Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Lun 23 Mai - 20:22
Spoiler:
 

Depuis son retour dans le Dédale de chair, Esther n'avait plus reçu de visites de la part de sa Mère. S'il était courant qu'elle reste un certain moment libre de ses conseils ou reproches, que la sensation de son regard sur son train de vie – via ses yeux émeraudes – disparaisse l'était moins. De plus, ses derniers mots ce jour là sur les rives de Carthage laissaient peu de places au doute. Selon toute vraisemblance, quelque chose s'était brisé et sa Mère avait momentanément perdu l'intérêt qu'elle portait depuis toujours à son adresse. Rien ne permettait de savoir quand la fracture allait être résorbée, Esther ignorant jusqu'au motif de ce mépris. Pour autant, en un sens, que son parasite cesse de lui prêter attention aidait à ce que l'angoisse qui y était associé se dissipe un peu au fil du temps.

À présent, son libre arbitre n'était plus orienté par les menaces de cette femme mais par l'autorité consentie du Pontifex. Celui-ci avait intérêt à obtenir des informations en dehors du Dédale de chair, et Esther pouvait contribuer avec aisance à cette attente. Si les premiers jours, la petite Tarentule avait porté son corps astral à proximité du sanctuaire en vue de surveiller les réactions de l'ennemi suite au raid des cardinaux, les suivants faisaient l'objet d'une utilisation plus évasive de ses capacités. En effet, au lieu de se cantonner à un même endroit, sa curiosité enfantine l'emportait partout et nulle part à la fois ; incapable de s'ancrer dans un territoire donné.

Le premier de tous ne pouvait être que là où résidait Thafnout. En effet, ce dernier se trouvait être le semblable auprès de qui elle se sentait le mieux. Le bracelet qu'il lui avait offert ce soir là en signe d'affection était habité d'un cosmos bienveillant. Un tel artifice ne pouvait pas ne pas être tenu par un fil invisible de cette énergie connectant – de manière infime – l'objet à son propriétaire. Par ce biais, Esther avait pu localiser son emplacement approximatif, une structure mystérieuse s'occupant de brouiller sa présence, à l'instar du Dédale de chair. Si les berserkers et les oracles étaient alliés, Esther demeurait méfiante, ne s'approchant jamais de trop près de l'épicentre de ce fourmillement de cosmos.

En revanche, il lui était difficile de mépriser sa curiosité quand des chevaliers en sortaient, l'un d'eux en particulier. Pendant deux jours, la silhouette d'Esther apparaissait ci et là dans les angles morts dudit individu. Quand il retournait parmi les siens, elle quittait son entourage. Le lendemain, elle le retrouvait, se familiarisant avec son cosmos à mesure qu'elle demeurait à proximité. Une présence invisible.





Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Jeu 26 Mai - 3:53
Une impression étrange, depuis un couple de jours déjà. Pourtant, le Dieu-Loup n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Son instinct animal avait beau l'alerter que quelque chose clochait, ses autres sens se trouvaient bien en peine quand il était question de préciser ce ressenti. S'il était suivi, il l'aurait bien remarqué, n'est-ce pas ? Son flair, son ouïe et sa vue perçante en tout cas ne détectaient rien. Aussi, à chaque fois que cette perception l'effleurait, elle se trouvait presque aussi vite balayée.

Oh, Lykeios restait sur ses gardes. Les menaces d'Hadès et des Dieux jumeaux lui restaient à l'esprit, et tout restait possible venant de cette engeance. Le conflit qui avait opposé délégation de Berserkers et d'Oracles au Sanctuaire n'avait eu lieu que quelques jours plus tôt également, ce serait à prendre en considération. D'ailleurs, le Zéphyr n'avait toujours pas ramené son Épervier à la Tour des Vents. Partir en quête de la jeune femme – lorsqu'il pensait à cet être double, c'était inévitablement Dahut qui lui apparaissait – restait une de ses volontés, mais il ne pourrait y procéder tant qu'il n'en aurait reçu l'autorisation d'Apollon ou du moins de son Augure, cela le fils du Soleil ne l'ignorait pas.

Aussi n'avait-il rien changé à ses habitudes. Et si ses nuits étaient entièrement réservées à la protection de la Tour des Vents, bien des pérégrinations peuplaient ses journées. Se mêlant simplement à la population d'une cité au hasard, de par l'étendue de ce qui sera un jour appelé l'Europe. Parfois, il faisait la rencontre d'Éveillés. Il y a peu encore, ce fut cette jeune rousse envoûtante répondant au nom de Rhiannon. Rencontrée non loin de Rome, Lykeios était intervenu en sa faveur face à une poignée de malandrins. La plus récente de ces entrevues, une parmi d'autres. Nombreuses encore seraient à venir, certainement.

Qu'allait donc lui réserver le sort en ce jour ? Peu pressé, il n'usa cette fois pas de sa célérité légendaire pour parcourir bien des lieues. Pas encore tout de suite du moins. Sa première destination fut donc la ville de Milan, ancienne capitale de l'Empire Romain. Haut-lieu de culte en faveur de ce Dieu unique que son père soutenait. Quoi de plus normal étant donné qu'il était nettement concerné ? Apollon, par le Sol Invictus, avait ouvert la voie. Après s'y être déjà un peu frotté à Rome, il estimait que le temps était venu de creuser un peu le sujet en d'autres foyers du christianisme.

Cité de Saint Ambroise, l'Évêque qui avait défié les Empereurs. Sujet intéressant. C'est donc en la Basilique Santa Maria Maggiore qu'il se rendit. Sans vraiment de but précis que de tendre les oreilles, et peut-être en apprendre un peu plus au détour d'une conversation ou l'autre. Ne fusse que s'imprégner de l'atmosphère serait toujours bon à prendre...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Jeu 26 Mai - 19:00
Spectatrice du quotidien de cet individu, Esther avait pu discerner un instinct semblable à celui de Li Mei. En effet, certaines personnes étaient capables de sentir un regard, une intention, quand ce n'était pas simplement une présence. À n'en point douter, ils représentaient pour la petite Tarentule le plus grand danger. Mais ce n'était pas ainsi qu'elle considérait cet homme. Officiellement alliés, Esther n'était pas assez coutumière de la chose politique pour n'y voir qu'une posture faite de faux-semblants. À ses yeux, les oracles se confondaient dans les paysages qu'elle se plaisait à découvrir dans leur infini diversité. En l'occurrence, chaque signe que cet homme trahissait de sa personnalité lui faisait apprécier les subtilités de son être, comme un tableau auquel on ajoute un coup de pinceau non sans parcimonie.

À sa manière, cet oracle semblait prendre du plaisir à simplement explorer son environnement, sans jamais s'en faire un acteur actif. Toutefois, le cadre dans lequel il vivait différait totalement avec le sien. Habituée aux villages éphémères, d'où il était impossible de fixer dans le temps quoi que ce soit, Esther tombait ici dans un lieu d'une rare opulence. Une atmosphère singulière, où les habitants semblaient relativement étrangers des soucis des « barbares », comme ils les appelaient.

Dans un endroit à la population aussi dense, l'enfant renonçait aux déportations pour se contenter de marcher, le regard pétillant du caractère sophistiqué de l'aménagement urbain, en particulier de certains trésors d'architecture. Notamment, l'église dans laquelle entrait l'homme qu'elle observait depuis maintenant deux jours. Il était bien des heures dans la journée où elle se dégageait de son entourage, d'autant plus après que son cosmos lui soit devenu assez familier pour le retrouver assez aisément dans l'espace ; il n'empêche, Esther en avait vu assez pour céder à l'envie d'amorcer enfin le contact.

Tandis qu'il s'asseyait sur les bancs de la nef, la Tarentule visitait l'esprit des personnes présentes, les dépossédant quelques instants de leur conscience pour leur donner l'impression d'une longue absence au moment d'être libérés. Certains réagissaient plus que d'autres à cette intrusion, exprimant un scepticisme vite désamorcé par le sentiment déjà éprouvé que l'ennui peut faire tendre la joue à quelques fantaisies de l'imagination. Par ce biais, des informations et émotions autour de cet endroit parvenaient à Esther. L'opération avait bien duré une dizaine de minutes, après quoi, sa silhouette apparaissait subtilement aux côtés de l'oracle, comme un fantôme s'incarnant de nulle part.

Dépourvue de présence jusque là, l'artifice se dissipait lentement pour laisser sentir à cet homme son cosmos. Le sentiment perceptible était celui d'une étrangère familière ; présente depuis un moment, mais qu'il ne remarquait que maintenant. Aucune hostilité ne se dégageait de son comportement. Au contraire, elle semblait mimer son attitude, ou du moins approcher son état d'esprit ; le regard perdu dans le vide, les mains jointes sur ses genoux, pendant qu'elle balançait doucement ses jambes trop courtes pour toucher le sol.

-Cet endroit est bizarre. Je n'y connais rien, mais je m'y sens bien. On dirait un autre monde. C'est comme si rien ne pouvait arriver ici. Pourtant, je ne vois que de la pierre et des dessins. Oui... c'est vraiment bizarre... Mais j'aime bien.

Levant les yeux vers les représentations picturales racontant pour chacune des histoires, Esther montrait à leur lecture une fascination sincère. Pour autant, sa curiosité enfantine cède rapidement sa place à une légère mélancolie.

-D'où je viens, il n'y a pas d'endroit qui me donne envie de rester. J'ai toujours besoin de bouger. Je le voudrais... mais je ne peux pas.

En l'instant, Esther était empreinte d'un filtre non très différent de celui des songes. Elle était là sans l'être, et si elle voyait du paysage, au réveil, elle serait toujours au même endroit. La citadelle de chair n'était guère un lieu sûr. S'y éterniser était bien le dernier de ses désirs, mais des attentes nouvelles prêtées à son adresse lui faisaient comprendre que ses intérêts personnels passaient après. Regardant cet oracle dans les yeux, elle ne pouvait s'empêcher de se demander si lui et les siens s'approchaient de ce sentiment.

-Je m'appelle Esther, et toi ?





Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Dim 29 Mai - 0:43
« Hum… ça manque quand même de colonnes... »

L'une des pensées qui peut lui traverser l'esprit alors qu'il pénètre dans l'édifice. Une bâtisse respectable et fastueuse. Un véritable lieu de culte où l'on marquait la déférence envers son Dieu en faisant toujours plus grand, toujours plus beau, toujours plus richement travaillé. Mais Lykeios ne peut bien sûr pas s'empêcher de faire quelques comparaisons avec les temples dont il avait plus habitude. Ceux dédiés à son père tout comme à d'autres membres de sa famille, ces êtres siégeant au sommet du Panthéon et longuement priés sous bien des noms de par le monde entier.

Cette histoire de Dieu unique faisait apparemment partie du grand plan d'Apollon, où du moins y avait été intégrée. Aussi n'avait-il pas de jalousie mal placée à exprimer ici. Juste… ces humains étaient-ils devenus si naïfs qu'ils en venaient à nier l'existence de Zeus, ses frères, ses enfants ? Pensaient-ils réellement qu'un seul être unique avait pu créer le monde et toute sa diversité qui le recouvrait ? Placé les étoiles dans le ciel, créé l'homme à son effigie ? À quel point fallait-il être crédule, vraiment ?

Il s'était installé, simplement. Les observer, ces bonifaces, les voir manifester leur ferveur envers ce Dieu chrétien et son fils. Un parallèle qui l'amusait en quelque sorte. Si ce Dieu pouvait être rapproché du Sol Invictus et donc d'Apollon, alors son fils… Il est coupé dans cette pensée. Cette impression dans la périphérie de sa vision, comme cela avait déjà pu lui arriver ces derniers jours. Sauf que cette fois-ci en se retournant, elle était là. Ce qui ne peut d'ailleurs qu'étonner le Dieu-Loup. Jamais il ne se serait attendu à cela…

Une jeune fille, beaucoup trop jeune pour réussir à naturellement le surprendre. Il dispose après tout d'instincts animaux, de sens affûtés. Comment une gamine – qui devait avoir quoi ? Sept ou huit ans ? – pouvait être parvenue à se placer ainsi à côté de lui sans même qu'il s'en rende compte? La réponse coule de source. Éveillée. Lui-même était capable de se fondre dans la masse, rester inaperçu malgré son apparence notable et remarquable. Ce talent avait été bien plus poussé lors de sa première existence, exacerbé jusqu'à même ne plus pouvoir être perçu. Profitant du charisme d'Apollon, certes, mais à un tout autre niveau que ce dont il était capable à présent. Elle se montrait manifestement plus douée que lui en la matière, du moins vis-à-vis de ses capacités actuelles.

Lykeios préserve toutefois son sang-froid. Ne réagit pas suite à ces premières paroles, qui ne lui semblaient de toute manière pas réellement destinées. Comme si l'enfant se contentait d'exprimer ses pensées à voix haute. Suivant son regard, il suivit avec elle ces « dessins » dont elle parlait. Cependant il n'y prête pas pleinement attention. Garde ses sens en alerte. Il ignorait tout de cette gamine, qui pourrait très bien avoir été envoyée pour mettre un fils d'Apollon hors d'état de nuire. L'Augure même avait été attaqué, sous l'apparence d'un de ses Oracles. Tout pouvait arriver. Il ne pouvait pas se permettre de créer de troubles ici. Pas parmi ces simples humains. Aussi attend-il simplement qu'elle termine. Finisse par se présenter. S'il est possible que cette discussion se tienne dans le calme, alors soit. Il parle bas de sa voix rauque, regardant à nouveau droit devant lui en direction de l'autel.

- Lykeios. Et tu as raison. Cet endroit est reposant. Agréable.
Il me semble cependant qu'il est bien plus préoccupant de devoir vivre en un endroit où tu n'as aucune envie de rester. Personne ne devrait avoir à vivre en un lieu où il ne se sent pas chez lui. Chacun mérite un foyer, ne penses-tu pas ?
Pourquoi ne t'est-il permis de bouger ? Et ne l'as-tu pas fait aujourd'hui, finalement ?

Ses yeux de glace se reportent derechef sur cette Esther lorsqu'il pose ses deux dernières questions. Si il advenait qu'elle y affiche la moindre réaction, Lykeios ne souhaitait pas la manquer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Dim 29 Mai - 17:26
L'espace d'un instant, Esther avait cru discerner une tension naturelle dans l'atmosphère. Naturelle, car il était bien normal de se mettre sur ses gardes en se faisant ainsi approcher sans crier gare. Si sa vie avait été épargnée par les embuscades et autres tentatives d'assassinat, Esther pouvait comprendre cette crainte d'être pris de court, s'étant elle-même déjà faite piéger dans la toile de sa Mère au profit d'expériences traumatisantes, en de nombreux cas. Cependant, ces expériences montraient pour chacune la vanité de vouloir s'en défaire. Il n'y a bien qu'au moment où les serres se referment sur soi que l'on se rend compte de la machination. Dans ces circonstances, il n'est plus question de réagir mais de passer à l'action suivante afin de rattraper le retard, dans la mesure du possible. En l'occurrence, le coup était déjà donné sans que le piège ne soit survenu. À partir de là, la tension ne pouvait que retomber. Une charge d'expériences telle que la petite avait fait de cette réflexion du bon sens, ne valant pas même que la pensée traverse son esprit.

Cela justifiait qu'à aucun moment, elle ne cherche à s'expliquer pour mettre son interlocuteur à son aise. Ce dernier semblait de toute doté d'une faculté d'adaptation notable. En un rien de temps, il s'était laissé prendre au jeu, à son plus grand plaisir. Un plaisir introverti, car ce Lykeios creusait ce qui avait motivé le caprice de la petite Tarentule ; une émotion à cheval entre l'ennui et la mélancolie. L'évocation du « foyer » en particulier rendait son expression plus sombre, les pupilles dilatées pour donner vue sur le vide. Selon toute vraisemblance, ces questions la travaillaient, et faisaient intervenir en son sein maintes émotions et pensées ambivalentes, sinon contradictoires. Peu d'enfants de son âge donnaient tant de temps à réfléchir sur leur réponse.

Finalement, Esther allait se caler au fond de son siège, dressant légèrement sa tête en arrière. Levant les bras, elle inspectait ses mains, donnant l'air de voir au-delà. Son visage se faisait songeur à leur vue et sa voix plus basse, ayant remarqué – chez cet homme – l'attention prise à ne pas faire trop de bruit.

-Je n'ai pas plus bougé que ces mains sont à moi...

Abandonnant ses mains des yeux pour les tenir rebelote sur ses cuisses, Esther retrouvait – du coin de l’œil – le contact visuel avec son interlocuteur.

-Je suis là parce que je rêve d'y être. Tu pourrais faire parti de mon imagination que ce ne serait pas très différent... mais tu n'as pas tort ! C'est plus que ça et je suis heureuse d'être là !

Qu'elle marque un court silence, le visage d'Aubrée lui venait en premier lieu sur la pensée de son « foyer », suivi de ses nouveaux semblables. Là-bas, du monde l'appréciait. Autrefois, il n'y avait bien que cette affection qui rentrait en ligne de compte. Aujourd'hui, il lui fallait composer avec les devoirs incombant aux siens. Si l'attente n'était qu'une saveur de plus dans la large gamme de l'appréciation d'une personne, elle faisait également intervenir la possibilité de décevoir, ce qu'elle craignait. Quelques secondes d'interlude, et elle tournait entièrement son visage vers Lykeios, faisant un peu vaciller son buste de son côté. Son expression était des plus ouvertes, curieuse de sa réaction.

-Tu penses qu'un foyer s'attache à un endroit ? L'endroit n'est pas important si on est avec les gens qu'on aime, je pense. Avant, je devais déjà obéir à maman. Ça n'a pas beaucoup changé, en fait. Il y a juste plus de règles. Beaucoup plus... mais ils seront contents si je les suis !

Le dévisageant un moment, elle se grattait la tempe, prise d'une question empreinte de naïveté. Une question qui pouvait sonner comme un lapsus dans son cheminement.

-Tu penses l'avoir trouvé toi, ton foyer ?




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Lun 30 Mai - 3:31
Que voulait-elle dire par là ? Son regard de glace en revint à la fillette, prenant plus de temps à présent pour la détailler. Ses réponses étaient pour le moins étonnantes. Ses mains n'étaient pas les siennes. Être là de juste en avoir rêvé. Soit elle délirait, soit il y avait une explication logique à tout cela. Et compte-tenu de ses capacités à n'être perçue que lorsqu'elle le désirait, une conclusion pouvait se faire. Si elle était capable de cela, alors d'autres capacités seraient à sa portée. Certains maîtres de l'esprit étaient capables de se manifester ailleurs, d'appliquer leur portée au-delà de leurs seules capacités physiques. S'il ne le maîtrise pas, il connaît le procédé, étant quelque peu versé dans le monde des esprits et de la pensée. Ne serait-elle donc qu'un corps astral, bien loin de chez elle ? Il conclut que oui, jusqu'à preuve du contraire.

Pas la peine de revenir sur ce point. Lykeios ne comptait en effet pas la questionner, maintenant que son avis était fait. Il ne chercha d'ailleurs pas à intervenir de quelque manière que ce soit, la laissant juste poursuivre. « Son regard est étrange », pense-t-il simplement. Dans cette teinte trop vive peut-être. Dans tout ce qu'il pouvait dire et exprimer aussi. Pas les yeux d'une enfant comme les autres…

- Je pense que l'endroit est important, oui. De grands solitaires optant pour l'ermitage pourraient sans doute apporter leur contribution à pareille discussion. Un foyer est toutefois plus qu'un endroit, en effet. C'est un sentiment de sécurité et de bien-être. Mais je t'accorde que pour certaines personnes, cela ne peut se trouver sans les êtres qui nous sont chers.

Lui-même, malgré son côté farouche, avait toujours placé grande importance en son entourage. Un temps, son père avait constitué son tout, son seul et unique besoin, et il ne trouvait la quiétude que dans son sillage. Ensuite, le Dieu-Loup avait eu sa meute, cette synergie muette entre une panoplie d'êtres différents œuvrant dans un même but. Et à présent ? Il était revenu aux côtés de son père. Fait la rencontre d'un frère et d'une sœur. D'une nouvelle meute. Il en recueillait l'impression de compléter un manque, s'attachant à eux bien plus qu'il ne s'en serait jamais senti capable. L'explication qu'il s'en donnait était donc que ce besoin avait toujours été présent, mais qu'il n'en reconnaissait la plénitude qu'à présent, après un si long repos.

- Je crois en effet avoir trouvé mon foyer. Des êtres qui me sont chers, ou du moins en passe de le devenir. J'y ai trouvé la quiétude, et l'on compte sur moi autant que je compte sur eux.

Le contact visuel cesse alors comme il laisse à nouveau son regard voguer sans s'arrêter sur rien de précis. Quelques secondes silencieuses s'écoulent.

- Qui sont ces gens qui t'imposent tant de règles, Esther ? Ta famille ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Lun 30 Mai - 20:34
Maintenant que la discussion était bien engagée, Esther pouvait commencer à saisir des signes non plus simplement momentanés, mais s'étalant sur le temps. En l'occurrence, le visage de cet homme ne trahissait guère ses émotions ou pensées. À l'inverse, son expression faciale entretenait une relative froideur, celle d'un combattant ayant pris l'habitude de ne pas se découvrir à l'autre trop aisément. En cela, son comportement contrastait avec celui d'Esther ; plus émotif et spontané à première vue. Une attitude générale que la petite Tarentule avait bien deviné avant de le rencontrer directement, mais ses mots doux et subtiles avaient su désamorcer immédiatement l'appréhension que l'on pouvait avoir à aborder un guerrier, de sorte à ce qu'ils entrent rapidement en résonance.

Baissant doucement les yeux vers les pieds de chaise du rang devant, ses pensées se fixaient sur les mots de « sécurité » et de « bien-être ». Des valeurs qui faisaient découvrir chaque fois une vision différente selon la personne les envisageant. Son sentiment s'en approchait-il ? Chez elle, elle n'était guère frappée par une impression de danger. Et pourtant, jamais – sinon rarement – elle ne sortait physiquement des murs de sa maisonnée. S'en rendant compte en posant ce simple constat, Esther n'était plus très loin de remettre en question les émotions jusque là prêtées à la citadelle l'ayant accueillie. Peu importe qu'elle ait rejoint l'endroit d'où on l'avait appelée, il fallait se rendre à l'évidence. Son foyer demeurait son mince cocon familial, fait de chair et de sang. Les bâtisses, elles, étaient loin de lui inspirer la sécurité et le bien-être que Lykeios associait au foyer. Comment expliquer – autrement – son désir d'en sortir pour explorer le monde extérieur ?

Ses prunelles émeraudes retrouvaient un vague éclat quand son vis-à-vis parlait de son foyer. Ses mots se confondaient dans son ressenti et ne doutaient pas, à son contraire. De manière inconsciente, elle l'enviait. Et son sentiment à l'instant était d'autant plus désagréable que cet homme mettait l'accent sur les entraves dont il semblait étranger.

-Non, pas ma famille... Avec eux, j'étais autant libre que toi... Je l'étais plus, même ! Leurs règles... elles voulaient dire quelque chose pour moi. Là... je ne sais pas. Je ne les comprends pas... Si ça se trouve, elles n'ont aucun sens.

Sa voix était empreinte d'une colère sourde. On pouvait d'ailleurs se demander à qui elle s'adressait. Son regard n'était orienté vers personne sinon le vide ; introvertie. Elle s'était exprimée sans vraiment réfléchir aux conséquences. Seulement maintenant, elle s'en souciait, et faisait attention à se reprendre. Traduisant soudain un sentiment de stress, elle dévisageait Lykeios, semblant chercher quelque chose à dire, n'importe quoi.

-Tu n'es pas très expressif.

Il allait lui falloir une seconde pour déshabiller sa trombine de sa grimace de nervosité. Pour un peu, elle lui demandait si cela avait toujours été le cas. Vraisemblablement, ses idées n'étaient plus très claires, et elle devait se le faire payer en se mordant la lèvre. À son grand dam, la douleur ne suivrait pas, toute immatérielle qu'elle était. Finalement, elle devait se contenter d'une longue respiration pour recouvrer son calme. Aussi finit-elle par se tourner vers Lykeios, l'air désolé.

-Pardon...




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Jeu 2 Juin - 21:21
Qu'arrivait-il à cette enfant ? Pourquoi soudainement semblait-elle avoir tant de mal à se contrôler ? Une montée de colère ou d'agacement, alors que la discussion demeurait simple sans réellement de raison de s'emporter. Ce devait donc être ce qu'elle lui évoquait. Pas simplement leur échange, mais ce à quoi cela rapportait Esther. Son propre foyer ne devait donc pas être réellement idyllique. Sa prochaine remarque lui fit d'ailleurs hausser un sourcil, ne comprenant pas bien ce que cela pouvait à voir avec la conversation qu'ils tenaient. Il laisse passer la tempête, comme la petite reprend peu à peu le contrôle d'elle-même. Elle lui demande même pardon, ce qui ne le fait que hocher du chef. Il attend quelques secondes encore, s'assure qu'elle n'a rien à ajouter.

- Quant à toi, tu l'es peut-être un peu trop.

Pas un reproche. Juste une saine répartie qu'il estimait comme pertinente en l'instant. En effet, lorsqu'il se trouvait en présence d'inconnus, il préférait préserver son masque glacial. S'il parvenait dernièrement à s'ouvrir bien plus aisément en présence des siens – au point même de souvent s'en étonner lui-même – il en demeurait un tout autre sujet en ce qui concernait les êtres dont il ne pouvait même pas être certain de l'affiliation. Esther quant à elle affichait ses émotions très nettement sur son visage, du moins s'il devait en juger sur son trouble récent. Peu étonnant pour son jeune age, mais cela n'en restait pas moins un tare pour tout éveillé qui pourrait être amené à rencontrer un ennemi à tout moment. Pour ce qu'il en savait, lui-même pouvait peut-être venir à être considéré comme tel.

- Toutes les règles ont un sens, du moins pour ceux qui les imposent. Il n'en reste pas moins que nous en revenons au sujet initial : si tu n'es pas heureuse là où tu es, pourquoi y rester ? Aller là où tu serais libre. Là où les règles te paraîtraient plus cohérentes. Tu me disais que tu ne le pouvais pas… Qu'est-ce qui te retient Esther ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Ven 3 Juin - 22:45
Les nombreuses secondes laissant l'action en suspens allaient pour attiser le stress de la jeune tarentule. Plus filait le temps, et plus la voie des spéculations se laissait défricher, faisant même – jusqu'à un certain point – le lit des suppositions fantasmagoriques. Dans tous les petits scénarios anticipés par son esprit, aucun ne parvenait à la sobriété du propos de Lykeios. Visiblement, il était plus posé qu'elle ne le serait jamais, et ce constat inconscient l'amenait vers un sentiment qui s'approchait de l'intimidation. Une intimidation passive, s'il en était, qu'Esther essuyait se refermant un peu sur elle-même, l'air gêné et le regard porté sur ses pieds nus, d'où on pouvait discerner – sur les côtés et certainement dessous – de vieilles cicatrices.

Malgré tout, rien qui ne devait allumer quoi que ce soit, sa réponse s'étant faite des plus mesurées. Mais il en serait autrement de ses paroles suivantes. Si elle s'était faite toute petite, les réflexions de son interlocuteur la sortaient du malaise. Ses réminiscences occupaient de nouveau le devant de la scène, si bien qu'elle reprenait de la distance avec les incommodités émotionnelles que pouvaient engendrer les rapports authentiques. S'en aller quand on vivait mal l'environnement, tout bêtement.

-Tu peux faire ce genre de chose toi ? Je veux dire... partir quand un endroit ne te plais pas... Tu n'as personne pour t'en empêcher ?

La Tarentule était restée assez longtemps parmi des congénères pour mieux saisir des réalités dont elle se trouvait jadis à mille lieux avant de parvenir jusqu'au Dédale de chair. Et parmi elles, se tenait en bonne place la perte relative du libre arbitre. La petite pouvait bien pratiquer quelques écarts discrets – comme elle en faisait présentement en dépit de sa mission –, plusieurs entités la dépassant lui imposaient des limites. Demeurer au même endroit en était une. Un impératif qui se justifiait par l'état de guerre dans laquelle ils se trouvaient à présent, suite au raid passé au sein du sanctuaire.

Au final, cette situation ne tenait qu'à sa curiosité. Celle-là même qui l'avait amené à suivre cet appel, et se trouvait en amont de cette conversation avec un homme qui pouvait tout aussi bien être un ennemi ; un saint, dans le pire des cas. Aucun signe ne disait le contraire, si ce n'était qu'il ne venait pas du sanctuaire. Du moins, son intuition l'éloignait de cette suspicion. Elle était venue trouver les pairs de Thafnout, et Esther espérait parler avec l'un d'eux en la personne de Lykeios. Cela se retrouvait dans la relative confiance qu'elle lui prêtait dans son attitude. En effet, elle n'avait à trahir aucune arrière-pensée, se gardant de tout calcul.

-J'aurais mieux fait de ne jamais l'écouter... Non, si ça se trouve, ça n'aurait rien changé. Elle m'y aurait forcé... Quand il m'a appelé, c'était déjà fini. Et ce qui se passe dehors... oui, je serai en danger si je sors. C'est la première fois que je ressens ça... C'est comme si j'étais détestée de gens que je ne connais pas. Je ne les ai jamais rencontrés, mais si ça arrivait, ils...

Se voir mise dans cette situation figeait sa pensée sur une vision de mauvaise augure, si ce n'est funeste. Un sort extrême, tout à fait plausible si elle en croyait ses semblables. Elle ne s'adapterait probablement jamais à cette citadelle de chair. Toutefois, en l'état, elle la protégeait le mieux d'une situation qui la dépassait totalement. Après quelques secondes perdue dans un sentiment d'angoisse, Esther se ressaisissait, trouvant refuge dans ce que pouvait en penser son interlocuteur.

-Tu l'as déjà ressentie toi ? Cette peur...




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Dim 5 Juin - 1:52
Les paroles de la petite s'étaient fait bien hermétiques. Il n'y avait manifestement rien à tirer de ses dernières déclarations. Du « il » et du « elle ». Du « eux ». Esther s'obstinait à rester vague. Espérait-elle réellement qu'ainsi discussion puisse se tenir et se poursuivre, s'approfondir sur ces éléments impersonnels qui n'indiquaient forcément rien pour Lykeios ? Ils ne faisaient donc là qu'activer des leviers abstraits, en rester à la simple surface sans pouvoir réellement approfondir.

Au moins avait-il pu comprendre que c'était principalement la peur qui la tenait. Qui la forçait à rester en cet endroit qu'elle se plaignait de ne pas pouvoir quitter. Dans lequel elle n'avait pas l'air de pouvoir trouver le bonheur. Contrainte et forcée d'évoluer dans une sphère restreinte. Heureusement pour elle, elle avait ce don, cette capacité à explorer le monde même si elle n'aimait pas l'endroit où elle devait résider.

Lykeios inspire lentement avant d'expirer. Il n'aimait pas vraiment la tournure de cette conversation. Le loup aime les choses simples et sans détour. Aime l'efficacité d'une vérité, plutôt qu'allusions qu'il ne pouvait pas pleinement saisir ni comprendre. Ce qu'il ne manquera pas de lui faire savoir.

- Qui sont ces « il », ces « elle », ces « eux » ? Vas-tu simplement esquiver cette question et perdre mon intérêt, ou m'offrir un peu de concret ? J'ignore de qui tu parles, aussi comprends que je perds pied et curiosité pour cette situation que tu laisses volontairement confuse.

Direct, froid. Pas d'animosité non plus, mais il se sent qu'il est légèrement agacé par la manière dont cet entretien est mené. Quelques secondes s'écoulent avant qu'il ne poursuive.

- Pourquoi devrais-je me livrer alors que tu n'en fais presque rien ? En resterons-nous simplement à aborder ces sujets du bout des doigts, Esther ? Est-ce pour cela que tu es venue te présenter à moi ? Voilà une question pertinente d'ailleurs… Pourquoi es-tu donc venue à ma rencontre ?

Il ne s'était même pas interrogé sur ses autres questions. Cela aurait été intéressant pourtant. Qu'il creuse sur ses obligations et ses peurs. Mais en l'instant, il n'a plus l'envie d'en dire plus tant qu'elle n'en fera pas autant. Elle était venue vers lui et non l'inverse. Certaines choses devraient donc être tirées au clair si Esther souhaitait que leur échange se poursuive.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Dim 5 Juin - 13:53
Pour le moins, l'ultimatum de Lykeios allait bousculer la petite Tarentule. En effet, il lui était difficile de garder contenance quand son vis-à-vis enfonçait ainsi la porte, signe d'impatience. Une irritation explicitée avec une limpidité telle qu'elle était mise en difficulté. Le ton était donné. Il ne lui serait plus permis de traduire ses pensées sans objet, sous peine de rompre dès à présent l'échange. Mais pouvait-elle se le permettre ? D'un côté, ses ordres de mission ne lui permettaient pas la liberté dont semblait jouir cet individu, libre de sa pensée. De l'autre, elle était délibérément sortie des cadres fixées par ladite mission. Pour quelle raison ? Il lui était difficile de placer des mots derrière cette question pourtant très simple. Esther n'était qu'une boule d'émotions, et s'attachait jusque là à ne laisser voir que ça d'elle.

-Je suis désolée... Si je te dis d'où je viens... qui je sers, tu pourrais me détester... ou pire. Je ne sais pas ce que tu es... ce que pourrait devenir ton regard... Nous avons peu d'amis dehors.

En l'instant, son regard se faisait fuyant. On lui imposait la confrontation. Du moins, c'était ainsi qu'elle le ressentait. Demeurait qu'il n'y avait bien qu'en contournant les récifs qu'elle pouvait mieux les aborder, et peut-être les investir. Avancer à tâtons. S'assurer que le terrain n'était pas miné. Se départir du moindre piège. Anticiper tous les cas de figure. Il n'y avait bien que cette méticulosité pour tenir en vie les individus de son espèce, quitte à friser la paranoïa. Et en était-ce vraiment, en l'occurrence ? Tenue sur un fil de caprice, la moindre parole de travers pouvait la jeter dans l'abysse.

-Ce que je veux... Pourquoi je suis venue... Je ne sais pas bien. Je n'ai pas de vraie raison... Je voulais parler, je crois. Te connaître toi. Oublier qui j'étais, juste un peu...

Elle songeait à ce que lui coûtait ce risque pris, et à ce qu'il lui apportait. Une équation bien difficile à évaluer. Mais elle n'aurait jamais abordé cet homme si son instinct lui avait interdit. Et ce dernier ne lui faisait toujours pas voir un ennemi. Le regard vide, elle tenait entre ses doigts le pendentif attaché autour de son cou. Soudain, elle retrouvait le contact visuel avec son interlocuteur. On pouvait se demander à ce moment si sa curiosité ne s'imposait pas aux dépens de toutes les autres considérations, pourtant cultivées avec le plus grand soin depuis qu'elle l'avait abordé. Cette curiosité lui faisait consentir au risque de se découvrir à cet inconnu.

-Je suis une fille d'Arès, et je lui dois l'armure de la Tarentule.

De tous les éléments qu'elle se préparait à analyser, elle prêtait une attention particulière à ce que deviendrait le regard de Lykeios, son expression. Bien sûr, elle n'avait pas donné beaucoup plus d'informations, mais celle-là seule suffisait à mettre en lumière de nombreuses zones d'ombre. La suite dépendrait de sa réaction.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Mer 8 Juin - 2:20
Et la voilà qui doute, qui tourne autour du pot. Ne lui avait-il pas dit qu'il ne souhaitait plus la voir tergiverser ? Lykeios avait été plutôt clair. Qu'importe qu'ils se détestent ensuite, alors que cela ne faisait qu'un court moment qu'ils se connaissaient ? Qu'Esther était elle-même venue à sa rencontre ? Elle se plaignait d'avoir peu d'amis à l'extérieur, mais pouvait-on décemment considérer que c'est ce qu'ils étaient, après si courte entrevue ? Non, pas vraiment non. Rien qu'une enfant, une étrangère, assise à côté d'un fils d'Apollon qui avait vu bien des ères s'écouler sous ses yeux de glace. Que pouvaient-ils bien avoir en commun, alors qu'ils ne servaient même pas la même divinité ? Car en effet, le Dieu-Loup doutait qu'elle puisse être d'une manière ou d'une autre au service du Soleil, à la manière de ces Ombres, de cet Abrarxès qu'il avait pu rencontrer.

Des questions restent toutefois sans réponse. Il attend. Soupire légèrement. Va-t-elle réellement fuir encore, tout comme son regard le faisait à l'instant ? Mais lorsqu'elle répond, de nouvelles questions se posent encore. Elle paraissait quelque peu déboussolée, ne sachant même pas vraiment elle-même pourquoi elle était venue se présenter à lui. Le désir de parler, de le connaître. Pourquoi lui ? Oublier qui elle était… la fuite, encore, voilà qui paraissait être une coutume solidement ancrée en elle.

Et puis finalement, enfin, la révélation vient à tomber. Une servante d'Arès, armée de la Cuirasse de la Tarentule. Ce ne serait pas le totem qu'il lui aurait désigné s'il avait dû faire lui-même la suggestion, mais après tout ce n'était pas la première fois qu'il se trouvait étonné quant aux serviteurs de la Guerre. La première avait été Rhiannon, dont la seule révélation de son appartenance au rang des Berserkers l'avait déstabilisé un instant. Mieux valait donc ne pas tirer de conclusion ni s'attendre à un stéréotype en ce qui concernait les fauves de la terre. Il n'affiche donc pas de réaction particulière, si ce n'est un peu d'étonnement exprimé par un haussement de sourcil.

- Quant à moi, je suis fils d'Apollon. L'ignorais-tu réellement?

L'expression utilisée par Esther lui sert bien en l'occurrence. Il ne doutait pas que c'était pour elle une manière imagée de s'annoncer sous les ordres du Dieu de la Destruction. Bien sûr, en ce qui le concernait, il l'était de manière bien plus littérale. Au moins n'avait-il pas à mentir ou à camoufler, et cela passerait sans doute inaperçu puisqu'il ne faisait après tout qu'user de la même tournure.

- Nous ne sommes donc pas des ennemis. Cependant, je ne pense pas que nous puissions dire que nous sommes des amis non plus. Cela nécessite à mon sens plus qu'une alliance décidée par d'autres ainsi que quelques banalités échangées sur les bancs d'un Temple.

Le Dieu-Loup se montre là franc et direct, part de son caractère.

- Si tu en as l'occasion, pourrais-tu remettre mes salutations à l'une de tes sœurs ? Rhiannon est son nom. J'ignore quel est le fauve qui la protège toutefois...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Mer 8 Juin - 13:16
Il n'avait pas fallu très longtemps à sa gêne pour se dissiper, ou tout du moins changer de forme. Qu'il confirme sa qualité d'allié en tant qu'oracle aurait dû lui inspirer du soulagement. Cependant, alors que son cheminement progressait, il se construisait entre les lignes un sentiment prompt à lui donner une impression de malaise. Certes, ils n'étaient pas des amis à proprement parler, mais si leurs liens étaient récents, les résultats ne remettaient pas en question l'alliance, voire même la consolidait. D'une part, Esther n'avait pas à rougir du soutien apporté aux oracles au cours de leur mission à Carthage. Aucun mal n'avait été empêché, mais ils devaient juste rapporter des informations et en cela, il était peu d'actions des berserkers que la Tarentule pouvait remettre en question. Aucune retenue, elle avait même donné les moyens à Thafnout de secourir Célestia quand cette dernière se trouvait en une mauvaise posture. Et au-delà de ça, les berserkers avaient tenu leurs promesses au moyen d'un raid efficace contre l'ennemi. En effet, le Grand Pope y avait trouvé la mort, quand aucune perte n'était à déplorer de leur côté. Ce n'était pas faute d'avoir risqué gros. En outre, la méfiance naturelle à engager une alliance devait normalement s'estomper un peu, pour laisser entrevoir d'autres choses plus positives.

Néanmoins, en l'état, Lykeios lui donnait le sentiment inverse. Il en attendait plus alors qu'ils étaient déjà en dette, et parlait d'eux comme des fauves. Une formule non neutre ; d'autant plus quand elle permet d'imaginer que l'on puisse se retourner contre ledit fauve s'il échappe à son contrôle.

Si Esther trahissait pendant un instant un brin de surprise après que son interlocuteur ait prétendu avoir rencontré l'une de ses semblables – dont elle entendait le nom pour la première fois –, son visage avait presque perdu son expressivité. Elle ne savait guère comment réagir, comme si son vis-à-vis venait de creuser un fossé entre eux. En temps normal, la petite aurait dû s'enquérir de l'état de Thafnout et de Célestia, mais quelque chose ici l'en empêchait. Il était bien naturel de se méfier d'autrui, mais en l'occurrence cette méfiance approchait de la défiance, et Esther doutait que l'oracle soit disposé à entretenir plus longtemps cet échange. Aussi abandonne-t-elle son regard, pour s'adosser plus sur le dossier de son siège et ne plus rien regarder d'autre que le vide devant elle, comme ils s'étaient habitués à le faire durant leurs banalités.

-Ce sera fait.

Curieusement, il semblait aventureux de spéculer sur le mépris à l'adresse de cette Rhiannon. Ce sentiment semblait plutôt se confondre dans une généralité, et cette personne devait sans doute apparaître comme une victime aux yeux de Lykeios. En tout cas, la Tarentule ne se sentait pas d'en dire plus. Aussi devait-elle simplement disparaître comme elle était apparue, laissant cet homme à ses pensées. Elle ne doutait plus de la liberté de cet oracle, et si elle l'enviait à son compte, cette réalité pouvait bien représenter un danger pour les siens au cas où Lykeios ne serait pas une exception.

Citation :
Fin du RP pour moi !




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   Sam 11 Juin - 14:33
Et ainsi se terminait leur conversation pour le moins peu banale. Suite à ce que Lykeios avait pu lui répondre, la jeune fille s'était juste contentée de lui affirmer qu'elle transmettrait son message, rien de plus. Pas d'au revoir, pas de poursuite de la discussion, pas de retour sur d'autres questions restées sans réponse, ni même de commentaires quant à ce qu'il venait de lui dire. Avait-elle mal pris le fait qu'il ne considère pas qu'ils étaient tous deux amis ? Car c'était bien de cela qu'il était question. Il n'avait pas à juger du bien-fondé de l'alliance entre Berserkers et Oracles, des forces plus importantes étaient là à l’œuvre, et l'accord entre Arès et Apollon se situait à une échelle supérieure sur laquelle ils ne pouvaient rien. De plus, le fils du Soleil serait bien incapable d'aller contre la volonté de son père. Et en aucun temps, allié n'a forcément signifié ami, ces deux termes pouvant être cumulables mais non synonymes.

Quoi qu'il en soit, juste elle et lui, voilà tout ce qui était concerné. Et si elle avait peu d'amis, ses manières de faire pouvaient bien le justifier. Épier et espionner, pour finalement s'en aller ainsi… Oui, le Dieu-Loup n'était lui-même pas particulièrement doué pour sympathiser, mais celle-ci décrochait de nouveaux records en la matière. Elle avait juste disparue, avec autant d'aisance qu'elle s'était soudainement trouvée à ses côtés. Soit…

Le Loup de Delphes en reviendrait donc à présent à l'objet initial de sa visite en ce lieu de dévotion. Poursuivrait quelques heures encore, tâchant d'en apprendre plus sur ce culte et ses coutumes. Sur ses représentants qui défient le pouvoir temporel ou s'y acoquinent, suivant leur force de caractère et leurs ambitions. Des hommes malgré tout, juste des hommes, poussés parfois par des pulsions de grandeur ou motivés par leur propre bassesse…
Puisque ce culte était rattaché en quelque sorte à celui de son père, autant donc faire le plein d'informations, cela pourrait peut-être s'avérer utile un jour ou l'autre.

Citation :
Fin du RP.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
Contenu sponsorisé
Message Re: [juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[juillet 550] Voyage astral [pv Lykeios]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Italia :: Principautés italiennes-
Sauter vers: