Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Dim 1 Jan - 18:34

Mais quel était donc cet étrange sentiment qui croissait en lui ? Ce guerrier divin qu’il avait rencontré un peu plus tôt avait été formel : Elyn n’avait pas pris part au combat de Jamir. Et pourtant plus Nereus s’approchait de la demeure de l’étoile d’Epsilon et plus la boule qui s’était formée au creux de son ventre grandissait. Leur dernière rencontre ne s’était pas déroulée de la manière la plus parfaite bien au contraire… Pourquoi déjà ? A cause de l’attitude du Kraken pour ne pas changer, la louve du Nord lui reprochant son laisser aller, sa trop grande inquiétude vis-à-vis d’elle et ses reproches quant à ses propres blessures. Pourtant l’ancien esclave s’était promis de ne pas intervenir au sujet de la condition de guerrière divine de son amie mais voir les blessures de la belle l’avait mis hors de lui, elle ne méritait pas un tel traitement, devoir ou non… mais ce n’était du goût d’Elyn et les deux amis ne s’étaient pas quitté sur un très bon terme. Nere s’était d’ailleurs promis que dès qu’il se serait assuré personnellement de son état de santé qu’il quitterait les Terres Enneigées d’Asgard sans tarder. Il ne s’imposerait plus à son amie, espérant simplement l’apercevoir même de loin. Le gardien de l’Arctique ne se montrerait uniquement que si c’était nécessaire et rien de plus.

De toute façon, Nereus n’avait que très peu de chance d’apercevoir cette personne à qui il tenait tant. Etant guerrière divine, Elyn avait son propre territoire à protéger un peu comme lui avec son pilier alors la voir dans la demeure paternel relèverait presque du miracle surtout qu’elle n’était pas au courant de son arrivée. De plus, Nere doutait que le GodWarrior aux yeux de serpents avait eu le temps de la prévenir. D’ailleurs quelle étrange rencontre il avait fait là ! Dans un style complètement différent l’asgardien lui faisait penser à Jelan. Les deux guerriers semblaient si jeunes et pourtant ils avaient un immense fardeau à porter. Une armure, une scale ou encore une GodRob… les appellations étaient si différentes mais pourtant leurs rôles se ressemblaient tant…. L’histoire de cet Alvis était si tragique, si jamais il avait l’occasion de revoir Elyn il lui en parlerait. Peut-être qu’elle pourrait essayer de ne pas le laisser seul trop souvent ? Nere ne lui imposerait pas mais il savait qu’Elyn n’était pas insensible à la détresse d’autrui, c’est même cette qualité qui la rendait si particulière aux yeux du jeune homme. Cette particularité avait même permis leur rencontre dans le passé. Sans elle le borgne ne serait peut-être même plus de ce monde.

Le Marina progressait, traversant l’épais manteau blanc qui s’étendait à perte de vue. Au loin, on pouvait apercevoir le la fumée, signe que le village natale de la belle n’était plus très loin. Nereus n’était pas venu très souvent mais il se souvenait parfaitement de l’endroit, de chaque détails mais surtout du moment où la jeune femme lui avait offert la clef de sa maison. Seul endroit sûr au monde où les deux jeunes gens n’étaient qu’à deux, sans histoire de camps et de combat. C’était comme un endroit en dehors du temps et de l’espace, rien qu’à eux. La neige se faisait plus dense, le vent également et il ne suffisait que d’une simple rafale pour détruire toute vision, la poudreuse se dispersant dans les airs créant même parfois un léger brouillard. Cette vision montrait par la même occasion à Nereus que cette pureté, cette neige parfois divisée en infimes paillettes de cristal était d’une grande beauté, l’opposé de sa glace sombre.

Déjà le natif de Constantinople arrivait au contact des premières maisons, les rues étaient désertes les habitants préférant sans aucun doute rester au chaud près de leurs cheminées. Un bon livre et un verre de vin devant un âtre où reposeraient des buches pétillantes se faisant lécher par les douces caresses du feu… Oui le Kraken aspirait désormais à un peu de quiétude enfin une fois qu’il serait certain que son amie allait bien. Son corps commençait à atteindre ses limites, Nere n’ayant pas pris le temps de se soigner convenablement. Il avait à peine pris le temps de déposer Endymion dans les bras de sa douce qu’il avait pris la direction du Royaume d’Asgard non sans signifier sa présence à Tiha et avertir le Légat bien évidemment. A l’aide de son pouvoir de glace, il s’était gelé la main que le Guerrier Divin de Gamma avait tout de même bien amoché d’une simple morsure mais au-delà de ça il était dans un piètre état.

Alors que la marche se faisait de plus en plus difficile, Nere arriva finalement devant l’entrée principale de la demeure d’Elyn. Aucune lumière, aucun bruit… la louve n’était sans doute pas présente. Se saisissant de la clef attachée autour de son cou, Nereus l’observant quelques instants avant de la remettre à sa place et de faire le tour de la maison. S’il devait y entrer autant qu’il le fasse par l’autre entrée, là où les regards indiscrets ne pourraient le voir. De nouveau devant une porte un bruit sourd attira son attention… Elyn ? Elle était donc là ? Son cœur s’était mis à battre à un rythme jusqu’à lors inconnu, du stress, de la peur, les deux mêmes donnaient le rythme à l’organe de vie qui se faisait toujours plus oppressé que jamais dans la poitrine du jeune borgne. Alors qu’il inspirait profondément, Nere se décidait à frapper à la porte.

TAP TAP TAP…. Trois coups bien distincts, leur code. Les deux jeunes gens prenaient beaucoup de précaution et avaient élaboré pas mal de stratagème. Ainsi si Elyn était bien présente elle saurait sans mal que c’était lui derrière cette porte. Mais…

« C’est moi. »

Nereus crut bon d’ajouter ces deux mots, c’était comme s’il avait besoin de les prononcer, s’annoncer à son amie et lui confirmer qu’il était bel et bien là. Lentement alors qu’il attendait avec espoir que cette porte s’ouvre le Kraken baissa la tête fixant le bas de la porte tout en maintenant sa main blessée. Son amie, la seule et véritable… allait-elle lui ouvrir ? Ou alors allait-elle toujours lui tenir rigueur pour cette querelle si stupide qu’il n’y avait plus lieu de la mentionner ? Un dernier obstacle, une dernière épreuve avant de peut-être pouvoir la retrouver. Elyn.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
ElynavatarArmure :
Epsilon

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
160/160  (160/160)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Dim 1 Jan - 19:04

L'attente en devenait presque insoutenable. Un mois déjà était passé, sans qu'Elyn n'ait de nouvelle de son cher atlante, à supposer qu'elle pourrait un jour le considérer comme sien. Sans doute était-elle trop idiote pour le penser. Un porteur d'écaille et une Guerrière Divine, était seulement possible ? Malgré tout, même en imaginant les pires scénarios, les pires conséquences qui pourraient en découdre, la louve ne pouvait s'empêcher d'espérer. L'espoir. Prenant forme différente pour chaque être en ce monde. Le perdre sonnait comme une défaite. Sans espoir, la vie ne valait guère la peine d'être vécue.

Alors, régulièrement, la belle à la crinière d'ébène se rendait au sein de son ancien village, pour passer quelques heures dans la demeure qui l'unissait autrefois à son cher père. Demeure qu'elle avait voulu partager maintenant avec celui qui hantait maintenant son coeur. Nereus. En effet, cette seconde clé qui ne l'avais plus quittée depuis son départ de la maisonnette, avait maintenant rejoint le cou du Général du Kraken. Pour qu'il puisse revenir quand il le désirait. N'importe quand. A chacun de ses passages, la douce espérait, patientait, attendait le moindre signe de son ami.

Allait-il seulement prendre la peine de revenir en Terres du Nord, après ce qu'il s'était passé entre eux ? Une dispute, assez violente en soit. Mais l'étoile d'Epsilon n'avait pu se taire, elle n'avait pu se laisser faire. La réaction de l'atlante traduisait la peur, l'inquiétude, l'angoisse de la perdre, elle qui était son amie, mais elle n'avait pu toléré cela. Il était également hors de question pour la louve qu'elle ne laisse le borgne dans cette spirale infernale. Alors des mots quelques peu durs étaient sortis de ses douces lèvres, les forçant à se quitter fâchés.

Et le manque, les regrets, l'avaient poussée à comprendre ce que son coeur lui avait susurré jusque là silencieusement. De tels sentiments ne pouvaient en effet apparaitre d'un claquement de doigts. Cette affection qu'elle portait à l'encontre du Général avait pris une forme bien plus importante, bien plus significative. La belle s'était promise de nombreuses fois d'en faire le point le jour où l'opportunité viendrait à elle.

Et en ce jour de neige éternelle, la Guerrière Divine s'était de nouveau rendue dans son ancien nid. Elle avait prit le temps d'ôter toute cette poussière, de le rendre plus salubre afin qu'il puisse accueillir l'ancien esclave pour une nuit ou plusieurs. Cette fois, la jeune femme avait confié son territoire à son loup, son Célian, fidèle ami. Il valait peut être mieux qu'il ne soit guère présent si Nereus l'honorait de sa présence.

Pensive, Elyn passait distraitement son tisonnier parmi les bûches enflammées, la braise apportant une légère odeur de fumé dans la maisonnette, familière, réconfortante. La chaleur se répandant doucement dans son être, ses joues rosirent quelque peu en réponse à cette température presque inhabituelle. La louve avait pu abandonner ses fourrures pour une tenue de lin beaucoup plus légère. Ses prunelles d'ambre et de dorure se perdirent sur les flammes dansantes.

Un ressenti, et tel un prédateur ayant repéré une proie, à l'image de celui dont elle était la représentation, l'étoile d'Epsilon se redressa. Un cosmos familier, si infime soit-il, elle en était pourtant certaine. Non loin, très proche même, sinon elle n'aurait pu le déceler. Alors que son coeur entama une danse douloureuse contre sa poitrine, ses phalanges tremblantes cédèrent, lâchant le tisonnier qui s'écrasa au sol dans un bruit sourd. S'ensuivirent trois coups brefs à la porte de derrière et son regard se portèrent sur celle-ci, presque embrumé de larmes. Cette voix étouffée par le bois qui les séparait eut vite fait de dessiner un sourire sur les lèvres d'Elyn.

Et sans attendre, elle s'approcha de la porte, assez lentement, comme si le moindre geste brusque pourrait le faire fuir. Nereus. Il était là, en Asgard. Certainement pour la revoir ? Alors, elle déverrouilla la porte avant de l'ouvrir, laissant entrer le froid glacial dans l'habitation, celui-ci venant mordre la peau de porcelaine si peu protégée de cet air de givre. Mais cela n'avait que peu d'importance car sous ses yeux se tenait celui qu'elle pensait ne plus jamais revoir. Bien plus distinctement qu'à l'accoutumé, son coeur loupa un battement à la vision du jeune homme à la tignasse d'émeraude.

Et presque dans l'immédiat, elle se jeta dans ses bras, ignorant le froid, ignorant de potentiels regards indiscrets. La louve le serrait contre elle, peut-être même un peu trop fort. Pourquoi devrait-elle donc retenir cette envie de proximité avec celui qui ravissait son coeur. La tête reposant sur son torse, elle souffla quelques mots. "Pardonnes-moi pour la dernière fois Nere ..." Ses iris mordorés se posèrent sur l'une de ses mains ensanglantés et aussitôt, elle s'écarta, cherchant son unique oeil d'azur, l'air inquiet. "Tu es blessé ... Que t'est-il arrivé ?" Un frisson parcourut son échine alors qu'elle tenta de se réchauffer par le simple fait de croiser les bras et sans hésitation, elle prit la main saine de son ami pour l'inciter à entrer.

La joie qui avait étreint l'ombre de quelques instants son coeur avait fait place à une grande inquiétude. Il était dans un état déplorable et avait besoin de soins qu'il avait certainement négligé, tel qu'elle le connaissait. Après avoir refermé soigneusement la porte pour conserver la chaleur ambiante, Elyn entraina le borgne vers l'un des lits impeccablement faits, l'invitant de façon plutôt forcée à s'y asseoir. Croisant les bras devant lui, d'un ton sans appel mais néanmoins doux, elle s'adressa à lui.

"Fais-moi l'inventaire de tes maux, je vais m'occuper de toi." Et en attendant la réponse, la belle à la crinière d'onyx s'éclipsa afin de se procurer le matériel nécessaire aux soins. Ce fut donc munie d'une bassine d'eau tiède et de linges propres qu'elle revient vers lui. Un sourire tout de même, puis une taquinerie. "J'ai tout prévu, je commence à te connaitre cher Nereus."

Les révélations viendraient plus tard ...


#D6393D

7e sens:
 

Tenue d'Elyn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1140-elyn-guerriere-divine
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Dim 1 Jan - 19:47

Le doute commençait à envahir le général du Kraken, l’incertitude grandissait alors que l’attente de faisait de plus en plus longue. Nere avait pris le parti de taper à la porte, se montrer à son amie mais était-ce réellement la meilleure option ? Le borgne ne savait plus quoi faire, quoi penser même alors que les secondes défilaient. Il n’aspirait qu’à une seule chose : être dans le vrai, avoir pris la bonne décision en se trouvant en cet endroit, il voulait chasser ce doute, cette incertitude mais que pouvait-il faire ? Attendre était la seule chose possible en réalité mais l’ancien esclave ne pouvait s’empêcher de chercher une autre solution. A l’heure actuelle douter n’était pas la bonne solution, Nereus n’avait pas douté lorsqu’il avait quitté Atlantis pour Asgard, il n’avait pas douté non plus lorsqu’il avait giflé sans sommation le guerrier divin de Gamma alors pourquoi maintenant ? A cause d’Elyn ? Leur dispute ? Que représentait-elle vraiment pour qu’un marina quitte son poste pour se rendre en territoire ennemi ? Plus qu’une amie ? Pourtant Nere avait promis de ne plus ressentir ce genre de chose envers quiconque. La douleur d’un désespoir amoureux était pire que toutes les douleurs physiques inimaginables et le gardien de l’Arctique parlait en connaissance de cause….

Un nouveau bruit sourd suivi d’un grincement ramena Nereus à la réalité. Elyn était donc bien là et mieux elle avait ouvert la porte. Quant à la question de savoir si la belle jeune femme lui en voulait elle s’évapora bien rapidement puisque la louve n’avait pas hésité un seul instant avant de se jeter dans les bras de son ami. Ce fut pour le guerrier l’étreinte la plus fabuleuse de toute sa vie, à cet instant rien ne comptait et avait cette impression bien réelle de compter véritablement pour quelqu’un. Certes il y avait bien sa petite sœur, Tihana mais la Générale des Lyumnades n’était pas particulièrement adepte des rapprochements physiques de ce genre mais pour Nere l’atlante avait tort, cela faisait un bien fou ! Naturellement, il répondait à l’étreinte de son amie se permettant même d’humer l’odeur si enivrante de ses délicats cheveux d’ébène. Alors que la guerrière divine se confondait en excuses, le Marina tout en caressant cette chevelure sombre de sa seule main valide lui répondait : « C’est moi qui m’excuse, je n’aurais pas dû réagir ainsi…. Tu m’as tellement manqué. »

Oui cette absence de nouvelle de part et d’autre avait été un véritable supplice pour Nereus, la présence d’Elyn étant devenue indispensable au cours de ces derniers mois. C’était comme avec Endymion, la jeune femme avait grandement influé dans son émancipation, sa libération du joug des pirates esclavagistes et sans ces deux personnes qu’il considérait comme des amis il ne serait rien, il serait mort. Le Kraken ne put réprimer un soupire lorsque son amie se recula pour s’inquiéter de son état, fixant en premier lieu la blessure à la main infligée par le jeune guerrier divin de Gamma. « Rien de bien méchant, cesse de t’en faire pour moi. J’ai juste eu le plaisir de rencontrer un certain guerrier divin aux yeux de serpent. » Nereus souriait comme pour mieux contrecarrer la mine inquiète qui était apparu sur le visage de la jeune femme. Aussi lorsqu’elle l’incita à entrer en prenant sa main valide, il s’exécuta un peu de chaleur ne lui ferait sans doute aucun mal. Sans trop s’en rendre compte Nere s’était retrouvé assis sur un lit, sa pandora box au pied de ce même lit et Elyn qui se tenait devant lui droite, comme un I. Cette dernière ne laissait aucun repli possible au Kraken, croisant fermement les bras devant lui et lui demandant explicitement l’étendue des dégâts.

« Je vais bien.» Mensonge. « Je voulais m’assurer que tu ailles bien. Si j’en crois Alvis tu n’étais donc pas à Jamir. Une bonne chose, la bataille a été plus rude que prévu et si j’en crois certaines informations nos deux factions étaient dans des camps opposés. » A quoi bon ajouter un nouveau mensonge ? Elyn si ce n’était pas déjà le cas aurait sans doute le droit à un débriefing de la part des autres guerriers divins. Le fait est que les Asgardiens ont combattu les Saints et que les Saints étaient des alliés des Marinas.

Alors que son amie était vraisemblablement dans une autre pièce à récupérer certaines choses dans le but de s’occuper de lui, Nereus tenta de se redresser mais son physique le trahissait. Les attaques successives d’Ares et des Berzerkers ne l’avaient pas loupé. Il ne devait son salut qu’à sa technique lui permettant de transcender une partie de son énergie cosmique en énergie vitale, sans elle son interposition entre l’attaque de ce Kostas et d’Endymion lui aurait été fatale. L’ancien esclave ne tenta pas de se relever à nouveau car il entendait Elyn approcher.

« Tu ne me lâcheras pas…. Mon écaille a heureusement encaissé le plus gros des attaques adverses mais mon dos, torse ainsi que mes jambes ont été sévèrement touchés. Bon c’est d’accord mais avant si tu nous trouvais une bonne bouteille de vin ? Je suis sûr que tu en as encore de mon dernier passage » Il marqua une pause avant de reprendre, la mine un peu plus sérieuse. « Le combat se déroulait plutôt dans le bon sens jusqu’à l’intervention d’Ares… puis j’ai dû aider mon frère d’arme en m’interposant et voilà les dégâts. Mais ce n’était qu’un petit prix à payer, Endymion est sauf c’est ce qui importe. » Elyn méritait quelques explications et maintenant elle les avait.

Ensuite Nereus lança un regard à droite et un autre à gauche…. Quelque chose clochait, ce n’était pas comme d’habitude…. Quelque chose ou plutôt quelqu’un manquait à l’appel… Celian ! Oui ce goinfre de loup n’était pas là pour grogner sur le Marina, chose étonnante quand on connaissait la bête ! « Celian n’est pas ici ? Je ne l’ai pas encore entendu grogner bizarrement. »

En temps normal le loup et Elyn étaient inséparables alors pourquoi n’était-il pas présent ? Il était peut-être sorti faire un tour mais dans ce cas étonnant qu’il ne lui ait pas sauté dessus, l’occasion était trop belle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
ElynavatarArmure :
Epsilon

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
160/160  (160/160)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Dim 1 Jan - 20:15

Son étreinte, une bouffée d’air frais qu’elle ne devait qu’à lui et non à cet air glacial. Que pouvait-elle demander de plus à cet instant, tout blottie contre son cher Atlante alors qu’elle sentait le contact de sa main dans ses cheveux ? Pour le moment, rien de plus. Un sourire naquit sur ses lèvres aux excuses de Nereus et surtout à ses derniers mots. Elle lui avait manqué. Rien que cela la mettait dans un état de bonheur inespéré. Ce manque était réciproque, bien plus qu’il ne devait le penser, mais les mots ne lui parurent guère nécessaires, Elyn se contenta de resserrer un peu plus ses bras autour de lui. Si le jeune homme y prêtait attention, il pourrait certainement ressentir les battements plus que prononcés du cœur de la belle à la crinière d’ébène. Mais bien vite, son soulagement s’entacha d’inquiétude à la vue sa main ensanglantée et bien vite, elle comprit que ce n’était pas la seule blessure qui le torturait.

Malgré le sourire du blessé, l’étoile d’Epsilon ne pouvait balayer aussi simplement ses craintes. Un instant de surprise à l’évocation d’une rencontre fortuite tandis que la louve marmonna le nom du Guerrier Divin de Gamma. « Alvis ? … » Cet adolescent sauvage qu’elle avait rencontrée quelques semaines plus tôt, aux côtés duquel elle avait fait face à l’assaut des Jotunns. Bien qu’étrange, le jeune garçon aux pupilles atypiques avait fait bonne impression sur elle, l’asgardienne devinant en lui souffrances et incompréhension. Etait-il à l’origine de tous les maux de son Kraken ? Bien que les interrogations trottaient dans la tête de la jeune femme, elle se contenta d’amener son ami sur un lit préparé pour ce faire, sans réellement lui laisser le choix. Ses iris dorés se perdirent un instant sur la pandora de celui-ci, renfermant le totem de l’écaille du Général du Kraken. Elle devait avouer qu’elle avait du mal à s’y faire. Un Général de Poséidon et une Guerrière d’Odin …

Cachant son trouble, la belle se fit plus sérieuse afin d’inciter son ami à lui révéler tous ses maux sur le plan physique. A son mensonge, Elyn haussa un sourcil, sous-entendant qu’elle ne croyait pas un traitre mot de ce qu’il venait de dire. Alors, Nereus poursuivit. Il était venu pour elle, car il s’inquiétait quant à la participation ou non de la louve aux affrontements de Jamir. Ainsi, par la même occasion, elle comprit que sa rencontre avec son frère d’arme n’avait pas réellement été hostile. Et oui, la douce n’était pas sans savoir que leurs camps avaient été opposés durant cet évènement, d’où les plus fréquentes questions que l’étoile d’Epsilon se posait.

Ne sachant que répondre à cette évidence, elle s’éclipsa dans le but de se procurer le nécessaire pour les soins de l’ancien esclave. Comment pourrait-elle lui avouer que le fait les savoir dans deux factions ennemies la déchirait ? Lorsqu’elle revint vers lui, le borgne prononça l’évidence qu’elle ponctua d’un sourire en réponse. Non, elle ne le lâcherait pas, jamais. Le Général finit par répondre à sa question, lui signifiant les parties de son corps blessées, la louve aurait du pain sur la planche. Peu dupe du détournement de conversation du Kraken, la douce posa ses encombrements sur un meuble près du lit tout en laissant échapper un petit rire cristallin.

« Du vin ? Possible. Mais pas maintenant, je dois te soigner avant. »

Puis les explications suivirent, la louve les écoutant patiemment. Nereus se retrouvait dans un piteux état après avoir voulu aider l’un de ses frères d’arme. Une attitude honorable qui n’étonna guère l’asgardienne. Sans doute aurait-elle pu faire la même chose pour un autre Guerrier Divin. Alors qu’elle trempait un linge dans l’eau, elle sourit, les yeux fixés sur sa tâche. « Je n’ai jamais douté de ton dévouement et de ta bravoure, Nere. » Puis vint une question plus ou moins inattendue de la part de son ami. Un nouveau rire et la belle répondit, le regard toujours fuyant. « Célian ? Non, il n’est pas ici. Je lui ai confié le territoire. Si tu veux savoir … Je suis venue ici régulièrement dans le but … de te revoir. J’ai vraiment cru que tu ne viendrais plus après notre dispute. » Après un instant de silence, elle releva son regard d’ambre sur le jeune homme, un sourire aux lèvres. « Mais tu es là maintenant ! »

Heureuse, elle l’était. Mais avant, il lui fallait se rassurer en pansant les plaies du Général. Munie du linge humide et d’une bande de lin, elle s’approcha de lui, prenant place à ses côtés sur le lit, saisissant délicatement la main meurtrie. « Ca risque de piquer un peu, je suis désolée … » Une légère aura blanche l’entoura alors que la glace recouvrant la plaie s’évapora, puis elle vint presser celle-ci son tissu immaculé. Soigneusement, elle lava la plaie, tendant parfois les bras pour tremper de nouveau le linge dans l’eau tiède. Une fois terminée, elle la banda avec tout autant de délicatesse. « Voilà, une bonne chose de faite ! »

La louve se permit de contempler le Général, son cœur ne semblait vouloir lui laisser de répit en la présence du jeune et ce fut rosissante qu’elle reprit la parole. « Euh … Est-ce que tu peux … enlever ce que tu as sur le dos pour que je puisse m’occuper de tes autres blessures ? S’il te plait … » La belle ne parvenait guère à dissimuler sa gêne, certainement une conséquence directe de son attirance pour le bel atlante, attirance qu’elle commençait à avoir du mal à garder pour elle. Comme montée sur ressort, elle se leva d’un bond pour se diriger vers les tissus propres, laissant tomber celui ensanglanté au sol de façon temporaire.


#D6393D

7e sens:
 

Tenue d'Elyn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1140-elyn-guerriere-divine
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Lun 2 Jan - 12:11

A la seconde où la louve s’était jetée dans ses bras Nereus avait su. Les doutes n’étaient plus, envolés aussi rapidement qu’ils étaient apparus dans l’esprit du jeune homme. C’était donc un sentiment de plénitude qui parcourait le Kraken de tout son être, se permettant même de ressentir les battements du cœur de la jeune femme. Elyn était si proche…. Malgré tout la jeune femme avait remarqué la blessure ornant sa main et s’était empressée de le faire entrer. A croire qu'elle attendait sa venue puisque les accessoires nécessaires aux premiers soins étaient déjà prets, et alors la conversation s'engagea. Un mensonge... une tentative de diversion, Elyn connaissait Nereus sur le bout des doigts, preuve que la complicité des deux jeunes gens allait en grandissant.

« Me revoir vraiment ? » Cette intention particulière alors que les deux amis étaient censés être en froid touchait vraiment le marina. Elyn avait véritablement le cœur sur la main, aussi Alvis se trompait jamais la belle à la crinière d’ébène ne changerait. Il était prêt à prendre le pari, c’était tout simplement impossible, une personne aussi pure qu’elle ne pouvait pas changer, Nereus en avait la certitude. Le point de départ de la conversation avait été Celian, le loup un brin trop protecteur d'Elyn. Faut dire qu'entre le garçon à la chevelure émeraude et le loup gris l'histoire remontait à loin, Celian étant jaloux, Nere s'amusait régulièrement à le mettre en boite recevant donc régulièrement les grognements du canidé. "Oui je suis là maintenant et Celian non ! Il va te faire une de ces scènes lorsqu'il sentira mon odeur, je paierai cher pour voir ça !" Nereus pouffa de rire à la vision de Celian bouder Elyn pour une simple odeur.

Ensuite il ne fallut pas très longtemps à l'étoile d'Epsilon pour prodiguer les soins nécessaires à Nereus. La plaie n'était pas bien profonde mais Alvis ne l'avait pas loupé ! "Ton collègue guerrier divin... on peut dire qu'il a du mordant !" Petite touche d'humour de la part du Kraken car il sentait que son amie n'était pas vraiment dans son assiette et la suite ne lui donna pas tort puisqu'après lui avoir demandé de se dévetir la belle se leva subitement pour s'éloigner. Craignant avoir fait ou dit quelque chose qu'il ne fallait pas, Nere obtempéra rapidement enlevant sa cape puis sa chemise trempée. "C'est bon tu peux revenir." Ou alors peut-être s'était-elle éloignée pour laisser un peu d'intimité au marina. Une fois son amie de retour près de lui, le borgne ne pouvait s'empecher de la regarder de plus en plus intensément. Pourquoi ? Pourquoi cette sensation de chaleur se faisait de plus en plus oppressante alors que son regard se perdait dans l'océan doré formant les pupilles de la demoiselle.

Lentement Nereus se rapprocha de son amie. Il se pencha légèrement, ses lèvres bougèrent, il semblait chercher quoi dire, quoi faire mais il ne disait mot, se contentant simplement d’observer ce visage si exquis à la vue. Puis un souffle, un seul et le jeune homme posa ses lèvres sur celles d’Elyn. Ce fut plus fort que lui, dans la continuité de tout ce qu’il avait déjà vécu avec la jeune femme. Nereus frémissait, fixant la belle asgardienne qui était en train de faire chavirer son cœur sans aucun remord. Malgré la gêne, la crainte de sa réaction il n’y avait plus de place pour le doute. Nere l’avait ressenti, cette sensation si particulière qui était plus ou moins bien retranscrite dans les livres. La fusion de son âme à la sienne, cette union qui faisait défaillir son cœur il l’avait ressentie ! Cette boule parfaitement nichée au creux de son ventre trouvait son explication. Il l’aimait, pas du même amour qu’un frère peut avoir envers une sœur non c’était un amour encore plus fort, plus intense même ! C’était comme si nquelque chose de puissant était en train de l’envahir, c’était comme une rencontre longtemps attendue, comme leurs retrouvailles. A présent l’ancien esclave se sentait encore plus lié à l’étoile d’Epsilon. Il se sentait souverain, comme un prince venant de trouver sa princesse… mais ELLE qu’allait-elle faire ?

« Elyn… ? »

Que dire ? Eternel tourmenté l’élan du jeune homme venait de retomber, s’écrasant en pleine mer tel Icare qui s’était trop approché du soleil. Son soleil, il l’avait devant lui mais était-il capable de l’approcher encore d’avantage ? Se laisserait-il faire ? Le Général n’avait jamais ressenti une telle chose, jamais. Là ce n’était pas qu’un simple trouble, des doutes, c’était de l’amour véritable. Aucun doute n’était permis. Les craintes qu’il avait pour elle, la peur de la perdre, tout s’expliquait enfin et il ne devait ce salut qu’à un unique moment de folie qui avait poussé ses lèvres sur celles délicieusement sucrées de la jeune femme. Il se décala quelque peu, ne voulant pas étouffer la belle de son cœur. Puis sans trop savoir pourquoi il posa la main sur son bandage… Non elle ne voudrait pas de lui, pas d’un monstre que la guerre a défiguré. Ils étaient trop différents l’un de l’autre. L’étoile d’Epsilon était si belle alors que lui… il était à l’image de sa scale, un monstre.

« Je vais y aller, j’ai été trop maladroit…. Excuse-moi. »

Grimaçant, serrant les dents, le natif de Constantinople se redressa tout en attrapant sa chemise. Prendre la fuite, encore, était la seule solution qu’il pouvait adopter. De toute façon une telle relation était tout bonnement impossible, une guerrière divine avec un général de Poséidon ! Quelle ineptie ! Mais ça Nereus ne le pensait pas vraiment, il voulait simplement se convaincre, réprimer ses sentiments pour ne pas souffrir. Il venait de dépasser la limite. Pathétique Général


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
ElynavatarArmure :
Epsilon

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
160/160  (160/160)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Lun 2 Jan - 13:24
Le souhait de le revoir. Pourquoi ceci étonnait tant le Général du Kraken ? Si seulement elle pouvait lui dire à quel son absence avait été un manque véritable, presque une torture de ne pas savoir s'il reviendrait ou non un jour. L'air triste de la belle s'était dissipé à l'instant même où elle avait pu revoir ce visage familier et l'atlante ne manquait guère de faire rire la jeune femme, notamment sur quelques taquineries concernant Célian. A son tour, elle pouffa de rire en imaginant la scène. "Tu es dur avec ce pauvre Célian, je te l'ai déjà dit Nereus, il faut éviter de trop taquiner un loup.", lui répondit-elle en référence à quelques mots échangés lors de leurs premières retrouvailles.

Ce fut avec douceur que l'étoile d'Epsilon s'occupa de la plaie meurtrissant la main de son ami, tandis que celui-ci se permettait un nouveau commentaire sur le Guerrier Divin de Gamma. Un sourire amusé, mais la douce resta concentrée sur sa tâche, ne voulant se laisser trop distaire pour éviter de faire souffrir plus que cela le Marina lors d'une fausse manipulation. "Alvis est assez ... sauvage en effet. Mais je pense qu'il a dû beaucoup souffrir de sa différence. Je n'ai pas encore eu tellement l'occasion de converser avec lui." Puisque leur première rencontre s'était ponctuée d'un combat contre les géants de glace, Elyn n'avait pu que faire connaissance avec le guerrier et non avec l'humain, mais devinait qu'il n'avait pas un mauvais fond.

Une fois le bandage de sa main terminée, ce fut non sans gêne que l'asgardienne demanda à Nereus d'ôter sa chemise pour qu'elle puisse examiner ses blessures parcourant l'épiderme de son dos. Pour dissimuler ces rougeurs dont elle ressentait l'apparition, la louve se leva certainement un peu trop brutalement pour être naturelle afin de se saisir de linges propres. Elle souffla discrètement pour tenter de calmer les soubresauts de son organe palpitant avant de poser les yeux sur son ami, prêt à recevoir les soins nécessaires. Malgré le fait qu'elle l'avait déjà vu aussi peu vêtu, elle devait admettre que, mise à part les plaies et contusions, le spectacle qu'elle avait sous les yeux était des plus plaisants, pensée qui la fit rougir de plus belle.

La Guerrière Divine prit sur elle et revint vers le Général le plus naturellement possible, mais le regard insistant de celui-ci eurent raison de sa franchise, la belle baissa quelque peu les yeux. Peut-être s'était-il rendu compte de la façon qu'elle avait de le regarder ? Peut-être avait-il remarqué les soudaines couleurs teintant ses joues. Elyn sentit son ami se rapprocher et timidement, elle releva le visage vers lui, pour finalement sentir ses douces lèvres rejoindre les siennes. D'abord surprise, la louve papillonna des paupières, mais ne put ensuite que profiter de ce contact serein, fermant les yeux pour mieux l'apprécier. Tant de douceur, de délicatesse. Alors que son coeur s'affolait un peu plus, que ses joues se teintaient de plus en plus d'un joli rouge, qu'un frisson parcourait son échine, elle leva une main hésitante. Malheureusement, celle-ci ne put atteindre le visage du jeune homme puisqu'il rompit l'échange beaucoup trop tôt au goût de la demoiselle.

Se pinçant les lèvres, la jeune femme tentait au mieux de reprendre ses esprits mais son regard d'ambre fut capté par l'unique pupille d'azur. L'envie de prendre possession de ses lèvres à son tour était si forte, mais elle s'abstint lorsque Nereus prit la parole, prononçant son prénom, hésitant. Le fixant, intriguée, elle attendit, angoissée à l'idée de ce qu'il pourrait lui dire. Elle ne savait réellement pourquoi, mais à cet instant, elle ne savait plus que faire, ni comment. La jeune brune était ... troublée, elle qui venait de vivre son premier baiser avec celui que son coeur avait choisi. Il était si proche d'elle, l'idée d'effleurer la peau du Général, de la parcourir de ses fines phalanges, lui parvint. Mais l'atlante finit par s'écarter d'elle. Eprouvait-il des regrets pour ce geste d'affection profonde ?

Mais la belle comprit rapidement, lorsque le borgne porta une main sur le bandage qui cachait son oeil mort aux yeux des autres. L'étoile d'Epsilon lui avait pourtant expliqué que cela n'avait aucune importance pour elle, elle y décelait tout de même l'harmonie de ses traits, la profondeur de son regard. Des excuses et le Général se redressa, attrapant ses vêtements. Mais la jeune femme à chevelure de jais ne pouvait le laisser s'échapper ainsi, se levant à son tour pour saisir son bras avec douceur. "Nere ... Restes s'il te plait ..." Légèrement tremblante d'émotions, Elyn le relâcha et lui fit face, ne tentant plus de minimiser cette lueur d'émerveillement dans ses prunelles dorées.

Silencieuse, douce, l'extrémité de ses doigts vinrent effleurer le bandage barrant le visage du jeune homme. L'air des plus sérieux, des plus tendres, sa main vint se perdre dans la tignasse d'émeraude. "Je te l'ai déjà dit que cela n'avait aucune importance pour moi." Elle avait repris les mots prononcé quelques mois auparavant et son avis n'avait guère changé, si ce n'est que désormais son coeur vibrait pour le bel atlante. Jouant avec quelques mèches vertes, la louve finit par à son tour approcher ses lèvres des siennes afin de les sceller dans un nouveau baiser. Elle se sentait bien, si bien aux contacts des douces lippes du Kraken. Une tendresse nouvelle, jamais connue, faisant claironner un peu plus son organe de vie. Elle rompit un instant l'échange, le souffle court, mais le visage toujours proche du sien.

"Je t'aime Nereus."

Ces mots enfin prononcés, Elyn embrassa de nouveau l'élu de son coeur, entrouvrant ses lèvres pour amener à un échange plus poussé, plus passionné. Elle l'aimait, en profitait, plus rien ne comptait. Ils n'étaient plus un atlante et une asgardienne, tout simplement un homme et une femme qui partageaient un amour véritable.



#D6393D

7e sens:
 

Tenue d'Elyn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1140-elyn-guerriere-divine
NereusavatarArmure :
Scale du Kraken

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
215/215  (215/215)
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Lun 2 Jan - 14:59

"Elle trahit mes soins, mes bontés, ma tendresse
Et cependant je l’aime après ce lâche tour
Jusqu’à ne me pouvoir passer de cet amour."


Prendre la fuite, tourner le dos comme il l'avait fait durant toute sa vie, voilà ce que Nereus s'apprétait à faire. L'absence de réaction d'Elyn avait provoqué un véritable sentiment de mal être chez le guerrier Atlante et la seule solution qu'il avait envisagé était de prendre la fuite, retourner à son pilier et s'y cacher. Comme l'être pathétique qu'il avait été jusqu'à présent. Ce général donneur de leçon qu'il n'arrivait même pas à s'appliquer à lui même. Il s'était saisi de sa chemise, prêt à tourner les talons lorsque la jeune femme qui avait conquéri son coeur l'attrapa avec douceur lui demanda de rester. Elle n'avait donc pas été offensée par cet acte si intrusif ? Alors que sa main venait se perdre dans sa chevelure émeraude, le Kraken ferma les yeux comme pour mieux profiter de l'instant et après quelques secondes il sentait de nouveau les lèvres si douces de la jeune femme. Elyn lui répondait, avec un nouveau baiser. C'était si important pour le jeune homme qu'une larme, une seule coula le long de sa joue. Il était donc important pour quelqu'un.

Nereus mettait enfin la main sur cette sensation, sensation indescriptible mais qui lui permettait, à cet instant, de se sentir bien vivant. La première depuis bien longtemps. Ce moment de fusion... ils étaient deux mais Nere avait l'impression de ne faire qu'un avec la belle de son coeur. Si seulement il avait su ce que l'avenir lui réservait... le Kraken aurait affronté toutes ces épreuves avec un autre regard, une autre façon de faire. Le poison, les missions, Atlantis tout ne devenait que futilité. Le marina oubliait tout, seule Elyn comptait. La louve avait même prononcé des mots que jamais le borgne n'aurait espérer entendre de la bouche d'une femme, des mots forts, profonds. Je t'aime... un élan du coeur qui nous porte vers l'être aimé. Une fois ce dernier baiser échangé avec une passion nouvelle, Nere plongea son regard dans celui d'Elyn avant de l'amener contre lui, de l'étreindre de tout son être.

"Je t'aime aussi." Répondait l'ancien esclave, sa louve dans les bras carressant de nouveau cette magnifique chevelure d'ébène. Comme il y a quelques minutes le borgne pouvait sentir les battements du coeur d'Elyn, leur deux coeurs battaient à l'unisson ne faisant qu'accentuer ce sentiment de bien être et de fusion commun. Nereus n'en revenait pas, ce trouble était donc de l'amour et cet amour était réciproque. Quelqu'un sur cette terre l'aimait donc c'était si invraisemblable, inespéré et pourtant cette jeune femme avec qui il avait déjà partagé tellement de chose était là blottie dans ses bras, contre son torse abimé par la guerre.

"C'est si... irréel. Comment ? Je veux dire pourquoi moi ?" Glissa-t-il alors qu'il embrassait de nouveau la chevelure de sa bien aimée. Ce n'était peut-être pas le bon moment pour poser cette question mais le jeune homme avait besoin d'entendre la réponse, les sentiments de la jeune femme pour avancer... avec elle. Car maintenant Nereus avait la sensation qu'il ne serait plus seul, qu'Elyn serait à ses cotés et que les deux éveillés avanceraient main dans la main. Les épreuves que la vie et les Dieux dresseraient devant eux n'auraient plus la moindre importance puisqu'il l'avait... elle. Tendrement, lentement, profitant un maximum de ce contact Nere relacha son étreinte pour venir s'assoir au bord du lit amenant la jeune femme avec lui. Il la fit assoir à ses cotés avant de replacer une mèche de sa chevelure de jais derrière son oreille, libérant ainsi ce merveilleux regard.

"Bon tu voulais que je tire ma chemise non ? Voilà qui est fait." Nereus agrémenta sa phrase d'un léger clin d'oeil, ayant besoin de cette petite touche d'humour comme pour démontrer qu'il ne changerait pas. Il ne devait pas changer, rester lui même, pour elle. "J'ai l'impression de ne pas mériter ce qu'il m'arrive. Je... je suis si bien en ta compagnie, pour moi ce baiser n'était pas calculé, il est venu comme ça et je ne regrette en rien mon acte." L'ancien esclave avait besoin d'en parler, d'extérioriser ce qu'il ressentait et puis de toute façon n'était-ce pas normal d'agir de la sorte avec la personne que l'on aime ? En quelques minutes le porteur de l'écaille du Kraken s'était retrouvé transfiguré, métamorphosé maintenant il avait une raison de lutter, de vivre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1099-nereus-general-du-kra
ElynavatarArmure :
Epsilon

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
160/160  (160/160)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   Lun 2 Jan - 16:08
Un seul instant volé qui s'ensuivait de purs instants de tendresse. Elyn n'avait pu le laisser s'enfuir de la sorte, pas après ce baiser aussi appréciable qu'inattendu. A son tour, après quelques mots pour rassurer l'atlante qui avait conquis le coeur de la belle, elle aussi lui avait volé ses lèvres, dans un second baiser. Quelques mots, si forts, si difficiles à prononcer à l'accoutumé, puis un troisième baiser retranscrivant passion et sentiments. Alors que ses phalanges parcouraient la chevelure d'émeraude, son autre main vint se poser sur sa joue indemne, là où une larme perlait, se perdant ainsi sur l'épiderme de la belle. Un sourire de sa part et l'échange fut de nouveau rompu, plus par obligation que par envie. Contemplant l'océan glacial de ses pupilles de crépuscule, nul ne pouvait contre-dire cet amour qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Une évidence.

Puis la louve vint volontiers se blottir contre son aimé, répondant à cette invitation silencieuse. Lui aussi prononçait ces mots si doux, si agréables à l'oreille. Lui aussi éprouvait ces mêmes sentiments, développés à leurs insus, malgré la distance, malgré leur appartenance à deux factions ennemies. Si la loyauté envers une Divinité primait, y'avait-il sentiment plus pur que l'amour liant un homme à une femme ? A la simple écoute de ces paroles prononcées à coeur ouvert, la douce se sentait capable de tout surmonter en la présence de son beau Général. Mais la belle balaya ces sombres pensées, préférant profiter de l'étreinte, ouïr ces battements de coeur synchrones aux siens, passer des bras autour du corps de son Kraken. Son Kraken.

Son oreille collée contre son torse, les paupières closes, l'Asgardienne esquissa un sourire aux mots de Nereus. Tout simplement parce qu'elle pouvait comprendre son ressenti, elle aussi aurait tant voulu lui poser cette même question, mais à quoi bon ? L'important était la réciproque de leur amour. Alors, toujours contre lui, elle leva son visage vers le sien, lui offrant le spectable de ce regard d'aube empli d'une lueur d'amour. "Parce que tu es toi. Parce que j'ai connaissance de tes maux du passé et que je ne peux qu'admirer celui que tu es devenu après tout cela. Un homme généreux, sensible et gentil." Se détachant un peu de lui, elle posa sa main contre le coeur de son Marina. "Parce que ce coeur bat au même rythme que le mien." Un doux sourire et elle poursuivit. "Cesses de te poser des questions Nereus, cesses de penser que tu n'es pas assez bien pour autrui. Si tu ne le fais par pour toi, dorénavant, fais le pour moi, et crois-moi lorsque je te dis que tu es quelqu'un d'exceptionnel."

Franchise, sincérité, l'atlante connaissait assez la louve pour comprendre qu'elle ne pourrait jamais lui mentir. Au regret de le voir briser leur étreinte, elle le suivit pour s'asseoir de nouveau sur le lit, à ses côtés. Un soupçon de réserve chez la douce qui rosit de nouveau lorsque Nereus porta une tendre attention à son égard, remettant simplement en place une mèche rebelle derrière son oreille. Le simple effleurement de ses doigts sur sa joue la fit frissonner plus que de raison. L'étoile d'Epsilon agrémenta les paroles taquines du Général d'un léger rire cristallin mais le sérieux revint bien vite sur ses traits, touchée par les aveux de cet homme qu'elle aimait déjà tant. Une mine légèrement amusée et la belle le coupa en venant poser son index sur les douces lèvres dont elle ne saurait plus se passer.

"Chut ..." Taquine, souriante, elle ôta son doigts pour poser brièvement ses lèvres sur les siennes. "Je ne veux plus t'entendre te dénigrer, promets-le moi. Pour le reste ... J'aime assez et saches que je ressens la même chose." Mais la belle se devait de reprendre là où elle s'était arrêtée dans sa tâche et se penchant pour saisir le linge humide qu'elle avait préparé quelques minutes plus tôt, elle vint se placer en tailleur derrière son aimé afin d'examiner son dos. "En effet, ton écaille a parfaitement assumé son rôle." Quelques égratignures, quelques ecchymoses, mais rien de bien méchant. Aussi, la belle vint doucement passer le tissu sur l'ensemble de son dos, insistant un peu plus sur les quelques plaies presque intégralement refermées. Son coeur se serrait tout de même à la vue de ces anciennes cicatrices, mais elle n'en évoqua rien, le moment sera très mal choisi.

"Attention, cela risque d'être un peu froid, mais je pense que cela te fera le plus grand bien." Toujours avec la plus grand délicatesse, sa main se posa sur le premier hématome, injectant une sensation de froid de par ses pouvoirs de glace, puis elle réitéra l'opération sur les autres contusions pour finalement effleurer de l'extrémité de ses doigts sa colonne vertébrale, plus par envie que par nécessité. Irrémédiablement, Elyn vint poser ses lèvres sur l'une des anciennes cicatrices ornant son épaule. "Voilà, c'est fini. Rien de grave, tu devrais rapidement te remettre sur pieds." Revenant à ses côtés, un air de malice sur le visage, elle prit lentement sa main bandée. "Et dorénavant, évites de trop de frotter aux Guerriers Divins ayant ... trop de mordant !" Puis elle se permit un rire joyeux, taquine, comme elle l'avait toujours été avec lui. Pourquoi devrait-elle changer cela ?


#D6393D

7e sens:
 

Tenue d'Elyn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1140-elyn-guerriere-divine
Contenu sponsorisé
Message Re: [1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[1ers Jours d'Octobre 550] Hold me now [PV Elyn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1ers jours d'Octobre] Perte de repère et inquiétude [PV Alvis]
» [1ers jours de Juillet 550] L'Éveil des Fléaux [Event Berz]
» [1ers jours de juillet] De nos gouttes de sang naissent un sacrifice équitable [Oropher vs Dragos]
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Germania :: Tribus barbares-
Sauter vers: