Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéInvité
Message [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mar 24 Mai - 13:51

Depuis combien de temps avait-il quitté les alentours du Sanctuaire ? Combien de temps depuis qu’il était parti de Jamir ? Deux questions auxquelles Râhi n’avait aucune réponse à fournir, mais cela faisait bien trop longtemps à son gout. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il devait rentrer rapidement. Inquiétude, appréhension, tourment. Son état d’esprit était en perpétuelle évolution, des sentiments négatifs reprenaient le dessus. Une légère boule au ventre se formait tandis qu’il se demandait dans quel état serait le Sanctuaire à son retour. En feu et en sang. Déglutition silencieuse. Il n’était pourtant plus bien loin de sa destination.

Regardant l’étendue d’eau qui lui faisait face, il recula d’un pas, par automatisme. La traverser serait nécessaire pour atteindre son but, et pourtant le blond était terrifié à l’idée de s’en approcher. Il sentait d’ores et déjà ses jambes flancher à l’idée de monter sur un bateau. Un blocage. Il ne pouvait pas, pas encore, mais il n’avait pas le choix. Rebroussons chemin. L’ancien chevalier tentait de faire disparaître cette voix, l’autre, vainement. Plus le temps passait, plus un mur semblait se construire entre eux et plus les désaccords étaient fréquents, une confrontation qui gagnait en intensité.

Concernant ce qu’il comptait faire à son retour, il en avait déjà une idée, même si cela serait certainement délicat et, il le savait, avait des chances de mal tourner. N’y compte même pas, il a eu ce qu’il méritait. Il nous a trahis. Un doute, le sentiment d’être perdu. Il n’avait pas su se contrôler, et il en était encore incapable. Il n’était néanmoins pas question de l’avouer, pas directement. Le blond n’était pas encore prêt à faire un tel effort, il ignorait.

Une odeur de sel parvint soudainement à ses narines, bien plus forte qu’elle ne l’était auparavant. D’un geste violent, il ramena sa main sur son visage. Violente douleur. Il n’aurait pas dû prendre ce chemin… Une nouvelle erreur. Encore une. La liste ne faisait que s’allonger. Une migraine puissante, une perte d’équilibre momentanée, une vive nausée, le jeune homme devait s’éloigner pour le moment. Il ne supporterait pas cette sensation plus longtemps.

Des images, des flashs apparaissaient dans sa tête tandis qu’il revenait sur ses pas. Une cale, un mouvement, la peur. Froid… Il avait terriblement froid et était visiblement toujours torturé par son passé oublié. Respiration saccadée. Râhi ne regardait plus où il allait, ses yeux n’était plus capable de voir quoi que ce soit. Brutalement, il percuta quelque chose, ou peut-être quelqu’un. Impossible de savoir. Désorienté, il perdit l’équilibre, essayant de se rattraper comme il le pouvait avec sa seule main valide, l’autre étant posée sur son crâne.

« Ah… Je… » Il ne parvenait plus à articuler le moindre mot. Une envie de fuir. Je te l’avais dit.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mar 24 Mai - 15:56
Sur le bord du grand port que l'on nommait Alexandrie, une fine et svelte silhouette se distinguait parmi marchands ambulants, que l'on préconisait déjà pour toutes les babioles et merveilles qu'ils avaient à vendre en ces lieux. Epices, soie et pierres. En reportant son regard au loin, ce n'était pourtant pas le marché qui l'attirait mais l'Océan. Leur Océan, celui qui bordait Atlantis. Alors, à quelques mètres de ce dernier, elle avait engagé quelques pas en sa direction, le sourire aux lèvres. Quelque part, cet endroit lui avait manqué.

Perdue dans ses pensées, Ariane réfléchissait encore à tout ce qui s'était passée en moins de deux mois. Son retour, son abandon du Sanctuaire, le Pope, Liao devenu Légat, et puis Avalon...Les choses avaient légèrement évolué de son côté, s'épanouissant dans leur histoire autant qu'un bouton de rose qui peinait à s'ouvrir. Toutefois, la brune vivait de nouveau dans l'ère du temps. Il avançait de ses secondes aussi bruyantes que le rythme des vagues dévalant sur le sable de la ville.

Ville portail, la brune devait réfléchir encore quelques instants avant de faire son rapport. Lytès était rentré en premier à Atlantis, c'était tout du moins ce qu'elle eut crû alors qu'il s'était quitté temporairement. Après tout, l'Arctique et l'Antarctique avaient tôt fait de devenir amis proches, et les voir ensemble n'avait rien de bien surprenant. Un pas en avant. Le passé. Deux pas en avant. Qu'étaient devenus les autres Saints?

Elle n'eut guère à faire davantage d'efforts que sa tête était allée buter contre quelque chose de dur. Par réflexe, ses mains agrippèrent l'habit de l'objet de sa collison, vacillant toutefois un peu plus; l'homme connaissait le même problème d'équilibre. « Ah… Je…" Cette voix... Elle l'avait déjà entendu, de cela Ariane en était sûr. De cela, Ariane hésitait à lever son regard en sa direction afin de croiser celui de cette ancienne "connaissance". Prenant son courage à deux mains, l'atlante finit par s'exécuter.

Et quel drôle d'impression, que celui de regarder de nouveau le visage d'un ancien "ami". Un ami qu'elle avait peut-être trahit en partant du Sanctuaire. Avait-il seulement eu le message qu'elle avait fait passer à Nimuë? Probablement pas. Son emprise s'était resserré un instant, n'ayant nulle conscience actuellement qu'elle l'effraierait peut-être avec ce simple geste impulsif.

"Râhi..."


Un vestige du passé pour l'ancienne tribut. Pour ce qu'elle n'était plus désormais, car cette fois-ci Ariane était libre de circuler chez elle. Les Lyumnades s'étaient libérées de leur chrysalide restrictive et pouvait contempler ce qui les entouraient. Râhi n'avait pas changé, mais il n'était plus ce jeune homme au masque presque parfait de leur première rencontre. Elle le savait pour le contempler dans son allure générale actuellement. Sa main sur la tête, la générale savait pertinemment qu'il était une fois de plus en proie à sa douleur. Quelle douleur? Pourquoi? Après leur sortie à Rodorio, la gallo-romaine n'avait pas cherché à savoir davantage à ce sujet quoiqu'elle en fut consciente. De la buée sortait des lèvres de la Vierge...Mais où était sa Pandora Box?

Il faisait froid, probablement, mais la gardienne craignait rarement la morsure glaciale, et son cosmos chaleureux pour l'heure témoignait d'une vaste habitude.

"Râhi, que fais-tu ici?"
Une mauvais amorce, maladroite, sans taquinerie aucune. Simplement de l'étonnement et de l'incompréhension. Puis remarquant qu'ils n'avaient pas bougé de leur emplacement, la jeune femme s'était écartée afin de lui laisser plus de place. Qu'elle le retrouve en cet état ne l'amenait guère à se sentir plus à l'aise...Un flottement avait duré quelques secondes avant qu'elle ne reprenne la parole, parcourant de nouveau avec gêne la main du Saint. Son tissage en feuille d'oliviers... Ses yeux s'étaient légèrement plissés, tandis que sa main était allée touchée légèrement son ancien cadeau. "Oh, tu l'as toujours..." Et ce mal de crâne. Une idée lui vint pourtant. Opaline, placée sous ses ordres, saurait peut-être calmer sa douleur. Si cette femme de main était relativement franche, ses tisanes n'en restaient pas moins d'un bon goût, pourvu d'un effet relaxant. Finalement, à cette proposition aussi soudaine, c'était à se demander si Ariane n'était pas légèrement paniquée. "Encore ce mal de crâne, hum? Je connais une personne qui saura certainement régler cela temporairement avec quelques plantes, tu as certainement besoin de repos. Nous aurons le temps de discuter par la suite..."

Alors, elle lui avait pris le bras, prête à le mener dans l'une des habitations qu'une certaine femme avait dû "emprunter" à l'un des alexandrins de cette ville. Pour la première fois depuis bien longtemps, Ariane ne savait pas réagir. Se sentir honteuse ou heureuse de le revoir?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mar 24 Mai - 17:02

Des mains s’étaient agrippées à lui, des mains qui resserraient brièvement leur emprise sur le jeune homme, dont la tête était toujours baissée. Affolement momentané, Râhi se débattit avec le peu de force qu’il lui restait avant d'abandonner, ne laissant pour seul mouvement que les tremblements qu’il subissait. Un sentiment d’angoisse planait dans l’air. Il n’était pas prêt pour le contact physique, et ce, quand bien même la sensation lui semblait familière, le blond était incapable de lever les yeux du sol.

« Râhi… ». Un mot, son nom qui résonnait comme un écho dans sa tête, si bien que le garçon n’avait pas réalisé qu’on l’appelait. Une hallucination provoquée par ces maux de tête. Mais peu à peu, la voix s’était faite plus claire « Râhi, que fais-tu ici ? ». Inconsciemment, et peut-être pour la première fois depuis sa naissance, il renforça faiblement sa prise avant de la relâcher, réalisant son geste. Un son qu’il avait déjà entendu auparavant… Il releva finalement la tête, se retrouvant nez à nez avec une jeune femme dont les traits le ramenaient quelques mois en arrière.

« A… Ariane… ? » Demanda-t-il, l’esprit encore embrumé par la douleur des souvenirs. Sa main se serra un peu plus sur son crâne, une nouvelle envie de vomir lui tiraillait les intestins. S’éloigner, il devait s’éloigner mais aucun son ne parvenait à sortir de sa bouche. Son esprit devenait blanc et les objets semblaient se déformer autour de lui. « Ah… ».

Plus aucune information ne montait dans son cerveau, il n’aurait pas dû venir ici. Le blond avait pensé qu’il pourrait surmonter une part de ses peurs, mais il s’était trompé. A vrai dire, sans doute n’avait-il même jamais eu connaissance de ce que la simple vue d’un bateau pouvait lui procurer en termes de sensation. Et cette odeur, avait-elle toujours était aussi forte ? Plus les minutes passaient, plus il avait l’impression que tout cela se renforçait.

Tandis qu’il essayait une ultime tentative pour se dégager de ce contact, il perdit pied, l’obligeant à se rendre à l’évidence et à s’accrocher au bras de la jeune femme. Un hochement faible de la tête, signe qu’il avait compris sa question, mais qu’il était incapable de répondre. Ses jambes, son corps entier semblait ne plus supporter son poids, il allait ainsi devoir prendre sur lui.

Des retrouvailles qui ne payaient pas de mine. A chaque fois qu’il avait croisé Ariane, il dévoilait toujours un peu plus de sa faiblesse. Une faiblesse qui donnerait peut-être lieu à un jugement de la part de la jeune femme. Peut-être allait-elle dénigrer ce comportement, peut-être allait-elle mépriser son attitude, peut-être allait-il se sentir trahi une nouvelle fois. Il avait peur, peur de la déception qu’il pourrait lire dans ses yeux s’il relevait la tête afin de voir l’expression de son visage.

Sans un mot, et non sans difficulté, il suivit Ariane à travers les rues de la ville qui l’éloignait peu à peu de l’étendue d’eau salée, jusqu’à arriver dans une habitation. Mentalement épuisé, il essayait de mettre un son sur les mots qu’il voulait prononcer, mais quand bien même cette odeur infernale s’était éloignée, des traces de celles-ci demeuraient présentes en lui. Manquant de tomber, il attrapa un seau qui traînait, ou en tout cas ce qu’il pensait être un seau, et commença à vomir dans le vide en toussant.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mar 24 Mai - 19:28
Avec plus ou moins de difficulté, Ariane avait soutenu Râhi jusqu'à une petite maisonnette chichement élaborée. Mise à part l'aspect floral et les murs quelque peu assombris par l'humidité, l'on ne pouvait pas tant dire sur la richesse de ces lieux. L'habitat ferait pourtant l'affaire, en particulier avec un malade improvisé dans ses bras. "Ariane". Il l'avait reconnu malgré son état, malgré le fait qu'il venait tout juste de piquer son nez sur elle. Sa main était allée lui ébouriffer les cheveux affectueusement.

"Chut, garde tes forces."


Elle ouvrit alors la porte, et se faufila dans la maison d'Opaline. Une odeur d'herbes et de plantes régnait dans ses lieux, couvrant l'odeur iodée d'Alexandrie. Son premier geste fut simplement de vomir dans un seau, qui se trouva simplement être une poterie de qualité d'Opaline. Légèrement embarassée, Ariane regarda de gauche à droite, puis de droite à gauche. Inhabitée pour l'heure, ou alors l'hôte n'était pas encore rentrée. Tant mieux pour elle, la gardienne prévoyait déjà le scandale que l'autre jeune femme ferait si elle venait à apprendre la bévue créée par un Saint à peine arrivé. Supportant toutefois l'état du jeune homme, elle lui massa le dos afin de lui montrer son soutien.

"Je te revois, et la première chose que tu fais c'est de vomir? Pour peu je m'en sentirai offusqué mon cher Saint."
Pas de reproche, une simple moquerie amicale.

Amicale, hm?

C'était une chose étrange que de savoir placer un mot à ce qu'elle ressentait d'ores et déjà. Toujours était-il qu'une fois cet état nauséeux passé, Les Lyumnades le trainèrent rapidement sur un lit dans lequel elle prenait place, parfois. Au coin de la maison, son Ecaille reposait tranquillement sous sa forme bestiale. Sous la forme d'une salamandre. Rapidement, Ariane alla chercher une légère serviette et de l'eau pour faire passer le goût que devait avoir Râhi dans sa bouche.

"Je ne suis pas la meilleure pour soigner les gens, tu m'en verras désolée."

Une voix l'interrompit pourtant, nullement surpris par la venue de la jeune femme, mais bien plus pour la présence d'un inconnu dans son lit d'invité. Levant le regard vers Ariane, la blonde répondit simplement:

"Bah alors? Tu ramènes des hommes inconnus chez moi maintenant?"

"Cesses de dire des bêtises et hum...Eh bien..."

Ariane n'eut pas à en dire davantage qu'Opaline partit préparer l'une de ses nombreuses petites tisanes, et peut-être de quoi aider le jeune homme à faire passer son état lamentable. S'asseyant sur le lit, elle accompagna toutefois le jeune homme à se reprendre.

"Je vais peut-être me répéter Râhi, mais je suis contente de te revoir...Et également de t'avoir offert ce tissage pour le coup! Ca m'aide à déceler une bonne odeur à défaut de l'état dans lequel tu t'es mis."
Une odeur de feuilles d'oliviers. Brièvement, elle remit de l'ordre à ses pensées. "Tu n'es pas en mission au Sanctuaire? Je ne vois pas ton armure..."

Discrètement, derrière eux, Opaline lui tendit deux tasses de plantes en sa direction, certainement un mélange qui apaiserait les nausées et l'esprit d'une personne et repartit comme une ombre à l'extérieure. A pas de loups sans le moindre effort. Après tout, elle faisait partie des hommes sous les ordres du générale des Lyumnades.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mar 24 Mai - 23:31


Un geste pourtant tendre arriva dans sa chevelure, mais qui lui rappelait quelque part l’attitude qu’avait eue Hélène aux premiers abords. Un geste dont il essaya de se dégager en se débattant, en vain. Des mots murmurés qui l’avait un semblant calmé, et pourtant il n’avait pu s’empêcher de vomir tant cette odeur marine était forte. De quoi avait-il l’air encore… Ce n’était probablement pas très beau à voir.

Une remarque qu’il ne releva pas, prit dans une nouvelle envie de vomissement. Il n’aurait jamais dû passer par Alexandrie pour rentrer, jamais. Quel idiot il avait été de croire qu’il ne plongerait pas à la simple vue de l’eau, de son odeur. Un imbécile. Il avait pourtant murmuré un semblant d’excuse, ou plutôt une première syllabe visant à excuser la vision qu’il donnait à la jeune femme. Les sons ne parvenaient pas à sortir, et pourtant, son regard à la fois sombre et perdu indiquait clairement ce sentiment.

Il sentit alors qu’on le trainait quelque part, et avant de le réalisé, il était déjà allongé dans un lit. Tournant doucement la tête, il regardait la silhouette de la jeune femme s’éloigner pour finalement revenir avec de l’eau. Sans doute devait-il la remercier, mais les mots ne sortaient toujours pas. Epuisé, des gouttes de sueurs perlaient sur son visage. Qui aurait cru que de la flotte le mettrait dans un tel état… ? Pourtant, il était, par ce biais, confronté au plus ancien de ses souvenirs dont il ne restait plus que quelques morceaux flous, un souvenir qui marquait le début de sa solitude. Ses yeux n’avaient pas quitté la jeune femme quand bien même il se débrouillait pour ne pas lui faire face directement. Il tentait de calmer cette respiration saccadée qui indiquait clairement qu’il y avait un problème. Il ne voulait pas le montrer, mais c’était probablement trop tard pour ça. A ces quelques mots, il avait tenté d’esquisser un faible sourire emplit d’une certaine tristesse, mais sans doute cela ressemblait-il plus à une grimace.

Puis une nouvelle voix parvint à ses oreilles. Un sursaut, une crainte subite. Qui était là ? Voyant qu’Ariane n’avait pas bougé, il calma néanmoins ses sens. Il était décidément trop sur ses gardes, trop perdu depuis quelques temps. La perte de son armure, les minces révélations d’Hélène sur un père dont il ne subsistait même pas une image, une responsabilité, et cette boule qui lui tiraillée le ventre, sans réellement en connaitre la raison, lorsqu’il pensait au Sanctuaire.

Lentement, il se releva pour s’asseoir à son tour sur le lit. Sa tête tournait toujours, tout semblait bouger autour de lui. Il était fatigué, fatigué de tout ça. S’il ne se sentait pas si mal à l’odeur marine qui lui chatouillait encore les narines, il aurait peut-être déridé quelque peu son visage à l’évocation du tissage. Portant sa main à son poignet, il hocha la tête, semblant se perdre peu à peu dans sa mémoire. C’est vrai, c’était Ariane qui lui avait offert, il s’en souvenait.

Le sanctuaire… Son armure… Il était normal de ne pas la voir, parce qu’il n’y avait plus d’armure. Râhi ne pouvait rien dire à ce sujet, l’absence de celle-ci était déjà bien suffisante pour comprendre la situation. Son esprit était encore enfumé par ce qui venait de se produire.« C’est vrai… Rentrer… Je dois rentrer… ». Sur ces mots murmurés, il était retombé sur le lit. Ses jambes ne le supportaient pas encore, et ce résidu d' odeur marine qui lui collait au nez lui donnait toujours autant la nausée.

Son regard tomba finalement sur le tissage. « Ah… », Lâchant son ossature, il chercha quelque chose dans sa poche jusqu’à en sortir un objet quelque peu raté. Il avait tenté d’en faire un pour elle aussi, bien que le résultat n’était pas aussi bien qu’il l’espérait. Peut-être était-ce mal venu de lui offrir une tel chose. Il avait hésité quelques instants avant de le lui montrer. Combien de temps avait-il passé à s’entrainer le soir dans son temple pour parvenir à faire cette chose. Il s’en sentait presque honteux, et ne savait pas comment agir.

Une nouvelle inspiration, ce parfum marin était insupportable. D’un geste brutal, il ramena sa main devant sa bouche. Sa tête aussi le faisait souffrir, mais il ne devait plus vomir, pas plus. « Dé… Cette odeur… ».

Prenant une inspiration dans sa main, il se calmait peu à peu. Quelques minutes de silences avant qu’ils ne prennent finalement la parole « Qu’est-ce que tu fais là ? ». Il ne pensait pas tomber sur elle aussi vite. Le sanctuaire, il devait rentrer. Pas question, elle est là… Nous l’avons enfin trouvé, demande-lui, allez. Non, pas encore, ce n’était pas encore le moment. On s'en fou du Sanctuaire, fais-le. « Non… ». La réponse était sortie plus ou moins à haute voix sans qu’il ne s’en rende compte. Il n'en restait néanmoins rien d'autre qu'un murmure, une opposition.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mer 25 Mai - 18:58
Râhi s'était relevée légèrement de sa position allongée, probablement un peu plus réveillé qu'auparavant. Ariane ne savait véritablement. Il respirait encore d'une drôle de façon, et paraissait plutôt malingre d'apparence. Pourtant, en dépit de ce qui l'entourait et de son nouvel état, le jeune homme au teint mât reprenait conscience de ce qui l'entourait. Quelques secondes de flottement suffirent à lui faire prononcer ses premiers mots. A l'entendre, il devait rentrer, mais le pouvait-il réellement?

Il était clair que non, et les sourcils froncés, la jeune femme l'avait de nouveau poussé sur le lit. Le métisse pouvait penser ce qu'il lui plaisait, l'atlante au regard malicieux ne lui laisserait guère de choix à l'heure actuelle. Elle ne pouvait pas savoir que le mal de Râhi était tout simplement en rapport avec la mer. Elle l'invita toutefois à boire la tisane qui lui eut été préparé, quitte à les lui porter aux lèvres.

"Non Râhi, tu n'es pas en état. Reste. Reste au moins le temps de te sentir mieux."

Utilisant une serviette dans un petit seau d'eau, Ariane commença toutefois à laver le visage du Saint des quelques saletés qui lui tachaient les joues. Puis vint le tour de ses mains poussiéreuses. Imbibée de quelques particules de savons aux senteurs d'olives, cette attention valait déjà quelque chose en cette époque. Probablement plus que le petit tissage que l'atlante lui avait offert. Une fois terminée, elle déposa le tissu dans un grand bol d'eau, reportant son attention sur les propos de Râhi. Elle n'eut pas été sûr de comprendre ce qu'il prononçait lors de ses bégaiements, mais elle avait su reconnaître l'une de ses questions.

"Eh bien, Alexandrie est une ville peuplée de Marinas, ce n'est pas inconnu de la plupart des guerriers. Je viens de revenir, je n'y fais que m'y reposer pour le moment."

Sa précédente destination lui avait été bien omise, mais la jeune femme ne pouvait se prononcer quant au rôle qu'elle avait joué. Sa personne et son devoir étaient deux choses drastiquement différentes. Opposées. Pour l'heure, la jolie brune n'était qu'Ariane.

"Et toi alors, pourquoi es-tu venu?"
Combien de fois avait-elle seulement posée cette question, sans pour autant s'énerver. Un seul regard dans les yeux de Râhi...Et la maîtresse des pensées sût directement que le blond doutait. On ne pouvait réellement lui mentir. Un fin sourire taquin ornait ses lèvres rosées. ""Non" quoi? Ô Râhi, je sais que tu doutes. Tu te trahis ouvertement. Je le vois dans tes yeux."

Une main s'était posée sur la joue du malade en un geste savant et délicat. Tantôt aux allures maternelles, tantôt à l'aura envoûteuse. Ariane était de nature curieuse, et il était vrai que lui garder un secret de côté n'était gère plaisant pour la générale. Et puis, elle était inquiète également, à plus juste raison pour un homme qu'elle avait accepté de secourir bien malgré son temps de repos.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Jeu 2 Juin - 22:13

Pas en état, pas en état… Râhi se fichait de ça, il devait simplement rentrer pour une raison qu’au fond, lui-même ignorait. C’est vrai, qu’est ce qui le poussait vers le Sanctuaire d’une telle sorte ? Les paroles de cette femme sans doute, mais il ne comprenait pas pourquoi il ne parvenait pas à passer simplement au-dessus comme semblait le vouloir l’original. Une inquiétude inconsciente qui le tiraillait. Peu importe, il fallait qu’il rentre. Mais il ne supportait pas la simple vue d’un bateau, voilà qui n’arrangeait guère les choses.

La tisane, il la voyait oui, mais ne parvenait simplement pas à la boire pour l’instant. Il la posa alors sur une sorte de table non loin du lit tandis qu’Ariane s’était visiblement mise en tête de lui laver le visage. Un léger mouvement de recul à l’approche d’un geste qui n’avait pourtant aucune arrière pensée. Un simple automatisme, une habitude à la dent dure. Il ne comprenait pas pourquoi elle s’était arrêté sur sa route, alors qu’elle aurait pu simplement passer son chemin en prétendant ne pas l’avoir vu, ni même pourquoi elle l’aidait, tout simplement.

Il avait posé la question sans réellement y penser, d’ailleurs était-il seulement en état de réfléchir ? Pas vraiment. Pourtant, lorsqu’elle répondit les choses s’éclairaient et semblaient peu à peu reprendre leur place. C’est vrai, il était à Alexandrie, comment l’oublier. C’était la dernière étape de son voyage, celui du retour au Sanctuaire.

« Alexandrie… Marinas… Oui… C’est vrai… » Murmura-t-il alors avant de reprendre « Tu n’aurais pas… quelque chose contre les problèmes liés à la mer… ? ».

Une question vague, mais il ne pouvait pas en dire plus. Il ne devait pas, pas encore. Ce n’était pas encore l’heure de lui faire cette demande, le blond devait d’abord s’occuper du Sanctuaire. Puis il réalisa enfin l’existence de cette question « Et toi alors, pourquoi es-tu venu ? ». Pouvait-il réellement lui dire ? Ou peut-être était-ce mieux de garder le silence… Reposant les yeux sur l’objet qu’il tenait dans la main, il décida de le remettre dans sa poche devant le manque de réaction de la jeune femme. Incompréhension, légère déception, il ne savait quel était ce sentiment qui s’immisçait en lui à cet instant. Peut-être ne l’avait-elle simplement pas vu, ou peut-être qu’elle ne voulait pas d’une telle chose de sa part. Qui en voudrait ?

« J’étais… à Jamir, mais je dois rentrer… Je pensais que c’était plus rapide en passant par-là » Une pause, un soupire. « Je pensais être capable de prendre le bateau mais… » Un semblant d’ouverture, enfin.

Mais tu avais tort. Maintenant ça suffit, on se fiche de cette saloperie de Sanctuaire, qu’ils aillent crever tous autant qu’ils sont. Ils nous ont trahis, tu le sais. Demande-lui plutôt ce petit service, allez. Toi aussi tu veux savoir. Qu’est-ce que tu attends ? Fais-le ! Non, non, non. Ce n’était pas comme ça. Attrapant de sa main l’un des côtés de sa tête, il n’espérait qu’une chose : qu’il se taise enfin. Il y avait certainement une raison, profondément cachée et ignorée, mais il ne pouvait tout simplement pas faire ça. D’ailleurs, il n’avait pas prêté attention aux paroles d’Ariane, ou plutôt, il ne l’avait pas entendu.

D’un geste brusque, son bras se balança en direction du mur. « Ferme-là ! J’ai dit non » Cria-t-il hors de lui, avant de reprendre dans un murmure « Je ne peux pas lui demander ça… ». De la peur. La peur que l'on découvre à son propos. La peur de savoir.

Il avait comme oublié où il était, avec qui il était. Le blond semblait dans un autre monde, un monde où seuls demeuraient l’original et le masque, unis dans une énième confrontation. Puis il releva la tête, remarquant à nouveau Ariane. Des mots incompréhensibles, non, ces phrases dures ne lui étaient pas destinées à elle. Surtout pas.

Dis-le, dis-lui. Râhi était fatigué de se battre contre lui-même, de se haïr lui-même, de ces confrontations. Que fallait-il faire pour que cela cesse ? Demande-lui de le faire. Il ne le souhaitait pas, mais l’original profitait de ses faiblesses liées à l’environnement pour prendre le dessus, pour prendre de la puissance. Perdu, épuisait. S’il continuait, s’il le poussait dans ses retranchements ne serait-ce qu’un peu plus… Le blond finirait par céder et ce, bien plus tôt qu’il ne le pensait.

Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Ven 3 Juin - 12:53
D'une main tendue, la brune avait cherché à nettoyer son visage. Une attention qui fut pourtant évitée et rejetée plutôt violemment par le Saint car déjà, elle n'eut rencontré qu'un vide glaçant. Un soupir avait succédé à sa déception, alors que ses yeux contemplaient ceux du blond. Ils étaient effrayés.

"Je ne vais pas te mordre tu sais, petit animal apeuré. Du moins pas trop." Elle alla reposer le tissu imbibé de savon dans le bol. Certes, elle abusait légèrement de sa puissance sur le chevalier en proie à sa maladie, mais son geste n'avait rien de bien méchant, ni même de tyrannique. "Tu as déjà de la chance d'être laissée aux petits soins d'une terrible générale des Marinas" Un fin sourire vint orner ses lèvres. "...Et puis, sans t'offenser, tu en as besoin. Tu es un peu crasseux."

Ses yeux pétillaient la malice, la taquinerie. Celle qui prenait des airs presque coupables. Après plusieurs heures passées en sa présence au Sanctuaire, au-delà de cette plaisanterie, il eut pourtant été évident de savoir qu'Ariane détestait le rejet, et une telle méfiance à son égard lui inspirait autant de compréhension vis-à-vis d'autrui que cela ne pesait réellement sur sa façon d'agir. Son humeur pour l'heure. La moue de ses lèvres parlait d'elle-même après tout. Toutefois, les mots qui suivirent inspirèrent bien plus d'intérêt pour la jeune femme. Râhi cherchait une solution bien différente de ce qu'elle pensait.

"Quelque chose contre les problèmes liés à l'Océan?" La question avait été posée d'une manière presque enfantine, tant la répétition fut flagrante. Ariane avait mis un certain temps pour établir une connexion entre le mal du blond et Alexandrie. La réponse n'en demeura pas moins soudaine et rapide. Aussi vive qu'une concentration balayée par l'étonnement. "Oh..." De sa stupeur, ses yeux s'étaient légèrement écarquillés. La vérité la happait avec un peu plus de force. "Je vois...Tu as le mal de mer? Je suppose qu'une plante pourrait t'aider à faire passer ça...Opaline!"

Nulle part. La femme de main les avait laissé. Personne, mise à part le vent qui soufflait contre la pierre, laissant passer le hurlement fantomatique de l'air marin, et les bruits du tissus qui frottaient contre la peau. Pour faire passer son malaise, il n'avait qu'à attendre, ou boire cette tisane qui lui ferait déjà passer ses nausées. Ariane fit de nouveau un signe de la tête en direction du breuvage, avant de prononcer un bref "feuilles d'orangers". La conversation allait certainement être longue, et ce n'était pas Ariane qui allait le stopper dans son élan. Déjà, quelques mots sur Jamir attirèrent son attention de plein fouet, ainsi que l'incapacité de ce dernier à continuer son chemin. Il était tel un oiseau marin à qui l'on avait coupé ses ailes. Elle s'enquérait de ses doutes quand soudainement, Râhi l'eut en quelques sorte insulté ouvertement.

« Ferme-la ! J’ai dit non »


Ariane s'était braquée un instant, cessant tout geste amical, se redressant par elle-même sur ses deux pieds. Furieuse, elle l'était certainement, assurément. Déjà, la brune se contentait de le regarder méchamment mais silencieusement. Probablement blessée par cette réaction aussi soudaine, ce fut les poings serrés qu'elle s'éloignait de lui. Etait-ce la mal de mer qui le faisait réagir ainsi? S'eut été trop fort pour que cela diffère d'un libre arbitre.

Un petit froissement sur les draps du lit se fit entendre. Quelque chose marchait et rampait sur le tissu, et présenta finalement sa petite tête rouge aux yeux curieux. Ariane reconnut simplement Teigne, qui menaçait déjà de sa présence le jeune homme qu'elle ignorait pourtant pour l'heure. Ou était-ce une feinte? La salamandre semblait en vouloir à sa mère adoptive depuis son vol forcé, et réagissait étrangement. Un grillon dans ses mâchoires se débattait, lorsque l'amphibien fit craquer avec plus de force l'épaisse carapace de l'insecte. Elle terminait son cruel repas dans la salle.

"Si tu veux vraiment quelque chose de moi, tu ne l'obtiendras pas en m'insultant ouvertement. Je te laisse te calmer ici un certain moment."

Elle prenait la direction d'une porte. A l'ouverture, un dernier regard lourd de reproche lui fut adressé alors qu'elle s'enfonçait dans une autre salle. Pour l'heure, elle se fichait bien des réactions du blond, et bien des personnes avaient subis ses colères en le regrettant plus ou moins. Plus ou moins. Râhi avait toutefois la chance de ne pas se faire déchirer le mental par la jeune femme.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Dim 5 Juin - 0:55

Un petit animal apeuré. C’était alors à ça qu’il ressemblait actuellement. Faisait-il tant pitié à voir ? Un dégoût à peine visible. Plus il avançait dans les années, dans les mois, dans les jours, dans les heures et plus il se haïssait. Le blond savait qu’il ne devait pas être très propre à l’heure qu’il était. Sueur, vomissement… Comment pouvait-il l’être ? Un léger mouvement de tête en direction de la jeune femme lorsqu’il entendit le mot « terrible ». Si elle était un terrible Général, alors qu’est-ce qu’il était lui ? C’était ce qu’il aurait voulu demander, mais il ne pouvait sortir le moindre son. Le mal de mer… Elle pensait donc qu’il souffrait d’un simple mal de mer, et pourtant la jeune femme semblait bien loin de la réalité. Un regard dans sa direction avant de finalement fuir, un regard qui aurait pu la mettre sur la voie, lui faire comprendre qu’elle se trompait. Il se trouva néanmoins avec une plante sous le nez, ou plutôt un breuvage, qu’il n’avait également pas bu.

Puis il s’était énervé à cause de cette voix dans sa tête, de l’original qui profitait de sa faiblesse pour s’affirmer un peu plus, pour prendre peu à peu le contrôle. Il le poussait à ses limites volontairement, Râhi le savait pertinemment, tout ça dans le but qu’il obéisse, parce qu’il voulait des réponses. A vrai dire, lui aussi en voulait mais il avait peur, peur du regard qu’il allait devoir affronter une fois l’action réalisée, du comportement qui en suivrait. Il était également terrifier à l’idée de savoir, de perdre pied à l’idée de voir la base du monde qu’il s’était construit peut-être s’écrouler. Il hésitait.

Puis il avait crié, lorsque cette voix était devenue trop insistante. A cet instant il sût que la rupture était proche, que ce soit avec lui-même ou avec la jeune femme. Ces mots ne lui avaient pourtant pas été adressé, il avait tenté de le lui faire comprendre, mais rien n’y faisait, il était incapable de parler, de s’excuser, de lui expliquer ? Que devait-il dire d’ailleurs ? Qu’il avait une voix dans sa tête ? Qu’elle le rendait fou ? Qu’il n’en pouvait tout simplement plus ?

Un mouvement arrêté. Il allait la rattraper, pour une raison inconnue, mais sa tête tournait toujours et il dût se résoudre à rester quelques instants de plus sur le lit. Il remarqua alors quelque chose qui rampait dans le tissu, laissant découvrir une tête rouge. Un animal. Sans doute aurait-il dû être surpris, mais Râhi avait la tête ailleurs, alors il regardait la bestiole sans vraiment la regarder avant de détourner le regard.

Allez, dis-lui, c’est l’occasion ! Dépêche-toi, fais-le. Je veux savoir, tu veux savoir, nous voulons savoir alors qu’est ce qui t’en empêche ? Il est temps de mettre un nom sur l’objet de notre haine. Notre ? Râhi n’était plus sûr de ce qu’il devait faire, de ce qu'il devait penser. Regarde-la, elle part. Tu veux vraiment ruiner notre seule occasion ? Non, non, non. Il ne devait pas l’écouter. Toujours la main sur sa tête, il resserrait sa prise. FAIS-LE !!

« Arrête…. » Murmura-t-il.

Il se sentait mal, mais il s’agissait là d’un mal différent de celui qui l’habitait depuis qu’il avait mis les pieds à Alexandrie. C’était cette voix, elle le rendait dingue. Il ne supportait plus son rôle de protecteur, de masque, mais l’avait-il réellement été ? Il s’était posé la question depuis les derniers événements du Sanctuaire. Ce qu’il était réellement, s’il était différent de l’original ou si celui-ci n’était que le reflet de ses propres peurs, de sa propre haine. Il ne savait plus, ne comprenait plus. Un regard d’enfant perdu, de souffrance, mélangé à cette noirceur dont il ne parvenait pas à se débarrasser.

Un regard vers Ariane qui s’éloignait « Non… Pas toi… lui… » Dit-il en désignant sa tête.

Tu penses vraiment qu’elle va te croire ? Nous sommes fou, nous sommes une erreur ne l’oublie pas ! Il espérait que cela suffise à lui faire comprendre, mais était-ce réellement une bonne idée de lui parler de cette chose qu’il s’était réveillé durant la confrontation avec Belisaire, qu’il avait caché ? C’était là sa propre erreur, c’était à lui d’en assumer les conséquences. Tu es si décevant . Oui, il l’était.

« Non… » Répéta-t-il.

Il devenait trop insistant et lui trop épuisé, si bien qu’il était incapable de résister au ton autoritaire qui prenait place à l’intérieur de lui-même. Le blond essayait tant bien que mal de se calmer quand son regard fût de nouveau attiré par la salamandre. Une envie de lui caresser la tête, sans vraiment savoir pourquoi, juste une envie. Alors il approcha sa main droite en direction de l’animal.


Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Dim 5 Juin - 18:41
Malgré sa récente colère, Ariane stoppa sa route lorsqu'elle eut entendu une légère plainte. Celle qui lui disait de ne pas partir, alors que rien de tout cela n'avait été prononcé. Râhi avait simplement cherché à expliquer les raisons de ses précédents mots prononcés dont elle avait ignoré le sens second. Se stoppant au pas de sa porte, la jeune femme adressa un regard par dessus son épaule, à la fois curieuse et méfiante. Méfiante, pour éviter d'avoir à subir une énième humiliation par le jeune homme, et curieuse afin de comprendre les raisons de son mal. Dans l'esprit d'Ariane, cette violence et ce mal étaient liés d'une façon ou d'une autre.

"Il? Qui ça?"


L'atlante porta de nouveau toute son attention sur l'ancienne Vierge.

Laissant de côté le reste de son grillon, Teigne observait une main étrangère s'approcher de sa petite forme allongée avec des yeux dangereux. Ni une ni deux, ses mâchoires s'étaient refermées sur la main de Râhi, munie de ses petits crochets fictifs qu'elle ne devait qu'au cosmos invasif des Lyumnades, et probablement d'un objet plus caché, plus important pour la brune.

La jeune femme avait alors rebroussé chemin. Elle se devait d'intervenir, et déjà, elle donna une tape sur le museau de la salamandre -qui relâcha alors sa proie, dévala sur les draps et s'enfuit sous le lit avec la rapidité d'un lézard- et tint la main du Saint fermement. Deux petites gouttes de sang témoignaient du méfait commis par le petit amphibien. Ariane n'avait pas attendu pour prendre fermement cette main, et porter la plaie à sa bouche, en tentant d'aspirer son venin.

En toute honnêteté, Ariane n'avait même pas regardé la réaction du métis, ni même donner l'occasion à celui-ci d'exprimer son refus. Et l'action n'avait pas duré bien longtemps. Après tout, Ariane avait tout l'air d'être furieuse par tant d'inconscience. Rarement Teigne avait inspiré la confiance à quelqu'un. Et la jeune femme aurait pu rougir si elle ne pensait pas avant tout à garder le jeune homme en vie.

"Tu me fais faire de ces choses toi!"


Une simple pique à son égard. Il fallait être profondément inconscient pour mettre la main sur un animal rouge et noir tacheté de points jaunes sur le dos. Finalement elle recracha le reste de venin et décida de cesser d'y aller doucement. La générale savait qu'il gardait les raisons de sa venue.

"...Affirme-toi. Cesses de me mentir en gardant le silence. Je ne pourrais pas t'aider si tu continues à refuser mon aide..."


Ce n'était que de simples mots. Mais des mots que les Lyumnades espéraient, dans le fond, incarner un éveil des mensonges devenus réalité, et ce dans l'intérêt de Râhi. Plus Ariane observait le jeune homme, plus son hésitation ne tenait pas debout. Il mourrait d'envie de lui dire ce qu'il se passait réellement, cela se lisait dans son regard. Et dans le fond, peut-être que le reste du venin de la salamandre pousserait le jeune homme à se montrer moins timorée qu'il ne l'était?

Non pas que la brune aux yeux malicieux désirait réellement cela mais...Elle n'était guère réellement patiente. Les tisanes refusées étaient déjà une chose qui l'intriguait autant que cela ne la repoussait réellement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Ven 17 Juin - 17:15


Râhi n’avait pas su répondre à la question qu’avait posée la jeune femme. A vrai dire, il ne se voyait pas avouer la présence dans sa tête, cet original qui l’épuisait, qui l’enfonçait toujours plus dans la folie. Seule sa main encore présente sur son crâne semblait indiquer une quelconque réalité concernant ces paroles non prononcées. Quand bien même le blond aurait voulu prendre la parole, il n’en eu pas le temps. D’une main difficilement libérée, il s’était approché de l’animal posé sur le lit sans réfléchir, sans même penser qu’il pourrait se faire attaquer.

Il sentit soudainement une mâchoire se refermer sur sa main et pourtant, l’homme n’eut aucune réaction, pas le moindre geste pour tenter de retirer cette pression. Une chose surprenante lorsqu’on connaissait la méfiance du garçon, mais il avait l’esprit ailleurs. Il n’était plus capable de penser, et se contentait d’écouter l’original qui criait à nouveau son désaccord et sa haine. Cet être incontrôlable qui vivait en lui. Non, il faisait erreur, l’intrus c’était lui… le masque, celui qui parvenait de moins en moins à accomplir sa mission. Cependant, leurs pensées se mélangeaient parfois et l’ancien chevalier de la vierge en venait à se demander quelle était la réalité derrière sa présence. Etaient-ils réellement deux être distincts ?

Violente migraine. Râhi regardait sa vision se déformer autour de lui, se demandant ce qui se passait, avant de se rattraper, manquant de s’écrouler de nouveau sur le lit. Des images apparaissaient de nouveau, ces fantômes du passé. Une scène puis deux puis trois, dont il n’avait aucun souvenir. Sans attendre, et sans doute par crainte, il secoua la tête afin de réduire ces représentations à néant. Puis son regard à demi-conscient se posa alors sur Ariane qui semblait en colère. Ah, alors il l’avait énervée… Une nouvelle fois. Bien trop sonné, il n’avait pas remarqué les gestes de la jeune femme qui aspirait le venin et se contentait simplement de la regarder, les yeux vides, ne comprenant pas ce qui se produisait à cet instant, ni même le sens réel de ses paroles.

« Dé…solé » Parvint-il a murmurer.

Ultime réflexe. Des excuses sans réellement en connaitre la raison. Pourtant, certaines paroles restaient encrées dans sa tête, et semblait faire un certain écho avec les visions qu’il avait eu. Mentir en gardant le silence… En un sens, c’était ce que faisait le Saint mais il était en proie à l’hésitation. Le mensonge était devenu son quotidien depuis de nombreuses années, et les habitudes étaient difficiles à perdre, notamment lorsque l’angoisse qui s’y cache refait surface. Et ces images qu’il avait vues… ?

« Hein… ? » Avait-il faiblement prononcé, perdu. Mélange de silence et d’hésitation. « Ce n’est pas ça… ».

Alors c’est quoi ? On a suffisamment perdu notre temps par ta faute, demande lui. Maintenant. Faiblesse. Un soupir silencieux accompagna son changement d’expression. Une expression à la fois plus sombre, plus sérieuse, blessée et dévoilant une partie de son angoisse.

« Il… » Hésitant « veut que tu regardes dans nos souvenirs. Il veut savoir » Puis un murmure « mais… » Pensée inachevée. Comment pouvait-il avouer ? Il prit une nouvelle inspiration et baissa la tête « j’ai peur » Ajouta-t-il finalement d’une voix presque inaudible.

Il l’avait finalement cédé à la pression, sans pour autant trop en dire. Râhi n'avait plus la force mentale de se battre. Oui, il avait peur, peur de connaitre la vérité que son monde s’écroule pour des événements qu’il avait peut-être imaginé, mal compris, interprété. Un menteur qui avait peur des mensonges. Triste ironie.

« C’est comme cette image dans ma tête… »

Sa tête tournait toujours, et cette scène sortie comme tout droit d’outre-tombe faisait son retour. Deux enfants, un homme, un lieu étranger mais pourtant nostalgique. Il voulait des réponses, mais était-il pour autant prêt à l’entendre, à comprendre la signification de certaines choses, et de cette scène.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Sam 18 Juin - 22:20
Etrangement, Râhi semblait totalement inconscient de ce qu'il venait de se passer, inconscient de ce qui l'entourait. Après tout, une salamandre bien trop rougeâtre devait certainement avoir son charme et être d'une banalité certaine...Ou alors le danger ne lui évoquait absolument rien en cet instant. Au choix.

Quelque peu inquiète sur ce manque de réaction, Ariane avait vaguement haussé les sourcils, en passant une main sur ses épaules pour le redresser plus correctement.

Malgré tout, elle restait persuader que le poison de l'amphibien n'aurait aucune conséquence dramatique sur Râhi. Les résidus du venin de Teigne "l'apaiseraient" simplement...Jamais un homme éveillé au cosmos était mort pour cela. C'est alors que le blond se mit à parler de ce qui n'allait pas, de ces mensonges et de ces protections mentales mais destructrices qui lui tuaient l'esprit à petit feu.

"Une image? Tu veux dire un souvenir, n'est-ce pas?"

L'impression que l'ancienne Vierge donnait à Ariane était très étrange. Pour la première fois depuis un bon moment, ce dernier se confiait enfin à elle. Il fallait dire que la générale n'avait jamais nié le caractère dur et agaçant du jeune homme, qui avait toujours exigé d'elle un silence et un sang froid sans précédent. C'était ce genre d'hommes qu'il ne fallait pourtant pas brusqué par la violence et "l'adorable" petite brune le savait depuis le début.

Pourtant, cet autre personne, cette voix qui lui chuchotait. Ô...Ce n'était pas véritablement du dédoublement de personnalité. Auquel cas le jeune homme aurait eu drastiquement une humeur changeante, un comportement scindé en deux. De toutes les affaires que la jeune femme avait pu voir en fouillant jusqu'aux esprits les plus tourmentés, elle savait pertinemment que ces cas-ci...Etaient rares.

Assise, Ariane avait terminé par murmurer vaguement la question qui pouvait fâcher.

"Qui ça, "Il"? Pourquoi?" Comme forcée par une entité invisible, la demande du jeune homme s'était pourtant révélée bien plus désarmante que prévue pour ces Lyumnades, éternellement en quête de connaissances. De découvertes sur l'humanité et le fil des pensées dernièrement. Un moyen d'évoluer comme tous. C'était bien la première fois qu'elle entendait une personne lui demandait une telle tâche aussi peu rassurante. Aussi effrayante pour cette nature humaine éternellement voilée dans ses mensonges. "Le faire n'est pas un problème mais...Est-ce réellement ce que tu désires?"

Lentement, ses yeux fixèrent la frêle forme de l'homme maladif, avec une délicate et timide hésitation. S'il venait à acquiescer...Alors elle s'exécuterait. Ariane n'y voyait là aucun soucis. Un geste banal pour un fait quotidien.

Sans compter qu'elle savait que ces images-ci corrompraient à petit feu son esprit. Heureusement pour elle, ses salamandres l'aideraient si jamais elle devait fouiller les mémoires du Saint.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Dim 19 Juin - 21:22


Qu’était la signification de cette image ? Le blond ne comprenait plus rien à ce qui l’entourait et ses pensées étaient désormais tournées vers cette scène qu’il avait vue lorsqu’il était sous l’effet du venin de l’animal. Inconsciemment, il cherchait désespérément un sens à cette vision. Une simple hallucination était sans doute ce qu’il y avait de plus probable, mais il avait senti quelque chose de différent. En effet, une petite boule s’était resserrée dans sa gorge, cette sensation vague de nostalgie l’envahissait. Une impression dont il ne connaissait rien. C’était probablement ça. Cette perception avait un air de déjà-vu tel un fantôme du passé venu pour le torturé toujours un peu plus.

Lentement, il secoua de nouveau la tête tandis qu’il sentait un semblant de présence à côté de lui, l’aidant à se redresser. Geste futile. Ce n’était pas de cette manière qu’il oublierait ce qu’il avait cru voir. Faire semblant n’était pas non plus une option. Non, cette vision l’avait réellement marquée et était déjà bien ancrée dans ses pensées, il n’y avait plus rien à faire : elle n’en sortirait plus. Bien trop de questions résultaient de cette perception presque spectrale.

« Je sais pas » Dit-il à voix basse, tandis qu’il semblait perdu dans ses pensées. « Même sans en voir les détails… les visages… ça avait l’air tellement réel ».

Le ton du jeune homme était légèrement différent. Ressassant tout cela, il semblait paniquer de plus en plus. Et si c’était réellement un souvenir ? Râhi avait peur, peur de savoir s’il s’agissait effectivement d’un fantôme du passé comme il le redoutait tant. Pourtant, toutes ces questions se bousculaient dans son esprit. Sa main se posa machinalement sur sa tête et resserra sa prise instinctivement.

« C’était… Je sais pas où c’était. Seulement, il y avait de la terre… beaucoup de terre. Puis il y avait ces visages ». Courte pause. « Je n’arrivais pas à les voir correctement mais ils étaient deux. Un enfant brun de dos et, plus loin, un homme … Je sais pas… peut-être blond. Ils avaient l’air de parler et l’enfant faisait des gestes comme s’il… s’entrainait. Puis il s’est retourné vers moi... ».

Il s’arrêta, comme choqué. Les gestes de cet enfant brun lui rappelaient ceux qu’il exécutait au cours de ses entrainements. C’était les mêmes mouvements, ceux qu’il avait appris il ne sait où. Il le sentait, qu’il manquait quelque chose, mais il était bien trop effrayé par cette curieuse sensation qu’il avait eue à ce moment-là. Les yeux dans le vide et la tête baissée, il posa la main sur son torse, cherchant à comprendre ce qui arrivait.

« Bon sang, c’est quoi cette sensation… » Murmura-t-il, visiblement troublé.

Quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre. La voix avait retenti de manière distincte dans sa tête. Quelque chose n’allait pas, il manquait des informations et les trous se faisaient ressentir de plus en plus.

« Comment ça… ? » Répondit-il faiblement, à destination de cette voix aux allures imaginaires.

Pourtant, il n’eut aucun retour. Il leva alors les yeux en direction d’Ariane, avant de fuir une fois de plus. Acquiesce. Cette voix qui semblait s’être absenté était à nouveau présente et se faisait plus directive. D’une main, Râhi attrapa alors ses cheveux à la racine avant de fermer le poing davantage. Puis, finalement, il hocha positivement la tête. L’original avait raison, il devait savoir. Prendre le risque de voir son monde s’écrouler, le risque de se perdre une fois de plus dans la folie s’il venait à prendre conscience qu’il avait touché au bonheur, un bonheur qui aurait pu lui être enlevé froidement et brusquement.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Lun 20 Juin - 21:27

Avec douceur, Ariane avait posé les mains sur les tempes du blond, ne désirant nullement effrayer cette personne comme toutes les autres. Et si cela inspirait généralement de la peur, voire de la tristesse, et si la jeune femme ne pouvait faire en sorte que le jeune homme n'échappe à une mélancolie, la peur était une émotion évitable. Les paroles adressées par la jeune femme avant de fouiller les fragments du passé de s'étaient révélés douces.

"Ca avait l'air réel, hm?" Quelque part, voir Râhi aussi perdu dans les méandres de ses souvenirs était attendrissant. "C'est ce qu'on appelle le vécu. Tu as dû voir ton passé...Avant que tu n'oublies tes premières années. Car c'est bien ce qui t'est arrivé non? Une amnésie?"

Un léger soupir s'échappa de ses lèvres. En étant un tant soi peu honnête avec elle-même. Et puis...Elle verrait certainement les personnes que la Vierge avait décrite. Voire plus, car ainsi consentant, le jeune homme lui laissait libre accès à l'ensemble de sa vie, et les Lyumnades n'en étaient plus que témoins.

Puis, concentrant légèrement son cosmos, la jeune femme s'immisça dans l'esprit du jeune homme, désireuse d'en apprendre plus. Désireuse de connaître enfin le passé de cet homme qui ne répondait en rien aux questions qu'on lui posait, ni même aux attentes qui étaient portées sur lui. Enfin, Ariane allait apprendre qui il était.

Et en effet, ce qu'elle y vit fut étrange, mais résonnait parfois drôlement avec ce que Rähi eut vécu. Voilà qu'elle contemplait déjà un père entraînant un adolescent en compagnie de son fils. Entre père et fils. Elle les entendait rire, exploiter ses intimes moments d'amour filiale dans un endroit exotique. L'Inde, de ce qu'elle crut comprendre. Valabhî selon les dires de son père, ceux-là même qui étaient si fermement inscrits dans sa mémoire. Seulement, il manquait une personne dans ce décor...Sa mère. Etait-elle morte avant que le blond n'en garde la moindre image?

"N'est-ce pas, Fripouille?"

Les voix se mêlaient, les souvenirs convergeaient vers une même personnalité, pourtant pourfendue dans l'avenir. Les yeux fermés, la jeune femme humait l'air alors que le moindre souvenir était exploité à son paroxysme. Pour une fois, avec un sourire, Ariane partageait les pensées inconscientes avec quelqu'un sans en craindre un regard emprunt de trahison.

"Râhi...Je crois que tu es hindou. Isha et Kundan, ça te dit quelque chose, Fripouille?"


Evidemment, les bons souvenirs ne durait jamais longtemps, et la vue d'un homme blond portant l'Armure d'Or de la Vierge s'effaçait rapidement pour laisser place à de la terreur, à un malaise. Cette mer, son odeur avait quelque chose d'inquiétant. Fronçant les sourcils, la jeune femme comprit pourtant qu'il s'agissait du moment où le jeune homme avait abandonné son enfance par souffrance. Un masque, un craquement de l'esprit.

"Souriant. Différent, si différent...Donc tu as vraiment connu ta famille auparavant. Ton frère et ton père...Depuis longtemps guerriers d'Athéna. Saint de la Vierge. Il entraînait ton frère pour cela, non?"

Une surprise pour elle. Quand on considérait un peu le jeune homme, celui ci n'hésitait pas à critiquer sa propre faction alors qu'il en faisait partie. Alors que cette allégeance envers Athéna fut de famille était pour le moins surprenant.

Ouvrant un œil bleu, Ariane regarda un instant le jeune homme par curiosité avant de le refermer, n'osant réellement mettre en avant ce qu'elle ressentait à l'égard de ce détail. Une simple envie. Il était vrai que la propre famille d'Ariane avait connu de nombreux guerriers, mais cela s'arrêtait ici selon ses propres connaissances. Une allégeance avec les dieux? Ce détail n'était point à la porter de tous. Les paroles que le métisse lui avait adressé durant ses années de tribut revenait à la surface: Râhi avait parlé de différence, et l'atlante percevait chacun des fragments qui les départageait.

Elle était générale des Lyumnades alors que lui...Avait perdu son armure pour Bélisaire lors d'une mésentente. Et quelle drôle de mésentente...

"Je...Râhi. Ce masque...C'était à cause d'un bâteau, n'est-ce pas? Et Bélisaire..."


Pendant un léger moment, la jeune femme s'était montrée silencieuse. Elle ignorait si elle devait engagé la moindre conversation au sujet de son armure. Ô, ce n'était pas à elle de régler ce sujet-ci, Râhi aurait tôt fait de tenter d'en apprendre plus. De lui poser les questions adéquates. Lentement, ses mains s'étaient détachées de ses tempes.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mer 22 Juin - 22:01

Il senti alors des mains se poser sur ses tempes, sans doute celles d’Ariane. Une sensation étrange qui l’obligea à fermer les yeux, certainement par réflexe. Le blond avait donné son accord afin que celle-ci fouille dans sa tête, à la recherche des pièces manquantes au puzzle de son histoire, mais en réalité, il était effrayé. Terrifié d’apprendre quoi que ce soit le concernant. Une lourde appréhension. Celle de découvrir que cette image faisait partie de son passé, cette représentation qui respirait le bonheur l’inquiétait, étrangement. Un nouveau hochement de tête accueilli les propos tenus par Ariane. Oui, c’était probablement ce que l’on appelait une amnésie, mais il ne parvenait pas à comprendre, à savoir ce qui l’avait poussé de perdre la mémoire. Si cela provenait de lui-même, ou d’un élément extérieur. Peut-être les deux, qui sait. Néanmoins, l’inquiétude concernant ce fait se lisait clairement dans ses yeux. C’était comme si l’on admirait la surface d’un lac à l’eau cristalline, un fait rare, mais où l’on pouvait en apercevoir les entrailles, le fond pourtant si caché habituellement. Tout était clair. Trop clair.

Le processus commença alors, et Râhi ne put contenir une gêne. Un trouble de par la nature de cette demande, mais également par cette impression désagréable qu’il avait tandis que l’Atlante fouillait dans sa tête, à la recherche d’indice. L’ancienne Vierge était une personne faible, tellement faible. L’original gagnait toujours plus de terrain, prenait peu à peu le contrôle, et le masque pourtant là pour assurer la protection, la limite à ne pas franchir, ignorait comment procéder. Plus que cela, il s’était lui-même laissé enivré par le doux appel de la violence, de la colère, de la haine.

Les minutes passaient, et quand bien même l’acte n’était pas blessant, le métissé devenait de plus en plus mal à l’aise. Plus simplement, il sentait que le retour en arrière était impossible et, plus le temps avançait, plus l’instant de vérité approchait. Pendant ce temps-là, il entendait la jeune femme parler, mais ne répondait pas. Pourtant, il écoutait, mais le choc des premières révélations étaient d’ores et déjà présents. Alors il fouillait, afin d’obtenir quelques réponses, mais cette migraine l’en empêchait. Une ultime protection pour que les souvenirs demeurent cachés au plus profond de son âme, là où personne, si ce n’est une personne tel qu’Ariane, ne pourrait les y déloger.

D’un geste lent, il commença à fixer son bras. Hindou, une révélation qui ne l’étonnait pas réellement en réalité. Entre son nom et la couleur de sa peau, le jeune homme avait déjà émis cette hypothèse depuis fort longtemps. Une pensée que la Générale venait de confirmer. Puis il plissa ses paupières déjà closes. Isha… Kundan… Des noms inconnus mais qui avaient pourtant une connotation familière. Des noms que lui, celui qui était incapable de se souvenir d’un nom, trouvait avec une certaine aisance. Puis ce mot « Fripouille ». Une résonance dans son esprit. Nouvelle migraine. Il s’en souvenait, en quelque sorte, de cette voix d’adolescent qui l’appelait. Le tombeau de sa mémoire semblait s’ouvrir peu à peu, en partie tout du moins.

Un père, un frère. Des inconnus pour Râhi, c’était tout ce qu’ils étaient. Et pourtant, il avait cette boule en lui qui grandissait, dans son ventre, dans sa gorge également. Cette sensation qu’il avait longtemps ressentie mais dont il n’avait jamais trouvé l’origine, ni même le sens. L’impression d’une crainte, d’une perte. Une absence. Il avait pourtant entendu que son père était le précédent Saint de la Vierge, cette Hélène le lui avait déjà dit. Celle dont il avait espéré des réponses, mais qui ne lui avait donné que le néant. Un faible mouvement de tête, il n’en savait rien.

« Non… Rien. Mon père… était le précédent Saint de la Vierge, je sais » Il regardait le sol tandis qu’il cherchait à mettre un mot sur ses pensées. « Comment dire… Je n’ai pas eu besoin de beaucoup d’entrainement pour apprendre mes techniques… Je suppose que je les avais sans doute déjà vus auparavant… ».

Il essayait de réfléchir, de comprendre, mais la douleur revenait presque automatiquement.

« Pendant l’un de leurs entraînements » Finit-il par ajouter, hésitant.

Il retourna alors au silence lorsqu’il comprit que la jeune femme avait fait bien plus que de seulement lire dans ces souvenirs enfouis. En effet, elle avait également regardé les événements récents, tel un spectateur regarderait une pièce de théâtre. Elle avait ainsi pu constater l’altercation au Sanctuaire, celle qui par deux fois l’avait amenée à affronter le Pope, celle qui lui avait coûté son armure. Dès lors, il sut que ce n’était plus la peine de feindre l’ignorance, il ne pourrait plus éviter le sujet. Celui de ce masque, celui de l’armure, celui de Bélisaire.

« Ce masque… C’est étrange. C’était pourtant une protection, éviter le regard méprisant des autres, les remarques, les débordements. J’étais là pour le contrôler mais depuis l’affrontement… plus rien de va ». Il hésitait à aller plus loin. « Depuis, il est constamment dans ma tête. L’enfant terrorisé que nous sommes à laisser place à la haine. Depuis ce moment-là, il ne demande que la violence. Sans cesse » Un nouvel arrêt. « Chaque nuit, je revois cette journée maudite, cette cale de bateau, cette personne sans visage, cette étendue de poussière à mon réveil… Pourquoi ça ne s’arrête donc pas ? »

Perdu, il était simplement perdu. Fatigué également. Si bien qu’il ne remarqua pas les mains de la jeune femme quitté sa tête.

« Le p’tit Bélisaire… » Il soupira. « Je sais, j’ai merdé avec lui… Deux fois. C’était… » Non, pas d’excuses. « Je sais que j’ai déconné avec lui, je sais. Entendre parler de ça, ça m’a juste mis hors de moi, et l’autre, celui protégé par le masque, s’est réveillé. Il criait vengeance, transpirait la peur. Qu’est-ce que j’aurais dû faire ? Il était déchaîné, je l’étais aussi, probablement... Mais je n'ai jamais pensé à le tuer, jamais...Je voulais juste... qu'il comprenne ». Dernières paroles prononcées d’une voix plus basse.

C'était pour cela aussi qu'il devait rentrer. Il avait peur, peur de lui-même, de l’original. De la bombe à retardement qu’il était. Terrifié à l’idée que tout déraille une fois de plus. Il suffisait d’un rien, Râhi en était bien conscient. Un mensonge, une trahison, une disparition, une perte, un manque. Tout cela arrivait cependant bien vite. Ne plus s’attacher, c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour se protéger, pour les protéger. Et pourtant, il était là, assit sur ce lit avec une jeune femme à qui il avait demandé de lire dans sa tête, dévoilant jusqu’à ces plus sombres secrets, des choses que peut-être même lui ignorait, à lui raconter toutes ces choses compromettantes. Visiblement, Râhi n’avait toujours pas retenu la leçon. Fou, il était fou.
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Jeu 23 Juin - 12:06
Après toutes ses révélations, il n'y avait rien d'étonnant à voir l'ancienne Vierge aussi décontenancée, observant la jeune atlante de ses yeux bleutés et un peu fous avec un soupçon de nostalgie. Il redécouvrait sa vie, et la partageait avec elle. Chaque geste avait une signification. Et cette "signification" n'en demeurait pas moins que cette confiance qu'il plaçait en elle.

Ô, elle comprenait bien les révélations que Râhi lui faisait. L'observation avait parfois une puissance qui dépassait l'entendement, et elle plus que quiconque pouvait en attester. Ariane était celle qui copiait, se nourrissait du pouvoir d'autrui pour en faire les siens. Le lien qui avait unis le père et le fils avait certainement dû se montrer puissant pour qu'une telle maîtrise lui soit "naturelle". L'apprentissage avait dû lui exiger de la patience, mais également du talent. Et ce bien malgré ce masque dont il avait parlé, de cette voix violente qui lui murmurait à l'oreille de commettre l'irréparable. Comme ce fut le cas face à Bélisaire, contre qui il perdit cette Armure presque familiale.

La jeune femme, plutôt tactile mais avant tout attendrie par ce jeune homme aussi fou qu'apeuré, le prit un instant dans ses bras. Quelque part, Ariane sentait qu'il avait besoin d'être soutenu, et si elle n'était pas bien placé pour jouer les gardes chiourmes, la prise de conscience était quelque chose de probablement très -trop- effrayant pour certains. En tout les cas, ces moments étaient généralement éprouvant.

"Si tu arrives à reproduire ces techniques...C'est que tu as été talentueux jusque-là. J'aurai aimé que ça me vienne ainsi, durant mes premiers entraînements."

Un rire s'était échappé de ses lèvres alors qu'elle se rappelait les premières heures de dur labeur en tant qu'apprenti. Quant aux cauchemars, à ces pensées qui le hantaient...

"Ca ne s'arrête pas parce que tu en as peur. Certains souvenirs durent dans le temps car il évoque en nous des faces cachées. Ils nous marquent par des traces indélébiles qui ne demandent pas du temps, contrairement aux croyances...C'est ce que je pense que tu vis actuellement"

Tout le monde était victime des souvenirs, elle la première également, qui parlait peut-être un peu dans le vide. Il n'y avait plus qu'à observer comment l'ancienne Vierge comptait régler ce problème-ci. Des conseils? Elle n'en avait pas véritablement à donner, si ce n'est ce qu'elle aurait fait.

"Râhi...Nous sommes théoriquement ennemis, mais je pense que regagner ton Armure serait un premier moyen de comprendre cette voie que tu as pris. De t'aider à la surmonter maintenant que tu sais."
Un fin sourire lui avait été accordé alors que la petite salamandre avait repris sa place autour du bras d'Ariane, humant l'air en direction de Râhi. "Je ne dis pas que ça sera facile. Attaquer son Grand Pope, ça a tout de même son charme en matière de petits crimes."

Ô elle en parlait ainsi, pour avoir déjà affronter une pseudo-colère de Bélisaire, sans avoir à chercher plus loin. A l'époque, elle était Tribut et peut-être même un peu éteinte de toute façon. Eteinte mais mordante à sa façon.

"Tu n'as plus qu'à avancer Râhi. Tu as peut-être fais des erreurs, mais rien n'est inscrit dans le marbre. Si jamais tu es en proie aux doutes, dans le temps, n'hésites pas à revenir ici, même si je doute que l'air marin te soit bénéfique..."

Un moyen de dire qu'elle serait prête à tendre l'oreille. Que d'une manière, il pouvait compter sur elle pour cela. C'était une présence du passé dont elle appréciait pourtant les revirements de situation occasionnés par cette dernière. Le visage de l'atlante s'était alors illuminé alors qu'elle contemplait le métisse, alors qu'elle esquissait déjà les prémices d'un plan en ce jeune homme.

Monsieur allait devoir jouer les messagers.

"Ah! J'ai également une dette depuis Glastonbury. Je n'en ai pas l'air, mais j'aime tenir mes paroles!"
Plus qu'espéré. Peut-être trop même. "Qu'il le prenne en tant que présent de Tribut ou comme une promesse amicale s'il est sentimental, je m'en fiche un peu finalement, quoique je ne partage pas toutes mes informations de manière générale. "Quel que soit les difficultés et les sacrifices, il aura son information", et vois-tu...J'y tiens""

Bon, Glastonbury n'était probablement plus au goût du jour, depuis le temps, le Grand Pope avait dû s'en tenir informé...Ou pas? Un fin sourire avait été esquissé par cette jeune femme, ses lèvres rosées se transformant en un rictus prêt à condamner. Chaque minute, chaque seconde de ce temps était compté, alors qu'elle portait la jeune salamandre au niveau de ses lèvres, entre ses mains. Les Oracles? Ce n'était pas étranger que de considérer que la générale des Lyumnades avait une dent à leur encontre.

Glastonbury, Avalon, Célestia...Autant d'informations à trier qu'elle possédait désormais en sa main.

En se concentrant un peu sur le cosmos maintenu dans la salamandre, voici ce qu'on aurait pu lire:

"Bref souvenir de Glastonbury, il éclairait déjà de ses lanternes le lien entre les Chevaliers à la Sombre Armure, et les Oracles sous nos yeux. Une Ombre cachée par un Soleil, ni plus ni moins, ceintré par un cromlec'h . Rien de nouveau véritablement, si j'en crois les paroles d'Anthanasius...Mais ces deux factions ne partagent toutefois pas la même demeure, comme la présence maintenant connue de la Tour des Vents en Italia, domaine d'Apollon en atteste. Il désire un nouveau cycle, cycle balayant l'âge des Romains au profit des preux Chevaliers. Alors, Artorius est un petit prince demandé à Avalon, lieu d'une triple alliance. Un jeune homme qui devra tôt ou tard rejoindre les siens pour mieux les mener, menacés par les Masques et les Spectres. "


Oui, c'était de cette manière-ci que l'on pouvait comprendre le message de la Naïade. En tendant son bras, la salamandre alla se caler contre le bras du jeune homme.

"Et voilà. Une salamandre pour toi...Ne t'en fais pas, celle-ci ne mord pas, et elle ne contient que quelques paroles. J'aimerai que tu la donnes à Bélisaire à ton retour. Veille à ne pas mourir au passage, et prend autant de temps que possible pour te rétablir ici-même. Fais attention avec elle, d'accord?"


Elle frotta légèrement la tête du jeune homme d'une façon fraternelle, espérant peut-être un peu vainement qu'il aille mieux. C'était tout ce qu'Ariane pouvait lui souhaiter, après tout...Aucune rancune n'avait été gardé à leur égard. Elle poursuivait ses propres buts au-delà de son devoir. Ce qui ne l'empêcherait pas de chercher diverses informations ça et là.

Citation a écrit:
Recapitulatif: Ariane donne quelques informations dans la salamandre, guise de dernière parole non tenue. Elle établit le lien entre les "Ombres" et les Oracles, sans toutefois les confondre dans leur but respectif. La Tour des Vents est une localisation désormais connue par cette salamandre, repère des Oracles trop cachés au goût de la jeune générale. Enfin, elle explique qu'Artorius est un jeune homme demandé...Puisque d'un héritage certain sur un lieu témoin d'une alliance entre trois dieux, et d'une possible guerre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
InvitéInvité
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Jeu 23 Juin - 21:29

Mêlée de sentiments. Toutes ces révélations lui faisaient purement et simplement tourner la tête. Des paroles où demeuraient pourtant une partie importante d’ombre, Râhi, aussi idiot qu’il pouvait être, était capable de le sentir. Son esprit semblait s’activer à l’annonce des paroles de la jeune femme, cherchant une quelconque trace dans sa mémoire, mais il n’y avait rien à faire. Le blocage restait bien présent. Cette sensation de familiarité l’effrayait au plus haut point. Celle qu’il ressentait à l’égard des mots, des noms que prononçaient la jeune femme, mais également la familiarité qui se créait avec la Générale de Poséidon. Lui qui mettait tout en œuvre pour que personne ne découvre jamais ce qu’il était, ce qu’il cachait au fond de lui, racontait toutes ces choses à cette femme. Comme s’il lui faisait confiance, inconsciemment. Oui, c’était un sentiment inconscient car le blond était bien trop au courant des risques que cela comportait d’accorder cette confiance à quelqu’un. Toute tentative se soldait par une trahison, par un manque. Toujours.

Le regard perdu dans le vide, il ne remarqua pas de suite les bras de la jeune femme brune qui se refermaient sur lui. Il en sentit simplement la sensation lorsqu’ils avaient effleurés sa peau hâlée. Panique instantanée. Léger mouvement de recul. Presque par automatisme, l’homme avait tourné la tête. Le contact. Cette impression d’étouffer revenait, dès qu’on le touchait. Le sentiment d’être vulnérable s’emparait de lui. Malgré le recul, il ne s’était pourtant pas dégagé, il ne le pouvait simplement pas. A la place, il s’agitait simplement, de manière inconsidérée, attendant que les Lyumnades ne desserrent sa prise sur son corps.

Soupir de soulagement lorsqu’elle le lâcha finalement. Bien que silencieux, il ne faisait nul doute que tout était lisible sur son visage. Le masque était épuisé, le masque était tombé. Ne restait plus que l’original, qui continuait à hurler toute la haine du monde dans sa tête, et l’enfant. Il se contenta d’un hochement négatif discret de la tête en guise de commentaire. Il était en désaccord sur ce point. Il le savait, qu’il n’avait rien d’une personne intelligente. Le fait d’avoir appris ces techniques n’avait rien à voir avec le talent, il avait simplement déjà vu ses techniques et, de manière inconsciente, sa mémoire et son corps s’en étaient rappelé. Triste ironie lorsque cette même mémoire lui faisait cruellement défaut concernant sa propre histoire.

Cela ne s’arrêtait pas parce qu’il en avait peur, c’était tout du moins ce que semblait penser l’Atlante. S’il avait été marqué par ces souvenirs au point qu’il ait décidé de s’en séparer, c’était une possibilité, mais il y avait cette autre possibilité, celle où un troisième facteur humain apparaît, celle où on ne lui a pas laissé le choix quant à savoir s’il voulait vivre avec ces souvenirs peut-être bons, peut-être mauvais. En un sens, Râhi préférait se rassurer en se disant qu’il ne s’agissait que de mauvais souvenirs. Il était faible mentalement, et s’il venait à apprendre, a constater qu’on lui avait enlevé cette notion de bonheur bien trop irréelle à ses yeux, il risquait de devenir fou. Non seulement lui, mais cet être, cet enfant colérique qui vivait également en lui. Si tel était le cas, pourrait-il encore l’arrêter dans sa folie, dans leur folie ?

Ne rêve pas trop. Quoi que tu veuilles, quoi que tu fasses, ça ne s’arrêtera jamais. Tu le sais non ? Que je fais partie de toi. Nous sommes un tout, tu sembles l’oublier Râhi. Nous sommes indivisible l’un de l’autre. Mes erreurs sont les tiennes, et tes erreurs sont les miennes. Elles sont d’ores et déjà marqués. Tu le sais comme moi, le retour en arrière est impossible. Tu veux retourner au Sanctuaire, mais comment penses-tu être accueilli sur place ? Toi… Nous qui avons levé la main sur ce soit disant Pope. Vois les choses en face. Peu importe lequel de nous l’a attaqué, nous étions deux, nous étions ensemble. Nous sommes unis toi et moi. Râhi écoutait l’original qui reprenait finalement la parole dans sa tête, se demandant où celui-ci voulait en venir. Tu le découvriras bien assez tôt Râhi, bien assez tôt. Dans un rire menaçant, presque dégénérée, la voix s’en était allée, pour le moment. Pourtant, l’expression du blond ne s’était pas déridée depuis le début de ce monologue. Si seulement il pouvait avoir une idée de la tête qu’il tirait à ce moment précis… Incompréhension, colère, peine, confusion et même appréhension. En quelques instants, il était passé par un nombre incalculable de sentiments divers et variés.

« Je… n’ai jamais eu l’intention de le tuer » Répéta-t-il simplement dans un murmure.

Le jeune homme essayait de se rassurer comme il le pouvait sur ses sentiments, sur ses intentions par le biais de ces quelques mots. Était-il seulement capable de porter cette armure ? Le blond n’était pas certain d’en avoir encore le droit, d’autant plus si les paroles de l’original s’avéraient véridiques. Les questions tournaient en boucle dans son esprit, retournant ce cerveau inapte à la réflexion trop poussée. Avancer, c’était une chose plus facile à dire qu’à faire.

A l’entente de la voix d’Ariane, le Saint releva la tête de quelques centimètres, avant de la rebaisser plus ou moins brutalement. Impossible de la regarder, pas encore, pas si longtemps, mais il était disposé à l’écouter. Elle parlait d’une dette. Sentiment de nostalgie, de malaise. D’un partage d’information également. Il l’écoutait, silencieusement. Quoi qu’elle demande, il accéderait à sa requête sans poser la moindre question sur sa nature.

Il s’attendait néanmoins à ce qu’elle lui donne directement les informations, mais il ne semblait peut-être pas digne de confiance. Et à raison, comment pouvait-on faire confiance à quelqu’un comme lui ? Cette fouille psychologique avait eu cet effet gênant de lui montrer le genre de personne qu’il était, de constaté qu’il n’était pas quelqu’un à qui on pouvait faire confiance. Alors, il la regardait encore, celle qui concentrait son cosmos dans l’une de ses salamandres. Un moyen sûr que l’information ne soit dévoilée qu’à la bonne personne, certainement. Une technique qu’il ne connaissait pas, alors il admirait simplement le travail de la jeune femme, sa capacité à la fois enivrante et effrayante.

Une fois le processus terminé, la salamandre s’approcha dangereusement du bras de Râhi. Bien trop près à son goût, il avait tenté de la repousser d’une manière probablement brutale. Puis il bougea légèrement, afin de s’en éloigner. La sensation de la morsure était encore bien présente et le blond ne comptait pas renouveler l’expérience de sitôt. Son expression stressée changea à peine lorsque l’Atlante le rassura sur le fait que celle-ci ne mordait pas. Incompréhension. Un animal mordait forcément, Râhi en avait eu la preuve quelques temps plus tôt. Pourtant, il écouta ses paroles, et l’envie de tapoter la tête de la bestiole était trop forte pour y résister.

D’un geste mal assuré, il prit la salamandre dans ses mains avant de se figer quelques instants. Elle n’allait réellement pas le mordre n’est-ce pas ? Puis, voyant que l’animal semblait prendre son aise sur lui, il entreprit de bouger les doigts lentement en direction de la tête de la créature. Sans doute qu’il oublierait sa mésaventure avec la précédente tant il semblait peu à peu apprécier la compagnie de celle-ci.

Sentant une main ébouriffer ses cheveux, il releva la tête, et s’exprima à son tour dans un hochement de tête.

« J’en prendrais soin » Dit-il simplement comme pour lier la parole au geste.

Malgré ses doutes, ses craintes toujours présentes et cette peur de son passé qui le tiraillait toujours d’une certaine manière, il avait enfin levé la tête vers la jeune femme. La première fois. Il ne comptait pas revenir sur sa mémoire, cette partie était déjà close et quand bien même il n’était pas plus assurée. Désormais, s’il avait des questions à poser, ils les poseraient directement aux personnes concernées. Mais discuter avec un mort était une chose bien difficile à réaliser.

« Comment l’information parviendra à Bélisaire ? »

Intrigué. Naïf, Râhi fixait la salamandre dans sa main en se demandant si elle était dotée d’une capacité de parole ou quelque chose du genre.

« Je veux dire… Est-ce qu’elle va parler ?... ou quelque chose comme ça ? » Demanda-t-il le plus simplement du monde.

A la minute où il avait prononcé ces mots, il s’était senti idiot. Baffe mentale. Il était un réel imbécile, comment une salamandre pouvait prendre la parole, bien entendu que c’était impossible. Tandis qu’il s’insultait lui-même, il reposa les yeux sur l’animal.

« Comment… je te la rendrais ? »

Râhi avait bien d’autres questions, à commencer par ce qu’elle avait bien pu dire à cette salamandre, mais il ne posa cependant pas la question. Il l’avait dit, il ne poserait pas de question sur la nature de ce service.

Citation :
L'heure du pavé est arrivé °°
Revenir en haut Aller en bas
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Ven 24 Juin - 1:53
Comme toujours, le jeune homme semblait littéralement subjugué par le néant de la vie. Le regard hagard, il lui apparaissait comme littéralement absent de leur étreinte amicale, de leur léger échange alors qu'Ariane procédait à la transmission de son cosmos en une simple et jeune salamandre. Les serviteurs des Lyumnades.

Pourtant une parole de Râhi avait intercepté un lourd regard porté à son encontre. De quoi, de qui parlait-il? Aussitôt les paroles furent prononcées que la jeune femme n'avait pu s'empêcher de rétorquer bien rapidement le fond de sa pensée. Peu importe qu'il n'aie eu nullement l'intention de le tuer, pour les informations qu'Ariane en tenait, personne n'était mort. Et l'image était pour le moins amusante, tant voir Bélisaire lutter pour calmer les ardeurs de la Vierge était inscrite fermement dans son esprit.

Amicalement, la générale n'avait pu réprimer ce petite rire factice et charmant à sa façon; rarement la jeune femme montrait une telle naïveté, une telle innocence en un geste réfléchie.

"Tuer ou pas, tu as tout de même eu de l'audace!"


Quelque part, malgré qu'Ariane n'eut pas sentie la présence de l'Originale, malgré qu'elle n'eut pas fait attention aux doutes qui subsistaient dans le cœur de Râhi, la jeune femme passait un moment pour le moins chaleureux en apparence. En sa présence.

Calmée, elle observait Râhi s'habituer à la petite salamandre qui avait grimpé le long de son bras. Inoffensif petit amphibien, messager des Lyumnades. Si sa mauvaise expérience avec Teigne avait pris le dessus, celle-ci s'était bien vite envolée au profit d'une curiosité plus saine. Tout en croisant ses bras, Ariane avait souris. Le fait de voir la Vierge un peu plus d'aplomb était en soi rassurant, et donnait à Râhi un compagnon en qui il pouvait trouver un certain réconfort. La preuve en était quand il attribuait d'ores et déjà maintes capacités aux animaux domptés par la femme aux cheveux d'ébène.

Ô, elle devait bien avouer que d'imaginer une salamandre parler avait un quelque chose d'amusant, si bien, qu'elle ne put s'empêcher de penser fortement à une Teigne belliqueuse pourvue des joies de la communication.

"Peut-être un jour, elle te parlera Râhi, mais ça ne m'est jamais arrivé pour l'heure. Cela dit, mon cosmos et cette dernière agiront bien vites pour cela, ne t'en fais pas." Précautionneusement, la jeune femme observait le petit animal sur le bras de Râhi. "Hmmm...Il faudra que tu lui donnes un nom. Je n'exige pas à ce que tu me la ramènes, une fois qu'elle aura délivré son message, celle-ci deviendra commune. Ou brûlera, tout dépend de sa nature."

Lentement, elle passa une main à son crâne. Rappel de son dernier affrontement face aux Spectres. Face à Luco. Redressant son regard sur son "patient", Ariane lui affirmait qu'elle n'avait pas besoin d'aide. Que son état importait peu. Un maigre détail d'un combat certainement un peu injuste.

"J'ai affronté un ennemi il y a peu."
Omettant le détail sur l'identité de cet "ennemi", la générale avait pourtant fini par affirmer de qui il s'agissait. "Un Spectre dans un endroit où il n'aurait pas dû être. Je n'ai rien, ne t'en fais pas. Je suis plus résistante au poison que l'on peut penser!"

L'allure de la générale s'était montrée soudainement faussement fière, d'une assurance à en faire pâlir les Marinas les plus sûrs d'eux. Un geste presque théâtrale pour un souvenir martial. Nulle doute qu'il s'agissait là également d'un ennemi des Saints également. De toute évidence, les pauvres guerriers d'Athéna étaient généralement des hommes peu appréciés des autres élus des dieux. Il suffisait d'une simple discussion auprès des Marinas, des Ases, des Oracles ou même des Berserkers pour s'en rendre compte, et si la jeune femme n'avait jamais rencontré la plupart de ces causes défendues en personne, la politique parlait d'elle-même.

Car c'était bien de cela dont ils parlaient. Les oppositions de certains et les affiliations des autres. De nouveau, un éclat malicieux berçait les orbes turquoises d'Ariane. Quelque chose s'était à nouveau réveillé, et observant le jeune homme d'un air amusé, impatiente à une certaine idée, les questions à son égard pouvait reprendre.

"Tu restes pendant combien de temps dis-moi? Et surtout...Par quel moyen?"


Alexandrie était un beau port, mais pour une personne qui ne pouvait supporter de naviguer sur la mer, la question se posait inévitablement.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   Mer 20 Juil - 23:04
La jeune femme observait silencieusement le jeune homme qui pensait qu'une salamandre lui parlerait. Cette question l'avait fait sourire, et pas qu'un peu! Le pensait-il réellement? Avait-il pris ses paroles à la lettre? Ariane capta le regard de Teigne, qui l'observait depuis un coin ombrageux de ses petits yeux noirs. Un rire éclata. Imaginer la bête lui parler d'une voix grave, sérieuse ou même suave avait fini par achever ce sourire en coin...Et pourtant, le Saint ne semblait pas partager ce trait d'humour, et lui fit vite comprendre la source de son ennui.

Une explication se devait.

"Oh, excuse-moi Râhi c'est juste...Que c'était tellement spontanée et puis, tu n'as pas tord d'une façon puisque Teigne communiquera via mon cosmos l'un de mes messages mais..." Pauvre générale, elle avait du mal à se retenir de rire. "Enfin, elle ne parlera pas à proprement parler. Je disais ça juste pour rire."

Voilà, il avait réussi à la rendre plus gênée. Le connaissant, le blond était probablement sur le point de lui asséner une mauvaise réplique, belliqueuse à souhait, lorsqu'elle finit pourtant par le couper. La susceptibilité était une chose, mais cela n'avait rien à voir avec ce que ressentait la jeune femme à son égard. Pour elle, la conversation demeurait bien plus amicale qu'autre chose. Et de cela, la démonstration eut tôt fait d'être expliquée. Heureusement que la salamandre semblait déjà lui plaire; il était vrai que la petite créature était plus mignonne que les autres.

Toutefois, Atlantis attendait Ariane. Mais Atlantis pouvait attendre encore quelques minutes. Le temps d'un au revoir.


"Prends en soin. Mais plus que tout, tu as mon accord pour reposer ici le temps qu'il te faudra. Je préviendrai Opaline."
Ô, Ariane savait que cet endroit n'était pas le meilleur lieu pour le repos de l'ancienne Vierge. Mais il n'en avait pas d'autre avant d'être complètement rétabli alors cela n'avançait à rien. "Tu sais, je pense que ça m'a rendu un peu heureuse..."

Un silence avait poursuivi sa phrase. Ce n'était pas le genre d'affirmations que les Lyumnades pouvaient prononcer habituellement, seulement il y avait bien là un détail de poids. L'expérience partagé avec Râhi lui avait peut-être bien montré qu'au-delà du cauchemar, il pouvait aussi y avoir un rêve. Quelque chose de plus doux, quoiqu'une chimère pouvait se montrer extrêmement irritante lorsque celle-ci était trop belle. Trop irréelle. Le tout était en totale contradiction avec cette chère mise en scène dont Ariane avait toujours été la seule à tirer les ficelles dans ses combats.

Pourtant, leur échange n'avait pas été un combat. Râhi avait été roi en son monde quelque peu détruit, tandis que l'atlante n'en avait été qu'une messagère. L'inverse aurait très bien pu être valable, pourtant tel n'avait pas été le cas.

Non ici, il n'y avait rien de tout cela. De victoire, ni même de défaite. Une aura douce s'était peu à peu instaurée entre les deux combattants. Alors Ariane avait poursuivi ses révélations saccadées.

"...De pouvoir aider quelqu'un plutôt que de le détruire mentalement. J'espère que tu parviendras à réussir et trouver le reste de ce que nous avons vu par toi-même. Tout ne dépend plus que de toi, je suppose. Je ne sais pas si nous nous reverrons avant ton départ alors...Bon retour au Sanctuaire, Râhi."


Ariane avait eu beaucoup de mal à laisser le métisse seul, si bien que l'hésitation avait bien failli la surprendre à rester en plan, au beau milieu de cette petite maisonnée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
Contenu sponsorisé
Message Re: [Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mi-Juillet 550] Retrouvailles inattendues [FT Ariane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des Retrouvailles inattendues ! Investigation au cœur des révolutionnaires !
» Des retrouvailles inattendues - 2013 [Katherine Pierce]
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Des retrouvailles inattendues avec son cousin (pv Guillaume)
» [Joker & Hells] Retrouvailles inattendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Alexandrie-
Sauter vers: