Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Jeu 11 Fév - 23:04
Entre devoir et trahison







La jeune rouquine se détendit. Très légèrement cependant. L'entendre rire à nouveau était un doux chant à ses oreilles et elle préférait la voir ainsi qu'autrement. Elles apprenaient toutes les deux à ses connaître, et bien qu'elles soient assez opposées, il y avait entre elle un forte et puissante similitude qui les liait. Leur amour pour l'Océan. Ô, elles avaient d'autres points en communs, plus qu'Ariane ne saurait imaginer, mais la Sainte ne ferait pas l'erreur de montrer sa vraie nature à une personne qu'elle commençait à apprécier. Aussi étonnant que cela puisse paraître. Son trait d'humour ne manqua pas de la faire rire sous cape. Un poisson pouvait être plus dangereux qu'il n'y paraît !

- Mon maître me comparait toujours à un espadon.

Elle tira sa rapière hors de son fourreau, porta la garde à son nez pour illustrer ses propos d'une manière plus explicite. Un soupir, elle rengaina.

- Je ne te le fais pas dire, je n'aurais jamais dû m'aventurer toute seule et te laisser comme ça. J'ai été stupide sur ce coup. Même si …

Sa main fouilla dans son sac, en extirpa un grand ouvrage tout écrit en latin traitant de tout un tas de choses lié aux plantes et à la « magie ». Sauf qu'elle ne savait pas déchiffrer le latin. Ce qui était assez ennuyeux. Sa bouche s'était ouverte pour lui expliquer ses pérégrinations dans la bibliothèque du monastère quand tout à coup Ariane revêtit une attitude plus sérieuse. Nimuë l'écouta avec attention, à la fois assez surprise et intriguée de l'entendre s'excuser de la sorte. Pourquoi en ressentait-elle le besoin ? C'était ce que la Sainte se demandait. Sa tête dodelina de gauche à droite en signe de désaccord, non, il n'y avait vraiment rien à excuser. Ariane était telle qu'elle était. Une fille des eaux.

Alors quand elle lui annonça qu'elle devait repartir dans son monde, que pouvait-elle bien y répondre ? Y faire ? Elle plus que quiconque pouvait la comprendre. Son échange avec Hassan lui revenait en mémoire comme pour l'encourager. À lui dire ce qu'elle avait sur le cœur.

- Si tu ne me l'avait pas demandé, j'aurais été très déçue. Pire, je t'y aurais traîné moi-même ! Ah ah ah !



⚜⚜⚜


- Nous y voilà, je crois. C'est ici que l'on trouvera mon contact, normalement.

Le voyage s'était déroulé dans le plus grand calme, mais avec plus de légèretés. Même si elle continuait de s'inquiéter à cause de leurs découvertes, ou pour d'autres raisons plus personnelles. Comme le fait qu'elle s'apprêtait à commettre une chose qui pourrait être considérée comme un acte de trahison. Assurément la Sainte des Poissons prenait de gros risques. Mais elle n'avait qu'une parole. Elle leur avait promis que leur tribut serait bien traité, mieux, qu'il reviendrait un jour dans leur Sanctuaire. Chez elle. Quelque part, Nimuë enviait la jeune femme brune.

Passées donc les portes d'Alexandrie, la Sainte s'était instinctivement dirigée vers le port, là où elle avait le plus de chance de rencontrer le Général de l'Hippocampe. Son contact qu'elle avait décidé de garder secret pour l'instant. La surprise n'en serait que plus belle et plus grande pour Ariane. Enfin, peut-être ? Quoiqu'il en soit et cette fois, ne désirant ne prendre aucuns risques, elle avait acheté pour elle des tenues plus légères en adéquation avec la mode de la ville et surtout, vis à vis du climat. Comparée aux bras froids et vaporeux de Glastonbury, la belle Alexandrie offrait des températures plus chaudes, sans doute un peu trop au goût de la jeune rouquine qui tenait fermement un éventail à plumes devant ses yeux pers. Elle en avait même profité pour relever ses cheveux en une tresse-couronne qui ceignait tout le tour de sa tête d'une jolie façon. Quant à sa compagne, elle était passée sous ses mains expertes pour une petite coupe …

- Garde bien ton capuchon surtout, je sais qu'il fait chaud mais … bon sang, j'espère que c'est là. Ça ressemble aux navires que j'ai atta … euh, non rien.

Légèrement, la Sainte laissa son aura se manifester.

Entre devoir et trahison.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Ven 12 Fév - 1:15
Nimuë n'avait pas idée à quel point Ariane avait tout fait pour rendre les choses un peu plus agaçantes. Tout ce qu'elle avait fait n'était qu'une accumulation d'actes pénibles intervenus entre quelques phrases plus douces, quand le tout ne sonnait déjà pas soit trop doux, soit trop excentrique. Une sorte de bipolarité qui n'avait pas sa place, et son face à face avec le Grand Pope en était la preuve même. Dans le fond, il était difficile de savoir si la jeune femme avait tout fait pour rester elle-même jusque-là. Et le pire dans tout cela, c'était que le Tribut était resté parfaitement aveugle à l'appel de l'Océan qui montait croissant en elle, serrant les dents pour ressentir peu de véritables sentiments. Pour se mêler à la masse, elle avait désiré ressentir ce que les autres désiraient.

Atlantis reniée ainsi pendant longtemps, les années s'étaient accumulées en même temps que l'atlante avait préféré ne pas entendre parler du Sanctuaire Sous-Marin.

- Si tu ne me l'avais pas demandé, j'aurais été très déçue. Pire, je t'y aurais traîné moi-même ! Ah ah ah !

Ariane ferma les yeux et esquissa simplement un sourire intelligent. Sans cette mission, elle serait restée captive, une trophée vivant défilant dans les rues de Rodorio, séduisant éventuellement ce qui lui passait sous la main pour tenter de restaurer un semblant de contrôle. On aurait pu la comparer à une grenouille qu'un enfant d'Athéna torturait vulgairement. Son prénom aurait certainement défini l'histoire que la gallo-romaine aurait dû connaître: Séparée de son amour, noyée dans son chagrin sur une île isolée. On ne pouvait mieux dire. Elle-même à l'instant en aurait été déçu si elle ne s'en était pas décidée à faire le premier pas.

⚜⚜⚜

Accompagnée de Nimuë, la Gold Saint semblait mieux connaître le chemin à prendre que la Marina elle-même. Pas à pas, Ariane traversait la porte d'Alexandrie où une foule de personnes bouchait quelque peu le chemin. Peu habituée aux présences qui l'entouraient, la gallo-romaine restait parfois regarder longuement ce qui les entourait d'un regard nouveau. Des gamins qui riaient et jouaient en jurant comme pas possibles aux quelques marins riant à gorge déployé accompagnés de jeunes demoiselles, le port avait tout pour plaire aux esprits les plus farouches et aventuriers. A cet instant, elle était redevenue une enfant regardant quelques cormorans et trois mouettes planer dans les cieux, merveilleuses choses qu'elle n'avait plus vu depuis son début d'adolescence. Sa proximité avec les oiseaux marins valait certainement celle qu'elle connaissait avec les amphibiens à l'heure actuelle. C'était tout un passé.

La chaleur de l'endroit semblait néanmoins acclimater Ariane comme voulu, son sang latin parlait sans nul doute, mais cela ne semblait pas être le cas de la jeune femme qui la menait vers...Un contact? Elle qui avait pris pour habitude d'anticiper chaque venue au sein du Sanctuaire, la générale des Lyumnades savait pertinemment qu'en cinq ans, la génération avait dû se renouveler depuis. Ses connaissances avaient également dû changer, entre autre. Et puis...A l'occasion, Nimuë s'était occupée pour refaire une coiffure, ce qui avait eu pour effet d'accentuer un visage poupin à l'occasion, presque adorable, moins inquiétant que la tête de l'atlante au Sanctuaire, quelques jours auparavant. Après tout, la brune n'avait jamais eu les cheveux longs chez elle, et lorsqu'elle avait pris un petit couteau pour le faire des plus sommairement, la Gold Saint avait insisté pour l'aider. Encore. Et bien que l'ambiance demeurait bon enfant, toutes deux savaient ce que son geste impliquait. Mais elles demeuraient muettes sur ce sujet. Une simple trahison, purement et simplement.

Parfois, Nimuë s'arrêtait pour qu'elle cesse de rêvasser, tout en argumentant sur la chaleur ambiante des lieux, en donnant plusieurs informations sur ce dit contact. Un contact qu'elle avait attaqué? Si elle avait simulé une précédente attaque auparavant, l'information la fit tiquer un peu. Elle prit l'information ironiquement néanmoins. Avec la rousse, l'impossible devenait presque possible. Ou peut-être était-ce l'inverse? Son cosmos avait déjà résonné de toute façon...Un soupir s'échappa des lèvres rosées de la petite Syagrius.

"Tu sais, je pense que plus tu m'en diras davantage, plus cette histoire de navires va me faire douter. Déjà qu'on a dû calmer deux "moines guerriers" dans un endroit sans soleil...J'ai l'impression que l'improbable va nous sauter dessus à tout moment."
Ses doigts vinrent se poser sur l'arête de son nez, en constatant que si son capuchon lui tenait un peu chaud, il renforçait davantage ses maux de crâne dont elle se plaignait, et ce depuis qu'elles avaient quitté Glastonbury. "Remarque, c'est dommage, entre nous l'un des deux était mignon. Quoique stricte tout de même. Ton contact ressemble à quoi?"

Tout compte fait, elle n'attendit pas qu'on lui réponde pour aller s'attarder sur l'un de ces bateaux à proximité. Ses yeux bleus comme un océan houleux éclairé par la foudre allèrent se poser sur quelques navires aux mats élevées attachés par quelques cordes où nœuds en huit, en mule parlaient sur les préférences des marins ici-bas. Entre mille, Ariane reconnaissait les bateaux atlantes, et ce n'était pas bien dur.

"Euh...Nim', t'as un bon rapport avec les atlantes?"


Sans son capuchon, tout le monde aurait pu dire qu'Ariane devenait blême à petit feu. Non pas qu'elle eut peur pour son rang ou quoique ce soit -quoiqu'elle doutait encore de ce que ses compères diraient quant à son retour- mais parler en langage diplomatique, ça allait un moment mais pas éternellement.

L'une était happée par un sentiment de trahison, l'autre par celui d'une appréhension. Que dirait les Marinas? La renverrait-elle là-bas aussitôt les informations divulguées? La prendraient-ils pour une couarde? Les questions s'accumulaient à mesure qu'elles approchaient d'un lieu qui faisait débat pour les deux femmes en leur for intérieure.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
LiaoavatarArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Ven 12 Fév - 2:41
:: Retour imprévu

Le retour fut plutôt agréable. Liao était soulagé d’avoir mené sa mission à son terme, bien qu’un peu inquiet pour les deux Ases laissés derrière. Mais ils avaient fait leur choix. Le général ne pouvait décider pour eux, et il devait agir pour le bien de son camp. Une chose était certaine dans son esprit. La prochaine étape serait Avalon. C’était une nécessité pour les marinas de s’y rendre et d’avoir le fin mot de toute cette histoire. Les paroles de Balor ainsi que l’arrivée de cette émissaire d’Amphitrite. Il espérait qu’Arellys aurait récupéré des informations intéressantes à Rome, ainsi que quelques explications sur l’origine de cet Abrarxès et de son commanditaire. Le trajet du retour fut rapide. L’Hippocampe ne quitta pas sa cabine méditant sur les évènements et les informations en sa possession. Le morceau de métal ne s’éloigna jamais de plus d’un mètre du chinois. Une précaution utile à ses yeux. Les navires atlantes étaient rapides, et leurs équipages chevronnés. Alexandrie fut rapidement en vue. Liao avait abandonné son écaille sur le bateau, mais il la revêtit immédiatement à quai. Son précieux bien fut dissimulé sous le torse de sa protection, toujours en contact avec son corps. Ne connaissant pas l’origine ni les effets du morceau, il courrait un risque… Mais il jugeait bien plus idiot de simplement le tenir à la main pour rejoindre le Sanctuaire sous-marin. Il préférait pour le moment que personne n’apprenne l’existence de cet objet, ni même l’origine de celui-ci. Le grand Prêtre devait en connaître l’origine et la provenance en premier. Il jugerait ce qui devrait être révélé ou non.

Liao marchait à pas rapide dans la cité, et il utilisait son cosmos pour fendre la foule et faciliter ses déplacements. Le chemin vers Atlantis fut rapidement en vue. Alors qu’il allait l’emprunter, le général stoppa sa marche et tourna son regard vers le cœur d’Alexandrie. Il le sentait. Deux présences étrangement familières. Etant en territoire allié et protégé par un farouche défenseur, l’Hippocampe utilisa son cosmos sans crainte pour identifier ces deux présences. Nimuë fut reconnaissable très rapidement, puisqu’il l’avait quitté quelques semaines plus tôt. Le second cosmos fut un peu plus difficile à reconnaître. Il faisait appel à un vieux souvenir. A une personne dont il ne pensait jamais voir libre un jour. Ariane. Elle était à Alexandrie, et avait pu quitter le Sanctuaire. Le général s’interrogea sur les actions de la Saint… Elle avait tenu parole, et le chinois en était impressionné. Nimuë semblait être en forme et en pleine possession de ces moyens pour le moment. Le gardien du pilier du Pacifique Nord hésita quelques secondes, et son regard oscilla entre le chemin vers Atlantis et ces deux personnes. Finalement il rebroussa chemin pour partir à leur rencontre. Les deux femmes s’étaient approchées des navires. Evidemment quelques gardes du Sanctuaire sous-marin reconnurent la Saint. Celui qu’elle avait remis à sa place lors de son arrivée. Il attira quelques compagnons, et ils entourèrent les deux femmes. Mais avant que le moindre incident puisse se produire. Un vent puissant souffla vers les hommes et les repoussèrent. Une voix puissante et impérieuse raisonna.


_ « Ça suffit. Vous oubliez votre place messieurs. Nous sommes en terrain neutre, et causer le moindre incident serait fâcheux pour les responsables. » Liao s’était approché et avait révélé ses traits ainsi qu’une partie de son écaille. Cette zone n’était de toute manière fréquentée que par des atlantes. « Retournez à vos postes. » Le chinois s’inclina vers les deux femmes et reprit sur un ton courtois. « Ravi de te revoir Nimuë. Encore une fois tu me prouves que tu es une femme de parole. » Il se tourna vers Ariane. « Content de te voir libérer de tes chaînes ma sœur. Bon retour parmi les tiens. »

Liao les invita à l’accompagner vers le cœur de la cité. Il était même prêt à les conduire jusqu’à Atlantis, mais le principale pour le moment était que la conversation ne soit pas entendu d’oreilles indiscrètes. Le général ne détachait son regard des deux femmes que rarement. Il était heureux de les revoir toutes deux en bonne santé. Ariane semblait avoir été bien traitée. Elle avait beaucoup grandi depuis la dernière fois, et elle devait être étonnée de son aisance avec la langue à présent. Il en avait même appris d’autres au cours de ces années. Finalement il reprit la parole.

_ « Je suppose que vous avez beaucoup à me raconter toutes les deux. Mais avant tout, il me faut accomplir une chose qui me tient à cœur. » Liao s’agenouilla devant Ariane et baissa la tête. « Je tiens à te présenter mes excuses pour t’avoir abandonné pendant tant d’années aux mains de nos ennemis. De n’avoir jamais rien tenté pour te contacter ni même t’aider. Me pardonneras-tu. »

Ce geste était totalement personnel. Liao avait souvent pensé à cet enfant envoyé comme tribut auprès de leurs ennemis. Le Grand Prêtre n’avait guère eu le choix, et le général savait que cette décision avait toujours pesé sur sa conscience. C’était une attitude égoïste de la part de l’Hippocampe, mais il avait ressenti le besoin de faire un geste. Son regard se leva vers Ariane, et il attendit le verdict. Il accepterait sa décision, et paierait le prix qu’elle jugerait nécessaire. A son retour, leur supérieur lui ferait encore un sermon sur son comportement trop étrange et dangereux à ses yeux. Et pourtant il ne pouvait en être autrement pour le chinois.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Ven 12 Fév - 10:03
Entre devoir et trahison







La jeune Sainte était sur le point de lui expliquer ses premières péripéties avec les atlantes et comment un certain Général l'avait trouvé, un soir pour parlementer, quand, lentement, quelques gardes allèrent les entourer. Sans mal, Nimuë reconnu parmi eux le garde qu'elle avait rabroué sèchement aux portes d'Orichalques, quelques semaines plus tôt. Son œil mauvais posé sur elle, l'homme devait penser tenir enfin sa petite vengeance. C'était sans compter l'arrivée de l'homme qu'elle attendait. Son contact, le Général de l'Hippocampe. Revoir Liao la fit largement sourire, heureuse de le retrouver, surtout dans de telles circonstances. Même si, dans son cœur, la Sainte d'Athéna était déchirée en deux. Une partie d'elle lui soufflait qu'elle avait fait ce qu'il fallait, qu'en respectant sa parole peut-être ouvrirait-elle la voie de la paix entre les deux royaumes. La seconde, en revanche, criait « Trahison, trahison, vile traîtresse, qu'un trait vengeur te foudroie sur l'instant. Bientôt, tu seras morte. »

Elle balaya ce maelstrom de sentiments confus pour se concentrer sur l'instant présent, sur l'homme qu'elle avait espéré trouver là. Maintenant Ariane était entre de bonnes mains, elle était sauvée, elle serait bientôt chez elle. Plus jamais elle n'aurait à souffrir de sa condition de tribut. Nimuë, si elle avait été seule avec Liao, se serait permise un peu plus d'effusion dans leurs retrouvailles, mais comme tel n'était pas le cas, la jeune femme se contenta d'un léger signe de tête respectueux en réponse à son salut qui la laissait toujours un peu mal à l'aise. Personne à part lui ne s'inclinait de la sorte devant elle. Son orgueil était pas assez vaste pour qu'elle puisse apprécier cela, bien au contraire. Étrangement silencieuse, la jeune rousse se tenait à l'écart des deux atlantes, préférant s'effacer pour ne pas interférer dans leur rencontre.

Suivant le mouvement, avançant sans trop de mal, Nimuë se perdait dans ses pensées, agitant rêveusement son éventail à plumes devant ses traits qu'elle tenait dissimulés. Faute de masque, la Sainte avait opté pour cet instrument très apprécié par les femmes de l'époque qui rivalisait en couleur et douceur. Le sien était plutôt discret en comparaison des autres qu'elle avait regardé sur le présentoir. Des plumes d'un vert profond, longues et duveteuses qui rehaussaient les notes émeraudes de son regard fuyant. Empli de doutes, d'une once de noirceur et de crainte.

Nimuë sentit son cœur se serrer. Cette scène, au demeurant émouvante, était le point final d'une trahison envers son ordre. « Aux mains de nos ennemis ». à genoux devant la belle brune, Liao offrait une touchante vision d'un homme se sentant véritablement coupable de n'avoir pu ou su l'aider comme il l'aurait désiré. En cet instant, la Sainte se sentit de trop, aussi s'était-elle retirée dans l'ombre d'un grand arbre, solitaire trônant au milieu d'une cour déserte.

Sous son couvert, la belle se débarrassa du capuchon qui recouvrait sa chevelure flamboyante, coiffée avec plus d'attention que d'habitude, par commodité autant que par coquetterie. Muette, murée dans son mutisme, la Sainte des Poissons les observait de loin, partagée, confuse. Elle laissa son dos se poser contre le tronc sinueux de l'olivier dont les hautes ramures étaient chargées d'olives bien vertes.

Cesse de te tourmenter ainsi Nimuë. Regarde-les plutôt. Tu es une femme de parole, tu as fais ce que ton cœur te dictait. Il n'y a rien à regretter. Pourquoi serais-tu punie pour cela ?

Essayait-elle de se convaincre tout en cessant d'agiter ses plumes, de les regarder tous les deux.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Ven 12 Fév - 11:48
Des hommes les avaient entourées toutes deux, les menaçant de leur présence et de leur nombre alors que la générale des Lyumnades s'était raidie puis mise en garde, prête à défendre sa peau et celle de la Gold Saint. Et pourtant, un cosmos avait bien vite repoussé toute lutte qui auraient pu opposer Atlantes, Saint et Tribut. Imposant jusqu'à en calmer les plus belliqueuses idées de revanche, il s'agissait là du cosmos d'un général à n'en pas douter. Et pas n'importe quel Général. Un ancien marina que la brune avait connu tout d'abord en tant que lieutenant. Liao. Ariane le voyait de ses propres yeux, et ce n'était pas peu dire que de considérer que la jeune femme était prise à différentes émotions. Sur son visage peu expressif, avait tout d'un coup éclaté un sourire incomparable à ceux qu'elle avait arboré auparavant, sincère et nostalgique en tout point.

Si la jeune femme semblait à l'instant perdu dans sa propre joie, bien loin de la Marina armée d'une parole plus tranchante, Liao avait anticipé ces retrouvailles. Pas un seul reproche n'avait été prononcé, l'atlante était là et simplement là, à Alexandrie, face à l'un de ses frères d'armes. Comme à son ancienne habitude, elle allait le fustiger de mille et une questions, ravies de le savoir en vie, ravie de pouvoir retrouver les siens, ravie de pouvoir, de nouveau, redécouvrir les moindres recoins d'Atlantide. Après tout, si elle avait été la représentante de cette "gaminerie atlante" qui voyait déjà nombre d'orphelins courir les rues dans toute leur intrépidité, en quête de raccourcis, de légendes et d'aventures, aujourd'hui la jeune femme était devenue adulte. Mais Liao aussi avait, en quelque sorte, "grandi". Son parler plus fluide s'était perfectionné, et sa voix s'était durcie mais n'en restait pas moins la même que celle que l'atlante avait connu avant sa longue excursion en terre des Saints. Guidée instinctivement par ses émotions, Ariane en aurait serré son vieil ami dans ses bras, la gorge nouée par cette idée de liberté qu'elle abordait très mal à l'instant, lorsque celui-ci s'agenouilla en présentant des excuses plus poussées, plus développées.

Des excuses personnelles, Ariane le sentait. Comment avait-elle pu douter de son jugement? De ses deux mains, elle avait invité le général à se relever non sans le regarder de telle façon à lui faire comprendre qu'elle n'attendait pas des excuses. Si quelqu'un avait à s'excuser, Ariane avait l'impression qu'elle était la personne qui devait le faire. Le geste du chinois n'en demeurait pas moins touchant.

"Pourquoi t'excuses-tu? Je...Tu n'as pas à t'excuser, ce n'est pas de ta faute. Et ça ne l'a jamais été. Si l'on doit reporter la faute sur quelqu'un, alors je me montrerai certainement la plus fautive ici...C'est mon devoir, mais j'ai dû faillir." La mort d'Eva avait marqué une résolution au fer rouge, une résolution qu'elle n'avait pourtant pas l'impression d'avoir tenu, mais pour son bien, Ariane avait dû se séparer de cet endroit qui la torturait intérieurement. Et c'était non sans être posée mais bel et bien heureuse, qu'elle pensait déjà à toutes les possibilités que lui offrirait son retour à Atlantis, ne serait-ce qu'en franchissant la Porte d'Orichalque. Il avait annoncé un départ que la brune pensait éternel. "Je me suis portée volontaire. Je l'ai décidé, je l'ai demandé à Hassan au moment où un Saint avait déclaré qu'il leur fallait un Tribut. J'ai fait mes décisions, et vous avez fait les vôtres. Garder Atlantis en mon absence était bien plus que suffisant Liao, et je t'en remercie."

Tout compte fait, la gardienne du Pilier de l'Antarctique n'avait pas attendu qu'il se relève pour le serrer dans ses bras comme une sœur l'aurait fait avec son frère. Les minauderies habituelles, presque formelles, attendraient bien son retour, et la brune n'était pas certaine que Liao s'habituerait de sitôt à ce nouveau comportement. La jeune femme desserra alors son emprise en reconsidérant le visage de Liao. Ses traits s'étaient durcis depuis son départ, mais il n'en restait pas moins ce fameux "Shi-noix" qu'elle avait rencontré tardivement en prenant son origine pour un fruit à coque. Une sorte de noix. Que ce soit en taille, en couleur de cheveux, et dans son regard, quoiqu'il semblait s'être légèrement révélé plus avisé désormais, cet homme n'avait pas véritablement changé mais simplement changé "d'aura". Mais quel Marina n'était pas soumis à ce même éclat dans leurs orbes quand il avait vu la guerre et connu ses ravages? Ce qui attira néanmoins son regard fut le brillant qui découvrait une Ecaille plus révélatrice. L'Hippocampe l'avait donc choisi, et ce choix avait conféré à son vis-à-vis une aura plus imposante.

"Tu fais un superbe général de l'Hippocampe, même si je te trouvais plus attachant avec ton accent chinois." Et si l'innocence ne se dissolvait pas dans la boue, Ariane était certaine qu'elle n'avait pas perdu ses compliments échappées trop facilement."Malheureusement, je ne reviens pas ici sans informations...Ce sont même, peut-être, voire probablement, les mauvaises nouvelles qui m'amènent ici."

Cherchant alors du regard Nimuë, Ariane s' était aperçue que la rousse avait quitté la scène pour rejoindre l'ombre d'un arbre, certainement pour leur laisser le temps d'annoncer leurs retrouvailles. La Saint des Poissons semblait en proie face à ses propres pensées, à l'instar de ce qu'elle était actuellement. D'un commun accord et en faisant un geste de la tête pour indiquer où se trouvait la rousse, la générale était partie la rejoindre.

"Nimuë"
Appelé de vive voix, une course rapide l'avait néanmoins rapproché de l'emplacement de la Saint, sous un arbre unique que l'eau bordait à quelques mètres. Relevant les yeux et s'arrêtant en face d'elle, l'ex-Tribut reprit sa phrase.
"Je tenais à te remercier pour m'avoir accompagné."

Soufflant légèrement, la nécessité d'aborder un sujet tabou devenait néanmoins plus pressant. Toutes deux savait qu'un problème se révélait à l'horizon. Un problème qui s'appelait le Sanctuaire, même si en soi, ce n'était pas particulièrement le lieu qui en était l'auteur de cette source mais plutôt les actions qui avaient accompagné la Saint. Concernée, ses lèvres s'ouvraient puis se refermaient, débattant les pour et les contre de ce qu'elle avait à faire.

- Tu sais...Si tu as besoin de prendre du temps avant de revenir au Sanctuaire, tu peux toujours nous accompagner. On trouvera bien une solution pour régler cela proprement. Je comprends bien que ça ne sera pas sans conséquence, et je n'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose à cause de mon retour. J'ai déjà engagé trop de sacrifices donc...


Tapotant son capuchon et ses vêtements amples qui cachaient le port de son Ecaille. Si les généraux des Lyumnades pouvaient prendre n'importe quelle apparence, son Ecaille n'avait rien de pratique. Les piquants placées sur l'avant de ses bras et sur ses jambes commandaient à Ariane de surveiller ses propres mouvements.

"Enfin, je te dois quelque chose au minimum et le prix de la liberté, ce n'est pas rien."


Désormais accompagnée de Liao, elle était prête à retourner là d'où les serviteurs du couple des flots étaient parvenus, mais ce n'était pas sans penser à celle qui l'avait aidé. Une certaine inquiétude prenait Ariane alors même qu'elle était, quant à elle, sauvée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
LiaoavatarArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Ven 12 Fév - 14:56
:: Retour imprévu

Le général ne s’était pas attendu à les retrouver toutes deux dans Alexandrie, surtout dans cette position. Nimuë sans masque et visiblement en visite officieuse. Ariane libérée de toute chaîne, dans la mesure où son accompagnatrice ne semblait pas jouer les gardiennes. Liao remit en place le jeune marina. Celui-ci commençait à passablement énerver le chinois, et il aurait probablement une discussion sur le respect et les bonnes manières avec lui plus tard. Il n’avait aucune envie de laisser les choses continuer dans cette lancée. Il comprenait parfaitement sa rancœur et sa haine, mais elles ne devaient pas dicter sa conduite pour autant. Après des salutations chaleureuses, pour lui, Liao les entraîna dans le cœur de la cité. Leur discussion ne regardait personne d’autres, et il n’avait aucune envie d’être espionner par les hommes protégeant les navires atlantes. Ces retrouvailles ne les concernaient qu’eux et personne d’autre pour le moment. L’attention du général était beaucoup plus porter sur son homologue, bien qu’il n’en oubliait pas pour autant la présence de Nimuë. Cependant Ariane avait la priorité de ses attentions, et de son intérêt. Il fut rassuré de la voir sourire et se comporter tout naturellement. Elle était en pleine forme. On l’avait bien traité selon toute vraisemblance, même si il se doutait que sa présence avait entraîné quelque velléité parmi les Saints. Liao l’observa longuement. Il s’était promis d’accomplir une chose importante à son retour, et il réfléchissait sur le meilleur moyen ainsi que le meilleur moment pour le faire. Finalement plutôt que d’attendre des conditions qui ne viendraient jamais, il se lança au milieu de cette place tout simplement.

Le général attendait patiemment la réaction d’Ariane, et il apprécia beaucoup le geste d’éloignement de la Saint. Nimuë comprenait la situation à première vue. L’Hippocampe était prêt à subir des reproches ou la frustration de son interlocutrice. Il s’était attendu à de nombreuses réactions à part celle de son interlocutrice. Ariane l’invita à se relever. Il s’exécuta. Ses mots furent très doux et réconfortant. Un signe de tête en guise d’assentiment fut sa première réponse. Liao respectait sa volonté. Son choix avait été courageux, mais il n’excusait pas l’inactivité des marinas à son égard pendant ces cinq dernières années. Malheureusement la situation avait été complexe, et même lui n’avait jamais pu imaginer de moyen sûr et efficace de la ramener auprès des siens. Les atlantes. Le chinois se retrouva avec son homologue dans les bras, d’abords surpris, il finit par accepter cette étreinte la lui rendant de manière plus timorée. Il n’était pas habitué à ce genre d’effusion, et son malaise pouvait être perceptible. Un signe de gratitude accueillit ses félicitations pour l’obtention de son écaille de général. Liao l’avait obtenu après son départ. Une cérémonie courte et tintée d’amertume.

_ « Ah malheureusement mon accent me dessert plus qu’il ne me sert dans mes fonctions actuelles. Mais je pourrais peut-être le retrouver au cours de rencontre informelle. » Il afficha un léger sourire et reprit. « Moi aussi j’ai des informations, et de mauvaises nouvelles à apporter. Nous aurons le loisir d’en discuter plus en détail dans un lieu plus approprié. »

Liao accompagna Ariane tandis qu’elle se dirigeait vers Nimuë, à l’écart et adossée contre un arbre. C’était étrange de la voir sans masque, tout en représentant un signe de bon augure aux yeux du général. Elle n’avait pas oublié ses conseils. En tout cas il l’espérait pour elle. Maintenant que ses obligations envers son homologue, le chinois reportait son intérêt pour la Saint. Son esprit était centré à présent sur le côté pratique et problématique du retour d’Ariane au Sanctuaire sous-marin. Des ordres allaient être donnés pour se préparer à la guerre et à une attaque du Sanctuaire. La générale des Lyumnades n’était responsable de rien, et son choix de revenir était le bon. Tous les marinas seraient de cet avis. Mais l’Hippocampe ne pouvait taire ses inquiétudes concernant Nimuë si elle retournait sans le tribut au Sanctuaire. Pris dans ses réflexions, il laissa le loisir à Ariane de remercier la rousse. Liao finit par prendre la parole sur un ton doux et chaleureux, des attentions dont peu de personnes bénéficiaient. Mais il se sentait un lien particulier envers la rousse.

_ « Effectivement je te remercie beaucoup de nous avoir ramené notre sœur. Tu as tenu ta parole, et je t’en serais une nouvelle fois éternellement reconnaissant. Je suis moi-même un homme de parole » Il marqua une pause avant de reprendre. « Tu es la bienvenue sur Atlantis, et tu es libre de prolonger ton séjour autant que tu le souhaites. Je doute qu’il soit judicieux pour toi de retourner auprès des tiens pour le moment. Mais ce choix t’appartient. Comme je te l’ai déjà dit, tu as toute mon amitié et mon soutien. Tu me trouveras toujours présent pour t’apporter mon aide si nécessaire, et je pense que tu viens de t’attirer les faveurs d’un second général. » Il sourit en observant Ariane avant de reporter son attention sur la rousse. « En tout cas vous avez eu de la chance de me trouver en ville. Je reviens moi-même de mission, et à quelques heures près, vous auriez pu vous retrouvez à devoir m’attendre ou à prendre la route d’Atlantis sans mon escorte. »

Liao se demandait quel serait le choix de Nimuë. De toute manière, la connaissant comme il pensait le faire, le chinois se doutait qu’elle repartirait pour le Sanctuaire afin d’affronter le châtiment de Bélisaire. C’était une situation délicate, et l’Hippocampe avait tenté de lui faire comprendre qu’elle serait accueillie de manière définitive sur Atlantis. Il n’utiliserait pas les mots trahison ou désertion, sachant parfaitement l’impact que cela aurait sur son interlocutrice. La situation était complexe à présent. Le général hésita quelques secondes avant de reprendre.

_ « En tout cas acceptes notre hospitalité pour la nuit. Tu pourras prendre le temps de la réflexion avant d’arrêter ta décision et ton choix. »


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Ven 12 Fév - 15:58
Entre devoir et trahison







Nimuë Ariane l'appelait, la Sainte revint aussitôt à la réalité, lui offrant un doux sourire qu'elle voulait rassurant. Pour elle-même et pour eux. Mais ce n'était qu'une feinte, un masque qu'elle s'obligeait à porter – à défaut de vouloir reprendre le sien, fait de fer et de froidure – pour se tromper, les tromper tous. Seulement, Nimuë fut véritablement surprise par le discours qui suivit. Elle la remerciait. Cela bien évidemment, ne put que la toucher, serrant davantage son cœur déjà lourd, vacillant. Devoir et trahison. Elle lui proposait un asile. Lui glissait sa crainte à son endroit, soucieuse de son sort et de ce qui pourrait bien lui arriver. Seulement elle s'y refusait, non, la jeune irlandaise avait prit-elle même cette décision en son âme et conscience. Parce qu'elle le voulait. Ariane représentait sa salvation, sa délivrance. Ce qu'elle avait toujours voulut et désiré. La voir prendre son envol s'était … gratifiant. Elle avait l'impression de voir partir une part d'elle même. En la libérant de ses chaînes, en la confiant aux bons soins de Liao, Nimuë se sentit, complète. Humaine.

Mais pas réellement en paix pour autant.

Le Général ne tarda pas à les rejoindre, affirmant les propos de la jeune brune. Si elle en fut honorée, sa gorge demeurait scellée en cet instant. L'étreinte du doute et de l'incertitude faisait encore son office et même se tenir seule pour ces quelques instants où elle avait préféré les laisser tranquille avec leurs retrouvailles, n'avaient suffit à la calmer. Son masque de stoïcisme absolu menaça de voler en éclat, émue et touchée par leur proposition. Mais lentement, sa tête décrivit un « non » douloureux, silencieux. Regrettable.

- Je n'ai fais que suivre mon cœur plutôt que ma raison. L'avenir me dira si j'ai eu tord ou raison. Je ne voulais pas reculer. Je voulais tenir cette promesse, pour vous, pour moi. Pour nos deux peuples. Elle se mordit la langue, en proie à un sursaut de mélancolie. Elle reprit, avec plus d'assurance. Quand bien même on pouvait encore entendre le vibrato dans sa voix. Ne me remercie pas Ariane, en te libérant, je me suis libérée aussi.

Un pâle sourire alla orner ses lippes.

- Tu ne me dois rien. En t'accompagnant, j'avais dans l'espoir de pouvoir te rendre à ton peuple. Te voir sourire me suffit. C'est un immense cadeau que j'espère revoir souvent.

Sa mine s'assombrit brutalement, laissant entrevoir dans ses prunelles azurs, toute l'appréhension qui pouvait bien la gagner.

- Je vous suis très reconnaissante de vouloir me protéger de la sorte. Plus encore en sachant ce que je représente à vos yeux. Elle se souvenait des mots de Liao. « Aux mains de nos ennemis. ». Mais je me refuse de fuir mes responsabilités. Je ne suis pas du genre à fuir, à me cacher. Je vais retourner au Sanctuaire et faire face au sort qui m'attends. Déposer mon armure aux pieds de Bélisaire. Lui expliquer le sens de mon geste. Et affronter son jugement.

Une bien terrible bataille pointait à l'horizon. Mais Nimuë était une femme d'honneur et d'action. Sa franchise n'avait d'égale que son amour pour l'océan. Même si elle brûlait d'envie d'accepter leur proposition. Les mots de Lesath resurgirent dans son esprit. Comme un coup de fouet.

[...]Tu es libre. Tu pourrais tuer le grand Pope et prendre sa place, ou partir fonder une famille dans une lointaine contrée. Tu pourrais rejoindre Amphitrite, ou disparaître dans les noirs flots du Mare Nostrum. Ils ne sont pas ton futur. Ils sont … une anomalie. »

Une anomalie. Elle ne savait toujours pas ce qu'il avait sous-entendu là. Ses yeux étaient perdus, presque suppliants. Criants d'une douleur irrépressible. Elle se sentit tout à coup épuisée, très lasse.

- Mais avant de me faire assassiner, je veux bien passer une dernière nuit en votre compagnie.

Cette dernière phrase se voulait plus comique mais elle restait imbibée de cette possibilité qui l'effrayait.

Entre devoir et trahison.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Ven 12 Fév - 21:08
A la simple idée de se réunir de nouveau dans la salle en marbre blanc du Grand Prêtre, là où les généraux se concertaient entre eux, Ariane hocha la tête non sans être munie d'un esprit affuté. Là n'avait pourtant pas été sa première intention: si au départ l'atlante avait pensé rejoindre temporairement Atlantis pour y tenir à jour quelques éclaircissements primordiaux sur leurs futurs conditions, dérogeant dès lors les ordres de Bélisaire qui lui avaient été incombés, on lui avait offert de rester définitivement. Son sort ne l'inquiétait pas, son futur proche semblait résolu après tout. Sourire face à sa libération n'était qu'un acte normal.

Ce n'était pourtant pas le cas d'une autre personne qui l'avait accompagné de son plein gré, abritée sous une ombre qui la tenait à l'écart des deux Marinas. Nimuë avait tenté de cacher ses impressions, ses sentiments, ses doutes, mais s'il y avait une chose à laquelle on ne pouvait berner les Lyumnades, et quand bien même la générale n'avait jamais été finaude, c'était précisément les émotions du cœur. Force et faiblesse. La Gold Saint tenait ses buts dans sa ligne de mire sans jamais y décrocher, et elle l'avait prouvé au travers des mots qu'elle avait adressé à Ariane d'une sincérité surprenante.

Oui, il s'agissait probablement d'une force de caractère. Cela n'avait rien de bien étonnant venant de la jolie rousse, mais cette dernière devait probablement penser qu'elle avait à faire à une de ses faiblesses là où Ariane y voyait de la bravoure. Et dans le fond, l'atlante comprenait, l'atlante avait ressentie le besoin de la remercier. Peut-être même de s'excuser de nouveau. Mais cela avait déjà été fait, et seul un sentiment de lui devoir "quelque chose" demeurait à l'heure actuelle. L'intervention de Liao ne faisait que prouver les croyances tenues avec fermeté dans son esprit. Les craintes pouvaient bien attendre et seul le temps saurait réguler les choses qui se préparaient à émerger hors de l'eau. Et dans tout ça, l'Hippocampe avait tout dit: Nimuë pouvait compter sur elle. C'était une certitude, même si Ariane savait qu'elle aurait à se débarrasser d'une autre chose qui lui bouffait l'esprit. Quelque chose qui la suivrait suite à ces cinq années passées en captivité, comme une trace indélébile. Et à moins que l'on en gratte avec violence la surface pour mieux la polir avec propreté, cette trace ne disparaitrait pas. Mais sa joie était telle qu'elle ne ressentait plus ce mal qui la rongeait, et c'était la conscience aérée qui parlait face aux deux personnes se tenant devant elle, dans toute leur réalité.

Un simple hochement de tête avait accompagné la phrase de Liao. Le cas de Nimuë l'intéressait, et la brune n'avait pas rétorqué quand une invitation avait résonné en ces lieux. Une invitation, ou plutôt une journée de repos avant d'affronter quelque chose qui dépasserait cette femme intrépide.

- Oui c'est une chance que Nimuë aie su où te retrouver. Elle m'avait caché qu'elle connaissait aussi bien certains procédés pour accéder au Sanctuaire Sous Marin... Et puis elle avait prit le reste des paroles de Liao comme une pique personnelle. Toucher à son Ego de messagère avait le mérite de la rendre de mauvaise foi, comme une bougonnerie qui avait pourtant été dite poliment et calmement. C'était simplement une parole puérile. Une parole d'Ariane. "Prendre la route d'Atlantis sans ton escorte n'aurait pas été un problème Liao, je suis persuadée que j'aurais pu le faire après tout."

Le reste avait été bien moins plaisant. Du moins, lorsque Nimuë avait en partie décliné l'offre qu'ils leur avait offert alors que le danger la guettait désormais. Ariane avait eu envie de la secouer pour lui faire prendre conscience des conséquences de ses actes et à quel point l'irlandaise jouait avec sa vie. Mais là encore, la brune était mal placée pour dire quoique ce soit à ce sujet.

-Déposer ton Armure face à Bélisaire? Par incompréhension, ses sourcils foncés s'étaient froncés subitement. Elle prenait petit à petit conscience de la portée des mots de Nimuë. La portée de ses gestes, de ses actes à venir. Une portée terrible. Une portée dont Ariane aurait probablement amplifié les doutes face à un inconnu, mais qu'elle aurait bien voulu atténuer ici. "Te connaissant un peu, ton choix ne me surprend pas et je le respecte mais...On parle tout de même de votre Grand Pope et il...Eh bien, il ne fera pas preuve de la plus grande ouverture d'esprit, mais je ne t'apprends plus grand chose aujourd'hui, n'est-ce pas?"

C'était cela, elle respectait son choix. Quand bien même Ariane avait toujours été du genre sacrificiel, elle ne parvenait pas à comprendre ce qui guidait Nimuë, et prendre de tels risques au nom d'un courage était une chose que la jeune atlante ne saisirait probablement jamais, finalement. Les mots étaient scellés, mais seul une phrase résonnait en son esprit: "Ne te sacrifies pas". Vain traumatisme lorsque le monde qui entourait l'ex-Tribut était celui de la guerre.

-Ne dis pas de bêtises...Je ne suis pas sûre que Bélisaire en vienne à te tuer mais...Tu as toujours le choix, saches le.

Pourtant leur nouvel invité avait parlé. Il acceptait leur proposition et se tenait ainsi prête à les suivre le temps d'une nuit. L'espoir de la voir changer d'avis d'ici quelques heures demeuraient palpables sur les mimiques plus détendues de la gardienne de l'Antarctique. Ariane regarda alors Liao en lui fournissant ces derniers détails. Pour elle, la phrase était suffisamment explicite pour ne pas rester plusieurs heures de plus ici-même. Elle aimait les oiseaux marins, mais elle en reverrait bien assez chez elle. A Atlantis. La gallo-romaine prit quelques pas en direction du port avant de se retourner de nouveau, constatant que les deux autres n'étaient peut-être pas aussi pressée qu'elle ne l'était.

- Eh bien, qu'est-ce qu'on attend?

Plus calme, Ariane était toujours à la recherche du moindre mouvement. La découverte d'un "nouveau lieu" qu'elle connaissait pourtant si bien auparavant lui donnait envie d'avancer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
LiaoavatarArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Sam 13 Fév - 11:00
:: Retour imprévu

Les retrouvailles furent plutôt courtes entre les atlantes, mais malheureusement la situation ne se prêtait pas à plus d’effusion. De toute manière Liao n’était pas doué pour ce genre de démonstration. Le marina préférait conserver une certaine distance, en dehors de l’intimité de sa demeure ou d’un lieu clos. C’était dans sa nature de ne pas se montrer trop démonstratif. Les deux généraux rejoignirent la Saint, à l’écart sous un arbre. Elle semblait plonger dans ses réflexions, et il pouvait en appréhender la teneur. Le discours d’Ariane fut plus touchant que ce qu’il avait cru sur le moment. Un véritable lien s’était forgé entre elle, qu’elles le veuillent ou non d’ailleurs. L’Hippocampe abonda dans le sens de son homologue, et proposa à Nimuë de réfléchir à la situation et à la possibilité de rejoindre les marinas. Après tout elle en était une aussi, au moins de cœur. Le chinois imaginait difficilement raconter les choses qu’il avait apprises sur le bijou de la jeune femme pour le moment. Le Grand Prêtre était la personne qui devrait le faire. C’était son rôle et son devoir. Le général ne força pas son discours sur les possibilités de la jeune femme et s’était contenté de les exposer avant de conclure par une simple proposition d’hospitalité pour la nuit. Cela lui laisserait le temps de peser le pour et le contre, et offrirait le loisir à Ariane et lui de discuter avec elle pour tenter de la faire changer d’avis. Liao avait l’impression qu’ils ne devaient pas la laisser agir comme elle le souhaitait.

Liao écouta attentivement les réactions d’Ariane et de Nimuë. Elles l’amusèrent fortement bien qu’il n’en laissa rien paraître pour le moment. Son homologue avait mal interprété ses intentions. Il ne doutait pas de sa capacité à retrouver le chemin d’Atlantis, mais elle méritait cependant une escorte pour être accueillie comme il se doit. La Saint semblait rester bloqué sur certains termes. Le chinois avait d’abord cru qu’elle parlait de leur discussion nocturne lors de sa visite, mais il se rendit bien compte de son erreur. L’Hippocampe écouta attentivement le discours de la rousse, et ces paroles confirmèrent ce qu’il soupçonnait déjà. Son code de l’honneur était similaire au sien, et dans les mêmes circonstances il aurait probablement agi de la même manière. Cette mauvaise nouvelle s’accompagnait d’une autre bien meilleure. Nimuë semblait avoir fait un choix, et le chinois espérait que l’abandon de son rôle de Saint était pour rejoindre les rangs des marinas. Ariane fut la première à réagir, et Liao préféra conserver le silence pour le moment. Les mots de son homologue auraient pu être les siens. Cependant il n’était pas aussi convaincu de la générosité du Grand Pope que la jeune marina. Elle était peut-être en meilleure position pour en juger, mais il restait convaincu que ne pas la tuer serait courir un très grand risque pour le Sanctuaire. Le chinois était devant les deux jeunes femmes, et il fit un hochement de tête après l’acceptation de l’invitation par la rousse et le signe de départ de la brune. Avec une légère révérence du haut de son corps, il ajouta.


_ « Après vous mesdames. »

Liao était plongé dans ses réflexions. Les informations en sa possession ne laissaient rien présager de bon. De plus il devait encore les recouper avec celles obtenues par Ariane et probablement par Arellys. Ce ne serait guère aisé de trouver le fin mot de tout cet imbroglio. Une chose était sûre pour le marina. Ils trouveraient une partie des réponses sur Avalon. Ajouté à toutes ces question, le chinois réfléchissait beaucoup au sort de Nimuë. Il ne voyait pas comment lui venir en aide pour le moment. Et la faire changer d’avis serait irrespectueux de sa part. Finalement alors qu’ils approchaient de l’entrée du Sanctuaire sous-marin, l’Hippocampe reprit la parole.

_ « Ravi que tu aies accepté notre proposition. Je t’offre à nouveau mes quartiers durant ton séjour. » Il se porta à la hauteur de la rousse. « Je comprends ton choix, et j’agirais sûrement de la même manière que toi. Je ne vais donc pas me permettre de critiquer ton choix ni même tenter de te faire changer d’avis. Cependant dis-toi que tu peux te considérer comme l’une des nôtres. Je prends sur moi de prononcer ces mots, mais je gage que notre Grand Prêtre sera de mon avis. C’est à lui de te donner plus d’information, mais saches que seul un Atlante peut porter le collier que tu arbores depuis des années. »

Liao continua à avancer, et son regard se porta sur Ariane quelques secondes. Par un simple échange de regard et d’expression, le chinois tentait de lui faire comprendre qu’il lui expliquerait plus tard. C’était un sujet délicat qu’on ne devait pas aborder en dehors de la protection du Sanctuaire sous-marin. Le chinois stoppa sa marche, et posa sa main sur l’épaule de Nimuë.

_ « Nous respectons ton choix de rendre ton armure en main propre pour affronter ton destin. Alors j’espère que tu respecteras ma volonté de t’accompagner jusqu’aux portes du Sanctuaire pour m’assurer de ton bien-être et de ton retour. » Il sourit simplement avant d’ajouter. « Je n’ai pas la prétention de m’attaquer au Sanctuaire tout seul, mais je pense être en mesure de faire diversion. » Il relâcha l’épaule de Nimuë et continua à l’attention des deux femmes. « De toute manière, si les informations en ma possession s’avèrent exactes, le Grand Pope aura rapidement d’autres problèmes à traiter, et il devra sûrement changer de politique vis-à-vis des camps vaincus. Bref tout ça pour dire que tu n’affronteras pas cela toute seule Nimuë. Tu es l’une des nôtres… En tout cas j’ose espérer que ta volonté de rendre ton armure signifie cela. »

Liao observa longuement la rousse face à lui. Ses traits étaient dissimulés derrière cet objet qu’elle arborait pour le moment. Il trouvait dommage qu’elle les dissimule ainsi, même si il en connaissait l’origine à présent. C’était toujours aussi étonnant pour lui cette étrange coutume. Le chinois n’en oubliait pas Ariane pour autant, mais leur discussion attendrait leur retour sur Atlantis. Ils allaient devoir faire le point avec les généraux restants.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Sam 13 Fév - 15:06
Entre devoir et trahison







Elle savait pertinemment dans quoi elle s'engageait. La réputation de Bélisaire n'était plus à faire, même les deux atlantes connaissaient l’opiniâtreté de l'Absolu. La légende voulait que son acensions au pouvoir s'était faite dans le sang, que par un assassinat, il ait prit la place de son prédécesseur. Cette histoire était criante de vérité, de ce qu'il pouvait être. Pour autant, Nimuë ne le connaissait pas sous cet aspect terrible qu'on lui prêtait volontiers. Sa dernière rencontre avec lui le prouvait. Sous la bénédiction d'Athéna, Bélisaire s'était montré compréhensif et particulièrement conciliant à son endroit. Elle doutait fortement que cette fois, leur Grand Pope se montre sous ce visage-ci. L'idée même de le voir arborer son autre visage avait de quoi être terrifiante. Mais elle répondit à Ariane par un sourire. Oui, elle avait prit cette décision de l'affronter directement. De vive voix, yeux dans les yeux, affronter son jugement. Nimuë se voyait déjà s'agenouiller devant le trône de cet homme, cet être étrange. Absolu. Baisser l'échine, fermer les yeux en sentant le fil de l'épée prête à s'abattre sur son cou.

Elle resta interdite. Figée, incapable de dire quoique ce soit. Ariane prononça un mot qui lui trotta longtemps dans l'esprit. « Choix » Leur Grand Prêtre aussi avait tenu des propos assez similaires aux siens. Les deux marinas respectaient son choix, mais quelque chose la laissait à penser que Liao avait une autre idée derrière la tête. Mais aucune certitude là-dessus. Aussi suivit-elle le mouvement, en silence. Ses lèvres étaient scellées, alors se perdit-elle dans ses pensées. Elle avait le choix. Elle pouvait être libre de les rejoindre, de répondre pleinement à l'appel de l'Océan. Avant d'arriver devant les portes du royaume sous-marin, la belle ressorti son masque qu'elle glissa sur son visage. Ce fut cet instant que choisit Liao pour se porter à ses côtés. Son cœur se serra douloureusement dans sa poitrine. Encore.

Comme elle l'avait pressenti, le Général de l'Hippocampe respectait sa décision, or, il y avait un mais, ou un cependant dans ce cas précis. Sans lever les yeux vers lui, s'obstinant d'une manière farouche à détourner le regard, la belle l'écouta. Comprit que derrière ces mots, il s'inquiétait pour elle, pour sa vie. Parce qu'elle était l'une des leur. Ses yeux tombèrent sur le bijou qu'elle tenait dissimulé sous sa robe blanche. Lentement elle souleva la chaînette et dévoila un beau rubis d'une éclatante couleur. Ici, son aura était plus vive qu'à la surface. Elle fut surprise quand Liao s'arrêta pour lui faire face, poser une main sur son épaule. La jeune femme osa enfin poser son regard dans le sien. Paré d'un voile cristallin.

- M-M'accompagner ?! S'exclama t-elle abasourdie. - Non Liao, je ne peux pas te laisser faire ça. C'est trop dangereux. Je refuse. Tu es trop précieux pour eux et …

Elle se tourna vers Ariane.

- Dis-lui toi que c'est une mauvaise idée !

Ces prunelles détaillèrent une nouvelle fois le bijou à son cou. Cette petite chose ne pouvait être portée que par un atlante ? Cela signifiait-il que ses parents en étaient aussi ? Cette information faisait vaciller la jeune femme qui serra le bijou dans sa paume. Liao et Ariane purent le sentir vrombir légèrement, preuve qu'il réagissait à l'état d'esprit de la jeune femme. Il chantait comme le cygne avant qu'il ne trépasse. Quand Liao retira finalement sa main de son épaule, Nimuë fit un pas en arrière.

- Si je veux rendre mon armure c'est parce que j'ai trahie mon serment envers Athéna. Je l'ai choisi, j'en assumerais les conséquences, seule. Ça ne fait pas de moi une atlante pour autant, qu'importe le bijou. Ça ne signifie pas grand chose au final.

Ses yeux se portèrent vers la brune.

- Ariane n'a pas besoin de ça pour se savoir à sa place, ici, parmi vous. Même gardée captive au Sanctuaire, elle se savait marina. Moi je me sens prisonnière aussi, mais je ne sais pas où est ma place. Tout ce que je sais, c'est que je suis la Sainte des Poissons. La Rose empoisonnée. Ou était ...





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Sam 13 Fév - 16:32
Liao s'était montrée volontaire, et en toute honnêteté, la petite Syagrius ne pouvait qu'approuver son choix. Le sentiment d'être cette personne qui aurait dû accompagner la Saint avait néanmoins commencer à hanter son esprit, ses dents en ruinaient dès lors ses lèvres que la brune mâchouillait. Mais en sachant qu'elle était Tribut, était-ce réellement une bonne idée? Pas véritablement. Bélisaire aurait ris d'elle et se serait contenté d'un simple "Sois belle et tais-toi."

Dans l'ombre à son tour, Ariane demeurait souriante et s'était tue. Elle laissait aisément le général continuer sa proposition, comme une petite complice d'un méfait à faire. De cela aussi, Ariane en était friande. La persuasion, le soutien vers une proposition arrangeante. Oui, les Lyumnades approuvaient aisément, et lorsque Nimuë lui avait sommé d'intervenir dans le discours du chinois, elle s'était contentée de lever les mains à hauteur de visage en signe de "rémission". Ce n'était même pas une demande, le chinois irait et puis la discussion en était clause. S'en était même une certitude.

Elle n'avait pas bien compris cette histoire de pendentif, de Grand Prêtre, et de tout ce désordre dont il leur parlait. Elle découvrait en même temps que Nimuë ce dont il s'agissait, et ce grâce aux dires de Liao. Pour en avoir vaguement entendu parler, Ariane observait néanmoins le pendentif vrombir sous ses yeux.

- Un pendentif atlante, et familial qui plus est. Je n'ai jamais eu l'occasion d'en voir un jusque-là, j'ignorais que ces bijoux réagissaient en fonction de leur possesseur! C'est une chance d'en observer un réagir d'une telle façon!

En s'approchant quelque peu, la curiosité aiguisée à son paroxysme de l'ex-petite voleuse atlante l'avait prise. Elle observait le bijou auparavant dissimulé sous sa robe. Son éclat n'avait rien à envier aux pierres atlantes que l'on retrouvait au Sanctuaire Sous-Marin. Pire, il semblait littéralement réagir aux soupçons de la demoiselle.

"Même gardée captive au Sanctuaire, elle se savait marina. "

C'était une affirmation si délicate à argumenter pour cette Tribut qui venait de s'éveiller. Ariane repensait à ses pouvoirs personnels. A ses éclairs bleutés qui foudroyaient au travers toute cette eau qui les entourait, à son tonnerre qui terminait par flamber les éléments combustibles.

Longtemps, elle avait pensé que cela ne faisait pas d'elle une véritable Marina, et qu'il s'agissait peut-être même de la raison de son premier échec qui visait l'obtention d'une Ecaille. N'importe laquelle, peu lui importait finalement, même si elle en préférait une. De la terrible Scylla que ses yeux avaient tant vénéré pour sa proximité avec la faune, au mythique Dragon des mers, violente et puissante Ecaille qui conférait, une fois maturité gagnée, un titre indéniablement respecté par ses proches, il y avait de quoi rêver. Et pourtant, c'était les Lyumnades qui avaient finit par répondre à son appel. Comme la Sirène, une séductrice finie, mais une Ecaille redoutée. Une Ecaille mal-vue en quelque sorte, aussi. Les rejetées s'attiraient visiblement. Et puis...N'avait-elle pas eu l'impression d'être davantage Saint que Marina il y a encore quelques semaines, trop aveuglés par l'endroit où elle se trouvait? Cette remarque l'avait faite sourire. Nimuë vivait ce qu'elle avait vécu auparavant. La générale des Lyumnades prendrait parole en connaissance de causes.

- Je ne t'obligerai en rien de nous rejoindre. En fait...C'est ton foutu choix si tu veux mon avis, sauf qu'à l'heure actuelle, il faut bien avouer que tu n'aurais rien à perdre de tenter de nous rejoindre. Tu nous connais, on se connaît, et c'est déjà pas trop mal! A titre personnel, le Sanctuaire n'a jamais eu l'occasion de me donner une bonne perception des choses tant que je ne l'avais pas quitté. Je pense t'avoir déjà dit...Ou peut-être à un autre Saint...Que j'avais parfois eu l'impression d'être une Sainte plus qu'une Marina. Ce qui est paradoxale à l'heure actuelle, j'en conviens. Mais le cœur offre parfois sa dose d'illusion, alors que les sentiments rongent l'esprit et offre une vision trop étroite de ce que tu désires réellement. J'en viens à penser que c'est ce qui t'arrives peut-être actuellement. De quoi as-tu réellement envie? Es-tu prête à acceptée ce sentiment? Si un jour tu penses en avoir les réponses mais que l'envie d'en parler te prend, je serais prête à écouter. Tu serais surprise de certaines décisions. Ce pendentif ne définit pas ce que tu es, mais il pourrait te montrer une direction à prendre. Là d'où tu viens en tout cas, n'en déplaise ce que tu peux penser. J'ai essayé, mais les origines ça ne se change pas malheureusement!


Elle détacha alors la petite cage que le petit blond lui avait offert sur la place de Glastonbury. La grenouille s'y trouvait toujours, quoiqu'elle se situait désormais dans la main d'Ariane qui la maintenait enfermée. Son cosmos, bleu comme la mer illuminée par un éclair en temps de tempête. Ce qu'elle tenait maintenant était néanmoins plus atypique. A mi-chemin entre la grenouille verte et la salamandre rougeâtre qui rappelait, pour un œil attentif, l'Ecaille de la gardienne du Pilier de l'Océan Antarctique. L'amphibien était encore petit, inoffensif de par ses yeux noirâtres, mais bien vivace. Ariane la tendit à la Gold Saint.

"C'est un animal messager. Il est néanmoins particulier désormais, puisqu'il a été placé sous ma juridiction. Insuffles simplement ton cosmos si tu sens les choses tournées dramatiquement, elle trouvera rapidement son chemin et je saurais décrire ce qu'il s'y passe. C'est son devoir après tout, et celle-ci n'a pas eu le temps de devenir toxique. Les mémoires trompent rarement et j'arriverais rapidement. Après tout, on ne m'appelle pas l'Eclair messager pour rien. Il me permet de garder un suivi, je l'avoue!"

C'était une fierté retrouvée, assurément. Prendre le temps de montrer que le savoir et la rapidité pouvaient être réunis était quelque chose dont elle saurait veiller à son retour. A sa façon. Le tout était intéressant, et elle espérait sincèrement que Liao reviendrait en entier, lui aussi. Souriante, Ariane s'adressa cette fois-ci à Liao, en tapotant son épaule d'une main.

- Quant à toi, ne meurs pas en cours de route alors que je viens de te revoir! En attendant, j'aurais une grande lutte à mener contre cinq années de poussière dans mon Pilier!


Un rire s'échappait de ses lèvres alors qu'elle continuait à croiser les bras, consciente de leur présence. Il fallait bien avouer que cette conversation lui serrait le cœur néanmoins. Qu'adviendraient-ils d'eux? Pas de mauvaises choses par chance. Mais les conflits faisaient ses ravages et il lui faudrait prendre un peu de distance à cela.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
LiaoavatarArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Sam 13 Fév - 19:28
:: Retour imprévu

D’abords silencieux, Liao avait pris la parole pour assurer Nimuë de son soutien. Evidemment une autre idée germait dans son esprit, autant pour raison personnelle que par devoir. L’Hippocampe ne pouvait décemment pas laisser la rousse affronter cette épreuve seule, et il avait envie de rencontrer ce Grand Pope. La mission confiée à Ariane lui paraissait étrange, et il voulait en avoir le cœur net. Pourquoi utiliser un tribut en terre sous protection atlante pour vérifier une abbaye. Cet homme lui paraissait bien trop intelligent et prudent pour prendre un tel risque de manière inconsidéré sans avoir une idée derrière la tête. Envoyer Nimuë pouvait faire partie de son plan, connaissant l’inclinaison de la jeune femme à l’égard des atlantes. Liao s’exprimait sans arrière-pensée, et ne tentait aucunement de manipuler la rousse. L’évocation du collier n’avait pas pour but de provoquer une réaction quelconque chez elle, mais simplement de légitimer sa place parmi les marinas plus simplement. Le chinois avait choisi le moment où elle remettait son masque pour intervenir. Une décision motivée par leur dernière rencontre, comme une symbolique du discours qu’il lui avait tenu quelques semaines plus tôt. Un rappel discret qu’elle seule comprendrait. La réaction de la Saint fut logique et normale dans ces circonstances, malheureusement pour elle Liao ne lui demandait pas son avis ni son consentement. Sa décision était prise à présent.

Ariane fut la première à réagir concernant le collier, et les paroles de Nimuë confirmèrent les doutes du marina. Il n’avait pas utilisé les bons mots lors de son discours, et il se ferait un devoir de rectifier les choses le plus rapidement possible. Les interrogations de la rousse étaient légitimes dans cette situation. Malheureusement c’était un choix qu’elle devait faire et des réponses qu’elle devait trouver seule pour le moment. Les mots prononcés par la générale parurent appropriés pour l’Hippocampe, et il comprenait par la même occasion un peu mieux ce qu’elle avait pu vivre au Sanctuaire pendant cinq ans. Savoir qu’Ariane était prête à aider Nimuë soulageait Liao. Il pouvait trouver les mots justes, mais sans expérience ni vécu de ce type il paraîtrait bien creux et inapproprié à ses yeux. Au moins la marina parlait en connaissance de cause de ces choses. La suite des évènements soutira un regard désapprobateur au chinois. Utiliser son cosmos de la sorte dans Alexandrie n’était pas prudent. Certes les gens ne voyaient que ce qu’ils voulaient voir, mais ce n’était pas une raison pour courir un tel risque. Mais comme le cadeau était un messager destiné à la Saint, il préféra conserver le silence. C’est avec un même sourire qu’il répondit à Ariane par la suite.


_ « Nous sommes tous destinés à mourir un jour… Mais mon heure n’est pas encore venue, et j’en suis convaincu. En plus quelque chose me dit que ce voyage n’aura pas la finalité que nous imaginons pour le moment. » Il ajouta sur un ton désapprobateur. « Charmant cadeau, mais il aurait pu attendre de pénétrer dans le territoire d’Atlantis, et non dans la cité d’Alexandrie. »

Liao devait paraître bien rigide, mais le morceau de métal collait à sa peau le rendait méfiant et suspicieux. Il fallait qu’il le mette à l’abri rapidement. Sa main glissa sur le plastron de son écaille discrètement avant qu’il n’observe à nouveau la rousse à ses côtés. Il hésita un temps mais finit par prendre la décision d’ajouter quelque chose.

_ « Je vais me permettre d’ajouter une dernière chose. Non pour tenter de t’influencer mais pour clarifier une chose. Ce collier ne te définit pas, et ne doit pas influencer ta décision de rejoindre un camp ou d’en quitter un autre. Ce sont tes idéaux et ton cœur qui doivent décider de tout ceci. Cependant, comme tu semblais douter… ce qui est compréhensible… je tenais juste à t’informer que tu étais légitimement une marina au-delà de ton amour pour l’océan. C’était une simple volonté d’apaiser les tourments de ton cœur à ce sujet. » Il marque une pause et fit quelques pas tout en concluant rapidement. « Et je te l’ai déjà dit. Tu n’es ni une atlante ni une Saint. Ni une traître ni une rose empoisonnée. Tu es Nimuë et ce que tu choisiras d’être à l’avenir. Tu es maître de ton destin, à toi de prendre les décisions qui te semblent juste. Mais ce ne sera ni facile ni aisée malheureusement, tu douteras… tu hésiteras… »

Liao tourna une dernière fois son visage vers Nimuë, et fit signe aux demoiselles de le suivre pour pénétrer dans le chemin menant à Atlantis. Ayant un peu d’avance, le général donna des ordres aux gardes présents. En trop petit nombre pour les menaces pesant sur le sanctuaire sous-marin. Les hommes s’éparpillèrent, et certains partirent en direction de la cité aux pas de course. Liao continua son chemin, prêtant une oreille attentive aux éventuelles discussion entre la Saint et la marina.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Sam 13 Fév - 20:39
Entre devoir et trahison







- Je ne le savais pas non plus. Fit-elle abasourdie en plaquant sa main contre le bijou, son second cœur. Enfin si … Mais plus encore qu'il approche des portes de l'Atlantide.

Ce même sentiment de mal être revenait lui aussi, comme lorsqu'elle était venue ici pour la première fois. Elle ne saurait se l'expliquer mais la jeune femme se sentait attirée par les profondeurs de ce royaume abyssal. Le collier laissé de côté, la belle écouta le Général des Lyumnades développer le fond de sa pensée. Elle n'aurait rien à perdre ? Nimuë n'en était pas si sûre qu'elle. Après tout, Ariane ne connaissait pas toute son histoire, et inversement. Pour l'heure, la Sainte ne voulait pas répondre. Elle ne savait tout simplement pas. Aimerait-elle partir ? Oui. De quoi avait-elle réellement envie ? De ne plus être un pantin entre les mains des Dieux. Qu'ils cessent de jouer, qu'ils se lassent et la délaissent. Une vie simple, une vie où elle pourrait être elle-même, juste Nimuë. Humaine dont le corps n'était pas une arme, une faucheuse de vie. Elle voulait pouvoir construire sa maison, fonder une famille, aider les malades, apprendre à vivre.

Ariane lui offrit alors un bien intriguant présent. Un messager dans le cas où elle devait appeler à l'aide. Un sourire osa parer ses lèvres vermeilles.

- Je te remercie Ariane, pour tout.

Aussi, sans crier gare, obéissant à une impulsion, la Rose du Sanctuaire alors qu'Ariane riait aux éclats, la prit avec douceur dans ses bras. Le geste pouvait être surprenant surtout quand on savait que la jeune femme ne se laissait pas aller à ce genre de chose. Elle s'éloigna, un peu confuse. Balbutia vainement une excuse. Son visage se tourna vers Liao qui avait prit sa décision. L'entêtement de cet homme était impressionnant. Et la manière dont il rabroua la marina finit de la détendre. Sa main se porta devant la bouche immobile de son masque, étouffant son hilarité. Tous les semblaient bien s'entendre et se connaître suffisamment pour avoir développé un lien étroit de confiance mutuelle. Enfin, c'était son ressenti. Un peu … comme un grand frère avec sa petite sœur. Mais bon, la jeune femme pouvait se tromper.

- … et je trébucherais. Sans aucun doute ! Ah ah !

Ce qu'il ne savait pas, c'était que son passé la menaçait tout autant que son futur. Prise dans un étau dangereux, comment pourrait-elle y survivre ? Tellement de doutes et d'incertitudes. Leur marche reprit, le Général de l'Hippocampe, fidèle à lui même, distribuait ses ordres.

- Tu dois être heureuse de revoir enfin ton chez toi hein, Ariane ? Fit-elle d'un ton plus léger alors que quelques soudards tournaient la tête vers elle en reconnaissant son masque. Mais avec Liao à leurs côtés ils durent très vite reprendre leur tâche martiale. Un message à faire passer au Grand Pope peut-être ? Ou à d'autres ? Je suis bonne messagère, dans mon genre.

Très vite ils furent en vue du pilier du Général atlante. Elle reconnaissait sans mal l'endroit et eut un petit pincement au cœur. La dernière fois, elle l'y avait laissé. Aujourd'hui, elle le retrouvait et devait bien avouer qu'elle se sentait mieux, tout à coup.

- Vous devez avoir mille choses à faire. Ne vous souciez pas de moi. Je connais le chemin. Merci à vous deux, encore. Comme on dit la nuit porte conseil !






© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Dim 14 Fév - 14:42
Nimuë et Liao demeuraient tout deux silencieux. Pour peu la brune s'en serait sentie gênée mais le Sanctuaire avait eu le mérite de fortifier sa façon d'agir vis-à-vis de la communication non partagée. Le général de l'Hippocampe venait déjà de lui faire une remontrance en peu de temps. La jeune fille commençait fort en quelques heures à peine, et ce n'était pas peu dire. Toujours avec mauvaise foi, elle répondit clairement en levant deux mains à hauteur de poitrine, geste de culpabilité dont l'intention était néanmoins défendue.

- Et? Je ne suis même pas sûre de vous revoir tous les deux d'ici un bon bout de temps à dire vrai, en particulier si tu accompagnes la demoiselle! J'en profite donc.

A peine avait-elle eu le temps de rire plus longtemps avec une pitié à son propre égard qu'une irlandaise était venue l'enlacer. Aussitôt le contact établi que le rire avait été étouffé. Dire que ce geste n'avait pas étonné la gallo-romaine reviendrait à mentir, et dire qu'elle n'était pas elle-même une personne plutôt tactile de nature en aurait été un autre mensonge. Ce simple geste l'avait tout simplement surprise. Rapidement, la Gold Saint des Poissons avait pourtant bien vite relâché son étreinte en balbutiant quelques excuses, alors qu'Ariane lui offrait simplement un sourire et un bref mouvement pour lui signifier qu'il n'y avait rien de mal. Rien de mal si néanmoins elle ne tomberait pas malade ce soir par les toxines de la Gold Saint. Le venin des salamandres qui représentaient si bien la forme de son Ecaille, c'était une chose, celui du sang de Nimuë en était une autre. Enfin, elle n'en avait jamais été morte jusque-là. De nouveau, en regardant la bestiole corrompue par son Cosmos, elle repensait à ce cadeau et à ce général qui veillait sur les deux jeunes femmes.

Certes, utiliser son cosmos en plein port d'Alexandrie aurait pu être dangereux pour les deux autres personnes autour d'elle. Mais voir que le général se portait toujours à merveille restait particulièrement de bonne augure. Sûr de lui, assurément. Il semblait également avoir les mots pour apaiser la jeune femme, cette dernière s'étant même permise de blaguer sur sa propre condition. Ariane ne le voyais pas véritablement de cet œil-là pour une fois. Liao avait utilisé des mots si globaux qu'ils s'appliquaient finalement dans toute philosophie de vie. Une seule voix avait résonné silencieusement dans l'esprit de la gallo-romaine.


"On trébuche tous si tu veux mon avis, ce n'est qu'une question de temps et de faiblesse de cœur."


Accouder au pont du bateau, Atlantis se profilait déjà au loin quand Nimuë avait décidé d'aborder une conversation qui la mettait en scène. Que ressentait-elle à l'heure actuelle devant cette mer suffisamment agitée pour créer quelques vaguelettes à sa surface? Trop de choses finalement. Joie, tristesse et appréhension. Son regard s'adressait de nouveau à l'irlandaise qui les accompagnerait le temps d'une journée, une journée qu'elle n'aurait sans doute pas le temps de consacrer à son accueil. C'était une fonction déjà trop éloignée après tout. Prenant pleinement conscience de ce masque qu'elle dessinait mentalement de ses orbes bleues pour mieux s'en souvenir, l'Océan avait de nouveau attiré son regard tandis qu'Ariane lui répondait franchement.


"Je sais pas. C'est une impression très étrange pour l'instant, la dernière fois que je l'ai vu, Atlantis était en sang. Aujourd'hui, mon cœur est heureux mais je crois que je ne me rends pas tout à fait compte que j'ai Atlantis et toute une ancienne famille en face de moi. Et surtout, de ce que les autres généraux vont bien y penser. Mon retour annonce très peu de bonnes choses, mais tu dois déjà le savoir. "
Ce serait même très problématique pour la jeune femme de soutenir le regard de toutes ces nouvelles têtes qui allaient pourtant devenir ses frères d'armes. Expliquer qui elle était, et ré-expliquer de nouveau...Sans compter son Pilier qu'elle devrait de nouveau garder avec le plus de "sagesse" possible. Après tout, l'ambiance de cet édifice qui représentait un Océan littéralement inconnu avait toujours eu le mérite d'en gêner plus d'un, à compter par les quelques secrets cachés qui y refaisaient surface. Très vite, elle changea de conversation.
"Et toi alors, qu'est-ce que ça te fait de le revoir en compagnie de généraux? Tu dois bien deviner que ce n'est pas une simple mesure!"

Le Main Blade Winner, apparu au loin, semblait néanmoins couper toute parole. Celui-ci était tout simplement entouré de chacun des Piliers qui, aussi nombreux que les généraux ne l'étaient, filtraient déjà soigneusement les passages à ce lieu si merveilleux. De ses propres yeux, elle contemplait paysage qu'elle n'avait pas revu depuis de longues années. Ariane avait tout à refaire, tout à reconstruire, et de ces futurs travaux en découleraient certainement des heures et des heures passées à tenter de rattraper le passé. Un deuil était également à faire pour la petite Syagrius. Néanmoins, les Lyumnades n'avaient pas peur.

En cours de chemin, alors qu'elle descendait sur les pontons si caractéristiques d'Atlantis, son arrivée lui avait été rappelée. Ses premiers pas sur le bois fortifié voyaient déjà certains Marinas les observer alors qu'une Saint les rappelait à l'ordre. Tout en les observant d'un regard minaudeur, la brune finit par les déstabiliser comme prévu avant de reporter son attention sur la jeune femme. Un message? C'était intéressant mais elle doutait que la plupart de ceux qu'elle enverrait serait "bien accueilli". Finalement, ses derniers mots à la communauté d'Athéna ne revenait qu'à peu de personnes. Nimuë n'aurait pas énormément de "mots doux" à faire passer.


- Dis au Pope que ses yeux vont me manquer. Sa convivialité et sa prestance aussi.
Nimuë ne comprendrait certainement pas l'allusion qu'elle venait de faire, mais l'atlante était à l'heure actuelle hilare. "Je ne suis pas sûre de te donner un message très avisé à faire passer pour ce destinataire en particulier, finalement. Et puis...Râhi a également tout mon respect. J'ai aimé notre combat même si je me suis bien moquée de lui avant. Mais fais ce que bon te semble."

En tout cas, la solitude et le sentiment de perdre la tête n'allaient pas lui manque pour un sou. Certes, il y aurait tout de même des restes à affronter, mais les problèmes ne semblaient pas que s'appliquer à elle. Nimuë allait avoir besoin d'un soutien. Liao était à l'instant tout trouvé. Du moins, c'est ce qu'Ariane pensait alors que ses yeux portaient sur un visage bien trop sérieux à son goût. Il était certain qu'un sourire ne le tuerait pas.

Son masque protégeait tant et si bien le visage de la rousse qu'elle ne parvenait pas véritablement à savoir ce qui clochait. En tout cas, Nimuë avait déjà l'habitude d'aller dans les quartiers du général de l'Hippocampe. Sacré Liao, il pouvait compter sur de futures taquineries à ce sujet. Déjà, l'heure d'une séparation avait sonné. Un simple hochement de tête avait accueilli la dernière réplique de ses compères.

- Portes-toi bien Nimuë, je suppose que penser à autre chose ne te ferait aucun mal non plus. L'amusement offre parfois davantage de courage et de conseils tu sais... Non pas que Nimuë en manquait, mais souffler un peu était un conseil parfois trop ignoré. Une rapide main était passée à ses cheveux pour y jouer très rapidement avec. Dire qu'elle allait être bien trop occupée pour accueillir leur amie semblait la gêner et pourtant, elle était certaine que demain serait une journée exténuante et pleine de rebondissements.

Je ne suis pas sûr qu'on se reverra d'ici là, donc j'en profite pour te souhaiter bonne chance, tout simplement.

Au loin, le Pilier de l'Océan Antarctique attendait depuis trop longtemps sa gardienne, c'était une évidence. Il fallait lui redonner vie, mais aussi l'ambiance adéquate qui avait toujours semé un certain malaise à quiconque y passait. Ariane pouvait bien le faire, c'était son devoir après tout, et c'était en marchant en sa direction, œil déterminé, qu'elle irait accomplir cette première tâche. Pourtant, elle se détourna une dernière fois pour adresser une dernière parole à la jeune femme. Une parole qui se voulait presque un clin d'œil aux événements effectués à Glastonbury.

Evites de te perdre en cours de route! Surtout que tu t'es encore une fois portée volontaire!




Dernière édition par Ariane le Dim 14 Fév - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
LiaoavatarArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   Dim 14 Fév - 16:17
:: Retour imprévu

Le général de l’Hippocampe ne pouvait s’empêcher de faire la morale et de surveiller les actions des autres marinas. Il le faisait de manière naturelle depuis quelques années maintenant. L’action d’Ariane était à l’initiative de bonnes intentions, mais il aurait préféré que cela se passe sur le territoire même d’Atlantis et non dans la cité. Pour des raisons évidentes de sécurité. Mais aussi pour éviter de révéler sa présence trop rapidement aux yeux indiscrets. Une prudence excessive mais nécessaire au vu des récents évènements et de l’objet dissimulé dans son écaille pour le moment. Liao avait arrêté sa décision sur la conduite à tenir vis-à-vis de la rousse, et elle n’aurait que peu de possibilités d’échappatoire. Le chinois prit la décision de prendre la parole à nouveau pour ajouter quelques petites choses. Des encouragements et des mises en garde pour Nimuë. Un rappel de leur précédente conversation dans d’autres termes. Il détestait voir les gens se cacher vers une notion de destin ou de malédictions pour justifier leur malheur et leur condition, surtout quand la possibilité de s’en extraire existait réellement. Evidemment il ne pouvait agir pour eux, et ne faisait que supposer de leurs sentiments. Pourtant il pensait à l’heure actuelle connaître plutôt bien la rousse, sans forcément prétendre la connaître complètement, pour se permettre ces petites phrases et ces réflexions internes et personnelles.

Arrivé à l’entrée de la cité, le général donna des ordres pour verrouiller les frontières et augmenter la surveillance autour de chaque entrée. Une précaution utile à ses yeux et nécessaire. C’est d’une oreille attentive qu’il suivit la conversation entre les deux femmes sans y participer pour autant. Il avait exprimé ses idées sur la situation, et n’avait plus rien à ajouter pour le moment. Son pas était assuré et se calait sur leur vitesse. Ariane se montra la plus démonstrative des deux. Et Liao sourit simplement en entendant ses doutes sur sa présence. Quel général ou marina oserait la critiquer ou lui faire un accueil froid et distance après ce qu’elle avait vécu. De toute manière avec ou sans son retour, les choses ne s’annonçaient guère bonne de toute manière. Au contraire l’Hippocampe préférait voir les forces atlantes au complet avant que la situation ne se dégrade… Et si Nimuë pouvait les rejoindre ce serait parfait. Les messages à transmettre des Lyumnades ne ravirent pas le chinois. Il espérait que Nimuë ne le ferait pas. En cas de rencontre, Liao préférait éviter de l’avoir courroucé auparavant à cause de paroles provocatrice d’une marina. Liao ne lança qu’un simple signe de tête en direction de la rousse tandis qu’elle prenait la direction de ses quartiers. Le général de l’Hippocampe avait plus urgent à faire que de jouer les hôtes parfait à son grand désarroi d’ailleurs. Une fois seul en compagnie d’Ariane, il reprit.


_ « Tu devrais aller voir ton pilier. Montrer à tes hommes que tu es revenue, et rejoins-moi au temple de Poséidon. J’ai une chose urgente à faire auparavant. Ravi de te revoir parmi nous, et crois-moi tout le monde sera ravi de te savoir libre et de retour chez toi. » Il marqua une pause et reprit en observant la silhouette de la Saint au loin. « Gardons sa présence et sa décision pour nous. Les choses à annoncer vont déjà paraître suffisamment terribles et dangereuses pour ne pas laisser croire à une guerre contre le Sanctuaire. »

Le général reprit sa route, et continua jusqu’à laisser Ariane prendre la direction de son pilier. Son esprit était déjà plongé dans la discussion à venir et ce qu’il prévoyait de faire. Le chinois se laissait une marge de manœuvre vis-à-vis des informations en possession des autres généraux. Son pas rapide le menait vers l’endroit où dissimuler le morceau de métal caché dans son écaille.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
Contenu sponsorisé
Message Re: [Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin Mai 550] Entre devoir et trahison [Liao / Ariane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre amis on partage tout, surtout les réponses des devoirs ;) [Lys]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: