Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AnahitaavatarArmure :
Ophiuchus

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
244/244  (244/244)
Message [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]   Mer 21 Déc - 14:22
Malgré que le mois d'octobre tirait à sa fin, le temps était clément. Les nuages épars ne masquaient quasiment pas le soleil naissant d'automne qui commençait à réchauffer la terre. L'heure matinale expliquait la température encore basse, mais Anahita savait que celle-ci deviendrait beaucoup plus agréable dans quelques heures. Comme tous le jours, la jeune femme s'était levée à l'aube pour aller s'entraîner. L'air frais ne la gênait nullement. Après tout, elle avait vécu dans les montagnes et le froid, elle connaissait par cœur. Elle s'entraînait encore plus dur depuis qu'elle avait obtenu son armure voilà quelques semaines à peine. Elle estimait devoir encore faire ses preuves face à ses frères d'armes.

Son masque ornait son visage, le dissimulant aux yeux de tous. Blanc, elle l'avait fait orner de quelques arabesques argentées au niveau des yeux, histoire de montrer son individualité. Ses longs cheveux roux tombaient souplement sur ses épaules et dans son dos. Elle ne les attachait que rarement. Sa tenue différait peu de ce qu'elle portait en tant qu'apprentie. Un fin pantalon de toile beige auquel était superposé des protections de cuir aux genoux et aux jambes. Son haut était une tunique de même couleur et matière que son pantalon. Son buste et ses poignets bénéficiaient des mêmes protections que ses jambes. Le cuir n'était pas le matériau le plus résistant, mais lors des entraînements lambda, il était suffisant sans être trop gênant et lourd à porter. Des spartiates complétaient l'ensemble.

Quittant son baraquement, elle salua les gardes ainsi que plusieurs confrères. Malgré l'heure matinale, nombreux étaient ceux qui étaient debout. Les entraînements allaient bon train et dans une période qui apparaissait comme troublée, tout le monde devait être prêt pour affronter les adversaires à venir. Anahita poursuivait son chemin pour se rendre aux abords du village de Rodorio. Le petit village était l'endroit le plus fragile à proximité du Sanctuaire. Il était plus vulnérable aux attaques ennemis. Le chevalier d'argent aimait bien y faire un tour presque chaque jour, sous couvert de son entraînement, afin de vérifier que tout allait bien. A quelques centaines de mètres du village, elle commença à s'étirer avant de se mettre à courir, histoire d'échauffer ses muscles. Ses poings ne tardèrent pas à fendre l'air lors de ses foulées à des rythmes différents. Elle augmentait sa vitesse progressivement, commençant à quitter le chemin linéaire pour aller vers des endroits plus accidentés où course et saut allaient s'alterner. L'emplacement du Sanctuaire permettait de varier les entraînements presque à l'infini sur presque tous les terrains.

Anahita poursuivit un certain son entraînement de base avant de s'arrêter pour poursuivre sur des éléments plus poussés et plus complexes qui solliciteraient son cosmos. Alors que son esprit réfléchissait à la suite, elle aperçut une silhouette sur le chemin. L'ophiuchus prit le temps de l'observer. Douée d'une bonne mémoire visuelle, elle savait reconnaître les habitants du Sanctuaire. Or cette silhouette ne lui disait rien. Son cosmos semblait aussi différent, pas connu. Sur le qui vive la jeune femme avança vers le nouveau venu qui se révéla vite être une femme. Sans masque. Décidément, ce n'était pas quelqu'un du Sanctuaire. Elle s'arrêta à quelques mètres de l'inconnue.


« Qui es-tu ? Que viens-tu faire sur ces terres ? »

La jeune femme était sur ses gardes. Sans se montrer agressive, sa voix était ferme. Son attitude montrait clairement qu'elle ne laisserait pas passer l'inconnue sans avoir une bonne raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1445-anahita-chevalier-d-a
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]   Jeu 22 Déc - 1:49
Le retour n'avait pas été si long maintenant que la Renégate connaissait le chemin à prendre. Le cœur un peu plus léger, les dernières retrouvailles avaient apporté du baume au cœur à cette jeune femme qui s'était laissée porter par le destin. Et pourtant, tandis que la silhouette foulait d'un pas presque étranger le sable fin et marron de l'arène, son voyage venait de s'achever. Neustrie n'exigerait plus les aller-retours que l'ancienne atlante avait apprécié jadis.

Oh, cela ne voulait pas dire qu'Ariane n'y reviendrait jamais, son âme y était liée après tout. Tout comme la Bretagne finalement, qui bordait désormais sa naissance jusque dans ce Val où bons nombres de personnes se perdaient encore actuellement dans ses profondeurs.

Vêtue d'une simple robe en laine et d'une cape rouge, la Vouivre Rouge prit place dans les gradins sans prendre la peine de voiler son cosmos. Une provocation? A moitié, en ce cas. De toute évidence, la brune n'avait jamais été connue ici-même pour attaquer délibérément le premier venu. Pas bien grande, ses yeux hétérochromes semblaient chercher quelque chose à lire, au-delà de ces Chevaliers qui s'étaient stoppés.

Oh non, Ariane ne passait certainement pas inaperçue. Car dans tous les esprits des Chevaliers, se dissimulaient une plus limpide pensée encore:

Le Tribut des Marinas était "revenu".

C'était ainsi que les Saints l'avaient connu pendant cinq bonnes années à croupir dans les rues de Rodorio. A attendre. Une enfance volée, certains auraient dit. Une curiosité dévoilée, pour ces ennemis d'autrefois, aussi apeurés qu'elle sur un champ de bataille. Oui, des "ennemis" avec qui j'ai grandi et que j'ai tenté de comprendre, aurait-elle répondu. Les regards s'étaient pourtant tournés vers elle à bien des égards. Les murmures s'embrasaient, mais personne n'osait véritablement s'avancer vers ce fantôme qui avait cessé de les hanter depuis cinq mois maintenant.

Sa présence n'indiquait qu'une seule chose: Une page se tournait. Ou avait été tourné. Et pourtant il lui restait encore une chose à faire, Ariane le savait. Un mot qui se résumait à une promesse passée dans une taverne, à une promesse pour l'incarnation de la Guerre. Tout en observant la scène autour d'elle, la gallo-romaine chantonnait quelques mots.

Blanc ou noir, comme toi je pars au loin
Avec l'espoir de changer le destin
Bien que dans le corps, l'âme embrase
Dans l'obscurité la distance devient infinie...

Sa main avait trouvé la source d'une inquiétude. Dans une sacoche qui serrait solidement sa taille, quelque chose de rond, de la grosseur d'une pomme, était enroulé solidement dans un tissu fin. C'était un quelque chose d'étrange, qu'Ariane avait ravi dans la Forêt Sans Retour, lors de sa grande expédition d'ores et déjà terminée par la séparation avec l'une de ses anciennes sœurs d'armes. Arellys. En outre, un quelque chose qui, désormais, avait été contaminé mais qui n'avait pas péri au contact de son sang maudit. Pas encore.

Une belle expérience somme toute. Le livre de Pline l'ancien qu'elle avait récupéré en Gaule lors de sa virée en Neustrie lui donnait de quoi rêver à ce sujet. Après tout, la femme que l'on aurait pu appeler la Salamandre Cramoisie avait aimé observer la vie. Meilleure solution. Meilleur poison également.

L'œuf et moi.

C'était quelque part l'objet d'une nouvelle existance. Un objet qui prendrait vie, et déjà, un élément l'intriguait: qu'y avait-il là-dedans? Oh, l'œuf était étrange. Il semblait réagir au cosmos environnant, désireux d'engloutir les énergies qui pouvaient bien croiser sa petite coquille presque cartilagineuse de texture.

Puis son regard avait croisé le blanc d'un masque. Un blanc qui s'approchait, un blanc qui contrastait avec une chevelure sauvage, rebelle et rousse d'un Chevalier. Froncement de sourcils. Jamais Ariane n'avait entraperçu cette jeune femme. Du moins, son cosmos ne lui rappelait pas véritablement une ancienne connaissance. Qui était-elle? Son esprit lui conféra instinctivement sa réponse: Une nouvelle venue.

A croire que sa condition de Tribut lui conférait presque de l'ancienneté. Mais retourner ici-même était aussi éprouvant que ce qu'Ariane voulait bien admettre.

L'œuf et puis toi.

« Qui es-tu ? Que viens-tu faire sur ces terres ? »

Oh, elle avait raison de s'inquiéter. L'ancienne Générale s'était tue dans sa chanson, observant d'un œil légèrement malicieux la jeune femme. Une nature plus qu'une volonté, à dire vrai. Eclaircissant sa voix, la Vouivre s'était voulue évasive mais rien de bien méchant ne dominait la plus petite intonation. Pour l'heure.

"Bonjour à vous."
La jeune femme sortit l'œuf au jour, pour finalement augmenter très légèrement les fluctuations de sa main tout contre lui, plus occupée sur lui que sur autre chose. "Une bien belle journée, pour un mois d'octobre, vous ne trouvez pas?"

Puis la jeune femme avait relevé son regard, rangé l'œuf, et s'était levée, pour faire une meilleure présentation d'elle-même. Pourquoi était-elle ici? L'idée avait été mûrement réfléchie.

"Disons que je suis passée il y a peut-être un mois pour panser une de vos blessés de guerre, dans l'espoir de prendre un entretien avec le Grand Pope. C'est toujours le cas aujourd'hui. Hm, attendez, j'ai une preuve."

Cherchant dans son sac, elle présenta un parchemin enroulé sur lui-même, pourvu du sceau d'Athéna. Oh, certes, il était troué, en charpie, présentée en un état encore un peu douteux. La faute à un affrontement. Et puis surtout, audacieusement, Ariane ne l'avait toujours pas ouvert. Amusée à cette vue, la brune ne put retenir un sourire, espérant que cette preuve se révèlerait un tant soit peu sérieuse...Désormais, c'était ce qu'elle supposait être une jolie russe sous ce masque uniforme qui retenait son attention. Oui, Chevalier. L'ancienne Lyumnade le ressentait dans son cosmos et par la vision de son Masque. Mais Chevalier de quelle Armure? C'était bien souvent le seul jeu des rencontres qu'elle avait eu durant ses années enfermées dans cette prison dorée.

"Puis-je savoir qui vous êtes? Il est étrange de ne pas vous avoir croisé cinq années auparavant, si vous êtes Chevalier depuis un moment bien sûr..."

Autant être honnête là-dessus. Après réflexion, elle s'était dit qu'une présentation était de mise, avant qu'on ne la prenne pour une intrus...Remarque, c'était toujours une possibilité.

"Mon nom est Ariane, comme celle avec le Fil et le Minotaure."La référence marchait généralement toujours pour qu'on retienne son prénom. Puis, lançant quelques regards furtifs en direction des Chevaliers, qui continuaient à suivre l'échange entre le Chevalier de l'Ophiucus et elle, ancien tribut "évadé". Ou libéré volontairement de manière officieuse par Bélisaire, ancien Grand Pope d'Athéna. "Je pense que ma venue rend sceptique les autres Chevaliers. Voir de nouveau un ancien Tribut de guerre doit certainement éveiller quelques soupçons et je ne leur en veux pas. Mais vous êtes bien la seule à être venue m'adresser la parole aussi franchement!"

Et ça faisait longtemps. Après tout, on aimait rarement les généraux des Lyumnades. Trop secrets, trop changeants. Mais cela était désormais une condition du passé...Et aujourd'hui, il lui fallait avancer. Et attendre l'accord d'Akritès. Peut-être était-ce pour cela que tant de personnes les observaient? Etait-ce possible que les paroles entre le représentant d'Athéna et l'ex-Générale se soient échappées des murs du tout dernier Temple?




Dernière édition par Ariane le Jeu 22 Déc - 11:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]   Jeu 22 Déc - 10:45
« Suis-je un survivant ? » murmura l’homme.

L’idée lui était venue comme portée par le vent chaud qui venait du Sud, quelques minutes plus tôt, et depuis elle occupait un espace central dans son esprit. Il en avait même cessé ses activités. Reposant ses outils dans son pot de terre cuite, il avait fait de même avec la pousse de plante à laquelle il tentait de sauver la vie. Par association d’idées, il s’était mis à penser à ceux qui avaient disparu et ce quelques en soient les raisons. Lesath frotta ses mains l’une sur l’autre pour faire tomber la terre qui s’y était déposé pendant son jardinage. Après quoi il regarda par l’une des nombreuses meurtrières de son temple, laissant divaguer son esprit sur les paroles qu’il venait de prononcer. Cette phrase était peut-être quelque peu exagérée, mais pouvait-elle trouver une meilleure source que la bouche du Scorpion d’Or ? Il soupira, et s’hasarda à chasser ces noires pensées sans succès.

C’était peine perdue. La pénombre de son temple n’était pas propice pour séparer son esprit de Shin ou d’Orion. Il avait appris la mort de ce dernier quelques semaines auparavant, remarquant que sa constellation avait repris sa place dans la voute céleste. Ainsi l’homme qu’il avait fait accepter parmi eux avait rendu l’âme et l’armure du Sagittaire par la même occasion. Il avait essayé de retrouver Satine pour présenter à la femme-enfant ses condoléances, mais s’était résolu à laisser passer un peu de temps. Il n’avait pas envie de remuer le couteau dans la plaie aussi tôt.

Le Scorpion s’habilla, décrétant que s’il n’arrivait pas à détacher son esprit de ces pensées macabres, alors il fallait au moins essayer de se changer les esprits, et pour ce faire, descendre à Rodorio était peut-être la meilleure des solutions. Évidemment, Akrites avait insisté sur le fait que les Gold Saints ne devaient pas quitter leurs temples, mais … Le huitième gardien n’en avait pas grand-chose à faire pour être honnête. Si des adversaires assez puissants pour atteindre sa maison existaient, il pourrait intervenir, même depuis Rodorio. Il enfila un habit large et d’un tissu aussi blanc que la neige, et en ajuste la capuche pour ne laisser paraître son visage que s’il le désirait. Ce n’était pas parce qu’il bravait sans sourcilles les ordres du Grand Pope qu’il souhaitait que ce dernier soit informé immédiatement qu’un chevalier d’Or était en vadrouille… Quelques minutes plus tard, ses sandales foulaient le sol baigné de lumière de la grande ville, son cosmos réduit à celui d’une personne quelconque, comme à son habitude.

Alors qu’il voguait entre les stands de la principale rue commerçante de la cité, une aura attira son attention. Ce cosmos, puissant mais peu agressif, se trouvait non loin de lui. Délestant ses poches d’une piécette, il attrapa une pomme verte présente sur l’un des étals, et ce fut en mordant dans cette dernière, qu’il décida qu’il allait voir ce qui se tramait. Cette aura lui rappelait quelque chose ou plutôt quelqu’un, mais il n’arrivait pas à mettre le doigt sur la personne de qui elle émanait. Lentement, il remonta le flux de personnes qui marchaient dans le sens inverse, et bifurqua dans une ruelle déserte. Il s’agissait d’un petit raccourci. Oh évidemment, le guerrier d’or aurait pu s’y diriger à toute vitesse, mais la nature du cosmos qu’il avait senti lui suffisait pour se dire qu’il n’y avait pas le feu au lac. De plus, il sentait plusieurs autres cosmos dans les environs, moins grands, mais loin d’être négligeables pour autant. Lorsqu’il eut enfin un angle de vue sur la scène, il laissa tomber le trognon de son fruit, qui vint alors heurter le sol dans un bruit sourd.

Face à lui se trouvaient de nombreuses personnes, mais une seule attirait pour l’instant son regard. L’ancien tribut de Poséïdon. Que pouvait-elle bien faire ici ? Il n’eut pas bien longtemps à attendre pour qu’elle l’annonce elle-même. Elle souhaitait rencontrer Akritès. Une de plus. Décidément, le Grand Pope avait le don d’attirer les jeunes femmes, sourit Lesath. Mais elle n’était pas seule. Face à la Marina se trouvait une femme chevalier, portant un masque ivoire qui contrastait fort avec sa chevelure ardente. Et autour d’elles un grand nombre de gardes et d’apprenti. Peut-être même quelques chevaliers de bronze sans armure ? Il n’en était pas sur, il n’arrivait pas bien à les distinguer…

« Ainsi le tribut est de retour ? » marmonna-t-il dans sa barbe, sans que ces paroles ne soient réellement audibles par le reste de l’assemblée. Ainsi, le chemin du Sanctuaire vers le domaine de Poséidon n’était pas à sens unique… Il décida qu’il était temps de s’annoncer.

« Je crois que si ces chevaliers n’osent pas vous adresser la parole, c’est autant par votre cosmos virevoltant que par votre réputation, Ariane. » Lança-t-il alors qu’il s’asseyait, sur un banc de pierre, à quelques mètres du duo. Sous sa capuche, le Scorpion souriait. Elle ne l’avait pas reconnu, ou du mois c’est ce qu’il supposait. Il croisa les jambes et sortit une deuxième pomme verte de sa poche. Celle là, il ne l’avait pas payée, mais chapardée. Elle serait sans doute meilleure que la première, du coup.

« Nous nous sommes pourtant déjà croisés. Il y a quelques mois. Lors de l’arrivée de cet éphémère chevalier. Quel était son nom ? » Un de plus qui était tombé sous les coups des Berserkers. Antéros. Un nom de plus à ajouter à sa liste de chevaliers morts et enterrés « Antéros, d’Andromède, n’est-ce pas ? » Ajouta-t-il en faisant retomber sa capuche sur ses épaules. C’était désormais trop tard pour feindre sa présence dans son temple. Il était toutefois possible qu’aucun des autres chevaliers ne l’ait encore reconnu. Il laissait la déesse Fortune décider de son sort. Après tout, ce n’était plus de son ressort. Il se tourna vers la jeune femme inconnue. « Et vous êtes chevalier, je suppose ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
AnahitaavatarArmure :
Ophiuchus

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
244/244  (244/244)
Message Re: [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]   Mar 27 Déc - 21:59
Anahita observait la nouvelle venue. Elle cherchait dans sa mémoire qui elle pouvait bien être. Le fait qu'elle ne porte pas de masque était un indice majeur, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'elle n'avait pas de lien avec le Sanctuaire. Les chevaliers et apprentis étaient loin d'être les seuls à arpenter les terres sacrées. Il y avait tout un personnel qui gérait l'endroit. La logistique du Sanctuaire d'Athéna était loin d'être négligeable. C'était presque une petite ville. Cette fille pouvait donc être tout à fait liée au personnel. Pourtant, l'Ophiuchus avait du mal à la ranger dans la case « servante ». Quelque chose chez elle dénotait. Son cosmos, bien sûr. Une simple servante n'aurait pas de cosmos, surtout un cosmos complexe à identifier. Aucun souvenir du visage, aucun souvenir d'un tel cosmos... Anahita avait toutes les raisons d'être sur la défensive, pas tant pour elle que pour l'endroit qu'elle devait défendre.

La fille semblait bien désinvolte face à la situation. Pour un peu, la jeune femme chevalier penserait qu'elle se moquait d'elle. Ce n'était pas pour apaiser ses doutes. Elle scrutait chacun de ses gestes et se demandait ce qu'était cet œuf étrange qui avait été replacé dans sa besace. Cette œuf semblait étrange aussi, mais pour le moment Anahita préférait se concentrer sur la porteuse de cet étrange bien qui semblait vouloir prendre la parole. Là encore, la rousse avait l'impression que l'autre savait des choses qu'elle ignorait et qu'elle se réjouissait de sa méconnaissance. Pour autant, elle ne dit rien, laissant la fille s'exprimer comme elle l'entendait. Une bien belle journée ? Sérieusement ? Le chevalier rongea son frein alors que la brune se décidait à dire ce qu'il en était de sa présence, une rencontre avec le pope en personne. Il y en avait qui avait de la chance. Non pas qu'Anahita ait eu besoin de le voir, mais bon. Elle se demandait bien ce que cette fille avait fait pour mériter un tel honneur. Elle fronça les sourcils sous son masque en voyant l'état du parchemin. Elle tendit la main pour prendre l'objet et l'observer à sa guise.


« Vous prenez un soin extrême de vos affaires jeune fille, ça se voit. »

Son ton exprimait son mépris face à l'état médiocre dans lequel se trouvait ce pauvre parchemin. Troué, abîmé, froissé... Sérieusement ?! Le sceau d'Athéna était bien présent et identifiable. L'Ophiuchus n'était pas une experte, bien sûr, mais le sceau semblait authentique. Il était d'autant plus simple à vérifier qu'il n'avait pas été décacheté. Anahita lui tendit de nouveau le parchemin.

« Il est étrange que nous n'ayez pas pris le temps de lire le contenu de ce parchemin. »

Pour autant, elle n'avait pas vraiment de raison de lui refuser le passage. Elle fut surprise de l'entendre lui dire qu'elle ne l'avait pas croisée en cinq ans. Cette fille aurait donc été présente au Sanctuaire durant cinq années. Anahita ne s'en rappelait vraiment pas.

« Ariane ? Le minotaure ? »

La rousse mit un moment à faire la relation. Perse d'origine, les mythes qu'elle connaissait n'étaient pas les mêmes que ceux qu'on connaissait dans le coin. Cependant, elle avait appris plusieurs de ces mythes au cours de sa formation, sauf que ça ne lui revenait pas immédiatement.

« Ancien tribut ? »

Là, l'Ophiuchus était perdue. Elle ne voyait pas vraiment à quoi Ariane faisait référence. A croire qu'elle avait vécu coupé des autres tout au long de son entraînement. En même temps, ce n'était pas faux. La jeune fille avait tout fait pour parvenir à obtenir son armure au détriment des relations avec les autres membres du Sanctuaire, hormis quelques apprenties.

C'est alors qu'un nouveau venu se fit entendre. Il fallait dire qu'un cercle c'était formé autour d'elles. Une chose que la rouquine avait en horreur. L'individu masqué, enfin voilé par une capuche, était assis non loin des deux femmes. Sa silhouette non plus ne disait rien à Anahita. Par contre, son cosmos... il y avait quelque chose. Elle l'avait déjà ressenti au Sanctuaire. En tout cas, lui, il connaissait cette fille.


« Vous n'avez rien de mieux à faire ? Tous ? »

La voix forte et affirmée de la rousse fit déguerpir plusieurs chevaliers qui formaient le cercle des curieux. Un soucis de moins... enfin c'était façon de parler. L'homme finit par se dévoiler. La femme chevalier ne connaissait pas sa tête mais son cosmos... Il était chevalier. Nul doute là dessus. Lequel, c'était la question du moment.

« Essayons de commencer par le début. Je me nomme Anahita, chevalier de l'Ophiuchus. Je n'ai obtenu mon armure qu'il y a quelques semaines. Durant mon entraînement, je n'ai pas eu beaucoup de contact avec les personnes du Sanctuaire. Vous dites être un ancien tribut. Tribut de quoi ? De qui ? - elle tourna la tête vers l'homme – Et vous êtes chevalier de quoi ? On ne se connaît pas je crois, mais j'ai déjà ressenti votre cosmos ici. »

Les choses étaient à peine plus claires maintenant. Une seule chose semblait à peu près certaine, c'était que la fille, Ariane, ne semblait pas être une menace immédiate pour le Sanctuaire. Pour le reste, il y avait encore beaucoup de réponses à donner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1445-anahita-chevalier-d-a
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]   Jeu 29 Déc - 17:56
En un bref regard, la Renégate avait perçu l'air clairement dégoûté de la sainte. Oh, Ariane s'attendait à ce genre de considération, plus encore lorsque l'on connaissait ces années passées en tant que tribut. Et elle n'inspirerait pas confiance avant un long moment. Ancienne Marina. Pourtant, la volonté était là aujourd'hui. Du moins, c'est ce que la brune pensait. Alors, ce dégoût qu'elle ressentait n'avait rien d'anodin. Ce n'était peut-être pas visible sur le visage de ce qu'elle supposait être une bien jolie rousse, mais l'expression paraissait bien plus évidente par ce cosmos dont les aléas de colère étaient clairement perceptibles pour celle qui avait apprécié lire les coeurs.

Difficile de se défaire de cette habitude...Et pourtant, une réponse était requise.

"Disons que le Grand Pope m'a donné "une consigne". Vois-le comme un jeu: N'ouvre le parchemin que lorsque tu te sentiras prête."

Une petite considération fut adressée à la jeune femme en une explication chiche. Anahita avait l'air renseignée du quotidien du sanctuaire, de ce qu'elle avait pu croiser auparavant. Et qu'on ne se souvienne pas de sa personne arrangeait certainement les anciennes Lyumnades. Cela aurait été un souvenir d'une autre ère, équivoque et embêtant. A cette époque, revenue à Rodorio par le sacrifice de la Vierge, elle avait pris le parchemin d'Akritès, avait hoché la tête, bien loin de penser que les mois à venir seraient certainement encore plus sombres. Car depuis ce jour-ci, elle trimballerait derrière elle une malédiction pour un long moment.

"C'est toujours mieux que rien", se persuadait-elle. Et aucune plainte ne sortirait de sa bouche sans raison.

Et si la sainte de l'Ophiucus ne le percevait pas, une jeune femme à la chevelure d'ébène était tout de même heureuse de retrouver cette quiétude, cette envie de se poser un instant, même sous un regard suspicieux. Le chemin avait été long, et Ariane pensait encore aujourd'hui y avoir trouver la bonne sortie, sans grande certitude, mais avec un mince espoir.

"Ca n'a pas été le cas jusque-là...Du moins, je n'ai pas senti l'envie de l'ouvrir. Et j'ai eu quelques soucis. Cela dit, je suis vivante, un peu changée certes, mais bien vivante."

Un mince sourire s'était formée sur son visage. Vivante...Quel était ce sang étrange qui coulait dans ces veines? Ce parfum, ce nouveau raisonnement? Ariane ne le savait pas. Ou plutôt, ne voulait pas véritablement le savoir alors que la réponse était juste sous ses yeux. Elle les avait perçu, ces roses invoquées, depuis qu'elle avait regagné son cosmos et s'était défait de la folie des Lyumnades. Une folie où elle avait bien crû y passer...

Alors oui, ces boutons de fleurs à peine éclos, étaient-ils la réponse à sa future destination?

"Je pense que le Grand Pope sera à même de m'expliquer ce qui se passe. J'ai des doutes, mais...je ne comprends pas tout. Sur moi-même, sur ce que je fais...Ce qui s'est passé..."

Un regard bien plus détaché avait fait surface. Et ce regard avait sa belle signification. Elle n'avait pas de doutes, mais y croyait à peine. Ne préférait pas être approché de qui que ce soit. Pour l'heure, Ariane conservait une distance presque pudique. Elle avait vu son sang à l'œuvre. Que ce soit sur un simple homme comme sur le Cardinal de la Mort, dont l'ivresse de l'Escarboucle l'avait baigné dans une volonté limpide: Le mettre en charpie, en l'écoutant tout de même. Et pourtant, son comportement n'avait en rien cette violence, face à la sainte. Mais qui n'était pas de caractère ici-même?

Etrange influence, plus encore lorsque de son regard turquoise et écarlate, le reflet d'un Chevalier d'Or s'imposait d'ores et déjà depuis cette arène où apprentis et Chevaliers confirmés s'entraînaient plus ou moins gaiement, à rendre les coup et à manger le sable de l'arène. Et alors qu'Ariane allait répondre au Chevalier du scorpion -il venait d'éclaircir la mémoire de la brune-, la voix d'Anahita s'était élevée en direction de la petite foule, faisant alors une démonstration d'un trait d'autorité.

"Bravo." Difficile de calmer un tel engouement, mais elle y était parvenue. Très nettement, à les voir se disperser ainsi. "Eh bien...je te raconterai cela en temps voulu, pour le mythe. Il est grec. Ou plutôt crétois de base."

Puis l'ancienne Générale s'était tournée en la direction du nouveau venu, le détaillant quelques instants, devinant l'identité de ce saint à son énigme. Lesath du Scorpion.

"Oui, je me souviens de toi...Je n'ai pas reconnu ton cosmos immédiatement, à dire vrai. Je vois que tu as été épargné, de ces récentes attaques, de cette dernière grande guerre aussi. Comme le Gémeaux et le Lion... Nous n'avons pas eu le temps de terminer cette conversation de la dernière fois, oui. En mai, il me semble?" Pressée par le temps, pressée par l'instinct d'une libération, une mission l'appelait. Et depuis, il y avait eu de gros changement, la jeune femme en était pleinement consciente. Et voilà qu'on en revenait au cœur de leur évocation à eux, les défunts de guerre. "Antéros...Le bronze d'Andromède. Il est déjà...?"

La phrase n'avait pas connu de fin. La femme avait serré ses lèvres, suspendu momentanément son raisonnement.

"Par l'attaque des Berzerkers, peut-être? C'est regrettable, on m'avait dit que certains d'entre vous y étaient tombés."

Une hypothèse, mais cette mort pouvait avoir une toute autre histoire. Il était vrai que de sombres desseins refaisaient surface à petit feu, menaçant de toute part les différents sanctuaires gardés par chacune des divinités. Et avec ceci, couplé à la garantie obsolète des Tributs désormais, la protection d'Athéna était la seule à soutenir une paix factice, non respectée par la plupart des guerriers qui peuplaient leur continent. Une paix qui avait eu le prix du sang...

"Ah! Toutes mes excuses." , avait-elle répondu calmement, tout en veillant à bien maintenir le petit sac rond maintenu tout contre elle, puis pendouillant à partir d'une lanière. "Allons-y pour les présentations plus en détail, alors. Je me nomme Ariane. Anciennement l'un des trois Tributs des camps défaits par Athéna en l'an 545, il y a cinq ans de cela. Trois camps, comme les Marinas, les Berzerkers et enfin les Ases. Dans mon cas, je suis le Tribut des Marinas, donnée pendant 5 ans en guise de...Eh bien, de "remplacement". Un des guerriers compétents pour ces pertes subies. C'est ce qu'on dit."

Croisant les bras, Ariane mit un instant à révéler sa dernière Ecaille. Y songer était encore épineux. Après tout, elle avait représenté une bonne partie de son enfance. Une ancienne vie, une appartenance du passé défait il y a quelques mois.

"En mon cas, ancienne générale des Lyumnades."





Dernière édition par Ariane le Ven 30 Déc - 18:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]   Ven 30 Déc - 17:14
Les dialogues se mêlaient désormais, et étaient aussi décousus que possible. Ce n’était pas un problème pour le Scorpion, après tout, c’était bien lui qui s’était immiscé dans l’échange entre les deux femmes, sans invitation. Un peu goujat pour le coup, il essaya de se rattraper en laissant la parole à la rousse. Cette dernière ne semblait pas connaître le rôle des tributs, et c’était sans doute du à sa récente intronisation dans l’ordre des protecteurs de la déesse. Ces trois personnes, chevaliers représentants d’autres divinités, avaient vu leurs jeunesses volées en quelque sorte, les passant bien malgré eux au sanctuaire. Prison dorée, mais prison tout de même, il en va sans dire.

Lesath n’aimait pas trop s’apitoyer sur leurs sorts cependant. Chacun avait son lot de malheurs, au final. Sa propre enfance avait été des plus mouvementée, et ce malgré son statut d’apprenti chevalier. Plutôt « à cause de » pour être plus précis. Machinalement, il remonta de quelques centimètres son bras, comme poussé par une envie de trimballer son index sur l’une de ses nombreuses cicatrices, avant de s’arrêter immédiatement. Ce n’était ni le moment, ni l’endroit pour un tel supplice. Pour une fois que ses douleurs n’étaient pas trop lancinantes, ce n’était peut-être pas une grande idée de les réveiller. Avec un sourire, il écouta donc l’échange entre les deux femmes, en s’étonnant de voir communiquer deux êtres aussi … différents.

Ariane ne voulant pas s’arrêter sur le rôle des tributs, il tenta de l’expliquer aussi rapidement que possible à la jeune Silver Saint : « A la fin de la dernière guerre un chevalier de chaque camp a du séjourner ici en guise de réparation. Ariane était l’un d’entre eux, tout simplement. » Marmonna-t-il, n’appréciant pas plus l’idée d’un service forcé que cela. Il était si simple de retourner un poignard contre celui qui le maniait … Puis la curieuse se tourna vers lui, lui demandant aussi sec son identité. Il répondit à cette question par un léger sourire, qui disparut immédiatement. Pas tout de suite…

« En mai en effet. Sinon, effectivement, Antéros est décédé, éliminé par un adversaire du sanctuaire, à l’armure d’ombre. Selon ce dernier il s’agissait d’un espion spectre envoyé par l’oncle de notre chère déesse, et ce, bien malgré lui. Il n’était même pas au courant de sa vraie nature. La nature est parfois bien cruelle… » Ajouta-t-il avec une moue en se passant de nouveau la main sur le menton. Il ne savait pas quoi croire. Est-ce que cet éphémère chevalier avait réellement été abattu pour une question de nature ? Avait-il réussi à infiltrer leurs rangs malgré la présence d’une étoile maléfique en lui ? C’était impensable et pourtant …

L’ibère repris, d’un ton posé soulignant comme habituellement son accent étranger. « Certains sont tombés, d’autres ont préféré prendre la voie de l’eau et rejoindre Atlantis, d’autres, enfin, continuent à garder leur temple, jour après jour. Akrites, le grand Pope, prétend que tel soit mon rôle, mais à vrai dire j’ai un peu de mal à me résigner à ce rôle de barrière humaine. »

Il avait beau le savoir, garder le temple du Scorpion était une épreuve au-delà de ses forces. Il avait beau apprécier le calme, et avoir assez de tâches pour s’occuper seul dans l’enceinte de la huitième maison, savoir qu’il y était forcé l’ennuyait profondément. Il n’était pas forcément de ceux qui brisaient les règles pour s’amuser, cependant il était bien obligé d’avouer que ses escapades étaient autant des bouffées d’oxygène que des façons de tester l’autorité du nouveau Grand Pope.

« C’est un tel ennui, si vous saviez… Et puis, il y a sept maisons avant la mienne. Il serait tout de même triste que tant de gardiens mordent la poussière lors de l’une de mes courtes escapades. Triste et … plutôt improbable. » Et dangereux, évidemment…

Lesath du Scorpion se tourna alors vers la jeune femme masquée pour une requête. « Anahita de l’Ophiuchus, j’espère que vous saurez garder ça pour vous. Akritès ne folâtre pas avec ses règles. Dommage pour lui qu’il ne m’ait jamais demandé mon avis sur ces dernières… » Fit-il mine de se plaindre.

Les dernières paroles d’Ariane l’intriguèrent. Etait-elle en train d’avouer, à demi mot, que sa présence au Sanctuaire était tout sauf fortuite ? Si l’abandon d’un rôle auprès d’un Dieu était une chose tolérable – lui-même avait failli laisser de côté son armure plus d’une fois ces derniers temps – l’accompagner d’une visite, même de courtoisie, à un représentant d’une autre déité était différent. Il s’agissait peut-être d’autre chose, et il devait en avoir le cœur net.

« Ariane, très chère, si vous vous présentez en tant qu’ancienne générale c’est que l’Ecaille ne vous habille plus ? Sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas – et pourtant c’est bien ce que je fais, me soulignerez vous avec raison - serait-il possible que … ? » Peut-être que d'autres étaient au courant, mais ce n'était très clairement pas son cas. D'un autre côté, qui aurait bien pu l'informer d'un tel retournement de situation ? Ses relations avec les autres porteurs d'armure n'étaient pas bien avancées, d'autant plus qu'il revenait d'une mission à l'étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
Contenu sponsorisé
Message Re: [Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin octobre 550]Une inconnue dans la place [PV Ariane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis dans la place ! [ Lena ]
» (69) Dark Tirak est dans la place...tout baigne!!!
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Le Beau Gosse est dans la place ! ✖ Alex Black ✖
» Super titine est dans la place

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Rodorio-
Sauter vers: