Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Lun 18 Avr - 12:00
Solitaire







La ville d'Alexandrie était décidément très belle, baignée dans cette lumière orangée, sous les feux du crépuscule. Perchée en haut du mât de son navire, Nimuë se sentait la seule maîtresse des lieux, gardienne unique et invisible aux yeux de tous. À ses côtés flottait non plus le drapeau noir comme autrefois mais celui qu'arborait les atlantes. Un changement drastique pour cette relique du passé. Un passé qu'elle croyait mort, noyé sous le poids des larmes et du sang. Une légère brise souleva sa chevelure de feu coiffée en une longue tresse pour l'occasion et elle dû tenir le bord de son large chapeau de forban au risque de le voir s'envoler. Ses yeux pers détaillaient chaque parcelle de terre et de mer qui lui était donnée de voir : tout semblait calme et paisible. Bien trop. Après une heure de contemplation solitaire, la nouvelle Sirène Maléfique fut interpellée par une voix familière : elle se pencha pour apercevoir son ami John qui lui faisait de grands signes. L'ersatz d'un sourire éclaira son visage encore rendu pâle par les épreuves qu'elle avait subi ces derniers mois. Comme son ami d'enfance paraissait s'impatienter – elle l'entendait soupirer d'ici et taper du pied depuis son promontoire – la jeune femme ne se fit pas prier davantage et se jeta dans le vide. Attrapant une corde au dernier moment, la belle, sous le regard admiratif de son nouvel équipage, se réceptionna au sol avec la délicatesse d'une plume portée par le vent. Quelques applaudissements plus tard, Nimuë, après avoir esquissé une révérence amusée, fut entraînée par John.

L'air contrarié qu'il affichait, la dureté de ses yeux quand il l'observa ne lui dit rien qui vaille.

« Qu'est-ce qui se passe John ? »

L'homme poussa un long soupir, ponctué par un petit rire se voulant rassurant. Elle lui connaissait ce regard, il s'inquiétait pour elle et sa santé. Sa vitalité perdue, qu'elle peinait à retrouver complètement. La revoir à Alexandrie fut une source immense de joie pour lui, plus encore quand il put la serrer entre ses bras. Les rumeurs qu'il avait entendu n'avaient fait que le tourmenter un peu plus chaque jour. Personne ne voulait rien lui dire. Personne n'avait voulu le renseigner. Des jours durant il avait tourné en rond dans la cabine de celle qui fut son Capitaine. Jack O'Bannon, le terrible et implacable Capitaine pirate. Aujourd'hui il n'en restait qu'un vague souvenir, sous les traits d'une femme certes magnifique, mais perdue et épuisée par le Destin.

« Rien Nimuë je pense juste que tu devrais te reposer un peu. »

La mine déjà sombre du pirate le devint plus encore face à l'énervement que son amie couvait en son cœur. Il comprenait sa frustration, il comprenait ses interrogations, ses incertitudes. Plus que quiconque. Ou peut-être pas. John ne parvenait plus à la comprendre. Plus depuis qu'elle …

« Foutez moi un peu la paix bon sang ! » grinça la jeune femme en croisant les bras devant elle dans ce geste de défense qu'il interpréta sans mal. « Nimuë je voulais juste … »

Elle avait déjà tourné les talons. Bientôt, l'oriflamme de sa chevelure fut la seule chose qu'il put distinguer d'elle. Sa fine silhouette happée par les ténèbres. La clameur du port d'Alexandrie et son fourmillement perpétuel. Qu'elle eut tôt fait de quitter, en fondant la foule sans ménagement, bousculant au passage quelques rustres qu'elle se permit de rabrouer plus durement si le besoin se faisait sentir. L'ombrage de son chapeau dissimulait la cicatrice qui lui barrait l’œil et qui, parfois, comme maintenant, lui faisait mal. C'était chaud sous ses doigts, encore légèrement gonflé. Elle lâcha un juron, agacée et alla trouver refuge sous l'olivier solitaire qui fut le témoin des retrouvailles entre Liao et Ariane. Sous ses ramures, la belle se détendit, s'y adossa pour finalement laisser son dos glisser le long du tronc sinueux de l'arbre. Elle avait encore mal et elle sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. Elle imaginait qu'elle était livide en cet instant, au plus fort de la douleur qu'elle sentait dans ses jambes. La pirate allait devoir rester un moment ainsi, à attendre que ça passe. De toute façon, elle était incapable de se lever.

Alors et d'abord sans s'en rendre compte, la Sirène se prit à chantonner une musique triste mais envoûtante. Les yeux fermés au Monde. Solitaire.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Jeu 21 Avr - 21:16
Le silence.
Repos de l'âme, ou prélude à l'anéantissement. Dans les deux cas, on le craint ou on le savoure. Encore faut-il qu'il puisse durer.
Un étrange sifflement vint perturber la quiétude de Nimue, brisant par son aigu le chant si beau de la sirène maltraitée. Elle entendit. Puis elle ressentit. Un vague courant d'air puis la souffrance. Fugace, presque futile d'une minuscule coupure dont l'apparition engendra une larme de sang sur la joue de la belle.
Une carte, un vulgaire bout de papier peint vint recueillir le sang pour s'en délecter. Et l'arcane de l'ermite croisa le regard de Nimue, s’offrant à ses yeux si elle tentait de tourner son doux visage.
Une voix bien connue, douloureusement familière retentit avant qu'elle ne s'interroge trop.

Et bien... Cela faisait longtemps Capitaine Jack O'Bannon... Ou devrais-je dire, chevalier d'or des Poissons.

Le ton se voulait jovial, mais une étrange intonation suffisait à en troubler l'effet. De l'homme qui venait d'apparaitre devant Nimue, nulle chaleur ne pouvait prendre forme.
Goguenard, félin, Endymion s'approcha de la belle, et lui frôla la joue en reprenant sa carte. Il l'observa, un sourire se dessinant sur ses traits irréprochables et fini par éclater d'un rire cristallin.

L'Ermite... Je n'aurais pas choisi mieux pour vous. Seule, à jamais.

Une menace ? Non, un fait. Un jugement. Celui de l'homme de confiance qui avait trahi Nimue lorsqu'elle s'était révélée à son équipage. Il se tenait désormais là, debout devant elle, tel un fauve affamé.

Jamais je n'aurais pensé vous revoir... Ici. Quelle mine affreuse vous avez, capitaine. Vous seriez vous battue ?

Aussi étrange que cela puisse paraitre, Endymion sembla sincère l'espace d'un instant, avant de reprendre son expression mi-figue mi-raisin. Comme s'il n'avait pas remarquer avant ces paroles la fragilité de son ancien capitaine. Affecté ou comédien ? Impossible d'en être sûr.

Passons sur les reproches mutuels qui nous brûlent les lèvres, voulez-vous ? Que fait donc une sainte aussi pieuse que vous en un tel lieu ? Mission ? Espionnage ? Diplomatie ou simple visite ?

A première vue, Endymion semblait prendre un réel plaisir à revoir la jeune femme, et pourtant même pour quelqu'un connaissait bien ses manières, quelque chose ne collait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Jeu 21 Avr - 23:14
Solitaire







Ses yeux clos s'ouvrirent en douceur, restèrent mi-clos, dans l'espoir, sans doute futile de conserver cette note d'irréalité qu'elle avait su entretenir jusque là dans son chant. Mais la réalité, dangereuse et absurde la rattrapait. La fauchait par la simple éraflure d'une lame ? Non, c'était autre chose. Plus mystérieux, plus subtile. Une carte de tarot. L'Ermite. Ses paupières se refermèrent, elle voulait échapper aux Parques. Un sourire désabusé étira ses lippes. Lui. Il était ici, devant elle. Lui. Drapé dans ce manteau d'arrogance, dardant sur elle, elle le savait, un regard lourd de sens. Cruel jeu du Destin. Elle n'aurait jamais pensé qu'il pourrait la trouver si facilement. Et pourtant … quelque part elle sut que c'était là un effet du hasard.

Qui le mettait de nouveau sur son chemin. Endymion. Son cœur se serra. Le passé n'aurait-il donc jamais de cesse de vouloir la tirer en arrière ? L'enchaîner ? Autant creuser tout de suite sa tombe, prier une dernière fois pour sourire à la mort. Chose qu'elle fit, tout en s'efforçant de se redresser. Le dos plaqué contre le tronc sinueux de l'arbre, Nimuë O'Bannon toisa à son tour avec mépris cet homme qui lui faisait face. Celui qui fut responsable de ses maux, de la mutinerie de ses hommes. Trahison. Une sourde colère flottait dans ses prunelles pers qu'elle plongeait dans celle de son ancien compagnon pirate. Ô amère nostalgie. Il ne saurait la tromper, elle le connaissait que trop bien.

Elle n'avait pas bougé d'un iota quand il avait récupéré son bien. Avisant de la silhouette peinte du vieillard voûté par le poids de la solitude. L'Ermite qui progressait pas à pas jusqu'à la lumière. Une belle promesse, une carte qu'il était bon de tirer. Un léger frisson quand il effleura sa joue. Quelle drôle d'impression, à l'instant. Sa propre main se porta dans sa direction. La perle ensanglantée avait été effacée. Son sourire se fit plus franc.

« Chevalier des Poissons ? Désolée de te décevoir, je ne le suis plus. Mais tu le sais déjà. » Elle désigna la trace sanglante qu'il portait sur la peau immaculée de sa main. « Autrement tu serais déjà mort. Endymion. » Qu'il lui était difficile de prononcer ce nom. Elle reprit, dans un soupir. « L'Ermite hein ? Tu penses que si je tire une carte pour toi je vais tomber sur quoi ? La carte du prétentieux mais séduisant connard ? Oh non ! Pour toi, il s'agirait plus du Diable. »

Son rire cristallin se mêla au sien. L'espace d'un instant, elle se retrouva des années en arrière, quand elle et lui s'amusait à ce genre de joute verbale. Sans réelle incidence. Ou peut être pas, en y repensant.

« Battue ? Oui et je dois dire que j'ai … autant gagné que perdu dans cette affaire. »

Glissa t-elle en reprenant mot pour mot les paroles de Poséidon qui s'était, impunément glissé dans sa chambre à son insu, se faisant passer pour … et bien pour ce qu'il n'était pas. Par jeu, lui aussi. Était-ce une habitude que l'on prenait avec l'ancienne Sainte des Poissons ? Son air s'assombrit. Son sourire fana comme ses roses.

« Simple visite, j'avais une furieuse envie de te revoir. Toi et ta jolie gueule de traître. »

Le sarcasme demeurait son seul atout en cet instant. Elle qui se trouvait dos au mur, acculée, blessée. Il en profiterait, c'était une certitude. Nimuë aussi. La dernière fois qu'ils s'étaient vus tous les deux, Nimuë avait annoncé la terrible vérité aux hommes de son équipage, pensant que cette dernière n'avait au final, pas autant d'importance que cela. Ils avaient tant partagé. Elle s'était lourdement trompée.

Pourquoi avoir semé la graine de la discorde, Endymion ?

« Et toi ? Pourquoi es-tu ici ? Tu as repéré mon bateau et Old John ? Tu dois être déçu, nous n'arborons plus le drapeau noir, mais celui des atlantes. »

Son sourire s'effaça.

« Eh oui très cher, je ne suis pas une « pieuse » Sainte, je ne l'ai jamais été d'ailleurs. Poséidon en personne m'a sauvé. »

Elle s'avança de quelques pas dans sa direction, s'arrêta. Un rayon de lumière tomba sur eux, illuminant sa flamboyante chevelure. Les traits fins de son visage qu'il voyait pour la première fois, sans ce masque de fer qu'elle n'avait jamais eut de cesse de porter, même avec lui, quand elle était encore Jack O'Bannon. La beauté des Poissons, le charme hypnotique de la Sirène Maléfique. Une cicatrice barrant son œil gauche. Récente. Encore douloureuse.






© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 11:42
Le diable.
Prince des excès, de la luxure, neutralité dans son égoïsme. Nimue me connaissait si bien...
Je lui répondis par un simple rire de dérision à mon égard. Que pouvais-je répondre d'autre ? Mais l'heure n'était pourtant pas à l'amusement. L'ancienne sainte des Poissons me transperça de l'une de ses répliques assassines, m'insultant en tant que traitre. L'ironie de son propos ne manquait pas de saveur.
Tout comme son sourire disparu, le mien s'effaça comme un mot d'amour dessiné sur du sable recouvert par une soudaine écume.

Alors tu n'as toujours pas compris ? Tu ignores les raisons de cette mutinerie, de ma colère ? Non, vraiment, tu y voyais bien plus clair lorsque tu portais un masque.

L'amertume que je pensais dominer me rattrapa soudain, voilant quelques instants la pureté de mon regard. J'étais prêt à lui pardonner, mais pas à l'absoudre de cette ignorance qui me révoltait. Guidée par l'éveil de mon cosmos, une nouvelle carte apparue dans ma main et avec lenteur, j'en dévoilais la nature à mon interlocutrice : le Pendu.

Durant combien d'années m'as-tu abusé ? Notre relation de confiance et de respect fut basée sur un mensonge par ta faute ! En dévoilant ta vraie nature, tu as également révéler le peu d'estime que tu me portais. Non, je ne suis pas un traitre. Je suis un amoureux blessé.

Cruelle révélation, non par les épines du mensonges mais par le venin d'une douloureuses vérité. Comme elle, je m'approchais de quelques pas pour plonger mon regard dans le sien. Elle voulait comprendre ? Soit.

Je t'aimais, Jack O'Bannon. Jusqu'à ce que je m'aperçoive que tout n'était que tromperie. Femme ou homme, cela n'a aucune importance. C'est le mensonge qui engendra la révolte.

Mon sourire goguenard refit bien vite son apparition, tel le soleil dominant une mer de nuages sombres.

Ils sont tous morts. Les mutins. Car si je t'ai blessé par amour déçu, eux ne l'ont fait que par misogynie. Penses-tu donc... Ces soudards diriger par une femme ? Ils ne pouvaient l'accepter. Et en ont payer le prix fort.

Une délicieuse revanche envers ces êtres inférieurs. Ces pirates veules, ces moutons stupides que j'avais consciemment mener à abattoir pour servir mes intérêts.
A l'évocation de Poséidon, mon sourire s'étira de plus belle. Ô dieux, avec quel talent vous savez vous jouer de nous autres ?

Ainsi donc, tu sers donc l'empereur des Océans désormais... Dommage pour toi, mais nous nous retrouvons donc de nouveau sur le même navire, capitaine. A croire qu'il s'agit là d'un caprice de la destinée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 12:41
Solitaire







Tu y voyais bien plus clair lorsque tu portais un masque.

Tout avait été bien plus simple en le portant, tout. Les rapports avec ces hommes revêches , violents et cruels. Elle n'avait eu qu'à faire croire à une obscur maladie et transformer sa voix pour créer l'illusion. Masquer ses incertitudes, ses émotions quand elles furent -trop- souvent malmenées. Surtout avec lui. Endymion. Oui, elle le connaissait si bien, mais la jeune femme ne s'était jamais résolue à lui ouvrir son cœur. En y songeant, qui avait eut ce véritable honneur ? Le Lion d'Or, probablement mais cela n'avait été qu'un coup du Destin, une vaste blague dont elle avait prit conscience que bien après, quand elle s'était rendue compte qu'elle n'était pas face à lui. Lucius. Ô si Endymion, l'ancienne Sainte des Poissons l'avait vaguement deviné, mais comment aurait-elle pu comprendre et accepter un sentiment qui s'était vu entaché par la vilenie d'un homme qui l'avait brisé ?

Elle gardait le silence et la tête basse, ravalant ses mots, les sentiments qui déferlaient en elle et teintait légèrement son aura d'une note sanglante. La jeune pirate observa la carte avec gravité. Le pendu. Un homme accroché par un pied qui se balançait dans le vide. Qu'est-ce que cela signifiait aux yeux de celui qui faut par le passé, l'un de ses hommes de main ? Si ce n'est l'un des plus important que constituait sa flotte de barbare, avec John. Avec lui, il fallait toujours chercher plus loin, là où d'autres se contentaient de balayer la surface, elle, bien souvent, avait envoyé des pierres dans la mare. Porter ce masque l'avait toujours aidé dans ce sens, à creuser plus profondément pour les comprendre tout en mettant une distance, salutaire, pour elle, avec les autres. Avec tout le monde.

Nimuë recula d'un pas instinctif quand il lui parla d'amour. Son visage était devenu livide. Ce mot là la frappait plus durement que n'importe quel poignard. Il la terrifiait et l'entendre de sa bouche la fit se mouvoir de plus en plus rapidement vers l'ombrage de l'arbre sous lequel elle avait voulu trouver un peu de repos.

Mensonge, tromperie. Oui, elle lui avait menti. Comme à tous les autres. Il ne comprenait pas, non, il ne pouvait pas comprendre. Son cœur se serrait dans sa poitrine, la faisant suffoquer. Elle baissait les yeux. Elle attendit la fin de son discours. Rejetait de toutes ses forces, l'ombre de son maître qui la toisait dans le noir.

« Je jouais un rôle, Endymion. » Finit-elle par déclarer après une longue pause. « Par égoïsme ? Peut-être, parce que je voulais me protéger de … tout, je crois. J'avais peur, j'ai toujours peur. De toi, des autres, des sentiments qui … ô mais ça n'a plus d'importance. Mais je ne comprends pas que tu ne l'ai pas compris. Toi aussi tu aurais sans doute dû essayer le masque. Il y avait des signes qui ne trompaient pas, Endymion, j'ai essayé, vraiment, de te le dire. Mais je ne le pouvais pas, je n'y suis jamais parvenu. Je jouais un rôle. Pour tenter de me persuader que moi aussi, je pouvais … »

Être normale ?

« Mon masque, mon sang empoisonné, au final ce n'est qu'une façade ! Une barrière dont je pouvais me servir comme un bouclier contre vous. C'était tellement simple, si facile. Une belle excuse pour fuir. Fuir … je n'ai jamais cessé de le faire. Mais je n'ai jamais avoué la raison de tout ceci. Même pas à toi, même pas à John. Ce n'est pas une question de confiance, c'est pire que ça. Mais maintenant que je suis sans défense. Je ne sais pas quoi faire. Qui être, comment agir, comment me protéger. »

Elle avouait qu'elle était sans défenses. C'était absurde, elle le savait. Se laisser aller de la sorte devant lui était dangereux, autant que pénible. Tant pis, le mal était fait. La destinée avait décidé de les réunir après tout. Elle se prit à rire, désabusée. La désillusion était forte, cocasse. Se mettre à nue de la sorte ne lui ressemblait pas. Ou si peu. Nimuë avait toujours été franche, mais pas de cette façon. Pas avec n'importe qui. Sa convalescence faisait resurgir ses faiblesses qu'elle n'acceptait pas. Face au pragmatisme de Liao, elle avait pu trouver un moyen détourné de lui avouer certaines choses qu'il n'avait pas saisi, enfin, c'était l'impression qu'il renvoyait. Mais face au reflet de son passé ? Face à ce reflet qui portait le nom d'Endymion ? Dans quel nouveau jeu dangereux te risques tu, Nimuë ?

« Silver a survécu. » Fit-elle d'une voix blanche. « Il y a quelques semaines il a essayé de reprendre le navire, et de tuer John. Il semble que … tu … ais fait le moitié du travail, Endy'. Je pensais que c'était toi qui dirigeait les opérations, mais maintenant, je n'y crois plus. Nous sommes sur le même bateau ? Poséidon a le sens de l'humour, alors. Je suis la Générale de la Sirène Maléfique. Et toi, qui es-tu désormais ? »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 18:25
Un rôle, voilà qui était la personne dont je m'étais épris. Pour un peu, j'aurais ricaner de ma propre stupidité.
Une vulgaire mascarade, du théâtre. Elle l'avouait sans honte, ce qui me fit d'autant plus mal. Alors je l'écoutais se dévoiler enfin. Trop tard peut être. Elle m'avait relégué au même rang que le premier mousse venu. Moi qui pensais avoir été proche d'elle, de lui, j'avais été tenu à l'écart et même ses explications me parurent creuses, vides. Cette femme semblait dominée par la peur. Incapable de faire confiance, et c'était bien là son problème. Le notre.
Aujourd'hui, Nimue payait son comportement au prix fort, et au fond de moi j'en jubilais. Juste retour des choses. A trop vouloir te protéger des autres, tu te retrouvais donc seule, faible et sans défense, ma belle ? J'en savourais tout le sel. Mais une part de moi continuait à l'aimer. Alors je ne dis rien. Je retins mes sarcasmes, mes reproches. Pour un homme comme moi, ce n'était déjà pas si mal. Que dire ? Une seule phrase me vint.

Sois toi même.

Comment pouvait-on douter de notre identité profonde ? A force de vivre sous la brume du mensonge, la voilà qui se retrouvait aujourd'hui dans cette situation peu enviable. Et étrangement, je ne comptais pas en profiter.
Sa révélation suivante m'extirpa de mes réflexions. Un rictus mauvais se dessina sur mon beau visage à l'évocation d'un nom dépourvu de respect à mes yeux.

Ne t'en fais pas. Je traquerais ce chien si nécessaire et je l’achèverais. A mon avis, s'il apprend que nous sommes de nouveau ensemble, il n'osera pas sortir de sa tanière de sitôt.

Silver... Un pirate médiocre, un brin plus doué que l'abruti violent commun. Mais rien de plus. Je pensais pourtant m'être débarrassé de lui dans le temple du cap Sounion. Il aurait au moins eu droit à une mort rapide et brutale. Un luxe dont il serait dépourvu si je mettais la main sur sa couenne crasseuse.
Le sourire retrouvé, je haussais un sourcil admiratif. La sirène maléfique... A bien y réfléchir, cette écaille collait parfaitement à la femme qui me faisait face. Devais-je lui répondre ou ménager le suspens ? Bah.

Endymion, Protecteur du pilier de l’Atlantique Nord et général du Dragon des mers, pour te servir.

Moqueur, je m'inclinais devant la belle, la dévisageant d'un air complice. Comme ces petites joutes m'avaient manquées... Et pourtant, ce n'était pas tout à fait elle à l'époque. Jack ou Nimue, il allait vraiment falloir que je m'y fasse.

Je n'ai pas encore eu le loisir d'explorer le royaume de Poséidon. Pourrais-tu me servir de guide à l'occasion ? Mais d'ailleurs... Quels sont tes projets, capitaine ? Tu attendais quelqu'un, peut être, avant mon interruption ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 19:21
Solitaire







« De nouveau ensemble, hm ? » Répliqua inconsciemment d'abord la Capitaine pirate, avant de sourire sans aucune retenue, amusée par son propre verbe. « Oh ne fait pas cette tête là ! J'ai l'impression que tu es presque … content d'apprendre ça. »

Nimuë O'Bannon partit dans un petit rire pour finalement ressortir de l'ombre de l'arbre sous laquelle elle s'était dissimulée. En vérité, la jeune femme ne s'était pas du tout attendu à pareil comportement. Le prélude avait été plus amer et elle s'étonnait de le voir si calme. Le calme après la tempête ? Elle en doutait très fortement. Cette nouvelle petite joute entre eux, cette danse – bien souvent macabre – ne faisait que commencer. Elle eut un petit sourire mutin à son attention, avant de croiser les bras sous sa poitrine, prenant un air plus sérieux quand Endymion se présenta, à sa manière toujours aussi théâtrale et guindée, qui il était à présent. Un Général ? Lui aussi ? Depuis combien de temps ? Il n'avait pas eut le temps de se rendre dans le domaine de Poséidon ? Cela voulait donc dire qu'il était ici depuis … peu de temps. Beaucoup de questions se bousculaient dans son esprit. L'allusion à la fin prématurée, à la traque plutôt, de leur « ami » commun lui donna une idée folle. Cette dernière devenait de plus en plus séduisante. Surtout depuis que ces mots résonnaient dans son esprit, inlassablement.

Sois toi-même.

Elle-même avait oublié, par la force des choses qui de la jeune adolescente vivante et pleine de rêves, à la jeune femme blessée et brisée par la main des Poissons originel, modelée à l'image d'un monstre à l'aspect humain, elle devait être. Son rôle qu'elle s'était attribuée, était une élément de réponse. C'était pour cette raison qu'elle avait quitté le Palais de Poséidon ainsi que le Légat pour revenir à la surface. La fin du conte s'était joué ici et la nouvelle petite Sirène espérait trouver … quelque chose.

Ou plutôt quelqu'un.

« Hm … va savoir ! Quant à mes projets, je t'avoue que je n'en ai pas vraiment. Je voulais revenir ici pour revoir John, lui et moi avions à parler. Je pensais pouvoir trouver un semblant de quiétude, à contempler l'Océan, toute seule et … te voilà. »

Finissant de s'extraire des ténèbres, la jeune femme à la longue chevelure rousse replaça son chapeau sur sa tête, inspira profondément et annonça son projet un peu fou.

« Allons débusquer ce chien. Ensemble. »

Un petit sourire en coin, une lueur farouche flottant au fond de ces prunelles pers, Nimuë était très sérieuse. Peut-être avait-elle besoin de cela. Un retour aux sources. Une nouvelle communion avec la Mer. Tant pis pour sa santé vacillante, ce n'était pas un couard qui allait lui faire peur ! Dans quelle entreprise insensée se lançait-elle encore ? Dépassant le Dragon des Mers, elle lui glissa un regard malicieux. S'arrêta sans se retourner.

« Eh bien quoi ? Tu disais vouloir l'achever de tes mains ? Si tu ne te presses pas, je serai plus rapide ! J'ai besoin d'un peu d'action. Nous aurons tout le temps après cette petite escapade rapide, de saluer le Légat. Tu ne le connais pas encore, probablement. Je te présenterais à lui. Après. »

Sans attendre la moindre réponse, elle continua son chemin, comme elle le faisait si souvent quand elle était capitaine. Ses ordres n'étaient pas à contester. À savoir à présent si le nouveau Dragon des Mers allait jouer le jeu, ou non.

« John fait savoir aux autres que nous allons lever l'ancre, nous avons une revanche à prendre sur Silver. »

« Q-quoi ? Nimuë tu n'y penses pas, dans ton état il … »

Tout à coup, le jeune homme s'immobilisa, tourna son regard par dessus l'épaule de la jeune femme. Ses poings se crispèrent.

« Toi ! »

Tempêta le Second du Capitaine en dardant son index dans la direction d'Endymion. Prêt à entrer dans une fureur destructrice, la jeune femme plaça une main douce mais ferme au travers l'épaule de son ami d'enfance.

« Je ne veux aucun règlement de compte sur mon navire. Vous êtes des adultes plus ou moins responsables, vous allez vous expliquer avec calme. Si vous n'y parvenez pas, je vous botterais le cul à tous les deux ! »

« Bien, Capitaine. »

Fut la réponse de John, plein d'amertume. Il ne ferait pas d'esclandre mais, au vu du regard qu'il lançait au marina, nul doute qu'il ne le portait plus dans son cœur, et qu'il le surveillerait.

« En route pour le Cap Sounion ! »

Clama la jeune femme au reste de l'équipage qui, automatiquement, se mirent à leur poste. Satisfaite la jeune femme tourna les talons pour s'enfoncer dans le ventre noir de son navire. Elle ouvrit la porte menant à sa cabine et la laissa ouverte. Après un regard rapide, elle s'amusa du fait que sa baignoire était une nouvelle fois remplie d'une eau visiblement chaude, preuve que ce pauvre John s'était encore donné un mal fou pour essayer de s'excuser et de lui faire plaisir. Quelques uns de ses légendaires gâteaux -absolument immondes- trônaient sur son bureau. Elle n'y toucha même pas, repoussa l'assiette pour se saisir d'une carte, qu'elle étudia, tranquillement, appuyée contre le rebord de la fenêtre. À la faveur du clair de lune.

Sois toi même. Un fin sourire ourla ses lèvres. Une occasion lui était donnée de l'être. Ou de découvrir ce qu'elle voulait devenir.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 20:17
S'il y a bien une chose qui surpasse ma beauté, c'est mon sens de la stratégie. Or, pour une fois, je fus pris totalement au dépourvu. En quelques phrases, voilà qu'elle venait de m'absoudre. Et je réalisais alors qu'il en était pareil pour moi.
Ma rancoeur, mon sentiment de trahison... Tout semblait si futile après cet échange. Nous étions reparti comme jadis, elle capitaine, moi son fidèle compagnon. Deux têtes d'une hydre pirate dont le seul nom faisait trembler. Elle me donna ses ordres et me passa devant, sure que je la suivrais jusqu'au bout du monde. Que croyait-elle ?! Cette époque était bel et bien révol...
Difficile de poursuivre ces protestations intérieures, lorsque mon instinct prend le pas sur ma raison. Par réflexe, je l'avais suivi sans me poser de questions, nageant dans son sillage en espérant la protéger de tout mal. Soufflant à son oreille les pires stratégies pour vaincre sans état d'âme nos adversaires. Nous voici dans une image figée, répétée mille fois. Avec tout de même un subtil changement. Du capitaine que j'avais tant aimé restait son âme : une femme à la chevelure flamboyante.

Bien, capitaine.

Deux mots lourds de sens, répétés tant et tant de fois. Impossible d'agir autrement. Car au fond je n'aspirais qu'à retrouver cette complicité. Ce type de relation si rare, et donc précieuse, dans une existence d'opportunisme et de cruauté dédiée à mon égoïsme assumé.
Je la suivis donc sagement, dévorant du regard sa croupe, sa crinière qui voletait telle la plus belle des capelines, sa démarche. Oui, j'aurais suivi cette personne, homme de mon souvenir, femme de mon présent, n'importe où.
Malheureusement, Old John ne fit pas preuve du même tempérament. Nulle nostalgie dans sa vindicte et son regard. Je lui rendis un sourire moqueur, le saluant d'un geste de la main méprisant.

Encore vivant, vieille carne ? J'en suis heureux. Ton odeur de sardine m'aurait probablement manquer.

Prévoyante et réactive, Nimue nous calma l'un comme l'autre, démontrant une fois encore que son autorité demeurait intacte. Un nouvel équipage... Je promenais un regard avide pour mémoriser chaque visage, les jugeant au passage. Pas mal, elle avait largement gagnée au change.
Ombre de sa flamme, je la suivis dans sa cabine, comme à mon habitude. Me glissant dans l'ombre, prêt de la porte, pour la dévorer d'un regard avide. Une idée me vint alors, sans malice. Puisqu'il semblait nécessaire d'agir comme jadis, alors autant ne pas me réfréner. Laissant Nimue à son étude, j'entrepris de me dévêtir sans une once de pudeur, posant mes vêtements sur la chaise qui m'était d'ordinaire réservée.
Nu comme un ver et totalement indifférent à cet état, je me rapprochais de la baignoire pour y tremper la main. La température était parfaite.

Comme à la bonne époque...

Cette habitude que j'avais prise de profiter de la baignoire du capitaine, en sa présence en non, m'amusa d'autant plus vu la situation. Les yeux brillants d'un sourd défi, je me glissais dans l'eau délicieuse, pour y prendre toute mon aise.

Ne vous gênez pas pour moi, Capitaine. Maintenant que votre secret n'est plus, inutile de vous priez de ce plaisir. Quand je pense à toutes les fois où j'ai espéré que vous me rejoignez dans cette eau... Je comprends mieux votre attitude que je prenais pour de la simple pudeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 21:32
Solitaire







Elle parcourait avec sérieux le document parcheminé. Revivre ces quelques instants, même fugaces d'une préparation minutieuse en vue d'une mission d'importance, l'exaltait. Quelle était cette chaleur, ce sentiment qui prenait peu à peu place là, au creux de sa poitrine ? C'était si chaud, si agréable, et pourtant, dérangeant. Nimuë n'avait pas prêté sur l'instant au fait qu'Endymion l'ait rejoint. Il avait toujours agi de la sorte, à se glisser dans ses pas. C'était naturel, et il revenait au galop. Plus encore en découvrant, non sans stupeur, qu'il était en train de se dévêtir. Sur le moment, la jeune femme ne sut comment réagir. Que dire, que faire. Ses doigts se crispèrent légèrement sur le papier, le froissant par la même occasion. Ses yeux pers, malgré eux, se prirent à détailler ce corps parfait, à en dessiner chaque contours. L'immaculée de cette peau tranchait d'une manière saisissante dans l'obscurité ambiante. John avait oublié d'allumer les bougies. À moins que ce soit là l'effet du vent qui s'était engouffré dans la pièce pour les faire mourir ? Interdite, la jeune femme finit par se redresser. Avec lenteur.

Soudain, l'expression de son visage se paraît de stupéfaction, d'indignation même. Elle porta sa main devant son regard, se détourna, en bafouillant des propos incompréhensibles. S'il avait pu la voir avant qu'il ne se retourne, assurément, il aurait vu son sourire. Mais dans ce clair obscur, l'extase du moment, celui du contact de l'eau contre sa chair, comment aurait-il pu deviner la supercherie ?

Elle continua de mimer un air outré, appuyé par quelques mots haletants.

« E-Endy' ! Qu'est-ce que … Mais qu'est ce que tu fais ! »

Il y eut un grand silence pour marquer avec plus de force, son éclat de rire. La jeune pirate s'esclaffait sans pouvoir se retenir, rendue hilare par la situation. Des larmes aux coins de ses yeux qu'elle essuya prestement, la belle s'essaya à plus de sérieux. Prit le temps de d'allumer quelques bougies. Leur lumière éclaira un peu plus la cabine jusqu'ici plongée dans le noir. Leurs feux s'accrochaient à sa chevelure, oriflamme secouée par une autre légère brise. Elle entendit les hommes s'agiter au dessus de leurs têtes. Un petit sourire orna son faciès de poupée de porcelaine. Une poupée abîmée. Mais qui conservait son expression enjôleuse.

« Comme à la bonne époque. Tu n'as vraiment aucune pudeur, Endymion. Heureusement que je ne me choque pas de ce genre de chose. Mais évite de faire cela avec le Légat, je crois qu'il risquerait de faire une attaque. Je ne saurais dire pour les autres, en revanche. »

Elle continua de s'approcher mais finit par s'arrêter, à une distance raisonnable.

« Tu sais très bien pourquoi je ne t'ai jamais rejoins, Endymion. En fait … Non, tu ne le sais pas. Hm … Jusqu'à récemment, cela, tu le sais, mon sang était empoisonné. Une simple goutte de sang aurait suffit à t'envoyer au royaume des Morts. C'était ma malédiction, mon fardeau. J'étais un monstre. Mais je ne voulais pas vous faire du mal. Te faire du mal. Cette … pudeur comme tu dis, c'était une protection supplémentaire. Ah ... »

Soupira t-elle en songeant une nouvelle fois au Sanctuaire et à ses rencontres avec les chevaliers d'Or. Ils n'avaient pas réellement comprit, sauf rares exceptions, le danger qu'elle représentait. Ce qui la rongeait véritablement. Sans s'en rendre compte, la belle glissait dans ses réflexions, se mordait la lèvre inférieure tout en tortillant nerveusement une mèche de cheveux entre ses doigts.

« Mais j'en suis toujours un hm ? » Une pause. Mélancolique.  « ... Pourquoi ? Était-ce si compliqué à comprendre ? Que je sois un homme ou une femme, cela ne change rien. Je ne suis pas prête. À comprendre … ça. Tu espérais dis-tu ? Tu m'aimais ? C'est vraiment … horrible. Comment ? Pourquoi ? Et le masque ? »

Un pas, puis un second, ses mains s'accrochèrent au rebord de la baignoire. La jeune femme s'agenouilla, observa un moment celui qu'elle pensait être son pire ennemi. Celui qui avait fait basculer son Destin. Qui l'avait blessé.

« Cela a dû être terriblement douloureux, Endymion. Cette douleur, j'espère qu'elle s'est envolée ? Cette souffrance. »

S'il te plaît, dis moi qu'elle est partie, loin de ton cœur et de ton esprit. Je ne veux pas être un fantôme de ton passé. L'amour est quelque chose de si ... monstrueux.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 22:03
Ce rire... Quel plaisir communicatif.
Mon sourire s'étira à mesure qu'elle se laissait aller à une bonne humeur qui tranchait tant avec la tristesse qu'elle avait tacher de cacher jusqu'alors. Je haussais les épaules en entendant parler de mon manque de pudeur. Lorsqu'on dispose d'un corps comme le mien, pourquoi ne pas l'exhiber ? Bah.
Nous avions toujours été ainsi. Sauf que maintenant je savais que j'avais passé ces dernières années à me baigner devant une femme. Au final, cela ne changeait pas grand chose.
La lumière s'amplifia, dévoilant chaque parcelle de beauté de son sublime visage. Diable, cette femme était vraiment une déesse... Qu'importe ses blessures ou cicatrices, je ne distinguais que son essence même. Celle d'une perfection qui s'ignore.
Je la dévorais du regard, sans daigner me cacher. A quoi bon masquer mon attirance ? Qu'elle penche légèrement le regard, et elle constaterait bien vite l'effet qu'elle avait sur moi.
Redevenue sérieuse, après s'être légèrement rapprochée, elle tenta une fois encore de se dévoiler. Non pour se faire aimer, mais pour être jugée, haïe. Cela me stupéfia. Un tel degré de souffrance...

Ne sois pas ridicule. On finira bien par tous crever un jour, non ? Que je m'expose à ton sang ou que je me fasse embrocher par l'un de pauvres types à qui nous avons voler toute richesse, quelle est la différence ?

De nouveau sérieux moi aussi, je m'avançais vers elle, restant toujours à moitié immergé.

Qui te dit qu'en couchant avec une gueuse ou un jouvenceau, je n'aurais pu attraper une maladie quelconque et mourir comme un lépreux ? Qui vit, meurt. C'est pour ça que je savoure pleinement tous les plaisirs sans retenue. Parce que je sais qu'un jour...

Je ne terminais pas ma phrase, tant l'issue était évidente. Mes yeux dans les siens, je m'avançais encore jusqu'à toucher de mon torse le rebord de la baignoire, lui dévoilant langoureusement le bas de mes reins.

L'amour ne s’embarrasse pas du contrôle. Il est brutal, dévorant, douloureux, délicieusement douloureux... Il est aveugle, sourd, muet mais il te saisit sans prévenir et t'étouffe si tu te refuse à lui. Il se fiche des conséquences, des limites, des différences. Qu'importe ton visage masqué, j'aimais tout de toi. Ton allure, ton charisme, ta démarche, ton odeur... Toi, juste toi. Uniquement toi.

Vif comme un serpent, je bondis pour lui saisir les bras avec douceur, l'entrainant vers l'eau chaude, l'accompagnant par un sourire de défi. Elle pouvait se retirer de cette étreinte. Je ne la forcerais pas.

Nous sommes tous des monstres, Nimue. Car l'humain est ainsi fait. Chacun à sa part d'abject et de mort, que ce soit par le physique, les vices, le manque de morale. Ta part de monstruosité fut juste plus sévère que celle des autres... Mais dis-moi, un fou qui assassine femme et enfant car leur religion, ou même leur couleur de peau, leur culture est différente, est-il pire ou meilleur que toi ? Moi, je le sais déjà.

Je l'entrainais plus loin, toujours plus loin, lui faisant toucher de ses doigts l'eau chaude et ma peau. Sans contrainte. Juste par proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 22:50
Solitaire







Sois toi même.

Son franc parler m'avait manqué. Sa vision des choses, la manière dont il abordait la vie, avec sa philosophie toute particulière. Mais plus important encore il disait les mots que j'avais toujours voulu entendre. Au fond. Profondément enfouis sous une couche noire de rancœur, de ressentiment envers moi-même et ce que j'étais devenue. La manière dont on m'avait tourné le dos, muselée, puis abusée. La vie m'était apparue bien fade jusqu'au jour où il m'avait été permit de vivre pleinement, en mer, en tant que pirate. En tant que Sainte, mais d'une manière bien différente de mes pairs. Parce que Bélisaire s'était montré compréhensif à mon endroit. Mes craintes, du mal que je pourrais causer. En fin de compte je n'avais été qu'une gangrène quand il m'avait rappeler à lui. À eux. Au Sanctuaire. La désillusion fut forte, j'avais été obligé d'abandonner cette vie pour porter la cape blanche des Saints. Comme j'avais été idiote. Dès les premiers instants, dès ma première montée des marches, avait été une descente aux Enfers. Peu à peu la rose que j'étais s'était fanée. Si j'étais restée là-bas, je serais morte. Je le sais.

Le Sanctuaire m'avait tué. Le Poison, la Malédiction. Tout ceci m'étais apparue très clairement, plus encore en rencontrant Airôth pour la seconde fois. Lui avait comprit. Lui avait su lire dans mes yeux, dans mon cœur à quel point j'étais tourmentée. Il avait accepté mon départ. Quand un autre avait essayé de me retenir.

Nous finissons tous par mourir. C'était inéluctable et pourtant, je m'étais empêchée de vivre, de ressentir un véritable espoir prendre racine dans mon cœur. J'avais des projets que j'avais dû balayer à cause de Satine, à cause d'un tas d'autres choses. Le cœur des hommes me faisait peur. Ce qui pouvait encore se cacher dans le mien. Entourée d'une muraille qui se voulait infranchissable, j'assistais, incrédule, à un assaut terrible contre cette dernière. Malmenée par Endymion. Le Diable, le Pendu. Qu'étais-je moi ?

« L'Ermite. »

Soufflais-je hagard tandis qu'il m'entraînait dans son sillage, cette lueur de malice dans ce regard mordoré. Le Diable. Ô me laisserais-je tenter comme Eve ?

« Je suis l'Ermite, c'est la carte que tu as tiré pour moi, n'est-ce pas ? »

Je m'immobilisais au dessus de l'eau, prête à sombrer. Quelques mèches de mes cheveux glissèrent de mes épaules pour se mêler à la surface miroitante. Je me crispais, me perdais un instant dans ses yeux. J'y entrevis mon reflet. Ma mine troublée. Je sentais sa course folle, ce tambour de guerre qui frappait contre ma poitrine, mes tempes. Les yeux écarquillés, je retenais mon souffle. Mon cœur.

Uniquement moi ? Mais je ne sais pas qui je suis, Endymion.

Voilà ce que criait mes prunelles voilées par un rideau aqueux et brillant. Une larme naquit pour dégringoler le long de ma joue pâle et fiévreuse. J'avais l'impression de suffoquer. Quelle emprise as-tu sur moi Endymion ? Toi que j'avais haïs, oublié, relégué très loin dans les méandres troubles de ma mémoire. À quel jeu abjecte s'amusait encore les Moires à mes dépends ?! Tout à coup je sentis mes jambes me trahir et je basculais en avant.

Je fermais les yeux. Je le revis, très nettement, son image dans mon esprit. Lucius. Mais il était trop tard pour me débattre contre la force de gravité. Un cri étouffé éclata dans ma cabine, et enfin le son d'une grande éclaboussure.

J'ai tellement peur. Je fermais les yeux, me recroquevillais tel un animal blessé.

« Je suis l'Ermite … Tu l'as dis, seule, à jamais. »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Sam 23 Avr - 23:20
Elle chutait, elle cédait à la promesse que je lui offrais. Et pourtant, malgré ce que son corps prédisait, ses mots refusaient. Encore et encore. Cherchant la lumière d'un espoir qu'elle repoussait de toutes ses forces.

Chaque fois que tu vois enfin le soleil, tu détournes le retard pour te plaindre de la nuit qui t'effraie...

Un murmure vite dissipé. L'aura t-elle entendu ?
Nous étions donc là, l'un contre l'autre. Elle vêtue de son costume de capitaine, moi fier de ma nudité. Toujours divinement souriant, du faciès du démon, du tentateur, je révélais son menton pour qu'elle ne se dérobe plus à mon regard, bien plus expressif que mes mots.

L'Ermite est seul car il a la connaissance de la vérité profonde de notre monde. La carte qui lui est la plus proche est le Diable, puisque tout deux sont les symboles du "Porteur de lumière", celui qui voit le monde tel qu'il est. Nous sommes donc chacun une facette de Lucifer, et c'est pourquoi nous serons à jamais des âmes isolées du reste du commun des mortels.

Etais-je tendre ? Moi ? Cela ne manquait pas de piquant. Et pourtant, si elle m'offrait le trésor que renfermait son coeur meurtri, je lui tendais en retour une facette de ma personnalité que je craignais de connaitre et de révéler. Âmes jumelles, destins liés.
Lorsqu'elle se recroquevilla, je me mis à la serrer contre ma poitrine. Et nous restâmes là, immobiles et silencieux dans une eau encore tiède. Seuls au monde. Mais ensemble. Le doux mouvement de l'océan nous berça et me poussa à souffler une autre vérité, qu'elle n'avait peut être pas encore aborder.

Poséidon n'a que faire des individus liés à ce monde corrompu. Ni toi, ni moi n'entrons dans cette catégorie et c'est pourquoi il nous accorde sa confiance. Cette humanité qui voit en toi un monstre... Elle ne mérite pas d'exister. Ils se complaisent tous dans le mensonge, le rejet de l'autre. Ils se dévorent tels des cannibales. Alors n'est pas honte de voir de tes yeux la vérité. Au contraire, fais de cette acuité une force, et rien ni personne au monde ne pourra plus te blesser.

Avec lenteur, je me mis à caresser ses doux cheveux, oubliant même quelques instants mon désir, pourtant ardent. Le sexe n'aurait pas été à la hauteur de la communion que nous étions en train de vivre. Je le sentais dans tout mon être. Et elle ?

Sirène maléfique, qu'importe si tu te sens seule, car tu ne le sera jamais vraiment. Si tu tournes enfin le regard vers l'étoile qui brille en toi, tu y verras un éclat que nul ne pourra ternir hormis... Tes propres doutes. Es-tu seule en ce moment ? Non, alors rejette l'incertitude du lendemain. Tu y seras bien assez vite.

Prendre ce que la vie nous offre à l'instant, sans aller au delà, tel est la véritable sagesse. Elle pouvait, elle devait le comprendre. Je n'allais pas lui offrir la promesse d'un lendemain à sa convenance. Je préférais lui tendre la main sans savoir si elle la relâcherait au lever du soleil. La Sainte devait mourir pour laisser place à la générale des mers, servante d'un dieu convaincu que ce monde mérite un dléuge purificateur. Pour ma part, j'avais assez souffert de l'humanité pour approuver pleinement cette divine décision. Nimue aussi, mais elle devait en prendre conscience. Pour refaire chanter son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Dim 24 Avr - 0:33
Solitaire







J'ai toujours aimé le Soleil. Je l'ai toujours longtemps regarder se lever dans le ciel, souvent suivit sa progression. Sa chaleur, son feu. Le voir mourir chaque soir, avalé par la mer, me laissait une impression autant étrange qu'exaltante. Une promesse. Celle de le revoir se lever le jour suivant, à l'aube, accompagné de ses éclatantes couleurs. L'or le rose et l'orange. Souvent j'avais grimpé, au risque de me rompre le cou, jusqu'à la toiture de la maison de ma famille adoptive, simple pêcheur, que j'avais appris à aimer. Comme John qui avait été leur fil bien-aimé. C'était donc cela, l'espoir ? Une promesse de revoir la lumière le matin venu ? C'était ce que j'avais ressenti lorsque je m'étais tenue aux côtés de Liao alors que nous avions devisés toute la nuit et que la lumière de l'aurore nous avait touché. Mais il avait raison. Profondément raison. Il mettait le doigt sur le problème. Toujours, chaque fois que j'entrevoyais la lumière, c'était pour mieux voir une ombre grandir derrière moi et s'étendre de plus en plus loin. Toujours plus loin, dangereuse, à me happer en son sein. Lucius. Il m'avait dévasté.

Cette fois encore, je le voyais, tandis que j'ouvrais avec difficulté mes prunelles de peur de le voir. Je n'avais pas de certitude, pour autant mon cœur s'était prit à battre plus follement dans ma poitrine. Je me pris à pleurer en silence, à enfouir mon petit minois contre sa poitrine. Je sanglotais comme une enfant apeurée, terrifiée par le monstre qui n'avait de cesse de la hanter. Il m'avait détruit. Il m'avait marqué du sceau de l'ignominie, d'un terrible fléau indélébile. Seule, à tout jamais. Lui aussi m'avait glissé ces mots à mon oreille, avant de mourir. Mais il n'était pas mort, il vivait encore, d'une certaine manière. M'épouvantait. Son spectre une fois, c'était manifesté et l'impression de le voir glisser entre ombre et lumière m'avait rendue muette et tremblante entre les mains du Diable.

« La plus proche ? »

Il avait capturé mon menton entre ses doigts. Je me laissais faire, triste pantin entre ses mains expertes. Brièvement pourtant mes yeux cherchèrent à fuir pour m'assurer qu'il n'était plus là. Lucius. Un nouveau frisson me parcourus l'échine.

« Des âmes isolées ? »

Répétais-je dans un souffle sans m'en rendre compte tant cela me semblait irréel. Et pourtant si criant d'une vérité que j'avais du mal à accepter.

« Nous sommes … différents des autres. »

Cela, je l'affirmais. Je sentis ses bras s'enrouler autour de moi, dans une étreinte se voulant rassurante. Il ne cherchait pas à m'abuser. Non. Mais déjà l'ombre d'une incertitude fleurissait comme l'une de mes roses libérant son parfum, son poison mortel. Je n'avais jamais accepté pareille étreinte, pas lorsque je me savais néfaste. J'avais très souvent cherché à me défiler, comme un poisson hors de l'eau. Je n'avais eu de cesse de fuir, de me dérober. Par peur, cette peur que je lui avait révélé, toute crue. Combien de temps nous étions restés ainsi, sans oser bouger ? J'osais à peine respirer, j'évitais soigneusement de le toucher avec mes mains. Les habitudes étaient tenaces et je me faisais désormais violence. Or, il brisa une fois encore le silence. Si vaste, si beau. Mais la musicalité de sa voix me calma un peu. Le sens de son discours aussi. J'eus un petit sourire timide.

« Libre … c'est cela … que je cherchais … à tout prix … »

Une évidence, que je connaissais déjà mais … elle m'apparaissait sous un jour nouveau. Si clairement. Mon sourire se fit plus serein.

« Oui … ils n'ont jamais compris … jamais … » Une pause. « Mais le Diable et l'Ermite ? »

Je fermais les yeux me laissa porter ailleurs où le chant des vagues était si beau. Si sereine, je l'étais.

« Je suis tellement désolée Endymion, de t'avoir menti … Toutes ces années. »

Rien ni personne au monde ne pourra plus te blesser. On aurait dit qu'une éternité venait de s'écouler. Je sentais ses doigts parcourir ma chevelure carmine. J'essuyais mes yeux d'un revers de la main, j'étais la Sirène Maléfique. Celle qui porte la voix de la Mort. Beaucoup aurait à me craindre.

« Vivre au jour le jour, c'était ce que je faisais quand … j'étais avec vous. Jusqu'à ce qu'on m'arrache à mes rêves. Je m'étais inutilement aveuglée et j'en ai souffert. Plus personne ne pourra jamais m'enlever … ça. »

Je redressais mon buste, fièrement, l’œil allumé d'une détermination farouche, nouvelle. Rêveusement je me pris à replacer l'une des mèches sombre de la chevelure du jeune homme derrière son oreille.

« Je ne te pensais pas aussi … philosophe. Tu … as un sacré pouvoir … mais tu le sais, cela, n'est-ce pas, Diable de malheur ? »

Quel sort m'as-tu jeté ? Je me rembrunis.

« Tu dois savoir quelque chose sur moi, Diable. L'Ermite que je suis ignore bien des choses, je ne suis pas … habituée à ce genre de contact. Cela me dérange. Je cache cela derrière ma désinvolture et mon apparente assurance mais … ce n'est qu'un leurre. J'ai ... »

Je détournais les yeux vers les ombres. Pour me plaindre de la nuit qui m'effrayait tant. Lucius.

« Un homme m'a brisé, il y a longtemps. Il … » Je ne parvenais pas à le dire. La seule fois que j'y étais parvenue, ce fut cette nuit-là, quand j'avais détruis par mes sarments épineux, le jardin de Childéric. « … Il m'aimait. Lui aussi. Il m'a façonné à son image, m'a jeté dans l'opprobre pour me rendre monstrueuse. Une bête de sang, c'est ce que je suis, j'étais. Une rose magnifique destinée à tuer tout ce qu'elle effleurait. Nous étions deux Ermites. Ensemble, seuls au Monde alors j'ai cru l'aimer aussi. Mais je le haïssais, je le hais toujours. Manipulée, torturée, violentée. Voilà ce qu'a été mon passé. J'en porte encore les cicatrices quand il me jetait dans son champ de ronces pour supporter le poison, la fragrance des roses. »

Je me tournais alors pour lui présenter mon dos.

« Regardes toi-même. »

Toutes les cicatrices que je porte, elles le constellent. Fouets d'épines, autant de marques profondes, indélébiles. Stigmates. Ce qui faisait de moi un Monstre. Hideuse. Comment pourrais-je oublier.

« Comment pourrais-je jamais les effacer ? Réellement ? Pas … Ainsi. »

Alors petit à petit sous l'effet de mon cosmos, les plaies commençaient à s'effacer pour ne laisser qu'une peau blanche et lisse au toucher.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Dim 24 Avr - 11:59
La voilà qui demande conseil au Diable. Quelle belle évolution de cette ancienne sainte, qui distingue enfin la vérité.
Ainsi donc un homme seul fut la cause de tant de mal. Je l'écoutais en hochant la tête, perdu dans mes réflexions. Le seul individu a avoir tenté de me faire subir un sort semblable était mon géniteur. Un prêtre influent et ambitieux. Haine et amour avaient jonchés la route de notre relation filiale. Jusqu'à ce que je réponde à sa violence par un couteau planté dans sa gorge de chair. Nimue aurait dû faire de même.
Elle me présenta des excuses qui me laissèrent de marbre. Ce qui est fait est fait, et je ne suis pas homme à m'attacher au passé.
Je finis par lâcher un long soupir, prélude à une réponse implacable.

Pourquoi ne peux-tu pas vivre dans le présent ? Tu penses à un futur incertain... Ou tu portes comme un poids sur tes épaules le poids d'un passé sur lequel tu n'as plus aucune prise. Cet homme t'a brisée ? Et alors ? Au lieu de porter ces stigmates comme une malédiction honteuse, transforme les en rappel d'un temps révolu. Pour ne plus jamais commettre les mêmes erreurs, pour ne plus laisser un individu te maltraiter de la sorte.

Dur pragmatisme. Les humains étaient ainsi faits, à se torturer pour un passé ancien, et apeurés par les mystères du demain. Mon doigt caressa sa joue, alors que mon regard se promenait sur ce corps idéal. Comme il est étrange de voir une telle perfection se faner en toute conscience...

Ne reste pas prisonnière de cet homme. De victime devient bourreau. Apprends de tes erreurs, Nimue, et avance sans te retourner. Jamais. Connais-tu la Bible chrétienne ? L'épisode de Sodome et Gomorrhe ? Sais-tu ce qu'il advient de celui ou celle qui se retourne vers son passé ? Il se transforme en statue de sel. Tant que tu seras mortelle, ta chair sera faible, martyrisée, gravée de mille maux. Tout ceci n'est rien car la mort emportera tout.

Mon étreinte resta légère, pour ne pas la contraindre. Elle devait se sentir libre, une sirène tueuse, meurtrière qui choisit de prendre, de dérober. Inverser la tendance et ne plus être celle qui subit mais celle qui fait subir. Philosophe, oui je l'étais pour séduire, manipuler ou tout simplement aider. Mais toujours dans mon seul et unique intérêt.

Au final, quel homme sera autorisé à voir ton dos, ma belle ? Uniquement celui ou ceux que tu choisiras. Alors si ces stigmates le choque, crève lui les yeux car il sera indigne de la sirène maléfique, générale des mers de Poséidon. N'ai jamais honte de toi même. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Dim 24 Avr - 13:05
Solitaire







Je me tournais de nouveau vers lui, faisant naître des vaguelettes à la surface de l'eau si claire, si limpide. Brièvement mes yeux se perdirent dans ce léger remous. Un sourire naissant aux bords des lèvres, je l'écoute sans l'interrompre. Il n'avait jamais été si sérieux. Je ne lui connaissais pas cette facette et la découvrait avec un certain amusement. Endymion était un homme qui se voulait sans tabous, drapé dans un pragmatisme et une vision des choses que j’appréciais. Je n'avais jamais caché une certaine admiration pour cela. Mais je savais au fond que ce dénis – en était ce seulement un ? - du passé et de l'avenir, dissimulait quelques sombres secrets. Je choisissais de ne pas l'interroger sur le sujet, je préférais garder mes soupçons pour moi. L'indiscrétion n'était pas de mise, quand bien même tous les deux, ne manions pas la langue de bois.

Assurément, il ne me ménageais pas, bien au contraire. Il me poussait dans mes retranchements, me faisait réfléchir. Mes barrières mises à mal, je les sentais vaciller de plus en plus dangereusement. Peut-être devrais-je me livrer à mon assaillant ? Cette pensée manqua de m'arracher un petit rire que je camouflais sous une main portée à ma bouche. Il avait raison, d'une certaine façon. Avoir quitté le Sanctuaire avait été un premier pas en avant. L'acceptation totale viendrait de cet appel du sang. Traquer Silver et sa bande de dégénéré m'offrait l'occasion de noyer mes derniers doutes, de trouver le dernier fragment me reliant à ma vie de Sainte. Et de le détruire.

Comme il le disait si bien, j'étais devenue la Sirène Maléfique, maîtresse de ses choix, de l'objet de sa vindicte. Plus personne ne m'imposera sa volonté, sa cruauté. J'étais libre. Libre de devenir le Bourreau. Cette vague caresse sur ma joue me ramena à la réalité. Je m'étais égarée, l'espace d'un court instant.

« Je ne serai plus jamais l'esclave de personne. De rien. Je suis l'Ermite, et j'évoluerais seule, je cheminerais seule. Je choisirais mes vérités, j'étranglerais les autres. Après tout, ne suis-je pas le Capitaine Jack O'Bannon ? »

Ma tête se pencha sur le côté.

« Je crèverais les yeux à ce chien de Silver, ce sera mon tribut à Poséidon. Car sa Sirène Maléfique à soif de sang et de vengeance. Et je suis heureuse d'avoir un Dragon à mes côtés. Mais dis moi, Endymion, beau Diable … »

Je me penchais vers lui, mon regard défiant le sien. Gouttes après gouttes, toute l'eau dont j'étais parée quittait mes cheveux, ma chemise détrempée, le galbe de ma joue pâle. Mes jambes me faisaient souffrir pour autant je ne montrais plus rien de ma douleur.

« … Je sais que passer un pacte avec toi n'est jamais gratuit. Alors je voudrais savoir pourquoi as-tu suivis ton ancien Capitaine ? »

Avec douceur je me reculais jusqu'à pouvoir m'adosser au rebord opposé de la baignoire.

« Pousses toi un peu, tu prends toute la place. Hm … mes bottes sont foutues. »

Je les retirais nonchalamment pour les vider, l'air un peu contrarié. Puis après les avoir jeté au loin, j'entrepris de masser mes jambes douloureuses à travers le tissus de mon vêtement.

« Alors ? Dis moi ? Je suis toute ouïe Diable. »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Mar 26 Avr - 16:43
Le prix à payer, un vaste sujet qui fit naitre un sourire inquiétant sur mes lippes aguicheuses.
Naitre avait un prix : la souffrance, mourir également. De toutes les étapes de l’existence, de tous les sentiments, amour, haine, rancœur, la générosité était absente.
Oui, mon soutien n'avait rien de gratuit, et elle le savait, preuve qu'elle me connaissait bien.
Je pris tout d'abord une moue indignée, avant d'éclater franchement de rire. D'un geste vif, je saisis ses mollets, à priori douloureux, et commençais un doux massage, tout en l'observant avec intensité.

Tu n'as aucun souci à te faire concernant la contre-partie à mon soutien et ma passion. Elle ne te coutera pas grand chose, vu ton évolution personnelle. Disons que si je sers Poséidon, ce n'est pas gratuit. J'attends de lui non seulement qu'il accomplisse son œuvre de redessiner cette humanité décadente, mais également...

Je suspendis mes paroles pour laisser planer un certain suspens. J'adorais les effets théâtraux certes, mais j'appréciais surtout de jouer avec les nerfs de mes interlocuteurs. Nimue ne serait pas épargnée par ce vice. Après quelques secondes où j'eus le loisir d'observer ses expressions, j'enchainais.

Je veux obtenir l'éternité. Qu'un beau jour l'empereur des mers me juge digne de rejoindre sa cour et m'offre quelques goutes de son ichor. Et pour être franc, je me verrais bien vivre mon immortalité à tes cotés, sirène maléfique. Deux individus aussi éprouvés par la vie, et pourtant toujours aussi beaux, désirables, puissants... Oui, nous ferions un couple divin.

Pour une femme qui venait de me dévoiler sa faiblesse physique, un tel projet risquait de sonner fou, mais également de planter la graine d'une terrible tentation. Mon objectif était clair, et participait grandement à l'ampleur de ma dévotion envers ce dieu colérique mais également susceptible de m'offrir ce que je désirais tant. Alors autant le partager avec celle qui en avait non seulement le plus besoin, mais qui le méritait tant à mes yeux.

Alors dis-moi, sirène maléfique ? Qu'en penses-tu ? Un accord mutuellement profitable, non ? Aide moi à briller aux yeux de notre dieu, accompagne moi pour éliminer ses ennemis, et nous partagerons ensemble les fruits de notre réussite.

Poursuivant mon doux massage, je commençais à remonter lentement le long de ses genoux, avant de faire mine de reculer mes mains. Promesse, tentation, mais toujours soumise au choix.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Mar 26 Avr - 17:34
Solitaire







« Ah oui, vraiment ? »

Alors qu'il se saisissait de mes chevilles pour entamer un doux et appréciable massage, le Diable commençait à chanter de divines et fantasques complaintes à mon oreille. L'Immortalité ? Rien que cela ? Cela me plongea dans une vaste perplexité et toute trace d'amusement avait aussitôt déserté mon visage. Sur le coup, j'avais envie de rire, jusqu'à comprendre qu'il était très sérieux. Pourquoi le blâmerais-je ? Beaucoup d'hommes ou de femmes cherchaient désespérément à vivre éternellement. Mais à courir après cette Quête, j'avais bien peur qu'il finisse par s'y perdre. Cela était tout simplement impensable et pourtant, l'idée commençait déjà à faire son œuvre dans mon esprit enfiévré.

Vivre pour toujours, sans jamais craindre le lendemain, l'ombre de la Mort. Sa main froide et implacable. Ce serait comme une douce revanche sur la Vie. Et toi, Endymion ? Pourquoi vouloir te risquer sur un tel chemin ? Qu'as-tu bien pu connaître pour … songer à pareille folie ? Par soif de pouvoir ? Non, c'était autre chose qui animait en cet instant le brasier de tes prunelles mordorées. Ô non, ne me regardes pas ainsi. Pour peu, je succomberais.

« Tu veux devenir un Dieu. » laissais-je échapper, sans voix, médusée. « Redessiner, l'humanité ? Que veux-tu dire ? »

Liao n'avait pas répondu à cette interrogation – l'une des plus grande – et pourquoi ? avait-il peur de ma réaction ? Seulement j'étais prête et disposée à entendre la vérité. Que désirais réellement Poséidon. Que désirait réellement Athéna ? La question de Célestia m'avait saisit et me saisissait encore. Et moi ? Quelle est la chose que je désire le plus au monde ? Je me laissais faire, hébétée, le regard perdu dans celui de mon interlocuteur qui je le savais, s'amusait à mes dépends. Je me pris – comme à chaque fois que je sentais une once de contrariété me prendre – à me mordiller la lèvre inférieure. Il me demandait mon soutien. Voilà ce qu'il désirait. Était-je seulement capable de lui offrir pareille promesse. Le Diable et l'Ermite ensemble.

« Et tu veux la partager … avec moi ? C'est … inattendu je ne sais pas quoi dire. » Une pause. « Endymion, je peux te poser une question ? »

Quand ses mains firent mine de se retirer je m'empressais de les retenir, pour les cueillir là, aux creux des miennes. Je me penchais un peu plus vers lui sur le ton de la confidence. Sérieuse, nulle trace de jeu dans mon regard.

« Pourquoi souhaites-tu braver la Mort? As-tu … dans l'idée de prendre une quelconque revanche sur Elle ? »

Ô ce sentiment, je ne le connaissais que trop bien.

« Ou est-ce par peur ? Par envie de te hisser au dessus de tous les autres ? Je pourrais mener pareille bataille, tu sais à quel point j'aime les défis. Mais pas avant que tu … ai été parfaitement honnête avec moi. La voie que tu as décidé d'emprunter … »

J'eus un petit rire. Quelle folie !

« … Elle est dangereuse et insensée. Je n'aimerais pas que tu t'y perde … Bon sang … Tu es … fou ! »

J'éclatais de rire pour me tromper moi-même. La Folie, c'était exactement ce qui pouvait l'attendre au détour de ce sombre sentier. Combien de pauvres mortels s'étaient égarés en route ?

« Mais oui, c'est un accord honnête qui pourrait nous être profitable à tous les deux … Tant que tu ne me plante pas un couteau dans le dos ahaha ! »





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Mar 26 Avr - 21:12
Je restais stupéfait face à ce flot de questions.
Je parvins tout de même à apprécier la chaleur des mains de Nimue sur ma peau douce. Mais diable, qu'elle faisait fausse route... Plaisantait-elle ? Non, impossible, elle me connaissait trop bien. Ou alors... Avait-elle la folie de croire ma désinvolture et mon ambition comme les marques d'un lourd passé ô combien traumatisant ?
Je pouvais lui mentir. Mais étrangement je m'y refusais aussitôt. Les secrets avaient fait trop de mal à notre relation, et je ne comptais agir comme elle l'avait fait durant toutes ces années.
L'éclat de la lune perça par le hublot de la cabine, illuminant l'eau de notre bain, mais également l'éclat de mes yeux facétieux.

Tu as tout compris, Nimue... J'ai une revanche à pr... Non, je n'y arriverais pas, ahahahahah.

Même lancer une blague sur ce sujet m'était délicat. C'était tellement énorme que je parvenais pas à conserver un semblant de sérieux.

Le Diable a t-il besoin d'une raison pour désirer saisir ce qu'il souhaite ? Allons, sois sérieuse. Penses-tu que l'on puisse devenir dieu en conservant des cicatrices mortelles ? Non, en aucune façon. Vois-tu, jadis mon père a tenté d'orienter ma vie vers une direction que je ne voulais aucunement. Et il a insisté malgré mes demandes... Alors lorsqu'il est allé trop loin, je l'ai tué de sang froid. Car il représentait cette humanité que je méprise. En un sens, sa mort m'a ouvert bien des portes.

Repenser à cette scène décupla ma joie. Oui, je n'avais nul regret. Tel serait le sort pour ceux qui oseraient tenter de m'imposer leurs choix absurdes et égoïstes.

La plupart des médiocres me penseraient fou, en effet. Tout ça car j'ai toujours su ce que je voulais et que j'ai les moyens de l'acquérir. Tout comme Lucifer dans la mythologie. Nous avons bien des points communs.

Brutalement, abruptement, je redevins sérieux. Grave.

Ne me prends jamais pour meilleur que ce que je suis, Nimue. Plus de mensonges entre nous. Je suis le Diable, et ce n'est pas une vaine comparaison.

Si mon capitaine persistait à croire pouvoir me changer ou me rendre plus "humain" elle en serait vite pour ses frais. Et je tenais trop à elle pour lui permettre un tel égarement. Elle devait me voir tel que j'étais pour pouvoir accepter mon offre en toute conscience.

Quand à Poséidon... Comment ne peux-tu pas connaitre ses intentions ? Allons Sirène... Pour sauver ce monde corrompu, notre dieu va déclencher de nouveau le Déluge. Noyer les méchants et sauver les justes. Et en tant que généraux des mers, notre devoir est de l'aider dans ce projet. Pour permettre à l'humanité d'être purifiée et de renaitre. Pour que des personnes comme toi ou non ne subissent plus jamais les horreurs que nous avons vécus.

La gravité de mon visage d'albâtre se fissura pour laisser s'épanouir un sourire encourageant. Sirène Maléfique, jamais plus je ne te mentirais.

La seule fois où je t'ai trahi c'était à cause de ton mensonge. Mais as-tu eu à te plaindre de moi durant toutes ces années ? Tant que nous serons francs l'un envers l'autre et surtout envers nous même, ma dague ne servira qu'à se planter dans la couenne de nos ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Mar 26 Avr - 22:15
Solitaire







Lucifer. La comparaison ne pouvait pas être plus idéale, plus belle, si parfaite. À l'instar du Porteur de Lumière, Endymion tutoyait des forces qui le dépassaient, et en voulant s'approprier plus, il pourrait être précipité dans les ténèbres. Un tel châtiment lui serait-il réservé ? J'étais partagée entre me lever et partir loin de lui et rester. Essayer de le comprendre. Mais il le disait lui-même : il n'avait aucune revanche à prendre, juste le pouvoir. Son ambition ne possédait-elle donc aucunes limites ? Qui étais-je pour le juger ? Moi qui avait fauché bien des vies, méprisé bien des hommes. L'humanité était-elle si décadente ? À n'en point douter, et plus encore. Il m'avait été donné bien des exemples, surtout depuis que j'avais endossé mon armure de Sainte. L'ancienne Sainte qui se prenait à côtoyer le Diable. Je me pris à rire, un rien désabusée par mon propre cheminement de pensée.

« L'ancienne Sainte d'Athéna, gardienne de l'humanité scellant un pacte avec Lucifer en personne ! Ne serait-ce pas cocasse ? » Je m'amusais réellement de tout ceci, éclatait d'un rire noir, glacé. Il y avait cette dureté dans mon regard qui ne trompait pas. La haine rejaillissait en moi comme le sang d'une plaie ouverte. « Il m'a été donné de malmené quelques gardiens de cette prétendue foi, celle d'un Père envoyant son fils pour sauver les Hommes. Il s'est sacrifié pour la rémission des péchés. Crucifié. Quelle connerie. »

De plus en plus mes doigts se crispèrent contre ceux d'Endymion.

« Alors c'est cela que désire Poséidon ? Laver ce Monde de ses souillures ? Je dois dire … que ça … En réalité j'en ai absolument rien à foutre. »

Je plantais mon regard dans celui d'Endymion. Il y avait quelque chose de lugubre dans ce dernier, d'insondable dont moi-même je n'avais pas conscience. Je ricanais, mauvaise.

« Les faibles resteront faibles. Seuls les forts peuvent survivre en ce monde. Nous prenons, nous dérobons, nous nous approprions. Ça ne te rappelle pas quelque chose, Endy ? Ô mais si, je sais que tu aimais mes petits discours avant que le sang et l'or ne coulent à flot. »

Le Capitaine Jack O'Bannon n'était pas connu pour sa clémence, ni pour sa bienveillance. Il avait été craint autant que respecté. Jusqu'au jour où une langue pleine de ce fiel ne vienne entacher ce lien si ténu que j'étais parvenue à instaurer. Mon Monde, arraché. Je savais à présent que ce n'était pas sa faute. Le mensonge.

« Non, il n'y en aura plus. Je dirais ce que je pense et j'agirai de la manière dont il me plaira ! » Soudain une bourrasque de vent se leva dans la pièce, soufflant la flamme des bougies. Plongés dans le noir, immobiles, dans ce parfait silence, je me penchais davantage pour susurrer à l'oreille du Diable. « Peut-être … que c'est moi, Lucifer, le Porteur de Lumière. Cet Ange déchu, cette Sainte déchue. Ô et je suis bien mieux ici, que tout là-Haut ! »

Je me redressais sans douceur aucune ne me souciant guère du remous de l'eau dans la baignoire. Les éclaboussures, ces vagues s'échouant contre le bois. Déluge. Purification. Brièvement mon cosmos s'était manifesté pour m'auréoler d'un feu carmin, m'envelopper pour laisser se dessiner deux immenses ailes, semblables à celles de mon armure. Je portais d'un coup ma main à mon front, prise de nouveau par cette douleur qui s'était manifestée auprès de Célestia quand j'avais senti la marque de Thanatos sur elle. Cette brûlure, m'incommoda une seconde, avant de disparaître. Je massais ma peau légèrement, le regard perdu dans le vague. Vaguement, quand mes bras retombèrent le long de mon corps dégoulinant, un léger symbole était encore visible. Les pourtours d'une rose, non éclose. Qu'un bourgeon. La grain de la discorde. Mais cela, je n'en avais pas conscience, ni même vraiment souvenir.

Lucius.

« Tant mieux. Ta Capitaine serait fort déçue si de ses retrouvailles devaient renaître une autre mutinerie ... »

Retrouvailles et mutineries. Je lui tendais alors la main, un sourire mutin aux lèvres.

Tu perds pied, Sirène.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Mer 27 Avr - 20:49
Elle cédait enfin.
Ou plutôt non, elle devenait elle même. La sirène maléfique, être intrigant, séducteur, à la voix mortelle. Désirable. Nous étions deux drôles d'oiseaux tout de même.
Au fil des ans, j'avais admiré puis aimé ce capitaine. Mais en cet instant, j'étais fier d'elle. Je saisis sa main mutine, un sourire complice aux lèvres, et y déposer un tendre baiser.
Oui, ensemble nous allions accomplir le voeu de Poséidon et purifier cette humanité pervertie et indigne de nous.

Le chemin sera long et difficile, Sirène. Mais Poséidon est une divinité puissante et patiente. Si notre chemin est aussi agréable que nos retrouvailles, nul doute que nous saurons mettre à mal les ambitions des imbéciles qui désirent préserver le monde dans sa décadence ou le détruire aveuglément.

D'humeur joyeuse, je fermais les yeux et laissais mon corps savourer le divin plaisir du devoir accompli. Enfin, tout ce passé pour le meilleur. L'accord était scellé et les mensonges mis à bas. Rien que pour ce genre de moment, la vie immortelle méritait d'être pourchassée. Pour ne jamais en perdre l'usage. Soudain, un pressentiment me ramena froidement à la réalité. Un bruit léger, couplé avec un silence bien trop pesant.

Soit ton équipage est soit le plus discret du monde, soit...

Pas besoin de finir ma phrase, mon regard parlait de lui même. Ce brave Silver m'aurait-il vu monter sur le navire ? Si oui, serait-il assez fou ou désespéré pour lancer un assaut en espérant nous prendre par surprise ? Ce pauvre type misait toutes ses stratégies sur son talent, réel, pour la discrétion et les assassinats opportunistes. Cet imbécile avait bien choisi son moment, tiens...
Un doigt sur la bouche pour suggérer le silence à mon capitaine, je fis apparaitre une carte du néant. D'une pichenette, je la projetais au sol, juste devant la porte de la cabine. Qu'il essaie d'entrer et il en subirait les conséquences. A voir si Nimue préférait une riposte plus violente... C'était à mon capitaine de prendre la direction des opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Mer 27 Avr - 22:00
Solitaire







Sirène, qu'as-tu fais ? Sceller un tel pacte revient à te conduire sur les chemins les plus obscurs. Sainte, Sainte déchue, qu'as-tu fais ?

Nimuë O'Bannon connaissait à présent les hautes idées des atlantes. Cette purgation à venir. Elle y prendrait une part active en tant que Générale de la Sirène Maléfique mais plus encore, elle protégerait sa nouvelle famille, sa cité. Qui lui était apparue si belle du haut du Palais de Poséidon. La jeune femme quitta ce bain, la compagnie goguenarde de son ancien compagnon. Endymion était un véritable loup, il incarnait ce Diable dont il aimait revêtir les atours. Séduisant, il l'était, il le savait mais il allait devoir comprendre que ses charmes pouvaient être déjoués. Alors qu'elle disparaissait derrière son paravent placé à l'autre extrémité de la pièce baignée à présent dans le noir complet, la belle jeta un coup d’œil à Endymion. L'avait-il sentit aussi ? Ce geste qu'il eut, l'invocation de sa carte, lui prouvèrent que oui.

Oui, son équipage était bien trop calme … Et cette sensation grisante, lui revint. Lui laissant un arrière goût doux-amer. Brièvement elle crut à une nouvelle trahison du jeune homme mais naïvement peut-être, l'avait écarté bien rapidement. Cette mise en scène n'était pas de son fait, pas après toutes ces révélations.

Un vague trouble para ses prunelles pers qui se portèrent sur la porte. Déjà elle pouvait entendre de très légers bruits de pas, le froissement du tissu qui se frôle. Mais au lieu d'entrer en action, Nimuë disparue de nouveau derrière l'ombre des panneaux en bois sculpté. Bientôt sa chemise en lin, toute détrempée apparue au dessus de ces derniers, suivie par ses braies noires. Enlever son corset seule avait été bien aisé, tant pis pour les lacets qu'elle avait tranché grâce au petit poignard qu'elle tenait dissimulé dans ses vêtements.

Il y eut un léger rire pour tout prélude. Puis une voix qui s'éleva ô doux requiem. Des ténèbres elle surgit, la Sirène Maléfique ! Des ténèbres elle jaillit dans un souffle, un frémissement, sa silhouette immaculée tranchant dans tout ce noir. L'éclat rouge vif de sa chevelure s'accordait avec force à la blancheur de sa peau à l'éclat virginal. Elle se présentait nue face à Endymion, un sourire narquois pour toute parure tandis que son chant s'intensifiait. Les pauvres hères paraissaient s'agiter. Ô délicate fleur de Lys, si pure, si sereine. Prends pitié Seigneur clamait-elle. Mais la Sirène, elle, était comme Lucifer. Comme son ami qui l'avait entraîné dans son sillage.

« Os iusti meditabitur sapientiam,
Et lingua eius loquetur indicium. »


La bouche du juste murmure la sagesse, Et sa langue prononce le jugement.

Soudain il y eut des cris étouffés, des gargouillis infâmes, des ongles qui se prirent à écorcher désespérément le bois. Grattez petites souris, grattez … Puis à ses pieds, une mare de sang s'étira. Quel beau vermeil. Nimuë, achevant sa chanson, s'inclina pour en prélever un peu du bout de son doigt qu'elle porta ensuite à sa bouche. En ouvrant la porte, elle dévoila une scène terriblement macabre et dégoûtante. Ils s'étaient tous entre-tués, rendus fous de désespoir. Le pouvoir des Sirènes.

« Dois-je te laisser t'amuser un peu à ton tour Endymion ? Va, apporte moi la tête de Silver. »

Majestueuse, la belle rousse se détourna du charnier pour s'enfoncer dans la noirceur du navire en quête de Old John.





© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
EndymionavatarArmure :
Général du Dragon des Mers

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
355/355  (355/355)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Jeu 28 Avr - 18:44
Toujours confortablement assis dans la baignoire, je profitais du spectacle, le menton sur les poignets, un grand sourire aux lèvres.
Provocante, puissante, redoutable sirène. S'y frottait revenait à périr dans d'atroces souffrances. Silver en avait désormais la preuve irréfutable.
Je me régalais autant du spectacle de sa nudité attrayante que du régal de son chant de mort. Oui, Nimue était sans nul doute devenue la fidèle de Poséidon, et fidèle à son rang et à sa nature. Les assaillants n'étaient plus qu'un tas de cadavres, un bon ménage vite fait et bien fait. Mais il restait encore le commanditaire. Je fus ravi d'entendre les ordres de mon capitaine, qui daignait enfin me laisser une part du gâteau.
Avec lenteur, je sortis de l'eau tout en m'étirant tel un fauve avide de chair fraiche.

Vos désirs sont des ordres, mon capitaine.

Le regard mutin, nu comme un ver et déjà une carte à la main, je quittais la pièce, silencieux comme une ombre. J'adorais ce genre de chasse, gagnée d'avance sans que ma proie ne s'en doute. Rapidement, je perçus son odeur, puis sa voix, aussi discrète qu'un murmure. Priait-il ? Ou jurait-il en insultant les dieux ? Dans les deux cas, son sort était bel et bien scellé.
Me glissant dans un couloir, je le vis enfin. Blessé, un part pendant le long de son corps mais vivant. L'un de ses hommes l'avait probablement attaqué sous l'influence de Nimue mais Silver semblait y avoir résisté. Pas mal pour un minable pareil.
Je l'observais quelques secondes, un sourire mauvais et cruel sur les lèvres avant de me racler la gorge. Les yeux hagard, il se tourna vers moi et prit un teint de cire.

Toi ?! Enfoiré ! C'est à cause de toi que nous nous sommes mutinés et maintenant regarde le résultat ! Traitre !

Le pauvre fou se jeta alors sur moi. Rien d'illogique vu sa situation. Mais il aurait du mieux me connaitre. Goguenard, je tendis la main vers lui, ouvrant sur son passage un espace dimensionnel : Golden Triangle.
Éperdu, le malheureux fut engloutit dans l'espace pour resurgir, tremblant et hagard à quelques pas de moi. Je me glissais alors derrière lui et lui saisir les cheveux.

Si tu t'étais contenté de mourir dans le temple de Poséidon, tu n'aurais pas eu à endurer tout ceci. Que cela te serve de leçon...

D'un coup brusque, je lui tordis le coup, explosant de dire en entendant ce doux craquement de vertèbres. Une minute plus tard, je jetais aux pieds de Nimue la tête coupée du scélérat.

Mission accomplie, capitaine. Rien ne nous retient plus d'aller faire un tour dans notre nouveau foyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t813-endymion-general-du-dr
NimuëavatarArmure :
Scale de la Sirène Maléfique

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
320/320  (320/320)
CC:
386/386  (386/386)
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   Jeu 28 Avr - 19:22
Solitaire






Elle rejoignit Old John d'un pas hâtif jusqu'à la cuisine. Nimuë trouva son Second en prise avec quelques malandrins, faibles et malhabiles. Alors, s'adossant contre l'encadrement de la porte, la Sirène se délecta du spectacle, apprécia cette dextérité dont il faisait montre pour se débarrasser de ses assaillants. Lestement, alors qu'un homme aussi moche que gras était sur le point de lever son arme, John s'était retourné pour lancer son couteau de cuisine. Une gerbe de sang éclaboussa le mur, ainsi que le visage de la marina qui eut un petit sourire amusé. À bout de souffle et surprit de voir la Sirène Maléfique dans son plus simple appareil, l'homme balbutia des propos inintelligibles. Un gloussement plus tard et la voilà dans les bras de son ami d'enfance, rendu rouge de confusion aussi bien par l'effort, que par cette subite marque d'affection.

Quelque chose n'allait pas et cela inquiéta le jeune homme plus que de raison.

« Nimuë ? »

L'intéressée tourna la tête dans sa direction tandis qu'elle farfouillait sur la table, là où un cadavre reposait. Elle repoussa se dernier sans s'en préoccuper, le laissant s'écraser face contre terre dans un bruit mou et dégoûtant, puis, piocha une pomme rouge qu'elle porta à ses lèvres. Quand elle fit face à son bras droit, lui, détourna un instant les yeux de ce corps blanc, si beau, qu'il désirait plus que tout au monde, sans véritablement se l'avouer. Par honte. Nimuë avait toujours été son amie et de telles pensées … étaient révoltantes. Il s'en voulait. Quand il eut enfin le courage de l'affronter, l'éclat dangereux dans ses yeux pers le dissuada. Muet, il capitula. L'ombre d'Endymion se faufila jusqu'à eux, finissant d'assombrir l'humeur du forban. Mais la Sirène Maléfique, elle, affichait un air enchanté.

« Il semblerait oui … » Elle eut un petit rire sardonique. « Eh bien, je suppose qu'il est temps que je te présente au Légat, Endy' ! Mais avant … »

La jeune femme se pencha délicatement pour ramasser la tête de Silver qu'elle serra contre sa poitrine. L'écarlate glissa lentement sur sa peau, provoquant une fois de plus son hilarité. John s'était crispé, était devenu livide. Hagard.

« ... je vais emporter cela. Ça ferait un joli trophée dans mon Pilier, non ? Oh et il faut que je prenne un nouveau bain. John, je compte sur toi. Je ne vais pas me présenter ainsi. Toi non plus Endymion … »

Louvoyant jusque dans les ténèbres, Nimuë O'Bannon se glissa dans les ombres avec cette majesté et cette grâce qui la caractérisaient. Exacerbée depuis … la fin du conte. Les retrouvailles entre le Diable et l'Ermite. Ô de sombres choses se dessinaient sur cette vaste trame qu'était le Destin. Mais d'une main assurée les Moires s'amusaient à entrelacer les fils, à faire de cette œuvre quelque chose de tragique et de décadent.

L'incident Silver était clos. Barré d'une croix sanguinolente.






© Never-Utopia



"Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !"


Habits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des-
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début Juillet 550] Retrouvailles et mutineries [PV Endymion]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Recensement juillet 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Alexandrie-
Sauter vers: