Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message [Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia   Sam 17 Oct - 15:28
    Il y a maintenant quelques mois que Childéric avait rencontré Ainia du Bélier dans cette taverne en compagnie de Silas. Il ne savait pas trop comment la relation entre les deux chevaliers avait évolué. Il se doutait que le chevalier d’or des Gémeaux entretenait quelque chose de différent de la simple amitié envers sa sœur d’arme. De là à parler d’amour, le lion ne l’aurait pas parié, du moins, pas pour le moment. Mais il sentait que quelque chose aller arriver, comme une sorte de prémonition. Il faut dire aussi, qu’il voyait bien comment son ami se comportait avec la jeune dame.

    Mais lui par contre, il savait parfaitement où se plaçait avec elle. Oui, il avait des sentiments pour elle, mais du genre qu’un homme éprouve envers une femme, plutôt du genre de celui qu’un grand frère a pour sa petite sœur. En peu de temps, elle avait pris la place dans sa vie qu’aurait pu occuper une sœur de sang. Il était content de l’avoir trouvé. Mais plus il se rapprochait d’elle, et de Silas aussi, plus il sentait dans son esprit, arriver cette peur de la perte de ses êtres chers. Il n’avait jamais eu personne d’autre que son maître, dont il avait encore du mal à se remettre de la mort. Et le voilà maintenant avec l’équivalent d’une fratrie, c’était beaucoup en un seul coup.

    Depuis lors, Ainia et moi nous voyons de temps en temps pour discuter, comme pourrait le faire un frère et une sœur. Nous étions donc en plein cœur de l’hiver et nous avions décidé de se retrouver un peu à l’extérieur du sanctuaire, à l’endroit où nous nous sommes rencontrés. Rodorio, ce petit village situé près du sanctuaire. C’est couvert d’une large couche de fourrure que je me suis rendu sur place, la saison obligeant à se couvrir un peu plus. Pas d’armure, pas besoin de dire à tout le monde que deux chevaliers d’or sont sur place, surtout pour venir se retrouver tranquillement loin du sanctuaire pour ne pas être dérangé.

    Le lion d’or est arrivé assez tôt au final, par rapport à l’heure à laquelle il avait donné rendez-vous à Ainia. Il voulait profiter de la tranquillité loin du sanctuaire pour se balader un peu et profiter des produits venant des quatre coins de l’empire. Il était content, malgré le froid de s’être changé les idées de la sorte. Même si les précédentes guerres ont écrasé les ennemis de la déesse, les chevaliers n’en restent pas moins des soldats, qui doivent se battre le moment venue et vivent avec la mort comme leur plus fidèle compagne. Il était bon de se changer la tête de temps en temps.

    Il arriva donc finalement dans l’établissement où il devait retrouver la gardienne de la première maison. C’était une auberge de riche marchand, un peu plus cossu que l’établissement où il s’était croisé pour la première fois, mais l’idée de revoir le petit mouton dans cette auberge, toute discrète et presque effacé, amusant le chevalier. Elle avait bien changé depuis lors et une forte relation de confiance c’était installé entre eux. Il s’installa alors près de l’âtre, pour profiter du feu, et commanda deux vins chauds, un pour lui et un pour son ami. Il n’avait plus qu’à attendre son arrivé. Il espérait qu’elle serait à l’heure, même bien installé le chevalier du lion n’aimait pas vraiment le temps glacial de l’hiver.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia   Lun 19 Oct - 22:48


Le froid commençait doucement à s'abattre sur les terres du Sanctuaire. Je resserrai autour de moi les pans de ma cape que je trouvais bien fine, et frémissais sous l'air frais qui soulevait celle-ci. Même si nous n'avions pas l'hiver éternel des terres du Nord, je trouvais déjà le temps nettement moins clément, d'autant que le ciel commençait à se teinter de nuages gris. Je fis une petite moue derrière mon masque. J'aurais préféré une journée ensoleillée pour aller tenir compagnie au Lion d'or.

Je rabattais sur ma chevelure écarlate ma capuche bordée de peau d'hermine afin de me protéger du froid. Le simple fait de passer la journée en compagnie de mon ami me mettait du baume au cœur. Depuis mon arrivée, on me voyait souvent en compagnie de ce dernier ainsi que de Silas. Si le ténébreux Gémeaux m'intriguait, le chevalier du Lion, lui, me mettait particulièrement à l'aise. J'aimais sa force tranquille et cette façon protectrice qu'il avait de veiller sur moi.

Pourtant, en connaissant nos histoires respectives, si nous étions chacun restés dans nos mondes, jamais lui et moi n'aurions pu être amis. Tout du moins, lui n'aurait pu faire de moi son amie. Du sang de Roi coulait dans les veines du solaire Childéric, alors que moi, je n'étais qu'une orpheline que la vie n'avait pas épargnée. Et malgré mon passé de guerrière en arène, jamais le cinquième gardien n'avait eu une attitude de dédain à mon encontre. Non jamais. De dix ans mon aîné, j'avais le sentiment d'avoir face à moi un grand frère protecteur, qui n'hésitait pas à rembarrer son meilleur ami, lorsque ce dernier se montrait un peu trop curieux ou entreprenant avec moi, et me mettait mal à l'aise.

Mon seul regret, était de ne pouvoir montrer mon visage à mon précieux ami. Mais les règles de la chevalerie étant ce qu'elles sont, je devais m'y plier. Un soupir s'échappa de mes lèvres mais je le chassais rapidement. Rien ne devait entacher ma journée avec Childéric. D'ailleurs, il faudrait peut-être que je me dépêche si je ne voulais pas arriver en retard à notre lieu de rendez-vous. Je pressais le pas pour rejoindre Rodorio et la taverne qui avait vu naître notre amitié.

Je poussais la porte de celle-ci et eu la surprise de constater la présence de mon ami. Mince j'étais vraiment en retard. D'autant qu'il était déjà installé et entrain de siroter un verre. Un petit geste de la main et je m'approchais doucement de la table où il était installé, venant déposer un baiser sur sa joue et ce malgré mon faciès de porcelaine.

"- Excuses moi pour le retard Childéric. Mais bon je reste une fille après tout."

Lui lançais-je sur le ton de la plaisanterie tout en prenant place face à lui après avoir rabaissé ma capuche sur mes épaules, avant de prendre le verre entre mes mains pour les réchauffer.

"- L'hiver arrive. Il fait particulièrement froid je trouve Merci d'avoir prit les devants pour la commande. Tu vas bien? Tu avais l'air perdu dans tes pensées à mon arrivée. "





Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia   Ven 23 Oct - 10:15
    Le froid et le verre de Childéric lui ont légèrement fait perdre la notion du temps, ainsi, il fut légèrement surpris quand il vit le petit mouton faire son entrée dans la taverne. Il rit alors simplement et fort, comme il savait le faire quand elle fit son entrée. S’excusant de son retard et mettant ça en cause sur son sexe, il n’en fallait pas plus pour arracher un de ses rires signatures donc au chevalier d’or du lion. Mais, la réplique suivante du chevalier du bélier était on ne peut plus vraie. Oui, il était perdu dans ses pensées et elle l’y avait arraché.

    Non, rien d’exceptionnel, juste ses propres tourments qui remontaient de temps en temps. Souvent quand il était seul dans le froid, comme maintenant. Par la déesse, il n’aimait vraiment, vraiment pas le froid. Enfin, il chassa rapidement tout ça de son esprit. Il était là pour passer un bon moment en compagnie de son petit mouton. Après tout, il aurait dû être heureux, et d’une certaine mesure, il l’était, pour la première fois de sa vie, il se sentait presque à sa place quelque part. Entouré, avec une famille presque.

    Il chassa bien vite ses sombres brumes dans un recoin de son cœur et adressa donc à sa petite sœur de cœur un immense sourire. Il était vraiment content de la voir. Il l’invita donc à s’installer en face de lui, lui expliquant qu’il n’avait pas attendu depuis longtemps. Qu’il était là en avance et tout un tas de banalité dans le même genre. Il était content d’être avec la jeune fille et il savait qu’entre eux, il ni avait aucune ambiguïté, pas comme ce qui se tramait entre elle et son ami. Il trouvait sa relation avec la dame beaucoup plus saine de facto.

    Après donc ces échanges d’amabilités, l’avoir salué et lui avoir demandé comment elle allait. Le chevalier d’or du lion éclata de rire en imaginant la mine de son amie sous son masque. Il l’avait fait plusieurs fois, imaginé son visage. Et ce n’était jamais tout à fait la même chose, surtout en fonction de l’humeur et du ton de la jeune fille. Tantôt les yeux d’une couleur, tantôt d’une autre. Ça l’amusait souvent de lui rajouter, quand il se taquinait un peu, un énorme nez ou un gros bouton de sorcière. Mais ce n’est que le genre de petite mesquinerie d’un frère peut faire à sa sœur après tout.

    Mais bon, il lui devait après tous une réponse. Elle avait parfaitement lu en lui et vue qu’il n’était pas au mieux de sa forme au moment de son arrivée. Le fantôme de son maître le hanté toujours, les regrets aussi. Il le suivrait toute sa vie, il le savait. Mais un lion ne peut avoir de regret, il devait réussir à passer outre, à vivre avec. Mais, c’était comme la petite plaie sur le palet que l’on n’arrête pas de lécher, cette plaie-là, elle ne peut pas cicatriser. Il en allait de même pour le cœur du lion d’or.

    « - Oh, ce n’est rien petit mouton. Le passé est le passé et on ne peut pas le changer… »

    Sur ce, le lion attrapa son verre et but alors une longue gorgée, le vidant d’un trait, du moins, ce qui en restait. Il leva alors sa main pour commander un nouveau vin chaud. Un frisson lui parcourut alors l’échine, malgré la présence du foyer. Décidément, il n’aimait vraiment pas le froid.

    « - Et toi alors, tu as trouvé des choses intéressantes sur le marché.»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia   Mar 27 Oct - 17:59


Childéric, comme à son habitude, parti dans un grand éclat de rire. Je l'observais intriguée, me demandant ce que j'avais bien pu faire pour causer son hilarité, arquant un sourcil interrogateur derrière mon masque.

« - Quoi ? J'ai quelque chose sur le visage ? »

Question incongrue j'en conviens, étant donné qu'il ne pouvait le voir. Toujours est-il qu'il m'arrivait parfois de penser que ce rire, était pour lui un moyen de cacher certaines choses. Il riait pour faire croire que tout allait bien, mais que quelque part au fond de lui, les choses n'allaient pas comme il le voulait. Depuis que je le cotoyais, je ne l'avais jamais entendu se plaindre ou quoique se soit d'autre. D'ailleurs, sa réponse me fit penser que j'avais raison.

« - Tu ne devrais pas vivre avec des regrets. Les choses ne peuvent malheureusement changer. Je pense qu'il faut simplement pouvoir les accepter, et apprendre à vivre avec. Crois-moi, je suis bien placée pour le savoir. Des regrets, j'en ai eu mon lot. Mais j'ai appris à aller de l'avant, sinon ils auraient fini par me bouffer et me rendre folle. »

Des regrets j'en avais eu oui. Celui de n'avoir pas pu sauver Aella. Celui de ne pas avoir tué mon maître et tout ceux qui avaient profaner mon corps. Celui d'avoir été obligée de tuer dans l'Arène, quand bien même c'était pour survivre.

« - Tu sais Déric, tu ne devrais pas tout garder pour toi et t'ouvrir aux autres. Je veux dire, sincèrement. Pour ma part, je sais que s'il y avait une personne auprès de qui je voudrais me confier, ce serait toi. Et pourtant, nous sommes issus de deux mondes diamétralement différents, qui voudraient que tout nous oppose. Mais je suis heureuse que l'on s'entende aussi bien toi et moi. Tu es en quelque sorte le grand frère que je n'ai pas eu. »

Je portais mon verre à mes lèvres pour masquer mon trouble. C'était la première fois que je lui avouais la façon dont je le voyais. J'espèrais simplement qu'il ne s'en offusquerait pas. Je me tatais à lui en dire plus sur moi. A tout lui raconter. Sans rien lui cacher. Comment me verrait-il par la suite ? M'aimerait-il moins ? Me renierait-il ? A cette pensée, je me tassais sur moi-même. Mon histoire, ma véritable histoire, seul mon maïtre la connaissait. Je me rappelais la colère et la rage qui avait été sienne lorsque je lui avais tout avoué. Non pas contre moi, non, mais contre la cruauté des Hommes. Et la seconde suivante, je m'étais retrouvée dans ses bras, alors qu'il me promettait de me donner la force et le savoir nécessaire à ce que cela ne se reproduise plus. Je chassais ces souvenirs de mon esprit, et soupirais lorsque je me rendis compte qu'il me parlait.

« - Ah euh...j'y suis pas allée encore, mais on pourrait y faire un saut après ? Enfin si ça te dit. »

Je baissais la tête, regardant mon verre qui me semblait soudainement fort intéressant. On avait prévu de passer la journée tous les deux après tout, mais peut-être que l'idée ne serait pas à son goût.

"- Pour en revenir à ce que je te disais tout à l'heure, si un jour tu te sens le besoin de parler, et de t'ouvrir, n'hésites pas à venir. Tu sais, je pense sincèrement que ce rire cache quelque chose."

Un sourire bienveillant se dessinait derrière le masque. Je me demandais à cet instant si le Franc c'était déjà imaginé ce à quoi je pouvais ressembler. J'étais bien curieuse de le savoir même, alors je ne pus résister à la tentation de lui poser la question:

"- Dis voir. De quelle façon imagines-tu ce qui se cache derrière ce masque?"





Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia   Ven 30 Oct - 19:52
    La question soulevée par le bélier avait arraché un nouvel éclat de rire. Quelque chose sur le visage, ça c'était sûr. Un masque de fer blanc, le genre de détail qu'on n'oublie pas. Une chose bien pénible dont le petit mouton était affiliée. Supporter ce genre de contrainte forcé une certaine forme de respect de la part du Mérovingien. Mais surtout, il ne comprenait pas vraiment le pourquoi du comment de cette tradition. Cacher le visage d'une femme ne cache en rien son identité et son corps juste son visage, peut-être pour la rendre moins désirable . Enfin, ce n'était qu'un détail technique. Et tout le monde devait vivre avec, elle comme lui.

    Mais il fut surpris de voir à quel point elle avait lu en lui. Et surtout à quel point il se sentait bête. Oui, il était passé à côté de sa vie, de long en large. De celle-là et de la précédente. Il n'avait aucune attache, aucun lien, si ce n'est cette amitié avec Silas et maintenant, avec Ainia. Alors que pouvait être cette souffrance et ses regrets par rapport à toute la souffrance que celle qu'il s'était mis à considérer comme sa seule famille avant d'arriver au sanctuaire. Il jugeait chaque mot du petit mouton et chaque mot touchait juste le cœur du chevalier du lion mais....

    Aller de l'avant certes, mais pourquoi ? Au final, la seule chose qu'il avait, c'était son armure et ses poings ! Ses crocs, que son maître a tout donné pour qu'il puisse les forger et les rendre capables de détruire n'importe quoi... Mais serait-il capable de construire avec ses poings. Rien n'était moins sûr et c'est aussi ça, qui le retenait dans le passer. Là au moins, il savait à quoi ça ressemblait et ce qu'il avait perdu. Pas ce qu'il pouvait gagner. Et la chose la plus certaine à gagner pour lui, c'était quelque chose de simple, une mort utile pour ses amis.

    Mais il fut sidéré par les derniers mots d'Ainia, Elle avait mis des mots, et donc du réel sur ce qu'il ressentait pour la jeune fille. Il manqua alors de s'étouffer et tout lui cracher sur le visage, mais il a réussi à se contrôler et garder le contenu de son verre dans sa bouche. Il aurait aimé voir les yeux d'Ainia à ce moment précis, mais il ne pouvait pas, et sûrement, ne le pourrait jamais. Mais ça c'était autre chose, ce n'était pas plus mal au fond, vu les règles strictes qui frappent ce genre d'interdit, la mort ou l'amour, et il ne tenait à aucun des deux personnellement.

    Le reste quant à lui, était beaucoup plus léger et le lion éclata d'un des grands rires dont il a le secret quand elle lui demanda comment il se la représentait sous son masque. Devait-il lui dire les mille et une façons dont il l'a imaginé. Pas tout à fait, il y avait là-dedans de quoi la vexait pendant plusieurs années. Enfin, il trouverait bien quelque chose d'amusant !

    « - Tu sais, petit mouton, je pense la même chose que toi. Je n'ai pas de famille, si ce n'est toi. Ce qui, par rapport à ma situation avant, est plutôt pas mal ! Mais... Vu ce que tu as vécu, que j'imagine être bien pire, je me vois bien mal balancer mais quelques problèmes existentiels qui sont tellement insignifiants par rapport à la vie que tu as menée... »

    Il prit alors une nouvelle gorgée de son verre et laissa le vin chaud coulé le long de sa gorge et diffusait sa chaleur réconfortante dans tout son corps. Puis, répondit aux deux dernières questions que sa compagnie de boisson lui avait posées.

    « - On pourra aller faire un tour oui si tu veux. Mais pour ce qui se cache derrière ton masque je dirais... Un long crochu avec une verrue à côté. Qui ne rivalise qu'avec la taille de ton menton tout aussi pointu ! »

    Et c'était fini, cette fois, il éclata de rire manquant de renverser son verre sur la table, pour être content de sa bêtise, oui, il l'était. Mais c'est surtout imaginé la tête contrariée de son amie qui l'amusait aussi beaucoup.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
Contenu sponsorisé
Message Re: [Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Hiver 549] La Cour du lion : le roi & sa soeur - PV : Ainia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Palais d'hiver
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: