Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message [Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)   Jeu 5 Jan - 12:23


Toutes les personnes devant se rendre à Jamir étaient consignées au Sanctuaire, même Rodorio était interdite du fait du départ imminent. Les prêtresses d'Athéna pouvaient autour finir de briser les sceaux d'Arès dans quelques heures même si cela était plutôt prévu pour dans quelques jours. Silas faisait les cent pas dans son temple, l'attente était une chose qui le rongeait à force à la subir. L'attente une chose parfois interminable... Et pourtant il attendait, il attendait quoi? De partir à la guerre, de partir vers la mort. Oui il n'était pas sur de rentrer de Jamir, bien au contraire même, mais c'était cela être un guerrier d'Athéna, c'était cela être un soldat. La mort une chose qui l'accompagnait depuis toujours, la mort... Non un mort en particulier. Oui un mort l'accompagner depuis sa naissance, le mort auquel il avait pris la vie lorsqu'il gagna la sienne, Methos....

Il n'était pas retourné le voir depuis un bon mois, depuis sa rencontre avec le jeune Castiel. L'enfant, oui l'enfant car c'était cela qu'il était malgré son âge avancé, avait été laissé là par Sunilda. Presque abandonné d'après ses dires. Silas avait tenté de le réconforter, de répondre à ses questions aussi. Il avait aussi ordonné à son serviteur de venir s'occuper de lui, de lui apporter vêtement et nourriture. Il espérait que le garçon ait eu ce petit confort que le Gold Saint lui avait fourni en l'absence de l'étrange Sainte du Cancer. Silas se disait qu'il était temps de retourner la voir, temps de demander ce qu'il voulait depuis un petit moment. Si le geste de la gardienne des morts avait été bien vu au démarrage, cela avait au final gêné Silas. La présence du visage de Methos sur ce mur, le pont créé entre sa place aux Enfers et le Temple du Cancer avait quelque peu ébréché le lien si particulier qui unissait le Saint et son jumeau. Ce lien, il en avait besoin, ce lien était une chose qui le définissait. Il fallait donc que cela redevienne comme avant.

Il partit donc de son temple pour rejoindre celui de sa consoeur. Un peu vif sans être trop rapide et après la montée d'un grand nombre de marches, il atteignit la maison zodiacale de Sunilda. Cette dernière avait surement ressenti le cosmos de son frère d'armes. Il entra donc sans le temple sachant en prime qu'il en avait déjà l'autorisation. Il n'allait pas jusqu'au mur, n'allant pas rejoindre le masque identique à son propre visage. Il l'interpella simplement.

_ Sunildan, j'aurais à te parler.

Une chose simple, bien simple qui ferait sortir le chevalier d'or de sa cachette.




Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)   Sam 7 Jan - 15:02

« C'est Sunilda, en réalité. » susurra doucement une voix dans la pénombre. Qu'il se retourne et Silas découvrirait la jeune femme qui portait une bougie entre ses mains. « Bienvenue en ma demeure Silas, ton frère t'attends, suis-moi. »

Sans ajouter quoique ce soit, Sunilda tourna les talons pour emprunter un chemin lumineux, composé de nombre de petites lumières disposées à même le sol. Les flammes qui dansaient offraient une clarté salutaire et une certaine forme de tranquillité. Ici, tout était paisible et d'un calme absolu que rien ni personne ne saurait perturber. Il fallait de toute façon le respecter, de cela, la maîtresse des lieux en était la garante. Pour le repos des âmes qui transitaient ici. Habillée de sa belle robe bleue qui bruissait à chacun de ses mouvements, la jeune femme à la longue chevelure blanche conduisit les Gémeaux jusqu'au Mur. À mesure qu'il approchait, une voix chantait, de plus en plus fort pour accueillir un frère bien aimé.

Sunilda s'écarta pour laisser le Saint passer et découvrir, au centre d'une alcôve, un visage familier et en tout point identique à celui de Silas. Yeux grands ouverts, un sourire sur ses lèvres, ce reflet paraissait en paix et heureux de pouvoir converser avec l'un des membres de sa famille.

« Je vais te laisser te recueillir et lui parler. Si tu as besoin de moi, tu n'auras qu'à m'appeler. »

Aussi soudainement qu'elle était apparue, la Sainte du Cancer se fondit dans les ténèbres de sa Maison. La jeune fille n'était pas loin, à veiller, prête à intervenir s'il le fallait. Mais pour l'heure, elle estimait que les deux frères devaient se parler une dernière fois. Apaiser leur cœur et leur mémoire. Prier, pour pouvoir l'accompagner aux Portes.

Silas avait quelque chose à comprendre et se faisant la Sainte sibylline espérait qu'il comprenne ce qu'elle désirait lui faire voir.

La bougie qu'elle avait tenu pour guider les Gémeaux dans la noirceur était à présent posée à ses pieds.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)   Mer 18 Jan - 10:25


Elle était arrivé quelque temps après, sortant de la pénombre tel un fantôme bienveillant. Il la reconnut presque pas au premier regard. Ses cheveux étaient maintenant blancs comme de la craie, ses guenilles trop grandes et amples avaient fait place à une jolie robe bleue à la bonne taille. Si les vêtements étaient plus dans un style grec correspondant à la mode du sanctuaire, ce qui pouvait venir que la jeune femme avait appris le bon gout maintenant, cela n'expliquait pas le changement de couleur de sa chevelure. Il la regarda un moment, lui sourit pendant un instant et se dirigea vers le mur.

_ Tu sembles avoir quelque peu changée.

Il regarda le visage identique qui était collé à ce mur de défunt, ce visage qui aurait parfaitement pu être le sien. Silas avait toujours eu l'impression d'avoir volé sa vie à Methos et malgré tout ce qu'on avait pu lui dire, ce sentiment il l'aurait jusqu'à la fin de la sienne. Aucun mot, rien. Il n'était pas là pour cela. Il voulait juste que tout redevienne comme avant. Almeïsan était bloqué au fond de lui et Silas savait qu'il ne pouvait pas revenir mais le Gold Saint devait le réintégrer et il avait compris comment le faire. L'élément liant cette partie de lui à lui-même était Methos. L'avoir sur ce mur, l'empêchant de remplir la tâche qu'il avait prise avec sa mort était une erreur.

_ Ne t'éloignes pas, je ne suis pas la pour converser avec mon frère aujourd'hui.

Le chevalier d'or des Gémeaux attendit qu'elle revienne dans la lumière et il la regarda un moment.

_ Ma requête était stupide, égoïste... Methos n'a pas sa place sur ce mur Sunilda. J'aimerai que tu défasse ce que tu as fait. Le lien qui m'unit à lui par mon propre univers intérieur est bien plus puissant que je ne le croyais, tu dois le libérer pour que renaisse notre étoile double.

La fin de sa tirade pouvait être mystérieuse pour la Sainte du Cancer, mais Silas la comprenait parfaitement. Peut-être fallait-il avoir un jumeau, ou être un Saint des gémeaux pour comprendre ce qu'il disait, ce qu'il avait et ce qu'il aurait à nouveau. Morte ou vivant le lien entre Methos et Silas était une chose puissante, ils partageaient un destin commun, une vie commune, la même étoile... Almeïsan....





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
SunildaavatarArmure :
Cancer

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)   Sam 28 Jan - 11:31

« Changée ? Non, j'ai toujours été ainsi. » avait-elle répondu avant de commencer à se retirer pour laisser les Deux en paix. « Vraiment ? »

Sunilda s'était arrêtée, l'expression de son visage, toujours impassible, trahissait cependant un léger amusement. La belle se retourna vers Silas, s'il s'attendait à ce qu'elle revienne dans la lumière, il se trompait. En cet instant elle avait le sentiment de devoir rester dans l'ombre. Un pressentiment qu'elle ne partagea pas avec le Saint.

« Je ne peux défaire ce que j'ai fait, car en réalité je n'ai rien fait. Les Cancers peuvent décider d'emprisonner un défunt sur son Mur il est vrai mais jamais, moi, je ne ferais cela sciemment. Mes esprits sont libres d'aller et venir comme ils l'entendent. Je ne suis qu'une passerelle entre les Mondes, une mère, un guide. Mais certainement pas une Enchaîneuse. »

Finalement elle alla prendre place devant le Mur, en tailleur, avec une douceur et une lenteur propre à elle. La Gardienne des lieux souriait, semblait converser par le biais de la pensée, avec ce frère aimé. Son sourire ne faisait que grandir au fil de leur discussion muette. Son regard améthyste se détourna pour se poser sur le Second.

« Silas, tu es sa partie manquante. Vous faites partie d'un tout, d'un ensemble brisé. Toi seul à le pouvoir de vous réunir. De le faire partir si cela te chantes. Lui désire te parler. Dans l'absolu tu n'as pas besoin de moi, comme je te le disais il y a un instant... »

Il devait faire renaître leurs étoiles jumelles seul. Ou s'il avait besoin d'assistance, la Sainte du Cancer était évidemment prête à l'y aider. C'était là aussi son rôle et son devoir. Mener les Vivants comme les Morts sur le chemin de la Porte des Esprits.

« Allez… il est venu le temps de l'Unification... »


L'encouragea t-elle, un air bienveillant flottant autour d'elle, dans cette aura apaisante qu'on lui connaissait très bien, à cette Louve Immaculée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-canc
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)   Mar 7 Fév - 16:51


Sunilda était une jeune femme douce, auréolé d'un mystère, celui de la mort et du passage entre le cycle de la vie et celui de la mort. Son ton savait apaiser l'esprit du Gold Saint quand il était question de cela, surtout par rapport à son frère. Il la regarda un moment, il répondit à sa douceur par un sourire, franc rempli de gentillesse et de reconnaissance.

_ Je te remercie pour tout Sunilda. J'aurais une requête par contre. J'aimerais que tout cela reste entre nous. Methos est un peu mon petit jardin secret, une chose que je n'aime guère parler ou partager avec du monde. Les personnes en dehors de ma famille qui connaisse l'existence de mon frère se comptent sur les doigts d'une main. Promets-moi de garder le secret des mots que tu entendras aujourd'hui.

Il savait qu'il pouvait lui faire confiance, il la respectait et il espérait que c'était de même pour elle à son égard. Mais il n'avait pas menti, seulement une poignée de personne connaissait l'existence de son jumeau et la souffrance que sa perte dès sa naissance lui causait. Ainia, Childéric bien-sur était dans la confidence, son maître l'avait été lui aussi. Maintenant Sunilda le savait depuis quelque mois. Akritès devait bien se douter du fait que Silas possédait un jumeau mais ils n'en avait jamais parlé ensemble. Connaissait-il le destin funèbre de l'ainé?

Silas se plaça face à son miroir de pierre, ce visage identique si troublant pour ceux ne connaissant pas la vérité. Il s'approcha lentement de ce dernier. Le chevalier d'or plaça ses deux mains de chaque côté du visage, ses pouces venant caresser les joues froides. Il s'avança encore et plaqua son front sur son similaire de marbre. Il se concentra, appelant intérieurement l'âme de son frère. On pouvait sentir légèrement son cosmos, comme si on venait de le saupoudrer avec. Il attendit quelques instants faisant le vide autour de lui mais aussi en lui. Quelques secondes, minutes passèrent. Peut-être même plus, il ne saurait le dire, il s'était coupé du monde pour un court laps de temps, mais qui dans certains cas pouvait représentait des heures. Puis il fut là, pas besoin de le sentir vraiment, il le savait c'est tout.

_ Toi que je n'ai jamais connu. Toi que je ne connais pas. Toi que je ne connaitrai jamais... Et pourtant tu as beau n'avoir jamais vécu à part ses quelques instants, tu es là. Nous avons un lien, un lien si puissant, un lien que la voie du cosmos a rendu encore plus fort. Tu es celui qui était destiné à faire partie du cercle d'or, tu aurais dû être dans la lumière d'Athéna et moi dans ton ombre. Mais la vie a fait que tu n'en as pas eu. Le destin a fait que je suis dans la lumière et toi dans l'obscurité, celle de la mort. Tu es mon frère, tu es mon jumeau, tu es moi. Je suis toi, nous sommes un... Créé par le même acte, nous nous sommes séparés après la genèse de notre création pour devenir deux êtres semblables, deux copies, dignes héritiers de Castor et Pollux. Nés sous la protection des gémeaux, nous en sommes les porteurs de l'armure, bénis sous l'une de ses étoiles, celle portant le nom d'Almeïsan. Je n'en suis qu'un éclat, moi Silas... Tu en es un autre, toi Methos... Revenons à cette étoile ensemble, que notre éclat stellaire ne devienne qu'un... Ne formons plus qu'un...

Darius avait appris à Silas qu'en plus d'être placé sous la protection de leur constellation, les chevaliers dépendaient plus ou moi de l'une des étoiles la constituant. Comme si l'étoile en question influençait le caractère du futur porteur, son destin. Pour le Maître de Silas, le fait de savoir sous quelle étoile était lié le destin d'un chevalier était une chose importante. Lui-même se disait être protégé par celle que les Perses nommaient Zuben Eschamali, la pince du nord, le plateau nordique... Silas ne savait pas quelle était son étoile, du moins il le sut grâce à Childéric lorsqu'il l'aida avec son double, sa part de regret. Cette dernière avait pris le nom d'Almeïsan, celle qui brille. C'était l'astre protecteur de Silas et Methos. En l'acceptant et en demandant à sa moitié d'y revenir, ils ne formaient maintenant plus qu'un tout....





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
Contenu sponsorisé
Message Re: [Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin Septembre 550] Libération (Sunilda)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libération donne des leçons de déontologie
» Rouillan en libération conditionnelle
» La libération de Gnomeregan
» libération et joueur autonome..
» Libération de l'âme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: