Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PsémaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
340/340  (340/340)
CP:
420/420  (420/420)
CC:
488/488  (488/488)
Message [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Lun 9 Nov - 21:22
:: Le temps des troubles arrive...

La haine. Sentiment diffus qui se mélange au mensonge envers soit même, alors que les hommes autour de lui s'écartaient en écarquillant les yeux, il voyait sur ses bras l'ancien Chevalier d'or de la Balance. Comme une morsure vorace, la haine s'emparait d'eux en regardant l'homme devant eux, ce porteur de ténèbres. Lui, il ne voulait pas de pardon, il n'était pas pour cela après tout. Il ramenait le corps duu Chevalier d'or dans le plus grand silence. Une flèche volait dans les airs pour se planter, il s'arrêta la mine blafarde et sans expression, cette réaction était normale après tout, il ne la jugeait pas ! Au contraire, il la comprenait mieux que quiconque....

- Halte !

- Vous êtes un garde du Sanctuaire d'Athéna n'est ce pas ?

- Oui, mais ce chevalier...

- Il est mort de la main d'un des serviteurs de l'ombre, je n'ai rien pu faire de plus que de ramener son cadavre et son armure... Maintenant, allez me chercher les Chevaliers rapidement ! Je m'appelle Scipion, ancien chevalier d'or du Bélier.


Le garde restait pantois devant l'annonce. Un ancien chevalier d'or du Bélier ? Il le fixa un instant et partit immédiatement vers le premier temple. Par Athéna, la mort de l'un de ses Chevaliers d'or n'était pas une chose anodine et le garde ne savait pas comment juger de la situation. Courant comme un fou, les autres gardes prenaient le chevalier d'or entre les mains de Scipion et le posèrent dans la place du Village. Les impressions étaient contradictoires, qui était cet homme ? Personne ne le savait, la rumeur circulait déjà comme un poison lourd dans les travées de Rodorio. Poison que le conspirateur de l'ombre savait manier comme il le fallait, l'ombre reste toujours derrière la lumière pour la rendre plus glorieuse non ? Il espérait juste que le Pope ne lui en voudrait pas de s'être manifester ainsi aux yeux de tous...

MJ a écrit:
Libre à tous, quand vous arriverez dans le village, prenez en compte que les habitants semblent désorientés, comme perdus, comme si l'espoir s'était évanoui ! Merci de votre compréhension !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HaldoravatarArmure :
Godrobe de Zeta

Statistiques
HP:
97/160  (97/160)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Lun 9 Nov - 21:58
La rumeur arriva jusqu'aux oreilles du Tribut des Ases, ne manquant évidemment pas de l'intéresser. Le fait qu'un individu ait ramené la dépouille d'un des douze chevaliers d'Or, ce n'était en rien anecdotique, après tout. Et si un tel événement se déroulait si proche de lui, il était proprement exclu qu'il ne se rende pas sur les lieux. Malheureusement pour lui, étant encore nouveau dans les parages, il y avait assez peu de chance qu'il arrive à place rapidement. Rodorio ne lui était pas familier. Pas encore. Et le sens de l'orientation lui manquait clairement. Fort heureusement pour lui, il possédait un léger avantage : celle d'être suivi en permanence par des gardes. Question de sécurité, lui avait-on dit. Mais sécurité pour qui ? La question se posait. Quoi qu'il en soit, il allait pouvoir se rendre sur place rapidement grâce à leur aide. Se tournant vers eux, il les interpella.
    - Hey, les comiques. Vous avez entendu c'qui s'passe ? J'sais pas vous, mais moi j'veux voir ça. Alors j'vous suis, les mecs.

Il ne respectait pas vraiment les gardes qu'on lui avait imposé et se moquait régulièrement d'eux. De toute évidence, s'il se pliait de mauvaises grâces aux consignes qu'on lui avait donné, il ne faisait pas tant de manière avec ceux qu'il considérait comme de moindre importance. Et ces soldats entraient clairement dans cette catégorie. D'ailleurs, ils ne réagirent pas et le devancèrent pour ouvrir la route. Eux aussi avaient sans doute leurs consignes. Et il y avait fort à parier que quelqu'un les avait briefé sur le caractère emporté du colosse. Ce dernier n'avait rien à y redire, bien sûr, et continuait de s'amuser quotidiennement à les emmerder.

Néanmoins, le colosse s'aperçut rapidement que quelque chose clochait. Les personnes croisées paraissaient perdues, les regards vides de toutes expressions en dehors d'une seule : le désespoir. Un sentiment que le porteur de la Godrobe de Gamma connaissait parfaitement pour le voir dans le regard de ceux qu'il combattait d'ordinaire. Aucun doute possible : les habitants étaient en proie à la peur. Était-ce seulement lié à cette nouvelle ou y avait-il quelque chose derrière tout ça ? Il n'aurait su le dire. Et durant un court instant, il se félicita d'avoir son armure sur le dos. Si d'aventure quelque chose tournait mal, il était déjà paré.

Ce sentiment étrange fut accentué lorsqu’il déboula enfin. Les gardes avaient déposé le corps sans vie du chevalier, apparemment la Balance de ce qui se racontait, et semblait protéger sa dépouille. Haldor ne put s'empêcher de se faire la réflexion qu'il était trop tard désormais pour le protéger. Mais il se garda bien de la formuler à intelligible voix. Après tout, son propre statut n'était pas enviable non plus. Prisonnier politique. Inutile d'attirer plus l'attention que cela. Il se fraya néanmoins un passage en usant de son corps massif et de sa prestance, pour gagner quelques précieux mètres et avoir une vision plus globale de la situation. Voilà un événement qui ne manquerait pas d'attirer les autres ici. Et le colosse était impatient, en quelque sorte, d'en apprendre plus sur la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t274-haldor-guerrier-divin-
ScythèsavatarArmure :
Cancer
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Mar 10 Nov - 13:41
Peu de temps était passé depuis le Crusos, la grande réunion des chevaliers d'or. Presque tous avait répondu présent, et Athéna elle-même s'était manifesté pour présenter leur nouveau frère d'arme, celui dont les étoiles avaient parlé. Les temps sombres revenaient de nouveau, et bien tout était calme dans le temple du Cancer en ce début de journée, son gardien savait que cela ne durerait pas. Le monde était en train de bouger, bien plus vite que d'ordinaire, et il n'avait aucune idée de ce qui se passerait réellement dans les mois à venir. Cela faisait cinq longues années qu'il avait participé à la guerre contre les Bersekers aux côtés de ses anciens frères, tous mort aujourd'hui à l'exception de son ami Shin. Ils étaient à eux seul les vestiges d'une ancienne génération, eux mieux que quiconque savait ce que cela pouvait couter que d'offrir sa vie à Athéna. Les guerres saintes étaient terribles, elles l'avaient toujours été. Et il fallait à tout prix éviter que les ennemis du Sanctuaire ne se reforment et ne viennent menacer la paix qu'ils avaient eu tant de mal à construire.

C'est dans cette optique que Bélisaire avait pris ses dispositions, envoyant sur les terres de chaque camp un émissaire à l'armure d'or. Outre ses missions non négligeables pour la suite, une autre mission avait été donné à son vieux camarade, capitale selon les dires du Grand-Pope. Le fait de la donner au plus ancien des chevaliers était un signe de son importance, et de la nécessité de réussir. Scythès n'avait d'ailleurs pas le moindre doute sur le succès futur de la Balance. Il le connaissait mieux que personne, parmi les douze, et si l'un d'eux connaissait la puissance véritable de Shin, c'était bien lui. Le Cancer avait donc repris sa garde, attendant patiemment que le Ciel lui envoie de nouveau un signe, ou qu'un évènement vienne bouleverser l'équilibre des choses.

Un évènement qui ne tarda pas, à son grand étonnement. C'est un cosmos inconnu qui fit son apparition aux alentours du Sanctuaire, dans le village de Rodorio. Il n'avait aucun moyen de dire s'il s'agissait d'un ami ou d'un ennemi, mais il était puissant, assez pour qu'il parvienne à le remarquer depuis son temple. Il n'eut guère le temps de se poser des questions plus longuement, voyant des soldats servant leur cause se précipiter vers les douze maisons. C'était suffisant pour intriguer le Cancer, même pour l'inquiéter. Des réponses qu'il attendait du Ciel, celle-ci n'était pas prévue, et le mystère restait trop grand pour savoir si tout ceci était bon ou non. Il n'attendit pas la confirmation, se mettant en route sans attendre vers la maison précédant la sienne, descendant une à une les marches pour quitter ce qui était aujourd'hui son foyer. Il croisa les soldats peu après la Maison du Bélier, ils s’arrêtèrent donc devant lui, étant certainement la première forme d'autorité qu'ils croisaient depuis l'arrivée de l'inconnu. L'un d'eux ne tarda pas à prendre la parole, alors que Scythès continuait de marcher, les dépassant presque déjà.


- Scythès du Cancer... Un dénommé Scipion demande à voir les chevaliers, il prétend être un ancien chevalier d'or du Bélier. Il a amené avec lui..

Il bafoua un instant, les mots ne sortant pas. Sans doute toujours étonné par la nouvelle, où alors peut être connaissait t'il l'amitié qui unissait la Balance et le Cancer. Toujours est-il qu'il termina sa phrase différemment.

- Il est porteur de tristes nouvelles. Vous le trouverez au centre de Rodorio.

Le hun s'arrêta une seconde, sans se retourner. Au moins savait-il maintenant que le présage était mauvais. Mais quelle nouvelle un inconnu pouvait bien leur apporter ? Qui était cette homme qui disait être autrefois l'un des leurs. Des réponses qu'il obtiendrait bientôt. Il se remit donc en marche, sans répondre aux soldats qui se remirent donc en marche vers les autres Maisons, probablement jusqu'au Temple du Grand-Pope.

Il ne fallut pas longtemps à Scythès pour arriver à Rodorio. Le village, d'ordinaire paisible et plein de vie, semblait comme figé dans le temps. Pas un rire de joie, pas de sourire sur les visages, rien que des murmures et des mines basses. La majorité de l'attention était dirigée vers le centre du village, le nouvel arrivant ayant éveillé la curiosité des habitants. Mais cela ne pouvait être la raison de la tristesse qui se lisait tout autour. Le message qu'il apportait était difficile à entendre, pourtant il le fallait.

La masse avait formé une sorte de cercle autour de la scène, mais de nombreuses personnes s'écartèrent à la vue de l'or de l'armure de Scythès. Il parvint rapidement à voir le géant nordique qui servait de tribu aux peuples du nord, celui-ci dépassant sans mal le commun des habitants, mais il ne lui adressa pas un regard. Comme les autres, il n'était ici rien de plus qu'un curieux, encore moins concerné que les autres par ce qui se passait. Ce n'est que lorsque la foule termina de s'écarter qu'il parvint à distinguer l'or de l'armure de son ami, qui continuait de protéger son corps sans vie. Les yeux de Scythès s'agrandirent, et un bref instant ses jambes cessèrent d’avancer. Bien que ses traits ne trahissaient que rarement ses émotions, il suffisait en cet instant d'un regard pour voir comme le Cancer venait d'être touché. Redonnant à son visage le sérieux d'usage malgré sa peine, il se remit à avancer, sans même l'envie de voir celui qui l'avait amené jusqu'ici. Posant un genou au sol, il porta les yeux un longue instant sur Shin, posant une main sur le plastron de l'armure. De tout les chevaliers d'or qui vivaient, il aurait accepté la perte sans sourciller. Mais lui, c'était différent. Il était son plus vieux frère d'arme, le seul qu'il avait un jour considéré comme un ami. Il était mort, et avait finit par rejoindre à son tour ceux qui y étaient resté cinq années plus tôt...

Scythès ferma les yeux un instant, comme pour se reprendre, puis se releva en direction de l'inconnu. Il ne chercha pas vraiment à le voir ou à l'analyser, sa vision était faussé en cet instant, aucun jugement n'avait de réel valeur et il le savait. Il chercha simplement son regard.


- Comment est-ce arrivé ?

Son regard se voulait sévère. Il voulait savoir qu'est ce qui avait pu parvenir à prendre la vie d'un chevalier tel que lui, quand il l'avait vu surpasser tant d'épreuves jusque ici. Rien ne prouvait que ce prétendu ancien chevalier disait vrai, et c'est dans ses paroles que le Cancer verrait la vérité. Il n'était pas homme à se précipiter, et n'était plus celui qui laissait la colère l'emporter, du moins il essayait de toutes ses forces. Mais le Ciel mettait nombre d'épreuves sur notre route, et celle-ci devait être franchi, comme les autres. Aussi dure pouvait-elle être à endurer.

- Et quel a été votre rôle dans sa mort ? Si vous étiez bien l'un de nos frères, Scipion du Bélier, vous me direz toute la vérité.

Il se doutait fortement que ce n'était pas lui qui l'avait tué, évidemment. Qui serait assez idiot pour ramener la dépouille d'un chevalier d'or et demander à parler à ses frères d'armes ? Mais les évènements n'étaient pas clair pour autant. Il avait pu avoir l'occasion de l'aider et d’empêcher ça, et si Scythès avait su comment cette mission se finirait, il aurait accompagné sans hésiter son ami pour ne pas le laisser tomber. Le Cancer s'attendait donc à des explications, et précises. Aujourd'hui, la mission était un échec, et le Sanctuaire se retrouvait privé de son plus ancienne élément. La force et le courage de Shin n'étaient plus à prouver. Mais les bonnes intentions de Scipion, elles, l'étaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PsémaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
340/340  (340/340)
CP:
420/420  (420/420)
CC:
488/488  (488/488)
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Jeu 12 Nov - 23:05
:: Les pièces du jeu

L'ancien chevalier d'or levait les yeux vers le géant qui venait d'entrer en scène. Qui était-il ? Manifestement, un froid étrange résonnait dans son aura et un sourire s'esquissait sur ses lèvres en se rendant compte du type de guerrier qui venait d'entrer dans la pièce de théâtre. Y'a temps d'amour dans ce monde, pourquoi ces regards de curiosité pour un homme mort ? Il ne comprenait pas, la mort était garante de la vie après tout, son regard se portait sur l'assemblée sans la juger. Il constatait que les choses n'avaient pas vraiment changer avec le temps après tout. Puis, se tournant, il sentit une autre présence se rapprocher de lui. Un autre chevalier, le Cancer, étonnante chose que de voir cette armure portée par un autre qu'un vieil ami. Lentement, ses lèvres se libérèrent pour donner sa version des faits, le premier acte était lancé.

- Je devais rencontrer cet homme au Cap Sounion selon les ordres de votre Pope. Mais... Quand je suis arrivé, j'ai vu son corps sur le sol et deux hommes qui fuyaient, portant des armures aussi noires que ténébreuses. Des Spectres, Cancer, j'étais venu vous prévenir que le Sombre Monarque avait bougé ses pions, il approchait...

Une ombre venait de se poser sur tous les visages de l'assemblée. Le Sombre Monarque ? Comment ? Il était de retour ? Les questions fusaient en regardant juste la pâleur des traits de ses interlocuteurs, ils étaient en train de chuchoter sans vraiment se rendre compte que tout le monde les entendait. Scipion fit un tour sur lui même pour observer le chevalier sur le sol, il avait perdu la vie en apprenant une chose qu'il n'aurait pas dû, la mort l'avait alors accompagné et il avait échoué à rapporter certaines informations. Personne ne pouvait le blâmer. Ni lui, ni les siens. Pour l'instant, l'homme qui se tenait devant eux avait un besoin que le Sanctuaire soit important et puissant. Personne ne devait briser le "Rêve" qui était le sien et il fallait attendre le bon moment pour dévoiler ses cartes à l'ensemhle des acteurs de la pièce qui se jouait pendant cette Ere.

- Je n'ai pas d'autres réponses à vous donner. J'ai pensé qu'il était important de vous ramener les corps de votre compagnon d'armes.

Dire toute la vérité ? Quelle façon noble de penser l'Homme, Scipion - ou du moins l'homme derrière ce masque - ne comprenait pas qu'on s'attache à des choses comme la vérité. Cette dernière était un point de vue, une subjectivité d'une parole dans le temps et selon les circonstances. Silencieux, il n'en disait pas plus, il n'aimait pas cela de toute façon et il était clair que la vérité était une chose qui ne serait pas affirmée ici même, toutefois, alors que l'ancien Chevalier d'or du Bélier allait se retirer... Une des armes de la Balance s'envolait pour frapper le sol en air de défi. Baissant les yeux, Scipion souriait et savait ce que cela voulait dire, si son Maître avait terminé son combat, il n'en était pas de même pour son armure. L'esprit de Shin était décidément assez rageux pour continuer de se battre même après la mort.

- Si vous me permettez de parler avec l'armure, je pourrais vous dire ce qu'elle souhaite mentionner.

A toute action imprévue, une solution. Et cela était nécessaire de faire oublier à l'armure ce qu'il s'était passer et ceux pour toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ScythèsavatarArmure :
Cancer
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Dim 15 Nov - 3:06
Scythès écouta avec la plus grande des attentions les mots qui sortaient de la bouche de Scipion, et bien que ses traits ne le montraient pas, il n’en était pas moins touché par la signification des paroles. Selon ses dires, Shin aurait été abattu par deux Spectres. Leur présence ne pouvait être qu’annonciatrice du retour du Seigneur des Enfers, le Sombre Monarque, Hadès. Sa dernière rencontre avec Bélisaire lui revint aussitôt, leur conversation à son sujet, le gardien de la tour noire des cinq pics retrouvé mort, le chapelet qu’il lui avait confié… Tout se précipitait, et l’ombre grandissante d’Hadès se targuait de venir obscurcir les cœurs jusque devant le Sanctuaire. Shin, son plus vieil ami, avait été la première victime. Comme le Grand Pope l’avait annoncé, le Sombre Monarque sortait de son silence, et il le faisait de la plus terrible des manières.

Gardant son sérieux et son calme, alors que tout autour les gens murmuraient avec effroi, se répétant les paroles de Scipion, il attendit une suite au discours. L’inconnu en savait beaucoup, dans le cas contraire, Shin n’aurait pas été envoyé pour le rencontrer. Scipion en savait en tout cas plus que le simple constat de sa mort, mais il n’était visiblement pas disposé à parler. Voyant que l’étrange inconnu s’apprêtait à partir, aussi vite qu’il n’était venu, Scythès fit un pas en avant pour l’en empêcher, mais il fut lui aussi interrompu par un évènement auquel il ne s’attendait pas. L’une des armes de l’armure de son ami vint frapper le sol entre eux, obligeant cette fois le Cancer à montrer son étonnement. S’il n’était pas décidé à le laisser partir sans en savoir plus, tout portait à croire que l’armure de Shin partageait son avis. L’air de défi qui émanait de l’arme conforta le hun dans ses doutes, le soi disant ami des Saints semblait omettre quelques détails que l’armure de la Balance ne voulait pas voir sombrer dans l’oubli.

Reprenant ses esprits, analysant la situation, il remarqua le bref sourire sur le visage de l’ancien Bélier. Celui-ci prit rapidement la parole, comme pour expliquer ce qui était en train de se passer. Ainsi, l’armure souhaitait parler, et il disait pouvoir en tirer ses dernières paroles. Peut-être disait-il vrai, il y avait bien des pouvoirs que le Cancer ignorait dans ce monde, et il avait lui-même souvent eu l’occasion de s’en rendre compte. Mais quand bien même il ne doutait pas de son ignorance, il était également sur de son savoir, et il était de nature à peser les décisions à prendre. Or, tout se hâtait, et avant même de pouvoir mettre un vrai visage derrière le soi disant ancien chevalier du Bélier, Scythès devait décider de le laisser agir ou non.

Instinctivement, il fit un pas en avant, se dressant devant l’arme de la balance dans laquelle il sentait encore un peu de l’énergie de son défunt ami. Dans d’autres circonstances, il aurait pu agir autrement, mais un doute subsistait sur Scipion. Quand bien même il n’avait aucune idée de ce que l’armure de Shin voulait leur dire, ni du moyen de la comprendre, il ne pouvait laisser un inconnu agir sans plus d’explications. Il n’était pas un enfant que l’on pouvait berner, mais un guerrier en proie aux doutes et à la peine d’avoir perdu la dernière personne qu’il considérait comme un ami. S’il y avait une infime chance que Scipion n’était pas celui qu’il disait, il ne pouvait le laisser profaner le corps de Shin. Pas en cet instant, pas en sachant si peu. D’autres devraient savoir, d’autres devraient entendre et être entendus. Le Cancer tourna la tête vers l’arme de la Balance et vers son ami.


- Pendant de nombreuses années, cette armure a protégé mon frère. J’ai vu Shin encaisser plus de coups qu’aucun autre sans jamais fléchir. Je l’ai vu servir d’exemple de force et de volonté durant deux générations de chevaliers, et incarner la justice d’Athéna en chaque contrée qu’elle nous a fait jurer de protéger.

Fermant les yeux, constatant de nouveau avec peine le constat amer de cette perte, il tourna la tête vers Scipion, lui apportant sa réponse.

- Comme la justice qu’il a incarnée, et même dans l’autre monde, Shin continue sa lutte. Je vois que son armure a elle aussi des choses à raconter, et je ne peux moi-même vous juger digne de les écouter.

Il n’y avait pas d’agressivité dans sa voix, il ne faisait que constater. Si, même après sa mort, l’armure de son ami se manifestait suite aux paroles de Scipion, tout laissait présumer qu’il n’avait pas été aussi honnête que demandé. Du moins, c’est ce qu’en pensait Scythès, qui ne se pensait de toute façon pas seul à devoir décider des intentions de Scipion.

- Vous nous avez rendu son corps afin que nous puissions l’honorer, et j’y veillerai. Vous avez ma gratitude, mais pas ma confiance. Le corps de Shin et son armure sont désormais sous ma garde. Le Grand-Pope décidera lui-même, et le Ciel me dira bientôt si j’ai eu raison de douter de vous. En attendant, je ne vous laisserai pas profaner son armure, quoi que vous vouliez en tirer.

Il fit de nouveau quelques pas pour s’approcher de Scipion, toujours aussi sérieux, et le jaugea un instant avant de reprendre.

- Si l’or a un jour brillé, l’obscurité en a terni l’éclat.

En effet, l’homme qui se disait être des leurs autrefois ne lui donnait pas cette impression. Quelque chose de mystérieux empêchait le Cancer de lui faire confiance. Quelque chose d’obscur, renforçant ses doutes. Il ne pouvait rien affirmer, il se contentait donc encore de constater. Peu importe comment il le prendrait, ça ou le refus. Il fallait qu’un chevalier d’or intervienne, et il n’était pas tombé sur le plus accueillant, d’autant plus vu les circonstances. S’il désirait vraiment connaitre les secrets de l’armure, il n’aurait qu’à en demander la permission au Grand-Pope, c’était de son ressort désormais. La mort de Shin le concernait au plus haut point, et avant tout, Scythès se devait de l’informer des évènements. S’il n’était pas déjà au courant, ce qui ne l’aurait pas étonné. Dans tout les cas, il prenait la responsabilité de sa décision. Il recula donc, tournant le dos à Scipion et se dirigeant vers l’armure de Shin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HaldoravatarArmure :
Godrobe de Zeta

Statistiques
HP:
97/160  (97/160)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Lun 16 Nov - 18:46
Étrangement silencieux, Haldor observait les différents protagonistes, réservant pour l’heure son jugement. De ce qu'il comprenait, de graves événements s'étaient opérés et ce n'était pas encore terminé, loin s'en faut. L'apparition d'un des chevaliers d'Or, protecteur d'Athéna, était d'ailleurs en phase de modifier considérablement le ton de la discussion. Certes, cette histoire ne regardait pas le guerrier des Ases mais sa curiosité était trop grande pour être ignorée. La tension était palpable même si nombre de villageois étaient encore comme perdus. Et c'était de cette tension qu'il tirait lui-même l'essence de son existence. Il était un Nordique, un guerrier à la solde de Odin. Mais en une autre époque, il aurait pu être un homme de Mars. Le dieu Guerrier. Comme l'appelait Rome.

Il s'approcha donc plus encore, quitte à s'attirer les foudres de cette foule encore silencieuse. Il s'arrêta alors que l'armure, pourtant vidée de la vie de son porteur, se mettait à faire entendre sa voix propre. Quelque chose comme cela ne pouvait être ignoré. Le guerrier divin le savait. Ceux d'Athéna se crispèrent. Le Cancer se tendit plus encore qu'il ne l'était déjà, tandis que celui qui portait le nom de Scipion semblait toujours aussi serein. Quelque chose clochait dans cette scène et le colosse ne pouvait mettre le doigt dessus. Pour autant qu'il le comprenait, les affaires d'Athéna semblait prendre une tournure nouvelle pour cette cité. Des forces plus grandes étaient en marche. Qu'importe le sort des chevaliers d'Or à ses yeux. Mais en sa qualité de Tribut, il devait penser aux siens. Cette affaire risquait de prendre une ampleur toute nouvelle. Peu diplomate, ce n'était effectivement pas là sa qualité première, il fendit la foule d'un dernier pas pour arriver près des deux éléments principaux de la discussion. On pourrait juger cette action, il s'en moquait.
    - Pas que j'en ai quelque chose à faire, les mecs, mais j'pense que vos p'tites histoires, là, elles commencent à faire paniquer votre peuple.

Du pouce, il pointait la foule derrière lui. Si les visages étaient fermés, il pouvait tout de même y lire la peur sur la plupart. La tension était monté d'un cran et le colosse connaissait les aboutissants d'un combat entre deux puissances de ce calibre. La place ne ferait pas long feu et même leur Grand Pope ne saurait accepter cela, il était prêt à le parier. On pouvait également émettre des réserves quant au fait d’avouer devant tout le monde que les Spectres revenaient. S'il avait été porté sur la stratégie, le colosse aurait sans doute pu mettre en cause Scipion : il aurait souhaité faire naître la peur dans le cœur des hommes qu'il n'aurait pas fait mieux. Volonté propre ou simple oubli des circonstances ? Ce Scipion maîtrisait trop bien les mots pour l'avoir fait par erreur. Et le Cancer aurait dû le voir directement. Ce cadavre qui gisait là était en réalité un cheval de Troie. Il portait avec lui de sombres nouvelles, aussi sombre que le Dieu qui semblait se cacher derrière.

Scythès tourna le dos à Scpion. Un acte que le colosse jugea complétement idiot. La tension qui était apparue ne pouvait être oublié si aisément. Et aussi puissant que puisse l'être le Cancer, on n'oubliait pas la règle de survie la plus élémentaire. Ainsi Haldor se glissa pile entre les deux protagonistes, comme le dernier rempart entre une possible bataille. Et quel rempart... Il marmonna ces dernières paroles presque pour lui-même.
    - Tsss ! Jamais vu ça. Tourner le dos à un ennemi potentiel si facilement.

Si Scipion avait prit le risque d'amener le corps ici, c'est qu'il avait une foi absolue en ses capacités. Ce n'était donc pas les maigres soldats ci-présents qui représentaient une menace ici. En dehors du Cancer et de lui-même, il s'entend. Ainsi, en se détournant si aisément de lui, le Cancer prenait un risque non négligeable. Sans doute que l'accumulation de victoires avait fait oublié l'essentielle à cette armée. La Prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t274-haldor-guerrier-divin-
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Mar 17 Nov - 12:05
Impassible, un quatrième éveillé regardait la discussion, plus spectateur qu’acteur jusqu’alors. Lesath du Scorpion n’aimait pas avoir les premiers rôles, et se complaisait dans cette posture de témoin. Le chevalier d’or Scythès. Le tribut Haldor. L’inconnu Scipion. Ils étaient aussi différents que possible, et pourtant ils partageaient la scène, devant un auditoire aussi effrayé que conquis.

Si l’Ibère avait appris quelque chose de ses années de déchéance, c’était qu’il ne fallait se fier à personne, et encore moins à un homme qui se prétendait faire partie de l’armée d’Athéna par le passé. Comme si on pouvait simplement cesser d’être un chevalier d’or et que plus personne ne s’en souvienne. Car apparemment, le Cancer n’avait jamais entendu le nom de son interlocuteur. Lui-même n’en savait rien, mais c’était moins étonnant : il n’avait pas passé ses dernières années en ces lieux, tout simplement. Ceci dit, sa paranoïa habituelle commençait à prendre le dessus, peu à peu.

Soit il disait la vérité, auquel cas des anciens chevaliers se baladaient sur la surface de la terre, avec tout ce que cela pouvait bien vouloir signifier. Il était rarement souhaitable de voir des surhommes se mélanger à la foule sans un minimum de surveillance. C’est ce que lui avait fait pendant presque dix ans et, s’il n’avait pas été obnubilé par ses propres démons, il aurait pu en profiter. Si c’était le cas, alors il faudrait remonter cette information à Belisaire, après tout, il était le mieux placé pour savoir quoi faire de ces anciens Saints…

Soit il mentait. Sur un ou plusieurs points. Peut-être était-il celui qui avait assassiné la Balance. Peut-être même était-il un serviteur d’un autre dieu, qui tentait de se faire passer pour ce qu’il n’était pas. Peut-être était-il venu en ces terres suite à l’apparition aussi soudaine qu’inattendue de la déesse Athéna… Chaque hypothèse était aussi intéressante qu’impossible à prouver. Mais peut-être lui-même pouvait argumenter et le convaincre ? C’était peu probable, mais …

Le Scorpion d’or perça la foule et s’approcha, sous l’œil étonné des badauds. S’il n’avait pas porté son armure, peu auraient pu se targuer de comprendre de qui il s’agissait. Mais pour une fois, il avait senti que cette carcasse métallique serait bienvenue sinon nécessaire. Lentement, s’approcha de celui qui s’était présenté comme l’ancien Bélier, ignorant le reste des présents comme il avait l’habitude de faire. Le jeune homme était concentré sur celui qui, par sa seule présence, levait tant d’interrogations. Une fois à portée de voix, il s’annonça en toussotant.

« Sans vouloir vous manquer de respect, Scipion, je vais devoir vous demander de venir avec nous dans le calme. La mort d’un chevalier d’or n’est pas un fait à prendre à la légère, et, en tant que dernière personne à l’avoir vu, vous êtes un élément capital pour comprendre ce qui s’est passé. Je suis convaincu que notre Grand Pope désirera entendre cette histoire de votre bouche… »

Ferme, mais pas agressif, il demandait simplement à l’inconnu de montrer patte blanche. C’était peut être une erreur, mais Lesath n’en était pas naïf pour autant. Au moindre mouvement suspect, il frapperait.

L’aiguille Ecarlate était prête. Comme d’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
PsémaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
340/340  (340/340)
CP:
420/420  (420/420)
CC:
488/488  (488/488)
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Mer 18 Nov - 16:15
:: Pourvu qu'elles soient douces

D'un signe de la main, il signifiait qu'il allait prendre la parole. Après, le Cancer, voici que le Géant se déplaçait comme le Fou sur l'échiquier. Ce qu'il disait n'était pas idiot mais comme il n'avait intention belliqueuse, il laissa faire. Puis, vint les réponses du Chevalier d'or, ainsi donc, il refusait son aide et il s'apprêtait à s'en aller quand un Cavalier entra en scène pour faire un coup imprévu dans son esprit. Il voulait donc le mener au Grand Pope en personne, voilà une chose qui aurait pu être drôle... Très drôle même... mais il n'avait pas l'intention de se retrouver face à Bélisaire qui poserait bien des questions sur le pourquoi et le comment. D'un signe de la tête par la négative, il répondit en même temps aux Eveillés présents avec une douceur teinté d'un ton plus martial que précédemment.

Son regard se leva en même temps vers la direction des Maisons du Zodiaque à quelques distances de là.

- Chevaliers. Guerrier Divin. Je ne compte pas aller devant votre chef, j'ai déjà ramener le corps de votre ami et ce sera tout. Sachez que la Déesse m'a donné une mission concernant le pilier sombre qui se trouve en Cathay, pilier des 108 étoiles maléfiques du Sombre Monarque. J'étais venu prévenir votre Maître que malgré mes efforts, le sceau de la Déesse était tombé. Elles foulent à nouveau le corps de Gaïa et leur objectif se trouve dans la terre d'Avalon.

Prenant un temps de silence, plus solennel, plus royal.

- Ils veulent s'attaquer à Dame Nynaeve, la Dame du lac et créatrice d'une épée sacrée et de lumière. Si Hadès l'avait entre ses mains, il faudra craindre qu'il n'ait une nouvelle arme entre ses mains, une épée aussi sombre que la nuit... Sa défaite passée contre Pégase l'a poussé à agir. Quand à vous, Scorpion, je suis le chevalier d'un autre temps, qui a ses propres commandements divins et je n'ai rien à dire à votre Pope. J'accomplis simplement mon devoir !

Tout cela était si vrai que personne ne le remettrait en cause. Cependant... Il avait omis avec soin certaines informations, la raison simplement pour laquelle il était sorti de l'ombre du Soleil pour prévenir les Vivants du Drame qui se préparait dans une terre lointaine. Alors que Scipion - Pséma - voyait l'index du Scorpion, son cosmos s'embrasait tel le soleil et il se retourna sans demander son reste. Si on voulait l'empêcher de partir, le combat serait inévitable et il ne comptait pas se laisser faire...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ScythèsavatarArmure :
Cancer
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Mer 18 Nov - 18:45
A peine le Cancer avait terminé de formuler sa réponse à Scipion que quelqu’un qu’il avait sorti de son esprit jusque là se manifesta. Lorsque du coin de l’œil il le vit fendre la foule, dépassant de plusieurs têtes le reste de l’assemblée, il se demanda comment il avait pu l’oublier. Jusqu’à ce jour, Scythès n’avait jamais accordé la moindre importance aux tributs venus du Nord. Jamais il n’avait pris la peine de les rencontrer, concentré sur sa tâche, et ne montrait finalement que peu d’intérêt à ce peuple qui un jour pourrait se relever en tant qu’ennemi d’Athéna. Il n’était que le garant d’une paix fragile, un otage pour s’assurer que les hordes scandinaves ne déferlent à nouveau sur l’Empire. Pour le Cancer, celui-ci n’était jusqu’alors qu’un curieux de plus, que le Ciel avait doté d’une taille hors du commun. Il se serait plu à continuer de l’ignorer, voyant en son ami sans vie une source bien plus grande d’intérêt, si le géant n’avait pas décidé d’intervenir directement entre eux. Il prit alors la parole, ramenant les deux hommes qui se faisaient face vers quelque chose de plus commun. Lui, l’étranger des terres glacées, ramenait une conversation qui avait plus d’importance que nulle autre à quelque chose d’aussi banal que la panique de « leur peuple ». Si l’esprit de Scythès était probablement flouée par la perte de son ami, il le gardait néanmoins assez conscient pour ne pas se détourner du cœur du problème. Cela faisait tellement longtemps maintenant qu’il ne se préoccupait plus de la tristesse des gens du commun, pas plus que de leurs étincelles de bonheur. Le Cancer savait ce qui les attendait tous, et les sentiments passagers n’avaient aucune valeur devant cette fatalité. La peur ne quitterait jamais leur cœur, quand bien même nous parlerions de guerres nouvelles pendant cent ans, c’était dans l’ordre des choses et il fallait voir bien au-delà. Tout en continuant de tourner le dos à Scipion, confiant, il accorda néanmoins une brève réponse à Haldor.

- Ce n’est pas mon peuple.

C’était vrai, il ne se considérait toujours pas des leurs, malgré les années. Son cœur allait toujours vers les steppes. Et c’était suffisant pour dire que personnellement, il se fichait de ce qu’ils ressentent ou de ce qu’ils entendent. Le monde continuerait de bouger, et ce genre de nouvelle finissait toujours par se savoir. Ce n’était peut être pas une si mauvaise chose, d’ailleurs. Hadès était bien le seul nom dont on devrait se rappeler, le véritable ennemi d’Athéna et des hommes. Pourtant, il était vrai que Scipion semblait tenir à cette mise en scène, en plein cœur d’un village de civil. Ce n’était pas l’endroit le plus évident pour rencontrer les chevaliers d’or à qui il voulait apporter le message. Cela ne changeait de toute façon rien à la situation, Scythès ne lui accordait pas sa confiance, et ce n’était plus quelques paroles qui le ferait changer d’avis. Il avait pris sa décision, il repartirait avec le corps de son frère sur les épaules. Scipion n’était pas le seul homme vivant à pouvoir écouter les armures, et la jeune Ainia devait pouvoir en faire tout autant. Il n’apportait plus véritablement d’importance au reste. Même le murmure d’Haldor sur l’impertinence de tourner le dos à un ennemi potentiel ne le fit pas sourciller. Peut-être les Ases étaient d’un naturel belliqueux ou inquiet, toujours est-il que Scythès n’avait pas vu de signe d’agressivité chez l’inconnu. Si ce n’est l’ombre et les doutes, rien n’affirmait qu’il voulait en arriver là, surtout ici. Et quand bien même il avait tenté, un chevalier d’or ne se laissait de toute façon pas avoir si facilement.

Se concentrant de nouveau sur l’armure de Shin, laissant Haldor face à celui qu’il voyait comme un ennemi potentiel, une nouvelle arrivée attira son attention. Un cosmos qu’il connaissait mieux que les autres, même s’il n’avait jamais vraiment côtoyé le Scorpion personnellement. Lesath semblait lui aussi émettre des doutes sur Scipion, et se montra même un peu plus pressant que le Cancer. Si Scythès n’avait fait que refuser strictement qu’il touche à l’armure tout en émettant des doutes sur sa personne, Lesath avait préféré le contraindre à se présenter directement devant le Grand-Pope pour qu’il s’explique de la mort de Shin. C’était une manière plus directe de vraiment savoir à qui on avait affaire, tout en gardant emprise sur lui. C’était aussi une manière de déclencher un combat ici même à Rodorio si Scipion refusait la contrainte.

Le Cancer n’était plus le seul chevalier d’or à représenter le Sanctuaire en cet instant, et le Scorpion avait parlé. Il attendit donc la réponse de Scipion, qui ne se fit pas attendre. Evidemment, il refusait « l’invitation » à se présenter devant Bélisaire, mais ce n’était pas l’information la plus importante de son bref discours. Ennemi ou ami, ses paroles sur le retour prochain d’Hadès et de ses armées étaient capitales. Il incomberait ensuite à l’ensemble des chevaliers d’en tirer le vrai du faux. C’est donc avec une grande attention qu’il écouta les dires de Scipion, soi disant chargé d’une mission par la Déesse, en lien avec le pilier sombre des 108 étoiles maléfiques. Un sceau avait été brisé, et si cela signifiait vraiment la libération des légions du Sombre Monarque, rien d’autre n’avait autant d’importance. Scythès se sentait particulièrement concerné, les informations délivrés par Scipion étant en rapport direct avec la conversation qu’il avait eu avec Bélisaire quelques jours plus tôt. Quand bien une partie de ce discours restait flou, comme la Dame du Lac et l’épée sacrée, d’autres seraient à même de comprendre.

Avant de retourner vers Shin, le hun prit brièvement la parole, en direction de son frère d’arme doré. Il était important de lui dire ce qu'il en pensait, rien n’était à prendre à la légère en cet instant.


- Qui que soit cet homme, quelles que soient ses intentions, le Sombre Monarque est de retour. Le bon message peut parfois être amené par le mauvais messager. Qu’il combatte sa part d’ombre ou qu’il l’a laisse le submerger, il a joué son rôle, nous a apporté l’une des vérités.

Il laissa un instant s’écouler, voyant Scipion qui commençait à partir, sans savoir si Lesath l’en empêcherait. Ils étaient deux chevaliers d’or, avec un Ase qui semblait avoir pris leur partie, et ce n’était vraisemblablement pas dans l’intérêt de l’inconnu d’en venir aux hostilités. Pourtant, il ne semblait pas craindre l’éventualité. Il avait confiance, au moins l’un des traits que l’on pouvait accorder à une grande majorité de chevaliers dorés. Et les deux qui étaient présent n’échappaient pas à la règle. C’était au Scorpion de décider, et la décision était lourde à prendre.

- J’ai moi aussi terminé de jouer le mien ici, et un autre m’attend. Le Ciel finira par éclairer ce qui ne l’est pas, les masques tomberont, et la mort suivra. Pour l’heure, nous devons honorer nos morts, et tourner nos esprits vers les heures sombres que cet inconnu apporte. Nous aurons à les traverser, que le voile soit levé sur lui aujourd’hui ou non.

Il s’éloigna enfin de Lesath et se dirigea vers le corps de Shin et son armure. D’un appel de cosmos, il appela l’arme de son ami, elle le connaissait bien. Elle vint se loger dans sa main, avant de retourner vers l’armure de la Balance, mettant un refus définitif à l’envie de Scipion d’en déceler les secrets. S’agenouillant devant le corps, il le monta sur ses épaules. Il n’était pas aussi grand que le tribut du Nord, pourtant ses bras avaient connus le travail, et son corps était assez robuste pour ne pas avoir à se plaindre de porter un homme, même de la stature de son ami.

- Tous, nous avons encore un rôle à jouer dans les évènements à venir. Nos chemins se recroiseront, et nous verrons alors qui de la lumière où l’ombre aura gagné la lutte.

Si l’on pouvait penser qu’il parlait de la guerre contre Hadès, ce n’était pas le cas. Il ne voulait pas douter de leur victoire, il fallait agir et ils le feraient. C’était uniquement de Scipion qu’il parlait, un homme bien trop flou pour pouvoir le juger. Il y avait des choses que seul le temps pouvait révéler, et le Cancer pensait ses paroles quand il disait que chacun d’entre eux auraient encore un rôle à jouer. La mort avait déjà frappé, et il était inutile de favoriser sa venue en ce jour. Bientôt, elle serait partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LesathavatarArmure :
Scorpion

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   Ven 4 Déc - 11:00
« Acta fabula.» lança-t-il dédaigneux, en direction de celui qui était devenu en l’espace d’une seconde et de quelques phrases, un renégat aux yeux du Scorpion d’Or. Il avait laissé de côté son habit de messager pour revêtir celui d’ennemi des Saints. Par ses paroles. Par son refus. Ce genre d’étiquettes n’était que rarement décousue par l’Ibère, et condamnait l’ancien Bélier, le plaçant sur la liste des hommes à abattre.

Il pouvait essayer de l’arrêter, mais cela se finirait sans aucun doute dans un bain de sang. « Pas ici, pas maintenant.» dit-il alors qu’il faisait disparaître l’aiguille écarlate de sa main. Ce n’était ni l’endroit, ni le moment pour croiser le fer. Mêler la population de Rodorio à cette escarmouche pourrait finir en massacre, et, bien que certaines pertes humaines étaient concevables, il n’était pas tolérable pour l’image de la chevalerie auprès du bas peuple qu’elles ne s’effectuent aussi près du sanctuaire.

« Retourne d’où tu viens, Scipion, mais sache que désormais tu n’es plus le bienvenue sur ces terres, tant que le Grand Pope n'actera pas le contraire. » Ajouta Lesath en secouant la tête.

Cette décision était tombée comme un couperet, et, à moins que Belisaire ne dise le contraire, devrait être respectée par les autres chevaliers. Les paroles de Scythès ne laissaient d’ailleurs aucune place pour le doute. Lui non plus n’accordait aucune confiance à cet oiseau de mauvais augure. Il surgissait de nulle part, portant avec lui le cadavre de l’un de leurs frères d’armes, et annonçait le retour des étoiles maléfiques d’Hadès. Une telle information était lourde de sens : la guerre se profilait, alors qu’ils en étaient tout juste à se pourlécher les blessures de la précédente.

Il n’avait pas l’habitude d’être aussi tranchant, laissant ce rôle aux chevaliers plus fougueux de son ordre. Cependant, dans le cas présent, il ne pouvait accepter ni tolérer qu’un inconnu apporte le corps d’un chevalier en se contentant d’une explication aussi imprécise qu’impossible à vérifier. Aux yeux de la populace, ils étaient les gardiens d’une paix précaire, et devaient se comporter en tant que tel. D’un autre côté, il ne comprenait pas bien l’intérêt que pouvait avoir l’homme à apporter la dépouille du chevalier de la Balance. Peut-être s’agissait-il d’une ruse ? Peut-être même était-il en train de se gausser intérieurement, content de cette provocation ? Ou alors, peut-être qu’il était tout simplement honnête, quand bien même il refusait de s’en expliquer auprès de leur dirigeant.

Croisant les bras sur son torse, il regarda Scipion s’éloigner du trio, alors que Scythès remontait vers le sanctuaire, le corps de Shin sur le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t268-lesath-gold-saint-du-s
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mai 550] Une arrivée imprévue (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouf enfin arrivée à destination ! [Libre]
» L'arrivée aux dortoirs (libre)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Rodorio-
Sauter vers: