Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)   Jeu 26 Jan - 18:48
Les temps étaient particulièrement durs depuis le retour des Saints de Jamir. La Louve n'avait nullement pris part au combat, et était demeurée ici, avec d'autres. Oh bien sûr, elle en avait été quelque peu frustrée. Nul doute que ses talents auraient été particulièrement utiles là bas. Mais elle n'était qu'une Bronze, et n'avait pas voix au chapitre. Alors elle avait obéi, tout simplement. Que pouvait-elle faire de plus?

Oh bien sûr, elle avait écouté et entendu ce qui s'était passé là-bas. L'inquiétude avait été bien présente pour ses frères d'armes, et elle avait espéré que chacun d'eux s'en sorte. Mais avec un combat de cette amplitude, il était utopique de penser que personne ne serait blessé. Bien sûr, elle avait également pensé à son "ami" qui œuvrait pour le camp des Oracles. Le Dieu Médecin avait-il prit part aux combats? Elle savait que son camp avait été présent. Mais lui? Allait-il bien? Elle l'espérait. Vraiment.

Mais être confinée aux abords du Sanctuaire ne plaisait pas à la jeune femme, qui se sentait étouffer. Tout comme son animal totem, elle éprouvait le besoin de grands espaces. Aussi, maintenant que l'on retrouvait un calme tout relatif, la Chasseresse se mit au devoir de découvrir davantage de ce territoire, en apprendre plus sur lui. Sa faune et sa flore. Peut-être que parmi cette dernière, elle aurait le plaisir d'apercevoir de nouvelles plantes qui lui étaient inconnues? Peut-être en découvrirait-elle les propriétés? Voilà une idée qui lui plaisait grandement.

Accompagnée de Shadow, elle avait quitté les sentiers battus, s’enfonçant au cœur des bois. Elle retira le masque qui recouvrait son faciès, fermant les yeux pour apprécier la caresse de l'air, laissant la brise jouer dans sa chevelure d'ébène pour en soulever quelques mèches, alors qu'un doux sourire étirait ses lèvres. Voilà un plaisir simple, mais agréable. Replaçant une mèche derrière son oreille, elle se remit donc en route, quand elle ressentit quelque chose. Une présence familière. Rêvait-elle? Non bien sûr que non. Ses sens ne lui jouaient pas de mauvais tour. Un instant son cœur manqua un battement, avant de se mettre à battre plus fort. Portant son regard émeraude partout autour d'elle, la jeune femme se décida alors à prendre la parole:

"- Je sais que tu es là. Montre toi. Tu sais très bien que tu n'as rien à craindre de moi pourtant."

L'attente lui semblait insoutenable, elle voulait le voir, là maintenant.



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)   Jeu 26 Jan - 19:25
La nouvelle l'avait sonné. La bataille aussi. Et lui qui représentait la Lumière dans toute sa splendeur ne pouvait pas ignorer la part d'ombre qu'il percevait dans son sillage. Il avait vu la folie des Hommes de par le monde. Mais il avait aussi et surtout vu celle des Dieux. Leur égoïsme n'avait nulle frontière, nulle limite. Mais cette bataille avait forcé l'homme de Foi qu'il était, l'homme de Bien, à tuer. Tuer pour le plus grand bien. Tuer parce qu'il n'avait pas eu le choix. Mais était-ce une bonne justification pour celui qui était le Père de la Médecine ? Lui, fils d'Apollon, avait été contraint d'user de ses talents pour apporter non pas la vie mais bien la mort parmi les armées qui s'étaient dressées entre son Protecteur et leurs desseins.

Ils avaient vaincus. Mais à quel prix. Il avait laissé Célestia partir devant. Il avait rencontré la troublante Nimuë. Leur discussion avait ravivé la flamme qui se mourrait en lui. Mais pas pour le meilleur, à son plus grand désarroi. C'était sa part d'ombre qui avait été nourri. Sa consternation qui avait grandi. Rentrer était exclu, pour le moment. Car comment se présenter dans la cité de la Lumière si l'on portait en son cœur la marque de ses propres ténèbres. Il ne s'agissait là que du plus terrible dilemme qu'il n'ait jamais rencontré. Il était la Vie. Mais avait dispensé la Mort. Il n'avait pas été un simple pion sur cet immense échiquier. Il avait été pire. Il avait été la Tour. Celui sur lequel on se reposait. Celui qui protégeait. Il avait rempli sa fonction. Et s'était ainsi emparé des âmes de ses adversaires.

Sa maison était pour l'heure hors de sa portée. Mais sa conscience semblait vouloir le préserver encore un peu de la folie qui avait gagné son cœur. Il était devenue dangereux, en un sens. Cette province ne lui était évidemment pas inconnue. Etait-ce son cœur qui le poussait à approcher de la frontière des Saints ? Cela était dangereux, il le savait. Mais la Médecine ne connaissait pas de frontière, elle non plus. Il était logique qu'il soit le bienvenu où que ses pieds le portent. Esculape, toujours à ses côtés d'ordinaire, s'était mit en quête d'une personne très particulière. Il percevait les auras. Les présences. Et son lien avec Asclépios lui permettait de le guider. Le Médecin comprit qu'il agissait sous l'impulsion d'Esculape. Ce dernier préservait ses forces, ses dernières brides de contrôle. Et enfin il comprit.

Aisleen.

Il percevait sa présence. Et sentir cette aura chassa quelques-unes des ténèbres qui obscurcissaient ses pensées. Il resta là un moment. Puis sa voix s'éleva. Esculape fut le premier à sortir des ombres. C'est lui qui avait permit cette rencontre. Asclépios le savait. Il avait suivi aussi sûrement que l'insecte suivait la lumière. Pour se brûler les ailes ? Il en doutait. Mais n'en était pas sûr. Alors il suivit la voix et rejoignit le reptile. La jeune aveugle était un phare dans cette nuit qui envahissait son être. Une beauté sauvage, terriblement attrayante. Il sourit. Tristement. Shadow était aussi présent. Fidèle protecteur.
    - C'est pour toi que j'ai peur, non pour moi.

Sentirait-elle la noirceur qui habitait son cœur ? Il envoya une onde mentale à Esculape, comme pour le remettre à sa place. Mais le reptile l'ignorait superbement. Il avait par le passé montré sa désapprobation au sujet du rapprochement de ces deux êtres. Mais aujourd'hui, il sentait qu'il serait bénéfique pour son maître de se trouver proche de la Louve.
    - Je crains de ne pas savoir exactement ce qui m'a poussé à venir jusqu'ici. Je...

Sa voix mourut. Des images s'imposèrent à lui. Ces mêmes images qu'il cherchait à chasser mais qui revenaient quoi qu'il fasse. Il était blessé. Pas physiquement. C'était plus insidieux. Plus dangereux pour lui. Ses dons et son pouvoir, il les tirait de l'Amour qu'il portait aux Hommes. Mais si sa foi vacillait, alors perdrait-il ses dons ? Pour la première fois depuis qu'il était revenu à la vie, il avait besoin des autres. Vraiment besoin. Pour ne pas sombrer. Son aura déclinait.
    - J'ai besoin de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)   Jeu 26 Jan - 21:05
Elle n'avait pas rêvé, il était bel et bien là. Elle était certaine que son imagination ne lui jouait pas de tour. C'était là quelque chose qu'elle ressentait au plus profond de son être. Elle qui se trouvait si proche de la Nature était capable de sentir la moindre chose, la moindre présence. Et puis, il y eut ce bruissement dans l'herbe. Elle reconnaissait cela. Un serpent. Si elle pouvait voir en cet instant, aurait-elle aperçu cette couleuvre blanche, au regard serti de deux rubis? Elle n'en doutait pas un instant. Le regard que porta le loup sur les deux arrivants semblait quelque peu amusé. Qu'il était étrange de les retrouver là tous les deux. Encore plus étrange que cette rencontre se fasse grâce à Esculape. Et visiblement c'était là ce que pensait également Aisleen. Pourtant, elle fut toucher par la prévenance du Dieu Médecin, et un doux sourire vint parer ses lèvres alors qu'elle tournait la tête vers lui:

"- J'ai toujours été la plus téméraire de nous deux, tu le sais bien, mais ne t'inquiètes pas pour moi. Et pour ne rien te cacher, c'est plutôt moi qui m'inquiète pour toi à cet instant."

En effet, il y avait quelque chose de différent cher le Dieu Médecin. Et la Belle cherchait à mettre le doigt dessus. Elle fut toutefois touchée par les mots qui suivirent, même si elle ne s'était absolument pas attendue à entendre cela. D'ailleurs, cela dû se voir sur son visage. Une surprise non feinte. Elle n'eut guère besoin de parler à Shadow pour qu'il comprenne, et déjà les deux esprits se liaient l'un à l'autre. La seconde suivante, elle battait des cils, baissant la tête le temps de s'accoutumer à la lumière.

"J'ai besoin de toi." Ces mots ne cessaient de se répéter dans son esprit. Ce n'était pas vers son Père, ou encore son frère qu'il s'était tourné, mais vers elle. Et rien que cela signifiait beaucoup à ses yeux. Comment faire pour l'aider, pour éviter que ses pensées ne s'assombrissent encore plus? Lui poser des questions? Non, elle préférait le laisser parler de lui-même, s'ouvrir à elle, sans qu'il ne se sente obligé et forcé. Alors, elle agirait comme elle avait toujours agi, en restant tout simplement elle-même.

Lentement, voilà la Belle qui se rapproche de lui, lui qui demeurait en retrait, comme s'il voulait rester caché. Un sourire rassurant, vint étirer ses lèvres, alors qu'une main venait se poser sur la joue du Dieu Médecin, caressant tendrement celle-ci. La seconde suivante, elle l'enveloppait de ses bras, de sa douceur, venant poser son front contre son épaule, fermant les yeux pour savourer l'instant. Par ce geste, elle cherchait simplement à chasser les Ténèbres qu'elle pouvait sentir rôder non loin de lui.

"- Je suis vraiment heureuse de te voir tu sais."

Elle finit par se reculer, sans se défaire de son sourire tendre, avant de désigner les bois d'un signe de la tête:

"- On peut aller faire quelques pas si tu veux, je voulais découvrir un peu le coin."

Déjà, elle virevoltait sur elle-même pour avancer de quelques pas, guettant le son de ceux de son compagnon, certaine qu'elle ne tarderait guère à les entendre, alors que Shadow lui, venait prendre place à ses côtés.



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)   Sam 28 Jan - 16:48
Il se laissa envahir par ce sentiment de bien-être au contact de la douce Druidesse. Alors qu'elle se serrait contre lui, il fermait les yeux, laissant le parfum naturel de la jeune femme pénétrer en lui, prendre corps dans son esprit. Cela ne dura qu'un bref instant mais eut le mérite de chasser ses pensées les plus troubles. Alors qu'elle se reculait, il rouvrit les yeux. Sa main effleura sa propre joue, là où quelques secondes avant, Aisleen y avait posé la main. Il sentait encore la chaleur de cet être pur. Il poussa un profond soupir, chassant par ce simple souffle la terreur qui l'avait envahie précédemment.

Esculape suivait déjà cette étrange troupe. Les bois. Il s'agissait là du refuge naturel de la belle. Lui était un habitué des plus grands espaces. Des villes. Il n'hésita pourtant pas un seul instant à les rejoindre. Esculape avait fait en sorte que ces quatre âmes se revoient après un moment sans nouvelle. L'esprit du reptile ne pouvait lui cacher le moindre secret. D'ailleurs, Esculape ne trouvait aucune raison valable de masquer son sentiment premier. Il avait perçu l'agitation de son maître. Y avait vu un risque réel pour l'avenir. Et plutôt que de se tourner vers la Lumière purificatrice du Seigneur Apollon, il avait préféré le conduire auprès de la Nature elle-même.

Car s'il y a bien une chose que représentait Aisleen, c'était bien cette Nature. Douce, sauvage, intuitive. La Druidesse n'était pas une simple Saint aux yeux du Médecin et de son allié, elle était bien plus. Esculape avait estimé qu'elle serait d'une plus grande aide que les Oracles. Peut-être avait-il raison. Alors qu'il arrivait à leur hauteur, il reprit doucement la parole.
    - Ces lieux te seraient donc inconnus alors que nous sommes sur ton territoire ? Qu'as-tu donc fait ces derniers temps ?

Une pointe de sarcasme. Il ne boudait pas son plaisir d'être à ses côtés, et s'amusait donc à la taquiner légèrement. Il se doutait que sous les ordres du Grand Pope, on ne pouvait se permettre de flâner. Moins encore lorsque les conflits éclataient un peu partout. Aujourd'hui, il était difficile de savoir qui était allié à qui. Surtout pour lui qui considérait la terre dans son ensemble comme son territoire. Il n'était pourtant pas là pour simplement profiter du moment avec elle. La terreur qui l'habitait, le doute qui envahissait son esprit, voilà les raisons qui le poussaient à venir à elle. La Druidesse saurait trouver les mots. Saurait l'écouter. Il le savait. Il l'avait toujours su d'instinct. S'arrêtant à proximité d'un gigantesque arbre, magnifique, majestueux, il en frôla le tronc et laissa son esprit envahir l'être centenaire, témoin de bien des changements. Ce contact l'apaisait. Une légère lueur l'enveloppait alors qu'il communiait ainsi avec cette nature encore libre, encore sauvage. Le bois sous ses doigts lui contait son histoire. Son passé.
    - As-tu idée de ce que peut craindre un médecin ?

Il se sortit de sa contemplation et adressa un sourire franc à la jeune femme. Aveugle, elle se servait pourtant de son lien avec son loup pour voir le monde au travers de lui. Un esprit. Elle avait de magnifiques traits. La dureté de ce monde ne semblait avoir aucune prise sur elle. Alors que lui, il n'était finalement qu'une éponge. Et ce qu'il avait absorbé ces derniers temps avait en quelque sorte restreint son potentiel, reléguant sa joie et sa bonté au second plan.
    - Cela fait beaucoup de question, je le sais et m'en excuse. Je ne suis plus tout à fait moi-même depuis Jamir. Les Ombres étaient plus nombreuses que je ne l'aurai cru. Ca a été... Difficile.

Les pupilles d'Esculape luirent étrangement. D'ordinaire, il aurait simplement imposé sa conscience à la jeune femme pour lui dévoiler les événements qui s'étaient déroulés à Jamir, ceux dont ils avaient été les témoins. Mais cette fois, il projeta d'abord sa demande vers le Loup. Alors s'ils acceptaient, il leur dévoilerait les scènes en question. La rencontre avec cet être de chair désincarné, les Muiens qu'ils avaient tués. Les morts par poignée. L'accomplissement de la volonté de son Père qui était parvenu à ses fins, en quelque sorte. Et surtout, les doutes qui avaient pris possession du cœur du Père de la Médecine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)   Lun 30 Jan - 20:27
Et tandis qu'elle avait, la Sainte eut la confirmation de ce qu'elle pensait. Il la suivait. Se retourner eut été mal venu, surtout quand on voyait le sourire bien heureux qui était le sien. Elle avait encore du mal à croire, que lui, le Dieu, était venu chercher conseil et réconfort auprès d'elle, une simple humaine. Peut-être y avait-il plus entre eux que ce qu'il voulait bien admettre. Pour sa part, elle en avait bien conscience. Mais ce n'était pas un simple humain qui se trouvait derrière elle, et pour sa part, Aisleen ne se risquerait pas à poser de question.

La Chasseresse s'arrêta à la petite pique pleine d'ironie qui lui était adressée. Oh, elle ne le prenait pas mal, elle savait cela gentillet. Alors lentement, elle se retourna vers lui, partant dans un petit éclat de rire, avant de répondre sur le même ton, en croisant les bras sous sa poitrine.

"- Tu veux qu'on parle de ton cas? Quand j'ai fais la connaissance d'Esculape, il ne connaissait rien d'autre que les bibliothèques de Rome. Alors niveau connaissance du territoire, je pense qu'il était à des lieues de moi."


Un petit instant de silence avant qu'elle ne poursuive:

"- J'ai veillée à la protection du Sanctuaire en l'absence de ceux qui étaient partis pour Jamir. J'ai aussi cherché à faire connaissance avec mes frères d'armes. Et puis, maintenant que c'est un peu plus calme, je me suis décidée à pousser ma découverte de ces terres."

Elle reprit sa marche, guettant ses réactions, et lorsqu'elle n'entendit plus le bruit des pas derrière elle, la Louve s'immobilisa, écoutant la question qui lui était posée, avant de refaire doucement marche arrière, pour revenir prendre aux côtés de l'Oracle. Là, sans un mot, elle laissa sa main recouvrir la sienne. Elle le ressentait, ce flux de vie puissant et magnifique, qui émanait du chêne. Un flux qu'elle maîtrisait à sa guise. Laissant son cosmos l'auréoler, elle intensifia l'interaction du Divin avec l'arbre centenaire, lui faisant ressentir jusqu'à la moindre petite once de vie de cet écosystème. Car oui, en cet instant, ce que la Sainte voulait lui faire ressentir était bel et bien la Vie. Lui faire oublier la Mort qu'il avait bien trop côtoyé au cours des dernières semaines, elle en était certaine.

"- En tant que Guérisseuse, je sais que ma plus grande crainte est d'échouer à soigner. Et je pense qu'en tant que médecin, c'est exactement la même chose."

Lorsque Shadow frôla son esprit, l'informant de la requête d'Esculape, la jeune femme offrit un accord mental au compagnon de toujours d'Asclépios. Lentement, elle s'accroupit, tendant la main vers la couleuvre pour lui permettre de venir s'enrouler autour de son bras. Alors, elle unit son esprit au sien, posant délicatement son front contre la tête d'albâtre, avant de fermer les yeux et de se laisser envahir par les images et les sensations qui avaient été celles du Dieu Médecin, plongeant dans une sorte de transe.

Ce qu'elle avait imaginé de la bataille de Jamir faisait bien pâle figure à côté de la réalité des faits. A travers les yeux d'Asclépios, elle combattait, luttait, et tuait. Encore et encore, alors que tout son corps semblait le refuser, tout son corps semblait crier et lutter contre ce qui était une infamie à ses yeux. Lorsque la vision prit fin, la Sainte se laissa tomber à genoux, le souffle court et haletant. il allait lui falloir quelques instants pour reprendre entièrement pied avec la réalité.



Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)   Mer 1 Fév - 10:09
Esculape. Il savait qu'elle parlait de l'ancien lui, celui qui lui avait donné corps. Le jeune homme avait été un érudit mais avait été couvé par les prêtres en charge de son éducation. Il savait qu'il n'avait guère eu l'occasion de voyager, accaparé par les obligations qui étaient siennes. Il eut un fin sourire alors qu'elle répondait ainsi. Elle ne manquait pas d'humour et il appréciait son grain de folie. Pour autant, cette joie fut de courte durée. Il perçut la demande du reptile. Il savait déjà qu'elle accepterait. Après tout, il s'agissait là du meilleur moyen de faire connaître les événements qui s'étaient déroulés. Les pensées ne sauraient mentir. Là où les mots pouvaient être mal interprétés. Esculape avait toujours été partisan de ce moyen de communication.

Le flux d'images se déversa en elle. Seule la discussion avec Nimuë lui serait cachée, cela ne concernant que lui et la Marina. Revivre ces combats n'avait rien de plaisant. Mais il était nécessaire de lui dévoiler son histoire. Elle tomba finalement sur ses genoux. Le médecin se précipita immédiatement à ses côtés, s'agenouillant lui aussi. De la main, il redressa le menton de la belle. Troublée, elle l'était. Esculape rompit le contact, sa mission achevée.

Asclépios poussa un bref soupir, laissant son Cosmos agir comme un baume apaisant. L'auréolant de sa propre force, il calmait ainsi les palpitations du cœur de la Druidesse, calmant les nerfs à vifs de celle-ci. Une fois encore, les mots étaient superflus. Car comment convaincre une femme que tout irait bien alors qu'il n'y croyait pas lui-même ? Doucement, il se redressa, aidant Aisleen à faire de même. Sortant d'un pan de son manteau une petite fiole, il en retira le bouchon afin d'en libérer les vapeurs. Il plaça ce flacon à proximité du nez de la douce, afin de la revigorer. Lui redonner de la force.
    - Je suis navré de t'avoir imposé cette épreuve. Il était toutefois nécessaire de "voir" plutôt que de seulement entendre. Les émotions que tu as ressentis sont les miennes. Esculape m'a aidé à en supporter le plus gros. Mais tu sais désormais pourquoi je suis là.

La mort. La guerre. Il était revenu à la vie pour prêter main forte à son Père. Mes ses dons avaient été détournés de leur nature réelle. Ses valeurs avaient été bafouées. Le plus grand bien... Réellement ? IL se recula légèrement même si c'était à contre cœur. Il reboucha le flacon et le remit à sa place. Esculape venait de regagner le bâton de marche, observant les protagonistes de cette scène presque surréaliste.
    - Mon esprit est brouillé. Mon cœur saigne. Et je sais que ce n'est qu'un commencement. Jamir a déclenché de terribles cataclysmes de par le monde. Même si certains ne sont pas encore visibles. Mais que faire si la voie qui est la mienne me force à faucher encore des vies ? Je sens un changement en moi. Insidieux. Dangereux.

Quelques rayons de soleil perçaient au travers des feuillages, baignant son visage de lumière. Il était fils du Dieu-Soleil. Maître et père de la Médecine. Mais les ténèbres grandissaient en lui. S'il perdait sa seule raison de vivre, que deviendrait-il ? Pire... Ne serait-il pas un danger pour les autres ? S'il se détournait de la voie de la Vie, la Mort elle-même ne serait que trop heureuse de l'accueillir.
    - Je t'ai demandé si tu savais ce que craignait un médecin et ta réponse est bonne. Mais ma peur propre peur est plus grande que ça. Tel un poison, cette peine contamine mon essence. Je crains qu'elle ne change fondamentalement ce que je suis. Et si cela arrive, n'est-ce pas la Médecine dans son ensemble qui perdrait en efficacité ? Mes dons ne se transformeraient-ils pas en malédiction ?

Et comme en écho à ses sentiments, son aura se teinta d'ombres. L'herbe à ses pieds se vidait de son fluide vital, fanant à vue d'œil et gagnant du terrain autour de lui. Son visage se crispa et il plaqua sa main droite sur sa tempe, clignant des yeux, une douleur vive martelant sa tête. ll reprit finalement contenance. Son aura reprit sa teinte habituelle. Son Cosmos cessa d'assécher son environnement. Il rouvrit les yeux. Sa voix mourut alors qu'il crachait ces dernières paroles.
    - Telle est ma plus grande peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début Octobre 550] Le besoin d'une épaule amie (PV Asclépios)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Provinces byzantines-
Sauter vers: