Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [536] Le long chemin des armes (Eirwen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ToryaldavatarArmure :
Alpha

Statistiques
HP:
126/220  (126/220)
CP:
172/270  (172/270)
CC:
49/215  (49/215)
Message [536] Le long chemin des armes (Eirwen)   Mar 17 Mai - 0:36
Ereinté. La journée avait été longue dans les forges, toujours sonné au plus profond de moi même. Six années, il s'était passé six années... Mon regard se levait vers Asgard avec une honte que j'avais de plus en plus de mal à admettre. Le mutisme devenait ma nouvelle raison de vivre jusqu'à que cette gamine revienne dans mes pattes. Il était vrai qu'elle était là en permanence à assister aux entrainements et aux querelles des guerriers en tout genre. Un matin, alors que j'étais arrivé, le premier, je la vis déjà là. Un sourire aux lèvres, je m'approchais d'elle.

- Toujours là toi ?

Puis, je pris un peu de pain et de viandes et les balançais vers elle. Je la laissais les prendre et j'allais repartir quand un cri attirait mon attention. Ce n'était pas un cri humain mais celui d'un piaf, mes yeux se levèrent vers un corbeau magnifique se posant sur une barrière. Tout humain pouvait sentir que cet oiseau n'avait rien de bien normal, il fallait bien l'avouer ! Haussant les épaules, j'allais continuer mon chemin et baissais la tête d'une honte que j'avais de plus en plus de mal à expliquer. Mais... Oui, Mais... Le corbeau ne regardait pas dans ma direction et cela finissait de m'intriguer dans cette situation particulière.

Mes prunelles se concentrèrent alors que l'attention du Corbeau.

- Eirwen.

C'était comme un chuchotement. Surprise aussi. Personnellement, je m'en cognais la coquillard de la petite mais si le Père de tous s'intéressait à elle, c'est qu'il y avait une raison qui m'échappait... Pivotant lentement vers moi même, je me ravisais et revenais vers elle afin de la toiser de haut. Cette gamine ? Qui était-elle pour le seigneur Odin ? Pensif, mon regard bleu azur ne la quittait pas des yeux pendant de longues secondes.

- Dis moi, peux tu toucher ce métal en essayant de lui donner vie ?

La question était débile pour le commun des mortels ! Mais cela n'était pas la nature de l'Alpha de mentir sur ses raisons, j'avais une idée en tête et devais m'en assurer rapidement. Si la Matière lui répondait, quelque chose serait peut-être à tirer de la gamine ! Après tout, il avait poser la même question à Haldor autrefois et il s'en était bien sorti le jeune bougre...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t334-toryald-guerrier-divin
EirwenavatarArmure :
...

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [536] Le long chemin des armes (Eirwen)   Mar 17 Mai - 23:06




Année 536


Comme de coutume, la bambine à la blanche chevelure avait quitté sa maison de bon matin pour courir à vive allure en direction du Palais. Comme d'habitude, ses pas la conduisirent sur le lieu d'entrainement des Guerriers d'Odin. Et comme d'habitude, la gamine qu'elle était, se tenait parmi les ombres pour observer ces derniers, alors que ses prunelles dorées les scrutaient avec une admiration certaine. Tant pour eux, que pour cette force qui était leur. Mais son admiration, elle la vouait tout particulièrement à l'un d'entre eux. Oui, la fille du Jarl Thorholf, tenait à respecter son petit rituel journalier.

Pourtant ce matin là, elle était arrivée en premier sur les lieux. Une petite moue se dessina sur les lèvres de l'enfant. Il n'était pas là, ce guerrier qui lui était cher. Nouvelle déception pour la petite. Pourtant, elle était certaine d'avoir entendu qu'il était de retour. Un bruissement d'ailes lui fit tourner la tête vers le corbeau qui s'était posé non loin d'elle. Encore lui? Mais que lui voulait-il donc cet animal?

"- Veux-tu bien finir par me laisser tranquille dis? Aller file!"

Elle allait se rendre vers lui quand soudain, elle eut la sensation qu'il y avait une présence autre que la sienne et celle du corbeau. Le son d'une voix familière la fit s'arrêter et lentement se retourner. Il était là. Un sourire de joie non feinte illumina son doux faciès, alors qu'elle réprimait l'envie de s'élancer vers lui. D'ailleurs, il venait à elle. Par Odin, il était si grand. Elle était certaine qu'il était capable de soulever des montagnes.

"- Bonjour messire Toryald."

Timidement, elle détourna un instant son visage, semblant trouver un soudain intérêt au corvidé. Peut-être que sa présence ici déplaisait à l'Alpha.

"- Je suis désolée si ma présence vous déplaît. J'ai entendu dire que vous étiez de retour, alors je voulais juste vous voir. Mais je vais y aller."

Eirwen ne voulait être un poids pour qui que ce soit. Elle avait été un poids pour son père, et le résultat était qu'il était mort pour la protéger. L'enfant allait se retourner lorsqu'elle vit le géant jeter des victuailles en sa direction. Habilement elle attrapa celles-ci au vol.

"- Merci."

Elle mordit doucement dans le pain, observant le guerrier lui tourner le dos près à partir, lorsqu'un croassement se fit entendre. Curieuse, elle tourna la tête vers l'animal.

"- Je t'ai dis de partir non? Tu vas le contrarier."

A son avis, l'animal devait être croisé avec une mule car il n'écoutait jamais quand elle lui parlait. La gamine allait présenter ses excuses, lorsqu'elle entendit le Guerrier Divin l'appeler. Un instant surprise, elle regarda un peu partout pour être certaine que c'était bien à elle qu'il s'adressait. *Idiote, bien sûr que c'est à toi qu'il parle.* Et voilà qu'il était à nouveau près d'elle, la toisant comme si elle ne représentait pas grand chose. Il avait bien changé, lui qui avait été si gentil avec elle lors de leur première rencontre.

"- Messire?"

Il lui posa alors une question que tout autre enfant qu'elle aurait pu trouver saugrenue. Comment pouvait-elle donner vie à un objet comme le métal? Elle n'était pas forgeron. Pourtant, à observer les entraînements qui se déroulaient ici, elle tentait toujours de mettre en application ce qu'elle avait appris en rentrant chez elle. Et il était vrai qu'elle était parvenue, en de rares occasions, à modeler quelques objets, mais jamais à partir d'un bout de métal.

"- Je peux essayer."

Elle prit donc le morceau de métal indiqué entre ses mains en inspirant profondément. Si elle se trompait ou quoique ce soit d'autre, nul doute qu'il s'en irait. Quelque part au fond d'elle, elle ne voulait pas le décevoir. Ressentir et percevoir. C'était là la clé du succès de cette épreuve. Inspirant profondément. la gamine se mit donc au devoir d'accomplir cette tache, peu certaine d'y parvenir.

Eirwen ne sut combien de temps elle s'était tenue là sous le regard de l'Alpha. Toujours est-il qu'au moment où elle allait baisser les bras, un nouveau croassement, perçu par l'enfant comme un signe d'encouragement. Alors, se concentrant à nouveau, elle finit par ressentir ce flux. Et alors, elle se mit à manipuler celui-ci, songeant à ce guerrier qu'elle vénérait. Ce qu'il représentait. Sous les yeux de Toryald, le métal se tordit doucement mais sûrement, prenant la forme d'un petit dragon. Un croassement victorieux fut adressé au guerrier, alors que l'enfant rouvrait ses yeux dorés sur la pièce de métal, avant de porter son attention sur l'Alpha.

"- Est-ce que j'ai réussi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1149-eirwen-the-shieldmaid
ToryaldavatarArmure :
Alpha

Statistiques
HP:
126/220  (126/220)
CP:
172/270  (172/270)
CC:
49/215  (49/215)
Message Re: [536] Le long chemin des armes (Eirwen)   Lun 23 Mai - 22:15
J'observais la petite en train de manipuler le cosmos doucement. Le métal changeait peu à peu d'apparence pour prendre celle d'un dragon. Mes prunelles montaient de bas en haut, du dragon à la petite en train de me tendre son bout de métal. Souriant, j'étais déjà surprise du résultat et la vue du Corbeau m'invitait à penser que cette petite fille avait une destinée bien spéciale. Fermant les yeux, je reprenais mon souffle et prit dans la paume de ma main l'objet tant convoité.

- Tu as fait du bon travail !


S'agenouillant, je prenais le métal et l'inondait d'une chaleur orageuse, des arcs électriques fendaient la pièce que la petite fille avait formé. Soudain, le dragon se mit à bouger et à prendre vie, ses ailes battaient l'air et il s'envolait. Des petites pupilles ophidiennes se dessinaient sous les paupières qui se relevaient. Un léger crissement sortit de ses crocs. Puis, il prit son envol en dansant dans les airs et il se posait sur l'épaule de la jeune demoiselle.

- Tu vois, c'est cela donner à la vie à un métal. C'est une chose rare et précieuse que donner la vie. Mais cette vie est différente des vivants, ils n'existent que si tu acceptes de sacrifier un peu de ton cosmos à jamais. On appelle cela l'accouchement dans l'art des Forgerons, donner une âme à ce qui est matière.

D'un signe de la main, j'ordonnais à un des apprentis qui venait d'arriver de me remettre une épée en bois. Jouant avec mon cosmos, je travaillais le bois et lui donnais une taille adéquate pour une enfant. Je la tendis alors en avançant le manche sur mon avant bras. Un sourire aux lèvres, je repris la parole.

- Prenez ceci mademoiselle, nous allons voir si votre corps peut aussi montrer de la vaillance. Plus votre corps sera rôdé à ce genre de chose, plus vous aurez la force afin de donner vie aux métaux et aux roches !

L'explication était simple. Je lui ordonnais de ne jamais lâcher cette petite épée de bois, comme si sa vie en dépendait. Ce serait déjà un bon début après tout. Pourquoi tu l'aides andouille ? Cette question était naturelle mais était ce le moyen que j'envisageais afin de ne pas me perdre dans mes propres faiblesses ? Prenant un simple bâton, je l'invitais à venir me combattre. C'était ainsi que la future Prêtresse commençait son long chemin....



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t334-toryald-guerrier-divin
EirwenavatarArmure :
...

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
180/180  (180/180)
CC:
275/275  (275/275)
Message Re: [536] Le long chemin des armes (Eirwen)   Dim 30 Oct - 13:28



Année 539




Trois années s'étaient écoulées depuis ce jour où sa petite main s'était emparée de la garde de l'épée en bois qu'il avait taillé pour elle. Trois années, depuis qu'elle s'était empressée de suivre sur l'aire de combat cet homme à qui elle vouait une véritable adoration. Certes, la Guerre l'avait changé, le rendant plus taciturne, plus abrupte. Mais il tâchait toujours de se montrer calme, prenant le temps de lui expliquer les choses comme il le fallait pour que la gamine qu'elle était puisse comprendre, et apprendre. En souvenir de cette journée particulière, elle avait gardé l'épée ainsi que le dragon qu'elle avait créé, et auquel Toryald avait donné vie.

Eirwen se souvenait que les premiers temps, l'art du combat avait été particulièrement difficile à appréhender. Les coups avaient été particulièrement durs pour elle qui n'avaient jamais touché une arme de sa vie. Bien souvent, elle rentrait chez elle parée de quelques bleus, mangeait un morceau avant de se laisser tomber sur son lit pour s'endormir profondément. La bambine pourtant, se levait aux aurores, et souvent, s'entraînait et répétait les gestes appris la veille pour pouvoir s'en imprégner davantage avant de repartir auprès de son Maître.

Oh bien sûr, il ne lui avait pas montré que le maniement des armes, de toutes sortes au demeurant. Il lui apprenait également à maîtriser son cosmos, à insuffler la vie au métal qu'ils modelaient à leur volonté. L'art de forger faisait donc partie intégrante de sa formation. Et elle aimait cela. Créer, modeler, transformer, renforcer.

D'ailleurs, ce jour là, ce ne fut pas en direction de l'aire d'entraînement qu'elle s’était élancée, mais bel et bien en direction de la forge de l'Alpha. Comme de coutume, son faciès était paré d'un sourire. A peine sortie de chez elle, qu'elle fut accueillie par les croassements désormais familiers. La gamine n'était plus suivie par un, mais deux corbeaux. Après une rapide caresse elle leur lança:

"- Venez, assez perdu de temps, on doit y aller, vous savez combien il déteste que l'on soit en retard. Je n'ai pas envie de retrouver un dragon grognon."

Alors, elle avait prit le chemin de la forge aussi rapidement que ses petites jambes le lui permettait, sa sacoche battant son flanc. Un instant, elle ferma les yeux, inspirant profondément pour se gorger de la fraîcheur matinale d'Asgard, aimant sentir l'air lui brûler les poumons. Elle s'empressa de gagner l'antre de l'Alpha, s'engouffrant dans celui-ci. C'était là son univers, et elle était une des rares personnes dont il tolérait la présence ici-bas. Et par Odin, elle aimait être là, chez lui, son regard ambré et curieux se portant sur tous ces objets qu'il avait pu créer, s'amusant parfois à effleurer certains d'entre eux du bout des doigts, lorsqu'il avait le dos tourné bien entendu. Après tout, les dragons veillaient jalousement leurs trésors.

Elle se défit de sa lourde veste, constatant qu'il n'était pas encore arrivé, elle alla rallumer le feu de la forge:

"- Ag!"

Murmura-t-elle, alors qu'à ce simple mot, les braises se ravivèrent pour redevenir ce feu vivace et ardent. Ag...Brûler dans la langue draconique. Voilà un autre savoir qu'il lui apprenait, et elle aimait cela, découvrant la puissance d'un pouvoir plus que certain qui se trouvait dans ces mots perdus. Satisfaite, elle s'était rendue près de la table pour y poser sa besace, en sortant un pain encore chaud, du fromage et quelques tranches de viande séchée. C'était là un rituel car c'était elle qui lui apportait son repas. On lui avait toujours dit qu'il ne fallait pas commencer une journée de labeur sans rien dans le ventre. Elle sortit de ses pensées en ressentant sa présence derrière elle. Alors lentement, elle se détourna pour lui faire face, l'observant avec cette adoration toujours présente dans son regard lorsqu'il était là.

"- Bonjour Maître. J'espère que vous allez bien. Sur quoi allons-nous travailler aujourd'hui?"

Oh oui, elle était curieuse la petite. Mais surtout, elle espérait au plus profond d'elle pouvoir l'observer et le contempler sur un des élément de son art auquel elle n'avait jamais assisté: la réparation d'armure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1149-eirwen-the-shieldmaid
Contenu sponsorisé
Message Re: [536] Le long chemin des armes (Eirwen)   
Revenir en haut Aller en bas
 
[536] Le long chemin des armes (Eirwen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bien long chemin...
» Un long chemin
» L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary
» Ici, un long chemin débute [Wolf Rain]
» Le début d'un long chemin (Siwan - Izilbêth)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: