Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message [Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)    Lun 9 Nov - 0:13
Il y a dès fois ou la blonde regrettait de partir en mission pour Poséidon lorsqu'elle n'était pas encore réveiller le matin, et ça, personne ne l'avait encore visiblement comprit. Bon, elle savait que son dieu s'en foutait il donnait les ordres et c'était à respecter et à effectuer, mais tous de même. Bon, elle avait quand même sut trouver ses marques, et elle semblait avoir réussi à se faire respecter en partie.

Là elle était partit en mission pour plusieurs semaines, à cause du temps de voyage, elle partait dans un pays que l'on trouvait à l'Est, sur le territoire des Polanes. Elle n'avait jamais entendu parler de cette tribut, si supposée que s'en était une ou que cela en fut une. Arellys avait entendu de nombreuses choses sur eux, au fur et à mesure que la jeune femme avait avancé vers l'Est. Peuple slave barbares régnant en maître absolu.

Le voyage fut long et délicat, les paysages cependant magnifique, la jeune femme n'avait jamais rien vue de tel, de la verdure partout mélangée à des champs de bataille. Des chaînes de montagnes, des lacs, des forêts, des villages éparpillés. Voilà quels furent les paysages qui l’accompagnèrent durant plusieurs jours jusqu'à son arrivée dans la ville principale du territoire des Polanes.

La jeune femme devait enquêter sur une affaire de vol de marchandises ou ne savait pas trop quoi, elle devait avouer qu'elle n'avait pas bien compris le délire et le pourquoi du comment elle se retrouvait mêler à cette histoire. Toujours était-il que l'endroit où elle venait d’atterrir n'était pas des plus joyeux du monde ni le le plus chaleureux... Apparemment, elle avait atterrit dans une ville qui semblait christianisée depuis pas mal de temps.

« mais ou est-ce que je suis tombé ? … » Murmura la Franco-Espagnole qui se retourna vivement vers l’entrée entourée d’une épaisse couche ressemblant à de la purée.

Sérieusement, elle n’avait vraiment aucun, mais AUCUN sens de l’orientation, à croire qu’elle avait le don de se paumer à l’étranger… vive l’aventure ouai… surtout que ce n’était pas un endroit très coquet ou poussaient fleurs et champs. Non, là c’était plutôt une sorte d’endroit ou la mort régnait. Rien que l’odeur de cadavre pétris et moisi en disait long. Puis la terre du sol sur lequel elle posait les pieds pur marcher était elle aussi trèèès bizarre.

Puis la nuit commençait à tomber sur cet endroit mystérieux, et si étrange. Des sortes de croix étaient positionnés à côté d’amas de terres, et il semblait y avoir des noms écrits dessus, parfois on voyait même de longues pierres surement pour ceux qui étaient plus riches ou qui jouissaient d’un statut particuliers ?

Surement ça oui, en tout cas le lieutenant se sentait de plus en plus perdre son calme et elle ne se sentait pas du tout à l’aise en ce lieu. Elle sentait qu’on l’observait en plus, d’étranges frissons vinrent la faire trembler. Et pour preuve, son visage devenait pâle au fur et à mesure qu’elle se promenait là. Peut-être y’aurait-il une gentille âme pour l’aider ? Ou une autre égarée…

« Y’a quelqu’un ? heu ? s’il vous plait ? » fit-elle, mais une sorte d’echo vu le « jour » en ce beau couché de soleil. Lugubre couché de soleil qui n’annonçait rien de bon… vraiment rien.

En fait, elle n'attendait du coup pas trop de réponses à ses précédentes questions. Bien qu'elle détestait parler dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: [Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)    Lun 30 Nov - 0:25
Il n’était même pas question de mission… c’était les pas de Thivan ainsi que son instinct qui l’avait guidé sur ce territoire qu’il lui semblait avoir déjà vu. Il n’aurait su dire où il se trouvait, ni le nom que pouvait porter cette contrée, mais il savait qu’il était quelque part, entre son point de départ et son point d’arrivé. Ce qui n’avançait pas beaucoup les choses, effectivement, mais c’était tout ce qu’il avait et le jeune Cardinal savait qu’au moins, il n’avançait pas dans la mauvaise direction. Surement faisait-il un petit détour, ce qui n’était pas bien grave. Le temps était sans importance aux yeux du Berserkers et puisqu’il se rendait à la Citadelle, il estimait que rien de pressant ne lui demandait d’augmenter le pas.

Alors que le voyage se faisait long dans les hautes montagnes et les longues forêts de l’Est, il finit par tomber sur une assez grande ville. Le soir n’allait pas tarder à tomber et si Thivan ne craignait absolument pas de passer la nuit à la belle étoile comme il le faisait bien souvent, une vielle pulsion le poussa à descendre des collines et entrer dans les petites rues. Ah, cela rappelait tant de chose, pour la plupart sanglantes et monstrueuses. Ce temps qui ne date pas tant d’ailleurs, quand il parcourait encore les landes et les terres en quête de sang et de massacres… des souvenirs qui ne faisaient ni chaud ni froid au Cardinal. Il se souvenait de ce temps comme il vivait aujourd’hui le moment présent, avec un détachement froid et particulièrement neutre. Sa situation de maintenant n’était pas plus mal que celle d’avant et très franchement, il se fichait de ce que le Destin lui réservait. Il avait toujours avancé sur ce monde sans exprimer la moindre chose, ce n’était pas maintenant que ça allait changer. Une bête, une machine, voilà ce qu’il était. Plus ou moins calme désormais, considérant ce que le passé avait vu de lui, mais toujours cet être froid et animal qui regardait ce qui l’entourait sans aucun réel intérêt.

Il passa l’entrée de la ville accompagné de Roach, sa monture, qui n’était pour l’instant pas vêtue de sa cuirasse, tout comme lui s’en était abstenu. Il portait tout simplement une vieille tunique rapiécée, particulièrement sale et présentant de multiples tâches de sang séché. Le même qui actuellement colorait ses mains, pas lavée depuis un bon moment. Les quelques personnes qu’il croisa dans les rues lui jetèrent un regard entre mépris et peur, mais c’est sans y faire attention que le Cardinal avança dans le Crépuscule tombant. Passant à côté d’un cimetière, il ne songea pas un instant à s’y arrêter jusqu’à ce qu’une voix se face entendre dans cette direction. Ici les bâtiments étaient moins nombreux, plus éparpillé et l’on voyait s’étendre dans toute une partie des tombes et sépulture surmontées de croix en pierre. Ce n’était pas la première fois qu’il voyait ce genre de chose, mais Thivan ne pouvait pas dire en avoir vu beaucoup non plus. Des morts avaient été placé ici dans la terre. Une autre culture, une autre vision sans doute.

A nouveau la voix, comme perdue et un peu lointaine. Pourquoi se dirigea t-il dans cette direction, lui qui se moquait de tout avec une indifférence intolérable ? Ce semblant de curiosité qui tronait quelque part dans son caractère. Intéressé non, curieux des choses oui, car ce qu’il ne pouvait comprendre, il avait à désir de les saisir, sans le pouvoir complètement. Ses yeux habitués à la pénombre tombante et à la purée de poix qui s’élevait dans l’air après une journée humide, il repéra bien vite la silhouette d’une femme de toute évidence perdue sur ce chemin de Croix. Sans discrétion aucune, il marcha sur une branche qui craqua lourdement dans le silence, que lui ne remarqua absolument pas comme pesant. Pensant peut être bien faire, il posa une main sur l’épaule de la femme une fois arrivé à son niveau, sans se douter que sa propre silhouette pouvait être imposante et effrayante avec ses deux yeux d’azur qui brillaient presque dans le crépuscule. Mais vraiment à ses yeux, pas de quoi avoir peur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)    Mer 23 Déc - 1:57
Personne ne lui avait répondu, comme s’y était attendu et cet endroit lui donnait la chère de poule. Vraiment la Marina ne se sentait pas du tout à l'aise, en plus la brume qui se levait n'arrangeait rien en plus de cela. Comment avait-elle fait pour réussir à se perdre dans un endroit aussi paumé ? Quel sens de l'orientation... Eh bah bravo. C'est ce qu'elle se répétait en préférant continuer à avancer un peu près des tombes. Arellys obtint quelques frissons sur ses poils lorsque notre blonde entendit une branche craqué et qu'elle senti une forme de silhouette se rapprocher d'elle.

Se braquant suite à l'entente de ce qui semblait une branche brisé, elle se retourna vivement sur le côté, elle aperçut de magnifique yeux azur briller sous le crépuscule. Ses propres yeux bleus océans se plongèrent un instant dans ceux de cette ombre. Elle fut soulagée lorsqu'elle s'aperçut que ce n'était qu'un homme, comme elle surement perdu ? en tout cas ses yeux étaient si brillants, si magnifique, on pourrait… se perdre dedans. Elle ne savait pas ce qu’il lui voulait, car après-tout il n’avait pas prononcé un mot depuis qu’il l’avait rejointe. Elle ne le vit pas venir tout de suite se mettre à sa hauteur. Non elle ne le vit qu'au dernier moment poser une main sur ses épaules.

Elle ne savait pas qu’elles étaient ses intentions, puis que pouvait-il faire sur un chemin de croix ou reposaient des morts ? Aucune idées ne lui venaient elle était trop concentrée à fuir ce regard scintillant. Derrière eux on pouvait voir le petit village cache par la brume du couché de soleil. L’ambiance du lieu se refroidissait petit à petit et Arellys continuait de fixer l’inconnu sans rien dire. Enfin, jusqu’à ce qu’un élément perturbateur vint s’incruster dans ce profond silence.

En effet, comme pour confirmer le danger des cris de corbeaux se firent entendre dans les arbres sans feuilles du chemin de croix. Des battements d’ailes, et des silhouettes arrivèrent droit sur eux. Arelys crus d’abord à des fantômes… elle hurla et se recula vivement effrayée claquant sa propre main dans celle de l'inconnu pour la repousser. Pour une marina ce n’était pas crédible d’agir comme ça mais là, elle n’avait pas pu se retenir, non vraiment pas. Qu’elle crédibilité, avoir peur juste pour des oiseaux…. Jusqu’ou elle s’était reculée ? …. Ah non ! mais non ! c’était pas son jour à elle ! elle se rendit compte trop tard qu’elle allait percuter une croix du chemin.

Elle était désormais dans une position assez délicate… tordue en deux, dos courbé. Les mains au sol de l’autre côté de la croix, sa longue chevelure dans la crasse de la terre. Elle ressemblait plus à un squelette qu’à une humaine. Son long manteaux traînait dans la boue et la poussière.
“ Eh dîtes vous comtez rester planter là longtemps ? Vous pourriez pas venir m’aider ! Please ! Help Me ! ”


Arellys espérait qu’il comprenne au moins ses dernières paroles s’il ne daignait pas de se bouger un petit peu pour sauver une demoiselle en détresse perdu dans la pénombre d’un pays étrangé. Un autre élément perturbateur semblait arriver petit à petit, en effet on pouvait voir au loin des torches qui se dirigeaient par ici. La poise c’était pas son jour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: [Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)    Mar 2 Fév - 16:57
Vrai que dans d’autres circonstances, l’ambiance qui régnait dans ce cimetière en aurait fait fuir plus d’un. Aux yeux de Thivan cependant, ce n’était qu’un lieu comme un autre, qui ne lui faisait ni chaud ni froid et qui n’évoquait à son esprit aucune référence à des légendes effrayantes ou ce genre de chose. Quoiqu’en fait, même si ça avait été le cas, le Berserker n’était pas de ceux qui ressentaient la peur. Tant que son instinct ne s’agitait pas d’une manière vive ou inquiétante, il gardait cet air particulièrement vide et mort en toute circonstance. Peut-être était-ce le cas au fond… Aussi, malgré les pupilles qui fixaient videment la jeune femme devant lui, il ne pensa à rien de particulier, sinon qu’elle avait appelé à l’aide et qu’il était arrivé. En quoi pouvait-il l’aider, il ne saurait le dire, puisqu’il n’y avait rien de dangereux dans les environs, et que l’altruisme n’était pas vraiment dans ses attributs. Non qu’il n’ait pas envie de l’aider, il n’avait juste pas réellement le sentiment qui s’apprêtait avec, et sa compréhension de la notion d’aide s’en voyait troubler. Puisque lui ne voyait pas le danger, aider lui était donc, en ce sens, légèrement impossible.

Le silence perdura plusieurs secondes, durant lesquelles les deux personnes se fixèrent dans le blanc des yeux. Et si de l’extérieur la situation avait l’air plus que risible, pour Thivan, ce n’était pas particulièrement dérangeant. Le silence était le plus souvent son meilleur ami, et il estimait – sans raisons particulièrement valables – que ce n’était pas à lui de prendre la parole. Il attendit donc calmement, laissant son bras retomber le long de son corps après avoir posé la main sur l’épaule de cette femme pour la prévenir de sa présence. Bien vite cependant, le silence fut brisé par un nouveau craquement à proximité. Ne percevant toujours pas le moindre danger, c’est sans bouger que Thivan accueillit le coassement sonore d’un corbeau, très présent naturellement dans la région. Un battement d’aile pour signifier qu’il partait fit, curieusement, sursauter la jeune femme jusqu’à presque la faire fuir de peur. La maladresse de ses mouvements la fit se retrouver dans une situation particulièrement délicate et stupide. L’œil neutre, pas le moindre jugement dans l’azur de son iris, le Cardinal regarda l’étrangère se pencher dangereusement sur une tombe, le dos vouté à l’envers et le rouge de l’effort lui montant aux joues. C’est vrai que cette fois-ci, il ne fallait pas énormément réfléchir pour se rendre compte qu’elle avait besoin d’aide, ce à quoi Thivan réagit enfin quand elle l’interpela légèrement agacée.

« Pas besoin de ce charabia, je vous comprend. »

Une voix assez sombre et dénuée de toute vie sortie de la gorge du Berserker pour lui signifier à la jeune femme que le babillage de ses paroles était inutile, voire même dérangeant s’il avait été a un autre que lui. Sa patience se lassait vite cependant de ce petit jeu qu’il peinait à comprendre. Approchant de la jeune femme, c’est sans réelle douceur – quoiqu’il ne voulu pas paraître agressif – qu’il attrapa son bras pour la tirer dans une bien meilleur position. L’air négligé de sa nouvelle tenue fit presque écho à celle qu’abordait Thivan, et s’il le nota, il s’en moqua éperdument. Sans rajouter un mot de plus, il se détourna de la dame avant de ralentir son mouvement jusqu’à le stopper.

Devant lui, dans le lointain… il pouvait entendre des cris en direction de l’entrée du cimetière. L’œil alerte, le Cardinal tourna le regard vers ces étranges sons, les identifiants finalement comme les voix des villageois qui venaient par ici. La lumière des torches qui perça au travers du brouillard ne fut cependant pas des plus rassurant, et constatant la montée de ton dans les voix qu’il percevait, quelque chose n’était pas normal dans leur attitude. Même si ce fut léger, l’instinct du Berserker s’éveilla pour lui chuchoter de prendre garde. La main sur son épée, il tira celle-ci qui teinta mélodieusement dans le silence macabre dérangé un peu plus à chaque seconde par les sons qui s’approchaient. Oubliant déjà cette femme qui derrière lui n’avait pas encore bougé, il se contentait d’observer les silhouettes approchant, prêt à les trancher sans le moindre discernement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
ArellysavatarArmure :
Aucune pour le moment

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)    Mar 9 Fév - 22:43
Arellys ne supportait pas les gens qui restaient là sans bouger à regarder les autres faire alors qu'ils étaient dans le pétrin. La lieutenant de Poséidon regretterait amèrement cette sortie. Sérieusement, pourquoi la situation tournait-t-elle toujours à son désavantage ? En tout cas, ce brun semblait étrange, comme absent de la réalité. Comme une pierre vide de sens, éphémère. Comme si la réalité le dépassait ou comme s'il ne la comprenait pas ? Il était vraiment étrange, son aura et son cosmos aussi d'ailleurs.

Who ! Un miracle venait de se produire, il se décida enfin à m'aider et à me parler. Bien bien ! Alors comme ça il me comprenait ? Voilà qui allait faciliter notre rencontre un peu étrange et bizarre ! Il l'avait tiré de là pour la remettre dans une position bien plus réaliste et confortable. La blonde en profita pour dépoussiérer un peu ses vêtements après qu'il est retiré son bras de sa petite personne. Elle avait dût paraître très asociale et elle s'en fichait pour l'instant ou tout du moins, elle devait moins l'être que lui quand même. Quel étrange personnage. Alors que la lieutenant de Poséidon allait remercier l'inconnu, elle remarqua son changement de comportement plus prudent et alerte que tout à l'heure.

Elle se demandait ce qu'il pouvait se passer, c'est lorsqu'elle entendit elle-même des bruits de pas, des cris assourdissants qu'elle se rendit compte que la situation allait virer d'un extrême à l'autre. De la tranquillité à l'agitation du lieu. Arellys acquiesça d'un mouvement de la tête et se mise elle-même sur ses gardes en position de défense et de recul. Elle était cependant loin de s'imaginer que les habitants du village voisin étaient là pour enterrer un corps rongé par une épidémie. Mais à cette heure-là quand même, cela était plus qu'étrange ? Non ? Surtout que le soleil allait bientôt s'éclipser comme il était venue. Regardant avec stupéfaction la magnifique arme que sortie l'inconnu, un épéiste il semblerait donc.

Interréssant ! Bon par contre, la scène qui suivit fut assez lugubre à voir. En effet, tandis que le son strident de l'épée résonnait dans le lieu comme de l'écho. On pouvait constater que les torches changèrent de direction, comme après avoir jeter quelque chose dans une rivière. Le regard bleuté de la Marina devint comme effrayé et statique, elle s'avança discrètement et avait peur de ce qu'elle allait découvrir. Lorsque les torches et les bruits de pas filèrent à l'horizon. La curiosité apparut presque aussitôt qu'elle était partie en arrivant dans ce lieu.

Maintenant qu'elle avait reprit ses esprits et son "calme". Une odeur immonde s’abattait progressivement sur les lieux. L'odeur du sang, de la putréfaction, de la mort. Le cri des corbeaux qui s'envolèrent reprirent une fois qu'elle se retourna vivement vers le brun. Arellys, ne savait pas comment réagir. Certains habitants dont l'allure faisaient plutôt penser à des voleurs qui avaient commis un crime odieux prirent la fuite à travers la foret.

Il y eu alors comme un sifflement de corne de chasse parmi la brume tombée du soir. Comme si une chasse venait de se terminer, par un drame donc. Arellys secoua la tête. Elle ne se sentait pas bien, elle engagea alors ses pas vers le chemin en face des deux. Elle sentait aussi quelque autre cosmos-énergie non loin de là, surement dans le village. Elle soupira et fit signe au brun d'approcher. Un soupire de soulagement sortit des lèvres de la jeune Marina.

"Regarde, ce ne sont que des animaux abattus, pourtant on dirait qu'ils n'ont pas étés chassés ici, et je me demande comment cela se fait-il que nous sentions l'odeur du sang ? Je veux dire par-là que voilà un mystère qui nous tombe sur les bras ! Personnellement je trouve cet endroit étrange presque lugubre, et cette scène fait bondir mon instinct de survie, c'est qu'il doit y avoir autre chose ! Que dit-tu de m'accompagner ? on pourra faire plus ample connaissance comme ça ? Au fait, moi c'est Arellys ! et toi ?" Fis-t-elle sur un ton bien plus doux et moins agressifs qu'à leur début, esquissant un sourire inquiet et inquisiteur sur cette découverte d'animaux entrelacés de part et d'autres dans un fossé. Cette odeur de sang et de cadavre malade était simplement insoutenable lui donnant mal au crane. Venant même à lui tendre la main en signe de bienveillance et non d'agressivité. Pour se présenter ne sachant trop comment s'y prendre autrement avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t259-arellys-general-de-la-
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)    
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mars 545] Croyez-vous aux légendes urbaines Messieurs ? (Pv Thivan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lawliet Weather. (vous y croyez vous ? U_U)
» Parmi les records suivants de la LHJMQ, lequel croyez-vous sera le plus difficile à battre de nouveau?
» Croyez vous que le Canadien sera en mesure de battre le record?
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» [Mars] Vous allez être punis, n''est-ce pas ? [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: