Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   Dim 17 Avr - 22:34
Endymion
Qui est-il ?


    Nom : Endymion
    Date de naissance : 30 janvier 522
    Âge : 28 ans
    Sexe : Masculin
    Armure demandée : L’écaille du Dragon des Mers


Comment est-il ?

    Béni des dieux, ou du Diable, au choix, Endymion est un jeune homme plus proche du héros grec que du fils d'évêque. Une taille fine, une musculature subtilement dessinée et des atouts virils, le jeune éphèbe s'aime et prend tout particulièrement soin de ce physique avantageux dont il joue tant. Mais plus encore que la vue de ce corps idéal, ses interlocuteurs demeurent avant tout attirés par son regard ambré. Des pupilles en amande qui semble explorer les tréfonds même de l'âme humaine, et y instiller une attirance irrépressible.
    La peau glabre, Endymion conserve à la fois l'attrait d'un adulte et l'apparence aguicheuse d'un bel adolescent. Selon l'éclat du soleil, sa chevelure soyeuse resplendit d'une teinte variable dont la nature reste violine. Chose rare à cette époque, l'hygiène reste pour le jeune homme une préoccupation essentielle, et il apprécie tout particulièrement bains chauds comme parfums et huiles de corps. Ouvertement bisexuel, Endymion sait profiter de ses atours pour perdre les sens de sa proie et lui faire découvrir maints plaisirs tout en y prenant le sien sans retenue. Mais jamais gratuitement.
    Sous son apparence si attrayante, Endymion cache un cœur de démon. Ambitieux, impitoyable, égoïste, il n'aspire qu'à embrasser l'immortalité qui ferait de lui un dieu à part entière. Même s'il sait réserver à une poignée d'élus une affection aussi rare que sincère, le romain méprise l'humanité et son inéluctable décadence. Son propre père reste à ses yeux le symbole d'une mortalité dévoyée, hypocrite, veule et lâche dont il veut se défaire. Et pour cela, Endymion sait qu'il ne peut que prendre son envol, ou rester cloué au sol.
    Qui veut la fin, veut les moyens, tel est son adage et sa philosophie de vie.
    Non que cela fasse de lui un homme mauvais, mais le romain est douloureusement conscient des limites de sa mortalité et il refuse d'y succomber sans combattre. Une société dominée par le fort, le beau, l'élu des dieux lui parait la norme.
    Profondément marqué par le rejet de son père et la nature impie de sa naissance, Endymion embrasse son statut de démon aux yeux de ses semblables. Car il est ainsi fait. Ou plus exactement, c'est ainsi qu'on l'a façonné. Gagner sa couche sera aisé, entrer dans son coeur un exploit.


Son Histoire

    En temps normal, la douleur annonce l'approche de la mort. Elle s'apparente à une sorte de signal d'alarme, la promesse d'un trépas imminent. Dans mon cas, elle fut le début d'une renaissance.
    D'aussi loin que je me souvienne, les rares fois où je me penche sur mon passé, je ne vois que les couloirs sombres puant d'un encens écœurant. Combien d'heures ais-je passé à les traverser, cherchant à fuir les éternels et monocordes chants liturgiques ?
    Les promesses de liberté sont rares pour l'humble serviteur d'un homme d'église. Alors quand le sous-fifre en question se trouve être le fruit de l'amour interdit et fugace entre un évêque guidé par de hautes ambitions et sa servante, il n'est au final qu'une ombre. Ou un démon.
    Venons-en à la douleur révélatrice.
    La mienne fut plus régulière que marquante. Des coups de canne, de poings, des gifles ou brimades physiques stupides. Rien de bien terrible quand on y pense. Le pire furent les sermons de mon géniteur. Cet homme de foi qui nourrissait les plus fous espoirs pour son avenir, dirigeant charismatique profitant du plein essor de la religion chrétienne. Son seul péché ? Moi.
    C'est pour cela que je fus si surpris le jour où il me trouva dans son lit avec à mes cotés, les corps alanguis de sa servante et de son échanson. Qu'est ce qui engendra sa crise de fureur ? Mes quatorze ans ? Le péché de chair ? Non vraiment pour moi qu'il traitait de démon depuis toujours, je ne voyais pas le problème. Je me rappelle que mon amant et ma maitresse prirent la fuite lorsque mon poignard se planta dans la gorge tendre de mon évêque de père pour le faire taire. Mais la saveur de sa souffrance fut si intense que je ne remarquais même pas leur disparition.
    Libéré par ce geste commis par bien des fils avant moi, je fus dehors en moins d'une heure, prêt à vivre pleinement. Les mois qui suivirent furent dédiés à la découverte de Rome et à l'étude de mes semblables. L'humanité, quelle blague. De la vermine faible, pathétique. Rien d'étonnant à ce que la promesse d'un sauveur invisible parvienne à illuminer tant de cœurs dépourvus de toute volonté. Mon visage et mon physique me préservèrent de la faim et j'en louais l'usage autant par jeu que par besoin alimentaire. Et pourtant, malgré cette vie de débauche et de plaisirs, un seul semblait me faire encore défaut : le pouvoir.
    Beau comme un héros grec, manipulateur, ambitieux, je ne pouvais me laisser flétrir au contact de cette marée humaine dont la langueur m'entrainait vers le fond de l'oubli et de la médiocrité. Fort de cette volonté nouvelle, je me fis l'amant d'une noble dame. Grâce à la fortune de cette dernière, je parvins à obtenir l'accès à toute la documentation dont j'avais besoin pour trouver enfin l'illumination qu'il me manquait encore. Si l'or, ce pouvoir mortel et fluctuant, me lassait, alors l'idée me vint de me tourner vers le divin.
    Je n'avais pas seize ans lorsque je trouvais enfin l'homme que je cherchais. Un vieil aveugle, un ermite un peu fou dont on disait qu'il descendait prier chaque matin sur les rives du Tibre. Et que les flots lui répondait. Prenant au sérieux cette rumeur, et la couplant avec d'antiques écrits, je pris contact avec cet homme et par la ruse devint son disciple servile.
    Durant trois ans, Hystos m'apprit toute sa science religieuse, sa sagesse, et me fit toucher du doigt une force étrange qui dormait en mon âme : le cosmos. L'entrainement fut rude, mais j'en garde encore aujourd'hui le souvenir de la période la plus heureuse de ma vie. Un soir d'hiver, ce fut lui qui me fit oublier mon nom de naissance en m'offrant celui d'un antique héros grec, le séducteur de déesses, Endymion.
    J'attendis la mort de mon mentor pour poursuivre le chemin de mon ambition. Mon dernier geste à son égard fut d'offrir son corps à la mer, après l'avoir étouffé dans son sommeil. En lui épargnant la peur de la mort, je venais de lui offrir une preuve d'amour. Un gage rare.
    Sans me retourner, je retrouvais les rues sales de Rome avec un objectif en tête. Enfin, je touchais du doigt ce rêve aux contours encore incertains dans mon esprit. C'est là que le destin me sourit une fois encore
    Attablé dans le recoin obscur d'une misérable auberge de bord de fleuve, j'observais les allées venues, tel un prédateur. Avec ma toge poussière et jaunâtre, je ne passe pas inaperçu... Il me fallait agir pour rectifier le tir et vite. J'avisais alors la petite serveuse qui m'avait servi mon hydromel, batifolant de table en table. Un sourire de prédateur sur mon faciès, je la vis se diriger enfin vers les cuisines. Ni une, ni deux, n'ayant pas oublier mes anciens réflexes, je me leva de table pour la rejoindre. Désormais seul avec elle, je tousse. Elle se retourna et me dévisagea, surprise et inquiète de ma présence.

    Pardonnez moi, mais j'aurais souhaité savoir si vous connaitriez un capitaine prêt à embaucher un nouveau matelot. Je suis disposé à payer cher cette information...

    Sans me départir de mon sourire aguicheur, je retirais ma toge, m'approchant de la jeune femme nu comme un ver, l'hypnotisant de mon regard et de la promesse silencieuse que je lui offrais.
    Au petit matin, je quittais l'auberge, paré d'atours à l'attrait banal mais suffisant, et confiant dans le fait que je n'avais rien perdu de mon charme et de mon audace. Sur les conseils de la serveuse, je choisis un navire où un marin aviné me présenta au capitaine Jack O'Bannon. Un homme qui devint comme un frère pour moi. Ensemble, nous parcourûmes la mer Egée de long en large, remontant les flots, sans tenir compte des frontières.
    Mais je n'en oubliais pas pour autant mon but. Le capitaine me fournit un matin d'été l'opportunité que j'attendais tant. Devant l'équipage rassemblé au grand complet, notre leader finit par avouer un terrible secret : depuis le début, une femme dirigeait notre navire. Et pire que tout à mon sens, une servante d'Athéna, la déesse grecque de la sagesse, l'ennemie de Poséidon !
    Hilare devant cette révélation, souriant à l'ironique destinée, je n’eus besoin que d'une nuit pour fomenter une mutinerie digne de ce nom. Après avoir fait chasser l'impudente et son sous-fifre, Old John, je pris la direction de l'équipage et je fis hisser les voiles vers les côtes grecques.
    J'attendis un soir sans lune pour faire accoster mon navire sur une plage de sable blanc. Ni bruit, ni lueur. Nous étions des ombres se faufilant à travers les rochers.
    En haut du promontoire qui surplombait cet océan de sable, un temple antique. Sa seule vue dans l'obscurité, ses formes indistinctes mais si familières me plongèrent dans une profonde transe. Une voix parlait à mon cosmos, me poussant sur cette ambitieuse voie. En quelques minutes, mes hommes et moi étions sur le parvis de cette demeure divine, prêt à commettre l'irréparable.
    Aiguillés par l’appât du gain, mes sous-fifres entrèrent dans les profondeurs du domaine, me laissant légèrement en retrait. Tout sourire, je savais déjà à quoi m'attendre. Les légendes étaient claires sur ce point. Tout dément qui ose pénétrer sur les terres de l’irascible Poséidon se doivent d'en affronter les mortelles conséquences. Tout commença par un cri terrifiant, l'un des plus atroces que je n'eus jamais entendu. J'aperçus alors l’immense créature écailleuse, réveillée par l'odeur de nous autres, humains. Le monstre fit un carnage parmi mes matelots, bien que certains tentèrent de riposter. Plus pragmatique, je profitais de cette diversion idéale, et planifiée par mes bons soins, pour me faufiler dans la pièce que gardait la sombre bête. Mon visage s'illumina à la vue de l'escalier qui descendait dans les profondeurs. C'est alors que je sentis le souffle du monstre marin sur ma nuque. Ces abrutis de pirates n'avaient pas tenus bien longtemps... Pour avoir passer tant de temps en leur compagnie, partageant avec fausse empathie leurs joies, peines, espoirs, j'aurais dû me douter de la limite de leur compétence à servir d’appâts.
    Leste et agile, je bondis dans le trou, sentant claquer dans mon dos un bon coup de croc.
    Ma chute fut rapide, et je parvins à entamer une roulade qui atténua le choc entre mon crane et le sol froid du temple. Quelques instants plus tard, après avoir franchi une porte d'airain impressionnante, je vis enfin apparaitre devant mes yeux avides l'objet de ma convoitise.
    Elle était là, brillante, lumineuse, avide de retrouver la vie, l'écaille semblait m'avoir toujours attendu. Respectueux, presque étonné de ma bonne fortune et de la réussite de mon plan, j'approchais la main jusqu'à en frôler la surface froide. L'écaille implosa alors, venant se poser morceau par morceau sur mon corps d'éphèbe. Je ne saurais décrire alors l'enivrement causé par le pouvoir qui s'éveilla en moi, tant il signifia l'ouverture d'une porte. Celle de mes ambitions.


Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 31 ans
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Magi labyrinth of magic/b] → Simbad est [b]Endymion, Général Dragon des Mers
    Quelle est votre expérience des forums RP : Ancien modérateur, 6 personnages à mon actif depuis cinq ans.
    Comment avez-vous connu le forum : J'y suis déjà présent avec un autre personnage


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   Dim 17 Avr - 22:46
Mon Endyyyyyyyyyyyyyyyy ♥ *Saute au cou*

Re-bienvenue ! Je t'attends de pied ferme sur le pont, moussaillon ! (Même si tu vas récolter des coups de balais dans le cul ! )



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   Dim 17 Avr - 22:48
Capitaine !!!!!!!

Un petit duel au sabre, comme à la bonne époque ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NahelavatarArmure :
Libra Gold Cloth

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   Lun 18 Avr - 4:49
(Re) Bienvenue sur le forum et bon courage avec ta fichette.
Attention vous deux on se tient à carreau.


" Le cosmos désignera toujours le vainqueur.
Ne pas sous-estimer l'ennemi, et considérer toutes ses attaques comme mortelles.
La meilleure défense est une bonne attaque. Elle doit être rapide et efficace.
Ne pas dépendre d'un pouvoir d'emprunt. "
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t632-nahel-libra-gold-saint
RebaavatarArmure :
Petit Lion.

Statistiques
HP:
1/1  (1/1)
CP:
1/1  (1/1)
CC:
1/1  (1/1)
Message Re: Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   Lun 18 Avr - 6:00
Bonsoir,

Rien à redire sur la présentation en elle-même.
En revanche, il aurait été bon de recycler un compte dont tu n'auras plus l'usage plutôt que d'en créer un nouveau, ce pour éviter d'en avoir une pléthore pour chaque joueur. Le mal étant fait, si l'on peut dire, ce n'est pas grave mais pense-y la prochaine fois (si prochaine fois il y a) !
Ceci mis à part, je te valide en tant que Général du Dragon des Mers, ce qui te vaut 18 PC et 5 en Éveil. Bon jeu avec ce nouveau personnage.


'cause I am a lion born from things you cannot be.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
Message Re: Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   Lun 18 Avr - 13:16
A la bourre, mais (re)bienvenue à toi !
En plus tu nous mets Sinbad en avatar... T'es parfait toi dis donc !
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   Lun 18 Avr - 17:09
Moi aussi à la bourre

Bienvenue parmi nous x)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
Contenu sponsorisé
Message Re: Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)   
Revenir en haut Aller en bas
 
Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Endymion - Le Dragon des Mers (Fini)
» [Entrainement] Dragon des mers VS Spectre de l’Alraune
» Virgo no Asmita Vs Sea Dragon no Unity
» [UPTOBOX] Ninja Assassin [DVDRiP]mp4
» [Combat GS] Haiken du Dragon des Mers Vs Kappa du Verseau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: