Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Mar 29 Nov - 11:24


Plusieurs jours étaient passés depuis leur retour de Jamir. Bien que le Pope ait réussi à ramener l'une des amphores que gardait Hélène et que la fin du siège de la tour fut levée, il y avait une certaine ombre au tableau, une ombre qu'avait peinte en partie Silas, la mort d'Orion. Silas avait porté la dépouille d'Orion, il avait aidé à transporter le corps de ce frère d'armes qu'il n'avait jamais pris le temps d'aimer. Son passé trop sombre, sa volonté trop floue avait été un frein à la volonté du Gold saint d'intégrer Arbhaal dans le cercle d'or. Et pourtant même sa cloth le reconnut comme un véritable Saint au moment de sa mort, même avait eu un doute, un doute qui se leva au dernier souffle de cet homme.

Après le retour de Jamir et les funérailles d'Orion, Silas se mura dans son temple. Après avoir fait remplir son garde-manger, et sa cave aussi, il congédia ses serviteurs pour plusieurs jours, préférant être le plus calme et seul surtout. Il se dévêtit de son armure qui prônait maintenant devant la fontaine centrale, gardant le temple à sa place. Lui se trouvait derrière, assis en tailleur en position de méditation, il se plongea encore dans les méandres de son univers intérieur. Il devait trouver la solution, le pourquoi de ce qu'il s'était passé avec Orion. Il ne cessait de penser à la personne dont l'Amiral de Poséidon avait parlé, il devait parler au Pope ou à Athéna de cela....

Il resta plongé de longs jours dans cet état, restant flottant dans l'espace de son propre cosmos. Il n'y avait rien, rien d'autre que lui et les galaxies. C'était calme et reposant mais tout cela n'était qu'une fuite, un abandon de la réalité. Il sortit de sa stase, fit sa toilette, grignota un bout et lançant un appel. Son cosmos vint frapper le temple du lion, il était temps pour Childéric de lui livrer son petit secret et de lui parler de son histoire avec sa rousse. À croire qu'elles avaient toutes un certain pouvoir sur eux... Le Saint repassa sa tenue habituelle, ouvrit un portail dimensionnel. Il y fit entrer sa cloth et la suivit.

Une fois à Rodorio, il se dirigea vers la taverne de Crocus, c'était un peu leur quartier général avec Childéric et Ainia, le point de rassemblement. Le patron l'accueillit chaleureusement, Silas passa commande d'un repas frugal pour son ami Childéric. Le vin et la cervoise couleraient ce soir et les assiettes seraient toujours pleines. Il voulait parler et s'amuser avec son ami, vivre un bon moment entre frères... Le temps fila et Silas sentit Childéric arrivait dans la taverne, il s'adressa à lui sans même se retourner.

_ Heureux de ton arrivée mon ami, je pense qu'on doit parler non? Que tu as à me parler...

Il laissa partir un petit rire, attendant que le colosse franc prenne place devant lui sur sa chaise en bois.






Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Mar 6 Déc - 22:08
    Les troupes du Sanctuaire avaient fini par retrouver le chemin de la maison et, malgré les nombreuses pertes que les hommes d’Athéna avaient subies, la victoire était d’une certaine façon de leur côté. Enfin, parler de victoire c’était aller bien vite en besogne, le lion d’or avait la conviction qu’aucune des factions présentes sur les terres sacrées des montagnes de Jamir n’avait réussi à tirer son épingle du jeu. Malgré les succès, la récupération d'étranges amphores le reste était plutôt... difficilement quantifiable. Au contraire des morts qu’il est possible de compter eux par contre. Orion, a compté parmi les disparus, une mort qui avait semblé particulièrement affecter Silas et s’attribuer la responsabilité de son fait. Mais d’après ce que Childéric avait entendu dire, il avait compris que l’armure d’or du Sagittaire avait fini par l’accepter et le reconnaître comme une des étoiles sacrées protectrices d’Athéna.

    Mais après les funérailles du Sagittaire, qui avait emporté avec lui le secret du lion, qui ne l’était plus vraiment. Il n’était pas surpris que la déesse fut au courant de tout ça. Ça ne l’étonnez pas. Elle l’avait touché et avait fouillé au plus profond de son âme pour se servir de lui comme catalyseur pour expulser les ronces noires du corps de son aimée. Ou même encore quand il s’était entretenu dans les prisons gardées par les prêtresses de la déesse. C’était la maîtresse incontestée des lieux et peu de chose pouvait échapper à ses yeux dans son domaine après tout. Mais à sa grande surprise, elle avait pris cette histoire avec plus de sérénité qu’il ne l’aurait cru. Quoi qu’elle fasse, la déesse sacrée semblait porter la belle de Childéric dans son cœur, pour Athéna seule savait quelle raison. Un poids de moins sur le cœur du lion. La suite par contre, il devrait parler de tout ça à Silas qui avait été témoin des mots d’Athéna et d’autres choses aussi...

    Le cosmos du troisième gardien vient alors sortir son homologue de la cinquième maison de ses occupations habituelles et de la routine de récupération qu’il avait mises en place depuis la fin de la première bataille de cette nouvelle guerre sainte aux proportions dangereusement apocalyptiques. Le moment était venu et il se mit en route alors vers l’endroit où il était certain que Silas le retrouverait. Cette taverne où il s’était vu tant de fois et où il avait fini tant de fois par en revenir à quatre pattes ! Enfin, le lion se vêtit simplement et choisit de laisser son armure en retrait dans son temple, il n’en aurait pas besoin pour ce qu’il allait faire. Il allait boire en verre en tant que Childéric, avec son ami Silas, et non en tant que chevalier d’or du lion qui retrouve le gémeau. Il entreprit alors de descendre les marches et il ne croisa personne dans le temple de Silas, si ce n’est une utilisation rémanente de son cosmos. Il devait avoir pris un de ces raccourcis dimensionnels pour arriver plus vite sur place.

    Il salua quelques personnes dans le village de Rodorio et rapidement, arriva devant cette fameuse taverne, dirigé d’une main de maître par le bon Crocus. Le lion poussa un grand soupir avant d’entrer. Il n’eut pas de mal à retrouver Silas qui était plus ou moins à leur table habituelle et qui l’attendait déjà, il ne se fit pas prier pour le faire savoir au Mérovingien. Il rit légèrement en écho avec Silas et finit par prendre sa place en face de son ami. Déjà, il vit qu’une assiette ainsi qu’une chopine l’attendait. Bien, c’était déjà ça. Quelques instants, ce fut le silence. Le lion d’or chercha ses mots. Par où devait-il vraiment commencer... Il but alors la moitié de sa chopine, la claqua sur la table et se lança alors, prenant soin de parler à voix relativement basse, malgré le bruit ambiant de la taverne :

    « - Disons qu’on a tous les deux faits le choix de garder ça secret. De tout le monde... toi y compris. Mais on ne cache rien à Athéna vraiment très longtemps non . Enfin... oui, disons que les choses ont un peu changé entre notre amie commune et moi depuis quelques mois maintenant. Et pourquoi, c’est parti de pas grand-chose. Après son départ, elle m’a fait parvenir un message, qu’on se retrouve quelque part pour discuter et sur un malentendu... »

    Sur un malentendu, les choses peuvent aller très loin, vraiment très très loin. Aussi loin que Jack...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Lun 19 Déc - 11:02


Childéric s'était donc assis en face de lui, sur la chaise prévue pour cela. Les deux Gold Saints laissaient tomber leur fonction pour la soirée, il n'y avait plus que deux hommes, deux amis qui allaient converser pendant un moment sur l'histoire de leur vie. Il écouta alors les paroles de son cher ami, souriant aux paroles du grand gaillard.

_ Il est vrai que sur un malentendu, il peut se passer une paire de chose...

Il en put réfréner ses pensées d'aller vers Ainia, la femme de sa vie, du moins la seule qu'il n'avait jamais aimée pour le moment. Il se souvint alors de ce qui avait amené le début de leurs relations. Cette discussion qui avait tourné en combat, combat pour que la rousse lui livre enfin son coeur. Coeur qu'elle déballa ensuite avec tous les sentiments qu'il contenait puis il arriva ce qui arriva et les deux êtres s'unirent alors avec passion et amour. Silas ne savait que trop ce dont lui parlait Childéric et il ne savait que trop ce qu'était une relation en vivant caché.

_ Oh oui... Athéna est omniprésente au sein de son sanctuaire, tout comme dans nos cœurs, je sais aussi ce que cela est mon ami...

Silas marqua une pause, porta son broc à ses lèvres et laissa le liquide alcoolisé lui remplir le gosier. Lâchant un petit rot timide après cela, le Gold Saint reprit la parole à l'intention de la personne qu'il préférait dans tout le Sanctuaire.

_ Tu aurais pu m'en parler un peu tout de même, peut-être pas dès le départ mais... Ce n'est pas parce que mon histoire est "compliquée" que tu ne pouvais pas m'en dire un mot mon ami. Te savoir heureux, savoir que celui que je considère comme mon propre frère connaissait le bonheur d'avoir une élue dans son cœur m'aurait rendu plus lumineux pour un moment. Il va falloir m'en parler un peu plus maintenant Déric, tu connais une partie de mon histoire avec Ainia, à toi de m'en livrer un peu sur toi et Nimuë.

Il lui sourit tendrement, Childéric était plus qu'un ami. Ne venait-il pas de l'appeler frère? Cela n'était pas anodin, non du tout même. Il ne l'avait pas appelé ainsi dans le sens frère d'armes. Il l'avait appelé ainsi pour lui dire qu'il était pour lui comme un membre de sa famille, comme le frère qu'il n'avait pas eu. Son véritable frère était un enfoiré qui ne l'avait jamais aimé, Childéric était dans un sens ce qu'Antonius aurait dû être pour lui.

Le byzantin se mit à picorer les morceaux de volaille dans son assiette après les avoir déchirés de la demi-carcasse qu'il avait devant lui, attendant que Childéric répond à ses attentes, espérant qu'il s'ouvre un peu plus sur cela, espérant qu'il comprenne que Silas dans un sens avait besoin que Childéric le fasse pour lui, qu'il lui montre que lui aussi tenait autant à son ami....





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Lun 19 Déc - 19:15
    Le lion ne put s’empêcher de rire quand Silas releva ce qu’il venait de préciser sur le malentendu. C’était plus ou moins la meilleure façon de résumer son histoire en réalité. Il lui avait fallu un temps fou pour comprendre ce qui l’animait vraiment. Que ce besoin d’être avec elle était liée par autre chose que l’amitié et par le besoin d’avoir quelqu’un capable de vraiment comprendre ce qu’il avait vécu. Au fond, il s’était trouvé, vraiment. Et le lion aurait difficilement pu espérer trouver quelqu’un qui lui correspondait mieux. Le reste était bien plus compliqué. Car ce n’était plus seulement à deux que le couple devait maintenant penser, mais à trois. Car ce fameux malentendu était allé bien plus loin que ce qu’avait précisé Silas. Pour la suite, ce qui avait surpris le lion, c’était la réaction de la déesse et il ne put s’empêcher d’étouffer un petit rire quand Silas évoqua son omnipotence dans son domaine. Elle avait au fond, accepter la relation du lion et de la sirène. Les mettant même en garde contre les dangers auxquels les deux amants s’exposaient.

    « - C’est surtout la réaction de la déesse qui m’a surpris à vrai dire. Je pensais qu’elle aurait réagi différemment et ses décisions en ce qui concernent ses chevaliers m’étonnent à chaque fois. Et à chaque fois, je crois de plus en plus en elle. »

    Le reste, il écouta les remarques de son ami. Oui, il aurait dû lui en parler. Oui, il en avait eu envie. Mais c’était un secret. Il y avait tant de chose qui pouvaient et qui voulaient leur nuire. Si l’histoire du lion semblait plus ou moins accepter par la déesse, ce qui n’était pas quelque chose de prévisible, le reste... Il ne savait pas comment étaient vu les choses de l’autre côté de la mer et il était prêt à parier que des gens voulaient leur nuire dans les profondeurs des océans. De même, il pouvait aussi exister des gens opposés à tout ça dans le propre camp de Childéric. Surtout avec Jack dans le panier. Mais il ne pouvait pas tout dire à Silas. Pour toutes ses raisons. Pour la protéger elle. Pour protéger leur futur et leur histoire. Mais aussi pour protéger les gémeaux. C’était un combat auquel le lion ne voulait mêler personne, c’était son rôle à lui, de défendre tout ça. Contre les infinis dangers qui leur seront opposés. Le Mérovingien but alors de longues gorgées de son breuvage, le moyen pour lui de gagner quelques secondes et de faire tourner les mots dans sa bouche. Il finit par soupirer grandement en reposant le broc sur la table.

    « - Par où je pourrais commencer ? Il n’y a pas vraiment grand-chose à dire. On pourrait dire que j’ai fini par comprendre certaines choses sur moi-même. À y voir plus clair. J’ai compris que, ce que je ressentais pour elle, c’était autre chose. Mais c’était quelque chose que je m’étais toujours refusé. La mort, c’est ça ma récompense, c’est ça le lot des chevaliers et ce qui nous attend tous. Bien plus que les autres mortels. Et disons que pour tout ça, je m’étais mis des oeillères. Pour le reste, il n’y a pas grand-chose à dire. Nous nous sommes revus, nous avons parlé et voilà comment ça a terminé. Nous nous sommes revus plusieurs fois. Quand elle est venu avec le légat justement. Des instants volés en somme puis... elle a tué Orion et j’ai dû la jeter en prison. Et partir... »

    Le lion remplit alors son verre qu’il vida d’un trait. La suite était plus joyeuse que l’évocation de ces sombres moments. Mais voilà tout ce qu’il y avait à dire en réalité. Restait la question de Jack mais... le lion décida de garder ça pour lui. Il en parlerait à Silas le moment venue, pas maintenant, pas là ! Plus tard... quand il ne pourra plus cacher le ventre de sa mère ou bien, quand il sera sûr que la tempête sera passée. Ce n’était pas à Silas qu’il ne faisait pas confiance, mais à tous les autres autours. Au monde entier... Athéna savait mais les autres ? Oh, ça devait commencer à se voir légèrement sur le corps de Nimue. Et bientôt, il ne pourrait plus le cacher à personne. Bientôt, il devrait se battre ! Contre qui ? Contre quoi ? Trop de gens, trop de choses. Mais pour la seule fois de sa vie, il se battrait pour lui-même !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Mar 3 Jan - 11:29


Silas ne pouvait s'arrêter de sourire à moitié aux paroles de son ami. Pas de moquerie, loin de là, non c'était un sourire de joie. L'homme était heureux pour son brave ami, le lion d'or comme tout homme méritait de connaitre l'amour. Même si ce dernier s'estimait à être un soldat avant tout, il était malgré tout lui aussi un homme.

_ Athéna est surprenante oui, après qu'elle serait son intérêt à empêcher votre histoire? Du moins pour le moment. Tu es l'un de ses plus braves chevaliers. Nimuë bien qu'ancien membre du cercle d'or, y reste assez proche, chose que l'alliance avec les Marinas aide encore plus. T'empêcher de t'épanouir amoureusement ne serait qu'un frein pour moi, du moins tant que les Marinas sont de notre côté... Tu sais, Bélisaire avait compris ce qui se passait entre Ainia et moi alors qu'elle était encore Gold Saint, malgré les paroles qu'il avait eues sur cela, il nous laissa vivre notre passion, comprenant que cela était plutôt bénéfique en fin de compte.

Le Gold Saint des Gémeaux regarda celui du Lion tout en attrapant son verre et en versant son contenu dans son gosier. Il marqua un certain temps de silence, réfléchissant à comment il allait lui dire ce qu'il devait lui dire. Puis finissant son verre, il le reposa vivement et enchaina directement.

_ Que choisiras-tu? Qui choisiras-tu lorsque le temps de l'alliance ne sera pas? Si Nimue possède ma confiance, chose renforcée par votre relation si je peux le dire ainsi, je suis assez mitigé sur le rouquin qui est à la tête de son ordre... Lorsqu'il décidera que le temps de l'amitié n'est plus, quand Poséidon revendiquera à nouveau la Grèce. Qui suivras-tu mon ami? Les ordres venant du Pope ou d'Athéna, ou la voix de ton cœur? Nous nous étions promis une chose avec Ainia, une chose qu'elle n'a pas vraiment respectée en prime mais la promesse était de faire passer Athéna et notre mission avant tout....

Son regard bleu acier fixant celui de son ami, espérant que ses paroles n'allaient pas lui faire tourner en celui du chasseur. Mais le Gold Saint devait savoir, l'ami aussi.

_ Tout cela va tellement vite, ami hier, ennemi demain même si je ne l'espère pas... Mais qui sait ce que sera la situation dans une année? Deux? Trois? Si ton histoire continue, que vas-tu faire? Toi ici, elle sous les flots. Qu'aller vous construire? Une famille? C'est la suite logique... Personnellement je n'avais pas ce problème... Les traumatismes d'enfance d'Ainia l'ont privé de ce droit...

Il serra les dents, la colère passa en lui pendant un moment. Venait-il de jeter un pavé dans la mare? Childéric qui se disait être un frère pour la rousse savait-il ce secret? Peut-être son plus intime? Pour chasser cette pensée, Silas se resservit une nouvelle fois à partir du cruchon et vida de suite le contenu de son verre. Maintenant il savait qu'il devrait parler d'Orion et de sa mort...

_ Il est mort mais il est revenu ensuite... Cette fois la... mais pour sa véritable mort, elle n'y était pour rien... Moi j'ai participé à cela... Certaines de ses blessures étaient faites de mes mains...




Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Jeu 5 Jan - 3:13
    Le sourire sur le visage de son ami amusait le lion d’or. Il devait sûrement avoir la même tête quand Silas lui parlait d’Ainia... Il se souvenait parfaitement de comment les rôles étaient inversés à l’époque, même si l’histoire de Silas et de l’ancienne bélier était bien plus simple que celle de Childéric et de l’ancienne poisson. Servir sous la même bannière et vivre au même endroit aide, il n’y a pas à dire. Il écouta ensuite ce que son ami avait à lui. Sur le papier, il avait raison. Le lion d’or pouvait au moins se vanter de ça. D’être un bon chevalier, un fidèle servant et croyant de la déesse. Nimue elle... c’était autre chose ! Elle avait quitté l’égide d’Athéna pour Poséidon et semblait comme un poisson dans l’eau là-bas. Autant dire que peu de divinité aurait accepté une trahison de la sorte et l’amour que portait encore Athéna pour la jeune femme étonnait à chaque fois le lion d’or.

    « - Disons que la situation est différente. Aucun de vous n’a changé d’allégeance et ne servait une autre divinité qu’Athéna... Ça pourrait frôler la haute trahison !»

    Le lion finit d’un trait son broc après cette petite réplique. Il jouait avec un brasier bien plus grand que ce qu’il pouvait contrôler et un jour ou l’autre, cette histoire, aussi belle qu’elle soit, finirait par lui exploser au visage. Mais il l’avait accepté et ferait tout ce qui est en son pouvoir pour l’éviter ou au moins, réduire l’impacte. Car il devait penser à trois maintenant... Il voyait bien que Silas et il savait que la suite ne lui plairait pas forcément. Il écouta avec attention les mots du troisième gardien. C’était une question qu’il s’était posé depuis longtemps et que se passerait-il s’il devait lever les crocs contre Nimue. Au monde, il devait y avoir deux personnes qu’il ne frapperait sous aucun prétexte. Athéna et sa belle. Les deux femmes les plus importantes de sa vie. Oui... que ferait-il dans ce genre de situation. Oh bien la réponse était simple, il frapperait le monde entier, mais épargnerait la rousse. Il n’avait pas d’autres choix. Et il mourrait en essayant.

    « - Il y a plein d’autres généraux que je pourrais affronter et d’autres ennemis à frapper ! La question ne se pose pas... Mais elle non, je ne pourrais la frapper. Par contre, j’ai déjà battu le légat, mais je crois que lui aussi est amoureux de moi. C’est une histoire compliquée que je te raconterai après ça si tu veux ! »

    Le lion d’or rit et se resservit un peu de cervoise. Il n’avait pas encore trop parlé du tournoi d’Aphrodite. C’était l’occasion de raconter ça plus tard à Silas. Il apprécierait la beauté de l’histoire ! Enfin, il adressa un petit clin d’oeil à son ami et sa remarque avait pour but de détendre l’atmosphère qui était relativement tendue suite aux questionnements importants de son ami. La suite était du même niveau et le lion avala un peu de son breuvage avant de répondre. Oui la suite... Une famille. Si seulement il pouvait en parler. Il savait que Silas serait content pour lui et il voulait lui en parler mais... Pas ici ! Il trouverait l’endroit où il n’y aurait qu’eux et le vide. Peut-être lors d’un voyage dans une des dimensions de Silas, personne ne pourrait les espionner là-dedans ! Ici... Oh, il se doutait qu’Athéna devait déjà être au courant, mais il tenait au maximum à éviter que ce genre d’information ne remonte à n’importe qui d’autre !

    « - Si nous vivons aussi longtemps ! Vivre au jour le jour et ne pas se poser de questions sur l’avenir. Bien souvent, personne ne fait de vieux os dans notre monde mon ami... »

    La suite, se fut Silas qui rebondit sur ce que lui avait dit Childéric et la mort d’Orion. Il l’avait déjà évoqué dans le vif du combat. Avoir frappé le chevalier du Sagittaire. Mais il devait manquait des morceaux de l’histoire au Mérovingien.

    « - Mais qu’est-ce qu’il s’est passé exactement avec Orion ? Ce sont tes adversaires qui t’ont poussés à l’attaquer ou quelque chose d’autres ? Mais ne te blâme pas trop. Il a eu une mort digne, de soldat. Il est mort bien mieux qu’il a vécu. Et il a fini par trouver la paix. Enfin, une forme de paix, même si je sûr qu’il aurait préféré mourir dans les bras de Satine, plutôt que les tiens. Elle est plus jolie !»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Ven 13 Jan - 15:48


Silas ne put s'empêcher de rire lorsque Childéric lui parla du Légat amoureux de lui. Une image peu ragoutante de son ami se dessina dans son cerveau et il dut vider son verre d'une traite pour chasser l'horribilité imaginative que le trait d'humour, espéré, de son ami avait fait naitre.

_ Je préfère t'imaginer avec une rousse qu'un roux, Déric. Merci de la vision que tu viens de m'offrir...

Il se calma peu à peu, son sourire s'effaça et le Gold Saint reprit un air plus sérieux malgré l'alcool qui faisait son office dans son corps et sa tête.

_ Haute trahison... Tu sais tout comme moi que Nimuë n'a pas atteint ce stade parce que nous avons eu un changement de Pope soudain... Mais tu n'as pas vraiment répondu à ma question du moins directement mais pourtant tu viens de le faire... Si tu étais le seul debout du notre ordre et elle du sien, tu laisserais donc ton cœur l'emporter à ta mission... Soit c'est ton choix mon ami. Je ne te demanderai qu'une chose si cela se produisait. Fais-le en tant qu'homme et non en tant que chevalier, ton armure ne devra pas subir ce déshonneur.

Les mots de Silas pouvaient sembler être durs et ils l'étaient effectivement. Mais cela montrait bien quelles étaient ses convictions et son état d'esprit. Après le Gold Saint des Gémeaux savait fortement que le cas de figure qu'il venait de donner avait vraiment très peu de chances de se produire, pas impossible mais presque. Il se resservit ensuite de la boisson, il en termina même la cruche. Il héla la serveuse de lui resservir la même chose et il reprit donc le cours de la discussion... Orion...

_ Vu la réaction d'Haldor ce n'était ni lui ni son compagnon qui m'ont fait cela... Je en sais pas vraiment ce qu'il s'est passé en vérité. J'avais Haldor devant moi, oui il était là et je l'ai attaqué mais... Mais pourtant quand j'ai fini, ce n'était pas lui mais Orion! Orion avait été la cible de mes différentes attaques... Je l'ai blessé, fortement... Et les Ases n'ont eu qu'à balancer une deuxième salve pour lui prendre la vie... Illusion? Oui mais puissante... Je n'ai rien vu venir... Je ne sais pas mais il y a eu quelque chose en moi ce jour la... Comme quand je suis parti à la poursuite de Satine, il me manque quelques moments dans ma mémoire, il y a une coupure dans mon esprit et surtout je me rappelle clairement ce qu'à dit le Grand Amiral au Pope. Il a parlé d'une certaine Mebd que j'aurais croisé et pourtant je ne me rappelle pas du tout d'elle...

Il ne savait pas du tout qui était cette personne que Rhaenys avait mentionné, il n'avait jamais eu le temps de s'entretenir avec le Pope à propos de cela. C'était une chose qu'il devait faire au plus tôt...




Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Mer 25 Jan - 17:50
    Le lion rit avec son ami quand ce dernier rebondit sur ce qu’il avait dit à propos du légat. Il était clair que cette histoire avait quelque chose d’assez amusant. Mais bien des choses peuvent se passer sur sous l’égide de la déesse de l’amour. Ainsi, la voix de Posédion était tombé sous le charme du lion d’Athéna. Une blague, pour amuser la déesse, rien de plus. Mais le lion était curieux, rien que pour voir la fin de cette histoire, de retrouver le légat et de finir sa conversation avec lui. Le rire du lion mourut dans sa bouche lorsque Silas reprit sur sa relation avec Nimue son devoir. Il était possible de concilier les deux et l’exemple en question que supposait le troisième gardien était en réalité, une bonne chose. Le lion aurait été le pope par défaut et la jeune femme légat de la même façon et ainsi, les deux camps auraient pu faire la paix, ou penser leurs plaies le temps de leur mandat.

    « - J’ai répondu à ta question Silas. Juste que tu ne veux pas voir la réponse où elle est. Il existe d'autres façon que de servir que de tuer son adversaire et d’arracher sa vie. Il existe d'autres façon de gagner que de rester debout dans le sang de celui qu’on a combattu. Alors je ne te permets pas de parler de mon armure et de son honneur. Tout ça, c’est l’exercice du libre arbitre, l’idéal d’Athéna. Le suivre est-il déshonorant ? »

    Vexé ? Oui ? En colère ? Un peu ! Les mots de Silas avaient été très malheureux et particulièrement mal choisis. Si ce n’était pas son ami qui les avait prononcé, le lion aurait sûrement cherché réparation par le fracas des poings. Mais il se contenta d’ajuster son point de vue. Peut-être que le gémeau pourrait comprendre. Après tout, il avait été dans une situation similaire. Il aurait pu lui mettre le nez dans ses propres problèmes et lui demander qui il aurait choisi entre l’accomplissement de son devoir et la vie de sa belle. Mais c’était mesquin et le lion garda cette réplique pour lui. C’était aussi une des raisons pour laquelle il ne voulait pas trop en parler. Garder cette histoire pour lui, c’était malgré tout plus simple. Ça soulevait moins de questions, moins de désaccords, moins de problèmes.

    Il écouta ensuite son ami lui faire le récit en détail de ce qui s'était passé durant la bataille de Jamir. Les événements précis qui avaient conduit à la mort d’Orion. Ainsi, ce n’était pas à cause des guerriers d’Asgard qui lui avait fait quelque chose qu’il s’était tourné contre son frère d’armes. Ce n’était pas le genre d’Haldor, qui était plutôt du genre gros bourrin sans subtilité que du genre à être capable de ça. Le lion repensa alors à Hakon et ce qui s’était passé dans le Nord. Les choses avaient été compliqué là-bas et il aurait urgent d’envoyer une ambassade politique. Mais bon, le monde était en plein bouleversement. La suite par contre était plus lugubre, ce que décrivait le troisième gardien, c’était quelque chose de bien plus puissant que ce que pouvait produire un éveillé de leur niveau. Surtout en matière de jeu d’esprit, Silas se défendait plutôt. Peut-être un lien avec la sombre tour des spectres ou la chose qui s’est relevé à la fin de la bataille ? La mention du grand amiral fit tiquer le lion d’or. Que venait foutre là un des plus hauts gradés des terres sous-marines ? Enfin, Akrites semblait informé et s’il y avait vraiment un problème, le Pope le réglerait.

    « - Ce qui est surtout problématique, c’est de voir les ases se liguer contre nous. Même s’il n’avait pas vraiment l’air de tenir pour les autres factions. J’ai entendu dire qu’une sainte d’argent que j’avais rencontré, Anamaya et un saint de bronze ont été tué ou presque par des guerriers divins. Ça fait donc trois des nôtres pris par les hommes d’Odin. Il y a quelque chose d’étrange et je sens qu’on va me renvoyer là-bas plus vite que je ne l’aurais voulu… Je n’ai vraiment pas envie de me geler les couilles là-bas ! Enfin, je pourrais peut-être parler avec Nimue si elle sait quelque chose de ce que le grand amiral aurait pu laisser entendre. Même si on s’est promis de ne pas parler de politique, je suis sûr que pour aider un ami et comprendre ce qui est arrivé à Orion elle voudra bien. »

    Le lion comprenait mieux maintenant pourquoi sa belle s’était attaché au Sagittaire. Après tout, c’était l’époux de sa petite fille. En somme, d’une étrange façon, c’était la famille…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   Ven 27 Jan - 9:44


L'homme qui se disait n'être qu'un soldat avait changé. La découverte d'une passion, d'un véritable amour avait changé celui qui se disait de n'être qu'une bête, qu'un chasseur. Silas savait que ses mots avaient été durs mais il voulait bien marquer l'esprit de l'homme qui était son ami. Oui il lui avait répondu, oui il avait compris mais ce que cela voulait dire au final c'est qu'à la fin c'est elle qu'il choisira, il venait de la mettre à un plan supérieur à sa mission, c'était clair maintenant. Silas pria alors que le cas de figure qu'il avait annoncé ne se présente jamais à eux, mais les dieux et le destin pouvaient quelquefois être sadiques. Childéric bifurqua sur les Ases, c'était une sage décision, car l'autre sujet pouvait devenir dangereux à force, les deux hommes resteraient sur leurs convictions car bien que Silas ait vécu une chose similaire, un détail changeait la donne, l'affiliation de l'autre personne.

_ Effectivement voir les guerriers divins devenir nos ennemis n'est pas forcément une bonne chose... Encore un camp qui se dresse contre nous. Penses-tu qu'ils ont une alliance avec une autre faction? Est-ce simplement le retour de bâton du changement de personnalité de leur prêtresse? Ton ami de Mérak t'avait-il parlé d'un possible rapprochement avec d'autres de nos ennemis? Ou est-ce seulement une vengeance de l'ancienne guerre d'il y a deux décennies? Vu le désamour séculaire entre les Marinas et les Ases, je pense que ta dulcinée se risquera à quelques confidences sur l'oreiller peut-être?

Silas sourit à son ami et éclata de rire. Il s'approcha de lui et lui tapa sur l'épaule comme s'il donnait son consentement à son ami.

_ Soit heureux mon frère, vis ton histoire avec comme tu le peux mais n'oublie pas ta mission tout de même.

Le terme frère était lourd pour Silas, appeler Childéric par ce mot si banal montrait clairement son estime, son respect et son attachement à lui. Un véritable frère, le Gold Saint en avait un et pourtant, Antonius ne méritait pas ce nom de frère, Childéric était pour lui plus un frère, un frère de cœur, pas de sang mais au final un véritable frère... Il descendit sa coupe d'une traite. Le temps de la discussion sérieuse allait se finir. Ils n'allaient plus être que deux amis qui descendent des chopines dans une taverne....





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début Octobre 550] Le temps des paroles [PV Déric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nominations au CSA
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Commémoration de l'assasinat de l'Empereur Jacques 1er, fondateur d'Ayiti
» Les Paroles de Jean Dominique:
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Rodorio-
Sauter vers: