Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Dim 10 Jan - 13:38
Filant dans les rues de Rodorio, ville aux pierres froides mais où la chaleur savait réchauffer certains cœurs, une jeune femme semblait chercher une attention moindre, mais une attention tout de même. Vêtue correctement, on n'aurait su dire qui était la brune aux yeux d'un bleu tout aussi clair que ne l'était ses intentions à l'instant, mais la Pandora Box où une Salamandre était inscrite dans le métal de la façon la plus délicatement sculptée avait cessé, bien rapidement, tout doute sur elle. Il s'agissait là d'une Marina, le tribut ramené d'une victoire implacable sur des perdants qui avaient dû en payer le prix. Bien loin d'elle était ce problème là, car elle était poursuivie à l'heure actuelle.

Peu soucieuse des quelques regards qu'on pouvait lui jeter de temps à autre, elle ne fit pas attention à ce qui l'entourait, ou très peu. Le marché battait pourtant son plein: petits commerçants des rues exposant leur produits du jour et ses habitants défilaient pacifiquement de stand en stand sous un soleil fort mais agréable une fois accoutumé. Tout n'était qu'habitude après tout, et cela l'avait toujours été pour la jeune femme, mais l'âge lui avait permis de voir la ville sous un autre œil: elle y avait vécu, elle y demeurait depuis déjà un certain moment, bien loin de ses collègues et d'Atlantide, parfois à l'abri des regards des Saints.

Passé la place où le commerce régnait, il y avait ses petites ruelles divisées en deux parties: un petit escalier permettait de surplomber la petite allée en empruntant une voie différente, celle de la hauteur, celle d'une vue permettant de vaquer à des pensées bien différentes. Là, Ariane s'y sentait libre, du moins le croyait-elle en conservant un tant soit peu de cette solitude qu'elle avait appris à détester. C'était en regardant d'un œil détaché les alentours de la ville, surplombé par la petite maisonnette où la générale se tenait qu'elle aperçut quelqu'un approcher de sa "cachette"...Quelqu'un de fort visiblement, quelqu'un qui eut autrefois été piégé par ses illusions et qui s'aventurait à Rodorio de droit: Un Saint à n'en pas douter. Forçant sur sa jambe, elle s'était relevée, prête à accueillir comme il se devait le nouvel invité. D'humeur philosophe, la malice avait dévoré bien vite ces pensées existentiels alors qu'elle agissait de loin sur l'esprit de celui qui l'a poursuivait.

Le jeune homme se rapprochait de l'endroit. Il n'avait pas encore monter les escaliers, mais Ariane avait bien vite vu sa silhouette. Elle y laissa temporairement sa Pandora Box déjà trop lourde pour aller étudier de plus près le pauvre ère. Des cheveux noires furent le premier contact visuel qu'elle eut établi. De ses yeux bleus aux traits de son visage, elle devait avouer qu'il n'avait pas l'air commode et il avait de quoi l'être: taquiner quelqu'un dans une taverne qui avait pris feu n'avait rien de bon. Plutôt joueuse néanmoins, Ariane poussa le vice plus loin, bien plus loin qu'habituellement. Souriant à pleines dents, elle descendit les escaliers tout en bousculant le jeune homme. Il n'y vit pas le visage poupin d'Ariane mais simplement celui de son Grand Pope masqué, vêtu de son habituel toge.

- Grand Pope! Toutes mes excuses!


- Ce n'est rien. Excusez-moi jeune homme!
avait-elle dit en se retournant légèrement pour profiter de son petit tour, accordant un sourire passager et presque sincère à l'homme avant de reprendre sa marche en détalant et en riant. S'il pensait qu'elle ne se sentait pas d'humeur à quelques petits jeux puérils, le Saint avait tord!

Le problème, c'était qu'il s'agissait d'une provocation, ce qu'il ne manqua pas de remarquer. Qu'est-ce que Bélisaire ferait là en lui adressant un regard aussi franc et en riant et fredonnant d'un air doux comme une jeune fille? C'était absurde, c'était...Cette foutue Tribut qui se moquait d'eux!

- Espèce de gamine, reviens par ici!

Et c'était ainsi qu'Ariane tentait de s'échapper une fois de plus des foudres d'un de ces nombreux Saints qu'elle avait charmé puis taquiné. Une fois semé en partie, elle reprit son souffle les mains sur ses deux genoux, avant de se sentir observée. Elle n'était pas sortie d'affaire, et c'était le cas de le dire. C'était un regard amusé et des pupilles qui brillaient d'un éclat malicieux qui accueillit le nouvel homme.

- A qui ais-je l'honneur?


Spoiler:
 




Dernière édition par Ariane le Mer 13 Jan - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Mer 13 Jan - 15:21


C’était une journée ensoleillée, le genre de jour qu’il détestait, d’une lumière aveuglante, presque chaleureuse qui semblait parfois lui dire «Lâche-toi, Libère-toi ». Il marchait vers Rodorio d’un pas lent, ressassant les raisons pour lesquelles il se rendait dans un tel endroit.

Tout avait débuté par une de ces nombreuses discussions qu’il trouvait d’un ennui mortel. Comme à son habitude, le Saint avait mis son masque et avait pris part au grand débat concernant les Tributs récupérés lors de la dernière guerre éclair. Tout cela n’était que mascarade et l’homme n’avait que faire du sort des Tributs, jusqu’à ce qu’il entende parler des rumeurs concernant l’un d’entre eux provenant d’Atlantis. C’était d’ailleurs pour cela qu’il avait rejoint la conversation. Il avait alors écouté ce qui se disait sur cette personne, riant à moitié. Tout cela n’était que rumeurs, les autres participants étaient décidément bien stupides d’y croire sans l’avoir vu de leurs propres yeux. Cette attitude l’avait d’ailleurs écœuré, tout cela n’était que de la critique facile. Ne croyant pas à tous ces dires, ils décidèrent alors que la vierge devait se rendre au village blanc. «Puis-ce que tu sembles si sûr qu’il n’en est rien, tu n’as qu’à aller voir toi», chose qu’il n’avait pu refuser devant toutes ces paires d’yeux fixées sur lui.

Il s’était arrêté, pestant contre lui-même de ne pas avoir refusé quand bien même il y avait du monde. Ce masque était de plus en plus contraignant, plus fatiguant, au fur et à mesure que les années passaient. Râhi frotta la tête de ses mains et soupira avant de reprendre la route qui touchait à sa fin.

Il entra dans le village et, sentant les regards se poser sur lui, il se sentit dans l’obligation de faire un large sourire mielleux. C’était toujours la même chose lorsqu’un Saint venait ici. En effet, certains villageois n’appréciaient guère le lien entre le village et le sanctuaire, et ceux-ci ne se gênaient nullement pour le faire savoir d’un regard à en faire tomber raide n’importe quelle mouche. Râhi, lui, préférait ignorer ces ressentis, se contentant d’un faux air aimable avant de reprendre sa route.

Au coin d’une ruelle où se trouvaient des escaliers, il s’arrêta, observant la scène qui se déroulait devant ses yeux. Une illusion, voilà donc le Tribut en provenance d’Atlantis. Tribut qui semblait, à première vue, particulièrement bien s’amuser durant sa captivité. Cette situation était d’un drôle. Puis il vit la jeune femme s’enfuir et décida de la suivre discrètement. Il était déjà là, autant en profiter. Elle s’arrêta après avoir semé l’homme, Râhi en fit de même, restant dans un coin. C’est qu’elle avait de l’énergie à revendre la petite.
Il entendit soudainement sa voix : « A qui ais-je l’honneur ? ».

Râhi n’avait pas particulièrement caché sa présence, peut-être seulement un peu, en tout cas cette fille était vive. Sans attendre, il sortit de son semblant de cachette. «Une femme aussi belle que vous ne devrait pas se balader sans garde » Déclara le Saint d’un air faussement amusé. Il avait devant lui le fameux général des Lyumnades, une jeune femme aux longs cheveux bruns et qui n’avait strictement rien à voir avec le monstre décrit la veille. « Permettez-moi de vous accompagner durant votre sortie » continua-t-il. Une phrase qui avait d’ailleurs plus l’air d’un ordre que d’une proposition. Dans tous les cas, le général ne pouvait sans surveillance dans le village. Ainsi, qu’elle soit d’accord ou non, il l’accompagnerait.

Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Sam 16 Jan - 16:12
Ariane fit une moue déconfite. L'homme ne s'était pas attardé sur son nom, comme s'il avait volontairement laissé échapper cette information dans le but d'y montrer sa toute puissance. Il était comme eux, comme les Saints. Que pouvait-il savoir après tout? Pour elle, ils n'y voyaient que la surface et ne cherchaient pas à en savoir davantage, pourtant ils étaient tous fautifs de leur souvenir. Une bande d'hypocrites, aussi accepté avaient-ils été dans le quotidien de la brune. Le choix lui en aurait été donné qu'elle les aurait bien remis à leur place. Mais là était le dilemme d'un otage: Il n'avait le droit qu'à peu de gestes. La folie l'aurait complètement rattrapé si ça n'avait pas été pour sa capacité d'adaptation, l'amusement et son sang froid...Ou peut-être était-ce un sang froid qu'elle s'était forgée au fil des années passées en captivité? Elle ne savait plus. Les questions étaient de toute façon trop nombreuses pour être ainsi réfléchies. De quoi en perdre la tête si elle s'y attardait trop fortement.

Intérieurement, la générale sentait la colère la prendre aux tripes, ce qui avait été aussitôt et tout naturellement balayé par un sentiment plus doux, plus forcé. D'une lueur qui le jugeait avec un certain dégoût, elle était passée à un éclat jovial, mesquin mais non malintentionné. Elle n'y voyait pas l'intérêt. Pas encore. Comme à son habitude, c'était la pure curiosité qui parlait afin d'étudier de plus près la personne qu'elle avait désormais à ses côtés. Sa façon de parler trahissait déjà son allégeance, mais Rodorio grouillait d'hommes du Sanctuaire. Laissant échapper un petit rire, elle leva pourtant rapidement les mains comme pour prouver son innocence, car après tout Ariane n'était pas encore sûr des choses auxquelles le Saint avait été témoin. Etait-il au courant de son identité? Il n'y avait plus qu'à tâter le terrain pour le savoir...

"Oh, ne vous inquiétez pas! Et puis, je vous fais suffisamment confiance pour savoir que les hommes d'ici ont plus d'un tour dans leur sac. Vous êtes les sauveurs de ce monde après tout..."

Feintant l'embarras, ses doigts jouaient avec ses cheveux, alors que ses pupilles faisaient un aller-retour entre les mèches qu'elle tenait dans son pouce et son index, pour finalement revenir s'attarder sur le visage du jeune homme qui la complimentait sur son physique. Blond, d'une taille moyenne et bien bâti, la vue d'une intéressée en aurait été fort délectable. C'était du moins ce que laissait entendre les muscles taillés de ses bras. La générale n'avait pas eu cette chance là, alors Ariane se représentait à l'heure actuelle sous une vague apparence de fragilité tapissant une intelligence autrefois aiguisée, mais aujourd'hui usée pour quelques basses conversations. Son ancien rôle lui manquait mais Poséidon et les atlantes représentaient le passé, un même passé qui avait été maintes fois utilisé comme une arme contre ses adversaires. Elle devait s'en détacher émotionnellement, mais ce n'était pas encore le cas. Ariane le savait, Ariane sentait sa faiblesse. Tout comme elle ressentait de plein fouet l'Ego des gardiens de ces lieux. Alors ce cynisme caché était lui aussi apparu ce même jour où elle avait compris cette hiérarchie imposée.

"Je...Vous êtes bien chevalier, n'est-ce pas? Si c'est le cas, je suis honorée d'avoir attiré votre attention, mais vous savez, je ne fais pas des choses si intéressantes que ça. Peut-être verrez-vous cela par vous même."


Elle s'approcha alors de la forme autoritaire. Elle détestait les ordres, elle les avait toujours contredit mais ces cinq dernières années l'avaient quelque peu changé. Bien sûr, elle avait des projets pour tout le monde, bons ou mauvais, dans le but de tuer l'ennui avant de se souvenir de tout. De la guerre. Au point que les premiers jours il lui avait été impossible d'approcher quiconque sans paniquer. Se mêler à la foule désormais était en soi un grand pas pour Ariane.*

"...Bien que vous y donnez de l'intérêt."

Qu'on ne la méprenne pas, de ses yeux doux qu'elle lui adressait aux pas qui se rapprochaient de lui de façon à établir un face à face normal et non pas à deux mètres de son interlocuteur, Ariane venait de se trouver un nouveau jouet. Elle espérait simplement qu'il ne se casserait pas trop vite...
Spoiler:
 









Dernière édition par Ariane le Sam 16 Jan - 21:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Sam 16 Jan - 19:23


Le jeune homme s’amusait à regarder les différentes réactions de la femme qui lui faisait face. Bien qu’il ne s’intéresse assez peu à ces querelles entre dieux, il n’avait jamais nié sa participation aux massacres au nom d’Athéna, mais il se demandait parfois pourquoi les choses devaient se passer ainsi. Il ne remettait nullement en cause sa déesse, il lui devait bien trop et avait d’ores et déjà décidé depuis bon nombre d’années qu’il la servirait quoi qu’il arrive. Seulement, pour une raison qu’il ignorait, tout cela lui faisait parfois cette vague impression de déjà-vu qui délivrait, l’espace de quelques instants, la nature qu’il lui arrivait lui-même d'oublier. Par ce biais, il n’avait jamais considéré les tributs comme des êtres inférieurs. Au contraire, voir des soldats se battre ainsi pour leur dieu les rendait presque intéressants à ses yeux. Même s’il se fichait pas mal de tout ça, il ne pouvait que saluer leur détermination.

Râhi la regardait toujours, observant ses nombreuses mimiques et avait presque envie d’en rire. Poséidon avait visiblement des gardiens incroyables. Il se surprit lui-même à se demander s’ils étaient tous comme cette femme. Puis, la jeune femme se mit à rire sous le regard faussement interrogateur du blond et, prenant quelques mèches de ses doigts elle dit : « Oh, ne vous inquiétez pas ! Et puis, je vous fais suffisamment confiance pour savoir que les hommes d’ici ont plus d’un tour dans leur sac. Vous êtes les sauveurs de ce monde après tout… ». Une phrase face à laquelle l’homme à la peau mate ne put s’empêcher de retenir un petit rire. Le Râhi d’avant n’aurait certainement pas réagit, mais il était à présent sous l’effet de son masque, il était le Râhi formaté par ses propres-soins pour être passe-partout et ses réactions s’en retrouvait différentes, des réactions qui lui donnerait presque envie de vomir. C’était devenu tel un jeu, un jeu pesant qu’il devra assurer jusqu’à l’heure de sa mort.

« Les hommes ne sont pas tous comme cela » Dit-il en étouffant un rire. Il prit une pause faisant comme s’il réfléchissait avant de reprendre dans un faux murmure : « Même si la majorité sont un peu lourd », désignant du doigt un soldat qui passait par là. L’ambiance aurait pu rester un semblant correct si ces mots n’avaient pas été ajoutés. Des mots qui avaient marqué le jeune homme, prétendant au début de ne pas les avoir entendu et pourtant ils tournaient en boucle dans sa tête. « Vous êtes les sauveurs de ce monde après tout… », Une remarque des plus idiotes certainement dite pour le déstabiliser, pour voir quelle était sa position concernant ces périodes quelques peu houleuses. Pourtant, ce n’était pas de ce point de vue que le chevalier voyait les choses. Pour lui, il n’y avait pas de sauveurs où de destructeurs, assassins et autres mentions toutes plus stupide les uns que les autres. Il n’y avait que des personnes, des hommes et des femmes qui se battaient pour le Dieu auquel ils croyaient et probablement que les décisions qui les avaient guidés à ce Dieu étaient sensiblement les mêmes quelques soient le camp. Le silence s’installa ainsi quelques instants. « Je ne suis pas certain que le terme ‘sauveurs de ce monde’ soit correct... » ajouta l’homme, marquant une courte pause avant de reprendre : « Vous savez, tout est relatif… ».

Il sentait le regard de la jeune femme se poser sur lui. Comme elle l’avait dit, il était l’un des chevaliers. En même temps, bon nombre d’entre eux allaient et venaient à Rodorio donc le pourcentage d’erreur était faible. Toujours calme, il brisa néanmoins ce nouveau silence tandis que la brunette s’approchait de lui. « Exact, je suis Râhi, Saint de la Vierge » Déclara le garçon souriant, malgré l’arrière-goût amer dans sa bouche. « Et comment devrais-je nommer la charmante jeune femme que vous êtes ? »

Malgré les apparences, Râhi savait pertinemment de quoi était capable cette fille et, quelque part, il commençait à comprendre les rumeurs à son égard bien qu’il les trouvait totalement exagéré. Elle était un adversaire redoutable, qui servait parfaitement son Dieu, en somme elle était l’un des rares adversaires qu’il aurait voulu combattre. Il n’avait pourtant pas eu l’occasion d’aller sur le territoire de Poséidon durant la guerre d’il y a cinq ans. Le hasard faisait parfois mal les choses semblait-il. Cette journée était sans doute l’occasion d’en savoir plus, de jauger les qualités et le talent de cette femme en tant que combattant. Une occasion de rattraper ce manqué datant de cinq ans auparavant, mais Râhi le savait : quoi qu’il arrive ce jour, il devra rester prudent devant le talent et la malice de la brune, qui semblait particulièrement aimer faire tourner les soldats en bourrique. « Alors demoiselle, où allons-nous ? » Dit-il dans un sourire « Une envie particulière ? » .

Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Sam 23 Jan - 12:56
Face au jeune homme qui semblait rire des réactions dont elle laissait librement l'expression planer sur son visage, Ariane ne savait pas véritablement que penser. Son jugement laissait deviner qu'il dissociait un soldat d'un autre, sans aucune forme de favoritisme. Mais de là à dire que les hommes étaient "lourd"...Portant une main près de ses lèvres, elle avait légèrement ris à sa blague, sincèrement. Il y avait pourtant eu un silence après sa phrase...Un silence somme toute plutôt pesant. C'était un étrange Saint, elle pouvait le dire d'avance sans même violer ses souvenirs les plus secrets. Certes, il n'avait pas l'air d'estimer leur rôle au-dessus de ceux des autres guerriers, mais quelque chose lui intimait que son comportement était loin d'être naturel pour se montrer aussi conciliant puis soudainement froid. Ariane le savait, parce qu'elle même était de cette nature masquée. Plus ou moins.

"Relatif? Ca l'est toujours malheureusement..."


Déjà proche, elle regardait les alentours pour voir quelques gardes abandonner leur poste en constatant la présence du jeune homme qu'elle avait en face d'elle. A en juger par sa carrure, il ne devait pas être le Saint du Taureau mais son instinct lui intimait de ne pas le juger d'avance. Il avait beau être plutôt fin, il n'en restait pas moins détenteur d'un cosmos qui s'avérait puissant quand elle cherchait un peu plus en profondeur. Sa question eut néanmoins pour effet d'éclater son sourire en une expression plus neutre.

"Je ne sais pas à dire vrai...Je pensais éventuellement aller entraîner mes capacités de persuasion dans un premier temps, en un endroit plus approprié. Comme une arène par exemple, ou même les jardins de Rodorio. Mais il faut bien avouer que si vous me laissez le choix, j'ai bien peur que ça ne soit plus au programme."

Cette phrase était un mensonge. Elle savait parfaitement que faire aujourd'hui, mais elle se sentait d'humeur à jouer, et qui sait peut-être même qu'exposer un petit "tour de magie" redonnerait un vrai sourire sur le visage du grand enfant qu'elle avait à côté d'elle. D'un air curieux et décontracté, elle prit le bras du jeune homme avant de se prononcer directement non sans lui offrir une moue malicieuse. Elle préparait quelque chose mais ne s'en cachait pas. De toute évidence, elle n'avait pas sa Scale sur elle et semblait déjà de prime abord contrarié d'être escortée de force pour aujourd'hui. Si elle tentait de se libérer de l'emprise des gardes, c'était bien pour avoir la paix. Mauvais jour pour la Marina...Ou pour le blond en face d'elle s'il n'était pas de bonne humeur.

"Ariane mon cher Saint. "Les dames d'abord" comme on dit, mais honnêtement, ça me ferait plaisir de vous connaître un peu mieux pour ce genre de proposition. J'ai ma petite idée en tête..."


Elle envoya une légère décharge à Râhi, pas véritablement douloureuse mais le décontenançant pendant quelques secondes, suffisamment pour qu'elle puisse s'échapper au travers des ruelles. Pourtant, elle s'était retournée au dernier moment tout en riant de la situation avec une douceur presque surnaturelle, à quelques pas du Saint. Joueuse, elle l'était.

"Mais de là à m'accompagner...On verra bien!"


Il restait à savoir si le jeune homme en face d'elle allait réagir correctement à ses petites provocations, et s'il savait qu'elle allait se diriger à proximité de l'arène où s'entrainaient les Saints. De nouveau elle avait repris sa course.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Ven 12 Fév - 20:43

Les yeux fixés sur la jeune femme, il attendait patiemment qu’elle décide. Le temps lui semblait long, l’immobilité n’était définitivement pas faite pour lui. Voici une nouvelle chose que Râhi était parfaitement incapable de faire. Il ne savait pas exactement pourquoi, mais sans doute son passé en était la possible cause. En effet, dès que le blond ne s’occupait plus l’esprit, dès qu’il était seul, son esprit se perdait à la recherche de ses souvenirs perdus, le forçant à revivre encore et toujours ces douleurs insupportables au point qu’il regrettait parfois de ne pas être mort ce jour-là, celui de son abandon. Chassant ces pensées désagréables de sa tête, il prêta à nouveau attention à la captive bien que ses yeux, même vides, n’avaient pas détourné le regard. Celle si semblait s’intéresser aux gardes qui, saluant le Saint, s’apprêtaient à partir. La vierge ne les appréciait pas plus que cela, des hypocrites profitant de la présence d’un Saint pour se délecter de leurs devoirs… C’en était pitoyable. Puis il lâcha un sourire à la réplique de la jeune femme. Il fallait dire qu’à première vue, celle si ne semblait pas être le genre de personne naïf ou indécise. Silencieux, Râhi se contenta de hochet la tête accompagné d’un grand sourire devant le tribut qui semblait en pleine réflexion. Honnêtement, en bon menteur, le Gold Saint de la vierge sentait les problèmes arriver mais il préféra ne pas y prêter attention. Après tout, peut-être que cela égayerait un peu sa journée et il n’avait pas l’intention de se priver de ce petit plaisir avec elle.

«Ariane mon cher Saint. "Les dames d'abord" comme on dit, mais honnêtement, ça me ferait plaisir de vous con-naître un peu mieux pour ce genre de proposition. J'ai ma petite idée en tête… » Il connaissait enfin son nom, non pas que cela l’intéressait, parce qu’il n’était pas du genre à se préoccuper des autres ayant suffisamment à faire avec lui-même. Seulement, c’était plus facile de le connaitre afin de trouver comment l’appeler si besoin était. Non pas qu’il ne pouvait pas utiliser des appellations du type ‘Hé, toi’, mais il parait qu’il faut parfois se renouveler un peu. Il y eu une courte pause. « En voilà un nom intéressant ! » Répondit simplement le Saint dans un petit rire. Il n’eut cependant pas le temps d’en dire plus que, sans savoir ni comment ni pourquoi, il reçut une décharge. Il n’avait pas eu particulièrement mal, mais cela avait été suffisant pour qu’il n’ait plus les idées claires. Tout ce qu’il avait pu faire à ce moment-là, c’était de la regarder s’enfuir dans les ruelles de Rodorio en grommelant des mots incompréhensibles sous le choc. C’est qu’elle avait de la ressource la bougresse, mais autant que cela puisse paraître, Râhi avait une envie folle de rire. Voilà donc ce qu’elle avait en tête depuis tout à l’heure, mais ce n’était pas plus mal, de cette manière la journée serait peut-être moins ennuyeuse pour le Saint.

Après avoir repris ses esprits, le garçon secoua ses cheveux de sa main comme pour se réveiller, riant faussement. Si cette petite de Poséidon voulait jouer à ce petit jeu, il y jouerait assurément. Un sourire mauvais s’installa sur son visage tandis que sa tête était légèrement baissée. Elle va voir ce qu’elle va voir, Râhi n’avait jamais perdu aux jeux. Évidemment, lorsque l’on fait semblant depuis si longtemps, on est rôdé. Il partit ainsi dans la même direction que celle qu’elle avait prise quelques temps plus tôt, d’un pas relaxé. Reprenons depuis le début, Râhi était presque certain de l’avoir entendu parler d’une arène. C’est alors qu’il se remémora ses paroles « Je ne sais pas à dire vrai...Je pensais éventuellement aller entraîner mes capacités de persuasion dans un premier temps, en un endroit plus approprié. Comme une arène par exemple, ou même les jardins de Rodorio. Mais il faut bien avouer que si vous me laissez le choix, j'ai bien peur que ça ne soit plus au pro-gramme». Rien n’était sûr, mais il fallait bien commencer par quelque part n’est-ce pas ? Il prit alors sans discuter la direction de l’arène d’un pas tranquille avec une mine lassée contrastée par un sourire : le jeu allait enfin commencer.

De cette manière, le garçon avait commencé à déambuler dans les ruelles du village blanc. Il connaissait l’emplacement de l’arène, mais cela faisait plus ou moins longtemps qu’il n’y s’était plus rendu, si bien qu’il changea plusieurs fois de chemin. « Bon sang, c’est où déjà ? » murmura-t-il avant de reprendre sa route vers la droite. Finale-ment, rien n’y faisait, il ne s’en souvenait pas et dût se rendre à l’évidence : il allait devoir demander son chemin. Ainsi, Râhi s’approcha d’une jeune femme qui tenait un panier : « Erm, Excusez-moi jolie demoiselle ? Pouvez-vous me dire dans quelle direction se trouve l’Arène ? Cela fait si longtemps que je n’y ai pas été… » Dit-il en mimant l’embarras alors qu’en réalité, cela lui était complètement indifférent. La dite jeune femme cacha un gloussement avant de lui répondre : « Prenez la rue à droite jusqu’au bout, en suite une nouvelle fois à droite et enfin à gauche ! ». Bien évidemment qu’elle riait, un Saint qui ne trouvait plus l’Arène… C’était une occasion bien trop belle pour ne pas se moquer, mais que pouvait-il y faire ? Le garçon faisait partie de ces personnes incapables de se repérer, c’était peine perdue. Remerciant la femme brune d’un baiser sur la main, il tourna les talons et, une fois à l’abri des regards, son large sourire s’effaça afin de laisser place au dégoût. C’est ainsi qu’il reprit la direction de l’Arène où il pensait trouver cette Ariane, mais un refrain tournait en boucle dans sa tête, quelque chose comme «Hypocrite. Tu n’es qu’un menteur Râhi. Un menteur de la pire espèce».

Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Dim 14 Fév - 15:33
Ariane n'avait pas attendu les réactions du Saint pour prendre la poudre d'escampette. Râhi semblait être aussi joueur qu'elle ne l'était, mais il y avait plus, bien plus encore. Les Lyumnades l'avaient ressenti au contact des yeux de cet étrange homme à la peau si foncé, mais aux cheveux si brillants. La respiration soutenue, le Tribut défilait dans les rues en repensant à l'amertume si présente et si bien confinée sur les traits du Saint. A ce titre-là, il y avait même quelque chose de surprenant et si elle savait qu'il n'allait pas tarder à la rattraper -c'était de toute façon son but, sinon elle ne l'aurait pas envoyé une simple décharge-, rien ne l'empêchait de vouloir explorer un peu plus loin tout ce qu'il pouvait bien se passer dans sa petite tête.

Une idée se déclencha alors dans son esprit. Une idée puérile, une idée d'Ariane. La jeune femme sentait bien que son poursuivant tournait en rond, comme perdu en chemin. Et il lui fallait de l'aide, ce à quoi ni une ni deux, Ariane se concentra sur le cosmos précis du jeune homme pour tenter une de ses subtiles illusions. Bientôt, elle n'arborait plus ses yeux malicieusement candides mais ceux d'une résidante de Rodorio. C'était en réalité une femme que l'on apercevait tous les jours, mais à laquelle on ne prêtait qu'une rapide attention. Le Saint lui-même semblait l'avoir oublié, pourtant la mémoire ne trompait pas sur les personnes rencontrées en de rares occasions. Très rarement en tout cas, et déjà le visage lui semblait connu. Ariane n'avait pas attendu pour en prendre l'apparence comme d'habitude.

« Erm, Excusez-moi jolie demoiselle ? Pouvez-vous me dire dans quelle direction se trouve l’Arène ? Cela fait si longtemps que je n’y ai pas été… »

Ce dernier s'était d'ailleurs bien vite présenté à elle, tout en arborant une certaine gêne par laquelle elle lui répondit par un faux gloussement. La remerciant, le blond lui avait rapidement pris la main pour lui y déposer un doux baiser.

Quelle galanterie...

Il n'avait pas attendu très longtemps pour prendre la direction que la gallo-romaine lui avait donné, sans quoi elle s'était permis un rapide sourire dont elle devait bien son espièglerie. Finalement, alors qu'elle prenait tout son temps pour accéder à l'arène, elle ne savait pas véritablement que penser de lui. Cet homme était pour l'heure un mystère, et les mystères étaient bien souvent peu appréciables lorsque les spécificités d'un combattant portaient à tenter de combattre les désirs, les peurs et les rêves d'autrui.

L'arêne se présentait alors à elle. A l'intérieure, debout sur le sable chaud et poussiéreux d'une terre antique, Râhi était arrivé "en premier". A cela, Ariane su directement ce qu'il en était. L'heure d'un entrainement avait sonné. A quelques mètres, elle fit une déclaration pour le moins étrange, d'une voix trop enjouée pour ne pas cacher une intention certaine. L'hindou pourrait y donner la signification qu'il y voulait.

- Si ça ne vous dérange pas, j'aimerai que vous et moi ayons un lien plus approfondi!


Sur ces mots, l'atlante se tint en position de combat, quoique relativement décontractée. C'était comme si elle ne semblait pas avoir la moindre intention à se montrer des plus violentes.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Lun 15 Fév - 16:18
Râhi reprit ainsi la direction de l’Arène, quelque peu perdu. Quand bien même une villageoise lui avait indiqué le bon chemin, il n’était pas très intéressé par cet endroit et n’avait donc jamais pris le temps de regarder attentivement les recoins de Rodorio. Il ne faisait qu’y passer le plus rapidement possible afin de pouvoir rentrer dans son cocon de maison de la Vierge, un retour qu’il attendait à chaque fois impatiemment. Ce n’était donc pas le genre de détails auxquels il prêtait attention.

Il arriva néanmoins rapidement sur une place et, comme l’avait indiqué la jeune femme, l’Arène siégeait là, devant lui. Il soupira. Le chemin avait été un peu long mais, quelque part, il était plutôt content d’être enfin arrivé. Lentement, il entra et ses pieds rencontrèrent le sable où se déroulaient d’ordinaire les combats. Pourtant, il n’y avait personne en ces lieux. C’est à ce moment-là que le doute l’assaillit. Peut-être avait-il mal interprété les paroles d’Ariane et qu’il s’était rendu au mauvais endroit ? Même s’il ne le pensait pas, cette possibilité resta quelques instants dans sa tête puisque rien ne pouvait prouver l’honnêteté de cette fille. Il l’avait cependant senti, et c’était bien ce qui l’inquiétait, lui qui se cachait afin de ne plus souffrir. Les personnes dites les plus honnêtes étaient une plaie pour lui. Non seulement elles étaient les mieux placées pour finir par trahir, mais elles lui rappelaient également à quel point il était minable.

Le blond à la peau halée eu à peine le temps de se retourner que la jeune femme Atlante était là, devant l’entrée de ce lieu de combat. Il soupira à nouveau, quelque part rassuré de ne pas s’être trompé. Elle s’approcha et n’était plus à quelques mètres de la Vierge et, avant de se mettre en position de combat, elle dit : « Si ça ne vous dérange pas, j’aimerai que vous et moi ayons un lien plus approfondit ! ». Une phrase qui, au grand étonnement de Râhi lui-même, lui fit étouffer un rire devant une telle proposition. Reprenant un semblant de sérieux il se détendit un peu et répondit : « Eh bien, tout dépend du type de lien en question chère Ariane ! »Il ria à nouveau, décidément cette fille était un cas à part, une bizarrerie, mais au moins toutes ses pensées noires s’étaient évanouis dans la nature. Lui qui ignorait si son rire était sincère ou non, il opta également pour un semblant de position de combat. « Honneur aux dames ». Ajouta-t-il finalement.

L’entrainement allait pouvoir débuter.


Dernière édition par Râhi le Mer 24 Fév - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Mar 16 Fév - 21:40
Un fin sourire s'était esquissé sur les lèvres roses d'Ariane à la simple mention de la dernière phrase de Râhi. Décidemment, sa motivation à l'heure actuelle n'avait pas fait mouche, et l'hésitation ne faisait visiblement pas parti du vocabulaire de Râhi. Dire qu'il n'avait pas froid aux yeux était probablement une vérité en soi. Mieux, le jeune homme avait certainement dû percevoir l'état d'esprit d'Ariane. Au sein même de ses yeux bleus océan, régnait en véritable maître l'éclat d'un esprit d'initiative, un désir d'échapper à cette terrible règle qui l'avait toujours maintenu deuxième au sein d'un classement illusoire. Deuxième, mais pas première, voilà un regret caché depuis toujours.

Pourtant...Les illusions étaient son domaine, là où elle n'était pas la victime d'un triste sort, là où l'atlante devenait à son tour bourreau. Des cœurs, de la réalité, de la rapidité elle-même...N'était pas l'Eclair messager, l'Eclair des profondeurs qui voulait. Et la jeune femme, en levant tout d'abord le bras vers le ciel, ne se fit pas prier pour donner un décor adéquat à leur champ d'entrainement, comme une volonté d'établir tout autour d'eux son petit monde à elle. D'un léger rire, l'atlante répondit d'un simple clin d'œil à la question de Râhi.

- Je vous remercie pour cette galanterie, mais ne regrettez pas votre geste trop rapidement! J'espère simplement qu'on sera en mesure de nous rapprocher...toi et moi.

Un champ électrique ornait désormais l'ensemble de l'arène, comme des éclats éclaircissant ce face à face alors que l'environnement semblait s'assombrir de toute part. On eut dit que les deux personnes étaient plongés au cœur même des abysses, au cœur même d'une inconscience où les désirs refaisaient parfois surface. Une simple illusion, mais une illusion persistante et véridique. Ce qu'elle montrait ne mentait pas. Jamais. Mais les Lyumnades iraient doucement, et observeraient d'un œil tout aussi malicieux que curieux le jeune homme qui leur faisaient face. Les éclairs, quant à eux, s'étaient légèrement dissipés en léchant tout d'abord les objets rencontrés en chemin. Il n'était, pour l'heure, pas véritablement douloureux de toute évidence, simplement envoutant. Cette luminosité appelait les marins à entrer dans un Océan inconnu. Un défi pour savoir jusqu'où les faiblesses du cœur les mèneraient.

L'air était lourde et l'ambiance générale s'électrifiait à mesure que les secondes passaient à inspecter le jeune homme. La fatigue gagnait les sens de tous ceux qui s'approcheraient de trop près ce face à face. Le regard de la Marina se planta directement dans celui de Râhi, malicieux, défiant.

- Je me demande juste ce que ton esprit percevrait si j'allais plus loin, mon cher Saint.


Disparaissant sous un éclair furtif, elle s'était retrouvée derrière Râhi, où la gardienne du Pilier de l'Océan Antarctique pensait avoir trouvé la faille idéale pour porter quelques coups précis en direction du Saint. Une forme de retenue avait accompagné ses mouvements car il s'agissait là d'un entrainement, et non pas d'un véritable combat. Un jeu, ni plus ni moins, et c'était d'un sourire qu'elle gratifiait ce pseudo-amusement. Après tout, la jeune femme n'avait pas toujours eu le loisir de s'entraîner à sa façon et cela se pressentait. Tout en intensifiant son cosmos, Ariane tentait de déboussoler son adversaire plutôt qu'à lui faire mal. Le peu d'humidité ayant utilisé afin de tracer un chemin sur lequel l'électricité allait s'abattre...






Dernière édition par Ariane le Mar 16 Fév - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Mar 16 Fév - 22:59

Râhi eut un court moment de battement. Cela faisait un long moment qu’il ne s’était plus entraîné et il n’avait visiblement plus autant de souplesse qu’avant. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même mais, dans tous les cas, ce petit duel ne pouvait lui faire que du bien. Lui et ses réflexes en avaient bien besoins. Finalement il releva la tête vers la jeune femme qui semblait particulièrement motivée par ce petit exercice. Il n’avait toujours pas bougé, la Vierge n’aimait pas les déplacements inutiles et préférait aller directement à l’essentiel alors il était préférable pour lui d’attendre qu’elle fasse le premier pas. Dans un léger rire, il vit son bras se lever et l’électricité envahit aussitôt l’arène. Les choses devenaient peu à peu sérieuses alors le blond prit une position plus adaptée à un combat et ne donna pour seule réponse qu’une sorte de sourire satisfait.

Râhi pensa qu’il ne s’agissait, au premier abord, que d’électricité ce qui provoqua une grande surprise lorsqu’il vit des ombres. Il comprit en un instant, mais il était trop tard et l’attaque l’avait déjà touché. Des ombres tournaient autour de lui, mais ce n’était pas n’importe lesquelles… Si seulement… Il s’agissait de visions floues dont il ne pouvait distinguer les traits et probablement que la lumière n’aidait en rien, mais cela lui avait suffi pour comprendre qui étaient représentés par ces choses sombres. Les êtres qu’il avait autrefois aimés, ceux qui l’avaient abandonné et dont il ne restait que des brides dans sa mémoire. Sa vue était altérée mais il sentit une présence derrière lui et sa conscience lui disait de bouger. Il se retourna aussi rapidement qu’il le put, et recula de quelques pas en se protégeant de ses mains d’où l’on pouvait sentir une légère concentration de cosmos. Il ressentit néanmoins une décharge électrique qui le fit lourdement grimacé. Cette électricité était franchement gênante pour la Vierge qui ne se cacha pas pour le montrer, visiblement quelque peu choqué par la décharge…

Suffisamment éloigné, il prit quelques instants pour reprendre ses esprits jusqu’à ce qu’il porte soudainement les deux mains sur ses yeux et commença à rire. Un son qui faisait froid dans le dos. « C’est donc là tes capacités »dit-il finalement, riant toujours. Puis il s’arrêta brusquement, ses mains s’abaissèrent le long de son corps dévoilant un regard assombrit. Il n’avait guère apprécié le fait qu’on le force à revoir ces fantômes du passé, ces êtres qui faisaient remonter toute cette souffrance, toute cette peur qu’il cachait depuis des années. Lentement, il leva ses mains à hauteur de son torse et concentra son énergie entre elles. Une lumière intense apparût et les entoura, brillant de plus en plus. Lorsqu’elle arriva à une taille satisfaisante, il la dispersa en ouvrant ses mains brusquement. « Vous ne devriez pas trop vous rapprocher de moi, vous risqueriez de vous brûler les ailes, chère Ariane » ajouta-t-il finalement dans un sourire, un contraste avec ses yeux qui n’étaient qu’ombre.

Ce qui était au départ une concentration de lumière se transforma en de nombreux petits pics lumineux qui fusèrent dans tous les sens, mais leur destination n’avait qu’un seul but : leur cible. Elles n’étaient pas très puissantes certes, mais n’était-ce pas là le but d’un entrainement ?


Dernière édition par Râhi le Mer 24 Fév - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Mer 24 Fév - 1:29
Des ombres avaient entourés Râhi, le laissant en proie à son passé ainsi qu'aux éclairs qui le foudroyaient déjà tout autour de lui. Dans sa barbe, Ariane eut crû l'entendre murmurer qu'il prenait conscience de ses compétences et ainsi, par simple appel d'un orgueil un peu touché, quelques paroles avaient été prononcés de façon à se justifier bien rapidement. Si la générale n'était habituellement pas aussi spontanée, elle le devenait.

- Mais non, c'est une illusion basique, rien à voir avec les compétences des Lyumnades. Ravie de faire une telle impression sur toi cela dit!

Utiliser les ombres pour donner une vision familière n'étaient pas réellement les capacités des Lyumnades, qui se contentaient simplement de donner à la femme une apparence de l'être le plus aimé de son adversaire. Utiliser l'amour pour vaincre d'un coup physique bien placé, c'était sa façon de se battre.

Ariane n'osait pas lui dire que l'électricité n'était qu'une base, celle qui amenait le feu par la suite. Une tactique simplette en soi, mais diablement efficace une fois maîtrisée. Usant tout son poids sur sa jambe gauche, elle effectua une simple pirouette qui lui eut permis d'éviter la plupart des projectiles lumineux. Seules deux derniers pics allèrent légèrement entailler sa peau, laissant quelques gouttes de sang s'en échapper. La grimace qui en avait surgit s'était pourtant bien vite transformée en une moue contrariée. On ne la blessait pas, elle.

- Tu te trompes de registre Râhi! Je suis une Marina, pas une représentante des cieux, mais je prends ça comme un compliment...Et puis, entre nous deux, tu as bien plus leur apparence que je ne l'ai.


Ariane lui fit un clin d'œil en avançant de quelques pas. Quelles que fussent les compétences foudroyantes de la jeune femme, celle-ci était une combattante au corps à corps. Plus ou moins. L'atlante encaissa ainsi très rapidement la précédente attaque, avec une seule idée en tête: porter quelques coups physiques au jeune homme qui l'attaquait de loin. Un sourire traversa son visage lorsqu'elle entreprit d'utiliser son champ électrique, lui offrant dès lors l'énergie nécessaire pour traverser le terrain plus rapidement. Peut-être lui manquait-il un peu de force, mais la rapidité savait se montrer toute aussi efficace.

- C'est un peu mou je trouve, mais j'avoue ne pas faire grand chose pour me rattraper.
La jeune femme concentra alors toute sa force en son poing. Une question subsistait, une question qu'elle aimait poser aux guerriers qui lui semblaient mystérieux, autrefois. Et puis, ce combat était en quelque sorte un échange. Un moyen de devenir ami avec Râhi. Et pourtant, elle ne savait pas trop que dire, c'était à peine si Ariane se sentait maladroite à cet instant. Dis moi, qu'est-ce qui t'a amené à devenir Saint?

S'écartant légèrement, toujours en garde, elle regardait son vis-à-vis avec une curiosité jusque-là inconnue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Mer 24 Fév - 16:10

Cette attaque n’était qu’une petite démonstration à faible portée, mais le fait qu’elle n’ait pas porté ses fruits l’agaçait quelque peu et ce, même s’il était parfaitement conscient que cela n’était rien de plus qu’un entrainement, un simple échauffement. Râhi préférait se voiler la face, considérer son irritation soudaine, bien qu’invisible par-delà son masque, comme liée à cette tentative échouée était bien plus facile pour lui à admettre. Pourtant, la raison n’était pas là, en tout cas, pas directement. Râhi s’en voulait d’être tombé dans ce piège d’illusion, revoir ses démons du passé, voilà la réelle cause. Quoi qu’il faisait, il restait bloqué sur ces images déjà effacées et cela, il ne le supportait pas.

Se contentant d’un faible claquement de langue que la distance avait caché, il demeura silencieux. Il savait, il sentait la puissance de cette femme, une personne qui ne semblait pas agir sans raison, sans plan. L’attitude qu’elle avait n’était en rien hostile, en tout cas de manière visible. C’était à se demander s’il n’était pas simplement dans l’un de ces stupides jeux d’enfants auxquels il n’avait jamais participé. Tout cela le replongeait peu à peu dans ses souvenirs, les premières années d’apprentissages, toutes ces choses, ces gens qu’il maudissait encore aujourd’hui.

Elle s’approcha de lui, Vierge silencieuse qu'il était. A vrai dire, il n’était déjà plus le Râhi souriant qu’il était lorsqu’il se cachait des autres. Il portait toujours ce masque, mais son regard devenait petit à petit de plus en plus sombre. Il regardait la jeune femme devenir vers lui plus rapidement qu’auparavant, sans réellement bouger. Il n’était pas du genre à courir dans tous les sens, faire le strict minimum en termes de mouvements, ça lui convenait parfaitement. De toute manière, même s’il l’avait voulu son cerveau ne passait déjà plus ce type d’ordres, perdu dans la noirceur qui torturait son âme.

Le poing arrivait sur Râhi qui se contenta de l’encaisser silencieusement, jusqu’à le faire reculer de quelques mètres. Une main sur son estomac, il reprenait son souffle doucement et commenta dans un demi-murmure : « Pas trop mal ». Elle savait donc également combattre en rapproché, intéressant. Il releva finalement la tête, dévoilant ainsi ses yeux, la main toujours sur son ventre : «…Une aberration, quelle serait sa place dans ce monde …? » Au final, cette conversation n’avait aucun sens et les paroles qu’il venait de prononcer n’était qu’un signe qu’il commençait à disjoncter, que son esprit était ailleurs. Il eut un petit rire mêlé à un soupire, puis il répondit finalement mimant la réflexion : « Marina... Poisson... écaille… Ecaille ça fait tout de suite moins classe». Il ne savait plus en était ses pensées et essayait de noyer le poisson comme il pouvait. Les deux aspects de sa personnalité se disputaient la place, le vrai Râhi refaisait surface petit à petit, perturbé par l’illusion passée lui rappelant sa place, tandis que le garçon usait de son voile de mensonges recouvrant la vérité, tel un vêtement que l’on porterait afin d’effacer toute trace d’une peau nue.

Lentement, il leva légèrement son bras prêt à frapper de nouveau. Une forte lumière apparût autour de sa main, se prolongeant le long de son bras avant de disparaître soudainement. « Une dette… » Murmura-t-il avant de prononcer d’une voix un peu plus clair : « Le destin semble être une chose contre laquelle on ne peut lutter… Un adversaire des plus redoutables. ». Le bruit des vagues résonnaient dans sa tête, tel un appel à la mémoire. « Comment es-tu devenue Général ? ». Un changement de sujet pour le moins brutal qui accompagnait l’apparition d’une sorte de lueur étrange qui, dans un éblouissement instantané, propulsa quelques formes méconnaissables qui semblaient fondre sur elle. Elle lui avait montré ses démons, il allait la confronter à ses propres sentiments, ceux que l'on essaie de cacher au plus profond de soi.
C'était un juste retour des choses.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Mer 2 Mar - 22:29
Dans ce décor, Ariane s'amusait mais ce n'était visiblement pas le cas de son adversaire. Du moins, la jeune femme n'avait pas espéré que cela se terminasse ainsi pour lui, quand bien même ses illusions s'avéraient trop violentes pour certaines personnes, étant plus fragiles émotionnellement. D'une façon, créer les chimères d'autrui était sa seule arme à l'heure actuelle, qu'y pouvait-elle? Conditionnée à déceler les failles du cœur, les Lyumnades agissaient comme tel, regardante jusqu'au bout. Et visiblement, le masque souriant et narquois de son partenaire s'était fissuré, pas suffisamment pour le faire tomber totalement, mais assez pour y déceler un changement notable dans les agissements du jeune homme. Les deux guerriers étaient presque à égalité sur ce point-là.

Suffisamment proche pour lui porter un coup physique, son poing s'était logé dans le ventre. Râhi aurait pu avoir mal, il aurait pu esquisser un semblant d'expression de douleur. A la place, il l'avait simplement complimenté sur une chose où Ariane elle-même doutait de ses propres talents. Cela faisait longtemps, trop longtemps que ces mots-ci n'avaient pas été franchit des lèvres d'une personne en face d'elle, si bien que les prochaines répliques du jeune homme l'avait glacé sur place. Ariane ne s'y attendait pas. De quoi parlait-il? Elle ne savait, pourtant sa curiosité l'intimait à suivre la logique du jeune homme, tout en se basant sur ses propres idéaux et son vécu personnel. Elle-même s'était longtemps considéré ainsi, une aberration, une "chose à part".

- Eh bien, je dirais que le monde est un tout et que l'aberration est une partie de ce tout. L'aberration peut se sentir à part, exclue d'un monde qui lui parait trop différent d'elle-même...Mais n'est-ce pas cette différence qui crée son originalité et sa distinction? En outre, elle se crée une place. J'ai toujours pensé que si cette chose...Ou plutôt cet être différent existait, il y avait forcément une raison qui la maintenait en vie, sinon elle ne vivrait plus, tout simplement. Reste à savoir ce que "l'aberration" recherche, peut-être cela lui donnerait le sentiment de ne plus se considérer ainsi?


Sa dernière phrase avait été accompagné d'un sourire léger, presque doux. Jusqu'à ce qu'il prononce le fait que son Ecaille était une chose honteuse. Une moue s'était esquissée sur le visage de la jeune femme, visiblement fâchée par ces derniers mots. Adaptée à la situation, Ariane redevenait la jeune fille d'Atlantis au caractère turbulent et taquin. Les poings fermées, les yeux enjouées et combattifs, la brune riposta rapidement. Après tout, dès lors qu'une personne se "réveillait" face à ses illusions, une triste habitude consistait à entrer dans le jeu de l'illusionné. C'était comme une volonté à prendre des risques inutiles, au moment où chacun d'entre eux se dévoilait peu à peu mais continuait à lutter en guise de conversation. Les mots n'avaient été ainsi que très peu choisis, car trop naturels selon Ariane.

"Ecaille est un joli mot je trouve... Je n'ai pas eu le plaisir d'avoir une dette à payer, sauf actuellement au nom des Marinas...Mais pour ce cas-ci, je SUIS la dette, donc ça ne compte pas."


Un rire s'était légèrement échappé de ses lèvres, mais ce rire résonnait comme un mensonge, n'importe qui aurait pu entendre les doutes dans sa voix. C'était une évidence que rester au Sanctuaire pendant ces cinq années avait été une épreuve pour la jeune femme. Ses yeux s'étaient rouverts au moment même où Râhi lui avait renvoyé la question. Ariane venait de comprendre ce qu'il se passait: le Saint la soumettait à un test, un test où les ombres du passé étaient balayé par les lumières de la vérité.

Mais tu m'intrigues...Quelle sorte de dette?"

La vérité. Quelque chose que la générale elle-même exécrait au plus haut point quand celle-ci prenait la forme d'un aveu. Persuadée qu'il s'agissait d'une illusion, la phrase avait été répétée maintes et maintes fois, et peut-être même à haute voix. "C'est une illusion". Mais peu importait qu'elle se le redise plus d'une fois, ses sens étaient obstrués. Ce n'était plus un entraînement sommaire engagé entre deux parties distinctes, cela commençait à ressembler à un combat.

Pour sa part, son "recrutement" avait été une bénédiction, une libération. Dans ses souvenirs, le tout était un peu flou, et seule la joie demeurait. La joie de ne pas être recherchée davantage par ceux qui lui voulaient du mal. Ses lèvres se fermèrent, puis s'ouvrirent de nouveau, hésitante quant à ses souvenirs en même temps qu'elle subissait l'engourdissement de ses sens.

"Mes souvenirs sont bons...Ma venue chez les Marinas était une libération, une joie. J'ai revu ma sœur là-bas à cette époque et je n'avais plus à voler pour me nourrir. Je n'en demandais pas plus, ni moins d'ailleurs. C'était ma famille, et il était hors de question que je les trahisse. Aujourd'hui pourtant, c'est différent." Le noir complet, la jeune femme avait l'impression de ne plus rien voir au profit d'être isolée dans son monde, son cauchemar. C'était cela le plus terrible. Ariane paraissait perdue, presque apeurée mais toujours déterminée. Une froideur s'était inscrite sur les traits de la jeune femme. L'amertume. "Je pense que je n'aurai pas dû venir ici après l'avoir tuée. "

Cette dernière affirmation avait eu le mérite de la réveiller, et soudainement plus pudique, son masque de gaieté était revenu. Concentrant toute son énergie, voilà que son attaque avait été porté en riposte, ravie de pouvoir "jouer" un peu plus fortement avec un collègue aussi tourmenté qu'elle. Et la générale ne se priverait pas pour lui faire remarquer que cela l'amusait fortement. Il était temps pour eux deux de se réveiller quelque peu...Une lueur avait été émise tout autour d'elle, son cosmos se concentrait sur chacun des pores de sa peau, comme pour signaler une prise de conscience soudaine. La Salamandre ferait office de réveil, la gardienne du Pilier de l'Océan Antarctique ne le savait que trop bien. Sa place n'avait pas changé depuis l'illusion qu'il lui avait lancé, aussi avait-elle sourit avant d'agripper fermement le bras de la Vierge, tout en le maintenant proche d'elle. La technique exigeait de toute évidence une proximité pour obtenir un résultat adéquat. Contrairement aux apparences, les Lyumnades demeuraient en leur personne des combattants rapprochés.

"Le destin, ce n'est pas une fatalité, c'est un concours de circonstances tout cela. Le destin, c'est simplement ce que tu veux faire de toi maintenant. Et puis, tu n'es pas mauvais toi non plus, pour m'avoir dans mon propre jeu, habituellement j'ai juste à tendre l'oreille et donner le dernier coup, alors si c'est le destin ce n'est pas plus mal, non?


Elle avait marqué une pause. brève, mais suffisante pour porter un coup plus dur alors que sa main enserrait le bras de Râhi plus fortement encore.


...Salamander Shock!"
, s'était-elle alors écriée.

Tout deux avaient subis l'attaque en même temps, et une vague bien trop lumineuse s'était abattue sur la "victime".





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Jeu 3 Mar - 18:35

Râhi resta silencieux, la réponse que lui avait amenée la jeune femme n’était que paroles en l’air. Le genre de mots remplis d’un idéal presque écœurant et auquel il ne croyait plus depuis déjà bien longtemps. Tous ces sons n’étaient rien d’autre que des leurres, des performances vocales dont le seul but était de remplir une personne d’espoir avant de le lui arracher violemment. Ce genre de phrase, la vierge ne voulait plus les entendre. « Une aberration ne sera jamais plus qu’une erreur ». Voilà ce que lui disait son esprit. Pour celui qu’il était, il ne pouvait rien attendre des autres. Tout ce qui était possible de faire, c’était de les laisser le manipuler à leur guise car, peu importe que cela lui convienne ou non, au fond, une aberration n’aura jamais son mot à dire.

Au fil de la discussion et des secondes qui s’écoulaient, les pensées négatives affluaient en lui tel un penseur couchait les mots sur un papier. Peu à peu, il s’assombrit au point de ne plus voir correctement les réactions de son partenaire d’entrainement. A vrai dire, il n’y faisait plus attention tant toutes ces pensées le perturbait. Il pensait que ce genre de choses ne le touchait plus, qu’il avait pris l’habitude de cette petite voix dans sa tête qui lui rappelait sans cesse l’horreur qu’il était, mais il se trompait. Le passé, aussi flou soit-il, ne s’efface jamais. Il l’entendait vaguement parler de son arrivée parmi les fidèles de Poséidon, des mots qui filaient à toute allure bien que certains parvenaient confusément à attirer le peu d’attention qu’il lui restait.

Cependant il n’eut aucune réaction visible, pas jusqu’à ce que cette Ariane ne lui attrape le bras. Il se réveillait peu à peu, se rendant compte de la bêtise qu’il venait de faire. Se laisser attraper d’une telle façon était tellement honteux. « Tu as donc déjà les mains tachées de sang ? En quoi est-ce différent ?» Il s’était laissé faire si facilement que cela l’énervait. Il était en colère contre lui-même, contre cette stupide voix, contre le monde entier. Il n’eut néanmoins pas le temps de se dégager qu’une vague de lumière s’abattit sur eux deux. Une attaque à double tranchant semblait-il. Certainement que le Tribut serait, lui aussi touché par une telle action.

Une fois de plus, Râhi ne se défendit pas. Il n’en avait pas eu le temps, ni l’envie et, en quelques secondes, le jeune homme s’était retrouvé à quelques mètres. Haletant, il essayait vainement de se remettre les idées en place. « Ce que l’on veut faire ? Quelle connerie… Si l’on avait ce choix… ». Il s’arrêta quelques instants, le regard vide. Puis il reprit dans un murmure « … j’aurais disparu depuis bien longtemps… ». S’il avait eu ce choix, il aurait préféré ne jamais naître, lui, l’être qui maudissait sa propre naissance. Un silence pesant s’était installé. Que pouvait-il ajouter d’autre ? Aucune parole ne pourrait changer ce qu’il était.

C’était désormais à son tour d’attaquer. Il se concentra quelques secondes, laissant une lumière envelopper son corps. Pour autant que l’on puisse le voir, et contrairement à ce que cela devrait être, ce n’était pas une lumière d’un blanc aveuglante. Il s’agissait plutôt d’une lumière qui avait perdu son éclat, à l’image de son possesseur. Râhi était bien différent des autres Vierge qui l’avaient précédé, c’était à se demander pourquoi l’armure l’avait choisi lui. Honnêtement, il n’en avait aucune idée aujourd’hui encore. Il ouvrit les yeux avant de disparaître de son champ de vision. Une technique des plus basiques qui lui permettait de gagner en vitesse. Désormais derrière la jeune femme, il concentra son cosmos dans sa jambe avant de frapper. Un mouvement rapide qui, bien que de type physique, les effets se faisaient ressentir à quelques centimètres de là ce qui lui assurait un coup même s’il ne touchait pas la cible directement. « Une dette envers le Sanctuaire… Dont je m’acquitterais certainement avec ma mort ». Une phrase simple prononcée à voix basse mais percutante, qui montrait le désintérêt le plus complet du jeune homme pour la vie.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Sam 5 Mar - 23:55
Le choc l'avait touché de plein fouet. La douleur avait été partagée en même temps que la jeune femme sentait ses muscles grillés sous cet effort. Mais elle ne tomba pas, elle ne devait pas. Non pas par vaillance, mais simplement par un orgueil redécouvert. Sa bouche était sèche, sans doute ne tolérait-elle pas l'idée d'être vaincue encore une fois. Sa vie et sa personnalité entière d'antan lui manquant tellement, et pourtant l'espace d'un instant, l'espérance enfantine dont elle avait fait preuve face à Râhi avait refait surface...Avant d'être mollement écrasé par ce dernier. Il n'avait pas tord, que pouvait-elle savoir de lui? S'éloignant de la Vierge en quelques pas rapides, légèrement tremblante au choc, sa technique n'était pas encore parfaite néanmoins, sinon celle-ci les aurait littéralement laissé tout deux groggy. Il lui fallut une bonne minute pour reprendre ses esprits, et repenser aux derniers mots échangés avant l'impact. Du sang, sur les mains...

- ...Je...


Ariane n'avait su répondre en quoi elle différait. Aucune réponse ne lui avait traversé l'esprit au moment où Râhi lui avait demandé cette question, se contentant tout simplement de regarder la personne qui lui faisait face...Vaincue pour ce point là. Dans l'ignorance. Ses yeux s'étaient baissés, contemplant le sol, ils étaient fuyants, et principalement dépourvus de répartis. Habituellement, l'atlante préférait que les inconnus la voient comme un danger ou une femme insouciante, plutôt qu'une personne incapable d'aller jusqu'au bout des choses dans sa nature même. Alors pourquoi se sentait-elle ainsi? Reprenant sa course, observant l'arène avec méfiance, les Lyumnades se tenaient aux aguets, et tentaient de reprendre son peu de conviction.

- Ce n'est pas tant la différence qui est effrayante pour moi, c'est le fait d'être comme tout le monde. Ce qui ne nous empêche pas d'avoir un choix...Bon ou mauvais, non?

Involontairement, le Chevalier remettait en cause la bonne volonté du Tribut, qui pensait qu'en prenant le choix d'aller au Sanctuaire sous ce titre, elle aurait obtenu son salut. L'échec avait parfois un goût amer, ce qu'elle ne parviendrait pas à oublier. Et il n'y avait absolument aucune excuse justifiant ce cas-ci. En pleine possession de ses pouvoirs, Ariane se camouflait derrière un amusement certain pour oublier la réalité, celle qui lui montrait qu'elle était aussi vulnérable que n'importe qui d'autre. Qu'elle n'était pas si extraordinaire que cela, ni même différente, juste quelqu'un de banal. Et visiblement, elle n'obtiendrait pas de réponses plus précises de qui que ce soit sans aller jusqu'au bout des choses...Ce combat n'était qu'un entrainement après tout. Un entrainement où ce bien étrange chevalier ne montrait plus la courtoisie de ses premières minutes. Il était sombre, si sombre pour quelqu'un censé représenter son Armure. De quoi parlait-il précisément? Ariane ne pouvait véritablement le savoir, sauf en fouillant son esprit...Ce qui était hors de question à l'heure actuelle. On lui avait bien dit que cette action pouvait être prise en signe de déclaration de guerre.

C'est à ce moment là qu'elle décida d'agir, quitte à ne plus avoir le jeune homme sous sa coupe. De toute évidence, elle ne contrôlait plus grand chose en cette scène. Quelque part, le combat ne lui apporterait pas davantage de réponses, et l'atlante le savait. Soudainement, Râhi était réapparu, décochant alors un coup plus violent, chargé en cosmos. Une grimace s'était formée sur le visage de la brune lorsque la jambe était venue frappée au niveau de son diaphragme. Par automatisme, Ariane avait fait en sorte d'éblouir le jeune homme afin qu'il ne puisse davantage continuer à frapper davantage. Debout, affaiblie mais toujours consciente, la riposte en était évidente.

Pourtant celle-ci n'arriva pas.

Les yeux fermés, la jeune femme ne se sentait plus en état de combattre, du moins n'en avait-elle plus le goût. De toute évidence, un affrontement trop violent l'aurait certainement fait fuir. La guerre avait en réalité laissé des séquelles en cette jeune guerrière qui n'en était peut-être plus une. Ses poings se desserrèrent tandis que ses bras rejoignaient une position plus neutre. Droite, Ariane n'était plus en position de combat, quelque peu lassée.

- Si cela ne te dérange pas, je ne suis plus d'humeur à jouer à ce petit jeu. Aller plus loin serait dangereux pour nous deux, de toute façon...

Toujours hésitante, la jeune femme le remercia pour cet entrainement d'un hochement de tête. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas combattu, mais quelque part, ses techniques à elle n'étaient pas faites pour combattre Râhi. Il apportait bien trop de souvenirs immergés profondément, et Ariane était encore bien trop blessée mentalement pour mener à bien ce genre de pensées. Eva menaçait faiblement de revenir à la surface, mais chassée par un semblant de paix et surtout par la fin d'un premier entraînement que la brune n'avait pas eu depuis des années, elle fut chassée bien rapidement de ses souvenirs.

La générale s'éloigna légèrement de l'arène, gêné de laisser son "adversaire" sur le terrain. Elle lui adressa un regard un peu plus éloignée, toujours intriguée, mais effrayée à l'idée d'éveiller davantage de regrets de son côté.

- Je ne pensais pas aller aussi loin...J'ignore en quoi tu te sens responsable jusqu'au point d'en penser que ta mort résoudrait ta dette, mais si tu es toujours là alors c'est que tu en as fait le choix d'une façon ou d'une autre, non? Enfin...Je ne comprends pas.

Guère patiente, la jeune femme tentait pourtant d'étouffer les secondes de silence et son incompréhension. Plutôt platement, le "vrai" mensonge ne faisait pas parti de ses compétences. On ne parlait pas de jouer un rôle, simplement d'écouter et de parler...Or, maladroitement elle ne savait plus comment réagir, décontenancée jusque dans son regard.




Dernière édition par Ariane le Dim 6 Mar - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   Dim 6 Mar - 12:20

Il semblait que Râhi avait touché un point faible avec ses paroles, mais tout cela n’était qu’un juste retour des choses plus ou moins involontaire bien que certains diront sans doute que tout cela était exagéré. Cet entrainement tournait en révélations et règlement de comptes, chose que la vierge n’appréciait guère. Voir ces brides de souvenirs revenir de la sorte, même si la jeune femme ne pouvait l’imaginer, elle avait fait une terrible erreur et, dès cet instant le véritable Râhi avait tenté de reprendre le dessus. Un mélange d’instabilité et de noirceur, doux paradoxe vis-à-vis de son armure. Tiraillé entre toutes ces fausses personnalités, il ne parvenait plus à contraindre sa force et avait envoyé un coup plus violent qu’auparavant. Fort heureusement, l’éblouissement provoqué par Ariane avait quelque peu dévié le tir, lui faisant perdre un peu de puissance. Râhi n’avait plus conscience de rien, il ne réagissait plus, il n’était tout simplement plus là.

Il écarquilla pourtant les yeux légèrement après ce coup, dans un semblant de lucidité. Voyant l’état de son partenaire d’entrainement, il s’immobilisa quelques instants. Elle semblait prête pour lancer une attaque qui n’arriva pas. Son esprit se calmait doucement, bien que parfaitement incapable d’affirmer si cela serait temporaire ou non. Le garçon s’attarda alors un peu plus sur elle et compris qu’il avait peut-être été un peu loin. Ce n’est pas comme s’il était directement responsable, ce genre d’évènements était particulièrement rare et difficile à gérer. « Ah… » Fût la seule remarque qu’il réussit à prononcer. Non seulement son comportement aurait pu être dangereux, mais il avait également dévoilé une partie de lui, de son secret à cette femme qui s’éloignait sous ses yeux.

« Le choix… n’est qu’un leurre, un mensonge que… » L’on utilise pour justifier nos actes. Il n’alla pas au bout de sa pensée, il n’en avait pas besoin. La jeune femme semblait ne plus avoir envie de combattre. A vrai dire, lui non plus. Ils avaient tous deux biens trop révélé, bien trop perdu dans cette histoire. Ce petit jeu était devenu bien trop risqué pour un simple entrainement et il ne savait pas ce qu’il était capable de faire dans ces élans de noirceur. Tout cela n’avait été qu’un petit avant-gout de qui il était, de cette souffrance qui le rongeait depuis toutes ces années. Il évitait de montrer le vrai Râhi aux autres autant que possible et très peu de personne connaissant l’existence de ce masque de mensonges. Malgré tout, il avait dévoilé cela à un serviteur de Poséidon si facilement… Il avait simplement peur, des autres, de lui, de tout.

Il la regarda s’éloigner avant de finalement se décider à la suivre. «N’avais-je pas dis que je vous accompagnerai aujourd’hui, Ariane ? » Prononça-t-il plus fort. Des mots qui sonnaient comme un rappel, non pas pour elle, mais pour lui-même. Cela l’embêtait, surtout après ce qui venait de se produire. De plus, l’ombre qui l’entourait n’avait pas encore disparut. Sans doute allait-il devoir essuyer quelques questions, mais il devait assurer ses responsabilités jusqu’au bout quoi qu’il en pense. Arrivé à sa hauteur, il murmura à son attention : « Ma présence n’a rien d’un choix, et la seule chose qui me retient dans ce monde est cette dette, rien de plus » . La tête toujours baissée afin de cacher son sérieux et la noirceur dans son regard, il prit néanmoins soin de la mettre en garde : « Ne jouez pas à ce petit jeu, Ariane. Ce que vous y découvririez risquerait fort de vous déplaire… » .

En un instant, il se positionna devant elle le sourire aux lèvres, tel qu’il l’était aux premiers instants de leur rencontre. « Alors, où allons-nous ? » . Le masque de Râhi -marqué par l’instabilité- était revenu, mais pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message Re: Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Attrape-moi si tu peux [PV Râhi] [mai 550]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» croque-moi si tu peux - jeudi 24 mai, 14h17
» Je peux manger avec toi ? { FT Fox}
» Tu peux répeter, il me semble que j'ai pas bien compris... [Darren M.]
» [Mercredi - 18h30] Je peux pas vivre sans lui.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: