Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Mer 30 Nov - 1:01
Un souffle à son retour.

Ariane foulait de nouveau le sable granuleux d'une terre plus ensoleillée, celle de Rodorio, comme en cette fin de septembre où pourtant, elle n'avait rencontré qu'un Sanctuaire bien vide de ses guerriers. Ou plutôt, avait-elle croisée la route d'une femme blessée, que l'ancienne Salamandre avait accepté d'aider bien malgré ses maigres impressions. Il fallait dire que la paix ne coulait plus dans ses veines, préférant utiliser le grenat de son trésor pour nourrir quelques rancœurs et déceptions plus enfouies. En temps propice. Elle l'avait vu et découvert à son gré, après tout : guidée par un instinct et un message qu'elle reconnaissait que trop bien, la brune s'était dévoilée à elle en cours de chemin. Deux mois seulement qu'elle était libre.

Mais quelle route de merde...

Maigre sourire sur ses lèvres rosées: A bien y réfléchir, toute assise dans l'herbe qu'elle était, proche de ces habitations toutes en sobriété, plus à attendre que le temps change pour elle qu'à penser aux problèmes d'aujourd'hui, l'atlante aurait finalement préféré que cette rencontre ne se soit jamais déroulée. Arellys. Elle... De biens sombres découvertes n'étaient pas véritablement les bienvenus à l'heure actuelle.

Et puis Ariane avait de nouveau été attirée ici, traversant les ruelles, tout comme ces six, voire deux mois précédents, visage à découvert, son œil parfaitement normal, mais munie d'une escarboucle collée à sa peau comme un cœur aurait alimenté son corps.

Ah, elle est de retour...

Et la voilà qui venait délier les langues des habitants, laissant planer derrière elle son ancien voile de mystères. Et la dramaturge ne dissimulait que très peu son identité, dont le cosmos devait bien être ressenti comme étant furtif toutefois. Car pour l'heure, seule une personne confirmerait ses soupçons ; et cette personne-ci n'avait pas encore montré de signe de disponibilité. Alors, l'ex Tribut aux cheveux d'ébène profitait de cet instant, en hauteur sur cette butte, pour tenter de se renseigner en même temps sur la finalité des événements passés. Et puis également, sur cette éventuelle découverte. Après tout, même en se sentant comme un corps cadavérique un peu plus reluisant qu'autrefois, des remerciements se devaient d'être donnés. A l'heure qu'il était, sans ce parchemin, elle aurait été condamnée. A la mort. Ou à un oubli d'elle-même. De ces proches d'antan, aussi. Le petit bouton pas encore totalement ouvert dont la tige roulait lentement entre ses doigts parlait de lui-même.

Et pourtant, Ariane était encore là à Rodorio, hésitant encore un peu. Ne se sentant pas un tel destin à la fois, mais n'étant pourtant pas d'avantage vexée ou affectée par les nouvelles précautions qu'elle devrait prendre, désormais. Se relevant, toujours un peu distante, l'ancienne atlante reconnut pourtant bien rapidement une présence familière. Mais tout aussi étrangère à la fois quelque part. Ses yeux hétérochromes eurent tôt fait d'en déduire son identité aussitôt croisée.

"Eh bien, être accueillie par une tête familière..." Le ton fut léger mais expressif. Ce n'était pas gagné. Surtout actuellement, quand le monde se faisait toujours un peu plus déséquilibrée de ses morts et de ses drôles d'évènements. "Bonjour Silas. Oui, je sais, ça fait un bail depuis...Ca."

Depuis qu'elle avait été déchue de son ordre. Depuis cet enchaînement qu'elle n'avait pas suivi. Ironie hébétée, une ombre planait dans ses yeux, de cette inquiétude morose qui la consumait lentement, de cet air profondément taquin qui vint bien vite subtiliser son mal être actuelle: sans connaissance. Et puis ce cruel manque de saveur qu'elle dégageait derrière elle, depuis sa nouvelle malédiction. Aura d'une ombre, Ariane n'était pas là pour se battre, non. Et s'étant relevée, elle avait rejoint le jeune homme d'une manière aussi amicale que détachée, coupant court aux interrogations méfiantes.

"Oh, aucune crainte à avoir, je suis passée outre du délire atlante, des apparences exubérantes et des jeux mentaux. Je ne suis pas là pour ça. Ou uniquement présente pour quelque chose de plus..."personnel"." Un brin provocateur, comme soudaine révélation. Son image de fourbe petite générale des Lyumnades ne saurait disparaître du jour au lendemain. Et ces témoins avaient peut-être bien raison. Elle savait taquiner, la jeune femme, oui. Et c'était presque fait exprès. "Enfin, légèrement, oui. Heureuse de te revoir en vie malgré tout, je sais que les temps ont été compliqués pour beaucoup d'entre nous..."

Certains plus que d'autres. Triste à dire, mais ce semblant de stabilité avait quelque chose de rassurant. Ca ne l'empêchait visiblement pas de se montrer plus bavarde. Plus que dans le premier mois, face à Anamaya.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Jeu 1 Déc - 16:33


S'il y avait bien une chose que Silas choisissait par lui-même, c'était son vin. L'homme avait ses favoris, ses petits gouts particuliers et bien que son serviteur Iolas soit un fin palais, le Gold Saint aimait descendre à Rodorio pour gouter ce qui allait reposer dans son temple quelques moments, plus ou moins long. Il avait eu vent qu'un négociant apportant du vin de la région d'Italia était dans le coin et qu'il devait se rendre au village blanc, c'est le pourquoi de sa présence ici en cet après-midi. Silas en avait fini, il avait gouté différents vins, et en avait acheté plusieurs amphores. Iolas se chargera de les faire remonter dans son temple le soir ou le lendemain mais pour le moment, le Saint en portait une sous son bras, elle lui fera sa petite douceur du repas du soir, voire même peut être l'entamer en fin d'après-midi si rien ne venait le déranger avant. Il repartait donc vers la sortie du village pour rejoindre ensuite le Sanctuaire lorsqu'une personne l'interpella.

_ Tiens donc...

Il sourit légèrement à la nouvelle arrivante, il la reconnaissait. Elle avait l'air fatiguée, quelque chose avait changé en elle. Il fallait dire qu'Ariane avait vécu des choses pas vraiment rose ses derniers mois, l'ancien tribut des Marinas s'était vu retirer son écaille par son rouquin de légat, acte qui l'avait surement détruite. Silas savait qu'elle avait prêté serment à Akritès pour servir le Sanctuaire ou quelque chose comme cela et qu'ensuite elle était partie pour se ressourcer ou autre chose. Silas s’approcha de la jeune femme et la salua de la tête. Il remarqua alors que son oeil caché par ses mèches de cheveux n'avait plus la même couleur qu'auparavant. D'où venait donc ce changement?

_ Un visage connu que voila. Je vois que tu as fini de te ressourcer Ariane. Tu revient donc remplir ta promesse auprès du Pope?

Il s'approcha un peu plus, quittant la rue pour le coin d'un autre avec moins de passage et plus de tranquillité.

_ Effectivement le dernier mois n'a pas été de tout repos pour les Saints tu sais...

Comment ne pas parler de la mission de Jamir, de cette bataille qui méla différentes factions et du but de tout cela, du sang... Le sang des dieux... Et la mort, la mort d'Orion par exemple...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Sam 3 Déc - 19:58
Silas s'était approchée d'elle, le rouge et l'émeraude de ses yeux traçant ses mouvements, preuve de sa dernière malédiction en date. Ou de son élévation. Ariane ne savait plus véritablement ce qu'il en était, en réalité. Surtout lorsqu'il s'agissait de parler d'elle-même.

Ainsi lorsque le Saint des Gémeaux parla de cette promesse, ses sourcils s'étaient haussés sous une brève incompréhension. De quoi parlait-il? Après réflexion, Ariane sut de quoi il parlait. L'entente. Ce compromis si un jour, la jeune femme était amenée à demander l'aide à la Déesse Athéna, dont le regard pers savait distinguer ses intérêts et ses soldats. Pour autant, elle se connaissait encore une liberté pour l'heure que peu, très peu connaissait.

"Pas vraiment. Le Grand Pope et moi ne sommes pas tenus par une promesse. C'est...un simple choix, pour l'instant."


A ce léger sourire, Ariane marqua un écart relatif entre eux, comme si de drastiques précautions se devaient d'être exécutées. Cela ne coupa pourtant pas court à ses réflexions, tant les incertitudes et le pressentiment d'avoir frappé à la bonne porte étaient présents.

"A dire vrai, je dois ma liberté à cette aide pour l'heure. Je ne suis pas sûre que je m'en serais sortie toute seule, face à deux de ces créatures surnaturelles et féminines ayant probablement eu un intérêt à mon égard. Mais en mon cas, ce n'est pas suffisant, et je pense qu'Akritès saura m'aiguiller là-dessus. Du moins, je l'espère. Pour l'heure, j'ai besoin de le voir."

Et avec cela, demander audience. Audience qui prendrait peut-être bien son temps, elle n'en doutait pas véritablement après les événements de la guerre. Silas lui-même l'avait avoué. Nefereth également. Hochant de la tête, son attention fut détourné par quelques gestes. Elle remarqua plusieurs citoyens de Rodorio chanter gaiement, en la direction de la taverne. Oh, Ariane savait pertinemment qu'il s'agissait là probablement de l'un de ces tenants, enjoué à l'idée de se faire du bénéfice.

Alors, sa voix s'était élevée à l'idée de se reposer un peu.

"Ca paraitra plutôt classique, mais si tu veux en profiter un peu, je paie la tournée. Et puis, ça sera l'occasion de discuter un peu, tu ne penses pas?"

Un brin taquine, le regard de la jeune femme reprit l'espace d'un instant cette lueur de malice qui pétillait dans ses yeux, ravie de pouvoir de nouveau s'amuser encore peut-être un peu. Mais elle laissait ce choix-ci au Chevalier, ne forçant en rien ce qui n'était ni plus ni moins qu'une simple proposition.

"Oui, j'ai eu l'occasion d'aider l'une des vôtres, il y a plusieurs semaines de cela. Et à l'entendre, on peut dire que ça a plutôt remué là-bas...J'aurai aimé pouvoir vous aider." Nefereth ne lui avait pas fourni les moindres détails, choquée de son combat et de son réveil. Et elle le comprenait bien. "Comment va Childéric?"

Simple question. Le Chevalier du Lion était loin d'être un soldat trop éloigné d'un front qui lui tendait les bras. Du moins, la jeune femme le voyait-elle ainsi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Lun 12 Déc - 10:47


Silas écouta l'ancien général parler, arquant un sourcil quand elle parla de créatures surnaturelles, il allait lui demander des précisions quand la jeune femme eut la bonne idée de vouloir payer son godet au Gold Saint.

_ Tu sais, je ne refuse jamais l'invitation d'une belle demoiselle.

Il lui sourit et la suivit alors jusqu'à la taverne la plus proche d'eux deux. Il la laissa choisir la table qu'elle souhaitait et il s'assit alors en face d'elle. Il posa à ses pieds son amphore de vin fraichement achetée. Il héla le tavernier pour qu'il vienne prendre leur commande et répondit enfin à la dernière question de l'ancienne salamandre.

_ Ce brave lion d'or va bien, il doit surement roupiller dans son temple ou peut être qu'il s'occupe de mes tomates.

Silas ricana, observant les yeux vairons de celle qui encore quelques mois auparavant était plus un ennemi pour lui qu'une alliée. Le tavernier venait d'apporter leur breuvage, il porta un toast rapide à l'attention d'Ariane et engloutit sa première gorgée de cervoise.

_ Remué? Clairement oui... Être témoin d'un combat divin, avoir l'écho de leurs attaques venir interrompre nos propres combats est une chose comment dire... étonnante? Me battre ensuite auprès d'Athéna contre des hordes d'un peuple disparu est aussi une chose glorifiante... Ce qui l'est moins est d'avoir assisté à la mort d'Orion... T'étais proche d'Arbhaal de ton coté?

Silas venait de lui annoncer la mort d'un Gold Saint, il ne savait pas du tout si les deux se connaissaient vraiment, ou juste de vue en vérité. Maintenant il était temps pour lui de poser des questions à la belle brune en face de lui.

_ Tu étais parti où sinon? C'est quoi ton histoire de créatures surnaturelles? Et aussi je me souviens que tu avais deux magnifiques yeux bleus auparavant...

Le Gold Saint porta sa bière à ses lèvres et en descendit une bonne moitié. Sa soif était toujours la même, grande. Qu'elle soit motivé par l'amusement, la tristesse ou l'envie d'oublier, il avait toujours un sacré lever de coude. aujourd'hui c'était pour le plaisir qu'il buvait avec Ariane, rien n'avait à obstruer ce sentiment, du moins pour le moment...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Lun 19 Déc - 3:21
Perplexe. Elle sentait que l'aura de son vis-à-vis était partagée. Elle aussi. il y avait quelque chose d'étrange, des choses qu'Ariane ne comprenait pas véritablement. Qui était cette femme qu'elle avait seulement perçue dans ses rêves? Humaine? Autre? Il n'y avait qu'une idée certaine: Mélusine était indéniablement liée à cette chose étrange qui habitait l'entrée du Val Sans Retour. Réveillée de ses pensées, son regard était retourné contempler celui de Silas, qui déjà, venait d'accepter sa proposition.

Un sourire malin vint perturber son malaise de quelques secondes d'ancienneté.

"C'est trop de gentillesse" Son sourire s'était étiré, en un mouvement léger, nostalgique, et profondément taquin à la fois. S'approchant du Chevalier, tout en fermant les yeux, elle s'était penchée un instant en sa direction, à l'écoute de ses pensées, tandis qu'un air charmeur mais détachée vint entacher bien facilement son visage un peu plus pâle. "Quelques mois plus tôt, j'aurai bien eu du mal à résister à un tel Chevalier..."

Oh, ces minauderies termineraient bien par lui passer, maintenant que son ancienne Ecaille lui avait été enlevée. Sûrement. Mais visiblement, cela lui permettait de se rappeler qu'elle n'avait pas totalement changé, que malgré un chemin emprunté et désormais différent, elle demeurait cette jeune femme qui désirait bien tester toute chose. Jouer son rôle. Ariane.

Et l'ancienne Générale l'avait suivi, dépassant les autres ivrognes de ces lieux.

"Ca fait un bail que je n'y suis pas allée. J'aimerai dire que ça m'avait manqué mais ça ne serait pas de bon goût, je crois."

Après tout, du temps où elle avait été Tribut des Marinas, Ariane n'avait jamais été particulièrement dangereuse pour les Saints. Du moins en apparence. Mais ces lieux l'avaient tout autant dérangé, car ils n'avaient été qu'une Prison dorée. Et peut-être était-ce pour cela qu'en s'aventurant dans la Taverne, elle avait froncé les sourcils à un habitant de Rodorio. Contrariée plus ouvertement que d'habitude. Et pourtant, la Générale était parvenue à reprendre son calme, tandis que de son côté, Silas avait commandé deux verres.

Avait-elle véritablement sa place ici-même? Bien sûr, sa réputation d'ancienne Marina ne s'effacerait pas du jour au lendemain. Une vétéran qui pourtant, était assise face à un Saint à parler d'un..."Ami commun". Le gardien de la Cinquième Maison n'aurait probablement pas été froissé qu'elle parla de lui de cette manière.

Et quelque part, l'ex-atlante aux cheveux d'ébène en était rassurée.

"Hm, pour changer?"  " Un fin sourire s'était échappé de ses lèvres, profitant de la réflexion qui pouvait s'en faire. La dernière fois qu'elle était restée chez le Lion, c'était elle qui avait pris place dans son lit, et elle qui l'avait accueilli à coup d'assiette contre le mur. La dernière fois que je l'ai vu, il a connu quelques...Eh bien, complications. Je pense que tu connais toi-même ce qui peut rendre une vie aussi palpitante que douloureuse."

Des complications, oui. Amoureuses et martiales. Oh, Ariane n'avait pas encore ce genre de soucis et préférait ne pas y penser de cette manière. Pas pour l'heure. La vie avait déjà des problèmes à lui offrir, et c'était déjà beaucoup à porter en guise de fardeau.

Zvezdan.

Difficile de ne pas y penser. Un air songeur s'était installé sur son visage, de celui qui se fixait sur le visage d'une jeune femme peut-être un petit peu trop entichée d'une amourette.

Un air chassé bien rapidement par l'une des Maîtresses des Apparences. Orion? Arbhaal? Certains appréciaient jouer les identités double eux aussi, visiblement. Arbhaal. Le nom se répétait dans son esprit, tentait d'en tirer une conclusion tandis que déjà, elle levait son verre en guise de présentation puis le portait à ses lèvres.

"Arbhaal."
Son regard s'était fait amusé. Assurément, la jeune femme l'avait connu. "Non, je n'en étais pas si proche. Je l'ai vaguement connu, l'ayant croisé tout juste dans mon pays de cœur lorsqu'il fuyait Atlantis et le Dédale de Chair. Des pensées et un vécu fort intéressants, si je puis dire. J'aurai peut-être pensé à prendre son apparence, pour passer incognito ici. Je crois qu'on a du mal à m'oublier..."

Voilà, Silas. Aussi proche que ça.

Si les anciennes Lyumnades pouvaient se montrer commodes, rarement se liaient-elles d'une véritable amitié. Son visage était peut-être celui d'un adorable petit brin de femme, mais elle connaissait son rôle. Et son rôle exigeait de garder de la distance. A ses dépens, elle l'avait appris. Et pétillant de malice, le regard d'Ariane ne s'était pas détaché du sien, continuant à siroter ce verre au même moment. Des choses s'en étaient passées, oui. Et encore une fois, elle avait été inutile.

"Je suis "désolée" pour votre perte." Elle prit du temps à avaler sa nouvelle gorgée, espérant se montrer convaincante malgré tout une fois la parole reprise. "Non vraiment." Au-delà de cette apparence, c'était la moindre des choses. Et puis, si elle s'aventurait sur les terres d'Athéna et que ceux-ci revenaient de combat, Ariane devinait que ce n'était pas le moment d'offenser leurs morts. "Un combat divin...Est-ce pour cela que le Chevalier de la Chevelure est revenu aux portes de la Mort? Je n'ai pas été très utile, et peut-être bien complètement ignorante à cet égard-ci. Je suis désolée d'être arrivée tardivement...Je n'ai eu qu'à penser les plaies des plus blessés."

Visage à découvert. Ou œil camouflé, seule preuve de sa malédiction.

"Oh, ça..."
Une main désigna son œil, qu'elle avait arrêté petit à petit de camoufler depuis quelques jours. "J'ai..."

Elle préférait ne rien en dire pour l'instant. Pas que cet œil était laid, ou que son aura avait désormais pris une teinte toute autre, mais le vécu était encore vif, et certaines plaies, non cicatrisés. Alors la jeune femme avait gardé le silence, pour finalement lâcher un léger aveu. Significatif toutefois.

"Tout ça, c'était le prix à payer, je suppose. Je ne sais pas ce qui aurait été le mieux, mourir ou cette condamnation que j'aurai eu, lorsque l'Ecaille m'a lâché et m'a laissé face à tous ces souvenirs..."

D'une main qui vint remettre en arrière, le geste était encore gêné. Peiné. Il lui semblait encore revivre ces instants, ces migraines douloureuses, ces oublis d'identité, lorsque des souvenirs étrangers étaient venus l'assaillir, vaste contrecoup d'une vie passée à lire des souvenirs au détriment d'un cosmos tout conféré. Pourtant, ce genre d'émotions était parfaitement caché jusque-là. Jusqu'à cet élan un peu plus paniqué et tout à la fois, décidée.

"Je ne suis même pas sûr de pouvoir prétendre encore être complètement vivante...Une femme que je n'ai vu que dans mes rêves m'a sorti de...De cet enfer."

Après tout, sa survie ne tenait désormais plus qu'à un fil. Mais les éléments rapportés par Silas lui paraissait autrement plus intéressant. Alors, la brune les posa, ces questions.

"Contre qui?" Ses doigts frôlèrent le bois de la table en un clapotement inconsciemment impatient, voire intriguée. Le fameux peuple disparu est une notion qui l'intriguait d'ores et déjà. "Qui était cette horde disparue? Quelle était la raison d'entrainer une véritable guerre?"

Ca m'intéresse, jeune Chevalier. Je pense comprendre ton premier ressenti face à une guerre, aussi fratricides peuvent-elles l'être...


Les temps changeaient. Lentement, mais sûrement. Ils évoluaient pour laisser un court instant de répit. Répit pendant lequel Ariane était réapparu, certes, un peu perdue face à la situation. Mais elle comptait sur son vis-à-vis pour se rattraper là-dessus. Il l'observait, elle aussi. Un jeu curieux qui lui rappelait quelques souvenirs. Et pourtant, ces yeux bleus et ignorants, Ariane aurait apprécié les récupérer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Ven 6 Jan - 12:14


Silas n'avait plus que sourire en entendant Ariane lui dire qu'elle aurait pu craquer pour lui à un moment. Lui de son coté, il murmura en réponse.

_ Il y a quelques mois aussi la place était occupée...

C'est donc ainsi qu'ils commencèrent à passer leur petit moment de détente. Le Gold saint écouta les dires de l'ancienne générale de Poséidon, trouvant son histoire quelque peu étrange. Il se demandait bien pourquoi elle avait vécu cela, était une véritable punition ou une chose qu'elle s'infligeait par elle-même. Mais ce sont ses paroles face aux événements de Jamir qu'il trouva quelque peu étranges. Elle se disait de n'avoir rien promis et pourtant elle semblait presque triste de ne pas avoir pu aider l'ordre d'Athéna pendant l'énorme bataille de Jamir.

_ Tu sembles déçu de ne pas avoir participé à la bataille de Jamir mais après tout cela n'est pas vraiment ton combat. Tu n'es plus un Marinas et tu n'es pas un Saint. Ne crois pas que j'aurais craché sur ton aide et que je rechigne sur les soins que tu sembles avoir donnés à Anamaya. Mais pour le moment, disons que pour moi, tu as peut-être la chance d'être libre des jeux des dieux. Cela est peut-être la première fois que tu possèdes ce qu'on nomme le libre arbitre.

Il porta sa main à sa coupe de vin aux herbes et posa le breuvage contre se lève pendant un petit instant. Il ouvrit alors la bouche pour engloutir le tiers du contenu, marquant ainsi une pause dans la discussion.

_ Contre qui tu demandais? Après ce n'est pas vraiment un secret, vu que Ases, Oracles, Marinas et Berserkers étaient eux aussi présents. Alors que notre déesse et Arès se battaient, il s'est passé une chose, une sorte de choc cosmique, je ne saurais trop dire quoi mais quelque chose ou quelqu'un a alors réveillé des êtres endormis. Qui étaient-ils? Le peuple de Mü, ceux enfermés depuis des siècles. Ils sortirent par milliers et nous avons tous eu l'ordre de les arrêter. Je n'ai pas grand-chose à dire de plus, ce ne fut qu'une éradication d'une force armée ennemie pour le reste...

Il n'avait pas vraiment de chose à dire de plus. Athéna leur avait demandé de supprimer cette menace qui semblait vraiment grande, il n'avait fait qu'obéir, relâchant sa fureur et son cosmos en même temps que la déesse qui avait aussi pris les armes contre cette armée d'un temps lointain. Il avait accepté cette mission, porté par le zèle de se battre à coté de la divinité qu'il servait.





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Sam 7 Jan - 18:58
Les chemins sinueux. Voilà que dans ses paroles, Ariane avait de nouveau évoqué un passé qui n'était plus. Un passé qui touchait peut-être désormais le Chevalier des Gémeaux dans ses amours perdus. C'était tout du moins ce qu'elle avait deviné, lorsque dans son verre, elle y avait versé l'élément de vie, sans s'arrêter d'écouter les propos du romain. Un peu gênée, l'ancienne Lyumnades savait désormais qu'elle était tombée pieds joints dans un sujet épineux. Déglutissant silencieusement, quoique habituée à ce genre de situation, elle avait murmuré quelques excuses.

"Hm, j'ignorais ce détail...Quoiqu'il soit arrivé, je n'avais pas la volonté de réveiller une blessure du passé. J'en suis désolée."

D'humeur à réfléchir, ses doigts jouaient avec quelques mèches d'ébène avant de s'en détacher littéralement. Le peuple de Mu, les confrontations...Toutes ces informations étaient complexes à retenir, et en même temps, issue d'une vieille légende qu'elle avait autrefois entendue dans les histoires contées d'un ancien Grand Prêtre. Tant de factions réunies en un seul lieu n'avait rien d'une guerre légère, en particulier lorsqu'Avalon avait désormais la possibilité d'être guidée et de sortir de sa torpeur. Le monde changeait oui, depuis finalement plusieurs mois. Le regard que la jeune femme lui adressa était emprunt d'un éclat de lucidité et de compréhension. "Oui, je sais qui ils sont." Et lorsqu'il eut fini, la jeune femme sut que l'aura de mystère qui planait autour d'elle comme un voile translucide n'était pas nécessairement une bonne chose. Du moins pas actuellement. On ne la connaissait pas, non. Et c'était bien naturel. Qu'aurait-elle fait là-bas, à Jamir, à faire la guerre? Au-delà d'un simple défoulement? Les raisons étaient intrinsèquement plus profondes, mais la curiosité d'une telle guerre était là, si bien que la jeune femme s'était redressée tout contre le dossier de sa chaise.

"Je suppose que c'est là la nécessité d'un avis. Mais pour réunir autant d'idéologie différente en un seul endroit...Les dieux doivent avoir leurs raisons personnelles et intéressées. Tu ne t'es pas demandé les raisons plus profondes d'un tel intérêt à défendre ou envahir ces lieux? Pourquoi, comment? ...Je doute que cela soit réellement sans aucune raison, et se limite simplement à la libération d'un peuple enfermé depuis un millénaire. A moins que cela n'eut été le but de départ? Ce que je veux dire, c'est que j'ai de base du mal à comprendre un tel intérêt de départ, si ce n'est effectivement pour protéger Jamir. Tu ne t'es pas posé la question?"

De quoi? A quel fin? Mais peut-être que dans ses amours d'enquête, la jeune femme se perdait dans de vaines hypothèses. Et lorsqu'elle avait une ultime fois refermée son emprise sur son verre, la jeune femme avait fini par immobiliser son geste, observant une bête invasive en souiller son contenu aquatique. Une mouche se débattait et flottait cette fois-ci à la surface de l'eau, dans un récipient qu'elle eut fini par reposer, un peu dégoûtée. Tout en réfléchissant à sa condition, la jeune femme fit une moue à l'idée d'être vaguement jugée de cette façon. Toutefois, cela était simplement une mimique volatile. Un peu comédienne.

Libre arbitre? Hm....

"La liberté, hein? C'est tentant, mais je ne pense pas vraiment l'être en vérité. Lorsque l'Ecaille m'a abandonné, j'ai pensé retourner en Neustrie dans un premier temps, redécouvrir le reste d'une famille que j'ai quitté il y a plusieurs années de cela. Je ne les connais pas très bien, toutefois j'ai eu des informations supplémentaires il y a peu à leur sujet Enfin, tu dois connaître les enjeux d'une famille fragmentée, peut-être..." Il y avait de tout chez les Chevaliers, et toute Tribut qu'elle avait été, Ariane connaissait ces exceptions que trop bien. Des Chevaliers comme Childéric n'était pas unique au monde, et c'était ainsi une diversité que l'ancienne protectrice d'un Océan avait apprécié observer, d'un esprit quelque peu scientifique en ce rare cas. Un esprit trop poussé qu'elle avait payé du revers de sa main. "Mais...Mais tout ne s'est pas passé comme prévu. J'ai été Lyumnades, et avec ce titre, le lot d'intrusion dans les pensées de mes différents adversaires. Tout ne se passe pas toujours comme prévu. Comme on dit, on reçoit ce qu'on sème...J'ai voulu tromper la mort, et je ne peux que remercier qu'on m'ait finalement offert une seconde vie."

D'une petite dague qu'elle avait sorti de sa cape, la jeune femme avait entaillé de son arme de taille sa peau, créant du petit point transpercé deux gouttes de sang qui vinrent dévaler son index, pour s'évanouir dans l'eau du verre. Là d'où flottait la petite mouche.

"Vois par toi-même..." Quelques secondes s'étaient écoulés et l'insecte avait arrêté de se débattre, empoisonnée par le sang d'une femme qui avait par la suite veillé à frotter très légèrement sa petite plaie pour mieux l'effacer. L'action en avait arrêter le compte-goutte qui en découlait, referme sa plaie en un cosmos enbrasé doucement à des fins régénératrices.. "Je ne peux pas m'amuser à vivre en société désormais. Je ne me contrôle pas tout le temps."

Et elle en était pas peu fière, un peu penaude par un pouvoir. Contrôler l'esprit était une chose, mais un pouvoir aussi "concret" relevait d'un autre ordre. Et dans tout cela, seule une chose maintenait une volonté à se détacher de ce risque: en connaître sa nature. En connaître également l'enjeu. Du haut de son jeune âge, Ariane savait pertinemment que cette nouvelle vie et cette seconde chance ne serait pas simple.

"J'ai tué il y a peu, sans le vouloir véritablement. Mais le fait est qu'à l'intérieur, ça ne m'a fait ni chaud, ni froid. C'est pour cela que je suis ici"

Une vague excitation, quelque chose de plus prenant que les sépultures sous forme de salamandres qu'elle avait créé autrefois. Il y avait eu ce Berzerker, et il y avait eu ce marchand. Et la Guerre. La salamandre cramoisie hésitait vaguement entre aller retrouver, et rester patienter ici-même, comme elle l'avait fait quelques mois plus tôt. D'une gorge serrée, son visage ne cachait pas sa crainte, celle de ne pas retrouver le Cardinal de la Guerre suite à cette guerre. Mais en cet instant, il lui fallait penser à elle-même dans un premier temps. Normalement.

Normalement...

"Je pense que j'ai besoin d'aide...Qu'il n'y a peut-être que le Grand Pope à pouvoir y répondre. Ce pressentiment, il est là, à l'intérieure."

A questions, des réponses. Le seul à l'avoir fait jusque-là avait été cet homme aux origines persanes. Comme Hassan. Et contre ce pressentiment, la jeune femme ne pouvait pas y faire grand chose. Certes, la liberté lui avait été offerte. Et pendant quelques mois, elle en avait profité, et continuerait probablement quelques semaines à en jouer. Mais rester sans allégeance indéfiniment était une chose infiniment dangereuse et crainte, plus encore lorsqu'elle se rappelait des anciens événements. Des événements qui concernait les Masques Rouges. L'ancienne Générale ne les avait pas oublié, et eux, de leur côté, ne l'avait peut-être pas non plus effacé de leurs mémoires.

"Je me sens responsable de certaines choses, oui. Cinq années sont passés depuis la précédente guerre, mais mise à part aider à la recherche de ce jeune Roi des Ligures, je n'ai pas le pressentiment d'avoir accompli ce qu'on attendait de moi, de base. Ni même que ces années passées en captivité, comme une bête que l'on enferme en cage pour mieux l'observer derrière les barreaux, aient réellement servi à quelque chose. Pour moi en tout cas. Je ne crains pas le jeu des dieux, je m'en amusais plutôt, autrefois, en pensant qu'il y avait toujours une raison et une fin. Peut-être seras-tu en mesure de le comprendre..."

Aujourd'hui, il n'y avait plus d'attentes certes. Mais les idéaux d'une personne un tant soit peu ambitieuse se calmaient difficilement. Ariane ne recherchait pas forcément la liberté, ou le libre arbitre mais l'accomplissement de..."quelque chose". De quoi nourrir une certaine ambition tapie profondément dans ses désirs. Un trait d'enfance regagné. Alors avec intelligence, toujours sur ses gardes, son regard continuait à analyser le jeune homme qui se dressait devant elle, les restes d'une vieille habitude des liseuses d'âme. Un fil ne s'éteignait pas.




Dernière édition par Ariane le Dim 29 Jan - 0:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Jeu 26 Jan - 11:11


Il regardait l'ancienne Marinas tout en sirotant son verre. Cette dernière avait vécu si longtemps au Sanctuaire qu'elle se trouvait peut-être plus chez elle ici que certains Saints, un comble peut être non? Maintenant que le Légat avait rompu son contrat qu'elle était "libre", c'était ici au Sanctuaire qu'elle revenait, c'était à croire qu'effectivement son foyer était ici et ce depuis un moment en fait.

_ Oh si nous savons la cause de tout cela à Jamir. Sa tour, sa gardienne et ce qu'il s'y trouvait... Hélène avait en sa possession, sous sa garde des amphores de sang, du sang divin... L’Ichor d'autres dieux. Le but de l'assaut contre la tour des autres camps? C'est fort simple à comprendre, ils voulaient tous récupérer ce sang. Au final nous n'avons pu que garder que l'une des amphores, les autres dieux ont réussi à en avoir aussi, à croire qu'on aurait pu faire ce partage sans combattre...

Il se mit à rire, un rire qui se moquait de lui, des combats et même des dieux. Mais ce rire était aussi nerveux et douloureux, le rire du combattant, celui du soldat.

_ Je pense que la libération de cet ancien peuple n'était pas vraiment prévu, ou sinon c'est la cerise sur le gâteau de cette bataille épique.

Encore une fois, il passa sa coupe à ses lèvres. La coïncidence du réveil du peuple de Mü était peut-être grosse mais elle semblait si soudaine qu'elle semblait n'avoir été prévu par aucun des dieux présents. Silas se demandait bien pourquoi ils se réveillèrent à ce moment là. Était-ce à cause de l'écho des combats des dieux? Les puissances qui déchiraient les lieux en était-elle la cause?

_ La famille? Un mot assez étrange pour moi tu sais... J'ai été rejeté par celle-ci ou du moins une grande partie depuis ma naissance... On m'a accusé d'une chose dont je ne suis en rien responsable... Grandir sans vraiment être aimé, grandir sans affection dans son propre foyer... Voila ce que je connais...

D'un geste vif, il vida son verre comme s'il essayait d'avaler ce sentiment et ses souvenirs avec le liquide alcoolisé. Mais la suite des événements lui changea radicalement les idées. Elle était devenu un poison, une femme empoisonnée et nerveusement il se mit à rire car oui il trouvait la situation de la malheureuse risible, pas pour elle mais pour ce que cela voulait dire.

_ Un sang empoisonné? Voilà ce que tu as gagné... Excuse moi c'était nerveux mais tu ne vois pas la grande coïncidence de tout cela? Sais-tu qui avait ce pouvoir avant toi? Nimuë, Nimuë possédait ce pouvoir, celui des Gold Saints des Poissons. Poséidon lui a retiré ensuite pour qu'elle puisse devenir une Marinas. Puis toi le Légat t'a rejeté aussi, et te voilà maintenant avec un pouvoir similaire... C'est comme si le destin avait fait une sorte d'échange entre vous... Je ne dis pas forcément que c'est la voie que tu dois prendre mais oui tu as raison, nul autre qu'un ancien chevalier d'or des Poissons ne pourra t'aider avec ce qu'il vient de t'arriver.

Et si la destinée d'Ariane était de prendre la suite de Nimuë? Et si sa véritable voie était d'être le Gold Saint des Poissons? Était-ce pour cela qu'elle se sentait si bien au Sanctuaire? Était-ce pour cela qu'elle s'était attaché à ce lieu et à ses occupants?





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Sam 28 Jan - 17:36
"Des amphores...Et des Berzerkers..." Pourquoi se disputer pour de tels objets? Pourquoi en créer un tel combat fratricide? Les mystères continuaient à se cumuler, plus encore pour elle qui n'en était qu'une spectatrice externe à ce théâtre, bien loin du lieu d'affrontement. Bien loin de connaître les enjeux qui se dressaient devant eux. "Du sang des dieux..."

Un sang divin. N'importe qui se serait précipité pour le dérober. Et ils avaient bien raison: quelle vertus pouvait-on en tirer? Silas était certainement allée droit au but dans ses révélations, mais il fallait maintenant savoir ce qu'il en était, de ce fameux Ichôr. Nul doute qu'à ce moment-même où ils partageaient tous deux un verre amical, tout semblait plus compliqué. Compliqué, car leurs vies et leur vécus révélaient également leurs subtilités. Bien sûr, chacun avait eu une famille, mais le Destin avait appris à jouer avec les éléments, les sensations, les émotions, si bien qu'Ariane observait aujourd'hui ce Chevalier qui n'avait su connaître une quelconque bonne émotion à cet égard.

"Au diable la famille de sang!" Cette histoire contée s'était réveillée de sa torpeur, avait immergé de son esprit, tandis que la jeune femme avait signifié d'un index sa prochaine commande. Oui, il lui semblait avoir entendu ce genre de propos, auparavant. Cet œil turquoise et ces oreilles avisés écoutaient et filtraient les paroles avouées des Gémeaux.

Un enfant défait de ses liens. Un enfant abandonné...

"Navrée..." Les traits de son visage s'étaient faits brièvement désolés. "Je sais que ce n'est pas forcément bon d'en parler. Parfois...On dit que la famille perdure, mais moi je la pressens plutôt comme une notion bien éphémère..." Parfois. Au moment où les temps aimaient se montrer peu cléments aux diverses pensées, la famille n'abandonnait pas. Un peu comme les amours...Parfois oui, des gens s'aveuglaient par eux-mêmes dans ces sables mouvants pour un frère, une sœur, un femme ou un homme. L'attachement était pour un Chevalier une chose étrange, contradictoire. Un pensée qui résidait simplement sur le visage de la salamandre Cramoisie en une moue contemplative.

Et gênée, la culpabilité de ce dernier avait éveillée autant de peine qu'une curiosité inavouée. Une curiosité qui avait pourtant ces explications, en ce fait que les détails donnés lui semblaient bien moindres pour qu'un enfant soit haïs dès ses premières années.

"Accusé..."
Elle hésita un instant, portant son attention sur son verre, puis sur le regard du Gémeaux, un peu plus duel dans ses profondeurs. C'était là la réputation des Gémeaux. Et elle aussi, avait eu sa réputation. Elle prit une pause, pressentant également que le Saint devait cacher ses peines. Hésita. Puis finalement, renouvelant le contact avec les yeux du Quatrième gardien, s'exprima de nouveau. "Je me pose une question, vis-à-vis de ce que tu as dis précédemment. De quoi t'as-t-on accusé, dès le début?"

Etait-elle véritablement à même de porter un jugement? Non. Cela aurait été déplacé. Autrefois, lorsqu'elle avait été Lyumnades, elle avait fait de ses soldats une particularité, un moyen de salut. Une milice à elle, et elle seule. Un jugement qui apaisait également son esprit d'ancienne Tribut, car sa garde s'était composée d'anciens criminels, officiellement condamnés à mort pour diverses raisons, officieusement épargnés par ses soins. De la plus déraisonnée et invraisemblable personne au plus petit, subtile malfrat. La misère du monde était telle que même à Atlantis, on pouvait parfois la percevoir encore.

Et tandis que la jeune femme y pensait, ce destin et cette infime hypothèse venaient une fois de plus se confirmer par les paroles des Gémeaux.

Ce fut un choc, un instant de vide. D'incompréhension, de doutes également, de la colère pour l'ancienne tribut, attisée comme une flamme parmi les braises. Un maelstrom d'émotions se jouait cette fois-ci dans cette âme un peu perdue. Les yeux encore écarquillés de stupéfaction, Ariane savait pourtant que Silas disait vrai. Mais la vérité était telle qu'elle ne souhaitait pas encore la croire et la tarir en éloge, ni même la connaître. Que pouvait-il savoir après tout? Rien. Son poing s'était serré, ses phalanges palissaient. Un souffle s'échappait de ses lèvres en cette lente agonie qui n'évoquait que le refus de la demoiselle.

"Non." avait-elle posé sa réponse. Claire, nette et sèche. Certes, ses pas l'avaient mené ici, mais la jeune femme refusait de l'avouer. Pas après tout cela, pas après la confusion. Ariane n'entretenait pas de mépris à l'égard des Chevaliers d'Athéna, mais un point faible avait été touché.

Jamais on ne lui avait parlé ainsi. Jamais on avait mis en valeur ce coup de sort, un destin qui, prit de remords pour une vaine déchéance, l'aurait placé en haut du sommet, au chemin éclairé et sinueux que représentait la montée jusqu'à l'Armure d'Or.

Une farce.

"Non, je ne peux pas être de cet acabit. Je ne l'ai jamais pu, ni en tant que tribut, ni même maintenant, me considérer comme tel!" C'était ce qu'elle avait été, après tout. Une adolescente hébétée, un peu désespérée. Mais qui cachait bien son désespoir sous une allure posée et taquine, amusée et hésitante. Aujourd'hui pourtant, elle était adulte. Théoriquement. "Il n'y aucune raison qu'en cinq ans de torture morale, en cinq ans d'hésitation, en cinq ans de confusion, de maladie, ça arriverait maintenant!"

Pour cela, Ariane pensait avoir tourné la page. Mais dans cette taverne, la protégée de la Vouivre n'avait su camoufler cette colère qui lui avait rongé les veines. Alors elle s'était levée, avait claquée la main sur cette table, légèrement emportée par un quelque chose d'autrefois refoulée.

Ce qui coulait dans son sang ne l'aidait pas. Et ne l'aiderait pas. La petite Salamandre avait toujours été sanguine en réalité, en dépit des apparences, mais la bête qui régissait la Renégate sans Armure était autrement plus colérique.

Tout cela n'avait que peu de sens à ses yeux. Peu de sens et pourtant beaucoup de détail en corrélation avec ces..."doutes".

"Doutes". Mais qu'est-ce qu'elle fichait ici?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   Mer 8 Fév - 16:10


Il en avait surement trop dit. Il se sentait peut être trop en confiance avec elle. Mais non il n'irait pas plus loin dans ses propos car cela touchait vraiment à son histoire, à des traumatismes lointains qui pouvait permettre à un certain effondrement emotionnel du Gold Saint. Comme elle le disait pour le moment, elle n'était rien, ni ennemi, ni vraiment un allié. Silas savait qu'il ne pourrait pas dire cela tant qu'elle ne serait pas placé sous la bénédiction de sa déesse et si elle l'était un jour. Il aimerait bien que cela arrive, il lui dirait peut être si tout allait dans ce sens et qu'une relation de véritable confiance mutuelle s'installait entre eux. Mais pour le moment, cette partie de son histoire était une chose qu'il lui tairait comme à pratiquement tout le monde.

_ Oh je pense qu'il faudrait que l'on soit bien plus intime pour que je réponde à ta requête. Les personnes à qui je me suis livré sur cela se compte sur les doigts d'une main. Ne t'offenses pas Ariane, je pense que tu comprends parfaitement.

Il la regarda ensuite s'emporter. Réfutait-elle les arguments solides qu'il venait de lui donner. C'était un coup du hasard comme le diraient certains. D'autres diraient que c'était le destin. Causalité? Savante équation? Il n'en savait rien juste que les faits faisaient que ce qu'il avait dit était vrai.

_ Je peux comprendre ta colère, du moins essayer Ariane. Mais ne va pas faire peur à nos voisins de taverne. Ils ont beau connaître notre monde, il y a bien des choses qui leur échappent. Je m'excuse si je t'ai blessée mais je ne te donnait que des faits et des idées. Je ne te dirais qu'une chose mon amie, si tu veux bien que je t'appelle ainsi. Pourquoi revenir ici alors? Tu aurais pu aller n'importe où, recommencer une nouvelle vie et pourtant... C'est à l'endroit où tu étais emprisonné pendant une demie décennie que tu es revenue... Réfléchis donc à cela...

Silas termina son verre, le reposa et se leva. Il la salua et il lui sourit.

_ Merci pour ce moment et cette petite discussion. J'espère te revoir bientôt et qui sait? J'ai peut-être la piste de ton futur...

Il lui fit un petit signe de la main pendant qu'avec l'autre il déposé des pièces pour payer leurs consommations. Il tourna alors les talons en repartant avec son amphore de vin. Direction le Sanctuaire et sa demeure zodiacale.




Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
Contenu sponsorisé
Message Re: [mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[mi-octobre 550] Les chemins sinueux [PV Silas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois chemins qui se croisent (PV Oeil de Lynx et Nuage de Cerisier)
» les chemins de la liberté
» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans
» A la croisée des chemins
» [Rapport de Bataille] 31 Octobre 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Rodorio-
Sauter vers: