Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Jeu de rôle Grandeur Nature : De l'autre coté du miroir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrionavatarArmure :
Sagittaire

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
265/265  (265/265)
Message Jeu de rôle Grandeur Nature : De l'autre coté du miroir   Jeu 25 Fév - 23:13
Salut à toutes et tous !

A l'été prochain, mon association organise un sympathique petit jeu de rôle grandeur nature dans le Tarn. Je ne sais pas si certains d'entre vous apprécient ce loisir ou seraient curieux de tenter l'expérience, mais c'est avec plaisir que je vous partage l'affiche ainsi qu'un petit synopsis.
Le jeu se déroulera du 25 aout 2016 au 28 aout 2016. Pas besoin d'être un expert, même les débutants sont les bienvenus !
Le jeu se base sur un contexte médiéval-fantastique. Je reste à votre disposition si vous avez des questions !


Synopsis =>

"C'était dangereux et elle le savait.

Pourtant, la jeune femme continuait d'avancer, refusant de céder à la panique qui menaçait sournoisement de s’imposer à sa raison.

Depuis le Grand Réveil, quelques mois auparavant, le monde semblait voué à trembler sur ses antiques fondations. Les Royaumes Rebelles étaient exterminés, ceux qui entamaient des négociations se voyaient imposer maintes humiliations. La magie n'attirait plus que la méfiance, voire l’hostilité des occupants. Et nulle voix, qu'elle soit royale ou juste charismatique, ne semblait en mesure d'endiguer la propagande des envahisseurs. Les héros cédaient les uns après les autres, les méchants se terraient dans leurs tours et lugubres cavernes. Nul ne connaissait ces envahisseurs avant l'ère de la Page Blanche, cette étrange période durant laquelle fées, hommes et femmes furent figés, tels une foule de statues immobiles et sans vies. Mais dès leur réveil, les véritables habitants de ce monde s'étaient vus confronter à une véritable remise en cause de leurs us et coutumes. De leurs identités.

Bien qu'aussi opposés qu'une lune pâle et un soleil ardent, les Dahems et les Eryos formèrent une coalition armée et diplomatique qui engloutit par maintes actions éclairs royaumes et contrées. Fins tacticiens, les deux peuples compensèrent leur faible population par un savant mélange oscillant entre terreur et promesses de mutuelle prospérité. C'est ainsi que les rois s'inclinèrent, et que les résistants furent exterminés sans une once de pitié. Pour l'exemple.

Créatures magiques par essence, les fées furent les seules autorisées à user de leurs pouvoirs, dans un cadre strictement défini. Mais cet arrangement politique fut vite mis à rude épreuve par de sinistres rumeurs en provenance des bourgs les plus isolés. Fées solitaires, sorcières pacifistes et ermites à l'esprit sage disparurent au fil des semaines, à mesure que les implacables Eryos s'avançaient dans les terres pour s'implanter comme conseillers des monarques et reines de toute importance.

Plus pragmatiques, ou plus discrets, les Dahems préférèrent pactiser avec les toutes puissantes guildes, qui obtinrent en retour une immunité bienvenue. Leurs activités et surtout leurs influences, susceptibles de rivaliser avec tout pouvoir politique s'en trouva d'autant plus renforcé, au grand dam des Eryos, adeptes du contrôle permanent.

Une pernicieuse racine manqua de la faire trébucher. La jeune femme se rattrapa de justesse à un tronc d'arbre mort et s'autorisa quelques instants pour souffler. Faire le point de sa connaissance de la situation ne serait d'aucune aide face à l'homme qu'elle était venue chercher. Mais elle ne pouvait s'en empêcher, tant les évènements récents lui semblaient n'être qu'un obscur cauchemar. C'est en levant les yeux vers l'horizon, qu'elle aperçue alors la silhouette d'un sinistre manoir. Sa destination. Son courage et sa détermination s'en trouvèrent décuplés. D'une main rageuse, elle balaya la mèche de cheveux qui dansait devant son regard fatigué, bien que combatif, et reprit sa marche d'un pas décidé.

Personne ne répondit à ses appels. Pas plus qu'au son dur du heurtoir de bronze qui ornait la porte à double battant. C'est pourquoi, elle entra sans une once d'hésitation. Traversant couloirs poussiéreux et pièces à la décoration lugubre, la jeune femme commença à craindre que le maitre des lieux eut, à son tour, succombé à la vindicte des envahisseurs. Mais la lueur dansante d'un feu de cheminée illumina son cœur d'un espoir nouveau. Cet homme était l'individu le plus recherché des landes connues. Et en ces temps désespérés, il demeurait l'un des derniers, et des pires recours. D'une démarche hésitante, craignant de déranger le sombre sorcier, la jeune femme entra dans la pièce d'où provenait désormais distinctement le crépitement d'un bon feu. Un hoquet de surprise jaillit de sa gorge juvénile à la vue non de la table débordant de fioles et de membres humains, mais d'une étrange carte recouvrant le mur qui lui faisait face. Parvenue à portée de main du parchemin gigantesque, elle avança ses doigts pour frôler d'un tremblement le dessin d'une île qu'elle connaissait si bien. L'un des derniers pans de cette carte vibrait d'un éclat magique. Une nostalgie qu'elle croyait oubliée lui serra l'estomac alors qu'un sanglot s'échappait de ses lèvres. D'un pas, elle se détourna de cette vision douloureuse et se retrouva face à un étrange objet recouvert d'un lourd pan de tissu. Poussée par une curiosité dont elle n'avait su se départir depuis sa plus tendre enfance, la jeune femme approcha sa paume du voile qui tomba au premier contact, révélant un miroir lisse.

Un miroir de sa taille. Un miroir familier.

Une main calleuse s'écrasa sur son épaule, la détournant sans violence de cet objet revenu d'un trop lointain passé.

- Et bien, douce enfant, que me vaut la surprise de votre candide visite ? Dois-je vous offrir une tasse de thé ?

Elle resta quelques instants muette face au regard sinistre du maitre des lieux, et à son détestable sourire. Elle le haïssait de tout son être, mais elle n'avait pas le choix. Il comprendrait. Elle le savait.

- Vous être notre dernier espoir... Les Royaumes abdiquent les uns après les autres, les Héros renoncent... A ce rythme, les pays sans frontières seront à leur tour envahis. Vous devez faire quelque chose !

Le rire sardonique qui s'échappa de la gorge du sorcier la figea sur place d'horreur et d'outrage. Que cet être était abject ! Ne comprenait-il pas le danger, la menace ? Se croyait-il assez doué pour y échapper ? Non. Il ne pouvait pas laisser son égo lui voiler l'ampleur du drame qui menaçait d'engloutir leur monde commun.

- Allons, ma chère... L'invasion est en marche, et nul ne pourra l'empêcher. Pas même moi... Pour une raison simple. Je n'en ai aucune envie !

L'homme détestable se détourna de la malheureuse pour balayer de son bras tendu l'ensemble de la carte qui recouvrait le mur proche.

- Le Pays Imaginaire... Oz... Le Pays des Merveilles... Agrabah... La forêt interdite... Voyez ! Tous ces royaumes sans frontières, emplis d'une libre magie ! Ils n'échappent aux griffes des Dahems et aux triques des Eryos que par leur isolement. Mais combien de temps encore resteront-ils cachés ? Au final, qu'importe.

- Vous ne nous aiderez pas alors ?! Là où tant de héros ont abandonné, ne pouvez-vous...

- Lorsque le Brave cède, on vient chercher le Banni, le Vilain, l'Exilé ? Trouvez-vous cette ironie délectable, belle enfant ? Moi je m'en régale jusqu'à en savourer tout le nectar. Nous autres, les rejetés aux cœurs et âmes noires, nous sommes devenus les résistants de votre monde voué à la destruction. Et pourtant, nul ne voit venir le drame qui se profile...

- De quoi parlez-vous, sorcier ? Frissonna la jeune fille, mal à l'aise face au rictus sinistre de son hôte.

La lueur des flammes sembla elle-même s'étioler lorsque les yeux du sombre mage s'embrasèrent d'une démence comparable à une trop aveuglante lucidité.

- Ils sont déjà là... Dévorant fées, Eryos , Dahems ou hommes du peuple... Tel un mal pernicieux, ils se répandent chaque jour davantage pour notre plus grand malheur. Pour notre fin... Et voyez-vous, chère Alice, cette fois il sera bien vain de se cacher dans le terrier d'un blanc lapin !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t369-sagitarrius-no-orion
 
Jeu de rôle Grandeur Nature : De l'autre coté du miroir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du Blood Bowl Grandeur Nature comme on les aime
» JDR GRANDEUR NATURE
» Nouveau gn post-apocalyptique!
» Un GN Stargate ?
» Petition pour la construction de minas tirith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Asileum :: Area Voluptates :: Flood général-
Sauter vers: