Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Sam 5 Nov - 17:59

Le mousse se tenait sur le pont du navire entrain de frotter celui-ci avec une vigueur certaine malgré sa frêle carrure. Le "Roue de la Fortune" naviguait en pleine mer depuis deux bons jours à présents. La nouvelle recrue avait rejoint l'équipage à Alexandrie, là où le bateau mouillait depuis plusieurs semaines à présent. Elle savait que ce ne serait pas de tout repos, mais monter sur ce navire lui tenait particulièrement à cœur. Elle avait simplement prévenue son aïeul de son futur départ. Laissant l'aîné dans l'ignorance, tout du moins jusqu'à ce que leur grand-père le lui apprenne, en prétextant un voyage pour les affaires familiales. Elle n'aimait pas lui mentir, mais là, elle avait besoin de savoir et d'observer.

Elle me direz-vous? Oui notre cher mousse et plutôt une mousse. Et pas n'importe qui: la princesse d'Atlantis en personne. Ce que l'Atlas faisait là? Comme indiqué ci-dessus, elle cherchait à en apprendre plus sur une certaine personne lorsque cette dernière se trouvait dans son élément. Pour la peine, la jeune femme avait revêtu un pantalon plus large, maintenu à la taille par une large ceinture de tissu, et une chemise ample, afin de masquer ses formes enjôleuses. Une bande comprimait sa poitrine. Mais ce n'était pas la seule chose qu'elle avait faite pour se grimer. Ses cheveux étaient coupés plus courts, et lui arrivaient à présents légérement en dessous des épaules. Afin de masquer leur couleur si reconnaissable, elle les avait teint en noir, tandis qu'une bande de tissu sombre lui barrait la moitié du visage, afin de masquer un de ses yeux.

Donc, depuis deux jours, elle avait eu le loisir d'observer le capitaine du navire à la dérobée. D'ailleurs, elle se demandait quand il allait enfin daigner apparaître aujourd'hui. Non pas que sa présence lui manquait, mais un peu tout de même. Bien sûr avant d'en arriver à se grimer, elle lui avait demandé si elle pouvait l'accompagner, mais il n'avait pas voulu, prétextant comme quoi une femme sur un navire portait malheur. Stupidité! Elle l'avait donc quitté en bougonnant et en lui disant qu'elle doutait fort qu'il employait ce genre d'excuses avec "sa belle capitaine". Pour quelle raison n'avait-il pas voulu d'elle? Lui cachait-il quelque chose?

Ainsi la Nymphe l'avait-elle fait pister par un de ses fauves d'ombre, et avait perdu sa trace lorsqu'il était rentré dans une des maisons closes de la ville. Elle avait passé sa soirée à ruminer et à faire les cents pas dans sa chambre. Sa compagnie n'étant nullement agréable, elle avait fuit Evaimon et Cinead, réfléchissant à son plan. Au début, elle se dit tout simplement qu'il s'y était rendu pour affaire. Mais connaissant son Dragon des Mers, elle eut un énorme doute. Etait-ce parce qu'elle n'était pas assez bien à son goût? Probablement oui, ça devait être cela. Elle n'était pas capable de le satisfaire.

Elle fut tirée de ses pensées lorsqu'un des hommes hurla qu'un navire était en vue. Bien, voilà qui allait faire sortir le dragon de sa tanière. Immédiatement, elle rejoignit le reste de l'équipage pour se frayer un chemin jusqu'au bastingage, et observer le navire qui approchait.

"- Des pirates!"

A ces simples mots, les marins se mirent alors en devoir de s'affairer sur le pont. Elle resta un moment à observer la voile noire floquée de la tête de mort, son faciès esquissant un petit sourire. Elle finit alors par se mettre à courir à son tour à la recherche d'une arme. Car oui, il n'y avait pas assez de vent pour permettre de distancer le navire qui approchait. Enfin un peu d'action! Ça allait lui dégourdir les jambes. Elle se saisit alors d'une épée, jugeant du poids de l'arme dans sa paume, avant de se préparer à l'assaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mar 8 Nov - 22:20
Cele ne tombait pas très bien, mais les affaires restent les affaires.
Profitant d'un calme relatif, et pesant, au sein du Sanctuaire sous-marin, j'avais quitté la garde de mon pilier en toute discrétion, pour prendre le commandement de mon navire. Une mission importante pour mes intérêts pécuniers se présentait, et je n'avais pas encore assez confiance en mon second pour qu'il mène les négociations à ma place. Non que je doutais de sa loyauté, mais cette jeune recrue manquait cruellement de diplomatie.
Enfermé dans ma cabine le long du trajet, j'avais pris enfin du temps pour moi. Bain, bonne bouteille, mets de luxe tant sucrés que salés, et quelques herbes euphorisantes, tout était idéal pour combler mes attentes. La vie de général des mers n'était pas de tout repos, et ce genre de pause me convenait parfaitement pour prendre soin de moi. Alangui sur mon lit, je regrettais qu'un jeune éphèbe ou ma Calista ne soit pas là pour compléter ces instants de purs plaisirs égoïstes. Mais pour l'instant, les plaisirs de la chair attendraient.
Quelques coups à la porte me tirèrent de ma somnolence et une tête bien connue apparut à l'embrasure du pan de bois.

Capitaine, nous avons un voleur à bord.

Sans attendre de réponse de ma part, mon second, la plantureuse Anna, projeta un jeune mousse dans la cabine. Le gamin ne devait pas avoir plus qu'une quinzaine d'années et, pour son plus grand malheur, son visage n'avait rien de séduisant. Répondant à une invitation de ma part, Anna se posta derrière le gosse et le saisit à la gorge pour l'immobiliser.

Je l'ai pris sur le fait en train de dérober quelques herbes des amphores grises.

Une telle bêtise me fit éclater de rire, au grand dam du malheureux terrorisé. D'une poussée abdominale, je vins me poster à quelques pas de lui pour le dévisager sans retenue, ni bienveillance.

Et bien mon garçon ? Ne connais-tu pas les règles de mon équipage ? Je ne tolère ni l'insubordination, ni l'insolence, ni la déloyauté. Si je venais à te pardonner, je passerais bien vite pour un capitaine laxiste, et ce serait la porte à toutes les déviances. Tu dois donc être puni...

Mon regard bifurqua sur Anna qui, ayant anticipé ma demande, me tendit l'objet du délit : une poignée d'herbes.

Mangez les et retourne à ton poste.

L'ordre brusque et atypique fit écarquiller les yeux au jeune mousse. Il ne comprenait pas, je le devinais, mais je gardais un silence ferme. L'ordre était donné. Trop heureux d'une telle chance, le gosse se hâta d'exécuter mes ordres et quelques minutes plus tard, Anna traina son cadavre vers le pont où il fut jeter à la mer sans autre forme de procès. La glycérine ne pardonne pas, mais si ce voleur avait été épargné par un caprice divin, j'en aurais fait de même. Dommage pour lui.
Philosophe, je m'apprêtais à reprendre ma place dans le lit quand un cri de la vigie me ramena à la dure réalité. Des pirates ? Je croisais les doigts pour que nos assaillants soient bel et bien ceux que j'espérais.
En un instant, je fus sur le pont, penché pour distinguer le nom du navire. Un sourire mauvais vint rapidement déformer mes traits. Oui... C'était bien lui !

Tous à vos postes ! Nous allons les laisser débarquer sur notre pont. Restez sur vos gardes et ne frappez qu'à mon ordre.

D'un signe, j'ordonnais à un marin proche de baisser pavillon et je laissais la place à Anna, pour me cacher dans l'ombre du mat. La suite risquait d’être tout à fait palpitante...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mer 9 Nov - 21:15

Le mousse s'apprêtait à monter à la voile, lorsque quelque chose capta son attention. On venait de jeter par dessus bord un corps. Le sourcil s'arqua à cette vue, se demandant ce qui avait bien pu se passer, puisque quelques minutes plus tôt, ce dernier semblait bien se porter. Mais pour l'heure, ils avaient tous quelque chose de plus important à penser. Le matelot porta son attention sur le navire qui approchait, lorsque le son d'une voix familière le fit instantanément frémir. Un instant, il porta du coin de l’œil son regard en direction du Capitaine du navire, le trouvant tout simplement magnifique. Oh en cet instant, nul doute que le moussaillon aurait aimé se jeter contre lui, pouvoir l'enlacer, et se nicher contre sa chaleur. Mais non, cette envie, il lui fallait la contenir.

Le Dragon des Mers passa non loin, se penchant pour observer le navire qui approchait. L'Atlante eut ainsi le loisir de l'observer à la dérobée, observant ce sourire qui étirait ses lèvres avec une certaine attention. Oh rien de bienveillant dans celui-ci. Depuis quelques semaines qu'elle le côtoyait vraiment, elle avait appris à déchiffrer quelques unes de ses expressions ou de ses mimiques, et celle-ci ne laissait rien présager de bon. Si les hommes avaient envie d'action, nul doute qu'ils allaient être ravis car celle-ci n'allait pas tarder à venir.

Intriguée, elle le vit confier la manœuvre à son second, ou plutôt sa seconde. Quand elle avait vu cela, elle avait repensé à son excuse stupide lorsqu'il n'avait pas voulu qu'elle l'accompagne. pas de femme à bord, vraiment? Bref pour l'heure, elle devait se concentrer sur ce qui allait se passer, d'autant plus qu'elle se demandait ce que son intriguant forban voulait faire, vu qu'il venait de se cacher dans l'ombre du mat. Un marin la bouscula sur le passage:

"- Hé l'avorton dégage de là! Tu gênes. Si t'as les miquettes files te planquer."

Il partit dans un éclat de rire gras. Elle le foudroya alors du regard. Mais comme ils croyaient tous le nouveau muet, étant donné qu'elle n'avait pas ouvert le bec depuis son embarcation, elle se garda bien d'ouvrir ce dernier, surtout avec Endymion aussi prêt. Bref, après un dernier coup d'oeil assassin, Cali finit par se mettre en route. D'un geste assuré, elle rengaina ses armes, observant l'approche du navire ennemi qui manœuvrait. Bien, ils allaient bientôt être abordés, elle pouvait déjà sentir le frisson d'excitation qui lui parcourait l'échine. La Belle eut un petit sourire en coin, lorsque les hommes se mirent à hurler:

"- Préparez-vous!"

Son bras se tendit pour s'accrocher à un des cordages du navire. Quelques secondes après, un choc assourdissant, alors que le navire tanguait légèrement sur lui-même. Déjà, les pirates se balançaient au bout de leurs cordes pour aborder le "Roue de la Fortune". Déjà les uns et les autres engageaient le combat. Alors, la Belle tira son épée au clair, et chargea à son tour. Ses mouvements se firent fluides, son bras se fendit, para et transperça la chair de son adversaire sans le moindre remord, alors qu'elle se nourrissait de son hurlement de douleur. Le sang maculait sa chemise et tâchait son visage, l’œil quant à lui se faisait vif. Elle se dégagea de sa première victime pour porter toute son attention sur la suivante, tout en prenant soin de ne pas trop attirer les regards sur elle. En parlant de regard, il y en avait un qu'elle gardait à l’œil.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Ven 11 Nov - 11:48
A l'abordage moussaillons ! Pas besoin de cet ordre pour que la mêlée entre mon équipage et le concurrent ne débute. Parfait, parfait. Je savais que mes marins étaient des hommes durs, compétents et habiles quand il s'agissait de trancher des gorges. Je les avais recruter en ce sens. Il me suffisait donc de me concentrer sur ma proie. Et justement...
Le capitaine adverse observait l'assaut du haut de la nacelle de son navire. Une épée à la main mais paré d'un calme exemplaire, je devinais qu'il attendait d'entrevoir l'issue de la bataille pour intervenir. Je ne lui en laisserais pas le temps. Saisissant une corde qui trainait le long du mat qui m'avait servi de cachette, je hissais vivement notre propre emblème : un drapeau noir avec une tête de dragon. Une réplique de l'emblème pirate mais à ma propre sauce. La surprise et l'horreur dans le regard de mon adversaire me fit éclater d'un rire qui ne s'éteignit que lorsque je posais enfin le pied sur le navire adverse. Loin de la mêlée.

Gueule de Charbon, comme on se retrouve ! Cela fait combien déjà ? Un an ? Deux ? Le temps passe si vite...

Le pirate tiqua à l'énoncé de ce surnom peu flatteur, dû à sa barbe fournie, et me cracha à la figure.

Sale traitre ! C'est quoi ce bordel ?!

Mince... Les informations que tu as obtenue parlaient d'un navire marchand sans défense ? Quel dommage, vraiment, d'être si crédule...

Que ce soit à cause de l'insulte, la menace dans mon regard ou l'aspect prédateur de mon sourire, Gueule de Charbon me fonça dessus, tentant maladroitement de m'éventrer dans sa lame recourbée. J'esquivais d'un bond agile, avant de lui jeter une carte qui lui entailla le bras.

Quel heureux hasard quand même cette rencontre. Tu vas pouvoir me rendre mon bien... Non mais quelle idée de me dérober ce qui m'appartient... Tu aurais dû te douter que je n'abandonnerais pas si facilement.

La peur, le doute, la rage embrasèrent successivement son regard de chien des mers. L'affaire remontait à quelques années, mais j'avais la rancune tenace. Mais plus encore... Cet homme savait des choses que je ne tenais pas à ce qu'il divulgue. L'affaire du vol n'était rien en comparaison. Tout à mes pensées, je fis semblant de ne pas avoir remarquer le second du navire pirate qui se glissait furtivement, avec talent mais pas assez, dans mon dos. La lame à la main... Prévisible, tss tss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Ven 11 Nov - 12:49
Le combat faisait rage entre les membres des deux équipages. Ses compagnons faisaient preuve d'un art particulier dans ce dernier. Mais venant des hommes d'endymion, elle n'en attendait pas moins. Quoiqu'elle se rappelait les crapules qui bossaient pour son compte et qu'elle avait mis en déroute sans le moindre mal. Mais le bellâtre savait bien s'entourer, sur ce point, elle ne se faisait pas de soucis pour lui. Alors la jeune femme exécutait sa danse mortelle, cherchant à esquiver les coups. Oh bien sûr, elle aurait pu en venir à bout si facilement en usant du cosmos, mais les règles étaient ce qu'elles étaient. Elle se devait d'agir comme une personne normale. Ne pas que compter sur son pouvoir, avait été une des bases des entraînements qu'Amphérès avait donné à sa fille.

Pour déjouer les attaques de ses ennemis, la jeune femme utilisait son environnement, comptant sur sa vivacité pour esquiver, et sa taille plus petite et fine lui conférait une vitesse face aux grandes carcasses des pirates. C'est alors qu'elle reporta son attention sur Endymion, l'observant hisser le pavillon noir floqué de la tête de dragon, alors que lui-même passait sur le bateau ennemi. Alors, la jeune femme joua des coudes pour se rapprocher du bastingage, désireuse de venir en aide à l'homme à qui elle avait offert son cœur. Elle ne doutait pas de ses aptitudes non, mais plutôt de la couardise de l'ennemi, et qu'il ne voit pas le coup en traître venir. Protéger ses arrières. Et qui d'autre qu'elle était le mieux placé pour y parvenir?

Elle planta sa lame dans le ventre d'un ennemi avant de le dégager d'un geste sec en le repoussant de son pied. Puis, elle gagna la proue du "Roue de la Fortune" en rengainant son épée, avant de se saisir d'une corde et de gagner le navire qui les avait attaqué. Elle atterrit avec une grâce particulièrement féline, avant de reprendre son chemin. Il n'y avait pas d'hommes, et tout ce qu'elle constatait, elle, c'était qu'endymion semblait jouer au chat et à la souris avec sa proie et qu'il semblait s'en délecter. Alors, elle demeura cachée, se confondant parmi les ombres, chose qu'elle maîtrisait à merveille.

Et c'est alors qu'elle le vit. Le second, qui approchait, arrivant par derrière pour le prendre en traître. Lâche. Elle aurait pu crier à son forban de faire attention, mais elle demeura silencieuse. Non. Ne pas crier. Ne pas attirer l'attention. Juste le protéger. Juste veiller sur lui. Pourquoi? La réponse s'imposa d'elle-même à son esprit. Parce qu'elle l'aimait tout simplement. Qu'il était étrange de se rendre compte de ces choses dans ce genre de situation. Si Endymion avait pu lire ses pensées, nul doute que cela l'aurait fait sourire.

Il n'y avait qu'une seule chose à faire. Doucement, la Belle porta sa main à sa ceinture pour en sortir la dague qui s'y trouvait. Elle espérait qu'elle était encore assez adroite à cet exercice, dans lequel elle avait excellait, pour y parvenir. Elle inspira profondément, saisissant son arme avant de jeter celle-ci en direction du second. Transperçant le dos de ce dernier. Lentement, l'homme porta son regard sur elle, le sang s'écoulant de la commissure de ses lèvres avant qu'il ne chute lourdement à terre. Mort. A vouloir attaquer comme un lâche, on mourrait comme un lâche.

Satisfaite, L'Atlante reporta son attention sur les deux hommes qui se faisaient face, ne doutant pas un seul instant de l'issue de leur combat. Ce que le dragon des Mers voulait, le Dragon des Mers l'obtenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Sam 12 Nov - 19:29
Un bref éclat puis le silence.
Le second du navire pirate adverse venait d'être fauché dans sa misérable tentative de me prendre à revers, et ce n'était pas de mon fait. Interloqué par un coup du sort fortuit, je reportais mon attention sur ma proie, remerciant en silence l'auteur de l'habile lancer de poignard. Étrange tout de même... Un traitre parmi l'équipage adverse peut être ? Bah, nous verrons cela plus tard.

Alors Gueule de Charbon ? Nous ne sommes plus sur le plancher des vaches. Tu ne fuiras pas comme la dernière fois. Je te laisse quelques secondes pour m'indiquer où se trouve mon bien ou sinon...

Le visage de mon ancien marin s'empourpra instantanément en réponse à ma menace. Colère, frustration, un soupçon de peur. Il fallait bien avouer que le bougre était l'un des seuls à m'avoir vu en action. Et cette connaissance de mes talents cosmiques suffisait à expliquer son hésitation. Pourtant, dans un élan suicidaire de bravoure, le capitaine se reprit avant de se jeter sur moi, lame en avant.
En un instant, je me retrouvais avec mon propre sabre en main pour parer son assaut. Débuta alors un duel à l'épée, comme je n'en avais pas mener depuis des années. Ironiquement, le souvenir de mes entrainements avec Nimue, que je prenais jadis pour un homme, me revint. Impossible de faire honte à ma belle capitaine ! Je redoublais alors d'estocs et d'esquives, sans user de mon cosmos. Un duel que l'on pourrait qualifier d'équitable.
Gueule de Charbon était doué, mais le malaise que je lui inspirais jouait en ma faveur. Malheureusement mon assurance fut balayée quand le bougre me fit assez reculé pour que je trébuche sur une corde posée sur le pont. Les yeux écarquillés, je chutais en me reprenant de justesse par une roulade arrière. Je sentis alors le souffle de la lame sur ma chevelure. Le coup n'était pas passé loin.
Désormais en mauvaise posture, je protégeais par instinct mon visage de ma lame et ce réflexe me permit d'intercepter le sabre adverse. Un genou à terre, je résistais de mon mieux à la pression exercée par le pirate. Lame contre lame, il avait l'avantage de se tenir debout et lentement, je vis mon sabre entamait une descente vers mon front. Que faire ?

Alors Endy ?! Tu fais moins le malin ! C'est une autre paire de manches de butter un guerrier en duel plutôt que d'abandonner de pauvres matelots à un monstr...

Je ne le laissais pas terminer sa phrase.
Mon regard se voila pour laisser place à une étincelle de bestialité, de malveillance pure. Le regard du Dragon. Cette rencontre visuelle figea le pirate de frayeur. Je profitais de cette seconde de distraction pour plonger sur le coté et pour le poignarder du coutelas que je gardais à ma ceinture.
Le coup au foie était fatal, j'en étais certain, et j'accompagnais sa chute pour éviter qu'il n'évite le jugement de mon regard impitoyable.

Si tu étais mort bien gentiment ce jour là, tu te serais éviter cette mort pathétique.

Et je lui tranchais la gorge d'un coup rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Dim 13 Nov - 15:32
La jeune femme observait le combat, le vent jouant dans sa sombre chevelure. Jamais encore elle ne l'avait vu combattre de la sorte. Et elle le trouvait diaboliquement beau en cet instant, elle devait bien le reconnaître. Il semblait anticiper le moindre mouvement de son adversaire, se délectait de la frayeur qu'il pouvait lire dans ses yeux. Néanmoins, le capitaine ennemi semblait reprendre du poil de la bête et le poussa alors dans ses retranchements. Lorsqu'elle vit son Général tomber lourdement à terre, prit dans un cordage, la Belle ne put s'empêcher d'esquisser un mouvement vers lui, réprimant de justesse son cri angoissé qui resta coincé au fond de sa gorge. Déjà, elle se tenait prête à lui venir en aide s'il le fallait. Plus elle observait la lame s'approcher de son visage, plus elle mourrait d'envie de se jeter toute griffe dehors sur son adversaire pour le tuer. Car oui, en cet instant, Calista éprouvait en forte envie de meurtre.

Déjà, son regard cherchait un objet quelconque à jeter à la face du capitaine de ce navire. Ainsi, il serait forcé de détourner son attention. Et cette petite seconde permettrait de renverser la tendance. Car oui, l'Atlante ne doutait pas un seul qu'Endymion mettrait cet instant à profit pour anéantir son adversaire. Elle ne savait pas ce que celui-ci lui avait fait pour mériter le courroux de son cher et tendre, mais elle ne doutait pas que ce soir mérité. Fort heureusement, le Dragon reprit du poil de la bête, et en quelques secondes, leur duel fut décisif. Elle observa l'homme se vider de son sang, alors qu'elle constatait pour la première fois ce regard qu'elle n'avait jamais vu chez lui, et qui la fit frémir.

Maintenant que leur capitaine était mort, l'équipage ennemi cessa les combats. Sans un mot, Cali reprit possession du cordage pour regagner le pont du "Roue de la Fortune", sans accorder un regard supplémentaire à Endymion. Il y avait des survivants, maintenant restait à savoir ce qui allait se passer. Les vaincus se trouvaient tous à genoux à terre, un marin derrière lui, alors qu'ils semblaient attendre le retour de leur capitaine pour savoir ce qui convenait de faire.

Pour sa part, la Nymphe préféra s'éclipser, se sentant plus utile aux soins à prodiguer aux blessés. Elle s'arrêta uniquement un instant, s'asseyant un instant sur un baril, en poussant un soupir, fermant les yeux, espérant ne pas avoir attiré l'attention sur elle. Elle abandonna son siège de fortune avant de gagner l'infirmerie. Lorsqu'elle ouvrit la porte, se trouvait là un sacré foutoir. Des gémissements et des hurlements de douleur, voilà ce qui l'accueilli. Alors immédiatement, elle retroussa ses manches sur ses bras fins avant d'aller proposer son aide silencieuse. Ses gestes étaient précis. La Belle savait ce qu'elle se faisait, elle pris en charge les blessures les plus légères, laissant les plus conséquentes au médecin de bord. Cela lui passait le temps, et permettait de se faire oublier. Du moins, elle l'espérait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Dim 13 Nov - 22:01
Une bonne chose de faite.
Pas de témoins de ses derniers mots, plus de preuves. C'est comme si un poids immense s'était volatilisé de mes épaules. Un fardeau que je portais depuis bien trop longtemps. Il fallait fêter ça !
Retournant bien vite sur mon propre pont, je félicitais mon équipage d'une généreuse révérence. Découragés par la mort de leur capitaine, les pirates avaient vite perdu toute combativité et cela nous offrait une belle broche de prisonniers. De futurs esclaves pour les plus chanceux.
De sa démarche féline, Anna vint se poster à mes cotés pour me susurrer quelques mots à l'oreille. Je haussais un sourcil interrogateur avant qu'elle ne me désigne une porte.
Toute trace de gaité disparue, je m'y engouffrais pour chercher du regard ma nouvelle cible. Une fois repéré, je m'en approchais avec la plus grande discrétion pour poser mon couteau contre son dos, ma bouche à quelques centimètres de son oreille.

Pas mal, mon garçon. Je connais par coeur chaque membre de mon équipage et tu es quand même parvenu à rester hors de ma vue durant notre trajet. Un espion ? Un passager clandestin ? Réponds vite et bien...

Étrange. Son contact me faisait presque frisonner. Non de peur, mais d'un sentiment indéfinissable. Et je n'aimais pas avoir ce genre de réaction dans de telles situations. J'étais presque vexé de n'avoir pas repérer cet individu avant. Un défaut de vigilance qui m’incombait autant à moi qu'à ma seconde. Fort heureusement, j'étais d'humeur généreuse sinon ce marin énigmatique serait déjà froid.
En attendant sa réponse, j'appuyais davantage la lame contre son dos, traversant légèrement le tissu. Plus que quelques secondes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Dim 13 Nov - 23:06
L'Atlante était occupée à gérer un blessé, ce dernier avait une belle balafre sur l'avant bras. Elle venait de nettoyer la plaie, désinfectant celle-ci avant de tendre une bouteille d'alcool au marin alors qu'elle venait cautériser la plaies, arrachant à ce dernier un gémissement de douleur. Après quoi, elle lui appliqua un baume cicatrisant, avant d'envelopper l'avant-bras dans un bandage propre. Elle laissa l'homme s'en aller, escorté par ses camarades. Elle les observa s'éloigner en souriant, avant de se retourner, dos à la porte, pour préparer des bandes de tissu propres.

Elle l'entendit arriver. Ou du moins, elle le ressentit dans son dos. Comment aurait-il pu en être autrement? Dès qu'il était là dans la même pièce qu'elle, il y avait quelque chose de différent. Elle frémit au contact froid de la lame contre son dos. Alors que la caresse de son souffle venait effleurer son oreille. Un instant, la Belle ferma les yeux, frémissant à ce contact et à son timbre de voix. Il l'avait démasqué. Elle se raidit en sentant la lame transpercer le tissu de sa chemise. A ce rythme, il allait la lui planter dans les reins.

Agile, elle se dégagea, et tant pis si la lame venait d'entailler sa chair tendre et délicate. Une légère grimace s'afficha sur son visage, alors qu'elle se retournait pour lui faire face. Elle porta son œil sur lui, l'autre étant barré par le tissu qui le masquait. Pourtant, nul doute, qu'à l'instant où il croiserait le regard lilas, il commencerait à se poser des questions, et n'aurait pas le moindre mal à deviner qui elle était vraiment. Elle cherchait à lui échapper.

"-C'est peine perdue Cap'taine. Le pauvre diable ne parle pas. Muet qu'il est."

Elle partit dans un éclat de rire cristallin. Amusée par l'intervention du médecin. Bas les masques. Il était temps.

"- Je te sauve de la blessure d'un poignard, et toi tu m'en infliges une Endymion."

Elle porta la main sur son visage pour venir retirer son bandeau. Deux iris améthystes fixaient le Capitaine du "Roue de la Fortune". Le visage était bien familier, seule la couleur et la longueur des cheveux changeaient. Un sourire espiègle et taquin venait ourler les lèvres qu'il connaissait si bien:

"- Ben merde alors, le p'tit il parle."

"- Elle parle serait plus juste."

Répondit-elle un rien amusée, sans détourner son attention du Général de son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Lun 14 Nov - 22:40
Viens avec moi.

L'ordre était clair, limpide. Prononcé d'un ton posé, voire calme, mais qui ne souffrait d'aucune réplique. Sur un navire, la parole du capitaine avait voix divine. Sans attendre d'entendre son pas à ma suite, je me dirigeais vers ma cabine que j'ouvrais pour laisser passer la passagère clandestine de mon coeur. Et ce ne fut qu'une fois seuls dans ce lieu sur que je m'autorisais à lui adresser l'un de ces sourires familiers qui l'avait déjà fait craquer.

Par Poséidon mais que fais-tu là, Calista ?

A chaque mot, un pas. Puis mes mains vinrent se poser sur ses hanches et mes lèvres assoiffées se hâtèrent de reprendre vie au contact des siennes.
Lorsque je lui rendis sa liberté, je pris la direction d'une armoire d'où je sortis une délicieuse bouteille de rhum et deux verres.

Tu es décidément pleine de surprise... Cette coiffure te va à ravir.

D'abord séducteur et complice, je pris vite un air pensif en m'asseyant sur le rebord de mon bureau en chêne massif. L'oeil distrait, je fis tournoyer l'alcool dans mon verre, tout en réfléchissant à un épineux problème.

Les lois de la piraterie sont claires... D'ordinaire les voyageurs clandestins finissent dans la mer, un rocher attaché aux pieds. Non seulement tu t'es dévoilée à mon équipage, mais en plus ils savent désormais qu'une femme est à bord. Et... Je te vois venir ! Anna est ma seconde depuis des années, et l'équipage ne la considère même plus comme une femme à part entière vu son comportement rustre.

Le problème pouvait devenir plus sérieux qu'il n'y paraissait. Non pour la réaction de mon équipage, trop fidèle à ma personne pour se mutiner, mais à cause des rumeurs. Un marin et des blessés avait vu Calista. Il suffisait d'un beau parleur dans mes marins et l'écho de sa présence sur mon navire pouvait venir aux oreilles de Cinead. Et je doutais que le Légat ne soit ravi que sa précieuse soeur s’acoquine avec de vils pirates. Que faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mar 15 Nov - 22:21
Trois mots. Qui n'offraient nul refus. Oh certes, la voix était d'un calme olympien, mais il ne fallait pas être devin pour deviner qu'il refusait toute contestation de sa part. Elle lâcha un soupir avant de le suivre, alors qu'un sourire amusé naquit à la commissure de ses lèvres lorsqu'elle entendit derrière eux:

"- Ohlala, j'voudrais pas être à sa place. La p'tite va passer un sale quart d'heure. L'cap'taine a pas l'air enchanté."

Il ne serait pas dit que la princesse des Atlantes tremblerait face au Dragon des Mers. Avant peut-être, mais plus maintenant. Lorsqu'elle se glissa dans sa cabine et qu'il referma la porte derrière elle, la Belle s'était vivement retournée pour lui faire face, observant son sourire, avant de reculer alors qu'il s'approchait d'elle.

"- Ce que je fais là? Tu n'as pas voulu m'emmener alors je me suis simplement faite embaucher en tant que mousse."

Mais il fut rapidement sur elle, et lorsqu'elle inclina la tête en arrière pour le scruter, le forban en profita pour venir l'embrasser. Il sembla à la Demoiselle que cela faisait une éternité, et diable, que ce contact envoûtant lui avait manqué. Alors, elle s'était hissée sur la pointe des pieds, accentuant ce baiser en nouant ses bras autour de son cou, avant qu'il ne l'abandonne là, au milieu de la pièce le cœur battant à tout rompre. Un petit sourire sous la flatterie, alors qu'elle glissait ses doigts dans ses cheveux qui lui arrivaient un peu en dessous des épaules, commençant seulement à se faire à cette longueur.

Seulement, le temps n'était plus au badinage. elle laissa échapper un soupir, s'approchant doucement de lui. Elle prit la bouteille et vida un peu de son contenu dans le verre, qu'elle porta à ses lèvres pour l'avaler d'une traite.

"- Je ne vois pas où est le soucis. Primo, je ne suis pas montée à bord clandestinement. Deuzio, tu as besoin d'un mousse, étant donné que tu viens d'en passer un par dessus bord. Tertio, je peux me montrer toute aussi rustre qu'Anna. Dernier point, grand-père est au courant de ma petite escapade, et j'ai laissé une lettre à mon frère."

Elle se servit une nouvelle fois de l'alcool avant de déchirer le bas de sa chemise, qu'elle trempa dans le verre avant de la passer sur son dos, à l'endroit où la lame d'Endymion l'avait blessé. Elle bougea à peine sous les picotements, ni ne fit la moindre grimace, poursuivant la discussion, comme si de rein était:

"- Disons que si je suis là, c'est parce qu'il y a une certaine chose qui ne cesse de m'occuper l'esprit ces derniers temps, et c'est plutôt dérangeant. Connais-tu une certaine Rose? Une fille de joie, très belle au demeurant. Elle m'a beaucoup parlé de toi."

Oh oui, la jeune femme lui avait énormément parlé de son aimé. Et elle se rappelait encore la douleur qui avait été la sienne. Mais elle voulait l'entendre aussi de sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mer 16 Nov - 13:54
Ah les femmes et la jalousie... UN duo allant souvent de pair.
Une foule de possibilités s'offraient à moi : mentir, minauder, éluder, lancer la vérité abrupte. Il fallait bien réfléchir pour me sortir de ce traquenard. Tout à mes pensées, je m'avançais vers Calista pour lui prendre doucement des mains le bout de chemise imbibé d'alcool.
Par réflexe, sans même me rendre compte de ce que je faisais, je m'agenouillais pour mettre mon visage à vue de la blessure que je lui avais infligé.

Tu n'as pas mis assez d'alcool. Attention ça va piquer.

J'imbibais généreusement le bout de tissu avant de le passer sur le dos de ma belle. Après quelques instants de ce traitement sadique mais nécessaire, je restais immobile, me demandant si je devais m'excuser ou non. La réponse me vint en même temps qu'un sourire taquin.

Pour me faire pardonner...

Sans prévenir, mes lèvres vinrent se poser sur la peau douce de Calista, à quelques centimètres de sa blessure, de manière à ne pas appuyer dessus. Le baiser fut bref mais je l'espérais assez intense pour la faire frisonner. Une cambrure esquisse, une peau si douce et délicieusement parfumée... Même pour moi le moment fut savoureux.
Je finis par me redresser sans l'ombre d'un regret malgré le caractère osé de mon geste, avant de regagner ma place au bord de mon bureau. Il était temps de revenir à un problème urgent : ma "relation" avec cette Rose. Un instant d'hésitation et je me lançais dans un exercice périlleux : la vérité.

En effet, je connais Rose. Nous nous sommes rencontrés une seule fois, il y a quelques jours dans une taverne mal famée. Pour tout te dire sans rentrer dans les détails, j'y étais pour affaire et mon partenaire m'a proposer les services de Rose pour clôturer notre accord.

Un silence intense s'installa alors que je cherchais les mots adéquats. Pouvait-elle comprendre mon point de vue ? Je voulus y croire.

Je ne te mens pas sur qui je suis. Un homme de passion et pragmatique. Tu mas dit préférer savoir pleinement qui tu avais en face et je ne nierais donc rien. Un homme a des besoins, et moi encore plus que les autres. Je suppose donc que Rose t'a dit la vérité sur notre rencontre. Toutefois...

D'un pas vif, je réduis la distance entre Calista et moi pour saisir ses mains dans les miennes.

L'espace de quelques heures, cette femme a bénéficié de l'usage de mon corps. Mais toi Calista... Tu as volé mon coeur et nul être vivant en ce monde ne saurait te le reprendre.

Etais-ce la bonne stratégie ? Mon instinct me hurlait de mentir, de tromper, de modifier la vérité sous l'angle le plus favorable. Mais volontairement je le fis taire pour être honnête. D'un point de vue moral, Calista pouvait m'en tenir rigueur, mais au moins elle ne dirait jamais que je me jouais d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mer 16 Nov - 19:04
Tout en continuant à désinfecter sa blessure, l'Atlas guettait la réaction de son compagnon. elle se demandait quelle option il allait choisir, surtout que tout un panel de solutions s'offrait à lui. Oh bien sûr, il pourrait nier et lui mentir, mais s'il choisissait cette solution, elle ne le lui pardonnerait pas. Elle désirait simplement la Vérité. Visiblement, il semblait réellement se demander comment il allait pouvoir se tirer de ce mauvais pas. Lorsqu'il se glissa derrière elle, peut-être pour se donner le temps de la réflexion, et faire en sorte que ses gestes adoucissent ses remarques futures, Scylla ne protesta pas, et ne chercha pas à se dégager. Elle se contenta d'acquiescer à sa recommandation, prenant appui sur le bureau, alors qu'elle inclinait la tête, fermant les yeux. Un léger frisson la saisit au contact du tissu alcoolisé.

"- J'ai connu pire, ne t'en fais pas pour ça."

Et c'était vrai. Peut-être que le Dragon des mers remarquerait-il la cicatrice qui marquait sa chair tendre et délicate. Combien de temps restèrent-ils ainsi? Elle n'en savait rien. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle appréciait la douceur de ses gestes lorsqu'il s'occupait d'elle. Peu lui importait la réponse pour le moment. Après tout, elle avait attendu pendant des jours, elle pouvait bien encore prendre son mal en patience quelques minutes. Et puis, une chaleur bien délicieuse La caresse d'un souffle suivit d'un baiser appuyé contre sa peau. Son frisson, se fit plus intense cette fois, alors qu'une légère rougeur venait parer ses joues. C'était...agréable. Plaisant. Mais il y avait autre chose. Ce contact avait réveillé une délicieuse et exquise chaleur en ses reins. Du désir? Probablement. Pour preuve, le petit soupir délicat qui s'échappa de ses lèvres.

Calista fut presque déçue qu'il l'abandonne. Elle aurait aimé qu'il poursuive, mais lorsqu'il évoqua ce qui s'était passé, son visage se ferma tout simplement. Oh elle l'écoutait, attentive, mais elle masquait ses sentiments. Tout du moins le tentait. Une façon, en quelque sorte, de se protéger de ce qui allait suivre. Elle encaissa, et le doute s'installa en elle. Lorsqu'il vint s'emparer de ses mains, elle les lui retira avant de reculer de quelques pas en le fixant. C'était là. En elle. Douloureux. Alors, la Belle détourna la tête, se mettant à faire les cents pas, comme elle le faisait toujours lorsqu'elle était contrariée, ou que quelque chose la travaillait. Elle finit toutefois par s'arrêter, pour le fixer droit dans les yeux. Elle n'était pas en colère après lui, mais après elle. Peut-être que son inexpérience agaçait ou incommodait son Général. En tout cas, c'était ainsi qu'elle voyait les choses.

"- J'aimerais-te poser une question. Est-ce que je ne te rends pas heureux? Je veux dire, je sais que tu apprécies comme moi les moments passés ensemble. Je sais que tu as promis de ne pas me faire gagner ta couche avant que notre relation ne soit vraiment officielle, et c'est tout à ton honneur, mais..." Elle fit une pause, inspirant profondément avant de reprendre, murmurante, presque timidement. " Est-ce que je ne te satisfais pas?"

Ainsi voyait-elle les choses: peut-être que si elle s'était offerte à lui, il n'aurait jamais ressenti le besoin ou l'envie de se perdre et de s’enivrer les sens auprès d'une catin. Non ce n'était pas la colère qui déformait le doux minois de l'Atlante, mais belle et bien de la culpabilité. Culpabilité de ne pas être à la hauteur de ses attentes, et de pas parvenir à combler celles-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mer 16 Nov - 23:00
Pour tout dire, je m'étais attendu à tout sauf à cette réaction.
Fait étonnant, j'en restais purement et simplement bouche-bée.
Un coup de poing, des cris, des hurlements, une scène de ménage violente et redoutée. Un vol de verre ou d'objets du mobilier mais les mots et la peine, les doutes de Calista me causèrent bien plus de mal que tout ceci réuni.
La malheureuse n'y était pas du tout. Et c'était compréhensible, vu son inexpérience dans les choses de l'amour. A chaque pas de notre relation, Calista découvrait les plaisirs mais aussi la douleur de tels sentiments. Il était temps de faire preuve de pédagogie.
A travers le petit miroir posé sur mon bureau, je distinguais mon sourire niais, attendri par cette jeune femme et je me promis intérieurement que personne au monde à part elle ne puisse jamais le distinguer. Sous peine que ce rictus soit la dernière chose qu'il put voir.
Je pesais chacun de mes mots, avant de répondre dans un souffle.

Non Calista... Ne crois pas une chose pareille.

Oubliant mes discours, je réagis par réflexe en m'approchant d'elle pour lui tendre mes mains. Elle venait de me rejeter, donc mieux valait lui laisser le choix.

Toi et moi découvrons des sentiments nouveaux et d'une intensité... déroutante. J'échangerais avec joie toutes les nuits de décadence avec toutes les catins d'Atlantis pour une heure de discussions avec toi.

Pouvait-elle lire la sincérité dans mon regard ?

Me satisfaire... Je suis un homme jeune et attrayant et j'ai des besoins physiologiques, voilà tout. J'aime les femmes mais je ne suis pas insensible aux charmes des éphèbes. Un vrai dévoreur de tous les plaisirs qu'offre la vie. Mais toi... Tu m'offres une chose unique. Tu es la seule personne capable de faire de moi un autre homme, d'éveiller une part de moi que j'ai essayé d'effacer durant de longues années.

Vérité, vérité et toujours vérité. Une franchise qui me gênait mais nécessaire pour apaiser la femme chère à mon coeur. Ma voix baissa peu à peu jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un murmure.

Je suis ainsi. Je serais à jamais un diable avec l'humanité pour mieux satisfaire mes besoins égoïstes. Mais avec toi Calista... Je serais un ange.

Je tendis alors à la nymphe une carte étrange, à la surface vierge de tout ornement mais illuminée d'un halo azur.

Tu es mon âme, Calista. Ce qu'il reste de bon en moi.

Je lui offrais une promesse, espérant calmer ses peurs. Je savais ne pas vouloir ni pouvoir maitriser mon caractère égoïste et jouisseur, mais en lui offrant ce miroir unique de ma personne, je souhaitais qu'elle saurait ne prendre que le meilleur du monstre que j'étais. Pour mieux se détourner du pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Jeu 17 Nov - 19:20


La Belle se tenait au milieu de la pièce. Elle pouvait sentir sous ses pieds le doux roulis des vagues sur la coque du navire. En temps normal, ce mouvement aurait pu la bercer, l'apaiser ou encore l'endormir. Mais pas là. Elle avait tellement de questions et d'interrogations? Tout était-il de sa faute? Avait-elle fait quelque chose qu'il ne fallait? A moins que ce ne soit son inexpérience et le fait de vouloir la préserver qui le poussait à agir de la sorte?

Alors qu'il revenait vers elle, pour lui offrir ses mains, la jeune femme demeura immobile, l'écoutant, avec attention, buvant la moindre de ses paroles, soulagée, quelque part, de savoir qu'elle n'était pas la seule à apprécier chaque instant passé ensemble. Et de cela, elle ne doutait pas. Cela se voyait. Cela se sentait. Et puis, il y avait l'intensité et la sincérité de son regard, qui parlait à lui tout seul. Elle était touchée par ses mots. Savoir qu'elle était la seule capable d'éveiller cette part d'humanité qui restait en lui, la rendait presque émue.

Délicatement, elle s'empara de cette carte comme son bien le plus précieux au monde, l'observant avec la plus grande attention, avant de venir la presser contre son cœur.

"- M'offrirais-tu ton âme Endymion?"

Elle fit alors un pas vers lui. Puis un autre. Ses doigts vinrent effleurer avec légèreté la joue de son aimé, avant de venir écarter tendrement une mèche de sa longue chevelure. Elle l'observait. Ne perdait pas de vue le moindre de ces gestes, la moindre de ses réactions. Elle brisa ce silence en

"- Ces besoins..." Sa voix se fit presque timide. "...Ne suis-je pas en mesure d'y répondre car il n'y a rien d'officiel entre nous? Mais si ça le devenait, est-ce que moi seule te suffirais Endymion? Est-ce que tu parviendrais à te passer des catins et des éphèbes? Je sais que je te demande beaucoup, mais t'imaginer aux creux des bras de ces femmes ou de ces hommes me blesse, car c'est aux creux des miens que je voudrais que tu te perdes."

Une légère pause avant qu'elle ne reprenne:

"- Sais-tu de quoi je me suis aperçue toute à l'heure, quand cet homme te menaçait de son poignard? Que je ne désirais qu'une chose: veiller sur toi. Etre celle qui te protégerait. Pourquoi me diras-tu? La réponse s'est imposée à moi d'elle-même, comme une évidence à laquelle je ne peux échapper, et que je ne veux pas fuir."

Elle lui laissa le temps de digérer cette information avant de poursuivre, un doux sourire éclairant son minois:

"- Je t'aime Endymion. Et...je ne veux plus avoir à me cacher. Demeurer auprès de toi, est ce que je désire le plus au monde."

La Belle se tut alors, retirant sa main avant de reculer de quelques pas.

"- Bien sûr, tu n'es pas obligé de répondre à mes sentiments. Je préfère un silence à un mensonge. Je voulais juste t'offrir, moi aussi, la vérité."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Jeu 17 Nov - 20:14
Le diable qui offrait son âme. Pour tout dire, ce n'était pas là un grand présent. Pour ce qu'il en restait... Mais l'intention était là, le symbole aussi. Et je profitais de l'occasion pour ravir de nouveau ma belle.

Cette carte est vraiment spéciale. Si tu te languis de moi, observes-en les profondeurs et tu y verras mon sourire. Plus la carte sera brillante, mieux je me porterais. Une bonne façon pour toi de te rassurer sur mon sort.

Un moyen simple pour elle d'être certaine que là où je me trouvais, j'étais en vie et en bonne santé. Un esprit mineur dormait dans cette carte et son lien direct avec mon âme suffirait à garantir la pérennité de ce tour de magie. Je ne tenais pas à ce que Calista perde du temps à s'en faire pour moi. Par notre destin de généraux des mers, la mort pouvait frapper à tout instant. Mais inutile de lui rappeler ce fait.
Ses interrogations suivantes me glacèrent les sangs. Pour tout dire, je ne m'étais jamais posé la question. Moi, renoncer aux plaisirs de la vie ?! Quelques semaines auparavant, j'aurais éclaté de rire à cette simple évocation. Mais là... L'enjeu était grand. Lui mentir serait si facile... Mais je m'y refusais.
Autant y penser avec le plus grand sérieux. J'étais un hédoniste, un jouisseur. Je croquais la vie à pleine dent, sans limite, ni honte. Je désirais, je prenais. Calista voulait m'enfermer dans une cage dorée certes, mais une prison quand même.
Je levais les yeux et croisais son regard. L'amour que j'y lus confirma pleinement ses mots.
L'aimais-je en retour ? Oui, malgré moi. Reconnaitre de tels sentiments me navrait tant cela allait à l'encontre de ma nature profonde, mais je avais que lutter ne servirait qu'à nous rendre malheureux tous les deux, tout en me mentant éhontément. Je pris alors une grande inspiration.

Je partage tes sentiments, Calista. Je t'aime également, cela j'en suis certain. Rester près de toi, t'accorder ma confiance, construire un avenir en tenant ta main... Oui, je pense chacun de ses mots. Mais j'ignore si je serais capable de retenir mes pulsions.

Une peine incommensurable vint ternir les traits de mon visage, mais je devais aller au bout de ma pensée.

Ne l'oublie pas, tu aimes un beau diable. Je manipule, je mens, je triche sans honte. Sauf avec toi. Jamais. Je te confie mon âme et ce qui reste de bon en moi. Tu seras la seule au monde à en tirer bénéfice. Mais je suis incapable d'aller au delà. Il est impossible de faire taire ma noirceur car elle est une part de moi. Une part importante. Alors...

Je m'approchais d'elle avant de poser un genou à terre et de lever les yeux vers elle.

Si tu acceptes de détourner le regard de ma monstruosité, que tu acceptes d'ignorer ce dont je peux être capable sans retenue ni conscience... Si tu acceptes d'être la seule femme, la seule personne chère à mon coeur en ce monde, alors veux-tu m'épouser ? Ici, et maintenant. Comme garantie, comme preuve de notre amour commun ?

C'était le pacte le plus important, le plus dangereux même que je n'eus jamais proposer. J'acceptais de m'enchainer à cet amour destructeur, ardent, de renouer avec une certaine humanité. En échange, je demandais à cette âme pure de m'accepter tel que j'étais. Le meilleur pour elle, le pire pour le reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Jeu 17 Nov - 21:58
L'Atlas venait de lui ouvrir son cœur, lui avouant ses sentiments à son égard. Sentiments profonds et sincères. Si, lorsque leurs chemins s'étaient croisés, on lui avait dit qu'il deviendrait aussi important pour elle, jamais elle ne l'aurait cru et aurait ri au nez de la personne qui aurait suggéré cette idée idiote. Car oui, rien au moment de leur rencontre n'avait laissé présager pareil revirement. Et pourtant, au cours des dernières semaines, elle avait appris à le découvrir, découvrant cette partie de lui qu'il ne montrait qu'à elle seule, et elle avait aimé cela. Tous se méfiaient, mais pas elle. Elle avait abandonné son agacement pour laisser place à la douceur, réussissant là où les autres avaient échoués. Au fil de leurs rencontres, la Belle s'était rendue compte qu'elle appréciait chacun de leurs échanges. Il lui offrait un sentiment de liberté qu'elle ne connaissait pas jusque là.

Et voilà qui était étrange. En cet instant, elle prit alors conscience qu'elle l'enfermait, le privant de ce qu'il chérissait tant: sa liberté. Etait-ce si égoïste de sa part? Pourtant en cet instant, le visage de Calista s'éclaira d'un sourire magnifique. Pourquoi en serait-il autrement? Après tout, ne venait-il pas de lui dire qu'il l'aimait?

"- Je sais tout cela Endymion. Toi et moi sommes opposés en tout point, pourtant c'est un sentiment fort qui nous unis l'un à l'autre. Malgré tout, je ne veux pas que tu te sentes emprisonné. Je t'ai accepté tel que tu es, et je ne te demanderais pas de changer. Je sais qui tu es, ce que tu as pu faire, et ce que tu es capable de faire. Tu peux effrayer qui tu veux mon beau Diable, mais n'oublies pas ce que moi je suis également. Ne suis pas l'Etoile après tout? Cette petite lueur que tu trouveras toujours sur ton chemin pour te ramener à moi. Je suis ton garde fou."

C'était un fait. Une réalité. Et la Demoiselle souriait toujours, jusqu'à ce qu'elle s'immobilise en le voyant s'agenouiller face à elle. Un sourcil se leva, interrogatif, alors que son cœur commençait à battre la chamade. Se pourrait-il? Non impossible. Pas lui. Et pourtant. Rêvait-elle ou venait-il de lui proposer de l'épouser? Ici et maintenant. A jamais. Une seconde silence, avant qu'elle n'acquiesce, offrant très probablement le sourire le plus magnifique qui soit.

"- Oui."

Un simple mot à peine murmuré, et pourtant, on pouvait y déceler toute l'émotion de l'Atlante, alors que ses prunelles améthystes, quelque peu larmoyantes, laissaient clairement transparaître sa joie et son amour pour le Dragon des Mers. La seconde suivante, elle tombait à genoux devant lui, venant prendre son visage en coupe entre ses mains pour venir l'embrasser amoureusement, scellant cet accord, non, cette promesse, entre eux. Et puis, elle finit par rire. Un éclat franc, pur et cristallin, alors qu'elle prenait conscience d'une chose:

"- Si grand-père avait été là, je suis certaine qu'il aurait parié que ma réponse serait non. As-tu seulement conscience que tu viens de ravir la main de la jeune femme la plus courtisée d'Atlantis? De la célibataire endurcie qui a toujours refusé toute offre de mariage jusqu'à présent?"

Un sourire tendre, et le faciès de l'Atlas vient se nicher contre le cou de son aimé, alors qu'elle fermait les yeux, heureuse, profitant simplement de cet instant hors du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Ven 18 Nov - 22:38
J'éclatais de rire lorsqu'elle m'annonça que je venais de m'emparer de la jeune femme la plus courtisée d'Atlantis. Comme si je ne m'en doutais pas... Notre couple ferait bien des envieux, et je me régalais à l'avance des jalousies et des médisances. La belle et la bête !

Le diable ne saurait se contenter de moins !

Et je l'embrassais avec fougue, passion, un amour que n'était et ne serait réservé qu'à elle.
Après de longues et délicieuses minutes, je finis par relâcher mon étreinte pour gagner la porte. La main posée sur la poignée, je me retournais vers ma belle.

Ici et maintenant. Attends moi, je reviens vite !

Folie pure, je me retrouvais pleinement dans cette décision. Elle serait source de chaos, d'imprévisibles complications, mais Calista et moi nous en fichions.
Je marchais d'un pas rapide, vif, m'empêchait de courir. Du regard, je cherchais ma seconde et je finis par la trouver sur le pont. Palliant à mon absence, sans faire preuve de davantage de curiosité, une retenue que j'appréciais chez elle, Anna était affairée à faire nettoyer le pont du sang qui en salissait une bonne part de la structure.
Elle m'observa avec indifférence, mais je lus dans son regard une étincelle d'intérêt. Avais-je donc l'air si différent de d'habitude ? Plus fou peut être. Je lui expliquais en quelques instants mes projets et elle parvint à masquer partiellement sa stupeur. La demande n'était pas commune, mais je n'avais pas choisi ma seconde par hasard.
Certain que mes ordres précis seraient exécutés vite et bien, je retournais dans la cabine où je trouvais ma future épouse. Ses lèvres attirèrent aussitôt les miennes, et je ne la relâchais que pour croiser mon image dans le miroir de la cabine. Magnifique comme d'habitude, je réajustais mon col pour donner un semblant de sérieux et de solennité à mon apparence avantageuse, plus proche du catin de luxe que du bon père de famille.

Je suis désolé princesse, mais vous ne devrez ne voir de la richesse que dans mes yeux. Perdus sur ce navire, loin de tout, nous ferons fonctionner notre imaginaire.

Je me retournais alors vers elle pour l'embrasser sur le front.

Un jour, je te promets que nous aurons un vrai mariage. Luxueux, avec une multitude d'invités tous plus nobles les uns que les autres. Une cérémonie digne de toi. Mais pour le moment, nous ferons du mieux possible !

Anna choisit ce moment pour entrer, vêtue d'une robe hors d'âge mais du moins respectable. Deux marins la suivaient épuisés par le port de draps blancs découpés dans une voile, et de plantes aromatiques volées en cuisine.
En un tour de main, la misérable cabane fut redécorée au mieux.

Prête ? Lui dis-je en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Sam 19 Nov - 12:26
Un sourire à cet éclat de rire qui faisait écho au sien, et lui réchauffait le cœur. La seconde suivante, un baiser vint sceller les mots du Dragon des Mers, auquel la Belle répondit de la plus exquise manière, laissant leurs souffles se mêler, alors que ses doigts se perdaient dans sa chevelure, effleuraient sa nuque avec une douceur infinie. Un soupir contre ses lèvres lorsque l'échange fut rompu. Déjà, son beau Diable se relevait, et l'abandonnait là, les lèvres légèrement gonflées par cet échange presque sulfureux. Un tendre sourire en guise de réponse de la part de sa dulcinée.

"- Ici et maintenant."

Lorsque la porte se referma derrière lui, la jeune femme recula jusqu'à buter contre le lit, avant de se laisser tomber en arrière dessus, bras en croix. En cet instant, elle songea particulièrement à Nea et Evaimon. Elle aurait aimé qu'ils soient présents à ses côtés, mais elle savait pertinemment que le Légat n'aurait pas vraiment approuvé cette union. Mais tant pis. Elle savait ce qu'elle faisait. Et surtout, elle agissait comme le lui dictait son cœur.

Elle se leva vivement, prenant conscience que sa mise n'allait pas du tout pour un mariage. Sa chemise était déchirée, recouverte de sang. Elle était certaine qu'Endymion ne lui en voudrait pas si elle lui empruntait une des siennes. Alors elle se mit en devoir de chercher une chemise propre, prenant la première qui lui tombait sous la main lorsqu'elle regarda dans sa malle. Elle aurait tellement aimé avoir une de ses robes en cet instant. Une bête d'ombre apparut alors, l'Atlas lui donna son ordre et la Bête s'éclipsa pour réapparaître quelques secondes plus tard, tenant délicatement dans sa gueule une des robes de sa maîtresse. Un sourire et une caresse et elle s'empressa de disparaître derrière le paravent afin de se changer.

Lorsqu'Endymion revint, il trouva sa Dulcinée parée de la même robe qu'elle portait lorsqu'il était venu à elle ce soir où tout avait commencé entre eux. Une robe longue et simple, blanche, aux fines bretelles dorées et qui révélait son dos. Elle lui offrit un sourire presque timide, mais à nouveau il l'enveloppait de sa chaleur pour s'emparer de ses lèvres. Elle le trouvait particulièrement beau.

"- Peu m'importe la richesse mon beau Diable. Tant que nous sommes ensemble, le reste n'a que peu d'importance à mes yeux. Je suis heureuse que cela se passe comme cela."

Calista s'approcha de lui, venant rajuster le col de sa chemise en lui offrant un sourire doux et avenant, quelque peu touchée par ses paroles. Elle eut un sourire en voyant Anna arriver, accompagnée par quelques marins. La Belle fut touchée par les attentions de l'équipage, leur portant un regard bienveillant, quand son attention fut à nouveau captée par cette main qui se tendait vers elle. Si elle était prête? Ses mots parlèrent pour elle.

"- Ici et maintenant. Et à jamais."

Sa main se glissa dans celle offerte, alors que le regard améthyste demeurait ancré à celui de son compagnon, face auquel elle se plaça, tout sourire. Oui peu lui importait l'endroit, seule comptait la présence de cet être d'exception qui était parvenu à lui ravir son cœur. Elle écouta les paroles d'Anna, jusqu'à ce que celle-ci s'adresse à elle. L'Atlas fixa alors le Dragon des Mers:

"- Moi, Calista, je te prends toi, Endymion, pour époux. Je promets de t'aimer, de te demeurer fidèle et de te chérir dans chaque instant de notre vie, que ce soit dans la joie ou dans la peine et de t'offrir mon soutien à chaque fois que ce sera nécessaire."

Le regard améthyste ne lâchait en rien celui de son compagnon, alors qu'elle serrait avec douceur, un peu plus sa main dans la sienne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Dim 20 Nov - 21:46
Tout était désormais en place.
Bien loin d'une cérémonie digne d'une princesse, mais habilement improvisée. Les deux marins présents arboraient des visages joyeux, et leurs noms me revint : Albert et le nordique Sigvald. Des pirates compétents à qui je n'avais jamais spécialement prêter attention. Pour le coup, le chance venait de leur sourire.
Devant nous, Anna restait relativement neutre, sérieuse, presque empruntée mais je distinguais dans son regard une empreinte de regret. Dommage pour elle.

Calista, princesse d'Atlantis, moi Endymion, je te prends comme épouse. Je lie mon âme à la tienne, je t'offre le meilleur de moi même à toi et à toi seule. Pour toujours.

Je n'attendis pas l'autorisation de ma seconde pour embrasser ma femme avec fougue.
Ma femme, mon épouse... Quels mots étranges à mes oreilles, et pourtant enfin enrichis d'une réalité galvanisante. Qui aurait dit que je finirais moi aussi par succomber aux folies d'Aphrodite ? Et bizarrement, cela m'était égal tant le bonheur plein et entier venait d'exploser dans cette modeste cabine.
Je saisis Calista, sans décrocher mes lèvres des siennes, et la fit tournoyer dans mes bras. Empathique à l'instant, je perçus tout autant les applaudissements de nos spectateurs que leur émotion. L'amour était assez fort pour toucher chaque âme, même les plus froides.
Je finis par la relâcher pour reprendre mon souffle et constatais, amusé, que les esprits de mes cartes fêtaient à leur manière le bond de mon coeur. Ils étaient tous là, fantômes translucides postés contre les murs. Seuls des détenteurs de cosmos pourraient les voir, et je m'en réjouissais pour la santé mentale de mon équipage.

La fête ne fait que commencer !

La main dans celle de Calista, j'ouvris la porte de la cabine pour l'entrainer sur le pont. Faisant fi des prisonniers, recalés dans la cale, mon équipage avait ériger une grande table bancale sur laquelle trônait une bonne part de nos réserves d'urgence. Certes, ce n'était pas un véritable banquet, mais ils avaient fait au mieux.
Je m'installais en bout de table, indiquant la place voisine de la mienne à mon épouse et tous les pirates prirent place. Le rhum coula à flots, allant de pair avec des dizaines de toast.
Ce ne fut qu'à une heure tardive, où je susurrais à Calista qu'il était temps d'aller prendre un peu de repos dans ma cabine. Heureusement pour moi, je tenais fort bien l'alcool... Quelle fête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Dim 20 Nov - 22:37
L'Atlas demeurait le regard sur lui, se perdant dans ses prunelles tout en écoutant les vœux prononcés. Le meilleur de lui-même, pour elle, et uniquement pour elle. Elle en était touchée, être la seule capable de le voir tel qu'il était vraiment, la seule à connaître ses bons côtés. Un sourire, alors qu'elle retenait ses larmes. Car oui, il fallait bien l'avouer, la princesse des Atlantes était émue. Un baiser, gage d'une promesse qui, elle en était certaine, il s'évertuerait à tenir. Vivement, elle avait noué les bras autour de son cou, avant de rire lorsque son époux la souleva dans les airs.

Son mari... Lorsqu'elle s'était embarquée dans cette aventure, elle avait été loin de se douter que deux jours après, elle se retrouverait mariée. Mais elle ne se plaignait pas de son sort, bien au contraire. Elle était heureuse. Oui Et cela se voyait à cet éclat qui illuminait son merveilleux regard. Autour d'eux des applaudissements. Elle leur offrit un sourire, et manqua s'étouffer en constatant la présence des esprits des cartes du Dragon des Mers tout autour d'eux. L'absence de réaction des hommes de l'équipage lui fit comprendre qu'ils ne pouvaient les voir. Pour autant, tout ne faisait que commencer.

Elle se laissa entraîner, relevant légèrement le pan de sa robe pour ne se prendre les pieds dedans et chuter. Cela aurait été fort dommage. La Belle s'amusa de la vue de ce banquet improvisé, en fut touchée. D'ailleurs, lorsque les marins vinrent les féliciter tour à tour, la Belle déposa un baiser sur la joue de chacun d'eux, venant en un instant de conquérir les cœurs de ces pirates. Ce qui l'amusa grandement d'ailleurs, car force était de constater que derrière leurs allures de gros durs, se cachaient des cœurs tendres. Tout du moins avec elle.

Manger, boire, chanter, danser...Bref festoyer. Tel avait été le programme de cette journée merveilleuse. Et la jeune femme n'était pas restée en reste, battant le rythme de ses pieds nus, offrant un chant aux membres du Roue de la Fortune, avant de danser chaleureusement avec ceux qui demandaient à ce qu'elle leur en accorde une. Ses rires remplissait l'air de joie et de gaieté. Et pendant tout ce temps, elle n'avait eu d'yeux que pour l'homme qui lui avait ravi son cœur.

Il finit par la ravir des bras d'un marin, après que la jeune femme ait adressé à ce dernier une révérence. Prendre du repos dans sa cabine. Et avant qu'elle n'ait pu répliquer, la Belle se sentit soulevée dans les bras d'Endymion, alors qu'elle venait nouer ses bras autour de son cou, laissant sa tête reposer contre son épaule.

"- Profitez bien Capt'aine, et vous en faites pas, on s'occupe du navire!"

Commentaire accueilli avec joie par le reste de la troupe. Contre sa poitrine, le cœur de la jeune femme se mit à battre plus fort, car du repos, il n' en aurait guère, du moins pas encore. Lorsqu'ils furent parvenus dans la cabine, elle s'amusa de le voir refermer la porte d'un coup de pied, avant qu'il ne la pose délicatement sur le sol. La Belle demeura un instant immobile, avant de tout simplement avancer en direction du lit, grimpant dessus pour aller s'asseoir au milieu de celui-ci.

"- Dites-moi mon cher pirate d'époux, la fête est-elle donc réellement terminée?"

La jeune femme l'observait en souriant, l’œil pétillant de malice et d'espièglerie. Une petite provocation, gentille.

"- Car voyez-vous, il se trouve que je suis dans l'incapacité de dormir. Je suis encore bien trop enthousiaste par toute cette fête en notre honneur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mar 22 Nov - 13:40
Une bien belle soirée qui allait se finir par un feu d'artifice.
Je l'observais danser, m'amusant de la voir séduire mon équipage de rustres et de coupes jarrets avec facilité. En cela, nous nous ressemblions. Qui aurait dit lors de notre première rencontre que notre histoire allait prendre cette voie ? Je la renvoie occupée à réciter des leçons aux orphelins dont j'avais menacé la vie, par jeu.
Que de chemin parcouru... En bien ! Un verre à la main, je dévorais des yeux mon épouse tout en réfléchissant aux conséquences de notre folie. Il était clair que cette initiative risquait de faire des vagues. Je pouvais laisser Calista gérer ces remous, ou prendre le temps de m'en occuper en personne. Dès le retour au port du navire, il serait sage de rendre une petit visite à Cinead pour l'en informer en personne. Je craignais une réaction explosive, mais plus vite le frère de ma belle serait au courant, mieux cela vaudrait.
Il en serait donc ainsi.
Quelques minutes plus tard, nous étions de retour dans ma cabine. Amusé, je constatais que Calista n'était en rien fatiguée de sa folle nuit et je m'en réjouis intérieurement, ce qui se matérialisé par un sourire mystérieux.

Il ne saurait y avoir de fête digne de ce nom sans bouquet final.

Avec lenteur, je déboutonnais ma chemise avant de la jeter au sol, sans me soucier de la poussière. Pour un maniaque tel que moi, le fait était réellement exceptionnel. Sans quitter ma belle des yeux, je vins la rejoindre sur le lit pour l'embrasser avec avidité quelques secondes.

Deux généraux des mers dans une telle situation... Je me demande s'il y a un précédent dans l'histoire. Dans tous les cas, il va falloir que je sois fidèle à ma réputation pour que tu ne soit pas tentée de regretter ton engagement.

Nous entrions pleinement dans l'un des domaines où j'étais le plus expérimenté. Tout autant que la manigance et la manipulation, la luxure était l'un de mes péchés mignons. L'une de ces qualités naturelles dont j'avais longtemps fait usage pour obtenir le fruit de mes désirs tant vénaux que charnels. Pour la première fois, ces années de pratique allaient servir à un usage dédié à l'amour. Une nouveauté, un défi palpitant à relever.
Devenu presque félin, prédateur, je me redressais pour me diriger vers la porte de bois. La clé tourna dans sa serrure et une nuit unique commença.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   Mar 22 Nov - 19:18
La jeune femme observait avec un doux sourire son compagnon...Non son époux. Elle guettait ses gestes, l'observant se défaire de sa chemise pour la laisser tomber à terre. En cet instant, elle le trouvait absolument magnifique, et lorsqu'il la rejoignit, elle ne put que s'abandonner à ce baiser avide. La Belle reprenait son souffle, esquissant un petit sourire tendre, alors que presque timidement, elle laissait ses doigts fins effleurer avec délicatesse ce torse qui lui était offert, en redessinant les muscles.

"- Oh, je pense que si l'on recherchait dans les archives Atlantes, je suis certaine que des Généraux ont déjà franchis ce cap. Certes, Mère était Lieutenant, mais ça ne l'a pas empêchée d'épouser mon Père."

Calista manqua de rire à l'ironie dont il faisait preuve en parlant de sa réputation, avant de l'observait s'éloigner. Elle pouvait sentir son cœur palpiter, là, contre sa poitrine, alors qu'un "clic" caractéristique laissait clairement entendre que la porte était close. Le message était clair: le Diable ne souhaitait pas être dérangé. Et lorsqu'il se tourna vers elle, la Nymphe ne put réprimer un frisson à la vue de ce que son regard exprimait. Pourtant, le sien n'exprimait nulle crainte. Lorsqu'il était revenu à elle, elle s'était laissée étreindre, et la suite se perdit dans un maelström de sensations nouvelles et tellement magiques.

La jeune femme avait répondu à chacun de ses baisers, chacune de ses caresses, n'ayant nulle honte à se découvrir face à lui. Les hommes aimaient cela lui avait dit Rose, et visiblement c'était vrai. Et puis, elle avait le sentiment qu'elle voulait toujours plus. Ses mains caressaient, effleuraient et découvraient le corps de l'Ephèbe, elle se délectait de chacune de ses réactions, heureuse de se découvrir un pouvoir sur lui, tout comme il en possédait un sur elle. Car oui, son propre corps réagissait à son contact, recherchait celui-ci, en s'arquant et se pressant contre le sien. Plus il la touchait, et plus elle désirait. La Belle tremblait, et pourtant, elle ne ressentait pas le froid. Non, ce dernier était bien loin. Seule demeurait cette chaleur aux creux de ses reins qui ne demandait qu'à être apaisée. Lorsqu'elle finit par se faire implorante, et haletante, conquérant, il la fit sienne, sans que leurs regard ne se lâchent. Soupirs, murmures et gémissements, avant que le silence ne se fasse à nouveau.

Combien de temps s'était-il passé? La jeune mariée ne le savait pas, tout ce qu'elle savait c'est qu'elle avait fini par s'endormir après avoir connu cette petite mort. Un feu d'artifice avait-il dit. Et il avait eu raison. A ses côtés, Endymion demeurait endormi. Lovée contre la chaleur de son corps, la Douce, scrutait son faciès parfait, se délectant de cette vue sereine et apaisée qu'elle pouvait y lire. A jamais leurs destins seraient liés. Cette union, elle la chérirait, peu lui importait les médisances ou encore l'incompréhension des uns et des autres. Elle se battrait pour elle, quoiqu'il advienne.

Songeuse, se fut la caresse des doigts effleurant ses flancs qui la tirèrent de ses pensées. Alors, les iris améthystes croisèrent le regard de l'Aimé. Un sourire, et déjà il capturait ses lèvres. Il ne lui fallut guère longtemps pour faire oublier à la jeune femme ses sombres pensées, en lui faisant redécouvrir ses sensations grisantes. Elle l'aimait. C'était là tout ce qui importait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Message Re: [1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[1ers jours Septembre 550] Wheel of Fortune (PV Endymion)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1ers jours de Juillet 550] L'Éveil des Fléaux [Event Berz]
» [1ers jours de juillet] De nos gouttes de sang naissent un sacrifice équitable [Oropher vs Dragos]
» [1ers jours d'Octobre] Perte de repère et inquiétude [PV Alvis]
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Reste du Monde-
Sauter vers: