Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [MD1] Sur les traces du Père

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Le ConteuravatarArmure :
Inconnue
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   Mar 2 Fév - 10:56

Une fois son message transmis aux siens, le Dieu de la Guerre se retournait lentement pour aller vers l'Hyperdimension, quand, un homme vint l'apostropher. Regardant dans sa direction, il baissa ensuite les yeux vers le Cardinal qui se tenait à ses pieds. Décidément, les Chevaliers de sa soeur ne manquaient pas d'arrogance. D'un battement de paupières, Arès était désormais devant Silas. Un sourire sardonique aux lèvres, s'il était assez bon pour trainer l'un de ses Cardinaux, c'était qu'il en valait peut-être la peine ! Un combat à mort, cela faisait si longtemps ! Mais... Une présence silencieuse se fit sentir derrière lui, plus lourde que Thanatos elle même... "Il" regardait d'Elysion les évènements, cela lui ressemblait bien après tout. Donc, c'était pas le moment de s'amuser à ce qu'il comprenait.

Thanatos observait tout cela en gardant ce visage de marbre que la mort ne pouvait abandonnée. Ce chevalier voulait se faire le porte parole de la nièce de son Maître, et bien pourquoi pas ! Il s'approcha à son tour pour regarder le Cardinal, il n'était pas mort, cela ne le regardait pas actuellement. D'un geste, la faucheuse aurait pu emporter cette âme faible mais il n'en voyait pas le grand dessein de l'univers. Et puis, inutile de se fâcher avec Arès avant l'entretien au sommet qui se préparait. Puis, tel un frémissement, celui qui se faisait appelé la "Réponse" prit la parole. Le Dieu de la Mort était surpris de cette présence, un héritier des anciens cultes celtes.

- Chevalier des Gémeaux, la mort ne serait tombée en oubliant le dessein que les enfants d'Ananké ont prévu pour ce monde. Même moi je ne peux aller contre leurs volontés. Par contre, vous devriez ravaler votre salive... Me parler alors que je ne l'ai pas permis est une offense aux Dieux, je saurai me souvenir de vous au moment opportun. Se tournant alors vers l'Oracle. Votre juridiction ? Quelle outrecuidance ! Je reconnais bien là l'un des enfants de votre frère, cher Arès ! Sachez que les Moires sont capricieuses avec Avalon en ce moment... Levant les yeux vers le ciel avec une sourire énigmatique. C'est donc cela, Apollon s'est donc incarné dans le plus grand secret, ironique de voir le soleil se cacher derrière des nuages... Ses prunelles argentées descendirent alors vers les "Vivants". Cette âme que vous appelez Celestia rencontrera mon Seigneur, elle sera renvoyée dans vos terres une fois la fin de cette rencontre. Le seigneur Hadès est bon avec ses amis...

Arès et Thanatos s'échangèrent un regard entendu. Quelque chose de sinistre venait de passer dans ce regard, quelque chose que les mortels ne devaient pas prendre à la légère. Alors que les Déîtés se retournaient pour aller vers le portail dimensionnel, Arès répondit tout de même à quelques personnes.

- Oracle, oui, cette alliance est peut-être encore d'actualité... Comme vient de le dire le Seigneur Thanatos, cela dépends d'une certaine discussion. Berserkers ! J'ai regardé vos combats, vous avez été braves et fidèles à mes principes, continuez et attendez l'heure ! Bientôt, je ferai du Sanctuaire de ma soeur la nouvelle Troie et c'est pas un canasson qui va me permettre de faire tomber la ville... Mais les cadavres des Saints qui me hisseront jusqu'à elle, ce qui s'est passé à Kiev m'a donné de précieuses informations.

Les deux dieux disparaissaient alors. Plus rien que le vide, les deux cosmos sacrés n'étaient plus présents et la lourdeur de la Mort une fois partie, un sentiment de quiétude prit le coeur de chaque personne pour quelques secondes... Les choses étaient terminées à Kiev, Arès avait vu ce qu'il voulait voir et s'en était pas caché le moins du monde. Mais il n'en avait pas dit plus.

MJ a écrit:
Note : Fin de la MD !

Les joueurs sont libres de terminer le topic comme ils le souhaitent.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   Mar 2 Fév - 14:01


D'autres ailés arrivèrent et par leur discours ils se définirent comme des compagnons de Célestia. Aussi roux l'un que l'autre, l'un des deux gémit auprès de Thanatos pour qu'il prennent sa vie au lieu de la sienne, il trouvait cela pathétique, bien que la mort de la blonde était une chose qu'il n'avait pas forcément voulu totalement, elle l'avait cherché et peut être même mérité, ses tirades remplies de foutaises lui polluaient encore le crane. Que pouvait-elle comprendre à son rôle de Gold Saint et aux ordres qu'il avait reçus. C'est alors qu'un autre Berserker arriva, portant la dépouille d'un Gold Saint qu'il ne connaissait que trop bien, Childéric. Silas tiqua et commença même à faire un pas mais il garda sa position lorsqu'il entendit les mots de Thivan. Le Lion était vivant, mais pour que ne soit pas mort ce soir la, Silas devrait l'aider au plus vite. Le Gold Saint allait répondre au Cardinal mais Ludmila fit son entrer.

_ Je te rappelle que tu es en partie la cause de son état Ludmila.

Il allait tourner sa tête vers Thivan mais le dieu de la guerre en voulut autrement en apparaissant juste devant lui. Il déglutit, oui il avait été surpris mais qui ne l'aurait pas été à sa place non? C'est alors que la deuxième divinité s'adressa à lui, des mots qui l'aurait fait ricaner si ce n'était pas le dieu de la mort qui les prononçait. Tel un enfant réprimandé par son professeur, il murmura à l'encontre de Thanatos.

_ Mais le rouquin vous a parlé lui aussi...

Un léger murmure, Thanatos était si irréel et pourtant bien présent. Le portail dimensionnel à coté de lui rendait la scène si impressionnante. Les paroles de Thanatos mirent en évidence des indices, tout s'assembla sur la personne qui était le maître de Célestia et des deux autres. La conclusion sauta aux yeux de Silas, et elle fut même apposé du sceau de la parole d'Arès qui déclina carrément la vérité sur Apollon et les Oracles. De retour, le dieu solaire, celui qui était l'une des causes de la chute de Rome était de retour. Un siècle après, le dieu des arts décidait de revenir comme cela, comme un cheveux sur la soupe. Voulait-il aussi que la descendante de Rome, la grande Constantinople suive le tragique destin de son ainée? Cette chose Silas ne pouvait l'imaginer ou la laisser faire. Constantinople resterait debout!

Arès déclara clairement que les oracles et les Berserkers étaient alliés, il déclara aussi la guerre au Sanctuaire. Apollon se retournait donc contre sa sœur, il était bien décevant l'astre solaire. Silas sourit alors, il avait bien fait de faire mordre la poussière à Célestia, elle était effectivement une ennemie. Thanatos et Arès disparurent alors. Silas savait qu'il n'avait qu'une chose à faire, rentrer vite au Sanctuaire pour informer Athéna et Bélisaire. D'un geste, il ouvrit un portail dimensionnel et plongea sur le corps de Childéric. Il l'agrippa le plus vite possible pour le jeter dedans sèchement. Il ne pouvait pas se permettre de rester ici plus longtemps, il devait faire vite pour les prévenir et sauver son ami. Il regarda alors Ludmila et lui adressa un dernier mot.

_ Je suppose qu'on se reverra au Sanctuaire guerrière d'Arès.

Il plongea lui aussi dans la brèche dimensionnelle et la referma. Une autre s'ouvrit plus loin dans Kiev, il en sortit. Silas se pencha sur deux corps en particulier, c'était ceux de Wedge et d'Haldor. Il les tira jusqu'au portail. Ils étaient vivement mais sèchement amoché, on aurait presque cru qu'ils s'étaient battus entre eux. Il passa le portail, regardant Kiev a moitié détruite par le réveil du Dieu de la Guerre. Le Gold Saint tourna la tête ensuite et referma le vortex pour rejoindre le sanctuaire...

La guerre était en marche...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
AedanavatarArmure :
Oracle du Merle

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
244/244  (244/244)
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   Mar 2 Fév - 16:06
Un rire léger qui vient réveiller la douleur s’immisçant dans mon corps. Une grimace glisse sur mes lippes, trouble mes traits en réponse à cet écart. Un frémissement alors que j'essaye tant bien que mal de dissimuler la vague de souffrance léchant ma conscience. Taire la douleur. L'ignorer. Déraisonner. « Vous voulez dire, rien de plus déraisonné que ce que je viens de faire ? » J'essaye de rendre mes paroles plus enthousiaste que je ne le peux vraiment, et pour tout avouer, je pense avoir totalement échouer à apaiser l'air grave empreint de tristesse de mon parent. Je l'entends. Je l'entends parfaitement à défaut de le voir. Bien pitoyable tentative. Je me tais finalement, acquiesçant simplement. Je n'en aurais fort probablement pas la force de toute façon, et même si je suis d'une nature imprudente, je n'en suis pas pour autant idiot. Ce sont des dieux. Quelque part, c'est presque la première fois que je peux sentir pareil présence. Le lourd manteau de mon oncle vient peser sur mes épaules avant que ce dernier ne se décide à m'entrainer ailleurs. Un peu vivement. Je serre les dents en me laissant faire, n'étant de toute manière pas en état de me rebeller contre lui, me contentant simplement de supporter. Au plus près des divinités. Un frisson lorsqu'il me relâche, frémissement souffrant, et je demeure à l'écart, là où ce dernier m'a déposé. Silencieux. Attentif. Sauver Dame Célestia... Ma main cherche à rattraper la silhouette de mon oncle, mais cette dernière ne parvient à saisir que le vide. Une trouble impression alors qu'il s'éloigne de moi, déclamant son plaidoyer.

Combien de temps encore vais-je pouvoir résister ?

Les paroles s'embrouillent dans mon esprit. J'entends des mots, peinant à saisir le sens de ces paroles, de chacun des protagonistes. Devant mes prunelles dansent les ténèbres. Une présence contre ma jambe vient m'apporter son soutien, celle de l'animal qui nous a finalement rattrapé, devançant le cavalier d'Arès apportant avec lui, une odeur légère de pourriture. Sans le voir, je sais que ses babines sont retroussées. Setanta a toujours excessivement réagit face à la mort, je suppose qu'en voir l'incarnation ne le rend pas d'humeur jovial. Moi non plus à vrai dire. J'ai froid, et le lourd manteau de mon oncle ne parvient pas me défaire de cette impression sinistre. Finalement, les divinités s'avancent. Répondent. Avalon. Un frisson qui dégringole le long de mon dos. La peur s'insinue. Père. Une pensée unique qui se fait prière. Mes doigts glissent sur mon triskel, l'enserre en réponse avant que finalement, la surprise ne se fasse déception. Mes paupières s'éteignent en réponse. Je pensais les dieux bien plus subtiles que cela. Oracle. Le mot sonne et tonne dans mon esprit éreinté et inquiet. Notre allégeance ainsi dévoilée... Alors que nous avions fait en sorte de taire cette dernière... Le trouble s'empare de mon cœur, l'angoisse prenant son ampleur, là où la douleur continue de mordre ma chair, tant et plus à mesure que mon sort se dissipe. Je sens le sang ruisseler, mes brûlures se faire plus ardentes, éreintantes. Le mal s'avance.

Je n'entends plus rien. Je ne vois plus rien. Mes sens disparaissent pour ne laisser derrière eux, que cette cuisante souffrance aliénant mon esprit, l'embrasant tant et plus dans un feu mordant. Je n'y arrive plus. Je n'arrive plus à tenir. Non. Pas ici. Pas maintenant. Juste un peu de temps. Quelques secondes supplémentaires seulement. Je dois me raccrocher à la réalité. Ne pas abandonner. Ma voix pourtant se refuse à moi. Mon cosmos également demeure silencieux face à mes appels désespérés. Mon esprit sombre et mon corps choit finalement, se laissant entrainer dans les ténèbres.

~ Ailleurs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t269-aedan-l-oracle-du-merl
Bran RuzavatarArmure :
Épervier du Zéphyr

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   Mar 2 Fév - 17:31
Bran Ruz
"La Réponse"



Le Corbeau Rouge n'avait rien d'un être plein d’outrecuidance. Il n'était pas comme les autres mortels, il annonçait juste un fait. Qu'importe qu'il soit homme ou Dieu, le Bran Ruz n'agirait pas différemment. Il était « La Réponse » et ce surnom lui venait d'un être qu'il n'avait pas revu depuis des siècles. Le druide rouge servait le Soleil, à ça manière. Aussi glissa t-il, parfaitement stoïque, au divin Thanatos.

- Mais même caché dans l'ombre de ses nuages le divin Lug ne cesse de briller, comme les ténèbres. Il faut un équilibre, Dieu de la Mort, Divinité de la Guerre, comme cette Trinité chère aux chrétiens. La Roue tourne.

Il était satisfait des réponses apportées, bien que dans son verbe, loin d'être aussi subtil que celui d'Apollon, Arès n'ait révélé – à tord ? - qui ils étaient. Des Oracles. Le jeu des Alliances se révélait au grand jour. Il était venu le temps de prendre congé et de se préparer. Leur mission était terminée, dame Célestia reviendrait avec des précisions bienvenues. Autant laisser les choses suivre son cours. Le Saint d'Athéna qui n'avait rien obtenu du Dieu Sombre, s'en était allé rejoindre les bras chaleureux de la Grèce. Un soupir. Brièvement le Bran Ruz se tourna vers les Berzerkers encore debout.

- Sans doute aurais-je dû anéantir celui-là. Mais ce serait retirer votre proie, ma Dame. Ses yeux verts et étranges s'étaient posés sur Ludmila, puis Thivan. - Nous nous reverrons sur le champ de bataille. Gardez un œil sur les cieux, c'est de là que viendra votre salvation. Cette fois-ci je saurais tourner mes serres contre les bonnes personnes.

Si il avait été contrarié de n'avoir été qu'un pantin dans les mains de la déité du Carnage, Bran en tirait des leçons qu'il ne manquerait pas de transmettre à son neveu. Le jeune rouquin par ailleurs, était sur le point de sombrer dans l'inconscience, trop malmené, trop éreinté par les balbutiements de la Guerre et de la colère de son Oncle. En un clignement de paupière le druide écarlate se saisit du corps du garçon, non récolter un autre grognement de la part de Setanta, qu'il exhorta, d'un regard, à se tenir tranquille.

- Transmettez mon bon souvenir au Pontifex, les Loups du Nord le salue bien.

Sur cette parole énigmatique, Bran se concentra sur son cosmos. Il n'avait pas d'autres choix que de revêtir cette forme pour regagner l'Italie, faute de pouvoir emprunter les chemins escarpés du Sidh. Il se mua en une masse informe, une ombre gigantesque qui alla éclipser la lumière du Soleil. Une fois abreuvé de ses feux, celle-ci prit des proportions gigantesques, un corbeau rouge, qui, d'un simple battement d'ailes, s'extirpa de la terre pour gagner les hauteurs. Entres ses griffes, Aedan et Setanta reposaient. Le voyage serait rapide. Et il veillerait à ce que son protégé reçoive les meilleurs soins.

Il y veillerait personnellement.

Après tout, le druide devait encore lui apprendre quelques leçons.

=> Italie




    Merci à mon neveu pour la signature ♥

    "Et pendant que d’autres célèbrent le jour le plus interminable de l’année… nous allons secrètement nous réjouir du retour des longues nuits"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-e
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   Mar 2 Fév - 19:46

Cette réflexion de la part des Gémeaux agaça la Hyène. Rappeler sa part d'engagement au sujet de l'état du cardinal de la guerre, devant Thivan qui plus est, s'avérait être un sale coup en traître. Même si elle l'avait bien cherché et que l'empreinte amère de sa fidèle hache embellissait la silhouette de son supérieur au point de témoigner à sa place, elle entretenait jusque là l'espoir futile de remettre cette discussion avec les siens à plus tard. Avec un peu de chance, la Pestilence demeurera silencieuse comme à son habitude...

Heureusement tout ceci n'importait pas réellement : Cette affaire ne concernait que Zvezdan et elle-même. De plus il y avait mieux à faire avec l'instant présent, les paroles d'Ares et la réplique de Thanatos adressée à Silas confortèrent la vandale dans sa satisfaction personnelle.
La victoire était acquise. L'amertume se répandit comme la peste dans le charnier urbain ; tous ici présent y compris les berserkers venaient d'être utilisées puis relâchés, n'obtenant comme bouquet final que la vision de la belliqueuse divinité sur le départ. Aux yeux de la combattante cet événement ne pouvait qu'être logique : Les guerriers de la destruction ne formaient qu'un panel d'outils à disposition d'un monarque chaotique – S'abandonner à la rage puis servir au plus fort de son art et de sa hargne afin de répondre aux besoins de leur Dieu restait leur fonction première. En entretenant ce chaos et en relayant le cosmos divin, ils avaient permis son retour. Ils l'avaient tous permis. Tous ceux qui avaient répondu présent à cette chasse au trésor perdue au dénouement évident.

Mais d'autres propos vinrent finalement la troubler dans ses songes. Un de ces « oracles » qui la dardait d'un regard émeraude assurément envoûteur – même si l'épuisement de Ludmila l'empêchait actuellement de se laisser séduire par les belles petites choses – en gratifiant le duo berserker de quelques remarques. Elle leva un sourcil dès la première phrase, se demandant si c'était bien elle que l'on venait de nommer « ma Dame ».

    Anéantir ? Teh ! Comme vous y allez.
    Et ce n'est pas ma proie. Silas est un oiseau de malheur – Peut-être même qu'à force de rapporter des mauvaises nouvelles à son Pope, il se fera couper les ailes sans qu'un de nous ait le temps de poser un petit doigt sur lui.

Une réponse immédiate, presque apportée avec légèreté. La bonne humeur ne la quittait plus malgré les maintes séquelles du jour, et depuis qu'elle avait pu garantir un avantage sur le chevalier d'or elle ne se lassait plus de le railler. Après tout, elle ne le détestait pas plus qu'un autre... Elle lui reconnaissait même un certain panache à se proposer plusieurs fois de suite candidat aux combines suicidaires du Grand Pope. Puis tant qu'à faire, si la mort devait le frapper prématurément, elle préférerait en effet que ce soit la vie d'un autre saint inconnu au bataillon qui soit fauché.

L'oracle se retira rapidement. Trop rapidement pour qu'elle puisse en dire plus.
Savait-il que le trépas brutal de la Gardienne était dû aux passages fulgurants de sa hache ?
Peut-être qu'en dire plus n'aurait pas spécialement été utile, finalement. Au moins cette affaire avait une chance de rester en suspend, contrairement à d'autre... La Hyène regarda le cardinal de la Terreur puis se tût.
Elle baissa le regard avant de se diriger vers Zvezdan, le redressant dos à un mur avant de réaliser que l'appui d'un cheval ne serait pas de trop...


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   Mer 3 Fév - 17:50
En parti la cause de cet état. Imperceptiblement, le regard neutre de Thivan, d’abord braqué sur le Gémeaux se détourna lentement vers la Hyène. Si rien ne semblait transparaitre, nulles émotions ni jugement, il est fort possible que la Berserker se sentie mal avec le regard du Cardinal posé sur elle. Il garda cette pensée pour lui, dans un coin de son esprit. Il ne jugea pas nécessaire d’en parler, ni maintenant ni particulièrement plus tard. A vrai dire, ce qui était arrivé montrait seulement que la Hyène avait été plus maligne que son supérieur. A en juger l’état dans lequel il était, ça ne faisait même aucun doute. Mais il n’était pas son chef direct, ainsi, c’était à Zvezdan de décider ce qu’il adviendrait de sa soldate une fois de retour à la Citadelle et les soins nécessaire apportés.

Un vague hochement de tête, mais pas moins toute l’attention tournée vers les propos des deux dieux, Thivan écouta, apprit, grava ça pour mieux le restituer à Xanthe une fois rentré. Le connaissant, il n’aurait qu’à se réjouir d’une telle précipitation des choses. Oui, la Guerre était de retour, et les Saints d’Athéna n’avaient qu’à bien se tenir car nulle victoire ne semblait se promettre à l’horizon aux vues des alliances naissantes. Un serment de morts et de chaos, voilà ce que signifiaient les mots d’Arès. Une montagne de cadavre pour l’allégresse d’une victoire. Un futur qui faisait presque saliver. Presque. Les dieux partis, le Cardinal ne bougea pas quand il vit le Gémeaux s’agiter pour récupérer le corps de son allié. Cela lui importait peu, le Lion était souillé du cosmos de la Pestilence. S’il ne mourrait pas, il souffrirait. S’il survivait, il en porterait la marque. Et un jour, Thivan le retrouverait pour cette fois, définitivement, pourrir les crocs de la bête.

Cette mission était terminée. Bien que tout cela semblait n’avoir été fait que pour céder à la pulsion de la Guerre, bien des choses en ce jour avaient été révélée. Peut être pas à raison pour certaines, mais il semblait bien que… ces Oracles ? – soient de possibles alliés sur lesquels compter. Tout du moins, cet homme contre qui il se battait encore quelques minutes plus tôt l’en assurait presque par quelques mots. Se tournant vers lui, le Cardinal acquiesça d’abord silencieusement, répondant toujours de ce ton monocorde et seulement par quelques paroles.

« Je saurais m’en souvenir, Corbeau de Sang. »

Nulle amertume ni mépris ne s’exprimait dans sa voix. A vrai dire, elle aurait pu sembler plus douce qu’à l’accoutumée. Thivan n’était pas de ceux connaissant la rancœur ou la vengeance. Ce qui était arrivé un peu plus tôt n’était qu’un jeu tenant du ressort des dieux. Il avait fait face à un bon combattant, pour cela, c’était suffisant pour le pardonner. Même s’il n’y avait rien à excuser au fond. C’était simplement arrivé, et si d’aventure ils devaient de nouveau se rencontrer pour s’entraider, Thivan l’accepterait – quand bien même le travail d’équipe n’était pas son fort. L’énigmatique parole que lança l’Oracle avant de partir fit hausser très légèrement les sourcils au Cardinal. Cela sous entendait que cet homme connaissait le Pontifex. Ce n’était pas si intéressant tout à coup.

« Le message sera transmis, soit en certain. »

Il inclina légèrement la tête non sans garder un regard vers son interlocuteur. Puis une nouvelle fois, celui-ci prit une forme inhumaine, la bête ailée aux griffes acérées était de retour, mais l’aura qui l’entourait était bien loin de ce monstre qu’il avait combattu. Regardant l’envolée de l’oiseau, Thivan demeura un instant sans bouger, sentant néanmoins que Ludmila avait saisit l’occasion d’aller auprès de Zvezdan pour le redresser. Il était dans un sale était, il pouvait en juger au premier regard. Des soins devaient être donnés le plus rapidement possible. Laissant alors son cosmos parcourir la plaine jusqu’à Roach, il appela celui-ci à revenir en la compagnie de Sambor, le cheval du Cardinal de la Guerre. Les deux bêtes avaient fuit la cavalcade endiablée pour se mettre à l’abris le temps que les combats cessent.

Le bruit puissant des sabots talonna le silence tandit que le Cardinal approcha de son homologue inconscient et de la Hyène silencieuse. Saisissant Zvezdan par le bras avant de le hisser sur son épaule, il déposa son regard sur la Berserker. Le bleu de ses iris observa sans faillir, puis la seconde suivante se détourna.

« Je ne poserais pas de question ni ne dirais quoi que ce soit. Je ferais simplement mon rapport au Pontifex sur ce que je sais. Trouve un cheval, nous partons. Je ne t’attendrais pas, je vais prendre de l’avance. Il n’y a pas de temps à perdre. »


Il énuméra succinctement les ordres que ne souffraient d’aucune discussion. Thivan balança un peu durement Zvezdan sur le dos de Sambor, comme un sac que l’on déposait, puis l’harnacha solidement avant de monter sur Roach. A peine un regard à la Berserker, qui ne s’apparentait pas, venant de la Pestilence, à une quelque forme de mépris ou de colère. Talonnant sa bête, les rênes de la monture de la Guerre dans les mains, il partit au galop, loin de Kiev, loin de cette ville, loin de ce massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
BasileusavatarArmure :
Cronos

Statistiques
HP:
100/250  (100/250)
CP:
1000/1000  (1000/1000)
CC:
1000/1000  (1000/1000)
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   Mer 3 Fév - 17:52
Mission divine terminée !

Les Personnages retournent dans la trame principale, début Juin 550.

Merci de votre participation !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t41-1-creation-de-son-parch
Contenu sponsorisé
Message Re: [MD1] Sur les traces du Père   
Revenir en haut Aller en bas
 
[MD1] Sur les traces du Père
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent
» Le père noël est une ordure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Reste du Monde-
Sauter vers: