Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AsclépiosavatarArmure :
Chlamyde d'Asclépios

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
306/306  (306/306)
Message Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]   Mar 26 Avr - 11:02
Asclépios
Qui est-il ?


    Nom : Asclépios
    Date de naissance : Au cours de l'année 530. Date imprécise.
    Âge : La vingtaine. Bien qu'il soit difficile de se faire une idée puisqu'il cache son visage en permanence.
    Sexe : Mâle
    Armure demandée : Chlamyde d'Asclépios [Légende]


Comment est-il ?




    Asclépios est un être profondément bon, enclin à préserver la vie d'autrui et à intervenir pour rétablir la balance, comme il aime à le dire. Il lui est difficile de voir mourir les autres, ce qui l'a desservi par le passé. Père de la médecine, il est capable de toutes les prouesses dans ce domaine, bien que son enveloppe charnelle ne lui permette pas encore d'agir comme il pourrait le faire avec son apparence divine. Il est extrêmement proche de son Père et donc de son Augure, qu'il respecte. De par sa nature, il lui est difficile, voire presque impossible, de donner la mort à ses ennemis. Néanmoins, il n'hésitera pas un seul instant à affaiblir ceux qui se dressent face à Apollon. Et en sa qualité de Dieu de la Médecine, il possède les connaissances suffisantes pour ralentir considérablement toute personne susceptible de représenter une menace envers Apollon. Des armées entières si nécessaire. S'il peut guérir, il peut aussi déchaîner les maladies.

    Sa réincarnation a malheureusement modifiée le physique du jeune homme. Avant son apparition, le corps de son hôte était celui d'un jeune homme au cheveux de jais, au corps élancé et fin. Plutôt bel homme, même s'il n'a jamais eu l'occasion de fréquenter de jeunes femmes. Mais sa nouvelle carapace a subi les affres de sa possession. Zeus l'ayant châtié dans son ancienne vie, il a fait en sorte de le marquer de son empreinte afin que jamais il n'oublie son erreur, afin que jamais il ne transgresse de nouveau l'ordre du monde. Ainsi, au moment de la réincarnation, les marques de brûlures apparurent sur l'ensemble de son corps, ainsi que sur la partie basse de son visage. Brûlures si horribles qu'elles firent tourner de l’œil les premiers Prêtres qui assistèrent à la renaissance d'Asclépios. C'est pour éviter ce genre de réactions qu'il prit la décision de se masquer le visage d'une sorte de foulard sombre, ce dernier recouvrant ainsi une partie de sa tête et de son torse, mettant hors de vue les terribles cicatrices qui s'y trouvent. Son regard changea également, ses iris bruns prenant alors une teinte pourpre, durcissant quelque peu son regard et démontrant en partie son affiliation divine.

    Dans l'ensemble, Asclépios est plutôt content du corps qu'il a aujourd'hui. Il sait évidemment que ses dons sont encore limités par la faiblesse de cette enveloppe charnelle mais il sait s'armer de patience. L'essentiel pour lui étant que les suivants d'Apollon aient respectés leur pacte avec son Père en formant cet être aux arts de la médecine. Une préparation indispensable ayant permit la réussite de cette possession. L'agilité de ce corps lui sied à ravir et est conforme avec ce qu'il attendait de cet être. Quelques peurs subsistent néanmoins et il peut parfois avoir l'impression que cette apparence n'est pas suffisamment puissante pour servir les desseins de son Père.

    Mais toutes ces appréhensions disparaissent une fois qu'il revêt sa chlamyde. Les pièces d'armures argentées s'emboîtent alors à la perfection, recouvrant l'intégralité de son corps afin de le préserver au mieux. Une cape immaculée apparait dans son dos, apportant un peu de majesté dans l'apparence de la représentation divine d'Asclépios. Son casque prend l'apparence d'un serpent, encadrant parfaitement son visage mais laissant ses cheveux flottés au gré des vents. Le voile qui cache le bas de son visage au regard des autres reste présent. Une sorte d'ornement apparait sur son front, laissant apparaître l'emblème asclépiade : un serpent s'enroulant autour d'un bâton. Pour compléter cette apparence divine apparaît également son arme de prédilection : une baguette dorée ornée de ce même Serpent d'Asclépios. Sous cette forme, il est la digne représentation du Dieu de la Médecine.


Son Histoire


    Naissance d'un mythe

    Le bûcher funéraire prenait de l'ampleur. Et lui restait là, à l'écart, à contempler le spectacle. Etait-il rongé par le chagrin ? Le doute ? Pas vraiment, à dire vrai. Il souhaitait seulement se repaître des derniers instants de ce corps physique qu'il avait aimé. Le feu commençait déjà à mordre la chair de cette femme qui avait eu l'audace de le trahir. Elle qui avait eu l'audace de convoler avec un simple mortel alors qu'elle abritait en son être son propre enfant. Un demi dieu en devenir. Sa punition pouvait sembler cruelle. Mais elle n'était finalement rien en comparaison du sentiment de trahison qui l'avait habité lorsque cet oiseau de malheur lui avait conté la vérité. Ce sinistre volatile en avait évidemment payé le prix, se teintant de noir. Puis sa colère s'était ensuite tournée vers celle qui lui avait fait offense. Il n'avait pas hésité une seconde. Quelques mots à Artémis. Sa soeur ne permettrait pas de le voir souffrir. Elle avait alors rétablie l'équilibre. Emportant sous ses traits l'âme de la pauvre infidèle.

    Il se décida finalement, prit de pitié pour le petit être qui n'était pas encore né. Lui, il ne méritait pas cette sentence. Il s'élança donc pour sauver des flammes l'enfant et l'arracher au corps mort de Coronis. Mais il était un Dieu. Peu disposé à participer lui-même à l'éducation d'un de ses rejetons, il prit la décision de le confier aux bons soins de Chiron, allié des dieux et maîtres des héros. Qui d'autre que ce centaure pour aider son fils nouveau-né à grandir et à se former ?

    Avec Chiron comme mentor, Asclépios - tel était son nom - apprit à maîtriser les incantations magiques, la science de la fabrication des médicaments, des potions et des onguents ; les vertus thérapeutiques des plantes sauvages ; la chirurgie habile et diverse. Peu à peu, il se fit une sacrée réputation. Atteignant un très haut niveau de perfection dans sa maîtrise de la médecine, il aidait l'humanité. Aimé des hommes, apprécié de certains dieux - dont son père qui gardait un oeil sur lui - il prodiguait soins et conseils à ceux qui en avaient besoin. Tant et si bien qu'un jour, il parvint à découvrir le remède qui allait changer la face du monde.

    Ordre naturel bouleversé : châtiment divin

    Selon certains, ce fut Athéna elle-même qui lui appris les vertus du sang de la Gorgone. Quoi qu'il en soit, grâce à cela, il parvint à l'accomplissement ultime de son art en réussissant à ressusciter les morts. Sa notoriété était telle désormais qu'il représentait une menace pour un autre dieu moins enclin que les autres à apprécier ce genre de tour. Maître des Enfers, Hadès, en vint à se plaindre que l'ordre naturel était désormais bouleversé par les succès de ce soit-disant "bienfaiteur de l'humanité". Les Enfers ne pouvaient se permettre cela. Le monde non plus. Le Roi des Dieux trancha alors en sa faveur.

    Zeus ne pouvait permettre qu'un héros puisse ainsi se jouer de la Mort. Aussi utile soit-il à l'humanité, il y a des règles qu'il ne fallait pas transgresser. Se servant alors de son arme de prédilection, ces éclairs forgés par les cyclopes, il détruisit l'enveloppe charnelle d'Asclépios, en le foudroyant, ne lui laissant aucune chance de survie. Fou de chagrin et de rage, ne pouvant diriger sa colère à l'encontre de Zeus directement, Apollon prit la décision de détruire à son tour ceux qui étaient à ses yeux responsables de la mort de son fils. Ceux qui avaient aidés à la construction de cette arme destructrice que manipulait le Roi des Dieux. Les cyclopes forgeurs périrent sous ses flèches.

    Mais même Apollon ne pouvait s'opposer à son père. Il fût cruellement châtié pour avoir agi de la sorte. Néanmoins, s'apercevant du bien qu'avait apporté Asclépios à l'humanité, Zeus révisa son jugement et fit du fils d'Apollon un dieu à part entière, dévoué à la Médecine, lui donnant également une place parmi les astres sous la forme du Serpentaire. Il avait subi la punition ultime pour avoir bouleversé l'équilibre du monde mais avait été remercié des bienfaits qu'il avait apporté en devenant immortel. Un dieu mineur mais qui aimait tendrement ces Hommes.

    En attendant de pouvoir servir de nouveau son Père.


    Esculape, l'élu

    Il existe des signes qui ne peuvent être ignorés. Des messages divins qu'il faut savoir décrypter. Où et quand exactement naquit-il, nul ne le sait vraiment. Il fut simplement trouvé, alors nourisson, par les partisans du Dieu Apollon, lors d'une de leur visite de routine. Prodiguant soins et conseils aux gens des villages voisins, il n'était pas rare pour eux de découvrir de jeunes orphelins et de les conduire ensuite dans un endroit où ils recevaient les soins nécessaires.

    Cette fois encore, il crurent tomber sur un cas malheureusement trop banal d'abandon. Quelle ne fut pas leur surprise, alors qu'ils s'approchaient de l'enfant pour le prendre dans leurs bras, dégageant le linge qui semblait le maintenir au chaud, de découvrir l'animal blottit contre lui. Par réflexe, les hommes reculèrent. L'un d'eux attrapa un long bâton afin de pouvoir assommer le serpent qui se dressait désormais entre eux et le nourrisson. Mais au moment où il allait frapper, l'animal se jeta sur l'arme improvisée, s'enroulant autour de celle-ci, forçant le suivant d'Apollon à lâcher le bâton. Ils retinrent alors leur souffle. Le plus âgé, maître de leur ordre, comprit le signe. Il reconnut l'espèce de serpent qui se dressait là et murmura ces quelques mots :

      - L'emblème asclépiade...

    Comme une confirmation, le serpent libéra le bâton pour se diriger vers l'enfant. Il resta quelques secondes sur lui avant de se réfugier dans les hautes herbes et de disparaître. Le symbole que le vieil homme venait de voir n'était pas n'importe lequel. Pour ceux qui prodiguaient les soins, il n'était pas difficile de reconnaître l'avatar d'Asclépios, Père de la médecine. Un étrange signe qui ne pouvait signifier qu'une seule chose : cet enfant avait été élu. Dans quel but ? Qu'est-ce que Apollon attendait d'eux ? Le vieux sage n'en savait encore rien mais il ne pouvait ignorer un tel signe. Ainsi prit-il la décision de recueillir l'enfant. De le conduire à leur lieu de culte et de l'élever comme l'un des leurs.

    L'enfant grandit. En hommage au signe qu'ils avaient vus, ils l'appelèrent Esculape. Et les servants du Dieu Apollon firent leur office. Des années durant, il fut instruit. Formé dans l'art de la médecine. Reconnaître les herbes médicinales et préparer des onguents ou des pommades devint son quotidien. Il n'eut pas une jeunesse comme les autres. Mais prier Apollon et apprendre auprès de ses suivants fut l'essentiel de son existence, au même titre que les Prêtres qui servaient le Dieu Soleil. Un érudit. Voilà ce qu'il était appelé à devenir. C'était sans compter son étrange destinée.

    Ainsi revint Asclépios

    Il n'était pas rare pour Esculape de ne pas réussir à s'endormir tout de suite. Ses sens toujours en éveil, son cerveau souvent en ébullition, il lui était généralement difficile de fermer simplement les yeux pour plonger dans le sommeil. D'abord calmer son esprit, pour ensuite permettre à son corps de se reposer. Un rituel usant, il est vrai, mais nécessaire pour celui qui se posait finalement tant de questions. Il ne remettait pas en doute son statut - même s'il lui était parfois compliqué de comprendre ce que cela impliquait - mais restait surtout frustré de ne pas pouvoir faire ce qu'il désirait.

    Mais ce soir, le sentiment était plus accentué que d'habitude. Quelque chose le troublait. Il ressentait l'Appel sans réellement savoir d'où cela provenait. Un malaise s'emparait de lui, l'empêchant de trouver le sommeil réparateur. Une force le poussait à se relever et il y avait là quelque chose de particulièrement déstabilisant pour lui. Un instant, il hésita à rejoindre ses protecteurs. Il balaya l'idée aussi vite qu'elle lui était venue, riant de sa propre faiblesse et de sa peur. Qu'avait-il à craindre d'un simple sentiment, après tout ? Se redressant sur ses jambes, il se dirigea tout de même vers le fond de la pièce, tirant les voiles qui séparaient sa chambre de l'extérieur, lui permettant ainsi l'accès au petit balcon se trouvant au dehors. Cet endroit était sans nul doute l'un de ses préférés, surtout la nuit venue. Il lui donnait l'opportunité de contempler les astres. Une activité qu'il appréciait tout particulièrement. Reposante à souhait, il aimait énumérer les constellations qu'il connaissait par coeur. Cela le détendrait assurément !

    L'une d'elle brillait de mille feux, aujourd'hui. Bien plus que les autres soirs. Son regard se figea sur celle-ci, reconnaissant Ophiuchus, le Serpentaire. Il avait toujours été naturellement attiré par celle-ci. Mais ce soir, c'était plus présent que jamais. Comme si quelque chose l'appelait. Les astres luisaient plus que d'ordinaire. Un étrange sentiment naquit en lui. Accaparé par sa contemplation, complétement hypnotisé, il ne perçut pas le serpent qui ondulait dans sa direction. Avec lenteur, il se rapprochait du jeune garçon qui ne prêtait aucune attention à lui. Un éclat de lune révéla la couleur particulière de ses yeux : un pourpre à glacer le sang. Il ne quittait pas des yeux Esculape. Il y avait quelque chose de surnaturel chez cette créature. Mesurant un bon mètre, cette couleuvre était noire comme la nuit. Elle ne dégageait aucune odeur, elle ne faisait aucun bruit. Et il était difficile de la distinguer au milieu de ces ténèbres.

    Bientôt, le serpent arriva à ses pieds, débutant son ascension en s'enroulant autour de la jambe du jeune homme. Ce dernier était désormais en transe, l'esprit complétement brouillé par le scintillement du Serpentaire. Plus rien autour n'existait. Laissant le champ libre à l'animal. Il parvint finalement à hauteur de son visage, enroulant son corps autour du cou d'Esculape, approchant sa tête du visage de ce dernier. La langue de la créature ne cessait d'entrer et de sortir de sa mâchoire, comme si elle cherchait à percevoir quelque chose. L'astre au dessus d'eux s'illumina plus encore, baignant d'une étrange lumière la couleuvre. Ce dernier explosa alors en un nuage de fumée noire, qui s'engouffra dans le corps du jeune homme en s'insinuant par son nez et sa bouche. Esculape tomba sur le sol.

    ****

    Est-ce le bruit du corps tombant sur le sol ou le petit cri qu'il poussa juste avant qui réveilla ses protecteurs ? En tout cas ces derniers se précipitèrent dans la chambre de leur protégé. Ne le trouvant pas dans son lit, l'un d'entre eux prit la direction du balconnet. Alors qu'il tirait les rideaux, il vit la silhouette d'Esculape, dos à lui, mains posées sur la rambarde, qui semblait contempler le ciel. Rassuré, il héla les autres et se rapprocha de son élève. Mais à mesure qu'il franchissait les quelques mètres qui le séparaient de lui, il ressentait une aura particulière.

      - Que fais-tu donc ici, à cette heure de la nuit ? Viens-donc te recoucher, Esculape !

    Il s'arrêta alors que le jeune homme se tournait enfin vers lui. Son coeur manqua un battement. Il plaqua ses mains devant sa bouche pour étouffer le cri qui allait en jaillir. Ses jambes ne purent le porter plus longtemps et il tomba à genoux. Les autres arrivèrent à ce moment précis. Ils firent immédiatement de même. Le visage auparavant parfait de leur élève avait changé.

      - Me voilà donc enfin revenu...

    Il resta un instant à contempler son propre corps, devinant au simple toucher les faiblesses ou forces de cette enveloppe nouvellement acquise. Ses doigts effleurèrent son visage et il comprit alors la peur qu'il avait lu dans les yeux de ces fidèles d'Apollon. Il poursuivit son inspection et sut d'instinct quel était le problème. Son visage, son corps. De terribles cicatrices étaient apparues suite à sa résurrection. Malédiction de Zeus pour que jamais il n'oublie ses fautes. Mourir foudroyé n'avait donc pas suffit ?? Il rabattit la capuche qu'il possédait sur son vêtement, prenant soin de masquer son visage désormais mutilé. Il n'était pas revenu sans raison. Père l'appelait.

      - Il me faut me rendre auprès de l'Augure sans tarder !

    Les temps changeaient. Et Apollon rappelait à lui son fils, non sans raison.



Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 32 T.T
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]OEUVRE/SOURCE D'ORIGINE[/b] → [i]Strider Hiryuu[/i] est [b]Asclépios[/b].

    Quelle est votre expérience des forums RP : J'sais plus moi. Quelques temps °°
    Comment avez-vous connu le forum : Mes coupaings sont ici :p



Pseudo
La suite de son histoire

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t770-asclepios-dieu-de-la-m
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]   Mar 26 Avr - 12:02
Asclépios *___* Rebienvenue à toi et surtout bon retour !

Bon déjà je dois dire que j'adore vraiment le choix de légende que tu as fait et ne suis pas du tout déçu de ce que tu as fait du perso ! N'ayant pas grand chose à redire à cette présentation, je te donne ton premier oui pour la validation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
BelisaireavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
245/245  (245/245)
Message Re: Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]   Mar 26 Avr - 12:05
Hello !

A l'instar de notre Thithi, je dois dire que j'ai aimé aussi. Un peu court tout de même mais ca se lit tout seul. De fait, je te donne la seconde validation avec 6 en Eveil et 21 PC.

Bon jeu sur AoG !

Belisaire



Les seuls qui sont autorisés à me regarder dans les yeux sont ceux à qui je parle
et ceux qui me servent. Et celui qui s'oppose à moi est autorisé à regarder vers le bas.
Tu devras connaître ta place.


Dialogues : Doré = le Sage | Bleu = l'Absolu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t315-belisaire-grand-pope
Contenu sponsorisé
Message Re: Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Asclépios, dieu de la médecine et de la guérison.
» Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]
» De bon Augure ! [Adalrik - Asclépios]
» [Fin Septembre 550] La Vie face à la Mort, une nouvelle fois [PV Asclépios]
» Carmilla Marks, fille d'Asclépios.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: