depuis qu'il était de retour et que le Chrysaor était venu jusqu'à lui. Comment pouvait-il ne pas profiter de cette aubaine ? Avec tout le respect qu'il lui devait, l'un n'empêchait nullement l'autre. « Tu me flattes. » S'amusa t-il à répondre avec une simplicité désarmante. Son sourire se fit plus prégnant, un rien plus joueur. « Gerolt reconnait mon regard et mes talents. » Quand bien même n'était-ce pas la seule raison pour laquelle il lui parlait avec tant de respect. Bien que. Le forgeron était un homme respectueux, loin d'être aussi bourru que son apparence le laissait supposer. Et il respectait réellement l'expertise du jeune général. Un homme simple mais nullement dénué d'intérêt.

Et puis la dague vint jusqu'à eux. Un sourire de ravissement vint couvrir les lippes de l'adolescent. Assuré. Confiant. Les termes lui convenait, tout comme il convenait au forgeron dont le sourire s'était épanouie à ses mots. Une légère inclinaison de la tête vint la remercier en premier lieu. « Je vous remercie pour ces compliments Dame Aurora. C'est toujours agréable à entendre, surtout après un tel travail. » Il reprit son oeuvre, la rangea de nouveau dans son étoffe. A l'abri. Le forgeron sembla surpris par les paroles de la belle, ce qui fut bien moins le cas de son jeune seigneur. Ô, il s'en doutait quelque part. Probablement. Cependant, il était véritablement curieux de voir cette arme qu'elle considérait comme parfaite et qui était vraisemblablement liée à son écaille. Cette dernière vint bien vite ceindre son corps, étreindre sa taille de ses drapées et de son précieux métal. On ne pouvait nier qu'elle lui donnait une bien belle allure. Des gestes mesurés. Confiant. Un presque reflet inversé. Les doigts de l'adolescent vinrent récupérer l'arme, la détaillant avec intérêt. Cyanure. Un sourire amusé vint glisser sur ses lèvres alors qu'il en contemplait la beauté. Car il ne pouvait le nier, la dague était aussi finement ouvragée que ne l'était celle de Gerolt, et c'était là sans compter sur cette étrange fiole ornant la garde, brillant comme de l'émeraude liquide. « Cyanure. Ce nom lui va à ravir. » Le jeune général laissa la dague au forgeron qui put la contempler tout son saoul. « Elle est sublime. » L'homme se tut, se contentant de la détailler sur toutes les coutures, cherchant probablement à lire les gestes de celui qui l'avait ainsi créée.

Jelan se détourna sur la belle après avoir observé avec un sourire, le comportement de son aîné. « C'est une arme qui te convient bien mieux. » Avoua t-il avec un certain amusement. « Les noms sont pouvoirs, tu sais. Donner un nom à une arme lui offre une essence, ou plutôt il lui permet de décupler celle que son créateur lui a insufflé. Tout dépend de celui qui la forge. » Glissa l'adolescent. Les armes d'orichalque certainement plus que toutes les autres. Elles absorbaient. Se gorgeaient de leur créateur. De ses intentions. De sa puissance. « Ton arme a été forgée avec beaucoup de précision et une intention plutôt clair. Une beauté mortelle et envoûtante. » Pour ne pas dire empoisonnante. L'adolescent se détourna sur l'homme qui contemplait l'oeuvre avec cette même fascination de forgeron. D'intérêt de créateur recherchant dans chaque courbe, une technique, un savoir faire dont il voulait se gorger. « Gerolt ? » Un sursaut de sa part. « Excusez-moi. Il est assez rare que je puisse observer ce genre d'oeuvre. » Il rendit à la belle sa dague en jetant un coup d’œil à son général qui demeurait souriant. Ouvert. Comme de coutume il lui semblait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chry
AuroraavatarArmure :
Marina de Circé

Statistiques
HP:
180/180  (180/180)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
244/244  (244/244)
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Ven 11 Nov - 9:05
Elle reprit la lame, non sans omettre de remercier le forgeron et son hôte. Jelan. Un curieux sourire était apparu sur son visage alors qu'il se présentait. Savait-elle réellement qui il était ? Avait-elle déjà entendu le nom de ce Général, Gardien du pilier de l'Indien ? Si tel était le cas, elle n'en souffla pas un mot. Elle ne faisait finalement que profiter d'un moment agréable, en compagnie d'hommes qui connaissaient leur domaine à la perfection. Si elle fut flattée des compliments concernant Cyanure, elle ne pouvait les prendre à son compte. Après tout, la véritable maîtresse restait Circé, enfermée au cœur même de cette Scale. Si sa propre personnalité se mariait parfaitement à celle de l'antique enchanteresse, elle n'en restait pas moins à l'origine de cette armure et donc de l'arme qui allait avec.
    - Vos avis me touchent. Je suis ravie de voir que vous appréciez cette œuvre autant que je la considère moi-même.

Jelan avait raison. Les noms avaient un pouvoir indéniable et alors qu'elle remettait Cyanure en place, elle ne put s'empêcher d'en caresser délicatement la fiole se trouvant à l'extrémité de l'œuvre. En magicienne qu'elle était, il était évident que les noms étaient porteur de bienfaits. A ses yeux du moins. Ce Jelan était visiblement fait du même bois qu'elle. Il jouait, elle s'en doutait, au même jeu auquel elle se prêtait aussi. Qu'il était agréable de parler à un semblable. En tout point de vue. Si elle baignait dans les faux-semblants depuis sa prime jeunesse, ce jeune homme n'était apparemment pas en reste.

Dans les tréfonds de sa conscience, une pensée jaillit. Circé, lorsque l'armure apparaissait, prenait plus de place dans l'esprit d'Aurora. Cette dernière musela immédiatement le pouvoir de l'enchanteresse. Inutile de gâcher une si belle journée avec des envies aussi saugrenues. Empoisonner Jelan ? Et à quelle fin ? D'une simple pichenette mentale, elle envoya valdinguer cette idée et libéra son corps de l'emprise de l'armure. La Scale se détacha d'elle aussi rapidement qu'elle était apparue, regagnant alors sa Box qui se trouvait à plusieurs lieux de là. D'un geste qui se voulait le plus naturel possible, elle remit en place ses cheveux. Qu'il était bon de profiter de ce genre de discussion.
    - Vous avez raison quant à l'importance d'un nom. Il est bien rare de voir un homme aussi érudit que vous l'êtes vous-même, Jelan. Et vous, Gerolt, l'avis d'un tel maître dans son art a une importance considérable à mes yeux. Comme je l'expliquais à votre ami ci présent, je n'ai pas pour habitude de trouver une arme jolie. Un engin de mort reste un engin de mort, qu'importe sa forme. Et pourtant, d'après ce que vous m'avez montré, je dois dire que je suis heureuse d'annoncer m'être trompé. Et pour cela, je vous félicite.

Elle s'inclina tour à tour devant les deux hommes. Elle avait beau avoir dévoilé sa Scale, dévoilant ainsi son grade au sein de l'armée de Poséidon, elle restait humble devant ceux qu'elle estimait au dessus d'elle dans certaines compétences. Ce qui était le cas ici. Pour autant, alors qu'elle avait sous entendu que les deux hommes soient amis, elle n'avait pas lâché du regard Gerolt afin de voir sa réaction. S'il existait un point faible chez eux, ce serait le forgeron. Elle avait du mal à croire qu'il ne soit qu'un simple forgeron estimant le travail d'un autre. Si la vérité n'avait pas beaucoup d'importance, sa curiosité restait grande.
    - En tout cas, vous aviez raison. Ces forges n'ont rien à envier au reste de ce domaine. Si l'occasion se présente, j'aimerai moi aussi un jour vous faire découvrir les beautés qui entourent le pilier auquel je suis affecté. A tout deux, d'ailleurs. Vous êtes au service de notre Seigneur Poséidon depuis longtemps ?

Question somme toute anodine mais qui permettait à la belle de parfaire ses connaissances sur Jelan. Tout en posant sa question, elle avait fait quelques pas pour regarder l'endroit où ils se trouvaient. Involontairement, son pied buta dans quelque chose. Elle se retint de justesse à un des bras qui se tendaient devant elle. Maladroite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1321-aurora-marina-de-circ
JelanavatarArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   Lun 14 Nov - 18:00
Malgré tout, malgré ses propres paroles, cette dague qu'elle leur avait montrée n'en restait pas moins une œuvre à ses yeux, comme elle le déclarait simplement. Une simple arme. Un simple instrument de mort. Le jeune homme se contenta de son seul sourire pour répondre à ses mots, là où le forgeron ne fit pas grand chose de plus. Peut-être était-il un peu gêné. Gérolt était un forgeron hors pair, néanmoins, il faisait preuve d'une certaine humilité quant à son travail et ses talents indiscutables. A moins que ce ne fut l'apparence de la dame qui appelait à plus de réserve de sa part. Il était si aisé de tomber dans un habile piège. Celui des apparences. L'écaille de la belle disparue sous une nouvelle impulsion de cosmos de sa part une fois sa tâche accomplie. Juste pour offrir à leur regard une œuvre inconnue et ancienne.

Un homme érudit. Ô, il l'était, à n'en point douter. Il aimait savoir et comprendre, comme ce père qui l'avait ainsi forgé. A son image. Ou plutôt, à l'image de ce qu'il aurait tant voulu être. Sans doute. Gerolt ne fut pas en reste, et compliment, il en obtint également. Une flatteuse. Il était plus aisé d'obtenir ce que l'on voulait en flattant habillement plutôt qu'en critiquant ouvertement. L'équilibre n'était pas aisé à trouver. Jelan se savait bien moins enclin à la flatterie. Ami. Le terme sonna étrangement à ses propres oreilles, plus probablement à celles de son prétendument ami. De la surprise vint se frayer un facile chemin sur le faciès du forgeron dont le regard glissa sur son général. Un terme fort dont l'adolescent se moquait quelque peu. « Ami, hein. » murmura l'homme en glissant sa main sur son menton avec un rien de perplexité - se demandant probablement ce que le général avait bien pu déclarer à la dame quant à leur relation. Ce dernier pour sa part ne commenta nullement, se contentant de son seul sourire. Tout et rien. Ses iris écarlates vinrent se planter dans ceux de la belle. « Le savoir est pouvoir, n'est ce pas ? » Il ne doutait pas une seule seconde qu'elle pensait de manière semblable. Ils se ressemblaient, il n'y avait pas à douter. « Bien sûr, il ne se suffit pas à lui même, savoir ne signifie pas comprendre après tout. » Trop d'imbéciles pensaient tout savoir mais au final, ils ne comprenaient pas la moitié des informations qu'ils avaient bien pu rassembler. Futile.

« Mais je suis ravi que mon ami t'ait fait changer d'avis. »
Il n'avait quant à lui, aucun problème pour ainsi nommer l'homme à ses côtés. Ami. Ce n'était guère plus qu'un mot. Une désignation. Une satisfaction. Un regard circonspect se posa sur le jeune homme qui l'ignora superbement. Gerolt était bien trop respectueux pour s'opposer à ses paroles. « Voilà une bien charmante proposition ! Ce sera avec plaisir, le chant des sirènes est toujours doux à entendre, plus encore en si bonne compagnie. » De la flatterie ? Peut-être. Ou bien un intérêt véritable. Autant joindre l'utile à l'agréable, et il était bien curieux de voir la sorcière évoluer dans son domaine. « Et bien si j'ai l'occasion de quitter ma forge, j'accepterai bien volontiers votre invitation. » L'homme croisa les bras sur son torse. « Mais comme vous le dites bien, j'ai des commandes à satisfaire. Je mets mon talent aux services de notre Seigneur depuis que je suis en âge de tenir un marteau. » L'adolescent accepta sans mal le reproche sous-jacent dans les paroles de son ainé. Reproche. Le mot était bien dur, loin de ce que Gerolt lui signifiait à sa manière. Jelan n'était cependant pas un enfant, même si les apparences étaient contre lui. Son sourire fut seul à répondre. Premier tout du moins alors que le forgeron empêchait une chute à la dame. Fausse ?

« En tant qu'Atlante, nous servons notre Seigneur dès lors que nous sommes capables de lui offrir nos talents... Ou quelque chose approchant. » Son cas n'était pas bien différent de Gerolt, quand bien même le Chrysaor ne l'avait rejoint que récemment. Mais il n'avait jamais eu besoin d'une armure pour servir Poséidon jusque là, mais il ne refusait pas l'honneur qui lui était fait. Honneur et mérite. L'adolescent fit un demi tour, s'avança de quelques pas dans la forge avant de revenir sur ses pas comme un enfant ayant du mal à tenir en place. Faux. « Tout dépend après de Sa reconnaissance. Le statut peut changer mais en fin de compte, on le sert toujours à notre manière. Et à ce moment là, les années ne se comptent pas, n'est ce pas ? » Quelle importance ? Lui, il se moquait bien de savoir depuis combien de temps la belle était dépositaire de son armure. Depuis combien de temps la divinité des mers l'avaient reconnue, mais c'était là une habile manière de se renseigner sur autre chose. Des détails. Il n'était pas sans le savoir.

« Circé, hein. » Ce n'était pas une question. « Je pensais que cette armure avait disparu. » Disparue. Un sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1337-jelan-general-de-chry
Contenu sponsorisé
Message Re: [Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Aout 550] Premières marques : Sources thermales [Jelan / Aurora]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sources thermales privées
» Sources Thermales « Rotenburo »
» Journée aux sources thermales
» Sources d'energie disponibles en Haiti
» mes sources et liens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier de l'Indien-
Sauter vers: