Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Reba du Lion Mineur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RebaavatarArmure :
Petit Lion.

Statistiques
HP:
1/1  (1/1)
CP:
1/1  (1/1)
CC:
1/1  (1/1)
Message Reba du Lion Mineur   Dim 10 Avr - 7:40
Reba
Qui est-il ?


    Nom : Reba.
    Date de naissance : Juillet 531.
    Âge : 18 ans.
    Sexe :
    Armure demandée : Armure de Bronze du Lion Mineur.


Comment est-il ?

    Reba est une beauté sauvage, une perle noire. Sa peau d'ébène est dénuée d'imperfections, si ce n'est les cicatrices récoltées à la chasse. Véritable femme d'action, elle n'en oublie pas pour autant sa féminité, exhalant un certain charme dont elle peine à se démêler. Femme, elle ne l'est pourtant qu'à moitié, car si son coeur est humain c'est l'âme d'une bête qui l'anime en vérité. De sa musculature émanent des prouesses que plus d'un athlète ne pourrait qu'envier ; si ses racines anthracites ont quelque chose à y voir, on ne peut toutefois nier qu'elle a su développer ce que la nature lui a donné.

    D'aucuns jugent son physique trop fort selon leurs critères de beauté, mais c'est parce qu'ils n'osent s'avouer qu'elle leur rappelle les fauves trop à même de les dévorer. Ses cheveux noirs, plus raides que la plupart, s'arrêtent au bas de son crâne ; il ne faudrait pas qu'ils viennent gêner son regard acéré. De couleur noisette au départ, ils s'illuminent d'un éclat doré dès que des fragments de soleil viennent se perdre à leur surface. Sa gestuelle, sa grâce féline évoque celle des grands prédateurs qui fraient dans la savane, laissant à penser qu'elle peut à tout moment fondre sur sa proie en un éclair.

    Quoique de coupe banale, ses habits veillent à laisser ses bras à l'air libre, leurs couleurs chatoyantes ne faisant que mettre en valeur son épiderme. Nue jusqu'aux épaules, elle a ainsi le champ libre pour exercer son pouvoir dont ses mains, ses griffes sont le vecteur principal. Authentique souveraine du royaume animal, Reba puise dans tout ce qu'il a à offrir pour façonner sa propre force, entraînant ses loyaux sujets avec elle sur le champ de bataille. Quant à elle, plus que de la puissance, c'est de la souplesse qu'elle a à offrir - celle qui lui permet d'arpenter à loisir la jungle sauvage qu'on appelle le monde.

    En dépit de la sagesse que lui confèrent ses pouvoirs, la jeune femme est encore jeune et entend contempler un jour de ses propres yeux ce que ceux des autres lui font entrevoir. Nul endroit n'est trop éloigné, nul sommet n'est hors de portée ; c'est ainsi qu'elle va sur les chemins de la vie, c'est ainsi que se concentre sa philosophie. Et qu'importe que sa marche soit semée d'embûche, car ce n'est pas seule qu'elle s'avance, gardée de près par les citoyens de sa cour animale. Non, la lionne noire n'est pas dépourvue de malice, et c'est avec enthousiasme qu'elle part à la conquête de ce monde que les dieux lui ont offert.

    Malgré cet enthousiasme, elle n'est toutefois pas dépourvue de respect, loin s'en faut ; c'est la première leçon à retenir pour qu veut marcher de l'autre côté du voile, et cela Reba l'a bien appris. Ainsi arbore-t-elle sans honte ni fierté le masque qu'on lui a donné, parce que c'est comme ça que cela doit être - parce que c'est ce que d'autre avant elle ont décidé et que toute reine qu'elle soit, elle n'a pas à changer les règles à son gré. Son rôle est d'aller avec le cycle, non de le changer ; là est une loi que trop peu comprennent, à laquelle elle ne cesse de se plier.

    Bien qu'elle la porte depuis bien moins de temps que la plupart de ses pairs, elle est plus en phase avec son armure que beaucoup ne le seront jamais. Au même titre que ses pères féroces, l'entité qui vit dans le métal e st une force de la nature, une puissance née des étoiles ; pour qui comme Reba suit la marche des âmes, en être aussi proche n'est que bien normal.


Son Histoire

    Maman, il est temps pour moi de m'en aller.

    Reba avait pénétré dans la pièce en écartant les rideaux de poussière, sa gigantesque boite en ferraille sur le dos. Pourtant, la jeune femme n'en semblait pas affectée, son poids n'étant pour elle qu'une bagatelle. Sur son côté était frappé l'emblème du lionnet ; un animal d'une puissance rare, mais devant encore grandir pour atteindre son apogée. En se tournant vers elle, sa mère ne put s'empêcher de se dire que cela convenait admirablement à sa fille, déjà si forte malgré son âge et ayant pourtant encore tant à apprendre.
    Elle l'avait vue franchir les étapes, quitter ses airs de petite fille pour devenir une femme. Et oh, qu'elle avait été fière quand elle l'avait vue arborer l'armure pour la première fois ! Les esprits l'avaient toujours aimée, au point de lui ouvrir les portes du pouvoir – de l'univers tout entier. Du cosmos, comme les grecs l'avaient ainsi nommé. Elle-même était étrangère à ces choses-là, et n'y comprenait pas grand chose à dire vrai. Tout au plus savait-elle qu'un de leurs ancêtres avait autrefois porté ces couleurs pour partir au combat. Non seulement le rouge-orangé du métal, mais aussi celles de la déesse Athéna.

    C'est donc déjà l'heure... répondit-elle d'une voix que le vent égara.

    Il avait survécu à la guerre qui était la sienne, mais n'était aujourd'hui plus en état ; c'était à son arrière-petite fille de reprendre le combat. Après deux-cent ans de sommeil, la lionne était impatiente de sortir ses griffes. Enroulée autour de la lanière de cuir, la main de la jeune demoiselle se resserra. Même si elle était fière comme un paon – celui-ci étant l'un de ses sujets, n'avait-elle pas le droit de lui emprunter ses traits ? -, elle-même peinait encore à le réaliser.
    La rumeur raconte que seule la première porteuse était une femme, quand bien même tous les hommes qui lui avaient succédé étaient de sa lignée – leur lignée. Ce qui n'était qu'une Armure de Bronze pour le Sanctuaire était pour eux un symbole – un héritage. Un héritage que Reba se réjouissait de pouvoir enfin porter. Cela ne pouvait se voir sur son visage, mais son coeur continuait de le chanter. Et n'est-ce pas le travail d'une mère que de voir ces choses-là ?

    Tu savais que ce jour viendrait, reprit Reba. Celui où je partirais loin de toi. Il y a des gens qui ont besoin de moi. Je ne sais pas encore ce qui m'attend là-bas, mais je pense que ça ira. Tu n'as pas à t'inquiéter. Je suis devenue forte... Plus que tu ne le crois.

    Elle savait, oui. Depuis le jour où Reba encore enfant avait manifesté ses premiers talents. Enfant unique à une époque où la lutte sacrée était sur le point de reprendre, l'on avait longtemps cru qu'elle mettrait fin à la bénédiction de la déesse. Seule sa mère n'avait jamais douté d'elle – pas plus que du fait qu'il faudrait un jour qu'elle quitte le village. Elle avait une mission à remplir après tout, une mission sacrée. Fut-ce au nom d'une divinité étrangère... Les leurs propres les avaient-elles abandonné ?

    Les déités africaines n'avaient plus fait surface depuis une éternité. La nouvelle de l'hégémonie des grecs s'était répandue jusqu'ici. Certains disaient qu'ils s'étaient retirés des affaires terrestres, d'autres qu'ils ne faisaient qu'attendre leur heure ; d'aucuns qu'ils avaient fini par s'éteindre comme une étoile mourant dans le ciel. Reba, pour sa part, n'avait pas d'avis sur le sujet, et cela n'avait pas d'importance.
    S'ils avaient tout son respect, c'en était une autre qui l'appelait.
    Une icône d'ailleurs, une idole lointaine de par-delà le pan de monde qu'elle devrait franchir pour se rendre à ses côtés. Elle et tout ce qu'elle représentait, c'était à cela que son Armure la vouait. Un destin qu'elle porterait avec honneur. Celle qui lui avait donné le jour ne se faisait pas de souci à ce sujet : à l'instar de son animal-totem, sa fille ne manquait pas de dignité.

    Je ne m'attarde pas plus longtemps, fit-elle en relevant la tête avec un sourire. La surface polie et lustrée d'un masque brillait au creux de sa main libre qui ne l'était pas tant. Son nouveau visage, celui qu'elle ne devrait plus quitter. Mais après tout... Elle n'était pas encore arrivée. C'est la dernière fois que je te vois avant un long moment, mais je sais que tu seras toujours avec moi. Pas vrai ?

    Malgré tout l'aplomb dont elle pouvait faire preuve, l'émotion illuminait son regard. De la même manière, la destinataire de ces paroles demeura un instant transie par ses sentiments contraires. Devait-elle la laisser partir ? Plus que le choix, en avait-elle seulement le droit ? Non, pas vraiment. Elle eut bien un mouvement dans sa direction, mais savait que cela ne servirait à rien. Alors que Reba se retournait, elle laissa néanmoins échapper une dernière parole .

    N'oublie pas qui tu es.
    Ne t'en fais pas pour ça.

    Cette réponse soudaine laissa sa génitrice dans la complète stupeur.

    Après tout, elle ne pouvait pas l'entendre.

    Avant de sortir, Reba se retourna une dernière fois vers le vide. Oui, cela faisait des années que la cahute n'abritait plus personne – depuis la mort de sa mère, terrassée par la maladie. On l'avait tout de même laissée là, à l'écart du village pour que ceux qui le souhaitent puisse venir s'y recueillir. Sa famille n'était pas particulièrement noble (une telle notion n'avait de toute façon pas cours ici), mais pour service rendu aux cieux, ils l'avaient bien mérité.
    Bien qu'elle puisse parler avec les esprits, ceux des hommes – et des femmes – n'en faisaient pas partie. La raison pour laquelle c'était le cas lui échappait encore, mais pour l'heure, c'était ainsi.

    Seul trônait sur un autel un bijou que sa mère avait coutume d'arborer. La nouvelle Bronze Saint, comme on les appelait avait un instant songé à l'emporter, mais elle n'était pas la seule à en avoir besoin. Alors qu'elle descendait l'escalier à la hâte, son regard sombre retomba sur la matriarche à la peau parcheminée qui l'attendait en bas des marches. Sa grand-mère – celle qui l'avait élevée quand il n'y avait plus eu de parents pour le faire.

    Tu as pu lui dire au revoir ?
    Oui, fit-elle en se penchant vers la vieille femme pour l'étreindre. Être aussi laconique ne lui ressemblait pas, mais la perle de chagrin perlant au coin de son oeil avant qu'elle ne se cache derrière un faux faciès en disait assez long. Et c'est à ton tour à présent. Au revoir, grand-mère. Tâche d'être encore là quand je reviendrai, et veille sur le village pour moi.

    La sentir si frêle, si fragile entre ses bras lui fit un drôle d'effet. Bien que ce ne soit pas la première fois qu'elle l'étreignait depuis qu'elle avait atteint sa stature actuelle, elle s'était rarement rendu compte à quel point son aïeule était vulnérable. Était-ce l'âme de la bête qui lui soufflait de telles pensées, ou bien le fait qu'il puisse s'écouler des années avant de la revoir ? Au moins avec son départ aurait-elle plus à manger ; les récoltes étaient maigres depuis quelques temps.

    Ne t'en fais pas pour moi, va, fit-elle en caressant la courte chevelure sombre de Reba, devinant les craintes qu'elle n'osait exprimer. Fais ce que tu as à faire. Et rends-nous fiers.
    Je sais ce que j'ai à faire, fit-elle avec un léger rire avant de s'écarter, de s'engager sur sa nouvelle voie. La voie qui l'emmènerait bien loin de chez elle par les plus longs sentiers. Tends l'oreille, et peut-être que tu m'entendras rugir.

    Se faisant l'écho de ces paroles, les méandres de la brousse, les fauves grondèrent pour la saluer.

    Elle, leur maîtresse, leur reine bien-aimée.

    * * *
    Hm... On est déjà arrivés ?

    La jeune femme s'étira mollement avant que les barreaux de la cage ne lui rappellent son exiguïté. Ce qui ne l'empêcha pas de bâiller ouvertement. Malgré les cahots de la charrette, elle avait tout de même réussi à s'offrir une bonne dose de sommeil, même si le lit de paille n'était pas des plus confortables. Pas plus que le fait d'être enfermée avec une dizaine de personnes. Elle avait grimpé dans ce convoi après sa dernière escale, en s'étant seulement assuré au préalable qu'il allait au bon endroit. Peut-être cependant aurait-elle dû songer à le signaler.

    Qu'est-ce que tu fais là, toi ?

    Un fouet à la main, un homme la regardait depuis l'embrasure du cube de métal dans lequel ils étaient enfermés. La plupart des prisonniers autour d'elle s'étaient mis à trembler d'instinct, ne sachant que trop bien qu'il n'hésiterait pas à se servir de ses armes, et quel mal il lui ferait. Quant à savoir s'ils craignaient pour elle ou pour eux-mêmes, mystère, mais ce n'est pas Reba qui s'en formaliserait. Sourire aux lèvres, elle se tourna vers lui tout en remettant de l'ordre dans sa crinière. Nul ne semblait l'avoir vue monter, alors même que sa tenue la trahissait très clairement.

    Je profite de vos services, mon brave. Je n'ai malheureusement pas de quoi vous dédommager ; j'espère que ma gratitude vous suffira.

    Ce ne fut apparemment pas le cas, puisque le brave homme se mit à bouillir de rage – son teint cramoisi en était la preuve suffisante. Un frisson collectif secoua la cargaison. Qu'il souhaite passer sa colère – et décide que leurs minois étaient probablement le meilleur endroit pour ce faire – n'était probablement qu'une affaire de secondes. Aussi, si Reba portait déjà une attention particulière à leur environnement depuis qu'elle avait ouvert les yeux, le scruta-t-elle plus intensément. Ceux qui l'entouraient purent jurer avoir vu ses yeux virer au jaune l'espace d'un instant.

    Chiquita !

    Alors qu'il armait son bras, l'esclavagiste eut alors la surprise de voir une panthère surgir des buissons. Une apparition singulière pour la région, d'autant que son gabarit n'était absolument pas signe d'une quelconque malnutrition. Bien au contraire. L'effroi passé, l'homme se mit à crier, alertant du même coup ses collègues. Bientôt furent-ils trois à pouvoir la contempler. Reba ne broncha pas. Indifférente à ce qui se passait devant elle, elle continua à scruter les environs tout en regroupant ses affaires.

    Je reculerais, à votre place. fit-elle en replaçant entre elle et le monde le masque qui l'en séparerait. Ça fait un moment qu'elle n'a pas dû avoir quelque chose à se mettre sous la dent.

    Pour autant qu'elle sache, Chiquita n'avait jamais touché à la viande humaine... Mais ça pouvait encore changer. Reba, pour sa part, n'y voyait pas d'inconvénient. Qui avait dit que l'humanité serait au sommet de la chaîne alimentaire ? Un grondement mit à nu les canines de l'intéressée. Les bandits s'en furent sans demander leur reste, abandonnant là leur carriole et tous ses passagers.
    Ayant désormais l'espace pour le faire – non que son absence l'en aurait empêchée -, Reba descendit du véhicule pour s'étirer. Sa partenaire animale vint se frotter à elle, en quête d'une attention qu'elle n'avait que trop bien mérité. La grattant derrière les oreilles, la jeune femme se tourna vers le reste des hommes et femmes enferrés, encore médusés de ce qui venait de se passer.

    J'en profiterais pour partir si j'étais vous, mais vous faites ce que vous voulez. fit-elle nonchalamment. D'un mouvement d'épaule, elle rehaussa la boite – pourtant lourde – qu'elle portait sur son dos. Au fait, j'ai dormi pendant le trajet : nous sommes bien à Rodorio ? L'un des voyageurs forcés – un vieillard – opina du chef après un instant d'hésitation, ne voyant pas que mal cela ferait. Parfait, il va être temps pour moi de me mettre en tenue. 

    D'une simple pensée, elle commanda l'ouverture de la boite de Pandore qu'elle portait – de la cage au Lion, comme elle l'appelait. Si ceux qui commençaient à sortir eurent un mouvement de recul, ils comprirent bien vite que ce ne serait pas la peine. Sans savoir pourquoi, ils trouvèrent un certain réconfort dans les plaques d'armure chatoyantes qui vinrent recouvrir la jeune femme, dans ses reflets une lueur d'espoir. Cela faisait des semaines qu'elle ne l'avait plus arboré, depuis qu'elle avait repris sérieusement son voyage. Cela faisait presque un an qu'elle avait quitté sa tribu pour venir au Sanctuaire.

    Il était temps pour elle de découvrir sa nouvelle maison.


Et vous, qui êtes vous ?

    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]DC COMICS[/b] → [i]Vixen[/i] est [b]Reba[/b].
    .



'cause I am a lion born from things you cannot be.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CélestiaavatarArmure :
Héron de Boréas

Statistiques
HP:
220/220  (220/220)
CP:
220/220  (220/220)
CC:
306/306  (306/306)
Message Re: Reba du Lion Mineur   Dim 10 Avr - 7:41
Il l'a faite ! Il l'a faite !!!

Bienvenue officiellement Very Happy


Ma couleur : #009900
Ma plume de bord : ici
Diei vidi : Thanatos, Phantasos, Hadès, Arès, Poséidon, Athéna, Apollon, Odin
J'ai câliné : Lykeios, Asclépios, Aedan, Childéric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t294-celestia-la-princesse-
LiaoavatarArmure :
Protection de Poséidon

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
305/305  (305/305)
Message Re: Reba du Lion Mineur   Dim 10 Avr - 10:59
Oh mon Dieu ! Nous l'attendions et la voici ^^
Amuses-toi bien avec ce perso.


" We all have inner demons to fight, we call these demons, fear and hatred and anger.
If you do not conquer them then a life of one hundred years is a tragedy.
If you do, then a life of a single day can be a triumph. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t233-liao-general-de-l-hipp
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: Reba du Lion Mineur   Dim 10 Avr - 12:52
Eh beh ! C'pas dommage ! Smile



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Reba du Lion Mineur   Dim 10 Avr - 13:48
Re-Bienvenue à toi très chère Wink

Je me permets donc de juger ta présentation puisque...Bah puisque je l'ai lu entièrement. Le tout est bien écrit, pas de fautes notables, l'histoire de Reba est sympathique également. Bref, j'aime bien dans l'ensemble, en particulier l'aspect traditionnel portée à cette Armure. Smile

Pas d'incohérences ni rien (Zut Razz ), je me permets donc de t'attribuer 3 en Eveil et 14 PC.

Amuse toi bien parmi nous.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: Reba du Lion Mineur   Dim 10 Avr - 13:51
Trop rapide ici, même pas le temps de venir dire bonjour :p

Re bienvenue à toi du coup, ça fait plaisir de la voir cette fiche !!
Revenir en haut Aller en bas
DragosavatarArmure :
Dragon

Statistiques
HP:
120/120  (120/120)
CP:
150/150  (150/150)
CC:
213/213  (213/213)
Message Re: Reba du Lion Mineur   Lun 11 Avr - 20:07
Bienvenu à toi collègue =)


Rozan Sho Ryu Ha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t689-dragos-bronze-saint-du
Contenu sponsorisé
Message Re: Reba du Lion Mineur   
Revenir en haut Aller en bas
 
Reba du Lion Mineur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» mineur humain pour warhammer jdr
» [vente] R armure lion
» Question...(armure lion)
» Armure des lion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: