Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message [mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]   Dim 14 Fév - 21:26
Un assez triste sentiment tiraillait le cœur de Saadyr alors qu’il finissait de préparer ses affaires avant son départ pour le Sanctuaire. Désigné comme le nouveau Chevalier d’or du Bélier, il devait donc quitter Jamir et dire au revoir à Hélène. Même si il ne l’avouait jamais clairement, il aimait profondément cette femme qu’il considérait presque comme une mère. S’il jouait de taquinerie avec elle en l’appelant de la sorte, il y avait un véritable sentiment derrière ces mots toujours prononcés avec sympathie. Il avait passé plus de dix ans à ses côtés et les nouvelles qu’il avait apprit ne lui plaisaient pas tellement. Il se sentait comme remplacé, mit de côté, un élément qui n’était pas nécessaire… cela faisait naitre en lui une certaine amertume qui ternissait son côté toujours joyeux et positif. On aurait pu même dire qu’il était grognon. Et ceux qui connaissaient le jeune homme savaient qu’il ne l’était pas souvent sauf quand on touchait sa corde sensible, ce qui arrivait relativement rarement. Mais de fait, il n’était pas particulièrement d’une très bonne humeur.

Il ruminait dans son coin à l’intérieur de la Tour de Jamir à farfouiller dans le bordel de ses affaires quand il sentit une présence apparaître. Quelqu’un venait de se téléporter à proximité de ces lieux et il n’eut pas de grandes difficultés à savoir de qui il s’agissait avec l’aura dorée qui entourait le nouvel arrivant. Il reconnaissait là le cosmos d'Ainia qu'il avait connu par le passé. Son regard d’ordinaire si taquin et amusé se fit plus dur et presque en colère, les sourcils du jeune garçon s’étaient froncés et l’iris de ses yeux assombrit. Il se leva pour l’accueillir, légèrement vêtu comme à son habitude, l’or de ses bijoux cliquetant à ses mouvements, et croisa les bras en s’appuyant dans l’entrebâillement de l’ouverture. Bien vite, il vit la silhouette d’une femme se profiler, marchant dans sa direction. A cet instant, Saadyr était comme un mur qu’il faudrait franchir pour entrer, et il n’avait pas dans l’idée de lui laisser cette occasion pour l’instant. Sans doute avait-il l’air hautain et mal aimable, il s’en fichait bien pour l’instant, il ne s’empêcha pas de la détailler de la tête aux pieds, l’air toujours aussi grave. Il connaissait pourtant la jeune femme, l'avait côtoyé par le passé lorsqu'elle était venue s'entrainer à Jamir, mais il ne la voyait à ce moment que comme la nouvelle apprentie d'Hélène... presque comme une voleuse.

« Bon retour, Ainia... La nouvelle apprentie d’Hélène… »

Cette phrase eut un gout particulièrement amère dans la bouche du jeune Bélier, et pire encore, elle lui brulait les lèvres. Il s’en voulu presque de la prononcer et d’officialiser ainsi les choses. Dans son cœur, il était toujours le seul et unique disciple de la maitresse de Jamir. Egoïste, il l’était, et partager son mentor avec une autre lui déplaisait avec force et conviction. Sans bouger d’un pouce, il continua d’observer la jeune femme, parfaitement conscient qu’il devait la gêner ou peut être la mettre mal à l’aise. Si d’ordinaire il aurait rendu les choses plus agréables avec son air taquin et joueur, il n’y avait rien de cela face à cette femme. Elle lui volait son maitre, ça lui était insupportable.

« Tu m’excuseras de te parler sans détour, mais l’idée d’être remplacé par toi est très déplaisante. Pourquoi Hélène t'a choisie ? »

A ces mots, le jeune homme ne put s’empêcher de lui lancer un regard un peu hautain, voire méprisant. En cet instant, son égo parlait pour lui, et grand comme il était, il n’allait pas se calmer si simplement. Ce n’était guère le genre d’accueil qu’Hélène avait sans doute imaginé de la part de Saadyr, mais elle n’était pas là pour le juger et l’observer. Tant qu’elle l’ignorait, il s’en moquait éperdument. Et même si elle venait à le savoir, il n’avait pas honte de clamer haut et fort qu’il était particulièrement vexé et blessé d’être ainsi mit de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]   Lun 15 Fév - 18:34


Et me voici de retour à la case départ. Je venais d'arriver à Jamir, mais je me sentais quelque peu perdue. C'était comme si, cet endroit que je connaissais pourtant, m'était inconnu. Enfin, je ne savais trop comment l'expliquer, mais pour faire simple, je venais de me prendre un sacré coup derrière la tête. Il y avait une semaine de ca, je ne me serai jamais doutée, qu'à l'heure d'aujourd'hui je serai sans armure.

C'était, déjà, un premier choc à encaisser. Et puis ensuite, on ne m'avait pas vraiment laissé le choix. Abandonner mon armure et mon poste, ce pour quoi j'avais été formé durant deux longues années, sans parler de mes deux comparses, cela avait été particulièrement dur pour moi. D'autant plus que par manque de temps, je n'avais pu laissé qu'un simple mot à Silas, qu'on m'avait à peine laissé le temps d'écrire. Faire au plus vite, voilà exactement ce que m'avait dit Hélène quand elle m'avait tiré hors de mon lit.

Car oui, à en croire la dame, notre temps était compté. C'était donc la mort dans l'âme que j'avais accepté. Enfin après, me laissait-on vraiment le choix? Non je ne pense pas. Je me demandais juste pourquoi Hélène avait jeté son dévolu sur moi et non pas sur quelqu'un d'autre? Pourquoi pas Saadyr qui se trouvait être son élève?

C'est donc ainsi que je me retrouvais au pied de la Tour de Jamir. N'étant plus chevalier, je n'avais plus besoin de porter le masque, masque que j'avais laissé à mon Temple. Enfin non, il n'était plus à moi. Il attendait l'arrivait de son nouveau gardien. Et ce gardien, je le connaissais. Saadyr et moi allions simplement échanger nos rôles. D'élève il passait à chevalier du Bélier, et de chevalier du Bélier, je passais apprentie. Mais Hélène m'avait rassurée sur un point: je conservais mes arcanes.

J’avançais donc en direction de ce qui serait mon nouveau chez moi, lorsque mes iris rubis aperçurent enfin la silhouette qui se trouvait dans l'encadrement de la porte et semblait me barrer la route. Il était là. Saadyr. J'avais pour souvenir, un jeune homme particulièrement jovial et amical. J'allais donc vers lui tout sourire, mais celui-ci disparu bien vite dès les premiers mots qu'il prononça pour me souhaiter la bienvenue.

Je compris une chose, non, deux même: d'une je n'étais pas la bienvenue, et de deux l'élève d'Hélène semblait plutôt l'avoir mauvaise. Je sentis comme une vague de colère me submerger. Que croyait-il? Que j'étais là de gaieté de cœur et que ça me faisait plaisir d'avoir été obligé de tout lâcher? Je me plaçais dos au mur de la Tour, bras croisés sous ma poitrine, avant de lancer sur un ton on ne peut plus calme.

"- Ainia je suppose...Non mais vraiment, tu fais genre que tu te rappelles plus de mon visage uniquement parce que tu l'as en travers de la gorge Saadyr? Et tu sais quoi? J'ai une grande nouvelle pour toi: l'idée d'être remplacée par toi ne me plait pas non plus."

Bon c'était un affreux mensonge. J'étais contente que ce soit lui, mais je voulais lui faire comprendre que si la situation était déplaisante pour lui, elle l'était pour moi également, et donc par ce fait, qu'il n'était pas obligé de se montrer aussi désagréable.

"- Pourquoi Hélène m'a choisi? Peut-être, et je dis bien peut-être, parce que j'ai obtenu mon armure après seulement deux années d'apprentissage auprès d'Aslam? J'ai maîtrisé l'art de réparer les armures en quelques mois. Visiblement la situation semble plutôt urgente, elle a sûrement dû penser que c'était le meilleur choix à faire. Et puis bon tu ne te retrouves pas sans rien. Tu es chevalier d'or maintenant! Et le premier gardien qui plus est. crois-moi, pour occuper ce poste, il faut une personne de confiance."

J'espérais que j'avais réussi à calmer l'humeur belliqueuse du jeune homme par ces quelques mots. Je n'avais pas envie de m'énerver et de m'engueuler avec qui que ce soit. Et puis la journée avait été assez rude pour moi aussi.






Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message Re: [mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]   Mar 16 Fév - 15:05
C’était surement très vexant pour la jeune femme d’être ainsi accueillit par celui qui allait la remplacer. Mais il était évident que la décision prise par Hélène ne faisait pas l’unanimité, surtout pas chez les deux principaux concernés. Pourtant, Saadyr n’était pas si mécontent que ça, quand il y réfléchissait. Après tout il devenait le nouveau chevalier du Bélier, premier gardien du Sanctuaire. Cependant, l’impression d’être relégué au second rang par Hélène lui était insupportable. Sa loyauté et son affection pour elle ternissaient son avis et son égo blessé ne faisait rien pour arranger les choses non plus. Il avait beau apprécier Ainia, puisqu’il connaissait finalement assez bien la jeune femme pour les deux ans qu’elle avait passée ici, il ne parvenait pas à faire la part des choses. Il ne niait pas l’évidence, un côté de lui était particulièrement gamin et capricieux, tel un enfant à qui l’on aurait dit non. De fait, réagir avec un certain calme n’était pas dans ses attributions. Après tout, le feu était presque son élément, tempétueux et colérique. Il fallait simplement attendre que le mauvais temps passe. Hélas, deux fortes têtes l’une face à l’autre, passablement irrité d’avoir été les pions d’un plan qui ne leur plaisait guère sur l’instant, il y avait peu de chance pour que les choses se calment si facilement. Gonflé tout à coup par la réplique de la jeune femme – il s’était pourtant attendu à ce qu’elle même ne fasse pas dans la dentelle – il grinça des dents, son air devenant tout à coup emprunt d’une colère froide.

« Ah bah ça tombe bien, on devrait peut être dire à Hélène qu’on est tombé d’accord sur ce fait là. » Sa voix tinta avec un cynisme grinçant. Il avait beau dire, il savait que la chose serait impossible. Saadyr n’avait pas été choisi par la maitresse de Jamir, et oui, ce simple fait lui restait en travers de la gorge. « Oh et non, figure toi que c’est la première fois que je te vois sans ton masque, j’ai bien le droit au bénéfice du doute. » Moins froidement, il taquina un peu sournoisement la jeune femme tout en appuyant fermement sur le fait qu’elle avait été bridée par ce masque par le passé. Ce n’était certes plus le cas vu qu’elle n’était désormais plus affiliée totalement au Sanctuaire, mais son entrainement passé lui n’y avait pas coupé.

Sans doute avait-il mérité une remarque aussi déplaisante de la part d’Ainia… sa manière de l’accueillir ne méritait pas plus de sympathie que ça sur l’instant, mais il ne s’était pas attendu à ce qu’elle sous entende être meilleur que lui. C’est vrai, elle n’avait obtenu l’armure du Bélier qu’après deux ans d’entrainement avec Aslam. Et elle pouvait bien se targuer de cet état de fait. Mais Saadyr n’avait jamais pensé de son côté devenir chevalier d’or. Ça n’avait pas été son but premier en rejoignant Hélène et il avait pensé, à juste titre, rester à ses côtés pour devenir comme elle, un gardien de Jamir. C’était ce qui accentuait plus encore sa frustration en fait. Etre chevalier d’or était un honneur, il en avait conscience, et le fait qu’on lui confie l’armure prouvait qu’il en était digne. Mais il avait l’impression que c’était comme l’os que l’on donne à un chien pour faire diversion. Au final, Ainia allait devenir ce que Saadyr avait espéré avoir. Parce qu’elle était meilleure. Elle était devenue chevalier d’or avant lui, et aujourd’hui, elle allait apprendre bien plus de chose pour réparer les armures. Un art que Hélène ne lui avait pas enseigné en profondeur. Etait-il donc si peu doué ? Cette fois, l’ancienne Bélier avait frappé – peut être sans le vouloir – dans l’égo du jeune homme. Serrant les poings, détournant pour la première fois son regard perçant de celui d’Ainia pour fixer un point au sol avec colère, il répondit.

« Tu sous entend que tu es meilleure que moi c’est ça…? » Les dernières paroles de la jeune femme, qu’il avait pourtant bel et bien entendues ne parvinrent pas hélas à calmer l’ardent caractère de Saadyr. La colère qui emplissait son cœur l’aveuglait avec trop de passion, sans doute l’influence de sa jeunesse, inconscient des priorités. Il n’aimait pas se sentir ainsi rabaissé, et son humeur déjà maussade avait envenimé les choses pour aller au delà de l’irritation. « Comme si c’était suffisant… » Murmura-t-il avec colère en parlant de l’armure d’or. Bien sur que c’était un beau compromis… c’était juste une grosse crise de jalousie… et surtout une déception. « Je pensais qu’Hélène avait plus confiance en moi que ça… » Le poing qu’il serrait continuait de trembler. Curieusement, la colère qu’Ainia avait déclenchée ne s’était pas élevée à l’encontre d’elle, mais plus envers lui même. Etait-il donc vraiment plus faible pour qu’Hélène lui ait préféré la jeune femme ? Alors que ça faisait presque dix ans qu’il était ici ? N’y avait-il pas pire trahison au fond ? Ce n’était pas la faute d’Ainia tout ça, non… elle n’y était pour rien, elle était simplement choisie, même si ça ne lui plaisait pas.

Sans lui lancer un regard, il plongea les mains dans les poches de son pantalon ample et passa à côté de la jeune femme. Son aura d’ordinaire vivace et joyeuse n’était qu’un feu froid crépitant de colère. Il la frôla à peine mais murmura à son niveau un pauvre « Bah bienvenue chez toi alors... », dépité malgré l'irritation puis continua en descendant vers le village. Il n’avait plus envie de se battre. Ainia avait raison par ces quelques mots… en fait, Hélène n’avait pas besoin de lui, l’ancienne Bélier suffisait. Quelle idée alors de lui confier l’armure ? Un simple temps à gérer, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
AisleenavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]   Mer 17 Fév - 20:04


Si ses paroles de bienvenue avaient jeté un froid, les miennes n'avaient rien fait pour améliorer notre entente, bien au contraire. Même si je sentais que finalement il s'en voulait plus à lui qu'à moi-même, de ne pas avoir été à la hauteur des attentes de son maître. Mais y avait-il que de ça? J'avais le sentiment de me retrouver face à un enfant qui piquait sa crise de jalousie parce que l'un de ses parents accordait plus d'attention à un autre mioche qu'à lui-même.

Je l'observais s'éloigner de la tour, me laissant libre passage pour gagner l'intérieur de celle-ci et prendre ainsi mes nouveaux quartiers. J'aurais pu le laisser partir bouder dans son coin, mais quelque part, une partie de moi m'intimait l'ordre de le rejoindre. Je lâchais un soupir avant de disparaître de là où je me tenais pour réapparaître derrière lui. Je tendis la main et lui attrapai gentiment le bras pour le retenir.

"- Saadyr, écoute. Je n'ai pas envie que tu partes fâché. Vraiment. Je suis désolée que la situation ne te convienne pas, mais elle ne me convient pas plus tu sais. Je n'aurais rien demandé de plus que de rester au Sanctuaire. Je m'y étais fait mes amis, et bien plus encore. Je suis partie de là-bas sans trop comprendre ce qui se passait."

Je laissais échapper un soupir tout en faisant les cent pas devant mon ami.

"- Je suis désolée, mais je ne suis pas dans la tête d'Hélène pour savoir ce à quoi elle pense. Je peux comprendre ce que tu ressens, je ne sais pas comment j'aurais moi-même réagi si Aslam était venu avec un autre apprenti. Rien ne t'empêche d'aller la voir pour lui poser la question. Mais malheureusement, toi et moi, nous ne sommes que des pions sur l'échiquier de la guerre. Il se pourrait que l'un comme l'autre, nous soyons meilleurs dans certains domaines par rapport à l'autre. Tu comprends? Et je pense que si elle n'avait pas confiance en toi, elle ne t'aurait pas confié son ancienne armure! Elle t'en juge digne! Tu saisis?"

Tout ce que je disais, je le pensais sincèrement. Je ne doutais pas du tout des compétences de mon successeur. Il n'échouerait pas dans la tâche que son mentor lui avait confié, ne serait-ce que pour lui prouver qu'il pouvait compter sur lui et qu'il ne faillirait pas. Je lui adressais alors un sourire franc et amical:

"- Avant que tu ne partes, tu aurais quelques recommandations à me donner? De ce qu'Aslam me disait d'elle, et de ce que j'ai pu voir, je me rends compte qu'Hélène peut-être particulièrement tyrannique quand elle désire quelque chose. Est-ce qu'il y a des choses qu'elle déteste ou qu'elle apprécie? Si tu veux , je peux aussi te filer quelques tuyaux concernant les Saints et le Grand-Pope. Par exemple, il déteste qu'on le regarde droit dans les yeux."

Je ne tenais vraiment pas à ce que Saadyr parte en cet instant. Je ne voulais pas que nous nous quittions fâchés:

"- Ca te dirait qu'on boive un verre ensemble pour parler de tout ça plus tranquillement?"

L'invitation était lancée, à voir maintenant comment le nouveau Bélier allait réagir face à celle-ci.





Armure:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t702-ainia
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message Re: [mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]   Lun 22 Fév - 20:26
Si une partie de lui s’exaspérait de ne pouvoir partir en paix et expulser sa colère en solitaire, une autre se rassura de voir que la jeune femme ne le laissait pas seul face à ses travers. Il avait conscience d’agir comme un gamin jaloux et capricieux, mais il était bien trop fier pour l’accepter et surtout le reconnaître. Son égo blessé, il n’avait qu’une envie, se calmer. Sur le coup, Saadyr ne fut pas certain que les paroles de Ainia y parviendraient, et pourtant, lui laissant le bénéfice du doute, il s’arrêta pour écouter quand une main le retint par le bras. Il n’avait pas l’air plus particulièrement sympathique, son regard rouge se voilà d’amertume et de ressentit, mais il ne fit mot et se contenta d’attendre ce que l’ancienne Bélier avait à lui dire.

Il était difficile pour Saadyr de reconnaître qu’il n’était pas le seul à souffrir du choix fait par Hélène. Si la jalousie parlait pour son cœur, il y avait aussi l’amour et l’affection qu’il ressentait pour son maitre qui jouait beaucoup dans ses réactions. Mais force lui était de constater que Ainia était dans la même situation, et il aurait été bien méchant de réagir avec plus d’égoïsme encore en sous entendant que ce n’était rien face à l’honneur d’être choisi par Hélène. Bien qu’il était du genre taquin, voire même méchant quand il s’y mettait, il n’était pas d’humeur à rabrouer la jeune femme avec des paroles mesquines et vides de sens. Au fond, ils étaient pareils, des pions utilisés pour une guerre. Les rôles s’inversaient, quand bien même cela leur déplaisait profondément. Ne pouvant répondre quoique ce soit devant les paroles d’Ainia, Saadyr se contenta de baisser les yeux, encore blessé de la remarque passée de la jeune femme, mais calmé par celles qui venaient d’être prononcées. Il ne pouvait nier qu’elle était plus courageuse et en sens plus forte que lui, en cherchant à rassurer celui qui allait la remplacer. Un peu vexé, agissant comme un môme pris en faute, il se mordilla la lèvre en esquivant le regard de l’ancienne Bélier.

« Je sais qu’Hélène a confiance en moi… c’est juste que… je n’ai pas envie de la quitter. » Peut-être lui était-il véritablement trop attaché. Il avait conscience d’une telle chose, et c’était sans doute sa plus grande faiblesse, car pour son mentor, il aurait été capable de tout. « Je ne voudrais pas faire honte au rôle qu’elle m’a confié, et quand j’ai su que j’étais remplacé par toi, je me suis senti comme trahi. Comme si je n’étais pas assez bien pour elle. J’avais peur de ne pas être assez bien pour être le nouveau chevalier d’or du Bélier. »

Sans doute était-ce légèrement stupide, mais il n’avait tout simplement pas accepté le fait qu’Hélène prenait un autre apprenti. C’était un cap à franchir, un moment à passer, une étape à conquérir. Le temps finirait par lui faire voir les choses qu’une autre manière. Ce n’était qu’une mauvaise passade. Le jeune homme reprendrait bien vite du poil de la bête, il lui faudrait juste un peu de temps. A son tour, il releva les yeux pour capter ceux d’Ainia, avant de lui renvoyer un sourire, peut être moins franc, mais néanmoins sincère.

« Je suis désolé que tu aies toi aussi à tout lâcher sans rien savoir. Nous ferons de notre mieux chacun de notre côté j’imagine, avec les conséquences que cela implique. » Même si c’était la dernière chose qu’ils désiraient l’un l’autre.

Bien qu’il fût toujours légèrement dépité par toute cette situation, le sourire et l’attention d’Ainia aidèrent le jeune Bélier à reprendre confiance. Il était pourtant d’ordinaire d’une confiance indomptable et d’une fierté souvent mal placée. Le fait qu’Hélène ait pris de telles décisions l’avait quelque peu remit à sa place et même fait douté. Il n’était pas question pour lui de rester sur cette note. Puisque c’était désormais sa place, Saadyr ferait en sorte de devenir un bon chevalier du Bélier. A sa manière bien entendu.

« Des recommandations ? Hum... » Il fit mine de réfléchir un instant en songeant à ce qui pouvait ou ne pouvait pas être fait face à Hélène. Un fin sourire s’afficha sur son visage, puis il répondit. « Tu devrais le découvrir par toi même, tu verras, c’est amusant. » Enfin il retrouvait légèrement sa bonne humeur en taquinant la jeune femme sans grande méchanceté. A vrai dire, si d’ordinaire il avait toujours des arrières pensées en jouant ainsi, il n’avait pas grande envie de le faire avec Ainia. Un remerciement pour avoir été gentille avec lui. « Je prend note en tout cas pour le Grand Pope. Et avec plaisir, allons boire quelque chose. »

Sans attendre, il la saisit par la main et la téléporta avec lui dans le village en bas de la tour où ils trouveraient de quoi se restaurer. Il y avait peu d’habitants à Jamir, tout le monde ici se connaissait et certains eurent un sourire en voyant Saadyr arriver ainsi, bien qu’il fût cette fois accompagné. Plutôt galant, il laissa Ainia passer la porte de la petite taverne de fortune, qui était plus un lieu de rassemblement pour tout le monde dans la joie et la bonne humeur qu’une place de beuverie incessante.

« Je te paye le verre, en remerciement. Et pour la peine, je veux bien te dire une chose sur Hélène aussi. Quand elle te donne un ordre, il vaut mieux ne pas rechigner, ne même pas l’ouvrir en fait, surtout au début. Surtout ne te formalise pas des insultes et des réprimandes. Comme tu l’as dit, elle est assez tyrannique dans son genre, mais on s’y habitue. » Dit-il avec une certaine légèreté, bien que son regard lui paru plus mélancolique. Il vivait depuis si longtemps avec elle qu’il connaissait ses défauts et ses qualités plutôt bien, et s’y était accommodé. Et puis au fond, Saadyr n’était pas facile à vivre lui non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
Contenu sponsorisé
Message Re: [mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[mai 550]Je ne reconnais pas ta légitimité [PV Ainia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]
» On reconnaît un oiseau en écoutant son chant
» Sombre Futur [6/6]
» ˋˋ Me reconnais-tu ? Parce que moi, je ne doute pas de qui tu es. ˎˎ
» Même déguisée je te reconnais les yeux fermés ▬ Nyx & Wesley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: