Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Fin mai 550] Quand l'âme s’obscurcit, les risques du mensonge.[FT Saadyr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité
Message [Fin mai 550] Quand l'âme s’obscurcit, les risques du mensonge.[FT Saadyr]   Mar 16 Fév - 17:38

Un jeune homme blond marchait dans les alentours du Sanctuaire. Ce n’était rien d’autre qu’une petite sortie afin de s’assurer que tout allait bien. De cette manière, le garçon était parti en direction de Rodorio et, voyant qu’il n’y avait rien à signalé, avait décidé de rentrer. Il avançait d’un pas lent, traînant les pieds et tournait en rond depuis quelques minutes. Le ciel était menaçant et pourtant le Saint ne semblait pas pressé de rentrer. Un sentiment étrange. Lui qui attendait la fin de chaque mission impatiemment afin de pouvoir se replonger dans sa solitude, afin de ne plus avoir à voir ce monde.

Ce jour-là était différent, le garçon au teint halé était d’une humeur maussade et le chemin vers la maison qu’il gardait était bien trop long à son goût. Aujourd’hui, il ne se sentait pas capable de supporter la traverse des cinq premiers temples pour arriver à l’endroit où il vivait depuis si longtemps. A l’heure actuelle, le Saint de la Vierge n’avait aucune envie de revêtir son masque, cette protection invisible qu’il utilisait pour cacher ses véritables sentiments, ses peurs. Non, pour le moment, Râhi avait surtout besoin d’être seul, de s’isoler dans un endroit où personne ne pourrait le voir.

Ses pas l’avaient mené machinalement vers l’entrée du Sanctuaire où il s’arrêta en soupirant avant de faire demi-tour. Impossible, ses jambes refusaient de monter ces marches. Il semblerait que même les personnes comme lui avaient parfois besoin de souffler un peu. Il marcha alors quelques instants avant de trouver un coin à l’abri des regards. Ce n’était pas un endroit grandiose, mais il était bien suffisant pour quelqu’un de son espèce. Silencieusement, Râhi leva la tête, dévoilant des yeux dont l’expression semblait vidée de toute émotion. La pluie commençait à tomber sur les terres du Sanctuaire, une pluie qui avait l’air en adéquation avec les sentiments qu’éprouvait le Saint à ce moment-là. Accompagné d’un ciel aussi sombre que toutes ces douleurs qu’il portait en lui. Aujourd’hui, le temps était à son image.

Les mains levées à hauteur de sa poitrine, il regardait les gouttes d’eau tomber espérant qu’elles pourraient peut-être le nettoyer de toute cette salissure qu’il était, mais rien ne se passait. Peu importe les minutes qui passaient, la Vierge se sentait toujours aussi sale. Aussi, il décida finalement de s’asseoir, ramenant ses bras autour de ses jambes. Une position recroquevillée qui lui correspondait parfaitement, à lui qui semblait sombrer peu à peu.

Revenir en haut Aller en bas
SaadyravatarArmure :
Bélier

Statistiques
HP:
120/200  (120/200)
CP:
184/210  (184/210)
CC:
217/325  (217/325)
Message Re: [Fin mai 550] Quand l'âme s’obscurcit, les risques du mensonge.[FT Saadyr]   Lun 22 Fév - 13:56
Il était évident que le temps au Sanctuaire ne pouvait pas toujours être clément. Mais ce n’était pas parce qu’il pleuvait que la chaleur s’amenuisait. Saadyr constatait avec un certain amusement que l’humidité qui régnait dans l’air rajoutait même une certaine lourdeur à l’ambiance. Des températures et des ressentis bien différent de ce qu’il avait pu ressentir dans son Arabie natale. Et il devait bien avouer préférer la chaleur aride et sèche de ces régions à cette humidité lourde qui fatiguait vicieusement. Mais habitué à tous les changements, le jeune Bélier regardait avec une certaine curiosité l’eau s’écoulant des hauteurs de son temple. Le bruit était apaisant et calmait quelques peu les ardeurs trop présente du jeune chevalier. Le feu brulait en lui comme un brasier avide, et on pouvait dire du garçon qu’il était certainement un hyperactif turbulent en mal de victime à taquiner. Vrai qu’il n’avait guère eu le temps de s’amuser plus que ça avec ses semblables du Sanctuaire. Oh il avait pu en observer certains, mais sans pour autant pousser les piques bien loin. Il s’était déjà bien amusé de la sorte avec le Grand Pope qu’il n’avait pas hésité à fixer dans les yeux sans craindre les conséquences. Quand bien même avait-il était mis en garde qu’il avait bravé ce conseil par pure fierté et jeu. Inconscient… jeune, il l’était oui.

La pluie continuait de tomber dans un silence de mort. Pourtant, malgré la dureté de celle-ci, Saadyr pu voir au travers de ses filets la silhouette d’un homme s’éloignant. Curieux, il avait eu l’air de s’arrêter un instant devant les marches puis avait fait marche arrière. Malgré l’éloignement, les yeux perçant du Bélier finirent par identifier le chevalier de la Vierge qu’il avait vu descendre un peu plus tôt dans la journée. Ils ne s’étaient guère parlés tous les deux et le jeune homme l’avait laissé passer sans plus de cérémonie. Mais son attitude l’intriguait. Un fin sourire mesquin naquit sur les lèvres du Bélier. Délaissant son armure pour aller se balader tranquillement dans le Sanctuaire, il aborda à nouveau ces tenues un peu extravagantes, foncièrement dénudées, ce qui n’avait pas l’air de le déranger malgré la pluie. Ses pieds nus foulaient le sol un peu boueux sans la moindre honte, et descendant les marches, il parti à la suite de la Vierge qui venait de disparaître de sa vue. Il le retrouverait facilement, il n’en avait pas le moindre doute. La pluie tombant sur son corps l’amusa, il trouva ça presque doux de s’y balader. Lui chevalier d’or, si insouciant…

Il marcha un instant sans perdre son objectif de vue, puis l’aperçu alors qu’il se recroquevillait dans un coin, plus ou moins à l’abris des intempéries. Oh comme cela semblait tout à coup très intéressant ! Pourquoi le chevalier de la Vierge agissait-il ainsi alors que son sourire un peu plus tôt avait eu l’air fort joyeux et sympathique ? Une mauvaise nouvelle peut-être ? Oh intérieurement Saadyr espérait pouvoir en apprendre plus. Il aimait les détails croustillants, il aimait la curiosité, et surtout il aimait en savoir plus sur les autres et se permettre de les taquiner. Enfant insolent et énervant. Mais c’était ça qui faisait le plaisir de sa vie. Approchant sans se soucier si l’homme devant lui avait eu l’envie d’être seul ou non, il se planta en face, bras croisés sur le torse à le surplomber un peu hautainement. Son sourire n’avait pas quitté ses lippes et son regard pétillait d’ores et déjà d’amusement.

« Si dépité par la pluie qu’on préfère se cacher chevalier ? » Saadyr était resté à la merci des gouttes qui tombaient sur son visage, sans se soucier de l’apparence qu’il pouvait désormais aborder. Bien qu’il était fort fier et peut-être orgueilleux sur les bords, il ne s’en formalisa pas plus sur l’instant. « La Vierge, c’est ça ? Je t’ai vu avec un si charmant sourire, pourquoi a-t-il si instantanément disparu ? De mauvaises nouvelles peut-être ? » Il était joueur, peut-être avec un soupçon de mépris, mais gardant cet infatigable air bon enfant. Il aimait tant titiller les autres pour percevoir leurs limites, leurs faiblesses. C’était toujours utile, il le savait parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t471-saadyr-chevalier-d-or-
InvitéInvité
Message Re: [Fin mai 550] Quand l'âme s’obscurcit, les risques du mensonge.[FT Saadyr]   Mar 23 Fév - 11:56

Son moment de répit, si l’on pouvait appeler cela de cette manière, ne dura qu’un court moment. Il ne fallut en effet pas longtemps pour qu’un gêneur ne vienne dans sa direction. Ecoutant le bruit des gouttes d’eau mêlées à celui de pas, le blond lâcha un soupir lorsqu’il remarqua des pieds boueux non loin de lui. Il ne voyait qu’une personne capable de marcher pieds nus sous la pluie, le Bélier. Ce gars-là représentait tout ce qu’il pouvait détester chez quelqu’un et, par conséquent, la dernière personne qu’il aurait voulu voir un tel jour. A la pensée que le sort s’acharnait sur lui ce jour, il soupira silencieusement. Le gardien de la première maison était déjà-là mais il ne leva pas pour autant la tête. Les jambes contre son torse, il restait immobile telle une statue, à regarder le sol où les perles de pluies s’étalaient les unes après les autres, rejoignant la terre pour une nouvelle naissance.

Il n’écouta pas la première remarque du chevalier du Bélier, où plutôt il n’y répondit pas. Le brun aux longs cheveux semblait avoir la sale habitude de s’occuper des affaires qui ne le concernait pas, comme s’il était à la recherche de ragots pouvant avoir une quelconque utilité. Toujours silencieux, Râhi se demandait s’il y avait une raison à son passé, ces souvenirs oubliés dont il ne subsistait que quelques traces à peine perceptibles. Il était simplement fatigué, l’un de ces jours où l’on laisserait bien volontiers tout tomber pour s’enfermer dans un coin sombre jusqu’à ce que mort s’en suive. Cela pouvait paraître exagérer pour certains, mais pour le blond, tout cela n’était qu’un fardeau don le poids grandissait de jours en jours, de minutes en minutes. C’était le genre de jour où il se demandait si la vie avait un sens ou si tout cela n’était qu’un caprice du destin. Et il fallait qu’il le croise un jour comme celui-là, la faute à pas de chance sûrement. Tandis qu’il regardait défiler les secondes, le perturbateur commençait à poser tout un tas de question avec un ton si énervant que le garçon l’aurait volontiers fait taire dans un bain de boue. « Hm », la seule réponse qui s’échappa de sa bouche à l’entente du nom que portait son armure. Le silence perdura ainsi quelques longues secondes. Puis il leva vaguement les yeux : « Ah, le Bélier ? » Il semblait réfléchir « euh… Sy… Sa… Oh… on s’en fiche ». Le blond à la peau halée ne connaissait pas son nom, où plutôt il ne l’avait pas retenu parce qu’il se souvenait pourtant de l’avoir entendu quelque part, mais cela n’avait aucune importance au fond. « Qu’est-ce que tu fais là …? » Il était comme ailleurs « T’as pas une maison à garder toi ? ». Une manière subtile qu’avait le jeune homme de lui dire de dégager de là.

Le masque tombait, Râhi refaisait lentement surface sous les yeux de son camarade chevalier. Le tact s’effaçait peu à peu : «T’as rien d’autre à faire ? Par exemple quelque chose loin, très loin d’ici ? ». Un moment de relâchement qui lui coutera certainement cher par la suite. Finalement, peut-être aurait-il été préférable qu’il remonte dans la maison de la vierge. Trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message Re: [Fin mai 550] Quand l'âme s’obscurcit, les risques du mensonge.[FT Saadyr]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin mai 550] Quand l'âme s’obscurcit, les risques du mensonge.[FT Saadyr]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: