Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Alvis - Le sale gosse de service

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AlvisavatarArmure :
Godrobe de Gamma

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
280/280  (280/280)
CC:
225/225  (225/225)
Message Alvis - Le sale gosse de service   Lun 21 Mar - 18:41
Pseudo
Qui est-il ?



    Nom : Alvis, « Celui qui sait tout » (scandinave)
    Date de naissance : 536
    Âge : 14 ans
    Sexe : Masculin
    Armure demandée : Godrobe de Gamma


Comment est-il ?

    Apparence et Psychologie :

    Je mesure 1 m 60, pèse 46 kg, j'ai des yeux verts qui font peur, avec leur pupille verticale comme celles des serpents, mais qui sont aussi hypnotiques que ceux de ces mêmes reptiles. Mes cheveux sont noirs, très très longs, au moins jusqu'au bas du dos. Je me suis fait une natte alors je ne suis pas bien sûr, et deux longues mèches pendent sur chacune de mes épaules. Je porte souvent des vêtements trop grands pour ma taille étant donné que je les vole, et je ne crains pas vraiment le froid à force de rester tout le temps dehors. Les adultes disent que je suis gringalet et que je finirai bien par geler un jour ou l'autre. Je suis plutôt agile et souple, bon grimpeur et encore meilleur nageur. J'ai quelques grains de beauté sur le visage qui se voient bien : un proche des lèvres, les autres alignés sur l’œil droit. Certains voient cela comme la marque du démon. Je ne fais rien pour démentir, mais je prends soin de moi pendant qu'ils sont trop occupés à me juger. Autant que possible.

    Au début, j'étais naïf. En même temps, difficile de faire autrement quand on a tout à apprendre seul. Tu ne le remarqueras peut-être pas, mais je suis autodidacte. Tout ce que je sais, je me suis débrouillé pour le deviner, ou poser les bonnes questions. Je n'irais pas jusqu'à dire que je suis un génie, mais j'estime avoir plus de mérite que les autres garçons de mon âge. Je suis malin, et d'autres diront fourbe. Tout le monde se méfiait de moi, alors la réciproque est devenue vraie. Et c'est pareil pour la curiosité. Elle m'a d'ailleurs sauvé la vie, je crois. Je comprends la majorité des sentiments humains mais je ne connais pas l'amour, ni l'amitié. J'ai aussi du mal avec les concepts abstraits et affectifs, excepté ceux de trahison et de solitude. Je t'expliquerai plus tard. J'aime regarder la neige tomber, et le bruit qu'elle fait quand on marche dessus. J'aime aussi beaucoup la mer, je crois que c'est à cause de Jor. J'aime la saveur de la viande crue, je la mange d'ailleurs toujours comme ça. J'aime regarder danser les flammes sur le bois mort. J'aime mon nom. C'est moi qui l'ai choisi. Je n'aime pas les armes. Je n'aime pas être pris au piège, avoir faim et le regard que les gens posent sur moi quand ils me voient approcher. J'aime Jor. Je crois que c'est l'être qui se rapproche le plus d'un ami pour moi. Jor, il est comme moi. Tout seul. Abandonné.


Son Histoire


    Aussi loin que je me souvienne, c'était Lala la première à s'être occupée de moi. Elle était laide et grognon. Elle marmonnait tout le temps. Lala, c'était une sorcière. Elle avait un autre nom, plus long, mais je l'ai oublié. Quand j'ai commencé à savoir parler, elle m'a expliqué que mes vrais parents m'avaient abandonné quand j'étais bébé, à cause de ma différence. Je n'ai pas tout compris sur le moment, mais maintenant oui. C'est à cause de mes yeux. Quand les gens me regardent, ils ont du dégoût dans leur regard, parce que je suis un mauvais augure ils disent. Je porte la marque de la fin du monde. Lala, elle disait que c'est aussi un symbole de renaissance. Je ne sais pas si elle le disait pour me consoler ou parce qu'elle le pensait vraiment.

    Donc, Lala m'a recueilli quand j'étais tellement petit que je ne m'en rappelle pas. Elle m'a donné à manger et à boire, des vêtements. Elle m'a un peu appris à marcher mais je me suis vite débrouillé tout seul. Je ne répondais pas beaucoup à ce qu'elle racontait, mais elle marmonnait que dans mes yeux on voyait que je comprenais tout. Que c'était aussi pour ça que les gens me craignaient. Peut-être que c'était pour satisfaire un instinct maternel, ou dans un autre but, mais je trouve qu'elle était gentille avec moi, Lala.

    Et puis un jour, elle est partie. Je veux dire, ils l'ont tuée. Je les ai vus. Je devais avoir 6 ans à ce moment-là. Elle était allée chercher à manger au village, vendre des remèdes de sorcière contre de la nourriture pour la ramener et partager avec moi. Quand elle faisait ça, elle partait longtemps, mais elle revenait toujours avant la nuit. Donc, quand il a commencé à faire sombre, je suis sorti devant sa cabane dans les bois pour l'attendre. Il y avait du blanc partout. Il y a toujours du blanc partout, de la neige. Je commençais à m'inquiéter, elle était en retard. J'étais sur le point d'aller à sa rencontre quand j'ai vu sa silhouette. J'ai souri et j'ai commencé à courir, puis j'ai entendu des cris et je me suis arrêté.

    « Tu portes malheur sorcière ! Reste à l'écart de nos maisons et ne touche plus à nos enfants !
    -Malheur à toi !
    -Ne reviens jamais !
    -A mort !
    -A mort !
    -La sorcière à mort ! »

    Elle a tenu jusqu'à passer la rivière. Personne à part elle ne passait jamais la rivière gelée. Ils avaient trop peur pour le faire. Mais après avoir passé la rivière, elle est tombée, alors j'ai recommencé à avancer pour l'aider. C'est là que j'ai vu les pierres qu'on lui lançait. De grosses pierres, aussi grosses que mes poings. La neige autour d'elle s'imprégnait de son sang mais elle ne bronchait pas. Elle était drôlement forte, Lala. Même ce jour-là. Les gens, des adultes et des enfants aussi, ont continué de lancer des pierres même après qu'elle ait passé la rivière, en lui donnant des noms méchants et en continuant de crier sa mort. J'ai fini par l'atteindre et je me suis mis entre elle et les pierres. Je ne voulais pas la voir saigner. Je savais que ça faisait mal, de saigner.

    « Laissez Lala tranquille ! »

    Il y a eu un instant de silence terrible. Les villageois se sont d'abord interrogés sur mon identité, et je les entendais murmurer entre eux. Pour être sûrs. Pour ne pas commettre une erreur. Le jour déclinait mais il y avait encore assez de lumière pour distinguer les visages, et les yeux...

    « C'est l'enfant maudit ! Il a survécu ! »

    J'ignorais encore ce que voulait dire le mot malédiction à l'époque. J'ai commencé à comprendre quand une nouvelle pierre s'est écrasée sur ma joue sans prévenir. Un enfant maudit, c'était quelqu'un qu'on n'aimait pas, assez pour vouloir lui faire mal. Lala s'est relevée pour m'attirer dans ses bras et me protéger de sa propre chair, pendant que j'essayais de comprendre ce qu'il m'arrivait. Pendant de longues minutes encore les villageois ont continué, puis ils se sont lassés, puis ils sont partis. Je sentais la chaleur du sang de ma protectrice qui coulait sur mon corps sans s'arrêter, ses bras qui faiblissaient autour de moi, j'entendais les battements de son cœur ralentir.

    « Ils ne savent pas combien ils te devront un jour. Ils ne connaissent pas ton destin. Retiens de ce que tu viens de voir et souviens-toi de ne jamais faire confiance à ceux dont le cœur est tiraillé par la haine. »

    C'est la première fois de ma vie que j'ai pleuré depuis qu'on m'avait abandonné. Lala a rendu son dernier soupir dans mes bras. La neige tombait autour de nous, mais elle était rouge sous mes pieds. Et la sorcière s'est effondrée à côté de moi.

    « LALAAAAAAAAA! »

    Je suis resté longtemps à côté d'elle, ne sachant pas quoi faire. Isolé de la civilisation, je ne savais pas qu'on enterrait ou qu'on brûlait les morts. J'ai donc serré la vieille femme laide et grognon dans mes bras, et j'ai su que les villageois reviendraient tuer l'enfant maudit que j'étais. Je l'ai laissée là où elle était, libre de nourrir les charognards et de pourrir près de l'endroit où elle avait si longtemps vécu. Je suis retourné dans la maison et j'ai pris tout ce qui m'a semblé utile : vêtements, vivres, une amulette et une dague sacrificielle. Je l'avais souvent vue l'utiliser. Il me fallait quelque chose pour me défendre aussi, je n'avais pas les griffes des ours ou des loups.

    J'ai fui comme un voleur. Au début, je ne savais pas où aller, comment survivre. J'ai tourné en rond pendant des jours, affamé. Je buvais dans les rivières mais j'étais incapable d'attraper du poisson ou du gibier. Je me jetais sur les carcasses que d'autres prédateurs avaient délaissées avant moi, parfois sur des fruits ou des légumes. J'ai essayé l'herbe comme les lièvres, mais ce n'était pas bon. Et puis j'ai fini par me rapprocher d'un village pour voir ce que faisaient les villageois. Rusé et habile, je me suis mis à voler. Je me suis fait apercevoir souvent, et les gens savaient que c'était moi, mais je réussissais à m'enfuir. Avec le temps, j'ai gagné en adresse. Je suis devenu plus silencieux. Plus rapide. Plus assuré. Je n'étais ni sauvage, ni apprivoisé, à mi-chemin entre la solitude totale et la socialisation avec mes semblables. Je ne savais pas chasser, ni cuisiner. J'étais un rebut. Je l'ai toujours été.

    Un jour que j'échappais à mes poursuivants, je me suis réfugié sur le toit d'une chaumière plus vaste que les autres, et mon poids léger m'a permis d'y rester longuement sans être vu, sans passer à travers. J'avais peut-être huit ou neuf ans. J'ai entendu une voix douce et calme qui lisait une histoire. Elle s'est mise à expliquer l'alphabet, la lecture. Je n'ai pas tout compris, mais savoir que j'avais tant de connaissances en moins que ceux que je volais m'a blessé. Il fallait que j'apprenne. Que je connaisse mon ennemi. Que je connaisse ma race. Je suis revenu chaque jour, et j'ai trouvé un espace suffisamment large entre les brins de chaume pour regarder. Sans le savoir je venais de m'inscrire à l'école.
    Quand j'ai su lire à peu près seul, j'ai même volé un ou deux manuels abandonnés sur une table après la classe. J'étais en retard par rapport à mon âge bien sûr, mais ma curiosité m'a rendu encore plus malin et difficile à poursuivre, je savais plus de choses, j'esquivais les pièges.

    Je me suis aventuré plus loin du village. Je voulais essayer de traquer de faibles animaux pour entraîner mes aptitudes de chasseur. Mais un étrange phénomène se produisait chaque fois que j'approchais une proie. Loin de s'enfuir, elle s'immobilisait et me regardait fixement. Encore jeune, je croyais bêtement que ces animaux comprenaient quand je leur expliquais que j'étais placé plus haut dans la chaîne alimentaire, et que j'avais besoin de leur chair pour survivre. Ils se laissaient faire. Hypnotisés. Dans ces moments-là, je sentais une force grisante parcourir mon corps, une force que sans le savoir j'avais éveillée le jour de la mort de Lala, face aux villageois. Ils s'étaient arrêtés sur mon commandement. J'aurais pu les tuer comme ces bêtes dont j'abrégeais les souffrances d'un coup de dague en travers de la gorge ou de cœur. J'aurais pu les dépecer et manger leur chair crue de la même manière, et que c'était bon la chair crue ! Mais... nous étions de la même race. Et je n'y ai tout simplement pas pensé à ce moment-là.

    J'ai continué à suivre des leçons à l'école, et à m'aventurer à l'extérieur. A la différence des autres enfants, j'avais du temps libre à dépenser et personne pour m'en empêcher. J'ai exploré la région à tel point que j'en connaissais le moindre sentier, la plus petite grotte, le plus vieil arbre... et c'est ainsi que je découvris un cercle de pierres. A première vue, il m'avait paru normal, mais ma curiosité -ou le destin?- me poussait à aller voir de plus près, à ne pas me fier qu'à un vague regard. C'est ainsi que je trouvai des runes. Je ne savais pas les lire, mais je me doutais qu'elle n'avait pas atterri là par hasard. J'ai dégagé le lierre et les plantes qui recouvraient la structure, et là j'ai trouvé, au centre de l'étrange ensemble, un symbole que j'avais vu une fois dans un livre sans y prêter attention.

    « Ouroboros... »

    Gagné par l'excitation, j'ai cessé de me méfier pour m'en approcher et la toucher. Et tout à coup...

    « Qui es-tu?
    -Woah ! Une pierre qui parle !
    -Qui es-tu?
    -Le petit de Lala!
    -Qui est Lala?
    -La sorcière bien sûr ! Et toi, qui es-tu?
    -... Je sssuis Jormungandr. Dis-moi ton nom.
    -Hum... Je me souviens pas qu'on m'en ait donné.
    -Un humain sssans nom?
    -Voilà !
    -Intéresssssant.
    -Et toi?
    -Moi ?
    -Qu'est-ce que tu es?
    -Je sssuis Jormungandr. Le ssserpent-monde. Tu ne connais pas ma légende?
    -On m'a abandonné quand j'étais tout petit. Lala n'a pas eu le temps de m'apprendre et j'espionne l'école. Alors je connais des choses, mais pas toi. Raconte!
    -Tu veux vraiment connaître l'ennemi d'Odin ?
    -C'est quoi, Odin?
    -...
    -Hé ! C'est quoi Odin ? Dis-moi!
    -Tu devrais t'asssssseoir, ccc'est un peu long. »

    C'est ainsi que je fus initié aux mythes d'Asgard et informé du terrible sort de Jormungand. Comme moi, on l'avait abandonné petit, jeté à la mer et laissé grandir sans se soucier de lui. Ce que les dieux n'avaient pas prévu, c'est qu'il deviendrait si grand qu'il mesurerait le tour de Midgard, et que son rôle dans Ragnarök n'en était pas diminué pour autant. Jor avait un frère, Fenrir, et une sœur, Hel, deux autres créatures comme lui, différentes. Fenrir était un grand loup des glaces, destiné à tuer Odin. Hel régnait sur la frontière entre le monde des vivants et Helheim, le premier niveau de celui des morts. Loin de m'effrayer de tout cela, j'éprouvais de plus en plus de sympathie pour cet être scellé et privé de la beauté du monde. Il m'a même aidé à choisir un prénom pour moi ! J'ai choisi Alvis, « Celui qui sait tout » en langue ancienne, parce qu'un un jour je saurais tout ce que j'ai raté quand j'étais petit.
    Jor m'a patiemment expliqué que je n'étais pas assez fort pour détruire le sceau divin qui le tenait pour le moment prisonnier, mais que j'avais une grande force en moi, un potentiel appelé « cosmos » que je pourrais déchaîner en devenant un guerrier divin. Il était à mes yeux ce qui se rapprochait le plus d'un ami, même si j'avais du mal à comprendre ce que c'était, et j'ai donc décidé de l'aider. Plusieurs années ont passé, et j'ai complété ce que j'entendais à l'école par les réponses que me donnait Jor quand je l'interrogeais. Je crois que ça lui faisait du bien de parler à quelqu'un, même scellé...

    Constatant que je devenais plus fort, plus grand et plus intelligent malgré ma solitude, il a fini par me dire que je pourrais changer ma condition.

    « Tu ne peux pas encore me libérer, mais je vais te donner ce que je peux de mon pouvoir, et tu vas devenir un guerrier divin. Pour le moment, tu seras forcé de te mettre au service d'Odin, mais tu seras déjà respecté grâce au cadeau que je vais te faire. Et j'espère que tu n'oublieras de revenir le moment venu. »

    Ce jour-là, Jor ne m'a pas laissé beaucoup parler ou poser de questions. Une vive lumière est sortie du sol à côté de la pierre d’Ouroboros et une boite en est sortie. La boite s'est ouverte à son tour pour laisser apparaître une sorte de serpent en métal. Une Godrobe taillée à l'image de Jor.

    « Rends-toi au Palais du Valhalla. Ma Godrobe te protégera et te guidera. Quand tu y seras, prends la place qui te revient, deviens plus fort, assez fort pour me délivrer un jour. Je t'attendrai.
    -Mais Jor...! »

    La pierre s'est soudainement brisée sous mes mains, et il y a eu comme une énergie qui m'a traversé de part en part, ainsi que l'armure. Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé, mais Jor n'a plus répondu quand je l'appelais. J'étais encore tout seul. Mais cette fois, il m'avait dit quoi faire. J'ai donc rebroussé chemin jusqu'au village, et cette fois je ne me suis pas caché. Mon instinct me disait que ce n'était plus nécessaire. Les gens, alors, au lieu de me lancer des pierres, m'ont regardé passer avec des yeux si grands qu'on aurait cru qu'ils allaient sortir de leur crâne. La Godrobe me suivait effectivement, comme animée de sa propre volonté. Elle semblait voler à mes côtés. J'ai demandé le chemin du Palais comme si de rien n'était et je suis parti. Pendant des jours, j'ai marché, marché, marché encore. Je n'étais jamais allé aussi loin. Et enfin, j'ai vu une grande statue au loin, en haut d'une grande vallée, derrière de très hautes portes.

    Quand je suis arrivé à l'entrée, personne ne m'avait arrêté. J'ai vu des loups à dans la plaine et leur ai demandé comment allait Fenrir. Ils n'ont pas répondu mais ils n'ont pas attaqué non plus. Tout en haut, il y avait des gardes. Ils avaient des expressions tellement surprises que j'ai eu le temps d'arriver devant eux sans qu'ils ne bougent. J'étais essoufflé -la pente était raide-, j'avais soif, faim aussi, j'étais fatigué.

    « Bienvenue au Palais du Valhalla ! Petit, tu... tu es un Godwarrior ?
    -Un qu... ? »

    Je n'ai pas eu le temps de demander que la Godrobe s'est mise à briller à côté de moi. Elle s'est soudain détachée en morceaux et ajusté sur mon corps. Je la croyais trop grande, mais en fait c'était comme si elle avait été taillée pour moi ! Je n'en croyais pas mes yeux, et je pense que les gardes non plus. Ils m'ont aussitôt ouvert la porte. Dans le palais, un prêtre est venu m'accueillir. Il disait qu'il m'avait sondé et qu'il me reconnaissait comme le porteur de la Godrobe de Gamma. Mon expression devait bien montrer que je ne comprenais rien à tout cela car il a écourté avant de me proposer de me reposer et manger. Là, j'ai tout de suite accepté !

    Et donc, je me retrouve à participer à ce qu'ils appellent un « banquet », puis à dormir sur un « lit » avec un « oreiller » et une « couverture ». C'est doux et chaud ! Ça a l'air chouette, la vie de God warrior. Le prêtre a dit qu'il m'apprendrait des choses plus tard, pour compléter mon éducation. S'il croit que je vais le laisser m'emmener où il veut... Mais pour dormir, ça oui. Je tombe de sommeil.

    J'ai le sentiment que Jor veille sur moi. Alors tout va bien.


Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 22
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]Kamigami no Asobi[/b] → [i]Loki Laevatein[/i] est [b]Alvis[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Vous verrez bien.
    Comment avez-vous connu le forum : On m'a invité.






Dernière édition par Alvis le Lun 21 Mar - 19:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t824-alvis-l-ouroboros-gamm
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   Lun 21 Mar - 18:52
J'ai décidé que tu serais mon Roméo. Non négociable °_°. Bienvenue !




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   Lun 21 Mar - 19:05
(regarde l'armure de gamin euh gamma, euh elle est rétractable?)

Edit : Cassios l'aurait jamais eu, vu que Seiya était destiné à l'avoir, ZBAF.


Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.




Dernière édition par Silas le Lun 21 Mar - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
AlvisavatarArmure :
Godrobe de Gamma

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
280/280  (280/280)
CC:
225/225  (225/225)
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   Lun 21 Mar - 19:12
(Comment il aurait fait Cassios s'il avait eu celle de Pégase hein ? Hein ?)

PS : N'empêche que.




Dernière édition par Alvis le Lun 21 Mar - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t824-alvis-l-ouroboros-gamm
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   Lun 21 Mar - 19:15
Bienvenue !

Bon courage pour ta présentation !



Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
AlvisavatarArmure :
Godrobe de Gamma

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
280/280  (280/280)
CC:
225/225  (225/225)
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   Lun 21 Mar - 19:49
Sauf oubli de ma part, c'est tout bon.

Edit : Est-ce que c'est possible de me tamponner quelque part les 25 XP bonus pour les Ases ? J'ai déjà fait l'expérience sur un autre forum qu'il vaut mieux garder une trace officielle quand on se fait valider.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t824-alvis-l-ouroboros-gamm
LiaoavatarArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   Lun 21 Mar - 19:54
Bienvenue sur le forum, et bonne chance pour la validation.

Pour l'XP ne t'inquiète pas, elle sera ajoutée et dans le pire des cas, tu pourras en faire la demande. Elle sera ajoutée.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   Mer 23 Mar - 2:10
Alors alors, tout d'abord bienvenue à toi ! Et merci d'avoir prit un Ase, on en manque terriblement, mais je suis sûre que le petit bonus donne envie hé hé Razz

Ensuite, et bien je n'ai pas grand chose à redire de ta fiche sinon que ton personne semble plutôt marrant, mais je lui conseillerais de faire gaffe, les pro Serpent de Midgard chez Odin, c'est pas forcément bien vue Razz Mais sinon, je te valide, tu obtiens 18 PC et 5 en éveil pour ta fiche.

Bon jeu parmi nous !

Note : je me permets de te rappeler que la GodRobe de Gamma n'est disponible que depuis l'event à Kiev, donc fin mai. De fait, tu n'es pas GodWarrior depuis très longtemps ! C'était juste pour la petite info Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
Contenu sponsorisé
Message Re: Alvis - Le sale gosse de service   
Revenir en haut Aller en bas
 
Alvis - Le sale gosse de service
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche une colocataire pour sale gosse
» Wanted: quelqu'un pourra-t-il dompter ce sale gosse ? 8')
» [Terminé] Une bien mauvaise surprise || ft. Trevor
» • Raphaël - Avant j'étais gentil, mais ça c'était avant.
» [TERMINE]live is life ~ [PV Eiji -le sale gosse- Kimihiro]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: