Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]   Mar 3 Mai - 15:04

Une nouvelle mission confiée. Si de nuit il incarne le gardien implacable de la Tour des Vents, de jour il se mettait en devoir de parcourir le monde, de le redécouvrir. Tout avait tant changé durant les cycles et les siècles qu'il avait passé hors du monde. Aussi l'Augure avait profité de ce fait pour lui présenter une requête qui bien entendu avait été acceptée. Une Chlamyde se trouvait être manquante. Chose courante, les armures de vents rejoignant de coutume leur porteur une fois éveillé. Sauf qu'en ce qui concernait la Colombe d'Argeste, l'attente se poursuivait sans pour autant qu'elle semble bien décidée à rejoindre Rome.

Quelques indications données. Le don de vision de son père était peut-être pour quelque chose dans les précisions de celles-ci. En tout cas, Lykeios connaissait à présent sa destination. Et avec la vélocité qui était sienne, il y parvint rapidement. Contrairement aux autres Oracles, il ne disposait pas d'ailes, rare représentation terrestre parmi les armées d'Apollon. Mais il n'en avait pas besoin, capable de dévorer les distances comme d'autres engloutissent un repas.

De là, le loup se fie à son flair, son instinct, venant renforcer ses capacités de détection. Sur ce dernier point, il n'est pas forcément le plus doué, mais ses autres sens très affûtés y aident bien. La cité compte de nombreuses âmes cependant. L'affaire se complique, mais n'en devient pas insoluble pour autant. Il lui suffisait de rester méthodique. De garder un esprit calme et rigoureux. Voilà qui tombait bien, ces attributs faisant partie de la personnalité du Dieu-Loup, du moins lorsque le Soleil lui offrait encore sa bénédiction.

Finalement, Lykeios trouve une piste. En bon chasseur, il traque ce fin filin de Cosmos qui le dirige vers une auberge. L'homme aux cheveux d'argent en passe les portes, porte le regard sur l'assemblée, hume longuement l'air pour déterminer précisément l'Oracle qu'il était venu chercher. Qui s'avéra être une Oracle… Il s'approcha du comptoir, se positionnant à ses côtés. Cesse ainsi de se dissimuler dans les ombres de la masse, afin qu'elle puisse prendre conscience de sa présence. Manque de chance, elle ne paraît pas être la première à le faire, comme il s'en rend compte alors qu'une question lui est posée...

- Alors l'étranger, qu'est-ce que ce s'ra pour vous ?

Oui, forcément… La question semble l'agacer, mais cela n'aurait pas dû être le cas. Il aurait dû se rappeler de cette conséquence logique. Là, il n'était à ses yeux qu'un homme parmi les hommes, et à ce titre il se devait de consommer dans pareil endroit.

- Une coupe d'eau.
- Ahah ! De l'eau, elle est bonne ! Y a un abreuvoir devant si vous voulez ! Enfin z'avez p't'être raison, l'eau c'est costaud, ça porte même les bateaux ! Nan, sérieusement… vous buvez quoi ?

Lykeios le fixe de son regard de glace, rendu plus sévère encore par ses sourcils froncés. Penche lentement le torse vers lui, très progressivement, tandis que sa tête se penche légèrement sur le côté. La menace est évidente sans qu'il y ait besoin de mots pour la confirmer.

- Très bien très bien… Va pour de l'eau...

Il s'éclipse alors, le temps d'aller lui chercher ce qu'il a commandé. Lykeios en profite… Parle bas, juste assez pour que la borgne à côté de lui l'entende nettement. Évident que c'est à elle qu'il s'adresse, sans qu'il soit pourtant nécessaire qu'il la regarde ou se tourne vers elle.

- Tu sais pourquoi je suis là, n'est-ce pas ? Tu n'as que trop traîné Argeste.

Pas besoin d'en dire plus pour l'heure. Et pendant qu'une coupe d'eau à la clarté discutable lui est amenée, il observe sa réaction. Tout comme il avait pu la retrouver grâce à son Cosmos, elle pouvait avec évidence en faire de même pour lui. Ressentir l'énergie d'un fils d'Apollon – si elle était capable de tirer cette conclusion – n'exigeait donc pas qu'il fasse référence à son père et Seigneur à son sens. Pour autant, la Colombe suivrait-elle docilement ? Impossible à dire en l'instant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
AmaryllisavatarArmure :
Chlamyde de la Colombe
Message Re: [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]   Mer 4 Mai - 1:15
Assise dans un bar, comme acculée dans un coin où les divers ivrognes du bar s'étaient regroupés en petit nombre, une femme aux cheveux châtains tenait en sa main une simple choppe. Patiente, les bras croisés et vêtue d'une petite cape à visage découvert, cette dernière avait pourtant pris ses aises à n'en pas douter. Depuis combien de temps avait-elle marché sur les sentiers afin de tenter de retrouver « quelqu'un » ? Probablement trop longtemps pour ainsi dire. A commencer par sa propre patience elle-même en premier lieu. Et pourtant, pour toutes ces recherches qu'elle avait faites, Amaryllis ne portait pas grande attention à ce reproche. Ni plus, ni moins. Comme éternellement insatisfaite de ses récentes trouvailles.

Sous ces brèves réflexions, ses lèvres se portèrent sur l'objet de son intérêt. Ici, la consommation prévalait bien plus qu'être lucide, c'était tout du moins ce que l'on disait lorsque les perdants de jeux peu glorieux se retrouvaient à terre. Tout au plus cherchait-on à les rassurer dans leur malheur, et à dire vrai, l'Oracle de la Colombe n'appréciait pas cet endroit de débauche. Pourtant elle y siégeait fièrement comme elle en aurait veillé avec douceur sur les plus faibles depuis cette place reculée.

Un claquement la réveilla de ses pensées. La porte s'était ouverte, puis le vide à cette entrée avait laissé place au nouvel arrivant de l'édifice pour le moins animé. Si le bruit de cette porte aurait pu être naturel, son intervention détenait pourtant un certain mystère en lui-même. Il incitait peut-être même à penser une ancienne connaissance, comme si cette personne lui était "familière".

Son cosmos lui indiquait pourtant clairement qu'il était étranger mais puissant. Trop puissant pour le commun des mortels.

Et alors, quelques pas lourds résonnaient désormais dans cette taverne, un bruit qu'elle eut reconnut par cette vieille habitude qu'entretenait tout bon soldat. Son regard se portait en coin sur le nouvel arrivant, pourtant son arrivée avait été bien trop furtive ou bien trop rapide pour placer un visage concret sur le possible futur ivrogne...Qui n'en demeurait point un finalement. Autant que possible, Amaryllis préférait percevoir de son œil "valide" ce qui lui semblait inconnu, pourtant ce ne fut pas le cas. L'arrivant demeurait être un inconnu pour l'heure certes, néanmoins il avançait. Ses paroles échangées avec le tenant de la petite taverne confirmait ces pensées. Un fin sourire ornait alors les lèvres de la jeune femme vêtue d'une cape, qui but simplement une gorgée sans laisser filtrer l'éclat dorée d'une pièce de sa chlamyde par égard.

- Tu sais pourquoi je suis là, n'est-ce pas ? Tu n'as que trop traîné Argeste.

Un guerrier venait la troubler dans un monde éloigné dans lequel l'ancienne Saint s'était tapie. Son cosmos était ainsi : non dépourvue d'une grande douceur mais arborant l'étendard d'une relative fierté. Le mensonge lui en serait inutile ; de toute évidence la jeune femme n'en était pas capable. Pas plus qu'elle ne souhaitait créer un grabuge en ces lieux malgré sa légère surprise. Alors sa voix tenta de s'élever suffisamment pour se faire entendre. Malheureusement pour elle, l'entraînement lui manquait et la première tentative échoua. La deuxième beaucoup moins en revanche. Grand cosmos ou pas, elle ne se dégonflait pas et puis...Elle pressentait cela depuis un certain moment. Il eut été même étonnant que cela ne soit arrivé qu'aujourd'hui.

"Ce...N'est pas souvent que l'on m'appelle ainsi. A dire vrai, au-delà de mes rêves, cela fait depuis longtemps que je ne prête plus attention à ce détail."


Certes, il y avait eu l'appel. Mais tant de choses, tant de préoccupations avait eu raison de ses instincts. Pour ainsi dire, la collecte de ses informations en était devenu une obsession. Il lui avait tout d'abord fallu intégrer une question légitime, une question qui l'avait longuement surprise elle-même: Pourquoi? Pourquoi Athéna l'avait-elle délaissé? Ce n'était pas à cet homme d'y répondre et il n'était pas non plus de son ressort d'y voir en ces doutes de quoi mettre de côté son rôle. Et puis il avait eu son maître. Et Nahel. Son verre claqua implacablement contre le bois, toujours légèrement rempli.

"Si je sais pourquoi vous êtes venus ici, si les raisons de votre arrivée me sont connues, rien ne me guide quant à votre identité. Votre Lumière est forte et pourtant je sens en vous une différence notable. A cela vous pouvez y comprendre ce que vous voulez."
Prononcé d'une voix cristalline, celle-ci paraissait pourtant être fragile, inutilisée depuis un certain moment. Cette capacité, elle ne la devait qu'à cette chlamyde portée après tout. Amaryllis ne put s'empêcher de se montrer un peu plus moqueuse à cet égard, sans pour autant les prononcer dans une volonté à offenser son interlocuteur. Lentement, la jeune femme se relevait de son siège. "Vous ne buvez pas? Ce n'est pourtant pas le meilleur moyen pour passer inaperçu en ces lieux."

La belle brune capta alors l'attention d'un teneur, qui alla lui donner un second verre près de l'envoyé du Soleil. La jeune femme ne resta pourtant pas dos à dos et alla simplement se placer à ses côtés. Le premier cas aurait simplement montré à son égard un désintérêt et un manque de naturel explicite. Pourtant, Amaryllis était ouverte à la conversation, simplement peu convaincue. Cet homme l'intriguait simplement dans les mesures de la Raison. Des cheveux blancs et d'une certaine hauteur, le représentant d'Apollon avait amené une personne égalant les dieux d'un camp qu'elle ne connaissait pas, mais qu'elle devinait en plein éveil.

"Amaryllis. Ce sera tout de même plus simple de connaître nos noms en guise de première rencontre non? Même si j'ignore encore ce que vous poursuivez pour l'heure."


Difficile de savoir si la jeune femme était encore une Saint ou non. Toujours était-il qu'elle semblait détacher de ce qui l'avait guidé ici-même, ou de ce qui la guiderait dans le futur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]   Sam 7 Mai - 2:03
Elle ne chercha pas à nier. Déjà une bonne chose, au moins gagnaient-ils là tous deux un peu de temps. Une très belle femme, sans doute borgne même s'il ne fallait pas toujours se fier aux apparences. Elle ne semble pas particulièrement émue par cette rencontre, même si sa voix est d'emblée légèrement hésitante. Seul point qui pouvait laisser évoquer un certain trouble, car dans sa répartie et son attitude, il ne sentait aucune manifestation d'inquiétude. Au contraire, elle vint même s'installer d'elle-même à ses côtés plutôt que de chercher à s'esquiver. Peut-être juste une bravade, mais il pensait plutôt qu'il y avait là une certaine confiance en soi, une curiosité même, une envie d'en savoir plus, de creuser la question plutôt que de tenter de l'éviter.

Dans un premier temps, Lykeios la laisse parler, ne cherche pas à l'interrompre. Quelque peu taciturne, il n'a certainement pas pour vocation que de trancher la parole à quiconque. Sa tendance va même plutôt à laisser le silence s'installer, sans toutefois qu'il l'estime jamais pesant. Le loup n'a pas de problème à ce que deux êtres puissent rester silencieux, mais ensemble néanmoins, fait qui posait plus souvent problème aux hommes, nombreux aimant tant à communiquer qu'ils en abusaient totalement, jusqu'à ne plus être capable de soutenir le silence.

Puis finalement, elle lui fait offrande d'une présentation. Entre les lignes une question est nettement posée sans s'afficher comme telle. Il but à sa coupe – quitte à en disposer, autant en faire usage – l'amputant de la moitié de son contenu. Laisse encore filer quelques secondes, se tournant vers elle. Une politesse allait être rendue.

- L'on me nomme Lykeios de Delphes.

Derechef, il laisse un instant s'écouler. Lykeios, soit le Dieu-Loup en grec. Certains oracles avaient semblé connaître sa légende – qu'il estimait pourtant inexistante – ou du moins faire certains rapprochement sur ce simple nom. Qu'il y ait compréhension de son identité ou non, peu importait après tout, Amaryllis saurait bien assez tôt quoi qu'il en soit. Puis finalement, il enchaîne de sa voix rauque et posée.

- Je ne poursuis plus rien, maintenant que je t'ai trouvé. Tu es attendue…

Et de terminer sans faire usage de sa voix, transmettant quelques mots par la voie de la pensée, comme il le faisait toujours lorsque la Lune trônait au firmament.

- Apollon t'as fait une faveur, Amaryllis. Il a vu en toi ce que tu pouvais être, et souhaite désormais voir sa Colombe parcourir les vents sous son divin éclat… J'ai été envoyé pour te trouver et t'escorter. Te guider là où est ta place. En ton foyer...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
AmaryllisavatarArmure :
Chlamyde de la Colombe
Message Re: [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]   Ven 20 Mai - 22:39

Lykeios. Un nom grec qui lui amenait d'ores et déjà quelques souvenirs d'enfance. Après tout, n'était-elle pas, elle aussi, une grecque de sang? Un sourire vint orné légèrement ses lèvres.

"Enchantée, Loup de Delphes. Quoique votre titre m'apparait quelque peu intimidant pour rechercher une simple Colombe."

Amusée d'un air solennel et fier, Amaryllis posa ses coudes sur la table et écouta l'homme aux cheveux couleur clair de lune parler de ses mots laconiques. Ses mains étaient jointes alors qu'elle constatait et analysait davantage son cosmos aux influences toutes aussi solaires que lunaires. Etrange. C'était le mot pour le décrire. Cet entretien n'avait pas tourné au vinaigre et d'une façon, Argeste s'en sentait rassurée. Malgré ses mots durs, la brune préférait la paix à la guerre. Le calme à la tempête.

Les révélations que le Loup lui faisaient mentalement ne l'amenaient pourtant pas à prendre ces paroles de la meilleure façon. Les sourcils froncés, elle sentait la colère montée petit à petit. Une colère qu'elle n'avait pas dégagé face à une certitude qu'elle avait eu à l'instant même où sa Chlamyde l'avait choisi, sur l'ancien champ de combat. "Mon foyer..." Ce n'était qu'une brise à peine, un doux murmure. Oui, elle cherchait un foyer afin de ne plus errer. Pourquoi avait-elle nié l'évidence? La peur? Peut-être bien. Les questions s'emballèrent rapidement, trop à son propre goût.

"Mais pourquoi m'a-t 'il fait une faveur? Oui, pourquoi? Qu'est-ce qu'il recherche à proprement parlé? Pourquoi m'a t-on sauvé de la mort? Pourquoi Apollon m'a arraché de leurs mains?"

La jeune femme s'impatientait et sa voix n'en conférait nulle doute quant à ce sentiment dont elle était prise à l'heure actuelle. Elle s'était éteinte au bout d'un moment, tout simplement, face au doute et à l'incertitude. Et peut-être une attente qui avait fait mûrir trop longtemps tout cela. Pourtant elle en était la fautive alors, se ravisant quelque peu, sa main s'était simplement serrée sur la choppe qu'elle tenait pendant qu'elle la portait à ses lèvres.

Enervée. Puis apaisée aussitôt. Oui, agir ainsi était beaucoup mieux pour elle et pour regagner sa voix. Cela n'empêchait pourtant pas les murmures à s'échapper de ses lèvres. Plus doux, ils étaient certainement et également plus soutenus, mais non pas moins véridiques.

"Ce sont des réponses auxquelles je ne peux atteindre pour le moment. Non, vraiment, que désire Apollon? Les dieux sont généralement opportunistes, rarement ils ne montrent un signe d'affection quand, lorsque nous rendons notre dernier soupir, nous pensons fortement à eux."
Après tout, Athéna l'avait abandonné de cette même façon. Sèchement, son verre avait cogné contre le bois contreplaqué du comptoir. "Qu'est-ce qui m'amène à penser qu'il veut me guider? Cela ne m'intéresse plus véritablement, de fait."

Soudainement muette, ce mal n'avait pourtant rien de bien nouveau pour la Colombe. Hésitante, elle finit toutefois par poser une chose qui l'intéressa bien plus que les interrogations plus émotives d'auparavant.

"Que pense Apollon de l'ère dans laquelle nous vivons? Et surtout...Que pensez-vous vous-même, de ce foyer dont vous me parlez?"

Cette femme avait certainement un vécu qui l'empêchait d'avancer pour l'heure, voilà ce que ces mots pouvaient refléter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]   Lun 23 Mai - 17:02
Lykeios attend. Écoute. Laisse les pensées d'Amaryllis s'exprimer, sans toutefois intervenir. Des choses sur le cœur apparemment. Bien des questions posées, auxquelles le Dieu-Loup ne pourrait sans doute pas apporter de réponses. Il n'était pas dans les secrets de son père malgré tout, aussi seul Apollon pourrait l'éclairer avec précision.

Un brin de colère qui surgit et s'évanouit aussitôt. L'Argeste semblait également porter un regard plutôt critique quant à la manière dont le Panthéon traitait l'humanité. Comment la contredire sur ce point, lui qui en avait également été victime ? Le maudit et le banni… Il connaissait la cruauté dont sa famille pouvait faire preuve s'ils estimaient que punition devait être tenue.

Pour autant, c'était une nouvelle ère qu'Apollon souhaitait apporter au monde. Contrer la folie d'Athéna qui conduirait inexorablement les hommes dans une époque peuplée de chaos et de guerres à n'en plus finir. Un véritable cauchemar que le Dieu-Soleil se devait d'éviter. Bien sûr, l'objectivité de Lykeios pouvait là être remise en cause, vouant une dévotion sans faille à son père.

Quoi qu'il en était, le Loup de Delphes devrait trouver les mots. Une mission lui avait été assignée, et la Colombe semblait encore douter. Il ne pouvait en tout cas pas croire que cela ne l'intéressait plus comme elle le signalait. Sinon pourquoi se poserait-elle tant de questions ? Il pèse encore ses mots quelques instants. Un intellectuel tel qu'Asclépios aurait sans doute mieux valu pour cette part, mais Lykeios tenterait malgré tout de faire de son mieux.

- Bien des réponses à tes questions ne pourraient être trouvées qu'auprès de Lui. Je ne suis après tout ici qu'un exécutant. Si tu souhaites donc obtenir explications, il te faudra l'interroger en personne.

En effet, le Dieu-Loup serait bien incapable de lui dire pour quelle raison précise elle avait été choisie. Arrachée aux griffes de la mort. Mais il était d'autres questionnements auxquelles il pourrait apporter sa lumière…

- Je puis par contre t'aider, t'aiguiller dans la compréhension de certaines choses. Par exemple qu'Il n'est pas représentation de guerre, mais de vie. Il brille pour chacun d'entre nous, nous apporte sa chaleur et sa lumière. Ainsi, nous bénéficions d'ores et déjà tous de son affection. Nous guider vers une nouvelle ère où les ombres n'auront plus place. Son art s'exprime dans l'émotion et la beauté bien plus que dans le massacre.

Rien qu'il estima comme bien convaincant pour qui n'était pas d'ores et déjà acquis à sa cause. Pourtant, il ne faisait qu'exprimer sa réelle opinion. Se diriger vers un monde meilleur, là où Athéna ne pensait plus qu'à accroître sa puissance et sa domination sur la surface du globe. Là où les Ténèbres fomentaient afin de s'en emparer également, sans aucune considération pour l'humanité sans aucun doute. Difficile de juger si ses paroles pouvaient faire pencher la décision d'Amaryllis ou non, mais il était sûr que sa conviction personnelle transparaissait en ses mots.

Prenant son verre, il y but une lente et longue gorgée, prenant son temps pour ingurgiter l'eau fraîche qui lui avait été servie. Rien d'autre qu'une manière de lui laisser l'occasion d'apporter d'autres précisions encore, qu'il estima comme trop sensibles pour les souffler à voix haute cette fois.

- Notre foyer… la Tour des Vents, comme il convient de l'appeler. Lumière et beauté s'y mêlent, en plein cœur de Rome. Un lieu qui semble retiré du monde, mais qui en est pourtant un observatoire, un mirador. Les Oracles d'Apollon y résident, tout comme pléthore d'artistes qui viennent y trouver l'illumination divine ou tout simplement la quiétude.

Lykeios repose alors sa coupe maintenant vidée de son contenu, et tourne ses yeux d'azur en sa direction avant d'ajouter une dernière chose.

- J'y ai également trouvé une famille. En laquelle je reste persuadé que tu t'épanouirais. Oui, outre les désirs de mon père, j'aimerais moi aussi te compter à mes côtés, Amaryllis.

Cela n'est pas feint. Il voyait en elle le doute, mais également la souffrance. Le souhait de trouver sa place sans toutefois savoir quelle voie le lui permettra. Des points sur lesquels il pouvait se rapporter. Sur lesquels il pouvait compatir, ayant vécu pareille situation. Une fois encore, ses mots lui semblent bien faibles. Le loup est plus doué pour les actes que pour une quelconque argumentation… Les mots n'ont d'ailleurs pour lui qu'une bien faible valeur. À la place, il souhaiterait juste pouvoir lui montrer. La laisser se faire alors son propre avis. Mais cela, il ne le pourrait que si elle acceptait finalement de le suivre jusqu'à Rome...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]   Lun 30 Mai - 3:42
Citation :
Compte-tenu du départ d'Amaryllis, je me permets de double-post pour clôturer ce sujet.

Ses paroles ne trouvèrent pas l'écho escompté. Du moins, pas assez, cela s'avéra par la suite de la discussion. Si certains points avaient attiré l'attention de la Colombe, ces explications n'y suffiraient pas. Une réticence… Comme si les chaînes de l'expérience l'empêchaient de se libérer et de voler librement sur les Vents d'Apollon. Lykeios en ressentit une certaine tristesse, mais il ne pourrait être objectif en la question. Forcément, le fils du Dieu-Soleil avait du mal à comprendre que l'on puisse douter en ce qui concernait la possibilité offerte de servir son père.

Cette expédition se solderait donc par un échec. Si par ses mots il n'était parvenu à la convaincre, il n'irait pas jusqu'à utiliser la force. Cela ne lui avait pas été commandé, aussi ne glisserait-il pas en pareilles extrémités. Pourtant, il le savait, le Colombe d'Argeste devrait bien se résoudre à rejoindre Apollon. Qu'Amaryllis en soit la porteuse ou non… Cette situation ne pourrait donc se solder que par quelques possibilités, menant toutes à la même conclusion : la Chlamyde reviendrait en la tour de vent, que ce soit avec ou sans sa porteuse. Finirait par lui tourner le dos ou attendrait qu'elle périsse si la brune ne revenait pas sur sa décision.

Au moins n'y eut-il pas de débordement. Aussi, la discussion terminée, Lykeios se contentera de se lever et de quitter l'endroit. À la porte, il se retournera. Accordera un dernier regard à la jeune femme. « Dommage », pense-t-il. En effet, il aurait aimé la compter parmi les siens. Parmi la meute dont il faisait partie à présent. Mais il respecterait pour l'heure le choix qui était le sien. Ne lui restait donc plus qu'à rejoindre la Tour des Vents, et aviser l'Augure de la tournure des événements.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mi-juillet 550] A breeze from the distance is calling your name [Amaryllis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recensement juillet 2010
» Une vraie guerre - Paintball - 2 juillet 2011
» Manifestation FL, le 15 Juillet prochain
» Samedi 24 Juillet Anniversaire Yogojabi
» Le 20 juillet...des grands faits historiques...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Reste du Monde-
Sauter vers: