Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   Mer 30 Mar - 18:26
Andhrimnir
Qui est-il ?


    Nom : Andhrimnir.
    Date de naissance : Vers l'an 300 de l'ère commune.
    Âge : Environ 250 ans.
    Sexe : Homme.
    Armure demandée : Godrobe de Nu (Heidrun).


Comment est-il ?

    Immortel. Voilà un mot qui résume assez bien tout l'être qu'est Andhrimnir, une homme qui par choix et par chance a décidé d'accepter un cadeau divin qui guide, encore aujourd'hui, sa vie. Pourquoi il a fait ce choix ? Lui même ne sait plus aujourd'hui, comme beaucoup d'autre choses. Son passé est donc tout aussi vague, comme s'il avait été gommé par endroits, totalement au hasard. Parfois avec chance pour des moments douloureux de sa vie, parfois avec tristesse lorsqu'il ressent de la mélancolie, un sentiment heureux et qu'il ne parvient pas à remettre une date, un lieu, une personne ou une situation dessus. Comme une malédiction, les cadeaux divins sont souvent accompagnés de vices cachés qu'ils se gardent bien d'apprendre aux hommes. Il a donc traversé des villes et de vies, inlassablement, constatant autour de lui les plus odieux travers de l'homme en général mais pas que. Ceux des dieux eux même étaient pires. Même Odin, le Dieu des Dieux aux yeux d'Andhrimnir. Oui, même lui. Et si aujourd'hui il est encore à son service et le sera pour l'éternité ce n'est que pour un raison. Unique. Précise. L'immortalité. La Boisson des Ases créée par le mélange de son Cosmos et celui de l'armure protectrice d'Heidrun sous la protection de l'étoile de Nu que le Dieu lui avait accordé. Cette boisson qui le rendait non-mourant, désormais désaffecté par la maladie qui condamnait l'humanité sans cesse : la vie. Gloire à Odin comme il le disait si bien. A drive vrai il est difficile de lister tout ce qui exècre réellement le Guerrier Divin tant cela prendrait du temps. De la même manière les choses qu'il apprécie sont tellement rares et peu nombreuses qu'il faut passer un certain temps pour en trouver ne serait-ce qu'une seule. Une chose est sûre : Athéna et ses chevaliers sont sa cible première, son sang bouillonne rien qu'en sentant le Cosmos de ces êtres. Sa défaite en 531 est encore bien gravée dans sa ma mémoire contrairement aux autres batailles. Il vit donc dans un cycle, actuellement dirigé par sa rage et sa haine envers le Sanctuaire, toujours prêt à défendre son Dieu mais... si l’opportunité se trouve devant lui de punir un de ceux qui on eut l'honneur de le mettre à terre il y a des années il ne ne se priverait pas. Sa colère était, aujourd'hui, presque aussi grande que sa foie envers le Dieu des Dieux.

    Immortel. Même en son apparence il l'est. Ce ne sont pas ses 250 années passées sur cette terre qui auraient pu le marquer, non, il était toujours le même que lorsqu'il avait enfilé cette armure sacrée pour la première fois. Jeune. Beau. La peau légèrement mate du fait de ses origines qu'il ne connaissait plus. Ses yeux d'un bleu glacial, peut être le seul changement que la Boisson des Ases avait prodigué sur lui, les siens étaient d'un vert émeraude par le passé, cela il s'en souvient. Ses cheveux, blancs, pas aussi purs que la neige non, un blanc délavé, tendant vers le gris. Il en a toujours été ainsi dans ses souvenirs mais aujourd'hui il étaient longs, arrivant à la mi-cuisse. Ils n'avaient pas toujours été ainsi mais ses longues années de repos on veillées à les faire pousser. Un homme de taille moyenne, pour un homme du nord en tout cas, un mètre quatre vingt, une musculature toute aussi nordique, un corps ravagé par les traces du passé. Nordique, encore. Il n'avait pas à rougir de sa stature ou de son physique, non, seulement les apparences sont trompeuses. L'immortalité n'offre pas tout, les blessures apparentes ne sont que le reflet de celles à l'intérieur, il le cache, sa seule honte, sa seule bêtise. Ses défaites.


Son Histoire

    Le réveil était difficile, comme à chaque fois d'ailleurs. Pouvait-on réellement parler de réveil d'ailleurs car il ne dormait pas. Pas réellement. Le mot était le bon : réel. Se muscles étaient encore endoloris, il devait se mouvoir lentement, se réhabituer à bouger. Lentement. Commencer par le cou comme à chaque fois, des petits mouvement. La droite. La gauche. Puis les bras, vers le haut d'abord et profitant geste il s'étirait, faisant craquer ainsi son dos vertèbres par vertèbres. Puis le soupir, certainement un léger soulagement et les bras retombaient lentement le long de son corps. Il se relevait ensuite non sans peine, planquant l'un de ses bras contre sa poitrine, comprimé par l'autre. Puis l'inverse. Vient ensuite le meilleur moment, le moment de la perfection. Il la voyait face à lui, cette armure sous sa forme originelle, celle d'une chèvre, LA chèvre. Heidrun. Son bleu glacial rappelait les terres gelées qui l'avaient vu naître. Il prenait en main le casque qu'il retournait, le tenant par ses cornes fermement, il était temps. Quelques prière et une communion avec l'armure plus tard et voilà que la Boisson des Ases était là. Il remercia Odin en levant la coupe avant de s'en abreuvoir seul. D'une traite. Là était la fin de son petit rituel de réveil. Toujours le même. La suite, elle, était différente à chaque fois...

    Lorsqu'il hibernait, car c'était plus proche de ce genre de fonctionnement, il semblait rêver ou tout du moins des souvenirs revenaient, toujours des souvenirs, jamais l'avenir, jamais de l’imaginaire. Juste le passé. Les morceaux. Certainement le dernier espoir de pouvoir ainsi se souvenir de l'histoire, son histoire. Être immortel avait ses bons côté comme le fait de ne pouvoir réellement mourir simplement mais possédait un bien puissant revers : l'homme n'était pas fait pour vivre ainsi, ils ont été faits de telle manière qu'un jour leurs êtres, leurs corps, leurs pensées, leurs souvenirs... tout cela devait disparaître ou être transmis. L'age s'accumulant les capacités cérébrales d'Andhrimnir ont du mal à emmagasiner tout ce qu'il a pu voir ou faire. Ressentir. De fait son passé s'efface par endroit et ainsi le détache peu à peu de ses racines, de ce qui fait de lui un homme à part entière. Ce n'est pas plus mal, ainsi il s'approchait plus de son désir que de sa condition : Immortel au service d'Odin.

    Chacun de ses réveil arrivait de manière inopiné, il n'y avait aucune forme de récurrence. Parfois il s'endormait pendant presque une année, parfois juste une journée. Une semaine. Un mois. Une heure. Le temps dépendait de bien des facteurs comme son état physique, le plus impactant, ou bien même ses pensées, les événements qui venaient d'avoir lieu. Le plus dur était parfois de retourner ici, dans ce lieu qu'il considérait comme sacré, cette grotte derrière une cascade souvent glacée, cet endroit qu'il gardait jalousement caché non loin de la statue du Divin Odin, dans entrailles de la colline qui la soutenait.

    ~ 450 – Souvenirs de ~ 400


    Nous voilà donc non loin de l'an 450 et Andhrimnir quitte son sommeil non sans douleurs. A son réveil les souvenirs les plus marquant furent ceux, ironiquement, d'un de ses réveil passé. Celui organisé involontairement par une Prêtresse de Polaris, en personne, autour de l'an 400. Comment n'aurait-il pas pu sourire en cet instant tant la scène était belle. Quand ? Il ne s'en rappelait pas. Comme souvent. Il était assis à sa place, sur ce petit piédestal où il laissait filer le temps alors qu'il se renforçait lentement suite à ses batailles. Comme bien souvent il était dos à l'entrée de sa tanière et face à son armure mais cette fois quelque chose n'allait pas. L'armure semblait vibrer et de manière tellement forte que ce fut elle en fait qui le sortit de sa torpeur. Cette fois là il n'avait pas eu le temps de revigorer son corps correctement, la situation était grave et il devait agir dans l'urgence : l'armure voulait partir. Impossible. Inadmissible. Ne pouvant bouger correctement en cet instant il laissa son Cosmos parler pour lui, emplissant lentement la caverne alors qu'il fixait d'un regard grave, presque agressif, son armure protectrice. Il allait l'empêcher de parti, quoi que cela puisse lui coûter : elle était à lui, c'était SON cadeau Divin, sa fierté. Son être.

    - D'où tu crois partir comme ça hein ! TU RESTES LA !

    Son cri était plus proche du rugissement en cet instant et son énergie se déchaîna telle une tempête pour tenter de calmer l'envie de l'armure. Elle n'avait aucun droit de le quitter, seul sa mort le permettrait et pas de chance ce n'était pas prêt d'arriver. Pourtant il l'avait côtoyée déjà et plusieurs fois même, au sol, en sang, le corps ravagé par les combats... Mais jamais elle n'avait voulu de lui, comme si le don d'Odin s'étendait à plus qu'une vie longue et infinie. Certainement de la chance, ou le destin. Aucun ennemi n'avait pris sa tête ou son cœur après tout.

    - Mais je m'en fous, de quoi tu... Ah bon parce que c'est pas toi peut être qui... Ouais ouais c'est ça, tu vas me faire croire que y'a quelqu'un là dehors... Meuh oui ! Bien sûr ! RESTE LA J'TE DIS !

    Dernier coup de semonce, son Cosmos était désormais des plus agressif ; Son armure était peut être une simple chèvre mais le tempérament du Guerrier Divin lui était plus proche de la bête sauvage. D'un dragon. Car sauvage il était, reclus dans sa grotte, seul. Tellement seul qu'il conversait avec son armure. Oh oui. Pas comme les chevaliers ordinaires non, qui eux parlaient sans réel retour, juste des échanges d'énergies et de ressenti. Non. Lui il conversait vraiment. Mais seul. Certainement que son armure émettait certaines choses qu'il ressentait mais lui entendait plutôt des voix totalement factices, certainement un moyen comme un autre de na pas sombrer dans une profonde folie... si ce fait n'en était pas déjà une. Et l'armure avait raison, elle ne voulait pas partir d'où ses tremblements d'ailleurs, elle se retenait. Quelqu'un l'appelait là dehors mais qui ? Lentement, toujours en colère tant par son réveil que la cause de ce dernier il tourna sa tête pour avoir en visuel l'entrée de son antre. La personne qui avait osé allait venir, il en était sûr et s'il voulait l'armure il allait devoir battre car jamais, non JAMAIS, il ne la laisserait partir.

    Il avait eut le temps d'effectuer son rituel en entier et s'était replacé son son rochet mais cette fois tourné vers la cascade qui aujourd'hui n'était pas de glace mais d'eau bruyante. Il attendait, la personne, le criminel, l'enfoiré qui tenait de lui voler son armure allait arriver. Et bien évidement il ne s'était pas trompé, déjà la cascade se scindait en deux. Pitoyable se dit-il, les hommes sont bien tous les mêmes, avides, aveugles... Des crétins. Même si quand il parlait d'homme il pensait plus à l'humanité en général il ne s'attendait pas à ce que ce soit une femme qui vint le trouver. Une femme ? Mais pourquoi, pourquoi voulait-elle son armure ? Elle n'avait pas l'air d'être un Guerrier Divin, une telle robe... Non clairement pas.

    - Alors comme ça c'est toi qui...
    - Tais-toi ! Qui es-tu pour oser m'adresser la parole ainsi, pouilleux ! Que fais...
    - Eh oh c'est toi qui va la fermer d'abord ! De un j'suis pas un pouilleux mais un Guerrier Divin d'Odin et de deux pourquoi tu veux voler MON armure ?
    - Que... Mais... Comment te permets-tu de... Mais... Attends, as-t bien dit ton armure ? Es-tu le Guerrier Divin de Nu ?
    - Qu'est-ce que je ferais ici avec l'armure sinon hein ?

    En seule réponse il n'eut le droit qu'à un pied dans sa tête. Violente. Forte, beaucoup plus qu'elle n'y paraissait et avec un caractère spécial, une Prêtresse de Polaris comme il n'en avait jamais vu. Car oui c'était la Prêtresse, en personne, qui venait de placer son pied sur son visage. Lorsqu'il chuta en arrière il eut le temps d’apercevoir son fameux sceptre, le signe qu'elle était belle bien cette personne. Une fois au sol il ne put que se sentir coupable de ne pas avoir mieux regardé celle qui arrivait, il venait de porter un affront à la représentante de son Dieu. Sa punition avait déjà commencé par son geste mais il savait que ce n'était que le début... Pour de telles paroles des hommes du passé ont eu la langue coupée si ce n'est pire parfois. Il s'arrangea donc pour faire une roulade arrière comme il pouvait, sans réelle grâce, avant de se retrouver à genoux face à celle qu'il venait d'offenser sans le vouloir... réellement.

    - Pardonnez mon comportement Prêtresse, je n'avais pas vu que...
    - Que quoi ? Tu paieras pour ce que tu as osé me dire crois moi mais nous n'avons point le temps, nous avons un problème plus urgent. L'armure est promise à quelqu'un, il a prouvé sa valeur lors d'un valeureux combat et...
    - Prêtresse pardonnez-moi encore mais cette armure est mienne depuis... hum... bientôt 80 ans je dirais. Je ne laisserais personne me la prendre. Pas même vous.
    - Que dis-tu ? C'est impossible ! Tu mens tu n'es qu'un... jeune homme...
    - Demandez donc au conseil ou même à Odin lors de vos prières si vous ne me croyez pas... En tout cas si votre « Valeureux combattant » veut mon armure qu'il vienne, je l'attends.

    La suite est assez simple. Il s'est prit un coup de sceptre sur la tête. La Prêtresse de ce temps n'était pas très... enfin... comme les autres qu'il avait connu. Violente, colérique, réglant ses problèmes avec les poings. Une vraie terreur. Si bien qu'il n'eut rien de plus comme réprimande ou autres punitions sur l'instant. Bon quelques gifles d'accord. Et des coups de sceptre. Ils sortirent de la grotte ensemble, lui derrière elle vêtu de sa belle armure, suivant celle qui s'était accordée à le punir souvent par la suite. Très souvent et physiquement. Mais au fond elle était juste, elle ne le faisait pas devant les autres Ases, ainsi il n'était pas devenu la risée de ses camardes de combat. Quant au prétendant à l'armure eh bien... Il n'a pas gagné son combat contre l'Immortel. Dommage pour lui.

    ~ 490 – Souvenirs de ~ 320


    On ne contrôle pas tout même lorsque l'on est Immortel... Peut être même plus dans ce cas d'ailleurs, les choses défilent tellement que l'impact que l'on semble avoir sur le monde semble réduit. Infiniment réduit. C'est peut être en approchant de cette existence que l'on se rend compte de l'insignifiance de l'homme sur cette Terre. Ainsi les souvenirs sont placés à la même école. Incontrôlables. Aucun impact direct sur ces derniers. Vers 490 le souvenir de son réveil fut celui de son maître mort en 320. L'ancien porteur de l'armure d'Heidrun. Sa sortie d'hibernation n'était, cette fois, pas des plus agréable.

    Eldh était son nom, ce vieil homme qui avait tout appris à Andhrimnir, tout ce dont il aurait besoin pour porter un jour une Godrobe d'Odin. Un vieil homme oui, qui avait plus de trois cent ans. En tant que porteur de l'armure de Nu avant lui, il avait reçu la grâce d'Odin : la Boisson des Ases. Pourtant ce dernier était sur la fin. Trois cent années passées sur terre et il semblait vieux, bien différemment de son élève qui deux cent cinquante ans plus tard paraissait toujours aussi jeune. La raison était simple : Eldh était bon, de tout son être il n'aspirait qu'à la bienveillance et surtout celle des siens, de sa famille. Ainsi il partageait autant que possible la Boisson des Ases, avec certains guerriers mais surtout et avant tout avec ses proches. Les pouvoirs de ce breuvage ne sont pas illimité, ainsi si il vient à être partagé avec d'autres personnes il perd sa capacité pour ne donner qu'un longévité certaine. L'apparence d'Eldh ne faisait aucun doute, son visage se ridait de plus en plus, ses cheveux et sa barbe perdaient de leur éclat. C'était d'ailleurs un le conflit principal entre lui et Andhrimnir qui le suppliait d'arrêter de donner à tout va ce qu'Odin lui avait confié mais il l'écoutait rien.

    - Andhrimnir... Ton cœur est jeune tu ne peux comprendre...
    - Mais maître ! Odin vous offre un présent... inestimable ! Et vous, vous...
    - Oui il m'a offert un présent, celui de pouvoir avoir ma famille auprès de moi chaque jour... Dis moi, que ferais-je de ma vie s'ils n'étaient plus là hein ? Odin est un dieu bon Andhrimnir. Il sait...
    - J'en ai marre. Assez pour aujourd'hui ! A demain maître.

    C'étaient là les derniers mots qu'ils avaient échangé, les mots d'un élève inquiet qui ne comprenait pas la volonté de son maître. Il ne pouvait le comprendre de toute manière lui qui ne voyait qu'Odin dans sa vie. Qui n'avait que le Dieu des Dieux auprès de lui. Il lui tourna le dos et quitta en courant, quittant la demeure d'Eldh. Le soir même il était mort, son cœur s'était arrêté dans son sommeil. Ses proches lui survécurent une année seulement, ses enfants étaient déjà vieux et le manque de l'armure avait été lourd pour eux. Andhrimnir n'a pas succédé à son maître, non, pas directement. Son maître lui avait toujours dit que s'il venait à mourir un jour alors qu'Andhrimnir n'était toujours pas devenu un vrai Guerrier Divin l'armure lui reviendrait à une condition : qu'il parte à la découverte d'un endroit secret, celui là même où Eldh effectuait la cérémonie de la Boisson des Ases. Sans cela jamais l'armure ne pourrait l'accepter.

    Il a passé cinq années à rechercher le lieu, cinq années entières depuis la mort de son maître sans jamais le trouver. Ses proches n'étaient plus et n'avaient pu l'aider de toute manière, il semblait que le vieil homme était bel et bien le seul à connaître cet endroit secret. Pourtant il ne pouvait être bien loin, le maître ne partait presque jamais, ménagé par la prêtresse qui l'avait affecté à la protection d'Asgard, et uniquement cela. Andhrimnir lui persistait, il avait refusé l'armure de Kappa à plusieurs reprise, la prêtresse jugeait que son tempérament était juste pour cette Godrobe mais non. Il persistait à vouloir entretenir la volonté de son maître d'une certaine manière et était certainement appâté par le secret de l'armure. Avidité. Encore un des travers de l'homme...

    ~ 547 – Souvenirs de ~ 531


    La douleur. Elle était présente, toujours plus présente à chaque réveil. Malgré ses précautions pour éveiller chaque partie de son corps en douceur il souffrait. Les blessures qui lui avaient été infligées cette fois étaient grave, si profondee que même quinze ans plus tard il n'en était pas remis. Pas tout à fait. Pire encore, il le savait : il ne s'en remettrait jamais totalement, tant physiquement que mentalement. Oh des défaites il en avait accusé, de même qu'il avait célébré de nombreuses victoires mais le temps faisait son effet, lentement il atténuait les joies et les pleurs. Cette fois la douleur était grande à l'intérieur, oui, et fraîche. Récente. Il ne l'oublierait pas, ses prochaines années dans cette longue et éternelle vie qui lui avait été offerte allaient être guidées par le souvenir qui le hantait à chaque réveil, à chaque songe, à chaque fois qu'il en voyait un tant dans ses rêves que devant lui. Athéna et ses Chevaliers Saints.

    La bataille avait été dure, très dure. Violente. Il ressentait encore chacun des coups qui lui avaient été portés sans pour autant être capable de se rappeler qui, ou comment. Il se rappelait encore de l'odeur du sang autour de lui mais n'arrivait pas à voir le lieu, le Sanctuaire. Il entendait les hurlements, les rires des Saints. Chaque nuit. Chaque rêve. Ses songes étaient pollués par cette guerre, il n'arrivait plus à penser à autre chose. Ce qui lui avait été pris cette fois là était bien plus qu'une simple victoire. Il avait été humilié, les chevaliers d'Athéna restants crachant sur son corps qui rampait avec la force de désespoir, motivé par l'envie de rejoindre les terres sacrées de son Dieu, de pouvoir mourir là bas si tel était son destin. Mais eux n'en décidèrent pas ainsi, dès qu'il faisait quelques mètres un des chevalier le soulevait pour le rejeter en arrière, l'obligeant ainsi à recommencer encore, avec toujours plus de mal, de souffrance. Il y serait mort si un Guerrier Divin ne l'avait pas sauvé.

    Il s'en souvenait encore. Là allongé, le corps couvert de bandages et de plantes censées l'aider à guérir. Ses blessures étaient graves. Sentir le froid d'Asgard était son seul salut, la seule chose qui le confortait dans l'idée qu'il avait réussi à rentrer avant de mourir là bas, lynché par ces chiens. Pour le moment il n'était pas capable de bouger, il ne savait pas réellement combien de temps cela faisait qu'il était là, immobile, à attendre. Il voyait l'urne de son armure à la droite de son lit, cette dernière émettait de courtes ondes qu'il apparentait, encore et toujours, à des mots. Seulement cette fois il ne pouvait pas parler. Sa mâchoire brisée l'en empêchait. Je vais bien, je prendrais soin de toi. C'était ce que l'armure lui transmettait. Il le sentait. Il le savait. Plus que les soins bienveillants des gens d'Asgard ce dont il avait besoin était de son armure, de sa Boisson. Dans l'état actuel des choses et il l'avait entendu de la bouche de ceux qui le soignaient alors qu'il feignait de dormir, ce qui était difficile avec la douleur : Dans son état il ne pouvait plus être un Guerrier Divin. Il était finit. Mais l'armure, elle, croyait en lui. Encore. Et lui croyait en elle comme toujours.

    Quelques semaines plus tard il avait disparu de sa couche, lui et son armure. Volatilisé. Il était retourné là où il avait toujours été, là où il se sentait bien. Là où il pourrait souffrir avec honneur. Arrivé dans sa grotte il était exténué, tant par la douleur que l'effort fourni pour quitter la hutte du médecin. Ce n'était pas sa place, peut importait les dires qu'il avait entendu : il était et resterait un Guerrier Divin. Pour toujours. Il ouvrit donc l'urne, laissant les pièces de son armure s'assembler devant lui pour former, de nouveau, Heidrun. A sa grande surprise elle était comme neuve, n'avait plus une seule fissure, n'était plus blessée. Elle était sauve et son message était vrai. Quelqu'un de bon l'avait réparée. Quelqu'un de noble. Il se positionna donc en tailleurs face à elle, heureux de la retrouver ainsi, avant de profiter une dernière fois du cadeau d'Odin qu'il avala non sans mal. L'instant d'après il reposa le casque sur l'armure et ferma les yeux, prêt à rejoindre le terres lointaines de ses songes. Jusqu'à son prochain éveil.


Et vous, qui êtes vous ?

    Age : A peu près 250 ans.
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]Jinx Star[/b] → [i]One Arm Solider[/i] est [b]Andhrimnir[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Je ne saurais vous donner un réel avis, mais on va dire... Bonne.
    Comment avez-vous connu le forum : Un ami.




Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 


Dernière édition par Andhrimnir le Mer 30 Mar - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   Mer 30 Mar - 19:49
UNE BIQUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEETTE !!!!!!!!!!!!!!!!!!

*ahem* Pardon. C'est nerveux. Sinon sinon bah... rebienvenue mon grand ! Je ne dirais pas combien j'approuve ton choix d'armure tant je manque sans doute d'objectivité mais bon Razz Il était évident que c'était à moi de venir te corriger (et j'ai surtout menacé les autres pour, mais tu le sais ah ah Arrow)

Alors alors, que dire. Je dirais qu'il manque un petit passage sur la toute première fois où Andrhrimnir goutterait à l'hydromel, les réactions que cela susciterait, cette dépendance naissante, cette convoitise constante... bref, un petit aperçu de comment il serait après cette expérience qui ferait de sa vie ce qu'elle est aujourd'hui ! Mais bon, en soit, ce n'est pas très grave, le reste de la fiche est bien ! Comme je te l'ai déjà dit, j'apprécie ce contre coup à l'immortalité, cela enlève toute l'ampleur suprême pour ramener à une échelle humaine.
Bon bon bon, pour moi cela vaut bien un 5 en éveil, aux vues de son âge avancé d'une part, ses multiples batailles ayant renforcées son cosmos et surtout cette relation étrange maintenue avec l'armure (folie ou pas, il y a quelque chose). A l'inverse, vu les contrecoups pris par ton perso, les batailles, les blessures, les multiples "sommeils" l'affaiblissant, je te donne 15 PC. Ah et bien sûr, tu obtiens les 25 XP offert en rejoignant ce camp !

Voilà voilà, un perso bien intéressant et qui remplie le camp des Ases, ça c'est cool Very Happy

En te souhaitant bon jeu sur AoG !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   Mer 30 Mar - 20:18
Merci !

Et promis je ferais honneur aux biquettes ! Enfin j'espère...



Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   Mer 30 Mar - 20:27
Bienvenue !

Pas le temps de voir que... bah Bienvenue °°



Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
EirwenavatarArmure :
...

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   Mer 30 Mar - 20:51
-Saute au cou de sa biquette Asgardienne et la bisouille tout plein- Mon Andhri te voilà enfin!!! Sois le bienvenu parmi nous en tout cas, j'ai hâte de te retrouver en rp, je vais d'ailleurs m'atteler à la tâche de ce pas.

-Bisouille sa biquette de Berz en remerciement pour la validation-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1149-eirwen-the-shieldmaid
NahelavatarArmure :
Libra Gold Cloth

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   Mer 30 Mar - 20:55
Bienvenue sur le forum et bon courage avec ce personnage ^^


" Le cosmos désignera toujours le vainqueur.
Ne pas sous-estimer l'ennemi, et considérer toutes ses attaques comme mortelles.
La meilleure défense est une bonne attaque. Elle doit être rapide et efficace.
Ne pas dépendre d'un pouvoir d'emprunt. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t632-nahel-libra-gold-saint
AndhrimniravatarArmure :
Godrobe de Nu (Heidrun)

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
325/325  (325/325)
Message Re: Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   Mer 30 Mar - 21:34
Arg deux saints me souhaitent la bienvenue. Enfoirés ><

Vous sentez le bouc d'abord !



Andhrimnir d'Heidrun

Guerrier Sacré de Nu


Godrobe de Nu:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t676-
Contenu sponsorisé
Message Re: Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu   
Revenir en haut Aller en bas
 
Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Sacré de Nu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Andhrimnir d'Heidrun - Guerrier Divin de Nu
» Thornac, le Nain guerrier
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Le Retour du Guerrier
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: