Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 La voie de l'Ange [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message La voie de l'Ange [libre]   Sam 27 Fév - 21:00
=> Ce post suit directement la présentation de Rhiannon

Un chant régnait en cette nuit, un chant mortel et lourd comme la mort aux ailes noires. Tout était sourd, tout était sombre et froid comme la pluie. Une pluie qui marquerait son retour à la vie. Un retour à la fois court et lent à l'image de la scène qui l'entourait mais qu'importait au fond cette ambiance qui avait toutes les chances de se faire coutumière, l'essentiel était de passer cette nuit et de s'éveiller aux premières lueurs de l'aube.

Au dehors, un véritable déluge s'était abattu sur les terres de Neustrie, noyant de son flux un sol gorgé de chair et de sang. Innombrables et entêtantes, les gouttes frappaient sans pitié toits et frondaisons, ruisselant sur les êtres et les hommes avant de rejoindre enfin la terre. Glaçant autant les âmes que les corps, la nature se rappelait ainsi aux trop grandes prétentions humaines sans toutefois parvenir à en étouffer l'ardeur. Car si des corps ployaient bien sous l'ondée, ce n'était pas de désespoir mais bien sous le poids de l'effort. Effort et urgence de mettre tous ces gens en terre et de sauver ceux qui pouvait encore l'être alors que les cendres ne fumaient même plus sous des vagues de part trop obstinées.

Boue et pluie régnait en mettre mais les hommes, eux, étaient encore en vie en ces terres...

Pour ce qu'il en était du dedans, un feu crépitait dans l'âtre, inondant de son éclat une petite pièce sombre où s'entassaient les deux survivantes ainsi que trois de leurs sauveurs assistés du père Matthias. D'un geste délicat, Basine essuyait le front encore fiévreux de Rhiannon. La présence des hommes, bien trop proches à son goût, déplaisait à la jeune blonde mais elle pouvait la supporter grâce aux paroles du prêtre qui avait l'art d'apaiser les femmes et de leur offrir le réconfort après de telles épreuves. De plus, il avait eu la sagesse de se placer entre les deux jeunes femmes et les guerriers qui s'activaient de leurs côtés. L'idée qu'une femme aussi fragile que le paraissait la rousse étendue sur sa couche ait pu saisir des armes et s'en servir avec autant de forces et d'adresse que l'un d'entre eux avait de quoi aiguiser leur curiosité.Surtout, avec le discours qu'ils avaient tous oui de lèvres du seul et unique témoin encore en vie. Raison en plus de quelques autres plus personnelles, pour laquelle Basine les méprisait. Ces mâles avaient manigancé pour apprendre la vérité. Ce qui avait poussé la jeune blonde à trahir sa promesse de silence à son corps défendant. Elle en bouillonnait presque sous le regard vigilent de Matthias.

~ Non, ne crains rien...

Le souffle de Rhiannon était si faible que sa désormais suivante avait cru avoir rêvé mais c'était bien elle qui venait de parler. Sentant à la fois la chaleur du feu et l'odeur puissante de tous ces corps rassemblés, la splendide rousse avait repris conscience. Sans émettre la moindre plainte en dépit de ses blessures, elle avait ouvert les yeux, révélant de brillantes iris bleu émeraude aux regards qui s'étaient tournés vers elle. D'un geste bref mais autoritaire, Matthias avait repoussé les hommes derrière lui.

~ Laissez la respirer. Dieu lui a donné la force de se battre pour l'honneur des francs. Comme il a soutenu Clovis lors de la bataille de Tolbiac, le très haut est encore intervenu. Que tous ici respectent le vœu de silence de dame Rhiannon et promettent de se taire sur tout cela selon la volonté même de sa servante. Que tous se taisent et respectent l'honneur des femmes libres que dieu a choisi pour les servir.

Aux paroles de l'homme dont le charisme était l'un des plus grands atouts, les guerriers s'éloignèrent. Enfin, autant que la modeste demeure le leur permettait. Après tout, cette fille, cette Rhiannon avait été élevée pour devenir la compagne de ce serviteur et les femelles plus accessibles ne manquaient pas surtout avec le butin qu'ils avaient collectés sur les dépouilles ennemies. Tous ces chevaux, effets et autres valaient bien le silence qu'ils laisseraient planer sur ce qui n'était qu'une histoire dans laquelle il valait mieux ne pas mouiller. Évoquer la victoire du grand Clovis avait été habile mais tous les francs n'étaient pas aussi crédules que cette petite gourde se tenant au chevet de sa compagne rousse. Autant laisser les choses en l'état et ramener, si leur devoir était là, les deux femmes devant le leude. Tout cela ne les concernait pas. Prendre ce qu'ils pourraient serait largement suffisant.

Idée que Rhiannon n'avait pas encore perçue au vu de son état mais que Matthias avait habillement fait germer et grandir depuis son arrivée. Renoncer à celle dont il s'était épris était hors de question pour lui et il était prêt à lutter pour cela. Le tout serait de séduire la jeune femme une fois les divagations de Basine éclaircies. Il avait attendu des années pour permettre à la toute jeune fille de s'épanouir et ce ne serait pas quelques jours de plus qui lui ferait renoncer. D'abord se débarrasser des guerriers et ensuite comprendre ce qui avait pu se passer. Un miracle était toujours possible mais il préférait de loin de voir de ses propres yeux avant d'y croire.

~ Père Matthias ?

A l'énoncé de son nom, il s'installa à son tour au chevet de Rhiannon avant que des coups ne se fassent entendre sur la porte et qu'un homme d'armes ne surgisse soudain, puant et dégoulinant.

~ Chef !!! On a fini avec le butin et le reste mais d'autres mouvements ont été aperçus. On devrait aller voir ce qu'il se passe au plus vite !!!

Le ton de l'homme était rude et précipité. De plus, il portait trop de colliers et d'effets précieux sur lui. Aussi avant que le dit chef ne prenne la parole, Matthias se leva.

~ Maintenant que tout a été pillé et que, hormis cette masure, il ne reste plus que des tombes et des murs éventrés, plus personne ne viendra de suite. Allez donc où dieu le veut sans vous soucier davantage de nous. Je veillerais sur nos deux miraculées avec l'aide de Dieu.

A ces mots, il s'était levé sous le regard approbateur de Rhiannon. Rhiannon qui n'avait pu s'empêcher de sourire en saisissant enfin l'art avec lequel le prêtre s'apprêtait à se débarrasser de ces gêneurs. Le temps de parler entre quatre yeux viendrait mais ce ne serait pas dans l'immédiat. La rousse franque était encore trop faible pour rassembler tous ses souvenirs et ressentir à nouveau la puissance qu'elle avait senti affluer et grandir en elle.

En attendant, il lui fallait guérir et partir là où son destin allait s'accomplir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
OropheravatarArmure :
Cailloux

Statistiques
HP:
82/220  (82/220)
CP:
150/240  (150/240)
CC:
223/305  (223/305)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Lun 29 Fév - 0:33
D'une cadence rythmée et précise, les bruits de pas du Cardinal de la Famine semblaient résonner au travers de la pénombre de Neustrie, terres englouties sous les ombres d'une nuit sans étoile. Seule une légère buée accompagnait une forme distincte, qui s'imposait dès lors avec la faible lueur de la Lune. Et c'était en accordant un maigre instant à sa personne, qu'Oropher continuait à tenter de se laisser guider là où un cosmos s'était fait sentir, là où un cosmos l'avait appelé depuis les lieux qu'il gardait. Le blond n'était pas dupe, mais il savait y faire.

Sa rencontre avec le jeune Pontifex l'avait rappelé à l'ordre, lui qui était le précédent bras droit du Pontifex. Alors qu'il se mouvait entre les arbres telle une ombre connaissant les lieux, comme un résidant de cette forêt de Francia, le celte se prit à repenser au rôle qu'on lui avait attribué dès sa présentation au Dédale de Chair. On l'avait nommé "première ligne", le Cardinal qui ouvrirait le chemin à ses compères, et celui dirigerait et monterait une armée digne de semer la Famine sur son passage. Il incarnerait donc les bruits de bottes métalliques qui s'imposeraient en un premier temps, avant de laisser les cris de guerre faire leurs premiers effets. C'était sa destinée.

Mais d'autres personnes attendaient qu'on leur donne un coup de pouce pour atteindre le but de leur existence, et la Famine en était consciente. La Famine observait. La scène qui s'offrait à lui demeurait ni plus ni moins, de sa chromatique rougeâtre au ciel qui pleurait sur la vie des pauvres hères, d'un spectacle macabre. Non, d'un talent meurtrier tout particulier à ses yeux. Un véritable carnage avait eu lieu pas loin de lieu où le cosmos demeurait, faible mais toujours présent. A une certaine distance certes, mais pas suffisamment pour qu'un éveillé au cosmos. Fermant les yeux, le Cardinal se laissait guider par cet instinct qui ne l'avait jamais fait faillir, un instinct mu pour une capacité à suivre les traces d'une potentielle recrue comme un général trouverait ses soldats. Lorsqu'il les rouvrit, le blond s'était retrouvé devant ce lieu de culte dont les hauteurs devaient bien égalés les restrictions que les hommes en ces lieux s'appliquaient sur eux-mêmes.

N'attendant plus longtemps et pressentant que le nouvel éveillé était en vie mais accompagné de quelques personnes, Oropher s'enfonça davantage dans la bâtisse, pour finalement entendre les premières paroles masculines d'une personne qui l'avait suivi. Peu lui importait, il portait une Cuirasse aussi épaisse que la peau d'un crocodile des plus résistants, et cette facheuse tendance à s'engouffrer là où il y avait du mouvement pouvait bien le poursuivre qu'il n'en aurait pas lever le petit doigt. Un garde s'était ainsi, et bien vite, retrouvé nez à nez face au Cardinal, alors que ce dernier avait finalement daigné darder de ses yeux la présence qui le regardait, l'air crédule. L'homme, paré de mille diamands, se tenait sur ses gardes, et probablement faisait-il bien de se méfier du nouveau venu en ces lieux.

"Qu'est-ce que vous faîtes là?"


Oropher n'eut pas à effectuer le moindre mouvement. Ce but n'était pas de tuer, mais bien de récolter des informations et si possible, de rencontrer la personne ayant captée son intérêt. Elle, qui se tenait ici. Il intensifia ainsi son cosmos, suffisamment pour qu'un humain banal tombe dans un sommeil temporaire. Sa marche n'avait ainsi pas été stoppée, et le corridor continuait à défiler autour de lui, jusqu'à ce que le son claquant des braises en provenance d'une chemine ne parvienne à ses oreilles, et que ses orbes d'un bleu océan parcourent les murs en pierre de la salle. Salle occupée par différentes personnes, dont l'une d'elle, couchée sur un lit et accompagné d'un prêtre et d'une jeune femme, s'avérait être la source de cette énergie qui l'avait attiré.

"Ce cosmos...Alors je vous ai trouvé."

Les mots vinrent très difficilement sur les lèvres du Cardinal. Dire qu'il s'attendait à ce qu'une femme fiévreuse et couchée sur un lit soit à l'origine du carnage qu'il avait constaté relevait presque d'une farce, mais d'une vérité étonnante en cette situation. Le visage du Cardinal demeurait néanmoins fermé, bien que ses traits en auraient pu être doux. Curieux d'en savoir plus sur cette jeune prodige qui devait certainement se poser quelques questions, il s'approcha. Oropher n'était pas assez proche de la belle brune pour en ressentir la moindre compassion à son égard, mais il respecterait sa fatigue si telle était le cas. Lui sentait nettement en son for intérieur un cosmos pour l'heure endormi, faible en soi puisqu'il n'était pas utilisé consciemment pour l'heure. Présent tout de même.

"Etre à l'origine d'une telle libération semble vous avoir épuisé, je ne vous dérangerai pas plus si vous avez besoin de sommeil et du temps pour récupérer."
Cela dit, utiliser un peu de son cosmos l'aurait très certainement aider à résister à la douleur, mais probablement n'en avait-elle plus les ressources. C'est alors qu'un fin sourire fut esquissé alors qu'il s'apprêtait à laisser la jeune femme récupérer avant de l'aborder. Le blond venait de remarquer qu'il ne s'était pas présenté comme il se devait. Ses habits, amples et longs, avaient au moins le mérite de cacher cette Cuirasse à l'éclat d'ébène qui le définissait si bien. Une simple courbette avait été adressé à l'homme et à cette femme qui siégeaient au côte de l'éveillée. Il fit quelques pas afin de se retrouver à une certaine distance, face à l'âtre dont les flammes devaient certainement briller avec autant d'intensité que la croyance en Arès vouée par le Berzerker. "Excusez-moi, je m'appelle Oropher, Cardinal à l'heure actuelle depuis peu également...Tout comme vous venez de vous éveiller, mademoiselle.




by Versace Xanthe~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Sam 12 Mar - 21:58
[HRP : désolé pour le retard, je ferais en sorte de répondre plus vite maintenant que je suis moins surchargée irl ^^]

Quelques instants, quelques instants de paix était-ce déjà un vœux de trop ? A croire que oui puisque, à peine les soudards sortis, un nouvel importun s'était présenté au seuil du modeste refuge. Une présence qui aurait eu toutes les raisons d'irriter la jeune franque si elle ne lui avait pas semblé étrangement familière. Comme le souvenir lointain d'une ancienne vie, enfouie au plus profond de sa mémoire, au matin de sa naissance, voire plus loin encore. Intriguée, attirée, captivée malgré sa faiblesse, Rhiannon avait lentement tourné la tête vers le nouveau venu, son regard fiévreux tenant de distinguer ses traits étrangement flous alors que les flammes commençaient à décliner faute de bois. Précieux combustible que Basine se serait empressée d'aller ramasser si la présence de tous ces mâles harnachés de fer et de cuir ne l'en avait dissuadée. Trop de sang, trop d'horreur s'étaient déroulées sous ses yeux pour que la blonde jeune fille puisse se sentir à l'aise au milieu de toute cette soldatesque. Aussi, le bois attendrait que le père Matthias en ait fini avec celui qui venait d'entrer pour venir se joindre au feu mourant.

Chose qui ne tarderait pas à se faire vu que le prêtre s'avançait déjà vers le blond visiteur qui sans perdre le moindre instant s'était directement adressé à celle qu'il désirait prendre pour compagne plus que tout. L'amour qu'il lui vouait était sincère et il était hors de question pour un homme en pleine force de l'âge de laisser le premier venu s'intéresser de trop près à une jeune femme qui en plus d'être sa future concubine avait été désignée par dieu en personne pour accomplir une tache dont il n'avait pas encore saisi le but ni l'ampleur.

Aussi après l'avoir laissé finir ces quelques mots, il posa la main sur le front de Rhiannon, en un geste à la fois réconfortant et savant. Evaluer la fièvre était une chose qu'il s'était déjà appliqué à faire à plusieurs reprises depuis l'alitement de la splendide rousse. Un simple regard de celle-ci suffisait d'ailleurs à l'assurer de son assentiment. Elle avait confiance en lui tout en sachant le sentiment qu'il nourrissait à son égard. L'amour réel était rare et avec le temps, sans doute le respect et la confiance pourraient évoluer.

Quelques pensées s'étaient ensuite envolées à mesure que le silence était retombé dans l'ensemble de la maison. Quiétude que seul le crépitement de plus en plus faible du feu et le chant entêtant de la pluie troublaient par intermittence. Un silence presque pesant sans que personne ne bouge ni ne tente d'interrompre l'examen de Matthias alors que l'homme s'était présenté comme étant un cardinal. Un élu doté des mêmes pouvoirs, des mêmes dons que Rhiannon. Faits que le prêtre n'était pas plus enclin que sa protégée à prendre pour argent comptant. Jamais, il ne la laisserait s'éloigner de lui et de sa protection aussi sacrée que virile. Et qu'il portât une tenue d'Eglise n'y changeait rien. L'époque était rude et protéger les âmes et les vies en plus de les mener sur le chemin de leur salut impliquait aussi d'être capable de les défendre dans tous les sens du terme. Savoir manier le verbe et le fer, bénir et trancher, telles étaient les manières d'un homme pourtant épris de justice et de paix.

Puis, après un temps qui avait paru une éternité, il retira sa main du front de Rhiannon et s'avança vers l'homme.

~ Cardinal Oropher, puisque dieu vous a mené jusqu'à nous, soyez le bienvenu en cette demeure. Que dieu puisse continuer à éclairer votre route tout comme il vient de la faire pour ces deux âmes pures.

Puis, lui désignant Rhiannon, il poursuivit.

~ Je suis le père Matthias et ses deux jeunes femmes sont Rhiannon à qui vous vous êtes adressé directement et Basine, sa blonde servante.

Un terme que la jeune fille ne réfuta pas. Mieux, à ces mots, elle s'empressa de renouveler le linge humide sur le front de sa compagne.

~ Comme vous l'avez si justement indiqué, notre douce Rhiannon, a besoin de repos et elle ne pourra répondre à vos paroles qu'une fois remise de la terrible épreuve qu'elle vient de vivre. Aussi, prenez place parmi nous. On a assez de gibier et de pain pour attendre qu'elle se réveille. En attendant, pourriez-vous éclairer un autre homme d'église sur ce don que vous semblez vous aussi posséder. Que je sache comment aider ma douce amie de la meilleure manière selon la volonté de dieu.

Des termes clairs pour qui était capable d'en saisir toute la nuance tout comme la manière autoritaire que le prêtre avait eu quand il s'était placé entre le dénommé Oropher et Rhiannon. Elle était trop précieuse à ses yeux et son cœur pour qu'il laisse le premier cardinal venu l'emmener et qu'il soit un simple prêtre n'y changerait rien.

~ Laissez-la se reposer, elle répondra elle-même dès qu'elle aura recouvré ses esprits.

Telle serait la dernière nuit en toute innocence de l'ange. L'ultime instant de torpeur avant que le destin ne se révèle enfin sous les traits d'un blond messager, un guerrier portant le nom d'Oropher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
OropheravatarArmure :
Cailloux

Statistiques
HP:
82/220  (82/220)
CP:
150/240  (150/240)
CC:
223/305  (223/305)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Mer 23 Mar - 15:13
Un hochement de tête suivi l'accueil de ce prêtre dont les mœurs ne lui faisaient guère apprécié ses pensées et ses paroles. Quoique les hommes d'Eglise conservaient parfois une liberté dans leurs mœurs, Oropher ne savait que penser de cet homme qui siégeait aux côtés des deux jeunes femmes. Dans tous les cas, il parlait en leur nom et semblait s'être attaché à la jeune femme, suffisamment pour lui poser quelques questions auxquelles la Famine demeura pourtant silencieuse, à l'exception d'un vague remerciement qui ne lui fut accordé que par coutume.

"Merci bien, et enchanté père Matthias, Basine, Rhiannon."


Tout en regardant la jeune femme qui se tenait toujours alitée, fiévreuse et tremblante, il lui paraissait évident que celle-ci avait besoin de repos. Quelqu'un en aussi mauvais état n'aurait peut-être pas supporté le trajet à faire. Surtout à cheval.

"Je m'entretiendrai avec cette jeune femme quant au rôle qu'elle tient désormais parmi nous, de cela n'ayez nulle crainte."

C'était une façon déguisée venant de cet homme, aussi froid que sec dans ses paroles, de couper court à sa demande. Il n'était pas homme à se montrer réellement bavard, préférant trancher directement les demandes infructueuses plutôt qu'à les alimenter davantage. Et ce que représentait ce prêtre pour la jeune femme -ou même le contraire- lui importait peu. Bien peu. Aussi avait-il pris part au festin auquel l'homme d'Eglise l'avait invité, car malgré sa froideur, Oropher détenait en lui un certain respect envers autrui. Quand il le voulait. A sa façon, surtout. Une bouchée d'un petit pain qui trônait fièrement sur la table avait été avalé par le Cardinal, alors que celui-ci contempla tantôt cette "Basine" tapotant le front de Rhiannon avec un tissu, puis la dite personne qui était destinée à devenir une Berzerker. Oropher le sentait. Une fois englouti, il s'était permis quelques mots à leur encontre. La réflexion quant à leur dieu l'avait fait sourire dans toute son ironie, car si son vis-à-vis parlait d'une entité bien déterminée dans son esprit, il ne s'agissait probablement pas de la même personne.

"La volonté de notre dieu n'est pas la mienne. Elle est bien trop changeante pour que j'en ai une quelconque idée fixe. Rhiannon subit simplement une épreuve actuellement, celle qui la fera accéder à son plein potentiel, mais vous le savez déjà non?"

Une question qui n'en était pas véritablement une. Et tel qu'il considérait cette scène fugace, la patience était dans son esprit mais prêtre ou pas, il obtiendrait ce qu'il voulait. A savoir, le résultat de cette mission qui lui avait été confié. Père Matthias aurait néanmoins le droit à un discours mêlant à la fois une affirmation certaine de sa revendication, et puis une consolation dans ce qui attendrait Rhiannon plus tard. Peut-être bien un rôle plus important dans cette guerre qui allait avoir lieu. Dans tous les cas, c'est ce que l'ancien roi celte souhaitait pour le destin d'un guerrier. Malgré ses apparences, ce dernier n'était pas la douceur incarnée.

"Je ne suis pas sûr que vous pourrez lui conférer un aide si ce n'est actuellement. Rhiannon n'a pas besoin de rester faible. Cette transcendance lui accordera de quoi s'élever bien plus haut parmi les hommes. Vous ne l'aiderez pas en la considérant ainsi, comme une personne ayant besoin d'un éternel soutien, car c'est parmi nous, les autres détenteurs des Cuirasses, qu'il lui faudra prendre place. Nos rôles seront probablement différents, et ce sera à elle de considérer le sien. En attendant, j'effectue le mien en venant l'avertir de son potentiel. De ce qu'elle sera capable d'accomplir car notre seigneur est aujourd'hui de retour.


Le premier maux s'approcha ainsi de la jeune femme souffrante. D'une main cosmique posée sur son front, il vérifia son état. Ses impressions en l'observant bien dans les yeux. Il pouvait y voir distinctement ses doutes, sa maladie également. Son état de manque vis-à-vis de la vie. Chaque être humain y était touché à sa façon, d'une façon et d'une autre, et la Famine ne le savait que trop bien. Au moins avait-il la chance d'utiliser ses capacités à sa façon: affaiblir ou rendre à l'excès son état normal. Rapprochant la main de son cou, sans porter la moindre attention à Basine ni même Matthias, sa main alla toucher un point entre ses deux clavicules. Son cosmos ne tarda pas à donner à la jeune femme une très légère capacité de régénération qu'il prêtait à l'instant dont il devait bien sa fierté.

Rhiannon ressentirait moins cette fièvre qui lui dévorait le cœur, celle qui lui brûlait ses membres et la maintenait dans un état critique, mais les délires persisteraient pendant ce même laps de temps. Peut-être persisteraient-elles même davantage l'espace de quelques minutes.

Oropher défiait ainsi la jeune femme tout en lui accordant une chance de lucidité. Ou tout du moins, un meilleur état quant à sa condition actuelle.

"Veuillez prendre place parmi nous, Berzerker. Vous n'êtes pas fait de coton et vous et moi en sommes parfaitement conscients."

Spoiler:
 



by Versace Xanthe~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Sam 2 Avr - 23:17
Alors que la pluie s'obstinait à noyer les ultimes traces du massacre, la chaleur qui régnait en la modeste demeure n'avait de cesse de grimper. Sous ses draps déjà plus qu'humides, Rhiannon luttait contre le mal qui la dévorait, contre cette plaie qui aurait pu lui être fatale si son agresseur n'avait su un détail qui prenait toute son importance, toute sa signification, lui offrant de plus un avantage insolite.

Un sourire fiévreux aux lèvres, la splendide rousse se remémorait la découverte fortuite de cette particularité qui était sienne. Le geste qu'elle avait eu en posant la main sur son cœur qui battait à tout rompre sous le poids de l'effort. Puis, le regard qu'elle avait surpris sur son propre visage en se rendant compte qu'elle n'était pas comme les autres. Une particularité, ou plutôt un privilège, que le père Matthias n'avait pas tardé à lui conseiller de cacher. Ainsi, la rousse jeune femme avait-elle fini par prendre les mêmes poses que les autres franques. Bien sûr, elle avait eu quelques loupés mais qui aurait prêté à une enfant trouvée plus d'attention qu'elle ne le méritait.

Hormis celles qui m'ont élevée...

Personnes qui par chance n'avaient jamais été témoins de cela. Ainsi, Rhiannon avait-elle pu conserver son secret, connu du seul père Matthias auquel elle était destinée. Un autre signe du destin exceptionnel qui semblait être le sien et dans lequel l'homme d'Eglise jouerait un rôle certain.

Quoiqu'en pensât ce cardinal, quelque chose les liait Matthias et elle, sans oublier Basine. Rhiannon en était persuadée mais au vu de son état, elle n'avait pu intervenir comme elle l'aurait souhaité et puis, elle devait bien le reconnaître, elle était encore sous l'influence de celui qui en plus de l'avoir confiée à une famille qui avait pris soin d'elle lui avait aussi choisi un avenir bien plus enviable que celui de simple concubine de passage...

Une nouvelle fois, Basine changea la serviette placée sur son front et tous partirent se restaurer. Un instant de calme où seule la pluie et le feu se faisaient entendre et qui à sa grande stupeur la fit plonger dans une torpeur qui n'avait rien de périlleux.

Cet homme ? Qui est-il vraiment ? Il ne m'effraie pas. Je ne sais rien de lui et il ne m'effraie pas comme si je le connaissais depuis si longtemps...

Pourquoi ? Pourquoi ? Est-ce dieu qui l'envoie ? Dieu...


Telles furent les seules pensées compréhensibles qu'elle eut au milieu de tant d'autres plus qu'incohérentes avant de sombrer. Elle avait besoin de sommeil, de reprendre des forces pour guérir au plus vite. Ce n'était pas un aveu de faiblesse mais simplement le besoin de recouvrer des forces tant que la sécurité lui en offrait.

Rhiannon en était persuadée. Ni Matthias ni Basine ne lui ferait de mal ainsi que cet Oropher.


**************************************

L'ombre et la pénombre se succédaient tout comme ses périodes de veille et de sommeil. Ainsi voguait-elle seule avec ses fièvres et sa lutte alors que les autres mangeaient dans leur coin. Soudain, elle sentit dans sa semi-inconscience l'approche du Cardinal Oropher. Son regard croisa le sien un moment avant que soudain, elle ne sente un pointe de douleur sous sa gorge, juste entre les deux clavicules et que cela lui fasse l'effet d'une véritable décharge...

~ Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

Un cri lui échappa avant qu'elle ne sente une force immense la submerger et que la puissance qui l'avait précédemment envahie ne reprenne le dessus à une différence prêt. Cette fois, elle se trouvait face à un autre être doué du même don et qui la poussait droit dans ses retranchements, l'obligeant à se relever alors qu'elle avait encore tant besoin de repos.

~ Espèce de... Quoi ?

Secouée par l'afflux de cosmos, toujours en proie aux affres de la fièvre, Rhiannon se redressa brutalement avant de prendre sa tête entre ses mains et d'émettre une suite de sons incompréhensibles qui finirent par s'éteindre sous le regard du cardinal. Telles furent les premières manifestations du délire qui s'était emparé d'elle. Les effets de la médication d'Oropher étaient plus qu'inattendus et intenses puisque Rhiannon se retrouvait en pleine tempête, ballottée au gré de vagues hallucinatoires si puissantes qu'elles firent exploser son pouvoir. Pouvoir dont l'intensité enfla et augmenta tant et si bien qu'il emporta en un bruit assourdissant le toit et une bonne partie des murs, épargnant comme par miracle Basine et Matthias. Deux êtres heureusement bien trop lents pour simplement voir ce qu'il se passait sous leurs yeux. Rhiannon venait à nouveau de faire exploser son cosmos sans s'en rendre compte et de se jeter à la gorge d'Oropher, puisant dans toute l'énergie qu'elle avait pour repousser celui que, dans son déliré, elle prenait pour un agresseur.

Ses mains gorgées de cosmos finirent par se serrer sur ce qu'elle pensait être le cou de celui qui voulait prendre sa vie. Un instant si vif que ni Matthias, ni Basine ne purent réagir, totalement inconscients vis à vis de ce qu'il se passait à quelques mètres d'eux. A peine virent-ils les ailes de cosmos de Rhiannon apparaître en un éclair d'or et de sang avant de battre avec fureur au raz du corps d'Oropher.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
OropheravatarArmure :
Cailloux

Statistiques
HP:
82/220  (82/220)
CP:
150/240  (150/240)
CC:
223/305  (223/305)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Mer 6 Avr - 16:20
La réaction en avait été immédiate. A peine sa main posée entre ses deux clavicules que la rousse avait riposté en hurlant. Sous les yeux effarés et inconscients de ses deux autres compères, la jeune femme s'était relevée d'entre les morts, libérée de sa propre faiblesse. Désormais, la jeune femme en face de lui était ce qu'il recherchait véritablement. Puissante, et valeureuse femme au potentiel indéniable.

Bientôt, une main tenta de prendre entre ses griffes la gorge de l'ancien roi, pourtant l'effort avait bien rapidement sû montrer que la nouvelle éveillée au cosmos en était capable. Volontairement ou involontairement? C'était une question qui subsistait bien malgré eux, mais le spectacle demeurait tel qu'il n'y porta pas volontairement une grande attention. Rhiannon était capable de beaucoup de choses et le Cardinal le savait. Les ailes nouvellement formées dans son dos, faites d'un cosmos émergeant d'une pure rage, en étaient une preuve suffisante.

Et elle aurait pu l'étouffer, elle aurait pu chercher à broyer entre ses mains la gorge d'Oropher. Mais ce simple contact suffisait au Cardinal de la Famine. Il était capable de rendre les miséreux riches et les riches miséreux. Leur force devenait faiblesse et alors leur faiblesse devenait une force. C'était là la résolution et le but du celte. Chaque contact physique l'amenait au grand miracle ou au grand fléau. Tel un médecin hors paire, il avait su éveiller la jeune femme au prix d'une certaine douleur, mais il pouvait également reprendre cette capacité, puisqu'elle résultait d'une de ses actions mêmes. Alors au moment où ses doigts vinrent se poser avec le moins de délicatesse possible contre sa gorge, une vague de fatigue les avait tout les deux emporté dans un infernal tourbillon. La main sur son poignet, Oropher demeurait parfaitement calme et se contentait de sourire très légèrement face au gage de qualité que la jeune femme lui avait montré. Clairement, celle-ci était prête.

"Calmez-vous, Rhiannon. Je ne suis pas ici pour manipuler à ma guise. Mon aide se devait d'être au prix de quelques réactions car rien n'advient du néant."

Resserrant son emprise sur la main paralysée de la jeune femme, il savait néanmoins qu'il lui faudrait quelques secondes de plus pour redevenir elle-même, sans ces hallucinations obligatoires. Si Rhiannon était en proie à ses démons et représentait une réelle menace, ses deux oreilles n'en demeuraient pas moins en alerte. Cruel ou salvateur pouvoir du Cardinal. Après tout, il n'était plus véritablement un guerrier pacifiste mais l'un des quatre fléaux d'Arès. Avec hésitation, il avait repris une parole, tout en jetant un regard aux deux autres personnes ici présentes. Elles venaient de se rendre compte de la beauté de leur échange, celle opposant deux êtres élus par les dieux. Il intensifia son cosmos, suffisamment pour montrer à cette femme l'aura rougeâtre qui l'entourait.

"Vous et moi ne sommes pas si différents comme vous pouvez le constater. Prenez conscience de votre nature et gagnez en maîtrise de vos émotions. Le temps parviendra sûrement à vous éclaircir cet apprentissage, mais nous sommes venus vous chercher. L'heure est venue pour vous de prendre votre envol si tout du moins..."
Un sourire ironique ornait les lèvres du Cardinal. Si un jour, on lui avait dit qu'il se mêlerait de la persuasion effectuée sur les recrues en tant que Cardinal, il en aurait probablement ris. "Vous acceptez de venir nous joindre à nous. Aux autres serviteurs du dieu Arès. Il me semble que vous ayez répondu à son appel...Comme nous autres. Vous ne serez plus seule parmi nous, mais auprès de votre véritable famille."

Il attendait de voir la réponse de la jeune femme. Puis, se tournant vers ses deux collègues, il leur adressa un hochement de tête compréhensif.

"Elle n'a rien et je ne lui ferai aucun mal, n'ayez crainte".

Que pouvaient-ils savoir après tout?


by Versace Xanthe~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Sam 16 Avr - 21:30
Ivresse tenant plus de la folie furieuse que du simple abus de boisson ou autres potions euphorisantes, puissance traversant son corps aussi intensément que si la foudre divine s'était abattue sur elle, telles étaient les deux vagues qui la traversaient avec la force d'une marée des Vives-Eaux. Sous une telle déferlante, elle aurait pu perdre la tête, désespérer mais rien de tout cela ne s'était fait. Rhiannon n'était point de la molle étoffe des damoiselles tout en mousse, loin de là. En elle se mélangeaient la vigueur du chêne, l'obstination du lierre et la souplesse du roseau en plus du parfum capiteux d'une fleur dépassant de loin celui de la plus rarissime des roses. Féminine et ravageuse, elle tenait à la fois de la redoutée Enyo et de l'irrésistible Aphrodite. La Guerre et l'Amour, ensemble sur le champ de bataille, devenaient sa réalité à mesure que les visions traversaient son esprit, réveillant une mémoire faite tantôt d'armes qui s'entrechoquent, de sang et de chair transpercée tantôt d'extase au contact d'un autre corps, chair contre chair, corps mêlés avec la passion la plus ardente. De flamme, de sang et d'amour serait sa vie. Sa vie que Rhiannon comptait bien reprendre. Reprendre ce qui était à elle et garder ce qu'elle avait déjà conquis...

Oui, tout cela doit être possible. Je ne suis pas l'ombre passée des anciennes batailles, je suis la nouvelle héritière d'une mémoire et d'un pouvoir dépassant l'imagination. Dieu m'a guidée et je ne le trahirai pas pas plus que je ne me trahirai moi-même ou ne trahirai ma famille...

Je suis une élue mais je suis et reste aussi Rhiannon.


" Rhiannon... "

Cette voix avait comme fait écho à ses pensées, la ramenant irrésistiblement vers le réveil et le retour à la conscience. Un instant son regard plongea dans celui du jeune homme, passant de l'azur le plus pur, le plus attirant à l'abîme de souffre le plus profond. L'amour, l'attirance, le désir lui collaient à la peau, envahissant son cosmos aussi fortement que la puissance et la violence d'un volcan sommeillant depuis bien trop longtemps. Puis, ce fut sur son poignet que ses yeux se posèrent. Il la tenait, il la tenait. Un soupçon de rage et d'orgueil envahit soudain la guerrière dont l'esprit combatif était mis à rude épreuve mais la raison reprit bien vite le dessus alors que la voix d'Oropher poursuivait. Et à chaque nouveau mot, sa colère descendait. Garder la tête froide même si son corps brûlait de passion aussi bien charnelle que guerrière. La raison devait l'emporter sur les élans du corps et de la chair. Ce serait ses ennemis qui plieraient et non celui qui faisait maintenant partie de ses alliés, ses frères, celui qui la dépassait en puissance à cette heure mais qu'elle accepterait aisément pour chef au vu du présent dont il l'avait honorée.

Don qui fut encore sublimé par l'apparition d'une lumière rouge si proche de la sienne mais encore plus destructrice, tellement plus destructrice.

~ Oui, nous ne sommes pas si différents...

Avait-elle soudain répondu d'une voix transformée, devenue aussi suave que le parfum d'une nymphéa au charme mortel. Le miel et la mort pouvait couler en elle, maintenant, elle le savait, elle l'avait compris. Le cœur était ce qu'elle convoitait le plus, si précieux, si vivant, porteur de tant d'espoir et de tant de souffrance. Tout ce qui passait par le cœur ne cesserait de l'appeler. Elle était l'Assoiffée et la Passionnée.

Et se redressant avec une force neuve tout en battant largement des ailes, accentuant encore l'effet solennel et magique de cet instant, elle lui répondit sans la moindre hésitation.

~ Je vous suivrai donc puisque tel est la volonté de Dieu mais je ne savais point qu'il était dans ses desseins de me faire marcher dans les pas du maître des Guerres.

Et souriant comme pour répondre au timide sourire du Cardinal Oropher, elle ajouta.

~ Même si mon peuple est fier et puissant, maniant les armes avec une vaillance que tous nous reconnaissent et nous envient, je ne peux que me sentir honorée d'avoir attiré pareille attention sur moi. Moi aussi qui suis fière et fidèle, je suis prête à partir mais j'ai aussi une famille dont je ne dois pas me séparer. La Voie de l'Ange me mène vers Dieu mais je ne serai point seule à la suivre tout comme je n'étais point seule à lutter.

Un simple regard vers ses deux compagnons avait suffi à faire comprendre qu'il ns serait pas si aisé que cela de les séparer. Et si Matthias avait gardé le silence, c'était simplement parce que tout était allé bien trop vite et qu'un miracle comme celui auquel lui et Basine venait d'assister méritait d'être savourer avec la plus grande ferveur, ferveur accompagnée de silence...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
OropheravatarArmure :
Cailloux

Statistiques
HP:
82/220  (82/220)
CP:
150/240  (150/240)
CC:
223/305  (223/305)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Mar 3 Mai - 0:56
De ses yeux bleus glacés, Oropher observait la jeune femme se découvrir elle-même avec détermination. Oui, tant de détermination en cette éveillée, tant de potentiels. Tant de tout. Oropher ne doutait pas, en cet instant, que cette dernière obtiendrait rapidement une Cuirasse qui lui conviendrait si seulement elle rejoignait leur rang. Et il n'eut pas à y penser davantage que cette dernière lui accorda son assentiment. D'une étrange manière certes, car de la souffrante elle était devenue femme affirmée. Un mince sourire orna les lèvres du Cardinal lorsque celle-ci eut prononcé ses vœux. Comme une allégeance. Touchante déclaration à ses yeux, pourtant il lui faudrait faire ses preuves face au Pontifex. Face au Seigneur Arès. Avec cette passion qui dévorait normalement les Berserkers avec moins d'intensité habituellement. Ou plutôt, avec moins de sensualité que cette dernière. Une évocation plaisante pour un homme également moins éteint qu'Oropher.

"La fidélité est un premier pas vers une détermination allant au-delà d'une raison trop raisonnée. La Passion, elle, est un deuxième pilier, très chère. Si nous sommes des guerriers parfois avisés, je ne nie pas les vertus des agissements instinctifs pour autant. L'équilibre est une force à prendre avec attention, la Guerre quant à elle apportera la catharsis d'un renouveau. Un instant de paix provisoire mais d'autant plus appréciable que ce temps ne glisse entre nos doigts. Nous rééquilibrons."

Un pas avait été pris en direction de la sortie, lorsque le blond se retourna au même moment. Une dernière volonté était parvenue à ses oreilles, une de celles qu'il n'appréciait guère mais qui avait déjà été vécu au moins une fois par certains Berserkers. Se détacher de ses proches exigeait une volonté qui s'étalait bien souvent dans le temps. Quelque part, au fond des orbes empli de mesures du Cardinal, cela lui faisait repenser à son passé d'antan. Du temps où son jeune neveu vivait toujours. D'un signe de tête, il leur accordait la permission de venir avec eux. Ils pouvaient toujours tenter cela, seul Thivan serait apte à trancher véritablement sur cette question qui lui avait été posée.

"Qu'ils viennent alors, leur place ne dépendra pas de moi en revanche mais du Pontifex, le digne représentant du Seigneur Arès. Je vous escorterai donc jusque chez nous et veillerai à votre protection."


Suite à quoi, il demeurait pour l'heure silencieux mais satisfait. La Famine s'apprêtait à guider une brebis autrefois égarée qui prendrait suffisamment d'assurance avec le temps. De cela il n'en doutait pas, même en constatant la présence de Matteus et de Basine.

A la sortie de l'édifice, Oropher considérait de nouveau les possibilités qu'il détenait entre leurs mains. Pour ce retour, il serait quatre. La tâche n'était pas aisé mais il leur faudrait prendre un peu de recul sur le rythme à tenir durant le trajet. Un animal au souffle puissant et endurant résonnait dans la pénombre.


"Bien, nous pouvons prendre route demain à l'aube, je suppose que cela conviendra davantage à notre groupe actuel. Vergobret est ma monture. Nous irons au village à côté pour vous trouver des chevaux, à moins que vous n'en ayez près de l'Eglise?"


L'homme blond passa la main sur l'étalon blanc qu'il prenait souvent afin de traverser les frontières des terres de la Transylvanie. Vergobret. Le magistrat en celte, ou celui que les druides élisaient dans les villages celtes afin de les guider temporairement. Oropher n'avait que très moyennement connue l'Armorique, mais il gardait les traces d'une enfance passée sur ces terres marquées par des mythes raffinés et bien souvent étrangers pour les Francs.

"Nous partons dons de Francie jusqu'en Transylvanie. Jusqu'au Dédale de Chair."


by Versace Xanthe~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
RhiannonavatarArmure :
Chauve Souris Vampire

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
214/214  (214/214)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Jeu 5 Mai - 18:45
Un vieillard sous la chair d'un efféminé à la jeunesse aussi vigoureuse que trompeuse. Intéressant...

A cette pensée particulièrement plaisante, son sourire s'était plus qu'épanoui. Sous ses dehors de " paysanne " sauvage et mal dégrossie, Rhiannon était loin d'être stupide et encore moins dénuée de toute éducation. La Guerre et la violence étaient si souvent le lot de ces terres qu'elle ne pouvait ignorer ce qu'Oropher lui disait. La teneur de ses propos trouvaient bien un écho en elle même sur leurs vocabulaires différaient suivant l'héritage de leurs passés. Et celui de ce cardinal devait être immense. Sa verve aussi riche que pompeuse en témoignait.

Au moins, Arès sait choisir ses hommes. C'est un signe. Celui de son immense grandeur que l'oubli et la trahison des hommes n'ont point émoussée. Il est la Lame, le Fer de lance mais aussi la Tête et le Bouclier. La raison et l'instinct, tous deux ont en effet leurs places comme les élans du cœur, les passions. Ignorer ses passions revient à s'y exposer de la plus imprudente des façons. Je suis femme et jamais je ne trahirais ma nature féminine. Je suis femme et si je repousse ma féminité, un jour, elle me reviendra pour me frapper en plein visage.

Et baissant les yeux au fil de cette réflexion.

Elle me frappera aussi cruellement que je l'aurai réprimée. Se trahir soi-même est le pire qui puisse arriver. De tous mes ennemis, présents et futurs, moi seule suis la pire...

A moi de veiller à ce que jamais, je n'en vienne à cette extrémité qui non seulement me détruirait mais atteindrait ceux que j'aime plus que tout, présents et à venir. Plus que moi, ce sont les autres qui en seront les plus malheureuses victimes et cela, jamais, je ne l'accepterai.

Aussi certainement qu'Aphrodite a partagé la vie d'Arès et lui a donné de glorieux enfants tels Harmonie, Deimos et Phobos, je suivrai les rêves et les passions qu'elle me soufflera. L'Amour et la Guerre ont été liés et ce serait nuire à mon seigneur que d'injurier celle qui l'a tant honoré.


Ne pas rejeter sa nature et la puissance de ses passions autant que développer ses qualités martiales seraient désormais la voie qu'elle emprunterait pour devenir digne de la place que Dieu lui avait réservée en ce monde.

Le temps qu'elle en finisse avec ses pensées, Oropher avait satisfait à sa requête. La décision finale n'était peut-être pas de son ressort mais rien ne l'obligeait à accepter la présence de ses deux compagnons. Deux êtres qui ne pouvaient apparaître que comme des gênes pour un être à l'apparence aussi froide.

Mais les apparences sont trompeuses.

Percer le secret de cet homme enivrait déjà la splendide rousse. Puisqu'il se présentait comme un de ses supérieurs, il était normal qu'elle s'intéressât à lui. Qui oserait le lui reprocher.

D'autres instants s'écoulèrent, moments sacrés où les trois compagnons, Rhiannon, Basine et le père Matthias partagèrent l'ultime repas de leur ancienne vie. Pour aucun d'eux, rien ne serait pareil. D'ailleurs Matthias avait annoncé dans l'heure le renoncement à ses vœux. Il ne pouvait continuer ainsi...

Décision que la jeune franque respectait. Elle savait que cela coûtait au prêtre de laisser ses brebis mais sa vie était maintenant ailleurs. Auprès d'elle tout comme l'était celle de Basine. Les voies du seigneur sont impénétrables.

Trouver un moyen de locomotion ne serait pas non plus un souci. Le souvenir de Matthias mettrait des années à s'effacer dans la mémoire des villages et immenses fermes alentours. Demander des chevaux ne poserait pas de problème, bien moins que l'état de Rhiannon dont les pouvoirs commençaient à prendre une nouvelle tournure. La lutte la plus éprouvante allait commencer...

Contre qui, cela nul pour l'instant ne le savait...

*****************************

Et lorsque l'aube vint, la rousse jeune femme apparut tel un soleil renaissant aux yeux d'Oropher. Une splendeur qui tenait autant du cosmos qu'elle ne parvenait pas encore repousser au plus profond d'elle, rayonnant tel un soleil rougeoyant, que de sa beauté dont l'éclat ne faisait qu'éclore. Et s'approchant du Cardinal, elle s'inclina avec toute l'élégance que lui avait enseignée ses aînées.

~ Cardinal Oropher, moi et mes compagnons sommes prêts à partir. Donnez l'ordre et nous vous suivons.

Pas une hésitation dans sa voix, juste la douceur et le charme qu'elle avait toujours possédés.
=> Vers le Dédale avec Oropher


- ~ Paroles - Pensées - " transmissions de Pensées " -

- ~ Matthias, Basine et co - ~ Le Cavalier -



Spoiler:
 


Dernière édition par Rhiannon le Sam 21 Mai - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1056-rhiannon
OropheravatarArmure :
Cailloux

Statistiques
HP:
82/220  (82/220)
CP:
150/240  (150/240)
CC:
223/305  (223/305)
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   Dim 15 Mai - 18:23

Prenant le pas de la porte, prêt à rassembler les derniers éléments nécessaires à leur expédition -à savoir, quelques rations suffisantes pour retrouver le village-, Oropher avait quitté la compagnie du trio pour quelques minutes en prononçant toutefois quelques paroles avant de s'exécuter. Il avait pris cet accord pour un vœu, et s'il demeurait suspicieux quant à cette jeune femme, elle montrait néanmoins un premier signe de respect à l'égard de leur dieu. Et cela lui suffisait en des termes formels.

"Je prends ce silence pour un oui, nous partons donc en direction du Dédale."

-------------------------------------------------------------

Une nouvelle ombre de bonne humeur avait orné temporairement les traits du visage du l'ancien roi. A plusieurs reprises, il avait jeté un regard au-dessus de son épaule alors qu'ils prenaient tous enfin la route. Le voyage avait été pour le moins long et Oropher plus silencieux que d'habitude; il n'était pas dans son habitude de se révéler des plus bavards actuellement. Pensif, il l'était assurément; le monde avait son lot de mystères actuellement et le Cardinal...Avait toujours un but. Des problèmes à régler. Des vies à chambouler. Des recherches à faire.

Régulièrement, il passait voir la jeune femme et lui attribuait de quoi améliorer son état. Ses lierres de vie et de mort ne pouvaient être qu'appréciables pour la franque. Usant de son cosmos, Oropher savait que Rhiannon avait eu de la chance. Peut-être était-il à ce moment-ci le mieux placé pour la ramener chez eux. Chez elle.

Sous un grand chêne, il avait vaguement entendu parler des décisions prises par Matthias. Le père avait renoncé à ses vœux, alors que la jeune femme venait de les donner par sa simple présence à ses côtés. L'ironie du sort venait de nouveau de les toucher à n'en pas douter. Et puis, finalement, vint la sombre esquisse du Dédale de Chair; impitoyable, sombre et pourtant animé de ses feux passionnés. De la Guerre.

Le bruit d'un cheval au galop avait résonné dans la plaine. Suffisamment proche d'eux au bout de quelques minutes, étrangement tout aussi essoufflées que son destrier.

"Cardinal de la Famine, c'est un plaisir de vous revoir actuellement, il semblerait que le Pontifex vous ait attendu."


"Bien, prévenez le Pontifex que j'arrive bientôt à lui, je tenterai au mieux de rattraper ce retard."

"Entendu." L'espace d'un instant, il observa longuement Rhiannon et ses deux compères. Finalement, il termina par poser la question tant attendue. "Et qui est-ce?"

Les lèvres closes, Oropher s'était simplement contenté d'un vague "Recrue" prononcé dans sa langue natale avant de continuer son chemin. C'était désormais à la jeune femme de se débrouiller dans ce nouveau monde. Ni attaché, ni détaché, le ton montrait simplement qu'il s'agissait d'une volonté à les emmener au Dédale, une décision dont il prenait pour l'heure l'entière responsabilité. Face à la porte, il signifia à la rousse qu'ils étaient arrivés. Que tout allait commencer pour elle.

"Bienvenue chez vous, Rhiannon. Le Pontifex vous attend, je vous guiderai à lui."


by Versace Xanthe~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
Contenu sponsorisé
Message Re: La voie de l'Ange [libre]   
Revenir en haut Aller en bas
 
La voie de l'Ange [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♀ Laurel Alassan ~ Ange ~ Soldat de l'Equilibre ~ Libre
» † Je me croyais fort, je n'étais alors qu'un ange éphémère. † Vif-Argent|Thanatos & Libre †
» Ange gardien
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Francia-
Sauter vers: