Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Sam 20 Fév - 2:00
A petits pas, Ariane était arrivée devant l'édifice blanc qu'était ce lieu revu depuis peu. Calme, très calme, trop calme. Le Pilier de l'Antarctique était aussi inquiétant que les mythes qui le décrivaient et pourtant, son départ n'avait promis que de le rendre inanimé, attendant patiemment la personne qui irait faire revivre cette légende oubliée.

A l'arrivée de sa gardienne, l'atmosphère ambiante présentait déjà un vide que la brune ne lui connaissait pas. Non pas que l'atlante avait porté un jour cette succession dans son cœur, le mensonge d'amour était une chose qui rimait avec une trahison, ce que l'atlante du nom de Syagrius détestait, mais...il n'attendait qu'à être réveillé.

Et avec l'éveil de son ambiance, l'éveil des faiblesses du cœur.

Ni même le Grand Prêtre, ni même Poséidon en personne demandait à Ariane de douter, de pleurer sur le stress occasionné à toutes ces personnes qui avaient le courage de passer la voir. Simplement d'utiliser l'Amour, d'être aimée quelques instants puis de dévorer, croquer la vie à pleines dents. Dans ses mémoires, son prédécesseur avait toujours été ainsi. De ses yeux aussi bleus que ceux d'un Marina avide de nouvelles connaissances à ses cheveux si noirs qu'il en rappelait une nuit sans lune, ce représentant de l'Antarctique avait été craint, Lui. Et Il ne cherchait pas particulièrement à être apprécié. Lui-même lui avait dit, du temps où l'atlante avait été lieutenant, qu'il terminait par user la peau de ses ennemis pour prendre totalement leur apparence. Il se fondait simplement dans la masse humaine sans douter de ses illusions, tel un caméléon qu'Eva lui avait formellement interdit d'approcher de trop près. Cet homme était un combattant effroyable mais si intéressant aux yeux de la fillette, qui était devenue Lyumnade à son tour. Ces généraux-ci avaient toujours été étranges.

Et à l'image des femmes des lacs que l'ancien général représentait, il croyait fermement en "l'évolution des choses". Personne n'avait osé passer par son Pilier. Et de revoir ce dit Pilier qui ne lui appartenait plus véritablement, vague réminiscence éteinte, cette rencontre lui rappelait pourtant déjà à l'ordre ses souvenirs et son nouveau but. L'observation serait de mise.

"Tout recommencer pour tout apprendre"


Ces yeux observèrent attentivement ses mains, pour finalement détourner leur attention vers l'objet de son tourment. La brune ne passerait définitivement pas son temps en ces lieux pour préparer un départ imminent, mais la froideur et la tension de son nouvel espace lui électrifiait déjà le sang. Ses doigts allèrent se crisper sur sa paume. Le moment n'était pas encore venu. Ariane n'avait rien réglé, pas plus que ces cinq années passées à Rodorio ne lui accordait le moindre pardon. Son dos s'était alors détourné de son Pilier, comme pour échapper à un devoir trop imposant. Pourquoi faire aujourd'hui ce qu'on pouvait faire demain?

Une présence alla néanmoins la rappeler à l'ordre. Une présence qu'elle avait déjà senti auparavant, lorsque tous les généraux s'étaient réunis. Glacial mais courtois, le cosmos ne trompait pas. D'un regard matois, ses yeux allèrent darder le jeune homme par dessus son épaule alors qu'elle détournait son attention sur le Kraken. Presque dans un face à face dont elle n'avait pas encore conscience, la jeune brune sourit néanmoins en sa direction, alors que ses mains parlaient déjà dans un ton ironique qu'on lui prêtait depuis bien longtemps.

"Si ce n'est pas mon futur partenaire qui vient me rendre visite!"

Un étrange animal vint à ses côtés, ravi d'apercevoir de nouveau sa jeune maîtresse qui lui avait donné vie cinq ans auparavant, par son cosmos. Non, celle-ci était bien différente de l'éphémère et petite messagère-grenouille qu'Ariane avait donné à Nimuë. Là, il s'agissait d'une créature étudiée, d'une entité plus élaborée. Une salamandre, un amphibien. Symbole de l'évolution mais à juste titre celui d'un feu qui ne vivait qu'en lien avec l'eau. Sa créatrice accroupie, la créature des eaux alla prestement grimper sur son bras. Impressionnante mais guère offensive, la jeunesse émanait néanmoins de la petite bête rouge dont la taille ne devait pas dépasser l'avant bras d'Ariane. Il s'agissait d'un héritage après tout. Un rire s'était échappé des lèvres rosies de la jeune femme à cette simple constatation.

"Doucement, Teigne. Tu n'es pas là pour me protéger du premier venu j'espère?"
Elle s'était alors de nouveau adressée au général de l'Océan Arctique. S'approchant de quelques pas du brun, la gallo-romaine semblait hésiter sur ses mots avant de prononcer tout simplement, sur le feu de l'action, des phrases simples réunissant les problèmes d'Atlantis et plus subtilement, celui auquel les Lyumnades étaient aujourd'hui en proie..."Comment se passent tes recherches mon cher Kraken? Oh, et puis oublies-les si cela ne t'as mené à nulle part, sois le bienvenu à un Pilier aux souvenirs éteints, si je puis dire. Enfin, je suppose que mon devoir ne peut plus être reporté maintenant..."

Finalement, il valait mieux pour ce jeune homme que son cosmos n'ait pas encore terni sa nouvelle demeure bénie sous un vaste Océan dont les Hommes ne savaient strictement rien. On ne connaissait jamais véritablement ce que le Kraken aurait pu voir en improvisant une venue en ces lieux maudits. Ariane restait néanmoins persuadée que sa simple présence suffisaient pour donner une ambiance lourde à son environnement. L'Antarctique était glacial mais contradictoire. C'était un Pilier opposé. La froideur devait être si subtile qu'elle en devenait chaleur, et en cela Ariane s'opposait à son collègue de l'Arctique. Elle profitait des désirs abstraits alors que le brun annonçait une vérité implacable. En théorie.

Finalement, peut-être aurait-elle un spectateur, ou un cobaye pour remettre à ce Pilier l'aura de mystères qu'on lui devait.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Sam 20 Fév - 14:03

Lytès s’était rendu à la grande Bibliothèque d’Alexandrie afin d’obtenir plus d’informations sur ce Lug ou Apollon, peu importe son nom, et d’autres petites choses discutées durant la réunion qui s’était tenue quelques jours plus tôt. Il était désormais temps pour lui de rentré, fatigué par toutes ses recherches intensives. Pourtant, au lieu de tout simplement retourner à son pilier, le jeune homme se dirigea vers celui de l’Antarctique où siégeait le Général des Lyumnades, de retour parmi les siens après cinq années de captivité. Il était arrivé dans le Sanctuaire Sous-Marin bien après la bataille et n’avait donc jamais connu cette personne. Pas depuis la réunion passée en tout cas. Ils allaient devoir partir en équipe tous les deux sur Avalon, une mission importante et le Kraken estimait qu’il était sans doute préférable de connaitre son partenaire pour mener cette mission à bien. Le peu qu’il en avait constaté quelques jours plus tôt semblait lui plaire, une possible entente dirons-nous, mais cela n’était pas suffisant. Le poulpe se sentait curieux de cette personne ayant vécu sous la direction du Sanctuaire d’Athéna durant ces dernières années, son vécu l’intriguait.

Il prit donc la porte en direction du pilier qu’elle gardait et, une fois devant celui-ci, il s’approcha de la silhouette qui se tenait debout un peu plus loin. Une fois à sa hauteur, il la salua d’une légère courbette à son image. Une personne à l’apparence froide, à la fois silencieux et observateur, jugeant tout ce qu’il voyait. : Voilà qui était le Général du Kraken, gardien du pilier Arctique. Lorsqu’il releva légèrement la tête, il aperçut un étrange animal, à l’allure d’un serpent peut-être…aux côtés de la jeune femme. L’œil interrogateur, il comprit plutôt vite qu’il s’agissait d’un familier, visiblement celui d’Ariane. Il retint un petit rire lorsqu’il entendit son nom : Teigne. Cela semblait parfaitement lui convenir au vue de son attitude envers les étrangers. Puis vint la question tant attendu sur l’avancement des recherches. A vrai dire, il était certain qu’il ne passerait pas au travers, après tout, ces vérifications étaient essentielles. Il se sentit pourtant quelque peu offusqué sur le coup, bien qu’aucun signe de cela ne s’échappait de lui. Les recherches étaient son domaine de prédilection et, cela sonnait comme de l’incapacité à ses oreilles. Bien entendu, il se doutait bien que ce n’était point le cas, ayant eu un aperçut du caractère de la jeune femme durant la réunion. « Les recherches sont terminées, je reviens justement de la Grande Bibliothèque » commença-t-il a dire. Son regard semblait froid, comme à son habitude, mais cela n’avait rien à voir avec le Général. En réalité, d’aussi loin qu’il se souvienne, il avait toujours donné cette impression, sauf peut-être une fois, le temps d’une rencontre. Un souvenir lointain refaisait surface, le déridant un peu d'un faible sourire. « Prenez tout de même le temps de vous remettre. Même un Général peut faire des erreurs s’il est épuisé ». Ce n’était non pas une remarque, mais une façon détournée de dire qu’elle avait besoin de repos, que ces cinq années avaient sans doute été difficile et qu’il allait falloir du temps pour s’en remettre, une hypothétique marque d’intérêt et de gentillesse en somme.

Il jeta rapidement un œil sur ce qui l’entourait avant de reporter son attention sur son futur partenaire. « Ce lieu semble bien vide Ariane, j’y ressens une certaine tristesse, un certain malaise, comme si quelque chose manquait ». En y repensant, c’était une remarque qu’il aurait peut-être du garder pour lui, peut-être même déplacée compte tenu du fait qu’il ne connaissait strictement rien du protecteur de ce pilier, séparé de celui-ci depuis cinq longues années. Mais c’était trop tard, il l’avait dit et Lytès était un homme honnête, qui disait ce qu’il pensait. C’était donc certainement mieux comme ça, il continua alors sur sa lancée. « Une disparition pèse toujours sur le pilier protégé… Je pense qu’il y a une sorte de … Connexion qui s’établit entre le pilier et son gardien ». Plus il avançait dans ses paroles et plus il avait l’impression de s’enfoncer, sans pour autant savoir pourquoi. Cependant, il pensait réellement ce qu’il disait, cette connexion entre le porteur de l’armure et le pilier, il la sentait parfois lorsqu’il était seul alors il en était presque certain, le pilier avait un lien avec les sentiments de son protecteur. Une hypothèque qui n’engageait que lui cela-dit.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Lun 22 Fév - 13:07
Le général rencontré lors de leur réunion était là, en face d'elle. Peu souriant, le contraire l'aurait surprit de toute évidence, et l'atlante ne comptait pas se laisser berner par quelques formalités échangées rapidement avec quelqu'un. Ariane était bien plus observatrice vis-à-vis des expressions que laissaient échapper chaque personne qui l'entourait. Quitte à les tester. Quitte à ne pas être véritablement elle-même. Ce serait néanmoins la diaboliser que de dire que de mauvaises intentions accompagnaient les jeux sociaux de la jolie brune. Elle "étudiait" à sa façon, tout simplement, tout comme son invité l'observait et détaillait du regard la salamandre écarlate, Teigne. Joignant ses deux mains en avant, la jeune femme était friande à l'idée d'avoir un peu de compagnie. De cela, peut-être était-elle différente mais l'arrivée de son future partenaire lui avait redonné un certain aplomb. C'était un atlante après tout, tout comme elle. Et Lytès avait légèrement sourit, aussi la gardienne était ravie et le montrait bien à sa façon d'agir. Le Kraken avait finit ses recherches apparemment, et ce n'était pas pour lui déplaire.

- Tant mieux alors! J'aimerai avoir autant de connaissances que vous, mais au Sanctuaire la surveillance est de mise donc...L'instruction, c'était un coup de luxe!" Ses yeux regardaient avec douceur le Kraken qui lui faisait face, une douceur que l'on ne retrouvait en cette jeune femme que dans ses moments les plus posés. D'un mouvement de tête, elle montrait l'amphibien sur son bras. "Ne faites pas attention à Teigne, elle aime peu de personnes à dire vrai...Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu cette bestiole, alors elle en profite et montre les crocs par possessivité.

Convaincue, Ariane s'était alors approchée le Kraken de près, peut-être trop pour celui-ci. Elle lui somma d'avancer de quelques pas, de quoi l'inviter véritablement à son Pilier. Il était inanimé, et elle parfaitement consciente de ses faits et gestes. Lytès ne craignait rien, mais Lytès avait eu le mérite de trancher directement sur un sujet plus "tabou". La gaieté des Lyumnades devait s'être décomposée à vue d'œil, car déjà la nostalgie et un semblant d'amertume avait bien vite fait céder le masque à multiples facettes qu'elle portait. Le Kraken était un homme perspicace mais elle, une femme blessée.

- A dire vrai, j'ai toujours pensé que le Pilier de l'Antarctique se représentait sous une forme de...Triptyque. Un lien entre le gardien, le pilier et le visiteur. Comment voyez-vous le votre, vous?" Se détachant un peu de sa présence, de nouveau, la gallo-romaine contemplait ce si haut Pilier qui lui faisait face. Chacun d'entre eux avait une philosophie, c'était une évidence que la sienne différait quelque peu. Elle avait ainsi poursuivi le fond de sa pensée. Le fait que vous n'en ressentiez qu'un simple lien entre lui et moi... Veut simplement dire que je l'ai abandonné pour tenter de m'échapper à un stade où il a été rompu. Je me suis portée volontaire pour devenir Tribut, ce n'était pas à la nouvelle génération de porter ce fardeau sur son dos...Pourtant il est temps pour moi de m'éveiller à nouveau à mon devoir et à ce que je devrais être.

Cette conversation lui rappelait d'une façon celle qu'elle avait eu avec Liao, avant d'acquérir son Ecaille. Ariane ne mentait pas à l'instant. Et bien qu'elle restait toujours la plus jeune générale connue à l'heure actuelle parmi les sept autres sa pensée n'en restait pas moins véridique. Le devoir qui lui avait été incombé était également une faute silencieuse qu'un inconnu ne pourrait percer aussi facilement, mais la générale avait en son cœur une parole facile à son pilier, honnête.

- Vraiment, je ne suis pas fière d'être revenue ici, quoiqu'on en dise, mais je l'ai voulu donc j'assumerai. Son bras s'était alors levé pour indiquer l'extrémité du Pilier qu'elle pointait de sa main à la paume ouverte. "Quitter le Sanctuaire et y rester ne m'a pas permis d'acquérir le moindre pardon. Ce qui est une faiblesse en soi, et les Lyumnades ne devraient pas ressentir de tristesse comme vous le dîtes si bien. C'est un fardeau.

Elle demeurait silencieuse. Elle en parlait comme si ce "pardon" était nécessaire. Et son message serait probablement traduit ainsi finalement. Mais en regardant ce pilier et en repensant à la joie qu'elle avait ressenti sur le navire atlante, elle savait. Pas de regret, pas de remords. A quoi pouvaient-ils donc servir après tout sinon à l'affaiblir davantage?

C'était une banalité, un vaste regret qui avait fait subsister cette petite part souriante et pétillante de vie en elle, face à ses compères. Pourtant, ce n'était pas être honnête que de se mentir à soi-même, en cherchant un vague prétexte qui lui aurait, pour une fois, donné une raison de rester insouciante. L'erreur était irréparable désormais, néanmoins elle avait cherché à se dire que ce n'était peut-être pas le cas. Qu'elle pouvait tout rattraper. Ce retour face à son Pilier lui avait mis une claque, de celles qui détruisaient vos idées, balayaient toutes vos croyances en peu de temps. Liao lui avait dit que les Marinas étaient heureux de la revoir parmi eux...Mais les atlantes ne savaient rien, ne connaissaient rien, et se contentaient de revoir au travers de son visage innocent et mesquin l'adolescente qu'ils avaient connu autrefois. Hochant la tête, elle ne cherchait même pas à leur donner tord. A quoi bon? Mais voilà, la brune en souffrait. Et ce sourire était trop léger pour qu'il soit aussi authentique que celui qu'elle avait adressé au Kraken quelques minutes plus tôt.

Doucement, elle s'avança en direction de son Pilier et posant deux mains sur la surface chaude et lisse de celui-ci. La douceur n'était plus, seul un regard contraint, bleu comme un ciel sans étoile un lendemain de la guerre, regardait en sa direction on ne savait pour quelle raison. Son cosmos s'était alors intensifié, insufflant la vie nécessaire à l'édifice qu'elle protégerait de nouveau corps et âme. Mais ce n'était pas tant ses propres émotions et ses propres souvenirs qu'elle donnait à ce Pilier qui semblait briller un peu plus au contact de sa gardienne, mais plutôt ceux de tous ceux qu'elle avait attiré dans son propre piège. Saints...Comme atlantes. C'était de leur mémoire, de ses erreurs, de ses techniques et de cette philosophie si particulière qu'elle offrait de nouveau son allégeance à ce Pilier qui avait bercé ses premières années de service. Une offrande. Un sacrifice. Ariane ne devrait pas ressentir personnellement, mais ressentir les émotions des autres et s'en contenter. Elle créerait leurs rêves et leurs cauchemars désormais, et ce Pilier en était la preuve.

Il revivait parmi les siens.

Aussitôt la tâche effectuée, elle s'était détachée de celui-ci, pour finalement se tourner vers le brun de nouveau. Quelques gouttes de sueurs coulaient le long de son front, premier signe d'une fatigue qu'elle n'avait pas connu depuis un long moment. L'entraînement lui manquait.

Le jour fatidique était arrivée.


Par faiblesse, l'ancien Tribut avait chuté au sol dès lors que ses genoux avaient cédé sous son poids, mais elle gardait une étrange expression plus contentée de ses actes. Toujours consciente, increvable. Comme à son habitude, mais cela ne lui empêchait pas de garder son sourire. Elle s'apprêtait à se relever, image d'une Lyumnade revenue parmi les siens.

Le premier jour du reste de sa vie.





Dernière édition par Ariane le Ven 20 Mai - 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Mar 23 Fév - 11:16

Lytès était particulièrement intéressé par les années que la jeune femme avait passées au Sanctuaire, cela était pour lui l’occasion d’en savoir plus sur le fonctionnement de celui-ci, la hiérarchie, les coutumes et peut-être même son histoire, toutes ces choses que l’homme cherchait à connaitre pour agrandir ses propres connaissances. Cela lui permettrait également de mieux comprendre afin de pouvoir faire de meilleures hypothèses qui pourraient être utile dans le cadre de la protection d’Atlantis. C’est pour cela qu’il s’était, quelque part, senti soulagé lorsqu’ Ariane présenta brièvement le sujet. Il estimait cependant que chaque chose devait se faire en son temps, et la question pour l’instant n’était pas au mode de vie du Sanctuaire mais au pilier de l’Antarctique qui semblait faible, presque éteint, reflétant ce qui semblait être une absence et des blessures profondes. La perspective que le Général des Lyumnades venait d’annoncer semblait correspondre sensiblement à la vision qu’avait Lytès du lien qui existait entre un pilier et son gardien. Sa réflexion allait même plus loin que cela et au fond, il ne pouvait qu’y adhérer. Il serait faux d’affirmer qu’un visiteur ne pourrait pas jouer un rôle vis-à-vis du pilier car, pour lui, le pilier était tel un capteur, un récepteur qui récoltait en lui les mêlées de sentiments, d’apriori, de détermination mais s’imprégnait également de l’histoire de ceux qui le frôlaient.

Il regardait le maître des lieux avant de se tourner vers l’eau, comme s’il espérait voir son pilier au loin. « Mon pilier est probablement aux couleurs du passé, et bon nombre de sentiments y sont mêlés. Lui seul connait mon histoire, mes ressentis et mon présent. » Commença l’homme brun. « Il y a une certaine connexion entre nous, plus forte qu’elle ne pourra jamais l’être avec un être humain. » Il prit une pause. « Chaque pilier est connecté à son gardien, formant une connexion entre eux, c’est ce qui fait la force d’un général. » Il se retourna finalement vers Ariane. « Les piliers sont à la fois notre force et notre faiblesse, et ce lien est sans doute à la source de notre fidélité, de notre foi en Poséidon, c’est pourquoi nous devons les chérir et les protéger » . Il s’approcha du pilier de l’Antarctique, comme s’il souhaitait le toucher. « Je ne pense pas que le lien entre votre pilier et vous ait été rompu Ariane, avoir endossé la responsabilité de Tribut ne veut pas pour autant dire que vous l’avez abandonné » . Il monta lentement les yeux en direction de son sommet « Ce sacrifice était nécessaire pour le bien d’Atlantis et je suis certain que cette confiance existe toujours quelque part » . Il se tourna alors vers la jeune femme « Il faut simplement que vous preniez le temps, le temps de recréer un lien plus fort et de trouver votre place à nouveau » .

Son allure était toujours froide, mais son regard s’était quelque peu adoucit, les mots qu’elle avait prononcé plus tôt montrait bien toute la souffrance que la jeune femme gardait probablement en elle. Il n’était des plus doués lorsqu’il s’agissait de sentiments ou de comportement humain mais cette douleur-là, Lytès la sentait planer autour du pilier, autour d’elle et, le fait qu’elle considérait cela comme un fardeau n’était pour lui qu’un signe non pas de faiblesse, mais le signe qu’il lui faudrait du temps pour se retrouver. Elle lui adressa un bref sourire, qui ne fit que conforter ses impressions de souffrance. Puis elle s’avança à son tour vers le pilier, posant ses mains sur celui-ci. Une lueur intense se posa sur l’édifice, l’entourant quelques secondes. Elle se retourna finalement vers Lytès avant de tomber lourdement sur le sol et se releva l’air fatiguée. Le kraken s’approcha d’elle, sans pour autant la toucher. Il fallait qu’elle se relève seule. Une fois ceci fait, il lui indiqua silencieusement de s’asseoir, que cela serait sans doute plus agréable et plus apte à la discussion. Une fois assit, il prononça les mots suivants : «Ouvrez-vous à lui, réapprenez à lui faire confiance et dès lors, ce lien perdu deviendra bien plus fort que ce qu’il a pu l’être auparavant » . Il jeta un œil en directions des eaux, comme perdu dans vagues du passé. « Les personnes évoluent, guidés par leurs expériences et ce qu’elles soient bonnes ou mauvaises, elles sont une partie de vous, une partie que vous partagez avec votre pilier » Il s’arrêta quelques instants « Je suis certain que si vous parvenez à accepter cette partie de vous, cette confiance vous reviendra. Chaque histoire comporte son lot d’erreurs, mais ce sont ces erreurs qui font ce que nous sommes» . Lytès parlait en connaissance de cause, il avait fait bon nombres de choses que l’on pourrait qualifier d’erreurs, des choses qu’il regrette, mais c’était justement ces erreurs qui faisaient ce qu’il était aujourd’hui, le général gardien du pilier Arctique. Il avait pourtant bien compris durant ses voyages que la justice n’était qu’une notion dépourvue de logique et dont les applications ne servaient qu’à certaines catégories de personnes. Néanmoins, il espérait que, peut-être un jour, la roue tournerait. Et de ce fait, il était décidé à aider la jeune femme du mieux qu'il le pourrait, à sa manière. Une manière parfois un peu fouillis.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Jeu 25 Fév - 2:21
Le Kraken avait parlé. Leurs avis sur leurs Piliers respectifs avaient été partagés en ces quelques instants de répits, alors que les deux généraux étaient en prise d'un vent froid. Ariane la sentait, cette brise avait soufflé contre la peau de leur prédécesseur naguère, et déjà elle annonçait ce lien en chantant à son tour un air nostalgique aux yeux de la Marina. Toutefois, il s'agissait probablement du présent selon son homologue. Chacun sa vision, mais celle-ci n'était pas incompatible à la sienne. Leurs hypothèses convergeaient même plus ou moins. Les Lyumnades tentaient depuis son retour d'être un peu moins sentimentales, à défaut de ne pouvoir donner une impression plus sérieuse à son entourage. Le sourire et la franchise, ça ne se perdait pas si facilement quand on l'avait joué pendant trop longtemps, quand on l'avait incarné naturellement durant toute son enfance. Ce "jeu" lui avait permis de tester les personnalités du Sanctuaire, et de ne pas perdre ses esprits. Ou tout du moins, pas trop. Ses yeux fermés et tournés vers ce renouvellement en étaient une preuve indéniable.

Alors qu'elle transmettait toute son énergie afin de recréer les liens avec son Pilier, l'atlante avait su trouver en ce camarade, qui lui avait parlé pour la dernière fois en sa condition de tribut, un témoin assistant à la renaissance de la gardienne de l'Antarctique. Dans le fond, c'était un nombre bien suffisant. La foule aurait été gênante, en particulier avec cet effort qui l'avait vidé de ses dernières forces, et en sa seule présence, l'atlante aurait probablement été déçue.

Ses jambes avaient ainsi cédé et Ariane s'était retrouvée assise sur le sol, le temps de reprendre ses esprits. La satisfaction demeurait néanmoins. La satisfaction d'un jour nouveau où les questions existentielles lui semblaient désormais bien loin, et en même temps si proches. Seules leur natures avaient réellement changé et c'était en posant un regard ferme et emplie de volonté sur Lytès que son environnement prenait tout un sens. Son retour n'avait rien d'irréel, ce n'était pas une vision éphémère qu'elle n'avait jamais connu, bannie de son esprit pour éviter d'y penser à tout jamais. C'était la réalité. Une réalité implacable à l'image de l'effort qu'elle avait du faire pour se relever par elle-même au bout de quelques minutes.

Prisonnière cachée derrière un masque tantôt froid, distant et simplement observateur, tantôt d'une gaieté à en faire pâlir les plus rabats-joie, Ariane redevenait simplement ce qu'elle passait être. Un général de Poséidon, sans avoir à exhiber mille et une facette pour obtenir ce qu'elle désirait. Et ses désirs n'avaient rien de profondément humanistes. Ariane n'avait jamais eu l'impression de servir Atlantis au Sanctuaire, mais désormais son souhait était aussi précis que ce sourire esquissé: être "quelque chose" d'utile pour ses proches, tout simplement.

Peut-être était-ce pour cela que la jeune femme se montrait parfois si sérieuse et sûr d'elle-même, mâchant peu ses mots quand il s'agissait de parler naturellement, alors que le passé avait prouvé la douceur de ses propos sous forme de mensonge ou de vérité?

Peu lui importait. La nouvelle générale ne comptait pas s'apitoyer davantage sur son sort et agirait désormais en conséquence. Son regard lui-même avait changé, ou plutôt s'était dore et déjà affirmé en réveillant la femme réfléchie et parfois impulsive qu'elle était. Certes, Eva lui manquait et la culpabilité la rongeait. Mais, tout en regardant d'un air insistant les environs et l'Océan qui flottait littéralement au-dessus d'eux, comme un ciel qu'elle n'avait su considérer, les mots du général lui avaient fait l'effet d'une gifle. Elle se relèverait, et si besoin elle s'affirmerait en tant que tel sans que cela n'en devienne un handicap. A l'aide d'un soutien imperceptible mais bien loin du gardien de l'Arctique, celle de l'Antarctique avançait lentement mais sûrement en direction de son Pilier, là où effectivement, le reste de leur conversation serait plus simple.

Il n'empêchait que ressentir son Océan incarné était une fascinante et rassurante sensation au goût de la brune.

Ariane repensait aux mots prononcés par le général. Des mots censés en accord avec les croyances que Lytès défendait ici avec ferveur. Continuant de fixer de son regard d'un bleu électrifiant les yeux d'un bleu aussi profond que les abysses de son vis-à-vis, la jeune femme s'était assise sur l'un des rebords de son Pilier. Ce qu'elle aimait avec l'Antarctique, c'était les visions de cet Océan pourtant si vivant mais si inconnu qu'il en fichait la frousse. A cela, un fin sourire s'était esquissé sur le visage de la brune. Teigne, de son côté, continuait à pester discrètement sur l'homme. Ariane la fit taire d'un petit coup de doigt sur son museau écailleux. Sacré petit poison des marais.

- Chérir est un bien grand mot. Respecter en est un autre...Après, restes à savoir si je respecte mon Pilier et ça, c'est finalement plus dur d'agir en tant que tel que d'en prononcer des beaux discours.


Et les beaux discours, la générale des Lyumnades les avait expérimentés sans y prendre un goût particulier. Ce n'était qu'un jeu d'acteur qui lui donnait parfois la nausée. Néanmoins, si le Kraken semblait accepter sa mélancolie, c'était en réalité une chose que la jeune femme n'acceptait pas envers elle-même, et exprimer son dégoût, Ariane savait le faire. Sans le sourire, les doigts dans les cheveux pour retenir quelques mèches rebelles qui s'envolaient par un souffle marin presque volontaire de sa part.

-Autant te le dire de suite. Aujourd'hui, mes hommes ne me demandent pas d'être une copie conforme du parfait général et ça j'en suis consciente! Atlantis exige simplement des mesures précises, et pas que leur supérieur hiérarchique se mette à pleurer comme une madeleine devant le premier problème survenu. Et surtout, il est hors de question je me mette à douter de leur force non plus. Sinon merci la confiance, même moi je ne voudrais pas d'un commandant qui n'estime même pas la compétence de ses soldats. Pourtant...L'ancienne génération me manque, et certains de leurs adieux ne me sont jamais parvenus. C'est bête. Cocasse, j'aurais voulu que l'une d'entre nous n'ait pas cette chance. Tout comme je ne regrette rien à mon dernier geste à son égard. Elle marqua une pause, incertaine d'en dire davantage. Pourtant, c'était un poids sur son cœur, un poids qui l'avait rongé depuis bien trop longtemps pour ne rien dire en son Pilier à peine éveillé, alors qu'Eva la hantait. De me dire adieu...

Murée dans un silence qui n'était pourtant pas inconfortable, Ariane semblait distante mais partageait ses mémoires en ce simple état d'esprit. Son visage, presque pâle mais las. Après tout, Eva était le souffle marin qui avait attisé ses flammes en temps de combat, l'eau qui lui avait frayé un chemin. Toutes deux étaient complémentaires, et Ariane ne devait pas son Ecaille à son jeune âge ou totalement par un entraînement drastique. La brune le devait pour leur complémentarité qui en avait fait un duo diablement efficace. Un duo d'un lien qui n'aurait, en temps normal, su les séparer aussi rapidement alors que la cadette venait de rejoindre l'ainée par admiration. La gorge nouée, et des larmes invisibles partageaient son état de deuil. Ses yeux n'avaient pas le droit de pleurer pour les événements du passé. Ils n'avaient pas le droit de pleurer pour une ancienne réalité. L'atlante refusait de se soumettre tout naturellement à ce qu'elle ressentait.

Avec cette Ecaille, ça a toujours été le contraire. Les guerriers sont incertains de leurs émotions et hésitent à la simple mention des êtres aimés qu'ils ont rencontré. Pour cette simple fois, je domine les regrets non pas par violence, mais par amour.

Cette pensée suffisait à l'instant pour voler en éclat cette théorie absurde qui lui donnait son envol. Sa main agrippa un petit médaillon familial et religieux en mauvais état. Il ne valait plus grand chose d'un point de vue financier, mais beaucoup plus à ses yeux. Un murmure s'était échappé de ses lèvres.

- Oh, Eva, pardonne-moi de ne pas avoir été assez forte.

Il était clair que sa détermination avait été amorcée, qu'elle était prête à avancer de nouveau. Pour Atlantis, les survivants et la nouvelle génération. Et si cela ne tarissait en rien sa façon d'être et les premières années de joie retrouvées, l'erreur n'était plus admise.

- C'est vrai, mes erreurs ont forgé ce que je suis aujourd'hui, je ne le nie pas.
L'auteur d'un fratricide, ni plus ni moins. Mais ses pensées s'étaient très vite retournées sur cette personne qui l'avait plongé dans ses propres souvenirs, comme pour masquer son manque d'assurance ponctuel. Tendue et persuadée que rester ainsi ne lui ferait rien gagner, elle tentait d'abandonner ses souvenirs temporairement pour le moment. Tu me vois désolée de m'apercevoir dans cet état, je me fais honte à moi-même...Qu'est-ce qui t'a guidé jusqu'ici pour me voir?




Dernière édition par Ariane le Ven 20 Mai - 23:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Jeu 25 Fév - 12:29

Plus la conversation avançait, plus Lytès était à l’écoute. Il ne connaissait que très peu la jeune femme et pourtant, elle semblait avoir des choses à raconter, des expériences. Sans doute cela était-il lié à cette guerre, cette vie qu’elle avait menée chez les Saints durant près de cinq années, mais il sentait qu’il y avait quelque chose d’étrange chez cette femme. Une chose à la fois fascinante et emprunt à une certaine souffrance, quelque chose comme un rejet. C’était en tout cas ce qu’il sentait, lorsqu’il était proche d’elle, une sorte d’aura qu’elle dégageait. Ce qui était cependant sûr, c’est que cette Ariane était très expressive, peut-être même plus qu’il ne l’aurait pensé lors de leur première rencontre durant la réunion. Il avait bien détecté quelque chose chez elle mais elle donnait, aux premiers abords, l’air insouciant alors que la réalité lui semblait désormais quelque peu différente. Insouciante, oui certainement, mais il y voyait également un mélange de malice, de réflexions et de souffrance. Un ensemble bien complexe qui piquait toujours plus l’intérêt du Kraken.

Il regardait Ariane silencieusement, elle semblait perdue dans ses pensées. Cinq années s’étaient écoulées depuis le départ de la jeune femme, mais il sentait qu’il n’y avait pas que cela. Pourtant, il resta bouche close, se contentant d’attendre en fixant l’horizon. Tandis que l’animal domestique Teigne continuait à signaler sa présence et essayait probablement de maintenir le Général à distance. Lytès, pourtant impassible, eut un petit moment d’inattention face à cette action. Cette bestiole avait réellement l’air attaché à son partenaire. Il se retourna vers elle lorsqu’il entendit sa voix. Quelque chose ne semblait pas tourner rond, mais il garda néanmoins le silence afin de l’écouter jusqu’au bout. Une certaine déception, peut-être autre chose qui sait ? Il semblait que certains mots n’étaient pas très bien passés, peut-être mal compris. Il y avait pourtant une chose positive dans tout cela, c’était qu’Ariane semblait s’ouvrir, tout du moins en apparence. Elle s’était mise à parler des anciens généraux, probablement tombés au combat, une douleur qui ne s’effacera jamais. La perte d’un camarade, ce n’était pas quelque chose que Lytès comprenait concrètement, lui qui liait des liens plus que superficiels avec les autres. Il se contentait du strict minimum : la politesse, et c’était suffisant. Des mots attirèrent son attention « Tout comme je ne regrette rien à mon dernier geste à son égard. De me dire adieu… ». Un point visiblement fragile venait d’être abordé.

Le silence perdurait entre les deux Généraux, une nouvelle distance commençait à s’installer entre eux. Le temps semblait s’être arrêté et Lytès avait la sensation d’avoir comme disparu du champ de vision de la jeune femme, qui avait l’air complètement ailleurs. Il cherchait ses mots précieusement, essayant d’éviter les écarts. « Ariane, personne n’attend de vous que vous soyez un Général exemplaire. Les sentiments sont indissociables de la personne, c’est ce qui nous caractérise et nous fait évoluer. C’est également ce qui fait l’une de nos forces. Prenez le temps de vous retrouver, les soldats peuvent comprendre cela ». Ses réponses semblaient être à côté du problème mais c’était pourtant pour lui une façon plus discrète de les aborder. « Vos sentiments, votre peine pour la génération précédente font partie de vous. Il n’y a rien à regretter, ce sont des risques que l’on ne peut malheureusement pas écarter en temps de guerre ». Il s’arrêta quelques instants, hésitant à poser une question qu’il risquait de regretter. « Qu’est-il arrivé à Eva ? » demanda-t-il prudemment. Une question couplée puisque cela sous entendait également qu’il souhaitait savoir qui était cette personne dont la disparition semblait tant affecter les Lyumnades. Il avait le regard fixé sur elle, légèrement plus doux qu’auparavant.

Lytès avait laissé sa froideur de côté quelques instants. « Ce n’est rien… » Un simple murmure. Il ne savait quoi ajouter devant l’état de son partenaire avant de finalement reprendre. « Mais n’oubliez pas, la nouvelle génération ne remplacera certes jamais celle que vous avez connu mais elle sera là, elle aussi, pour vous soutenir si besoin est. Nous sommes également partenaires ». Une tentative de réconfort peut-être un peu coton, mais Lytès n’était pas très à l’aise avec ses choses-là. Ce n’était pas dans ses habitudes de se préoccuper des autres, il avait toujours préféré la solitude. Cependant, il savait pertinemment ce qu’impliquaient la position d’un Général, le rang de Général. La protection était une chose, mais la bonne entente et l’entraide n’en était pas moins importante pour faire un bon travail, pour protéger Atlantis. « Je venais simplement pour discuter » débuta-t-il en changeant de sujet. « Nous sommes partenaires et, avec la mission qui se prépare, je pensais qu’il serait bon que l’on apprenne à se connaitre avant » Il s’arrêta quelques instants en réalisant à quel point ses paroles pouvaient être gênantes et mal interprétées. « Pour connaitre un Général mais aussi un aîné qui, peut-être aurait des conseils à donner. Pour discuter de ces cinq dernières années. Afin de pouvoir démarrer cette mission ainsi que notre relation entre Général du bon pied ». Des mots qui prêtaient à confusion et pourtant, Lytès pensait qu’il était préférable de connaitre son partenaire avant la mission. Avec le temps, qu’on le souhaite ou non, des liens se tissent. Et puis, il avait indirectement lancé le sujet du Sanctuaire.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Mer 2 Mar - 1:07
Hésitante, le visage d'Ariane s'était légèrement fermé. Elle ne désirait pas s'apitoyer sur elle-même, mais regrettant silencieusement un événement précédent, ses expressions restaient de marbre. Sa gorge était sèche, ses yeux aussi. Se remémorer de tout cela lui était douloureux.

- Les sentiments...Tu es sûr?

Difficile à appréhender, Ariane avait surtout fortement tendance à les simuler. Les paroles de Lytès auraient pu avoir un bon effet sur elle, le problème résidait néanmoins dans les croyances personnelles de la jeune femme. Oui, les sentiments, elle les utilisait à titre de faiblesse, parce qu'elle savait que chacune des émotions ressenties au cours du combat pouvait prendre autant d'impact qu'un couteau aiguisé et pointé sous la gorge. A l'instant même, sa menace planait au dessus d'elle, et si l'envie de s'exprimer n'y était pas, le masque taquin et aux multiples facettes avaient été laissés de côté.

Oui, qu'était-il arrivé de sa sœur? Sa main le savait, son esprit aussi, mais pas son cœur. Eva la hantait et la hanterait toujours.

- Peu de choses. Ma sœur s'est perdue en cours de route, au moins m'aura-t-elle laissée Teigne. Je ne regrette rien dans le geste, mais bien plus au niveau de sa signification. Ce n'est pas le temps qui me fait peur, c'est ce qui en découle. Hier, j'étais encore plus ou moins enfant. Aujourd'hui, je suis adulte, mais au moins je respire toujours. Je vis, sans trop savoir pourquoi. Mais là n'est pas la question. Détournant le regard, les alentours lui paraissaient plus intéressants que le jeune homme qui se tenait en face d'elle. Tous ces visages...elle les revoyait, mais ne les reverrait plus dans ce monde-ci. D'entre tous, pourquoi moi?


"Pourquoi pas?"

La voix d'Eva avait résonné tel un fantôme, le Pilier maintenant éveillé lui offrait l'impression de traîner derrière elle tout un passé. Son son ne serait pas perçu, mais la soudaine froideur environnante, surement. D'une façon, plus le temps avançait, et plus Lytès la faisait réfléchir. Pas prête à accepter toutes ces révélations inconnues, pas prête à admettre ce qu'il était advenu véritablement de sa sœur ainée, laisser éclater la vérité lui aurait fait écrouler tout son petit monde.

- Il y a les risques de la guerre, et d'autres risques. Mon problème n'est pas la guerre ni même la mort, quand bien même je n'en suis pas partisante et que la paix est plus attirante. Enfin, tout dépend de mon point de vue. Mon problème, c'est l'amour. Filia, Eros, Agapè...Storgè.


La dernière forme avait été prononcé tel un murmure. Une chose enlevée depuis longtemps, une légende oubliée. Ariane n'avait pas encore versé de larmes, et ses traits laissaient à penser qu'elle n'allait pas en verser en dehors de ses jeux de théâtre de sitôt. Ses yeux devenaient légèrement lourds néanmoins. De fatigue et de tristesse malgré tout.

- Connaître? C'est une question très hasardeuse vous savez...Mais merci pour cet intérêt et cette inquiétude. On ne se connaît pas véritablement et pourtant, vous m'avez porté plus d'attention que n'importe quelle autre personne en cinq ans.


Ce n'était même pas triste, c'était vrai. Quant à la question..."Connaître quelqu'un" lui paraissait illusoire. Cela l'interpellait un peu la représentante de la Nymphe représentée en salamandre. Connaître une personne avait tout un sens selon elle, tant et si bien qu'elle s'était un peu redressée sur sa chaise, de nouveau consciente que parler d'elle n'était pas non plus un grand centre d'intérêts quand on était un général de l'Analyse.

- Des conseils auprès d'un ainé? Vous m'avez l'air pourtant plus âgé, et peut-être plus expérimenté. Je n'avais que quelques mois d'expérience quand les Saints sont venus et ce ne sont pas eux qui m'ont véritablement entraîné.


La gaieté avait repris le minois expressif de la jeune femme, suffisamment pour cesser de tourner autour de quelques choses qui lui faisaient trop mal. Ariane se montrait évasive, comme à son habitude, face à la difficulté des sentiments.

- Enfin, chacun a son vécu, et le mien est particulièrement redondant, vivre 5 années dans le même endroit, tu parles d'une expérience! Comment êtes-vous apparu ici?





Dernière édition par Ariane le Mer 2 Mar - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Mer 2 Mar - 15:06

Lytès écoutait attentivement l’histoire de la jeune femme, enfin une partie de celle-ci, les mots qu’elle laissait consciemment s’échapper de ses lèvres. Elle avait beau rester évasive, le Kraken n’était pas dupe et les paroles et expressions sur son visage parlaient d’eux-mêmes, mais sa seule certitude était la présence de souffrance, un signe que le Général des Lyumnades n’était pas parvenue à tourner la page concernant ces cinq dernières années, cette guerre. Une guerre qui avait eu son lot de peine, de souffrance, mais aussi de victimes. Il la regardait et pourtant, elle semblait comme absente, comme si elle était là sans vraiment l’être. Elle était telle une coquille d’escargot privé de son habitant. « Et pourquoi pas vous ? » Répondit le garçon avec rapidité tandis qu’elle semblait, au vu des mots prononcés quelques secondes plus tôt, se demander pour quelles raisons n’avaient-elle pas rejoint ses anciens compagnons. Il poussa un soupir silencieux et, plus détendu, il reprit : « Peut-être avez-vous encore des choses à accomplir dans ce monde ».

Des mots qui sonnaient comme une explication, comme si tout était dicté par quelqu’un ou quelque chose de supérieur. Lytès n’était pourtant pas très accès sur ce que l’on appelait le destin ou toutes des âneries qui disaient que les chemins étaient d’ores et déjà tracés pour chaque personne, mais il pensait qu’il y avait une raison dans la naissance de chaque homme, qu’elle soit bonne, mauvaise, tragique…

Plus elle parlait, plus il détectait une certaine tension, une tristesse dans l’air. Le Kraken avait de nombreuses autre question sur l’identité exacte de cette Eva, des anciens Généraux afin d’essayer de comprendre la raison de ces vies, de ces morts, de la dernière guerre aussi, mais il avait décidé de les poser plus tard, peut-être. Chaque chose en son temps, c’était de cette façon que pensait Lytès et, à ce moment-là, le temps était à l’écoute et seulement cela. C’est pour cette raison qu’il trouvait plus sage de ne pas en dire plus pour le moment. Un faible sourire naquit cependant sur son visage l’espace de quelques secondes lorsqu’elle parla d’attention. Ce n’était pas le genre de choses auxquelles le Général se prêtait d’habitude mais ils étaient partenaire et il était parfois préférable de retirer quelques pierres du mur qui les séparaient les uns des autres, pour le bien d’Atlantis.

« Vous avez une expérience des conflits que je n’ai pas… » Il s’arrêta quelques secondes, semblant réfléchir « … Pas en tant que Général... et, même sans entrainement lors de votre séjour chez les Saints, cela n’empêche en rien un gain d’expérience, ce serait-ce que par des rencontres et peut-être même des informations sur eux, ce genre de choses ». Une réponse relativement évasive dans les faits, mais pourtant clair à la fois. Bien entendu, Lytès avait de l’expérience. Il avait voyagé, été témoin d'événements divers. Il avait également fait des rencontres, et avait vu la souffrance et autres sentiments confus. Cependant, il n’avait aucune expérience de tout cela en tant que Général.

Un changement de sujet des plus rapides ramena le garçon à regarder de nouveau Ariane. La discussion prenait une tournure que Lytès n’appréciait pas particulièrement. Cela faisait longtemps qu’il avait tiré un trait sur sa terre natale qui n’avait de natale plus que le nom. Ce n’était pas le genre de choses sur lesquelles il voulait s’attarder. « Je voyageais et on m’a emmené ici ». Il se reprit aussitôt « Disons plutôt guidé ici ». Il n’y avait pas plus de choses à dire, ce n’avait été qu’une rencontre étrange, avec un vieil homme encore plus étrange. Une personne qu’il n’avait plus revue depuis son arrivée. « Et vous Ariane, comment êtes-vous arrivée ici ? ». Un nouveau changement de sujet.

Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Jeu 10 Mar - 17:31
Les réponses du Kraken l'avaient interpellé. Dire qu'elle ne s'attendait pas à un tel revirement était faux, mais ses craintes et ses inquiétudes s'avéraient tantôt fondées, tantôt aussi ébranlables qu'un château de cartes. Ariane savait que son visage parlait de lui-même. Il était expressif.

Les propos du brun lui paraissaient légèrement étranges. Ils devaient probablement avoir un sens global, de quoi illustrer son vécu, mais guère causeur, Lytès avait filtré ses mots de telle façon que la compréhension en devenait difficile pour la gallo-romaine. Les sourcils légèrement relevés, son histoire n'était pas si éloignée du jeune homme, mais qu'en était-il du reste de l'identité de son guide? Les mots s'étaient aussitôt échappés de ses lèvres.

-Guidé, par qui?

Avec patience, une réponse fut attendue. Une patience qu'on ne lui connaissait pas. Son regard s'était toujours posé sur ce qu'elle n'avait pas. Toutes ses qualités qu'elle pouvait aisément copier, mais jamais véritablement adopter sincèrement. En particulier celle d'Eva, qui lui arrivait d'imiter à cet instant même. En étant posée, en analysant légèrement la situation de façon à prendre de la distance. Son jeu n'était pas aussi parfait qu'en ces cinq années, mais la générale des Lyumnades se ferait un devoir de continuer à marcher sur les pas de sa sœur. Une obligation s'était forgée dans son esprit, et l'excitation d'un entraînement n'empêchait nullement la demoiselle d'y voir un intérêt quelconque. Et puis, le Kraken n'avait pas à s'attarder davantage sur les problèmes d'une de ses collègues, en particulier quand celle-ci n'avait plus toute sa tête.

Au moins, la remarque sur son expérience et ses compétences avait eu le mérite de la faire rire.

- Oui peut-être bien que je suis douée! Ou en tout cas pas très silencieuse à l'heure qu'il est par rapport à toi! Et puis tu sais, je doute que les informations collectées au Sanctuaire me soit d'une quelconque utilité cela dit...Mise à part la personnalité de certains Saints que j'ai rencontré, ce n'est pas si important. Je te l'ai dit, j'ai perdu mon temps là-bas.


Passant du coq à l'âne, on eut aussitôt dit qu'Ariane redevenait ce qu'elle était véritablement. L'exubérance et la gaieté d'antan étaient revenues aussi rapidement que les souvenirs révélées à cet instant. Son admiration pour sa sœur n'avait jamais été un secret, pas plus qu'elle ne devait sa véritable allégeance à un coup du destin. C'était la famille et les rires qui l'avaient mené ici, un endroit salvateur pour quiconque de suffisamment jeune, sachant faire une croix sur un passé funeste l'espace d'une semaine, lumineux tout au long. Les Lyumnades arboraient ainsi un visage bien plus lumineux.

Ma sœur m'a emmené ici, après l'appel de Poséidon...C'était assez drôle. Je n'avais jamais pensé la revoir de sitôt, toujours est-il qu'elle se portait bien à ce moment-là. Mais elle était différente. Opposée, mais admirablement efficace.

Frottant sa joue par gêne, ses mots n'avaient pas dû être totalement mâché mais au moins avaient-ils le plaisir d'être honnête. Ariane n'était plus aussi triste qu'au départ, mais certains de ses propos avaient certainement dû avoir un mauvais écho, ce dont la jeune femme, sourcils légèrement froncés, s'évertua à exprimer tout en gardant un sourire presque timoré.

Je n'ai jamais voulu dire que je n'étais pas heureuse de voir la nouvelle génération ici-même. Au contraire, je pense sincèrement que je suis ici pour vous. Pour vous encadrer d'une meilleure façon. C'est juste que...Les choses prennent tellement, tellement plus de valeurs une fois qu'on les perd.


Son regard se hâta dans le vide, ravie d'apprécier de nouveau la vue de cette chère Atlantis qui lui avait manqué jusque-là. Et puis de sa Teigne, qui avait quitté le bras pour aller trotter lentement sur le marbre blanc du Pilier, étrangement désintéressé du vis-à-vis d'Ariane. Pour le moment.

-Enfin, j'ai des choses à voir, et puis à rattraper, et à ré-étudier, et...et...Plein de choses, finalement. Oh, tu as déjà vu le Grand Prêtre? Un sourire taquin et malicieux avait orné les lèvres de la jeune fille. Alors qu'elle passait ses doigts à ses lèvres pour étouffer un rire, l'enjôleuse générale était revenue. Ne pas le voir m'attriste quelque peu à l'heure actuelle. Il ressemble à quoi maintenant, mise à part son côté borgne dont le succès dépasse probablement ses innombrables refus?

Ses yeux avaient retrouvé un éclat enfantin, farceur. Inutile de préciser que son état d'esprit gardait déjà, de nouveau, les souvenirs de ses légères moqueries.







Dernière édition par Ariane le Ven 11 Mar - 10:54, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Ven 11 Mar - 9:25
Lytès sélectionnait ses mots avec précaution. En effet, le garçon n’aimait guère parler de lui-même. Refusant en bloc de ressasser un passé qu’il pensait insignifiant, dont il pensait avoir tourné la page depuis longtemps déjà. Des réactions qui montraient l’inverse, il avait tenté de s’en convaincre si longtemps mais l’homme savait qu’il n’en était rien et ce, dès ce jour il y a six ans où il avait entrepris un voyage vers sa terre natale. Le Kraken était un homme fier, peut-être même un peu trop. Pourtant ces quelques paroles prononcées plus tôt semblaient intriguer la jeune femme qui lui demanda : « Guidé, par qui ? ». Une question qui embêtait particulièrement le brun, cette sensation désagréable d’être ignorant lui revenait en bouche. Un homme qui lui avait tant appris, qui avait disparu et dont il ne savait strictement rien. Lytès commença à ressasser cette période de sa vie, mais rien ne venait concernant son aîné. Son nom, son âge, la raison de son voyage et son lien avec Atlantis, le Général ignorait tout de cela. L’homme n’avait tout simplement jamais parlé de lui. « Je… L’ignore » C’était tout ce qu’il pouvait répondre.

Il haussa le sourcil lorsqu’elle les compara, ne voyant pas tout à fait où elle voulait en venir, mais il garda cependant le silence, attendant la suite. Son attitude changea du tout au tout, devenant plus gaie. Un fort contraste. Pourtant, le garçon ignorait si ces changements étaient voulus ou si elles étaient sincères. Puis elle eut l’air gênée, peut être une timidité passagère avait-il pensé. Il appréciait voir toutes ces expressions sur le visage de sa partenaire, cela différait avec la mine déconfite qu’elle avait auparavant. « Ne vous inquiétez pas, chaque information a son utilité. Connaitre la personnalité de certains Saints pourrait permettre d’établir leurs habitudes de combats » Commenta Lytès l’air serein. Ce fût ces dernières paroles concernant le Sanctuaire. A peine cette phrase terminée, il repartit sur les traces du passées. « Donc vous êtes venue pour rejoindre votre sœur ? ». A la façon dont Ariane en parlait, cette manière d’utiliser le passé, le Général ne mit que peu de temps à émettre des hypothèses, mais une avait retenu son attention. Il se rappelait les paroles qu’avaient eues la jeune femme plus tôt dans la journée, une perte, un geste, des adieux inachevés… Néanmoins il jugea plus adéquat de se taire. Il resta silencieux un long moment. La valeur des choses que l’on perd… Il sentait qu’il ne valait mieux pas remuer le couteau dans la plaie. Pourtant, il était probable que son regard en dise long sur les sentiments qui l’envahissaient à ce moment-là.

Il passa alors à la question suivante précipitamment. « Vous avez tout votre temps pour rattraper cela Ariane » Ajouta-t-il finalement d’un faible sourire. Il fit quelques pas afin de ne pas rester statique trop longtemps et se retourna vers elle : « Hélas non, je n’ai pas encore eu cette opportunité » Commença Lytès. «Mais un jour, peut-être, j’aurai la chance de voir l’homme à succès qu’il semble être. ça sera l'occasion de lui demander quelques conseils... peut-être? ». Sa voix était plus gaie, une tentative pour faire rire. Un probable échec. Le Général n’était pas très à l’aise avec ces choses-là et cela se voyait. « Comment était le Grand Prêtre… et Atlantis à l’époque ? ». Le brun était curieux de ces aspects qu’il n’avait pas connu. Tout comme le passé déterminait le présent, il voulait en apprendre plus sur ces terres. Ainsi, peut-être pourra-t-il éclaircir les zones d’ombres qui subsistaient au tableau, répondre enfin aux questions qu’il se posait sans cesse depuis son arrivée ici, moment de sa dernière rencontre avec celui qui lui avait tant appris. Il ajouta alors, « ... Comment était la génération précédente ? ». Tout un tas de question parvenait à son cerveau, mais chaque chose en son temps. Il aura, peut-être, bientôt quelques réponses.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Sam 12 Mar - 13:55
C'était une conversation bien étrange qu'Ariane avait eu avec Lytès. Si sa venue au Sanctuaire lui semblait plus connue, ce n'était pas le cas du côté du Kraken. Ce dernier semblait ne pas connaître l'identité de la personne même qui l'avait accompagné à Atlantis. Un rire s'en était échappé bien légèrement, cachant néanmoins un soupçon de questions. Finalement, peut-être que le Kraken avait des choses à découvrir, lui aussi.

" C'est presque poétique finalement. Ce vieux pourrait être n'importe qui dans cette ville...La chose la plus étrange reste que tu ne l'as plus vu depuis. Tu as cherché à savoir qui c'était, enfin, à mener une enquête?"

C'était une simple recommandation, ou tout du moins ce que la jeune femme aurait cherché à faire. Si elle avait rejoint sa sœur, c'était bien parce que l'opportunité s'était offerte à elle après tout.

"Oui et non. Mon Ecaille m'avait choisi, à l'époque, parce que j'en avais besoin. Mais..."
Se rappeler de ces bons moments, et en particulier celui d'une vulgaire farce d'antan, entrainait son lot de rire. A l'époque tout du moins, pour la gardienne d'aujourd'hui, seul un fin sourire ornait son visage. "J'ai toujours créé quelques problèmes. J'ai pas suivi l'appel, c'est ma sœur qui m'a "redressé", en quelque sorte. Et puis, la génération d'avant...était la génération d'avant. Différente surement, moi j'étais une générale du bac à sable."

Progressivement, Ariane s'ouvrait un peu plus. Il serait faux d'y voir une personnalité entièrement vicieuse. Certes, elle était joueuse, profondément mesquine, mais les mauvaises intentions n'étaient que très rarement au rendez-vous. La gêne de son vis-à-vis, lorsqu'il avait posé cette question, l'amusait quelque peu. Deviner que le jeune homme s'était sentie coupable de poser une telle question n'était pas une réelle surprise. Et puis, les efforts y étaient finalement, et son respect lui était ainsi donné.

- C'est bon, je sais me retenir dans mes larmes, c'est un apprentissage du passé pour tout bon Lyumnade tu sais.


Autant lui dire d'avance qu'elle préférait largement à ce qu'une conversation se révèle honnête. Ariane avait baigné dans le mensonge depuis trop longtemps, et quand bien même ses capacités s'y complaisaient, les limites humaines avaient fait surface en cette dernière année de captivité. En revanche, elle était attristée de voir comment Lytès pouvait demeurer ignorant de l'identité de leur Grand Prêtre.

"Oh, excuses-moi. Tu es arrivé récemment ici n'est-ce pas? Eh bien...La seule chose que je dirais, c'est qu'Hassan t'aurait nourri aux appellations "d'enfant d'Atlantis", haha...Un vrai Papa cet homme. Dire que je n'appréciais pas lui donner quelques coups de stress serait d'une bêtise! Après tout, elle avait gouté maintes fois aux geôles à l'époque. "Enfin, c'est un homme très sérieux, et très droit tout de même. Il impose le respect, et je doute qu'une autre personne pourrait en faire autant venant de moi."

C'était même hors de question. Dès que le Légat serait réveillé de son entraînement, Ariane passerait le voir. De son côté, les informations détenues par les Lyumnades tentaient vainement de faire la part des choses entre les personnalités rencontrées au Sanctuaire. Evidemment, cela leur permettrait d'avoir une certaine avance, surtout que la brune n'était pas véritablement quelqu'un de profondément fixe dans ses sentiments. Elle était telle un funambule, vacillant parfois mais marchant sur un fil étroit représentatif d'un danger pris.

- Oui, certainement. Le Sanctuaire est peuplé de pas mal de personnes, de tout et de rien.
Elle prit une légère pause, suffisamment pour repenser à eux d'une manière plus sarcastique. "J'ai surtout fréquenté Nimuë des poissons, un chevalier des Taureau, entrevue d'autres personnes. J'ai vu le Grand Pope, aussi. Il est marrant si tu veux mon avis. Rustre mais marrant."

Quand on savait à quel point Ariane aimait testé les personnalités qu'elle rencontrait, il n'y avait là rien de bien impressionant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Sam 12 Mar - 16:46

Poétique … Ce n’était pas le genre de mots qu’aurait employé Lytès. Pour l’homme, l’appellation qui convenait le mieux était… Prise de tête, ou mystérieux à la rigueur. Il avait passé bon nombre de temps avec cette personne, et pourtant il n’avait jamais obtenu la moindre information à son sujet. Il était tel un mirage. Lytès l’avait bien vu, parlé même mais il n’y avait aucun indice matériel qui indiquait qu’il avait réellement vécu. Le néant. Il répondit alors : « Il n’a laissé aucune trace, c’est à se demander si son existence était réelle… ». Il installa un court silence avant de reprendre : « Il n’était peut-être même pas d’Atlantis ». Le Kraken avait probablement des regrets concernant ce vieil homme, il aurait pu apprendre tant d’autres choses à ses côtés, ou ne serait-ce que pour le remercier. Malheureusement, tout cela était impossible.

Il avait observé les changements d’expressions de la jeune femme au fur et à mesure qu’elle parlait, qu’elle racontait. Elle était décidément très expressive et cela rassurait le Général, qui avait été témoin de certaines de celles-ci à son arrivé au pilier. Elle semblait peut-être plus détendue, il l’ignorait mais la gardienne avait l’air d’être moins sur la défensive concernant son histoire, bien moins qu’au début. Pourtant Lytès était, quelque part, gêné d’avoir posé de telles questions la concernant. Tout d’abord parce qu’il n’avait pas l’habitude de tenir ce genre de conversation, d’autant plus avec une femme, mais aussi parce qu’il craignait de faire remonter certains mauvais souvenirs, certaines souffrances. Il avait beau être réfléchit, il n’en restait pas moins maladroit concernant les sujets de l’ordre privé. Néanmoins, il ne commenta nullement les paroles d’Ariane, se contentant simplement d’un petit sourire doux, empreint de bienveillance, en guise de réponse.

Elle commença alors à raconter comment était le Grand Prêtre. Le poing devant la bouche, Lytès ne put s’empêcher de rire. Il imaginait le contraste entre la description physique qu’elle avait donné de lui, et son caractère semblable à celui d’un père. Autant dire que la révélation qui suivit ne l’avait guère surpris. Le Kraken n’avait pas la prétention de dire qu’il connaissait la gardienne de pilier, mais il s’était rendu compte qu’elle avait un certain goût pour embêter ces camarades. « Personne n’a donc votre respect excepté notre Grand Prêtre ? » Demanda l’homme brun dans un petit rire. « Voilà qui est intéressant ! ».

Son rire devint silencieux lorsqu’il entendit le nom de Nimuë. Il se redressa alors en la fixant du regard : « Vous connaissez Nimuë ? » Questionna-t-il. Il se remémora son arrivée à Atlantis, quelques temps auparavant, ainsi que les discussions qui en avaient découlées. « Comment va-t-elle ? ». Probablement allait-elle bien, pourquoi ne serait-ce pas le cas ? Voilà une question bien stupide qu’avait prononcée Lytès. Il changea alors de sujet, enfin, presque : « Sont-ils aussi fous ou vaniteux qu’ils semblent l’être ? ». Le brun n’appréciait pas les Saints, et c’était probablement le cas de l’ensemble des Généraux ainsi que des habitants d’Atlantis. Même s’il ne l’avait pas connu, cette guerre n’avait pas été digérée, tout simplement. Ça et d’autres choses. « Les avez-vous fait tournés en bourrique ? ». Il l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Sam 12 Mar - 19:08
Le Kraken avait fini par rire. C'était étrange, si on lui avait dit qu'elle aurait provoqué une telle réaction à son collègue du froid il y a cinq ans, Ariane ne l'aurait jamais cru. Ce gardien de l'Océan Arctique lui semblait plus humain. Plus humain, et probablement en proie à des incertitudes qui lui mettaient la puce à l'oreille.

-Tu penses? On laisse toujours des traces pourtant, je suppose qu'en se penchant un peu sur ton cas je pourrais tenter de résoudre ça. Et puis, comment aurait-il connu Atlantis en ce cas?

C'était une véritable question, pas une moquerie. Peu de personnes connaissait réellement l'emplacement de cet endroit, mais ce "guide" était un inconnu. Un défi, en quelque sorte. Connaître cet homme devenait presque une priorité selon elle, une sorte d'enquête dont la réponse resterait problème secrète même avec quelques recherches, mais il lui fallait néanmoins creuser ce point. On ne savait véritablement quel genre d'énigme on résolvait, mais en bien ou en mal, une réponse était toujours gratifiante. Ariane espérait pour le brun qu'un jour, cette question parvienne à s'éclaircir sur ce point.

Un rire avait légèrement éclaté au grand plaisir d'Ariane. Que ne ferait-on pas sans s'amuser après tout? En revanche, peut-être avait-elle été trop ouverte sur la considération qu'elle portait vis-à-vis de ses confrères. Restait à savoir si Lytès allait totalement percer ses mesquineries à jour.

- Je sais pas si ça sera si intéressant que ça, mais en tout cas j'ose espérer tenir d'un certain défi. Oh, tu peux me tutoyer si tu veux, je le fais depuis un petit moment au cas où tu ne l'aurais pas remarqué...


Si le jeune homme était un peu plus laxiste en face d'elle, le respect qu'il administrait à ses proches restait exemplaire. Au fond d'elle-même, Ariane espérait qu'il parvienne à partager un peu de cette qualité, quand bien même la simulation l'aidait toujours en ce genre de cas. Elle s'inclinait, renvoyait le plus gros sourire et puis elle partait.

Et puis, le Sanctuaire était revenu. Une époque un peu plus lourde qui faisait dore et déjà grincer n'importe quel Marina. Le jeune homme portait pourtant rancune à leur égard. Elle se lisait dans ses yeux, se ressentait jusque dans le ton de sa voix.

- Ah ça, je ne sais pas en revanche...Reste à savoir si finalement, ce n'est pas le Sanctuaire qui s'est moqué de moi. Je ne pense pas honnêtement, j'ai bien quelques anecdotes sympathiques, et puis, j'ai toujours eu du mal à rester les bras croisés face à quelques "connards finis", comme dirait Nimuë...Pourtant j'ai réussi.
Il était vrai qu'elle avait connu tardivement la jeune femme, mais il y avait quelque chose de marquant et de touchant en cette jeune rousse. Certes, comme pour la plupart des autres Saints, ses agissements l'avaient profondément agacer, tout en sachant qu'il fallait être patient pour supporter les propres réflexions de la Lyumnade, parfois. Elle concevait bien que les Poissons avait fait des efforts. Elle répondit alors avec franchise ce qu'elle pensait. Oui, je la connais, je suis restée un certain temps avec elle. Cela dit je ne suis pas sûre qu'elle se porte bien à l'heure actuelle. Et c'est sans compter le Grand Pope que Liao doit aller voir...Je me pensais folle, mais je crois avoir vu quelqu'un d'un sacré gabarie. J'aurai peut-être plus de nouvelles sur elle si Liao passe la voir au Sanctuaire. Visiblement, elle ne t'ai pas inconnue elle non plus. A croire qu'elle est partout."

Ariane n'était pas très friande du "franc parler" un peu trop exacerbé, à savoir ces « vilains mots » qu'on utilisait en tout temps; les apparences avant toute chose, après tout. Mais il fallait bien croire qu'elle trouvait cela aujourd'hui, et surtout à petite quantité, plus percutant maintenant qu'elle avait fait connaissance avec Nimuë. Elle repensait fortement à cette jeune femme dont l'état resterait néanmoins motus et bouche cousue. Liao se chargerait de son cas en même temps qu'il aurait affaire au Grand Pope. Son retour était donc attendue avec impatience pour la jeune femme. Pas qu'elle avait réellement fait preuve d'une « patience » un jour...

- Vaniteux oui, fous je crois qu'on l'est tous. Ils ne sont pas si différents de nous, ce sont juste...Des gens comme les autres. Du moins c'est ce que j'ai eu l'occasion de voir, quand bien même je me suis vengée à ma façon...Tu en gardes un mauvais souvenir, n'est-ce pas?


Une question comme une autre, mais Ariane était curieuse de connaître l'origine d'une telle rancœur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Sam 12 Mar - 21:50


Ariane venait se mettre une question pertinente sur la table. La logique voudrait que cet homme à l’origine de sa venue en Atlantis soit lui-même un Atlante, mais il était celui qui lui avait appris l’utilisation du Cosmos alors s’il était une personne d’Atlantis possédant lui-même un fort Cosmos, la question était comment avait-il pu disparaître de la sorte sans que rien ne ressorte des archives ? Tout cela n’avait strictement aucune logique aux yeux du garçon. Il y avait bien trop d’ombres et de secrets. « Peut-être était-il lié à l’un de ses habitants… »Répondit Lytès sur le ton de la réflexion. « J’ai du mal à croire qu’une personne possédant un Cosmos comme le sien ait pu disparaitre comme ça… ». En un sens, il essayait de rationaliser, de se rassurer mais il n’avait aucune idée, aucune.

Puis elle lui demanda de la tutoyer, une demande face à laquelle le Général se sentit désarmé. Il n’avait pas pour habitude de parler d’une manière si familière et ce, encore moins à une femme. En y prêtant attention, il était vrai que les Lyumnades le tutoyait depuis un bon moment mais la conversation étant naturel, il ne s’en était tout simplement pas rendu compte. Sans doute avait-il rougis à ce moment-là, ne sachant quoi répondre et probablement que sa partenaire s’en amusait, semblant décidée à le taquiner toujours un peu plus. « Je… Vais essayer ». Une phrase pas franchement convaincante si ce n’est qu’elle dévoilait encore plus la gêne du brun.

Il se demandait vraiment pourquoi il avait posé une telle question concernant les Saints. Il était évident pourtant que les tributs devaient se tenir à carreau… Ils n’avaient pas le choix et n’étaient nullement en position de force. Il fût cependant rassuré d’apprendre qu’elle n’y avait pas vécu uniquement du mauvais. « Quelques anecdotes sympathiques n’est-ce pas ? » Commença-t-il à dire sur le ton de la plaisanterie pourtant faiblement observable. « Cela signifierait-il que vous avez…. » Il s’arrêta brusquement avant de reprendre un peu plus rouge : « Que tu as trouvé certains Saints à ton gout? ». Lytès était noyé entre l’humour et la gêne de l’avoir tutoyée. Il continua alors « En tout cas, c’est une bonne chose que Nimuë soit restée avec … toi » Encore un petit moment de flottement, il allait décidément lui falloir un certain temps pour s’habituer à tous ces changements qui n’étaient en réalité qu’un seul changement. Devant un tel élan de franchise, Lytès ne put retenir un rire « C’est vrai qu’elle est partout ». Il ria ainsi durant plusieurs secondes, l’origine de ces sons cachés par sa main, avant d’essayer de reprendre son sérieux. « Elle est venue à Atlantis il y a quelques temps, c’est comme ça que j’ai connu Nimuë. C’est une femme… déconcertante » Expliqua le jeune homme.

La question qui avait suivi était cependant plus embêtante pour le garçon. S’il gardait un mauvais souvenir concernant les Saints, peut-être oui. Il avait des raisons dont il ne souhaitait pas parler. Le passé était le passé, et il n’était pas bon pour lui de le remettre sous la lumière. « Sans plus » Furent les seuls mots qu’il répondit. Un mensonge sans en être vraiment un. Il avait simplement omis quelques détails. « Je ne les apprécie simplement pas ». Il ne voulait vraiment pas se lancer dans les grandes explications. Lui qui s’étaient tourné vers l’horizon quelques instants avant se retourna vers Ariane : « Et sinon, comment te sens-tu à l’approche de notre départ pour Avalon ? Cela doit fait longtemps pour toi, ça va aller ? ». Changement de sujet.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Dim 13 Mar - 2:07
Le sujet sur ce guide mystérieux avançait quelque peu, mais probablement pas dans le sens qui plaisait à la jeune femme. Pourquoi chacune des choses qu'elle côtoyait depuis peu se révélait être un véritable casse-tête?

-Rha, c'est pas de chance d'être en proie à ce genre d'incertitude! Enfin, si un jour, tu veux mener une recherche, n'hésites surtout pas à me prévenir. Et puis, entre nous...Mes capacités pourraient servir, je pourrais éventuellement le reconnaître sans que tu m'en fasses une description. Bien sûr, ça vaudrait également le fait que j'empiète un peu sur ta vie privée au passage, mais je tenterai d'aller directement au plus intéressant, à savoir notre dit monsieur si c'est le cas.

Cet homme aurait au moins pu avoir la décence de se présenter, et c'était un comportement pour lequel Ariane prenait une certaine rigueur, si bien que sa voix en avait pris le ton. Pourtant, la gêne qu'elle occasionnerait probablement avec cette proposition avait brièvement traversé sa pensée. Pour faire fuir une personne en proposant ses services, la voilà lotie. Et alors qu'elle restait sur ces propos, ceux qui suivirent la mirent dans l'embarras. Non pas qu'elle n'avait pas envie de partager ses "anecdotes", mais l'hypothèse de Lytès la faisait rougir.

- Un Saint? Pardon? Non, pas du tout! Enfin, je m'accommodais avec ce qu'il y avait, voilà tout.


Ses propos évoquaient clairement toute la mauvaise foi dont elle était capable. On assumait ou on n'assumait pas totalement ses faits et gestes. Son cas à elle répondrait négativement à ce fait-ci d'une façon plutôt claire. Certes, Ariane ne pouvait nier le fait qu'elle avait gentiment chauffer quelques Saints, et ça n'allait clairement pas la stopper d'en faire de même ici, mais quant à dire qu'elle avait trouver quelqu'un à son goût au Sanctuaire...Cette pensée la faisait rougir en y pensant. Que cette réflexion vienne du Kraken ou non, c'était une réaction plutôt banale quand une personne lui faisait remarquer son comportement.

- Oui enfin, non...Les hommes atlantes seront toujours davantage à mon goût de toute façon.

Chassant fugacement ses pensées, elle s'était rendue compte que le tutoiement semblait gêner Lytès, à un tel point qu'il en était littéralement passé à cinquante nuances de rouge. Pour sa part, cette réflexion lui avait donné envie de bouger un peu, ne serait-ce que provisoirement. Ca l'aidait à oublier les choses un peu gênantes. Et à passer cette conversation trop explicite, entre autre. Nimuë devenait soudainement un sujet fort intéressant.

- Oui heureusement qu'elle était là...Même si j'ai bien failli y passer avec elle! C'est rare que je me sente aussi énervée, et autant te dire que si les pots cassés n'avaient pas été réparés quand elle est arrivée en trombe face à un potentiel ennemi, je me serai probablement mise en colère.
La colère ne visait pas particulièrement Ariane mais plutôt de ce qui aurait pu résulter en présence d'Eva à Glastonbury. Il fallait dire qu'Eva avait une certaine influence sur elle-même. Son fantôme la faisait passer d'un extrême à un autre, parce que son simple souvenir conditionnait les agissements d'Ariane. Et cette dernière ne le savait que trop bien. En revanche, les propos partagés empiétaient sur son secret actuel. "Déconcertante, elle l'est. Après je peux parler, ce n'est pas elle qui a initié la bataille d'os de poulets dans la taverne...Mais si tu parles de son franc parler, j'en conviens tout à fait! Après des anecdotes, j'en ai d'autres. Et pas forcément des très glorieux. Mais, j'oubliais qu'elle était venue à Atlantis. Ca explique pas mal de choses."

Se grattant légèrement la joue face à ce manque de raisonnement, son attention se reporta sur le jeune homme. Pourquoi avait-il été aussi évasif quant aux Saints et à la rancœur qu'il leur portait? La laisser avec des informations aussi peu fournies lui mettait simplement l'eau à la bouche. Un soupir s'était échappé de ses lèvres. Parfois, Ariane se disait qu'elle était vraiment trop respectueuse des pensées d'autrui. Lytès avait pourtant aborder la question

- Oh pas si longtemps que ça. N'oublies pas que je suis revenue à Atlantis, ça ne se fait pas en un clin d'œil... Le général des Lyumnades avait supposé que la question qu'avait posé Lytès visait simplement à la taquiner en retour. En revanche, si tel était sa volonté, Ariane ne se priverait pas pour lui renvoyer la balle...Debout, le temps la surpris quelque peu. Il était vrai que malgré leur situation actuelle, à savoir sous la mer, une atmosphère très étrange autre que celle que la gallo-romaine avait insufflé donnait un aspect tout autre à cet endroit. - Ca commence à taper un peu par ici. Tu veux peut-être que je te serve quelque chose? Je vais être honnête, mise à par de l'eau et quelques plantes, je n'ai absolument rien d'autre en stock en dessous de mon Pilier. Mais si l'envie te prend...

C'était une simple proposition. Alors qu'elle marchait légèrement en direction d'un petit escalier menant à un chemin souterrain à son pilier, un geste de la tête avait été offert, visant un côté de son domaine. Plus haut sur le Pilier, Teigne veillait à l'aide de ses petites billes noires presque vicieuses les deux formes se mouvoir en ces lieux.

-Bien sûr, je ne vais pas t'obliger à répondre à l'affirmative. Remarque, qui sait, tu arriveras peut-être à me répondre pour les Saints si je t'offre un truc, non?


D'un regard presque malicieux, son dos faisait désormais face au Kraken. Finalement, Ariane s'était absentée quelques minutes en descendant les escaliers dont l'entrée se faisait pourtant étrangement sombre, avant d'y ressortir avec un bol d'eau fraiche. Sa main tendit le récipient au jeune homme, alors qu'un sourire contenté apparaissait sur ses lèvres. Elle réfléchit de nouveau au sujet bien moins léger d'Avalon; Ariane appréhendait légèrement vu les dires échangés lors de leur réunion.

- Ca m'inquiète et ça m'amuse. En fait, ça m'amuse principalement, mais ce qu'on va y rencontrer ne sera certainement pas plaisant. Nous devrons rester sur nos gardes, ça ne fait aucun doute.
Suite à quoi, la gardienne s'était légèrement tue. Ariane contemplait de nouveau le jeune homme d'un air matois, recherchant les expressions du général à ce sujet. La parole fut néanmoins reprise en peu de temps. Je me doute que tu as également une idée sur Avalon, remarque...Et qu'as-tu découvert à la bibliothèque d'ailleurs?





Dernière édition par Ariane le Mar 22 Mar - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Lun 14 Mar - 0:52

Lytès ne voulait pas que la conversation concernant son guide ne prenne le pas sur ce moment. Pour être plus exact, il ne voulait simplement pas en parler plus que ça, pas pour le moment. D’une part parce que cela ne la concernait pas plus que cela, il n’aimait pas le fait de se reposer sur quelqu’un mais aussi parce qu’il était un sujet quelque peu sensible. L’aide qu’elle souhaitait lui apporter le touchait en un sens, mais il ne voulait pas remuer tout ça dans l’immédiat. Chaque chose en son temps, c’était sa façon de penser, peut-être parce que cela l’arrangeait par moment de remettre certaines choses à plus tard. Alors il avait tout le temps d’y penser plus tard. Ainsi, il se contenta d’un sourire adressé à la jeune femme avant de simplement changer de sujet. Quant à Ariane, elle rougissait en réponse à la question concernant les anecdotes. Sans doute un peu de gêne qui piqua néanmoins la curiosité du Kraken, et cela était sans compter sa façon de nier les faits. « Vraiment ? » Commenta-t-il en levant le sourcil. « Dois-je donc comprendre qu’il y en avait bien ? » Ajouta le brun sur un ton d’humour.

Dans tous les cas, Lytès savait pertinemment qu’il n’y avait pas que des pourritures au sein du Sanctuaire, Nimuë en était la preuve. Même en tant qu’ennemie, elle avait pris soin de la jeune atlante, en quelques sortes. Cependant la jeune femme ne semblait pas satisfaite des réponses qu’il avait apportées. Comment pourrait-ce être le cas ? Même lui ne l’était pas, seulement, il ne voulait pas en parler. A quoi cela servirait de toute manière ? Le passé … Cela était inutile de le remuer. Enfin, quand ça l’arrangeait. « Pourquoi pas, merci pour l’offre. J’accepte bien volontiers ». Bien entendu, il parlait là de boissons. Il n’avait pas la moindre intention de rabâcher l’histoire des Saints. « Un jour peut-être ». Un jour qui ne viendra probablement jamais.

Retrouvant le silence, il suivit les pas de la jeune femme tandis qu’elle donnait ses impressions pour la suite. A vrai dire, l’homme pensait que cette mission cachait quelque chose et qu’elle serait probablement bien plus difficile qu’elle ne semblait l’être aux premiers abords. Les choses commençaient à bouger, mais les zones d’ombres persistaient. Il était bien évident qu’elle ne serait pas de tout repos. Il en profita alors pour lui dévoiler le fruit des recherches qui consistaient principalement en ce dont ils avaient parlé durant la réunion. Il passa alors de longues minutes à lui expliquer les détails. « Au final, tout semble être confirmé » finit-il par dire avant de la remercier pour la boisson.

Lentement, il s’assit avant d’en prendre une gorgée. « Concernant Avalon, nous aurons certainement de nouvelles informations bientôt » Dit-il, profitant de l’odeur du breuvage. « C’est plutôt bon, qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-il à Ariane d’un air étonné.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Mer 16 Mar - 12:54
Ainsi les révélations lui avaient été inculquées, en même temps que le général du Kraken se montrait plus clément avec elle. Néanmoins les taquineries avaient ses limites pour les Lyumnades, mesquine en tout temps mais n'appréciant que très peu que la réciproque fut vraie.

"Oui et non. Je pense que me redonner un pseudo intérêt à tout cela peut attendre...Et puis, ça serait tout de même profondément stupide de s'enticher d'une personne aux idéaux opposés aux atlantes. J'ai mes limites. "

Le ton était un peu plus ferme, étrangement mature pour une fois. Pas suffisamment pour se montrer désagréable, pas assez pour éveiller une animosité vis-à-vis de ses préférences pour les hommes. Une fois, ça passait, deux fois, un peu moins. Trois fois, évidemment que non.

Ariane haussait les épaules, comme un abandon vis-à-vis du passé du Kraken. Certes, l'idée l'intriguait, tout deux avaient connu les Saints. De près ou de loin. Mais au-delà de ce semblant d'intérêt, il y avait plus, bien plus; Elle qui se nourrissait des expériences passées, la perspective de connaître chacune des histoires étaient une vieille déformation de son jeu d'acteur. Une mimique, tout bonnement.

"Je vois, rien d'étonnant donc. J'espère que le Légat parviendra à écouter ces revirements et à en tirer les meilleurs conclusions, et puis surtout...à se réveiller."


Un sourire fut de nouveau esquissé sur les lèvres de la jeune femme lorsque le breuvage fut au cœur de la conversation. Posant ses yeux tantôt sur le bol, tantôt sur son compère, sa voix avait néanmoins confirmé que le Kraken appréciait sa boisson.

"Oh, tout ce qu'il y a de plus traditionnel je pense. Ce n'est qu'une base d'aloe vera rapporté bien rapidement par un de mes hommes. Crois moi, il n'y a plus grand chose par ici, même mes hommes aient eu pitié de ma condition."


Toujours amusée, c'était avec une étonnante sincérité que cette anecdote avait été partagée. Puis, elle observa silencieusement la scène, pensive. Pour la première fois en cinq ans, Ariane accueillait de nouveau quelqu'un à son Pilier. Un Tribut était revenu parmi les siens, et la générale était prête à parier que ses deux autres équivalents à Rodorio n'avaient pas connu cette même chance. Oui, elle était chanceuse d'une façon. Sa réintégration ne serait pas simple, sa confiance ne s'accorderait plus aussi facilement quand bien même la brune pouvait se montrer agréable. Au moins, avait-elle une accroche encore existante. Le Légat actuel, Hassan.

Relevant les yeux, quitte à les planter dans les yeux bleus de sa nouvelle connaissance, Ariane éclaircit légèrement sa gorge avant de se prononcer. Si elle n'était pas toujours très adroite dans ses paroles, elle tenait à recevoir le plus correctement possible son congénère. Et puis, les autres généraux demeuraient encore une énigme. Sa question fut alors posée, tant pour savoir si elle pouvait faire quelque chose pour améliorer les conditions de Lytès, que pour permettre au jeune homme de lui adresser quelques questions en plus.

"Tu veux peut-être autre chose?"


HRP: Oui, j'ai publié. Tu peux me taper. °° /SBAF


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   Jeu 17 Mar - 12:05
Il ne releva que très peu le haussement de ton de la jeune femme. Le Kraken s’était déridé un peu, mais il semblerait qu’il allait devoir faire des efforts pour ne pas être trop lourd, c’était des nuances qu’il ne connaissait pas encore. Par ce biais, il ne pouvait en vouloir au Général. Concernant le Légat, Lytès se contenta de hocher la tête en guise de réponse. Il n’avait rien à ajouter à ce sujet, il espérait également tout ceci.

Il s’agissait donc d’une boisson traditionnelle selon Ariane. Pourtant, il ne se souvenait pas en avoir déjà bu sur Atlantis. Peut-être était-ce parce qu’il ne partait que rarement de son pilier, uniquement lorsqu’il se rendait à la grande bibliothèque ou qu’il voyageait alors il ne pensait pas à s’arrêter dans tous ces endroits bruyants. Peut-être était-ce simplement une boisson que les Lyumnades buvait habituellement, il ne savait pas et cela n’était pas important. C’était bon, et c’était suffisant. « Les choses les plus simples sont souvent les meilleurs » Répondit Lytès en souriant. C’était un moment apaisant, et les tensions et sentiments d’auparavant s’oubliaient peu à peu. La meilleure manière de terminer une visite, ou même une journée. Lytès garda le silence durant quelques instants, profitant de cette tranquillité, de ce silence tout en buvant le breuvage que lui avait donné son partenaire. Ils allaient bientôt devoir partir pour Avalon, alors ce petit moment était particulièrement agréable.

Au final, Lytès avait eu un bon pressentiment en allant à la rencontre de la jeune femme directement à son pilier. Grâce à cela, il avait pu en apprendre plus sur le Général avec qui il partagerait bientôt une mission. De nombreux sujets avaient été abordés et, même s’ils n’étaient pas tous particulièrement joyeux mais cela avait été profitable. Il était mieux d’apprendre à connaitre son partenaire avant de partir en duo. « Tu veux peut-être autre chose ? ». A vrai dire, Lytès n’avait plus rien à ajouter. Ils avaient déjà beaucoup discutés pour une première rencontre et mieux valait ne pas trop pousser les choses. Terminant le liquide à l’aloe, il répondit d’un nouveau sourire « Pour une première rencontre, c’est déjà pas mal, merci de m’avoir accordé du temps Ariane» . Maintenant, il savait plus ou moins à qui il avait à faire et il était rassuré sur la mission à venir. « En tout cas, je suis content que nous soyons partenaire pour la prochaine mission ». Il se leva, prêt à partir « N’hésite pas à passer à mon pilier si l’envie t’en dit » .

Après l’avoir remerciée à nouveau pour la boisson, il la salua poliment et prit la direction de la sortie afin de retourner à son pilier.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message Re: [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [juin 550]L'origine d'un mensonge murmuré[PV Lytès]
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier de l'Antarctique-
Sauter vers: