Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
StarkavatarArmure :
...

Statistiques
HP:
0/0  (0/0)
CP:
0/0  (0/0)
CC:
0/0  (0/0)
Message [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Lun 8 Fév - 19:03
Ma vie avait enfin un but, j'avais quitté il y a quelques années le petit village qui m'avait forgé. Moi, mes manières, mon style de combat, et surtout mes ambitions. Ces ambitions justement, ne vouaient qu'à profiter au mieux de cet art que j'avais appris à la sueur de mon front. La guerre, les batailles, les duels tout cela m'étaient d'agréables occupation. Bien que l’extermination ne soit pas quelque chose me plaisant. Je prônais plutôt le sursis, ou du moins j'essayais d'épargner mes adversaires que je traitait avec respect. Cette attitude était souvent vue comme pitié et faiblesse de ne pas pouvoir achever un travail. Mais ceux pensant cela se trompaient, je ne voyais juste pas l'utilité d'arrêter la croissance d'un potentiel talent de combattant.

Puis depuis peu, j'avais rejoins le groupe des serviteurs de mon seul maître, Arès, divinité que j'admirais, que je vénérai. Bien que son apparence charnelle, sa réincarnation n'ait pas été aperçue depuis longtemps j'avais foi. Je rêvais de pouvoir apercevoir un jour cette magnificence en un homme. J'avais été choisi afin de faire partie de son armée, si mon talent, mon art de me battre pouvait servir au dieu de la guerre je ne pouvais que m'en réjouir. Désigné par les forces divines comme Berserker portant la Cuirasse du renard.
Lorsque je me concentrais sur la cuirasse elle réapparaissait dans l'instant. Surement une capacité du cosmos me liant à l'armure. J'affectionnais particulièrement cet animal totem, rusé, gracieux, beau, et n'hésitant pas à s'organiser au mieux pour vaincre quoi qu'il arrive. Cela me correspondais j'étais désormais tel un renard en quête d'un groupe afin de se partager les vivres d'un territoire, ce territoire, la Terre, je souhaitais être un acteur majeur qui l'offrirai à notre dieu. Mais je n'ai été en contact avec les affaires religieuses et politiques qu'il y a peu. Mon savoir était limité. Et sans connaissances aucune chance de pouvoir tirer avantage des situations, pour remédier à cela je voulais m'entretenir avec le dirigeant des lieux. Malheureusement je n'avais pas pu rencontrer le Pontifex pour le moment. Alors je ne faisais qu'arpenter la Citadelle de Chair afin de prendre mes marques.

Marques que je ne mémorisais pas du tout. Grâce à mon cosmos, énergie que je sentais depuis longtemps mais dont j'ai appris à connaître il y a peu, j'étais capable comme tout autre Berserker de traverser les parois de ces murs. Outil qui pourrait sembler outil, mais qui en fait ne faisais que déstabiliser mon repérage. A l'occasion je devrais trouver un plan détaillé de la Citadelle ou bien je risque de me retrouver continuellement perdu dans ce Dédale. J'arrivais dans une pièce sombre, comme le reste des édifices, avec de faibles bougies éclairant la salle. De nombreux piliers soutenait des murs épais, ressemblant fortement à des constructions religieuses. Des ornements, sculptures de guerriers et autres armes se trouvaient tout autour dans la salle. Au centre Deux longues chaines pendant du plafond au dessus d'une stèle qui se trouvait sur le milieu exact de la pièce.

Je fis rapidement le tour de la salle, je devais me trouver dans une sorte de prison? Ou bien d'autel sacrificiel, comme il était coutume dans certains rites. Les cachots devaient rassembler plus de prisonniers... Alors je ne gardai que l'option du sacrifice. Je m'approchais du centre, sortant ma dague fétiche, la plus équilibrée et la plus tranchante. Je passais la lame doucement sur les chaînes, provoquant un crissement long et strident. cette pièce ravivait en moi des envies d'infliger une douleur pure, sans autre sentiment, uniquement faire mal... Alors que je commençais à vaciller dans ce penchant obscène de mon âme, je perçus une présence, une énergie dans la salle. Était elle là depuis longtemps? ou cette personne venait elle d'arriver? Je reculais d'un pas, ma dague virevoltant entre mes doigts agiles, sur la défensive. Cette citadelle de chair pouvait renfermer de nombreuses surprises~




Dernière édition par Stark le Mer 10 Fév - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Mar 9 Fév - 18:49

Parmi les différents moyens de se changer les idées au cœur du Dédale sans y dépenser trop de son énergie, le passage en revue des nouvelles recrues se montrait de loin le plus divertissant aux yeux de Ludmila. Elle aimait voir de quel bois étaient ces dernières, non seulement par curiosité mais aussi pour jauger au mieux leurs capacités ainsi que leur manière de raisonner ; tôt ou tard, chacune d'entre elle pouvait se retrouver à ses côtés en tant que frère d'arme ou même encore adversaire. Après une dizaine d'années à servir la citadelle et se perfectionner dans son art, elle guettait toujours l'arrivée de nouvelles têtes, prête à défendre sa place de vétéran si d'aventure l'un d'eux se montraient trop ambitieux.
Car si elle ne pouvait pas s'imposer face à des cardinaux arrivistes, absolument rien ne l'empêchait de mettre les choses au clair, à sa sauce, avec les guerriers de son rang. Pas qu'elle était vicieuse ou hostile de nature, au contraire, mais le besoin d'être reconnue comme une combattante d'élite parmi les servants d'Arès s'avérait de plus en plus pressant. Hors de question de se laisser doubler, encore moins parce qu'elle n'était qu'une femme dans un monde d'homme – Et ce nouveau venu là, quel que ce soit son nom, représentait une menace potentielle dans cette course vers la renommée.

Comme presque tout le monde en découvrant le Dédale il peinait encore à s'orienter et garder des traces de ses derniers passages parmi les nombreux flux cosmiques qui imprégnaient les environs. La Hyène eut donc tout le loisir de l'observer jusqu'au moment où elle se décida à passer à l'étape supérieure en l'approchant frontalement. Elle le surprit dans ses songes alors qu'il laissait sa lame geindre au contact des chaînes, comme l'aurait fait un prisonnier.
Droite dans ses bottes, sa lourde cuirasse toujours sur es épaules et une main reposant sur la tête de sa hache impie, elle l'interpella de vive voix :

    Désolée, nous manquons de prisonniers ces derniers temps. Si vous souhaitez vous faire les dents il faudra trouver autre chose.

Elle esquissait un sourire, jusqu'à ce que son regard mauve se posa sur la courte dague. Cela lui rappelait Zvezdan. Encore... Décidément ! D'ailleurs, qu'avaient-ils donc avec ce type d'armement ? Trop peu létal à son goût, n'offrant pas le plaisir de voir une armure adverse s'écailler suite à une frappe puissante.

    Je suis Ludmila de la Hyène – Armée des Flammes. Et vous ?

Ce n'était pas tant par courtoisie qu'elle se présentait mais plutôt pour prendre les devants. Comme à son habitude, elle préférait se montrer avenante afin de collecter ses petits renseignements avant de se faire une idée sur quelqu'un. Bien qu'elle se montrait souvent suspicieuse à l'égard des hommes elle ne les méprisait pas pour autant, ou du moins, pas autant qu'à une certaine époque.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
StarkavatarArmure :
...

Statistiques
HP:
0/0  (0/0)
CP:
0/0  (0/0)
CC:
0/0  (0/0)
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Mer 10 Fév - 17:26
Je me retournais lentement vers la source des paroles lancées à mon égard non sans une pointe de taquinerie. Je rangeais peu après ma lame, ne voulant pas montrer de l'hostilité au premier Berserker que je rencontrais. Il s'agissait d'une femme, plutôt grande dirais je en rapport avec la hache qu'elle possédait à ses côtés. La lourde armure lui couvrant le corps ne laissait aucun doute sur sa puissance physique. Moi même je devrai avoir des difficultés à me mouvoir dans ces lourds appareils. Elle m'annonça son nom et son appartenance a une armée, Le Pontifex contrôlait des armées distinctes, où était ce une sorte de distinction entre les berserkers? Je déployais un fin sourire mes yeux cherchant les siens, on dit que l'on ne peut comprendre l'autre que de deux manières différentes, fouiller l'âme dans ses yeux, ou analyser ses faits lors d'une bataille. Et je ne comptais pas affronter la demoiselle.

C'est bien dommage, cela fait bien longtemps que je n'ai pas eu l'occasion d'ascéner la douleur d'une torture à un homme privé de droit et d'honneur.

Ma voix était lente comme pour appuyer mes paroles, qui il faut avouer n'étaient que légèrement surjouées. J'aimais infliger de la souffrance, mais uniquement lorsque mon esprit commençait à flancher, ou que j'étais contrarié.

Mais ce n'est pas le moment, je suis Stark du Renard, et à cet instant je n'ai pas encore ouïe dire de quelconque armée.

Le manque de savoir était la première cause d'échec. En ayant le savoir vous évitiez la peur, la peur engendrait des erreurs, et ces erreurs peuvent être fatales lors d'un combat. Alors je cherche tout simplement à remplir mes lacunes en termes de connaissance. Je souris humblement, fixant la Hyène de mes yeux de renard. Je m'avançais afin de ne pas avoir à élever la voix. Restant calme et serein. Je contemplais sa hache, massive, et grande. Capable surement de décapiter bon nombres d'adversaires. Cette femme imposait plus l'esprit guerrier que là plupart des gens que j'avais rencontré dans ma vie et ce n'en était que plus enchanteur.

Ludmila, si je peux me permettre, pourriez vous éclairer mon esprit sur ces lieux et ses pratiques? Je n'aime pas rester inculte.

J'annonçais la dernière phrase d'un ton plus sec, montrant mon insistance sur ce point. Il est vrai que cela pourrait paraître agressif, mais nous sommes serviteur d'Arès, l'agressivité est naturelle par chez nous.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Jeu 11 Fév - 13:45

La Hyène conserva une mine indifférente face aux propos du Renard ; ne partageant pas ce penchant pour la violence gratuite, qui plus est sur des personnes inoffensives, elle laissait toujours couler lorsque l'un de ses confrères assumait ce type de petit plaisir. Après tout ils étaient dans leur bon droit. Dénoncer ce genre de comportement ne collait pas avec l'environnement, elle le savait et c'était pour cette raison que la vandale instaurait souvent des distances avec la faune du Dédale. Elle ne goûtait pas de ce pain là – Imposer ses principes ne servirait à rien, voire impacterait néfastement sa réputation au sein du bastion. Elle enchaîna donc avec légèreté :

    Sans armée ? Ça ne saurait tarder, la fourmilière est en pleine essor ces derniers temps. Il va falloir suivre le rythme !

Elle le taquinait un peu. Du temps, ils en avaient. Xanthe ne dirigeait pas sous le coup de la précipitation et les dernières estocades contre le Sanctuaire s'étant révélées efficaces, soigner la suite de leur plan de bataille afin de continuer sur une bonne série semblait être le choix de la hiérarchie. Peut-être pas celui d'Arès lui-même dont elle avait pu obtenir un aperçu de son impulsivité légendaire, mais ce dernier n'était toujours pas de retour des enfers. Peut-être même qu'il ne se présenterait pas à la citadelle finalement... ce qui n'était pas nécessairement un mauvais signe : Cela signifiait que l'alliance avec Hadès se peaufinait jusqu'au moment propice.
Les berserkers n'étaient pas tout seul même s'ils composaient toujours selon leurs propres moyens. La suite ne manquerait pas d'être palpitante, assurément...

    Teh! Je pourrai. Mais ce serait vraiment trop simple... Si je vous pré-mâche le travail dès maintenant, vous allez voir que je serai aussi la première à devoir vous relever lorsque la mêlée vous fera flancher.

Ricanante, un peu peste pour le coup, elle ne semblait souffrir d'aucun remord à titiller cette nouvelle recrue. Pas qu'elle était méchante mais étrangement, chercher à prendre l'ascendant sur celle-ci lui procurait une certaine satisfaction. Depuis peu elle pouvait se targuer de quelques faits d'arme – pas toujours « bénéfiques » même si particulièrement létaux – et bien qu'elle ne pouvait pas se vanter pleinement du dernier à cause de son débordement aveugle, le besoin de s'imposer afin de consolider sa progression se révélait depuis peu. Et Stark en faisait légèrement les frais.

    Je peux vous conduire auprès de la Pestilence ceci dit. Il seconde notre Pontifex et saura vous affecter quelque part si vous souhaitez faire vos preuves... Car sachez qu'on ne commence à comprendre comment se passent les choses ici que lorsqu'on y trouve sa place.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
StarkavatarArmure :
...

Statistiques
HP:
0/0  (0/0)
CP:
0/0  (0/0)
CC:
0/0  (0/0)
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Ven 12 Fév - 21:26
La demoiselle en armure était indifférente, sûrement était ce coutume ici alors je pensais vraiment qu'elle réagirai sur cette remarque. Je souris alors montrant un air nonchalant. Sa remarque ne fis qu'étirer le long trait qui ornait mon visage. Si la Citadelle était en plein action, et qu'il falait des troupes, je serais ravi de proposer mon aide. Et en effet je n'avais pas d'armée, je ne connaissais que de réputation les grands noms des Berserkers. Mais rien de concret. Je devrais apprendre sur le tas. Le rythme je n'aurai pas de mal à le tenir, je m'y étais préparé.

Mes plans dans la citadelle n'avaient toujours pas changés, je devais me faire un nom, et peaufiner mes compétences afin de conseiller au mieux les Berserkers. Je savais que mon endurance était légèrement moins grande que d'autres. Je devais jouer de mon intellect et de l'art de la parole pour influer. Mais ce ne sera que dans longtemps, pour le moment elle m'avait indiquée un bon moyen de gagner en renom. Rejoindre une Armée d'un des Cardinaux ce serait la première étape.

Sa deuxième remarque et son petit rire ne m'affectèrent point, j'avais conscience que son autorité était supérieure à la mienne en ce moment. Et je ne comptais pas contester. De plus son raisonnement était logique, si chaque recrue était chouchoutée elle finirait en morceaux ou tétanisée lorsqu'elle devra prendre une décision par elle même. Plutôt intéressant, j’acquiesçais d'un mouvement de menton, le regard neutre le visage toujours indifférent.

Je souris alors et plaçais ma main sur mon épaule gauche, signe de remerciement mon regard devenant un peu plus chaleureux. M'inclinant légèrement.


Ce serai un honneur de rencontrer un Cardinal , et en effet je souhaite prouver mon dévouement à Arès. Et si je comprends bien vos paroles, vous devez avoir été affectée à une armée? Puis je connaître votre rôle dans cette forteresse?


Mon regard laissa passer une étincelle d'intêret. Une femme de cette stature, équipée ainsi ne pouvait susciter que de la curiosité. Et puis je pourrai peut être récupérer quelques impressions d'un soldat. Il me faudrait adapter mes paroles, ne pas paraître trop ambiieux. Sans pour autant me laisser marcher dessus, sur ce je toisais la Hyène sans offense mais assez intensément.

Je soupirais et pris un air un peu afligé.

Ludmila, n'est ce pas? Vous savez, même étant disciple d'Arès je vise surtout un poste diplomatique. Je préfère analyser la situation plutôt que de foncer. Et vous je suppose que vous êtes bonne combattante, vu votre... Arme.


Regardant la hache de haut en bas je commençais à suivre la Hyène. Impatient de découvrir un des personnages les plus éminent de la Citadelle. A quoi pouvait ressembler la Pestilence? Et puis je sentais frémir un recoin de mon être trépignant à l'idée de me présenter. Et puis la première impression est la meilleure alors je devrais assurer. Bien que j'aurai aimé rester seul avec la guerrière et en apprendre plus sur elle. elle semblait digne, et fière. Deux atouts lorsque l'on cherche une camarade de confiance.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Sam 13 Fév - 0:05

Allez. La vandale lui offrait un bon point pour le respect qu'il affichait envers elle. Vouloir prouver sa supériorité en jouant la carte de l'agressivité restait un pari dangereux quand on la comptait dans l'équation, et même si ce n'était pas une vérité absolue elle en avait apporté quelques preuves récemment, aussi le calme ou plutôt la retenue du Renard jouait en sa faveur. Un autre bon point lui fût d'ailleurs accordé grâce à cette curiosité visible qui flattait l’orgueil de Ludmila, toujours ravie lorsqu'on la questionnait sur son rôle – Du moins depuis qu'elle en avait un bien défini. C'était d'ailleurs pour cette raison que malgré son tact assez brutal elle avait pris la décision de l'amener immédiatement auprès d'un supérieur hiérarchique. En réalité, c'était sans doute le meilleur service qu'elle pouvait lui rendre.
Néanmoins son interlocuteur devrait se montrer plus attentif car il lui faisait déjà répéter. Si avec elle, cela n'était pas tant un problème, user la salive de Thivan en revanche ne s'avérait pas être une très bonne idée.

    Armée des Flammes, comme je vous l'ai déjà dit ! Insista-t-elle. Sous le commandement du cardinal de la Guerre. Je reviens de Kiev, là où son Altesse Arès s'est éveillée... et lorsque je suis ici, je suis la gardienne des portes d'obsidienne.

Enfin, aux dernières nouvelles, elle l'était. Et si quelqu'un d'autre s'était approprié cette place pendant son absence il ne tarderait pas à avoir des nouvelles de la Hyène, qui ne souhaitait pas perdre ses fonctions, même au risque de cumuler.
... Et voilà qu'il recommençait. Était-ce rhétorique ou alors cet homme manquait de mémoire à court terme pour ainsi douter du nom de son interlocutrice ? Elle acquiesçait silencieusement, tâchant de rester attentive quant au reste des propos énoncés. Puis dès qu'il s'apprêta à la suivre, elle fit volte face, permettant via une vive gestuelle à sa hache de décoller de sa taille, aussitôt rattrapée au vol par le manche puis dirigée en « inoffensif » coup d'estoc contre le plastron de Stark – Le forçant au recul. Il venait de perdre trois points. Pour une bien trop simple raison.

    En effet je le suis.
    Et vous l'êtes aussi, n'est-ce pas ?
    Le regard intransigeant de la vandale n'appelait pas réellement de réponse. En fait, il lui dévoilait même la seule réponse possible en ces lieux. Qu'analysez-vous en cet instant... A part le fait que la mort peut frapper plus vite que vos calculs ? Pensez-vous vraiment que la diplomatie vous sauverait si tout à coup je décidai de vous tailler en pièces... enivrée par la rage... galvanisée par votre sang... persuadée du bien fondé de votre agonie...

Elle avait haussait le ton. Mais sa mine d'abord sévère s'était évanouie au fur et à mesure même si ses paroles demeuraient convaincantes – Elle en était la première convaincue, car depuis Kiev, elle savait. D'un mouvement brusque, elle appuya la tête de sa hache contre le buste du berserker de manière à le repousser une dernière fois puis se tourna sur le côté, le quittant momentanément des yeux.

    Mon analyse à moi est claire et nette : Vous ne seriez qu'un cadavre. Teh ! La diplomatie n'est qu'une arme secondaire, ne se montrant intéressante que quand on se trouve dans la panade, ni plus ni moins. Votre ennemi le sait d'avance et n'en fera pas preuve, oh non. Et alors vous verrez. Vous aurez tout le luxe d'analyser votre décrépitude... puis ça s'arrêtera là.

De l'aigreur altérait le timbre de sa voix. D'aucune façon elle n'aurait usé de sa lame contre cet homme, cependant il devait croire le contraire. Il le devait car d'autres en étaient assurément capables, alliés comme ennemis, et qu'alors il regrettera de ne pas avoir donné le maximum pour être un soldat accompli – Ou un « fonceur », d'après ses propres termes.

    Vous êtes d'abord un soldat, ne l'oubliez pas. Soufflait-elle avec moins d'amertume.

Elle n'en dirait pas plus. Malgré sa réaction il n'y avait ni rancune ni mépris envers le Renard, et elle restait tout à fait prête pour le conduire à la Pestilence. Peut-être qu'il était trop tôt ? Elle ne le pensait pas, l'apprentissage par le choc était le plus efficace à ses yeux et cette nouvelle recrue s'éveillerait plus rapidement si on la secouait d'entrée de jeu.
Car au Dédale, les choix personnels n'étaient que secondaires. D'abord il fallait Servir.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
StarkavatarArmure :
...

Statistiques
HP:
0/0  (0/0)
CP:
0/0  (0/0)
CC:
0/0  (0/0)
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Sam 13 Fév - 17:41
Son franc-parler lui allait bien, et certes je répétais mes questions, mais à chaque réponse j'espérais obtenir de nouvelles précisions. Comme ce fus le cas. Alors elle travaillait pour le Cardinal de la Guerre, sûrement une armée qui m’intéresserai, mais je ne pouvais omettre les autres. De plus son boulot était Gardienne de la porte? Un job qui ne m'inspirai rien, je ne souhaitais pas me retrouver coltiné à surveiller une porte pour d'éventuels envahisseurs qui risquaient fort de ne jamais arriver. Je devrai demander aux Cardinaux les postes libres une fois que j'aurai pris du grade. Pour cela il fallait tout d'abord que j'aille à la rencontre de ces dirigeants.

Un détail m'attira, ainsi la rumeur qui circulait sur le massacre dans les rues de Kiev et d'une manifestation divine étaient fondées? Si Arès s'était réellement réveillé en ces lieux, cela ne présageait que du remue ménage dans le monde. Je devais me tenir prêt au plus vite. Un sourire satisfait se démarqua, cette nouvelle venait d'égayer ma journée. J'imaginais le dieu ravageur saccager la ville provoquant des combats en tous points. Cette idée ne faisait que conforter mon excitation et mon envie de le servir. Mais je devais être prudent, et pas trop pressé. Tous les combattants et les personnes choisies par Arès étaient valeureuses. Je ne valait pas plus qu'un autre, jusqu'à ce que je le prouve. Un mouvement me tira de mes rêveries, l'estoc de la Hyène me fit reculer légèrement.

Alors qu'elle enchaînait des paroles elle me repoussa de nouveau. Elle se tourna soufflant ses dernières paroles comme une leçon qu'elle avait apprise et qu'elle tentait de me faire imprimer. Si Servir valait plus ici que l'intelect et les choix personnels...alors je servirai. Je servirai mon but, je servirai le Pontifex, je servirai notre Dieu, mais jamais. O grand jamais je n'obéirai tel un toutou sans prendre en considération par moi même la situation. Ce n'est pas que je sois rebelle, et loin de moi l'idée de vouloir m'opposer à mes supérieurs. Mais si un imbécile m'ordonne de me jeter dans le combat alors que l'on peut gagner avec plus de tactique, je serai le premier à lui désobéir pour que la réussite soit l'unique récompense possible.

Elle s'était tournée, alors qu'elle venait de me montrer sa vision des choses. Si les paroles ne réglaient rien lors d'un duel, lorsque la vie était en danger, pourquoi tenter de me raisonner grâce à elles.

Ce que j'analyse en ce moment.. c'est que vous êtes sûrement une guerrière ne faisant confiance qu'à elle même lors d'un combat, et qui ne se repose pas sur autre chose que ses capacités à survivre. Ais je tort? Pourtant sachez Demoiselle de la hyène, que derrière les paroles peuvent se cacher de réelles armes. Déstabiliser pour mieux frapper.

Mon regard se fis plus froid, plus calculateur. Je réfléchissais sur comment ne pas la froisser tout en prouvant que je n'étais pas qu'un diseur de bonnes aventures.

Et même en étant diplomate...

D'un geste vif je dégainais une dague venant tourner dans ma paume,d'un mouvement ample et vif j’arrêtais la pointe de la lame devant sa joue. Mon regard déterminé. Mon autre main sur le manche d'une autre dague, celle ci faite pour le lancer.

Je reste quelqu'un adorant me battre, et un couteau est vite planté malencontreusement lors d'un échange de paroles. Même si la langue délivre de nombreuses solutions, certains ne comprennent que par le sang. Une alternative qui me conviens aussi. S'il vous prenait l'envie de me hacher à cet instant, je n'hésiterai pas a vous lacérer au même moment. Un prédateur ne peut pas avoir confiance dans les actes de sa proie. C'est exactement ma manière de faire.

J'abaissais mes armes, les rangeant dans ma lanière entourant mon bas. Je souriais désormais.

Je ne compte pas admirer ma déchéance, j'ai beaucoup de choses à accomplir... Notamment voir ce que donnerai un monde qui ne sois plus gouverner par des pantins, mais bien des personnes qui le méritent. Et je ne doute pas que Le Pontifex n'est pas de cette catégorie, sinon Les berserkers se seraient déjà fait massacrer.

Je toisais la femme. Avait elle saisi désormais que malgré mon approche douce, mes manières diplomate, je pouvais user de la force. Si elle ne le croyais pas, il ne faudrait pas longtemps pour s'en rendre compte. Enfin peu importais, tant que je pouvais concevoir les plans de notre groupe et m'y adapter je ne risquais rien. Je trépignais désormais de voir sa réaction. Serait elle offensée ? J'avais pointé mon arme sur elle, certains le prendrais comme un défi. Si tel était le cas je riposterai, sans toutefois chercher à meurtrir une camarade. Mais me battre avec la gardienne de la porte comme premier fait d'armes ne serait pas bon pour mon image. Mais son appréhension des personnes ici comme de vulgaires soldats horripilais , un soldat ne peut pas être efficace...

Je devais calmer le jeu tout en affirmant ma vision des choses.

Je suis néanmoins sûr, que même vous qui prétendez que je devrais être un soldat avant tout... N'avez vous pas penser par vous même que ce que vous accomplissiez lors d'une mission était une mauvaise chose? N'avez vous jamais voulu remettre en cause un ordre? Voir défier un supérieur? Moi je n'hésiterai pas. Un soldat incapable d'évaluer les risques et les enjeux d'un ordre, puis de juger si il est juste ou non n'est autre qu'un soldat qui mourra empalé sur les lignes ennemies à cause de son imprudence. Je suis loyal, fidèle, j' obéirai au Pontifex ou à tout autre individu de cette forteresse. Mais pitié, ne prenez pas pour un idiot. Alors je le soutiens....

Je m'approchais d'elle lâchant mes paroles plus bas, afin de marquer leur importance, d'un ton plus acerbe.

Un soldat sans cervelle, ni compétence de paroles, ne sers pas plus qu'un tas de muscle envoyé à l'abattoir. Au mieux il survivra quelques mois. Alors qui de ce soldat, ou de quelqu'un comme moi préfériez vous avoir à vos côtés lors de la rencontre d'un potentiel ennemi?

Je tirais peut être cette simple remarque trop loin, mais cela reflétais en elle une sensation de n'être qu'un soldat dans cette machinerie. Certes une guerre peut se comparer à un jeu d'échec. Alors nous serions des pions. Mais un pion fonçant au suicide sans réfléchir n'aura jamais l'occasion d'un jour devenir un cavalier apte à défendre son empereur. L'esprit et la réflexion est la seule chose nous différenciant des bêtes, et encore certains animaux réfléchissent plus que certains hommes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LudmilaavatarArmure :
-

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   Dim 14 Fév - 14:04

Le renard dévoilait enfin un tout autre visage, celui-la même que son interlocutrice attendait à travers ses bribes d'hostilité. Par ailleurs il visait juste en la désignant comme une solitaire – Si elle ne souffrait pas de la compagnie de ses frères d'arme la Hyène n'accordait sa confiance à personne et s'était évertuée à lutter pour sa propre survie, s'enveloppant d'un cocon d’orgueil et d'irritabilité afin de ne plus jamais se laisser marcher sur les pieds. Elle ne broncha pas lorsque l'homme se décida à dégainer ses lames, consciente qu'il ne franchirait pas le cap de l'intimidation, tout comme elle. Ils en étaient tout deux capables et ce simple fait suffisait à mettre de côté un possible affrontement qui n'apporterait rien de plus que des maux en l'état actuel.
Elle le laissa également terminer, esquissant quelques sourires fades lors de certaines tirades puis gardant ses réflexions pour plus tard. Stark cultivait déjà une vision précise de son rôle dans le bastion ainsi que sur ses méthodes, elle ne pouvait que respecter ça puisqu'il restait conscient de l'univers dans lequel il mettait les pieds. Mais lorsqu'il lui retourna à son tour une question, elle s'accorda un nouveau temps de réflexion, puis répondit en hochant la tête de droite à gauche. Il n'y avait plus de défi dans le ton de sa voix, elle comptait juste lui exposer ce qu'elle avait pu tirer de son parcours jusqu'à présent.

    Je l'ignore. Sincèrement, je l'ignore...
    Certains ordres ne peuvent être contournés. Ne méprisez pas ceux qui ont perdu leur âme dans la bataille... car leur rage comme leur audace au combat permettent parfois de vaincre là où la théorie ne leur accordait pourtant aucune chance.

    Alors quand le Chaos est Roi, je préfère me battre au côté de l'un d'eux qu'auprès d'une personne soumise aux réflexions et aux doutes. Pour son Altesse Arès, nous ne sommes que des pantins taillés dans le but de remporter la victoire là où il le souhaite – Dans ces moments là, je vous défie de croire que vous êtes plus qu'un soldat. Vous vous dîtes fidèle... Fidèle à qui au juste ?... Si vous l'êtes envers Arès alors n'oubliez pas ce que je viens de vous dire.
    Ça vous évitera de belles désillusions par le futur.

Et pourtant elle le comprenait. Toutefois depuis Kiev, sa vision des choses avait profondément changée. Bien que le besoin d'auto-conviction se faisait encore ressentir elle en savait d'avantage sur son rôle et les attentes de son Dieu qu'elle ne l'avait jusqu'alors imaginée. La vandale aussi s'était posée des questions sur l'état des soldats enragés du bastion, les cataloguant par moment comme des imbéciles. Alors qu'ils étaient probablement les plus proches des idéaux de leur Maître à tous... de la chair à canon ? Pas exactement. Ils étaient ses armes, ils ne craignaient pas la mort, ils ne craignaient pas les obstacles, ils ne craignaient pas la folie – Et ils obéissaient à leur commandant suprême. Il n'y avait qu'un seul marionnettiste à bord, même si le système hiérarchique laissait penser le contraire... Ludmila en était convaincue désormais. Se trompait-elle ?

    Les berserkers se sont déjà fait massacrer... Il y a cinq ans nous étions au plus bas. Aujourd'hui nous sommes toujours là et même plus nombreux chaque jour. Il est vrai que l'on peut craindre les obstacles... Mais il serait plus juste d'affirmer que Nous sommes les seuls réels obstacles sur cette terre.

    Le Pouvoir conféré par nos cuirasses se révèle dans la démesure, Renard. Là est toute la différence avec nos ennemis.

Elle rattachait sa hache à son ceinturon, effectuant un signe bref de la main pour qu'il la suive, visiblement décidée à prendre la route vers les quartiers de la Pestilence. Elle ne chercherait pas à lui transmettre d'avantage le fanatisme latent qui commençait à régir son mode de pensée. Stark était dorénavant au courant et c'était le principal – A lui de prendre ça en compte, quand bien même il développerait son propre art à son paroxysme. Aux yeux de la Hyène, les cardinaux étaient déjà là pour ça. Elle espérait donc que celui-ci saurait favoriser la rage à tout le reste en temps voulu.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t223-ludmila-de-la-hyene
Contenu sponsorisé
Message Re: [Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Juin 550]A peine arrivé déjà perdu? [PV: Ludmila]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A peine arrivée et déjà au revoir ! (Mais à bientôt !)
» A peine arrivée et déja un peu déprimée.
» A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey]
» A peine arrivée, déjà repartie
» À peine arrivée qu'elle part déjà. Ouh la vilaine.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chairs :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: