Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Mer 27 Avr - 17:33

Une longue marche venait à terme. Éveillé à Delphes, Lykeios s'était vu contraint et forcé de laisser le temps à cette nouvelle enveloppe charnelle de récupérer, l'estimant pour l'heure inapte à supporter la pleine célérité d'un Demi-Dieu. Du moins il en fut ainsi de jour. Dès le crépuscule achevé, le don d'Artémis lui permettait d'abattre de longues distances, profitant des capacités et de l'endurance du loup.

Heureusement, même les mauvaises choses ont une fin.

Rome.
Son Palatin.

Ici que le vent l'avait mené, ici qu'il retrouverait enfin son père. Enfin, il se sentait bien, se laissait peu à peu gagner par un sentiment de plénitude. Il y aurait des raisons de craindre ces retrouvailles, mais au lieu de cela le Loup de Delphes mesurait pleinement l'honneur qui lui était fait. Apollon lui avait pardonné son antique trahison. Sa seule et unique désobéissance, à la bien funeste conclusion.

Un moment, il resta à l'entrée des jardins sacrés. Ferma les yeux, prit le temps de longuement humer les fragrances que les courants d'air charriaient jusqu'à lui. Plus rien à voir avec les relents de l'humanité. Un vent frais, qui semble quelques instants jouer avec sa chevelure d'argent. Il respire profondément une fois de plus, profitant de ce répit.

Sous la protection du Dieu-Soleil, cet endroit était béni ! Quelques bouffées seulement qu'il se sentît déjà ragaillardi. Chez lui, tout simplement.

Ses paupières s'entrouvrirent à nouveau, son regard de glace se portant derechef sur les jardins sacrés. Quelques pas pour que la porte soit franchie et que se révèle à lui la Tour des Vents. Le pilier éthérique. Les structures supportant les Temples et les lieux de vie de ses gardiens. Les Oracles d'Apollon… Lykeios ne tarderait certainement plus à en rencontrer désormais, alors qu'une poignée de secondes encore le séparent du début de son ascension.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
Bran RuzavatarArmure :
Épervier du Zéphyr

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Jeu 28 Avr - 11:21
Bran Ruz
"La Réponse"



Qui es-tu étranger ? Oui, qui es-tu, quelle lumière viens-tu apporter ici bas ? Sombre ou lumineuse ? Ô la « Réponse » ne tarderas pas à le savoir. Un loup, une bête. Un sourire. Et l'ombre glissa dans les Ténèbres.

« Je suis l'Ombre qui annonce la Mort du Soleil ! » clama soudainement une voix issue de nulle part et de partout à la fois. « Qui es-tu ? Qu'es-tu, étranger ? Je sens sur toi une essence familière. »

Une voix d'homme dont la musicalité pouvait sonner étrangement à des oreilles attentives. Il y a des notes sombres mais mystérieuses qui l'accordent, des cordes pincées qui l'accompagne. Bientôt une silhouette toute encapuchonnée de pourpre et de carmin fit quelques pas pour se dévoiler, laisser la lumière le révéler. Une main blanche et effilée continuait de caresser amoureusement un drôle d'instrument à corde, sculpté dans un bois précieux mais altéré par les âges. Le musicien ralenti le rythme de sa dextre, de la douce mélodie. Elle rappelle les anciens temps où d'autres Dieux régnaient encore, où lui, comme d'autres de son espèce, pouvaient parcourir le monde en tant que Chuchoteur. Mais aujourd'hui les Rois étaient conseillés par une seule et unique voix divine. Ô c'était faux bien sûr, mais il était intéressant de les laisser croire à ce tissu de mensonge.

Le Dieu Lug était partout.

Avec douceur sa main fit mourir le murmure des cordes et continuant son geste, le druide rabattit son capuchon dans son dos. Un homme d'apparence jeune, on ne lui donnait pas le trentaine, pourtant, dans ses yeux émeraude, gravitaient le poids que l'on accorde à la vieillesse. Un homme qui avait vécut des siècles, bien des cycles. La décadence des hommes et des dieux, les apogées comme les chutes. Un mince sourire ourla ses lippes. Faisant disparaître son instrument, il inclina légèrement la tête.

« Je me nomme Bran Ruz, je suis l’Évêque de l’Épervier. Il est drôle que je n'ai senti que très vaguement ta présence dans les jardins, d'ordinaire, rien ne m'échappe, c'est un peu là où se trouve mon ombre … généralement. Me voilà bien curieux. »

C'est un Loup … murmurait la voix de sa douce Dahut à ses oreilles. Un nouveau sourire. Comme il était étrange de voir le Corbeau de Sang se parer d'une telle expression.

« Vous êtes marqué du sceau de la Lune, n'est-ce pas ? »




    Merci à mon neveu pour la signature ♥️

    "Et pendant que d’autres célèbrent le jour le plus interminable de l’année… nous allons secrètement nous réjouir du retour des longues nuits"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-e
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Sam 30 Avr - 4:29
L'azur cristallin de son regard cherche, se met en quête de l'origine de cette voix. Rapidement, son flair plus précis part en chasse à son tour, dépistant l'encapuchonné alors que résonne l'enchaînement rapide des cordes pincées. De tous temps, les musiciens avaient eu la faveur de son père, dont il était Divinité et patron. Lui-même s'était durant son antique jeunesse exercé à la cithare, sans trop de succès, afin de s'attirer les faveurs d'Apollon. Peu étonnant donc d'en trouver ici, dès même les portes franchies.

Lykeios l'observe, le détaille, le laisse s'approcher sans toutefois faire mine de répondre à ses interrogations. Se contente de se tourner vers lui et d'attendre sans que surprise ni impatience ne marquent son visage.

Le tempo s'apaise pour finalement s'éteindre, avant qu'un visage se dévoile enfin. Son nom suit le même chemin alors que la musique de sa voix vient remplacer celle de son instrument. Et pourtant, le Dieu-Loup reste encore silencieux. Il prend le temps de peser les informations ainsi que ses propres mots. C'est n'est que lorsque la Lune est évoquée qu'il réagit enfin.

Une main gantée de nuit se soulève, son échine se courbe, la pulpe de ses doigts et ses pupilles affûtées suivant de concert les tracés indélébiles trônant sur son torse. La marque de la Lune. Le don d'Artémis. Sa malédiction… Dans un soupir, Lykeios redresse la tête, reportant son attention sur l'Épervier. Quelques secondes s'écoulent encore avant que sa voix rocailleuse vienne briser le silence installé.

- L'on me nomme Lykeios.

Lykeios. En grec, le Dieu-Loup. Nom évocateur des conditions de sa naissance ainsi que plus ironiquement du terme de son existence. Ce du moins avant qu'une nouvelle chance lui soit donnée. Une brise s'intensifie soudainement. Sa Chlamyde s'installe sur son corps robuste, en résonance avec son Cosmos. Voilà qui pourrait répondre à des questions encore non posées. Toutefois il se laisse tout de même aller à lui apporter d'autres précisions encore.

- Je suis le gardien des tertres sacrés de Delphes. Je suis le protecteur et l'exécuteur. Je suis le maudit et le banni. Je suis le féal champion de mon père, rappelé à son service.

Un résumé plutôt pompeux mais qui en disait long. Que peu d'arrogance dans son ton pourtant. Manifestement, il n'énonce à son sens que de simples faits. Mais après tout, l'humilité n'avait sans doute pas le même sens pour ceux de son sang...

Citation :
Chlamyde : Sombre et massive, elle n'en est pas moins hautement détaillée et travaillée. Imposantes pièces d'armures et légers voiles de nuit s'enchevêtrent afin de constituer un ensemble évoquant une créature monstrueuse s'extirpant de la brume, donnant une touche aérienne et éthérée malgré qu'il soit la seule représentation terrestre des armées d'Apollon. Le casque représente bien entendu une tête de loup formidable aux canines proéminentes et acérées, ses yeux représentés par des saphirs étoilés étincelants. Au niveau des reins, ne se dévoilant que très partiellement sous les voiles d'ombre, deux épées redoutables se croisent et qu'il considère comme ses crocs. Le plus souvent, Lykeios les manie à la manière de tonfas, utilisant leurs gardes épaisses comme poignées.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
Bran RuzavatarArmure :
Épervier du Zéphyr

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Sam 30 Avr - 12:17
Bran Ruz
"La Réponse"



Le Père Solaire avait donc éveillé l'un de ses fils. Le Maudit, le Banni, le Protecteur, l’Exécuteur, autant d'attributs que lui-même, essence maléfique, s'octroyait. Parce qu'il était la « Réponse », celle aux ignominies des Hommes et des Dieux, la « Réponse » à leur pathétique couardise, à leurs tour de passe-passe misérables. On l'avait éveillé dans ce but, comme on venait d'éveiller le Loup de Delphes pour les mêmes raisons. Probablement. Il saluait la clairvoyance d'Apollon. L'engrenage se mettait en branle, bientôt ils voleraient dans cette vaste trame qu'était le ciel, sous le regard de leur divinité. Ombre et Lumière ensemble, dans une danse parfaitement exécutée, si belle que personne ne saurait détourner les yeux, quitte à se brûler. Comme Icare, avec ses ailes de cires, une leçon serait acquise.

Lykeios.

L'ombre d'un nouveau sourire para les lippes du Corbeau Rouge qui se signe avec un certain respect quand la Chlamyde de son interlocuteur alla le parer. Magnifique. Bran Ruz appréciait la majesté et la puissance qui se dégageait de l'armure. Un Loup parmi les hommes, les Oracles. La pensée cocasse élargit le sourire de cet homme d'apparence si jeune. Mais il n'est en rien juvénile, il dissimule autre chose. De plus fort, de plus doux aussi. Une Louve qui se cache, qui veille comme celle de Romulus et Remus. Et Rome, si belle si vaste … leur territoire.

« Bienvenu chez toi, Lykeios. »

Déjà l'homme se détourna, prêt à partir, à se fondre dans l'ombre. Ce qu'il fit, pour quelques secondes. Sa silhouette changea, sa para d'atours plus gracieux, d'une robe vaporeuse et blanche qui trancha dans l'obscurité. La cape glissa au sol dans un bruissement soyeux, dévoila l'immaculée d'une longue chevelure qui s'étend à ses pieds. Un regard mordoré se tourna vers l'Oracle pour le couver. Chaleur d'une mère née dans la froideur d'un pays à jamais figé dans les neiges éternelles. Asgard.

« Comme le Soleil et la Lune, je m'appelle Dahut. Nous sommes un tout, lui l'Ombre qui annonce la Mort du Soleil, moi, sa résurrection. Je suis fille de la Mer et de la Glace, princesse de l'ancienne cité d'Ys. Tous deux bannis, tous deux rappelés par le Soleil. Comme toi. »

Son essence était étrange et vacillante. Sauvage, sous bien des aspects. Elle est pâle, mais loin d'être fragile. Une Louve Solitaire. Une mère, éplorée à qui l'on avait arraché tous les fils. Cette tristesse l'habille, même maintenant qu'elle s'avance, silencieuse, jusqu'à son congénère.

« Désires-tu que je te guide ? Ou voudrais-tu courir Rome pour la découvrir sous un autre jour ? Avec moi ? Elle a bien changé et la nuit ne va plus tarder. »

Et elle serait sombre et attrayante.  


    Merci à mon neveu pour la signature ♥️

    "Et pendant que d’autres célèbrent le jour le plus interminable de l’année… nous allons secrètement nous réjouir du retour des longues nuits"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-e
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Lun 2 Mai - 23:11
La bienvenue lui est souhaitée. L'affaire est entendue, et le gardien s'en retourne, le laissant poursuivre son ascension en la Tour des Vents. Ou peut-être pas… L'Épervier s'arrête après quelques pas seulement, et sous ses yeux se produit une étrange transformation. Plus discrète que celle dont Lykeios est victime dès le Soleil couché, mais néanmoins remarquable.

Sa tête se penche sur le côté, comme bien souvent lorsque le loup est intrigué. Qu'est-ce que cela signifiait ? Sa cape tombe au sol, et voilà qu'elle se révèle. Femme désormais, du moins elle en a nettement l'apparence. Changement en profondeur, sa chevelure ainsi que son regard se parant à présent de nouvelles teintes. Plus étonnant encore, sa tenue même changeait du tout au tout, une fine robe blanche se subrogeant aux étoffes plus masculines qui ne semblaient être plus qu'un souvenir. Voix et attitude suivaient le même chemin.

Une nouvelle présentation y fait suite, mais quoi de plus normal alors que la substitution est si frappante et complète ? Bran Ruz. Dahut. La cité d'Ys… Lykeios hoche doucement de la tête. Leurs histoires semblent être similaires sur certains points du moins. Cela leur donnerait peut-être des sujets de discussion à aborder plus tard. Mais pour l'heure…

- Ce serait avec plaisir que je courrais le monde à tes côtés, Dahut, fille d'Ys. Mais ce jour n'est pas encore venu. Je n'ai que trop tardé déjà, et j'ai hâte de me présenter par devant mon père. J'accepterai donc pour l'instant ton autre proposition. Peux-tu me mener à lui ?

Et puis… la nuit, il était le Dieu-Loup, gardien des terres sacrées. À ce titre, il serait certainement attaché à la protection de la Tour des Vents, chaque nuit durant. Un nouveau coup d’œil vers la lueur solaire, son regard dérivant sur les jardins avant de les quitter.

- Quelles nouvelles du monde peux-tu me donner ? Cela fait si longtemps que je ne l'ai plus foulé, j'ai l'impression d'avoir tant à apprendre...

Effectivement, sous ses yeux, il avait pu apercevoir que le monde des humains n'avait plus rien de commun, loin de celui qu'il n'avait de toute façon que peu connu. Mais ce n'était pas tant ce sujet qui le tracassait... Il précisa alors simplement, à la manière de l'homme et non du loup.

- Quel est l'ennemi ?

"Sur qui devront s'abattre mes crocs ?", autre formulation occupant son esprit. Point dont il ne peut se réjouir, abhorrant donner la mort autrement que pour se nourrir. Mais après tout, la Voix d'Apollon à ses yeux prime sur tout le reste, sa propre volonté comprise...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
Bran RuzavatarArmure :
Épervier du Zéphyr

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Dim 15 Mai - 13:52
Bran Ruz
"La Réponse"



Ô elle n'en doutait pas. Un jour prochain, tous les deux iraient s'enquérir des nouvelles danses de la nuit, jouer avec les bras d'argent de Dame-Lune. Sœur de leur Père. Mais pour l'heure, il y avait plus urgent que d'initier une course entre âmes solitaires. Car d'une meute, Dahut n'en possédait plus. Ils étaient déjà tous morts depuis bien longtemps. Sa mère fut la première à l'avoir quitté, bien d'autres l'avait suivit. Ces songes-là étaient tristes et la jeune femme ne désirait nullement y penser. Son œil vert détailla encore l'homme devant elle qui l'interrogeait. Que pouvait-elle lui dire ? Elle n'était pas une messagère après tout. Juste une oreille attentive, actrice, dans les rares moments où Bran en ressentait le besoin. Sa voix était plus douce et apaisante que celle du Corbeau Rouge. Après un temps où le silence s'étira, la belle ouvrit la bouche pour informer Lykeios.

« Moi et mon époux nous nous sommes éveillés il y a peu, tout juste quelques mois. Nous sommes vieux de plusieurs siècles et notre réveil fut brutal. Nous comprenons ton sentiment et allons nous efforcer de t'aider, Loup. »

Après une brève pause, la jeune Princesse reprit, invitant le jeune homme, d'un geste de la main, à la suivre. Elle connaissait le chemin par cœur après tout.

« L'ennemi ? Ils sont multiples comme toujours. Bran considère cette humanité comme perdue, une gangrène redoutable et redoutée par notre Père lui-même. Athéna s'est détournée de sa voie, s'est appropriée bien plus qu'elle ne le devrait. Son territoire s'est trop étendu, laissant une marque indélébile et maudite pour cette génération humaine. Et puis il y a les Ténèbres qui rôdent et taraudent l'Augure que tu vas rencontrer. Il te racontera peut-être cet incident dont il fut la cible. »

Dahut n'en dirait pas davantage. Elle estimait que c'était à la Voix de Lug de parler de cette tentative d'assassinat sur sa personne. Malheureuse, malencontreuse. La jeune femme passa sous une arche, disparaissant un instant pour réapparaître.

« Pour les autres, nous nous ne sommes pas vraiment décidés, je crois. Il n'y a que les soldats d'Arès que nous voulons voir auprès de nous, pour ainsi reformer l'Alliance d'autrefois. Quand bien même cette Alliance sous-entend de se lier avec le Monde d'en Dessous. Il nous faudra être vigilants. Bran est par ailleurs envoyé en mission, mandaté par l'Augure en personne pour obtenir audience auprès du Pontifex. Xanthe, un jeune enfant-loup qu'il m'a été donné de rencontrer. »

Ce qu'elle ne savait pas encore, c'était que ce dernier avait été éconduit par la Main de la Guerre en personne, jugé inapte à gouverner les Berserkers. Cela, elle le découvrirait aux Portes du Dédale de Chair. Les lois martiales, les lois de la natures. Même règles, même combats. Même absurdités.

« Peut-être irais-je ensuite courir dans les terres qui m'ont vu naître, en Asgard. Ou peut-être serais-je ... »

Soudain la jeune femme à la longue chevelure blanche se stoppa, portant ses deux mains devant ses yeux, levant le visage vers le ciel. Ses yeux devenus opalescents, se perdirent dans la trame infinie des nues. Une vision. Un frisson et Dahut revint à elle.

« Hm … J'ai volé bien haut cette fois. L’Épervier … m'a susurré que j'allais connaître une nouvelle fois les heurts de la Guerre. Le goût du sang et le son du cor résonnant à mes oreilles. Ah … je ne connaîtrais donc pas de repos. »

Soupira t-elle, lasse, cherchant à s'appuyer contre quelque chose.

 


    Merci à mon neveu pour la signature ♥️

    "Et pendant que d’autres célèbrent le jour le plus interminable de l’année… nous allons secrètement nous réjouir du retour des longues nuits"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-e
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Lun 16 Mai - 5:33
Les marches se gravissent alors que le silence s'installe. La Chlamyde du Dieu-Loup a quitté ses épaules d'un nouveau courant d'air, tout comme elle était venue à lui. Inutile maintenant que les présentations sont faites. Quelques pas, quelques marches de moins à gravir. Puis Dahut s'exprime. Lui fait part de sa – leur – propre arrivée récente en la Tour des Vents. Un Éveil après un trop long sommeil. Leur voilà un évident point commun.

Elle prend ensuite la peine de lui évoquer tour à tour la situation vis-à-vis des différentes factions dénombrées. Dahut ne manque pas au passage d'exprimer sa vision critique de l'humanité – en cette ère du moins. Enfin… la vision critique qu'en avait Bran plutôt. Il peut en partie la partager. Sans l'exécrer, il ne la loue pas non plus. Lykeios aime à observer les hommes. Voir comment ils évoluent, se construisent. Ce qui les meut, les motive, les touche. Mais son point de vue d'observateur reste extérieur. L'envie de se mêler à eux est généralement inexistante. Le loup préfère les éviter tant qu'il le peut…

Bien entendu, cela est tout différent envers les Éveillés. La plupart des hommes se trouvent transcendés par le Cosmos. Cela ne les rend pas meilleurs à l'égard de la morale pour autant, mais une meilleure compréhension du monde est inévitable. Du monde réel s'entend, loin des illusions dont ils se bercent de coutume. Prennent connaissance des enjeux et des ficelles, si tant est qu'ils soient dotés d'un intellect suffisant.

Et lorsque l'on parle de l'humanité, Athéna se devait forcément d'être première citée. La Déesse de la Sagesse ne semblait plus en faire preuve. Trop gourmande, déséquilibrant l'équilibre fragile, damnant sans doute cette génération selon son interlocutrice. Plus brièvement, elle évoqua un incident dont l'Augure lui parlerait sans doute plus en détail. Il ne demandait que cela, mais pas avant d'avoir pu s'adresser à son père en tout cas.

L'alliance avec Arès avait été restaurée. Il s'en inquiète immédiatement, et ses craintes semblent partagées. Le Dieu de la Guerre a toujours été relativement instable, et ses rapports avec Hadès pouvaient être sources de hantises légitimes. Lykeios hoche de la tête, montrant par le geste qu'il partage son avis sur la question. En effet, il n'est pas homme à couper la parole, et il ne lui arrivera que très rarement d'interrompre un interlocuteur. Il le fera ici néanmoins, lorsque le sujet en vient à ce dénommé Xanthe que Bran doit rencontrer.

- Pontifex ?

Le titre lui est inconnu, mais à peine le prononce-t-il que la compréhension vient éclairer son visage.

- Oh… Je suppose qu'il doit s'agir du Prophète.

Quel autre représentant d'Arès pourrait se parer d'un titre si pompeux et auprès de qui il faudrait quémander audience afin de pouvoir le rencontrer ? Autre époque, et sans doute le titre qu'il avait connu était-il un jour ou l'autre tombé dans l'oubli et ainsi remplacé. Mention fugace à Asgard se fait ensuite, mais rien de précis n'y est apporté, Dahut coupée dans son élan.

- Que t'arrive-t-il ?

Ses mains viennent couvrir son visage, et son attitude le laisse perplexe. Tout devient plus clair dès lors qu'elle prend la parole derechef. Une vision. Naturel pour un(e) servant(e) d'Apollon. Est-ce que tous les Oracles de cette ère en étaient capables, justifiant ainsi leur nom ? Ou bien s'agissait-il juste d'une particularité de la fille d'Ys ? Ah, il l'apprendrait sans doute bien assez tôt.

Les nouvelles ne semblent pas radieuses en tout cas. La guerre et le sang… Elle en semble chancelante. Par l'utilisation de son don ou par le contenu de sa vision ? Difficile à dire, peut-être les deux raisons se mêlent-elles.

- Je puis t'offrir mon bras si tu le souhaites. Quoi qu'il en soit, ne te presse pas et prends le temps de récupérer pleinement tes sensations.

Puis ajoute après une courte pause.

- Cette guerre… En as-tu vu assez pour savoir de quoi il s'agit ?

Avec ce qu'elle venait de lui conter, il aurait bien mis une pièce sur Athéna ou Hadès, très nettement les deux favoris.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
Bran RuzavatarArmure :
Épervier du Zéphyr

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Lun 16 Mai - 9:30
Bran Ruz
"La Réponse"



Le Loup s'étonne et c'est normal.

Le don de vision était aussi étrange qu'il était soudain, prenant possession de tout un être. S'en appropriant le corps, les yeux, la langue. Un frisson parcourut l'échine de la jeune femme à la longue chevelure blanche. Qui, à peine Lykeios lui ait proposé son bras, l'accepta très volontiers, enroulant son bras à celui du jeune homme. D'un regard elle s'excusa, porta un main vers sa bouche pour lui signifier que la parole n'était pas revenue. Sa langue engourdie, il allait lui falloir quelques minutes pour récupérer. Mais ce qu'elle avait vu ne lui plaisait pas, les conclusions qu'elle en tirait non plus. Après un long moment de flottement, la belle Dahut put de nouveau s'exprimer convenablement.

« Cela faisait bien des siècles que Lug ne m'avait pas offert pareille vision. Sans doute devrais-je lui faire une offrande et purifier mon corps. » Un vague sourire sur ses lippes et elle reprit, plus sérieusement encore. « J'ai vu une grande horloge s'allumer. Douze flammes, douze temples. Je pense que c'est assez parlant, non ? Et puis j'ai vu l'ombre de mon bien-aimé couvrir le Soleil. Il est l'Ombre qui annonce la Mort du Soleil, après tout et je pense que ce jour est sur le point de se répéter. »

Une bien sombre interprétation, à n'en point douter. Ses mains se crispèrent contre l'avant bras du Loup. Fils d'Apollon, leur Père à tous.

« Je sais aussi que Bran et moi, nous ne reviendrons pas ici, une fois cette Guerre achevée. Peut-être … allons nous trépasser, peut-être allons-nous nous perdre dans le Sidh. Ce n'est pas clair. Tout ce que je sais, c'est que nous nous reposerons sous notre arbre, non loin des ruines de Ker'Ys. »

Un soupir las s'extirpa de sa gorge, fila vers le ciel en une volute chaude et blanche. Le soir arrivait, la fraîcheur aussi. Il lui semblait qu'il faisait bien froid tout à coup. Dahut se détacha de l'Oracle, inclina légèrement la tête pour le remercier avant d'enrouler ses bras autour d'elle, dans l'espoir de trouver un peu de chaleur.

« Je suis désolée Lykeios, je vais devoir me retirer. Je ne peux pas continuer. Je ne me sens pas … »

Elle s'était tut, se détournait déjà pour repartir. Mais elle stoppa ses pas, avisa d'un dernier coup d’œil par dessus son épaule.

« J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir. Si un malheur devait nous arriver … Saches que nous ne serons pas loin … en Brittania. Sous notre arbre, il te sera facile de sentir notre marque. Que Lug te protège, Loup. »

Sa silhouette se transforma, devint une ombre gigantesque qui prit son envol. Un Corbeau Rouge fila devant l'éclat de la lune naissante, pour s'éteindre.



 


    Merci à mon neveu pour la signature ♥️

    "Et pendant que d’autres célèbrent le jour le plus interminable de l’année… nous allons secrètement nous réjouir du retour des longues nuits"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-e
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   Lun 16 Mai - 22:57
Dahut lui prend le bras, lui signale d'un geste de la main qu'elle n'est pas encore en état de parler. Il hoche simplement de la tête alors que la montée des marches se poursuit en silence.

Lorsque sa douce voix peut s'exprimer à nouveau, elle lui fait alors état de quelques détails de sa vision. Le Sanctuaire, sans équivoque. Ainsi l'affrontement se confirme. Apollon et Athéna seront donc bel et bien ennemis en cette ère, pour de bon. La guerre sainte inévitable… Lorsqu'elle fait référence à la mort du Soleil, le visage de Lykeios s'assombrit quelque peu. Voilà un augure qui ne lui plaît pas particulièrement.

Mais il est tiré de cette pensée fugace par ces mains fines qui se resserrent sur son bras. Une nouvelle prédiction, plus personnelle cette fois. Bran et Dahut ne reviendraient pas de Grèce. Cela semble lui provoquer plus de lassitude que d'inquiétude, alors que l'éventualité d'une mort prochaine est évoquée. Après tout, il s'agit d'une créature particulière, qui a vécu il y a longtemps déjà. Qui ont vécu il y a longtemps déjà… Le couple a d'ailleurs déjà connu le trépas pour un réveil récent de ce que la fille d'Ys avait déjà pu lui en dire.

Elle s'extirpe, s'écarte. S'excuse de devoir le laisser continuer seul. Quelques indications, puis une nouvelle transformation. Et bien vite, elle ne fut plus qu'un horizon. Bien qu'il fut seul désormais, il prit tout de même la peine de lui répondre, même si elle ne pourrait rien en entendre.

- Qu'il en soit ainsi, Zéphyr. S'il devait vous arriver quelque chose à ton époux et toi, je vous retrouverai, tu peux y compter.

Il soupire à son tour. La guerre, ses affres… Le sang et la mort… Voilà compagnie qui ne lui manque pas mais avec lesquels il faudra bien composer.

Sa marche se poursuit, seul. Le premier temple est en vue. Trois autres seront encore à traverser avant qu'il parvienne enfin à la Cathédrale, puis au Chorus. Et là, enfin, il pourrait pleinement assumer avoir répondu à l'appel de son père...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
Contenu sponsorisé
Message Re: [22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[22 juin 550] Let the wind carry you home [Bran Ruz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» † Carry me home tonight.
» KELSIE ☁ let the wind carry us, to the clouds hurry up [61%]
» « i'll take your last breath and carry you home. » — pandore nyx epheridge's links.
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: