Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Jeu 15 Déc - 3:10
Mon corps avait du mal à se satisfaire de plus. De moins également. Dans la pénombre de la forêt Vierge, je plissai des yeux, en apercevant cet animal m'observer intelligemment. Comme la Teigne. Sauf qu’à la différence de la Teigne, la bête n'était pas petite, ni même mienne. Et surtout, cette créature n'était pas morte par un lien coupé avec étrangeté.

Sans explication. Les anciennes Lyumnades restait sur leurs faims quant à ces derniers événements, ancienne atlante légèrement meurtrie par la perte de ce qu’elle avait métamorphosé en véritables sépultures jusque-là. Voilà de petites attentions entendues que d’elle-même, pour ces hommes désormais sans identités et tombés au combat, et qui n’avaient brillé au grand jour que dans le creux de l’œil sombre d’une de ses Urodèles.

Quand ? Où ? Comment ? Ces questionnements la hanteraient longtemps sur les raisons de leur échec, de ces petites salamandres simplement converties dans leur état naturel, influencées à la suite par ces diverses bribes subtilisées. Tout cela, aux soins de la jeune femme et par elles-mêmes.

Et puis plus rien. La brune n’avait plus véritablement de but, maintenant qu’elle venait de perdre l’étendue de toute une vie de guerrière. Mais elle tentait d’avancer tout de même, de trouver les réponses à cette série d’événements qui avait frappé ce mois de septembre.

Parchemin. Rêve. Demi-Remède. Puis Vouivre.

Au moins, n’en était-elle pas morte, perdue dans une folie inéluctable, contrecoup de ses capacités et de la mort de ses familiers de messagères. Mieux que rien, pari fou. C’était ce que beaucoup auraient pu penser.

Elle, un peu moins.

Hésitante, Ariane avait porté une main légère sur les motifs qui décoraient la pelouse, ces jeunes fleurs peu aptes à éclore mais sur lesquelles, pourtant, le regard d’Ariane s’était profondément attardé. Il y avait là quelque chose d’étrange, quelque chose d’attrayant, plus encore que cette bête qui, désormais, s’était assoupie à ses côtés.

Un parfum naturel, envoûtant et trompeur. Un peu comme elle les aimait. Mais Ariane le contrôlait mal, ce mal. Et quoiqu'elle Ariane connaissait de mieux en mieux son effet néfaste, le contact suivant l’avait bien assurée de tenter quelques expériences sur ce qui la touchait désormais.

Car elle ne comprenait pas, ou pas totalement. Et comme par mesure de sécurité, cette femme de Neustrie testerait cette condition dans un endroit connu que d’elle-même.

La Vouivre ouvrit un œil, toujours posée, et continua à l’observer. A la fois inquiète et touchée par une certaine sérénité, la goutte de sang qui dévalait la corolle de l’une des fleurs agissait dores et déjà. Elle la contaminait de son tanin, pour mieux la flétrir. Et à cette mort, fut arraché un froncement de sourcils sur le visage de la brune, puis de nouveau un regard en la direction du grand reptile qui ne l'avait pas quitté de son orbe intimidante.

« Ca t’amuse peut-être, de me voir douter, hein ? » Elle ne lui en voulait pas dans le fond. Elle aussi, auparavant, elle s'en serait amusée. Un soupir s'échappa, puis une illumination vint la frapper.

Prisonnière, l’ancienne atlante devait certes tenter de s’échapper, mais avant cela, d’expliquer ce mal qu'elle tenterait de maîtriser. Et tous les éléments étaient ici. Sang, roses, et Escarboucle aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Mer 21 Déc - 3:16
Si un paradis existait réellement, serait-il semblable à cette nouvelle prison dorée? Celle qui faisait du Val sans retour ce perpétuel lieu de recherches? Propice à la variété animale et ses petits pièges répartis ça et là, toute fois.

Peut-être bien. Du moins, l'espérait-elle alors que pour quelques instants, sa folie précédente n'avait plus aucune importance. Seule demeurait la trace de sa malédiction, le rouge de son œil dominant, celui qui saurait se montrer plus omniscient désormais.

Tandis qu'elle s'observait dans le reflet du verre crée par inattention, ses sourcils s'étaient froncés. Quelque chose manquait, quelque chose rendait son objet vide de sens. A côté d'elle, des fines tiges de lierres avaient été invoquées, continuaient à pousser sous l'air surpris de la brune.

Comment...?

L'effleurement de son doigt sur la mince feuille sembla stopper net la croissance de la plante, pour finalement le voir se flétrir. Seule, il lui faudrait tenter de contrôler cette nouvelle affinité. Et si la maîtrise de ce miroir lui semblait pour l'instant plus abordable, Ariane savait qu'elle ne pouvait continuer à ignorer plus longtemps ce pouvoir plus subtil sur cette flore.

Et puis il y avait ce fragment.

Le fragment de Mélusine et de la Vouivre, la déchue d'Avalon. Et tout en observant cet objet désormais si lié à elle, les paroles de Mélusine résonnaient dans son esprit. La magnifique femme n'était plus réapparue depuis ce rêve, mais quelque chose la ramenait indéniablement à cet écho.

Lentement, la main d'Ariane était venue prêter son allégeance, sur le fil tranchant que constituait le bord de l'élément du Lac aux Fées.

Parce que Mélusine le lui avait dit.

"Il y avait une histoire, un jour. Laisses moi te la conter, petite Ariane."

Le sang se répandait avec liberté sur une fleur qui couvrait le lit floral de la plaine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Mar 27 Déc - 13:15
Il y avait une légende, une légende qui exigeait toutefois de la réflexion. Et tandis qu'un fragment de glace s'était formé dans le creux de sa main, entremêlé de quelques racines en son sein, l'envie d'y repenser s'était formé tout bas. Et ce fut comme si en face d'elle, sa mentor était là à lui conter son histoire.

« Une malédiction n'est pas sans faille, mais elle est suffisamment forte pour te donner des multiples contraintes, ainsi que quelques capacités. Mais si la forêt t'a accueilli c'est que pour l'heure, elle te considère comme l'une de ses protectrices. Et elle aussi, te protège en retour. Parfois d'une manière trop possessive, certes. Et tu es là... »


Le Val sans Retour avait toujours bien porté son nom. Mais peut-être le porterait-il bien mieux à l'avenir, et c'était une considération à ne pas laisser de côté. D’un regard interrogateur, elle observait encore le corps couvert d’écailles se gonfler et se dégonfler, successivement.

« Il y a eu une femme, du temps d’Hercules. Ce fut la première « maudite », mais même aujourd'hui, je ne sais rien d'elle, sauf qu'elle a fini par devenir serpente jusqu'au nombril, tout comme moi. »

Une pointe de regret, un temps d’hésitation. La fée n’avait pas eu le choix, et aurait pu trouver de quoi s’en sortir, tout comme cette jeune femme qui avait fui ses sœurs, comblée par le Remède le plus parfait. Elle…N’en avait que la moitié. Et une malédiction qui aurait pu s’avérer inéluctable. Mais c’était déjà un miracle que d’avoir une personne apte de la comprendre.

Un mal de crâne s’était suivi, moins évasif et douloureux que ceux qu’elle avait ressenti durant son pèlerinage où la folie avait été sa compagnie. Un parfum se déployait tout autour d’elle, doux et enchanteur.

Etait-ce un piège ? Non, une histoire contée.

Persine s’en est allée dans l’île enchantée d’Avalon. Elle y élève ses filles pendant quinze ans. Et chaque matin, un peu avant le jour, elle conduit Mélusine, Mélior et Palestine au sommet de la montagne Fleurie d’Eléonos. De là, elles contemplent le lever du soleil sur les rivages d’Ecosse que l’on devine au loin.
- Voyez, mes filles, c’est là que nous aurions dû vivre, heureuses, si votre père n’avait pas manqué à sa parole. La joie aurait été notre quotidien alors que désormais nous sommes condamnées à cette misérable condition...
L’amertume, la nostalgie hantent le cœur de Persine qui ressasse sans arrêt le récit de sa tragique épopée.

Une vision bien étrange avait soudainement été renvoyée jusque dans ses mémoires. Cela lui avait vaguement rappeler les souvenirs décelés lorsqu’elle avait été Lyumnades. Seul demeurait le parfum d’une Fleur, en vague souvenir.

« Et puis, il y a eu moi. La seconde. J’ai vu que tu avais un lien avec Avalon…Tu as ramené son jeune nouveau Roi, n’est-ce pas ? » Un œil aurait pu briller qu’il aurait montré tout son intérêt sur la question. « Un risque pris contre une décision supérieure, par instinct, tout juste comme moi lorsque je fus toucher par celle-ci. Mais tu as la chance d’avoir le soutien de ceci. »

Il lui semblait que la voix désignait la petite pierre qu’elle tenait en broche, toute faite d’un grenat à l’étrange couleur sombre. Mais ce n’était qu’une hypothèse qui naissait dans son cœur.

« Elle stabilise ta condition, avec une certaine force je dois dire. Malheureusement, c’est l’Escarboucle de la Vouivre. » Et cela n’allait pas sans rappel. Une Vouivre n'était qu'une bête poussée à la cupidité et à la colère. « Un jour, tu comprendras...mais je ne l'espère pas. Indéniablement, on finit par mourir. Rappelle-toi que nous sommes mortels. Je ne serai pas là pour t’aider dans l’avenir. Pas complètement…Malheureusement, j’ai peur d’y perdre moi-même toute raison »

Ariane s'était approchée, désireuse de toucher les écailles et les ailes en voile de la bête. La contempler inspirerait probablement une meilleure estimation des moyens à employer pour enfin partir et rejoindre un monde vivant.

Après tout, maintenant qu'elle savait de nouveau, plus ou moins, qui elle était, quelqu'un devait l'attendre. Ou la penser morte. Avait-il tourné la page ?

Elle non. Ariane le savait vivant, suffisamment pour garder un mince espoir. Tout comme l’envie de vivre. Puis ses doigts avaient fini par frôler la peau serpentine de la bête.

Et celle-ci venait d’ouvrir les yeux, et par un grognement, d’exprimer son mécontentement. La colère montait facilement. La bête mi serpent mi chauve-souris fit trembler la terre de son rugissement, comme pour prévenir qu’elle allait attaquer.




Dernière édition par Ariane le Sam 14 Jan - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Sam 31 Déc - 1:40

Un pressentiment, comme une urgence, gagnait petit à petit le seul cœur humain de cette forêt.

"Il faut que je parte...Que je quitte cet endroit."

Livrer un fragment de souvenirs n'avait rien d'aisé. La révélation relevait d'une chose bien étrange, une chose que l'on appelait désormais un certain degré de confiance. Dressée, reculant de quelques pas par précaution, la jeune femme chercha à tâtons l'Escarboucle qui devait demeurer en broche, mais elle ne la sentit plus. Ne la vit plus. Le grognement s'intensifia, et Ariane vit à leurs côtés les splendeurs cachées et pourtant si floues d'une vie auparavant invisible.

Une dernière mémoire flotta dans son esprit, uni par un lien magique, celui de cette Dame pourtant toujours inconnue.

Un jour, l'aînée, Mélusine, réunit ses deux sœurs en secret pour les entretenir d'’un plan :
- Pendant ce temps qui est passé, j’'ai bien réfléchi... Tout est la faute d'’Elinas, notre père. Nous sommes maintenant versées dans les sciences magiques... Il serait juste qu'’il paie encore plus durement le tourment dans lequel il nous a plongé.

Dernier souvenir. De toute évidence, comme pour couper les révélations, la vie autour d’Ariane et de la Vouivre s'étaient éveillés, dans cette forêt où les hommes n'en ressortaient pas forcément vivants à tous les coups.

Et puis ce qui avait été craint jusque-là arriva finalement. La Vouivre s'étaient élevés, prenant tout autour d'elle la couleur de l'Eau. Pourvue d'une force bestiale et toutefois plus terrestre, le vent soulevé par ses ailes l'accompagnait avec une grâce peu connue, lorsque tout à coup, celle-ci fut manipulé par un cosmos qu'Ariane reconnut fort bien. Un cosmos maudit, déformé. Peut-être bien humain.

La femme à la chevelure d'ébène tiqua un instant, mais n'eut pas le temps d'y penser davantage. A quelques mètres, elle avait été projetée plus loin, tandis qu'une créature reptilienne déchaînait sa rancœur sur les arbres alentours, brouillant le Lac d'entrée. Le spectacle était agressif, mais magnifique et peu commun.

Oh, à quoi pensait-elle?

Ainsi, la bête serpentine venait de s'éveiller, et Ariane cherchait encore ce pendentif en grenat afin de regagner un peu ses forces. De quoi lutter contre cette bête qu'il eut été bien difficile à contrôler; les présences animales ou humanoïdes qui observaient curieusement la scène gardaient cette fascination bien étrange.

Mais ses doigts ne rencontrèrent que le vide, et à ce vide, une vague d'adrénaline se diffusa dans chacune de ses veines. Où? Comment? Tout en serrant les dents, l'ancienne Lyumnades ne put étouffer des pensées tout aussi agacées par sa situation qu'elle ne fut mentalement mise à l'épreuve.

Et ce n'était pas tant cette agression par un filet d'eau sous pression qui l'entraîna à toujours plus s'écarter. Une volonté nouvellement regagnée à retrouver l'Escarboucle animait la brune, elle qui pensait maintenir un moindre lien avec sa nouvelle mentor. Moindre. Toujours là cela dit.

Mais comme seul signal, il y avait eu ce bruit d'écorce séché fortement craqué par une force colossale. Et la bête continuait à élever le vent.

Oh, et bien la réponse lui avait été donné. Pour quitter cet endroit, deux choix étaient possibles, et ces choix n'avaient pour différence qu'un combat et une évasion. Luttant contre le vent, bras dressé devant son front, Ariane avait déjà pris une solution à l'avenir. Mais pas maintenant, s'eut été une folie d'entraîner la Vouivre en dehors de son territoire. Une provocation. Ou un fléau pour les villages bretons qui bordaient la forêt.

Alors, derrière l'un des arbres les plus solidement enracinés, ses yeux avaient fureté d'un côté et d'un autre, tentant vainement de poursuivre puis de capturer le scintillement d'une pièce cramoisie sur la sol. Près du Lac? Non. Près de la Vouivre? Non plus. Là!

Elle l'avait localisé près de ce rocher. Et tandis qu'elle courait la rattraper parmi le vacarme environnant, la brune avait pressenti cette chaleur qui envahissait son corps. Puis une présence se manifesta à ses côtés, sous la forme d'une brume écarlate.

Et enfin, une voix féminine et enfantine s'éleva:

"Non, non! Pas par là! Tu dois d'abord la calmer...L'Escarboucle, c'est bien, mais c'est pas elle qui cessera le brouhaha!"

Un regard s'était manifesté dans la pénombre rouge. Un regard qui ressemblait au sien.

Cramoisie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Sam 7 Jan - 17:02

Un filet d'eau avait bien failli la percuter une seconde fois. Et alors qu'elle contournait le lac, Ariane observait au loin la silhouette de brume se condenser au contact froid des bourrasques reptiliennes. Sa forme se dissipait, puis se reformait au gré des attaques, ne craignant nullement que la vie ne lui échappe de nouveau, comme un esprit qui coulait désormais dans les seules veines de la fille de la Vouivre. Une petite voix s'était élevée tandis que la jeune femme hésitait entre plusieurs actions. Tenter de se défendre, ou tenter de s'échapper tout de même? Ou alors...

Non.

Aucune de ces options ne représentait un choix pertinent. Un choix compréhensible. Ou encore un choix qui ferait pâlir d'envie de simples menacés de mort face à un reptile d’une taille plus qu’imposante. Et à cette constatation, vint finalement la couper de son raisonnement la voix de cette petite fée des brumes ensanglantées, celles de son propre sang.

« La Vouivre est liée à Mélusine ! La fée serpente ! Tu n’es peut-être pas sa dompteuse d'origine, mais elle sait normalement se contrôler, elle sait qui tu es !»

Le ton de cette dernière avait été fracassant. Suffisamment pour qu’Ariane ne sursaute et oublie toute tentative moins pacifique aux fins d’une fin. Elle n’avait pas le temps de réfléchir. Agir devenait sa nécessité.

Et pour cela, elle devait oublier cette crainte. Qu’importait finalement qu’elle ne meurt ? Personne ne s’en soucierait, à quelques exceptions près. Désormais immobile, elle haussa la voix en direction de la Vouivre, peu impérative, sans réelle agressivité. D’une main présentée presque en face à face, Ariane savait ce qu’elle devait faire désormais : elle devait dompter la bête, sous peine que dans un excès de colère, celle-ci ne détruise tout.

« shhhhhhh…Je ne te veux aucun mal. » Voix élevée, les yeux de la Vouivre avait été attirée par celle qui commençait d’ores et déjà à murmurer ses mots avec une certaine habitude. Oh non, pas sur les Vouivres, mais en cet instant, elle prenait le grand reptile comme à ses salamandres, autrefois. Tout doucement, elle éleva légèrement son cosmos, d’un langage peu commun mais synonyme de pacifisme. « Je n’irai pas loin, je ne désirai pas t’offenser, ni même te réveiller par… »

Par des pensées d’évasion. A cela, une simple raison ; ce fut également parce que la créature l’intriguait. Elle devait sa vie à ce serpent ailé, dont la puissance avait bien un quelque chose d’intimidant, toutefois, rien n’aurait su désormais défaire ce lien tant poussé par un excès de protectionnisme que par les aléas de colère de la Bête. Petit à petit pourtant, le vent se calmait, et les ailes cessaient de venir perturber le silence du ruissellement d’un simple Lac.

Puis arriva le moment où la proximité entre Ariane et la Créature serpentine fut réduite en un simple bon mètre. Détaillant de son regard toute la hauteur et la splendeur de la bête, la jeune femme posa finalement sa main tout contre ses écailles froides. Un sourire ravie et pas peu fière était venu se figer contre ses lèvres. Pacifier les animaux n’avaient jamais été un secret pour la jeune femme, mais calmer une créature autrement plus grande qu’elle-même avait son charme, distant mais subtile. Un inconnu désormais connu qu’elle commençait à apprécier, sous la respiration titanesque et que la jaune femme devinait rauque.

En dessous de cette peau d’Armure de nouveau rigide, non élémentaire.

Le regard fendu de la Bête était fascinant, et de petites vagues d'excitation et de satisfaction vinrent remplacer sa précédente appréhension.

"Parfait. Doucement..."

L’instant fut coupée par un chuchotement qu’elle apprendrait à connaître. Celui d’une fée ressuscitée.

« Tu t’en sors pas trop mal, mais fais gaffe tout de même… Après tout, elle appartient à Dame Mélusine. Et Dame Mélusine est la seule à réellement pouvoir la contrôler. Elle est la vraie Vouivre, et toi...Eh bien...»

Un rire enfantin foudroya la scène, d'une espièglerie qui ressemblait sensiblement à la sienne. Ariane sut que le temps de certaines réponses émergeaient désormais.




Dernière édition par Ariane le Sam 14 Jan - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Jeu 12 Jan - 2:20
Lentement, la Vouivre avait atterré son museau contre ses sombres ailes membraneuses, afin de retrouver cette humble sérénité qui pourtant, l'avait presque toujours entouré. Dans le vent, sur cette herbe qui frémissait encore sous les ondes d'un zéphyr, à la surface du miroir aqueux, la paix était revenue. Et inspirée par ce souffle, Ariane s'était retournée en la direction de cette Fée de sang. Celle qui dorénavant, veillait sur elle.

Oui, une surveillance, mais pas véritablement de la meilleure des façons. Les sourcils froncés, la jeune syagrii réfléchissait face à l'énigme, ou l'insulte que venait de lui donner la silhouette ensanglantée. D'où provenait-elle? D'où l'avait-elle perçu? A l'observer, la femme connaissait cette jeune créature mais n'aurait su véritablement y déceler sa véritable identité. Et pourtant, les orbes vermillons de son regard venait de trahir son appartenance, et ce fut à ce moment précis que la jeune femme sut ce qu'il en était réellement.

C'était l'une des six sœurs sacrifiées.

"Concentre toi sur la brume, sinon je vais disparaître..."

Déjà, la mince petite forme commençait à se dissiper légèrement. Par initiative, la jeune femme ne reprit un embrasement léger mais affirmé, de quoi lier son cosmos nouvellement retrouvé à cette aura plus écarlate et moins tangible. Pourtant, n'importe quel éveillé aurait pu déceler un certain malaise chez l'atlante déchue: son cosmos arborait les caractères d'une énergie prometteuse mais maladroite, et ce depuis la perte de l'Ecaille des Lyumnades. Ainsi, ne s'y attardant pas véritablement, le petit brin de femme aux allures fantomatiques s'avança de quelques pas, sans arrêter ce léger ricanement qui dominait ses lèvres rosées et son rire cristallin. La suspicion gagnant le pas sur l'ancienne atlante, la question qui trônait librement dans son esprit n'eut pas tardé à prendre part aux nouvelles.

Hm, comme ça, ça devrait être suffisant...

Ou alors était-ce une illusion? L'une de ces autres hallucinations? Ariane en doutait fortement. Elle le ressentait, dans son sang. Et ce sang, à l'origine, devait en savoir certainement plus que ses maigres informations détenues depuis ses premières semaines passées ici-même. Ne serait-ce que sur elle-même, Mélusine et leur preuve d'existence aujourd'hui même. Un mot revint faire écho à son oreille.

"La "Vouivre"?" Luttant quelque peu contre la fatigue suite à une telle invocation, la jeune femme cligna doucement de ces paupières pour regagner cette lucidité perdue un court instant. Curieuse jeune fée. Ou plutôt, guerrière aux titres de fées. Croisant les bras, la jeune femme continua à l'observer. "Hm, et je peux savoir ce qu'une petite chose sous un tas de brume rouge fait ici? A arriver comme ça, en plein danger, pour me dire ce genre de choses en guise d'encouragement? J'aurai espérer mieux. En particulier pour quelqu'un d'à peu près plus renseigné que je ne le suis sur ma situation."

Dangereusement, le sourire de sa vis-à-vis d'évanouit, au profit d'un regard bien moins chaleureux et amicalement feinté. si un regard pouvait tuer, la créature de sang aurait probablement porté de plein droit une tel surnom. Alors, elle s'approcha dangereusement d'Ariane, se penchant sur la forme de cette guerrière autrefois perdue dans le simple Temple qu'elle qualifiait être celui d'un Gros Chat. Puis les tables commencèrent à tourner.

"Tu ne sais pas de quoi tu parles. T'es guidé par une femme et ses créatures, sans même te soucier réellement de ses propres objectifs."
Le ton avait été parfaitement vindicatif, avant de reprendre une douceur un peu plus commune mais pas moins la bienvenue, finalement. "Mon nom est Datura. L'une de six habitantes de ce Lac. Ca te revient peut-être pas remarque, vu que tu viens à peine de sentir qu'on est peut-être toujours là?"

La créature spectrale et légèrement sanglante, n'ayant pourtant pas perdue de son charme, riva les yeux en direction du ciel avant de prononcer sa dernière pensée, ironique et théâtrale à souhait. Tout comme l'avait toujours été Ariane. Non, visiblement, la jeune femme venait de le constater pas même quelques minutes plus tôt.

"Rha, aucune gratitude!"




Dernière édition par Ariane le Jeu 12 Jan - 2:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Jeu 12 Jan - 2:51

S’il y avait bien une chose que la jeune femme haïssait, c’était peut-être bien le comportement moqueur qu’arborait la jeune femme à son égard. Ariane n’en avait ni l’humeur à l’heure actuelle, ni même la patience à faire face à ce qui, finalement, n’était pas si différente que cela de sa propre personnalité. Minus l’apparence, l’histoire, et cette aura relativement oppressante en dépit d’une apparence relativement apaisante et jolie que révélait fièrement cette « invitée ».
Mais Ariane n’était pas véritablement dupe sur les jeux d’apparence, et secouant la tête, le fil de ses pensées avait bien fini par se révéler.

"Pourquoi laisser une telle créature ici-même? Comment peux-tu penser que je ne tiquerai pas..." La pause fut marquée, tandis que d'un mouvement de bras, la jeune femme tenta de s'emparer du vêtement de la fille. Ariane ne rencontra que le vide, et puis les gouttes écarlates de la brume de sang qui s’y dressait en unique obstacle. Des gouttes de sang qu’elle observa s’évaporer dans les airs un léger temps avant de redresser son attention sur la forme humanoïde qui flottait avec grâce tout près d’elle. "...que ce serait absurde de savoir que tu en saches trop?"

Le sourire de la petite Fée de sang s'étira, puis s'étira encore, pour finalement répondre à celle qui faisait désormais d'elle une entité un peu plus vivante que dans ce Lac où elle avait été laissée à l'agonie pendant plusieurs siècles. Elle l’avait écouté oui, observé durant ces premiers jours de mouvement. La nouvelle éveillée de le Fée serpente était "faible", toute nouvelle, mais il y avait un commencement à tout, après tout. Et une Libération à tout également, ô que oui. Plus extravertie, la petite Fée de sang aimait y croire.

« Ce n’est pas la question…Oui, j’en sais un peu, à force de moisir ici. Un peu comme toi pendant cinq longues années à gâcher ton enfance dans un trou pourri. Mais nul besoin de te convaincre sur mes connaissances, tu le sais déjà, ex petite Liseuse de Cœurs. Je te l’ai dit, la Vouivre est liée à Mélusine. Et Mélusine est là aussi, quelque part. Ca a beaucoup plus de significations que tu ne peux le penser...»


Elle était presque à l'image d'une chenille parasitée ; inconsciente de ce qu'elle représentait réellement pour ceux envers qui elle agissait en ces premiers instants. Une vague de mépris sous un esprit en réalité compétitif avait accordé la ponctuation nécessaire à ce prénom. Oui. Mélusine. La Maudite, mais talentueuse bâtisseuse de Destin. La vengeresse condamnée.

Oh, la jeune femme en face d’elle ne correspondait pas encore à cette qualification.

"Mais même en étant son actuelle protégée, tu n'es pas elle. Pas aussi maudite, mais suffisamment pour entrer ici et prétendre à prendre une voie peut-être aussi glorieuse que lumineuse ou funeste." Le choix est tien. L'œil de la silhouette était malicieux, et un tel éclat n'avait fait qu'accentuer la réserve de la brune. La deuxième plus petite des sœurs l'agaçait, mais c'était sans compter cet intuition qui lui rappelait le mal qu'elle représentait : la haine humaine. Les réponses commenceraient à émerger de son côté. Et elle n’allait certainement pas rater de manquer que tout, absolument tout, se faisait dans un intérêt particulier. "Mélusine étant ce qu'elle est, la Vouivre te protégera tant que tu ne seras pas en mesure de découvrir ce qui se cache derrière ce sang. Derrière nous, qui vivons désormais à partir de toi. De ton existence. Tu te rappelles, Ariane, de ce Lac où tu as eu une vision du passé ? Tu as bu notre sang et on a réussi à régler ce qui se passait dans ta tête?"

Elle tendit les bras, prêt à prendre dans ses bras la jeune femme en face d’elle. Une jeune femme agacée. Une jeune femme qui aurait avec elle ses seules et dernières paroles avant un bon moment. Le futur laisserait cette enfant faire ses premiers pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   Jeu 12 Jan - 3:25

Ainsi, la jeune femme constatait la double emprise qui se jouait sur elle, qu'il s'agisse des intentions de cette guerrière des songes, ou des protectrices du Lac du Val sans Retour. La réciproque était heureusement vrai pour l'ancienne Lyumnades, sans quoi peut-être aurait-elle été dévorée et déchirée par les multiples influences depuis le début. Une aide lui avait été accordée pour un temps dont elle n'avait pas idée, ayant pour seule compagnie la présence d'un serpent ailé, et la langue trop pendue d'une petite créature des lacs.

"N'est-ce pas suffisant pour passer un joli troc?"

Curieuse, deux yeux couleur sang observèrent un instant Ariane, percevant au fin fond de ses prunelles l’esquisse d’un regard un peu plus morne, celui qui habitait désormais les prunelles hétérochromes de la fille maudite. Oui, c'était l’esquisse d’une déception. Amusée, Datura s’avança légèrement, pour finalement éviter l’uppercut agacé qu’avait tenté de lui adresser son hôtesse.

"Hm, Dame Melusine n'est pas aussi charitable qu'elle y parait..."
Oh non, c’était une erreur. La rancune de la jeune femme en face d'elle se portait actuellement à son égard là où même la plupart d'entre eux aurait terminé par haïr davantage la Bâtisseuse. Du moins, Datura le pensait. "Laisse-moi te conter la vérité. Elle l'a senti, tout simplement. Sentie qu'une personne devait être sacrifiée pour contenir un peu de cette eau et la purifier, le Lac Miroir et puis, enfin, le Demi-Remède. Et c’est tombé sur toi, qui connaissait le souhait d’affronter une faiblesse qui te condamnait à mourir dès lors que tu bafouais les espérances de tes anciens compagnons d’armes. Là aussi, c'est un bon échange."

La remarque n’aurait su être plus cinglante que ce qu’elle avait été. La jeune femme ferma les lèvres, révéla sans réellement le vouloir une peine qu’elle n’avait toujours pas oublié. Comme un échec qui ne pouvait être effacé. Celui de sauver une génération où ultimement, la survivante avait été choisi d’avance Alors Ariane serra les poings. En se surprenant toutefois de le prendre ainsi: plus froidement que prévu

" Si la situation vous semble tant improbable, pourquoi me dire tout cela et ne pas me laisser me tromper comme je « l’ai fait la dernière fois », avec mon premier chemin parcouru ? Pourquoi moi ? »

La cadette sursauta une fois, avant de préciser le fond de ses pensées, comme ravie d’obtenir cette fois-ci les questions adéquates.

"Oh, mais précisément. Pourquoi toi? Toi qui paniquait face à une tête coupée et plantée sur une pique? Toi qui aime les combats bien maquillés, comme une scène de théâtre?"


« Ah. Eh bien, tu as peut-être bien raison, je devrais laisser tomber. Juste là, maintenant. Débrouille-toi pour demeurer aussi matérialisée, je suis sûre que c'est une compétence qui reste de ton ressort... »

Profondément agacée en dépit d'un ton joueur, la jeune femme tourna des talons et ne continua pas plus longtemps à chercher les réponses que la petite Fée aurait pu lui donner, pas plus qu’elle ne concentrait davantage son cosmos à la maintenir à ses côtés. Un sentiment de puissance à cet égard. Et c’était bien le seul pour lui donner un minimum de fermeté, lorsque la forme humanoïde constata petit à petit sa disparition. Cette dernière forma en un mouvement son interpellation. Ô, l'intention était bien là, prégnante. L'éclat qui se dissimulait derrière ses orbes carmines l'affirmait presque à voix haute: on ne désirait pas librement de redevenir un fantôme interdit et oublié.

C'était son cas.

Et le petit spectre de sang tendit un bras, désireuse d’y trouver un contact cette fois-ci. Une démonstration plus tactile qu’elle affirma plus qu’auparavant contre la peau de la mi romaine, mi franque.

"Non, non, tu m'as mal comprise. On t'aidera, Ariane. Peu importe que tu choisisses la Sagesse que la Femme serpente t'indique être ton véritable salut, ton aide nécessaire ou la Paix. Parce que grâce à toi, on vivra. Et on sait, on parie qu'un jour, tu céderas probablement à l'appel du sang, parce que finalement, tu l'as gagné avec brio. Il est pur et simple en même temps. C'est la Foi qu'on te lègue, la seule chose en commun avec ce très cher fantôme d'un songe. Oh, le libre arbitre, comme on dit."

Ah...Les Naïades avaient toujours été de sombres petites créatures affamées et un peu romantiques, de ces petites formes humanoïdes qui dévoraient inconsciemment tout ce qui pouvait bien croiser leur passage. De façon mesurée ou pas d'ailleurs...C'était la règle à appliquer face à la jeune femme en face d'elle, formée par le temps à un âge somme toute très peu avancé au moment dit. Une seule interrogation aurait pu libérée la guerrière de Neustrie de cette malédiction : fausses anciennes Lyumnades ou non? Finalement, tout cela avait beaucoup plus d'importance que prévu, dans cette solitude d'un mois où l'écho des égorgées était pour l'heure sa seule promesse.

« On a crée ton salut, tu ne pourras pas éternellement nous empêcher de t’aider et d’en attendre un juste retour…On…T’aime déjà, tu le sais ? Haha… »

La Nature commençait déjà à fleurir tout autour d'elle, comme pour acclamer un semblant de renouveau pour lequel dans une bulle invisible, Mélusine souhaitait que la jeune femme parvienne à saisir l'aide qui lui était désormais offerte. Les crochets d'une fleur venimeuse devaient être utilisés avec soin. Oh, la Bâtisseuse avait bien l'intention de mener sa nouvelle chance un peu plus loin, elle aussi.

Un dernier souffle, un profond dégoût sur le fait d’être amené à transporter, mais la revoilà partie à s’occuper du Lac de ces lieux, et du livre Bestiaire de Neustrie, la jeune Ariane.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
Contenu sponsorisé
Message Re: [Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Entraînement - Début septembre] Reflet dans l'oeil d'un reptile [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» Mon Reflet Dans le Miroir
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: