Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]   Jeu 18 Fév - 2:29
Ca n’avait été à l’origine qu’une rencontre sans grande importance. Inscrite dans le sang et la violence, comme tout ce qui faisait parti de la vie de Thivan, ou presque. Pourtant, il s’avérait que quelque chose était différent. L’homme qu’il avait rencontré et aidé en ce jour, avec qui il avait formé une pseudo équipe avait fini par l’accompagner. Ou plutôt il se trouvait que les deux allaient dans la même direction et de fait, avaient convenu d’un commun accord silencieux qu’il était plus intéressant de faire le chemin ainsi. Bien que la discussion ne fut pas particulièrement au rendez-vous, les deux hommes pas spécialement bavards, quelques mots avaient été échangés sans pour autant révéler grand chose sur leurs appartenances. En sommes, les secrets demeuraient, mais ce n’était pas bien grave. Le soir était sur le point de tomber, le soleil franchissait l’horizon tôt au mois de décembre, mais par chance, cela faisait déjà plusieurs heures que Thivan et son étrange compagnon de route avaient atteint un village quelconque sur leur route. S’il s’était écouté, le Cardinal de la Pestilence aurait forcé le chemin dans la nuit, mais puisqu’il n’était pas pressé et accompagné, il questionna du regard Lytès pour savoir ce qu’il pensait. Et puisque sa pensée n’était pas forcément explicite, il répliqua de quelques mots.

« Continuons nous le chemin ou faisons nous halte pour la nuit ? »

Le Berserker posa un regard sur le village autour de lui. Les gens étaient agités, vivants et joyeux, il semblait bien qu’une fête se préparait. Les feux étaient allumés un peu partout et les habitants se rassemblaient par troupe un peu partout. Les visages joyeux et l’air ambiant empli de simplicité et de bonheur laissèrent indifférent Thivan qui observa sans plus d’intérêt.

« Une fête… » Ce n’était pas une question, mais le murmure qu’il lâcha semblait être interprété comme tel quand un villageois à l’air fêtard approcha, ayant entendu. L’odeur de vin se dégageait d’entre ses lèvres, il était perceptible autour de sa personne sans la moindre difficulté.

« Oui, c’est le grand anniversaire du village, une fête grandiose se prépare pour toute la nuit ! Vous êtes les bienvenus étrangers, profitez tant que vous voulez ! »

Le visage peu souriant et la réponse qui ne semblait pas venir de la part du Cardinal eut vite fait de faire partir le soulard bien éméché mais joyeux, bien qu’il eut lancé un petit regard au compagnon de route du Berserker. L’agitation n’était pas sa tasse de thé, aussi fit-il de même en tournant son regard vers Lytès. Thivan semblait pourtant curieux de toute cette vie qui grouillait. La mémoire se rappelait à lui, à l’époque où il avait détruit et annihilé de nombreux villages et volé d’incalculables vies.

« Buvez-vous et faites-vous la fête, Lytès ? »

Question somme toute anodine. Pour sa part, il n’était pas étonnant de révéler que le Berserker n’était pas grand appréciateur des fêtes bruyantes et illogiques. Quoiqu’en vérité, il n’avait jamais eu l’occasion d’y participer réellement. Un cœur de pierre comme le sien, un esprit glacé et mort n’y avait pas réellement sa place, pas vrai ?

« Messieurs ! Profitez de la fête et buvez ! Le village régale ! »

Une jeune femme s’était subtilement approchée pour place un gobelet dans leur main, s’éclipsant aussi vite qu’elle était venue pour continuer sa distribution. Thivan regarda le verre un instant, sans se soucier sans outre mesure du liquide qu’il contenait. Sans grand gêne, il le porta à ses lèvres et bu d’un seul coup. Ce n’était pas la première fois qu’il buvait… enfin… jamais quelque chose d’aussi fort du moins. Il en avait connu des vertes et des pas murent avec le clan des brigands, mais là, la mixture était âpre et arrachait le palais. S’il n’eut aucune réaction visible, le Cardinal prit cependant quelques rougeurs le temps d’un instant pour supporter le goût fort de la boisson. A nouveau il regarda le gobelet puis se tourna vers Lytès.

« Hum. Pas mal. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
InvitéInvité
Message Re: [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]   Jeu 18 Fév - 9:37

Lytès ne savait pas vraiment comment les choses en étaient arrivées là. Après avoir fait une étrange rencontre avec le dénommé Thivan, qui avait été son partenaire durant un court moment, ils se dirigeaient ensemble vers la même direction. Ce n’était pas réellement ce qu’avait prévu le garçon, mais soit. Le hasard semblait, pour une fois, bien faire les choses. En effet, l’enfant du pays était curieux à son propos et espérait quelque part découvrir ce que cachaient certaines de ses zones d’ombres. Il n’était pourtant pas le genre d’homme à chercher le contact avec les autres et il n’était habituellement que très peu intéressé par ces choses-là, préférant la solitude. Seulement, cette personne-là était différente et, sans pour autant pouvoir en donner la raison, il le sentait. Ils avaient ainsi continué leur route en duo dans le silence, comme on pouvait s’y attendre des deux hommes. Lytès pensait avoir cerné quelques aspects de la personnalité de son compagnon de route, son gout invétéré pour le sang mais aussi l’aspect silencieux qu’il partageait avec lui.

La nuit tomba bien assez tôt sur la Province de Thrace où les seules lumières demeurant étaient celles des torches et feux divers dans les villages. C’était dans l’un de ceux-ci qu’ils s’étaient arrêtés quelques instants, voyant le soleil décliner peu à peu. L’occasion de faire une petite pause. Lytès ne répondit pas immédiatement à la première question dont il n’avait entendu que des fragments, cachés par les rires bruyants des villageois. « Eh bien, c’est l’occasion de faire une pause » finit-il par dire d'un ton relativement neutre. C’est ainsi qu’il répondit à Thivan, sans pour autant le savoir. La raison de ces bruits ne tarda pas à venir de la bouche d’un habitant, visiblement très alcoolisé compte tenu de l’odeur. Une fête pour le village, tout s’expliquait. L’homme saoul se tourna alors vers Lytès qui fit de son mieux pour ne pas avoir à respirer cette odeur qu’il trouvait dérangeante sans se faire remarquer. Quelque part, le mot « Etrangers » résonnait dans la tête du jeune homme. Il se sentit vide durant quelques courtes secondes, comme qui dirait froissé, déçu d’être prit pour un voyageur inconnu, lui qui était en réalité un enfant du pays. C’était la preuve que, quoi qu’il en pense, il était incapable de se détacher complètement de ses racines. Elles étaient toujours là, bien ancrées en lui, lui rappelant les années passées qu’il pensait derrière lui depuis longtemps déjà.

Il sursauta légèrement lorsqu’il entendit la voix de Thivan, qui sonnait comme un rappel. « Pas vraiment …» furent les premiers mots qu’il prononça. A vrai dire, ce genre d’évènements le mettait mal à l’aise. Il était l’un de ceux qui préférait le silence, le calme. C’était pourtant l’occasion de se détendre un peu, et qui sait, de peut-être en apprendre plus sur son compagnon d’un jour. Alors, il ajouta : «… Mais il y a un début à tout ». Une femme probablement non loin d’eux s’approcha rapidement d’eux et, avant même de s’en rendre compte, ils avaient chacun un verre à la main. Dubitatif, Lytès observa la réaction de celui qui l’accompagnait. Sans la moindre hésitation, il en but le contenu ce qui motiva le garçon à approcher ses lèvres du bord. Tandis que le liquide commençait à couler dans sa gorge, il abaissa brusquement le contenant, arborant une grimace. Ce n’est pas qu’il était mauvais, loin de là. En réalité, il l’avait plutôt trouvé à son goût, mais ce liquide semblait brûler légèrement les parois. En somme, il ne détestait pas particulièrement la sensation, il était juste… surpris. Oui, Surpris était le bon mot. Après un bref regard vers l’autre garçon, il reprit possession du liquide jusqu’à le finir dans une rapidité déconcertante. Chose pas très maligne puisque sa tête tourna durant quelques secondes.

Dans un certain élan, il attrapa deux autres verres qui passaient par là et donna l’un des deux à Thivan. « Et si nous allions nous asseoir ? » demanda-t-il soudainement. Joignant le geste à la parole, il traversa la petite place où les gens riaient gaiement et s’assit sur le banc d’une table en bois abîmée, probablement celle d’une taverne mis à disposition pour l’occasion. « Tu es sûr que cela ne te dérange pas ? Tu parlais d’une mission tout à l’heure... C'est peut-être important non?... » Dit-il déjà bien installé. Tripotant le verre de ses mains, il se rappela avoir eu un léger tique à la prononciation de ce mot mais n'avait strictement rien montré, cela semblait confirmer ses doutes sur le fait qu'il était surement comme lui. Pourtant, il estima que ce n'était pas le bon moment de poser cette question. Finalement, il porta le contenant à sa bouche, buvant ainsi une nouvelle gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]   Sam 9 Avr - 19:46
L’effervescence ne correspondait guère à Thivan et l’ambiance folle qui régnait en ces lieux aurait pu le mettre mal à l’aise si la curiosité n’avait pris le pas sur l’ennui et le premier verre ingurgité sembla faire doucement son effet sur l’esprit vide du Cardinal de la Pestilence. Un regard à son compagnon de route lui indiqua qu’il avait prit le même chemin que lui et qu’ils allaient tous deux demeurer ici ce soir, quand bien même la fête ne semblait pas être leur tasse de thé. Il y a un début à tout, avait dit Lytès… C’était sans doute vrai en un sens. Et pour Thivan, c’était le début de beaucoup de chose, notamment peut être l’art de la conversation et de la socialisation dans un lieu qu’il n’allait pas s’empresser de détruire. Une première, vraiment. La boisson, somme toute pourtant forte en alcool, n’eut pas l’air de faire immédiatement son effet chez le Berserker, mais ne connaissant nullement ses limites en la matière, il jugeait seulement les réactions de son corps et de toute évidence, ni ses sens ni sa perception n’étaient atteints. Pourquoi alors se trouva-t-il plus léger et moins dérangé par les bruits environnants ? Il n’aurait su le dire, et suivant Lytès qui avait déjà reprit deux verres pour les accompagner, ils s’assirent tous deux à une table laissée vide tandis que les habitants dansaient et chantaient sur la place joyeusement. Un instant concentré à les observer, Thivan manqua de ne pas entendre la question de son partenaire. Pourtant elle trouva son chemin jusqu’à lui, donnant ainsi l’occasion au Cardinal de réfléchir sur ce qu’il allait dire à Lytès concernant cette « mission ». Une poignée de seconde s’écoulèrent et lorsqu’il tourna son visage vers le jeune homme, ce fut pour le voir prendre une nouvelle gorgée là où lui n’y avait pas encore touché. Le regard perçant de Thivan, moins vide qu’à l’accoutumée sembla observer les moindres gestes, les subtiles tics et mouvements, comme s’il gravait quelque chose dans sa mémoire. Curieux, même pour lui songea-t-il. Cessant cela, il suivit son partenaire en prenant à son tour le verre puis répondit.

« Rien qui ne soit pressé je te l’assure. J’ai toujours mené mes missions à ma manière, ils connaissent la justesse de mes talents. »

Non qu’il eut prononcé ces mots pour se vanter (ce n’était après tout pas le moins du monde le genre de Thivan qui ne comprenait rien à cette notion d’orgueil ou de vanité), il les énonçait par simple vérité. Quand bien même ses méthodes pouvaient-elles être incompréhensibles ou expéditives, le Cardinal avait toujours obéit à ses ordres sans jamais faillir. S’il jugeait que passer du temps avec Lytès n’allait pas nuire à sa mission, alors il n’allait pas se priver. Lui qui pourtant ne connaissait rien à l’attache et l’affection se trouvait alors à vouloir rester auprès de cet homme qu’il ne connaissait que depuis moins d’une journée. Etait-ce parce que celui-ci le regardait sans le juger tel un monstre ? Parce qu’il acceptait de converser et lui donner une chance là où tous les autres avaient tendance à lui fuir comme la Peste ? A vrai dire il n’en savait rien, mais cela devait jouer inconsciemment sur la faiblesse de ses sentiments. Des sentiments si peu présents mais qui parfois se rappelait à son cœur glacé.

« Quel dieu suis tu Lytès ? » Les mots déboulèrent sans préavis après qu’il eut prit une nouvelle gorgée, mais la question venait à l’instant de lui titiller l’esprit. Songeant un instant que son tact légendaire pouvait porter à confusion, il se força à continuer pour expliciter sa pensée. S’attacher à ce que pensait les autres était particulièrement difficile pour le Cardinal. « Tu connais beaucoup de chose, notamment le cosmos et les éveillés à celui-ci restent rarement solitaires. » Il en savait quelque chose…

Il ne serait pas vexé que Lytès choisisse de ne pas lui répondre, aussi l’instant de silence qui suivi sa question ne le dérangea pas outre mesure, mais il en profita pour faire un signe à une serveuse qui vint très sympathiquement lui apporter un nouveau verre – déjà le troisième – dans un sourire. Sourire que Thivan ignora superbement, ne l’ayant guère remarqué. Comme pour pousser la confidence – et surtout parce que lui ça ne le dérangeait pas – il ajouta en regardant son verre puis relevant un œil froid et neutre vers Lytès :

« Je suis au service d’Arès. L’un de ces quatre Cardinaux. »


Une nouvelle fois, ce n’était qu’à titre d’information qu’il précisa cela, loin de s’intéresser aux titres hiérarchiques qu’imposait pourtant sa condition. Son seul cosmos et son aura Pestilentiel suffisaient de toute façon à se faire obéir des soldats possiblement récalcitrant. Et vues les états d’âme de Thivan, les punir ne laissait naitre chez lui aucune culpabilité.

La tête lui tourna un instant alors qu’il songea à reprendre une gorgée. Ce simple fait le bloqua, perturbé de se sentir à la fois léger et incertain. Le Cardinal de la Pestilence ne le remarqua pas lui même, mais son regard se faisait peu à peu plus doux et moins emprunt de cette glace sans volonté ni vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
InvitéInvité
Message Re: [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]   Sam 9 Avr - 23:29

La soirée ne faisait que commencer, et pourtant Lytès ne comptait déjà plus le nombre de verres qu’il avait porté à sa bouche. Peut-être trois ou quatre… A l’heure actuelle, seul son partenaire d’un jour avait son attention bien que le brun prenait soin de ne pas le fixer. A la place, il se contentait de tripoter son verre, ou tout ce qui lui passait sous la main, comme un bout de tissus qui traînait par-là par exemple. Étrangement, il ne voulait pas paraître bizarre, pas plus qu’il semblait déjà l’être.

Le Général n’avait pas l’habitude de boire, il n’avait d’ailleurs encore jamais touché un verre d’alcool jusqu’à présent. Pourtant, il descendait le contenu comme s’il avait fait ça toute sa vie. Comme il l’avait dit, il y avait une première fois à tout. Lytès était le genre de personne que le calme caractérisait, il ne se laissait pas facilement impressionner et pourtant, le garçon gérait assez mal le stress. Probablement l’une des raisons qui le poussait à boire autant, et aussi rapidement. Il sentait également le regard de Thivan. Celui-ci semblait le fixé, mais il se refusait à lever les yeux pour en être certain. Peut-être le trouvait-il bizarre ? Peut-être avait-il envie de partir ? Le brun espérait que ce n’était rien de cela.

Il avait pourtant répondu à sa question naturellement. Signe qu’il ne semblait pas vouloir bouger d’ici, en tout cas, pas pour le moment. En un sens, il était rassuré, mais cette histoire de mission l’intriguait. Dès les premiers instants de leur rencontre, il s’était rendu compte qu’ils étaient semblables. Il s’était pourtant tût afin de ne pas faire de vague, de garder son identité cachée, et Thivan en avait fait de même. En apparence, ils semblaient tous les deux tout à fait normaux.

« Quel dieu suis-tu Lytès ? ». La question arriva comme une flèche. Non pas qu’il ne s’y attendait pas, s’il l’avait senti, alors il était probable que le voyageur également. Ils étaient d’un tout autre niveau après tout. Ce qui l’étonnait, c’était plutôt la franchise avec laquelle il avait prononcé ces mots. Contrairement à beaucoup d’autres, il ne tournait pas autour du pot. Il avait posé la question sans détour, et c’était une chose qu’il appréciait. Néanmoins, ses yeux s’étaient écarquillés quelques secondes alors qu’il relevait la tête, le fixant enfin. Un nouveau verre porté à sa bouche, il préféra ne pas répondre de suite. Portant son attention sur les cadavres de verres des deux côtés de la table, il prit soin de les ranger dans un coin. Un petit rangement ne faisait pas de mal. « Je suis au service d’Arès. L’un de ces quatre Cardinaux ». L’information s’était précisé. A vrai dire, il ne pensait pas que Thivan dévoilerait une information le concernant. Une preuve de confiance, ou peut-être pas. Peu importe l’origine de ces paroles, le brun se sentait étrangement heureux qu’il lui en ait parlé.

Vidant son énième verre un sourire doux aux lèvres, il répondit : « Poséidon. Je suis l’un des Généraux de Poséidon. Le Général du Kraken, plus exactement ». Son interlocuteur avait joué franc jeu, Lytès se devait de le faire également. Puis, il n’avait pas non plus envie de mentir, pas à lui. Ce n’était qu’une conversation normale pour lui, il n’y avait pas d’enjeu, rien. Il n’était pas sûr de savoir s’il voulait poser d’autres questions sur ce sujet-là. Cela pourrait passer pour autre chose.

Un geste arrêté. « Tu te sens bien ? » demanda-t-il. Visiblement Thivan n’avait pas non plus l’habitude de boire, ou simplement avait-il bu trop vite. Le Général fit signe à l’une des filles afin qu’elles apportent un peu d’eau. Lytès ne montrait rien, mais il commençait à ressentir les effets de l’alcool. Il avait chaud, drôlement chaud, si bien qu’il se demandait depuis quand la température était si haute en Décembre. Prenant un nouveau verre, il reposa son regard sur son collègue. Sans s’en rendre compte, il ne cessait de le fixer du regard. « Ça va mieux ? ». Quelques filles commençaient à se regrouper autour d’eux, chose qui énervait le garçon intérieurement. Pourquoi ? Aucune idée, il ne voulait simplement pas quelles s’approchent trop près. Pourtant, Lytès ne disait rien. Une question de respect. Les villageois les avaient accueillis pour la soirée, et il n’était pas coutume de faire une remarque à ses hôtes, même s’il espérait rester seul avec lui.

Il avait enchaîné les verres afin de cacher sa frustration, si bien que sa tête tournait désormais, et la chaleur n’était toujours pas passée. « Ah, il ne me semblait pas qu’il faisait si chaud à cette période pourtant… Tu n’as pas chaud toi ? ». Pas terrible comme approche, mais Lytès ne voulait pas prendre l’initiative de parler des Dieux. S'il souhaitait en parler, ils en parleraient, mais l’initiative ne viendrait pas de lui. « Thivan, tu es toujours aussi direct lorsque tu parles aux gens ? ». Il étouffa un rire presque chaleureux en se souvenant de sa question concernant sa position dans ce monde, tentant d’oublier les femmes qui leur tournait autour.
Revenir en haut Aller en bas
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]   Mar 19 Avr - 17:05
Les cadavres de verres se faisaient de plus en plus nombreux sur la table et Thivan n’était plus certain de savoir lesquels étaient les siens ou ceux de Lytès. Son partenaire semblait bien plus porté sur la boisson que lui, ou du moins plus enthousiaste à l’idée de boire. Ou alors ne faisait-il lui non plus pas attention, ce qui faisait d’eux un drôle de duo de soulard peu habitués à picoler. La simple sensation de ne plus percevoir clairement ses sens était dérangeant et perturbant. Non qu’il fut trop alcoolisé pour ne plus voir et ne plus sentir ou entendre, il y avait quelque chose qui peu à peu apposait un voile d’insouciance sur son esprit, le faisant se concentrer plus précisément sur Lytès que le monde l’entourant. Le Cardinal gardait pourtant d’ordinaire toujours un œil sur tout, laissant son instinct s’aiguiser et veiller pour lui, mais force était de constater que celui-ci s’était endormi par les effets de cet alcool un peu trop fort. Mais curieusement, le seul fait d’être avec son compagnon lui suffisait pour ne pas céder aux basses pulsions meurtrières qui brulaient en lui et il avait comme la vague impression d’en ressentir une forme de satisfaction. Grande première si l’on peut dire.

Un des généraux de Poséidon donc. Ainsi, ses doutes s’étaient vus démontré par cette révélation. Thivan ne s’étonnait guère de celle-ci à vrai dire, il semblait plutôt clair que Lytès était un homme possédant une force et une puissance semblable. L’information passa dans son esprit, y resta marquée bien qu’elle fut mise dans un coin pour l’instant. Il ne niait pas l’élan de curiosité qui feint de franchir sa bouche, mais se ravisa en prenant une nouvelle gorgée, laquelle fut fatale pour ses sens et sa tête qui se mit à tourner. Il ne répondit pas à la question de son partenaire visiblement soulevé d’une forme d’inquiétude, ce qui fut particulièrement perturbant. Pour seule réponse, il acquiesça alors que le tournis le quittait enfin. Il allait bien, ce n’était qu’un effet passager de l’alcool dont il ne connaissait rien. Il but à grande gorgée de le verre d’eau qui fut posé devant lui, sans que celui-ci ne soit d’un effet apaisant. Il eut juste l’impression que cela refroidissait son corps, agressé par une chaleur qui lui était inconnue. Il ne faisait pourtant pas chaud en cette saison, la tombée de la nuit s’était même montrée froide pas plus tard qu’à leur arrivée. Les choses changeaient vite, trop vite. « Merci, ça va aller. » Pauvre réponse prononcée avec une assurance nouvelle, de cette voix certes monocorde mais bien plus douce que tout ce qui fut prononcé par lui à l’ordinaire.

Croisant le regard de Lytès, il constata que celui-ci n’avait cessé de l’observer comme lui l’avait fait quelques minutes plus tôt. Il aurait même juré que quelque chose l’irritait, sans qu’il ne sut quoi. Thivan n’avait guère fait attention à cet attroupement de femme qui avait prit place autour d’eux et qui visiblement devenait gênant. N’apprenant pas de son expérience passée d’à peine quelques minutes, le Cardinal reprit un verre, à l’instar du Général Marina qui ne s’était pas arrêté entre temps. A combien pouvait-il en être ? Dans quel état allait-il finir ? Sans pouvoir juger pour son propre cas, ne connaissant pas ses limites ni celles de cet alcool, il continua de boire, le temps qu’un silence s’installe, bien vite rompu par une remarque de Lytès. Remarque que c’était déjà fait Thivan quelques secondes plus tôt.

« Si. Il fait chaud. Vraiment chaud... » Il se garda bien de rajouter quelques mots sur l’étrangeté de la situation, conscient que cela n’avait ni intérêt ni d’explication logique. Cette boisson oeuvrait sur eux comme elle oeuvrait actuellement sur ses sens. Et pourtant, c’était là un cercle bien vicieux, car l’un comme l’autre ne pouvaient s’arrêter de boire, comme pour combler les vides d’une conversation difficile à lancer. Tous deux étaient vraiment de biens piètres élèves quand il s’agissait de socialiser.

« Direct ? Je dis ce qui est et ce que je pense, je ne m’attarde pas en palabres vides de sens. » Le rire pouffé de Lytès ne fut même pas relevé par le Cardinal, trop premier degré pour peut être comprendre l’humour sous jacent. Même avec l’alcool dans le sang, l’humour de Thivan était hélas inexistant, ne trouvait aucune logique ou saveur à ses yeux. « Est-ce dérangeant ? » Il savait que certains de ses interlocuteurs n’aimaient pas sa façon de faire, sa façon de parler sans détour, ni artifices ni mensonges, mais curieusement, l’avis de Lytès lui importait presque, sans qu’il ne su dire pourquoi. Peut être n’avait-il pas envie de le déranger. Et l’alcool, pour ne pas aider, dénouait la langue sans vergogne.

Un nouveau verre, d’autres qui s’éparpille, des brouhahas indistincts et une conversation hésitante gênée par la présence inopportune de jeunes femmes qui gloussent et qui observent. Trop proche. C’est ce contact qui fait relever le regard vide de Thivan sur elles, qui les remarque enfin. Si lui ne se sent pas dérangé par leur présence – dieu qu’elles l’indifféraient – il comprenait mieux le pourquoi de l’énervement de son collègue. Aussi lui glissa-t-il à demi mot en s’approchant de lui quelques paroles :

« Peut-être devrions nous trouver un lieu et une place plus… tranquilles. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
InvitéInvité
Message Re: [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]   Lun 25 Avr - 19:25

Des verres et encore des verres. Il n’aimait pourtant pas l’alcool plus que cela, mais il ne parvenait pas à détacher ses lèvres du rebord du contenant. Surement était-ce pour les occuper, pour changer ses pensées, se concentrer sur un point fixe. Au final, le brun n’en avait strictement aucune idée, il n’était plus capable de penser de manière précise. Sa vue semblait également diminuer peu à peu avec le temps et le nombre de cadavres de boissons augmentant. Pourtant, il se souvenait des regards portés sur lui ainsi que de ceux qu’il portait sur son partenaire d’alcool. Combien de fois leurs yeux s’étaient-ils croisés ? Combien de fois Lytès avait tourné la tête, probablement gêné ? Depuis combien de temps le fixait-il de la sorte ?

Thivan semblait confirmer sa remarque. Oui, ils étaient en Décembre et pourtant, il faisait chaud. Une chaleur de plus en plus insoutenable, une chaleur qu’il tentait d’ignorer vainement. Le Marina en cherchait pourtant l’origine inconsciemment. La seule hypothèse était celle de l’alcool, et pourtant…

Lytès fit une légère mine sombre durant quelques courtes secondes. Il avait l’impression d’avoir froissé le jeune homme bien que cela n’était pas le but. Non, en réalité, il s’intéressait à celui-ci, peut-être même un peu trop. Lui qui restait d’habitude froid à l’image de son armure avait l’impression que quelque chose fondait en lui. Serait-ce un effet de l’alcool ? Il essayait de s’en convaincre mais les faits étaient là, le Berserker était source d’intérêt. « Au contraire »Répondit le brun en attrapant un nouveau verre avant d’ajouter « Il semblerait que la communication ne soit pas vraiment mon point fort… Excuse-moi si... je t’ai froissé ». Il était anxieux et jouait avec le rebord du verre du bout de ses doigts. Il avait besoin d’occuper ses mains afin de cacher ce qu’il ressentait du mieux qu’il le pouvait. Lui qui était pourtant imperméable à tout cela, il parvenait de moins en moins à rester calme. Quel était ce sentiment de peur qui naissait en lui ? Étrangement, il ne voulait pas que Thivan ne s’offusque de cette remarque, surtout pas. Il craignait que cela ne brise cette discussion si difficile à établir.

Un endroit plus tranquille… Comment dire que Lytès rêvait d’entendre ses mots. Les filles bien trop présentes autour d’eux l’énervait de plus en plus. Sa patience était mise à dure épreuve. Trop de bruit, trop d’alcool, trop de … de tout en fait. Il tourna alors rapidement le regard vers l’une des femmes avant de les reposer sur son camarade « Sauriez-vous où nous pourrions nous reposer un peu ? ». Il est vrai que la journée avait été longue.

« Bien sûr, il y a une petite auberge un peu plus bas. On vous y accompagne si vous le souhaitez ? » Répondit alors d'une des brunettes en gloussant.

Tellement énervant. Attrapant le bras de Thivan, il se leva brusquement et manqua de tomber. Ça y est, l’alcool lui montait à la tête. La question était maintenant de savoir comment ils allaient pouvoir arriver jusqu’à la petite maisonnette. Il posa sa main libre sur le haut de son visage quelques instants avant de commencer à bouger. « Ça ira, merci. Profitez donc de la fête » dit-il dans un faux sourire. Non, il ne voulait pas les avoir sur le dos. Il voulait être seul… seul avec lui… dans le calme. Tenant toujours son bras, il s’adressa finalement au Cardinal d’ Arès « Allons-y Thivan… Tu peux marcher ? ». Entendre Lytès prononcer ces mots alors que lui-même ne tenait pratiquement plus debout avait des allures de grosse blague. Mais peu importe la réponse qu’il aurait, il ne le lâcherait pas. Pour une raison inconnue, il s’y refusait.

S’éloignant du lieu de fête, il espérait ne pas se tromper de route car, quoi qu’on en dise, il n’était pas en état de faire demi-tour si cela s’avérait nécessaire. Le brun manqua de trébucher plusieurs fois, peut-être même un peu trop, à cause des douleurs que sa tête lui infligeait. Combien de temps était-il passé avant qu’ils ne tombent devant l’auberge ? Il n’en avait aucune idée, mais l’important, c’est qu’ils étaient enfin là, devant l’entrée et, avec un peu de chance, ils allaient enfin être un peu tranquilles. Ouvrant la porte tant bien que mal, il demanda difficilement : « Bonsoir, excusez-moi mais… Est-ce qu’il vous resterait des chambres de… disponibles ? ». Quitte ou double. Il ne restait plus qu’à espérer qu’il reste de la place.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message Re: [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Décembre 549] Juste un verre de trop [PV Lytès]
» Le verre de trop!
» Bonne ou mauvaise journée ? [ Bailey ]
» "Un verre de trop, une femme au sang chaud"
» Après un verre de trop... [PV Julia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: