Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AkiravatarArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
154/154  (154/154)
Message [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Lun 21 Nov - 10:04

Akir avait enfin passé la porte d'Obsidienne et se mettait en route pour passer par la porte des crâne comme on lui avait indiqué, il rencontrerait surement d'autres compagnons mais seraient-ils aussi sympathique qu'Ester? Il le saurait sans aucun doute bientôt car il arrivait en vue de la porte. Il ne savait pas trop quoi en penser, l'échange avec la jeune fille avait été particulier. Sa méfiance et sa prudence avait laissé pensé que certains Berzerkers étaient à prendre avec des pincettes. Akir devrait surveiller son honnêteté qui pourrait attirer l'animosité de certains de ses pairs.

Après avoir donc passé une muraille de pierre semblant être faite du noir le plus sombre et semblant emprunt d'une étrange énergie, il arriva devant la porte, le bâtiment était fait d'une peau bouffie et boursouflée parcouru de veines mauves et battant à la cadence d'un cœur.

C'est un peu répugnant pensa-t-il. Je comment qui a osé toucher à main nue ou encore pire gouter le goût de cette chair d'aspect immonde.

Les quelques gardiens gardant l’entrée n'étaient pas plus ragoutants, des amas de chairs se déplaçant étrangement et formés de membres en pagaille ne suivant aucune logique. Akir passa prêt d'eux et il le regardaient passer sans rien faire, il savait qu'ils n’attaquaient pas quelqu'un qui allait servir leur maître, mais par respect Akir s'inclina humblement pour les saluer.

Pas de réponse, Arès ne les a sans doute pas doué de parole car tel n'était pas leur but. Il ne pu pas s’empêcher de frissonner un cour instant car fixer ces horreurs chaotique était assez difficile surtout quand c'est la première fois qu'on en voit. Mais bon il imagine qu'a la longue il s'y ferait à ces visions. Il passa donc la porte et s’engageât dans ce que l'ont appelait le dédale de chair.




Dernière édition par Akir le Mer 23 Nov - 11:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1394-akir-du-tigre
CésaravatarArmure :
/

Statistiques
HP:
140/140  (140/140)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
181/181  (181/181)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Lun 21 Nov - 16:16
    La guerre est terminée et les gens sont rentré en dédales. Il s’en est passé des choses depuis, mais j’ai pas tellement envie d’en parler. Mais bon, on est de retour dans les couloirs puants et putrides. Dans ces boyaux infâmes qui nous servent de maison. Mais ils ont quand même quelque chose de sympa, la petite boîte puante que m’a donnée Zvez'. Mais bien des choses ont changé depuis lors. J’ai relu mes carnets et oui, le monde a changé depuis lors. La musique aussi a changé, je l’entends parfaitement maintenant. La musique de la douleur. J’étais parti assez tôt de ma boîte ce jour-là, enfin, plutôt, je n’y étais pas rentré et j’avais encore passé la nuit je ne sais plus trop où. Je me souviens juste du moment où le sol s’est diablement trop rapproché de mon visage et puis paf, le bruit spongieux de la collision avec le sol organique du dédale.

    Pour une fois, ce sale petit fils de pute n'a pas essayé de me bouffer. Peut-être que c’est bon signe ou j'suis simplement plus tout à fait à son goût. Bof, rien à foutre après tout. Dormir sur le sol du dédale, c’est un peu comme dire à un zoophile que t’as un chat dans la gorge. Mais cette fois ça s’est bien passé. Juste que bon, on dort pas sur des boyaux sans risque et je me suis retrouvé couvert d’une espèce de mucus sanguin coagulé. De quoi encore avoir l’air d’un artiste, c’est que mine de rien, je commence à me faire une petite réputation ici. Le seigneur du vice et des excès comme dirait l’autre. C’est vrai que ce titre-là est assez amusant je dois dire et si un jour, je devrais m’oublier et sombrer dans l’ambition et l’espoir, je pense que c’est un nom que j’aimerais vraiment porter. Mais je suis loin d’être stupide et je suis le seul à avoir les yeux ouverts. Sur la vie et l’espoir.

    Je me suis donc mis en route vers l’entrée du Dédale, c’est pas que j’avais envie de sortir, mais c’est souvent là qu’il se trouve des trucs intéressants à faire et des gens drôle à rencontrer. Mais arrivé proche de la porte du dédale. Je me prends la tête entre les mains et pousse un long râle de douleur. Salope. Je relève alors ma manche et plante mes dents dans mon bras, laissant doucement le sang couler de l’empreinte de mes dents enfoncées dans le muscle tendre de mon bras. Je sens le coup particulier et métallique du sang dans ma bouche. Bien c’est un début. Je reste là donc quelques longues secondes à profiter de l’écoulement sanguin pour retrouver un peu de clame et une respiration moins saccadée. Je pousse un profond soupir et je vois déjà la plaie sur mon bras se refermer, il me faudra plus...

    Je reprends alors ma marche, difficile et qui a toutes les caractéristiques de celle d’un ivrogne alors que je n’ai pas bu la moindre goûte d’alcool depuis hier. Je vois donc là un mec perdu, qui semble vagabondé sans vraiment savoir où il va. Bien, c’est lui qui fera l’affaire de toute façon. Je m’avance donc vers lui, titubant et je mine de tomber le front. Coup de tête dans le torse. Bon, ça sonne un peu, mais vu le quotient intellectuel des animaux qu’on croise dans le dédale et dans l’armée d’Arès en général, ça devrait être suffisant pour qu’il soit désireux de me cogner dessus. Et avec un peu de chance, je suis tombé sur un connard venu chercher son armure. Il pourra donc utiliser son cosmos. Et je pourrais alors entendre la musique et le faire danser !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1080-cesar-aspirant-pres-a
AkiravatarArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
154/154  (154/154)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Lun 21 Nov - 20:19
Akir venait à peine de rentrer qu'il croisait un second habitant qui semblait avoir trop bu la veille.

"Un autre Berzerker, un gardien ou un pauvre gars qui ne sais plus ce qu'il fait ici?

Maintenant l'arrivant semblait débouler dans la direction d'akir tout en fonçant la tête la première en tombant. Il fit un pas sur le coté avec toute la célérité dont il était capable car il n'avait pas envie de se faire tâcher les vêtement blanc par quelqu'un qui était couvert de bave et de substance rouge coagulée dessus. Ce n'allait pas qu'il était précieux, mais ça le dégoutait un peu.

L'homme ivre tombait lourdement sur le sol le front en premier. Il voulu faire un pas pour lui tendre la main mais il venait soudain de se rappeler quelque chose d'évident. Il est dans le domaine d'Arès et aucune personne saine d'esprit fut elle complètement saoule ne viendrait jamais s'aventurer dans un endroit d'apparence aussi effrayant. Et l'alcool il était allé se le procurer lui même dans ce désert vert ou il n'avait à présent rencontré que 2 personnes entre la frontière grecque et maintenant? Cet homme n'était pas net, il y a bien une raison pour laquelle la jeune fille était autant sur la défensive? Ils cachaient tous un coté sombre tout comme lui, il étaient tous sembles car ils possédaient ce coté noir et cet alcoolique ne devait pas faire exception. De plus la charité n'était pas son fort qui sais ce qui lui réservait ce nouvel arrivant.

Il l'interpella sans états d'âmes : Hé! Truc! Tu peux te lever? J'ai pas besoin de te relever moi même au moins? Tu n'est un simple passant surtout si tu est ici. Je ne sais pas ce que tu as voulu me faire mais j'ai pas envie de me salir en me frottant à ces espèces de truc répugnant qui coulent de tes vêtements.

Il attendait en fixant les bras croisés une réaction de l'homme à terre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1394-akir-du-tigre
CésaravatarArmure :
/

Statistiques
HP:
140/140  (140/140)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
181/181  (181/181)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Mer 23 Nov - 18:37
    Putain le fils de pute, il a bougé. Bon, j’ai l’habitude de voir le sol se rapprocher assez vite de mon front comme ça et j’ai réussi à faire une petite roulade pas piquée des hannetons. Quelle expression de merde pourquoi je dis ça moi putain ? Enfin bref, j’ai habilement réussi à placer mon bras sur la chute pour rouler sur mon épaule, provoquant au passage un bruit sordide en touchant le sol spongieux du dédale pour me retrouver plus ou moins sur mes pieds dos à l’autre enculé que j’avais voulu provoquer. Voilà que je suis encore tombé sur un attardé mou du genou. Y'a vraiment que ça dans ce putain de boyaux, le véritable trou du cul du monde, et pas à cause de sa tête d’anus mais de sa population de connards. Et puis le voilà qui me parle en plus !

    « - Je suis déjà debout connard ! »

    Bon, je l’ai un peu coupé dans son dialogue, mais il avait qu’à ouvrir un peu les yeux merde. Puis si c’est pour dire de la merde aussi. Oh mais c’est qu’il va en raconter des conneries. À un niveau putain, j’en ai déjà vu des connards mais des comme lui… A là là,, j’ai pas envie de me salir. Mais c’est un guerrier d’Arès ou un éphèbe venu servir pour le soulagement de certaines pulsions des autres crétins . Je suis sur qu’il serait du goût de Kostas, dans tous les sens du terme. Pour avoir une si grosse épée, il doit cacher des choses l’animal ! Mais qu’est ce que vous voulez que je fasse d’autre si ce n’est lui rire au visage ? D’un rire traduisant l’amusement sincère de la situation. Il veut pas se salir hein ? Je porte alors mon pouce à mes lèvres et mords dans pour arracher un bout de peau et faire couler mon sang.

    J’agite un peu la main pour faire voler le carmin et le liquide ainsi projeté hors de mon doigt vers l’air semble s’arrêter et se mettre à flotter dans le vide, comme hors du temps pour quelques petites secondes. Puis, en ouvrant alors mon poing, la myriade de petite gouttelette de sang se sont alors dirigé droit vers ses habits trop blancs de gros enculés. Voilà, celle-là bâtard, tu pourras pas l’éviter. Ou du moins, l’éviter totalement, donc, fatalement, tu seras sali par mon sang et là, on va pouvoir commencer à se marrer. À moins qu’il me sorte un truc de téléportation ou ce genre de pouvoir de gros enculés, je devrais pouvoir réussir à saloper ses fringues.

    « - Bien, maintenant que madame la princesse précieuse est sale on va enfin pouvoir . A moins que tu préfères te changer et retoucher ton maquillage avant ? »

    Imbécile matérialiste. Tu découvriras bien assez vite, qu’il n’y a ici que des gens sales. Que rien n’est propre. Les vêtements, les corps, les âmes. Tous ici, pour vivre dans des entrailles, doivent être sales. Alors autant que ça soit moi qui t’ouvre les yeux sur cette partie de la réalité. Toi, qui serais trop naïf, trop propre, trop loin de la réalité du monde et de son absence de sens. Il te faudra comprendre que tu es de la merde, que tu n’as aucune valeur, que tu n’es et ne sera jamais personne. Mais je vais t’aider. Moi, le seul à avoir les yeux ouvert dans ce monde d’aveugles. Et surtout, on va enfin pouvoir se battre et j’aurai ce que je désire tant, la souffrance dans sa totalité. La douleur baignée dans sa sauce d’adrénaline. La souffrance, pas aussi pur que celle de Velya, mais la souffrance quand même !


Citation :
César défit Akir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1080-cesar-aspirant-pres-a
AkiravatarArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
154/154  (154/154)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Mer 23 Nov - 19:42
Il venait de se lever à une vitesse prodigieuse, Akir ne s'y attendant pas resta quelques secondes interdit. Le temps au clochard de faire son étrange manège avec son sang. Premier indice ses pouvoirs on l'air lié à son sang, et le fait qu'il lui en ai tartiné la tunique était soit une provocation ou un piège. Il ne mit pas longtemps à le décider. Ce déchet décidément avait des capacités insoupçonnées qui avait eu l'avantage de le surprendre.

"Alors comme ça c'est dans ton sang que se concentre ton énergie? Je vais devoir m'en débarrasser vite fait. Sale petit vicieux va! T'inquiète pas va je te réserve une surprise qui risque bien de t'étonner, crois moi." pensa-t-il en enrageant de plus en plus intérieurement. Sa colère était en train de monter de plus en plus, il sentait que son énergie enflamma son cœur.

"Tu sais faire voler ton sang bravo, mais moi je vais te faire voler."

Il éclata d'un rire sardonique. Que lui arrivait-il? Il était impulsif mais pas à ce point, on aurait dit que quelque chose augmentait sa fureur. Il vit dans sa tête une imagen la tête d'un énorme tigre rugissant et il sentait sa fureur accompagner la sienne et fusionner. "C'est elle, elle vient m'aider à gagner ce combat, elle augmente ma colère et fait croître mon esprit combatif." se dit-il pour lui même. Il se sentait plus confiant, il n'était pas tout seul, c'était l'épreuve que son armure avait choisi, il fallait s'en montrer digne et lui défoncer sa salle tronche de pochtron.

"J'en ai rien à cirer de mon drapé, mais toi t'as besoin qu'on te remettre les idées en place sale poivrot. Tu es rapide mais mon bonhomme t'est pas le seul...Je vais tellement te lacérer le visage en lambeaux que ta mère te reconnaitra même plus!!!" éructa très violemment Akir, il se sentait pousser des ailes et il sentait que ce coup ci il allait battre des records de vitesse son adversaire risquait d'être très étonné si il pensait que le jeune homme avait utilisé tout sa rapidité dans la démonstration de tout à l'heure. Il appuya sur les garde de ses armes pour faire ressortir les petites griffes de sous les manches de sa toge. Ca faisait tellement longtemps qu'il ne s'était plus entraîné sur un cible vivante. Il s'en lécha les lèvres d'avance et il espérait que son adversaire imbibé allait souffrir.

Citation :
défi accepté, c'est l'heure Dudududu Duel


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1394-akir-du-tigre
AkiravatarArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
154/154  (154/154)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Jeu 24 Nov - 10:30
"La tempête se lève, accroche toi ça va un peu secouer.", il allait lui montrer lui ce qui était rapide. Impossible qu'il puisse bloquer il savait que ça allait aller trop vite pour lui. Il sautilla sur un pied comme pour se donner un impulsion puis parti comme un éclair.

La technique redoutable qu'il allait utiliser était bien utile et il se dit qu'il montrerait à ce type de quoi il pouvait être capable. D'un éclair blanc, Akir se retrouvait à quelques pas de son adversaire qui n'avait pas bougé. Il in profita pour lui décocher un uppercut assassin et l'envoya en l'air. C'était le moment il hurla ;

"La détente du tigreeee!!!" , il enchaîna "Tu pensais que ce serait tout hein?"

Pour Akir le temps semblait avoir ralenti et lui permit de porter une seconde attaque à son adversaire. Pour son opposant, il semblait jusque qu'Akir avait disparu et était remplacé par un éclair de lumière blanche et rouge qui se trouvait à son contact. Il fit un petit bon pour se retrouver en face de son opposant et plaça un enchainement destructeur de directs du droit et du gauche. Il fini par un coup plus puissant pour terminer son attaque, il fit un salto arrière et retomba sur ses deux pieds, il se remit vif comme la foudre en position de combat car la contre attaque adverse n'allait pas tarder à suivre et il s'attendait à tout vu le bonhomme. Tout en étant en position il tenta, à son moindre niveau vu l’expert en face, quelques piques bien senties.

"Et alors t'en pense quoi de ça? C'est pas mal je trouve étant donné que ça faisait un pti temps que je n’avais pas pu me donner un peu à fond. N'abandonne surtout pas tu me décevrais énormément. Montre moi ce que tu sais faire, je veux voir si je peux te respecter pour ta force ou te mépriser tellement tu es faible."

Les dernières paroles n'était pas des paroles en l'air Akir avait énormément de respect pour les personnes qui savaient se battre, mais il ne savait pas si cet espèce de poivrot réussirait à lui donner le change, mais il lui avait crût apercevoir un certain potentiel chez cet homme. "Fait moi plaisir, donne tout ce que tu as". Enfin il le verrait vite, à présent, il attendait la réponse de son opposant.





Dernière édition par Akir le Dim 4 Déc - 19:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1394-akir-du-tigre
CésaravatarArmure :
/

Statistiques
HP:
140/140  (140/140)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
181/181  (181/181)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Jeu 24 Nov - 17:54
    Ah bah voilà ! Madame la princesse précieuse commence à s’énerver, on va enfin pouvoir s’amuser tranquillement ! Qu’est-ce qu'il faut pas faire pour provoquer les gens et les pousser à bout ici dans ce pays du connard. Heureusement avec la meuf de Zvez' c’est bien plus rapide et elle a la hache facile. Je me demande qui d’eux deux portent la culotte et s’occupe du cas de l’autre. Faudra que je lui demande à l’occasion. Et après sa petite insulte, une étrange et enivrante mélodie s’est mise à émaner de son énergie. Oui… c’était la chanson de son armure. Le doux bruit du tigre. Même si ici, il ressemblait plus à un gentil chaton qu’à un vrai tigre féroce, mais ça viendra. Il faut dire que, d’après les bruits qui courent, l’ancien porteur de la cuirasse du tigre était un sacré animal, dans tous les sens du terme et qu’il aurait même mangé un morceau de dédale. Ce qui est assez classe il faut le dire, de donner à ce gros enculé de dédale la monnaie de sa pièce ! Bien, que ta cuirasse te regarde te battre, c’est bien. Offrons-lui ton sang et ta douleur en guise d’offrande !

    J’ai doucement laissé passer ma langue le long de mes lèvres quand j’ai vu les griffes étranges qu’il a fait apparaître. Par contre, ce sale enculé était rapide, il fallait bien lui reconnaître ça. Même si j’ai faits des progrès avec Zvez, il reste que la vitesse c’est pas forcément mon point fort. Bon, on m’a dit aussi que le fait de préféré se manger les baffes qu’on peut éviter aussi, mais c’est un détail technique. Et les détails, ça me cassent les couilles. Je sentis mes pieds décoller du sol et une violente douleur au menton ainsi que dans ma bouche. Une violente brûlure. Je me suis mordu la langue. J’ai alors simplement craché le sang dans ma bouche et laisser mon cosmos le rendre solide et capable de bloquer la suite des coups dirigés droits contre moi. Il s’est alors mis à frapper comme un attardé. Oui, le genre de mongolien qu’on trouve ici. Mais tout ce qu’il a balancé, ça s’est retrouvé dans mon sang solidifié. Dommage que j’ai pas pu prendre ces mandales-là… Mais où serait le plaisir si la souffrance était à sens unique ? De nouveau sur mes deux pieds, je me dresse et crache enfin le bout de langue que j’avais coupé. Et les quelques galons de sang qui commençaient déjà à emplir ma bouche.

    Je déploie doucement mon cosmos et tire la langue en seule réponse à ses petites provocations, du moins pour le moment. Et je le laisse admirer la chair que j’avais crachée par terre se reformer et se régénérer à une vitesse accélérée. Après avoir pourléché mes babines pleines de sang je lui réponds enfin :

    « - C’est de la merde. Tu sais, tu fais le malin, mais tu es un aveugle qui ne vois rien. Ici, plus qu’ailleurs, tu es de la merde. Nous sommes tous de la merde. Inutile, prête à servir à tout. Tu vas rencontrer des gens ici qui vont te regarder ici en riant après ta petite démonstration. Je suis le bas de la chaîne alimentaire ici. Mais tu es encore en dessous de moi. Laisse-moi t’ouvrir les yeux. T’offrir la liberté. Et la liberté… ça passe par la souffrance !»

    Et au moment où je termine ma petite réplique, je tends ma main vers lui et mon cosmos s’étale alors comme le vent. Frappant sa tête et lui offrant un petit aperçu du monde de plaisir dans lequel je vis. Un petit aperçu de cette douleur extrême que très peu sont capables de supporter. Faudra que je la montre à Zvez' celle-là, je suis sûr qu’il serait content ! Puis, pendant qu’il est occupé à se débattre avec la douleur que j’ai lancé vers lui, je soulève mon vêtement et la laisse tomber par terre. Laissant le sang s’animer comme un parasite tentaculaire et lacérer mon corps. Puis, saignant toujours plus, je tends ma main droite vers lui. Le sang, ainsi animé et volontaire, se déchaîne contre lui. Fouettant, plantant, griffant, lacérant. Tout pour faire mal. Et, plus subtilement, une petite partie de mon propre sang c’est doucement glissé dans ses veines. Voilà qui devrait être drôle.

    « - Et ce n’est que le début. Commence donc par toucher le fond, et nous parlerons de tout ça en détail plus tard ! »

    Il faut avoir tout perdu, pour être libre de faire ce qu’on veut.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1080-cesar-aspirant-pres-a
AkiravatarArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
154/154  (154/154)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Ven 25 Nov - 21:37
Akir repris un peu ses esprits, il n'est plus tout à fait lui même quand il fonce dans le tas comme ça. Il avait fait une erreur, son attaque cosmique il aurait dû la balancer dés maintenant l'effet se serait fait sentir le temps qu'il contre attaque. Erreur de débutant,...il faut dire qu'il n'avait eu l'occasion que de battre des éveillés très faibles qui ne savaient même pas lancer de vraies attaques avec leur énergie. Ses techniques le jeune homme les avaient testées sur des objets inertes ou des animaux apeurés. Il avait oublié que sa seconde attaque serait moins vive que la précédente ce qui permettrait au clochard de la bloquer. Au moins il l'avait bien amoché, et il vit la langue tomber de sa bouche bouger comme un organe encore vivant, et se régénérer à une vitesse impressionnante. "Je vois, il risque de bien encaisser tout mes coups ce fumier." pensa-t-il.

« - C’est de la merde. Tu sais, tu fais le malin, mais tu es un aveugle qui ne vois rien. Ici, plus qu’ailleurs, tu es de la merde. Nous sommes tous de la merde. Inutile, prête à servir à tout. Tu vas rencontrer des gens ici qui vont te regarder ici en riant après ta petite démonstration. Je suis le bas de la chaîne alimentaire ici. Mais tu es encore en dessous de moi. Laisse-moi t’ouvrir les yeux. T’offrir la liberté. Et la liberté… ça passe par la souffrance !»

Il rêvait ou son adversaire fessait des phrases plus longues, et qui avaient plus de sens? En bas? Donc il étais en train de se faire chambrer par un guerrier de seconde zone, ça promet pour la suite en tout cas. Il le savait, c'était un chien fou en combat et pour le moment il avait peu d'entrainement face à quelqu'un qui savait répondre à ses attaques, mais il était encore jeune et inexpérimenté, donc ça viendrait. La liberté? Haha, pour lui la liberté c'est la souffrance, un masochiste ou un sadique, peut être même les deux, en tout cas c'était loin de rejoindre les convictions d'Akir concernant le changement et la liberté de pouvoir appliquer le changement à sa guise. Enfin, bref il fallait respecter le point de vue.

Juste après son Laïus, l'ivrogne contre attaqua.

D'abord une attaque avec un espèce de vent qu'il envoya en pleine tête, il se mit en position de défense pour atténuer son effet et il savait que ça allait faire mal. Puis, lui laissant peu de répit, l'autre lui envoya une seconde attaque utilisée par son énergie et akir décida d'y opposer le sien pour la dissiper. La douleur lui appris qu'elle l'avait blessée mais il savait quoi faire, surtout concernant ce sang qu'il avait senti rentrer doucement dans les pores de sa peau. Un pouvoir sur le sang il ne s'était pas trompé."La rage aveugle du tigre!" Il concentra son cosmos et sa fureur et les fit exploser d'un coup dissipant toutes ces petit trucs vicieux dont étaient capable les personnes plus mentales que physiques. Son cosmos faiblit un peu, mais c'était pour la bonne cause, et c'était à son tour maintenant à lui d'agir plus intelligemment.

Ce salaud restait bien à distance, sûrement plus fort en énergie qu'en combat au corps à corps, tant mieux. Il savait de toute façon que son premier coup passerait. Il fonça tel un éclair sur son adversaire et après un bond millimétré pour être à la bonne hauteur il lui décocha un coup de pied circulaire en plein dans les cervicales.

Il enchaîna par sa seconde petite surprise, peut être que l'homme ne savait pas qu'Akir possédait une attaque comme ça et de plus fort similaire à la sienne d’après ce qu'il avait pu constater.

"Regarde celle là! Subit la soif de sang du tigre!" Akir semblait devenir irréel renvoyant une image tremblotante, presque translucide, le petit éclair blanc réapparu semblait tournoyer autour de l'ivrogne qui sentait des douleurs sur tout son corps, aux endroits touchés, on voyait à présent de profondes coupures se dessiner au fur et à mesure sur son corps. Une fois terminé le tigre semblait retrouver sa consistance.

"Je t'ai sous estimé je l'avoue tu est bien plus fort que tu n'y parait. Moi je pense que c'est le changement qui fait la liberté, car c'est toi qui crée le changement quand tu es au dessus, mais pas maintenant. Libre? Tu te sent libre entre ses murs? Nous sommes dans une cage dorée ici quoique vu l'apparence de cet ignoble dédale, nous ne sommes pour l'instant que des pantins manipulés par notre dieu bien aimé. Mais qu'importe je partage ses convictions. Mais développe ton poing de vue il est intéressant."

Il s'était remit en position de défense pour se protéger de la contre attaque qui allait arriver.

Spoiler:
 




Dernière édition par Akir le Dim 4 Déc - 19:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1394-akir-du-tigre
CésaravatarArmure :
/

Statistiques
HP:
140/140  (140/140)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
181/181  (181/181)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Dim 27 Nov - 20:52
    Bien, il avait l’air moins inadapté et stupide en y regardant mieux que lors de son premier assaut. Bien. La douleur est toujours meilleure quand elle est partagée. Même si, malheureusement, je l’ai senti briser mon pouvoir à l’intérieur de son corps, il ne pourra pas ainsi goûter au doux délice de l’extraction sanguine. Dommage, mais ça attendra. Pourquoi se presser alors qu’on peut savourer l’instant ? Cet éternel présent dans lequel on se vautre comme des cochons dans la boue . Sans passé ni avenir ! Il serait bien dommage de rater son retour à la terre. Mais cet animal inutile et stupide n’avait, heureusement, pas dit son dernier mot. C’est bien, il était rapide mais encore une fois, j’ai vu plus rapide ici. Zvezdan, par exemple, donc s’il compte seulement se base sur ça on va pas aller très loin, malheureusement ! Et encore une fois, il fonce tête baissée, stupide. Mes yeux suivent mais pas mon corps et je sens alors son pied me frapper à la base du cou.

    Je serre les dents mais je tiens bon. Je grogne un peu. Douloureux. Agréable. Puis il a agité son cosmos et a commencé à s’amuser. Bien, voyons ce qu’il a de beau à me réserver. Là, on était dans quelque chose d’un peu plus... goûtu. Chaque coupure de plus sur mon corps fut accompagnée par un petit râle de plaisir. Oui, là on était déjà dans quelque de beaucoup plus agréable et de bien plus plaisant ! Voilà qui risquait de rendre le jeu plus délicat. J’ai donc simplement fait marcher mon cosmos et accéléré le processus de génération de mon corps pour diminuer les dégâts de son attaque. Oh puis après ça, tout fier de lui, il s’est mis à parler et faut vraiment qu’il arrête. Déjà, parce qu’on en a rien à foutre. Premièrement. Et deuxièmement, si c’est pour dire des conneries pareilles, il peut parfaitement la fermer ! Enfin, c’était bien là le discours d’un aveugle. D’un aveugle débile.

    « - Tu confonds l’homme libre et l’esclave sans chaîne ! »

    Je fais courir mon cosmos alors dans mon corps, comme mon sang. Alimenter par ma permanente douleur. J’pouvais sentir la putain d’aura rouge s’étendre autour de moi, le rouge du sang. Les coupures qu’il m’a infligées se sont mise à couler plus fort, plus vite encore ! À répandre plus de sang sur le sol. Mais la douleur était encore là donc j’pouvais en donner encore plein. Oh oui, j’avais encore du sang à revendre. Doucement, comme un général devant son armée, je me suis mis à tendre le bras et le lever doucement au fur et à mesure. Comme un soldat docile répondant à son maître lui demandant d’aller mourir mon sang s’est mis à se lever, qu’il soit à l’intérieur de mon corps ou sur le sol. Puis, en écho à mon cosmos, et surtout de ma volonté, trois javelots de sang solidifié, dur comme le fer, se sont alors formé autour de moi. Et j’ai alors sonné la charge et abattu ma main.

    Les armes de sang solidifié se sont donc dirigé droit vers Akir pour essayer de le transpercer. De simplement le blesser lourdement et de faire couler son sang. Puis, après que les lances se soient abattu le sang c’est de nouveau mis à s’agiter. Quittant sa forme solide pour celle serpentine d’un fouet. Qui claqua délicieusement à mes putains d’oreilles. je ne sais pas si les lanières de sang ont touché ce fils de pute, mais on devrait pas tarder à le savoir. Puis, frappant de mon poing dans le vide, un petit filet de sang c’est alors diriger droit vers lui comme pour lui imprimer mon poing dans sa tête de chèvre ! Et on sait tout ce que quelqu’un comme lui fait avec les chèvres et c’est pas très jolie ! Le genre de truc punie par quelques religions ! Puis, un crochet dans le vide pour que le sang suive ce chemin. Enfin, j’ai ramené mon bras en arrière en serrant mon poing, laissant tout le sang que j’avais utilisé à revenir droit vers moi. S’étalant pour une bonne part sur le sol et le reste, retrouve alors le chemin de mes veines, forçant son passage à travers mes plaies, dans un nouveau râle de plaisir et de douleur !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1080-cesar-aspirant-pres-a
AkiravatarArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
154/154  (154/154)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Lun 28 Nov - 0:38
Masochiste et sadique, c'était peut être lui le chevalier de la Hyène après tout il n'avait pas eu de description de la personne et son nom ne lui disait pas plus si la personne était un homme ou une femme, c'était un prénom trop exotique pour lui. Ou alors étais-ce lui César? Il est particulièrement redoutable celui-là. Il a tenté de provoquer un cardinal? Très dangereux, et s'ils ont failli le tuer ils doivent d'une puissance terrible. Il ne savait pas mais il devait à tout pris fini ce combat, le tigre regardait après tout même si avec son intervention sur l'humeur d'Akir il était à présent resté très discret. Il espérait que le spectacle lui plaisait en tout cas.

Il avait grogné au coup de pied phénoménal d'Akir, un petit progrès, la seconde attaque le fit gémir de plaisir à chaque coups mais il voyait que l'état de son adversaire se dégradait au moins aussi vite que le siens et le jeune homme n'était plus très loin de l'épuisement, de toute façon il se battrait tant que son corps pouvait lui obéir, il ne décevrait pas l'invisible spectateur qui attendait la fin pour apparaître à Akir.

« - Tu confonds l’homme libre et l’esclave sans chaîne ! »

C'est vrai que son point de vue était obscur avant qu'il ne l'explique, mais il allait lui faire cette faveur.

En effet, ce n'est pas pareil, mais moi je ne pense pas que c'est un mal de servir quelque chose si on est manipulé mais qu'on partage la même vision que le marionnettiste

Il savait bien que l'homme était agacé par les longues phrases, il avait fait le plus court possible.

Son adversaire contre attaqua la série d'attaques avec son sang continua, des javelots, un fouet, un filet de sang il ne pu pas tous esquiver, et puis tout ces effets à annuler il commentait à être à court tout comme son adversaire. Les javelots il bloqua l'attaque comme il pouvait, le filet était assez facile parer mais le reste il était bien obligé de se laisser blesser de façon stratégique.

Si son adversaire pensait à une contre attaque puissante, mais il allait quand même avoir droit à cette attaque qu'il n'arriverait pas à stopper. Il fonça donc tête la première sur son adversaire et lui infligeât l'attaque qu'il avait voulut lui faire au tout début jouant le rôle d'un bélier volant voulant enfoncer la porte d'un rempart. Il fit une roulade très rapide en arrière et se remet en position de combat en attendant ce qui allait suivre.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1394-akir-du-tigre
CésaravatarArmure :
/

Statistiques
HP:
140/140  (140/140)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
181/181  (181/181)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Sam 3 Déc - 23:35
    Aveugle. Stupide. Complaisant. Faible. Inutile. Indigne. Voilà ce qui peut résumer l’abruti que j’ai devant moi. Incapable de comprendre ce que j’ai à lui dire et ce que je peux lui offrir. Préférant rester dans son petit mon étriqué et sombre. Parfait, reste donc dans le noir, à jouer avec tes histoires de marionnettistes. Personne ne s’intéresse à toi, à ce que tu es ou ce que tu penses. Tu vas finir par ressembler au même tas de chair immonde que ce dédale maudit. Mais non, monsieur pense encore que son avis, que sa vie, a de l’importance. Mais dans son monde de merde, nous ne sommes rien. Il faut d’abord avoir tout perdu pour être libre de faire ce qu’on veut. Le désespoir et la douleur, c’est de la vienne la liberté. Mais tu es trop aveugle pour le voir, trop stupide pour le comprendre, trop complaisant pour l’envisager, trop faible pour y arriver, trop inutile pour être libre, indigne de ce cadeau. Impropre à donner un sens à ton existence misérable. Que les ombres et leurs chaînes.

    Je me souviens, délicieusement. Du jour où j’étais entendu la voix, du jour où Arès m’a offert la lumière. Combiné au cadeau que m’a Velya mais bien plus tard. J’entends avec un plaisir certain, les cris de souffrance des hommes de mon père qui j’ai empalé comme des pièces de viande sur large pieux de sang solidifié et planté dans le mur. Le sang bloquant complètement l’accès de la pièce. L’idiot, il avait voulu faire ça dans une pièce discrète. Je me souviens encore, avec tout autant de plaisir, du martellement de mes poings dans cette valse mélodieuse sur son visage. Je me souviens de ses cris et de ses hurlements. Pourquoi mon fils ? Je suis ton père et je t’aime . Voilà tout ce qu’il avait trouvé à me dire ce gros con ! Mais pour la lumière, car je ne t’aime pas et tout ça ne sert à rien ! Qu’il n’y a que la quête de liberté qui vaille le coup et que pour la trouver, il faut savoir renoncer à tout, même à soi-même ! Puis, seul avec ma mère, je me suis doucement avancé vers elle, la lame de mon père dans la main. Je l’ai plaqué contre le mur et j’ai planté la lame dans son ventre plusieurs fois. Que j’ai ouvert. Il est bon de savoir d’où l’on vient vraiment ! Et puis les flammes et les cendres. La beauté du geste.

    Mais les souvenirs, aussi délicieux qu’il soit, ne sont rien de plus que des moments passés sans réelle importance. Pas de passé, pas de futur, juste un éternel présent jusqu’à la fin. Mais il avait encore à faire le singe. Et bien qu’il danse j’en ai rien à foutre. Je recule de quelques pas quand il me frappe dans le ventre. Mais le cœur n’y est plus. Oh oui, il ressent la fatigue. Moi aussi. Mais la douleur me rend plus fort, me transporte alors... Je concentre autant de cosmos que possible, laissant l’aura rouge que j’avais déjà vue auparavant apparaître doucement autour de moi. Le sang prend alors dans mes mains la forme d’un arc bandé avec une flèche déjà encochée prêtre à être tiré. Pendant ce temps, un fouet de sang vient de nouveau claquer, cette fois tentant de lui saigner le visage et d’y laisser ma marque. Je finis de concentrer tout ce que je peux y mettre de cosmos dedans, frôlant un état enivrant qu’aucune drogue ne m’avait fait atteindre. Je relâche alors la flèche, qui part si vite que je n’ai pas su la suivre des yeux pour se planter dans le pectoral droit du petit félin. Libérant en plus du projectile, un vague de douleur qui devrait en toute logique, lui être difficilement supportable, lui vrillant le crâne. Il pourrait sentir toutes les veines de son corps pulsé au rythme de son cœur et vouloir exploser. Un petit pas dans le monde qui est le mien. Puis, laissant alors tout retomber, passablement vidé de mon sang, pour une des rares fois de ma vie, je lui adresse quelques derniers mots :

    « - Tu n’es pas digne du cadeau que j'ai à offrir. Si tu continues, je te tue, purement et simplement. Rien n’a de valeur ici. Particulièrement si tu perds contre moi. Je te laisse la vie sauve par égare pour ta cuirasse, j’aime sa chanson. »

    Même si le tuer maintenant aurait été beaucoup trop facile. Il aurait fallu le faire souffrir avant, lui faire partager ce plaisir exquis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1080-cesar-aspirant-pres-a
AkiravatarArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
154/154  (154/154)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Dim 4 Déc - 22:28
Il le savait, les actions qui allaient suivre était les dernières pour le combat. Il allait perdre, plus faible que l'élément le plus faible des Berzerkers? Ca allait lui donner encore plus d'ardeur pour se surpasser s'améliorer et revenir plus fort.

Il le savait c'était l'esprit que voulait le tigre. Il ressentit soudain une ardeur décuplée pour faire face au dernier échange des combattants, le tigre lui léguait une partie de sa force d'âme. Lui qui était épuisé autant que son adversaire se redressait avec fouge une dernière fois en voyant la tempête de coups arriver. Un fouet, il le bloqua facilement avec ses poings contre se corps le protégeant, mais cela lui couta une grosse dépense d'énergie physique. Il sentait l'homme embraser son énergie intensément, il préparait une attaque redoutable, il voulait vraiment en finir autant que lui...

Akir savait que cette attaque d'une puissance insensée il allait devoir l'encaisser sans pouvoir la bloquer cette fois, c'était la première fois que son adversaire l'utilisait, et quelle surprise! Une attaque d'un tel niveau chez un ivrogne. Il prit la flèche en pleine poitrine, estomaqué, il crachat une grosse gerbe de sang. Le choc de l'attaque le propulsa et le fit tomber sur son dos.

Trop fatigué pour continuer et haletant, il souriait, pendant que son adversaire formait une dernière longue phrase. Il prit appuis sur ses paumes de main qu'il appuya contre la terre les bras plié près de sa tête et se releva d'un bond. Il ria de bon cœur surement à la surprise de l'ivrogne. Il en avait trop fait, son sang en bouche le fit tousser et il crachat un gros caillot de sang. Il sentait un regain de vitalité, l'effet actif de l'attaque qu'il avait lancé venait de s'activer à l'instant lui permettant de prendre appui sur ses jambes.

"J'ai moins de valeur que toi en effet, compte sur moi pour m'entrainer et valoir un petit peu plus que cette fois ci, je serais près quand tu aura ton armure pour une petite revanche."

Il s'éloigna en clopinant sachant que son adversaire avait l'air sérieux quand il lui annonça qu'il le tuerait s'ils continuaient.

Hors de vue de son adversaire, il tomba assit et tenta de reprendre peu à peu son souffle. Il levait les yeux surpris, une forme rouge pourpre était en train de se matérialiser devant lui. Elle semblait devenir plus compacte et d'apparence métallique. Un armure rouge pourpre venait de se matérialiser devant lui. Il se releva et toucha du doigt l'armure, elle repris sa forme de brume et entoura Akir, elle venait de s'articuler sur lui comme si elle était faite sur mesure.

Il sentait la passion de l'armure enflammer son cœur qui lui même s'enflamma. Ainsi elle était capable de communiquer par vision et de faire ressentir ses sentiments à son porteur? Ca lui plaisait et il se remit à sourire en se relevant doucement pour ne pas trop faire saigner ses blessures. Il continua doucement à s'éloigner du lieu du combat, que le clochard n'imagine pas que le jeune homme ait la volonté de continuer le combat.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1394-akir-du-tigre
CésaravatarArmure :
/

Statistiques
HP:
140/140  (140/140)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
181/181  (181/181)
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   Mer 7 Déc - 17:09
    Dommage qu’il n’ait pas été capable de comprendre la gloire de la leçon et la beauté du gâteau que j’avais à lui offrir. De comprendre, la vérité sur sa vie et sur ce monde. De se voir ouvrir les yeux. De regarder le monde à travers ses yeux fermer et d’ainsi, ne rien voir. La douleur avait inondé son corps, mais pas son esprit. Incapable de trouver la vérité dans ce cadeau et la liberté du désespoir. Rit... profite ! Va, amuses-toi ! Mais bientôt, ça sera l’heure de la leçon et bientôt, tu rigoleras moins. Tires-toi, disparaît ! Je ne veux plus te voir car tu n’es pas digne. Il y a une chose qui retient maintenant ma main et c’est la douche mélodie de ta cuirasse. Sans elle, ton corps aurait subi les plus délicieux des supplices que j’avais à lui offrir. Un corps qui résisterait sûrement plus longtemps que ton esprit. Alors ouvre grand ta gueule, mais apprend vite. Apprends qu’ici, il n’y a qu’une seule règle. Celle du rien, celle du vide. Ceux où nous sommes. Du rien et du vide. De la merde, humaine.

    Faites du même sang que ces entrailles qui nous servent de maison. Faites du même tas de matières organiques voué à disparaître. Mais oui, entraînes-toi, le résultat ne changera jamais? Tu es faible car tu es aveugle. Et je suis fort car j’ai l'oeil grand ouvert. La cuirasse et sa mélodie ne feront que le confirmer. Mais j’ai moi aussi encore des leçons à apprendre. Des leçons de douleur et de souffrance. Dans les mains du grand maestro de ce domaine-là, des mains de Velya. Il faudra que je retrouve Zvezdan aussi, et que nous discutions. Que je lui montre et peut-être... s’il le veut, que je lui ouvre les yeux. Je fais quelques pas vers là où, quelques instants plus tôt, se trouvait le corps en sursit d’Akir, ce fameux petit tigre aux dents de lait. Qui avait derrière lui laisser des traces de son sang. La douleur avait reflué et une certaine rare lucidité s'était emparée de mon esprit. Sûrement pour ça que je ne me suis pas lancé à ses trousses pour terminer ce que j’avais commencé. À le traquer comme une bête le tuer. Pour le simple plaisir du sang.

    Je pose alors ma main au-dessus des traces de son sang rependu sur le sol à quelques centimètres de là. Utilisant mon cosmos pour faire se dresser le sang qu’il avait laissé là sur le sol. Je le fais alors doucement danser devant moi, hypnotiser par le filet carmin. Je finis par y tremper les doigts et par les porter à ma bouche. Non mon mignon, il n’est pas très savoureux. Pas très savoureux du tout. Mais on fait avec ce qu’on a et on n'a pas grand-chose ici. Enfin, j’ai trouvé ce que j’étais venu chercher. Un peu plus de lumière et un petit morceau de paix. Au détriment du rat dont je me suis gorgé. Qu’il étrange pour une fois, de ne pas être le rat. Je comprendrais presque pourquoi certains imbéciles prennent goût à ce genre de pouvoir. Mais il n’a pas d’intérêt pour moi. La seule chose qui importe, c’est la douleur et sa distribution. La souffrance et sa réciprocité. Bien, allons boire et fumer maintenant. Occupant sainement notre temps !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1080-cesar-aspirant-pres-a
Contenu sponsorisé
Message Re: [Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Octobre 550] L'oeil du tigre (avec César)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zack Fair.
» Combat 3 : LS vs Le Conseil - Victoire de LS
» [END] J'ai marché sur un hérisson. [Rp Oeil de Tigre / Petit Pois ]
» L'Oeil du Tigre [Fe]
» Haïti-Chine-USA-MINUSTAH/ Pour en finir avec les six mois...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chairs :: Portes des crânes-
Sauter vers: